Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les chefs du Conseil

Hippolyte d’Este (1509-1572)

Cédric Michon

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur Hippolyte d’Este, voir Laurence Byatt, « Ippolito d’Este », Dizionario Biographico Degli Itali (...)
  • 2 CAF, VI, 167, 19746.

1Comme le cardinal de Lorraine, Hippolyte d’Este est un prince étranger1. Il est d’ailleurs le seul prélat italien à avoir une réelle influence à la cour de François Ier. Au départ, son influence vient des liens qui unissent le roi de France à Ferrare. Lors des guerres d’Italie, Hercule Ier (1471-1505) d’abord tenant d’une neutralité favorable à la France, prête ensuite clairement allégeance à Louis XII après la conquête du Milanais par les troupes françaises. Son fils Alphonse Ier est également un fidèle de la France jusqu’à la perte du Milanais par François Ier en 1522, qui l’amène à se rapprocher de Charles Quint pour quelque temps, puis à retourner dans l’orbite française avant que Pavie ne l’amène à retourner dans les bras de l’empereur. L’objectif des ducs de Ferrare est ensuite de maintenir de bonnes relations avec les deux camps. François Ier courtise Alphonse Ier puis son fils Hercule II (1534-1559) qui épouse en 1528 Renée de France, fille de Louis XII. C’est dans ce contexte francophile que naît Hippolyte, le 25 août 1509, de Lucrèce Borgia et d’Alphonse Ier, duc de Ferrare. Archevêque de Milan dès 1520, Hippolyte entre ensuite en contact avec la cour de France à l’occasion du mariage de son frère : par une lettre du 27 février 1528, François Ier l’autorise à détenir des bénéfices en France2. Symboliquement, lors du baptême du premier fils d’Hercule et de Renée, c’est Hippolyte qui le tient sur les fonts baptismaux, comme procureur de François Ier. En juillet 1535, Jean Du Bellay l’invite à se rendre en France. Lorsqu’au matin du 13 mars 1536, Hippolyte quitte Ferrare en compagnie de 116 serviteurs, il ne sait pas pour combien de temps il s’en va. Ce qui aurait pu n’être qu’un voyage de prince étranger va aboutir à l’installation d’un prélat italien à la cour de France appelé à devenir un modèle de mécénat, l’un des plus proches familiers du souverain et un conseiller important de la décennie 1540.

Un prélat italien, d’Italie jusqu’à la cour de France

Un prince italien

  • 3 Laurence Byatt, article cité, p. 367-374.

2Hippolyte reçoit à Ferrare une éducation traditionnelle de courtisan italien, pratiquant chasse, danse et toutes les activités traditionnelles des cours italiennes3. Ses précepteurs sont Celio Calcagnini et Fulvio Pellegrino Morato. En 1525, il quitte Ferrare pour se rendre à l’université de Padoue. Chasseur de bénéfice, Hippolyte tente quelque temps de s’imposer comme évêque de Modène contre le candidat pontifical, Giovanni Morone, mais est finalement obligé de céder. Au début de la décennie 1530, plusieurs projets de visite à la cour de François Ier échouent en raison des vicissitudes des relations internationales. En 1536, enfin, c’est le départ.

Mécénat et fortune à la cour de France

3Lors des trois premières années de son séjour en France, Hippolyte impose une image de mécène. Ses liens avec Cellini sont bien connus, de même que ceux avec Luigi Alamanni, qui est son secrétaire en France (1537-1543). Il se distingue par une vie de plaisir, faite de tournois, de bals masqués, de banquets et de bonnes fortunes. Ce mécénat est rendu possible notamment par les nombreuses gratifications venues de François Ier qui lui confère de nombreux bénéfices parmi lesquels l’abbaye St-Médard de Soissons, l’archevêché de Lyon cédé le 29 octobre 1539 par le cardinal de Lorraine, puis le siège de Tréguier, cédé le 26 avril 1542 par le cardinal de Bourbon et, entre-temps, l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges (diocèse de Rouen) dont il devient administrateur en 1541.

Un puissant courtisan, médiateur entre l’Italie et la France

  • 4 En 1537 toutefois, le nonce évoque le fait que l’archevêque de Milan a beaucoup d’autorité auprès (...)
  • 5 ANG, I, p. 292.
  • 6 ANG, I, p. 584, Ferrerio au cardinal Farnèse, Dreux, 18 juillet 1540. On le voit à nouveau recevoi (...)
  • 7 ANG, III, p. 7.
  • 8 Voir par exemple, ANG, III, p. 9, 11, 22, 24, 27, 28, 34-36, 48, 57, 63.
  • 9 ASModena, busta 14, G. Feruffini au duc de Ferrare, Lyon, 15 avril 1536.

4Pendant toutes ces années (1536-1540) il est clair qu’Hippolyte n’a aucune influence politique4. Tout au plus joue-t-il un peu le rôle d’intermédiaire entre le nonce et le pouvoir royal français s’efforçant de minimiser les retards d’audience par exemple5. On le voit aussi tenir table ouverte pour les prélats italiens. On trouve ainsi à sa table à la cour, en même temps, Ferrerio et les cardinaux Trivultio et Gaddi6. Clairement, Hippolyte est le « frère de », de surcroît cardinal dès 1539 et c’est ce statut qui explique beaucoup de son autorité. Le nonce indique ainsi qu’il serait important de le ménager, particulièrement dans les affaires de Bénévent, car il peut être utile7. De manière générale, il est donc un interlocuteur privilégié du nonce sur toutes les affaires qui touchent de près ou de loin aux affaires italiennes et romaines comme lorsqu’il s’agit de choisir les futurs cardinaux promus, de marier la nièce du pape ou de traiter des Turcs8. De manière plus générale encore, il est un peu d’Italie en France et, dès son arrivée à Lyon, il reçoit, dans le couvent des Célestins où il s’est établi, les ambassadeurs italiens, bien sûr, mais aussi anglais et portugais9.

  • 10 Le 24 avril 1540, G. Cortese écrit à Contarini qu’il a rencontré Hippolyte d’Este et que c’est une (...)

5Dans l’immédiat donc, Hippolyte joue le rôle d’intermédiaire entre les prélats italiens, le pape et le roi de France. Son influence dans ce domaine est marquée par la lettre que lui adresse Contarini en mars 1540 pour lui demander d’intervenir auprès du roi de France pour qu’il fasse pression sur les Turcs qui détiennent son frère prisonnier10. Concernant son rôle d’intermédiaire entre le pape et François Ier, on évoquera le témoignage du nonce qui écrit au cardinal Farnèse que

  • 11 Arch. Vatic., Nunziat. Di Francia 2, fo 126, Dandino au cardinal Farnèse, Melun, 26-27 décembre 15 (...)

«Ferrara ha dimostrato tanto amore et tanta gelosia verso il servitio di N.S. che io non n’ho per questa volta potuto desiderare di più11

  • 12 ANG, III, p. 111, Capodiferro au cardinal Farnèse, Paris, 23 janvier 1542.
  • 13 ANG, III, p. 200. Instructions du 1er avril 1543.
  • 14 ANG, III, p. 202 et 207.
  • 15 ANG, I, p. 588, Ferrerio au cardinal Farnèse, Sainte-Marguerite près de Vatteville, 3-7 août 1540  (...)

6On notera également qu’Hippolyte se présente comme un serviteur du pape avant tout comme lorsqu’il évoque à Capodiferro son désir d’aller à Rome, mais estime qu’il est plus utile au Saint-Siège quand il est à la cour12. Les instructions pour Marco Grimani, envoyé en France en avril 1543 pour s’occuper des affaires d’Écosse lui conseillent de ne pas oublier les cardinaux de Tournon, d’Este et de Lorraine, ni Mgr de Guise13. Le cardinal d’Este fait alors office de guide de Grimani. Lorsque ce dernier désire se rendre auprès de François Ier, Hippolyte l’en dissuade en lui expliquant qu’il ne doit aller voir le roi que s’il est convoqué par lui. Il lui obtient donc une audience du roi14. Quoi qu’il en soit, son influence se renforce par les projets de mariage d’Anne d’Este avec le duc d’Aumale, futur duc de Guise. Les négociations, entamées en 1540, n’aboutissent toutefois qu’en 1548. Il joue également un rôle dans les projets de mariage (inaboutis) entre Vittoria Farnese, nièce de Paul III et un prince français (qui serait soit Vendôme, soit Aumale)15. En revanche, la même année, Hippolyte joue un rôle déterminant dans le mariage entre Orazio Farnese et Diane de France, duchesse d’Angoulême. Un lieu essentiel de l’influence du cardinal d’Este est le palais qu’il se fait construire à Fontainebleau sur des plans de Serlio, avec des tapisseries d’après des cartons de Jules Romain et des fresques du Primatice et de Niccolo Abbati.

Un puissant prélat entre la cour et le Conseil

  • 16 Il prend ainsi son repas avec François Ier, le nonce, Tournon, Claude d’Annebault et l’amiral le 3 (...)

7Deux éléments vont sans doute concourir à la mutation de sa position à la cour et au Conseil. Sa promotion au cardinalat d’abord qui change son statut. La disgrâce de Montmorency ensuite qui crée une situation de flottement permettant une redistribution des cartes au cœur du jeu politique ainsi que l’arrivée de nouveaux joueurs auquel le jeu était jusqu’à présent interdit en raison de la domination du connétable. Un adjuvant va fluidifier sa promotion : sa très grande proximité avec le roi dont on a de nombreux témoignages. On le voit ainsi déjeuner en petit comité avec le roi ou à la chasse « comme d’habitude16 ».

  • 17 ANG, I, p. 415 (Ferrerio au cardinal Farnèse, Saint-Denis, 27 novembre 1538) et aussi ANG, I, p. 4 (...)
  • 18 ANG, I, p. 465, Ferrerio au cardinal Farnèse, ?, entre le 26 et le 30 juin 1539.

8Sa promotion comme cardinal au cours d’un conclave secret le 20 décembre 1538 est rendue publique le 5 mars 1539. En dépit du soutien de François Ier, elle n’a pas été sans mal, notamment à cause de son frère Hercule semble-t-il17. Le 6 août 1539, Hippolyte se rend à Ferrare pour fêter son élection ; le 26 octobre, il est à Rome. En janvier 1540, il est à Naples avec son secrétaire Alamanni, puis part pour Ferrare, puis Padoue, avant de revenir à Paris. Au cours de ce séjour, il est chargé par le roi de traiter de l’affaire de Sienne et du mariage de Vittoria Farnèse18.

La présence au Conseil

  • 19 AN, K 1485, Saint-Vincent à l’empereur, 10 août 1540. Sur la présence au Conseil d’Hippolyte d’Est (...)
  • 20 ASMantova, A.G. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, de Melun, le 2 (...)

9En août 1540, le cardinal d’Este entre au Conseil du roi. Il semble que cette entrée ait choqué car le cardinal était un étranger. Elle est attribuée à l’influence de la duchesse d’Étampes19. Quoi qu’il en soit, à partir de ce moment, les rapports des ambassadeurs de Ferrare, de Mantoue, d’Henri VIII et du pape témoignent de son influence au Conseil20. Dès décembre 1540, le nonce témoigne de sa proximité avec le roi. Ainsi, après avoir écrit

«il cardinale di Tornone in tanto et il Cancelliere governano ogni cosa, cioè sono capi del Consiglio per lo quale passano hoggi di tutti i negotii, né piu la monarchia sta in un solo come altre volte»

10il poursuit dans la foulée

  • 21 ANG, III, p. 5, Dandino au cardinal Farnèse, Lyon, 20 décembre 1540.

«Ferrara similmente dicesi che è molto avanti, et ogni di piu il Re gli mostra amore21».

  • 22 BnF, N.A.F. 7695, fos 163-166 vo. Il signe aux côtés du roi, du dauphin, du duc d’Orléans, du duc (...)
  • 23 ANG, III, p. 73, Capodiferro au cardinal Farnèse, Moulins, 6 août 1541.
  • 24 ANG, III, p. 77, Capodiferro au cardinal Farnèse, Moulins, 1er septembre 1541.
  • 25 LP, XVI, p. 666-668, no 1427. William Paget à Henri VIII, Paris, 7 décembre 1541 (voir aussi SP, V (...)
  • 26 BnF, ms frçs 3005, fo 109 ; BnF, ms Clairambault 339, fo 3.
  • 27 ASMantova, A.G., Cart. inv. div., 640, Gian Battista Gambara à la duchesse de Mantoue, Soissons, 6 (...)

11Le 1er mars 1541, il est l’un des signataires de l’acte d’abolition de la condamnation de Chabot22. En effet, à partir de 1540-1541, le cardinal d’Este, qui est toujours l’interlocuteur principal des nonces sur les affaires italiennes et religieuses diversifie ses compétences et donc ses sujets de conversation, comme lorsque le nonce évoque la question des Suisses avec la reine de Navarre, Tournon, Poyet, Brion et le cardinal d’Este23. De la même manière, avant d’apprendre la capture de Fregoso et Rinçon, François Ier avait, semble-t-il envisagé d’envoyer auprès de l’empereur les cardinaux de Tournon et d’Este24. De la même manière, en décembre 1541, William Paget affirme que l’amiral, le chancelier, Annebault, et les cardinaux de Tournon, Ferrare et Du Bellay siègent quotidiennement au Conseil, de l’aube à 6 heures du soir25. Cette affirmation sans doute juste ne fait toutefois pas justice à l’influence des uns et des autres, malgré l’impression de stricte égalité que sous entend la juxtaposition de tous ces noms. On sait qu’à ce moment-là, Poyet a beaucoup perdu de son influence, que Du Bellay est sans doute convoqué uniquement en raison de ses relais germaniques et italiens (et peut-être anglais). Rien n’assure donc que Ferrare bénéficie d’autre chose que d’une wild card en tant que frère d’un duc italien dont le roi espère le soutien dans le contexte de tensions avec Charles Quint en Italie. Dans le fameux rôle du 23 février 1543 dans lequel le roi appelle des conseillers à participer au Conseil « pour le fait de ses finances » sont exclus tous ceux qui ne sont pas des conseillers de premier plan parmi lesquels les cardinaux de Bourbon, de Ferrare et Du Bellay, mais aussi l’évêque de Soissons, le comte de Saint-Pol, Claude de Guise, le chancelier d’Alençon (François Olivier), les parlementaires Rémon et Bertrandi et Claude de Boisy26. Son influence reste donc limitée. D’ailleurs, lorsque Gambara, ambassadeur de Mantoue demande à Hippolyte d’Este comment faire pour obtenir une audience, ce dernier lui répond qu’il faut passer par l’amiral27.

La fin du règne, entre carte de réserve et missions diplomatiques

  • 28 « Lettres portant pouvoirs pour le cardinal de Ferrare, nommé ambassadeur du roi auprès de la Ligu (...)
  • 29 Lettre d’Hippolyte à Hercule, du 23 mai 1544, citée par Vincenzo Pacifici, op. cit., p. 86.
  • 30 ANG, III, p. 325, Cristofano Cessino à Dandino, Paris, 29 février 1544.

12Par la suite, François Ier utilise les connexions italiennes d’Hippolyte en l’envoyant comme ambassadeur à Venise et à Rome en vue d’obtenir des soutiens contre l’empereur28. En mai 1544, il est à Venise, mais sa mission est un échec. Le 9 juin, il est à Rome où il est très bien reçu au palazzo della Cancelleria. Il tient son frère au courant des négociations, lui faisant part, par exemple d’une lettre de François Ier envoyée de Saint-Germain dans laquelle le roi de France lui dit de se rendre à Rome si rien ne sort de ses discussions à Venise29. Preuve d’une certaine diversification dans ses compétences, Hippolyte est nommé en février 1544 gouverneur de Lyon « en partie pour s’occuper des affaires financières30 ».

  • 31 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue l (...)
  • 32 ANG, III, p. 320. Dandino au cardinal Santa-Fiora, Fontainebleau, 20 janvier 1544.
  • 33 ANG, III, p. 364, Guidiccione au cardinal Farnèse, Argentan, 14 juin 1545.
  • 34 AN, K 88, no 20.
  • 35 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 12 avril 1546.
  • 36 ASModena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Sur la présence du (...)
  • 37 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 17 janvier 1546.
  • 38 ASMantova, A.G. 640, Thomas Sandrini au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Melun, 18 mars 1546.

13Il semble donc que, un peu comme Jean de Lorraine, mais en moins abouti, Hippolyte d’Este acquiert un peu plus d’influence à la fin du règne, mais par à-coups, telle une carte de réserve31. En tout état de cause, le nonce écrit au début de 1544 au cardinal Santa-Fiora que le cardinal d’Este occupe une grande place à la cour et qu’il est indispensable de ne pas perdre son amitié32. On le voit régulièrement, mais semble-t-il pour certaines affaires seulement et non pour toutes. Ainsi, Guidiccione signale au cardinal Farnèse la présence d’Hippolyte lors d’un Conseil de juin 1545 dont l’objet était la publication de la bulle de concile33. On sait également que le 11 septembre 1546 étaient présents au Conseil le dauphin, Hippolyte d’Este et Tournon, Olivier et Longueval34. Hippolyte d’Este est proche du duo de tête Annebault et Tournon. Il déjeune par exemple avec eux en avril 154635. Il est une sorte de quatrième couteau, derrière Annebault et Tournon, bien sûr, mais aussi derrière le cardinal de Lorraine. Ainsi, en août 1546, en l’absence de Tournon, malade, de l’amiral d’Annebault, en mission auprès du roi d’Angleterre, de Jean de Lorraine, en Lorraine, c’est Hippolyte d’Este qui a, pour quelques semaines, la charge des affaires36. Cette situation reste toutefois tout à fait exceptionnelle, le cardinal d’Este manquant de l’expérience des trois autres. À la fin du règne encore, Este tire une partie de sa légitimité de son appartenance au plus petit cercle de familiers du souverain. Lorsqu’en janvier 1546, par exemple, le roi décide de s’isoler des courtisans, il se retire quelques heures à La Muette (abandonnant la cour à Saint-Germain) avec le dauphin, la duchesse d’Étampes, l’amiral, le cardinal de Ferrare et Madame de Massy37. Toutefois, Malgré une réelle influence politique, le cardinal de Ferrare se distingue encore plus par le faste des fêtes qu’il organise, en particulier dans sa demeure de Fontainebleau38. Plus que tous les autres peut-être, il est l’incarnation du cardinal fastueux de la Renaissance, qui, en partie par sa magnificence, s’impose politiquement.

Épilogue

14Hippolyte d’Este doit sans doute à son statut d’extraterritorialité d’être l’un des seuls favoris de François Ier à conserver la faveur du roi de France. Henri II fait d’ailleurs de lui, le 27 avril 1548, le protecteur des intérêts français à la curie à la suite de la mort du cardinal Trivulce, le 30 mars. Néanmoins, en dépit des marques d’amitié d’Henri II et de l’ascension des Guises, ses neveux par alliance, Hippolyte se retire à Rome en 1549.

Notes

1 Sur Hippolyte d’Este, voir Laurence Byatt, « Ippolito d’Este », Dizionario Biographico Degli Italiani, p. 367-374 ; Vincenzo Pacifici, Ippolito secondo d’Este, Cardinale di Ferrare, Tivoli, 1984 [1920] et Mary Hollingsworth, The Cardinal’s Hat, Londres, 2004. Voir aussi Carmelo Occhipinti, Carteggio d’arte degli ambasciatori estensi in Francia (1536-1553), Pise, Scuola Normale Superiore Pisa, 2001.

2 CAF, VI, 167, 19746.

3 Laurence Byatt, article cité, p. 367-374.

4 En 1537 toutefois, le nonce évoque le fait que l’archevêque de Milan a beaucoup d’autorité auprès du roi, mais sans donner de détails précis (lettre du 30 juillet 1537, ANG, I, p. 302). Il est en revanche très actif dans le domaine du mécénat et des intrigues pour obtenir des bénéfices nouveaux. Ainsi dans les ANG, I, il est mentionné plus de 70 fois, presque toujours pour des questions bénéficiales ou de relations entre Ferrare et le royaume de France.

5 ANG, I, p. 292.

6 ANG, I, p. 584, Ferrerio au cardinal Farnèse, Dreux, 18 juillet 1540. On le voit à nouveau recevoir le nonce en août 1540 (ANG, I, p. 588).

7 ANG, III, p. 7.

8 Voir par exemple, ANG, III, p. 9, 11, 22, 24, 27, 28, 34-36, 48, 57, 63.

9 ASModena, busta 14, G. Feruffini au duc de Ferrare, Lyon, 15 avril 1536.

10 Le 24 avril 1540, G. Cortese écrit à Contarini qu’il a rencontré Hippolyte d’Este et que c’est une « persona al giuditio moi molto riservato [mais avec] ottima voluntà, una indole grande, e mente sincerissima ». Peut-être qu’il est ici fait allusion à la réforme des couvents de femmes des diocèses de Milan et Lyon de décembre 1540 (Laurence Byatt, art. cité, p. 368).

11 Arch. Vatic., Nunziat. Di Francia 2, fo 126, Dandino au cardinal Farnèse, Melun, 26-27 décembre 1540 (on ne trouve dans ANG, III, p. 7 qu’un résumé de ce passage qui dit « le cardinal d’Este a été très empressé : il sera utile de le ménager, particulièrement dans les affaires de Bénévent »).

12 ANG, III, p. 111, Capodiferro au cardinal Farnèse, Paris, 23 janvier 1542.

13 ANG, III, p. 200. Instructions du 1er avril 1543.

14 ANG, III, p. 202 et 207.

15 ANG, I, p. 588, Ferrerio au cardinal Farnèse, Sainte-Marguerite près de Vatteville, 3-7 août 1540 ; p. 596, Ferrerio au cardinal Farnèse, Sainte-Marguerite près de Vatteville, 9 août 1540.

16 Il prend ainsi son repas avec François Ier, le nonce, Tournon, Claude d’Annebault et l’amiral le 30 novembre 1541 (ANG, III, p. 99). Il est parti à la chasse avec le roi en avril 1546 (ibid, p. 431).

17 ANG, I, p. 415 (Ferrerio au cardinal Farnèse, Saint-Denis, 27 novembre 1538) et aussi ANG, I, p. 420.

18 ANG, I, p. 465, Ferrerio au cardinal Farnèse, ?, entre le 26 et le 30 juin 1539.

19 AN, K 1485, Saint-Vincent à l’empereur, 10 août 1540. Sur la présence au Conseil d’Hippolyte d’Este en décembre 1540, voir aussi ANG, I, p. 619.

20 ASMantova, A.G. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, de Melun, le 25 novembre 1540, qui le cite, avec la reine de Navarre, M. et Mme de Vendôme et Annebault parmi les personnages influents de la cour. En janvier 1541, Hippolyte d’Este participe au Conseil avec le connétable, François de Tournon et Claude d’Annebault (Carmello Occhipinti, op. cit., p. 55-56, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Melun, 20 janvier 1541) ; SP, VIII, p. 535, W. Howard à Henri VIII, de Blois, le 2 février 1541. L’ambassadeur d’Angleterre mentionne dans le Conseil du roi le chancelier, le cardinal de Tournon, le connétable, le cardinal de Ferrare et le maréchal d’Annebault ; LP, XVI, p. 666-668, no 1427, W. Paget à Henri VIII, de Paris, le 7 décembre 1541 qui le cite auprès des cardinaux de Tournon et Du Bellay, de l’amiral, du chancelier et de l’amiral d’Annebault parmi les conseillers influents du roi ; E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, série I, t. IV, p. 33-35 : Matteo Dandolo cite en 1542 comme membres du Conseil élargi du roi le chancelier, l’amiral Chabot, le maréchal d’Annebault, les cardinaux de Tournon, Du Bellay et de Ferrare, Mathieu de Longuejoue, Bayard (en revanche, il ne fait pas partie du Conseil du matin où l’on ne trouve que le maréchal d’Annebault, le cardinal de Lorraine, le dauphin et la reine de Navarre, lorsqu’elle est à la cour).

21 ANG, III, p. 5, Dandino au cardinal Farnèse, Lyon, 20 décembre 1540.

22 BnF, N.A.F. 7695, fos 163-166 vo. Il signe aux côtés du roi, du dauphin, du duc d’Orléans, du duc d’Estouteville, du cardinal Du Bellay, du chancelier Poyet, du maréchal d’Annebault, de Saint-André et de François Olivier.

23 ANG, III, p. 73, Capodiferro au cardinal Farnèse, Moulins, 6 août 1541.

24 ANG, III, p. 77, Capodiferro au cardinal Farnèse, Moulins, 1er septembre 1541.

25 LP, XVI, p. 666-668, no 1427. William Paget à Henri VIII, Paris, 7 décembre 1541 (voir aussi SP, VIII, p. 639).

26 BnF, ms frçs 3005, fo 109 ; BnF, ms Clairambault 339, fo 3.

27 ASMantova, A.G., Cart. inv. div., 640, Gian Battista Gambara à la duchesse de Mantoue, Soissons, 6 août 1543.

28 « Lettres portant pouvoirs pour le cardinal de Ferrare, nommé ambassadeur du roi auprès de la Ligue composée du pape, de la République de Venise et du duc de Ferrare. Conches, 5 avril 1543 [1544] », CAF, 747, 22793. Voir aussi BnF, ms frçs 3921, fo 104. Claude Cottereau au cardinal Du Bellay, Paris, 5 avril 1544. (Sur les missions d’Hippolyte d’Este, voir Vincenzo Pacifici, op. cit., p. 59-91.)

29 Lettre d’Hippolyte à Hercule, du 23 mai 1544, citée par Vincenzo Pacifici, op. cit., p. 86.

30 ANG, III, p. 325, Cristofano Cessino à Dandino, Paris, 29 février 1544.

31 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris-IV, soutenue le 7 mars 2009, p. 520-527.

32 ANG, III, p. 320. Dandino au cardinal Santa-Fiora, Fontainebleau, 20 janvier 1544.

33 ANG, III, p. 364, Guidiccione au cardinal Farnèse, Argentan, 14 juin 1545.

34 AN, K 88, no 20.

35 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 12 avril 1546.

36 ASModena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Sur la présence du cardinal d’Este au Conseil le 11 septembre 1546, voir AN, K 88, no 20. Il est mentionné aux côtés du dauphin, du cardinal de Tournon, du chancelier Olivier et de Nicolas de Longueval. Voir aussi Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance, Jean de Lorraine (1498-1550) et François Ier », Revue d’Histoire Moderne et contemporaine, L, 3, juillet-septembre 2003, p. 36 et François Nawrocki, thèse citée, p. 527.

37 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 17 janvier 1546.

38 ASMantova, A.G. 640, Thomas Sandrini au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Melun, 18 mars 1546.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540