Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

La duchesse d’Étampes

Anne de Pisseleu (1508-1580), duchesse d’Étampes, maîtresse et conseillère de François Ier

David Potter

Texte intégral

Introduction : les femmes et le pouvoir

  • 1 Michel de Montaigne, Essais, Joseph-Victor Leclerc (éd.), 4 t., Paris, 1925, II, p. 143.
  • 2 Antoine du Verdier, Biographie et prosopographie des rois de France, Paris, 1583.
  • 3 François Mézeray, Abregé chronologique, Paris, 1672, IV, p. 324 ; Antoine Varillas, Histoire de Fr (...)
  • 4 Jules Michelet, Histoire de France, VIII, La Renaissance, éd. 1857, p. 296.
  • 5 Paulin Paris, Études sur François Ier, Paris, 1885, II, p. 300-301.

1Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, n’est pas parvenue à la même célébrité que sa contemporaine anglaise, Anne Boleyn. Ceci reflète en partie une certaine réticence à son égard de la part de ses contemporains. Les hommes politiques et les ambassadeurs à la cour de France la considéraient sans doute comme importante. Toutefois, elle n’est pas, par exemple, mentionnée dans les mémoires de Guillaume et Martin Du Bellay, comme le remarque Montaigne, qui estime étrange cette omission1. Même Brantôme se montre étrangement réticent à son égard. Antoine du Verdier en 1583 soutient que François Ier la tenait tout simplement en haute estime « pour sa grâce et gaillardise » et que leurs relations en restaient là2. Mais plus tard, Mézeray raconte que François « tomba dans la captivité d’une belle dame » Anne de Pisseleu, tandis que, avec Varillas, il affirme que Louise de Savoie offre la jeune Anne délibérément à son fils à son retour d’Espagne3. Michelet, ne se souciant pas de la chronologie, embellit un scénario dans lequel Louise, voyant l’indifférence de son fils à l’égard de Mme de Châteaubriand, « avait deviné et trouvé la maîtresse du moment ». Dans sa haine pour l’Espagne et pour la nouvelle reine Éléonore, elle trouva « une demoiselle savante et bien disante, une parleuse, pour un roi parleur ». Comprenant mal la situation politique, il ne peut pas croire que la sœur du roi Marguerite de Navarre et la reine Éléonore puissent supporter l’influence d’Anne et affirme que « la maîtresse trôna et la sœur fut destituée » et même qu’Anne aurait défendu le mariage de Marguerite et Henri d’Albret4 ! Quant aux accusations selon lesquelles elle aurait trahi la France au profit de l’empereur Charles Quint, elles ne remontent pour la plupart qu’au XVIIIe siècle, même si c’est François Beaucaire qui publia l’idée qu’Anne et son protégé Longueval trahirent la France en 15445.

  • 6 Paulin Paris, op. cit., p. 294-325 aux p. 239, 204, 253, 311. Paris, s’appuyant sur des documents (...)
  • 7 Paulin Paris, op. cit., p. 318-323.

2À la fin du XIXe siècle, lorsque Paulin Paris publia la première monographie sérieuse sur sa vie, il se trompa à certains égards. Son intuition à propos des « bon sens, égalité d’humeur » de cette « plus charmante maîtresse », d’une liaison amoureuse glissant vers une amitié sentimentale et stable, est à la fois sensible et séduisante. D’un autre côté, poussé de manière excessive par un désir d’absoudre le roi de la honte de s’être donné à l’empire d’une maîtresse, certain de l’accord entre Anne et Marguerite de Navarre, il affirma à propos d’Anne qu’« on ne lui voit pas exercer d’influence sérieuse sur le mouvement des affaires publiques ». Pour lui, l’image romanesque de son influence sur la distribution des faveurs du roi n’était que « pure invention ». Il affirme même ne pas être certain du fait qu’Anne résidait à la cour au cours de la dernière année du règne de François I6. Quant aux témoins évoquant l’influence de Mme d’Étampes sur François Ier, Paris défendit l’idée qu’ils dérivaient pour la plupart de l’hostilité de son mari Jean de Brosse qui s’exprima au cours des procédures légales des années 15507.

  • 8 David Potter, « Politics and Faction at the Court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmoren (...)
  • 9 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : vie sociale et architecture, Paris, 2002.
  • 10 Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub, Femmes et pouvoirs politiques. Les princesses d’Europe XV(...)

3On peut maintenant plus facilement comprendre l’influence en coulisses des femmes du XVIe siècle8. Le rôle des femmes à la cour durant le premier XVIe siècle ayant été étudié par les historiens modernes, la question de leur influence dans la vie publique et dans la fondation de l’autorité des femmes a été mise plus nettement au point9. On a suggéré, un peu imprudemment, que le déclin du statut et de l’indépendance des femmes à la Renaissance les encourageait à chercher des voies plus informelles pour participer au pouvoir. Mais il n’y a pas lieu de supposer que ces voies étaient nouvelles ou que la pouvoir des femmes était plus en évidence avant le XVIe siècle10.

4Acceptait-on comme normal l’influence des princesses et des femmes nobles ? Clément Marot en 1542 observe dans un coq à l’âne qui fait la satire de la corruption publique d’une manière particulièrement féroce :

  • 11 Clément Marot, Œuvres satiriques, Charles A. Meyer (éd.), Londres, 1962, p. 171.

« Je ne leuz jamais en nul livre,
Que une femme deust gouverner11. »

  • 12 Benvenuto Cellini, La vita di Benvenuto Cellini, G. Ferrero (éd.), Turin, 1965, II, p. 433.

5C’était le point de vue qui formait les dépêches de la plupart des ambassadeurs et hommes d’État et même de quelques artistes qui connaissaient Anne. On supposa que, comme femme d’origine relativement modeste, elle était en proie à ses passions et à son désir de vengeance, qu’elle ne pouvait pas soutenir une ligne politique cohérente, qu’elle manquait de logique (comme s’il allait de soi que les hommes de pouvoir au XVIe siècle disposaient de telles qualités). Pour Benvenuto Cellini, qui la connaissait plus que la tranquillité de son esprit ne l’aurait voulu, elle personnifiait la fortuna dans tout son caprice ; selon lui, lorsqu’elle le dénonça à François Ier, il fallut au roi promettre qu’il retirerait la faveur dont il témoignait à l’Italien : « Essendo nata questa maladetta donna quasi per la rovina del mondo12. » Pour le nonce du Pape, Dandino, qui la fréquentait beaucoup et remarqua qu’elle n’aimait pas les Italiens bavards, le roi en 1543 est :

  • 13 ANG, III, p. 22, 220.

«Piu dedito che mai a suoi piaceri et alle lascivie in preda totale di madame di Tampes, quale per para savia dice sempre al contrario degli altri et dà ad intendere al re che è un dio in questo mondo13

  • 14 Marnol à Charles Quint, 2 mai 1542, Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv [HHSA], Frankreich 10.

6Pour l’ambassadeur impérial Marnol, Anne « toute sa vie a esté legiere et instable14 ». En 1545, l’ambassadeur vénitien Cavalli affirme que, malgré sa préférence précédente pour la paix avec l’Angleterre, elle incite à la guerre :

  • 15 Archivio de Stato [AS], Venice, Consiglio dei Dieci, Capi, Lettere di ambasciatori, Francia, busta (...)

«Conoscendo che tutto il carrico serà su le spalle del armiraglio, del qual lei desidera la total ruina, è concorsa anchor essa in opinione, sperando con le molte difficultà et contrarii che vi è in questa impresa, precipitar il ditto sr armiraglio15

  • 16 Opuscules d’Amour, Michael Screech (éd.), New York, The Hague, 1970, L’Amye de Court, e. g. p. 114- (...)
  • 17 E. g. BM Lille, MS 623, fo 50.
  • 18 Clément Marot, Œuvres, Guiffrey (éd.), Paris, 1875, II, p. 443.

7Tout cela pourrait sembler confirmer la part de caprice et l’intérêt vengeur qui étaient les siens, mais Madame d’Étampes se servait tout simplement du modus operandi de la plupart des hommes de cour de l’époque. L’Amye de court de 1540 évoque d’un air sombre la femme impitoyable qui se sert d’artifices afin de gagner le pouvoir sur les hommes16. L’on trouve beaucoup de critique dans un genre de poésie satirique qui était largement diffusée17 et les seuls coq-à-l’âne de Clément Marot offriraient une mesure suffisante de l’opinion littéraire18. Un tel point de vue littéraire sur la politique dans un monde dominé par les hommes ne doit pas nous surprendre mais rend plus difficile la mesure de son rôle réel. Il nous faut, par conséquent, situer Anne de Pisseleu dans le contexte de la politique de cour en général, afin d’évaluer ce qui était particulier à sa position.

Les origines d’une ascension spectaculaire

  • 19 Abbé E. Jumel, « Monographie d’Heilly », La Picardie, 19 (1874) ; Abbé Friant, « Lettres de plusie (...)
  • 20 Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison de France, 9 vol., Paris, 1726-3 (...)
  • 21 Contrat de mariage, SAP 58, I, no 5.

8Que sait-on dire des origines d’Anne de Pisseleu ? Dans sa jeunesse elle n’est connue que du nom de « Mademoiselle d’Heilly », qui renvoie à une terre de Picardie. On sait que sa famille est d’origine du Beauvaisis, où elle tient la seigneurie de Fontaine-Lavaganne ; là, son grand-père, Jean, est enseveli à sa mort, fort âgé, en 150819. Parmi ses fils, Antoine hérite d’une partie des biens de la famille en Beauvaisis et Guillaume devient seigneur d’Heilly. Guillaume se marie trois fois et au moins une douzaine de ses enfants survivent20. Parmi eux, on compte, de son premier mariage, ses fils Adrien (plus tard sr d’Heilly) et Charles (plus tard évêque de Mende et Condom). Du second, avec Anne Sanguyn21, naissent Anne, François (évêque d’Amiens), Péronne et Marie, une religieuse. D’un troisième mariage naissent trois filles de plus : Marie, abbesse de Saint-Paul de Beauvais, 1533, Louise et Charlotte (morte en 1604). Anne de Pisseleu est évidemment puînée d’une famille nombreuse et complexe, née en 1508 au château de Fontaine-Lavaganne.

  • 22 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 123.
  • 23 Paulin Paris, op. cit., p. 209-15, suggère qu’un poème écrit pendant le siège de Pavie en hiver 15 (...)
  • 24 Arnoul Le Ferron, De rebus gestis Gallorum, Paris, 1554, Livre VIII, fo 204 vo ; Bernard, sr. du H (...)
  • 25 Brantôme, Dames galantes, Vigneau (éd.), p. 367 ; Vies des hommes illustres, Henri II.
  • 26 SP, VI, p. 599 ; P. Paris, op. cit., p. 240.
  • 27 SP, VII, p. 291.

9« La belle Heilly » n’aurait eu que 18 ans en 1526, lorsqu’elle devient (comme on dit par tradition) maîtresse de François Ier, en remplaçant Françoise de Foix, comtesse de Châteaubriant22. Elle fait ses débuts dans la suite de Marie de Luxembourg, comtesse douairière de Vendôme puis entre dans la maison de Louise de Savoie. Paulin Paris, qui se sert largement des poèmes de François Ier, qui, insiste-t-il, sont destinés à Mlle d’Heilly, suggère étrangement que le roi tombe amoureux d’elle dès 1523-1524, alors qu’elle n’aurait que quinze ou seize ans23. Arnoul Le Ferron en 1554 raconte que François, triste après son retour d’Espagne, commence à regagner ses esprits à Mont-de-Marsan et rencontre Anne à Bordeaux dans la suite de sa mère et « se pleust fort en la douceur de sa conversation24 ». Pour sa part, Brantôme raconte, à propos de Mlle d’Heilly, que « madame la régente avoit prise avec elle pour l’une de ses filles et la produisit au roy François à son retour d’Espagne, laquelle il prit pour sa maistresse » en laissant Mme de Châteaubriant. Dans sa biographie de Henri II il ajoute : « Le Roy ne l’avoit point encores veue qu’à l’entreveue de madicte dame sa mère ; il l’a trouva très belle et à son gré. » Bien qu’en général les femmes soient inconstantes, « ceste dame pourtant fut une bonne et honneste dame, et qui n’abusa jamais de sa faveur envers le monde25 ». Dès 1527 Anne était celle, « whom above others, as the report is, he favoreth ». Elle fait partie de la suite de Louise de Savoie pendant les négociations de Cambrai en 152926. Bien que Paris suggère qu’elle est consternée par le mariage du roi avec Éléonore d’Autriche, au moment de l’entrée de la nouvelle reine à Paris en 1531 elle se montre à une fenêtre aux côtés du roi, démonstration publique et sans doute délibérée de l’affection du roi, « whych was not a lytyll marvelyd at of the beholders » comme dit l’ambassadeur anglais27.

  • 28 BnF, ms frçs 21449.
  • 29 Contrat de mariage, Amiens, SAP, 58, I, no 13. Paris date ce mariage de 1534.
  • 30 Jean Le Laboureur, Additions aux Mémoires de Castelnau, Paris, 1659, I, p. 863.
  • 31 Basile Fleureau, Les antiquitez de la ville et duché d’Estampes, Paris, 1683, p. 224-255 ; Père An (...)
  • 32 Ibid., p. 227-8, Père Anselme, III, p. 133.

10Après la mort de Louise de Savoie en septembre 1531, on casse sa maison, mais Anne retrouve la charge de gouvernante dans celle des filles du roi, Marguerite et Madeleine et par conséquent sa place à la cour. Son mariage avec Jean IV de Brosse de Bretagne, qui devient gentilhomme de la chambre, a lieu en 153228. Le mariage de Mlle d’Heilly lui apporte rang et titre mais fait aussi partie d’un complexe marché dynastique29. La famille de Brosse-Bretagne, comtes de Penthièvre, avait perdu ses terres en Bretagne pour avoir soutenu Louis XI pendant la Guerre du Bien Public mais n’avait pas réussi à les récupérer après la conquête française, peut-être à cause de l’opposition d’Anne de Bretagne. Le père de Jean, René, avait par conséquent suivi le connétable de Bourbon et partagé son exil. On a souvent soutenu que, pour Jean IV, le prix de la récupération de son comté de Penthièvre fut son mariage à Anne de Pisseleu30, mais il semble que ce fut le traité de Cambrai (1529) qui le remit formellement en son titre. Le comté d’Étampes, qui faisait partie de l’ancien domaine royal, auparavant donné à Jean de La Barre, premier gentilhomme de la chambre (mort en février 1534), est donné en juin 1534 conjointement à Jean pour des services « à l’entour de nostre personne » et à Anne pour des services chez Louise de Savoie et chez les filles du roi Madeleine et Marguerite31. En janvier 1537, le roi érige le comté en duché et ajoute la châtellenie de Dourdan et la seigneurie de La Ferté-Alais32. Le moment où ce mariage devient insupportable au duc d’Étampes n’est pas certain. Il y a une tradition qui déclare qu’on a effectué une « séparation de biens » entre eux dès 1541, mais l’évidence en est maigre et le duc conserve tous ses offices sous le roi François.

Un réseau familial, les profits du pouvoir

  • 33 CAF, III, 499, 9807 ; 562, 10097 ; IV, 360, 12690 ; IV, 441, 13073 ; IV, 95, 11440.
  • 34 Inventaire des registres des Insinuations du Châtelet de Paris, A. Campardan et A. Tuetey, Paris, 1 (...)
  • 35 CAF, III, 561, 10094 ; ANG, I, p. 579 ; CAF, IV, 81, 11372.
  • 36 CAF, III, 652, 10497 ; 562, 10095 ; 352, 9140.
  • 37 Monique Chatenet, op. cit., p. 52 et 302.

11Il va sans dire que la duchesse d’Étampes reçoit force témoignages matériels de la largesse et de l’affection du roi, souvent sous la forme de biens et de terres confisquées à des personnages – et ils sont nombreux – condamnés au cours des perturbations politiques et financières des années 153033. En octobre 1545, le roi lui donne tous les biens au sud de Paris confisqués au chancelier Poyet34. Le duché d’Étampes se trouve bien placé pour annexer Limours, propriété de Jean Poncher, général des finances, l’un des financiers poursuivi pour des malversations au cours des années 1530. On oblige ses enfants à accepter une transaction par laquelle François Ier peut donner Limours à Mme d’Étampes en juin 1538. Le roi le visite en juin 154035. En même temps Anne ajoute la seigneurie de Challuau36. C’est là que le roi commence en 1542 à bâtir une nouvelle maison de chasse, qu’elle appréciait : « Un palazzo fabricato da lei a Mma d’Estampes37. »

  • 38 Insinuations du Châtelet, no 780 (7 août 1542) ; 822 (30 août, 3 septembre 1542).
  • 39 ANG, I, p. 435, 566 et 611 (27-31 octobre).

12Quant au domaine de Meudon, acquis par le grand-père maternel d’Anne, ses cousins abandonnent leurs prétentions en 1542 et dans les actes qui transfèrent leurs droits à Anne, on remarque que le château, à l’époque encore occupé par son oncle le cardinal de Meudon, était celui où elle « prend plaisir et faict faire beaulx et sumptueulx édifices38 ». Angervilliers, qui fait aussi partie de l’héritage des Sanguyn, se joint (avec Dourdan et Limours) convenablement au duché d’Étampes. Le roi lui-même visite Meudon en janvier 1539 et en juin, juillet et octobre 154039.

  • 40 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly (éd.), Paris, 1908-1919, I, p. 2 (...)
  • 41 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., II, p. 290 ; David Potter, War and Government (...)
  • 42 Père Anselme, op. cit., VIII, p. 747 ; ANG, III, p. 226.
  • 43 ANG I, p. 399-401, ibid., p. 405.

13Anne entend promouvoir les intérêts de sa famille. Au centre se trouvent ses frères, surtout Adrien, sr d’Heilly. Homme d’armes dès 1519, il est nommé en 1523 comme l’un des capitaines de 4 000 piétons picards40. En 1534 il est parmi les capitaines de la nouvelle légion picarde et il est nommé gouverneur de Hesdin, charge qu’il conserve jusqu’en 154741. La fille d’Adrien, Jossine, épouse Robert de Lenoncourt en 1543, renforçant ses liens avec un prélat de l’entourage royal, le cardinal de Lenoncourt42. Lorsque son frère Charles atteint l’âge de 18 ans en 1538, elle obtient pour lui un monastère et l’administration du diocèse de Mende avant l’âge canonial – « cosa rara e insolita » – et le nonce du Pape lui dit que Paul III « l’amava da figliola ». Charles se rend à Rome immédiatement et gagne l’évêché « per respetto di quella dama43 ».

  • 44 ANG, I, p. 399, 442, 483.
  • 45 David Potter, « Marriage and cruelty among the Protestant nobility in sixteenth-century France », (...)
  • 46 CAF, VIII, 31414 (avril 1538).

14Bien que l’on ait parlé du mariage de sa sœur Péronne avec Gabriel marquis de Saluzzo en 1538-153944, elle épouse finalement Michel de Barbançon, sr de Cany, gentilhomme picard et gouverneur de la province dans les années 1540. Anne se soucie des affaires de sa nièce Diane, née de ce mariage45. Elle promeut aussi le mariage de sa demi-sœur Charlotte en 1537 à François comte de Vertus, de la famille de Brosse-Bretagne, cousin de son mari46. Le mariage le plus important qu’elle promeut en 1540-1541 est celui de sa demi-sœur Louise avec Charles Chabot, sr de Jarnac, neveu de l’amiral Philippe Chabot de Brion. C’est le moment du retour de l’amiral dans la faveur du roi après la chute de Montmorency. Le mariage donne naissance à un lien durable.

  • 47 ANG I, p. 435, 456.
  • 48 Père Anselme, op. cit., VIII, « grands aumoniers », p. 263.
  • 49 Insinuations au Châtelet, no 183.

15Sa parenté maternelle, les Sanguyn, la lie à une famille qui a fait son chemin dans le monde des hautes charges financières, d’abord partisans des ducs de Bourgogne au cours du premier XVe siècle et anobli vers 1400. Le grand-père d’Anne, Antoine Sanguyn, a tenu le domaine de Meudon. De ses oncles, Jean sr de Meudon et Angervillers (mort en 1539) est maître d’hôtel du roi et lieutenant-gouverneur de Paris en 1539 et l’autre, Antoine Sanguyn, devient évêque d’Orléans en 1533. Vers la fin des années 1530, elle fait pression pour obtenir le cardinalat pour lui. Marguerite de Navarre prévient le nonce que, si la nomination n’intervient pas, ceci mettra en question la loyauté du roi à Rome « perché si ha da fare con una donna troppo inquieta47 ». Par conséquent, Antoine reçoit le bonnet rouge, connu comme le cardinal « de Meudon » en 1539, puis devient grand aumônier de France en 1543, gouverneur de Paris en 1544 et finalement archevêque de Toulouse en 1553. En remerciement, peut-être, il donne Meudon à sa nièce, tout en conservant l’usufruit sa vie durant48. Il a déjà transféré à Anne ses intérêts dans les seigneuries d’Angervilliers et de Bures49.

  • 50 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., I, p. 252 ; Robert de La Marck-florange, Mémoi (...)
  • 51 G. Bers, Die Allianz Frankreich-Kleve während des Geldrischen Kriegs […] 1539-43, Cologne, 1969, p (...)
  • 52 Jean des Monstiers Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle, Limoges, 1895, p. 53-55, 76, (...)
  • 53 LP, XVII, 838 ; BnF, ms frçs 6616, fo 110.

16Nicolas de Bossut, sr de Longueval, peut-être un parent assez éloigné, est parmi les amis et alliés les plus proches d’Anne. Il joue un rôle capital dans le monde de la politique et la diplomatie, particulièrement vers la fin du règne de François Ier50. Durant les années 1540, son rôle dans la diplomatie et la guerre devient plus important. C’est lui par exemple qui gère les négociations pour l’alliance avec le duc de Clèves et le mariage entre le duc et Jeanne d’Albret en 1541. Au printemps de 1542, il lève des hommes sur les territoires du duc et dans d’autres terres de l’Empire avoisinantes et, la guerre avec l’empereur ouverte, les mène contre les Pays-Bas. Ensuite il est nommé gouverneur de Champagne, de la forteresse de Stenay et puis de Luxembourg51. À Mézières en 1545, il collabore avec Jean de Fraisse, envoyé en Allemagne pour débaucher des mercenaires au service de Henry VIII52. Il prend part ainsi au groupe politique dominant aux côtés de Tournon, Annebault et Grignan et travaille souvent avec un autre diplomate associé à Mme d’Étampes, La Planche53.

  • 54 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, I, livre III, p. 239.
  • 55 Léon-Honoré Labande, Marchais. Château des ducs de Guise, des princes de Condé et des princes de M (...)
  • 56 ANG, III, p. 231, 384.

17Longueval a encouru un certain damnatio memoriae à la suite de son association avec Mme d’Étampes et on lui attribue de nombreuses trahisons, bien que de Thou les ait rejetées à la fin du siècle54. Sa maison à Marchais auprès de Laon, où il commence vers 1540 à bâtir un château renaissance, est plus tard embellie par le cardinal de Lorraine55. On n’a pas de certitudes sur la nature exacte du lien entre Longueval et Anne de Pisseleu. On le dit parfois son « oncle » mais on n’a pas de preuve de ce lien de parenté56. En 1569, Anne écrit à Nicolas de Pellevé (évêque d’Amiens et archevêque de Sens), au sujet du mariage projeté entre son neveu Jean sr d’Heilly et Françoise de Pellevé, sa nièce :

« Ce me sera d’heur que le nom et armes de vostre maison soit conioncte à la nostre de laquelle vous cognoissez l’antienneté et par le moien rendre indissoluble le lien d’amytié qui de long temps a esté en la personne de feu Monsieur de Longueval vostre oncle et depuys continué entre vous et moy. »

  • 57 SAP 57, no 38. Anne à Nicolas de Pellevé, Egreville, 21 June 1569. Père Anselme, op. cit., V, p. 7 (...)

18Nicolas de Pellevé était le petit-neveu de Longueval par sa mère et Anne souhaitait qu’il accepte Jean comme une sorte de beau-fils « d’autant que vous series à vostre niece de pere puys qu’il a pleu à Dieu l’en priver de sy bonne heure ». Qui plus est, Adrienne de Bossut (de toute évidence la fille de Longueval), dame d’honneur à la reine Éléonore, était la première femme de Guy Chabot de Jarnac57.

  • 58 BnF, ms frçs 21450.
  • 59 ANG, III, p. 353-354, 418, 426 et 441.

19Anne réussit de plus en plus pendant les années 1540 à placer ses amis et parents à la cour. Ainsi, Longueval est nommé maître d’hôtel du roi en 1540, Adrien de Pisseleu est écuyer d’écurie en 1530 et Jarnac panetier du roi. Tous trois deviennent gentilshommes de la chambre en 154458. De plus, elle cherche activement des nominations ecclésiastiques, par exemple le cardinalat pour Georges d’Amboise59.

  • 60 ANG, III, p. 23, 25-6, 31 ; ibid, p. 74.
  • 61 ANG, III, p. 227.

20Anne a accès à la personne du roi. Normalement, elle jouit de l’affectation des appartements privilégiés dans les châteaux royaux et parfois, lorsque la cour est en marche, de logis bien placés. Il va sans dire qu’elle se sert de toutes les occasions pour obtenir des moments intimes avec le roi. À Fontainebleau en février 1541, pendant les préparatifs du mariage entre Louise de Pisseleu et Guy Chabot, elle reste au lit et reçoit des visites du roi régulièrement. En août 1542, seules la duchesse d’Étampes et quelques autres familières accompagnent le roi en chassant le cerf lorsque la cour reste à Moulins60. En mai 1543, le roi étant à Villers-Cotterets, Anne reste dans un château avoisinant61.

  • 62 Brantôme, Dames galantes, op. cit., p. 174, 256, 248, 348-9. Robert J. Knecht, op. cit., p. 561-562
  • 63 Ibid., p. 345.
  • 64 Brantôme, Œuvres complètes, J.A.C. Buchon (éd.) 2 t., Paris, 1838, I, p. 257-258.
  • 65 Ibid., p. 367.

21Brantôme donne parfois l’impression que la cour de François Ier est une sorte de seraglio royal62. Les auteurs de mémoires écrivent plus tard avec délectation au sujet de la « petite bande » de femmes, avec, comme centre, Mme d’Étampes. C’est peut-être Brantôme lui-même qui répandit le terme dans ses Dames galantes bien qu’il soit évident qu’il existe un tel groupe de femmes autour du roi63. Mais dans sa biographie de François Ier et dans les Dames galantes, Brantôme souligne le rôle civilisateur des femmes de cour et le contraste avec l’introduction des « putains » par les rois ses prédécesseurs. C’est Brantôme qui dit que François, au début de son règne, pense que « toute la décoration d’une cour estoit des dames […]. Comme de vray, une cour sans dames c’est un jardin sans aucunes belles fleurs ». Selon lui aussi, François ne se comporte pas en Heliogabale, mais plutôt encourage des « dames de maison, des demoiselles de réputation » dans sa cour. C’est vrai que le roi eut des liaisons amoureuses mais, selon lui, c’était normal et ce n’était pas à blâmer. Lequel devait-on préférer « ou de recevoir une si honneste troupe de dames et damoiselles » ou de suivre ses prédécesseurs en permettant une suite de « putains » ? Ainsi, pour Brantôme, une cour sans les femmes ne mérire pas son nom : « Une cour sans dames est une cour sans cour64. » Brantôme montre curieusement beaucoup de retenue au sujet des contes qui impliquent Mme d’Étampes, et il ne nous raconte plus que l’histoire de son avènement comme maîtresse du roi, suite à l’histoire de la dignité montrée par Mme de Châteaubriant face à la demande du retour des joyaux offerts par le roi et réclamés par Mlle de Heilly65.

  • 66 Monique Chatenet, « Etiquette and architecture at the court of the last Valois », dans Court Festi (...)
  • 67 ASModena, busta 22, Alvarotti, Paris, 17 janvier 1546.

22Il faut se souvenir des observations de Brantôme lorsque l’on discute de la « petite bande ». La plupart, à part Mme d’Étampes et peut-être aussi Mmes de Canaples et de Massy, ne partagent pas la qualité de « maîtresses ». Elles étaient des femmes à la compagnie desquelles le roi prenait plaisir ; avec elles, il aimait de temps en temps se retirer du tumulte de la cour dans la vie quasi privée des maisons de campagne. En 1520, lorsque le roi s’est retiré avec certains « pochissimi cortegiani », l’ambassadeur de Mantoue écrivit que « le donne vi sono andate » avec le roi au petit château de chasse à Fontainebleau, pas encore reconstruit66. À la fin de son règne le roi se retire pour la tranquillité à La Motte en avril 1545, lorsque la cour reste à Saint-Germain ; il désire chasser avec le dauphin, la duchesse d’Étampes, l’amiral, le cardinal de Ferrare et madame de Massy « et insomma tutto il piccolo trayno67 ».

  • 68 Lettere familiari dal commendatore Annibal Caro (1763), III, p. 137. SP, X, p. 151, 179 (LP, XIX, i (...)
  • 69 SP, X, p. 179-80 (LP, XIX, ii, 568); LP, XIX, ii, 570.

23Qui constitue cette « petite bande » ? Lorsqu’elle voyage à Bruxelles avec la reine Éléonore en septembre 1544 afin de symboliser la réconciliation du roi avec l’empereur, Anne est reçue – « enterteyned and fested » – par Charles Quint lui-même. L’ambassadeur de Mantoue, Annibale Caro, décrit la scène dans les moindres détails et nous révèle qu’Anne voyage aux côtés de la reine dans sa litière. Lors de la rencontre des deux cours, on s’embrasse beaucoup et la sœur d’Anne, la comtesse de Vertus, chute de son cheval en embrassant l’empereur ; l’on rit68. Mmes de Vertus et de Massy et toute la compagnie des dames françaises reçoivent des joyaux princiers de la part de l’empereur. Qui plus est, on dit que quelques gens de la suite de l’empereur en viennent aux mains pour savoir qui accompagnerait Mme de Massy, « she that the French King favoreth, as it is sayde, by Madame d’Estampes mediation ». Le vice-roi de Sicile prétend qu’elle est sa maîtresse mais Feria, maître des cérémonies, l’a lui aussi entretenu et obtient le droit de l’accompagner jusqu’aux portes de la ville. Il faut que leur maître, l’empereur, les fasse séparer afin d’éviter un combat69.

  • 70 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, La Ferté-Millon, 8 janvier 1547.
  • 71 1 April 1547, HHSA, Frankreich 14, rapport du 6 avril, Frankreich, Varia 6, nachtrag, fos 16-19.

24En janvier 1547, l’ambassadeur de Ferrare mentionne les noms de Mme de Canaples, Mme de Massy, une demoiselle de Saint-Blancard et une Mlle de Nesles70. Celles associées avec Anne dans la « petite bande » comportent ses deux sœurs, la comtesse de Vertus et Mme de Canny et aussi les deux filles du sieur de Givry et Jeanne, la sœur bâtarde de François Ier, Jacqueline de Longwy, duchesse de Montpensier et Françoise de Longwy, femme de l’amiral Chabot71. On y joint parfois aussi Françoise d’Alençon duchesse de Vendôme, personnage d’influence à la cour, que le roi affectionne et pour laquelle il crée le duché de Beaumont. En 1546, l’ambassadeur de Mantoue rapporte qu’elle passe trois jours à Fontainebleau

  • 72 Monique Chatenet, op. cit., p. 38.

«a devisare co’l Christianissmo, la cui Maestà per questo a per mostrargli il luoco regale a godersi ancora un poco, l’havea mandato a dimandare honorata et accarezzata molto da quella e presentata de parecchie cosette del regio gabinetto se ne tornò alla Fera72».

L’apogée du pouvoir politique

  • 73 BnF, ms frçs 3032 fo 97.

25Même si l’on remarque une certaine influence personnelle d’Anne de Pisseleu sur le roi vers la fin des années 1520, c’est entre 1535 et 1540 que cette influence devient vraiment formidable, en partie à cause des conflits bien connus au sein de l’entourage royal entre les favoris Montmorency et Chabot. De prime abord, Mme d’Étampes n’est ni ennemie acharnée du connétable, ni amie loyale de l’amiral ; au milieu des années 1530 elle se revendique même parmi les amis de Montmorency73. À la fin des années 1530, l’existence de deux factions va de soi. William Paget, ambassadeur anglais, suggère à Chabot en octobre 1542 que

«it is not unknowen unto all the woorld, that this Courte is divided, for there is the Quene of Navare, Monsr dOrleans, Madame dEstampes, and you, and on thother syde the Quene, the Dolphin, the Constable, and all moost all the Cardinalles against youe».

  • 74 SP, X, p. 194-195.
  • 75 Robert J. Knecht, op. cit., p. 497.

26Quoique l’amiral ait la confiance du roi à ce moment, ses ennemis, qui prétendent qu’il est indécis, pourraient bien gagner leur revanche. Et puis ? À cela l’amiral sourit d’un air las et observe que nul homme ne peut servir sans ennemis, and « men must serve and abyde the aventure74 ». Dès 1540, Mme d’Étampes devient un acteur permanent ès calculs politiques, sur lequel les ambassadeurs s’empressent de conjecturer, les uns la voyant comme une médiatrice convenable chez le roi, les autres comme une force dangereuse et capricieuse. L’on a suggéré que, bien qu’elle favorise l’alliance anglaise plutôt qu’impériale et qu’elle devienne plus tard une protestante avérée, elle joue un rôle essentiellement capricieux dans la politique de cour, changeant d’avis selon le caprice du moment75. C’est une question difficile à résoudre.

  • 76 Ibid., p. 406-407 ; ANG, I, p. 546.
  • 77 AN, K 1485 (Arch. Simancas), Saint-Vincent à l’empereur, 10 août 1540.
  • 78 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault (vers 1495-1552) : Faveur du roi et gouvernement du (...)
  • 79 SP, VIII, p. 34 ; ANG, III, p. 229, 231. CAF, IV, 555, 13594.

27Le voyage de l’empereur à travers la France en 1539 est un moment révélateur. Il symbolise l’apogée de la politique menée par Montmorency de rapprochement avec Charles Quint. La duchesse d’Étampes sait habilement profiter de l’échec de cette politique en jetant le discrédit sur le connétable76. On a souvent dit que la cour de France est déchirée par des factions pendant les années 1540-1547, mais en fait, la plupart des conseillers importants après 1541 sont des alliés ou des dépendants de Mme d’Étampes. L’ambassadeur impérial, Saint-Vincent, suggère que la nomination du cardinal Hippolyte de Ferrare au Conseil du roi en 1540, est accomplie par son intervention77. Dès 1541, ainsi que François Nawrocki l’a confirmé, c’est Anne de Pisseleu et son alliance qui dominent les affaires. L’accès à la faveur du roi pour un nouveau ministre dépend d’elle78. Toutefois, la nomination de ses clients et de ses amis n’est pas une affaire tout à fait simple. L’on parle de Longueval comme successeur de Montmorency comme grand maître en 1542, mais cela n’arrive pas et, suite à la mort de Chabot en juin 1543, on parle du duc d’Étampes pour la charge d’amiral, mais c’est Annebault qui en est pourvu en février 154479.

  • 80 SP, VIII, p. 259.
  • 81 ANG, III, p. 13 ; Bers, op. cit., no 48.
  • 82 Marguerite de Navarre, La coche ou débat d’Amour, R. Marichal (éd.), Genève, 1971, p. 36-38.
  • 83 ANG, III, p. 264.

28Un aspect fascinant de la domination de la duchesse d’Étampes est son rapport avec Marguerite de Navarre. Marguerite avoue au duc de Norfolk en 1540 qu’il lui a fallu demander l’intervention de Mme d’Étampes lorsque le connétable a essayé de monter le roi contre elle80. Les rapports entre Marguerite et Anne sont complexes et ce n’est pas le lieu de les élucider. On les a parfois représentées comme rivales, mais elles partagent souvent les mêmes objectifs dans la politique de la cour. Bien que Marguerite soit souvent hargneuse à l’égard des autres, elle ne l’est jamais à l’égard d’Anne. Tandis que Marguerite regrette la politique du roi de marier sa fille Jeanne au duc de Clèves, elle loue Anne qui l’a « molto ben servita e aiutata ». Mais en octobre 1541, on dit que la duchesse « est entierement pour » le duc de Clèves81. Marguerite même dédie son poème La Coche (1541-1542) à Anne et la duchesse est comparée à « un soleil au milieu des estoilles » qui « Pour ses amys elle n’espargne rien/Et des meschants ennemis ne se venge ». Marguerite s’adresse à elle comme « ma cousine et ma maistresse ». On a suggéré que par ce poème Marguerite tente d’attirer la bienveillance d’Anne afin de regagner la faveur de son frère le roi, à un moment (en 1541) où leurs intérêts sont en conflit à propos du mariage de Clèves82. Dès 1543, on dit que Mme d’Étampes presse le mariage de Jeanne au duc d’Orléans, le fils du roi83.

29En 1540, le maniement des affaires tombe entre les mains d’un groupe de cardinaux qui compte Du Bellay, Tournon et Mâcon auquel il faut joindre l’évêque de Soissons. L’ambassadeur impérial, Saint-Vincent remarque en août 1540 que

«se tiene consejo donde el dicho Señor Rey halla alguna vez y las mas vezes a largas platicas aparte con el chanciller y cardinal de Tournon, las quales con Madame d’Étampes que es cabeza del Consejo mas privada son sin intermission cabe el dicho Senor Rey a deduzio el y a parle cada dia segun se presume del camino mas necessario al bien de la Christianidad».

  • 84 5 Aug. 1540, K 1485 no 13, copie BL Add. 26592 fo 162 vo et C. Porée, Un parlementaire sous Franço (...)
  • 85 Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 179.
  • 86 ANG, III, p. 25-26.

30Saint-Vincent suggère que Mme d’Étampes, avec Tournon et le chancelier Poyet encouragent le roi à la paix avec l’empereur à cet effet. Leurs partisans ont prévenu l’ambassadeur des maux qui pourraient survenir « si dura el credito de aquellos que son contra dello ». Bien que le roi semble paisible à l’extérieur, ils font allusion à ses projets secrets, « de sus preparaciones de guerra », qu’il discute seulement avec les dames84. En septembre 1540 elle provoque la colère du roi lorsqu’elle lui rappelle, à propos de Montmorency, que « c’est un grand coquin : il a trompé le roi en disant que l’empereur lui donnerait tout de suite le Milanais quand il savait le contraire85 ». Parmi les autres grands personnages de la cour, il est évident que Marguerite de Navarre travaille contre le connétable mais le dauphin Henri reste méfiant à l’égard d’Anne et insiste pour que sa femme ne se montre pas amicale à son égard86.

  • 87 P. Paris, op. cit., p. 253.
  • 88 Le Ferron, Lib. IX (1554), p. 264.
  • 89 Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 14 mars, 1541, HHSA, Frankreich 9 ; David Potter, « Marriage and (...)
  • 90 ASMantoue, A. G. 1954 (Carteggio di Margherita Paleologa), Sigismond de Gonzague à la duchesse de (...)
  • 91 ANG, III, p. 6. Pardon pour Chabot, 12 mars 1541, HHSA, Frankreich, Varia 4, fo 252.
  • 92 ASMantoue, A. G. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Paris, 30 oct (...)
  • 93 ANG, III, p. 11.
  • 94 ASModena, busta 17, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Moulins, 21 août 1541. Saint-Vincent, 7 mai (...)
  • 95 Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance. Jean de Lorraine (1498-1550) et Fran (...)
  • 96 SP, VIII, p. 632.

31Le chancelier préside un procès qui place l’amiral Chabot sous une épée de Damoclès. Paulin Paris a soutenu que le fait que Mme d’Étampes n’ait pas pu éviter sa condamnation, indique qu’elle jouissait d’une influence politique très limitée87. Mais jusqu’à l’exil définitif de Montmorency de la cour, une exonération aurait été difficile et Anne sut au moins prolonger le procès. Chabot peut donc s’appuyer sur le soutien de tous les personnages d’importance à la cour, à commencer par Anne88. Elle peut au moins assurer la libération de l’amiral de prison et son retour à la cour, et elle consolide son alliance avec lui par le mariage de Jarnac, neveu de Chabot, avec sa sœur en février 154189. Les noces sont magnifiques et l’amiral évidemment en espère de grandes choses90. Tant le crédit du connétable fut en baisse, tant crut l’espérance d’une exonération définitive pour Chabot91. Mme d’Étampes et ses alliés le comte de Saint-Pol, le maréchal d’Annebault, les cardinaux de Givry et de Meudon travaillaient à regagner sa faveur auprès le roi92. Lors de l’humiliation du connétable au mariage de Jeanne d’Albret, les ambassadeurs commencèrent à conjecturer sur le maniement des affaires. On mentionna les noms du chancelier, d’Annebault, de Tournon ou de Saint-Pol, et on suggéra même la duchesse d’Étampes. Dandino, peut-être espérait qu’un cardinal prendrait la charge, « et tutto pende ogni di più dal cancelliere et da Tornone, lasciando da parte madama di Tampes, alla quale non si può dare comparatione, et est omni exceptione major93 ». Au printemps et à l’été 1541, l’ambassadeur de Ferrare dit qu’elle avait charge de tout et l’ambassadeur impérial ajouta : « N’y a personne du Conseil, de moings s’il veut regner, qui ose parler au Roy de chose petite ou grande, s’il ne scet premierement que madame le trouvera bon94. » À part Poyet, tous les membres principaux du Conseil sont ses alliés : Annebault, Saint-Pol et Tournon. Les cardinaux de Givry et de Meudon, bien que d’un moindre poids politique, sont parmi ses proches. Les cardinaux de Lorraine et Du Bellay, quoique plus indépendants, inclinent plus vers elle que vers le connétable95. En novembre on remarque que, bien que Chabot ait regagné la faveur du roi, il exerce son autorité « undir the wing of Madame d’Estampes96 ». Dès février 1542, selon l’ambassadeur impérial Marnol,

« lad. dame d’Estampes […] a de present entre ses mains tout pouvoir pour, conforme à son intention, establir ce que plus luy plait et deffaire entierement toutes personnes contres à ses desseings, et ne reste personne qui puist riens davantaige de son plaisir […] tous ceulx du present gouvernement dependent d’elle et des siens et entre aultres monsr. l’admiral, ayant ainsi aujourd’huy principale charge et entremise en ce royaulme ».

  • 97 Marnol, 11 fév. 1542, HHSA, Frankreich 10 ; HHSA, P.A. 62 fo 29 vo.

32Il ajoute que « la presente administration et gouvernement sera de longue duree97 ».

  • 98 Gaston Dodu, « Les amours et la mort de François Ier », Revue historique 161, 1929, p. 237-277.
  • 99 SP, VIII, p. 259.
  • 100 SP, VIII, p. 501.

33Les moyens employés par Anne de Pisseleu afin de maintenir son empire sentimental sur le roi donnent lieux à beaucoup de conjectures de la part des contemporains, quoique des historiens modernes les aient étrangement minimisés98. Marguerite de Navarre dit au duc de Norfolk en 1540 : « My brother is of this sort, that a thyng being fixed in his hed is half impossible to be plucked out » et ajoute que seuls Madame d’Étampes ou le cardinal de Lorraine peuvent le faire99. L’incapacité de Montmorency à travailler avec Mme d’Étampes s’est avérée coûteuse pour lui. Dans son entretien en décembre 1540 avec le connétable, le roi, selon le récit de l’ambassadeur anglais John Wallop déclara avec larmes, « “I can fynd but one fault in you : wiche is that you do not love those that I do” meaning towardes Madame dEstampez100 ».

  • 101 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 14 février 1541.

34Anne sait mettre en scène des tableaux dramatiques ou des crises de colère. En février 1541, le roi vient lui rendre visite dans sa chambre, où la femme de l’amiral, Françoise de Longwy, tombe aux genoux et s’écrie : « Sire, ayez pitié et miséricorde de mon mari ! », suivie par toute la compagnie des dames. La colère du roi contre le chancelier Poyet fut renforcée101. Au moment (début 1542) où le connétable fait l’objet d’une enquête pour corruption, l’ambassadeur Marnol rapporte qu’on avait entendu dire par le roi

« present plusieurs ministres, que l’on faisoit tort aud. sr. connestable de telles inquisitions, aussi de l’eslongner de son service condideré son ydoineyté, loyauté et suffisance […] lad. dame d’Estampes, advertye de ces propoz, vint devers led. sr. Roy se demonstrant triste selon sa coustume en tel cas, extremement desplaisanta sans expression de la cause de son courroux ».

  • 102 Marnol à Charles V, Paris, 11 fév. 1542, HHSA, Frankreich 10.

35Le roi persuade la duchesse qu’il a une bonne opinion qu’il a du connétable et qu’il a résolu de le rappeler. Selon la duchesse, cela mettrait toutefois en cause l’autorité du roi parce que le connétable se vante déjà que le roi le rappellera au pouvoir avec plus grand « honneur et reputacion ». François est convaincu de l’outrecuidance de Montmorency et « sans aultre information desd. propoz de bien grant colère dit que led. sr. connestable verroit le besoing qu’il auroit de son service et entremise102 ».

  • 103 Marnol à Charles V, 2 mai 1542, HHSA, Frankreich 10.
  • 104 Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 14 mars, 1541, HHSA, Frankreich 9 ; Charles Porée, op. cit., p.  (...)

36Les ambassadeurs étrangers (tous, bien entendu, mâles) soulignent sa variabilité, quoiqu’il soit évident que tout était variable à la cour de France (sauf peut-être la routine cérémonielle). En mai 1542, l’ambassadeur impérial Marnol observe que la faveur de l’amiral Chabot est acquise mais ajoute que « son auctorité deppend de la seureté qui se peult prendre en Madame d’Estampes, qui toute sa vie a esté legiere et instable103 ». Lors de la renaissance momentanée des fortunes du connétable en mars 1541, Marnol a observé, bien qu’il ait parlé à Mme d’Étampes : « Quant tout est dit […] il y a en ceste court si fréquent et continuel changement de toutes choses que l’on ne scet à quoy se tenir, et est le Roy plus souspeconneux et difficile à congnoistre qu’il ne souloit. » On venait de condamner l’amiral à une énorme amende qu’on avait renversé immédiatement par l’intervention de Mme d’Étampes, dont la haine contre le chancelier Poyet ne cessait de croître. C’est en août 1542 que l’on mit le chancelier en détention et il écrit alors une lettre servile à la duchesse104.

  • 105 Da Thiene, 10, 11, 15 août 1542, ASModena, Francia, B 18 ; ANG, III, p. 155.
  • 106 ANG, III, p. 232, 260.

37Dès le début de la guerre en 1542, Mme d’Étampes par nécessité joue un rôle plus effacé. Le roi se déplace vers le Languedoc afin de veiller sur les campagnes de Roussillon et de Piémont (la reine et la dauphine restant à Blois). Mme d’Étampes et les autres dames l’accompagnent jusqu’à Vienne et Valence, où elles lui font leurs adieux avant de rentrer à Lyon. Cependant, on tient la duchesse au courant de la campagne aux Pays-Bas par lettres de Longueval transmises par le secrétaire Bochetel105. Pendant la campagne de Landrecies en 1543, Mme d’Étampes et la princesse Marguerite accompagnent le roi jusqu’à Saint-Quentin mais, faute de vivres pour l’approvisionnement de la « petite bande », elles en repartent rapidement106.

  • 107 ANG, III, p. 191.
  • 108 ANG, III, p. 220-221.
  • 109 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, III, p. 210. Émile Dermenghem, (...)

38Jusqu’à 1543, le retour du connétable est au moins possible et l’on remarque fréquemment la disposition volatile du roi. En mars, le nonce du Pape décrit le tempérament guerrier du roi mais suppose que la plupart de ses conseillers sont las de la guerre. Les « dames » n’apprécient pas les dépenses sur les matières de la guerre, l’amiral Chabot et Claude d’Annebault, conscients de leur échec à Perpignan, craignent le rappel du connétable. Quant au cardinal de Tournon, dont la réputation dépend d’eux, il veut lui aussi la paix107. En mai 1543, l’on dit que le dauphin « si dispera di questi modi del padre » avec Mme d’Étampes, tandis que ni Tournon ni Annebault ne peuvent parler franchement à propos des affaires. Chabot, malade dès l’automne de 1542, est in articulo mortis et Annebault prêt à prendre sa place. Le nonce Dandino rend compte en mai que « Tornone et Annebao che governano di presente essendo l’amiral in termine che è più morto che vivo108 ». Dès l’été 1543, Annebault est en charge du maniement des affaires et correspond avec les ambassadeurs et les gouverneurs de province. Autrefois regardé dédaigneusement comme personnage de petite capacité, on peut dire au moins que ses contemporains le regardent comme le seul conseiller important de François Ier qui ne s’engraisse pas sur le dos des revenus publics. Qui plus est, la thèse récente de François Nawrocki révèle ses capacités et son indépendance vis-à-vis de Mme d’Étampes109.

  • 110 Charles Paillard, « Documents relatifs aux projets d’évasion de François Ier » Revue historique, 8 (...)
  • 111 LP, XIX, I, 573.
  • 112 Calendar of State Papers Spanish, Bergenroth et al. (éd.), 12 t., Londres, 1862-95, VII, p. 268.

39Une fois Mme d’Étampes dans une position dominante, peut-on dire que la faction de cour se calme ? Une lettre bien connue, écrite au début de 1544 de la cour de France par un soldat gueldrois auparavant au service de France, Martin van Rossem, révèle que des conflits continuent. Elle signale l’importance croissante de Longueval et l’opinion générale que la maîtresse du roi, intervient dans les affaires militaires et par conséquent que nombreux sont ceux qui sont « grandement despitéz que ceste femme a osé usurper telle autorité de commander et se mesler du fait de la guerre110 ». Un rapport d’espion en mai rend compte de ce que « Madame d’Estampes est tousjours en credit et en grace. Monsieur l’Amyral est le facteur du Roy et celluy auquel il commande toutes choses111 ». En juillet, le roi tombe malade et seuls Mme d’Étampes, le cardinal de Lorraine, la reine de Navarre et Boisy ont accès à sa chambre112.

  • 113 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, 6 t., 1859-1886, II, p.  (...)
  • 114 SP, X, p. 753 (déc. 1545). Gaston Zeller, La réunion de Metz à la France, Strasbourg, 1926, I, p.  (...)
  • 115 François Nawrocki, thèse citée, II, p. 414-417.

40L’on regarde généralement l’amiral d’Annebault dès 1544 comme tout puissant (« governing all » comme dirent les Anglais) mais, selon William Paget en juillet 1545, Mme d’Étampes, le dauphin (qui s’oppose formellement au traité de Crépy) et Longueval travaillent à l’exclure des affaires. Une fois l’amiral absent car en campagne de mer contre les Anglais, on dit que Longueval « cercasse di entrar nelle facende col favor di madame de Tampes113 ». Même après la mort du duc d’Orléans, on continue de le lier avec eux, contre la politique de Tournon, Annebault et Bayard114. En conséquence de quoi, François Nawrocki a fermement repoussé l’idée que l’amiral était la créature de Mme d’Étampes115. Au contraire, il semble que leurs intérêts parfois s’harmonisent et parfois s’opposent. Qui plus est, ses relations avec le cardinal de Tournon deviennent très orageuses.

  • 116 ANG, III, p. 391.
  • 117 Michel François, op. cit., p. 207, n. 4 ; Calendar of State Papers Spanish, VIII, p. 30-32. Alvaro (...)
  • 118 ANG, III, p. 337, 341. Sur Anguillara, voir ibid., 295, 316, 325, 419. Spanish Calendar, VIII, p.  (...)

41En septembre 1545, le duc d’Orléans, gage du traité de Crépy, meurt en Picardie et Anne et Marguerite, alors à Beauvais, s’empressent de rejoindre le roi afin de le réconforter116. Une tentative de la part de Tournon en octobre 1545 de persuader le roi de nommer le dauphin chef du Conseil des affaires, afin de cultiver le roi à venir, échoue parce que le dauphin a décidé d’éviter les affrontements avec son père et de vivre en paix avec lui117. Le conflit entre Mme d’Étampes et Tournon arrive au point critique au début de 1545, peut-être en lien avec l’attaque du cardinal contre son protégé, Virginio Orsini, comte d’Anguillara, autrefois l’amiral de la marine du Levant mais maintenant en état d’arrestation. L’orage ne peut pas s’apaiser sauf par la soumission du cardinal118.

La diplomatie : à la recherche de la paix

  • 119 ANG, III, p. 419-420.
  • 120 ANG, I, p. 490, 503.
  • 121 ANG, VI, p. 61.
  • 122 ANG, I, p. 425, 596, 556, 600-601.
  • 123 ANG, III, p. 35-36 ; ibid., p. 353-354 ; ibid., p. 419-420.
  • 124 Fernand Benoit, « La légation du cardinal Sadolet auprès de François Ier en 1542 » dans Mémoires e (...)
  • 125 ANG, III, p. 296, 314.

42L’entretien entre la duchesse d’Étampes et le nonce en janvier 1546, au sujet de la libération d’Anguillara, révèle son rôle important dans la diplomatie119. Dès la fin des années 1530, il est évident qu’elle manie des négociations délicates. Par exemple, elle a des entretiens réguliers avec le nonce, en dépit de quelques sympathies, plus ou moins cachées, pour la Réformation, parce que la cour de Rome reste une clef des nominations ecclésiastiques, si importantes pour sa famille et pour ses alliés. Par conséquent, il lui faut régulièrement demander des dispenses pour sa famille et des recommandations pour leurs intérêts120. Lors de l’arrivée d’un nouveau nonce, il porte un brevet du Pape à elle adressé comme aux autres conseillers importants du roi121. En décembre 1538, elle a un long entretien avec le nonce à propos de l’alliance matrimoniale entre le jeune Antoine de Bourbon et la petite-fille du Pape, Vittoria Farnese. La famille des Farnese y est favorable mais le roi s’en méfie. Ferrerio lui conseille de rassurer le roi en lui disant que le pape n’est pas mécontent de son opinion (elle, qui vient, bien sûr, de recevoir un évêché pour son frère). Pour sa part, elle excuse le roi et insiste sur le fait que « non poteva mancar alla propria figlia » (Marguerite), qu’il veut marier à Antoine. Elle suggère à sa place le frère d’Antoine, le comte d’Enghien. Lorsqu’il est question du duc d’Aumale comme mari de Vittoria en 1540, le nonce prend la peine de discuter la partie avec Mme d’Étampes. Dès avril 1540, Montmorency devient de plus en plus méfiant devant les entretiens entre Anne et le nonce et accuse Ferrerio d’ingratitude. En septembre la lutte pour le pouvoir se fait sentir dans la diplomatie. Mme d’Étampes insiste auprès du nonce, avec Longueval comme intermédiaire, sur le fait que le cardinal Farnese ne peut pas conserver le pouvoir de légat à Avignon à moins d’accepter le cardinal de Lorraine comme légat en France (et certainement pas le neveu de Montmorency, Odet de Coligny)122. Les entretiens entre Anne et le nonce deviennent de plus en plus réguliers vers la fin du règne, en dépit des questions sur ses loyautés religieuses. Dans les dépêches des nonces elle se révèle comme diplomate accompli123. Lorsque le cardinal Sadoleto arrive en France en août 1542 pour servir d’intermédiaire entre le roi et l’empereur, il apporte avec lui un bref du pape à la duchesse et elle lui promet d’intervenir auprès du roi en faveur de la paix124. Le mariage de Vittoria Farnese reste un souci important du Pape et vers la fin de 1543, Mme d’Étampes – « nescio quo spiritu ducta » – indique son soutien pour un mariage entre Vittoria et le duc d’Orléans (ce qu’elle a exclu la semaine auparavant)125.

  • 126 Saint-Vincent, 10 août 1540, Simancas, K 1485 no 14, copie BL Add. 28592 fo 169 ro.
  • 127 Scipion Dupleix, Histoire générale de France, 3 t., Paris, 1621-1628, embelli par A. Varillas, His (...)
  • 128 Ibid, p. 301-307.
  • 129 Albin Rozet et Jean-François Lembey, L’invasion de France et le siège de Saint-Dizier par Charles (...)

43On pourrait avec raison se demander si Mme d’Étampes est responsable, au moins en partie, de la reprise de la guerre contre l’empereur en 1542. D’abord il faut signaler que beaucoup d’autres se mêlent à la décision. Selon l’ambassadeur impérial en août 1540, Anne a conçu une certaine méfiance à l’égard de Charles Quint lors de son voyage à travers la France en 1539 pour un motif très personnel que « no hizo della estima que sperava » tel que « es muy difficil y impossible de la aportar dello »126. Cela pourrait être l’origine du conte fantasque, courant au XVIIe siècle selon lequel l’empereur avait tenté de gagner sa bienveillance en laissant tomber un anneau précieux à ses pieds lors qu’elle présenta la serviette au dîner des souverains127. Mais la politique de son ennemi Montmorency de rapprochement avec Charles Quint suffirait bien sûr pour attiser l’hostilité de la duchesse à l’égard de l’empereur. Cependant, cela n’est pas aussi simple. L’invasion de Charles Quint et le traité de Crépy ont suscité beaucoup de légendes à l’égard de l’intervention de la duchesse d’Étampes. Ces histoires suggèrent qu’Anne et Longueval trahirent les intérêts de la France en faveur de l’empereur et qu’ils furent responsables d’une paix désavantageuse128. Il est vraisemblable, bien sûr, que la duchesse, comme d’autres à la cour, souhaitait une bonne paix plutôt qu’une confrontation dangereuse pendant l’été 1544. Fin juillet, il semble que les pourparlers furent initiés par des intermédiaires de peu d’importance comme le confesseur de l’empereur et il y eut une rencontre auprès de Bar entre Mme d’Étampes, Longueval et Mailly, bailli de Dijon du côté français et Granvelle et Gonzaga pour l’empereur129. Il est invraisemblable que ces pourparlers aient eu lieu sans l’assentiment du roi mais ils furent simplement exploratoires ; il fallait attendre l’intervention d’Annebault et du secrétaire de L’Aubespine pour les pousser plus en avant.

  • 130 HHSA Frankreich, Varia 5, fo 172.
  • 131 Charles Paillard, L’invasion allemande de 1544, Paris, 1884, p. 338-342, 366-420 ; Louis-Prosper G (...)
  • 132 Albin Rozet et Jean-François Lembey, op. cit., p. 485 ; BnF, ms frçs 5617, fos 195-196.
  • 133 Ghislaine de Boom, Éléonore d’Autriche, reine de Portugal et de France, Bruxelles, 1943, p. 190-19 (...)
  • 134 SP, X, p. 151-152 (LP, XIX, ii, 498); LP, XIX, ii, 515 ; SP, X, p. 178 (LP, X, XIX, ii, 568).
  • 135 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 200. LP, XIX, ii, 518 ; ibid., XIX, ii, 570 ; SP, X, p. 182.

44Le roi fit son serment au traité de Crépy à Clermont le 24 septembre, en présence de Mme d’Étampes « et une bande de dames qu’estoient avec Madame de Massy130 ». La rivalité entre les fils du roi s’intensifia après la paix, vue la promesse d’une souveraineté à part entière pour le duc d’Orléans. Il semble que les opinions à la cour sur la question de la paix furent divisées et l’on soumit le roi à la pression. L’on a dit souvent que Mme d’Étampes travaillait pour la paix afin d’avancer les intérêts d’Orléans mais d’autres conseillers la désiraient tout autant, dont Tournon et le secrétaire Bayard. Bien sûr, les avantages de la paix furent évidents lors des difficultés militaires de l’année 1544131. Le cardinal de Meudon se rendit à Bruxelles en tant qu’otage et pour négocier les détails qui restaient à résoudre. Il fut reçu somptueusement par les ministres de l’empereur132. Une fois la paix conclue, Mme d’Étampes et d’autres de la « petite bande » accompagnèrent la reine Éléonore et le duc d’Orléans à Bruxelles, événement extraordinaire comme le seul voyage « officiel » à l’étranger auquel elle participa. Il est au moins possible qu’elle montre un souci de l’avenir en cultivant des liens plus proches avec la reine, quoiqu’il soit normal qu’elle accompagne la fille du roi, Madame Marguerite, en tant que gouvernante de sa maison. Une fois la reine arrivée aux Pays-Bas, elle donna une liste de sa suite au représentant de l’empereur et le duc d’Aerschot enregistra sa surprise : « Il me semble qu’elle a en meilleure recommandation le traictement de Madame d’Estampes que le syen. » L’empereur rencontra la suite de la reine à Mons le 19 septembre et au dîner fastueux qui suivit, Mme d’Étampes s’assit au lieu d’honneur avec la reine133. Les envoyés d’Henry VIII, Hertford et Gardiner, avaient pour mission de découvrir sa disposition, « considering thatt the Cardinall Bellay hath (as you know) sayd that the sayd Madame de Tampes is one among a few others thatt beareth good affection to thamyte with the Kinges Majeste ». Le favori du roi anglais, le duc de Suffolk, supposa que Henry avait de bonnes raisons de s’inquiéter, vue la position d’Anne dans les affections de François Ier et la continuation de la guerre entre lui et l’Angleterre134. Quant à ses négociations à Bruxelles, on sait qu’elle parla à Granvelle et que l’huissier à la porte entendit que le cardinal lui dit qu’il fallait que François et Henry fassent la paix. La suite de la reine partit de Bruxelles le 3 novembre, appelé par des lettres urgentes du roi, qui se dit las de leur absence et inquiet aussi peut-être des négociations avec l’Angleterre. Le duc d’Aerschot rendit compte que « Madame d’Estampes a tant d’affection de trouver le Roy de France que, je crains, elle tiendra la main à plustost partir qu’elle ne desireroit ». La reine Éléonore aurait voulu rester plus longtemps. Mais, pressée par la duchesse, elle répondit adroitement : « Je vois que vous, Madame d’Estampes, craindrez de non trouver vostre mary, et vous Monsieur d’Orléans, avez grande envie d’aller trouver le roy. Faictes tous deux ce que vous voirez pour le myeulx et j’en auray très bon et grand contentement. » Par conséquent, Anne et Orléans partirent avant la reine135.

  • 136 David Potter, « Foreign policy in the age of the Reformation : French involvement in the Schmalkal (...)
  • 137 SP, X, p. 333 (LP, XX, I, 334); Londres, National Archives, SP 1/199, fo 9 (LP, XX, I, 342).
  • 138 SP, X, p. 408 (LP, XX, i, 593). Spanish Calendar, VIII, p. 94, 96, 110. Alvarotti, 3, 15 avril 154 (...)
  • 139 Spanish Calendar, VIII, p. 165, 183, 232. Alvarotti, 3, 15 avril 1545, ASModena, Francia, B 21, fas (...)

45Dans les dernières années de son règne, François Ier se soucie de deux problèmes principaux : la continuation de la guerre avec Henry VIII et le rétablissement des liens avec les princes protestants allemands, liens formellement exclus par l’annexe secrète du traité de Crépy. On peut supposer que Mme d’Étampes, soutenu par Longueval, voulait encourager les relations avec les Allemands, ce à quoi s’opposaient Tournon et Bayard, mais il y avait une complication ; même si François Ier voulait encourager les ennemis de l’empereur, il n’avait pas les moyens de renouveler la guerre avec lui, certainement pas avant une paix avec l’Angleterre136. L’ambassadeur vénitien pensait que Mme d’Étampes favorisait le renouvellement de la guerre avec l’Angleterre afin de créer des difficultés à l’amiral d’Annebault, mais cette opinion n’est pas bien fondée. En avril 1545, son secrétaire joua un rôle comme intermédiaire dans une négociation provisoire avec les Anglais, mais qui échoua en l’occurrence. Tous les ambassadeurs l’observèrent mais sans rien savoir de l’échange préliminaire de lettres entre Marguerite de Navarre et l’habile diplomate William Paget, échange qui indique une fois de plus combien les tactiques de la duchesse et de la sœur du roi étaient proches137. Marguerite s’était opposée au traité de Crépy, qui n’avait pas pris compte des intérêts de son mari, Henri d’Albret. Les dangers propres à la continuation de la guerre avec l’Angleterre étaient évidents. Le Conseil privé d’Henry VIII dit qu’un prisonnier italien à Boulogne, Hippolyto, avait demandé son retour en France afin d’arranger un échange de prisonniers. Lors de son arrivée à la cour de France, Longueval avait dit que, si Henry VIII n’avait aucune inclination à la paix, lui et Mme d’Étampes y aideraient. L’ambassadeur de l’empereur en Angleterre ajouta que Mme d’Étampes elle-même avait envoyé son secrétaire et pensa que la démarche serait bien vue par Henry VIII. Néanmoins, tandis qu’en public Henry dit qu’il écouterait les offres pour le bien de la Chrétienté, il ne voulut pas sembler faible. Lors de l’arrivée du secrétaire à Boulogne, il demanda la restitution de la ville et le renvoya rapidement les mains vides138. L’intermédiaire fut presque certainement Hippolyto ou Girolamo Marini l’ingénieur, qui fut renvoyé encore une fois en Angleterre en juillet 1545, suivi d’un marchand florentin, Bartholomeo Compagni, par lequel Mme d’Étampes continuait ses démarches envers l’Angleterre139.

  • 140 François Nawrocki, thèse citée, II, p. 325.
  • 141 Guillaume Ribier, Lettres et Mémoires d’Estat, 2 t., Paris, 1666, I, p. 578-579.
  • 142 SP, X, p. 181.

46Tournon et Annebault, après le traité de Crépy, espéraient établir une bonne paix avec l’empereur qui durerait140. Mais les avis des autres conseillers du roi étaient partagés. Comme on a vu, les provisions pour le duc d’Orléans suscitèrent la rivalité entre les fils du roi. Le dauphin Henri protesta formellement contre le traité en décembre 1544141. Pour sa part, Orléans n’avait pas gagné les cœurs à Bruxelles et il sembla de plus en plus qu’il ne recevrait jamais la succession des Pays-Bas142. Mais jusqu’à sa mort en septembre 1545, les intérêts de son frère exigèrent son opposition au traité et sa bienveillance à l’égard de tentatives pour résoudre le conflit avec l’Angleterre par des intermédiaires protestants. Par conséquent, et paradoxalement, il partagea brièvement les vues de Mme d’Étampes.

  • 143 Spanish Calendar, VIII, p. 502.
  • 144 Alvarotti, 15 sept. 1545, ASModena, Francia, B 21, fasc. 2, p. 51-52.
  • 145 A. Hasenclever, « Neue Aktenstucke zur Friedensvermittlung der Schmalkaldener », Zeitschrift für d (...)
  • 146 A. von Druffel, Beiträge sur Reichsgeschichte, 1545-6, Munich, 1873, vol. I, 3, 4, 5, 16, 24, 35, (...)
  • 147 O. Winckelman, Politische Correspondenz der Stadt Strassburg, Strasbourg, 1882-92, III, p. 680.

47En 1545 Mme d’Étampes était, sans discussion possible, une force dominante dans la formation d’une politique qui visait la paix avec l’Angleterre et l’encouragement des princes protestants allemands. La reine Éléonore assura l’ambassadeur Saint-Mauris qu’elle était bien disposée à l’égard du protestantisme143. En septembre 1545, lorsque les princes protestants tentaient, par leurs émissaires, d’arbitrer une paix entre la France et l’Angleterre, Jean Sturm décrit les dispositions de plusieurs membres de l’entourage royal. Mme d’Étampes « syncere et candide et blande nobiscum egit » mais Tournon et Bayard firent des obstructions144. Ulrich Chelius, un autre diplomate protestant, rédigea une liste de ceux qu’il regardait comme favorables : à part Mme d’Étampes, Longueval et le cardinal Du Bellay, il y avait le roi et la reine de Navarre, le chancelier, Pierre Remon, premier président de Rouen, et le cardinal de Lorraine145. Même le dauphin accepta les avantages des liens avec les Protestants146. Pendant les pourparlers tenus à Calais sous la médiation des Protestants en novembre-décembre, Marguerite de Navarre et Mme d’Étampes jouèrent un rôle dirigeant, avec, à leurs côtés, Longueval et La Planche. Tandis qu’on préparait les négociations, les Protestants étaient rassurés que Mme d’Étampes essayait de convaincre le roi147. Paget rendit compte des opinions confidentielles de Sturm:

  • 148 SP, X, p. 712, 714.

«And though I make thoverture to you as of myself, to see what you will saye to it, yet the trueth is that Madame d’Estampes, Monsr le Doulphin and Monsr Longuevale, which labour to set thAdmirall besides the cushyn, and desyre (specially Madame d’Estampes) thonour of making this peax, have willed me to open the same148

  • 149 Alvarotti, 9 mai 1546, ASModena, Francia, B 22, fasc. 3, fos 163 ro-164 ro (déchifr.).
  • 150 Alvarotti, 26 mai 1546, ASModena, Francia, B 22, fasc. 3, fo 217.
  • 151 LP, XXI, i, 1338, 1348 ; Spanish Calendar, VIII, p. 419, 431.

48Ces pourparlers échouèrent mais lorsque les négociations définitives commencèrent sous la médiation d’un Vénitien, Francesco Bernardo, menées par Jean de Monluc au printemps 1546, Monluc fit son compte rendu à Mme d’Étampes avant de rentrer à Melun prendre le bateau à Paris pour son voyage de retour149. Fin mai, les négociateurs se montrèrent plus optimistes et Alvarotti entendit le 16 que Mme d’Étampes disait que le roi avait reçu une lettre de l’amiral affirmant que la paix était sûre, que Henry VIII avait accepté les articles et que Monluc reviendrait bientôt avec les termes définitifs150. Il n’y a pas lieu de douter, par conséquent, que Anne était une partisane efficace et résolue de la paix avec l’Angleterre pendant cette période et même Annebault avait accepté la nécessité de la paix et de jouer son rôle dans les négociations. Saint-Mauris rapporta ce que le cardinal de Ferrare avait dit à Anne qui était que, vu la paix, Henry VIII pourrait venir à l’aide du roi si la guerre avec l’empereur se renouvela. Le cardinal de Meudon prépara la réception de l’amiral anglais et l’on célébra la paix avec l’arrivée de Sir Thomas Cheyney, représentant le roi d’Angleterre au baptême d’Elisabeth, la fille du dauphin, le 4 juillet. À cette occasion, Mme d’Étampes tenait la traîne de la reine en sa qualité de dame d’honneur151.

La chute

  • 152 Spanish Calendar, VIII, p. 502.
  • 153 Saint-Mauris, 6 et 9 mars 1547, HHSA, Frankreich 14.
  • 154 17 mars, HHSA, Frankreich 14.
  • 155 ASModena, busta 24, Alvarotti, 15 mars 1547.

49Le rétablissement de la paix avec Henry VIII fut sans doute un soulagement. Cependant, les derniers mois du règne voyaient des craintes croissantes des projets de l’empereur en Allemagne et l’on commença encore une fois à lever des soldats au cas où la guerre éclaterait. Des envoyés protestants vinrent en France pour solliciter de l’aide et on entendit Mme d’Étampes les saluer en tant que frères évangélistes. On dit au surplus qu’elle était maintenant très bien disposée à leur cause152. Au début de mars 1547, le roi arriva au château de Rambouillet en route pour Meudon ; il avait annulé un voyage à Nantes en raison de sa maladie et il ne quitta pas Rambouillet en vie. Le 9 mars, on dit qu’Anne, Annebault et Tournon craignaient tous sa mort mais il continua de chasser en litière153. L’on ne fit pas grand bruit à la cour, quoique la duchesse, Catherine de Médicis, Mme Marguerite et Jeanne d’Albret restassent154. Selon l’ambassadeur de Ferrare, le 15, François appela Anne et Françoise de Massy, leur disant qu’il avait régné trente-trois ans mais se sentait proche de la mort. Il leur conseilla de vivre sagement et honorablement parce qu’il ne pourrait plus les protéger après sa mort155. La nuit du 21, selon l’ambassadeur de l’empereur, la maladie du roi empira et l’on appela le dauphin afin qu’il entende les recommandations de son père en présence de Mme d’Étampes et du cardinal de Tournon :

  • 156 25 mars, HHSA, Frankreich 14.

« Entre lesquelz il luy enjoindit et pria de favoriser lad. dame d’Estampes en tous ses affaires, et continuer lesd. cardinal de Tournon et admiral en la charge qu’ilz avoient, l’asseurant qu’ilz estoient bien bons serviteurs et qui entendoient les affaires du royaulme156. »

50L’état du roi empira après le 27 mars, jour au sujet duquel on rapporte que :

  • 157 31 mars, HHSA, Frankreich 14.

« Il parla aussi en secret lors aud. dolphin et tient l’on que ce fust de madame d’Estampes pour tenir regard à elle. Mais l’on conjecturé que cecy servira de peu à cause du mal que luy veult led. daulphin, ayant ja passé quinze jours sequestré de sa compagnie […] et ja, sire, commencent la suyte de dames de la petite bende s’esquarter157. »

  • 158 1er avril, HHSA, Frankreich 14 ; rapport du 6 avril, Frankreich, Varia 6, nachtrag, fos 16-19.

51Selon le compte rendu de l’ambassadeur impérial du 31, au sujet de la mort du roi, Anne partit tout à coup de la cour mais elle était en fait partie de Rambouillet deux jours auparavant. Le départ de la maîtresse laissa le sort du reste de la « petite bande » aussi chancelant. On les avait chassées, sauf Massy et la femme de l’amiral, pour lesquelles sa sœur, Mme de Montpensier, était intervenue avec le soutien de Marguerite. L’on dit que M. de Canaples fut sur le point d’envoyer sa femme dans un couvent158.

52Le 3 avril, Saint-Mauris signala qu’Anne avait demandé au nouveau roi qu’elle reste à son logis accoutumé à Saint-Germain afin qu’elle prenne congé de lui. Il répondit qu’elle demande à la reine Éléonore, à laquelle elle avait tellement fait tort. Quant à ses alliés, ils furent chassés rapidement de leurs charges

« en quoy l’on ne use d’aucune faintize avec icelle dame, ny autres ausquelz l’on veult mal, mais de plain sault l’on les deporte et ne veult led. daulphin oyr parler aucunement d’icelle dame d’Estampes ny ceulx de sa faryne ».

  • 159 Ibid.

53Longueval, se trouva privé d’une abbaye le 6 avril. Le Cardinal de Meudon fut privé de son gouvernement de Paris. Les enfants du président Poncher intentèrent un procès afin de rentrer en possession de Limours, terre qu’ils dirent injustement prise par son intervention159. L’ambassadeur de Ferrare, Giulio Alvarotti, donne une impression un peu différente :

  • 160 ASModena, Francia, busta 24.

«Dopo la morte de S. Maestà, il novo re disse a Madama d’Estampes ch’ella li saria sempre cara, sapendo quanto era stata amata dal re suo padre, però se vorria seguitare la Corte, sarà ben veduta, et havrà sempre il luogo honorato che havea havuto. Ella lo ringratiò trehumilimente, et non sa davantaggio, se non che è rettirata a Lymors, ove non vuol vedere persona, sta siapigliata, et non fa che gridare160

  • 161 Francesco Giustinian, 16 avril 1547, BnF, ms it. 1716, p. 105.

54Mais, le 16 avril, celui de Venise est certain que « tutti quelli che sono sta ritrovati in qualche grado o dignità per intercessione di Madama di Tampes » ont été privés de leurs charges161.

  • 162 20 mai, HHSA, Frankreich 14.

55En mai, on dit qu’Anne avait rencontré son mari, le duc d’Étampes, venant à la cour, et qu’elle avait demandé en larmes sa protection. Jean de Brosse, une fois arrivé à la cour, fut informé qu’il pouvait entrer en possession des biens de sa femme « pour le merite qu’il avoit receu d’estre si longuement coceu ». On dit aussi que Longueval, en état d’arrestation, avait témoigné contre elle mais qu’elle n’avait été condamnée qu’à une amende. Sa sœur, Mme de Cany, fut aussi condamnée à rendre certains dons du roi, tandis que Montmoreau, « l’ame de lad. dame d’Estampes et celluy qui aida a deschasser le connestable » fut contraint à rendre une abbaye à François de Dinteville, évêque d’Auxerre, nouvellement rentré en la faveur du roi avec ses frères. Tournon et Annebault s’empressant de s’excuser vers le nouveau régime, se rendirent chez la reine Éléonore, « excusans toutesfois cela par ce que le feu Roy en estoit distrait par Madame d’Estampes162 ».

  • 163 Giustinian, 8 juin, BnF, it. 1716, p. 177 ; 3 juillet, ibid., p. 203-204.

56L’ambassadeur de Venise réfléchit à sa chute en juin 1547. Il dit qu’elle avait été « in grandissime terrore di perdere tutto quello che in molti anni havea acquisitato » et risquait de se faire poursuivre en justice par ses ennemis au nouveau Conseil du roi. Henri II avait encouragé son mari à « ruinarla et di redurla a quella miseria ». L’on avait écouté tous ceux qui lui gardaient rancune et elle avait été condamnée à payer 100 000 écus. Le nouveau roi fut certain qu’elle détenait des joyaux de la couronne et commanda un inventaire de ses biens. Jean de Brosse reçut tous ses biens mais Anne restait en danger. L’on dit que deux cardinaux, Odet de Coligny et Charles de Lorraine, voulurent sa ruine et espérèrent lui faire partager le sort d’un traître, son favori, Bertheville, qui, l’on dit, avait cherché un refuge pour elle en Angleterre163.

  • 164 Occurens, 15 June, HHSA, Frankreich 15.
  • 165 Occurens, 30 June, HHSA, Frankreich 15. Sur la vie ultérieure de Mme d’Étampes, voir David Potter, (...)

57Par la suite, le contrôleur de sa maison, Raniet, fut poursuivi à travers la Bourgogne sur ordre du duc de Guise et détenu, en vue d’organiser une confrontation entre lui et Longueval, mais aussi de découvrir où se trouvait l’argent liquide de la duchesse. Aux Essarts, sous la surveillance de Mme de Penthièvre, on la contraignit d’accepter que son mari vende ses biens164. Vers la fin de juin, on entendit que l’on avait envoyé Mme de Vertus sous garde en Poitou et Mme d’Étampes dans un château de son mari en Bretagne pour ses « insolences » envers lui. Seule la promesse du roi à son père l’avait épargné des rigueurs de la loi mais Henri II permit que son mari la punisse165.

Conclusion

58Bien que la faction politique soit un phénomène indiscutable au cours des dernières années du règne de François Ier, la cour reste assez stable dans les années 1540 surtout en comparaison avec les années 1530. Cette stabilité peut résulter en partie de l’influence de la duchesse d’Étampes sur le choix des favoris royaux et sur la politique. Cependant, le rôle d’une femme, et certainement d’une femme dans la position d’Anne de Pisseleu, n’était pas bien compris. On pourrait dire qu’elle était la première des grandes maîtresses en titre de la cour de France, avec un pouvoir politique réel. Cela, peut-être, explique les confusions, les contradictions et l’invective des rapports des ambassadeurs étrangers et la polémique littéraire (qu’on n’a malheureusement pas le loisir d’étudier ici). On l’accusa partout de la poursuite acharnée de ses intérêts et d’un manque de cohérence, comme s’il était entendu que les qualités opposées étaient la caractéristique première des hommes. On peut d’ailleurs ajouter qu’une certaine cohérence se dégage de ses points de vue sur la politique étrangère, où elle incline vers le soutien d’une politique de la paix. Ceci vient peut-être de la conviction qu’elle serait plus puissante si le roi ne se souciait pas de la guerre. François Ier, on peut imaginer, s’appuie sur Anne à cause de la qualité de sa conversation, de son charme, de son savoir et de son intelligence. Il est conscient qu’elle dépend de lui seul et qu’elle lui donne une certaine stabilité personnelle. Les secrets personnels de leurs relations restent pour toujours au-delà de nos connaissances. D’abord il y avait sans doute un lien physique mais, in fine, leur amour aurait eu quelque chose d’agréable, y compris un élément de galanterie courtoise. L’on oublie trop souvent qu’elle n’eut jamais d’enfants, fait qui pourrait provenir de problèmes gynécologiques méconnus ou tout simplement du fait que ses relations avec le roi restaient au niveau d’un jeu d’amour courtois.

Notes

1 Michel de Montaigne, Essais, Joseph-Victor Leclerc (éd.), 4 t., Paris, 1925, II, p. 143.

2 Antoine du Verdier, Biographie et prosopographie des rois de France, Paris, 1583.

3 François Mézeray, Abregé chronologique, Paris, 1672, IV, p. 324 ; Antoine Varillas, Histoire de François Ier, Paris, 1686, II, p. 101.

4 Jules Michelet, Histoire de France, VIII, La Renaissance, éd. 1857, p. 296.

5 Paulin Paris, Études sur François Ier, Paris, 1885, II, p. 300-301.

6 Paulin Paris, op. cit., p. 294-325 aux p. 239, 204, 253, 311. Paris, s’appuyant sur des documents mal compris, suggère qu’elle ne pouvait être protestante, voir p. 316-317 où il lui attribue une lettre de sa nièce. Cette lettre se trouve maintenant à Amiens, Société des Antiquaires de Picardie (ci-après SAP), 57, nos 38-43. E. Desgardins, Les favorites des rois. Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, et François Ier, Paris, 1904, est assez mince et sans appareil critique.

7 Paulin Paris, op. cit., p. 318-323.

8 David Potter, « Politics and Faction at the Court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmorency and the Dauphin Henri », French History, 2007, p. 127-146.

9 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : vie sociale et architecture, Paris, 2002.

10 Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub, Femmes et pouvoirs politiques. Les princesses d’Europe XVe-XVIIIe siècle, Bréal, 2007.

11 Clément Marot, Œuvres satiriques, Charles A. Meyer (éd.), Londres, 1962, p. 171.

12 Benvenuto Cellini, La vita di Benvenuto Cellini, G. Ferrero (éd.), Turin, 1965, II, p. 433.

13 ANG, III, p. 22, 220.

14 Marnol à Charles Quint, 2 mai 1542, Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv [HHSA], Frankreich 10.

15 Archivio de Stato [AS], Venice, Consiglio dei Dieci, Capi, Lettere di ambasciatori, Francia, busta 10 : Marino Cavalli aux chefs du Conseil des Dix, Melun, 3 février 1545.

16 Opuscules d’Amour, Michael Screech (éd.), New York, The Hague, 1970, L’Amye de Court, e. g. p. 114-115.

17 E. g. BM Lille, MS 623, fo 50.

18 Clément Marot, Œuvres, Guiffrey (éd.), Paris, 1875, II, p. 443.

19 Abbé E. Jumel, « Monographie d’Heilly », La Picardie, 19 (1874) ; Abbé Friant, « Lettres de plusieurs personnages célèbres, trouvées au château d’Heilly », Mémoires de la société des antiquaires de Picardie, II (1839), 171-180 ; J. Garnier, « Inventaire de quelques papiers provenant du château d’Heilly », Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, IX (1848), 311-355.

20 Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison de France, 9 vol., Paris, 1726-33, VIII, chap. xix.

21 Contrat de mariage, SAP 58, I, no 5.

22 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 123.

23 Paulin Paris, op. cit., p. 209-15, suggère qu’un poème écrit pendant le siège de Pavie en hiver 1524 lui est adressé. Jun Ellen Kane, dans son édition critique, Œuvres poétiques de François Ier, Genève, 1984, p. 65-67 accepte l’hypothèse logique que ces poèmes sont adressés à Françoise de Châteaubriant.

24 Arnoul Le Ferron, De rebus gestis Gallorum, Paris, 1554, Livre VIII, fo 204 vo ; Bernard, sr. du Haillan, Histoire générale des rois de France, Paris, 1629, II, p. 344.

25 Brantôme, Dames galantes, Vigneau (éd.), p. 367 ; Vies des hommes illustres, Henri II.

26 SP, VI, p. 599 ; P. Paris, op. cit., p. 240.

27 SP, VII, p. 291.

28 BnF, ms frçs 21449.

29 Contrat de mariage, Amiens, SAP, 58, I, no 13. Paris date ce mariage de 1534.

30 Jean Le Laboureur, Additions aux Mémoires de Castelnau, Paris, 1659, I, p. 863.

31 Basile Fleureau, Les antiquitez de la ville et duché d’Estampes, Paris, 1683, p. 224-255 ; Père Anselme, III, p. 131-133.

32 Ibid., p. 227-8, Père Anselme, III, p. 133.

33 CAF, III, 499, 9807 ; 562, 10097 ; IV, 360, 12690 ; IV, 441, 13073 ; IV, 95, 11440.

34 Inventaire des registres des Insinuations du Châtelet de Paris, A. Campardan et A. Tuetey, Paris, 1906, no 1899.

35 CAF, III, 561, 10094 ; ANG, I, p. 579 ; CAF, IV, 81, 11372.

36 CAF, III, 652, 10497 ; 562, 10095 ; 352, 9140.

37 Monique Chatenet, op. cit., p. 52 et 302.

38 Insinuations du Châtelet, no 780 (7 août 1542) ; 822 (30 août, 3 septembre 1542).

39 ANG, I, p. 435, 566 et 611 (27-31 octobre).

40 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly (éd.), Paris, 1908-1919, I, p. 225.

41 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., II, p. 290 ; David Potter, War and Government in the French Provinces, Cambridge, 1993, p. 135-136.

42 Père Anselme, op. cit., VIII, p. 747 ; ANG, III, p. 226.

43 ANG I, p. 399-401, ibid., p. 405.

44 ANG, I, p. 399, 442, 483.

45 David Potter, « Marriage and cruelty among the Protestant nobility in sixteenth-century France », European History Quarterly, 20, 1990, p. 5-38.

46 CAF, VIII, 31414 (avril 1538).

47 ANG I, p. 435, 456.

48 Père Anselme, op. cit., VIII, « grands aumoniers », p. 263.

49 Insinuations au Châtelet, no 183.

50 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., I, p. 252 ; Robert de La Marck-florange, Mémoires, R. Goubaix et P. Lemoisne (éd.), 2 t., Paris, 1913-1924, II, p. 130, 136 ; CAF, 20046, 9945, 11785.

51 G. Bers, Die Allianz Frankreich-Kleve während des Geldrischen Kriegs […] 1539-43, Cologne, 1969, p. 168, 171 et 340-341.

52 Jean des Monstiers Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle, Limoges, 1895, p. 53-55, 76, 81, 95-98, 100, 103, 112-114, 119-120 et 124-126.

53 LP, XVII, 838 ; BnF, ms frçs 6616, fo 110.

54 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, I, livre III, p. 239.

55 Léon-Honoré Labande, Marchais. Château des ducs de Guise, des princes de Condé et des princes de Monaco, Monaco, 1927.

56 ANG, III, p. 231, 384.

57 SAP 57, no 38. Anne à Nicolas de Pellevé, Egreville, 21 June 1569. Père Anselme, op. cit., V, p. 736.

58 BnF, ms frçs 21450.

59 ANG, III, p. 353-354, 418, 426 et 441.

60 ANG, III, p. 23, 25-6, 31 ; ibid, p. 74.

61 ANG, III, p. 227.

62 Brantôme, Dames galantes, op. cit., p. 174, 256, 248, 348-9. Robert J. Knecht, op. cit., p. 561-562.

63 Ibid., p. 345.

64 Brantôme, Œuvres complètes, J.A.C. Buchon (éd.) 2 t., Paris, 1838, I, p. 257-258.

65 Ibid., p. 367.

66 Monique Chatenet, « Etiquette and architecture at the court of the last Valois », dans Court Festivals of the European Renaissance, J.-R. Mulryne et E. Goldring (éd.), Ashgate, 2002, p. 83.

67 ASModena, busta 22, Alvarotti, Paris, 17 janvier 1546.

68 Lettere familiari dal commendatore Annibal Caro (1763), III, p. 137. SP, X, p. 151, 179 (LP, XIX, ii, 568).

69 SP, X, p. 179-80 (LP, XIX, ii, 568); LP, XIX, ii, 570.

70 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, La Ferté-Millon, 8 janvier 1547.

71 1 April 1547, HHSA, Frankreich 14, rapport du 6 avril, Frankreich, Varia 6, nachtrag, fos 16-19.

72 Monique Chatenet, op. cit., p. 38.

73 BnF, ms frçs 3032 fo 97.

74 SP, X, p. 194-195.

75 Robert J. Knecht, op. cit., p. 497.

76 Ibid., p. 406-407 ; ANG, I, p. 546.

77 AN, K 1485 (Arch. Simancas), Saint-Vincent à l’empereur, 10 août 1540.

78 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault (vers 1495-1552) : Faveur du roi et gouvernement du royaume au milieu du XVIe siècle, École des Chartes, diplôme d’études approfondis, 2001, 2 t. ; Francis Decrue, Anne de Montmorency, connétable et pair de France sous les rois Henri II, François II et Charles IX, Paris, 1885, p. 4.

79 SP, VIII, p. 34 ; ANG, III, p. 229, 231. CAF, IV, 555, 13594.

80 SP, VIII, p. 259.

81 ANG, III, p. 13 ; Bers, op. cit., no 48.

82 Marguerite de Navarre, La coche ou débat d’Amour, R. Marichal (éd.), Genève, 1971, p. 36-38.

83 ANG, III, p. 264.

84 5 Aug. 1540, K 1485 no 13, copie BL Add. 26592 fo 162 vo et C. Porée, Un parlementaire sous François Ier : Guillaume Poyet, 1473-1548, Angers, 1898. SP, VIII, p. 329.

85 Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 179.

86 ANG, III, p. 25-26.

87 P. Paris, op. cit., p. 253.

88 Le Ferron, Lib. IX (1554), p. 264.

89 Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 14 mars, 1541, HHSA, Frankreich 9 ; David Potter, « Marriage and Cruelty », art. cité, p. 10.

90 ASMantoue, A. G. 1954 (Carteggio di Margherita Paleologa), Sigismond de Gonzague à la duchesse de Mantoue, Blois, 1er mars 1541 ; Charles Terrasse, François Ier, Paris, 1970, III, p. 77-80.

91 ANG, III, p. 6. Pardon pour Chabot, 12 mars 1541, HHSA, Frankreich, Varia 4, fo 252.

92 ASMantoue, A. G. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Paris, 30 octobre 1540.

93 ANG, III, p. 11.

94 ASModena, busta 17, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Moulins, 21 août 1541. Saint-Vincent, 7 mai 1541, HHSA, P.A. 41, fo 47 ro.

95 Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance. Jean de Lorraine (1498-1550) et François Ier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, p. 34-61.

96 SP, VIII, p. 632.

97 Marnol, 11 fév. 1542, HHSA, Frankreich 10 ; HHSA, P.A. 62 fo 29 vo.

98 Gaston Dodu, « Les amours et la mort de François Ier », Revue historique 161, 1929, p. 237-277.

99 SP, VIII, p. 259.

100 SP, VIII, p. 501.

101 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 14 février 1541.

102 Marnol à Charles V, Paris, 11 fév. 1542, HHSA, Frankreich 10.

103 Marnol à Charles V, 2 mai 1542, HHSA, Frankreich 10.

104 Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 14 mars, 1541, HHSA, Frankreich 9 ; Charles Porée, op. cit., p. 104-107.

105 Da Thiene, 10, 11, 15 août 1542, ASModena, Francia, B 18 ; ANG, III, p. 155.

106 ANG, III, p. 232, 260.

107 ANG, III, p. 191.

108 ANG, III, p. 220-221.

109 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, III, p. 210. Émile Dermenghem, « Un ministre de François Ier : la grandeur et disgrâce de l’amiral Claude d’Annebault », Revue du XVIe siècle, IX, 1922, p. 34-50, maintenant remplacé par la thèse de François Nawrocki.

110 Charles Paillard, « Documents relatifs aux projets d’évasion de François Ier » Revue historique, 8, 1878, p. 345-347.

111 LP, XIX, I, 573.

112 Calendar of State Papers Spanish, Bergenroth et al. (éd.), 12 t., Londres, 1862-95, VII, p. 268.

113 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, 6 t., 1859-1886, II, p. 150-51 ; II p. 140 ; Michel François, op. cit., p. 201 ; SP, X, p. 522 (juillet 1545), 711-712 (nov. 1545). ANG, III, p. 384.

114 SP, X, p. 753 (déc. 1545). Gaston Zeller, La réunion de Metz à la France, Strasbourg, 1926, I, p. 113 ; Londres, NA, SP 1/222 fo 7. Robert J. Knecht, op. cit., p. 497-498.

115 François Nawrocki, thèse citée, II, p. 414-417.

116 ANG, III, p. 391.

117 Michel François, op. cit., p. 207, n. 4 ; Calendar of State Papers Spanish, VIII, p. 30-32. Alvarotti, 1 oct. 1545, ASModena, Francia B 21, fasc. 2, p. 70-75.

118 ANG, III, p. 337, 341. Sur Anguillara, voir ibid., 295, 316, 325, 419. Spanish Calendar, VIII, p. 108 ; Abel Desjardins, op. cit., III, p. 147, 160. Michel François, op. cit., p. 207-209.

119 ANG, III, p. 419-420.

120 ANG, I, p. 490, 503.

121 ANG, VI, p. 61.

122 ANG, I, p. 425, 596, 556, 600-601.

123 ANG, III, p. 35-36 ; ibid., p. 353-354 ; ibid., p. 419-420.

124 Fernand Benoit, « La légation du cardinal Sadolet auprès de François Ier en 1542 » dans Mémoires et documents publiés par ordre de S.A.S. le Prince Louis II de Monaco, Monaco/Paris, 1928, p. 8, no 5. ANG, III, p. 178.

125 ANG, III, p. 296, 314.

126 Saint-Vincent, 10 août 1540, Simancas, K 1485 no 14, copie BL Add. 28592 fo 169 ro.

127 Scipion Dupleix, Histoire générale de France, 3 t., Paris, 1621-1628, embelli par A. Varillas, Histoire de France, 1685, II, p. 250. P. Paris, op. cit., p. 290-293.

128 Ibid, p. 301-307.

129 Albin Rozet et Jean-François Lembey, L’invasion de France et le siège de Saint-Dizier par Charles Quint en 1544, Paris, 1910, p. 456. Spanish Calendar, VIII, p. 612. HHSA, P. A. 55, fos 441-442.

130 HHSA Frankreich, Varia 5, fo 172.

131 Charles Paillard, L’invasion allemande de 1544, Paris, 1884, p. 338-342, 366-420 ; Louis-Prosper Gachard, Trois années de l’histoire de Charles V (1543-46) d’après les dépêches de l’ambassadeur vénitien Bernardino Navagero, Bruxelles, 1865.

132 Albin Rozet et Jean-François Lembey, op. cit., p. 485 ; BnF, ms frçs 5617, fos 195-196.

133 Ghislaine de Boom, Éléonore d’Autriche, reine de Portugal et de France, Bruxelles, 1943, p. 190-191. LP, XIX, ii, 450 ; Éléonore d’Autriche à François Ier, BL Add. 21, 404.

134 SP, X, p. 151-152 (LP, XIX, ii, 498); LP, XIX, ii, 515 ; SP, X, p. 178 (LP, X, XIX, ii, 568).

135 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 200. LP, XIX, ii, 518 ; ibid., XIX, ii, 570 ; SP, X, p. 182.

136 David Potter, « Foreign policy in the age of the Reformation : French involvement in the Schmalkaldic War, 1544-47 », Historical Journal, 20, 1977, p. 525-544.

137 SP, X, p. 333 (LP, XX, I, 334); Londres, National Archives, SP 1/199, fo 9 (LP, XX, I, 342).

138 SP, X, p. 408 (LP, XX, i, 593). Spanish Calendar, VIII, p. 94, 96, 110. Alvarotti, 3, 15 avril 1545, ASModena, Francia, B 21, fasc. 1, p. 20-21, 71-80 ; ANG, III, p. 340-341 ; Abel Desjardins, op. cit., III, p. 153.

139 Spanish Calendar, VIII, p. 165, 183, 232. Alvarotti, 3, 15 avril 1545, ASModena, Francia, B 21, fasc. 1, p. 20-21, 71-80. Abel Desjardins, op. cit., III, p. 153, 156-157, 158-159. ANG, III, p. 340-41. SP, X, p. 401 (LP, XX, I, 588).

140 François Nawrocki, thèse citée, II, p. 325.

141 Guillaume Ribier, Lettres et Mémoires d’Estat, 2 t., Paris, 1666, I, p. 578-579.

142 SP, X, p. 181.

143 Spanish Calendar, VIII, p. 502.

144 Alvarotti, 15 sept. 1545, ASModena, Francia, B 21, fasc. 2, p. 51-52.

145 A. Hasenclever, « Neue Aktenstucke zur Friedensvermittlung der Schmalkaldener », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, nouv. sér. 20, 1905, p. 244.

146 A. von Druffel, Beiträge sur Reichsgeschichte, 1545-6, Munich, 1873, vol. I, 3, 4, 5, 16, 24, 35, 37, 40, 46, 48, 52.

147 O. Winckelman, Politische Correspondenz der Stadt Strassburg, Strasbourg, 1882-92, III, p. 680.

148 SP, X, p. 712, 714.

149 Alvarotti, 9 mai 1546, ASModena, Francia, B 22, fasc. 3, fos 163 ro-164 ro (déchifr.).

150 Alvarotti, 26 mai 1546, ASModena, Francia, B 22, fasc. 3, fo 217.

151 LP, XXI, i, 1338, 1348 ; Spanish Calendar, VIII, p. 419, 431.

152 Spanish Calendar, VIII, p. 502.

153 Saint-Mauris, 6 et 9 mars 1547, HHSA, Frankreich 14.

154 17 mars, HHSA, Frankreich 14.

155 ASModena, busta 24, Alvarotti, 15 mars 1547.

156 25 mars, HHSA, Frankreich 14.

157 31 mars, HHSA, Frankreich 14.

158 1er avril, HHSA, Frankreich 14 ; rapport du 6 avril, Frankreich, Varia 6, nachtrag, fos 16-19.

159 Ibid.

160 ASModena, Francia, busta 24.

161 Francesco Giustinian, 16 avril 1547, BnF, ms it. 1716, p. 105.

162 20 mai, HHSA, Frankreich 14.

163 Giustinian, 8 juin, BnF, it. 1716, p. 177 ; 3 juillet, ibid., p. 203-204.

164 Occurens, 15 June, HHSA, Frankreich 15.

165 Occurens, 30 June, HHSA, Frankreich 15. Sur la vie ultérieure de Mme d’Étampes, voir David Potter, « Marriage and cruelty », art. cité, p. 5-38.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540