Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Gardes des sceaux et secrétaires

Guillaume Bochetel (?-1558)

Thierry Rentet

Texte intégral

  • 1 André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Ch (...)
  • 2 À titre d’exemple, Jehan Glaumeau le donne vivant à Pâques 1555. Journal de Jehan Glaumeau. Bourge (...)
  • 3 AD Cher, E 1163, fo 33. Acte du 29 janvier 1552 citant l’acte de partage de la succession de Berna (...)
  • 4 Généalogie des enfants de Guillaume Bochetel dans Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture (...)

1D’origine rémoise, les Bochetel se sont installés en Berry au XVe siècle, au temps du royaume de Bourges. Si le mariage de l’arrière-grand-père de Guillaume, Jean Bochetel, avec une sœur de Jacques Cœur n’est pas prouvé, en revanche les alliances de son grand-père, François, puis de son père, Bernardin, avec de bonnes familles berruyères sont attestées. Le premier épouse Marie Pelourde et le second Catherine Baboin. La réussite sociale des deux hommes est confirmée par leur accession à la tête de la municipalité. François est échevin de Bourges en 1488 et 1490, puis maire en 1494 et 1498. Pour sa part, Bernardin apparaît en qualité de premier édile en 15301. La date de Naissance de Guillaume demeure inconnue, mais on peut la situer au début des années 1490 ; tout comme celle de son décès, qui oscille selon les sources entre 1553 et 15612. Les seules certitudes civiles le concernant sont son statut d’aîné des trois fils de Bernardin3, son mariage avec Marie de Morvilliers, sœur de Jean de Morvilliers, doyen de Saint-Étienne de Bourges et sa descendance composée de trois garçons : Jacques, Bernardin et Jean ; et trois filles : Marie, Jeanne et Catherine4.

  • 5 Sur tous ces points, voir Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, op. cit., p. 272 sq. ; (...)
  • 6 Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, op. cit., p. 268.

2La carrière et les activités de Guillaume Bochetel ressemblent à celles de maints serviteurs de la monarchie du début de l’époque moderne. Elles mêlent pratiques culturelles reconnues, missions pour l’État et politique foncière entreprenante. Versant culturel, Bochetel est l’auteur de blasons poétiques, d’opuscules, de traductions (dont Hécube d’Euripide, en 1544). Il protège des humanistes, tels Jacques Amyot et François Habert, pour lesquels il devient un mécène, voire un employeur, puisqu’Amyot sert de précepteur aux enfants Bochetel5. En outre, avec Bayard, Breton et Macault, notaires et secrétaires du roi comme lui, il signe la plupart des privilèges d’impression des livres, faisant écrire à S. Charton-Le Clech qu’ils forment « un petit comité de lecteurs officiels du roi6 ».

  • 7 Id., p. 64-65.

3Côté foncier, Bochetel demeure longtemps seigneur de la petite terre de Sassy. Cependant, la décennie 1540 est pour lui l’occasion de multiplier les acquisitions dans l’ouest et le sud du Berry, au point de devenir l’un des plus riches propriétaires de la province : Breulhamon et ses 200 ha en 1540, La Forêt-Thaumiers et Chenevoisin en 1542, Mallentras en 1546, terres auxquelles s’ajoutent des arpents de vignes7.

  • 8 ORF, t. 9, acte 848 : commission ordonnée pour obtenir un prêt de l’Église.
  • 9 Ivan Cloulas, Henri II, Paris, 1985, p. 520.
  • 10 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulê (...)
  • 11 Robert J. Knecht, Un prince de la renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 557.

4Toutefois, avant tout, il est un officier royal. Comme nombre de conseillers de second plan, Bochetel demeure longtemps en place. En 1518, il accède à l’office de notaire et secrétaire du roi. Le 22 août 1530, il reçoit une commission de secrétaire du roi signant en finance, et le 28 août 1532, une autre de secrétaire des finances du roi. En 1538, il est cité parmi les conseillers au Grand Conseil8. En 1547, lui et son gendre, Claude de L’Aubespine, deviennent deux des quatre secrétaires d’État chargés de dresser les dépêches et expéditions d’actes du Conseil9. Henri II lui confère pour zone de compétence intérieure la Normandie et la Picardie et à l’extérieur les Flandres, l’Angleterre et l’Écosse. Mais, à la différence de certains de ses collègues, il ne semble pas déstabilisé par les révolutions de palais du règne. Ainsi, après 1541 et la disgrâce du connétable, Bochetel demeure en place et devient même un proche de la duchesse d’Étampes à en croire Marguerite de Navarre qui recommande à Isernay de fréquenter la duchesse et de remercier tous ceux qui la servent, et de citer Bayard, Bochetel et M. de Tulle10. Malgré cela, la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante en avril 1547 ne change rien à sa position au Conseil11.

  • 12 Vittor-Ivo Comparato, « Guillaume Bochetel secrétaire d’État ( ?-1558) », Roland Mousnier (dir.), (...)
  • 13 AN, registres X1A 8611-X1A 8616, dépouillés par Cédric Michon.
  • 14 ORF, VI, VII, VIII, IX. Voir tableau infra.
  • 15 À propos d’une affaire d’héritage qui lui a échappé, Vielleville présente Bochetel et Bayard comme (...)

5Toutefois, si son rôle de secrétaire d’État d’Henri II a été bien analysé12, les fonctions qu’il remplit au Conseil de François Ier demeurent encore floues. Cette distorsion est d’autant plus paradoxale que le nom de Guillaume Bochetel figure à 133 reprises au bas des actes issus du Conseil13. Avec Bayard et Breton, il compose le trio des conseillers assistant le plus régulièrement aux séances. Bien plus, pour les années 1531-1539, le recueil des Ordonnances des rois de France pour le règne de François Ier le mentionne à 73 reprises14. Cependant son patronyme apparaît peu. Rien dans les rapports des ambassadeurs, une mention chez le maréchal de Vieilleville15. Il est néanmoins possible de fournir quelques jalons exposant l’évolution de la carrière de Guillaume Bochetel.

  • 16 Office qu’il résilie en faveur de Palamède Gontier en 1525. Philippe Hamon, « Messieurs des financ (...)
  • 17 Bruno Garnier, art. cité.
  • 18 BnF, ms frçs 6637, fo 378, Bochetel à Anne de Montmorency, 23 novembre 1527. Extrait cité par Fran (...)
  • 19 « Je nay autre refuge que a vous, estant asseuré que mayant prins en vostre protection, vous neste (...)

6Au départ greffier des aides et gabelles du Berry, il devient notaire et secrétaire du roi le 27 juillet 151816, office déjà tenu par ses grand-père et arrière-grand-père paternels. Durant une décennie, il se forme au contact de Florimond Robertet dont l’épouse, Michelle Gaillard, est une cousine directe de la mère de Marie de Morvilliers, la femme de Guillaume17. À la mort du seigneur d’Alluye en novembre 1527, Bochetel est chargé de rassembler les papiers du défunt, ce qui lui fait écrire au grand maître : « Ceust esté le plus beau mémoire du monde pour faire et dresser une belle cronique18. » Sous les auspices de son nouveau protecteur, le grand maître de France, Anne de Montmorency19, commence alors ce qui s’apparente à une phase de missions à l’extérieur du Conseil, qui sont autant de tests pour éprouver sa fiabilité.

  • 20 Id., chronologiquement : XII-290, IX-61, IX-27, XII-157, VI-139, V-239 (la lettre BnF, Clair. 328, (...)
  • 21 Id., XV-216, Charles de Pierrevive au grand maître, du camp devant Genoille, le 16 août 1528.
  • 22 À l’en croire, il supplée le vicomte, malade d’une fièvre quarte depuis leur départ. A.C.C., série (...)

7À l’été 1528, il est envoyé auprès du comte de Saint-Pol. Au départ, il assume la fonction d’intermédiaire entre la cour et le chef de l’expédition française20. Mais la maladie de M. de Pierrevive l’oblige à assurer provisoirement celle de superviseur financier de celle-ci21. À la fin de l’année 1529, il accompagne le vicomte de Turenne en Espagne dans le cadre des négociations liées à l’accomplissement des clauses du traité de Cambrai22.

  • 23 Le Sacre et Coronnement de la Royne, Imprimé par le Commandement du Roy, nostre Sire, Bourges, 16 (...)
  • 24 BnF, ms frçs 3056, fo 141 : « Mémoire au greffier Bochetel de ce qu’il aura à dire et faire entend (...)

8Revenu en France en juillet 1530, avec la nouvelle reine, il est chargé de la rédaction de deux opuscules consacrés l’un au couronnement de la reine Éléonore, à Saint-Denis le 5 mars 1531 et l’autre à son entrée dans Paris, le surlendemain23. Le travail ayant plu au roi, à la reine et à son patron, il peut accéder au Conseil où son nom apparaît pour la première fois en septembre 1531, soit un an après sa nomination en qualité de secrétaire du roi signant en finance et un an avant celle de secrétaire des finances du roi, le 28 août 1532. À partir de là, Bochetel peaufine son rôle. En 1535, il accompagne l’amiral Chabot pour négocier avec l’Angleterre. En 1537, il sert d’agent de liaison entre Anne de Montmorency et le cardinal de Lorraine, représentants du roi installés à Leucate et le souverain demeuré à Montpellier, lors de négociations franco-espagnoles24.

  • 25 BnF, ms frçs 3005, fo 134, Bochetel au grand maître, le 23 février 1530. Cité par Bruno Garnier, a (...)
  • 26 Correspondance politique de MM. De Castillon et de Marillac, ambassadeurs de France en Angleterre, (...)

9Deux éléments viennent corroborer l’esquisse de début de carrière. D’une part, le ton et la teneur des lettres rédigées par Bochetel évoluent. En 1530, Bochetel charge ses missives de marques de soumission qui, même s’il n’est pas le seul à en user, reflètent son statut inférieur : « Sil vous plaisoit, Monseigneur, durant ce temps-là me commander aller devers vous, iroye bien volontiers pour obéyr à tout ce quil vous plairoit mordonner25. » En 1537, les lettres qu’il rédige à l’intention de M. de Castillon révèlent une nouvelle dimension acquise par le conseiller royal. En effet, à côté de l’habituel rôle d’intermédiaire, on trouve dorénavant des références explicites à la connaissance des affaires internationales, mêlées d’ordres et de recommandations données au destinataire de la lettre26.

10Le second élément concerne la fréquence de l’apparition du nom de Bochetel au Conseil, résumée par le tableau ci-dessous.

Nombre de mentions du nom de Guillaume Bochetel entre 1531 et 1539 (ORF).

11Rien avant 1531. Ce qui ne signifie pas qu’il n’assiste pas au Conseil. Présence aléatoire entre 1531 et 1537, avec une moyenne de 5 mentions annuelles. Puis, à partir de 1538, des mentions en plus grand nombre qui sont peut-être le reflet d’une étape supplémentaire, allant de 1538 à 1547.

  • 27 BnF, Cinq Cents de Colbert, fo 407.
  • 28 Correspondance politique, op. cit., lettres 311, 317, 320, 322, 324, 333, 334, 335, 339, 340, 346, (...)
  • 29 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux Armées et (...)

12La période 1538-1541 est marquée par une intense activité diplomatique sous la houlette du connétable. Or dans la notice des Cinq Cents Colbert consacrée à Bochetel, on peut lire cette phrase : « Sa suffisance le fit tellement considérer que le faix des affaires tombat sur luy et le Secret luy fut confié27 … » Sans doute, l’assertion cadre-t-elle davantage avec la période du règne d’Henri II. Néanmoins, Bochetel contresigne la plupart des dépêches que François Ier expédie à M. de Marillac entre mars 1541, soit avant la disgrâce du connétable, et fin août 154228. On peut remarquer que Castillon et Marillac sont les ambassadeurs du roi en Angleterre, département dont hérite Bochetel en avril 1547 lorsqu’Henri II le nomme secrétaire d’État. Il faut dire qu’entre-temps, il avait été le représentant de François Ier lors des négociations ayant abouti à la conclusion du traité d’Ardres avec les plénipotentiaires d’Henry VIII29.

  • 30 Pour le Languedoc : 573, 631, 755, 836, 865, 876, 879, 880, 881, 888. Pour la Provence : 603, 680, (...)

13Ce qui apparaît comme les prémisses d’une spécialisation dès la fin des années 1530 laisse entrevoir le rôle que Bochetel joue au Conseil. On peut mettre en avant deux éléments complémentaires. D’une part, sa présence est surtout attestée en août et en octobre. Mais rien n’indique qu’il assiste au Conseil par quartier. D’autre part, en détaillant les types d’actes au bas desquels figure sa signature, on constate que sur 73 actes, 10 concernent le Languedoc, 10 la Provence (mais un seul pour le Berry) et 7 sont relatifs au commerce, auxquels il faut ajouter les 2 actes concernant Raphaël Labia, marchand avignonnais nommé consuls à Alexandrie30.

*

14Homme de la pénombre, Bochetel semble avoir gravi les échelons régulièrement. Même s’il a bénéficié de protections puissantes, il a su imposer une rigueur de travail et une efficacité dont se sont satisfaits les principaux responsables de la politique royale pendant quatre décennies. En outre, il parvient à établir ses enfants. Jacques et Jean seront aussi notaires et secrétaires du roi. À Jacques, il résigne également son office de greffier de l’Ordre de Saint-Michel, dont il a été pourvu en 1542. Bernardin deviendra évêque de Rennes en 1558. Quant aux filles, Marie convolera avec Claude de L’Aubespine et Jeanne avec Jacques Bourdin, tous deux notaires et secrétaires du roi. Catherine sera mariée à Antoine de Vulcob.

Notes

1 André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978, t. 1, p. 41-42 (notices) et t. 2, p. 18 (généalogie).

2 À titre d’exemple, Jehan Glaumeau le donne vivant à Pâques 1555. Journal de Jehan Glaumeau. Bourges, 1541-1562, Bourges-Paris, 1867, p. 72.

3 AD Cher, E 1163, fo 33. Acte du 29 janvier 1552 citant l’acte de partage de la succession de Bernardin, datant du 14 septembre 1527.

4 Généalogie des enfants de Guillaume Bochetel dans Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, PUM, 1993, p. 326.

5 Sur tous ces points, voir Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, op. cit., p. 272 sq. ; et Bruno Garnier, « Guillaume Bochetel ( ?-1558) : l’irrésistible ascension d’un lettré de province sous François Ier », Actes du colloque Hommes de lettres et hommes de lois. Bourges à la Renaissance, Bourges du 4-5 juin 2009, à paraître (je remercie l’auteur de m’avoir permis de prendre connaissance de son article avant sa parution).

6 Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, op. cit., p. 268.

7 Id., p. 64-65.

8 ORF, t. 9, acte 848 : commission ordonnée pour obtenir un prêt de l’Église.

9 Ivan Cloulas, Henri II, Paris, 1985, p. 520.

10 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, Duchesse d’Alençon, Reine de Navarre (1492-1549), Paris, 1930, p. 200, lettre 906, Marguerite de Navarre à Féau d’Isernay, de Nérac, le 29 décembre 1542.

11 Robert J. Knecht, Un prince de la renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 557.

12 Vittor-Ivo Comparato, « Guillaume Bochetel secrétaire d’État ( ?-1558) », Roland Mousnier (dir.), Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution, Paris, 1970, p. 105-129.

13 AN, registres X1A 8611-X1A 8616, dépouillés par Cédric Michon.

14 ORF, VI, VII, VIII, IX. Voir tableau infra.

15 À propos d’une affaire d’héritage qui lui a échappé, Vielleville présente Bochetel et Bayard comme « gens de grand esprit et serviteurs voués à M. le connestable ». Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vielleville et comte de Durtal, maréchal de France, Collection complète des mémoires relatifs à l’Histoire de France, M. Petitot (éd.), Paris, 1822, t. XXVI, p. 96.

16 Office qu’il résilie en faveur de Palamède Gontier en 1525. Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 36.

17 Bruno Garnier, art. cité.

18 BnF, ms frçs 6637, fo 378, Bochetel à Anne de Montmorency, 23 novembre 1527. Extrait cité par Francis Decrue, Anne de Montmorency, op. cit., p. 100.

19 « Je nay autre refuge que a vous, estant asseuré que mayant prins en vostre protection, vous nestes pour mabandonner. » A.C.C., série L, t. XI, fo 59 [XI-59], Bochetel au grand maître.

20 Id., chronologiquement : XII-290, IX-61, IX-27, XII-157, VI-139, V-239 (la lettre BnF, Clair. 328, fo 115 s’intercale entre deux lettres des A.C.C.), II-128, VI-208 et XI-29.

21 Id., XV-216, Charles de Pierrevive au grand maître, du camp devant Genoille, le 16 août 1528.

22 À l’en croire, il supplée le vicomte, malade d’une fièvre quarte depuis leur départ. A.C.C., série L, t. IX, fo 63, Bochetel à Anne de Montmorency, Valladolid, 3 février 1530.

23 Le Sacre et Coronnement de la Royne, Imprimé par le Commandement du Roy, nostre Sire, Bourges, 16 mars 1531, chez Geoffroy Tory ; Lentrée de la Royne en sa ville et cité de Paris, imprimé par le Commandement du Roy nostre Sire, Bourges, le 26 avril 1531, chez Geoffroy Tory. Cités par Bruno Garnier, art. cité.

24 BnF, ms frçs 3056, fo 141 : « Mémoire au greffier Bochetel de ce qu’il aura à dire et faire entendre de la part du roy à messeigneurs les cardinal de Lorraine et grand maistre », Montpellier, 25 décembre 1537.

25 BnF, ms frçs 3005, fo 134, Bochetel au grand maître, le 23 février 1530. Cité par Bruno Garnier, art. cité.

26 Correspondance politique de MM. De Castillon et de Marillac, ambassadeurs de France en Angleterre, 1537-1542, Jean Kaulek (éd.), Paris, 1885, lettres 5, 7, 9 et 12.

27 BnF, Cinq Cents de Colbert, fo 407.

28 Correspondance politique, op. cit., lettres 311, 317, 320, 322, 324, 333, 334, 335, 339, 340, 346, 347, 349, 352, 354, 357, 360, 362, 415, 417, 419, 422, 424, 426, 427, 437, 441 et 442. Il est d’ailleurs intéressant de relever que le 9 juillet 1542 (lettre 427), François Ier prévient Marillac de l’arrivée de Claude de L’Aubespine auprès de lui. Or le personnage est le clerc de Bochetel et deviendra son gendre six mois plus tard, le 1er janvier 1543.

29 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux Armées et au Conseil de François Ier, Paris, 1885, Genève (reprint), 1978, p. 333-334.

30 Pour le Languedoc : 573, 631, 755, 836, 865, 876, 879, 880, 881, 888. Pour la Provence : 603, 680, 710, 812, 829, 832, 863, 867, 868 et 950. Pour le commerce : 572, 661, 663, 670, 757, 769 et 925. Pour Labia : 604 et 692.

Table des illustrations

Légende Nombre de mentions du nom de Guillaume Bochetel entre 1531 et 1539 (ORF).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540