Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Annexes

Annexe II. Les lieux du Conseil

Monique Chatenet

Texte intégral

  • 1 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 20 (...)
  • 2 Voir ci-dessus, l’introduction de Cédric Michon.

1Existe-t-il dans les châteaux de François Ier, un lieu spécifique destiné à la tenue des Conseils ? Avant de tenter de répondre à cette question, une remarque préliminaire s’impose. François Ier est un roi nomade dont les séjours en un même lieu excèdent rarement trois semaines. Il passe plus de temps sur les routes, dans les villes de son royaume, dans des manoirs au fond des bois ou aux armées, que dans ses propres résidences. Un rapide calcul permet d’établir que, sur l’ensemble de son règne, il a séjourné en moyenne un mois et demi par an à Paris, un mois à Saint-Germain et à Fontainebleau, quinze jours à Amboise, onze à Blois, quatre à Villers-Cotterêts, et deux seulement à Folembray et à Chambord1. À l’image du grand aumônier, « évêque de la cour » dont la circonscription mouvante est déterminée par la personne du roi, les conseillers, qui suivent les pérégrinations incessantes du souverain, tiennent leurs assemblées dans les endroits les plus divers : château royal parfois, mais le plus souvent logis abbatial ou épiscopal, grand ou petit château, maison urbaine, auberge. En réalité, seuls les lieux de chasse échappent à cet inventaire : quand le roi est à la chasse, les décisions attendent. Enfin, comme les Conseils (plutôt que le Conseil) n’ont pas de contours bien définis et que leur place dans le déroulement de la journée royale est variable elle aussi2, ils sont susceptibles de se tenir à peu près n’importe où.

  • 3 Publié par Monique Chatenet, « Le logis de François Ier au Louvre », Revue de l’art, no 97, 1992, (...)
  • 4 Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du XVIe siècle. La distribution des espaces au ch (...)

2Dans deux des trois principales résidences de François Ier néanmoins, Le Louvre et Saint-Germain-en-Laye, les documents attestent la présence d’une « salle du Conseil ». Au Louvre, une lettre de Nicolas de Neufville, commissaire des bâtiments du roi, adressée au grand maître Anne de Montmorency le 13 août 15303, fait connaître les aménagements récents effectués dans le château, et notamment dans l’aile occidentale, à côté de la grande salle médiévale, la transformation de l’ancienne « grand chambre » en « salle pour le Conseil […] qui est une des plus belles salles qui soit audit chasteau ». À Saint-Germain, un compte de vitrerie pour les trois premiers mois de 1547 fait état d’une « grande salle du Conseil4 », située au deuxième étage de l’aile nord, et séparée de la salle du roi par le grand escalier. Cette pièce (fig. 1), la plus grande du château après la « grande salle du bal », précède une chambre occupée à partir de mai 1547 par Anne de Montmorency, chef du Conseil d’Henri II.

3Dans les deux édifices, il s’agit de pièces de très grandes dimensions, directement accessibles depuis la cour et nettement séparées du logis du roi. De toute évidence et comme le montre la position de la chambre de Montmorency à Saint-Germain, ces pièces servent aux séances formellement organisées de conseillers réunis en nombre, éventuellement en l’absence du roi.

Fig. 1 – Logis de François Ier au château de Saint-Germain-en-Laye (vers 1547).

4C’est aussi le cas à Fontainebleau de la salle du roi (fig. 2) où, comme nous l’append une dépêche des diplomates vénitiens Vettore Grimani et Matteo Dandolo datant des premiers mois du règne d’Henri II, se tient un Conseil en présence du chancelier, du connétable et de tous les grands de la cour :

  • 5 Moret, 19 septembre 1547 Vettore Grimani et Matteo Dandolo à Francesco Giustiniani à Venise (BnF, (...)

« Andassemo poi alla serenissima Regina, la quale per risposta della licentia che io, Mattio Dandolo, le dimandai […] et quasi le medesime amorevoli parole havessamo dalla serenissima Madame Margherita. Et perchè ci accorse, venendo dalla camera del Re, passare per il suo consiglio secreto che si faceva nella sala, presi ancho licentia d’all’illustrissimo cancelliere, reverendissimli cardinali e tutti gli altri maggiori di questa corte5… »

5Il ne peut s’agir dans ces trois cas du Conseil appelé dans la seconde moitié du siècle « des affaires » ou « du cabinet » dont la création est attribuée à François Ier par le Vénitien Michel Suriano en 1561 et l’Anglais Richard Cook en 1585 :

  • 6 Michel Suriano, 1561, trad. française par N. Tommaseo, Relations des Ambassadeurs vénitiens sur le (...)

« Le Conseil des affaires […] est composé de bien peu de personnes qui sont dans l’intimité du roi. Quelquefois c’est un seul homme qui est tout le Conseil, comme le connétable du temps du roi Henri, et le cardinal de Lorraine du temps du roi François. Ce Conseil est nouveau ; il a été fondé par François Ier qui n’aimait pas à avoir beaucoup de conseillers et qui fut le premier à prendre sur les affaires de l’État de grandes résolutions de son chef. Il s’appelle le Conseil des affaires, car le roi le tenait avec ses plus intimes à l’heure de son lever, et en satisfaisant même à ses nécessités corporelles, ce qui s’appelle en français les affaires. Ce nom lui est resté, quoique le mode en soit varié de beaucoup. Maintenant c’est une espèce de Conseil ordinaire et l’on y admet les personnages principaux et les plus avant dans la confiance du roi6. »

  • 7 David Potter et P. R. Roberts, « An Englishman’s View of the Court of Henri II, 1584-1585. Richard (...)

«The counsail of the cabinet. This counsaile was devised and brought into France by King Francis the First whoe founde it greatelie unmete and unproper for a prince to confere and imparte his most weightiest affaires to so greate a nomber as to be of the Privie Counsaile, and therefore his customs was everie morninge upon his risinge, and whilest he made himselfe readie, to talke of suche matters as were of greatest importance by secret conference, with some such onelie as pleased his Majestie to call thereunto7

Fig. 2 – Logis de François Ier au château de Fontainebleau (1531-1547).

6Quelques rares documents apportent une idée plus concrète de ce début de la journée royale où François Ier, parfois encore au lit, s’entretient avec ses conseillers, parfois réduits à un seul, comme le cardinal Du Bellay en 1530 ou son collègue de Ferrare en 1540 :

  • 8 CCJDB, t. I, p. 153 (6 juin 1530, Bourg-sur-Gironde).

« Depuys ce matin que me suys trouvé au lever du roy [écrit Jean Du Bellay], la bouche ne m’a fermé jusques a ceste heure qui sera cause qu’aurez d’autant plus courte lectre que moins m’est demouré de loysir. Mais actendant d’en avoir davantaige, je vous veulx bien adviser que ledict seigneur, auquel ay parlé en son lict seul, plus d’une heure, a trouvé tous mes propoz si bons que riens ne s’en pourroyt souhaicter davantaige8. »

  • 9 ASMantoue, A.G. 639. 1540, 6 juin, Melun (G.-B. da Gambara au duc de Mantoue).

« Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Fontainebleau à une heure où le Très Chrétien n’était pas encore levé. Et dès que Sa Majesté apprit l’arrivée de Sa Seigneurie Révérendissime [le cardinal de Ferrare], Elle la fit appeler à son chevet. Sa Majesté, m’a-t-on dit, lui réserva l’accueil le meilleur et le plus gracieux du monde et ils conversèrent ensemble deux heures durant9. »

7Quoique toute relative, l’intimité qui entoure le lever du roi où les foules ne sont pas admises fait du début de la journée royale le moment que choisissent les grands seigneurs pour adresser leurs requêtes, que le roi règle immédiatement leur affaire ou qu’il en charge son principal conseiller du moment comme le rapporte en avril 1531, Jean de Ravenel, gouverneur des enfants La Tremoille :

  • 10 Lettre de Jean de Ravenel, gouverneur des enfants La Tremoille à François de La Trémoille, 22 avri (...)

« Monseigneur, Je vous ai escript que monseigneur le prince présenta vos lettres au roy en sa garderobbe au matin, après qu’il feust prest, lequel ne les regarda point et les bailla a monseigneur le grand maistre [Anne de Montmorency]10. »

8Ces entretiens familiers peuvent être suivis d’une assemblée un peu plus formelle que décrit en 1544 Blaise de Montluc :

  • 11 Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, Paul Courteault (éd.), p. 142.

« Et sur le midy, Monsieur l’admiral d’Anebaut me manda aller trouver Sa Majesté, que desjà estoict entré en son Conseil, là où assistoinct Monsieur de Sainct Pol, Monsieur l’amiral, Monsieur le grand escuyer Galiot, Monsieur de Boisy qui depuis a esté grand escuyer, et deux ou trois aultres desquelz ne me souvient le nom, et Monsieur le daulphin, qui estoit debout derrier la chaire du Roy. Et n’avoict assiz que le Roy, Monsieur de Sainct-Pol près de luy, Monsieur l’amirail de l’aultre couté de la table, viz et viz du sieur Sainct Pol. Et comme je feuz dans la chambre, le roy me dit : “Monluc etc.”11. »

9Cette citation de Blaise de Montluc, seul texte à donner une image de cette assemblée, montre qu’au total ne sont présents autour de la table que sept ou huit personnes dont trois seulement sont assises : le roi, un prince du sang (François de Bourbon-Vendôme, comte de Saint-Pol) et le principal favori du moment : Claude d’Annebaut, amiral de France. Le dauphin lui-même est debout, avec Jacques Galiot de Genouillac et Claude Gouffier.

  • 12 La facilité avec laquelle on pénètre dans le logis du roi, mentionnée par de nombreux témoins, est (...)
  • 13 Monique Chatenet, op. cit., p. 150.

10Le Conseil a lieu, nous dit Monluc, dans la chambre du roi, tandis que la lettre de Jean de Ravenel parle de sa garde-robe. Ces pièces, moins publiques que la salle – c’est-à-dire qu’il est possible d’en interdire l’accès quand le roi le désire12 – sont l’une et l’autre assez grandes pour permettre d’y rassembler une quinzaine de personnes. La garde-robe n’est pas alors, on vient de le voir, la pièce de service qu’elle deviendra plus tard dans le siècle. Le roi s’y tient volontiers au matin lorsqu’il s’habille et c’est, après la chambre, la plus grande pièce privée de son logis13 (fig. 3).

  • 14 Monique Chatenet, op. cit., p. 151.

11On relève aussi qu’il n’est pas question du cabinet du roi. Certes, les textes sont trop peu nombreux pour permettre de tirer une conclusion définitive. Néanmoins l’espace qui deviendra sous Henri III la pièce du Conseil par excellence – au point que Richard Cook parle du « Conseil du cabinet » – ne semble pas avoir été utilisée à cette fin sous François Ier et Henri II. Il est vrai que le cabinet, qui apparaît seulement au début du siècle14, est à l’origine de très petites dimensions et plus propice à des entretiens particuliers qu’à des réunions importantes, à la manière des embrasures de fenêtres si souvent utilisées pour les apartés. En 1567, Philibert Delorme écrit encore :

  • 15 Philibert De L’Orme, Premier Tome de L’Architecture, Paris, Chez Frédéric Morel 1567, Livre IV, ch (...)

« Il est necessaire et plus que raisonnable d’accompagner les chambres des roys, grands princes et seigneurs, d’un cabinet afin qu’ils se puissent retirer en leur privé et particulier, soit pour escrire ou traicter des affaires en secret ou autrement15. »

Fig. 3 – Logis de François Ier au château de Chambord (vers 1540-1547).

12La même année 1567, un règlement passé par Charles IX pour tenter de remettre un peu d’ordre « tant en sa chambre que au cabinet de ses affaires » montre que le Conseil du matin se tient toujours dans la chambre, le cabinet servant plutôt pour traiter en particulier de sujets confidentiels :

  • 16 Règlement de Charles IX, 26 février 1567, BnF, Nouv. acq. fr. 7225 (Brienne 256), fos 201-203.

« Le roy veult doresnavant quand il ne sera poinct au conseil ne à ses affaires en sa chambre, que ceulx qui souloient y entrer et qui s’ensuivent cy après y demourent et le suivent partout, hormis quand il sera en sondit cabinet ou il ne veult que personne n’entre s’il n’est appellé encores qu’il ne fust poinct à ses affaires, et se rendront sujectz à l’accompagner partout à pied et à cheval et demeureront tant qu’il disnera16. »

13En réalité, l’appellation « Conseil du cabinet » rapportée par Richard Cook, n’est sans doute pas antérieure au règne de Henri III et tient vraisemblablement à une particularité de la topographie du Louvre : l’immense cabinet aménagé à l’étage supérieur du pavillon du roi.

Notes

1 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 39.

2 Voir ci-dessus, l’introduction de Cédric Michon.

3 Publié par Monique Chatenet, « Le logis de François Ier au Louvre », Revue de l’art, no 97, 1992, p. 72-75.

4 Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du XVIe siècle. La distribution des espaces au château de Saint-Germain-en-Laye », Revue de l’art, no 81, 1988, p. 20-30.

5 Moret, 19 septembre 1547 Vettore Grimani et Matteo Dandolo à Francesco Giustiniani à Venise (BnF, ms it. 2013, fo 74).

6 Michel Suriano, 1561, trad. française par N. Tommaseo, Relations des Ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Paris, 1838, t. I, p. 513.

7 David Potter et P. R. Roberts, « An Englishman’s View of the Court of Henri II, 1584-1585. Richard Cook’s “Description of France” », French History, 2 (1988) p. 312-326.

8 CCJDB, t. I, p. 153 (6 juin 1530, Bourg-sur-Gironde).

9 ASMantoue, A.G. 639. 1540, 6 juin, Melun (G.-B. da Gambara au duc de Mantoue).

10 Lettre de Jean de Ravenel, gouverneur des enfants La Tremoille à François de La Trémoille, 22 avril 1531, A. Ruble, « La cour des Enfants de France sous François Ier », Notices et documents publiés par la Société d’histoire de France, Paris, 1884, p. 323 sq.

11 Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, Paul Courteault (éd.), p. 142.

12 La facilité avec laquelle on pénètre dans le logis du roi, mentionnée par de nombreux témoins, est confirmée par un édit royal de 1530 qui tente d’y remédier (CAF, VI, p. 122-123. Édit royal, novembre 1530 ; cité par Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 108).

13 Monique Chatenet, op. cit., p. 150.

14 Monique Chatenet, op. cit., p. 151.

15 Philibert De L’Orme, Premier Tome de L’Architecture, Paris, Chez Frédéric Morel 1567, Livre IV, chap. I. En 1624, Louis Savot, (Savot 1642, p. 9), devait donner du cabinet la définition suivante : « Il y a deux sortes de cabinets, les uns grands et amples, qui n’appartiennent qu’à un grand, pour y traiter d’affaire et conferences particulières, les autres sont le plus souvent moindres accompagnent une chambre et servent à y retirer les choses rares et pretieuses, comme aussi d’autres commoditez. »

16 Règlement de Charles IX, 26 février 1567, BnF, Nouv. acq. fr. 7225 (Brienne 256), fos 201-203.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Logis de François Ier au château de Saint-Germain-en-Laye (vers 1547).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 2 – Logis de François Ier au château de Fontainebleau (1531-1547).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 3 – Logis de François Ier au château de Chambord (vers 1540-1547).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540