Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Première partie. État des recherches : le fait nobiliaire en Normandie

La noblesse française à l’époque moderne : une historiographie

Laurent Bourquin

Texte intégral

« La bibliographie de la noblesse est à la fois immense et, hormis quelques rares titres, de portée médiocre. Immense, parce qu’il n’est guère d’ouvrages d’histoire économique, sociale ou politique qui n’ait, peu ou prou, abordé quelque aspect de la question nobiliaire. De médiocre portée, parce que très peu d’entre eux ont envisagé la noblesse “de l’intérieur”, ou ont centré leur étude sur le deuxième ordre. […] Que l’on quitte le domaine des synthèses, un foisonnement d’études de détail, un océan de recherches submergent l’audacieux. Le meilleur voisine avec le pire. »

  • 1 Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985 [1966], vol. 1 (...)

1Ces quelques lignes ont été écrites par Jean Meyer en 1966, en tête de la bibliographie de sa thèse, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle1. Quatre décennies plus tard, le panorama historiographique est radicalement différent. Désormais, la noblesse est devenue un objet d’histoire à part entière, bien visible dans la recherche universitaire, et qui donne lieu à des questionnements et à des méthodes spécifiques. Comment expliquer cette évolution, au terme de laquelle la noblesse a pu acquérir un véritable statut historiographique ? Trois phases peuvent être dégagées : tout d’abord un long XIXe siècle, où les auteurs ont voulu à la fois dépeindre un passé révolu et répondre aux questions que soulevait la cohabitation entre ancienne et nouvelle noblesse à leur époque ; ensuite un premier XXe siècle, au cours duquel on a commencé à appréhender le second ordre comme un groupe doté d’une identité propre ; enfin, depuis le milieu des années 1960, un vaste effort a été mené pour, d’une part, évaluer le rôle de la noblesse dans la société d’Ancien Régime et, d’autre part, en mesurer les spécificités.

L’historien du XIXe siècle au service de la mémoire noble

  • 2 C’est le 23 juin 1790 que Louis XVI signe le décret selon lequel « la noblesse héréditaire est pou (...)
  • 3 Notamment par Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération h (...)
  • 4 Lors des Cent-Jours, Napoléon Ier est tout à fait conscient qu’il s’agit d’un enjeu important : dè (...)

2Aux lendemains de la Révolution et de l’Empire, de nombreux travaux prennent la noblesse comme objet d’étude, car le contexte y est très favorable. La noblesse héréditaire, qui a été abolie en 17902, vient, en effet, d’être rétablie par la Charte promulguée en 1814. Son article 71 stipule ainsi que « la noblesse ancienne reprend ses titres ; la nouvelle conserve les siens. Le roi fait des nobles à volonté, mais il ne leur accorde que des rangs et des honneurs, sans aucune exemption des charges et des devoirs de la société ». Cette restauration de la noblesse d’Ancien Régime, dont la portée et les limites ont été fort bien étudiées ailleurs3, explique l’essor des publications la concernant au début du XIXe siècle. Elle nécessite, en effet, de faire connaître les hiérarchies et les codes du groupe au public cultivé, voire aux nobles eux-mêmes, dont la mémoire familiale a pu être interrompue pendant une génération. En outre, en rétablissant la noblesse ancienne sans pour autant lui rendre ses privilèges (notamment fiscaux), la Charte pose à la noblesse de graves questions identitaires : quels sont ses contours ? À quoi peut-elle servir ? Doit-on et comment peut-on la différencier de la noblesse récente4 ?

  • 5 Antoine-Louis de Laigue, Les Familles françaises considérées sous le rapport de leurs prérogatives (...)
  • 6 Gilles-André de La Roque, Histoire des maisons nobles de Normandie (1654), Traité singulier du bla (...)
  • 7 Jean Le Laboureur, Discours de l’origine des armoiries (1684).
  • 8 Alphonse Chassant, Les nobles et les vilains du temps passé ou recherches critiques sur la nobless (...)

3C’est pour répondre à ces besoins que des ouvrages proposent, dès les années 1810-1820, une taxinomie qui explique aux Français ce qu’était le second ordre. Le plus emblématique est sans doute celui d’Antoine-Louis de Laigue, intitulé Les Familles françaises considérées sous le rapport de leurs prérogatives honorifiques héréditaires, publié par l’Imprimerie Royale en 18155. Tour à tour, il aborde l’origine de la noblesse, les différents modes d’anoblissement, la noblesse de cloche, la pairie, les majorats, les ordres militaires etc. Ce type de littérature s’inscrit dans une tradition fort ancienne, où se sont illustrés, par exemple, Gilles-André de La Roque6 (1598-1686/7), ou Jean Le Laboureur (1633-1675)7, qui dressaient une savante typologie des familles selon leur ancienneté et leurs charges. Le cousinage est tel que l’on pourrait même considérer que de Laigue n’est pas historien : son travail s’apparente aux traités juridiques de l’Ancien Régime, à ceci près qu’il s’intéresse à un objet du passé. Ce genre de production domine toute la première moitié du XIXe siècle, jusqu’au Second Empire : encore en 1857, Alphonse Chassant publie Les nobles et les vilains du temps passé ou recherches critiques sur la noblesse et les usurpations nobiliaires8.

« Nous avons […] pensé – écrit-il – qu’il y aurait quelque profit pour la société présente à lui faire l’histoire, quelque abrégée qu’elle fût, des usurpations nobiliaires d’autrefois, lui en montrer tous les ressorts. […] Car à cette heure, il est utile de savoir quelles sont les conditions légales et morales de la noblesse exigées autant par la société que par l’État. Un titre, une décoration quelconque, doivent représenter une vertu, un talent, un service, un labeur hors ligne. Il faut aujourd’hui une noblesse réelle et non factice, féconde et non oisive, une noblesse qui ne s’appuie pas sur des parchemins ou sur le luxe, mais qui repose sur des vertus exemplaires, sur des services rendus à la société. »

4L’objectif de ce livre est donc de distinguer la « vraie » et la « fausse » noblesse. Les cas d’usurpation qu’il raconte – et qui sont en fait les premiers jalons d’une histoire de l’anoblissement – ont valeur d’avertissement pour les nobles de son époque. L’année suivante, en 1858, est d’ailleurs votée une loi punissant d’amende tous ceux qui s’attribueraient sans droit une distinction honorifique, notamment un titre de noblesse.

  • 9 Par exemple le Catalogue des gentilshommes d’Alsace, Corse, Comtat-Venaissin qui ont pris part ou (...)
  • 10 Armorial du Poitou et état des nobles réservés dans toutes les élections de la généralité […], pub (...)
  • 11 Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, pub. par René de Belleval, Amiens, Lemer Aîné, 1861-1864.
  • 12 Catalogue des gentilshommes d’Anjou lors de la recherche de la noblesse de 1666, pub. par Paul de (...)
  • 13 Preuves de noblesse de pages auvergnats admis dans les écuries du roi, 1667-1792, pub. par le doct (...)

5À partir des années 1860, commencent à être publiés des recueils d’individus et de familles. Dans un océan de références, citons par exemple le monumental catalogue des nobles ayant pris part aux assemblées de la noblesse pour l’élection des députés aux états généraux de 17899, l’armorial du Poitou10, le nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu11, les résultats de la recherche de noblesse menée par l’administration de Colbert en Anjou12, ou bien les preuves de noblesse des pages auvergnats13. Les méthodes de l’histoire positiviste, qui s’imposent à cette époque et aboutissent à l’édition de nombreuses sources, rejoignent ainsi les préoccupations mémorielles et généalogiques des élites, qui y retrouvent leurs origines, leur gloire passée et leur filiation. Ces ouvrages, que nous utilisons encore de nos jours pour compléter nos bases de données, sont souvent conformes aux exigences de la science historique qui est en train de naître. Mais ils répondent finalement aux mêmes besoins que les traités juridiques : inscrire dans quelques forts volumes les éléments d’une geste familiale, afin qu’elle ne soit pas oubliée à jamais. Car avec l’avènement de la IIIe République, la noblesse d’Ancien Régime achève de se diluer dans la société française, sciemment ignorée par les députés, qui refusent fort logiquement de légiférer à son propos.

  • 14 Par exemple Joseph de Croze, Les Guises, les Valois et Philippe II, Paris, Amyot, 1866 ; Henri For (...)

6C’est enfin à cette époque que se multiplient les monographies. Beaucoup sont l’œuvre d’érudits locaux – curés, enseignants, médecins – qui rédigent des notes généalogiques, racontent l’histoire d’une seigneurie, retracent les vicissitudes d’un château, et trouvent leur public grâce à la floraison contemporaine des sociétés savantes en province. Tous les historiens actuels ont exploré les tables analytiques et les gros volumes reliés de ces revues austères, dans lesquels on peut glaner quelques renseignements intéressants, mais où la localisation précise des sources laisse souvent à désirer. Dans le dernier quart du XIXe siècle, sont réalisés des travaux plus ambitieux, essentiellement biographiques, qui s’intéressent en fait à l’histoire de l’État, mais l’abordent par le biais de personnages illustres ou de puissantes familles14 : Guise, Montmorency, Saint-André, Épernon… Au début du XXe siècle, rares sont encore les historiens qui appréhendent la noblesse comme un groupe à part entière. L’essentiel de la production se présente comme une juxtaposition de cas familiaux ou individuels. Dans un environnement scientifique où l’histoire n’est pas encore problématisée, dans un contexte politique où l’on mène prioritairement une archéologie du sentiment national, les spécificités nobiliaires sont totalement gommées, de même que le rôle du second ordre dans la société d’Ancien Régime.

Un rendez-vous manqué avec les Annales (de 1929 à 1966)

  • 15 Marc Bloch et Lucien Febvre, « Enquêtes. Les noblesses », Annales HES, t. viii, 1936, p. 238-255 e (...)
  • 16 Marc Bloch et Lucien Febvre, « Reconnaissance générale du terrain », Annales HES, t. viii, 1936, p (...)

7Comme dans tous les autres champs de notre discipline, les Annales font bouger les lignes historiographiques, dans la mesure où elles considèrent enfin la noblesse comme un groupe, certes hétérogène, mais unifié par des caractères communs. Toutefois, comme nous allons le voir, leur influence est tardive et limitée. C’est en 1936 que la revue propose une grande enquête, intitulée « Les noblesses15 ». L’objectif est de susciter l’ouverture de nouveaux chantiers, en partant – comme souvent dans les Annales – des réalités contemporaines. Le ton est novateur, à commencer par ce pluriel, qui affiche la diversité du groupe et les difficultés de l’entreprise. Dans un texte signé « Les directeurs », Marc Bloch et Lucien Febvre renoncent à une définition de la noblesse : « Nous ne pensons pas, écrivent-ils, qu’il soit utile de formuler, au début de l’enquête, une définition de la noblesse, fût-elle résolument provisoire. Car ce serait peut-être nous condamner d’avance à laisser échapper bien des parcelles d’une mouvante réalité. » Ils se contentent de mettre en avant trois éléments, qui leur semblent « liés à l’idée de noblesse : l’hérédité ; le prestige ; et quelque chose de commun et de caractéristique dans le genre de vie des individus16 ». Soucieux de construire, comme pour d’autres thématiques, une « histoire-problème », ils énoncent quelques grandes questions, qu’ils ont choisies parce qu’elles leur semblent à la fois fondamentales et, pour l’heure, sans réponse : le statut (le privilège et le droit nobiliaire), le nombre (le pourcentage de nobles dans la population totale), le renouvellement du groupe, sa typologie (l’épée et la robe, les riches et les pauvres), les alliances, les revenus (« De quoi vit la noblesse ? De quoi a-t-elle vécu ? Ou, plus précisément, sur quel genre de fortune repose ou reposait sa puissance ? ») et enfin sa culture au sens large (« Que pense-t-on dans la noblesse ou les noblesses ? De soi, des autres, du pays et de l’État ? Pense-t-on, sent-on tout à fait comme ailleurs ? »).

  • 17 Marc Bloch, « Sur le passé de la noblesse française : quelques jalons de recherches », Annales HES (...)
  • 18 Jean-Richard Bloch, L’anoblissement en France au temps de François Ier. Essai d’une définition de (...)

8Sans surprise, on relève ici l’importance des aspects économiques et sociaux, qui dominent aussi les problématiques que les Annales consacrent, par exemple, à la paysannerie et au monde urbain. Mais ce questionnaire, à la fois neuf pour son temps et très systémique – au sens où il est le reflet d’une pensée historique cohérente et autonome par rapport à son objet – doit être complété par la lecture d’un texte magnifique que Marc Bloch publie dans la livraison suivante17. En effet, il y pressent l’articulation essentielle entre noblesse et liberté. Il juge indispensable de s’intéresser au droit nobiliaire, et en particulier à la question de l’hérédité. Il insiste beaucoup sur la question du renouvellement du groupe, d’autant que le fameux ouvrage de Jean-Richard Bloch sur l’anoblissement à l’époque de François Ier vient de paraître deux ans plus tôt18. Enfin, il pointe les diversités régionales en matière de fortunes, et souhaite que l’on étudie le problème du maintien des patrimoines par-delà la Révolution. De par sa fermeté, ce texte a valeur de manifeste. Il entend introduire durablement la noblesse dans les préoccupations des historiens de son temps, et se veut le point de départ de toute une série d’études innovantes, pas forcément centrées sur le second ordre, mais capables de le prendre en compte dans une analyse sociale plus large ou légèrement décalée.

9Et pourtant, force est de constater que l’apport des Annales est à la fois limité et tardif. Limité, parce qu’elles se concentrent, comme ailleurs, presque exclusivement sur des thématiques socio-économiques : l’intégration des anoblis, les stratégies matrimoniales, les fortunes, les partages successoraux. C’est déjà beaucoup, et cela correspond bien aux problématiques d’ensemble des Annales première manière. Mais, ce faisant, sont occultées toutes les interrogations de nature politique, en particulier le rapport des nobles au pouvoir et leur rôle dans la construction de l’État royal. En outre, et même si l’enquête comprend un volet culturel, celui-ci reste flou et confiné à ce que l’on n’appelle pas encore « l’histoire des mentalités » : rien n’est envisagé sur l’éducation, les lectures, la sociabilité, la sensibilité religieuse.

  • 19 Lucien Febvre, Philippe II et la Franche-Comté. La crise de 1567, ses origines et ses conséquences (...)

10S’il est limité dans son périmètre intellectuel, l’intérêt des Annales pour la noblesse est également tardif. Rappelons tout d’abord que sept ans se sont écoulés entre la fondation de la revue et le lancement de l’enquête de 1936. Pourtant, en 1911, Lucien Febvre a consacré deux chapitres au sujet dans sa thèse, le vii (« La noblesse et les seigneuries ») et le xi (« La vie noble »)19 ; mais on le sait, les élites ne sont pas au cœur de ses préoccupations, ni de celles de Marc Bloch, lorsqu’ils créent tous deux les Annales, en 1929. En outre, Febvre a conclu de son étude du système seigneurial franc-comtois que dès le XVIe siècle, la noblesse était entrée dans un inexorable déclin, annonciateur de la victoire bourgeoise de 1789…

  • 20 Pierre de Vaissière, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, Paris, Perrin, 1903, réimp. É (...)
  • 21 Edmond Esmonin, La taille en Normandie au temps de Colbert (1661-1683), Paris, Hachette, 1913, réi (...)
  • 22 Henri Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1920.
  • 23 Lucien Romier, Le royaume de Catherine de Médicis. La France à la veille des guerres de Religion, (...)
  • 24 Par exemple « La noblesse provinciale offrait […] dans son ensemble le spectacle d’une vie saine, (...)
  • 25 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne (1587-1596). Contribution à l’histoire des provinces françai (...)

11Jusqu’à ce que les Annales se décident enfin à intégrer pleinement les questions nobiliaires dans leur réflexion, les avancées décisives ont, en fait, eu lieu ailleurs, et se sont déroulées sous l’impulsion d’historiens étrangers à cette école. Dès 1903, Pierre de Vaissière a publié Gentilshommes campagnards de l’ancienne France. Le livre peut sembler a priori suspect de complaisance à l’égard de son sujet : l’auteur, archiviste-paléographe, est issu d’une famille de petite noblesse et prétend exhumer un « âge d’or trop oublié », de la fin du XVe à la fin du XVIe siècle, au cours duquel le second ordre a vécu « en très intime contact avec le peuple, et par ses intérêts, et par son genre de vie et par ses mœurs, une noblesse, en un mot, parfaitement conforme à l’idéal que l’on se fait d’une aristocratie digne de ce nom20 ». Mais si l’on fait abstraction de sa nostalgie bucolique, l’ouvrage de Vaissière est, en fait, très novateur pour son temps, puisqu’il est le premier à parler de la petite noblesse rurale, et qu’il travaille sur des documents notariés. En 1913, Edmond Esmonin s’intéresse lui aussi à cette population dans son livre consacré à la taille en Normandie21. Apparemment, il reste dans la logique taxinomique du XIXe siècle, dans la mesure où il aborde la noblesse par le biais de l’exemption. Mais, ce faisant, il est conduit à en explorer les marges, cette gentilhommerie rurale modeste, voire pauvre, si abondante dans la province, toujours menacée d’être remise à la taille. En 1920, Henri Carré effectue une autre avancée en abordant la question de la noblesse face à l’opinion publique au XVIIIe siècle22. Si son objectif reste classique – il s’agit toujours d’expliquer la genèse de la Révolution – Carré utilise la presse et la littérature pour construire une histoire des représentations politiques avant la lettre. Deux ans plus tard, en 1922, Lucien Romier fait paraître Le royaume de Catherine de Médicis23, dans lequel il énonce des thématiques elles aussi très neuves : la nature des liens de fidélité, le clientélisme royal, le rapport des nobles au profit, la question de la prodigalité… Adepte d’un style romanesque24, peu soucieux de travailler sur un corpus bien défini, Romier est toutefois le premier à avoir véritablement envisagé le rapport de la noblesse au politique et au religieux. Enfin, un an après la parution du manifeste de Lucien Febvre et Marc Bloch dans les Annales, Henri Drouot publie, en 1937, Mayenne et la Bourgogne (1587-1596)25. Ce professeur au lycée de Dijon, qui a préparé sa thèse sous la direction d’Henri Hauser et de Joseph Calmette, étudie les relations entre une noblesse provinciale, les Grands et la couronne. Même si son livre prend en compte tous les acteurs de la Ligue, Henri Drouot place délibérément les gentilshommes au cœur de son argumentation : non seulement Mayenne, mais aussi les nobles bourguignons qui s’engagèrent dans les conflits de leur temps.

  • 26 Toujours est-il que dans les années 1930, tous ces travaux ont définitivement relégué les ouvrages (...)

12On le voit, les Annales n’ont pas construit – ou n’ont fait qu’esquisser – un discours historique capable de penser la noblesse. En tout cas, elles l’ont fait très tard, alors que la plupart des grandes problématiques avaient déjà été énoncées ailleurs26. Fort logiquement, la grande majorité des chercheurs ayant exploré le continent noble depuis quatre décennies se sont donc positionnés en marge de ce courant.

Histoire totale, histoire plurielle (de 1966 à nos jours)

  • 27 Guy Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle. De la féodalité aux Lumières, Paris, Hachet (...)

13La publication de la thèse de Jean Meyer sur la noblesse bretonne, en 1966, représente une étape historiographique importante. C’est, en effet, la première fois que l’on prend en compte une noblesse provinciale dans sa globalité : l’auteur s’essaye à une « histoire totale » du second ordre, délibérément marquée par une grande diversité des approches. Il travaille sur des thèmes aussi différents les uns des autres que le rôle politique des petits nobles aux états de Bretagne, les bibliothèques et les lectures, l’habitat (rural et urbain), l’alimentation, les mobilités, les transferts culturels etc. Cet ouvrage est symptomatique de l’intérêt que suscite désormais la noblesse chez les historiens. À la même époque et tout au long des années 1970, elle fait partie des grands axes de recherche de l’équipe qu’anime Roland Mousnier à la Sorbonne. Les universités provinciales s’y consacrent également, et les chercheurs étrangers sont de plus en plus nombreux à publier ouvrages et articles sur ce thème. Le 2 juin 1975, ce renouvellement est salué par Emmanuel Le Roy Ladurie dans un article paru à la une du journal Le Monde, à l’occasion de la sortie du livre de Guy Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle27.

  • 28 Jean-François Solnon, 215 bourgeois gentilshommes au XVIIIe siècle. Les secrétaires du roi à Besan (...)
  • 29 André Devyver, Le sang épuré : les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Ré (...)
  • 30 Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, Maloine, 1978.
  • 31 Jean-Marie Constant, Les Conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hac (...)
  • 32 Jean-Pierre Labatut, Les ducs et pairs de France au XVIIe siècle : étude sociale, Paris, Publicati (...)
  • 33 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-century France, Oxford, Oxford Unive (...)
  • 34 François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1986 [19 (...)
  • 35 Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680). L’exemple du Vannetais, Paris, Publications de la (...)

14C’est sans doute au cours des années 1970 et 1980 que la noblesse acquiert le statut historiographique que nous lui connaissons de nos jours : à la fois un objet d’étude que l’on appréhende en lui-même, pour lequel on dispose de sources spécifiques auxquelles on applique des méthodes propres ; mais aussi un objet que l’on contextualise et que l’on articule à des phénomènes de longue durée : la construction de l’État, le renouvellement des élites, les conflits religieux, l’histoire agraire, les linéaments de la révolution industrielle, etc. L’anoblissement et l’intégration des anoblis sont étudiés par Jean-François Solnon, Jean-Marie Constant, James Wood ou Monique Cubells28. Les représentations du groupe, en particulier son imaginaire guerrier et racial, sont traitées par André Dvyver, Arlette Jouanna ou Ellery Schalk29. Ses comportements, ses centres d’intérêt, ses loisirs sont pris en compte notamment par Jean Nicolas30. Le rapport au pouvoir, essentiellement vu sous son angle contestataire, est analysé par Jean-Marie Constant, Arlette Jouanna ou Manfred Orlea31. Les liens de fidélité et de clientèle font l’objet d’une attention particulière, tout d’abord de la part de Roland Mousnier et de Jean-Pierre Labatut32, puis sous la plume de chercheurs anglo-saxons, comme Sharon Kettering et Kristen B. Neuschel33. Les spécificités sociales de la noblesse de robe sont mises en évidence – à la suite des travaux pionniers de François Bluche – par Maurice Gresset à Besançon, Jonathan Dewald à Rouen ou Monique Cubells à Aix-en-Provence34. L’ancrage régional reste donc de mise dans beaucoup de travaux, surtout lorsqu’ils intègrent dans leurs problématiques la question du système seigneurial, comme ceux de Jean Gallet ou Pierre Charbonnier35.

15Ces décennies sont donc décisives, non seulement parce qu’elles permettent de comprendre les structures sociales du groupe – sa démographie, ses jeux d’alliances, ses revenus, sa culture, ses goûts, etc. – mais aussi parce que la noblesse est considérée comme une clef permettant d’ouvrir d’autres portes : le mécénat de la Renaissance, la diffusion du protestantisme, les prises d’armes pendant les guerres de Religion, l’essor des collèges, les succès de la Contre-Réforme, les transformations urbanistiques du XVIIIe siècle, les progrès agricoles, la naissance de l’industrie… Ces avancées se produisent aussi grâce à une diversification des sources. Les actes notariés sont, bien sûr, très utilisés par les historiens du social, mais pas seulement. Les dossiers du Cabinet des Titres de la BNF sont explorés et critiqués, de même que les registres du Fonds Français, en particulier pour leurs correspondances. Les imprimés, qui fournissent factums, libelles, traités théoriques, sont également dépouillés. Jusqu’à la fin des années 1980, les recherches sur la noblesse permettent ainsi de répondre aux grandes problématiques qui avaient été formulées dans le premier tiers du XXe siècle, en s’appuyant sur des corpus beaucoup plus cohérents qu’à cette époque.

  • 36 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne. XVe-XVIIIe siècles, Rennes, (...)
  • 37 Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793). Une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Pari (...)
  • 38 Michel Figeac, La douceur des Lumières. Douceur et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Borde (...)
  • 39 Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux XVIe et XVIIe siè (...)
  • 40 John Russell Major, From Renaissance Monarchy to Absolute Monarchy: French Kings, Nobles and Estat (...)
  • 41 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publi (...)
  • 42 Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-v (...)

16Depuis une vingtaine d’années, les chercheurs ont exploré de nouvelles pistes en faisant appel aux méthodes des autres sciences humaines – à l’instar, d’ailleurs, de la recherche historique d’une façon générale. Les outils des anthropologues, des linguistes, des sociologues, des politistes, des juristes ont été adoptés et adaptés pour répondre à d’autres questionnements. La noblesse pauvre a été étudiée par Michel Nassiet, qui a mis en évidence les mécanismes de sa paupérisation et ses stratégies de survie36. À l’autre extrémité de l’échelle sociale, la gestion des grands patrimoines aristocratiques a fait l’objet des travaux de Jean Duma et de Michel Figeac37, ce dernier étant conduit, par la suite, à explorer logiquement les modes de vie et la culture matérielle du groupe38. La question du lignage noble – sa construction, son ascension, sa perpétuation, sa mémoire – a été abordée selon différentes modalités : une perspective démographique et anthropologique (Jean-Marie Constant, Michel Nassiet), socioculturelle (François-Joseph Ruggiu, Élie Haddad, Caroline Le Mao, Natacha Coquery), sociopolitique (Katia Béguin, Jean-François Solnon), attentive aux carrières (Hervé Drévillon) et aux imaginaires (Olivier Chaline)39. Sur le plan politique, nous avons pris l’habitude de ne plus seulement penser la noblesse comme un groupe rebelle, mais aussi comme un partenaire du souverain, y compris pendant les périodes de troubles. C’est l’idée centrale des travaux de John Russell Major, qui a démontré que l’aristocratie avait été l’un des principaux interlocuteurs du roi de France au cours du XVIe siècle40. Le concept de noblesse seconde, que Jean-Marie Constant a énoncé et que j’ai testé en Champagne et en Anjou, a permis de préciser l’efficacité et les limites de cette coopération avec la Couronne41. Les recherches de Nicolas Le Roux sur l’économie de la faveur à la cour des derniers Valois, et ceux d’Ariane Boltanski sur le duc de Nevers, ont réussi à évaluer ce que la couronne attendait des Grands, la portée réelle de leur puissance, mais aussi la concurrence qu’ils devaient subir de la part des gentilshommes provinciaux les plus ambitieux42.

17La plupart de ces travaux viennent s’intégrer dans une histoire plus large, celle des élites à l’époque moderne. Après avoir, en effet, précisé les fondements de l’identité nobiliaire, ils cherchent désormais à comprendre la nature des relations que les nobles entretenaient avec les couches supérieures du tiers état. Ils sont attentifs aux phénomènes de circulation, aux canaux et aux relais qui permettaient aux gentilshommes d’exercer une influence dans une institution ou dans un espace, au sein du pouvoir royal, de l’Église, de la ville ou d’une communauté villageoise. Le second ordre n’apparaît plus comme une caste arc-boutée sur la défense de ses prérogatives, mais comme un groupe actif, certes pluriel, mais soucieux d’agir sur les grands enjeux de son temps. Comme l’ensemble des élites d’Ancien Régime, les nobles sont désormais perçus comme des médiateurs, des passeurs, dont le mode de vie, les idées politiques ou la culture ont exercé une profonde influence sur leur environnement social.

*

18Que retenir de cette (trop) rapide présentation historiographique ? Ou plutôt, quel sens peut-on lui donner ? En premier lieu, il apparaît clairement que l’histoire de la noblesse, comme tous les autres champs de notre discipline, est fille de son temps. Les recherches n’ont véritablement pris leur essor, au début du XXe siècle, qu’à partir du moment où l’on a cessé de vouloir avant tout dresser une typologie juridique du groupe, ou expliquer à tout prix les causes de la Révolution. En second lieu, les grandes problématiques des Annales n’ont pas connu l’impact qu’elles ont pu avoir ailleurs : même s’ils intégraient dans leur questionnement une indéniable dimension culturelle, Lucien Febvre et Marc Bloch étaient avant tout préoccupés par des thématiques socioéconomiques qui ne permettaient pas de dégager les spécificités du groupe. En troisième lieu, l’historiographie de la noblesse s’est construite, depuis les années 1960, en étudiant les comportements socioculturels des gentilshommes, leurs modes de vie, leur rapport au politique, leurs aspirations individuelles, leur crédit dans leur province – les chercheurs n’hésitant pas à adopter une démarche biographique lorsqu’ils la jugeaient nécessaire. Tout naturellement, les enquêtes rejoignent maintenant, dans certaines de leurs questions et de leurs méthodes, les préoccupations des autres sciences humaines et sociales, ce qui permet d’ouvrir de nouveaux chantiers dont les études qui suivent portent la marque.

Notes

1 Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985 [1966], vol. 1, p. xxi.

2 C’est le 23 juin 1790 que Louis XVI signe le décret selon lequel « la noblesse héréditaire est pour toujours abolie. Les titres de prince, duc, comte, marquis, vicomte, vidame, baron, chevalier, messire, écuyer, noble et tous autres semblables ne seront pris par qui que ce soit, ni donnés à qui que ce soit ».

3 Notamment par Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, 2 vol. , et Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 2 vol.

4 Lors des Cent-Jours, Napoléon Ier est tout à fait conscient qu’il s’agit d’un enjeu important : dès mars 1815, il abolit « la noblesse féodale et les titres féodaux ». Il ne reconnaît « d’autres titres que ceux de l’Empire, dûment vérifiés au conseil du sceau ». Il se réserve le droit « de conférer des titres impériaux aux représentants des anciennes familles ».

5 Antoine-Louis de Laigue, Les Familles françaises considérées sous le rapport de leurs prérogatives honorifiques héréditaires, ou Recherches historiques sur l’origine de la noblesse, les divers moyens dont elle pouvait être acquise en France, l’institution des majorats, et l’établissement des ordres de chevalerie…, Paris, Imprimerie Royale, 1815.

6 Gilles-André de La Roque, Histoire des maisons nobles de Normandie (1654), Traité singulier du blason (1673 et 1681), Traité de la noblesse (1678), Traité de l’origine des noms (1681).

7 Jean Le Laboureur, Discours de l’origine des armoiries (1684).

8 Alphonse Chassant, Les nobles et les vilains du temps passé ou recherches critiques sur la noblesse et les usurpations nobiliaires, Paris, A. Aubry, 1857.

9 Par exemple le Catalogue des gentilshommes d’Alsace, Corse, Comtat-Venaissin qui ont pris part ou envoyé leur procuration aux assemblées de la noblesse, pour l’élection des députés aux états généraux de 1789, pub. par Louis de La Roque et Édouard de Barthélemy, Paris, E. Dentu, 1865.

10 Armorial du Poitou et état des nobles réservés dans toutes les élections de la généralité […], pub. par Alexandre Gouget, Niort, L. Clouzot, 1866.

11 Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, pub. par René de Belleval, Amiens, Lemer Aîné, 1861-1864.

12 Catalogue des gentilshommes d’Anjou lors de la recherche de la noblesse de 1666, pub. par Paul de Farcy, Vannes, E. Lafolye, 1890.

13 Preuves de noblesse de pages auvergnats admis dans les écuries du roi, 1667-1792, pub. par le docteur de Ribier, Clermont-Ferrand, Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, 1909.

14 Par exemple Joseph de Croze, Les Guises, les Valois et Philippe II, Paris, Amyot, 1866 ; Henri Forneron, Les ducs de Guise et leur époque, Paris, Plon, 1877 ; Charles Dufayard, Le connétable de Lesdiguières, Paris, Hachette, 1892.

15 Marc Bloch et Lucien Febvre, « Enquêtes. Les noblesses », Annales HES, t. viii, 1936, p. 238-255 et p. 366-378.

16 Marc Bloch et Lucien Febvre, « Reconnaissance générale du terrain », Annales HES, t. viii, 1936, p. 238-239.

17 Marc Bloch, « Sur le passé de la noblesse française : quelques jalons de recherches », Annales HES, t. viii, 1936, p. 366-378.

18 Jean-Richard Bloch, L’anoblissement en France au temps de François Ier. Essai d’une définition de la condition juridique et sociale de la noblesse au début du XIIe siècle, Paris, PUF, 1934, réimp. Genève, Mégariotis, 1978.

19 Lucien Febvre, Philippe II et la Franche-Comté. La crise de 1567, ses origines et ses conséquences. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Paris, Champion, 1911.

20 Pierre de Vaissière, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, Paris, Perrin, 1903, réimp. Étrépilly, Presses du Village, 1986, introduction, p. 2.

21 Edmond Esmonin, La taille en Normandie au temps de Colbert (1661-1683), Paris, Hachette, 1913, réimp. Genève, Mégariotis, 1978.

22 Henri Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1920.

23 Lucien Romier, Le royaume de Catherine de Médicis. La France à la veille des guerres de Religion, Paris, Perrin, 1922, 2 vol.

24 Par exemple « La noblesse provinciale offrait […] dans son ensemble le spectacle d’une vie saine, alliant le goût de l’indépendance à des mœurs patriarcales, à une robuste cordialité. Elle se plaisait aux joyeux devis et prenait part, comme autrefois, aux fêtes villageoises. La Renaissance et les guerres d’Italie n’avaient point secoué l’ignorance des gentilshommes campagnards, mais elles avaient excité leur imagination, élargi l’horizon des châteaux, introduit dans le ménage domestique des raffinements et une sorte d’aménité matérielle qui donnait un agrément nouveau aux relations locales », op. cit., t. i, p. 163-164.

25 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne (1587-1596). Contribution à l’histoire des provinces françaises pendant la Ligue, Paris, Picard, 1937, 2 vol.

26 Toujours est-il que dans les années 1930, tous ces travaux ont définitivement relégué les ouvrages taxinomiques du XIXe siècle au rayon des antiquités. En 1932, le vicomte de Marsay, auteur d’un Essai sur l’origine et la valeur des prétentions nobiliaires bien dans l’esprit du siècle passé, reconnaît de manière désabusée, dès l’introduction, le caractère archaïque de son sujet : « Ce livre – écrit-il – sans ambition littéraire, ne traite que de questions surannées. Son but a été de fixer, pendant qu’il en était temps encore, des notions jadis courantes et aujourd’hui presque complètement tombées en oubli. L’auteur n’y prétend qu’à la sincérité. Contrairement à un axiome trop répandu, il a pensé que la vérité était toujours bonne à dire. Du moins s’est-il efforcé de le faire sans blesser personne. » Vicomte Jacques-Marie-Joseph de Marsay, De l’âge des privilèges au temps des vanités. Essai sur l’origine et la valeur des prétentions nobiliaires, Paris, Champion, 1932, introduction, p. vii.

27 Guy Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle. De la féodalité aux Lumières, Paris, Hachette, 1975.

28 Jean-François Solnon, 215 bourgeois gentilshommes au XVIIIe siècle. Les secrétaires du roi à Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1980 ; Jean-Marie Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Atelier reproduction des thèses, université de Lille III, 1981 ; James B. Wood, The Nobility of The Élection of Bayeux (1463-1666), Continuity through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; Monique Cubells, « À propos des usurpations de noblesse en Provence », Provence historique, 1970, p. 224-301.

29 André Devyver, Le sang épuré : les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime, 1560-1720, Bruxelles, Éditions de l’Université, 1973 ; Arlette Jouanna, L’Idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Montpellier, université de Montpellier III, 1981 ; Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, 1996 (éd. américaine 1986).

30 Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, Maloine, 1978.

31 Jean-Marie Constant, Les Conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hachette, 1987 ; Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989 ; Manfred Orlea, La noblesse aux états généraux de 1576 et de 1588, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980.

32 Jean-Pierre Labatut, Les ducs et pairs de France au XVIIe siècle : étude sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1972 ; Roland Mousnier, « Les fidélités et les clientèles en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire sociale/Social History, t. xv, no 29, 1982, p. 35-46. Voir aussi le volume que ses élèves ont consacré à ce thème : Yves Durand (dir.), Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, Paris, PUF, 1981.

33 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-century France, Oxford, Oxford University Press, 1986; Kristen B. Neuschel, Word of honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth-century France, Ithaca-London, Cornell University Press, 1989.

34 François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1986 [1960] ; Maurice Gresset, Le monde judiciaire à Besançon de la conquête de Louis XIV à la Révolution française (1674-1789), Paris, Imprimerie nationale, 1978, 2 vol. ; Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility : the Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; Monique Cubells, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984.

35 Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680). L’exemple du Vannetais, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983 ; Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1980, 2 vol.

36 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne. XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993.

37 Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793). Une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995 ; Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, 2 vol.

38 Michel Figeac, La douceur des Lumières. Douceur et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, Éditions Mollat, 2001.

39 Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux XVIe et XVIIe siècles : les notions de “densité et d’espace” nobiliaires », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, p. 149-156 ; Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », dans Traditions et innovations dans la société française du XVIIIe siècle (Colloque de l’Association des historiens modernistes des Universités), Paris, Presses de la Sorbonne, 1995, p. 97-121, et Parenté, noblesse et États dynastiques. XVe-XVIe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000 ; François-Joseph Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999 ; Jean-François Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard, 1992 ; Hervé Drévillon, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2006 ; Olivier Chaline, Godart de Belbeuf. Le parlement, le roi et les Normands, Luneray, Éditions Bertout, 1996. Natacha Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998. Élie Haddad, Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), Limoges, PULIM, 2009. Caroline Le Mao, Les fortunes de Thémis. Vie des magistrats de Bordeaux au Grand Siècle, Bordeaux, FHSO, 2006.

40 John Russell Major, From Renaissance Monarchy to Absolute Monarchy: French Kings, Nobles and Estates, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1994.

41 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, et Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion (1560-1598), Paris, Belin, 2001.

42 Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000 ; Ariane Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal : genèse d’un compromis (v. 1550-v. 1600), Genève, Droz, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540