Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Annexes

Annexe V. Les conseillers du roi bâtisseurs

Flaminia Bardati

Texte intégral

  • 1 Pour le cadre général, voir Henri Zerner, L’art de la Renaissance en France. L’invention du classi (...)

1Observé du point de vue de l’art de bâtir, le long règne de François Ier permet de suivre le parcours qui amena l’architecture française de la « cohabitation » entre flamboyant et première Renaissance, héritage du règne de Louis XII, à la floraison de la seconde Renaissance durant le règne d’Henri II, caractérisée par l’adoption d’un classicisme porté à sa maturité, nourri des traités d’architecture italiens et français ainsi que par les premières œuvres des grands architectes du XVIe siècle, tels que Lescot, Delorme, Primatice, Serlio, Bullant et Du Cerceau1.

2Ce parcours fascinant, ponctué par les travaux extraordinaires commandés par le roi tout au long de son règne, du Val de Loire à l’Île-de-France, s’enrichit grâce aux résidences des Grands du royaume, dont beaucoup firent partie du Conseil. D’autre part, l’architecture, bien qu’elle requière de grands moyens et beaucoup de temps pour sa réalisation, détient, pour ce qui est de la « politique de l’image », une place fondamentale : les membres de l’élite sociale, quelle que soit leur origine, y ont volontiers recouru pour afficher leur position.

  • 2 Monique Chatenet, « Francesco I architetto : i documenti », dans Arturo Calzona, Paolo Francesco F (...)

3S’interroger sur les conseillers de François Ier en tant que bâtisseurs comporte toutefois plusieurs perspectives de lecture. Issus de catégories sociales variées – allant des princes du sang et de la noblesse d’épée à celle de robe, des chefs militaires aux cardinaux, des financiers aux prélats, des femmes chères au souverain aux juristes – les conseillers représentent un échantillon social extrêmement différencié où la volonté de s’engager (ou non) dans le domaine du bâtiment répond à des motivations extrêmement diverses. Si pour certains le moteur est le désir d’afficher un nouveau statut, pour d’autres c’est la commodité de disposer d’une demeure dans l’un des lieux de séjours habituels du roi, mais ce peut être aussi de continuer une tradition familiale, de se consacrer à une vraie passion pour la pierre, ou encore de flatter François Ier, dont l’amour pour l’architecture est bien connu2. De même, les choix d’implantation, les typologies privilégiées, l’adhésion plus ou moins marquée aux modes nouvelles s’inscrivent dans des logiques polyvalentes.

  • 3 Sur ce sujet capital, voir Claude Anthenaise et Monique Chatenet (dir.), Raphaël Abrille, (coll.),(...)

4La localisation des édifices bâtis par les conseillers durant le règne de François Ier (cartes I à IV) répond à des stratégies très variées. L’ascension sociale, le renforcement du patrimoine familial, la création d’un réseau d’influence ou la nécessité d’être présent à la cour constituent les facteurs qui guident les conseillers (tout comme l’ensemble de ceux qui gravitent autour du souverain) dans l’achat de terres ou dans le choix de privilégier une possession ou une autre pour édifier une demeure. Tous, enfin, espèrent être honorés, un jour, par la visite du roi et, dans cette perspective, les domaines entourés de forêts giboyeuses acquièrent une place de premier plan3.

Carte I – Vers 1500-1514.

Carte II – 1515-1525.

Les conseillers et leurs édifices (règne de François Ier uniquement)

Conseiller

Édifice

Carte

Albret (Henri)

château de Nérac (47)

II, n

Alençon (Charles)

château de Montmirail (72)

II, s

Annebault (Claude)

château d’Appeville-Annebault (27)

IV, y

château de La Hunaudaye (Plédéliac, 22)

II, x

château de Eubécourt (27)

III, U

Babou (Philibert)

château de La Bourdaisière (Montlouis-sur-Loire, 37)

II, h

hôtel (Tours, 37)

II, p

hôtel de Clisson, Paris

II, t

château de Chissay (Chissay-en-Touraine, 41)

IV, q

Bondésir, chapelle (Montlouis-sur-Loire, 37)

IV, r

Batarnay (Ymbert)

château de Montrésor (37)

I, A

Montrésor, collegiale (37)

II, m

Bochetel (Guillaume)

château de Breuilhamenon (Plou, 18)

IV, o

château de La Foret (Thaumiers, 18)

IV, p

Bossut (Nicolas)

château de Marchais (02)

IV, i

Bourbon (Louis)

palais abbatial (Saint-Denis, 93)

II, z

château de Condé (Condé-en-Brie, 02)

III, A

palais archiépiscopal (Sens, 89)

III, B

château de Brienon (Brienon-sur-Armançon, 89)

III, C

château d’Anizy (Anizy-le-Château, 02)

IV, z

Breton (Jean)

château de Villesavin (Tours en Sologne (41)

III, T

château de Villandry (37)

III, G

hôtel (Fontainebleau, 77)

I III, R

hôtel (Saint-Germain en Laye, 78)

II, Q

Chabannes (Jacques II)

château de La Palice (Lapalisse, 03)

II, r

Chabot (Philippe)

château de Pagny (Pagny-le-château, 21)

III, D

château d’Apremont (85)

III, E

château de Fontaine-Française (21)

III, F

De Beaune (Jacques)

château de La Carte (Ballan-Miré, 37)

I, G

Ballan Miré, église (37)

I, G

château de Semblançay (37)

II, q

hôtel de Beaune (Tours, 37, 1ère campagne)

I, F

hôtel de Beaune (Tours, 37, (2ème campagne)

II, d

Du Bellay (Jean)

château de Saint-Maur (Saint-Maur-des fossés, 94)

IV, c

hôtel (Fontainebleau, 77)

IV, e

Duprat (Antoine)

château de Nantouillet (77)

II, f

hôtel (Fontainebleau, 77)

III, O

hôtel (Saint-Germain en Laye, 78)

III, P

Vanves, maison de plaisance (92)

III, L

Salle du Légat, hôtel-Dieu, Paris

III, M

autel, abbaye de Fleury (Saint-Benoît sur Loire, 45)

III, N

Este (Hippolyte)

Grand Ferrare (Fontainebleau, 77)

IV, d

logis abbatial, Fontaine-Chaalis ( 60)

IV, f

maison de plaisance, Chaillot, Paris

IV, t […]

Foix (Odet)

château de Coutras (33)

II, w

Fouet (Thierry)

château de Dornes (58)

III, H

Genouillac (Jacques)

Lonzac, église (17)

I, L

château d’Assier (46)

I, H-II, e

Assier, église (46)

IV, n

Gouffier (Artus)

château de Boisy (Pouilly-les-Nonains, 42)

II, a

château d’Oiron, portique de l’aile ouest (79)

II, b

Gouffier (Guillaume II)

château de Bonnivet (Vendeuvre-du-Poitou, 86)

II, c

La Tremoille (Louis II)

château de Thouars, chapelle (79)

I, E

Montmorency (Anne)

château de Chantilly (60, 1re campagne)

II, o

château d’Ecouen (95)

IV, b

château de Fère-en-Tardenois (02, 1re campagne)

IV, a

château de Châteaubriant (44)

IV, s

Neufville (Nicolas)

hôtel Villeroy, Paris

II, l

Pisseleu (Anne)

château de Meudon (92, ailes latérales)

IV, g

Robertet (Florimond)

château d’Alluyes, chapelle, fresques (28)

I, D

hôtel d’Alluyes (Blois, 41)

I, C

château de Bury (Molineuf, 41)

I, B

Sanguin (Antoine)

château de Meudon (92)

II, i

Vanves, maison de plaisance (92)

IV, h

Savoie (René)

Château-Gaillard, manoir (Amboise, 37)

I, M

Selve (Jean)

château de Cromières (Cussac 87)

II, g

château de Villiers-le-Châteauatel (Cerny, 91)

III, S

Tournon (François)

collège, (Tournon-sur-Rhône, 07)

IV, l

château de Roussillon (38)

IV, m

Trivulce (Jean-Jacques)

mausolée, Milan, église San Nazaro

Légende des cartes.

Carte III – 1525-1536.

Carte IV – 1537-1547.

5En ce qui concerne les typologies – plan, élévation, décor – le discours devient plus complexe. On serait tenté de chercher des caractères communs qui déterminent les choix des conseillers bâtisseurs, sinon dans leur ensemble du moins en ce qui concerne les groupes sociaux les plus facilement identifiables. Mais s’il est difficile de mettre en évidence une hypothétique « typologie du conseiller », il est également impossible de discerner des typologies spécifiques (« cardinalices », « nobles », « bourgeoises »). Les connexions et les similitudes que l’on peut reconstruire suivent d’autres règles : les réseaux familiaux, la tradition locale, la possibilité d’accéder aux mêmes maîtres d’œuvre et ouvriers, ou tout simplement l’émulation des modèles qui jouissent d’un succès immédiat.

  • 4 Certains s’y intéressent peu ou même pas du tout comme Jean de Lorraine, Jean Brinon, Gaucher de D (...)
  • 5 Malgré le contact avec plusieurs artistes italiens, tels Cellini et Serlio, ce sont plutôt la poés (...)

6Il ne faut pas oublier, enfin, la singulière absence de certains conseillers, et non des moindres, dans ce panorama4 : si pour des personnages qui jouirent de brèves périodes de faveur le phénomène n’a rien d’étonnant, le manque d’intérêt envers l’architecture de la part de mécènes tels que Jean de Lorraine, ou Marguerite d’Angoulême par exemple, ne laisse pas de surprendre5.

  • 6 Jean-Pierre Babelon, par exemple, utilise cette subdivision : 1515-1525, « Le jeune art de la Loir (...)

7Ce n’est peut-être pas par hasard que les trois phases politiques principales du règne de François Ier proposées dans ce livre et fortement marquées par la césure de Pavie, coïncident, plus ou moins, avec trois périodes assez homogènes du point de vue du style : contamination entre flamboyant et ornements à l’antique, avec épicentre dans le Val de Loire (1515-1530) ; floraison de la première Renaissance caractérisée par la reprise des chantiers royaux du Val de Loire et par le déplacement graduel de la cour vers Paris et l’Île-de-France (1530-1540) ; explosion de l’architecture classique, appuyée par la théorie et par les œuvres des architectes (à partir de 1540)6. Bien évidemment, ces démarcations ne sont jamais très nettes et plusieurs décalages apparaissent d’une région à l’autre, d’un commanditaire à l’autre.

Avant 1515 : prélude

  • 7 Le corps de logis est commencé en 1498 (Julien Noblet, Sanctuaires dynastiques ligériens, Châtillo (...)
  • 8 Commencée en 1499, la façade, dont la galerie reçoit quelques éléments Renaissance (pilastres scul (...)
  • 9 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 742. Nous n’avons pas d’éléments de datation pour son hôtel Blés (...)
  • 10 La chronologie de la construction de ce superbe château a été complètement rétablie par Marie-Rose (...)
  • 11 Nativité de la Sainte Vierge, cf. François de Vaux de Foletier, « L’église de Lonzac », Congrès Ar (...)
  • 12 Charles Robertson, « Bramante and Gian Giacomo Trivulzio », in Christoph Luitpold Frommel, Luisa G (...)
  • 13 La construction du mausolée, adossé à la façade paléochrétienne de l’église San Nazzaro (Milan) co (...)

8La plupart des hommes qui secondaient François Ier à son avènement avaient connu à la fois le sommet de l’art flamboyant dans l’architecture civile, durant la deuxième moitié du XVe siècle, le rêve italianisant de Charles VIII et les retombées artistiques de la domination du Milanais sous Louis XII. Ils avaient tous vu s’agrandir les châteaux d’Amboise et de Blois, bâtir le Verger du maréchal de Gié et reconstruire le Gaillon du cardinal d’Amboise. Beaucoup s’étaient lancés eux-mêmes dans de grandes entreprises architecturales bien avant l’avènement de François Ier : c’est le cas de Batarnay à Montrésor7, de Robertet avec le château de Bury (fig. 1) et l’hôtel d’Alluye à Blois ; de La Tremoille avec la collégiale Notre-Dame de Thouars8 ; de Semblançay, dont la première campagne de sa demeure tourangelle date de 1506 et la chapelle castrale de La Carte (à Ballan-Miré) de la fin du XVe siècle9 ; ou de Galiot de Genouillac qui, vers 1512 entreprend la construction du château d’Assier10 et, à la mort de sa femme, en 1514, commande une église à Lonzac11. Quant à Jean-Jacques Trivulce, si son activité de bâtisseur s’était concentrée à Milan et en Lombardie au tout début du siècle12, elle se focalisa durant le règne de François Ier sur son mausolée et sur le projet du tombeau monumental confié à Léonard de Vinci mais resté inachevé13.

Fig. 1 – Château de Bury (Loir-et-Cher), plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.

  • 14 La sainte-chapelle de Thouars est également un édifice majestueux qui influença des constructions (...)
  • 15 Annie Cosperec, Blois. La forme d’une ville, Paris, Imprimerie nationale, 1994, p. 159-162.
  • 16 Flaminia Bardati, « Il bel palatio in forma di castello ». Gaillon tra Flamboyant e Rinascimento, (...)
  • 17 Ce château, bâti vers 1500 pour le maréchal de Gié et malheureusement détruit, comportait deux cou (...)
  • 18 Au Verger la basse-cour et la grande-cour rectangulaire sont alignées sur le même axe, tandis qu’à (...)
  • 19 Sur les escaliers français de la période voir Jean Guillaume, « L’escalier dans l’architecture fra (...)
  • 20 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 20 (...)
  • 21 Jean Guillaume, « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIIe siècle », Revue de l’art, 12 (...)
  • 22 Commandé par Pierre de Rohan, il fut habilement récupéré par Robertet et placé au milieu de la gra (...)

9Dans cet ensemble d’édifices, qui concernent surtout l’architecture résidentielle14, ce sont les constructions de Florimond Robertet qui jouent un rôle considérable en tant que modèles pour les réalisations de la première phase du règne, et pas seulement parmi les conseillers. L’hôtel d’Alluye, tout comme les fresques dans la chapelle castrale de la seigneurie homonyme, témoigne de la nouvelle position de Robertet en 1508. La partie de l’hôtel en brique et pierre, s’inspire directement du château de Louis XII mais interprète aussi le modèle de l’hôtel Jacques Cœur à Bourges. Les deux étages en portique de la galerie sur cour montrent un goût italianisant assez marqué, souligné par l’emploi de colonnes en marbre et par les tondi en terre cuite avec des profils d’empereurs15. La référence à l’antiquité romaine – utilisée au même moment par Georges d’Amboise à Rouen, à Gaillon et dans le château de son neveu à Meillant16 – ainsi que le recours à un matériau cher et « exotique » comme le marbre montrent la puissance et les moyens de Robertet. S’inspirant du Verger17 pour la régularité du plan (cour quadrangulaire et tours rondes aux quatre angles)18, Bury en augmente le souci de symétrie grâce à l’axe qui, en plan, court de l’entrée jusqu’à la chapelle située au fond du jardin, et, en élévation, amplifie la hiérarchie des éléments convergeant sur le pavillon central qui abrite le passage vers le jardin et l’escalier rampe sur rampe. Ce dernier, « dans œuvre », fait ici une de ses premières apparitions19, ouvrant la voie à de nouvelles dispositions internes, destinées à bouleverser la distribution des châteaux français20. Le rapport de continuité entre logis et jardin est également une innovation qui aura une grande fortune21. Si les tours et le châtelet d’entrée conservent l’aspect défensif des châteaux de la génération précédente, la partie de l’aile d’entrée présente des nouveautés importantes : côté cour, le portique soutenu par treize arcades en plein cintre, cadrées par l’ordre d’architecture, modernise et rationalise le modèle de Gaillon. La terrasse au-dessus montre la nouvelle conception du rapport entre édifice et paysage, déjà inaugurée au Verger. En hommage à l’art italien, enfin, le château exposait le David en bronze de Michel-Ange22.

Après 1515 : continuité et expérimentation

  • 23 Faute de sources, il est difficile de savoir si la porte monumentale commandée par Charles d’Alenç (...)
  • 24 Jean Guillaume, Le château de Bonnivet. Entre Blois et Chambord : le chaînon manquant de la premiè (...)
  • 25 Il ne semble pas être intervenu dans son château de Châtelperron (Allier).
  • 26 Jean-Pierre Babelon, op. cit., respectivement p. 176-178 et 745.
  • 27 AN, 117 mi 345, 1, pièce 9.
  • 28 Outre l’acquisition de nouvelles terres, il obtient de François Ier, en 1521, l’institution d’un m (...)
  • 29 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 742. Dès 1520 Babou et sa femme achètent plusieurs terres et sei (...)
  • 30 Françoise Boudon, André Chastel, Hélène Couzy et Françoise Hamon, Système de l’architecture urbain (...)
  • 31 1522. Julien Noblet, Sanctuaires ligériens, op. cit., p. 168.
  • 32 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 51-52.
  • 33 La construction du château commence en 1527, en concomitance avec le mariage de Montmorency et Mad (...)
  • 34 Sylvie Le Clech-Charton, op. cit., p. 61.

10Le début du règne est marqué par la continuité avec la période précédente. Chez les conseillers, la donnée la plus intéressante est la mise en relation directe de l’acquisition d’un statut nouveau avec l’achat d’une seigneurie et avec la construction d’une grande demeure : la faveur reçue est tout naturellement affichée à travers l’architecture23. Entre 1515 et 1517 on voit Artus Gouffier travailler aux châteaux de Boisy et d’Oiron ; Bonnivet24 (fig. 2), La Palice25 et Semblançay lancer les constructions des châteaux homonymes26. L’activité de bâtisseur de Jacques de Beaune subit une accélération après 1515 : non seulement à cause de la baronnie de Semblançay mais aussi avec l’agrandissement de son hôtel tourangeau et avec une série de commandes dans son fief de Ballan-Miré (édification du Grand Moulin, sur le Cher, et de l’église de Saint-Venant). De même pour Galiot, qui poursuit à une nouvelle échelle les travaux de son château d’Assier, l’amenant vers le type à cour orthogonale flanquée de tours. L’acquisition de la seigneurie de Nantouillet et le commencement de la construction du nouveau château (fig. 3)27 datent du début de 1517 : l’Auvergnat Duprat s’installe ainsi près de Paris et pose les bases territoriales de l’ascension sociale de sa famille28. Autour de 1520 datent aussi les châteaux de Cromières à Coussac et de La Bourdaisière à Montlouis, commandés respectivement par Jean de Selve et Philibert Babou29, la première campagne de celui de Meudon, commencé par Antoine Sanguin avant qu’il ne le cède à sa nièce la duchesse d’Étampes, et l’hôtel de Villeroy, demeure parisienne de Nicolas de Neufville30. En 1522 Batarnay fonde la superbe collégiale Saint-Jean-Baptiste à Montrésor (fig. 4), où les travaux débutent aussitôt31. À peu près à la même date, Henri d’Albret ajoute peut-être un logis ouvert par un portique et des jardins au château de Nerac32. Les derniers épisodes de cette phase, précédant Pavie, sont le début des travaux aux jardins de Chantilly, en 1524, avec lesquels Anne de Montmorency inaugure sa carrière de grand bâtisseur33, et l’hôtel de Philibert Babou à Tours34, commencé en 1525, peut-être par les maçons Martin et Gatien François.

Fig. 2 – Château de Bonnivet (Vienne), hypothèse de restitution en plan et élévation (d’après J. Guillaume, Le château de Bonnivet. Entre Blois et Chambord : le chaînon manquant de la première Renaissance, Paris, Picard, 2006.

Fig. 3 – Château de Nantouillet (Seine-et-Marne), hypothèse de restitution du plan en 1535 (dessin L. Menegatti 2010).

  • 35 Après sa mort en 1519 ce sera sa veuve qui continuera les travaux et fera construire la chapelle f (...)
  • 36 Ce sera Anne de Pisseleu qui fera ajouter deux ailes en portique, pour encadrer la cour, vers 1539 (...)
  • 37 Voir la synthèse sur ce moment délicat de l’architecture française dans Jean Guillaume, Le château (...)

11Malgré l’origine sociale variée des bâtisseurs, on note chez eux des traits communs. D’abord, ils ont tous reçu de nouvelles charges à l’avènement de François Ier et dans certains cas aussi des marques très remarquables de la faveur royale : l’engagement dans de nouvelles entreprises architecturales suit de très près ces événements. Pour ce qui est de l’architecture résidentielle, on remarque dans les partis adoptés des éléments assez récurrents. Si la construction ne doit pas tenir compte de structures précédentes, le château adopte volontiers un plan régulier, sur le modèle du Verger ou de Bury, avec la cour principale carrée ou rectangulaire entourée de corps de bâtiment, dont une aile en portique ; aux angles se trouvent des tours circulaires (Bonnivet) ou des pavillons avec des tourelles en encorbellement (Nantouillet, Meudon). Dans quelques cas, les travaux concernent l’édification d’un nouveau logis, reliant souvent l’ancien château à la chapelle (La Palice, Semblançay, où de Beaune construit aussi la chapelle, Oiron, où Gouffier édifie la galerie est35, Nérac, La Bourdaisière). À quelques exceptions près, l’escalier, qu’il soit en vis (Bonnivet) ou rampe-sur-rampe (Oiron, Nantouillet, Meudon), est désormais dans œuvre, souvent dans l’axe de l’édifice. Le premier Meudon présente la nouveauté de réduire l’édifice à un seul corps de bâtiment terminé des deux côtés par des pavillons rectangulaires36. Le décor à l’antique fait son apparition de manière de plus en plus marquée, suivant les exemples de Bury, de l’aile François Ier de Blois et de Chambord, se mêlant avec des structures et des motifs qui restent en bonne partie flamboyants37. On en a un exemple avec les colonnes à larges cannelures torses (Oiron, Nérac, au fût plus étroit à Nantouillet), qui parfois reçoivent de l’ornementation sculptée, les pilastres à candélabre superposés qui définissent les travées verticales, ainsi que les lucarnes et les coursières qui adoptent des formes classiques. En ce qui concerne les demeures urbaines de Semblançay, Neufville et Babou, les traits communs consistent en la présence d’une petite cour bordée d’une galerie en portique qui relie le logis principal à un bâtiment mineur sur rue, selon les modèles mis au point durant le règne de Louis XII.

Fig. 4 – Montrésor (Indre-et-Loire), collégiale Saint-Jean Baptiste, façade (cliché J. Noblet).

  • 38 Je remercie Étienne Hamon qui m’a signalé les documents relatifs à cet édifice.
  • 39 Gustave Macon, Les architectes de Chantilly au XVIe siècle, Senlis, E. Dufresne, 1900, p. 7-9 et 1 (...)
  • 40 Florian Meunier, Martin Chambiges (v. 1460-1532). L’architecte des cathédrales flamboyantes, thèse (...)
  • 41 Comme le remarque Du Cerceau « il ne tient parfaictement de l’art Antique ni moderne, mais des deu (...)
  • 42 Selon Gebelin les murs externes et les tours de la forteresse médiévale ont été conservés, en ouvr (...)

12Pavie marque aussi un tournant dans le domaine de la construction. De nombreux travaux sont interrompus par la mort prématurée de leurs commanditaires mais au cours des années de la captivité d’autres chantiers sont lancés : dans l’attente d’hériter de tous ses titres, Annebault fait aménager un grand escalier dans le petit château de la Hunaudaye, en Bretagne ; Lautrec commence le château de Coutras, dont le projet imposant est interrompu à sa mort en 1528 ; le cardinal Louis de Bourbon, en dépit du « lourd nom de Bourbon », entreprend la réalisation d’un nouveau logis abbatial à Saint-Denis38 ; Galiot de Genouillac continue la construction du château d’Assier, dont les ailes ajoutées intègrent les nouveautés ornementales du Val de Loire et de l’Île-de-France. Au cours de 1527, enfin, sont documentés les premiers travaux à Chantilly (fig. 5) conduits par Pierre Chambiges sous le contrôle de Guillaume de Montmorency39, ce qui, au vu de la formation de Pierre auprès de son père Martin sur les chantiers des cathédrales de Beauvais et Troyes40, pourrait expliquer le caractère encore hybride de l’ensemble41. Malgré la forme triangulaire du site, Chantilly adoptait les mêmes conceptions observées jusqu’ici : cour entourée d’ailes, soulignées par d’imposantes tours circulaires aux angles42. Le décor Renaissance caractérisait les deux ailes en équerre, rythmées par un ordre de colonnes corinthiennes (aile N-E) et de pilastres composés (aile N-O), sur piédestal, mais les logis plus anciens furent aussi ornés de tondi et d’autres antiquailles, dont Montmorency était l’un des grands collectionneurs.

Fig. 5 – Château de Chantilly (Oise), vue de la cour avec les ailes nouvelles (à gauche) et le bâtiment ancien orné des tondi (à droite), d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.

Après Madrid : la mise au point des formules nouvelles, entre politiques de proximité et renforcement des possessions familiales

  • 43 Voir la synthèse sur ce sujet dans Flaminia Bardati, « Francesco I e il rinnovamento urbano di Par (...)
  • 44 Jacques Androuet Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France, éd. cit., p. 187.
  • 45 Monique Chatenet, « Fontainebleau, résidence favorite des derniers Valois », dans Sabine Frommel ( (...)
  • 46 Charles Bonnet, « Saint-Germain-en-Laye sous François Ier. D’après les Minutes du Notariat royal d (...)
  • 47 Ibid., p. 367.
  • 48 Si la date du document cité par M. Bonnet (ibid., p. 382) est vraiment 1549, il pourrait s’agir so (...)
  • 49 Ibid., p. 369.
  • 50 Ibid., p. 368.
  • 51 Monique Chatenet, op. cit., p. 63-105.
  • 52 Ibid., p. 103-105.

13Le retour de François Ier donne une nouvelle impulsion à l’activité architecturale, concentrée surtout à Paris et en Île-de-France, notamment à Fontainebleau puis à Saint-Germain-en-Laye chers à François Ier, mais qui est motivée par les enjeux politiques concernant la capitale43. Toutefois, chez les conseillers, ce phénomène est moins important que ce que l’on pourrait imaginer. Certes, sans aucun doute tous ont la possibilité de bien se loger à Paris et, comme le souligne Du Cerceau, la prédilection du roi pour Fontainebleau « fut la cause que plusieurs grands seigneurs y firent bastir chacun en son particulier44 ». Parmi les conseillers Duprat, la duchesse d’Étampes, Montmorency, Chabot, Annebault, Jean Du Bellay, Hippolyte d’Este, Nicolas de Neufville, Guillaume Bochetel et Jean Breton ont leurs demeures autour du château et ils y interviennent de manière plus ou moins importante45. À Saint-Germain-en-Laye il semble que les achats aient été un peu moins nombreux46 ; toutefois il est facile de reconnaître les biens des Guise47, d’un cardinal de Bourbon48, de Duprat49 et de Jean Breton50. D’autre part les conseillers les plus proches étaient généralement logés dans les châteaux royaux51, même quand ils possédaient de superbes demeures, comme le montrent bien les exemples du Grand Ferrare, propriété du cardinal d’Este à Fontainebleau en 1542 et du séjour de Montmorency au Louvre en 156652.

  • 53 Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 262-264, 353-355, 363-367, 378-379 et 536-542.
  • 54 Ibid., p. 323-324, 384-386 et 440-447.
  • 55 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 251-252.
  • 56 Xavier Pagazani, Demeures campagnardes de la petite et moyenne noblesse de Haute-Normandie (1450-1 (...)
  • 57 Ibid., p. 219-221.
  • 58 Patrick Ponsot, « Le château de Villesavin », Bulletin monumental, t. 148-IV, 1990, p. 383-416.
  • 59 Ibid., p. 243. La loggia, dont la disposition externe est très italianisante, a été réalisée pour (...)

14En revanche, si l’on observe la localisation des travaux entrepris par les conseillers entre 1529 et 1536, on s’aperçoit qu’à l’exception de Duprat, dont l’action se concentre sur Paris, les autres choisissent de bâtir dans leurs seigneuries et possessions. Au cours de ces années, Louis de Bourbon alterne les travaux entre les domaines familiaux (Condé-en-Brie) et ceux de son siège archiépiscopal de Sens, obtenu le lendemain de la mort de Duprat (palais de Sens, château de Brienon-sur-Armançon)53. Philippe de Chabot partage avec l’oncle de sa femme, le cardinal de Givry, les travaux de Pagny et de Fontaine-Française54, mais s’engage aussi dans l’édification d’une superbe demeure fortifiée à Apremont (Vendée), à la jonction des provinces dont il était amiral et lieutenant général55. Annebault commence la construction d’un logis à Eubécourt56. En plus de ses hôtels de Paris, Fontainebleau et Saint-Germain, au cours des mêmes années Jean Breton construit les superbes demeures de Villandry (autrefois Coulombiers)57 et Villesavin(fig. 6)58, affichant sa nouvelle fortune en Val de Loire. Un an après avoir reçu la charge de président de la chambre des comptes de Bourgogne et de secrétaire signant en finance, Thierry Fouet commence la construction du château de Dornes (Nièvre)59.

Fig. 6 – Château de Villesavin (Loire-et-Cher), façade sur jardin.

Fig. 7 – Château d’Ecouen (Val d’Oise), vue d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.

  • 60 Ou avec une aile d’entrée décidément plus basse que le reste. Font exception Fontaine-Française et (...)
  • 61 Rarement, désormais, les pilastres flanquent les baies mais sont placés plus ou moins à l’entraxe.

15Des solutions nouvelles, indépendantes des formules flamboyantes et des modèles du Quattrocento italien, commencent à se développer dans l’architecture française et les conseillers participent à ce processus. Par rapport au quadrilatère régulier qui caractérisait les réalisations de la période précédente, la plupart des édifices adoptent un plan ouvert ou clos par une aile d’entrée plus basse60 : un corps de logis principal terminé par des tours (Dornes) ou deux pavillons (Pagny), d’où partent une (Brienon-sur-Armançon) ou deux ailes latérales (Condé-en-Brie, Villandry, Villesavin), souvent terminées elles aussi par des pavillons, dont un peut abriter la chapelle (Villesavin). Parfois, comme à Villandry, l’ancien donjon est conservé et intégré dans la nouvelle construction, pour montrer l’ancienneté de la seigneurie, selon le procédé déjà adopté par Thomas Bohier à Chenonceau. Les élévations présentent généralement des travées régulières, alternant, avec équilibre, pleins et vides, scandées par pilastres et moulures qui vont de plus en plus vers les conceptions classiques61 mais encore ouvertes à des interprétations fantaisistes. Les parties hautes sont encore l’objet d’un décor plus animé, bien que les lucarnes emploient les éléments à l’antique qui font désormais partie du langage commun.

Les dix dernières années du règne

  • 62 Monique Kitaeff, « Le château de Saint-Maur-des-Fossés », Fondation Eugène Piot. Monuments et Mémo (...)
  • 63 C’est en 1541 qu’Antoine Sanguin se dote d’une villa à Vanves, proche de celle qui avait appartenu (...)
  • 64 Construit vers 1540 pour Nicolas de Bossut (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 716).
  • 65 Voir le point sur les commandes du cardinal d’Este en France dans Sabine Frommel, « Le residenze d (...)
  • 66 Pour le rôle de Serlio chez le cardinal de Tournon, voir Sabine Frommel, Sebastiano Serlio : archi (...)
  • 67 Marie-Rose Prunet-Tricaud, op. cit.
  • 68 Bruno Tollon, « L’église d’Assier », Congrès archéologique de France, 147.1989 (1993), p. 125-136.
  • 69 Xavier Pagazani, op. cit., I, p. 87 et note 858.
  • 70 Il s’agit des châteaux de Breuilhamenon (1540) et de La Forêt (1542), situés à moins de 70 km l’un (...)
  • 71 Sylvie Le Clech-Charton, Chancellerie et culture, op. cit., p. 217 ; Philippe Hamon, « Entre salut (...)
  • 72 François-Charles James, « Le château de Châteaubriand », Congrès Archéologique de France, 126, 196 (...)
  • 73 Le château de Gandelu (Aisne) dont les travaux de reconstruction projetés en 1554 par le connétabl (...)

16À l’instar des déplacements de François Ier à partir de 1537 et jusqu’à la fin du règne, le centre de gravité se déplace plus fortement vers l’Île-de-France, grâce surtout à l’action de Montmorency (Fère-en-Tardenois, première campagne ; Ecouen, fig. 7), et de ses « clients » (Jean Du Bellay à Saint-Maur, fig. 862), d’Anne de Pisseleu et de son entourage (Meudon, Vanves63 et Marchais64) et du cardinal Hippolyte d’Este (Grand Ferrare à Fontainebleau, fig. 9, et logis abbatial à Chaalis65). Toutefois d’autres, comme les cardinaux François de Tournon (collège à Tournon-sur-Rhône ; Roussillon66) et Louis de Bourbon (Anizy) restent attachés à leurs possessions familiales. De même pour l’entrée monumentale (fig. 10) et la chapelle castrale d’Assier, commencées l’une en 153767, l’autre en 154068 et pour l’imposant projet du château d’Appeville-Annebaut, que l’amiral fait ériger après sa nomination en 154469. Mais ce ne sont pas uniquement les princes de l’Église et les nobles qui privilégient ce choix. Guillaume Bochetel préfère investir dans ses terres de Plou et Taumiers70. Philibert Babou, dont l’action foncière et architecturale est toujours partagée par sa femme, continue à agrandir ses possessions autour de Montlouis, avec l’acquisition du château de Chissay et la fondation d’une collégiale dans la chapelle de Bondésir, en 1544, destinée à accueillir les sépultures du couple71, s’inspirant, semble-t-il, de Thouars et Montrésor. Enfin, les petits travaux entamés par Anne de Montmorency en 1543 à Châteaubriant72, que lui avait légué Jean de Laval, invitent à se demander si le choix d’un tel lieu, si loin de sa zone d’influence habituelle73, ne doit pas être mis en relation avec sa disgrâce de 1541.

Fig. 8 – Château de Saint-Maur (Val de Marne), plan et élévation de la façade sur cour, d’après P. Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1563, respectivement fos 17 vo et 250 vo.

Fig. 9 – Fontainebleau (Seine-et-Marne), Grand Ferrare, vestiges du portail.

  • 74 Selon Claude de l’Aubespine le château de La Forêt-Thaumiers de Bochetel présentait un plan plus t (...)
  • 75 La parution des livres IV (1537) et III (1540) du traité de Sebastiano Serlio, puis la présence du (...)
  • 76 Ce processus concerne surtout les cardinaux : Du Bellay/Delorme ; Este/Serlio et Primatice ; Tourn (...)
  • 77 visibles sur la vue de Gaignières (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 263).
  • 78 le motif du portail couronné par une niche abritant une statue relève de deux modèles napolitains (...)

17Ce dernier ensemble d’édifices est marqué, pour la plupart74, par la régularisation des plans et des élévations, selon des schémas de plus en plus proportionnés grâce à l’emploi des cinq ordres antiques75, mais surtout par l’apparition des architectes en tant qu’intermédiaires cultivés entre commanditaire et maîtres-maçons76. Parfois, grâce à l’emploi des ordres à l’antique, on actualise le parti des constructions existantes, comme à Assier, où, en 1535 la nouvelle entrée monumentale77, ornée de la statue équestre de Galiot78, est accrochée à l’aile occidentale.

Fig. 10 – Château d’Assier (Lot), vestiges de l’entrée monumentale.

  • 79 Emplacement peu commun, qui rappelle la solution de Duprat à Nantouillet.
  • 80 Monique Chatenet, op. cit., p. 279-283.
  • 81 Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, Frederic Morel, 1567, fo 17 vo.
  • 82 Jean-Pierre Babelon, « Du Grand Ferrare à Carnavalet, naissance de l’hôtel classique », Revue de l (...)
  • 83 Monique Chatenet, op. cit., p. 284-285.
  • 84 Ibid., p. 262.

18Parmi les réalisations du début des années 1540 trois édiices, plus ou moins contemporains, semblent incarner les tendances nouvelles : ecouen (fig. 7, Montmorency), Saint-Maur (fig. 8, Jean Du Bellay) et le Grand Ferrare (fig. 9, Hyppolite d’este). en dehors des interventions plus tardives de Bullant, le château d’ecouen présente déjà des nouveautés importantes. Trois corps de même hauteur entourent la cour quasiment carrée, fermée à l’est par l’aile d’entrée, plus basse (en portique, comme à Bury) et cantonnée par quatre pavillons rectangulaires, dont celui du sud-est est occupé par la chapelle (comme à villesavin). le logis principal, toutefois, n’est pas celui situé au fond de la cour, à l’ouest, qui contient une galerie : ce sont les ailes nord et sud qui abritent respectivement au bel étage l’appartement du roi et ceux du connétable et de son épouse. Le premier, doté de salle, comprend la galerie de l’aile ouest. L’appartement de Montmorency occupe l’angle opposé, près de la chapelle, comprenant une deuxième galerie située au-dessus de l’aile d’entrée79 et une série impressionnante de pièces annexes : une librairie, un oratoire privé ouvrant sur la chapelle et, au sous-sol, un appartement de bains80. Le plan de Philibert Delorme pour la résidence de Jean Du Bellay81 présente également trois logis, dont celui du cardinal est reconnaissable par la présence de la galerie, tandis que les deux autres se succèdent dans l’aile opposée. Mais c’est surtout dans les élévations que l’on perçoit des nouveautés : les hauts combles à la française sont remplacés par un étage attique, très classique, les façades sont conçues en fonction des proportions déterminées par les ordres ; consacrée aux Muses de François Ier, la demeure est remplie de la collection d’antiques que le cardinal a pu réunir à Rome, où il passe la plupart de son temps depuis 1534. Au Grand Ferrare, enfin, Sebastiano Serlio réalise une résidence secondaire, délibérément sobre selon les intentions d’Hippolyte d’Este, mais destinée à marquer la typologie de l’hôtel particulier82. Savant mélange d’éléments français et italiens, le Grand Ferrare, en rez-de-chaussée surélevé, se compose de trois ailes bordant une cour carrée, fermée par un mur crénelé percé d’un portail rustique. L’appartement du cardinal de Ferrare se trouve à gauche du vestibule, composé de trois pièces, des bains au sous-sol et de la galerie aboutissant à la chapelle, de plan centrée. De l’autre côté du vestibule une grande salle trouve place, suivie dans l’aile droite d’un petit appartement, destiné aux hôtes83. Malgré le désir de sobriété qui avait guidé le cardinal dans la conception initiale, le décor intérieur confié à Primatice et son équipe, le mobilier somptueux, la géométrie équilibrée de l’ensemble, le portail au spectaculaire bossage rustique (une première en France) ainsi que l’emplacement privilégié de l’édifice, face au château royal, assurent le succès immédiat du Grand Ferrare, confirmé par la réception donnée en l’honneur de la duchesse d’Estampes en 154684.

Prédilections, modèles et relations

19Ce bref aperçu des édifices principaux commandés par les conseillers de François Ier montre en premier lieu que ceux-ci ne constituent pas un ensemble homogène et limité, régi par des règles internes. La multiplicité des modèles et des solutions ne fait que suivre le parcours de l’architecture française durant la première moitié du XVIe siècle et confirmer la variété de ses inventions.

  • 85 Trivulce, La Tremoille, Lautrec, Louis de Bourbon, Tournon, Este.

20La plupart des activités des conseillers vont de pair avec l’avancement de leur carrière, et dépendent donc de la durée de la faveur royale, comme le montrent à la fois l’apparition soudaine de plusieurs commanditaires après 1515 et l’arrêt d’activités à la suite de disgrâces – à l’exception notable de Montmorency – même sans en arriver au cas tragique de Semblançay. Chez les favoris d’origine modeste cela semble la règle, à l’exception de Robertet qui réussit remarquablement à maîtriser la durée de la faveur royale, tandis que dans la vieille noblesse et chez les cardinaux, on perçoit une certaine indépendance de l’activité bâtisseuse par rapport à la réception de nouvelles charges85. D’autre part, alors que la célébration d’une nouvelle alliance ou d’une nomination s’affichant dans la construction d’un logis ou d’une chapelle ressortit des modalités féodales traditionnelles, l’accès au Conseil d’hommes neufs correspond à un avancement social qui permet de se montrer sous des traits nouveaux, tant il est vrai qu’« est noble qui vit noblement ».

  • 86 Mais que l’on trouve également à Marchais.

21Par rapport aux équilibres intérieurs du Conseil, on peut signaler quelques corrélations entre certains réseaux d’influence et des partis architecturaux. La profonde similitude entre les châteaux de Meudon (avec les ailes rajoutées par Anne de Pisseleu) et de Marchais, commandé par Bossut, par exemple, pourrait être ainsi interprétée. Il en va de même pour les ressemblances entre Villandry, Villesavin et Ecouen, y compris l’emplacement de la chapelle dans le pavillon gauche86, qui pourraient souligner les liens qui unissaient Jean Le Breton à Montmorency.

  • 87 Nous nous bornerons aux édifices commandés par les conseillers, sans élargir l’analyse à d’autres (...)
  • 88 Relation existant in nuce à l’hôtel de Jacques Cœur à Bourges et développée dans les hôtels de Clu (...)

22Mais il serait imprudent de s’avancer plus loin ; il peut s’agir de pures coïncidences car certaines solutions architecturales connaissent une fortune immédiate et se répandent assez vite, sans qu’il existe de relations privilégiées entre les commanditaires. L’articulation architecturale du passage cour/logis/jardin en est un exemple concret87. Nous avons vu à Bury ce premier rapprochement (fig. 1). Le logis, plus élevé que la cour et le jardin, est traversé dans toute son épaisseur par le pavillon central qui abrite l’escalier rampe sur rampe ; ce type de structure permet à la fois de monter à l’étage et de traverser le bâtiment. Le dénivelé est franchi, des deux côtés, par un escalier extérieur à deux rampes parallèles au logis. À Nantouillet le système de circulation est le même, mais du côté du jardin, grâce à l’ajout d’un porche voûté d’ogives et surmonté d’une chapelle, la solution formelle diffère de Bury et synthétise les modèles urbains de la fin du XVe siècle qui mettent en relation le portique d’entrée et la chapelle88. Le passage cour/logis/jardin est ainsi enrichi par l’ajout du porche et par l’extension verticale escalier/chapelle (fig. 3).

  • 89 AN, N III Eure 56.
  • 90 La présence d’un clocheton laisse penser qu’à Villesavin aussi au-dessus du porche il y avait un o (...)
  • 91 Jean Grolier fait part à Montmorency de l’état de construction de cet élément dans une lettre du 2 (...)
  • 92 Ibid., p. 323-325.

23Les rares informations concernant le château d’Annebault ne permettent pas de vérifier si les deux marches et la légère saisie que l’on aperçoit sur un plan plus tardif89 correspondent à une solution semblable, mais on peut l’envisager. Peu de temps après le système réapparaît à Villesavin pour se rendre, comme à Nantouillet, du logis au jardin, mais en adoptant pour le porche un parti plus classique, avec une ordonnance de pilastres et d’arcs en plein cintre (fig. 6)90. Une version plus élaborée, enrichie par des colonnes et des ornements à l’antique, est réalisée en 1530 à Chantilly (fig. 5)91. Comme à Nantouillet et Villesavin, la pièce haute abritait probablement un oratoire mais ici le porche, placé dans la cour, abrite l’accès au logis. Au début des années 1540 le système subit des modifications. On le retrouve, avec des interprétations très variées, à Challuau, petit château de plan massé construit par François Ier pour la duchesse d’Estampes92, à Saint-Maur et au Grand Ferrare. À Challuau le plan du porche devient polygonal, mais la pièce haute est encore une chapelle.

  • 93 Monique Chatenet, op. cit., p. 262.

24Dans la demeure de Jean Du Bellay à Saint-Maur on retrouve le parti d’ensemble de Bury, enrichi par un imposant perron de 14 marches pour se rendre de la cour au logis, et par un escalier extérieur en forme de cœur pour rejoindre le jardin. Le château ne comportant qu’un étage, la place jusqu’alors réservée à l’escalier rampe sur rampe devient une pièce de passage : le vestibule fait ainsi son apparition dans la distribution française. Cette pièce revient au Grand Ferrare, où Serlio, pour se rendre de la cour au logis, construit un grand perron où l’entourage du dauphin donna avec complaisance la preuve de ses compétences équestres durant le festin de 154693 et, pour aller du vestibule au jardin, de simples rampes parallèles au bâtiment.

25La migration d’un motif de Bury à Nantouillet est tout à fait vraisemblable, car non seulement Robertet et Duprat appartiennent au même milieu mais ils ont aussi des liens de parenté grâce aux Bohier : il est fort probable que Duprat connaissait le château de Robertet, qu’il en ait apprécié distribution et organisation et qu’il ait demandé de réaliser le même type de relation directe courlogis-jardin, tout en cherchant, entre-temps, une solution différente pour la chapelle. La réapparition du système en Val de Loire, chez Jean Breton, est probablement à mettre en rapport avec le réseau du groupe à l’intérieur duquel Duprat constitue sans doute un modèle de réussite sociale. Au contraire, bien qu’Anne de Montmorency ait sûrement connu Nantouillet, le transfert du système à Chantilly est dû plutôt à la proximité géographique (moins de 40 km) et à la diffusion des modèles parmi les maîtres-maçons. De même pour ce qui est de Challuau, en acceptant l’hypothèse vraisemblable que le constructeur en soit Pierre Chambiges. Avec Saint-Maur et le Grand Ferrare, deux résidences contemporaines, conçues à l’instar d’une villa par deux cardinaux dont l’amour pour l’architecture et l’antiquité est connu autant que leur hostilité réciproque, émulation et compétition sont tout à fait naturelles, tout comme les références plus ou moins directes aux châteaux relevant des membres de l’élite. Plus généralement, la migration des modèles parmi les conseillers ne suit pas de règles particulières, internes, mais les mêmes réseaux que l’on trouve pour l’ensemble de la production architecturale de l’époque.

Un cas d’exception : l’évolution de la commande architecturale d’Antoine Duprat, de bâtisseur à mécène

  • 94 AD Val d’Oise, E 1642, fo 1 ro.
  • 95 Réutilisation des structures préexistantes ; matériaux économiques tels moellons et enduit, limita (...)
  • 96 Transformant le modèle de Bury grâce à la séparation entre l’appartement du maître, dépourvu de sa (...)
  • 97 Pour l’analyse des sources textuelles et figurées concernant ce château ainsi que pour la restitut (...)
  • 98 L’inventaire après-décès de 1557 permet d’en restituer le plan d’origine (AN, Minutier central, Ét (...)
  • 99 Au milieu, un arc encadré par des pilastres corinthiens sert de corniche au blason de Duprat et à (...)

26Antoine Duprat débute une carrière de bâtisseur en 1517, deux ans après avoir été nommé chancelier, avec l’acquisition de Nantouillet. Auvergnat, il préfère doter sa famille d’une seigneurie proche de Paris, dont il comprend l’importance bien avant que le roi ne délaisse le Val de Loire. Ancienne possession de Charles de Melun et pouvant se vanter d’ancêtres qui avaient participé aux croisades, le château de Nantouillet répond bien à l’exigence d’un homme neuf et Duprat garde expressément l’ancien circuit défensif, conscient de sa valeur symbolique94. Le nouveau château allie économie95, fonctionnalité (circulation, distribution du logis principal96, organisation des espaces de service), et actualité du décor97. L’édifice commandé par Antoine Duprat était plus complexe que ce que l’on en voit aujourd’hui98. Une aile perdue, parallèle au logis du fond, divisait la cour actuelle en deux parties, en créant une cour principale quasiment carrée et bordée de portiques sur deux côtés, et une cour des écuries. L’accès à la grande cour ne se faisait pas en franchissant ces deux espaces ouverts, depuis le portail monumental percé dans l’enceinte, mais en longeant l’édifice au sud en entrant directement dans la grande cour par un portail au somptueux décor sculpté99 et un passage couvert orné de demi-colonnes. Les bâtiments de service donnaient sur une troisième cour, rectangulaire, localisée au-delà de l’aile septentrionale. Le château était ainsi organisé sur plusieurs cours qui se distinguaient par leurs dimensions, leurs fonctions et leur décor. Ce schéma inhabituel trouve ses origines dans les anciennes demeures royales parisiennes de la Cité, des Tournelles et de l’hôtel Saint-Paul, dont le plan d’ensemble est le résultat d’ajouts successifs, tandis qu’à Nantouillet se décèle une étude géométrique de l’espace, qui révèle un projet cohérent incluant aussi le décor. Le portail de l’enceinte médiévale est couvert d’un apparat décoratif nouveau qui fait allusion au rythme triomphal et accueille tables, petits médaillons, consoles et la statue d’un Jupiter d’une part et de l’autre des niches couvertes de dais. La devise du cardinal est gravée sur l’extrados de l’arcade principale, en plein cintre. D’autres niches se trouvent sur le revers du portail : toutes devaient abriter des statues, faisant peut-être partie de la collection d’antiques que le cardinal possédait et dont une partie a été plus tard utilisée pour décorer sa villa de Vanves. Le corps de logis principal ne présente pas d’ordres d’architecture et les baies ne sont pas insérées de manière axiale ou symétrique. L’ornementation – frises sculptées, médaillons, putti, candélabres, balustres, petites colonnes aux cannelures torses, chapiteaux à feuillages, coquilles, perles et rinceaux – est concentrée sur les portails, les escaliers, les chambranles des fenêtres du rez-de-chaussée. À l’intérieur, cohabitent les voûtes d’ogives de l’escalier et le plafond à caissons des bains.

27Ce château fonctionnel suffit au chancelier qui dispose à Paris de l’hôtel d’Hercule, sur la rive gauche, et jusqu’à la fin des années 1520 il ne pense plus à se manifester en tant que bâtisseur.

28La situation change au lendemain de la captivité à Madrid, du lit de justice de 1527 et, surtout, de sa création cardinalice, la même année, suivie en 1529 par la charge de légat a latere.

  • 100 Paris, BnF, ms frçs 5124, fos 50 vo-51 vo. Le document a été publié par Fréville dans les Archives (...)
  • 101 Liliane Chatelet-Lange, « Le “Museo di Vanves” (1560). Collection de sculptures et musées au XVIe (...)
  • 102 Vita di M. Gabriele Symeoni, di natione fiorentino et d’obligo lucchese, (1560), Firenze, Bibliote (...)
  • 103 Henry Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris 1724, Michel Fleur (...)

29C’est sans doute la nécessité d’être proche du souverain qui le pousse à se doter de deux hôtels, l’un à Fontainebleau et l’autre à Saint-Germain-en-Laye. Mais il acquiert aussi une maison de plaisance à Vanves où il entreprend des travaux en 1529 : c’est dans ce cadre qu’il obtient un laissez-passer du roi pour le transport d’une fontaine en marbre de Carrare, fabriquée à Gênes100. Cette sorte de villa, relativement modeste dans son apparence extérieure, où le cardinal-chancelier abritait une collection d’antiques101, anticipait les plans de Saint-Maur et du Grand Ferrare et présentait un décor à l’antique qui s’éloignait complètement de l’expérience de Nantouillet. Duprat s’intéresse à présent à l’architecture italienne contemporaine : le portail de l’aile d’entrée se dote d’un fronton triangulaire, tandis que, d’après le dessin de Gabriele Symeoni, le portique de la cour, probablement d’ordre ionique, est soutenu par des colonnes libres102. C’est à Vanves qu’à la veille de son entrée à Paris en qualité de légat a latere il attend la visite des envoyés de la ville103, imitant en quelque sorte les cardinaux Médicis dans la villa Madame, à Rome.

30Mais si le cumul de bénéfices possibles après l’approbation du concordat avec Léon X augmente ses possibilités financières, son nouveau statut au sein de la hiérarchie ecclésiastique réveille d’autres objectifs par rapport à sa politique de l’image et il n’hésite pas à se revêtir de l’image, nouvelle, de mécène, en dépit des réactions hostiles que sa carrière et son pouvoir suscitent autour de lui.

  • 104 Flaminia Bardati, « La “Salle du Légat” de l’Hôtel-Dieu de Paris. Une architecture oubliée de la R (...)
  • 105 Il ne reste aucune trace des interventions de Duprat dans l’abbaye qui avait refusé sa nomination (...)
  • 106 « Il [Duprat] fit venir grand nombre de pierres très riches et précieuses de Rome et autres lieux (...)

31Cardinal et légat a latere, Duprat en 1529 était désormais à l’abri des représailles du Parlement et de ceux qui, durant la régence de Louise de Savoie, avaient songé à sa perte ; pouvant enfin regarder les événements de 1525-1527 avec le détachement approprié d’un prince de l’Église romaine il décide d’élargir son pardon à ses adversaires, pour ainsi dire, tout en se concédant de petites satisfactions : le munificent Duprat finance l’édification d’une nouvelle salle à l’Hôtel-Dieu de Paris104, pourvue d’une façade monumentale donnant sur la rue de la Juiverie, ainsi que l’érection d’un maître-autel à l’abbaye de Fleury, à Saint-Benoît-sur-Loire105. Dans les deux cas, il s’agit d’œuvres imposantes, qui accueillent des formes renouant avec l’imaginaire impérial utilisées avec une valeur rhétorique évidente dans des lieux où le pouvoir du cardinal-chancelier avait été mis en discussion. Dans l’abbaye, le don d’un autel enrichi de matériaux précieux importés d’Italie106 représente un acte de clémence et de magnificence à l’égard des moines rebelles, mais également l’affirmation du pouvoir du cardinal. L’autel témoigne du triomphe de la souveraineté de François Ier, mise en cause par le refus d’accepter la nomination de Duprat et ipso facto du concordat de Bologne : l’architecture flamboyante « gallicane » laissait la place à l’architecture classique « romaine ». À Paris, la façade de la salle du Légat revêt une signification encore plus évidente, car la grande arcade centrale supérieure, qui abritait les armes de François Ier et de Duprat, plaçait sous les yeux de la population le roi et le cardinal-chancelier dans la position des empereurs à l’occasion des triomphes. Située sur l’un des axes principaux de la ville, entre Notre-Dame et le Palais, au cœur politique et ecclésiastique de Paris, la façade rappelait le rôle de François Ier et la soumission de l’Église française au pouvoir de Rome. L’abandon de la tradition flamboyante en faveur de l’architecture triomphale romaine en était un symbole.

32Durant ses vingt ans de permanence au Conseil, l’attitude de Duprat envers l’architecture passe donc par des stades différents. D’abord l’acquisition d’une seigneurie et la construction d’une résidence qui permet au favori de recevoir convenablement le roi tout en créant un domaine familial pour ses enfants. Comme d’autres personnages choisis pour leur compétence, il augmente son patrimoine immobilier avec des hôtels à Paris, Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye. Jean Breton, par exemple, se comportera de la même façon. La maison de Vanves, enrichie de marbres venus d’Italie, témoigne de son avancement social et de sa volonté d’imiter les choix de quelques prédécesseurs illustres : Robertet, sans nul doute, qui avait utilisé le marbre dans son hôtel blésois et qui exposait une statue de Michel-Ange ; quant à la fontaine génoise, elle rappelle de très près celles que Georges d’Amboise avait commandées dans la même ville pour Gaillon et Rouen. Mais c’est au cours des cinq dernières années de sa vie qu’Antoine Duprat, au sommet de la hiérarchie ecclésiastique française en dépit de ses origines bourgeoises, change complètement de registre, passant de l’architecture résidentielle – toujours concentrée sur des domaines familiaux et qui ne concerne jamais les sièges épiscopaux dont il avait été pourvu – à la commande religieuse et hospitalière, qui sous-entend la volonté de laisser à la postérité une trace tangible de son passage, avec une ostentation de magnificence qu’on peut difficilement imaginer de la part d’un homme aussi soucieux de ses deniers.

Notes

1 Pour le cadre général, voir Henri Zerner, L’art de la Renaissance en France. L’invention du classicisme, Paris, Flammarion, 1996.

2 Monique Chatenet, « Francesco I architetto : i documenti », dans Arturo Calzona, Paolo Francesco Fiore et Alberto Tenenti, Il principe architetto, Florence, Olschki, 2002, p. 533-544.

3 Sur ce sujet capital, voir Claude Anthenaise et Monique Chatenet (dir.), Raphaël Abrille, (coll.), Chasses princières dans l’Europe de la Renaissance : actes du colloque de Chambord (1er et 2 octobre 2004), Arles, Actes Sud, 2007, en particulier Monique Chatenet, « Un portrait du “père des veneurs” », p. 17-39 et Philippe Salvadori, « François Ier et le droit de chasse », p. 43-57.

4 Certains s’y intéressent peu ou même pas du tout comme Jean de Lorraine, Jean Brinon, Gaucher de Dinteville, Gabriel de Gramont, Charles et François II de Bourbon, Charles Hémard de Denonville, Mathieu de Longuejoue, Antoine du Bourg, Guillaume Poyet, François de Montholon, François Errault, François Olivier, Henri d’Albret. Dans certains cas on remarque que ce sont d’autres membres de la famille qui s’occupent de l’entretien des biens familiaux tout comme de la construction d’édifices nouveaux. Dans d’autres, des travaux ont été effectués par leurs prédécesseurs.

5 Malgré le contact avec plusieurs artistes italiens, tels Cellini et Serlio, ce sont plutôt la poésie, la littérature et la peinture qui intéressent le cardinal de Lorraine (Albert-Christian Collignon, Le mécénat du cardinal Jean de Lorraine, 1498-1550, dans Annales de l’Est, 1910, p. 11-36 ; Cédric Michon, Les richesses de la faveur à la Renaissance : Jean de Lorraine [1498-1550] et François Ier, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50-3, 2003, p. 34-61, Flaminia Bardati, Hommes du roi et princes de l’église romaine : la réception des modèles italiens dans le mécénat des cardinaux français [1495-1560], thèse d’HDR, Paris, École pratique des hautes études, 2008, p. 325-335).

6 Jean-Pierre Babelon, par exemple, utilise cette subdivision : 1515-1525, « Le jeune art de la Loire » ; 1525-1540, « La Renaissance française en recherche » ; 1540-1547, « Vers une architecture nationale ». Cf. Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Flammarion/Picard, 1989.

7 Le corps de logis est commencé en 1498 (Julien Noblet, Sanctuaires dynastiques ligériens, Châtillon-sur-Indre, Rencontre avec le patrimoine religieux, 2009, p. 168-191, note 4). Déjà six ans plus tôt, en héritant du fief familial de Batarnay, il finança la reconstruction de la nef où ses armoiries, entourées du collier de l’ordre de Saint-Michel qu’il obtint en 1492, figurent aux clefs de voûte (Julien Noblet, En perpétuelle mémoire : collégiales castrales et saintes-chapelles vocation funéraire en France (1450-1560), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 41, note 88). Au château de Bridoré, voisin, bien qu’initialement il eût songé à y établir sa collégiale, Batarnay se limite finalement à améliorer les fortifications, sans ajouter de nouveaux logis.

8 Commencée en 1499, la façade, dont la galerie reçoit quelques éléments Renaissance (pilastres sculptés à candélabres, chapiteaux, balustres, coquilles) date de 1513-1515. La Tremoïlle partage avec sa femme, Gabrielle de Bourbon, le financement de l’œuvre (Julien Noblet, « La saint-chapelle de Thouars : historique du chantier », Revue historique du Centre-Ouest, 5.2006 [2007], 2, p. 289-311 et Id., Sanctuaires ligériens, op. cit., p. 270-296).

9 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 742. Nous n’avons pas d’éléments de datation pour son hôtel Blésois (18 rue Saint-Martin, détruit en 1940), connu sous le nom d’hôtel Hurault de Cheverny, qui reprend le schéma des demeures urbaines de la ville durant le règne de Louis XII (passage couvert voûté, escalier éclairé par des loggias, tourelle en encorbellement, fenêtres à meneaux) et dont quelques vestiges sculptés sont conservés dans l’aître Saint-Saturnin.

10 La chronologie de la construction de ce superbe château a été complètement rétablie par Marie-Rose Prunet-Tricaud (Marie-Rose Prunet-Tricaud, Le château d’Assier en Quercy, thèse de doctorat sous la dir. de Jean Guillaume, Paris-IV, 2003).

11 Nativité de la Sainte Vierge, cf. François de Vaux de Foletier, « L’église de Lonzac », Congrès Archéologique de France, 114.1956/1958, p. 267-271.

12 Charles Robertson, « Bramante and Gian Giacomo Trivulzio », in Christoph Luitpold Frommel, Luisa Giordano et Richard Schofield (éd.), Bramante milanese e l’architettura del Rinascimento lombardo, Venezia, 2002, p. 67-81.

13 La construction du mausolée, adossé à la façade paléochrétienne de l’église San Nazzaro (Milan) commence en 1511-1512 sur projet de Bramantino, mais à la mort de Trivulce, en 1519, elle n’est pas encore terminée (Charles Robertson, « The patronage of Gian Giacomo Trivulzio during the French domination of Milan », in Philippe Contamine, Jean Guillaume [dir.], Louis XII en Milanais, Paris, Champion, 2003, p. 323-340 ; Bruno Adorni, « Arte lombarda ed emiliana », in Arnaldo Bruschi [dir.], Storia dell’architettura italiana. Il primo Cinquecento, Milano, 2002, p. 275-277). Sur le projet de Léonard de Vinci et les raisons de son abandon, voir Giorgio Castelfranco, « Il preventivo di Leonardo per il monumento sepolcrale di Giangiacomo Trivulzio », Bollettino d’arte, 40, 1955, p. 262-269 et Tommaso Mozzati, « Leonardo et la sculpture : une perspective française. Les projets pour le monument du Maresciallo Trivulzio », communication au colloque Romorantin, le projet oublié de Léonard de Vinci, Romorantin 3-5 juin 2010 (actes en préparation).

14 La sainte-chapelle de Thouars est également un édifice majestueux qui influença des constructions postérieures.

15 Annie Cosperec, Blois. La forme d’une ville, Paris, Imprimerie nationale, 1994, p. 159-162.

16 Flaminia Bardati, « Il bel palatio in forma di castello ». Gaillon tra Flamboyant e Rinascimento, Roma, Campisano, 2009. Sur l’utilisation du marbre, cf. Flaminia Bardati, « Georges d’Amboise à Rouen : le palais de l’archevêché et sa galerie de marbre », Congrès archéologique de France, Rouen et Pays de Caux, 2003 (2005), p. 199-213.

17 Ce château, bâti vers 1500 pour le maréchal de Gié et malheureusement détruit, comportait deux cours régulières, placées sur le même axe et bordées d’ailes de la même hauteur. Les angles étaient marqués par d’imposantes tours circulaires et l’entrée enrichie par un frontispice monumental, abritant la statue équestre du maréchal (cf. Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 37-38 et Fabrice Masson, Le château du Verger, mémoire de maîtrise, CESR-université de Poitiers, 1989).

18 Au Verger la basse-cour et la grande-cour rectangulaire sont alignées sur le même axe, tandis qu’à Bury les communs sont relégués sur le côté gauche de la cour carrée, qui s’étend sur 25 toises. Toutefois, ces considérations ne sont pas totalement fiables car les deux édifices ayant été démolis, notre analyse se base sur des sources figurées : la gravure de Boisseau pour le Verger (xviie) et, pour Bury, le dossier de Du Cerceau (Les plus excellents bastiments de France, Paris 1576-79).

19 Sur les escaliers français de la période voir Jean Guillaume, « L’escalier dans l’architecture française de la première moitié du XVIe siècle », dans Centre d’études supérieures de la Renaissance, L’escalier dans l’architecture de la Renaissance : actes du colloque tenu à Tours du 22 au 26 mai 1979, Paris, 1985, p. 27-47. Parmi les conseillers l’escalier de l’aile d’entrée d’Assier, peu après 1512 (Marie-Rose Prunet-Tricaud, op. cit.), et celui de Nantouillet (après 1517) en sont d’autres exemples.

20 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 271-272.

21 Jean Guillaume, « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIIe siècle », Revue de l’art, 124, 1999, p. 13-32. ; ID., « Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIIe siècle », dans Jean Guillaume (dir.), Architecture, jardin, paysage. L’environnement du château et de la ville à la Renaissance, Paris, Picard, 1999, p. 103-136.

22 Commandé par Pierre de Rohan, il fut habilement récupéré par Robertet et placé au milieu de la grande-cour (Anatole de Montaiglon, « Le David de bronze du château de Bury », Gazette des Beaux-Arts, 1876, XIII, p. 242-246).

23 Faute de sources, il est difficile de savoir si la porte monumentale commandée par Charles d’Alençon au château de Montmirail (Sarthe, cf. Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 752) date d’avant ou après 1515.

24 Jean Guillaume, Le château de Bonnivet. Entre Blois et Chambord : le chaînon manquant de la première Renaissance, Paris, Picard, 2006.

25 Il ne semble pas être intervenu dans son château de Châtelperron (Allier).

26 Jean-Pierre Babelon, op. cit., respectivement p. 176-178 et 745.

27 AN, 117 mi 345, 1, pièce 9.

28 Outre l’acquisition de nouvelles terres, il obtient de François Ier, en 1521, l’institution d’un marché hebdomadaire et de deux foires annuelles, qui font de Nantouillet un nouveau pôle d’échanges au nord de Paris (Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit 423 F, c. 34, 28 septembre 1521). On peut noter que le plan de Nantouillet, restitué grâce aux documents, montre un édifice beaucoup moins modeste que ne le décrivait Jean-Pierre Babelon (« château […] d’une grande simplicité », Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 189). Cf. Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 431-439 et infra.

29 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 742. Dès 1520 Babou et sa femme achètent plusieurs terres et seigneuries autour de Montlouis et obtiennent aussi un hôtel à Tours (AD d’Indre-et-Loire, E 57, 59, 60, 61), soutenus, au début, par Louise de Savoie (ibid., E 67). Cf. aussi Sylvie Le Clech-Charton, Chancellerie et culture au XVIe siècle : les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, p. 104.

30 Françoise Boudon, André Chastel, Hélène Couzy et Françoise Hamon, Système de l’architecture urbaine : le quartier des Halles à Paris, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1977, p. 192-193 ; David Thomson, Renaissance Paris : architecture and growth 1475-1600, Berkeley, University of California Press, 1984, p. 67-68.

31 1522. Julien Noblet, Sanctuaires ligériens, op. cit., p. 168.

32 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 51-52.

33 La construction du château commence en 1527, en concomitance avec le mariage de Montmorency et Madeleine de Savoie (François Gebelin, Les châteaux de la Renaissance, Paris, Les Beaux Arts, 1927, p. 75).

34 Sylvie Le Clech-Charton, op. cit., p. 61.

35 Après sa mort en 1519 ce sera sa veuve qui continuera les travaux et fera construire la chapelle funéraire vers 1542.

36 Ce sera Anne de Pisseleu qui fera ajouter deux ailes en portique, pour encadrer la cour, vers 1539 (sur le château de Sanguin, voir Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 430).

37 Voir la synthèse sur ce moment délicat de l’architecture française dans Jean Guillaume, Le château de Bonnivet, op. cit., p. 59-78.

38 Je remercie Étienne Hamon qui m’a signalé les documents relatifs à cet édifice.

39 Gustave Macon, Les architectes de Chantilly au XVIe siècle, Senlis, E. Dufresne, 1900, p. 7-9 et 16. Chambiges reçoit le dernier mandat de paiement en 1532. Guillaume de Montmorency est secondé par Jean Grolier et Nicolas Berthereau, qui rapportent souvent à Anne de Montmorency les progrès du chantier (Sylvie Le Clech-Charton, « Les notaires et secrétaires du roi et la commande artistique officielle : service du roi, des grands et de la ville », Bibliothèque de l’École des chartes, 146-II, 1988, p. 307-336, en particulier p. 321-323).

40 Florian Meunier, Martin Chambiges (v. 1460-1532). L’architecte des cathédrales flamboyantes, thèse de l’École nationale des chartes, 1999.

41 Comme le remarque Du Cerceau « il ne tient parfaictement de l’art Antique ni moderne, mais des deux meslez ensemble » (Les plus excellents bastiments de France, 1576-79, David Thomson [éd.], Paris 1988, p. 243).

42 Selon Gebelin les murs externes et les tours de la forteresse médiévale ont été conservés, en ouvrant quelques croisées et en surélevant les courtines d’un ou deux étages couronnés par de riches lucarnes Renaissance (François Gebelin, op. cit., p. 75.). Toute l’analyse se base sur le dossier de Du Cerceau et sur les dessins du codex Destailleur (BnF, Estampes, Destailleur-Provinces, t. 4, 964, 967, 968-969).

43 Voir la synthèse sur ce sujet dans Flaminia Bardati, « Francesco I e il rinnovamento urbano di Parigi : un approccio graduale (1528-1540) », dans Marco Folin et Patrick Boucheron, (dir.), Grands chantiers de la rénovation urbaine : les expériences italiennes dans leur contexte européen (XVe-XVIe siècles), Rome, École française de Rome [sous presse].

44 Jacques Androuet Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France, éd. cit., p. 187.

45 Monique Chatenet, « Fontainebleau, résidence favorite des derniers Valois », dans Sabine Frommel (dir.), Flaminia Bardati (coll.), Primatice architecte, Paris, Picard, 2010, p. 51-63. Bochetel se dote plus tardivement de son hôtel (Sylvie Le Clech-Charton, op. cit., p. 65).

46 Charles Bonnet, « Saint-Germain-en-Laye sous François Ier. D’après les Minutes du Notariat royal de la Ville (juin 1542-1543) », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1911, p. 214-233 et p. 326-349 ; 1912, p. 186-206 et 251-268 ; 1913, p. 170-192 et 365-382.

47 Ibid., p. 367.

48 Si la date du document cité par M. Bonnet (ibid., p. 382) est vraiment 1549, il pourrait s’agir soit de Louis soit de Charles de Bourbon, cardinal en 1548. Toutefois, il se peut que ce soit une coquille, car tous les documents cités dans la même page datent de 1543. Il s’agirait donc plutôt de Louis de Bourbon.

49 Ibid., p. 369.

50 Ibid., p. 368.

51 Monique Chatenet, op. cit., p. 63-105.

52 Ibid., p. 103-105.

53 Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 262-264, 353-355, 363-367, 378-379 et 536-542.

54 Ibid., p. 323-324, 384-386 et 440-447.

55 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 251-252.

56 Xavier Pagazani, Demeures campagnardes de la petite et moyenne noblesse de Haute-Normandie (1450-1600) : pour une histoire architecturale d’une province française, thèse de doctorat d’Histoire de l’art sous la dir. de Claude Mignot, université de Paris-Sorbonne (Paris-IV), 2009, 4 vol. , II, p. 166-173.

57 Ibid., p. 219-221.

58 Patrick Ponsot, « Le château de Villesavin », Bulletin monumental, t. 148-IV, 1990, p. 383-416.

59 Ibid., p. 243. La loggia, dont la disposition externe est très italianisante, a été réalisée pour son fils Florimond.

60 Ou avec une aile d’entrée décidément plus basse que le reste. Font exception Fontaine-Française et Apremont, qui gardent un plan fermé et cantonné par quatre tours.

61 Rarement, désormais, les pilastres flanquent les baies mais sont placés plus ou moins à l’entraxe.

62 Monique Kitaeff, « Le château de Saint-Maur-des-Fossés », Fondation Eugène Piot. Monuments et Mémoires, t. LXXV, 1996, p. 65-176 ; Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 524-535. Sur le rapport entre Delorme et Du Bellay, voir Yves Pauwels, « Philibert de l’Orme et ses cardinaux : Marcello Cervini et Jean Du Bellay », dans Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano, Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d’Ascq, IRHIS, 2009 p. 149-156.

63 C’est en 1541 qu’Antoine Sanguin se dote d’une villa à Vanves, proche de celle qui avait appartenu à Duprat (Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 339).

64 Construit vers 1540 pour Nicolas de Bossut (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 716).

65 Voir le point sur les commandes du cardinal d’Este en France dans Sabine Frommel, « Le residenze del cardinale Ippolito d’Este in Francia : il Grand Ferrare e Chaalis », dans Francesco Ceccarelli et Marco Folin (dir.) Delizie estensi : architetture di villa nel Rinascimento italiano ed europeo, Florence, Olschki, 2009, p. 387-417.

66 Pour le rôle de Serlio chez le cardinal de Tournon, voir Sabine Frommel, Sebastiano Serlio : architecte de la Renaissance, Paris, Gallimard, 2002, p. 302-310 ; sur Tournon bâtisseur, voir Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 347-350 ; 514-520 ; 543-549.

67 Marie-Rose Prunet-Tricaud, op. cit.

68 Bruno Tollon, « L’église d’Assier », Congrès archéologique de France, 147.1989 (1993), p. 125-136.

69 Xavier Pagazani, op. cit., I, p. 87 et note 858.

70 Il s’agit des châteaux de Breuilhamenon (1540) et de La Forêt (1542), situés à moins de 70 km l’un de l’autre (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 368-369).

71 Sylvie Le Clech-Charton, Chancellerie et culture, op. cit., p. 217 ; Philippe Hamon, « Entre salut et statut : la situation sociale des grands officiers de finance au miroir de leur comportement religieux (fin du XVe et première moitié du XVIe siècle) », dans Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau (dir.), Religion et société urbaine au Moyen Âge : études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 445-461, p. 450.

72 François-Charles James, « Le château de Châteaubriand », Congrès Archéologique de France, 126, 1968, p. 304-340

73 Le château de Gandelu (Aisne) dont les travaux de reconstruction projetés en 1554 par le connétable ne seront commencés qu’en 1560, sous la conduite de Jean Bullant, se situe à nouveau près des autres demeures de Montmorency (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 716 ; François-Charles James, « Jean Bullant », Position de thèses de l’École nationale des chartes, 1968, p. 105).

74 Selon Claude de l’Aubespine le château de La Forêt-Thaumiers de Bochetel présentait un plan plus traditionnel, avec quatre ailes cantonnées par des tours (Sylvie Le Clech-Charton, Chancellerie et culture, op. cit., p. 98).

75 La parution des livres IV (1537) et III (1540) du traité de Sebastiano Serlio, puis la présence du Bolonais en France dès 1541, accélèrent le processus d’assimilation des ordres antiques. La traduction du traité de Vitruve par Jean Martin, en 1547, précédée par les Annotationes de Guillaume Philandrier (1544), met enfin à disposition de commanditaires, architectes et maîtres-maçons le répertoire de l’architecture à l’antique. Voir Jean Guillaume, Les Français et les ordres, 1540-1550, dans Jean Guillaume (dir.), L’emploi des ordres dans l’architecture de la Renaissance, Paris, 1992, p. 193-218 ; Frédérique Lemerle, Les Annotationes de Guillaume Philandrier sur le de Architectura de Vitruve, livres I à IV, Paris, 2000 ; Frédérique Lemerle, L’Architecture ou Art de bien bâtir de Vitruve, traduit par Jean Martin à Paris chez Jacques Gazeau Françoys, en 1547, dans Sylvie Deswarte-Rosa (dir.), Sebastiano Serlio à Lyon. Architecture et imprimerie, Lyon, 2004, p. 418-419.

76 Ce processus concerne surtout les cardinaux : Du Bellay/Delorme ; Este/Serlio et Primatice ; Tournon/Serlio parmi les conseillers, mais il faut considérer aussi Armagnac/Philandrier (et peut-être Serlio) ; Lenoncourt/Jean Martin ; Guise/Primatice (Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 152-160). Sur la transformation de l’architecture française à partir des années 1540, voir Jean Guillaume, « Ce qu’a vu Primatice : les recherches formelles dans l’architecture française des années 1540-1570 » dans Sylvie Frommel (dir.), Flaminia Bardati (coll.), op. cit., p. 64-84.

77 visibles sur la vue de Gaignières (Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 263).

78 le motif du portail couronné par une niche abritant une statue relève de deux modèles napolitains (le portail de Castelnuovo et le tombeau de Ladislas d’Anjou dans l’église de San Giovanni a Carbonara). avant d’être utilisé à ecouen (après 1550, mais en ajoutant un troisième niveau avec la statue équestre), il se retrouve aussi à la Roche du Maine (par Charles Tiercelin) et au palais ducal de Nancy. Quant à la présence de la statue équestre au-dessus de la porte, le Blois de louis XII en est, avec le verger, la source d’inspiration directe, mais il s’agit d’un modèle antique présent dans l’architecture romaine française (cf. Jean Adhémar, Influences antiques dans l’art du Moyen Âge français. Recherches sur les sources et les thèmes d’inspiration, dans Studies of the Warburg Institute, 7, Londres, 1939, p. 167-175, éd. fr. Paris, 1996, p. 207-206) et déjà employé par Jacques Cœur dans son hôtel de Bourges. Cf. Flaminia Bardati, « Napoli in Francia ? l’arco di alfonso e i portali monumentali del primo Rinascimento francese », I Tatti Studies. Essays in the Renaissance, 2007, 11, p. 115-145.

79 Emplacement peu commun, qui rappelle la solution de Duprat à Nantouillet.

80 Monique Chatenet, op. cit., p. 279-283.

81 Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, Frederic Morel, 1567, fo 17 vo.

82 Jean-Pierre Babelon, « Du Grand Ferrare à Carnavalet, naissance de l’hôtel classique », Revue de l’art, 40-41, 1978, p. 83-108.

83 Monique Chatenet, op. cit., p. 284-285.

84 Ibid., p. 262.

85 Trivulce, La Tremoille, Lautrec, Louis de Bourbon, Tournon, Este.

86 Mais que l’on trouve également à Marchais.

87 Nous nous bornerons aux édifices commandés par les conseillers, sans élargir l’analyse à d’autres cas, mais à l’évidence les motifs sont utilisés aussi par d’autres commanditaires.

88 Relation existant in nuce à l’hôtel de Jacques Cœur à Bourges et développée dans les hôtels de Cluny et de Sens à Paris. Cf. Flaminia Bardati, L’architettura francese di committenza cardinalizia nella prima metà del Cinquecento. I cardinali protagonisti delle guerre d’Italia, thèse de doctorat sous la dir. d’Arnaldo Bruschi et Jean Guillaume, Rome, La Sapienza, Tours, CESR, 2002, I, p. 233-234.

89 AN, N III Eure 56.

90 La présence d’un clocheton laisse penser qu’à Villesavin aussi au-dessus du porche il y avait un oratoire.

91 Jean Grolier fait part à Montmorency de l’état de construction de cet élément dans une lettre du 28 octobre (Gustave Macon, op. cit, p. 39).

92 Ibid., p. 323-325.

93 Monique Chatenet, op. cit., p. 262.

94 AD Val d’Oise, E 1642, fo 1 ro.

95 Réutilisation des structures préexistantes ; matériaux économiques tels moellons et enduit, limitant la pierre de taille et les briques à quelques éléments. Localisation du décor sculpté aux espaces d’apparat (entrée, grande cour, escalier, chapelle, grande salle).

96 Transformant le modèle de Bury grâce à la séparation entre l’appartement du maître, dépourvu de salle mais doté de galerie, situé à droite de l’escalier et « appartement du roi », destiné aux hôtes, placé au-delà de la grande salle (Monique Chatenet, op. cit., chap. VIII, en particulier p. 275-279).

97 Pour l’analyse des sources textuelles et figurées concernant ce château ainsi que pour la restitution de son état au XVIe siècle, cf. Flaminia Bardati, L’architettura francese, op. cit., p. 212-245 et, pour une synthèse en français, Flaminia Bardati, Hommes du roi, op. cit., p. 431-439.

98 L’inventaire après-décès de 1557 permet d’en restituer le plan d’origine (AN, Minutier central, Étude VIII, 84, fo 79 ro-92 vo).

99 Au milieu, un arc encadré par des pilastres corinthiens sert de corniche au blason de Duprat et à la salamandre de François Ier. Au-dessus, se trouvaient deux dauphins formant une accolade et des deux côtés d’autres blasons terminaient la composition.

100 Paris, BnF, ms frçs 5124, fos 50 vo-51 vo. Le document a été publié par Fréville dans les Archives de l’art français, III, 1853-55, p. 184-185, en attribuant la fontaine au château de Nantouillet.

101 Liliane Chatelet-Lange, « Le “Museo di Vanves” (1560). Collection de sculptures et musées au XVIe siècle en France », Zeitschrift für Kunstgeschichte, XXXVIII, 1975, p. 266-285 ; Flaminia Bardati, « Cardinaux aux champs. Georges d’Amboise à Déville-les-Rouen et Antoine Duprat à Vanves », dans Monique Chatenet (dir.), Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Picard, 2006, p. 151-158.

102 Vita di M. Gabriele Symeoni, di natione fiorentino et d’obligo lucchese, (1560), Firenze, Biblioteca nazionale, Ms Panciatichiano 175, fo 30 ro.

103 Henry Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris 1724, Michel Fleury (éd.), 1974, II, p. 149.

104 Flaminia Bardati, « La “Salle du Légat” de l’Hôtel-Dieu de Paris. Une architecture oubliée de la Renaissance française », Livraison d’histoire de l’architecture, 2006, 11, p. 119-148.

105 Il ne reste aucune trace des interventions de Duprat dans l’abbaye qui avait refusé sa nomination en prenant les armes contre ses délégués : l’autel au fond du chœur pour l’exposition des reliques de Saint-Benoît, encadré par une arcade en forme d’arc de triomphe, commandé entre 1531 et 1535, fut démoli en 1642 durant la réfection de l’intérieur de l’église.

106 « Il [Duprat] fit venir grand nombre de pierres très riches et précieuses de Rome et autres lieux éloignés pour paver l’église susdite, comme marbres, jaspes, porphire et pierres de serpentines avec de grants fraitz et despens. Il fit construire une arcade de pierre d’Aspremont semée de fleurs de lys, où estoient ses armoiries ; sur laquelle comme sur un arc triomphant, estoient poséez derrière le grand autel, devant l’autel matutinal où pour lors estoit le lieu et chapelle de Saint-Benoist, les chasses riches et précieuses des corps des saints qui pour lors estoient gardez en ladite église […]. Les pierres de cette arcade sont maintenant dans la chapelle du monastère, qui y ont été posées par les religieux de la congrégation. » (Bibliothèque d’Orléans, Dom Thomas Leroy, 394 bis, II, p. 172.)

Table des illustrations

Légende Carte I – Vers 1500-1514.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Carte II – 1515-1525.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Carte III – 1525-1536.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Carte IV – 1537-1547.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 1 – Château de Bury (Loir-et-Cher), plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 2 – Château de Bonnivet (Vienne), hypothèse de restitution en plan et élévation (d’après J. Guillaume, Le château de Bonnivet. Entre Blois et Chambord : le chaînon manquant de la première Renaissance, Paris, Picard, 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 3 – Château de Nantouillet (Seine-et-Marne), hypothèse de restitution du plan en 1535 (dessin L. Menegatti 2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 4 – Montrésor (Indre-et-Loire), collégiale Saint-Jean Baptiste, façade (cliché J. Noblet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 5 – Château de Chantilly (Oise), vue de la cour avec les ailes nouvelles (à gauche) et le bâtiment ancien orné des tondi (à droite), d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 6 – Château de Villesavin (Loire-et-Cher), façade sur jardin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 7 – Château d’Ecouen (Val d’Oise), vue d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastimens de France, Paris, 1579.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 8 – Château de Saint-Maur (Val de Marne), plan et élévation de la façade sur cour, d’après P. Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1563, respectivement fos 17 vo et 250 vo.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 9 – Fontainebleau (Seine-et-Marne), Grand Ferrare, vestiges du portail.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 10 – Château d’Assier (Lot), vestiges de l’entrée monumentale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120141/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540