Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Introduction

Alain Hugon

Texte intégral

  • 1 Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Bull (...)

1Une image est à l’origine du projet de rassembler des contributions d’historiens autour du thème « des noblesses normandes » de la fin du Moyen Âge au XIXe siècle : il s’agit de la carte des densités nobiliaires en France1. Un examen, même un peu rapide, laisse voir clairement le très fort degré d’implantation du second ordre dans l’ouest de la France avec des maxima dans la partie occidentale de la Normandie. Il y avait à cet endroit la plus importante densité nobiliaire du royaume de France sous l’Ancien Régime. On y comptait deux fois plus de foyers nobles qu’en Bretagne, dix fois plus qu’en Limousin. Durant ces trois cents années, des lendemains de la guerre de Cent Ans à la veille de la Révolution, certainement aucune autre province n’a supporté des densités nobiliaires telles que celles qu’avait connues la Normandie. Certes, la complexité des calculs et le caractère lacunaire des sources imposent des réserves et exigent des précautions que les différents textes de ce livre précisent en détail. Leurs auteurs offrent aux lecteurs la possibilité de se figurer la place que la noblesse occupait dans la société normande pendant ces siècles.

  • 2 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne. XVe-XVIIIe siècles, Rennes, (...)
  • 3 Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du S (...)
  • 4 Arlette Jouanna, L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Montpellier, (...)
  • 5 Il faut noter l’exception que représente le travail d’Amaury Du Rosel, La noblesse de la région de (...)

2Paradoxalement, nous ne disposons pas, à ce jour, d’étude historique sur la noblesse en Normandie, sur son importance, sur son rôle et sur ses activités, tant du point de vue culturel, religieux, qu’économique ou politique, alors que, pour la plupart des provinces françaises, il existe de nombreux travaux approfondis. Or, ces recherches permettent de battre en brèche les stéréotypes les plus répandus qui sont diffusés sur l’opulence du monde nobiliaire2, sur ses patrimoines3, sur ses comportements et ses mentalités4 en tant que groupe privilégié au sein des sociétés provinciales. Jusqu’à nos jours, nulle entreprise n’avait donc été engagée pour analyser spécifiquement le cas normand et bien peu avaient souligné le poids social de la noblesse, en dehors de quelques monographies locales et de biographies familiales5. Or, les pages qui suivent souhaitent donner un reflet – au moins partiel – des travaux engagés sur la place et les valeurs des élites nobiliaires dans la province et surtout sur leur diffusion dans les divers échelons de la société normande. Ces travaux éclairent d’un jour nouveau les activités et les conduites de cet ordre, puisque la recherche historique normande s’était tenue à l’écart des mutations amorcées à propos de la noblesse, avec une exception cependant pour la période révolutionnaire, relativement bien couverte par les historiens rouennais. Divers éléments participent à ce qu’on peut qualifier de « paradoxe normand », c’est-à-dire le faible nombre des études consacrées à la noblesse, qui contraste fortement avec le poids patent du second ordre dans la société provinciale.

  • 6 Francois Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d’une image régionale en Fr (...)
  • 7 Parmi ces historiens, on peut citer Louis Le Vavasseur de Masseville, Histoire sommaire de Normand (...)

3Les conditions d’élaboration du savoir historique au cours du XIXe siècle et les spécificités intellectuelles de la province contribuent à expliquer cette singularité. En effet, depuis la Renaissance, le savoir historique s’était constitué progressivement en technique de plus en plus précise, voire en science, grâce à la critique des sources et en particulier des textes, ceci d’une façon d’abord embryonnaire, puis en atteignant une plus grande maturité avec les travaux d’exégèse, dans l’esprit de ceux de Dom Mabillon (1632-1707) et de Richard Simon (1638-1712). La province s’était acquis des historiens de renom, dès le XVIe siècle, parmi lesquels on peut citer Pierre Daniel Huet (1630-1721) et François Mezeray (1610-1683), ce dernier ayant accédé à la fonction d’historiographe du roi. Ainsi que l’a démontré François Guillet6, l’intérêt de la Normandie pour son identité provinciale ne débute réellement qu’au cours du XVIIIe siècle7 et va augmentant à mesure que son identité se dilue de plus en plus manifestement dans l’espace administratif et économique de la monarchie, comme l’illustrent la disparition des états provinciaux dès Louis XIV, puis l’intégration progressive de l’économie provinciale dans la sphère économique de la capitale parisienne. Dès lors, la recherche d’un passé normand fort – capable d’emporter, voire de soulever les adhésions identitaires – se constitue progressivement en un objet d’études. Les académies, les cercles érudits et les sociétés d’émulation, dont la Normandie s’était précocement pourvue, en particulier à Caen puis à Rouen et à Cherbourg, proposèrent au cours de leurs séances des sujets de concours et de discussions portant sur l’histoire de la province.

  • 8 Guy Verron, « Le goût de l’histoire et le développement des recherches érudites en Normandie au dé (...)
  • 9 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, (...)
  • 10 Robert Descimon, Fanny Cosandey, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le S (...)

4Ordonnant la suppression de l’ensemble des institutions et des particularités provinciales (parlements, cours souveraines, coutumes, etc.), la rupture révolutionnaire accentua encore ce processus de quête d’un passé et de recherche d’une identité provinciale8. Les élites intellectuelles cherchèrent à recomposer les images disparues des « pays » que le territoire national venait d’absorber. Bien entendu, dans la démarche historienne, toute volonté de représenter une identité enracinée dans le passé impose une reconstruction, voire la constitution d’une généalogie fictive, et donc une transformation de l’histoire. Par conséquent, les diversités, tant économiques (les Normandie maritime, herbagère et industrielle) que sociales (ouvrière, rurale et urbaine) furent gommées : les milieux intellectuels continuèrent de vouloir unifier la province à partir d’un passé considéré comme prestigieux. Au XIXe siècle, et dans le prolongement des activités des cercles et des académies des Lumières, des sociétés savantes se constituèrent, ce dès la Restauration9, se donnant pour objectif principal d’étudier la Normandie au temps de sa « grandeur », c’est-à-dire pendant la conquête viking et l’apogée des ducs de Normandie. Cela explique le dynamisme des études historiques qui se portèrent sur la période médiévale, de la constitution du duché au Xe siècle jusqu’à son déclin, marqué par la rupture de l’anneau ducal brisé par un agent royal en 1469, cela tout en insistant sur la conquête française de 1204. Une des contreparties à ce dynamisme des études médiévales réside dans la faiblesse des recherches qui ont été effectuées pour la période suivante. L’influence de la Renaissance, la diffusion de la Réforme, l’emprise du pouvoir des Bourbons – dont les règnes sont englobés sous l’expression traditionnelle de « monarchie absolue » – et la place des nobles dans ces phénomènes10 restent très peu étudiées en comparaison de l’époque médiévale : les terriers seigneuriaux sont moins bien connus que les chartes normandes des ducs. Pourtant, durant les trois derniers siècles de l’Ancien Régime, le second ordre se trouvait au centre des relations interpersonnelles dans la société normande et contribuait comme médiateur aux relations des sujets de la province avec les souverains entourés de leur cour, parisienne ou versaillaise. Numériquement importante, en comparaison des autres régions, la noblesse se trouva aussi fortement impliquée dans les principaux événements qui marquèrent la région (guerres de Religion, Fronde), tandis qu’elle participait étroitement aux institutions qui structuraient la province : parlement, cours souveraines, gouverneurs, etc.

  • 11 Jean-Pierre Chaline le souligne à propos de la société d’histoire de la Normandie : cf. Jean-Pierr (...)
  • 12 Voir la présentation de cette société faite en 2010 par sa vice-présidente Éliane Vergnole sur le (...)
  • 13 Les lettres d’Arcisse de Caumont à Gerville entre 1824 et 1835 ont été transcrites par Bernard Huc (...)

5Cette lacune des réflexions sur la noblesse normande apparaît d’autant plus étonnante que de nombreux érudits issus de la province contribuèrent au nouvel éclat intellectuel de l’histoire au cours du XIXe siècle et qu’un nombre non négligeable d’entre eux étaient issus de cette même noblesse d’Ancien Régime11. La formation de sociétés savantes, comme la Société des antiquaires de Normandie en 1824, la Société française d’archéologie en 183412 et, plus tard, la Société historique et archéologique de l’Orne (1882), résulte donc fréquemment, mais pas toujours, de l’initiative de ces érudits d’origine noble. Leurs œuvres s’appuyèrent sur des travaux importants, parmi lesquels on peut mentionner le volumineux Cours d’antiquités monumentales d’Arcisse de Caumont, les Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge de Léopold Delisle (1851) ou Louis de Frotté et les insurrections normandes, 1793-1832 (1889) de Pierre François Léon Duchesne de La Sicotière (1812-1895). Généralement, ces travaux confirment la place centrale occupée par le monde médiéval dans la recherche historique et la constitution de savoirs érudits en Normandie, avec sa dimension religieuse, alors que les analyses sur les siècles qui suivent le Moyen Âge demeurent peu abondantes. Sans retracer l’historique de cette prééminence des enquêtes d’histoire médiévale sur celles concernant l’époque moderne (XVIe-XVIIIe), il est nécessaire d’insister sur la fonction de repoussoir que la Révolution française a pu jouer auprès d’une grande partie de ces élites intellectuelles et sociales de la province, surtout pendant la première moitié du XIXe siècle. Doit-on invoquer ici le poids du souvenir de la Contre-Révolution associée aussi aux phénomènes de l’émigration de nombreux nobles et cela alors que la rupture révolutionnaire et le rejet du second ordre formèrent des éléments essentiels à la construction de l’image historiographique de la noblesse d’Ancien Régime pendant les XIXe et XXe siècles ? Comme le jeune Arcisse de Caumont (1801-1873)13, Léopold Delisle (1836-1910) avait eu pour mentor Charles Duhérissier de Gerville (1769-1853). Pendant la Révolution, ce dernier avait émigré à Londres et, après la révolution de Juillet (1830), il s’était retranché dans un strict légitimisme, refusant la légion d’honneur.

  • 14 Sur l’assimilation des Vikings au monde franc, voir les travaux récents d’Élisabeth Ridel, Les Vik (...)

6De plus, la réaction à l’égard de l’iconoclasme révolutionnaire encouragea l’expression de courants intellectuels qui préférèrent valoriser la monarchie médiévale plutôt que la couronne des Bourbons et mettre en exergue ce qu’on peut appeler « le mirage viking » de la formation du duché14 plutôt que la monarchie absolue. Cette dernière n’incarnait que trop les crises économiques, politiques et religieuses d’un Ancien Régime englouti, qu’il s’agisse des guerres civiles qui dévastèrent la province lors des guerres de Religion, des combats contre l’hérésie protestante, de la Fronde, des épidémies de peste, de la révolte des Nu-pieds et de sa répression (1639) ou de la soi-disant mise au pas de la noblesse traditionnelle au bénéfice de la Cour. Face à ce déficit d’images de la « monarchie absolue » et, plus encore, de la période révolutionnaire qui ne pouvait que révulser les enfants des nobles du XVIIIe siècle, la sauvegarde du patrimoine le plus prestigieux, celui du duché, prenait logiquement le pas sur toutes les autres traces. L’histoire savante du XVIIIe siècle se voyait à son tour écrasée par le poids des monuments, des vestiges, des ruines et des reliques, d’autant que, au même moment, la prise de conscience de la valeur patrimoniale de l’archéologie apparaissait sous la monarchie de Juillet : elle allait déboucher sur les notions d’inventaires et de monuments historiques. Bien entendu, monastères, églises, résidences nobiliaires, châteaux et hôtels particuliers entraient dans ces catégories.

  • 15 Françoise Vieillard, Gilles Désiré du Gosset (dir.), Léopold Delisle, actes du colloque de Cerisy- (...)
  • 16 Léopold Delisle, « Charles de Robillard de Beaurepaire », Bibliothèque de l’École des chartes, 190 (...)
  • 17 Arsène Legrelle, La Normandie sous la monarchie absolue (Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XV (...)
  • 18 A. Legrelle, op. cit., respectivement p. 62 et p. 135.

7Il n’est donc pas étonnant que nombre d’historiens normands du XIXe siècle aient été formés à l’École nationale des chartes et que leur démarche ait consisté d’abord à rechercher la sauvegarde et la conservation des œuvres du passé. Ce fut le cas de Léopold Delisle qui entra à l’École après avoir appris son existence par Gerville à Valognes15, de Jules Lair (1836-1907) qui suivit un cursus similaire et qui produisit un nombre conséquent d’études sur le Moyen Âge et sur l’époque moderne ou encore d’Amable Floquet (1797-1881) qui publia plusieurs importants travaux sur l’Ancien Régime. Ce dernier s’intéressa à la noblesse normande par le biais, entre autres, de son édition du Diaire ou Journal du chancelier Séguier en Normandie près la sédition des nu-pieds (1639-1640) et documents relatifs à ce voyage et à la sédition (1842) et par son Histoire du parlement de Rouen en sept volumes (1840-43). Charles-Marie de Robillard de Beaurepaire (1828-1908) emprunta des voies de formation semblables, entrant à l’École nationale des chartes16 ; son cas est assez remarquable, car il écrivit un grand nombre de notices et plusieurs recherches notables sur l’Ancien Régime. Il se peut que la crise politique de laquelle naquit la IIIe République ait favorisé un regain d’intérêt pour les siècles immédiatement antérieurs à la Révolution. Les études de Charles de Robillard sur Nicolas Fouquet comme sur les états provinciaux à l’époque d’Henri III en témoignent. Robillard de Beaurepaire se fit aussi préfacier, présentant La Normandie sous la Monarchie absolue d’Arsène Legrelle (1834-1899). Ce dernier travail confirme la permanence d’un légitimisme très vivace en Normandie, nostalgique du temps ancien, des prééminences ancestrales et en particulier de celles de la noblesse et du clergé17. Dans la lignée de la répression de la Commune de Paris par les Versaillais, vivifiée par des positions ultra-catholiques antidreyfusardes, cette étude de Legrelle offre une lecture singulière de la « monarchie absolue » et de la place sociale réservée à la noblesse ; Legrelle souhaite y incarner le parti de l’ordre contre la « Canaille », suivant l’expression qu’il utilise pour qualifier les séditieux de 1639 à Avranches. Il critique vivement la création de la chambre de l’édit, cette « juridiction anormale18 » qui avait été octroyée aux protestants à la suite de l’édit de Nantes (1598). Cela n’empêche pas Legrelle d’être défavorable aux prétentions des conseillers au parlement de Rouen, qu’il accuse d’être des privilégiés, puisqu’ils tentent de restreindre à leur seul profit la puissance publique des rois par leurs attaques contre l’absolutisme monarchique : ces conseillers seraient donc à l’origine des crises que connut la monarchie des Lumières à la fin du XVIIIe siècle. Legrelle défend une vision nationaliste, catholique, monarchique et autoritaire de l’histoire, suivant une tradition qui perdura en France et en Normandie jusqu’aux années 1940.

  • 19 Jacques-Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie de l’é (...)

8D’autres sensibilités sont exprimées à la fin du XIXe siècle avec le même objectif de recherche d’une identité normande et sans désavouer la noblesse d’Ancien Régime. L’exemple du travail de Jacques Alfred Galland illustre les efforts protestants pour renouer les fils entre cette confession et son passé normand, avec une insistance pour souligner l’adhésion de divers groupes sociaux, et bien sûr de la noblesse, à l’idéal réformé19.

  • 20 Léopold Delisle affirmait : « Je n’ai voulu que réunir des faits. Je les ai vérifiés et présentés (...)
  • 21 Le Journal du sire de Gouberville publié sur la copie du manuscrit original faite par M. l’abbé To (...)
  • 22 Madeleine Foisil, Un Sire de Gouberville, Paris, Aubier-Montaigne, 1983.
  • 23 Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Cahiers des états de Normandie sous le règne de Louis XIII (...)
  • 24 Henri Prentout, Les états provinciaux de Normandie, t. 1, Historique, Caen, Lanier, 1925, t. 2, Or (...)

9Plus généralement, avec la volonté de reconstitution méticuleuse de l’histoire, souvent sous forme d’histoire-bataille, le positivisme historique a sauvegardé et parfois encouragé la découverte de très nombreux documents, sources essentielles pour l’histoire de la Normandie sur lesquelles les travaux actuels sur la noblesse s’appuient20. Un des épisodes les plus connus de cette période pour l’histoire de la noblesse en Normandie est celui de la découverte du Journal du sieur de Gouberville par l’abbé Tollemer en 1867, dont Eugène Robillard de Beaurepaire publia le cahier pour les années de 1553 à 156221. La lecture de ce document écrit par un gentilhomme campagnard du Cotentin offre une image particulière très riche de la petite noblesse, bien différente en de nombreux points des représentations stéréotypées que l’on rencontre communément à propos de la noblesse, sur son caractère belliqueux et son arrogance. En outre, la publication de ce manuscrit offre d’innombrables indications d’ordre économique et sociologique sur le mode de vie de cette gentilhommerie du Cotentin et sur les milieux sociaux qui l’entourent22. À la fin du XIXe siècle, après son frère, Charles de Robillard éditait les Cahiers des états de Normandie, tenus entre 1562 et 165523, ce qui autorisait l’étude des prises de position des représentants de la province, de leurs inquiétudes et de leurs propositions. Quelques décennies plus tard, Henri Prentout reprenait ce dossier, afin de mieux retracer l’historique de ces états provinciaux et d’en décrire le fonctionnement, car bien souvent on attribue la relégation de la province à l’état d’une simple zone de dépendance envers le pouvoir monarchique à la non-convocation des états provinciaux après 165524, alors que les historiens ont tendance actuellement à réévaluer la place des autonomies provinciales face à l’État royal. La disparition de cette institution, qui caractérisait ce qu’on appelait des « pays d’états », diminuait les possibilités de médiation nobiliaire entre les sujets, le souverain et ses agents ; la noblesse voyait donc ses marges de manœuvres s’amenuiser au sein de la société provinciale.

  • 25 Edmond Esmonin, La taille en Normandie au temps de Colbert, (1661-1683), Paris, Hachette, 1913.
  • 26 E. Boivin, Autour de la glacerie de Tourlaville, un peu du passé industriel normand, Cherbourg, E. (...)

10À cet égard, au début du XXe siècle, les publications d’Henri Prentout suggèrent de nombreuses pistes de recherches grâce à la sensibilité de cet historien pour les questions fiscales et économiques qu’il observait par le biais des états provinciaux. Cet intérêt appartient à son époque : déjà, le puissant travail qu’Edmond Esmonin avait consacré à la taille en Normandie sous Louis XIV peut apparaître fondateur et sa pertinence n’a guère perdu de sa valeur au cours des décennies suivantes en ce qui concerne la fiscalité royale. Dans cette étude, Esmonin utilise des données chiffrées, il précise à l’aide de tableaux le poids de l’impôt auquel la Normandie est assujettie avec la taille et il explique les procédures par lesquelles les privilégiés étaient exempts dans une province si durement taxée25 (ce qu’illustre dans ce volume la contribution d’Antoine Follain). Avant l’histoire préconisée par l’école des Annales, formée autour Marc Bloch et de Lucien Febvre, alors que l’histoire économique apparaissait, Esmonin effectuait une recherche en avance sur les orientations à venir de la discipline historique26. Dans le même temps, le poids de sociétés savantes dans la production historique se trouvait peu à peu contrebalancé par l’arrivée de nouveaux acteurs venus de l’instruction publique ainsi que par l’extension du monde universitaire.

  • 27 La présence dans ce volume de la contribution de Sophie Poirey le souligne.
  • 28 Jean Yver, « Les caractères originaux de la Coutume de Normandie », Mémoires de l’Académie nationa (...)
  • 29 Jacqueline Musset, Le régime des biens entre époux en droit normand du XVIe siècle à la Révolution (...)
  • 30 Paul Logié, La Fronde en Normandie, Amiens, 1951, 3 volumes.

11Parmi ces éléments originaux constitutifs des savoirs historiques en Normandie, l’histoire du droit occupe aussi une place importante27. La coutume de Normandie en vigueur jusqu’à la Révolution imprime une marque originale aux recherches juridiques et historiques, en particulier à partir des années 1930, afin de tenter de mesurer l’impact des règles coutumières sur l’organisation sociale de la Province, d’autant que de nos jours, les îles anglo-normandes continuent d’utiliser ce droit normand. Les études de Jean Yver28, puis plus tard, celles de Jacqueline Musset29, dégagent les spécificités sociales et juridiques liées à la coutume de Normandie ; elles en soulignent les applications séculaires qui imprégnèrent les mœurs. En dépit de règles matrimoniales et successorales distinctes, la noblesse normande fut aussi touchée par ces pratiques, comme le souligne plus loin Sophie Poirey. Au milieu des années 1950, Paul Logié, suivant une démarche de juriste, réalisa la seule étude d’ensemble sur la contestation frondeuse dans cette province stratégique et agitée30.

  • 31 Henri de Frondeville, Les présidents du parlement de Normandie (1499-1790), 1953 ; Id., Les consei (...)
  • 32 Arundel de Condé, Dictionnaire des anoblis normands 1600-1790, Rouen, 1975 ; Id., Anoblissements, (...)

12Après l’économie et le droit, les enquêtes historiques ont élargi leurs champs d’investigation à d’autres domaines de recherches, en particulier à l’histoire sociale, ce dont témoigne la reprise du dossier consacré au parlement de Rouen, dossier auquel Amable Floquet avait déjà consacré de volumineuses études. Avec les travaux d’Henri de Frondeville (1884-1971) sur les présidents et les conseillers parlementaires, au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, l’histoire sociale s’intéresse à cette fraction de la noblesse des robins, qui fait irruption à l’époque moderne dans la vie provinciale. Plus précisément, la robe parlementaire devient un objet de recension systématique de la part de cet historien, lui-même d’origine noble31. Les publications d’ordre prosopographique réalisées par le comte d’Arundel de Condé rejoignent des intérêts du même ordre et offrent un matériel important pour les travaux d’histoire sociale de la noblesse32. Ainsi, à l’intersection de l’histoire sociale et du travail de mémoire, la recherche historique tente de circonscrire et d’expliquer les fonctions et la place de l’ordre nobiliaire dans la société d’Ancien Régime ; pour cela, elle embrasse des domaines de spécialité de plus en plus nombreux.

  • 33 Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique (...)
  • 34 Voir « La révolution en Normandie. Nouvelles approches », Annales de Normandie, janvier-juin 2009, (...)
  • 35 Pierre Gouhier, L’intendance de Caen (1636-1789) : étude de géographie historique, Caen, thèse, 19 (...)
  • 36 La publication d’un atlas a été réalisée grâce aux nouvelles techniques de l’histoire des années 1 (...)

13Après la Seconde Guerre mondiale, avec la création, dans les années 1960, de l’université de Rouen, puis de celle du Havre en 1984, le terrain historiographique s’est considérablement enrichi et diversifié. D’abord, il s’est enrichi d’un vivier d’historiens dynamiques, en Normandie orientale, dont un certain nombre a prolongé les réflexions sur l’Ancien Régime par des études relativement nombreuses sur la Révolution française. Les travaux de Guy Lemarchand33 et ceux entrepris maintenant sous la direction de Michel Biard34 et de Pascal Dupuy soulignent cette vitalité des études rouennaises, alors qu’en Normandie occidentale, derrière l’empreinte laissée par Pierre Chaunu, les universitaires caennais se sont intéressés à la démographie historique, aux institutions normandes et, plus particulièrement, à celle de l’intendance royale dans les généralités d’Alençon et de Caen, généralités qui avaient à leur tête un agent du roi, souvent d’origine noble35. Les analyses quantitatives et leurs traductions cartographiques ont enrichi les réflexions des chercheurs36.

  • 37 Bernard Huchet, op. cit., t. 1, p. 12-15.
  • 38 James B. Wood, The Nobility of The Élection of Bayeux (1463-1666), Continuity through Change, Prin (...)
  • 39 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement de Rouen (...)
  • 40 Philip Benedict, Rouen during the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1981.
  • 41 Maryélise Suffern Lamet, Reformation war and society in Caen, Ann Arbor, University of Massachusse (...)
  • 42 David Nicholls, The Origins of protestantism in Normandy: a social study, Boston, Birmingham Unive (...)
  • 43 Il est nécessaire de mentionner le travail comparatiste très novateur qu’a effectué François-Josep (...)
  • 44 Cf. Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Cat (...)
  • 45 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie (...)
  • 46 On pense à David Joseph Lansky Paternal rule and provincial revolt in seventeenth-century France :(...)

14Outre ces élargissements thématiques et chronologiques successifs, l’histoire de la noblesse a le plus souvent profité d’un puissant apport étranger, principalement venu du monde anglo-saxon, qui offre de nouvelles perspectives de recherches. Ces étroites relations entre la Normandie et l’Angleterre et, plus généralement, avec le monde anglo-saxon, ne sont pas nouvelles ; déjà au XVIIIe siècle, la Société des antiquaires de Londres – créée en 1707 – rayonnait en Normandie grâce à la diffusion de son bulletin, Archeologia, édité à partir de 177037. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les travaux des historiens britanniques et américains ont contribué à puissamment renouveler l’historiographie de l’époque moderne. Ainsi, entièrement consacré au second ordre dans la circonscription de l’Élection de Bayeux, le travail de James Wood analyse sur plus d’un siècle et demi les familles nobles du Bessin grâce à cinq enquêtes de noblesse38. Les processus d’anoblissement, de mobilité sociale, les constitutions de patrimoines (et parfois leur faiblesse), comme le dynamisme de ces familles y sont étudiés de façon détaillée. Une démarche similaire en histoire sociale avait été adoptée, en 1984, par Jonathan Dewald, dont les recherches sur les parlementaires rouennais au XVIe siècle examinent les origines, les alliances et les patrimoines de ces robins qui s’assimilèrent progressivement à la noblesse39. Assez logiquement, l’historiographie anglo-saxonne s’est penchée de près sur les questions religieuses qui touchèrent la Normandie d’Ancien Régime : le poids du XVIe siècle dans ces études est important. Les livres et les articles de Philip Benedict sur les guerres de Religion à Rouen40, de Maryélise Suffern Lamet sur la société caennaise et ces guerres41, ou encore de David Nicholls – qui embrasse l’ensemble du protestantisme dans la province42 – en sont des illustrations. Ce renouvellement anglo-saxon de l’histoire de la Normandie – et donc de l’histoire de sa noblesse – est essentiel pour mener actuellement des recherches43. La thèse de doctorat de Stuart Carroll sur les Guise44, leurs relations de clientèle et de parenté en Normandie au cours des guerres de Religion prolonge et développe une application des notions de réseaux à l’espace normand, cela après un important article de Madeleine Foisil sur ces questions et alors que plusieurs historiens les ont employés depuis pour l’étude d’autres noblesses d’Ancien Régime45. D’autres historiens anglo-saxons pourraient encore être cités46, mais il ne s’agit pas tant de réaliser un inventaire que d’insister sur la richesse des apports de ces historiens au domaine qui nous intéresse : la noblesse. Les travaux actuels que nous présentons leur sont en grande partie redevables et, puisque ce volume souhaite rendre compte des renouvellements récents des problématiques historiques, il semblait nécessaire de les mentionner.

15Ce panorama de la production historique ayant trait à la noblesse normande explique qu’il a été préférable d’utiliser le pluriel « des noblesses » plutôt que de croire en une homogénéité illusoire de ce groupe social sous l’Ancien Régime ; l’expression « les noblesses normandes » permet, en effet, de recouvrir une variété de situations que ne laisse pas supposer l’usage du singulier : quel point commun entre la plèbe nobiliaire du bailliage de Vire et l’aristocratie parlementaire rouennaise du siècle des Lumières ? Quel rapport entre un capitaine corsaire d’un navire de Granville et un pasteur protestant d’origine noble vivant dans la plaine de Caen ? Cette hétérogénéité de la noblesse se révèle dans les pages qui suivent par les pratiques sociales, les activités économiques et les mentalités des groupes qui la composent et que seuls unissent les privilèges dont ils jouissent.

  • 47 J. Dewald, op. cit.
  • 48 Luc Daireaux, « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Par (...)
  • 49 Voir aussi Alain Hugon, « Existe-t-il une Fronde normande ? », Catherine Bougy, Sophie Poirey (dir (...)
  • 50 Ariane Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca. 1550-ca. 1600), G (...)

16Ce volume rassemble des contributions d’historiens d’horizons divers. Certains sont reconnus par les institutions universitaires et savantes et comptent déjà plusieurs travaux publiés sur le thème de la noblesse, en Normandie ou, plus largement, dans l’espace de la monarchie française d’Ancien Régime. Les études de Jean-Marie Constant sur la noblesse en Beauce, de Laurent Bourquin sur celle de Champagne, de Michel Nassiet sur la Bretagne et sur l’anthropologie de la noblesse font autorité ; leurs champs géographiques entourent le domaine normand, eux-mêmes provenant souvent d’universités voisines, comme celle d’Angers, du Mans, de Rennes et de Paris. L’apport anglo-saxon est illustré ici par la présence de Jonathan Dewald de l’université de Buffalo (États-Unis) dont l’analyse de la formation de la noblesse parlementaire rouennaise, publiée voici trente ans fait date47, alors que John Dickinson, originaire du Québec, confirme les liens étroits entretenus entre la Normandie et l’ancienne « Nouvelle France ». Un grand nombre de textes proviennent logiquement d’historiens travaillant en Normandie, pour la plupart en relation avec les universités de Caen, de Rouen et du Havre. Un des éléments positifs de ces journées de Cerisy fut également de permettre des échanges entre les générations d’historiens, sans élever de barrière entre chercheurs confirmés et jeunes chercheurs. Ainsi, certains des auteurs de textes présents dans ce volume n’ont achevé que récemment leurs recherches et, parfois, soutenu un doctorat dont la publication ne saurait tarder48 : il est apparu nécessaire de rendre public les premiers résultats de leurs travaux quand ils divulguent des éléments d’histoire importants et que les lecteurs ne tarderont pas à disposer de leurs conclusions. D’autres auteurs se trouvent au milieu, voire au début, de leurs investigations durant lesquelles ils ont croisé le complexe monde nobiliaire normand de l’Ancien Régime, ce qui explique qu’ils éclairent ici le sujet de leur point de vue. Quant à l’auteur de ces lignes, c’est à cause des interrogations nées d’un enseignement de licence à l’université de Caen qui portait sur l’histoire de la Normandie du XVIe siècle au XVIIIe siècle qu’il se trouve à l’origine de la réunion de ces contributions d’historiens49, cela en étroite collaboration avec Ariane Boltanski, chercheur en histoire, spécialiste de l’aristocratie au XVIe siècle, et maître de conférences à l’université Rennes 250.

17Les vingt-deux chapitres de ce volume constituent le résumé de trois journées de riches débats, qui se déroulèrent du 11 au 14 septembre 2008 au centre culturel international de Cerisy-la-Salle, dans la Manche. Le cadre lui-même n’est pas indifférent au sujet du colloque, puisque le château de Cerisy – qui avait appartenu à la famille protestante noble des Richer aux XVIe et XVIIe siècles – a abrité les conférences et les discussions qui se sont déroulées lors de ces trois journées sur les noblesses normandes. L’accueil du colloque par l’équipe de Cerisy que dirige Édith Heurgon, avec Jacques Peyrou, Philippe Kister et Catherine de Gandillac, a offert d’excellentes conditions de travail et permit des échanges fructueux au cours de cette rencontre. Faute de place, les débats qui ont eu lieu n’ont pu être retranscrits dans cet ouvrage. Cinq thèmes avaient regroupé les interventions des historiens sur les noblesses normandes correspondant aux cinq parties de l’ouvrage. Une première partie est ainsi consacrée à un « état des recherches » et à un « tableau du fait nobiliaire en Normandie », avec les interventions de Laurent Bourquin sur l’historiographie nationale de la noblesse, de Michel Nassiet sur les comparaisons possibles avec le cas breton, de Jean Marie Constant sur les structures nobiliaires, de Sophie Poirey sur les spécificités du droit coutumier normand et de John Dickinson sur l’usage noble de la justice en Normandie. La seconde partie porte sur « noblesses engagées, noblesses protestantes et noblesses dissidentes », car, plus que dans n’importe quelle autre province septentrionale de la monarchie, la division religieuse avait touché les milieux nobles, ce qu’exposent tour à tour, Nicolas Le Roux pour le parti royal, Isabelle Le Touzé à propos de la confrontation militaire entre les protestants conduits par Montgomery et les royaux, Luc Daireaux et Didier Boisson pour le monde de la noblesse protestante. Soulignant l’extrême diversité de la noblesse, la troisième partie, intitulée « mobilités nobiliaires et frontières sociales en Normandie », regroupe les communications d’Antoine Follain sur la coexistence des nobles avec les taillables au sein des communautés d’habitants, d’Olivier Tréhet sur le métier des armes des nobles normands, de Michel Aumont sur les corsaires granvillais et leurs espoirs – déçus – d’anoblissement et d’Olivier Chaline sur la noblesse parlementaire rouennaise. Derrière l’élite sociale, la question posée est celle de « la culture de la noblesse et la noblesse de la culture », fournissant le thème à une quatrième partie qui tente d’examiner les relations socio-culturelles des nobles avec le reste de la société, par l’usage des liens de parrainage, étudié par Étienne Lambert, par l’adoption des modes de prénomination, présentée par Jean-Pierre Lethuillier, par les pratiques urbanistiques de la noblesse dans la ville épiscopale de Bayeux analysées par Christiane Huet et par un investissement différencié dans les loges maçonniques, exposé par Éric Saunier. La cinquième partie soulève la question, longtemps considérée comme centrale, de la puissance sociale de la noblesse et de son évolution pluriséculaire, avec l’étude de Jonathan Dewald sur quelques mutations essentielles touchant les nobles normands à partir des années 1660, puis les observations de Bernard Bodinier sur les changements dans les patrimoines nobiliaires dans l’Eure à la fin de l’Ancien Régime, avec l’examen de la noblesse rouennaise face à la crise des états généraux par Laurent Lemarchand et enfin par la tentative de reconstitution des cadres nobiliaires au XIXe siècle présentée par Étienne Paisnel. Enfin, les conclusions proposées par Ariane Boltanski synthétisent les questions soulevées par ce colloque et les pistes de recherches actuelles.

*

18Un tel rassemblement d’historiens et une telle réunion de travaux dans cet ouvrage n’auraient pas été possibles sans le soutien constant des nombreuses institutions que nous voudrions remercier. Parmi celles-ci, les laboratoires universitaires ont fourni un appui constant et nous remercions le CRHQ (Centre de recherches et d’histoire quantitative – UMR CNRS 6583), le CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest – UMR CNRS 6258) le CIRTAI de l’université du Havre, le GHRIS de l’université de Rouen et l’OUEN (Office universitaire d’études normandes). L’université de Caen Basse-Normandie a souligné à plusieurs reprises son intérêt en marquant un appui fort à cette manifestation, facilitant grandement son organisation. Les collectivités locales ont participé à ce projet par l’assistance qu’elles nous ont donnée : nous leur sommes redevables, en particulier envers le conseil régional de Basse-Normandie, le conseil général de la Manche, la Drac, les archives départementales de la Manche (qui ont accepté d’héberger une des sessions du colloque), la communauté de communes de Cerisy-la-Salle et, bien sûr, le Centre culturel international de Cerisy, sans l’appui duquel ces séances n’auraient pu avoir lieu.

Notes

1 Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Bulletin de l’Association des historiens modernistes des universités, no 18, 1995, p. 97-121, ici p. 107.

2 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne. XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993 ; Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985 [1re éd. 1966]. Pour plus de détails sur les études de la noblesse selon les provinces, voir le chapitre écrit par Laurent Bourquin ci-après.

3 Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, 2 vol.

4 Arlette Jouanna, L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Montpellier, Université de Montpellier-III, 1981 ; Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, 1996 (éd. américaine 1986).

5 Il faut noter l’exception que représente le travail d’Amaury Du Rosel, La noblesse de la région de Vire (1598-1789) : étude sociologique et démographique, université Rennes 2, 2002, thèse dactylographiée, sous la dir. de R. Dupuy.

6 Francois Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000.

7 Parmi ces historiens, on peut citer Louis Le Vavasseur de Masseville, Histoire sommaire de Normandie. Suivi de l’État géographique de la province de Normandie, Rouen, P. Ferrand, 1698-1722, 8 vol.

8 Guy Verron, « Le goût de l’histoire et le développement des recherches érudites en Normandie au début du XIXe siècle », Mélanges Gabriel Désert, Caen, Annales de Normandie, cahier no 24, 1992, p. 33-42.

9 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, Paris, CTHS, 1995, p. 50-51, p. 53-54. Ces pages soulignent le succès des sociétés savantes dans les départements normands.

10 Robert Descimon, Fanny Cosandey, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, 2002.

11 Jean-Pierre Chaline le souligne à propos de la société d’histoire de la Normandie : cf. Jean-Pierre Chaline, « La société de l’histoire de Normandie », Mélanges Gabriel Désert, op. cit., p. 65-76 et en particulier p. 70-71. Voir ci-dessous les remarques d’Étienne Paisnel sur la participation des nobles normands aux sociétés savantes durant le XIXe siècle.

12 Voir la présentation de cette société faite en 2010 par sa vice-présidente Éliane Vergnole sur le site internet le 1er juin 2010 sous le titre : « La Société Française d’Archéologie, de sa fondation en 1834 à nos jours » (http://www.sal.org.uk/newsandevents/antiquariesineurope/Ants %20in %20Europe %20-%20La %20SF %20de %20A.doc).

13 Les lettres d’Arcisse de Caumont à Gerville entre 1824 et 1835 ont été transcrites par Bernard Huchet, Arcisse de Caumont (1801-1873), thèse dactylographiée de l’École nationale des chartes, 1984, 3 vol., t. 2, p. 11-187. L’auteur souligne que la noblesse d’Arcisse de Caumont est très récente, datant du 16 décembre 1815, même si on a pu l’apparenter aux Caumont. Il épousa une fille d’anciens émigrés qui, à leur retour, réussirent à reconstituer leur patrimoine. Sur les rapports entre Arcisse et de Gerville, voir Michel Guibert, « Arcisse de Caumont et Charles de Gerville », Vincent Juhel (éd.), Arcisse de Caumont (1801-1873), érudit normand et fondateur de l’archéologie française, Caen, Mémoires de la Société des antiquaires normands, 2004, p. 67-79.

14 Sur l’assimilation des Vikings au monde franc, voir les travaux récents d’Élisabeth Ridel, Les Vikings et les mots : l’apport de l’ancien scandinave à la langue française, Paris, Errance, 2009, et Pierre Bauduin, Le monde franc et les Vikings : VIIIe-Xe siècle, Paris, Albin Michel, 2009.

15 Françoise Vieillard, Gilles Désiré du Gosset (dir.), Léopold Delisle, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 8-10 octobre 2004, Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2007, p. 33.

16 Léopold Delisle, « Charles de Robillard de Beaurepaire », Bibliothèque de l’École des chartes, 1909, p. 209-246.

17 Arsène Legrelle, La Normandie sous la monarchie absolue (Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI), Rouen, A. Lestingant, 1903.

18 A. Legrelle, op. cit., respectivement p. 62 et p. 135.

19 Jacques-Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, Grassart, 1898 [réédition 1991].

20 Léopold Delisle affirmait : « Je n’ai voulu que réunir des faits. Je les ai vérifiés et présentés de mon mieux. D’autres en tireront le parti qu’ils voudront » : G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de Léopold-Victor Delisle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 71, 1912, p. 70.

21 Le Journal du sire de Gouberville publié sur la copie du manuscrit original faite par M. l’abbé Tollemer, Eugène Robillard de Beaurepaire (éd.), Caen, H. Delesques, 1892-1893, 2 vol. : vol. xxxi des Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Eugène Robillard de Beaurepaire (1827-1899) était le frère de Charles de Robillard de Beaurepaire et occupait le poste de substitut au procureur général de la cour d’appel de Caen.

22 Madeleine Foisil, Un Sire de Gouberville, Paris, Aubier-Montaigne, 1983.

23 Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Cahiers des états de Normandie sous le règne de Louis XIII et Louis XIV, Rouen 1878, 3 vol. ; Id., Cahiers des états de Normandie sous le règne d’Henri IV, Rouen, 1880, 2 vol. ; Id., Cahiers des états de Normandie sous le règne d’Henri III, Rouen, 1887, 2 vol. ; Id., Cahiers des états de Normandie sous le règne de Charles IX, Rouen, 1891, 1 vol.

24 Henri Prentout, Les états provinciaux de Normandie, t. 1, Historique, Caen, Lanier, 1925, t. 2, Organisation et compétence, Caen, Lanier, 1926, t. 3, Preuves, Caen, Lanier, 1927.

25 Edmond Esmonin, La taille en Normandie au temps de Colbert, (1661-1683), Paris, Hachette, 1913.

26 E. Boivin, Autour de la glacerie de Tourlaville, un peu du passé industriel normand, Cherbourg, E. Morel, 1929. L’éditeur précise sous le nom de l’auteur son statut : « instituteur ».

27 La présence dans ce volume de la contribution de Sophie Poirey le souligne.

28 Jean Yver, « Les caractères originaux de la Coutume de Normandie », Mémoires de l’Académie nationale de sciences arts et belles-lettres de Caen, no s. 12 (1952), p. 307-356 ; Id., « La rédaction de la coutume de Normandie en 1583 : son esprit », Annales de Normandie, mars 1986, p. 3-36.

29 Jacqueline Musset, Le régime des biens entre époux en droit normand du XVIe siècle à la Révolution, Caen, Presses universitaires de Caen, 1997.

30 Paul Logié, La Fronde en Normandie, Amiens, 1951, 3 volumes.

31 Henri de Frondeville, Les présidents du parlement de Normandie (1499-1790), 1953 ; Id., Les conseillers du parlement de Normandie au XVIe siècle (1499-1594), 1960 ; Id., Les conseillers du parlement de Normandie sous Henri IV et Louis XIII, 1964 ; Id., Les conseillers du parlement de Normandie de 1641 à 1715, 1970 ; Voir aussi Henri de Frondeville, Notice biographique sur le Président de Frondeville : 1757-1816, s. l., s. n., 1926.

32 Arundel de Condé, Dictionnaire des anoblis normands 1600-1790, Rouen, 1975 ; Id., Anoblissements, maintenues et réhabilitations en Normandie, 1598-1790, Paris, Sedopols, 1981 ; Id., Les anoblis par charges en Haute-Normandie de 1670 à 1790. Parlement, chancellerie, cour des aides, chambre des comptes, bureau des finances, conseil supérieur, Patrice Du Puy éditeur, s. l, 2006.

33 Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture, de la crise du XVIIe siècle, à la stabilisation de la Révolution. 1640-1795, Paris, CTHS, 1989.

34 Voir « La révolution en Normandie. Nouvelles approches », Annales de Normandie, janvier-juin 2009, no 1.

35 Pierre Gouhier, L’intendance de Caen (1636-1789) : étude de géographie historique, Caen, thèse, 1966 ; Id., L’intendance de Caen en 1700, Paris, CTHS, 1998 ; Gérard Hurpin, L’intendance de Rouen en 1698, Paris, CTHS, 1984 ; Jacqueline Musset, L’intendance de Caen : structure et administration sous l’intendant Esmangart (1775-1783), Condé-sur-Noireau, Corlet, 1985.

36 La publication d’un atlas a été réalisée grâce aux nouvelles techniques de l’histoire des années 1960-1970 : Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez et Anne Vallez, Atlas historique de Normandie, 1, Cartes des communautés d’habitants : Généralités de Rouen, Caen et Alençon 1636-1789, 2, Institutions, économie, comportements, Caen, CRHQ, 1967 et 1972.

37 Bernard Huchet, op. cit., t. 1, p. 12-15.

38 James B. Wood, The Nobility of The Élection of Bayeux (1463-1666), Continuity through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980.

39 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement de Rouen, Princeton, Princeton University Press, 1980.

40 Philip Benedict, Rouen during the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1981.

41 Maryélise Suffern Lamet, Reformation war and society in Caen, Ann Arbor, University of Massachussets Press, 1978.

42 David Nicholls, The Origins of protestantism in Normandy: a social study, Boston, Birmingham University, 1977.

43 Il est nécessaire de mentionner le travail comparatiste très novateur qu’a effectué François-Joseph Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997. Il confronte les élites de quatre villes moyennes aux XVIIe et XVIIIe siècles : deux en France, Alençon et Abbeville, et deux en Angleterre, Canterbury et Chester.

44 Cf. Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

45 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie pendant la Fronde », Yves Durand (dir.), Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, Paris, PUF, 1981, p. 153-168.

46 On pense à David Joseph Lansky Paternal rule and provincial revolt in seventeenth-century France : the social basis of the Fronde in Rouen, Dissertation, Berkeley, University of California, 1982 ; en histoire culturelle, aux travaux de David Stephan Lux, Royal patronage and seventeenth century science : l’académie de physique de Caen, 1662-1672, Ann Arbor, University of Michigan, 1983, et de Katherin Stern-Brennan, Culture and dependancies : the society of the Men of letters of Caen, from 1652 to 1715, Baltimore, John Hopkins University Press, 1981.

47 J. Dewald, op. cit.

48 Luc Daireaux, « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, « Vie des huguenots, no 57 », 2010 ; Michel Aumont, Une culture du risque maritime : aventures et destins des corsaires granvillais (1688-1815), Caen, 2010 [à paraître] ; Étienne Lambert, Nobles du bocage, nobles de la plaine. Étude sociale de la noblesse des élections de Vire, Domfront, Argentan et Falaise au XVIIIe siècle, Caen, 2010 [à paraître] ; Xavier Pagazani, Demeures campagnardes de la petite et moyenne noblesse de haute Normandie (1450-1600), thèse dactylographiée sous la direction de C. Mignot, Paris IV-Sorbonne, 2009.

49 Voir aussi Alain Hugon, « Existe-t-il une Fronde normande ? », Catherine Bougy, Sophie Poirey (dir.), Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (Xe-XVIIIe s), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 233-246.

50 Ariane Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca. 1550-ca. 1600), Genève, Droz, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540