Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Gardes des sceaux et secrétaires

La valse des gardes des sceaux

Cédric Michon

Texte intégral

François de Montholon (1490-1543)

  • 1 La famille de Ganay a fourni un chancelier sous le règne de Louis XII en la personne de Jean de Ga (...)
  • 2 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV (...)
  • 3 BnF, ms frçs 482, fo 47 (lettre citée par Marie Houllemare dans son article « Guillaume Poyet » du (...)
  • 4 Voir Étienne Pasquier, Les recherches de la France, Paris, 1996, 6, XI, p. 1194 et Michel François(...)
  • 5 François Blanchard, Les presidens au mortier du parlement de Paris, leurs emplois, charges, qualit (...)

1François de Montholon, seigneur de Viviers et d’Aubervilliers, joue un rôle de conseiller relativement important pendant la période assez courte durant laquelle il est garde des sceaux. Né en 1490, issu d’une vieille famille d’Autun apparentée à la famille de Ganay, il est le petit-neveu de Germain de Ganay, conseiller au parlement1. Avocat dès 1516, François de Montholon obtient le second poste d’avocat du roi avant de devenir président au parlement de Paris à partir de 15352. Il semble avoir été proche de Guillaume Poyet comme en témoigne une lettre de ce dernier citée par Marie Houllemare3. Même s’ils plaident l’un contre l’autre au cours du procès Bourbon, puisque Montholon défend le connétable, ils participent l’un et l’autre, avec Lizet, à la rédaction d’une consultation au profit de la noblesse, lors de l’assemblée des notables de 15274. Montholon et Poyet ont donc des carrières parallèles et partagent également la protection de Montmorency. C’est en effet grâce à la recommandation de ce dernier que Montholon devint avocat du roi en 15325.

  • 6 BnF, ms frçs 3005, fo 109 et BnF Clairambault 339, fo 3. Publié en appendice de Francis Decrue, De (...)
  • 7 François Nawrocki, thèse citée, p. 263.

2Pour autant, même s’il est lié à Montmorency et à Poyet, sa nomination comme garde des sceaux intervient dans le contexte troublé qui se situe après la disgrâce du connétable, et entre l’arrestation de Poyet (2 août 1542) et la sentence qui, privant ce dernier de son office, permet de lui choisir un remplaçant (avril 1545). C’est ainsi que des lettres patentes du 9 août 1542 accordent à Montholon une commission de garde des sceaux. François Ier, qui part pour une campagne dans le Midi a alors confié les sceaux au cardinal de Tournon, demeuré à Lyon avec le Conseil. C’est donc le cardinal qui les remet à son tour à Montholon, quand le nouveau garde prête serment devant lui le 23 août. La présence au Conseil de Montholon est attestée au moins dès février 1543 puisqu’il figure en bonne place sur la liste des conseillers appelés par le roi à un Conseil « pour le fait des finances6 ». Il semble que Poyet est alors remplacé dans ses fonctions par une sorte de tandem Montholon-Errault7.

  • 8 Hélène Michaud, La grande chancellerie de France et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1 (...)

3François de Montholon n’a toutefois pas le temps de faire véritablement ses preuves puisqu’il meurt à Villers-Cotterets le 12 juin 1543, de surcroît sans doute malade depuis quelque temps puisque manifestement sa disparition ne prend pas la monarchie au dépourvu. En effet, la commission de son successeur est datée du jour même de sa mort8. Quoi qu’il en soit, sa mort, 11 jours après celle de Chabot, décapite un peu plus le noyau central des conseillers alors même que la monarchie s’efforce depuis peu de formaliser la séparation entre le Conseil étroit et le Conseil élargi (cf. le rôle de février 1543 évoqué plus haut).

François Errault (?-1544)

  • 9 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV (...)
  • 10 AS Torino, Corte, Saluzzo, Città e Provincia, Conti reg 3, fo 67 sq. Publié par Isidoro Soffietti, (...)
  • 11 Entre-temps, il est également devenu maître des requêtes à partir de 1541, en remplacement de Guil (...)
  • 12 Hélène Michaud, op. cit., p. 55 et Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne  (...)
  • 13 BnF, ms frçs 3005, fo 109.
  • 14 X1A 8613, fo 472 vo, « Par le roi, le sr de Chemans mre des requestes ».
  • 15 François Nawrocki, thèse citée, p. 263.
  • 16 Ainsi en août 1543 à Folembray (X1A 8613, fo 484 vo) et en septembre suivant à Sainte-Menehould (X(...)
  • 17 « Gli serissi che secondo monsor Exmo nro me dicea ne era necessario il darle, anzi superfluo. » ( (...)
  • 18 « Cosi trovando non ne havere per il carle de Medun ne per il presidente [du parlement de Turin] ( (...)

4François Errault, seigneur de Chemans, près de Durtal non loin d’Angers est issu d’une ancienne famille angevine. Il épouse Marie de Loynes, fille de François de Loynes, conseiller au parlement de Paris9. Après avoir été avocat au parlement de Paris, puis conseiller, à partir du 12 novembre 1532, il devient président du parlement de Turin dès sa fondation par François Ier en février 153910. Il devient ensuite garde des sceaux en remplacement de François de Montholon, le 12 juin 1543, cédant alors la présidence de la cour de Turin à René de Birague11. Sa nomination comme garde des sceaux intervient dans le contexte troublé qui se situe entre la date de l’arrestation de Poyet (2 août 1542) et celle de la sentence qui, le privant de son office, permet de lui choisir un remplaçant (avril 1545). Des lettres patentes du 9 août 1542 ont accordé une commission de garde des sceaux à François de Montholon, mais ce dernier meurt à Villers-Cotterets dès le 12 juin 1543. Comme on l’a vu, ce décès ne prend pas la monarchie au dépourvu puisque la commission de son successeur, François Errault, est datée du même jour12. D’ailleurs, au moment de la mort de Montholon, François Errault est déjà de retour en France depuis quelques mois et son rôle au Conseil est attesté depuis février 1543 dans le « Rolle de ceulx que le Roy veult entrer dans son Conseil pour le faict des finances » où il figure, parmi les techniciens, aux côtés de Montholon, Bayard et Bochetel13. On trouve d’autres traces de sa présence au Conseil du roi comme simple maître des requêtes au cours de l’année 154314. Poyet est alors vraisemblablement remplacé par un duo Montholon-Errault15. Ce dernier est alors particulièrement actif au Conseil, notamment à la fin de l’été 1543, lorsqu’il suit le roi dans ses déplacements16. Plus tard dans l’année, l’ambassadeur du duc de Ferrare arrive à la cour de France, en possession de lettres de créance pour divers courtisans et prélats (la duchesse d’Étampes, Claude d’Annebault, Jean de Lorraine, François de Tournon, Jean Du Bellay, Odet de Châtillon et Claude de Givry), ainsi que de deux lettres « en blanc ». Sur les conseils du cardinal de Ferrare, il choisit de ne pas présenter celles adressées à Châtillon et Givry jugés sans influence17. En revanche, il en remplit une pour le cardinal de Meudon et une autre pour François Errault dont le même cardinal de Ferrare lui a assuré que l’influence politique n’était pas négligeable18.

  • 19 On peut évoquer les liens avec l’amiral d’autres juristes comme François Olivier et Pierre Rémon ( (...)
  • 20 François Nawrocki, thèse citée, p. 177.
  • 21 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis, Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fos 2-8 vo, Nicolas (...)
  • 22 AN, X1A 8613, fo 484 vo; AN, X1A 8614, fos 13-15 vo, fo 176, fos 259 vo-261 vo; AN, X1A 8615, fo 3
  • 23 AN, X1A 8614, fos 285-296; AN, X1A 8615, fos 31-32 vo. Voir aussi Philippe Hamon, L’argent du roi,(...)
  • 24 AN, MC VIII 284 et AN, J 958 no 9. Voir surtout Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 2 (...)
  • 25 Voir article « François Olivier » dans ce livre.
  • 26 Il laisse un fils (abbé) et une fille, épouse d’un gentilhomme de la chambre du roi (Roland Mousni (...)
  • 27 AN, K 88 (5) et CAF, 13978.

5Comment expliquer la montée en puissance de François Errault dans les années 1543-1544, et notamment au Conseil ? D’abord, par ses liens avec l’amiral d’Annebault19. Ensuite, par son expertise financière. Pour comprendre le premier point, rappelons qu’à partir de 1539 François Errault est président du tout nouveau parlement de Turin, au moment où Claude d’Annebault est, de son côté, gouverneur de Piémont. À ce moment-là, Claude d’Annebault préside un Conseil où siègent en majorité des gens de guerre, mais aussi quelques juristes dont François Errault20. C’est donc sans doute l’amiral qui, satisfait de leur travail en commun en Piémont le fait venir de Turin avec dans l’idée de le faire succéder à Montholon21. À partir de 1543, il est l’un des piliers du Conseil avec Annebault, le cardinal de Tournon et le comte de Saint-Pol22. On l’a dit, il est toutefois clairement spécialisé sur les questions financières et cela dès son entrée au Conseil en février 154323. Son expertise financière est d’ailleurs ancienne. Il est, par exemple, un membre actif des commissions de la Tour Carrée, au moins entre 1534 et 1538, œuvrant notamment en Languedoïl24. À sa mort, il semble bien que sa place dans le Conseil des finances ait été pourvue par François Olivier25. Il meurt en effet à Châlons en Champagne le 3 septembre 1544 tandis qu’il est en train de négocier avec l’amiral d’Annebault et le secrétaire Gilbert Bayard la paix avec l’empereur26. Il est alors sans doute toujours garde des sceaux, puisque des lettres patentes du 15 juin 1544 sont signées « Par Roy, vous, le sgr de Chemans, garde des sceaux et autres presens27 ».

François Olivier (1497-1560)28

Un magistrat chancelier

  • 29 La principale synthèse sur François Olivier, reprise ici pour tous les aspects familiaux et cultur (...)
  • 30 CAF, V, 18844 (paiement de ses gages de conseiller au Grand Conseil, le 23 novembre 1526). Il perç (...)
  • 31 CAF, VIII, 30234 (émoluments reçus pour ses « voyages et chevauchées » de 1536).
  • 32 CAF, IV, 13150 provision d’office de président à mortier, 12 juin 1543 (et AN, U 152, qui est l’en (...)

6Né en 1497 à Bourgneuf, en Aunis, François Olivier est apparenté à une famille de magistrats lettrés29. Son père, chancelier de Louis XII pour le duché de Milan, est premier président au parlement de 1517 à 1519 et sa mère est apparentée au chancelier Jean de Ganay. Son oncle Jean, évêque d’Angers, est versé en grec, en hébreu et en chaldéen et lui-même reçoit une éducation soignée. Marié avec Antoinette de Cerisay, alliée aux puissants Bohier, il commence sa carrière comme avocat, puis conseiller au Grand Conseil, avant de rejoindre le parlement en 152330. En 1525, il devient chancelier d’Alençon pour Marguerite de France, sœur de François Ier, puis maître des requêtes en 153631. Il obtint le 12 juin 1543, à la mort de Montholon, une charge de président à mortier au parlement de Paris, puis de garde des sceaux le 25 septembre 1544, à la mort de François Errault, et enfin celle de chancelier le 18 avril 1545, qu’il garde officiellement jusqu’à sa mort le 30 mars 156032.

  • 33 Quelques lettres à peine sont conservées pour la période henricienne : BnF, ms frçs 6620, fo 25 au (...)
  • 34 Son retrait de la vie publique marqua, selon Jean Dupèbe, la « faillite politique d’un certain hum (...)
  • 35 Il rédigea en 1554 un mémoire sur la navigation anglaise en France (BnF, ms frçs 6616, fo 198 et m (...)
  • 36 BnF, ms frçs 3129, fo 85, mémoire de François Olivier sur la perception de ses gages alors que s’e (...)

7Son activité de chancelier est à peine connue, un peu mieux cependant sous Henri II que pour la période précédente33. Il est certain que sa carrière connaît un coup d’arrêt lorsqu’il est remplacé par un garde des sceaux, le 2 janvier 1551 et il ne revient à la tête de la justice qu’en 1559. Son éviction du pouvoir, officiellement motivée par de graves problèmes de santé, est souvent considérée comme une véritable disgrâce34. Pourtant, il continue à être occasionnellement sollicité par Henri II sur divers sujets : il participe en 1551-1552 au Conseil royal et rédige plusieurs mémoires juridiques d’ordre surtout territorial35. Il continue d’ailleurs à réclamer ses gages de chancelier36. Très lié aux milieux humanistes juridiques parisiens, de sensibilité évangélique, il laisse une réputation d’homme d’État talentueux, éloquent et intègre et inspire Michel de L’Hospital.

  • 37 CAF, II, 4961 : en 1532, il ne siège pas au Grand Conseil car il est retenu par les affaires de la (...)
  • 38 CCJDB, p. 171-174 et p. 226-229.
  • 39 CCJDB, p. 243-244, lettre du 25 mars 1544, p. 247-248, lettre du 1er avril 1544 et p. 437-438, let (...)
  • 40 CAF, IV, 13537, argent destiné à Jean Sleidan qui les accompagne, 7 janvier 1544. Les ambassadeurs (...)
  • 41 Sleidans Briefwechsel, H. Baumgarten (éd.), Strasbourg-Londres, 1881, Jean Sleidan à Jean Sturm, 2 (...)
  • 42 Correspondance du cardinal François de Tournon, 1521-1562, Michel François (éd.), Paris, Honoré Cha (...)
  • 43 François Nawrocki, thèse citée, p. 492.

8Il semble que sa carrière doive beaucoup à sa protectrice, Marguerite de Navarre, dont il dirige le Conseil et qui obtient pour lui la charge de président à mortier au parlement de Paris. Il consacre d’ailleurs beaucoup de temps à sa charge de chancelier pour le duché d’Alençon, qu’il occupe jusqu’en 154437. Parallèlement, il entretient des liens avec le cardinal Du Bellay, attestés par quelques lettres à partir de 1542 : c’est à lui, et non au roi, qu’il demande le 12 janvier 1542 le remboursement de ses frais de voyage et à lui qu’il décrit librement, dans une lettre du 11 décembre 1543, sa conception de la politique allemande38. Il lui écrit ensuite à plusieurs reprises pour diverses affaires39 et participe à ses côtés à une autre ambassade envoyée à Spire en janvier 154440. Ils partagent sans doute une même sensibilité religieuse. C’est en tout cas l’image que renvoie Sleidan lorsqu’il le présente comme un conseiller s’efforçant de modérer bûchers et persécutions41. Protégé de Marguerite de Navarre, lié au cardinal Du Bellay, il est peut-être aussi proche du cardinal de Tournon, qui, à sa mort, mentionne dans une lettre à François de Noailles « une grande perte pour l’amictyé qui estoit entre nous42 ». Il fait enfin partie sans doute de la clientèle de l’amiral d’Annebault, aux côtés d’autres juristes comme François Errault et Pierre Rémon43.

Conseiller

  • 44 CAF, III, 8668, contrôle des comptes des fermiers du Sieur de Rohan, le 13 octobre 1536 ; IV, 1140 (...)
  • 45 CAF, IV, 12247, paiement de ses gages d’ambassadeur à Spire, 25 décembre 1541. CCJDB, III, p. 176, (...)
  • 46 AN, X1A 8613, fos 316-316 vo (19 mars 1541 [1542] : « Arrest touchant ladmiral de France. Le roi e (...)
  • 47 CAF, IV, 12684, saisie des papiers de Guillaume Poyet, 2 août 1542.
  • 48 CAF, IV, 13036, le 1er mars 1543, il est nommé commissaire général des vivres de l’armée de Hainau (...)

9Cependant, les sources ne permettent pas de le considérer comme un conseiller de premier plan du roi François Ier avant le début de la décennie 1540. Ni ses offices, ni ses premières commissions au service du roi, administrative et juridique, ne paraissent lui avoir permis de se distinguer particulièrement44. Il obtient des missions plus remarquables à partir de 1541. En décembre, il participe pour la première fois à une ambassade, à la Diète de Spire, où il prononce un discours apprécié45. Dès le début de 1542, il participe au Conseil46. Quelques mois plus tard, il fait partie de la commission chargée de la saisie des papiers du chancelier Guillaume Poyet47. À partir de 1543, à l’instar de Guillaume Poyet avant sa nomination à la tête de la chancellerie, il occupe des fonctions de logistique militaire, en tant que commissaire puis surintendant des vivres48. Cela le prépare à ses fonctions de chancelier, qui impliquent des responsabilités financières, comme la gestion de l’argent des fortifications et la négociation d’emprunts aux financiers de Lyon.

  • 49 ANG, III, p. 364, Guidiccione au cardinal Farnèse, Argentan, 14 juin 1545. Sur sa présence au Cons (...)
  • 50 François Nawrocki, thèse citée, p. 540.
  • 51 AN, X1A 8615, fos 165 vo-168 (26 février 1545), fos 189-192 (12 janvier 1545). Voir Philippe Hamon(...)
  • 52 CCJDB p. 426-427 ; CAF, IV, 14479, 8 juin 1545 ; CAF, V, 14682, 12 janvier 1546 ; CAF, V, 14901, 3 (...)

10À partir de 1542, Olivier est très souvent au Conseil. Guidiccione signale par exemple sa présence lors d’un Conseil de juin 1545 dont l’objet est la publication de la bulle de concile (il est en compagnie de Tournon, Este et l’amiral)49. Toutefois, l’estimation de l’influence réelle d’un chancelier est difficile à établir. En effet, la présence au Conseil n’est pas un révélateur absolu de l’influence politique car un chancelier y est présent ex officio et peut n’être là que pour des raisons juridiques. D’autres éléments méritent en revanche de retenir l’attention. Il n’est pas, par exemple, destinataire des lettres des ambassadeurs de France dans les cours étrangères. Si l’on prend l’exemple de la correspondance d’Odet de Selve en Angleterre, les comptages effectués par François Nawrocki sont limpides. Au mois de juillet 1546, par exemple, Selve écrit 16 lettres, en sept fois. Sept sont adressées au roi, six à l’amiral d’Annebault, une au secrétaire Bochetel, une au chancelier Olivier et une autre au maréchal Du Biez50. Seules les affaires financières semblent le voir relativement actif à la fin du règne51. Si la tutelle des finances lui échappe largement, il n’en est pas moins, aux côtés d’Annebault et de Tournon, l’un des organisateurs des emprunts pour 1546-154752.

11De manière générale, François Olivier apparaît comme un conseiller secondaire de François Ier, dont il est difficile, faute de sources, d’évaluer précisément l’activité. Second couteau, il est à signaler toutefois que lorsque le 3 avril 1547, Henri II tient son premier Conseil, François Olivier est le seul rescapé du Conseil de François Ier. Il siège alors en compagnie du connétable de Montmorency, de Jacques d’Albon de Saint-André et de Charles de Guise.

Notes

1 La famille de Ganay a fourni un chancelier sous le règne de Louis XII en la personne de Jean de Ganay, nommé le 31 janvier 1508.

2 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV, Paris, A. Picard, 1913-1916, I, p. 149-150.

3 BnF, ms frçs 482, fo 47 (lettre citée par Marie Houllemare dans son article « Guillaume Poyet » du présent livre.

4 Voir Étienne Pasquier, Les recherches de la France, Paris, 1996, 6, XI, p. 1194 et Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, Paris, 1951, p. 68.

5 François Blanchard, Les presidens au mortier du parlement de Paris, leurs emplois, charges, qualitez, armes, blasons et genealogies, depuis l’an 1331 jusques à present, Paris, 1647, p. 160. Cité par Marie Houllemare, article « Guillaume Poyet » du présent livre.

6 BnF, ms frçs 3005, fo 109 et BnF Clairambault 339, fo 3. Publié en appendice de Francis Decrue, De Consilio Regis, Paris, 1885, p. 91-92.

7 François Nawrocki, thèse citée, p. 263.

8 Hélène Michaud, La grande chancellerie de France et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 55 et Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne : les Gardes des sceaux de France du XVIe au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 1993, tome 151, p. 359-390.

9 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV, Paris, A. Picard, 1913-1916, I, p. 173.

10 AS Torino, Corte, Saluzzo, Città e Provincia, Conti reg 3, fo 67 sq. Publié par Isidoro Soffietti, « La costituzione della Cour de parlement di Torino », dans Rivista di storia del diritto italiano, t. XLIV, 1976, p. 305-308. Voir François Nawrocki, thèse citée, p. 168-169. Les premiers registres conservés se trouvent à l’AS Torino, Camera, Parl. Fr., Sentenze e Sessioni, art. 613, § 2. François Nawrocki a trouvé une copie d’un registre antérieur aux AN, J 993, no 76.

11 Entre-temps, il est également devenu maître des requêtes à partir de 1541, en remplacement de Guillaume Budé (Hélène Michaud, La grande chancellerie de France et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 55).

12 Hélène Michaud, op. cit., p. 55 et Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne : les Gardes des sceaux de France du XVIe au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 1993, t. 151, p. 359-390.

13 BnF, ms frçs 3005, fo 109.

14 X1A 8613, fo 472 vo, « Par le roi, le sr de Chemans mre des requestes ».

15 François Nawrocki, thèse citée, p. 263.

16 Ainsi en août 1543 à Folembray (X1A 8613, fo 484 vo) et en septembre suivant à Sainte-Menehould (X1A 8614, fos 13-15 vo).

17 « Gli serissi che secondo monsor Exmo nro me dicea ne era necessario il darle, anzi superfluo. » (ASModena, busta 19, Alfonso Calgagnini au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543.)

18 « Cosi trovando non ne havere per il carle de Medun ne per il presidente [du parlement de Turin] (qual tiene il loco del grand cancelliere, per essere esso gia sono XVIII mesi in prigione) che erano necessiare, di dui bianchi mi sonno prevaluto et fatto due lre, quale le ho appresentate anchora loro. »

19 On peut évoquer les liens avec l’amiral d’autres juristes comme François Olivier et Pierre Rémon (François Nawrocki, thèse citée, p. 492).

20 François Nawrocki, thèse citée, p. 177.

21 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis, Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fos 2-8 vo, Nicolas de Villey à Marie de Hongrie, Marvol, 20 juillet 1543, cité par François Nawrocki, thèse citée, p. 300, 311-312 et 571.

22 AN, X1A 8613, fo 484 vo; AN, X1A 8614, fos 13-15 vo, fo 176, fos 259 vo-261 vo; AN, X1A 8615, fo 3.

23 AN, X1A 8614, fos 285-296; AN, X1A 8615, fos 31-32 vo. Voir aussi Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 168. Sur les commissions financières de François Errault avant son entrée au Conseil, voir Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 271.

24 AN, MC VIII 284 et AN, J 958 no 9. Voir surtout Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 299-300.

25 Voir article « François Olivier » dans ce livre.

26 Il laisse un fils (abbé) et une fille, épouse d’un gentilhomme de la chambre du roi (Roland Mousnier, Le Conseil du roi, de Louis XII à la révolution, Paris, 1970, p. 53).

27 AN, K 88 (5) et CAF, 13978.

28 Partie rédigée par Cédric Michon et Marie Houllemare.

29 La principale synthèse sur François Olivier, reprise ici pour tous les aspects familiaux et culturels, est celle de Jean Dupèbe, « Un chancelier humaniste sous François Ier : François Olivier (1497-1560) », Humanism and Letters in the Age of François Ier, Philip Ford et Gillian Jondorf (éd.), Cambridge, 1996, p. 87-114.

30 CAF, V, 18844 (paiement de ses gages de conseiller au Grand Conseil, le 23 novembre 1526). Il perçoit encore ses gages en 1531 et 1532, bien qu’il soit occupé comme chancelier du duché d’Alençon (ibid., II, 3889, le 12 mars 1531 et 4967, le 7 octobre 1532).

31 CAF, VIII, 30234 (émoluments reçus pour ses « voyages et chevauchées » de 1536).

32 CAF, IV, 13150 provision d’office de président à mortier, 12 juin 1543 (et AN, U 152, qui est l’enregistrement du 13 août dont le CAF ne semble pas avoir connaissance) ; CAF, IV, 14190, désigné comme garde des sceaux, 1er novembre 1544 ; CAF, IV, 14419, provision d’office de chancelier, 28 avril 1545 (voir aussi AN, X1A 8615, fo 118 vo). La signature d’un édit rendu en octobre 1544 signale qu’il est alors déjà garde des sceaux (« Par le Roy, vous, monsr le président Ollivier, garde des sceaux et autres présens. Bochetel », Bibl. sainte-Geneviève, 8o F 884 [7] ; voir Hélène Michaud, La grande chancellerie de France et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 55).

33 Quelques lettres à peine sont conservées pour la période henricienne : BnF, ms frçs 6620, fo 25 au connétable, 5 septembre 1549, concernant les affaires de Mme de Nemours ; ms frçs 17888, plusieurs lettres collectives du Conseil du roi en 1648 sur les affaires suisses ; Rgada (Moscou), XP 10, fo 106, à Montmorency, négociations avec le pape concernant Parme et les suisses, août 1548, XP 11, fo 263, à Montmorency, sur une éventuelle réforme judiciaire, 22 février 1548, XP 13, fo 2, 2 septembre 1549, de Henri sur un procès à faire juger rapidement, XP 15, fo 188, d’Urfiers, sur les accords avec le pape, Rome, 29 octobre 1550, XP 15, fo 288, d’Urfiers, sur la commanderie de La Motte, Rome, 13 décembre 1550. Il inspira une politique punitive, dont les principes furent résumés dans un discours publié de son vivant, ce qui paraît tout à fait unique : Proposition faicte en la court de Parlement de Rouen, par… messire Francoys Olivier, chevalier, chancelier de France, le Roy présent tenant audict lieu son siège royal de justice, le huictiesme jour d’octobre 1550, contenant l’exhortation que le Roy a faict faire à tous juges, de bien et deuement administrer justice, et autres choses contenues en l’épistre cy après, Rouen, J.A.G., 1551.

34 Son retrait de la vie publique marqua, selon Jean Dupèbe, la « faillite politique d’un certain humanisme incarné par Olivier » (Jean Dupèbe, art. cité, p. 89).

35 Il rédigea en 1554 un mémoire sur la navigation anglaise en France (BnF, ms frçs 6616, fo 198 et ms frçs 6620, fo 49) et en 1555 des instructions pour les députés envoyés vers l’empereur à la conférence de Marck (ms frçs 3916, fo 336, ms frçs 5210 et ms frçs 15938). Ses autres mémoires ne sont pas datés : BnF, ms frçs 6609, fo 8, mémoire sur les contestations de limite du duché de Lorraine, de la main du chancelier Olivier, pour Madame de Lorraine ; ms frçs 6616, fo 91, minute de la main du chancelier olivier touchant la propriété du marquisat de Montferrat ; ms frçs 6617, fo 89, mémoire de François Olivier sur les traités de Cambrai et Crécy ; ms frçs 3176, fo 126, ms frçs 10684 et ms frçs 15839, mémoire du chancelier Olivier sur les traités entre la France et la maison d’Autriche.

36 BnF, ms frçs 3129, fo 85, mémoire de François Olivier sur la perception de ses gages alors que s’est démis lui-même de son office de chancelier.

37 CAF, II, 4961 : en 1532, il ne siège pas au Grand Conseil car il est retenu par les affaires de la reine de Navarre, aussi duchesse d’Alençon. En 1541, il est encore présenté comme chancelier du duché d’Alençon dans un acte royal concernant ses frais d’ambassade à Spire (CAF, IV, 12247).

38 CCJDB, p. 171-174 et p. 226-229.

39 CCJDB, p. 243-244, lettre du 25 mars 1544, p. 247-248, lettre du 1er avril 1544 et p. 437-438, lettre du 10 mars 1547. Voir aussi Lettre de Jean Du Bellay à François Olivier, le 10 octobre 1545, ibid., p. 323-324.

40 CAF, IV, 13537, argent destiné à Jean Sleidan qui les accompagne, 7 janvier 1544. Les ambassadeurs durent rebrousser chemin faute de sauf-conduit (CCJDB, p. 236). Voir les discours imprimés à défaut d’avoir été prononcés, J. Bellaio, F. Olivario et A. Malleio, Oratio de sententia christianissimi regis scripta ad serenissimos… spectabiles viros universosque sacri imperii ordines Spirae conventum agentes, Parisiis, R. Stephani, 1544 ; trad. fr. J. Du Bellay, F. Olivier et A. de Mailly, Oraison escripte suyvant l’intention du roy tres chrestien aux sérénissimes… seigneurs et à tous les estas du sainct Empire, assemblez en la ville de Spire, Paris, Robert Estienne, 1544. Versions manuscrites à la BnF, ms frçs 2763, fo 117 harangue latine à la Diète de Spire (1544) et ms frçs 11969, fo 257 oraison de François Olivier pour le roi aux États d’Allemagne.

41 Sleidans Briefwechsel, H. Baumgarten (éd.), Strasbourg-Londres, 1881, Jean Sleidan à Jean Sturm, 29 mai 1545 (no 32) : « Carcinomata illa quae nunc rerum in Galliis potiuntur et regem gubernant. » Et, 4 avril 1545 (no 40), « qui nunc ad flammas et crudelitates instigant, vigent ac volis infestissimi sunt ».

42 Correspondance du cardinal François de Tournon, 1521-1562, Michel François (éd.), Paris, Honoré Champion, 1946, p. 415.

43 François Nawrocki, thèse citée, p. 492.

44 CAF, III, 8668, contrôle des comptes des fermiers du Sieur de Rohan, le 13 octobre 1536 ; IV, 11405, instruction d’un procès en enlèvement de jeune fille, le 3 mars 1539.

45 CAF, IV, 12247, paiement de ses gages d’ambassadeur à Spire, 25 décembre 1541. CCJDB, III, p. 176, n. 2.

46 AN, X1A 8613, fos 316-316 vo (19 mars 1541 [1542] : « Arrest touchant ladmiral de France. Le roi estant en son Conseil. Sont présents également le dauphin, le duc d’Orléans, le duc d’estouteville, les cardinaux de Ferrare et Du Bellay, le chancelier, Claude d’Annebault mareschal de France, Saint Andre chambellan et, donc, « maistre françoys olivier conseiller ordinaire du prive conseil. ») Voir aussi AN, X1A 8613, fo 317 vo (« Abolition dudict admiral ». A nogent sur seyne au mois de mars 1541 avt Pasques [1542] ; même présents) ; puis, AN, X1A 8613, fo 451, Conseil avec Mre François Olivier, mre des requestes de lhostel.

47 CAF, IV, 12684, saisie des papiers de Guillaume Poyet, 2 août 1542.

48 CAF, IV, 13036, le 1er mars 1543, il est nommé commissaire général des vivres de l’armée de Hainaut. En juillet 1543, il a la « superintendance des vivres » de l’armée (Philippe Hamon, « Messieurs des finances », Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 107).

49 ANG, III, p. 364, Guidiccione au cardinal Farnèse, Argentan, 14 juin 1545. Sur sa présence au Conseil, voir aussi, par exemple, AN, X1A 8615, fo 64 (Arques, 16 octobre 1544) ; fo 69 vo (Paris, 25 novembre 1544).

50 François Nawrocki, thèse citée, p. 540.

51 AN, X1A 8615, fos 165 vo-168 (26 février 1545), fos 189-192 (12 janvier 1545). Voir Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 381 et François Nawrocki, thèse citée, p. 565.

52 CCJDB p. 426-427 ; CAF, IV, 14479, 8 juin 1545 ; CAF, V, 14682, 12 janvier 1546 ; CAF, V, 14901, 31 mars 1546 et CAF, V, 15466, 28 décembre 1546.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540