Version classiqueVersion mobile

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

L’héritier

Le dauphin Henri (1519-1559)

François Nawrocki

Texte intégral

Le dauphin et les connétablistes

  • 1 Didier Le Fur, Henri II, Paris, 2009, p. 121-125.
  • 2 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Nicolas Villey an Karl V, 1542, I-IV », Nicol (...)
  • 3 Ibid., sommaire de la charge à Jaillon cité ; AGR Belgique, Aud. 1610, fos 14-15, « advertissemens (...)

1En août 1536, la mort du dauphin François fait du second fils du roi, Henri, âgé de dix-sept ans, le nouveau dauphin et duc de Bretagne. Les relations entre Henri et son père, qui lui préfère François puis son puîné Charles, ont toujours été difficiles et complexes : le jeune Henri est davantage sous l’influence de sa maîtresse, Diane de Poitiers, et du connétable de Montmorency, à qui il doit ses premiers succès militaires, acquis en 15371. Lorsque le connétable est définitivement congédié par le roi, en mai 1541, la vieille génération des clients et fidèles de Montmorency est contrainte d’abandonner le connétable pour courtiser la duchesse d’Étampes et les nouveaux conseillers influents du roi, Chabot, Annebault et Tournon. Cependant, le connétable garde un atout maître : comme Diane de Poitiers, le dauphin Henri lui conserve son estime et ne cache pas son intention de le rappeler auprès de lui dès qu’il accédera au pouvoir2. À l’inverse, le dauphin méprise la duchesse d’Étampes, maîtresse de son père et ennemie du connétable : « Son aigreur augmente tous les jours », dit-on, contre cette « meschante putain3 ».

  • 4 « Au mareschal d’Annebault, que pour vertu il avoit eslevé et auquel avoit assez grande fiance, [l (...)
  • 5 Voir notamment Blaise de Monluc, Commentaires, P. Courteault (éd.), Paris, 1911-1925, t. I, p. 129 (...)
  • 6 LP, XVII, p. 416, no 755, William Paget à Henri VIII, Pézenas, 7 septembre 1542.

2En juillet 1542, le roi confie au dauphin le commandement nominal de l’armée de Roussillon, sous la tutelle du maréchal d’Annebault, sans doute dans l’espoir de parfaire son éducation militaire et de le détourner de ses anciennes amitiés4. Mais le triomphe attendu tourne à la catastrophe : le siège s’enlise, les erreurs s’accumulent, les maladies et les tempêtes aggravent la situation des assiégeants5, au point que dès le début de septembre, le dauphin retourne auprès de son père à Narbonne6. Il se plaint alors de Claude d’Annebault et réclame, en vain, qu’on lui donne pour mentor le connétable de Montmorency :

  • 7 ASModena, busta 18, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Pézenas, 12 septembre 1542 (trad. par l’aut (...)

« La discorde entre ces capitaines semble continuer tant et plus […] ; j’ai cru entendre que monsr le dauphin serait relativement indigné contre monsr de Anibaò et qu’il se conforme peu à ses conseils, et pour cette raison, Sa Majesté le roi a montré un grand déplaisir de ces querelles7. »

  • 8 LP, XVIII, part I, p. 491-492, no 898, Nicholas Wotton à Henri VIII, Bruxelles, 16 juillet 1543 ; (...)
  • 9 Ibid., p. 151-154 ; G. Paradin, Gulielmi Paradini de rebus in Belgica gestis anno 1543 epistola, [ (...)

3À la fin du mois, le siège est levé. La frustration du dauphin est d’autant plus vive que dans le même temps, son frère Charles d’Orléans a remporté de brillants succès en Luxembourg sous la conduite du duc de Guise. « Par mal’heur remarque Monluc, c’estoit le premier coup d’essay de monsieur le dauphin, qui vouloit aussi bien faire que monsieur d’Orléans, son frère, qui print Luxembourg ; mais ce n’estoit pas sa faute. » En juin 1543, le dauphin Henri est à nouveau secondé par l’amiral d’Annebault au siège de Mons : c’est un nouvel échec8. Les semaines suivantes, c’est Charles d’Orléans qui est placé sous la tutelle du maréchal d’Annebault : en peu de temps, le jeune Charles met à son actif les prises d’Ivoy, Montmédy, Arlon et Virton9, ouvrant aux armées royales le chemin de Luxembourg, l’un des grands sièges victorieux des dernières guerres de François Ier. Peut-être l’inimitié du dauphin Henri envers le maréchal d’Annebault remonte-t-elle à ces épisodes : toutefois, le jeune Henri nourrit alors davantage de mépris et de déception que de haine envers le nouveau conseiller favori de son père.

  • 10 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fos 12-16 vo, lett (...)
  • 11 Voir à ce sujet David Parker, The Making of French Absolutism, Londres, 1983, p. 27-28.

4Peu à peu, autour du jeune Henri et de sa maison, dont font partie des fils de plusieurs fidèles du connétable, se cristallise une opposition endémique, renforcée par les mécontents de la duchesse d’Étampes. À partir de 1542-1543, la cour delphinale est ouvertement « connétabliste10 », tandis que celle du fils préféré du roi, Charles d’Orléans, se montre très favorable à la duchesse d’Étampes et à Claude d’Annebault. Les maisons des enfants de François Ier ont ainsi pour conséquence de pérenniser les rivalités partisanes11.

5Les occasions de conflit sont fréquentes. En février 1542, le dauphin apprend que des demoiselles d’honneur de la reine Éléonore, soupçonnées d’indiscrétions tant auprès de l’ambassadeur impérial que de leur amie Diane de Poitiers, ont été chassées par Annebault sur ordre du roi, « de telle hastiveté que lesd. damoyselles n’avoyent le loisir et temps pour recueillir leurs accoustremens et meubles […], souldainement et quasi de nuyct, avec ordonnance expresse qu’elles ne deussent en leur chemin parler a personne de leur congnoissance ». Indigné par le procédé et sans doute contrarié d’avoir perdu une source d’informations dans l’entourage direct de la reine, le dauphin s’emporte contre la duchesse :

  • 12 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. 14, Nicolas de Villey à Charles Quint, Paris, 3 (...)

« Madame, cecy ne peult durer, il est par trop violent. Je vous promectz, foy de gentilhomme, que avant longtemps, vou ferey congnoistre a qui vous jouez12. »

  • 13 Ibid., Konv. « Nicol Villey an Karl V », fos 45-56, Nicolas de Villey à Marie de Hongrie, Paris, 1 (...)

6Aussitôt, la duchesse rapporte ces menaces au roi, qui en tombe malade de colère contre le dauphin13. Ces disputes ne font qu’accentuer l’animosité du dauphin à l’encontre de la maîtresse royale et des conseillers et l’on prête au dauphin des intentions de les renverser. Sondé à ce propos par l’ambassadeur de l’empereur, le dauphin répond qu’il ne compte pas « prandre en ses mains l’auctorité et gouvernement dud. royaume », faute d’un motif suffisant :

  • 14 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Nicolas Villey an Karl V, 1542, V-VII », fos (...)

« Il ne treuvoit encores assez suffisant fondement pour mettre main a eufvre si pesante, et d’aultant que a son advis la cause que plus le pourroit excuser de telle emprinse seroit si led. sr roy fesoit quelque meingdrissement ou maintint mauvais gouvernement aud. royaume, ce qu’il ne veoit pour le jourd’huy ny apparence preuche de y tomber, de maniere qu’il ne treuvoit riens plus, pour ceste heure, que l’entretien d’une femme, qu’estoit chose assez de fois advenue a aultres princes, et a son advis non suffisante pour excuser ou auctoriser emprinse de si haulte importance14. »

La rupture de Crépy

  • 15 Robert J. Knecht, François Ier, op. cit., p. 492.
  • 16 La mort de son frère Charles, en septembre 1545, ne suffit bien sûr pas à apaiser ces rancunes.
  • 17 LP, XIX, part I, p. 444-447, no 743, Stephen Vaughan à Henri VIII, 14 décembre 1544.
  • 18 Charles Terrasse, François Ier, le roi et le règne, Paris, 1945-1970, t. III, p. 129.

7En septembre 1544, la conclusion du traité de Crépy marque une rupture profonde entre le dauphin et les conseillers du roi, en particulier Annebault et Tournon, principaux artisans de la paix. Le dauphin enrage : son frère Charles est destiné à épouser une princesse impériale et à recevoir d’opulents et vastes États, des Pays-Bas au Milanais, tandis que lui-même va hériter d’un royaume amputé du Bourbonnais et d’autres grandes principautés au bénéfice de son cadet. Charles d’Orléans peut bien témoigner une reconnaissance éperdue à son père et à l’amiral, qui lui a négocié un si beau mariage : dès l’automne 1544, en visite à Anvers, il porte un écu écartelé aux armes de France et de Milan, en promesse de sa prochaine alliance15. Le dauphin Henri n’oubliera jamais cette humiliation16. Selon un agent du roi d’Angleterre à Anvers, le mécontentement du dauphin lui donne désormais l’occasion de disputes quotidiennes avec le secrétaire Bayard et l’amiral d’Annebault17, ce dernier étant également tenu responsable de choix stratégiques timorés, qui ont cantonné le dauphin avec ses hommes sur la rive gauche de la Marne, gâchant l’occasion présumée d’un triomphe18.

  • 19 Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’État des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres s (...)
  • 20 Jean-François Solnon, La cour de France, Paris, 1987, p. 29 : « La crise est ouverte : Henri boude (...)
  • 21 Arch. MAE, CP, Espagne, 3, fo 49, Discours du chancelier Olivier, début du règne de Henri II (mal (...)
  • 22 BnF, ms frçs 7122, p. 99-110, Granvelle à Saint-Maurice, Bruxelles, 27 février 1545, passage en ch (...)

8Le 2 décembre, dans le château de Fontainebleau, le dauphin Henri fait mettre par écrit ses protestations, par acte solennel devant notaires19, en présence d’Antoine de Vendôme, François d’Enghien et François d’Aumale, témoins20. Probablement a-t-il déjà décidé qu’il dénoncera, dès son avènement, ce traité comme passé sous la contrainte, ainsi que son père l’a fait jadis pour le traité de Madrid21. L’acte est secret, mais les rumeurs circulent et le mécontentement est visible de tous. Jusque dans le camp impérial, on s’inquiète de cette attitude susceptible de remettre en cause la paix signée, en cas de disparition soudaine du roi François, « signamment considéré la disposition du roy et le doubte que plusieurs font de sa longue vie22 ». Lorsque François Ier tombe gravement malade, en janvier 1545, le dauphin est donc forcé, pour rassurer l’empereur, de ratifier en son propre nom le traité de paix. Soupçonnant les intentions du dauphin, l’ambassadeur impérial, Jean de Saint-Maurice, lui demande s’il était vrai qu’il eût signé contre son gré et « sous puissance de père ». Le dauphin nie mollement, répondant simplement qu’il trouve bon le traité, mais il laisse paraître sa haine à la mention de l’amiral d’Annebault :

  • 23 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint (...)

« Vray est, Sire, que eu-je luy dit ce que l’admiral avoit declairé, que le tout luy avoit esté communiqué, je vis ses yeulx esbloyr et le visaige aulcunement alterer, qui fut pour ce qu’i luy veult mal a mort23. »

  • 24 Sur ces circonstances, voir les contributions relatives au cardinal Tournon et à la duchesse d’Éta (...)
  • 25 Archivio di Stato di Firenze, Arch. Mediceo del Principato, filza 4590, fos 90-91 vo, Bernardo de (...)
  • 26 Sur cette campagne et sur le rôle des Strozzi, voir François Nawrocki, « La grosse armée de mer de (...)
  • 27 LP, XX, part II, p. 99, no 226, lettre du Conseil de Boulogne au Conseil Privé, Boulogne, 26 août (...)

9À l’été 1545, le dauphin croit trouver l’occasion de renverser les conseillers du roi, lorsque ceux-ci entrent en conflit avec la duchesse d’Étampes, que le cardinal de Tournon, malade, doit s’absenter de la cour, et que l’amiral d’Annebault s’apprête à prendre la tête de la flotte française pour débarquer en Angleterre24. Henri ne participe pourtant pas aux intrigues de la duchesse, qu’il déteste au moins autant que les conseillers. Il préfère utiliser les frères Piero et Leone Strozzi, des fuorusciti florentins naguère favorisés par l’amiral, mais désormais brouillés avec lui25, et entrés dans l’entourage du delphinal. Les Strozzi font partie des principaux commandants de la flotte : à part eux, seul le baron de La Garde, un fidèle de l’amiral, peut se prévaloir d’une certaine expérience des opérations navales. Au cours de l’expédition, les Strozzi ont plusieurs occasions de disputes avec l’amiral d’Annebault, qui ne manque pas dénoncer leurs initiatives souvent contraires aux ordres26. L’échec de l’expédition provoque la fureur du roi, très déçu qu’une si belle flotte ait été si mal utilisée. La cour bruisse alors de rumeurs : on parle du retour de Montmorency, improbable spectre toujours agité dans la tourmente, et on prédit que le comte d’Enghien deviendra amiral à la place de Claude d’Annebault, dont on dit qu’il n’a pas fait son devoir27.

  • 28 LP, XX, part II, p. 212-213, no 493 et CSPSpan, VIII, no 143, Jean de Saint-Maurice au roi Ferdina (...)
  • 29 [P. Strozzi], « Relation du combat naval entre les François et les Anglois en l’année 1545, le jou (...)
  • 30 Archivio di Stato di Firenze, Arch. Mediceo del Principato, filza 4305, fos 128-129 vo, Bernardo C (...)

10Le maître d’œuvre de cette campagne de dénigrement est indubitablement le dauphin. À sa demande, Piero Strozzi accuse Polin de La Garde, affirmant que « plusieurs bonnes occasions [ont] été manquées pendant l’expédition28 » et rédige, pour répondre aux dénégations du baron de La Garde, une relation écrite des combats du 15 août qui accable totalement la « capitainesse », c’est-à-dire le principal corps de la flotte, avec le vaisseau amiral. Toujours poussé par le dauphin, Piero Strozzi raconte publiquement dans quelles circonstances ce « lâche » de Polin s’est enfui en entendant le son du canon, le laissant seul au milieu des ennemis, contre les ordres. L’accusation de fuite devant l’ennemi est un grave préjudice à l’honneur d’un chevalier, l’un des seuls, en France, qui autorise le diffamé à demander réparation. La Garde demande donc au roi l’autorisation d’en répondre par l’épée. Cette querelle suscite un écho considérable dans toutes les cours de la Chrétienté, où l’on guette avec gourmandise ses développements29. Le duel aurait pu être, avant l’heure, le duel de Jarnac et de la Châtaigneraie : une victoire de Strozzi aurait été un triomphe pour le dauphin et un revers peut-être fatal pour l’entourage du roi régnant. Cependant, François Ier, se posant en arbitre, interdit le duel et demande personnellement aux deux adversaires de se réconcilier. Piero Strozzi, par ailleurs opportunément accusé de haute trahison par un agent anglais prisonnier (peut-être à l’instigation d’agents de l’amiral d’Annebault ou du cardinal de Tournon), n’a d’autre solution que de rentrer dans le rang et de se soumettre à l’amiral30, lui-même réconcilié avec la duchesse d’Étampes et publique ment confirmé dans la faveur du roi. Après cet échec, il semble que le dauphin renonce provisoirement à peser sur les affaires, attendant l’heure de son avènement.

L’impatience de l’héritier

  • 31 Blaise de Monluc, Commentaires, op. cit., t. I, p. 239-247 : « Monsieur le dauphin continuoit plus (...)
  • 32 AGR Belgique, mss divers, no 1761/1, p. 119-120, Saint-Maurice à Charles Quint du 10 octobre 1545, (...)

11Les présences et absences du dauphin au Conseil reflètent aussi cette situation. François Ier tient à ce que son fils assiste souvent au Conseil des affaires, sans y délibérer, pour y apprendre à assumer ses futures responsabilités. Sa présence est par exemple attestée lors de la fameuse séance du Conseil de mars 1544 où Monluc obtient l’autorisation de combattre à Cérisoles : le dauphin se tient alors debout derrière la chaire du roi et ne dit pas un mot durant toutes les délibérations, mais par des gestes, il encourage Monluc à parler hardiment31. Cependant, en octobre 1545, le dauphin fait savoir qu’il refuse de participer davantage aux délibérations du Conseil, pour ne pas avoir de nouvelles disputes avec le cardinal de Tournon32. Les mois suivants, il n’y paraît plus guère, mais en avril 1546, François Ier, sentant sa santé décliner, met son fils en demeure d’assister chaque jour au Conseil étroit et de prendre désormais part à toutes les questions abordées :

  • 33 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 9 avril 1546 (passage chiffré).

« Il y a deux jours déjà, releva l’ambassadeur du duc de Ferrare, Sa Majesté a fait dire à monsr le dauphin qu’il aura désormais à se trouver continuellement dans les affaires secrètes de Sa Majesté et à être informé de toutes choses, parce que quand le roi parl[e] soit dans sa chambre, soit ailleurs, avec monsr l’amiral, le cardinal de Tournon, le grand chancelier et Bayart, monsr le dauphin, lorsqu’il [est] présent, rest[e] néanmoins en retrait33. »

  • 34 AN, K 88, no 20, mandement du 11 septembre 1546, établi « par le roy en son conseil », portant les (...)
  • 35 Lucien Romier, La Carrière d’un favori : Jacques d’Albon de Saint-André, Paris, 1909, p. 37-39 (d’ (...)

12Cette injonction ne semble pas avoir été longtemps suivie d’effets. Le dauphin ne semble consentir qu’occasionnellement à assister au Conseil34. Sans doute n’aurait-il pas accepté une participation plus régulière sans un changement de conseillers. Un jour, par anticipation, par défiou par jeu, il procède à la distribution virtuelle des grands offices de la cour entre ses principaux amis : Anne de Montmorency redeviendrait le premier personnage de la cour, Charles de Brissac serait le grand maître de l’artillerie et Jacques de Saint-André le premier gentilhomme de la chambre. François Ier, averti de ces insolences par son fou Briandas, entre dans une violente colère et demande des comptes à son fils, dont il chasse plusieurs favoris35.

  • 36 Pierre Dan, Le Trésor des merveilles de la maison royale de Fontainebleau, Paris, 1642, p. 229-230
  • 37 François Ier à Jean Cléberger, Paris, 11 mars 1546 [n. st.], citée par Eugène Vial, L’histoire et (...)

13Peu importe : le dauphin sait que le temps joue en sa faveur. Au fur et à mesure que les médecins désespèrent de la survie du roi régnant, les courtisans flattent davantage Henri. À la fin de l’année 1546, alors que François Ier est gravement malade, « au même temps l’on vit », comme l’écrit le père Dan, « presque toute la cour quitter ce soleil en son couchant, afin de courir au devant du soleil levant, je veux dire vers le dauphin Henry, son heritier de sa couronne, lequel ne se tenoit guere alors près de son pere ; mais que la jalousie de la succession faisoit un peu esloigner de la cour, il y avoit desja quelque temps36 ». Le dauphin représente donc un avenir proche, et autour de lui gravite en effet une quasi seconde cour de France. En outre, la seule parole de François Ier ne constitue plus une garantie suffisante sur le long terme. Dans une lettre au financier allemand Jean Cléberger, le roi accepte de satisfaire à l’exigence des banquiers lyonnais, selon laquelle le dauphin doit personnellement s’obliger à tous les emprunts de son père37.

*

  • 38 Guillaume Ribier, op. cit., t. II, p. 1 : « L’ordre du Conseil estaby par Henri II a son advenemen (...)
  • 39 Lettre citée d’Alvarotti, du 3 avril 1547 ; Olivier allait rester au Conseil du roi jusqu’au 2 jan (...)

14François Ier meurt le 31 mars 1547. Dès le 1er avril, Henri II entreprend une réforme de la répartition des affaires, dont les écritures sont partagées entre quatre secrétaires des commandements et finances : Clausse, Bochetel, L’Aubespine et Duthier. Bayard, le secrétaire le plus employé ces dernières années, est évincé. Le lendemain, le jeune roi donne la liste des conseillers qu’il désire à son Conseil du matin, ainsi que ceux du Conseil privé38 : Annebault et Tournon, qui n’y figurent pas, seront bientôt congédiés. Enfin, le 3 avril, Henri II tient son premier Conseil étroit avec le connétable de Montmorency, Jacques d’Albon de Saint-André, Charles de Guise et le chancelier Olivier, seul rescapé du Conseil de son père39. Loin de chercher la continuité suggérée par son père mourant, Henri II assume ainsi une rupture depuis longtemps préparée.

Notes

1 Didier Le Fur, Henri II, Paris, 2009, p. 121-125.

2 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Nicolas Villey an Karl V, 1542, I-IV », Nicolas de Villey à Marie de Hongrie, Paris, 19 février 1542 [n. st.] : « Lad. dame d’Estampes ne se desistera jamais de ses poursuytes qu’elle n’ayt offencé toute amicté de lad. grand seneschalle [Diane de Poitiers], non seullement pour le regret qu’elle luy porte, mais pour d’autant diminuer le credit dud. sr connestable qui tient bonne amytié et intelligence avec lad. grand seneschalle. » Ibid., Konv. « Nicolas Villey an Karl V, 1542, V-VII », fos 14-17 vo, sommaire de la charge de Jaillon, [15 mai 1542] : le dauphin dit qu’en arrivant au pouvoir, « il aura juste cause rappeler monsr le connestable […], prudent personnaige ».

3 Ibid., sommaire de la charge à Jaillon cité ; AGR Belgique, Aud. 1610, fos 14-15, « advertissemens venuz de Lorrayne », du 8 octobre 1543 : « Lad. dame d’Étampes dit plusieurs injures de Sad. Majesté [l’empereur] en louant led. roy de France, dont tous les gentilzhommes furent mal contens, disans “velà une meschante putain”, et aussi fut monsr le dauphin. »

4 « Au mareschal d’Annebault, que pour vertu il avoit eslevé et auquel avoit assez grande fiance, [le roi] ordonn[e] d’estre auprès dudit seigneur [dauphin] pour la principalle conduitte de la guerre, luy assistant […] grand nombre de princes, seigneurs, capitaines et autres gens d’honneur, de sçavoir et de conduitte. Et ce que plus il command[e] audit dauphin, ce fut de jetter partie de ses forces incontinant et en toute extreme diligence au devant de la ville de Perpignan, attendant le reste de son armée qui le vouloit suivre de près se presenteroit sur les lieux. » (Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry [éd.], Paris, 1909-1919, t. IV, p. 64-65.) Voir aussi BnF, ms frçs 5155, fo 34 vo, Claude d’Annebault à Guillaume Du Bellay, Avignon, 1er août [1542] ; ANG, III, p. 147, 9 juillet 1542 ; LP, XVII, no 485, William Paget à Henri VIII, Ligny, 10 juillet 1542.

5 Voir notamment Blaise de Monluc, Commentaires, P. Courteault (éd.), Paris, 1911-1925, t. I, p. 129-133 et Paul Courteault, Blaise de Monluc, historien, Paris, 1908, p. 130 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. IV, p. 79-81 ; P. Vidal, Histoire de la ville de Perpignan, depuis les origines jusqu’au traité des Pyrénées, 1897, p. 405-411 ; Michel Vergé-Franceschi et Antoine-Marie Graziani, Sampiero Corso, 1498-1567 : un mercenaire européen au XVIe siècle, Ajaccio, 1999, p. 131-136.

6 LP, XVII, p. 416, no 755, William Paget à Henri VIII, Pézenas, 7 septembre 1542.

7 ASModena, busta 18, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Pézenas, 12 septembre 1542 (trad. par l’auteur).

8 LP, XVIII, part I, p. 491-492, no 898, Nicholas Wotton à Henri VIII, Bruxelles, 16 juillet 1543 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. IV, p. 138-139.

9 Ibid., p. 151-154 ; G. Paradin, Gulielmi Paradini de rebus in Belgica gestis anno 1543 epistola, [Paris], 1544, fo 5 vo et fo 13 vo.

10 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fos 12-16 vo, lettre anonyme à Marie de Hongrie, [frontière nord de la France], 28 octobre 1543 : « La maison du daulphin, qu’est tout connestabliste. » L’expression est ensuite souvent employée, par exemple par l’ambassadeur du duc de Ferrare, Alvarotto (ASModena, busta 22, Giulio Alvarotto au duc de Ferrare, Melun, 5 mai 1546).

11 Voir à ce sujet David Parker, The Making of French Absolutism, Londres, 1983, p. 27-28.

12 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. 14, Nicolas de Villey à Charles Quint, Paris, 3 mars 1542 [n. st.]. Il faut comprendre ce « il est » au sens impresonnel de « ceci est ».

13 Ibid., Konv. « Nicol Villey an Karl V », fos 45-56, Nicolas de Villey à Marie de Hongrie, Paris, 19 février 1542 [n. st.]; David Potter, « Politics and faction at the Court of Francis I : the Duchesse d’Étampes, Montmorency and the Dauphin Henri », dans French History, vol. 21, n. 2, 2007, p. 137-138.

14 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Nicolas Villey an Karl V, 1542, V-VII », fos 14-17 vo, sommaire de la charge de Jaillon, [15 mai 1542], cité par David Potter, « Politics and faction at the Court of Francis I : the Duchesse d’Étampes, Montmorency and the Dauphin Henri », dans French History, vol. 21, n. 2, 2007, p. 140-141. Le secrétaire Paget, ambassadeur du roi d’Angleterre, s’inquiète également des dissensions internes à la cour de France : si le gouvernement est, pense-t-il, entre les mains de la duchesse d’Étampes et des amis du roi d’Angleterre (la reine de Navarre, le duc d’Orléans, Chabot), un camp adverse émergeant, celui de la reine et du dauphin, avec le connétable et la plupart des cardinaux, est présumé manœuvré par le pape (Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 483).

15 Robert J. Knecht, François Ier, op. cit., p. 492.

16 La mort de son frère Charles, en septembre 1545, ne suffit bien sûr pas à apaiser ces rancunes.

17 LP, XIX, part I, p. 444-447, no 743, Stephen Vaughan à Henri VIII, 14 décembre 1544.

18 Charles Terrasse, François Ier, le roi et le règne, Paris, 1945-1970, t. III, p. 129.

19 Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’État des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres sous les règnes de François Ier, Henri II et François II, Paris, 1666, t. I, p. 578-579 ; copie XVIIe dans BnF, ms frçs 15837, fos 406-408 vo.

20 Jean-François Solnon, La cour de France, Paris, 1987, p. 29 : « La crise est ouverte : Henri boude le Conseil des affaires et proteste devant notaire de l’abandon à Charles d’un apanage considérable dans le royaume. »

21 Arch. MAE, CP, Espagne, 3, fo 49, Discours du chancelier Olivier, début du règne de Henri II (mal daté de 1545) : le royaume avait été gravement menacé, donc « on a esté contrainct d’accorder et passer scientement plusieurs choses de grande importance a l’advantage de l’empereur et au grand prejudice du royaume ».

22 BnF, ms frçs 7122, p. 99-110, Granvelle à Saint-Maurice, Bruxelles, 27 février 1545, passage en chiffre.

23 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 3 février 1545.

24 Sur ces circonstances, voir les contributions relatives au cardinal Tournon et à la duchesse d’Étampes dans le présent ouvrage.

25 Archivio di Stato di Firenze, Arch. Mediceo del Principato, filza 4590, fos 90-91 vo, Bernardo de Médicis au duc de Toscane, Montargis, 9 février 1545 [n. st.] : « Piero Strozzi fu udito dire da un’suo che l’ammiraglio, quando lo vede, gli par’di vedere el diavolo. » Il semble que les relations de Strozzi et de l’amiral se soient refroidies au début de l’année 1545, lorsque Strozzi a dû se justifier de la prise, en plein port de La Corogne, d’un navire espagnol affrété par des Anglais (ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 14, fo 17, Memoire et advertissemens a Monsr l’admiral, [vers février 1545]).

26 Sur cette campagne et sur le rôle des Strozzi, voir François Nawrocki, « La grosse armée de mer de l’amiral d’Annebault : la part de risque dans la tentative de débarquement en Angleterre de l’été 1545 », dans L’acteur face à l’événement, XVIe-XVIIIe siècle, actes des colloques de la Sorbonne de mars 2008 et mai 2009, Paris, à paraître (2011) ; voir aussi Charles de La Roncière, Histoire de la Marine française, Paris, 1899-1932, t. III, p. 410-429.

27 LP, XX, part II, p. 99, no 226, lettre du Conseil de Boulogne au Conseil Privé, Boulogne, 26 août 1545.

28 LP, XX, part II, p. 212-213, no 493 et CSPSpan, VIII, no 143, Jean de Saint-Maurice au roi Ferdinand, [début septembre 1545] ; Archivio di Stato di Venezia, Secr., AP, amb. Germania, reg. 1, fos 284 vo-287, Bernardo Navagero au Sénat de Venise, Bruxelles, 5 septembre 1545 : Strozzi aurait dit que par trois fois, l’armée française n’aurait pas fait son devoir.

29 [P. Strozzi], « Relation du combat naval entre les François et les Anglois en l’année 1545, le jour de Nostre-Dame d’aoust (Sénarpont, 27 août) », M. Chambois (éd.), Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques, 1891, p. 325-329 ; Archivio di Stato di Firenze, Arch. Mediceo del Principato, filza 4305, fos 86-88 vo, traduction italienne des mêmes écrits de Strozzi et de La Garde, envoyée par Bernardo Concini au duc de Toscane ; ibid., fos 36-37, lettre du même (qui espère de manière à peine voilée que Strozzi, ennemi du duc de Toscane, perdra la vie dans le duel) au même, Bruxelles, 6 septembre 1545 ; AS Modena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Amiens, 4 septembre 1545 ; Archivio di Stato di Venezia, Secr., AP, amb. Germania, reg. 1, fos 284 vo-287, Bernardo Navagero au Sénat de Venise, Bruxelles, 5 septembre 1545.

30 Archivio di Stato di Firenze, Arch. Mediceo del Principato, filza 4305, fos 128-129 vo, Bernardo Concini au duc de Toscane, Anvers, 22 novembre 1545.

31 Blaise de Monluc, Commentaires, op. cit., t. I, p. 239-247 : « Monsieur le dauphin continuoit plus fort en riant à me faire signe, qui me donnoit encores une grand’hardiesse de parler. Tous les autres parloient et disoient que le roy ne se devoit aucunement arrester à mes paroles. Monsieur l’admiral ne dit jamais mot, mais se sousrioit, et croy qu’il s’estoit apperçeu des signes que monsieur le dauphin me faisoit, estant presque vis à vis l’un de l’autre. Monsieur de Sainct Pol recharge encor, disant au roy : Quoy ? Monsieur, il me semble que vous voulez changer d’opinion et vous attendre aux paroles de ce fol enragé […] Je voy bien que vous estes desjà tourné. Il ne pouvoit voir les signes que monsieur le dauphin me faisoit, car il avoit le dos tourné à luy, comme faisoit monsieur l’admiral. »

32 AGR Belgique, mss divers, no 1761/1, p. 119-120, Saint-Maurice à Charles Quint du 10 octobre 1545, citée par Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 207.

33 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 9 avril 1546 (passage chiffré).

34 AN, K 88, no 20, mandement du 11 septembre 1546, établi « par le roy en son conseil », portant les noms des principaux personnages présents : le dauphin, les cardinaux de Ferrare et de Tournon, le chancelier Olivier et Nicolas de Longueval. Le cardinal de Lorraine est absent de la cour et l’amiral d’Annebault n’est pas encore rentré d’Angleterre.

35 Lucien Romier, La Carrière d’un favori : Jacques d’Albon de Saint-André, Paris, 1909, p. 37-39 (d’après Vieilleville et Monluc). L’anecdote est difficile à dater, dans la mesure où elle porte quelques contradictions : le comte de Saint-Pol, cité comme témoin, est mort en septembre 1544, tandis que Jean de Thiais, cité en tant que grand maître de l’artillerie, n’a reçu cet office qu’en janvier 1547.

36 Pierre Dan, Le Trésor des merveilles de la maison royale de Fontainebleau, Paris, 1642, p. 229-230.

37 François Ier à Jean Cléberger, Paris, 11 mars 1546 [n. st.], citée par Eugène Vial, L’histoire et la légende de Jean Cléberger dit « le bon Allemand » (1485 ?-1546), Lyon, 1914, p. 49.

38 Guillaume Ribier, op. cit., t. II, p. 1 : « L’ordre du Conseil estaby par Henri II a son advenement à la couronne. »

39 Lettre citée d’Alvarotti, du 3 avril 1547 ; Olivier allait rester au Conseil du roi jusqu’au 2 janvier 1551, date à laquelle Henri II lui retire les sceaux (Jean Dupèbe, « Un chancelier humaniste sous François Ier : François Olivier [1547-1560] », dans Humanism and Letters in the age of François Ier. Proceedings of the 4th Cambridge French Renaissance colloquium. September 1921st 1994, P. Ford et G. Gondorf [éd.], Cambridge, 1996, p. 89).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search