Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Annexes

Annexe III. Un secrétaire au travail : l’exemple de Thierry Fouet dit Dornes

Thierry Rentet

Texte intégral

  • 1 Du Broc de Segange (Commandant), « La famille et les deux seigneuries de Dornes », Bulletin de la S (...)
  • 2 Fleury Vindry, Les parlementaires français du XVIe siècle, Paris, 1909-1910, 2 vol. , t. 1, p. 181 (...)
  • 3 Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356- (...)

1Si le nom de Thierry Fouet apparaît à 24 reprises entre 1522 et 1535 au bas d’actes discutés et approuvés par le Conseil, l’homme n’a pas fait l’objet d’études détaillées. Un article ancien centré sur la seigneurie de Dornes1, des notices plus ou moins lapidaires2, des mentions intéressantes mais furtives dans des thèses3, ce conseiller de François Ier est beaucoup moins connu que d’autres techniciens tels Jean Breton, Nicolas de Neufville, voire Guillaume Bochetel. Il est vrai qu’il n’a pas occupé de position clé à la cour, qu’il ne semble pas appartenir à la clientèle de l’un des favoris du roi et qu’il n’a pas laissé d’œuvre littéraire. Quelques éléments peuvent toutefois être présentés.

  • 4 Olivier Mattéoni, op. cit., p. 133.
  • 5 Id., p. 330.
  • 6 Il n’en devient réellement le seigneur qu’en 1481, soit un an avant son décès. Dornes est situé da (...)

2Donnés pour originaires des confins de la Bourgogne et du Bourbonnais, les Fouet semblent avoir glissé vers la seconde province au XVe siècle. Le premier à faire son apparition parmi les archives princières est Jehan, ou Jeanin, Fouet, mentionné en 1423 parmi le Conseil des Douze de Moulins, fonction qu’il cumule avec celle d’officier du duc de Bourbon vérifiant les comptes de la cité4. Son fils Thierry Fouet (I) est trésorier du Forez et maître des comptes à la chambre de Moulins5. Il est marié à Anne Rocque. Avec son frère, Jean, chanoine de N-D de Moulins, Thierry (I) acquiert la seigneurie de Dornes en 14806. À partir de cette date, le nom de cette terre se substitue progressivement à son nom patrimonial. Thierry (II), le conseiller de François Ier, époux de Françoise Grossier, se fait appeler « Thierry Fouet dit Dornes », tandis que son fils, Florimond (I), porte le nom de « Florimond Fouet de Dornes ». Lui et son père entreprennent la reconstruction du château de Dornes, ravagé pendant la guerre de Cent Ans, opération achevée en 1547. À la troisième génération, la notice de Florimond (II), chevalier de l’Ordre du roi et gouverneur de Saint-Pierre-le-Moutier, le présente comme « Florimond de Dornes, seigneur de Dornes ».

  • 7 La date de sa nomination demeure inconnue. André Lapeyre et Rémy Scheurer, op. cit.
  • 8 Pour sa part, F. Vindry indique la date du 12 novembre 1518. Fleury Vindry, op. cit.
  • 9 ORF, t. 3, acte 299 : mandement aux élus du Lyonnais de faire armer les francs-archers dans les pa (...)
  • 10 Id., t. 7, acte 628, Lyon, 8 juin 1533 et CAF, t. II, acte 5906. Le montant de ses gages est de 1  (...)
  • 11 En 1506, les trois fils de Thierry Fouet sont présentés comme étant des écuyers, malgré l’absence (...)
  • 12 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la R (...)
  • 13 CAF, t. IX, listes des principaux officiers royaux, chambre des comptes de Bourgogne.

3Les date, lieu de naissance et formation suivie par Thierry Fouet dit Dornes sont inconnus. On peut penser qu’il a suivi des études universitaires puisqu’il fait partie de la commission chargée de la rédaction de la coutume du Bourbonnais en 1534. Sa carrière se présente comme une copie, moins prestigieuse et avec un demi-siècle de décalage, de celle de Florimond Robertet. Il commence au service du dernier duc de Bourbon, le connétable, en qualité de secrétaire des finances. Entre 1520 et 1522, il obtient l’autorisation d’installer un autel sous le vitrail des ducs dans la cathédrale de Moulins. Cependant, en parallèle, il entame une carrière au service du roi de France. Le 6 mai 1514, son nom est mentionné lors d’une assemblée des notaires et secrétaires du roi7. À partir du 16 décembre 15178, il occupe la charge de greffier civil, criminel et des présentations du parlement de Bourgogne. En 1521, il devient secrétaire de la Chambre du roi. Dans la foulée, au moment où le connétable de Bourbon « trahit » François Ier, Fouet est nommé premier président de la chambre des comptes de Bourgogne (31 janvier 1522). Cette promotion, réalisée sans trop d’état d’âme, suit de peu l’apparition de son paraphe au bas des actes de la chancellerie puisque la première mention de son nom dans les ORF concerne un acte du 27 janvier 15229. En 1533, il est qualifié de président de la chambre des comptes de Bourgogne et de secrétaire signant en finance10. À cette occasion, il ne figure pas en tant que simple contreseing, mais aussi, et surtout, en qualité de commissaire royal député pour assister à l’assemblée des états du comté d’Auxonne, aux côtés du cardinal de Givry, de Claude Patarin, Pierre d’Apestéguy et de l’amiral Chabot. C’est d’ailleurs ce dernier qui, reçu comme gouverneur de Bourgogne le 16 juillet 1526, arme chevalier Thierry Fouet lors de la même séance11. Il semble que la date du décès de Thierry Fouet soit intervenue entre le 22 avril 1535, jour où Palamède Gontier est pourvu de l’office de secrétaire de la Chambre et des commandements12 et le 6 avril 1536, date à laquelle Bénigne Serre assume la fonction de premier président de la chambre des comptes de Bourgogne13.

  • 14 Hasard de la conservation ou pas, les premières lettres que Dornes expédie à Anne de Montmorency d (...)
  • 15 Il est capturé à Pavie. Philippe Hamon, op. cit., p. 95.
  • 16 La seule mention pour l’année 1528 concerne le paiement de 149 livres 7 sous 6 deniers tournois po (...)
  • 17 ORF, 1522 : actes 299, 307, 310, 311 et 323. 1523 : actes 334, 336, 360. 1525 : acte 389. 1526 : a (...)
  • 18 Id., actes 533 (Grenoble) et 582 (Angoulême).

4Avec toutes les réserves induites par le nombre peu élevé d’actes du Conseil attesté pour le règne de François Ier, la fréquence du nom de Fouet est la suivante : 5 actes pour 152214, 3 pour 1523, 1 pour 152515 et 1526, aucun pour 1527, 152816 et 1529, 3 pour 1530, 2 pour 1531, 5 pour 1532, 1 pour 1533, 2 pour 1534 et 1 pour 153517. Comme pour nombre de ses homologues techniciens appelés au Conseil, le rôle que joue Fouet au sein de celui-ci consiste avant tout à préparer le travail avant la décision, faisant profiter le Conseil de son expérience. Ainsi, à deux reprises, son nom figure dans des actes relatifs à des chambres des comptes. Le 1er mai 1530, il avalise l’édit portant création d’un quatrième office de secrétaire en la chambre des comptes de Grenoble. En 1532, le Conseil supprime la chambre des comptes d’Angoulême18.

  • 19 Id., acte 529, à Blois, mars 1530.

5Enfin, les rares lettres laissées par Thierry Fouet laissent entrevoir le rôle de suivi des décisions prises par le Conseil. À l’instar des autres officiers centraux, il est impliqué dans les opérations politico-financières du printemps 1530. En mars, il contresigne les lettres portant don à la duchesse de Vendôme de terres en compensation de celles en Flandres et en Artois cédées à l’empereur19. Puis, dans les semaines qui suivent, il avertit à deux reprises le grand maître de l’avancée de la procédure. Le 5 avril :

  • 20 A.C.C., série L, t. X, fo 117, Dornes à Anne de Montmorency, Montbazon, 5 avril 1530.

« Monseigneur, pour ce que jusques icy, il est à craindre que le fait des cessions et aliénacions des terres que le roy fait bailler à l’empereur pour la longueur et difficulté quil y a esté, deust estre lune des principalles choses qui plus empescheroit et retardroit la délivrance des messeigneurs et leffort pour lequel vous estes là, je vous ay bien voullu advertir Msgr que le fait desdites aliénacions a esté si bien dilligenté que par ce que escripvent au roy les commissaires de Paris qui en ont charge, ilz treuvent lesdites aliénacions pour parfectes et ne restoit à madame la princesse de La Roche sur Yon pour les terres que son filz a en Flandres, dont elle a envoyée les procuracions telles quon a voullu et bien tost doivent arriver devers le roy deux bailliz de Fey venant de Flandres pour recevoir de madame de Vendosme de ladite princesse et de sondit filz, autorisé par le roy et des autres cessionnaires, les vesz et devesz de leurs terres au prouffit de l’empereur. Cellà fait, je ne saiche point quil y faille autre chose et que quant à ce fait, ledit empereur ne soit entièrement satisfait20. »

6Mais, le 28 avril :

  • 21 Guillaume Féau, seigneur d’Isernay, valet de chambre du roi, envoyé en Flandres en avril-mai 1530.(...)
  • 22 Id., fo 12, le même au même, d’Angoulême, le 28 avril 1530.

« Monseigneur, il vous plaira veoir par les lettres et doubles que lon vous envoye les dilligences qui ont esté faites à fournir et envoier aux commissaires tant de Paris que de Flandres ce qui a esté nécessaire pour le fait des cessions vesz et letraiges des pays dembas et les nouvelles difficultez et alongemens que y trouvent chacun jour les dépputés et gens du conseil de lempereur, où lon a satisfait le mieulx que lon a peu. De sorte Monseigneur, quil est à espérer que Ysernay21 à son retour rapportera ou la qiuctance de madame larchiduchesse ou le tout desdits letraiges expédié comme il est requis pour le vous envoyer22. »

  • 23 M.-L. Sandret, op. cit., p. 64-65.

7Thierry Fouet dit Dornes appartient à la catégorie des conseillers techniciens du Conseil, requis en raison de leurs savoir-faire et de leurs compétences. Néanmoins, à la différence d’autres membres de même statut, il ne réussit pas propulser ses fils parmi les principaux officiers de la monarchie. Florimond est notaire et secrétaire du roi, office qu’il résigne en 1552. Nicolas, quant à lui, est conseiller, notaire et secrétaire du roi et contrôleur de l’audience de la chancellerie de France23.

Notes

1 Du Broc de Segange (Commandant), « La famille et les deux seigneuries de Dornes », Bulletin de la Société d’émulation du Bourbonnais, t. 9, 1901, p. 233-245.

2 Fleury Vindry, Les parlementaires français du XVIe siècle, Paris, 1909-1910, 2 vol. , t. 1, p. 181, notice 215. J. d’Arbaumont, Armorial de la chambre des comptes de Dijon, Dijon, 1881, p. 24. André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), 2 vol., Paris, 1978, t. 1, p. 135, notice 264. M.-L. Sandret (pub.), Revue d’Histoire nobiliaire et biographique, Paris, 1870-1871, t. 6, p. 64-65. Comte de Soultrait, Armorial historique et archéologique du Nivernais, Paris, 1847, p. 110.

3 Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, p. 133, 326, 330, 357, 435-436 et 457. Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, 1993, p. 196, 288-289 et photo du château de Dornes, illustrations hors-texte.

4 Olivier Mattéoni, op. cit., p. 133.

5 Id., p. 330.

6 Il n’en devient réellement le seigneur qu’en 1481, soit un an avant son décès. Dornes est situé dans l’actuel département de la Nièvre, à 18 km au nord de Moulins. Thierry Fouet est aussi seigneur de Ris, des Voumeaux, de Cordebœuf et baron de Chevannes. Fleury Vindry, op. cit.

7 La date de sa nomination demeure inconnue. André Lapeyre et Rémy Scheurer, op. cit.

8 Pour sa part, F. Vindry indique la date du 12 novembre 1518. Fleury Vindry, op. cit.

9 ORF, t. 3, acte 299 : mandement aux élus du Lyonnais de faire armer les francs-archers dans les paroisses de leur élection.

10 Id., t. 7, acte 628, Lyon, 8 juin 1533 et CAF, t. II, acte 5906. Le montant de ses gages est de 1 000 livres. CAF, t. II, acte 5101, Paris, le 6 décembre 1532.

11 En 1506, les trois fils de Thierry Fouet sont présentés comme étant des écuyers, malgré l’absence de lettres d’anoblissement. Olivier Mattéoni, op. cit., p. 435-436.

12 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 36.

13 CAF, t. IX, listes des principaux officiers royaux, chambre des comptes de Bourgogne.

14 Hasard de la conservation ou pas, les premières lettres que Dornes expédie à Anne de Montmorency datent de 1522. A.C.C., série L, t. I, fo 276 [A.C.C., I-276], Saint-Germain, le 13 juin 1522 (Montmorency est en Picardie) et I-160, le 15 octobre 1522 (Montmorency est à Venise).

15 Il est capturé à Pavie. Philippe Hamon, op. cit., p. 95.

16 La seule mention pour l’année 1528 concerne le paiement de 149 livres 7 sous 6 deniers tournois pour ses gages et droits de manteaux. CAF, t. 1, acte 2336, Saint-Germain, le 7 janvier.

17 ORF, 1522 : actes 299, 307, 310, 311 et 323. 1523 : actes 334, 336, 360. 1525 : acte 389. 1526 : acte 410. 1530 : actes 529, 533 et 537. 1531 : actes 554 et 574. 1532 : actes 582, 583, 586, 589 et 610. 1533 : acte 628. 1534 : actes 650 (note) et 668. 1535 : acte 687.

18 Id., actes 533 (Grenoble) et 582 (Angoulême).

19 Id., acte 529, à Blois, mars 1530.

20 A.C.C., série L, t. X, fo 117, Dornes à Anne de Montmorency, Montbazon, 5 avril 1530.

21 Guillaume Féau, seigneur d’Isernay, valet de chambre du roi, envoyé en Flandres en avril-mai 1530. CAF, acte 3683, Angoulême, le 7 mai 1530.

22 Id., fo 12, le même au même, d’Angoulême, le 28 avril 1530.

23 M.-L. Sandret, op. cit., p. 64-65.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540