Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

La duchesse d’Étampes

Dans l’ombre de la duchesse d’Étampes

Cédric Michon

Texte intégral

1Par définition absente du Conseil, la duchesse d’Étampes cherche à renforcer l’influence qu’elle peut avoir sur le roi en poussant ces protégés jusqu’au Conseil. Trois d’entre eux, de statut et de compétence diverses méritent que l’on s’intéresse à eux. Son oncle, Antoine Sanguin, cardinal de Meudon ; son parent, Nicolas Bossut de Longueval ; le financier Antoine Bohier.

Antoine Sanguin (1502-1559), cardinal de Meudon

Noble parisien et oncle de la maîtresse du roi

  • 1 Denise Bossuat, Guillaume Sanguin, bourgeois de Paris (1370 ?-1442), Positions de thèse de l’École (...)
  • 2 AD 78, série A et A supplément, Domaine de Meudon uni au domaine de Versailles, A 146-181. Abbé Le (...)
  • 3 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 233.
  • 4 Marie-Thérèse Herlédan, « Meudon au milieu du XVIe siècle », dans Mémoires publiés par la Fédérati (...)
  • 5 CAF, II, 601, 6698 (16 janvier 1534) ; VI, 348, 20682. Paris 9 février 1534 ; II, 658, 6964. 6 avr (...)
  • 6 Guillaume Ribier (éd.), Lettres et Mémoires d’État, Paris, 1666, I, p. 459-461. Grignan à Montmore (...)

2Antoine Sanguin, cardinal de Meudon, est issu d’une famille de récente noblesse issue de la bourgeoisie parisienne. Les Sanguin sont sans doute d’origine italienne, comme la plupart des changeurs parisiens du XIVe siècle. Le fondateur de la dynastie serait Guillaume (vers 1370-1442), né d’un certain Aurelio1. Au terme de sa vie, Guillaume Sanguin compte parmi les cinq plus riches bourgeois de Paris. Lorsqu’il achète la seigneurie de Meudon en 1426, il est écuyer et seigneur de Malmaison2. C’est Antoine, fils de Jean (donc un neveu ou un petit-fils de Guillaume) qui hérite de la seigneurie de Meudon3. Il multiplie les achats de terres, de prés et de vignes autour de sa seigneurie, suivi par ses deux fils, Jean et Antoine4. Le second, notre Antoine Sanguin, est seigneur de Meudon entre 1518 et 1527. Il donne alors la seigneurie à sa nièce Anne de Pisseleu (fille de sa sœur Anne), tout en en conservant l’usufruit. Lors du mariage d’Anne avec Jean de Brosse, il confirme la donation, sans en rien retenir cette fois. Pourtant, dans la pratique, il continue de gérer le domaine et de l’agrandir. C’est la raison pour laquelle il est connu sous le nom de cardinal de Meudon. L’élévation de sa nièce, engendre son ascension. Le fait est d’autant plus clair qu’Antoine Sanguin est pratiquement inconnu avant le début de la décennie 1530, c’est-à-dire avant le moment où sa nièce s’impose dans l’entourage royal. Antoine Sanguin entre de façon significative dans les archives à partir de 1533 lorsque, sous l’impulsion de la duchesse d’Étampes, il devient évêque d’Orléans et entre dans le champ de vision du roi5. Par la suite sa nièce s’efforce de lui obtenir la pourpre cardinalice6. Elle atteint son objectif en 1539.

Un serviteur polyvalent, ancré à Paris

  • 7 CAF, IV, 481, 13259 [grand-aumônier] ; CAF, IV, 597, 13788 (16 avril 1544) [lieutenant général]. V (...)
  • 8 Alexandre Tuetey (éd.), Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, 1527-1539, Par (...)
  • 9 Paul Guérin (éd.), Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, 1539-1552, Paris, 1 (...)
  • 10 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 239. Il se fait ensuite bâtir un hôtel entre 1540 et 1545, rue d (...)

3Après avoir été fait grand-aumônier en août 1543, à la suite de la mort du cardinal Le Veneur, il est nommé le 16 avril 1544 lieutenant général et gouverneur de la ville de Paris dans le contexte de la guerre contre Charles Quint7. La nomination d’Antoine Sanguin comme gouverneur de Paris s’explique par l’implantation parisienne de la famille Sanguin. On peut d’ailleurs signaler que son frère, Jean Sanguin, Seigneur de Meudon et d’Angervilliers, maître d’hôtel ordinaire du roi, a été nommé lieutenant du gouverneur de la ville de Paris en avril 15348. Quelques années plus tard, lorsqu’un office de receveur de la ville de Paris est créé par François Ier, au mécontentement du corps de ville, ce sont les cardinaux de Bourbon et de Meudon qui sont priés par les Parisiens « d’en rescripre au roi [après qu’on leur a donné] l’affaire de ladite ville à entendre9 ». Par ailleurs, le cardinal dispose d’une très belle résidence à Paris, non loin de la rive nord de la rue Saint-Antoine, dans la petite rue des Ballets10.

  • 11 AN, K 955. Ce fond contient quelques lettres de et à Antoine Sanguin. Si l’on y ajoute les quelque (...)
  • 12 Paul Guérin (éd.), op. cit., p. 31 et 33.
  • 13 Voir infra.
  • 14 « Ayant entendu par le sr de Sainct Ciergue l’indisposition de nostre cousin le cardinal de Meudon (...)

4Le peu de documents que nous avons conservé sur cette lieutenance indique soit une lacune de source, soit, plus vraisemblablement, une implication modeste du cardinal dans ses fonctions11. Son travail est financier au départ. Il s’agit en effet pour le cardinal de lever en son logis une somme de 180 000 livres tournois dès le mois de mai 154412. Peut-être est-ce d’ailleurs une autre des raisons pour lesquelles il a été nommé lieutenant général. Il dispose en effet d’une petite expérience dans le domaine des finances13. Ensuite, il est issu d’une vieille famille parisienne, bien implantée dans les seigneuries de la région et liée aux échevins : le pouvoir royal considère sans doute qu’il est bien placé pour demander de l’argent au conseil de ville. Il n’est pas sûr que le cardinal de Meudon se soit jugé (ou ait été) à la hauteur de la tâche puisque, dès juillet, on le dit indisposé. Par ailleurs, rien n’a pu être trouvé attestant de l’action du cardinal dans la levée de cette somme. François Ier adjoint donc au cardinal un professionnel, Antoine Bohier, seigneur de St Cirgues, proche lui aussi de la duchesse d’Étampes14. Son gouvernement ne se signale donc pas, semble-t-il, par une énergie débordante, ni par de grandes réalisations.

Un prélat de cour dans l’antichambre du Conseil

  • 15 C’est de cette manière que le présente l’ambassadeur du duc de Ferrare (ASModena, busta 22, Paris, (...)
  • 16 ASMantova, A.G. 639, G.B. de Gambara au duc de Mantoue, Paris, 30 octobre 1540.
  • 17 ASModena, busta 21, Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 27 mai 1545.
  • 18 SP, XI, p. 251, Lisle à Paget, Paris, 26 juillet 1546: « This night the Cardynall de Medon […] pre (...)

5Antoine Sanguin est donc un prélat de cour qui fait d’occasionnelles plongées dans le service de l’État. Il est présent à la cour pour recevoir et distraire15. En octobre 1540, il reçoit ainsi à dîner le duc d’Orléans, Vendôme, Saint-Pol, Annebault, Chabot, ainsi que le cardinal de Givry dans sa résidence parisienne16. Il accompagne également le cardinal d’Este dans ses déplacements dans la région de Chartres17. C’est lui également qui organise la réception des ambassadeurs anglais venus négocier en France en juillet 154618.

  • 19 ASMantova, Cart. inv. div., 639, Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Paris, 30 octobr (...)
  • 20 ASModena, busta 19, Alfonso Calgagnini au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543.
  • 21 ASMantova, A.G. 640, Gambara au duc de Mantoue, 2 juin 1543. La rumeur prétend que doit également (...)
  • 22 CAF, IV, 350, 12643 et 351, 12648 (juillet 1542) [impôt] ; CAF, IV, 581, 13719. 23 mars 1543 [1544 (...)
  • 23 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue l (...)
  • 24 Ibid., p. 323.

6Toutefois, il semble bien que, dans les dernières années du règne, la duchesse d’Étampes s’efforce de placer son oncle au Conseil, un peu en vain, il faut bien le reconnaître. Meudon agit d’ailleurs comme un fidèle de sa nièce. À son instigation, il participe aux tentatives pour faire retrouver son crédit à l’amiral19. Plus tard, lorsque l’ambassadeur du duc de Ferrare arrive à la cour de France en décembre 1543, il possède des lettres de créance pour divers courtisans et prélats, ainsi que deux lettres « en blanc ». Il en remplit une pour le cardinal de Meudon dont il estime que l’influence politique n’est pas négligeable20. Pour autant, Antoine Sanguin n’a jamais une influence politique importante malgré diverses rumeurs, comme celle rapportée par l’ambassadeur de Mantoue selon laquelle il doit entrer au Conseil à la suite de la mort de Chabot21. Je n’ai même trouvé aucune trace de sa présence au Conseil. Tout au plus est-il régulièrement chargé, au cours de la décennie 1540, de commissions financières. Il doit ainsi lever un impôt de 280 000 écus, vendre des aides à ferme, fixer des droits de gabelle et aliéner des portions du domaine22. Il est donc vraisemblable qu’il participe ponctuellement au Conseil des finances, comme le suggère François Nawrocki23. Toutefois, son envoi comme otage auprès de la reine de Hongrie, en septembre 1544, en compagnie du cardinal de Lorraine, atteste de son rôle secondaire24.

  • 25 Ibid., p. 523.
  • 26 ASModena, busta 24, Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 5 avril 1547.
  • 27 ASModena, busta 24, Alvarotti au duc de Ferrare, Reims, 25 juillet 1547.

7Comme oncle et favori de la duchesse d’Étampes, le cardinal de Meudon occupe donc une position qui n’est pas tout à fait négligeable, sorte d’« antichambre » de la décision25. Mais son influence politique reste secondaire. Par la suite, à la mort de François Ier, la disgrâce de la duchesse d’Étampes entraîne avec elle celle du cardinal. Le 5 avril 1547, Henri II lui retire la grande aumônerie26. Le 15 juillet, Henri II propose de donner au second fils du comte de la Mirandole l’évêché de Limoges que le cardinal Du Bellay avait prévu de céder au cardinal de Meudon27. Il meurt en 1559.

Nicolas Bossut, seigneur de Longueval

Un oncle de la duchesse au service du roi ?

  • 28 Voir dans le présent ouvrage les notices de David Potter sur la duchesse d’Étampes et de François (...)
  • 29 ANG, III, p. 229, 231, 233 et 384. Sur ses liens avec la duchesse d’Étampes, voir l’article de Dav (...)
  • 30 Dans l’état des finances de 1523, un Longueval apparaît (Roger Doucet, « L’état des finances de 15 (...)
  • 31 Du Bellay I, p. 252 ; Robert de La Marck-Florange, Mémoires, R. Goubaix et P. Lemoisne (éd.), Paris (...)
  • 32 G. Bers, Die Allianz Frankreich-Kleve während des Geldrischen Kriegs, Cologne, 1969, p. 168, 171, (...)
  • 33 Jean des Monstiers Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle, Limoges, 1895, p. 53-55, 76, (...)
  • 34 Sur ces questions, voir Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milie (...)
  • 35 Quelques éléments sur La Planche dans CCJDB, III, notamment, p. 435.
  • 36 BnF, ms Clairambault 835, p. 2397 sq. Parmi les officiers du duc d’Orléans, on compte d’autres cli (...)
  • 37 BnF, ms frçs 21450.

8Nicolas de Bossut, seigneur de Longueval est un personnage assez mystérieux28. Il est parfois présenté comme l’oncle de la duchesse d’Étampes mais il n’y a pas de certitude à ce sujet29. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’il est l’un des principaux agents de la maîtresse du roi qui s’efforce de faire sa carrière et de le pousser, notamment au Conseil. Les premières traces que l’on a de lui remontent peut-être à la décennie 152030. Sa lisibilité s’accroît à partir de la décennie 1540. Il est alors très actif dans la diplomatie, notamment dans les négociations avec le duc de Clèves en particulier au sujet du mariage du duc et de Jeanne d’Albret en 154131. Au printemps 1542, il est chargé de lever des hommes dans l’Empire et les mène aux Pays-Bas. Il est ensuite nommé gouverneur de Champagne, de la forteresse de Stenay, puis de Luxembourg32. En 1545, il travaille avec l’ambassadeur de François Ier dans l’Empire, Jean de Fraisse, toujours pour lever des mercenaires33. Il s’impose alors comme l’un des piliers de la diplomatie parallèle engagée par la duchesse d’Étampes dans l’Empire34. On le voit notamment œuvrer aux côtés d’un autre diplomate et agent de la duchesse d’Étampes, lui aussi assez mystérieux, La Planche35. C’est clairement la duchesse d’Étampes qui fait sa carrière. C’est sans doute elle qui l’introduit dans la maison de Charles, duc d’Orléans, comme chambellan36 et qui fait de lui un gentilhomme de la chambre37.

Au Conseil ?

  • 38 ASMantova, A.G. 640, Gambara au duc de Mantoue, 2 juin 1543. Cette même rumeur englobe également l (...)

9Dans les deux dernières années du règne, il semble que la duchesse d’Étampes s’efforce de faire franchir une étape à son protégé sans doute pour essayer de contrer l’influence d’Annebault et de Tournon sur lesquels elle a de moins en moins de prise. La première rumeur d’une entrée au Conseil de Longueval intervient dès la mort de l’amiral Chabot38. Une deuxième tentative est faite au tout début de 1545. L’ambassadeur Saint-Mauris écrit ainsi à Charles Quint :

  • 39 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis, Karton 11, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint- (...)

« L’inymytié, Sire s’accroist journellement entre elle [la duchesse d’Étampes] et l’admiral, par ce qu’elle emprent tout, et [lui] ne luy veult donner compte des affaires, comme aussi ne fait le cardinal de Tournon, tenans tous deux bon a la fourclorre d’iceulx, par où elle est après pour avancer Longueval et l’entremettre ausd. affaires, affin que les aultres ayent compaignon39. »

  • 40 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 497-4 (...)

10Toutefois, ses tentatives restent vaines et ne mènent qu’à une tension croissante de ses relations avec Annebault et Tournon40.

  • 41 Il n’est mentionné que 6 fois dans les ANG, III ; 12 fois dans la CCJDB (essentiellement sur la di (...)
  • 42 AN, K 88, no 20.
  • 43 SP, XI, p. 316 (il est en compagnie du chancelier, d’Annebault, de Tournon, de Monsieur de Maugero (...)
  • 44 À la mort de François Ier, Longueval est fait prisonnier et sauve in extremis sa vie en vendant un (...)

11Nicolas Bossut de Longueval n’a donc pas joué un rôle important au Conseil, malgré la volonté de la duchesse d’Étampes. Il n’est pas mentionné dans la série X1A des archives nationales ni dans la liste établie par Francis Decrue41. Tout au plus signe-t-il un mandement du 11 septembre 1546, établi « par le roi en son conseil », en compagnie du dauphin, des cardinaux de Ferrare et de Tournon et du chancelier Olivier. Toutefois, cette signature intervient dans un contexte très particulier dans lequel le cardinal de Lorraine est absent et l’amiral d’Annebault n’est pas encore rentré d’Angleterre42. Il est mentionné une seconde fois au Conseil quelques jours plus tard, lorsqu’il s’agit de discuter avec Nicholas Wotton, ambassadeur d’Angleterre43. L’échec de Longueval à la porte du Conseil est clairement l’échec de la duchesse d’Étampes qui révèle par là une forme d’impuissance sur laquelle il faut s’interroger. Cette impuissance révèle qu’une favorite n’est pas tant au cœur du système que cela, en dépit du fait qu’elle dispose de l’oreille du roi. L’influence de la duchesse en tant que maîtresse du roi est de nature domestique. Force est de reconnaître que dans la décennie 1540, cette influence domestique ne suffit pas si elle ne s’appuie pas sur une influence bureaucratique ou technicienne. L’échec de Longueval aux portes du Conseil nous dit sans doute beaucoup sur la nature du Conseil et donc de l’État en France à la Renaissance44.

Antoine Bohier seigneur de Saint-Cirgues (?-1565)

  • 45 BnF, NAF 895, fo 25, 27 janvier 1544. Cité par Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les gra (...)
  • 46 Philippe Hamon, op. cit., p. 46.

12Lorsqu’au début de 1544, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues résigne son office de général des finances, il est récompensé par une pension de 2 000 livres tournois parce que, nous dit le mandement du roi, « dès son jeune aage, il a faictz aud. sgr près et à l’entour de sa personne, où il est tousjours depuis continuellement employé, en suivant et imitant les vestiges de ses ancestres […] mesmement au manyement et direction de grandes et importantes charges que led. sgr luy a commises45 ». Clairement, Antoine Bohier est un homme du roi, issu d’une famille au service de la monarchie. Pour autant, la résignation à laquelle il procède en 1544 n’est pas le signe d’un effacement de son engagement au service de l’État, mais au contraire, d’une réorientation, qui le mène, tout comme Nicolas de Neufville dans les mêmes circonstances, au sommet : le Conseil46.

Antoine, fils de Thomas

  • 47 Sur les Bohier, voir Philippe Hamon, op. cit., passim et aussi Philippe Hamon, article « Famille B (...)
  • 48 Voir sur lui la mise au point récente de Bernard Chevalier, « Nouveau regard sur Thomas Bohier (ve (...)
  • 49 Bernard Chevalier, art. cité, p. 221.
  • 50 Natif d’Issoire, c’est en Touraine que Thomas s’établit, développant notamment le domaine de Cheno (...)

13Les Bohier apparaissent à Issoire au XVe siècle47. Ce sont des marchands, sans doute implantés dans la ville depuis plusieurs générations. C’est, selon toute apparence, Thomas ( ?-1524), le père d’Antoine, qui réalise la première percée en entrant au service de Louis XI, puis des Bourbon-Beaujeu48. Sa carrière décolle sous Charles VIII, lorsqu’il devient notaire et secrétaire du roi en 1489, puis, brièvement, secrétaire du roi signant en finances en 1493-1494. À côté de ses tâches de chancellerie, il s’impose dans l’administration financière en devenant receveur général de Bretagne (1491-1494), puis général des finances de Normandie (1494-1524). Sa carrière brillante s’explique au moins en partie par de judicieuses alliances matrimoniales avec les meilleures familles de la finance tourangelle. Thomas épouse d’abord Madeleine Bayard, fille d’un receveur général de Languedoc, puis Catherine Briçonnet, fille de Guillaume et de Raoulette de Beaune. Pendant trente ans, il est donc l’un des piliers de la politique financière de la monarchie. Il est très actif dans la mobilisation des fonds aussi bien que dans la gestion de l’argent de proches du roi, comme Odet de Foix. Très investi (et très critiqué aussi) dans les affaires italiennes, il accompagne souvent les armées royales outremonts et meurt de la peste au camp de Vigelli, le 24 mars 1524, alors qu’il suit l’armée de Bonnivet, en difficulté devant celles de Charles de Lannoy49. À sa mort, sa gestion financière fait l’objet de poursuites dans le cadre de la commission de la Tour Carrée et ses héritiers sont condamnés à verser une amende d’un tel montant qu’ils sont contraints de céder Chenonceau au roi50.

Un conseiller spécialisé en finance

  • 51 Philippe Hamon, op. cit., p. 41. Ce dernier l’occupe jusqu’à sa mort, vers 1560.
  • 52 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue l (...)
  • 53 CAF, IV, 554, 13589.
  • 54 CAF, IV, 582, 13719.
  • 55 CAF, IV, 598, 13793.
  • 56 AN, X1A 8615, fos 31-32 vo. La même affaire est évoquée (sans la mention de l’acheteur) dans le CA (...)
  • 57 CAF, IV, 643, 14008.
  • 58 X1A 8614, fos 285-296 (juillet 1544) ; X1A 8615, fos 165 vo-168 (26 février 1546) ; X1A 8615, fos (...)
  • 59 Lettres de procurations du dauphin du 29 décembre 1546 (CAF, V, 157, 15470 ; X1A 8615, fos 305-307 (...)
  • 60 Voir l’article « François de Tournon » dans le présent livre ainsi que Michel François, Le cardina (...)

14Antoine, seigneur de Saint-Cirgues, fils de Thomas, devient donc général des finances de Languedoïl en 1529, charge qu’il cède à son cousin et homonyme, Antoine, seigneur de La Chesnaie, en 154351. Il entre alors au Conseil où il se spécialise d’une manière logique dans les affaires financières. À la fin du règne, il est notamment très actif dans la négociation des emprunts52. En janvier 1544, il est chargé, avec François Errault de vendre la ferme du douzième sur les vins à Châlons-sur-Marne53. Le 23 mars, les mêmes sont associés aux cardinaux de Tournon et de Meudon pour vendre aux prévôts des marchands et échevins de Paris les fermes de l’impôt sur les draps vendus en gros et du huitième sur le vin vendu en détail dans le quartier de la cité à Paris et dans plusieurs villes de l’élection, en payement de la rente au denier douze des 100 000 écus d’or soleil ou 225 000 livres tournois prêtés au roi par la ville54. Le 16 avril le seigneur de Saint-Cirgues est associé à quelques autres pour effectuer des emprunts au nom du roi en Normandie jusqu’à concurrence de 100 000 écus d’or soleil55. Le 29 juin, il est chargé, avec les cardinaux de Tournon, de Meudon, ainsi que François Errault de vendre les greffes civils et criminels du bailliage et de la prévôté de Blois, ainsi que du tabellionage de la ville et châtellenie de Blois à Claude Robertet, trésorier de France56. Le 1er juillet, les mêmes hommes (moins le cardinal de Meudon) sont chargés de contracter des emprunts au nom du roi en la ville de Lyon57. À la fin du règne, donc, Antoine Bohier participe régulièrement au Conseil pour le fait des finances58. Son importance au Conseil justifie d’ailleurs qu’il ne participe pas en personne aux commissions envoyées dans les provinces pour lever des fonds. Un témoignage atteste par exemple des « empeschemens continuelz qu’ilz ont [il s’agit du cardinal de Tournon, de l’amiral, du chancelier et de lui-même] à l’entour de la personne de nostred. Sr et père a la conduicte de ses principaulx affaires » qui lui interdit de se rendre à Lyon59. La présence au Conseil d’Antoine Bohier nous est connue enfin par un épisode au cours duquel, sur les instigations de la duchesse d’Étampes, il accuse le cardinal de Tournon de malversation. Toutefois, cette attaque échoue car le cardinal de Tournon est défendu par l’amiral d’Annebault et Gilbert Bayard60.

  • 61 X1A 8621, fo 74 (16 avril 1557). Philippe Hamon, op. cit., p. 177 et 181.
  • 62 Philippe Hamon, op. cit., p. 191.

15Il est clair que l’influence de la famille Bohier ne se relève jamais totalement des poursuites contre Thomas Bohier. D’ailleurs, à la mort de François Ier, Antoine, tout comme son père en son temps, fait partie des nombreux officiers de finances qui sont poursuivis. Il choisit la fuite et se réfugie en Italie61. Il meurt, sans héritier, en 1565, en léguant ses biens au connétable de Montmorency62.

Notes

1 Denise Bossuat, Guillaume Sanguin, bourgeois de Paris (1370 ?-1442), Positions de thèse de l’École des Chartes, 1945, p. 60. Proche du duc de Bourgogne et de Charles VI, il remplit des fonctions de marchand, de banquier, de fournisseur des Princes et de monnayeur royal. Il est à la fois valet de chambre, échanson, contrôleur de la maison ducale de Bourgogne et, à partir de 1420, conseiller et maître d’hôtel de Philippe le Bon (quelques éléments sur lui dans Abbé Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, 1883, II, 141, 144 ; III, 123, 233 ; V, 296). Il est également échanson de Charles VI et du duc de Guyenne. Il a un fils naturel, Jean, né vers 1392, légitimé en 1401, anobli par Charles VI en 1414 et qui fait un brillant mariage en épousant, en 1425, Yvonne de Sèvres. À partir de 1429, il est prévôt des marchands. En 1523, encore, on trouve un Claude Sanguin, échevin de Paris (Jean-Pierre Babelon, Nouvelle Histoire de Paris. Paris au XVIe siècle, Paris, 1986, p. 535). C’est sans doute le même Claude qui, en 1537, renonce à tous les droits qu’il pouvait avoir sur la seigneurie de Meudon, cédée par Antoine à la duchesse d’Étampes, sa nièce.

2 AD 78, série A et A supplément, Domaine de Meudon uni au domaine de Versailles, A 146-181. Abbé Lebeuf, op. cit., p. 233.

3 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 233.

4 Marie-Thérèse Herlédan, « Meudon au milieu du XVIe siècle », dans Mémoires publiés par la Fédération des Sociétés Historiques et Archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. 47, 1996, p. 179.

5 CAF, II, 601, 6698 (16 janvier 1534) ; VI, 348, 20682. Paris 9 février 1534 ; II, 658, 6964. 6 avril 1534 ; 676, 7045. 18 mai 1534. Signalons également pour mémoire que la duchesse d’Étampes place également François de Pisseleu, son frère, sur l’évêché d’Amiens, mais que ce dernier n’a aucun poids politique (ASMantova, A.G. 639, G.B. de Gambara au duc de Ferrarre, Roanne, 10 septembre 1540 : « Il cardinale di Macone e morte et sua Mata a dato il velscovato de Miens [Amiens] ad un fratello di Mama di tampes, la quale governa il mondo. »).

6 Guillaume Ribier (éd.), Lettres et Mémoires d’État, Paris, 1666, I, p. 459-461. Grignan à Montmorency, 21 mai 1539 : « [Le cardinal] Farneze avant son depart m’a envoyé montrer une lettre qu’il escrit à Madame d’Estampes, où il luy mande que S.S. luy a promis de promouvoir son oncle à la premiere promotion de cardinaux qu’elle fera. » ANG, I, p. 435 et 456.

7 CAF, IV, 481, 13259 [grand-aumônier] ; CAF, IV, 597, 13788 (16 avril 1544) [lieutenant général]. Voir aussi AN, X1A 8614, fos 220-222. Lettres de la gouvernance de Paris données au cardinal de Meudon, par le roi en son Conseil, à l’abbaye du Bec le 16 avril 1544.

8 Alexandre Tuetey (éd.), Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, 1527-1539, Paris, 1886, t. 2, p. 181.

9 Paul Guérin (éd.), Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, 1539-1552, Paris, 1886, t. 3, p. 21 (1542).

10 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 239. Il se fait ensuite bâtir un hôtel entre 1540 et 1545, rue du roi de Sicile, face au lotissement de la couture Sainte Catherine. Sur cet hôtel, voir Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 346. Il consiste en une galerie entre deux pavillons, marqué par un souci très net de respecter les ordres classiques. Au rez-de-chaussée, on trouve des pilastres jumelés cannelés d’ordre dorique, tandis qu’à l’étage, c’est l’ordre ionique qui prévaut, avec des frontons droits aux lucarnes (qui sont à ouverture cintrée).

11 AN, K 955. Ce fond contient quelques lettres de et à Antoine Sanguin. Si l’on y ajoute les quelques éléments publiés par Paul Guérin (éd.), op. cit., on a à peu près évoqué toutes les sources disponibles sur cette lieutenance.

12 Paul Guérin (éd.), op. cit., p. 31 et 33.

13 Voir infra.

14 « Ayant entendu par le sr de Sainct Ciergue l’indisposition de nostre cousin le cardinal de Meudon, pour l’entiere seureté que nous avons de la suffisance et experience dud. de Sainct Ciergue, luy avons commandé de vous faire entendre noz affaires. » Paul Guérin (éd.), op. cit., p. 34 (François Ier aux prévôt des marchands et échevins de la ville de Paris, de Saint-Maur, le 21 juillet 1544).

15 C’est de cette manière que le présente l’ambassadeur du duc de Ferrare (ASModena, busta 22, Paris, 4 janvier 1546).

16 ASMantova, A.G. 639, G.B. de Gambara au duc de Mantoue, Paris, 30 octobre 1540.

17 ASModena, busta 21, Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 27 mai 1545.

18 SP, XI, p. 251, Lisle à Paget, Paris, 26 juillet 1546: « This night the Cardynall de Medon […] preparith a greate bancket for us in the Lovers, where there shalbe a greate nomber of Ladyes. » SP, XI, p. 252, Lisle à Paget, Paris, 27 juillet 1546: « Other I have not to write unto you, but of the greate chere the Cardinall of Medon dyd make unto us this last night, wherin there lacked no good meate nor drinck, nor good companye of ladyes and gentlewomen; but ther playes and other pastyme, as they had provided to shewe us, dyd not take effect, as they wold by like have had yt: the nomber of the people was so greate, and the place so letill, that there was no order. The Cardynall excused it by the devosion the people had to see thEnglisshmen, which came with so joyfull newes unto them. » Le 27, les ambassadeurs anglais quittent Paris pour aller trouver le roi de France à Corbeil: « At Vile Neff Saynt George [Villeneuve-Saint-Georges] the Cardynall of Medon dyd abyde our commyng, where he had prepared a collation for us. » Registres des délibérations de la ville de Paris, op. cit., III, p. 64. Il reçoit le roi de France chez lui, en mars 1546 (ASMantova, A.G. 640, ambassadeur du duc de Mantoue au duc, Paris, 15 mars 1546).

19 ASMantova, Cart. inv. div., 639, Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Paris, 30 octobre 1540.

20 ASModena, busta 19, Alfonso Calgagnini au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543.

21 ASMantova, A.G. 640, Gambara au duc de Mantoue, 2 juin 1543. La rumeur prétend que doit également entrer au Conseil Nicolas Bossut de Longueval. Cette même rumeur englobe également le cardinal de Meudon. Voir également une rumeur similaire dans ANG, III, p. x et 229 (Dandino au cardinal Farnèse, Villers-Cotterets, 3 juin 1543) : « Madama de Tampes, quale farà anche del consiglio il cardinale di Medun suo zio et mons. Di Longavalle pur suo zio. »

22 CAF, IV, 350, 12643 et 351, 12648 (juillet 1542) [impôt] ; CAF, IV, 581, 13719. 23 mars 1543 [1544] [vente d’aides à ferme] ; CAF, VII, 366, 25080 (8 avril 1544) [droits de gabelle] ; CAF, IV, 675, 14147 (19 septembre 1544) [aliénation portions domaine]. Voir aussi CAF, III, 350, 12643. Lettres exemptant les notaires et secrétaires du roi et de la maison de France de l’impôt de 280 000 écus soleil, que les cardinaux de Bourbon et de Meudon, l’évêque de Soissons et le sr de Villeroy sont chargés de lever à Paris, Pontoise, Beauvais, Senlis, Compiègne, Amiens, Laon, Soissons, Meaux, Melun, Sens, Chartres et Mantes. Argilly, 25 juillet 1542 ; CAF, III, 351, 12648. Mandement à la Chambre des comptes, lui faisant savoir que le roi a chargé les cardinaux de Bourbon, de Givry et de Meudon, l’évêque de Soissons, et le seigneur de Villeroy, secrétaire des finances, de solliciter à Paris, j’à concurrence de 200 000 écus, des prêts remboursables sur le quartier d’octobre-décembre, et autorisé à Jean Duval, trésorier de l’épargne, à en opérer le remboursement sans lettres d’acquit du roi, sur le vu des lettres de Jean Laguette, trésorier des parties casuelles, qui recevra ces prêts. Argilly, 26 juillet 1542 ; Voir aussi Paul Guérin (éd.), op. cit., p. 20 ; CAF, VII, 366, 25080. Lettres portant pouvoir aux cardinaux de Tournon et de Meudon, à François Errault, garde des sceaux, et à Antoine Bohier, gouverneur de Touraine, de disposer, pour le délai qu’ils jugeront à propos de fixer, des droits de gabelles et d’imposition mis sur les épices et drogueries importées dans le royaume. Abbaye du Bec-Hellouin, 8 avril 1544.

23 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue le 7 mars 2009, p. 525 et 566.

24 Ibid., p. 323.

25 Ibid., p. 523.

26 ASModena, busta 24, Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 5 avril 1547.

27 ASModena, busta 24, Alvarotti au duc de Ferrare, Reims, 25 juillet 1547.

28 Voir dans le présent ouvrage les notices de David Potter sur la duchesse d’Étampes et de François Nawrocki sur le cardinal de Tournon. De manière générale voir aussi la thèse inédite de François Nawrocki.

29 ANG, III, p. 229, 231, 233 et 384. Sur ses liens avec la duchesse d’Étampes, voir l’article de David Potter dans ce livre.

30 Dans l’état des finances de 1523, un Longueval apparaît (Roger Doucet, « L’état des finances de 1523 », Bulletin philologique et historique, 1923, p. 139). Le 1er janvier 1528, François Ier l’envoie auprès du pape pour le féliciter de sa libération (ASV, Lettere di Principi, t. V., fo 2, Anne de Montmorency à Clément VII, 1er janvier 1528). Voir aussi Jean Fraikin, « La nonciature de France de la délivrance de Clément VII à sa mort », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1906, 26, p. 513. Toutefois, dans les deux cas, il est possible qu’il s’agisse de Philippe de Longueval, sr d’Haraucourt, gentilhomme de la chambre.

31 Du Bellay I, p. 252 ; Robert de La Marck-Florange, Mémoires, R. Goubaix et P. Lemoisne (éd.), Paris, 1913-1924, II, p. 130, 136 ; CAF, 20046 ; Ibid. 9945, 11785.

32 G. Bers, Die Allianz Frankreich-Kleve während des Geldrischen Kriegs, Cologne, 1969, p. 168, 171, 340-341.

33 Jean des Monstiers Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle, Limoges, 1895, p. 53-55, 76, 81, 95-98, 100, 103, 112-114, 119-20, 124-126.

34 Sur ces questions, voir Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1981, passim (notamment, p. 44), Jonathan Reid, King’s Sister- Queen of Dissent : Marguerite of Navarre (1492-1549) and Her Evangelical Network, Brill, 2009, passim. Voir aussi SP, X et XI ainsi que les LP et aussi BnF, ms frçs 6616, fo 110.

35 Quelques éléments sur La Planche dans CCJDB, III, notamment, p. 435.

36 BnF, ms Clairambault 835, p. 2397 sq. Parmi les officiers du duc d’Orléans, on compte d’autres clients et parents de la favourite comme Charles de Pisseleu, évêque de Mende comme grand aumônier (frère de la favorite) (voir Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2001, p. 35).

37 BnF, ms frçs 21450.

38 ASMantova, A.G. 640, Gambara au duc de Mantoue, 2 juin 1543. Cette même rumeur englobe également le cardinal de Meudon. Voir également une rumeur similaire dans ANG, III, p. X et 229 (Dandino au cardinal Farnèse, Villers-Cotterets, 3 juin 1543) : « Madama de Tampes, quale farà anche del consiglio il cardinale di Medun suo zio et mons. Di Longavalle pur suo zio. »

39 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis, Karton 11, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 3 janvier [1545]. Cité par François Nawrocki, thèse cité, p. 486.

40 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 497-498 et François Nawrocki, thèse cité, p. 485-487.

41 Il n’est mentionné que 6 fois dans les ANG, III ; 12 fois dans la CCJDB (essentiellement sur la diplomatie allemande).

42 AN, K 88, no 20.

43 SP, XI, p. 316 (il est en compagnie du chancelier, d’Annebault, de Tournon, de Monsieur de Maugeron et du président Raymond).

44 À la mort de François Ier, Longueval est fait prisonnier et sauve in extremis sa vie en vendant une propriété qu’il possédait près de Laon à Charles de Guise (Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, I, p. 184 ; Jean de Sismondi, op. cit., XVII, p. 304 ; CSP Edward VI, p. 327, lord Grey à Somerset, Boulogne, 7 avril 1547 et François Nawrocki, thèse cité, p. 633).

45 BnF, NAF 895, fo 25, 27 janvier 1544. Cité par Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 3.

46 Philippe Hamon, op. cit., p. 46.

47 Sur les Bohier, voir Philippe Hamon, op. cit., passim et aussi Philippe Hamon, article « Famille Bohier », dans Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Domnique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, 2001, p. 640-642 dont s’inspire très largement le premier paragraphe de cet article. Sur le titre de « Saint-Cirgues » (en Auvergne, à l’ouest d’Issoire), voir Philippe Hamon, p. 253.

48 Voir sur lui la mise au point récente de Bernard Chevalier, « Nouveau regard sur Thomas Bohier (vers 1460-1524) général des finances et seigneur de Chenonceaux », Bulletin de la société archéologique de Touraine, t. LII, 2006, p. 211-222.

49 Bernard Chevalier, art. cité, p. 221.

50 Natif d’Issoire, c’est en Touraine que Thomas s’établit, développant notamment le domaine de Chenonceaux.

51 Philippe Hamon, op. cit., p. 41. Ce dernier l’occupe jusqu’à sa mort, vers 1560.

52 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue le 7 mars 2009, p. 339-341.

53 CAF, IV, 554, 13589.

54 CAF, IV, 582, 13719.

55 CAF, IV, 598, 13793.

56 AN, X1A 8615, fos 31-32 vo. La même affaire est évoquée (sans la mention de l’acheteur) dans le CAF, IV, 638, 13982.

57 CAF, IV, 643, 14008.

58 X1A 8614, fos 285-296 (juillet 1544) ; X1A 8615, fos 165 vo-168 (26 février 1546) ; X1A 8615, fos 189 vo-190 (12 janvier 1546).

59 Lettres de procurations du dauphin du 29 décembre 1546 (CAF, V, 157, 15470 ; X1A 8615, fos 305-307), voir François Nawrocki, thèse cité, p. 564-567.

60 Voir l’article « François de Tournon » dans le présent livre ainsi que Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 209-210.

61 X1A 8621, fo 74 (16 avril 1557). Philippe Hamon, op. cit., p. 177 et 181.

62 Philippe Hamon, op. cit., p. 191.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540