Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Gardes des sceaux et secrétaires

Gilbert Bayard (?-1548)

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Gilbert Bayard a fait l’objet d’une biographie bien documentée de la part d’un de ses lointains de (...)
  • 2 Ce service ne passe cependant pas par les offices du domaine ni des finances des ducs, si on en cr (...)

1La famille Bayard est implantée au XVe siècle au sud du Bourbonnais et au nord de l’Auvergne : Gilbert Bayard lui-même a sans doute vu le jour à Aigueperse, ville où son père Michel est enterré dans la chapelle familiale à Notre-Dame et où la famille possède un hôtel en partie conservé aujourd’hui1. La génération de son père a connu une assez belle réussite dans les grands offices de finance. Michel lui-même est à sa mort (et en 1490 au plus tard) élu des aides et tailles en Bas Pays d’Auvergne, mais ses frères ont fait mieux : Antoine Bayard en particulier, notaire et secrétaire du roi, est trésorier et receveur général de Languedoc sous Louis XI de 1473 à 1476, puis de nouveau de 1483 à 1502. Parallèlement, entre 1480 et 1486, il est trésorier et receveur général en Roussillon, charge où son frère Pierre lui succède de 1486 à 1493. Michel lui-même est un temps chargé de fonctions dans ces régions, en particulier comme commis aux comptes des réparations des places de Languedoc sous Charles VIII. Outre cet intéressant tropisme financier méridional, les Bayard sont marqués par le service des Bourbons, et en particulier de ceux de la branche cadette de Montpensier, dont Aigueperse est devenue la petite capitale. La ville connaît d’ailleurs un certain éclat à la fin du XVe siècle, au temps du mécénat de Gilbert de Montpensier et de son épouse Claire de Gonzague. Plus largement, c’est une époque faste politiquement pour les Bourbons. Outre le rôle d’Anne de Beaujeu et de son époux, rappelons que Gilbert de Montpensier est vice-roi de Naples sous Charles VIII. Michel Bayard l’accompagne d’ailleurs en Italie entre 1494 et 1496. Michel aurait été également membre du Conseil d’Anne de Beaujeu (sans doute pour ses affaires de Bourbonnais). Son épouse, Gilberte Coiffier, est elle aussi issue d’une vieille famille de serviteurs des Bourbons et à Aigueperse, l’hôtel des Coiffier voisine avec celui des Bayard2.

  • 3 La première union, effective en 1489, est brève : sans doute en 1491, et au plus tard en 1494, Boh (...)
  • 4 Il est possible que cette charge lui vienne de son oncle Antoine, qui meurt entre 1502 et 1506 : F (...)
  • 5 BnF, Cabinet des titres, Dossiers bleus, vol. 69, no 1614, fo 24. En 1521, c’est Gilbert Coiffier, (...)

2Nombreux sont les Bourbonnais et Auvergnats que le service du roi au plus haut niveau conduit ensuite à Paris ou dans le val de Loire. Antoine Bayard vient d’ailleurs s’établir à Tours et il y fréquente, à la fin du XVe siècle, les familles d’autres grands officiers de finance dont Guillaume Briçonnet, qui est d’ailleurs général des finances de Languedoc quand Bayard en est trésorier. Madeleine, fille de ce dernier, est la première épouse de Thomas Bohier, qui se marie en secondes noces avec… la fille de Briçonnet3. Pour sa part, Michel Bayard est resté en Bourbonnais et c’est là que son fils Gilbert vient au monde. Cette naissance se place au plus tard au début des années 1490, mais plus vraisemblablement dans les années 1480. Gilbert obtient la survivance de l’office d’élu de son père : jusqu’à la fin des années 1520, il est mentionné dans bien des documents comme « l’élu Bayard ». Il commence parallèlement une carrière dans les offices de chancellerie en devenant sous Louis XII notaire et secrétaire du roi4. Quelques sources généalogiques le signalent aussi au service direct de Charles de Bourbon-Montpensier, qui devient connétable en 1515 : il serait son secrétaire, et le contrôleur général de sa maison, mais les certitudes manquent ici5. Quoi qu’il en soit, Bayard ne paraît nullement impliqué dans l’affaire Bourbon qui s’ouvre en 1522.

  • 6 Antoine Fauvelet du Toc, Histoire des secrétaires d’Estat, Paris, 1668, p. 24.
  • 7 Francis Thomas, op. cit., p. 23 (lettres d’octroi de la charge du 24 février).

3Si la filière Montpensier a pu jouer un rôle dans les débuts de Gilbert Bayard, celui-ci a aussi l’avantage d’avoir déjà derrière lui une génération qui a fait carrière au plus haut niveau de l’office. Elle peut activer de prestigieux réseaux, eux-mêmes liés au monde des Bourbons. C’est probablement ce qui lui permet de réaliser, dès 1508 ou 1513 – les sources sont partagées – une belle alliance. Il épouse en effet Madeleine Robertet, fille du forézien François, élu des aides et tailles en Auvergne comme le père de Gilbert, et issu lui aussi d’une famille de serviteurs des Bourbons. Bayard devient ainsi le neveu par alliance de Florimond Robertet, secrétaire des finances, trésorier de France et homme clef de la diplomatie française. La tradition, sans doute ici recevable, veut que Gilbert Bayard se soit formé comme secrétaire auprès de Florimond Robertet6. Il fait très probablement partie des notaires et secrétaires du roi bien introduits à la cour, s’il est vrai qu’il est devenu aussi au début de 1522 valet de chambre ordinaire du roi7.

  • 8 Lors de ses débuts, il reste un homme assez mal connu, au point qu’en 1527 sa fonction est prise p (...)
  • 9 LP, IV, part II, no 2832.
  • 10 Aimé Champollion-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 462-464.
  • 11 Il est significatif de le voir en janvier 1526 acquérir à Tolède une jeune esclave pour Chabot de (...)

4Bayard va se tourner vers les questions diplomatiques. À la différence d’autres domaines d’activité comme la chancellerie, les finances ou la justice, il n’y a pas ici d’offices à exercer. C’est ce qui explique qu’il soit durablement désigné par le nom des offices de finance qu’il détient, d’abord comme élu, puis comme général, fonctions qui pourtant ne jouent presque aucun rôle dans son activité8. Sa formation diplomatique a sans doute été prise en main par son oncle Robertet. L’héritage est patent aux yeux des observateurs et il est clairement identifié comme son neveu dans les premiers temps de sa carrière9. Mais le réseau familial ne suffit pas : il faut une occasion pour que Bayard puisse émerger véritablement. Comme pour de nombreux acteurs de la suite du règne, ce sont Pavie et ses suites qui vont être décisives pour son orientation. Bayard ne fait pas partie des captifs de Pavie, mais il est intégré à l’équipe dirigée par Tournon et de Selve qui est chargée de négocier dans le cadre des conférences de Tolède. Son rôle pour l’heure est seulement celui d’un secrétaire, non d’un négociateur. Sous bénéfice d’inventaire, Bayard n’a encore jamais reçu de mission à l’étranger, et ici les enjeux sont énormes. Sa compétence de secrétaire explique qu’il soit chargé de rédiger, en août 1525, la première protestation de François Ier contre les concessions qu’il pourrait être amené à faire pour recouvrer sa liberté. Son implication dans la durée – il est encore en Espagne en janvier 1526 – finit par donner à Bayard une certaine surface politique. Certes, il n’assiste pas au Conseil du roi quand il se tient alors à Madrid, mais il n’en est pas moins désormais consulté par les diplomates et négociateurs sur la situation du moment10. En outre, il a fait connaissance avec l’empereur et ses proches et il s’est encore plus étroitement inséré dans les milieux curiaux français11.

  • 12 Sur cette affaire, voir Philippe Hamon, « Négocier sous François Ier : Gilbert Bayard, l’homme de (...)
  • 13 Ce n’est cependant pas lui qui succède directement à la charge de Florimond Robertet, mort en nove (...)
  • 14 Francis Thomas, op. cit., p. 36.
  • 15 Jean Jacquart, François Ier, Paris, 1994 (nouvelle édition), p. 216.
  • 16 Sur cette distinction, importante, voir Philippe Hamon, Négocier…, op. cit., passim.
  • 17 Charles Weiss (éd.), Papiers d’État du cardinal de Granvelle, Paris, 1841, t. 1, p. 450.
  • 18 Philippe Hamon, Négocier, op. cit., p. 239.

5Désormais sa carrière d’agent diplomatique est lancée. Il conduit en 1527 des missions importantes auprès de Charles Quint. Il est d’ailleurs en train de négocier en Espagne quand le roi de France et l’empereur rompent officiellement au début de 1528, ce qui lui vaut de passer 132 jours en prison, dans la mesure où l’empereur refuse de laisser partir les agents du roi de France jusqu’à ce que ses propres ambassadeurs soient rapatriés12. De retour en France en juin 1528, Gilbert Bayard ne tarde pas à obtenir la récompense de ses efforts et de ses peines. Le 11 juillet, il reçoit ses provisions de l’office de secrétaire des finances13. À cette date, il est aussi devenu bailli de Montpensier, mais on ignore si cette fonction est d’acquisition récente14. Bayard semble donc bien s’être fait remarquer par ses compétences, mais il n’en demeure pas moins un personnage de second plan et d’un rang qui n’a rien à voir avec celui des Grands de la cour. C’est justement pour toutes ces raisons que Louise de Savoie fait appel à lui à l’automne 1528 quand elle tente, avec succès, de mettre sur pied une diplomatie indirecte avec la régente des Pays-Bas Marguerite. Il s’agit de parvenir à un accord sans impliquer directement le roi de France et l’empereur dont les relations, y compris sur le plan personnel, se sont terriblement envenimées. Agissant en homme de Louise – dont il est d’ailleurs peut-être aussi secrétaire15 –, se comportant en négociateur et non en ambassadeur16, procédant avec discrétion au sein de cercles dont il connaît maintenant bien les rouages et les usages, Bayard est incontestablement l’une des chevilles ouvrières du processus qui aboutit à la paix des Dames (août 1529). L’empereur lui-même est témoigne puisqu’il accuse au printemps 1529 sa tante de s’être laissée prendre aux « belles paroles de l’élu Bayard17 ». Sa compétence diplomatique associe à ses capacités de négociateur, celles de rédacteur du texte des accords, exercice d’une complexité réelle, en raison de leurs enjeux. Bayard est donc aussi un professionnel de l’écrit diplomatique18.

  • 19 BnF, ms frçs 5497, fo 152 vo : cette citation est extraite de La prinse et délivrance du Roy, venu (...)

6Il conserve ce double rôle aux lendemains de la signature du traité de Cambrai. Il accompagne tout d’abord l’amiral Chabot en Italie, où celui-ci va recueillir la ratification de Charles Quint (septembre-octobre 1529). Mais Bayard n’est pas concerné par les tâches de représentation : il est en Italie pour négocier l’aménagement de certaines clauses du traité, en particulier pour le versement de la rançon. Au printemps suivant, il se rend à Bayonne auprès de Montmorency qui s’affaire justement à rassembler cette rançon. On pourrait supposer que, dans les deux cas, Bayard puisse mobiliser des compétences liées à l’exercice de ses offices de finance (il est devenu général des finances en 1529). En fait, ce n’est pas véritablement sa spécialité, même s’il a sûrement une certaine connaissance des réalités financières. En Italie, il est avant tout question de revoir le cadre diplomatique des accords. Et à Bayonne, Bayard est mobilisé « pour faire les despeches » ; il ne se charge nullement du rassemblement et du maniement des fonds. Tout au long du processus, il apparaît bien comme un « homme tressavant pour mectre et rediger par escript touctes chozes a ce necessaires, comme bien les entendant parce que le tout avoit esté, aulmoins la plus grant part, mené et conduict par luy tant en Espaignes, Flandres devers ma dame Marguerite que en France19 ». De nouveau envoyé aux Pays-Bas à la fin de 1530, auprès de Marguerite, Bayard voit ici sa négociation – il doit préparer la voie à une rencontre entre François Ier et Charles Quint – tourner court en raison de la mort de la régente le 1er décembre. Cette dernière mission correspond pour lui à la fin d’un cycle très soutenu de séjours à l’étranger depuis 1525. Désormais Bayard ne quittera pratiquement plus la France et ne s’éloignera guère, semble-t-il, des centres du pouvoir que pour des séjours sur ses terres bourbonnaises.

  • 20 Francis Thomas, op. cit, p. 14-15 et 53. Si le mariage a bien lieu le 12 février 1531, il se produ (...)

7Son investissement lui donne droit à de nouvelles récompenses : Bayard est en effet pourvu de deux nouveaux offices – notaire auprès du parlement de Paris, général des finances en Bretagne – dont tout porte à croire qu’ils lui ont été donnés par le roi. Bayard ne s’en embarrasse pas longtemps et il réalise bientôt son capital : l’office de notaire, détenu sans doute depuis le début de 1529, est revendu dès l’année suivante pour 4 000 livres ; celui de général, obtenu entre mai et août 1529, est à son tour cédé en octobre 1531 pour une somme supérieure à 10 000 livres. Veuf de Gilberte Coiffier, il se remarie en février 1531 avec Marguerite Porte ou de la Porte, d’une famille de Tulle assez peu connue, mais qui est apparentée, par les La Loère, à celle de sa première épouse. Mais sa nouvelle femme est aussi (surtout ?) la nièce par alliance du chancelier Duprat20.

  • 21 Au sein du sondage réalisé par Cédric Michon dans les registres X1A 8611-8616 du parlement de Pari (...)
  • 22 Hélène Michaud, op. cit., p. 149.
  • 23 En 1536, il fait partie de l’équipe chargée de l’approvisionnement en vivres du camp d’Avignon : F (...)
  • 24 BnF, ms frçs 2976, fo 12 ; ORF, t. VIII, no 767 (21 janvier 1537).
  • 25 CAF, t. IX, p. 43.
  • 26 En juillet 1538, il reçoit une récompense de 500 écus pour les services qu’il a rendus au roi en p (...)

8Bayard est véritablement devenu un homme de confiance du roi et de sa mère. Son office de secrétaire des finances et son expérience en matière de diplomatie lui donnent une position non négligeable au sein d’un Conseil où il compte parmi les plus assidus21. Lorsqu’un « Conseil pour le faict des finances » est instauré en février 1543 – il s’agit en fait d’un Conseil étroit, qui laisse à l’écart les conseillers de second rang –, Bayard est évidemment l’un des huit personnages retenus pour en faire partie22. Il assure logiquement, en ces temps de polyvalence du service, des tâches variées23. Mais il est surtout mobilisé pour les affaires diplomatiques, et particulièrement pour ce qui concerne les relations avec le monde germanique. En juillet 1535, il s’investit dans l’organisation d’une rencontre impliquant Melanchthon. En 1537, il participe à la mise au point d’un accord avec Christophe de Wurtemberg24. On le voit de nouveau, en 1544-1545, engagé dans les relations avec les princes protestants allemands. Mais c’est aussi avec les Impériaux, en raison de son expérience des années 1525-1530, que ses compétences sont requises. Fin 1537-début 1538, il est un des plénipotentiaires chargés de négocier la paix à Leucate25. Il joue probablement ensuite un rôle dans la préparation des entrevues de Nice et d’Aigues-Mortes26. On le retrouve encore bien plus directement impliqué en 1544 dans la conclusion du traité de Crépy.

  • 27 ANG, I, p. 503.
  • 28 Cité par Francis Thomas, op. cit., p. 65.
  • 29 En 1536, lorsqu’il se lance dans la rédaction de ses Ogdoades, Guillaume Du Bellay demande à Montm (...)

9Sa proximité avec François Ier est évidente en 1539 : en novembre, le nonce constate que Bayard est un des rares à approcher le roi, alors malade27. Blaise de Vigenère, qui a travaillé sous ses ordres pendant près de sept ans, n’hésite pas à en faire le « premier secrétaire d’estat du grand Roy François28 ». L’influence et le pouvoir de Bayard tiennent en effet sans doute en bonne part à la détention des archives et des papiers nécessaires au suivi des dossiers29. Au cours des années trente, il n’est pas facile d’inscrire Bayard dans un réseau clientélaire. Les hommes et femmes dont il a été proche pour des raisons politiques et/ou familiales, sont morts les uns après les autres, Robertet en 1527, Louise de Savoie en 1531, Duprat en 1535. Il ne semble pas avoir clairement choisi entre Montmorency et Chabot : il était déjà significatif de le voir, en 1529-1530, servir successivement les deux hommes. Au cours des années trente, rien de net ne se dégage donc sur ce plan. Il faut dire que Bayard est avant tout serviteur du roi et que la confiance que paraît lui témoigner le monarque doit suffire à fonder sa position.

  • 30 David Potter, « Politics and factions at the court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmore (...)
  • 31 Francis Decrue, op. cit., p. 402.

10Il n’est pas facile de savoir s’il joue un rôle lors de la disgrâce de Montmorency. En 1540-1541, le connétable est progressivement écarté des relations avec les princes étrangers, puis de la correspondance des ambassadeurs30. Bayard est un des bénéficiaires de l’opération puisqu’avec Guillaume Poyet, il se trouve désormais chargé de recevoir les paquets des ambassadeurs31. Cela n’en fait pas pour autant un ennemi du connétable, pas plus que Poyet, qui en est d’ailleurs une créature. Du moins a-t-il la possibilité d’être encore plus en vue dans l’activité diplomatique. Il sait également profiter des dépouilles d’anciens fidèles d’un connétable désormais totalement disgracié. Bayard parvient ainsi en octobre 1542 à mettre la main sur l’office de secrétaire et contrôleur général de la guerre détenu jusqu’à sa mort par Jean Breton.

  • 32 Ambassadeur de l’empereur cité dans Jean Du Bellay, CCJDB, III, p. 234 note.
  • 33 C’est le cas du représentant de Florence en février 1545 : Michel François, Le cardinal François d (...)
  • 34 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, fos 185-188, Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, Ami (...)
  • 35 ANG, III, p. 78.
  • 36 David Potter, op. cit., p. 144-145.
  • 37 SP, X, p. 975 (11-11-1545), cité par Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État so (...)

11Les dernières années sont finalement celles où Bayard est le plus en vue au sein du cercle du pouvoir. Il est identifié comme celui qui a « la charge de tous despeches secretz et commandementz dud. sr Roy32 ». Les observateurs du temps le qualifient bientôt de « premier secrétaire33 ». Au même moment, Charles Quint remet des cadeaux aux principaux conseillers du roi : Tournon et Annebault sont au premier rang avec 8 000 écus, mais Bayard est le suivant avec 4 000 écus. Cette hiérarchie entre les trois personnages, et la solidarité qui les lie alors, se retrouvent fort logiquement dans une lettre d’Antoine Perrenot de Granvelle à l’empereur mettant en avant en octobre 1544 « le crédit de ceulx qui gouvernent, qui sont l’admiral et le cardinal de Tournon, et soubs leur main Bayard, lesquelz ont gaigné grand fondement au crédit et demeurent unys pour s’i entretenir34 ». En août 1546 encore, le nonce en fait le constat : toutes les affaires passent par Bayard35. Si sa position administrative semble bien de premier plan, ce n’est pas pour autant que son poids politique est indiscuté. Les dernières années du règne de François Ier sont particulièrement complexes à cerner, d’autant plus qu’il faut rester prudent sur l’existence de véritables factions politiques à cette époque. Parmi les clivages qui traversent le cercle dirigeant, celui de l’attitude envers l’empereur reste cependant un indicateur important. Bayard, très impliqué dans la négociation du traité de Crépy en 1544, est favorable à la paix avec Charles Quint, d’autant plus qu’il est réticent à une alliance avec les princes protestants de l’Empire, sur des bases semble-t-il proches de celles du cardinal de Tournon36. Cela lui vaut parfois des accusations de traîtrise, auxquelles il réplique dans un échange rapporté en 1545 par l’ambassadeur anglais Gardiner : « On m’appelle le pire des impériaux et je suis uniquement le serviteur de mon maître37. »

  • 38 Francis Thomas, op. cit., p. 76.

12Même si le sens du service de Bayard peut n’être pas en cause, il est clair cependant que son rôle depuis le début des années 1540 le destine à être mis à l’écart lors de l’avènement d’Henri II et du retour en grâce de Montmorency. Il reçoit brutalement son congé, comme on pouvait s’y attendre, mais parmi les hommes écartés, son sort est particulièrement cruel puisqu’il est emprisonné très vite : il meurt dans sa prison de Melun le 2 juin 1548. Sa chute relève de la disgrâce personnelle, signe d’une visibilité politique forte, car ce n’est pas en tant que client de tel ou tel qu’il est mis sur la touche. Comme à l’ordinaire, les charges de celui qui est écarté du pouvoir vont aux nouveaux hommes de l’heure : Cosme Clausse récupère son office de secrétaire et contrôleur général de la guerre ; celui-ci et Jean Duthier, un ancien commis de Jean Breton, deviennent secrétaires des finances. Les explications traditionnelles du sort de Bayard peuvent paraître au premier abord anecdotiques, mais méritent cependant l’attention38. Selon Jacques-Auguste de Thou, c’est un homme qui parle trop librement, aimant « à faire le plaisant et à dire des bons mots ». Antoine Fauvelet du Toc renchérit en évoquant des railleries sur le compte de Diane de Poitiers. Dans le premier cas, on peut supposer chez Bayard, issu d’un milieu de secrétaires et d’hommes de dossier, un décalage entre un ethos implicite, tout de réserve et de gravité, et un comportement non-conforme, de la part d’un homme issu malgré tout d’un milieu fort éloigné de l’aristocratie. Il n’y aurait par ailleurs rien d’étonnant à ce que des membres du groupe dirigeant des dernières années du règne de François Ier, se soient effectivement permis de faire de l’ironie sur le « grand âge » de Diane, de vingt ans plus vieille que le dauphin. Il faut par ailleurs faire la part du ressentiment de Montmorency par rapport à l’attitude de Bayard en 1541-1542, et aussi celle du renouvellement des options diplomatiques : Bayard est peut-être sacrifié sur l’autel des relations avec les princes protestants allemands. Ce serait finalement la conjonction de tous ces facteurs, et l’absence de tout « patron » encore disposé à le défendre, combinée à sa médiocre condition sociale d’origine, qui pourrait expliquer l’acharnement dont il a fait l’objet.

  • 39 Fin 1528 : Francis Thomas, op. cit., p. 45 ; en 1531 : AN, J 964, no 29 ; en 1537 : AN, J 968, 2/1 (...)
  • 40 Il a lui aussi des liens avec le Bourbonnais : un Jean de Villars, seigneur de la Mothe, est commi (...)
  • 41 Cette accumulation est appréciable : ses terres valent plus de 70 000 livres à sa mort : Philippe (...)

13Le corps de Gilbert Bayard, après sa mort, est rapatrié à Aigueperse, où il est enseveli. La chose est révélatrice de l’attachement qu’il avait manifesté tout au long de son existence envers sa province natale. À plusieurs reprises, on sait qu’il revient y faire des séjours39. Lors de son dernier passage du temps de François Ier, Bayard préside les grands jours du duché de Montpensier : cela paraît relever de ses attributions de bailli, mais semble aussi significatif d’une nouvelle démarche sociale. Bayard semble vouloir s’intégrer d’une autre façon dans les élites bourbonnaises. Alors que deux de ses filles avaient épousé deux officiers de finances en 1532 et en 1535, en 1542 et 1543 le choix paraît différent : l’une se marie avec un gentilhomme du Bourbonnais, Gaspard de Beaucaire, et l’autre s’unit à Jean de Villars, un panetier du roi, qui accomplit des missions diplomatiques en Allemagne et en Suisse40. Enfin il est frappant de constater que Bayard n’a accumulé des terres que dans le Bourbonnais et le nord de l’Auvergne41. Malgré sa durable carrière au centre du pouvoir – il est resté près de 20 ans secrétaire des finances –, il ne reste aucun témoignage concernant une acquisition de maison ou de terre, ni en Île-de-France, ni en val de Loire, pas même une location à Paris, à Tours ou aux environs des résidences royales. Cela en fait un cas tout à fait original au sein de son milieu et des cercles du pouvoir.

Notes

1 Gilbert Bayard a fait l’objet d’une biographie bien documentée de la part d’un de ses lointains descendants : Francis Thomas, Gilbert Bayard. Diplomate et secrétaire des finances de François Ier, [s. l.], 2007. Elle fait en particulier la synthèse de ce qu’on peut savoir sur son milieu familial.

2 Ce service ne passe cependant pas par les offices du domaine ni des finances des ducs, si on en croit Olivier Mattéoni, Servir le Prince. Les officiers du duc de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, puisqu’aucune mention des deux familles ne figure dans son livre.

3 La première union, effective en 1489, est brève : sans doute en 1491, et au plus tard en 1494, Bohier est veuf : Bernard Chevalier, Tours ville royale 1356-1520. Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris/Louvain, 1975, p. 486.

4 Il est possible que cette charge lui vienne de son oncle Antoine, qui meurt entre 1502 et 1506 : Francis Thomas, op. cit., p. 10 ; André Lapeyre et Rémi Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978, t. 1, notices 36 et 37. Gilbert Bayard va procéder à plusieurs transactions successives sur cet office dont deux résignations, apparemment provisoires.

5 BnF, Cabinet des titres, Dossiers bleus, vol. 69, no 1614, fo 24. En 1521, c’est Gilbert Coiffier, son oncle, qui occupe la charge de contrôleur.

6 Antoine Fauvelet du Toc, Histoire des secrétaires d’Estat, Paris, 1668, p. 24.

7 Francis Thomas, op. cit., p. 23 (lettres d’octroi de la charge du 24 février).

8 Lors de ses débuts, il reste un homme assez mal connu, au point qu’en 1527 sa fonction est prise par un étranger pour un prénom : le voici désigné comme Lelio Bayard… On trouve même une mention Lelubajar…: Rawdon Brown (éd.), Calendar of State Papers and Manuscripts, relating to English Affairs, existing in the archives and collections of Venice and other libraries of Northern Italy, Londres, 1871, vol. IV, no 2 (note).

9 LP, IV, part II, no 2832.

10 Aimé Champollion-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 462-464.

11 Il est significatif de le voir en janvier 1526 acquérir à Tolède une jeune esclave pour Chabot de Brion : ibid., p. 458-459.

12 Sur cette affaire, voir Philippe Hamon, « Négocier sous François Ier : Gilbert Bayard, l’homme de la “paix des Dames” », dans D. Clauzel, C. Giry-Deloison et C. Leduc (éd.), Arras et la diplomatie européenne XVe-XVIe siècles, Arras, 1999, p. 236.

13 Ce n’est cependant pas lui qui succède directement à la charge de Florimond Robertet, mort en novembre 1527 : l’office de ce dernier est revenu à son fils François Robertet, qui meurt prématurément : Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle (1515-1589), Paris, 1967, p. 129-130.

14 Francis Thomas, op. cit., p. 36.

15 Jean Jacquart, François Ier, Paris, 1994 (nouvelle édition), p. 216.

16 Sur cette distinction, importante, voir Philippe Hamon, Négocier…, op. cit., passim.

17 Charles Weiss (éd.), Papiers d’État du cardinal de Granvelle, Paris, 1841, t. 1, p. 450.

18 Philippe Hamon, Négocier, op. cit., p. 239.

19 BnF, ms frçs 5497, fo 152 vo : cette citation est extraite de La prinse et délivrance du Roy, venue de la royne seur aisnée de l’empereur et recouvremens des enfants de France, un récit que son auteur, Sébastien Moreau, a dédicacé à Bayard lui-même.

20 Francis Thomas, op. cit, p. 14-15 et 53. Si le mariage a bien lieu le 12 février 1531, il se produit dix jours seulement après le retour de Bayard de sa dernière mission aux Pays-Bas.

21 Au sein du sondage réalisé par Cédric Michon dans les registres X1A 8611-8616 du parlement de Paris, il arrive en première position avec 78 présences notées, suivi par plusieurs autres secrétaires de finances (Jean Breton et Guillaume Bochetel : 53…), puis de très loin par les principaux personnages du temps (Chabot, 26, Tournon, 24, Montmorency, 22…).

22 Hélène Michaud, op. cit., p. 149.

23 En 1536, il fait partie de l’équipe chargée de l’approvisionnement en vivres du camp d’Avignon : Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux armées et au Conseil de François Ier, Paris, 1885, p. 272. En 1545, il est au nombre des proches du pouvoir chargés d’emprunter à Lyon pour le compte du roi : CAF, t. IV, no 14357.

24 BnF, ms frçs 2976, fo 12 ; ORF, t. VIII, no 767 (21 janvier 1537).

25 CAF, t. IX, p. 43.

26 En juillet 1538, il reçoit une récompense de 500 écus pour les services qu’il a rendus au roi en plusieurs voyages en Piémont, Provence et Languedoc.

27 ANG, I, p. 503.

28 Cité par Francis Thomas, op. cit., p. 65.

29 En 1536, lorsqu’il se lance dans la rédaction de ses Ogdoades, Guillaume Du Bellay demande à Montmorency de se « soubvenir de dire à MM Bayart et Bouchetel qu’ilz facent apporter à Bloys les despeches qu’ilz ont receues et faictes » : Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543), Paris, 1905, p. 381-382.

30 David Potter, « Politics and factions at the court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmorency and the dauphin Henri », French History, vol. 21, no 2, juin 2007, p. 132.

31 Francis Decrue, op. cit., p. 402.

32 Ambassadeur de l’empereur cité dans Jean Du Bellay, CCJDB, III, p. 234 note.

33 C’est le cas du représentant de Florence en février 1545 : Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 200, note 3.

34 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, fos 185-188, Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, Amiens, 1er octobre 1544, original chiffré (référence fournie par C. Michon).

35 ANG, III, p. 78.

36 David Potter, op. cit., p. 144-145.

37 SP, X, p. 975 (11-11-1545), cité par Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse de doctorat, université du Maine, 2004, p. 149, note 459.

38 Francis Thomas, op. cit., p. 76.

39 Fin 1528 : Francis Thomas, op. cit., p. 45 ; en 1531 : AN, J 964, no 29 ; en 1537 : AN, J 968, 2/19 ; à Noël 1545 : Francis Thomas, op. cit., p. 73 ; en novembre 1546 : Francis Thomas, op. cit., p. 74.

40 Il a lui aussi des liens avec le Bourbonnais : un Jean de Villars, seigneur de la Mothe, est commis à l’office de châtelain et capitaine d’Hérisson dans les années 1520 : CAF, t. VII, no 26447. Les familles de Beaucaire et de Villars semblent avoir servi auparavant les ducs de Bourbon : Mattéoni, op. cit., p. 130, 179 et 409.

41 Cette accumulation est appréciable : ses terres valent plus de 70 000 livres à sa mort : Philippe Hamon, « Messieurs des finances » Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 242.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540