Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les chefs du Conseil

François de Tournon (1489-1562)

Cédric Michon et François Nawrocki

Texte intégral

  • 1 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 5, fos 169-172, lettre d’Antoine Perrenot de Granvelle à (...)

1En septembre 1544, au moment de la signature de la paix de Crépy qui met fin à la dernière guerre entre François Ier et Charles Quint, le cardinal François de Tournon déclare qu’« en vingt ans qu’il mainoit les affaires, il n’a veu appoinctement que plus doibt durer1 ». Il est alors un homme d’expérience, qui fait partie du Conseil du roi depuis 1524 et qui va continuer à y jouer un rôle clé jusqu’en 1547. Au cours du règne de François Ier, cette longévité exceptionnelle n’est comparable qu’à celle de Duprat. Même Anne de Montmorency, arrivé au Conseil à peu près au même moment, ne parvient pas à s’y maintenir aussi longtemps. Tournon incarne donc une certaine continuité au Conseil entre l’ère Montmorency, où il est encore un conseiller du second niveau, et le moment Annebault, qui le voit parvenir à l’apogée de sa carrière politique.

Des ducs de Bourbon aux rois de France

Une vieille famille féodale possessionnée autour de la ville de Tournon

  • 2 Pourtant, Turnus est censé être mort sans descendance. Lors de son abjuration, C. Marot écrit : «  (...)
  • 3 Albin Mazon, Notes historiques sur Tournon et ses seigneurs, Privas, 1908, p. 203 et Pierre Caille (...)

2La famille de Tournon est une vieille famille féodale possessionnée autour de la ville de Tournon. Elle prétend descendre de Turnus, héros de l’Enéide2. On connaît un Eudes de Tournon, en 1188, sous Philippe-Auguste. Les liens qui unissent les Tournon à la famille ducale de Bourbon sont anciens. Le premier témoin au mariage de Jacques II de Tournon et de Jeanne de Polignac, les parents du cardinal, est Jean de Bourbon, évêque du Puy3. Ce Jean de Bourbon est un fils naturel du duc Jean Ier, qui représente en Velay la puissante maison ducale qui règne alors dans les comtés voisins de Forez et d’Auvergne. Un hommage est prêté au comte Gui de Forez dès 1338. Ces liens entre les deux familles ne se relâcheront plus. Ainsi Antoine, oncle de François de Tournon est un serviteur des ducs.

  • 4 Michel François, op. cit., p. 3-7.
  • 5 Claude Devic et Joseph Vaissète, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1875-1941, 18 vol., t.  (...)
  • 6 Christophe, l’aîné, est en même temps échanson du roi.
  • 7 Il gagne à ce titre 900 lt. pour neuf mois. Lorsque la reine, devenue veuve, quitte Paris, elle lu (...)
  • 8 Sur Blanche de Tournon et Marguerite, voir Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, Paris, 1930, p.  (...)
  • 9 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 228.
  • 10 Ibid., p. 236 et 239.
  • 11 Il le demeure jusqu’à sa mort en 1542. Comme aumônier, il touche 300 livres tournois de gages par (...)
  • 12 AD Haute-Garonne, 2 Mi 658 (Les États se réunissent sous la présidence de Claude de Tournon, entre (...)
  • 13 Henri Gilles, Les États de Languedoc au XVe siècle, Toulouse, 1965.

3La véritable prospérité commence pour la famille à la fin du XVe siècle. De brillants mariages sont célébrés, dont celui de l’héritier de la baronnie, Jacques de Tournon, avec Jeanne de Polignac, le 21 janvier 1466, dont naît en 1489 François, le futur cardinal4. Jacques II de Tournon succède à son père en 1467. C’est l’avènement de Charles VIII qui assure la fortune de la famille. Jacques de Tournon est conseiller et chambellan du roi, comme son père Guillaume V5. Ses fils aînés, Christophe et Just, sont, dès 1490, enfants d’honneurs de Charles VIII, à 240 livres de gages annuels6. Toutes ces charges sont confirmées à l’accession de Louis XII, et d’autres y sont ajoutées. À partir de 1491, Jacques II est chevalier d’honneur d’Anne de Bretagne7, tandis que sa femme, Jeanne de Polignac, est gouvernante de Claude de France entre 1502 et 1509. Blanche de Tournon, leur fille, sœur du cardinal est dame d’honneur de Marguerite d’Angoulême8. Jacques II occupe également d’importantes charges régionales. Il est ainsi, en juillet 1514, lieutenant du gouverneur de Languedoc9. Dans cette charge, il est, en 1518 et 1520, le principal commissaire du roi aux États du Languedoc. Cette année-là, il a en face de lui comme président des États, son frère Claude, évêque de Viviers10. Claude de Tournon, frère bâtard de Jacques II, aumônier de la reine a en effet été promu évêque de Viviers en 149811. Il joue ainsi régulièrement un rôle politique comme président des États du Languedoc. En juin 1515, par exemple, il obtient les 49 000 livres tournois demandées à la province pour l’expédition d’Italie. Entre 1515 et 1529, il occupe à 13 reprises la présidence des États12. Il ne faut pas toutefois exagérer son poids politique. En effet, si, au milieu du XVe siècle, le président joue un rôle considérable dans la bonne marche des États (il dirige des débats, est chargé de la rédaction des doléances, présente le cahier aux commissaires, fait l’octroi, est placé à la tête des ambassades importantes qui vont trouver le roi), son rôle diminue par la suite et le président se borne à un rôle d’apparat et de présidence des débats13. Quoi qu’il en soit, les seigneurs de Tournon ne sont plus alors seulement les maîtres temporels d’une bonne partie du Vivarais : ils s’y affirment également, grâce à Claude, dans le domaine spirituel.

  • 14 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 254.
  • 15 AD Ardèche, 1 E 1830 et CAF, IX, p. 240.
  • 16 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 285, 289.

4Dans le service militaire, les Tournon sont irréprochables. Jacques II, après avoir combattu à Marignan, est tué à Pavie suivi par deux de ses fils, Antoine et Jean qui tombent devant Naples en 1528. Le frère aîné, qui a hérité de la seigneurie de Tournon, ne suit pas le connétable dans sa trahison. En récompense de sa fidélité François Ier lui fait parvenir une somme de 3 000 livres tournois et une pension de 1 000 livres sur les revenus de la sénéchaussée de Beaucaire14. Just occupe, comme son père, d’importantes charges régionales. En 1541, il est sénéchal d’Auvergne15 et en 1543 et 1546, il est l’un des commissaires du roi aux États du Languedoc16.

5François de Tournon est donc issu d’une famille qui, après avoir été vassale des ducs de Bourbon, a développé sa fidélité au roi de France. Si sa pratique du service royal est récente, elle ne s’en traduit pas moins par la capitalisation de tous les signes possibles du service de l’État. Elle accumule ainsi les charges régionales, militaires, domestiques et ecclésiastiques.

De la protection familiale à celle des Gouffier

  • 17 Voir les notices sur Gabriel de Gramont, Jean Du Bellay et Charles Hémard de Denonville dans le pr (...)

6La famille de Tournon est donc en vue à partir du règne de Charles VIII. Toutefois, à la différence de Jean de Lorraine ou d’Hyppolite d’Este, François de Tournon n’est pas issu d’une famille princière. Il appartient à une grande famille féodale très solidement implantée dans une région qu’elle contrôle bien. De ce point de vue, il rappelle la situation d’un Gabriel de Gramont, mais se différencie nettement d’un Jean Du Bellay, et encore plus d’un Charles Hémard de Denonville17.

  • 18 Pour tout ce paragraphe, voir Michel François, op. cit., p. 14-25 (la citation de M. François se t (...)
  • 19 François de Tournon, Correspondance, M. François (éd.), Paris, 1946, p. 37-38, no 1, lettre à Flor (...)

7On connaît très mal les trente premières années de la vie de François de Tournon. Il semble qu’il soit devenu, à l’âge précoce de 12 ans, chanoine régulier de Saint-Antoine de Viennois dont Théodore de Saint-Chamond (beau-frère de sa sœur Jeanne de Tournon), l’un des principaux conseillers du duc Antoine de Lorraine, était abbé. Par la suite, il devient abbé d’Ebreuil en succédant à l’un de ses oncles. Il est possible qu’il ait rencontré François d’Angoulême pour la première fois lors de l’entrée de Louis XII à Lyon le 12 juillet 1512. Le 30 juillet 1518, il devient archevêque d’Embrun puis obtient en 1519 la riche abbaye de la Chaise-Dieu où il succède au cardinal de Boisy. Michel François explique cette dernière promotion comme le fruit du désir de François Ier d’armer François de Tournon « pour les luttes futures auxquelles il serait mêlé en lui donnant coup sur coup l’autorité et l’indépendance matérielle qui lui manquait18 ». En effet, si les revenus d’Embrun étaient faibles, la ville n’en comptait pas moins parmi les grandes villes épiscopales de l’ancien royaume d’Arles et ses archevêques, princes de l’Empire avaient, à ce titre, reçu des privilèges comme celui de battre monnaie. De son côté, le monastère bénédictin de La Chaise-Dieu était pourvu de bénéfices considérables. Pour autant, entre ces deux premières promotions importantes et la première mission d’envergure confiée à François de Tournon en 1525, sept années passent. L’hypothèse de Michel François paraît donc un peu hasardeuse. Le destin de serviteur du roi de François Tournon est donc pour le moins peu visible en 1518. Il a pour lui une tradition familiale de service royal, une inscription curiale solide, mais n’a, personnellement, encore rien fait. La logique de ces promotions des années 1518-1519 est donc à rechercher ailleurs que dans une bonne gestion royale, à long terme, des ressources humaines. C’est par une lecture à court terme que l’on peut comprendre ces deux promotions. Tournon est, avant tout, l’homme d’une famille bien implantée localement ; c’est aussi manifestement l’homme d’une clientèle, en l’occurrence celle des Gouffier. Cela pourrait expliquer qu’il succède à Adrien Gouffier, mais également que trois ans plus tard, lorsqu’il croise à Autun l’amiral de Bonnivet et ses troupes, en route pour la Navarre, ce dernier lui « command[e] aller avecques luy en Guienne », ce qu’accepte Tournon19. Il semble donc bien que le début de la carrière de François se place à la fois sous la protection de sa famille, bien en cour, comme on l’a vu, mais aussi sous celle des Gouffier.

  • 20 Sa mission à Bâle n’est documentée que par la correspondance d’Erasme. Peut-être faisait-il partie (...)

8On sait aussi qu’à la fin de 1521, il est à Bâle où il rencontre Erasme qui le qualifie de « iuvenis humanissimus ». Par la suite, en compagnie de Germain de Brie, Guillaume Budé et Nicolas Bérault, il obtient en novembre 1522 un passeport pour qu’Erasme puisse se rendre en France, ce qui témoigne de son inscription dans les cercles humanistes de l’entourage de François Ier20.

L’entrée au Conseil

  • 21 Michel François, op. cit., p. 37-45.
  • 22 Marino Sanuto, Diarii, Venise, 1879-1903, 58 vol., cité par Michel François, op. cit., p. 48.
  • 23 LP, IV, part II, no 2633.
  • 24 Il succède dans cette charge à Antoine Duprat et la conserve jusqu’en 1547. C’est lui qui le 15 se (...)

9François de Tournon fait partie de ceux qui entrent dans le Conseil de Louise de Savoie lorsque le roi quitte la France à la fin de 1524. La redistribution des cartes aux lendemains du désastre de Pavie lui profite, comme à d’autres. Il se voit confier avec Jean de Selve les négociations en Espagne. Aujourd’hui encore, les raisons du choix de l’archevêque d’Embrun pour cette mission restent obscures. Toutefois, il sait en tirer profit pour se faire remarquer du roi21. Dès le retour de celui-ci, Tournon s’impose comme un membre régulier du Conseil et reçoit de nombreuses récompenses parmi lesquelles l’archevêché de Bourges au printemps de 1526. À partir de ce moment, la logique de sa trajectoire s’infléchit. Il n’avait dû jusque-là ses récompenses qu’à son appartenance à une famille loyale et ambitieuse. À partir de 1525, c’est aussi aux services rendus qu’il doit ses promotions. D’ailleurs, l’ambassadeur de Venise ne s’y trompe pas qui, dans l’énumération des personnages importants de la cour au lendemain de la captivité en Espagne, mentionne l’archevêque de Bourges « consilario regio, homo di grandissima auctorita22 ». Il participe aux conférences de Cognac au terme desquelles un traité d’alliance offensive et défensive, connu sous le nom de Sainte-Ligue, est signé. La même année, l’envoyé d’Henri VIII à Rome signale François de Tournon comme faisant partie de ceux qui doivent figurer dans la prochaine promotion de cardinaux23. En 1527, il est fait chancelier de l’ordre de Saint-Michel24.

  • 25 SP, I, p. 235-261, lettres de Wolsey à Henri VIII, d’Amiens, le 9, 11 et 16 août 1527.
  • 26 Michel François, op. cit., p. 55-66 ; ce projet resta sans lendemain en raison de la dégradation d (...)
  • 27 Ibid., p. 67-74.

10Auparavant, il participe aux négociations d’Amiens, puis à celles qui aboutissent au traité de Cambrai25. Au lendemain de la paix des Dames, c’est lui qui est envoyé à la rencontre des ambassadeurs envoyés par Charles Quint pour ratifier la paix. Avec la mort de Jean de Selve et la demi-disgrâce de Chabot, son autorité croît dans l’entourage royal26. C’est dans ce contexte et, en partie grâce à l’activité de Gabriel de Gramont auprès du souverain pontife qu’il est, en mars 1530 élevé à la pourpre cardinalice27.

Un conseiller du deuxième cercle

Un diplomate de l’ombre

  • 28 Ibid., p. 110-115.
  • 29 Ibid., p. 121.
  • 30 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1 (...)
  • 31 « Rabilher le faict d’Engleterre » (François de Tournon, Correspondance, op. cit., lettre 103 du 1 (...)
  • 32 Michel François, op. cit., p. 129-131 ; AGR Belgique, Aud. 418, fo 53, Jean Hannart à Eustache Cha (...)

11Après sa première grande mission en Espagne en 1525, c’est l’Italie, et plus particulièrement Rome, qui s’impose comme l’espace de spécialisation de François de Tournon. Il y est envoyé en compagnie de Gabriel de Gramont entre janvier et septembre 1533 pour s’occuper de l’affaire de l’annulation du mariage d’Henri VIII et de Catherine d’Aragon. Promoteur des bonnes relations entre Clément VII et le roi de France, François de Tournon négocie également le mariage entre Catherine de Médicis, nièce du pape, et Henri, deuxième fils du roi. Là encore, son travail donne satisfaction au souverain qui le récompense par l’attribution de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés28. Mais la mort de Clément VII en septembre 1534 atténue l’impact du mariage négocié par Tournon. Celui-ci part immédiatement à Rome pour participer au conclave, qui voit Alessandro Farnèse l’emporter sur Ridolfo Pio de Carpi, le candidat soutenu par les cardinaux français. Au milieu de novembre, peu après la fin du conclave, le cardinal de Tournon regagne la France à la demande du roi29. Par la suite, l’éventualité d’une mission du cardinal auprès de Paul III est plusieurs fois envisagée, notamment après le retour de l’empereur de Tunis : Granvelle demande alors l’envoi de Tournon auprès du pape pour organiser une action concertée des grandes puissances catholiques contre les Turcs, mais le camp français préfère proposer la délégation de l’amiral Chabot30. Au début de 1536, il est à nouveau question d’une mission de Tournon auprès du pape pour plaider la cause de la « réhabilitation31 » d’Henri VIII : François Ier choisit finalement Jean de Lorraine pour ce voyage, gardant Tournon auprès de lui pour participer aux négociations du mariage de Jacques V d’Écosse avec Marie de Vendôme32.

12Ces exemples marquent les limites du champ d’intervention diplomatique du cardinal de Tournon dans les années 1530 : conseiller probablement influent, intermédiaire actif dans l’animation des réseaux et les négociations à la cour, il reste pourtant dans l’ombre de conseillers chevaliers tels que Montmorency ou Chabot, jugés plus aptes à représenter à eux seuls la personne du roi dans les missions diplomatiques au plus haut niveau. Par ailleurs, d’autres conseillers, comme Duprat ou Lorraine, jouent à l’évidence un rôle plus important.

La lieutenance générale du sud-est du royaume

  • 33 AN, J 1022, no 25, lettres patentes du 5 août 1536.
  • 34 Michel François, op. cit., p. 133-136.

13À l’été 1536, la guerre avec l’empereur marque une nouvelle étape dans la carrière de François de Tournon. En quittant Lyon pour tenir son camp à Valence, François Ier confie au cardinal de Tournon, au chancelier du Bourg et au seigneur de Châteaubriant la direction d’un Conseil du roi établi à Lyon, chargé d’expédier une partie des affaires courantes33. Après la campagne de Provence, les pouvoirs de Tournon sont renforcés par des lettres patentes du 10 octobre 1536, le nommant lieutenant général du roi dans les provinces de Lyonnais, Forez, Auvergne, Beaujolais, Bresse, Bugey, Valromais, Dauphiné, Provence et aux frontières de Languedoc, Bourgogne, Savoie, Saluces et Piémont, tandis que Jean Du Bellay est installé avec des responsabilités comparables à Paris et en Île-de-France34. L’implantation personnelle (famille, réseaux, bénéfices) du cardinal n’est bien sûr pas étrangère à son installation à Lyon avec une autorité étendue sur un large quart sud-est du royaume.

  • 35 Ibid., p. 139-140. Sur la politique d’emprunts, voir infra « Le prélat financier ».
  • 36 François de Tournon, op. cit., où la période 1536-1537 est de loin la mieux représentée ; Michel F (...)
  • 37 AN, J 965, 7/1 ; François de Tournon, op. cit., p. 175, François de Tournon à Antoine Du Bourg, Ly (...)
  • 38 Michel François, op. cit., p. 147-161.
  • 39 Ibid., p. 144.
  • 40 Tournon se voit toutefois assigner en 1542 une mission similaire, sur une courte durée.

14Dans un premier temps, Tournon s’emploie surtout à financer la guerre par des emprunts pris en son nom personnel, à gérer l’approvisionnement des troupes et à diriger à distance les grandes opérations menées en Piémont par Burie et Boutières et en Savoie par Maugiron35. Les responsabilités de Tournon, prévues à l’origine pour une courte durée, se prolongent à l’hiver 1537 : le cardinal éprouve des difficultés à tenir ce rôle et s’en plaint régulièrement au roi, au grand maître et au chancelier. Il est un peu soulagé par la délégation du Guillaume Du Bellay pour une mission d’inspection en Piémont en janvier, puis par la nomination d’Humières lieutenant général du roi par-delà les Alpes en mai 153736. Dès lors, les efforts du cardinal se concentrent principalement sur le financement de la guerre et la transmission des informations. Il s’occupe aussi d’installer des magasins sur le trajet entre Lyon et le Piémont : là encore, sa tâche s’avère compliquée car le Dauphiné et la Savoie ne sont pas des régions riches37. Dans le même temps, il négocie activement pour soutenir le projet d’intervention de Filippo Strozzi en Toscane, mais faute d’argent, il n’est pas en mesure d’aider efficacement les fuorusciti, dont l’échec ruine finalement les espoirs d’instauration d’une influence française à Florence38. Début octobre 1537, le roi rentre enfin à Lyon et met fin aux pouvoirs de lieutenance du cardinal, exercés pendant presque un an39. Cette expérience, sans doute utile et valorisante pour la carrière de Tournon, laisse toutefois l’impression que le cardinal se trouve plus à l’aise dans un rôle de conseil, en amont de la décision, que dans un rôle de gestion et d’exécution, qu’il est pourtant capable d’assumer40.

  • 41 Michel François, op. cit., p. 168-169 ; Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de F (...)
  • 42 Michel François, op. cit., p. 173 : « La signature de la trêve de Nice marquait une étape dans la (...)

15Après la conclusion de la trêve, François de Tournon reprend son rôle habituel auprès du roi, négociant particulièrement les affaires romaines avec le cardinal Carpi, légat apostolique. Il joue ensuite un rôle important dans les entrevues de Nice et d’Aigues-Mortes entre le roi et l’empereur et il est désigné, cette fois, comme le représentant du roi auprès du pape pour un nouveau projet de mission franco-impériale. Ce projet semble davantage fait pour donner l’apparence d’une volonté d’entente avec l’empereur, que pour sceller une paix durable et une union de la Chrétienté face au péril turc : l’envoi de Tournon reste en suspens, Charles Quint lui-même tardant à désigner son représentant41. Néanmoins, le fait que le cardinal joue les premiers rôles lors des négociations et soit proposé pour représenter le roi dans une mission si symbolique témoigne de sa progression dans la hiérarchie des conseillers, par rapport aux années 1533-1536 où il faisait encore figure de conseiller secondaire. Plutôt que la trêve de Nice42, c’est la lieutenance générale exercée sur le sud-est du royaume, en 1536-1537, qui semble avoir permis au cardinal de Tournon de passer ce nouveau cap.

Bénéfices et récompenses

  • 43 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, (...)

16La faveur dont jouit François de Tournon, archevêque d’Embrun depuis 1518 et de Bourges depuis 1526, cardinal en 1530, n’est que tardivement marquée par l’attribution d’un nouveau diocèse. Pourtant, entre 1525 et 1538, 98 évêchés changent de main. Si l’on examine plus en détail les neuf vacances qui affectent les diocèses les plus riches durant cette période, on n’est pas surpris de voir que François de Tournon passe après des prélats d’États puissants et actifs comme Antoine Duprat, Jean de Lorraine, Gabriel de Gramont et Jean Du Bellay. Il est en revanche plus étonnant de le voir servi après Claude de Longwy, Charles Villiers de l’Isle Adam, Odet de Châtillon ou le jeune Charles de Lorraine, tous absents du service de l’État mais liés à de puissantes familles43. Pourtant, François de Tournon semble de plus en plus impatient d’obtenir une telle récompense. En juin 1537, lorsqu’il apprend que le cardinal de Clermont lui est préféré pour l’archevêché d’Auch, très rémunérateur, sa réaction est empreinte d’une certaine amertume :

  • 44 Comprendre : « ails », avec un jeu de mots sur « Auch » (« Aulx »).
  • 45 François de Tournon, op. cit., p. 182, François de Tournon à Anne de Montmorency, Lyon, 9 juin 153 (...)

« Je ne veux plus avoir a faire a luy [le cardinal de Clermont] et ayme myeulx en prendre l’aventure ; si je meurs plus tost que lui, je nay que faire ne daulx44 ne dongnons ; s’il meurt plus tost que moy, j’espère, à l’aide de Dieu, que le Roy ne changera de la bonne volunté dont il luy a pleu m’asseurer45. »

  • 46 Michel François, op. cit., p. 173.

17Il devient finalement archevêque d’Auch en juin 1538, résignant l’archevêché de Bourges, dans un échange avec le cardinal de Clermont, au neveu duquel il cède également les abbayes de Saint-Florent et de Candeil46. À la même époque, il entre en possession de l’abbaye de Tournus et de la commanderie des antonistes de Bailleul.

  • 47 AN, J 961/11, no 43. Par ailleurs, le cardinal le roi exempte ses abbayes et bénéfices en commende (...)
  • 48 AN, MC, XIX 90 (27 janvier 1546), cité par Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous Fran (...)
  • 49 Cédric Michon, op. cit., p. 258-260 et p. 271-274.

18Le cardinal de Tournon ne reçoit guère de pensions et de gratifications tirées du trésor de l’Épargne, sauf pour rembourser des sommes prêtées au roi ou utilisées à son service, notamment pour financer les soldes et l’approvisionnement d’armées en Piémont et en Provence au cours de sa lieutenance de 1536-153747. Après 1538, ses revenus s’élèvent pourtant à environ 60 000 livres tournois, grâce à l’ensemble de ses bénéfices48. Le service du roi lui rapporte ainsi presque autant qu’aux conseillers favoris Anne de Montmorency dans les années 1530 et Claude d’Annebault dans les années 1540. En cela, son cas ne diffère pas de celui des autres prélats d’État : le roi se sert de l’octroi des bénéfices pour les rémunérer indirectement, sans grever le trésor royal, et élever leurs revenus à un niveau comparable aux principaux conseillers d’épée, pensionnés sur l’Épargne, cumulant offices militaires et domestiques richement gagés49.

  • 50 François de Tournon, op. cit., p. 145, no 188, François de Tournon au roi, Lyon, 3 décembre 1536 e (...)
  • 51 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la Cour, aux armées et (...)
  • 52 Michel François, op. cit., p. 174 et 216 ; voir aussi Louis Fillet, Louis-Adhémar, premier comte d (...)
  • 53 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Blois, 18 mars 1545.

19Enfin, les services de François de Tournon sont aussi récompensés par des emplois et des grâces donnés à son entourage, notamment familial. Tournon est ainsi à l’origine de la carrière de Grignan, époux de sa nièce Anne : en 1536, le grand maître de Montmorency, a qui le cardinal a vivement recommandé Grignan50, le nomme commissaire chargé d’évaluer les indemnités à payer après le départ des troupes de Provence51. Par la suite, Tournon le fait nommer ambassadeur à Rome, puis auprès de Charles Quint52, et il s’efforce de l’introduire dans l’entourage royal53. François de Tournon s’assure également de quelques diocèses pour ses frères et neveux. Jacques est ainsi pourvu de Castres, en 1531 (avec dispense d’âge) puis de Valence en 1540, ce qui permet le retour dans la famille de cet évêché qui avait été détenu par Gaspard, frère de François, jusqu’à sa mort en 1520. De même, Charles succède à son oncle Claude à Viviers en 1542. La position à la cour et au pouvoir de François de Tournon l’amène donc à jouer un rôle de pater familias qui défend et place les uns et les autres.

L’apogée

Le triumvirat Chabot-Annebault-Tournon

  • 54 Voir notamment Cédric Michon, « Jean de Lorraine ou les richesses de la faveur à la Renaissance », (...)
  • 55 Michel François date la prise de distance de Tournon par rapport à Montmorency aux environs de 153 (...)
  • 56 Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 408 : (...)

20À la fin des années 1530, François de Tournon prend peut-être quelques distances avec Anne de Montmorency, dont le collaborateur privilégié, parmi les conseillers de crosse, est alors Jean de Lorraine54. Rien n’indique cependant une véritable rupture, ou une divergence de vision politique55. Toutefois, lorsque le connétable est mis en difficulté par l’échec du rapprochement franco-impérial en 1540, Tournon se rallie sans difficultés à la duchesse d’Étampes pour précipiter le déclin du connétable56. Celui-ci écarté, les spéculations vont bon train sur le nom de son successeur. Le nonce Dandino, sans doute désireux de voir un cardinal gouverner le royaume, fait de Tournon son candidat préféré :

  • 57 ANG, III, p. 11, Dandino au cardinal Farnèse, Melun, 31 décembre 1540.

« En somme, on ne tient plus compte autant que par le passé d’un autre gentilhomme [que le connétable] qui ait les mêmes prérogatives que naguère, et tout dépend aujourd’hui de plus en plus du chancelier et du cardinal de Tournon, mise à part madame d’Étampes, à qui nul ne peut être comparé et qui est omni exceptione major57. »

  • 58 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 12 février 1541.

21Pendant quelques mois, aucun conseiller ne semble prendre la tête du Conseil, mais l’ambassadeur du duc de Ferrare remarque que « le cardinal de Tournon et monsr d’Annebault sont maintenant les premiers et négocient plus que tout autre58 ». Tous deux œuvrent de concert avec la duchesse d’Étampes en faveur du rappel de Chabot de Brion qui, une fois gracié, reprend la place laissée vacante par le départ de Montmorency. Néanmoins, Annebault et Tournon gardent à ses côtés un rôle prépondérant au sein d’un Conseil des affaires resserré (où l’influence du chancelier Poyet est désormais négligeable), comme le remarque l’ambassadeur vénitien, Matteo Dandolo :

  • 59 ASVenezia, Secr., AP, amb. Francia, reg. 3, fos 24 vo-26 vo, letter de Matteo Dandolo au Sénat de (...)

« Sont restés aux affaires principales l’illustre d’Annebault, qui est très favorisé par l’amiral, et le révérendissime de Tournon, qui ne paraît pas en avoir été bouleversé59. »

  • 60 François de Tournon, op. cit., p. 226, lettre à Georges d’Armagnac, [Frontignan], 18 octobre 1542.
  • 61 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, François de Saint-Vincent à Charles Quint, Amboise, 12 (...)
  • 62 François de Tournon, op. cit., p. 220, lettre à Guillaume de La Marck, Les Arpentis, 23 avril [154 (...)
  • 63 Son activité est alors comparable à celle déployée lors de la précédente expérience de 1536-1537, (...)
  • 64 Voir notamment les dépêches de Lodovico Thiene au duc de Ferrare au duc de Ferrare dans ASModena, (...)
  • 65 Le 10 octobre 1542, celui-ci s’est effondré au sol au cours d’un entretien avec le roi.

22Pendant près de deux ans, ce triumvirat fonctionne en bonne harmonie. Lorsque ses collègues sont tous deux absents, Tournon doit constamment rester auprès du roi60 et manier « les affaires, mesmes les principaulx et plus secretz61 ». Inversement, Chabot et Annebault doivent être en mesure de compenser les rares indisponibilités du cardinal. Ainsi, en avril 1541, lorsque celui-ci se trouve empêché par une maladie de présenter au roi les lettres reçues de la part duc de Clèves, il les envoie au maréchal d’Annebault afin qu’il le supplée dans ce rôle62. La seule longue absence du cardinal, au cours de cette période, dure deux mois et demi, entre fin juillet et début octobre 1542 : Tournon réside alors à Lyon, occupant à nouveau les fonctions de lieutenant général du roi dans un large sud-est du royaume, tout comme en 1536-1537, cette fois associé à un chancelier Poyet sur le point d’être destitué63. Annebault étant occupé à mener une campagne en Roussillon, c’est donc Chabot qui assume l’essentiel de la gestion des affaires aux côtés du roi64 : en octobre, les défaillances de la santé de l’amiral65 sont peut-être la principale raison du rappel précipité de Tournon.

  • 66 L’observation du chroniqueur (Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. IV) est conf (...)
  • 67 ANG, III, p. 191, Capodiferro au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 10-12 mars [1543] : « Di Tornone (...)

23Entre 1541 et 1543, Tournon franchit donc une nouvelle étape : avec un conseiller favori à la santé chancelante, Chabot, et un conseiller d’épée à la faveur montante, Annebault, encore inexpérimenté aux affaires et souvent éloigné pour la conduite des armées, le cardinal est sans doute celui qui incarne le mieux la continuité des affaires jusqu’à la mort de l’amiral en juin 1543. Cette situation se prolonge jusqu’à la fin de l’année : comme l’a remarqué Martin Du Bellay, le « maniement des affaires » est confié au cardinal en l’absence de Claude d’Annebault, qui conduit les armées depuis le Hainaut jusqu’en Luxembourg, ne faisant que des séjours occasionnels à la cour66. En revanche, à partir de l’hiver 1544, Annebault, nouvel amiral de France, joue pleinement le rôle de conseiller favori. Tournon n’en n’est pas pour autant réduit à jouer les utilités : dès les premiers temps de leur association, il est évident qu’aux côtés d’Annebault « il est quelque chose », alors qu’avec le connétable, « il ne serait rien67 ».

Le prélat, le chevalier et la favorite

  • 68 Ibid., p. 294, Girolamo Dandino au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 4-5 décembre 1543.
  • 69 LP, XXI, part I, p. 706-707, no 1406, John Lisle à William Paget, Fontainebleau, 3 août 1546.

24De 1543 à 1547, le cardinal de Tournon est en quelque sorte, pour la direction des affaires et du Conseil, une « doublure » de l’amiral d’Annebault. Il est aussi son plus proche collaborateur, à un même niveau d’information, jouissant d’une influence comparable auprès du roi et dans l’élaboration des décisions politiques. La collaboration entre le chevalier et le prélat, conseillers aux profils et compétences complémentaires, est fondée sur l’estime et sur la confiance : on note qu’ils sont « au plus haut point unis68 », « comme père et fils69 », de l’aveu-même de l’amiral. Cette remarquable solidarité se manifeste notamment en 1545, face aux intrigues de la duchesse d’Étampes.

  • 70 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, fos 185-188, Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, Ami (...)
  • 71 Voir l’article « Longueval » au présent ouvrage.
  • 72 La duchesse d’Étampes et l’amiral d’Annebault, notamment, paraissent souvent ensemble en public au (...)
  • 73 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « St-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Ma (...)

25Les premières mentions de tensions entre les conseillers et la maîtresse du roi remontent à la conclusion de la paix de Crépy en septembre 154470. Leurs relations empirent à la fin de l’année, lorsque la duchesse tente de faire entrer son protégé Longueval au Conseil des affaires, pour contrebalancer l’influence d’Annebault et de Tournon71. En février 1545, ceux-ci et Anne de Pisseleu semblent réconciliés72, mais dès le mois de mars, la duchesse ne manque pas de dénigrer, « en desrision » de Tournon et d’Annebault, les cadeaux que leur avait faits l’empereur, moins somptueux que les siens73.

  • 74 Michel François, op. cit., p. 208 ; BnF, ms frçs 10972, fo 321 sq., relation de la démarche faite (...)
  • 75 Ibid. Le cardinal avait trouvé chez Poyet un buffet d’argenterie qui avait appartenu à la duchesse (...)
  • 76 Il s’agit cette fois de son action de gouverneur de Luxembourg, occupée de 1543 à 1544.
  • 77 Michel François, op. cit., p. 206-207.

26Au printemps 1545, le conflit est relancé par la conclusion du procès du chancelier Poyet : le cardinal de Tournon, poussé par la veuve de Chabot (peut-être sa maîtresse74), juge la sentence trop peu sévère et relance une enquête pour trouver de nouvelles charges. La découverte chez le chancelier d’un buffet ayant appartenu à la duchesse d’Étampes oblige celle-ci à se justifier de ses libéralités devant le roi75. Anne de Pisseleu n’apprécie guère cette humiliation. Elle reproche ouvertement au cardinal l’ouverture d’une information contre Longueval76 et l’arrestation le comte d’Anguillara, l’un de ses protégés77, et menace de faire à son tour enquêter sur les affaires et les serviteurs du cardinal.

  • 78 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Tours, 3 avril 1545 : « Essa madama ha con (...)
  • 79 Nicolas de Marques, sieur de Saint-Martin ; sur sa mission de 1544 en Angleterre, voir LP, XIX, pa (...)
  • 80 Il se promène deux heures durant dans le jardin du château avec le roi qui, en démonstration d’ami (...)

27Anne de Pisseleu s’attaque d’abord à Tournon, soit parce qu’elle le tient pour plus dangereux que l’amiral, soit parce qu’elle lui porte une haine plus féroce78 : dans les derniers jours de mars sont produites au Conseil des lettres anonymes mettant en cause les manigances supposées du cardinal et la fourberie de son secrétaire Nicolas de Saint-Martin79, responsable de l’arrestation du comte d’Anguillara. La deuxième salve ne se fait guère attendre : une nouvelle lettre anonyme, lue au Conseil au début de mars, accuse Tournon de spéculer sur les emprunts du roi et sur les gabelles. Le cardinal préfère alors s’éloigner plutôt que de s’exposer plus longtemps : il feint une maladie pour quitter la cour le temps que s’apaise la colère de son ancienne protectrice, grâce à l’intercession de son ami le cardinal de Meudon, oncle de la duchesse. De plus, il sacrifie Saint-Martin, jeté en prison. Le procédé semble porter ses fruits : rejoignant la cour le 25 avril 1545 à Romorantin, Tournon est chaleureusement accueilli par l’amiral et par le roi80.

  • 81 Elles sont exposées dans Michel François, op. cit., p. 210.
  • 82 Ibid., p. 210, n. 4, cite AGR Belgique, Manuscrits divers, no 176/1, p. 21-22, Jean de Saint-Mauri (...)

28Fin mai, la duchesse d’Étampes lance une nouvelle offensive au Conseil, par l’intermédiaire d’un de ses proches, Antoine Bohier de Saint-Cirgues, général des finances et membre du Conseil pour les affaires financières, qui accuse le cardinal de malversations et de corruption81. Étant un spécialiste des questions financières et un collaborateur régulier de Tournon, Bohier fait un accusateur crédible. Néanmoins, sa manœuvre fait long feu puisque l’amiral d’Annebault et le secrétaire Bayard prennent la défense de Tournon. Le porte-parole de la duchesse se retrouve ainsi isolé et incapable de faire valoir ses arguments82. Ce revers ne décourage pas la duchesse, qui compte bien mettre à profit le prochain départ de l’amiral pour la campagne d’Angleterre. Sans son principal soutien, le cardinal serait plus vulnérable :

  • 83 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, fos 107 vo-108, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint (...)

« Madame d’Estampes et ceulx de sa suyte cherchent par tous moyens qu’ilz peuvent pour les traverser [les desseins d’Annebault et de Tournon], comme encores ilz font presentement, de sorte que, saichant que l’admiral se part pour l’armee, lad. dame d’Estampes a fait icy venir le cardinal de Belay pour l’entremettre aux affaires83. »

  • 84 Il fut malade au moins un mois, de début juillet à début août (LP, X, p. 232-234, Nicholas Wotton (...)
  • 85 Michel François, op. cit., p. 210, remarque aussi que début août, il se vit à nouveau confier, ave (...)
  • 86 ASModena, busta 21, lettre Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Dieppe, 18 août 1545.
  • 87 On voit ainsi l’amiral et les « dames » unis dès fin août 1545 lorsqu’il faut convaincre le roi de (...)
  • 88 LP, XXI, part I, p. 706-707, no 1406, John Lisle à William Paget, Fontainebleau, 3 août 1546 : « M (...)
  • 89 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Tours, 3 avril 1545 : « Per esser dui corp (...)

29Début juillet, juste avant le départ de Claude d’Annebault, François de Tournon tombe opportunément malade et s’absente de la cour pendant plusieurs semaines84. Le mois suivant, il reprend sa place à la cour, mais sa réhabilitation lui coûte cher, car il doit prêter une grosse somme d’argent au roi85. Il parvient également à se réconcilier avec la duchesse d’Étampes, la courtisant – probablement au prix de quelques présents – et passant trois heures par jour en sa compagnie, et mettant finalement fin à une guerre froide de quatre mois et demi86. Fin août, au retour de l’amiral, les conseillers et la favorite font à nouveau cause commune87 dans une alliance objective contre les partisans du dauphin, écartant le danger d’un remaniement politique dommageable à tous trois88. Par la suite et jusqu’à la mort de François Ier, le duo Annebault-Tournon n’a plus à subir de telles turbulences politiques, ayant démontré qu’il est « deux corps et une seule âme89 » face à l’adversité. Telle est la principale raison de la durabilité de ce couple politique, dans lequel Tournon, moins en vue que l’amiral, joue pourtant un rôle tout aussi essentiel, notamment dans l’action diplomatique et dans la gestion des finances.

Le prélat diplomate

  • 90 BnF, ms Dupuy 518, fos 6-13 et Arch. MAE, MD, Danemark, 9, fo 56-63 ; éd. dans Jean Du Mont, Corps (...)
  • 91 BnF, ms frçs 2757, fo 2 ; éd. dans Jean Du Mont, Corps universel diplomatique, op. cit., t. IV, 2e(...)
  • 92 ASMantova, Cart. A.G. 639, Gian Battista de Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Châte (...)

30Dans les années 1540, François de Tournon est l’un des principaux interlocuteurs des agents étrangers à la cour et l’un des concepteurs de la diplomatie française, avec Philippe Chabot puis Claude d’Annebault. Il n’en a pas moins quelques champs d’action privilégiés, notamment les affaires romaines, précédemment évoquées, et surtout le domaine germanique depuis la trêve de Nice et la mise à l’écart de Montmorency. Tournon est ainsi, dès 1540-1541, l’un des négociateurs du traité de Fontainebleau avec le roi du Danemark90 et surtout du traité d’Anet avec le duc de Clèves91, qui prévoit le mariage du duc avec Jeanne d’Albret, nièce du roi, et il célèbre lui-même cette union le 14 juin 154192.

  • 93 Le 3 septembre 1545, il écrit au roi, à Du Bellay et à Tournon ; le 20 septembre, à Tournon, Anneb (...)

31La correspondance du cardinal, qui témoigne d’une grande implication dans cette diplomatie, s’adresse presque exclusivement aux princes ou aux représentants du roi. Parallèlement à Tournon, Jean Du Bellay entretient des réseaux aux multiples ramifications outre-Rhin, en particulier dans les milieux protestants. Enfin, Claude d’Annebault, qui se trouve généralement en première ligne dans les négociations au sommet, suit de plus loin le cours ordinaire des affaires impériales. On a ainsi le sentiment d’un gouvernement tetracéphale sur les affaires germaniques, composé du roi, décideur, de l’amiral d’Annebault, superviseur, et des cardinaux de Tournon et Du Bellay, maîtres d’œuvre. D’ailleurs, les émissaires du roi en Allemagne, comme l’abbé Jean des Monstiers, écrivent généralement à au moins trois des quatre93.

  • 94 « Tournon semble s’être tenu au rôle d’émissaire officieux, comme il le fera d’ailleurs si souvent (...)
  • 95 Michel François, op. cit., p. 197 ; aussi AN, U 152, 20 septembre 1544, discours d’Africain de Mai (...)
  • 96 CAF, IV, 708, 14292 (vu dans les copies xviie de BnF, ms frçs 15837, fos 397 vo -401 et frçs 2880, (...)

32La répartition des tâches avec Claude d’Annebault n’est pas évidente, ne serait-ce que par le fait de la subsidiarité des deux personnages et de leur étroite association au gouvernement : les discours officiels de l’un et de l’autre doivent nécessairement être concordants pour convaincre. Cependant, l’amiral tient le rang prépondérant dans la politique internationale, comme le révèlent les négociations des traités de paix : à Crépy comme à Ardres, il est le représentant officiel du roi pour la conclusion de la paix, tandis que le cardinal de Tournon est employé pour résoudre les questions annexes, mais souvent délicates94. Ainsi, après la ratification du traité de Crépy (24 septembre 1544), Tournon est envoyé à l’empereur à Cambrai, dans le but de poursuivre les négociations (avec deux des otages, les cardinaux de Lorraine et de Meudon) sur trois points éludés dans le traité « officiel » : l’attitude à adopter envers Henri VIII, qui avait pris Boulogne et continuait la guerre, la lutte contre le protestantisme et le mariage de l’empereur95. Le 10 décembre, les derniers litiges réglés, François Ier ratifie à Fontainebleau les clauses complémentaires du traité96.

  • 97 Tournon traite directement avec le duc de Clèves par exemple (François de Tournon, op. cit., p. 21 (...)
  • 98 Michel François, op. cit., p. 176-183 et Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’A (...)

33La répartition des tâches entre Tournon et Du Bellay est plus évidente. Tournon est le plus à même de peser sur les décisions politiques, mais la diplomatie qu’il représente à la cour est plus contraignante : c’est une diplomatie officielle, qui doit conserver des apparences favorables à l’empereur en temps de paix (en 1540-1542 et 1545-1547), alors que Du Bellay est plus libre de conduire une diplomatie souterraine, plus proche du terrain97. Leurs moyens d’actions sont donc complémentaires. Par l’intermédiaire des deux prélats, François Ier est en mesure de mener deux politiques d’alliance avec les princes allemands : l’une, aconfessionnelle, est préconisée par le cardinal François de Tournon, qui veut avant toute chose contrarier les intérêts de l’empereur en Allemagne ; l’autre, politico-religieuse, vise le même objectif mais encourage en même temps le dialogue religieux. On observe ainsi durant la décennie 1540 un chassé-croisé d’influence entre les deux cardinaux et les deux politiques, qui sont souvent menées en même temps98.

  • 99 Par exemple AN, K 1487, no 38, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, 21 janvier et 6 février 1547
  • 100 François Nawrocki, thèse citée, p. 600-617 ; Robert J. Knecht, op. cit., p. 519 ; Michel François,(...)

34À partir de décembre 1544, pour le camp impérial, Tournon s’efforce constamment de tenir un discours bienveillant et rassurant aux agents de l’empereur, quitte à jouer de désinformation99. C’est en particulier le cas dans les derniers mois du règne, lorsque l’on œuvre activement à un secret renversement d’alliances, en réactivant notamment les réseaux du cardinal Du Bellay100. Dans ce jeu de dupes, on peut voir une utilisation politique des « partis » : après Crépy, le cardinal Du Bellay et la reine de Navarre font figure de tenants du parti anglo-protestant, quand Annebault et Tournon incarnent celui des défenseurs de la paix et de l’entente franco-impériale, dont ils sont les artisans. Un Jean Du Bellay peut encore agir discrètement et courir le risque éventuel d’être compromis : le roi garde la possibilité de le désavouer ou de donner à croire que le « parti » incarné par Du Bellay n’est pas celui qui a sa préférence. Un conseiller aussi influent que Tournon, présumé l’interprète direct de la volonté du roi, est moins libre de ses actions.

  • 101 François Ier marque sa réprobation en n’autorisant que trois évêques français à se rendre à Trente (...)
  • 102 Michel François, op. cit., p. 227. Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Ro (...)
  • 103 Ibid., p. 180.
  • 104 Voir aussi l’article relatif à Claude d’Annebault dans le présent ouvrage, notamment au sujet de s (...)
  • 105 Alain Tallon, op. cit., p. 188. Le compromis d’un déplacement à Lucques ayant été rejeté, Paul III (...)

35La même politique de désinformation s’observe d’ailleurs vis-à-vis du pape Paul III. À la fin de son règne, François Ier a lieu d’être mécontent de ce pape qui ne l’a pas soutenu dans l’expédition d’Angleterre, contrairement à ses engagements, et qui convoque un concile général à Trente dans des conditions jugées trop favorables à l’empereur. Dès lors, le roi de France n’a de cesse de demander le transfert du concile en un lieu plus neutre ou plutôt, plus favorable à ses propres intérêts101. Après avoir menacé, en août 1545, de faire expédier à Lyon toutes les bulles de bénéfices du royaume, une soustraction d’obédience est peut-être envisagée au printemps 1546 : le bruit court alors que le roi veut faire élire François de Tournon patriarche de l’Église de France, après la convocation d’un concile national en Avignon102. Le cardinal de Tournon et l’amiral d’Annebault affirment au nonce qu’ils défendent les intérêts du pape auprès du roi, se posant ainsi en chefs d’un « parti intransigeant », officiellement scandalisés par le projet de concile national défendu par Jean Du Bellay ou Pierre Du Chastel103. Cependant, ces deux-là sont des conseillers très secondaires et le projet est bien dans le droit fil de la diplomatie secrète conduite par les principaux conseillers104. Il n’est pas pour autant établi que le cardinal de Tournon ait été personnellement favorable à un schisme qui l’aurait élevé à la tête de l’église de France. Il est plus vraisemblable que la querelle du concile dans son ensemble n’ait été qu’un moyen de faire pression sur le pape afin de le détacher du camp impérial105, tout en facilitant un rapprochement stratégique avec le roi d’Angleterre et les princes protestants de l’Empire. Quoi qu’il en soit, François de Tournon parvient remarquablement, dans les derniers mois du règne, à être très actif sur les deux versants de cette diplomatie, tout en conservant l’image à peine écornée d’un fidèle serviteur du pape et d’un défenseur de la paix et de l’union de la Chrétienté. Dans le même temps, il s’emploie à préparer le financement de la prochaine guerre grâce à un recours intensif au système d’emprunts royaux qu’il a contribué à inventer.

Le prélat financier

  • 106 François de Tournon, op. cit., nos 7, 9, 14, 20 et 21.
  • 107 Voir l’article consacré à Anne de Montmorency dans le présent livre et Michel François, op. cit., (...)
  • 108 Philippe Hamon, op. cit., p. 382.
  • 109 BnF, ms frçs 3005, fo 109 (26 février 1542 [n. st.]), et BnF, ms Clair. 339, fo 3, publié en appen (...)
  • 110 Voir aussi l’article relatif à Claude d’Annebault dans le présent ouvrage.
  • 111 Michel François, op. cit., p. 193-195 et 486, tient Tournon pour « l’homme du royaume le plus avis (...)

36Au sein du Conseil, la compétence financière de Tournon semble reconnue dès le début des années 1530106. Il participe d’ailleurs en 1530 au rassemblement de la rançon du roi dont Montmorency a la charge107. En 1536, au cours de son premier séjour lyonnais, le chancelier Du Bourg l’informe en détail de décisions financières qui n’ont pourtant aucune incidence sur son activité lyonnaise : il le tient notamment au courant de la vente de nouvelles rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris108. Enfin, la première place qu’il occupe dans le Roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son conseil pour le fait de ses finances de 1543109 n’est peut-être pas seulement due à sa dignité cardinalice : on le suppose généralement chef de cette formation particulière du Conseil, comme le laissent penser quelques témoignages d’ambassadeurs, bien que les clés du trésor soient détenues par l’amiral d’Annebault et le trésorier de l’Épargne Jean Duval110. Il n’est pas simple d’apprécier l’étendue des compétences du cardinal sur ces sujets111. Antoine Bohier de Saint-Cirgues, descendant d’une grande famille de riches manieurs d’argent, et Jean Duval sont probablement meilleurs techniciens : le premier est particulièrement savant en l’art de gérer l’argent « abstrait », d’augmenter par divers artifices les revenus du roi et de les utiliser avant même qu’ils n’entrent physiquement dans le trésor, et le second connaît mieux que quiconque l’état « concret » des coffres du roi, dont il est le gestionnaire, avec l’appui d’un embryon d’administration.

  • 112 Sur cette question, voir Philippe Hamon, op. cit., p. 163-166, « Tournon et le retour de la confia (...)
  • 113 C’est notamment cette spéculation que lui reproche Bohier au Conseil en juin 1545, au moment de la (...)
  • 114 Ibid., p. 371, pouvoirs d’emprunter au nom du roi, datés du 15 septembre 1542.
  • 115 AN, X1A 8615, fos 97-99 vo, 165 vo-168, 189-192.
  • 116 ANG, III, p. 325, Christofano Cessino à Dandino, Paris, 29 février 1544.
  • 117 Jean Du Bellay, lieutenant général de Paris et de l’Île-de-France doit également « avoir esgard au (...)

37Hors du Conseil, Tournon fait aussi preuve d’une compétence de terrain : en 1536, pour aider à financer l’effort de guerre, il emprunte 20 000 livres à la ville de Lyon, et 26 000 livres à des banquiers florentins, première occurrence d’une longue collaboration entre les prêteurs italiens de Lyon et la couronne112. À cette époque, le cardinal est lieutenant général du roi pour l’ensemble du Sud-Est : la gestion financière entre donc logiquement dans ses attributions. En 1542, dans une situation similaire, Tournon doit trouver 120 000 livres tournois pour payer les troupes. Le conseil de la ville n’accorde que 60 000 livres, au taux réduit de 10 % : l’emprunt est gagé sur la taxe d’entrée des velours de Gênes, sur lesquels le cardinal n’hésite d’ailleurs pas à spéculer pour son propre profit113. Les emprunts que le cardinal met ensuite en place auprès des marchands114, avec des taux d’intérêts incitatifs de 16 %, sont peut-être l’une des prémices de la banque de Lyon. Au printemps 1545, il dirige encore un emprunt massif qu’il négocie avec les marchands lyonnais115. Il ne faut cependant pas tirer de conclusions hâtives quant au génie financier du prélat. En 1544, c’est le cardinal d’Este qui se voit confier la tâche de gouverneur de Lyon, pour s’occuper notamment de contracter des emprunts, preuve que la méthode ne tient pas seulement à la personne de Tournon116. À un degré moindre, la même démarche est suivie pour emprunter sur la place de Paris, avec Du Bellay en 1536117 et Meudon à partir de 1544.

  • 118 CAF, VI, 701, 22570, lettres portant pouvoirs au cardinal de Tournon, au maréchal d’Annebault, au (...)
  • 119 L’explication en est donnée dans ces lettres de procuration du dauphin de décembre 1546 : « D’auta (...)
  • 120 Philippe Hamon, « Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier », dans (...)

38La décennie 1540 n’en voit pas moins une systématisation et une diversification de ces expédients, notamment pour permettre le financement des guerres ou le remboursement des emprunts précédemment contractés. Tournon se voit confier à de multiples reprises des lettres de commission, pour les emprunts royaux. Cependant, lui-même, Annebault ou le chancelier sont toujours associés à deux ou trois spécialistes capables de procéder eux-mêmes aux recherches et négociations de contrats118 : Duval ou Saint-Cirgues à un premier niveau, et des techniciens tels que Jean Du Peyrat, lieutenant général en la sénéchaussée de Lyon, et Martin de Troyes, receveur général des finances à Lyon, voire des « substituts » occasionnels que les lettres leur donnent la possibilité de désigner119. Le gros du travail demeure donc entre les mains de techniciens, auquel Philippe Hamon oppose, avec raison, des « tuteurs » à l’« autorité politique partiellement déléguée120 ».

  • 121 Philippe Hamon, L’Argent du roi, op. cit., p. 381 : « On aimerait savoir à qui précisément attribu (...)
  • 122 La dernière grande aliénation survenant en 1543-1544 (ibid., p. 110-111).
  • 123 Ibid., p. 347 ; cf. aussi, pour les premières ébauches du système du Grand Parti, Roger Doucet, «  (...)
  • 124 Ibid., p. 147-149.
  • 125 Jean Bodin, Les Six Livres de la République [1577], Paris, 1986, 6 vol., t. VI, p. 67-68 : Bodin c (...)

39Le développement des emprunts royaux, peut-être en partie dû à Tournon121, a joué un rôle considérable dans l’amélioration des ressources financières de la monarchie, remplaçant avantageusement d’autres recours plus traditionnels, comme les aliénations du domaine122. Depuis 1545, ces emprunts sont considérés comme des obligations régulières, sans préjudice du remboursement des sommes prêtées, mais le système demeure très rudimentaire balbutiant123. Cependant, il permet de trouver facilement et en peu de temps l’argent dont on a besoin, car les marchands s’empressent d’y participer, en raison de taux élevés qui justifient la prise de risque124. La politique d’emprunts royaux devient vite populaire, car cet expédient passe pour « le plus honneste moyen de trouver argent en la necessité politique sans imposts sur les subjects », selon les termes du juriste Jean Bodin, qui relève également que « l’argent se trouve plus aisement, quand celuy qui preste espere recevoir, et l’argent, et la grace du prest gratuit125 ». À la mort de François Ier, la capacité d’emprunt de la couronne apparaît considérablement renforcée. Ces progrès sont indiscutablement l’une des grandes réussites de la fin du règne :

  • 126 ASModena, busta 19, Alessandro Zerbinati au duc de Ferrare, Lyon, 18 décembre 1545. Philippe Hamon (...)

« Nonobstant la grande somme de deniers qu’a dépensée le roi ces dernières années […], Sa Majesté [semble] plus riche que précédemment […] parce qu’il rembourse tous les deniers qu’il avait empruntés à des marchands, qui attendent demain 250000 écus, lesquels seront remboursés à la banque de Lyon, et avec un tel remboursement, Sa Majesté se fait un tel crédit que s’il a besoin de 500 000 ou d’un million d’écus, il les trouvera en un jour à Lyon126. »

  • 127 « Dorénavant, remarque Philippe Hamon, ils ne seront plus que des officiers provinciaux » (ibid., (...)
  • 128 Pour plus de détails sur les finances à la fin du règne, voir les ouvrages de Philippe Hamon et la (...)

40Cependant, l’amélioration des recettes ne tient pas qu’à la multiplication des emprunts. Un effort de réforme de la gestion de la fiscalité dans les provinces est accompli avec l’édit de janvier 1544, qui oblige les commis des généraux des finances à davantage résider dans les circonscriptions de leurs recettes générales. Cette première tentative n’est sans doute pas suivie des effets escomptés, et il faut prendre de nouvelles mesures : en mars 1546, un édit du roi redéfinit leurs devoirs en insistant sur les chevauchées127. Les montants mêmes des impositions sont progressivement revus à la hausse, à raison d’environ 1,5 % par an en moyenne ; alors que le revenu annuel des impôts resta longtemps compris entre 4 et 5 millions, il finit par atteindre 6 ou 7 millions de livres tournois pour l’année 1547, soit à peine plus que les dettes en cours à la mort de François Ier. Là encore, il n’est pas facile de savoir quelle part de ces réformes est à mettre à l’actif du cardinal de Tournon, prélat financier128.

Épilogue

  • 129 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 9 avril 1547. Philippe Hamon remarq (...)
  • 130 Michel François, op. cit., p. 229.
  • 131 ASModena, busta 22, lettre d’Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 8 avril 1547. Beaucoup de prélats (...)

41La mort de François Ier, le 31 mars 1547, marque la fin de la carrière de Tournon au Conseil. Malgré les bonnes recommandations de son père, Henri II commet le cardinal à la quarantaine du roi défunt et installe dans l’intervalle un nouveau Conseil des affaires, dirigé par le connétable de Montmorency. La disgrâce de Tournon est totale : dès le début du mois d’avril, commence une enquête sur sa gestion : il est accusé de malversations129. Le roi lui retire son titre de maître de la chapelle royale ainsi que celui de chancelier de l’ordre de Saint-Michel, donné au cardinal de Guise. Ses neveux Montrevel et Grignan perdent leurs charges de gouverneurs de la Bresse, pour le premier, et de Provence, pour le second130. Henri II donne également l’ordre aux prélats exclus des affaires du royaume de quitter la cour pour résider dans leurs évêchés : le cardinal de Tournon est tout particulièrement concerné par cette mesure générale131.

  • 132 ANG, VI, p. 175, Dandino au cardinal Farnèse, Rambouillet, 31 mars 1547 ; C. Paillard, « La mort d (...)
  • 133 Michel François, op. cit., p. 234.

42Par conséquent, une fois les funérailles de François Ier menées à leur terme, Tournon se rend à Saint-Germain auprès d’Henri II, qui lui réserve un accueil des plus tièdes. Le cardinal demande alors l’autorisation de se consacrer aux visites de ses bénéfices un ou deux ans, avant d’aller terminer sa vie à Rome au service du Saint-Siège. Le roi le lui accorde sans difficulté, preuve qu’il compte désormais se passer de son service132. Tournon part alors visiter ses diocèses et ses abbayes, ne revenant à la cour que pour un bref séjour en février 1548, lorsqu’il est question de lui faire résigner Saint-Germain des Prés en faveur du cardinal de Guise133.

  • 134 Marc Venard, « Une réforme gallicane ? Le projet de concile national de 1551 », Revue d’histoire d (...)
  • 135 Cédric Michon, op. cit., p. 215-217 : « La position de Tournon est très claire : il faut participe (...)
  • 136 Tournon devient le doyen du collège des cardinaux en 1560.

43À Rome, il a quelques occasions de conseiller à distance Henri II, notamment en 1551, lorsque le roi doit se déterminer, comme son père cinq ans plus tôt, sur la conduite à adopter par rapport à la nouvelle session du concile de Trente. Suivant le parti proposé par Du Bellay et Marillac, Henri II annonce son intention de réunir un concile national « pour le bien de l’Eglise gallicane et conservation de notre religion en son entier134 ». Le cardinal de Tournon se prononce alors en faveur d’un concile général contrôlé : il invite Henri II à accepter le concile général qui est le « meilleur moyen de tenir en crainte et doute sadite Saincteté » et de provoquer la rupture entre Jules III et Charles Quint135. Cette année-là, il devient archevêque de Lyon par échange avec le cardinal d’Este, en faveur duquel il résigne Auch. La fin de sa carrière, jusqu’à sa mort en 1562, est principalement consacrée à l’exercice de ses fonctions de cardinal à la curie pontificale136.

Notes

1 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 5, fos 169-172, lettre d’Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, sur la route de Clermont à Amiens, 24 septembre 1544.

2 Pourtant, Turnus est censé être mort sans descendance. Lors de son abjuration, C. Marot écrit : « Humblement doncq sur ce je te salue/Hoir de Turnus, plein de haute value ! » (Cité par Michel François, Le cardinal François de Tournon. Homme d’État, Diplomate, Mécène et Humaniste [1489-1562], Paris, 1951, p. 3.)

3 Albin Mazon, Notes historiques sur Tournon et ses seigneurs, Privas, 1908, p. 203 et Pierre Caillet, Jean de Bourbon, évêque du Puy, abbé de Cluny, lieutenant-général en Languedoc et en Forez (1413 ?-1485), Le Puy-en-Velay, 1929.

4 Michel François, op. cit., p. 3-7.

5 Claude Devic et Joseph Vaissète, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1875-1941, 18 vol., t. VIII, p. 192.

6 Christophe, l’aîné, est en même temps échanson du roi.

7 Il gagne à ce titre 900 lt. pour neuf mois. Lorsque la reine, devenue veuve, quitte Paris, elle lui fait don de 1 597 l. 15 s. 6 d.

8 Sur Blanche de Tournon et Marguerite, voir Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, Paris, 1930, p. 25, 36 n., 122, 221 n., 765, 782, 819.

9 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 228.

10 Ibid., p. 236 et 239.

11 Il le demeure jusqu’à sa mort en 1542. Comme aumônier, il touche 300 livres tournois de gages par an.

12 AD Haute-Garonne, 2 Mi 658 (Les États se réunissent sous la présidence de Claude de Tournon, entre le 22 et le 29 décembre 1506 à Tournon, fo 245 ; entre le 6 et le 11 décembre 1509, à Tournon, fo 300 ; entre le 12 et le 16 janvier 1511 à Albi, fo 340 ; le 9 mars 1512 au Puy, fo 355) ; 2 Mi 651 (Les États se réunissent également sous la présidence de Claude de Tournon, en 1513 [fo 1], 1514 [fo 21], 1515 [fo 38], 1515 [fo 46], 1516 [fo 75], 1520 [fo 167], 1523 [fo 251], 1524 [fo 282], 1529 [fo 418].

13 Henri Gilles, Les États de Languedoc au XVe siècle, Toulouse, 1965.

14 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 254.

15 AD Ardèche, 1 E 1830 et CAF, IX, p. 240.

16 Claude Devic et Joseph Vaissète, op. cit., p. 285, 289.

17 Voir les notices sur Gabriel de Gramont, Jean Du Bellay et Charles Hémard de Denonville dans le présent livre.

18 Pour tout ce paragraphe, voir Michel François, op. cit., p. 14-25 (la citation de M. François se trouve p. 25).

19 François de Tournon, Correspondance, M. François (éd.), Paris, 1946, p. 37-38, no 1, lettre à Florimont Robertet du 28 juillet 1521.

20 Sa mission à Bâle n’est documentée que par la correspondance d’Erasme. Peut-être faisait-il partie de la grande ambassade que François Ier envoyait sous la direction de René de Savoie et du maréchal de La Palice aux Ligues Grises pour demander une levée de 16 000 hommes. Sur les relations de François de Tournon et d’Erasme, voir Peter G. Bietenholz, Contemporaries of Erasmus, Toronto, 2003 [1985], t. III, p. 334-336.

21 Michel François, op. cit., p. 37-45.

22 Marino Sanuto, Diarii, Venise, 1879-1903, 58 vol., cité par Michel François, op. cit., p. 48.

23 LP, IV, part II, no 2633.

24 Il succède dans cette charge à Antoine Duprat et la conserve jusqu’en 1547. C’est lui qui le 15 septembre 1527 fait d’Henri VIII un chevalier de l’ordre de Saint-Michel.

25 SP, I, p. 235-261, lettres de Wolsey à Henri VIII, d’Amiens, le 9, 11 et 16 août 1527.

26 Michel François, op. cit., p. 55-66 ; ce projet resta sans lendemain en raison de la dégradation des relations franco-impériales au sujet de la dévolution du duché de Milan.

27 Ibid., p. 67-74.

28 Ibid., p. 110-115.

29 Ibid., p. 121.

30 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1908-1919, t. II, p. 308.

31 « Rabilher le faict d’Engleterre » (François de Tournon, Correspondance, op. cit., lettre 103 du 12 février).

32 Michel François, op. cit., p. 129-131 ; AGR Belgique, Aud. 418, fo 53, Jean Hannart à Eustache Chappuys, Lyon, 22 avril 1536.

33 AN, J 1022, no 25, lettres patentes du 5 août 1536.

34 Michel François, op. cit., p. 133-136.

35 Ibid., p. 139-140. Sur la politique d’emprunts, voir infra « Le prélat financier ».

36 François de Tournon, op. cit., où la période 1536-1537 est de loin la mieux représentée ; Michel François, op. cit., p. 140-141.

37 AN, J 965, 7/1 ; François de Tournon, op. cit., p. 175, François de Tournon à Antoine Du Bourg, Lyon, 15 mai 1537.

38 Michel François, op. cit., p. 147-161.

39 Ibid., p. 144.

40 Tournon se voit toutefois assigner en 1542 une mission similaire, sur une courte durée.

41 Michel François, op. cit., p. 168-169 ; Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, éd. et trad. N. Tommaseo, Paris, 1838, t. I, p. 209-219.

42 Michel François, op. cit., p. 173 : « La signature de la trêve de Nice marquait une étape dans la carrière politique de François de Tournon, comme la conclusion du traité de Madrid en avait été une quelque douze ans auparavant. »

43 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, 2008, p. 273-274.

44 Comprendre : « ails », avec un jeu de mots sur « Auch » (« Aulx »).

45 François de Tournon, op. cit., p. 182, François de Tournon à Anne de Montmorency, Lyon, 9 juin 1537.

46 Michel François, op. cit., p. 173.

47 AN, J 961/11, no 43. Par ailleurs, le cardinal le roi exempte ses abbayes et bénéfices en commende de l’emprunt imposé en juin 1537 sur les biens du clergé pour financer la guerre (Michel François, op. cit., p. 172), probablement pour laisser au cardinal les moyens d’accomplir sa mission en utilisant ses revenus personnels.

48 AN, MC, XIX 90 (27 janvier 1546), cité par Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 79.

49 Cédric Michon, op. cit., p. 258-260 et p. 271-274.

50 François de Tournon, op. cit., p. 145, no 188, François de Tournon au roi, Lyon, 3 décembre 1536 et p. 165, no 236, François de Tournon au grand maître, Lyon, 11 janvier 1537.

51 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la Cour, aux armées et au Conseil de François Ier, Paris, 1885, p. 288.

52 Michel François, op. cit., p. 174 et 216 ; voir aussi Louis Fillet, Louis-Adhémar, premier comte de Grignan (1475-1558), dans Bulletin de la Société départementale d’archéologie et de statistique de la Drôme, t. XXVII (1893), p. 305, t. XXVIII (1894), p. 73, 121, 279, 344, t. XXIX (1895), p. 98, 223, 286 et 379.

53 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Blois, 18 mars 1545.

54 Voir notamment Cédric Michon, « Jean de Lorraine ou les richesses de la faveur à la Renaissance », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 50, no 3, Paris, 2003, p. 34-61, notamment p. 45-51.

55 Michel François date la prise de distance de Tournon par rapport à Montmorency aux environs de 1535 (Michel François, op. cit., p. 124-126), mais cela semble plutôt lié à des circonstances passagères : la vraie rupture n’a pas lieu avant 1540.

56 Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 408 : la maîtresse du roi était mécontente du peu de cas que l’empereur avait fait d’elle lors de son passage en France ; sur le rôle de la duchesse d’Étampes dans la disgrâce de Montmorency, voir David Potter, « Politics and faction at the Court of Francis I : the Duchesse d’Etampes, Montmorency and the Dauphin Henri », dans French History, vol. 21, n. 2, 2007, p. 127-131.

57 ANG, III, p. 11, Dandino au cardinal Farnèse, Melun, 31 décembre 1540.

58 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 12 février 1541.

59 ASVenezia, Secr., AP, amb. Francia, reg. 3, fos 24 vo-26 vo, letter de Matteo Dandolo au Sénat de Venise, Blois, 12 mars 1541 ; LP, XVI, p. 548-549, no 1178, lettre citée du cardinal de St Andrews, du 13 septembre : « The cardinal of Turno and the admiral are now greatest with the king, in the absence of monsr Hannebo, who is now in Thuryng, and will be here soon »; cf. aussi ibid., p. 557, no 1199, William Howard à Henri VIII, 24 septembre 1541.

60 François de Tournon, op. cit., p. 226, lettre à Georges d’Armagnac, [Frontignan], 18 octobre 1542.

61 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, François de Saint-Vincent à Charles Quint, Amboise, 12 mai 1541.

62 François de Tournon, op. cit., p. 220, lettre à Guillaume de La Marck, Les Arpentis, 23 avril [1541].

63 Son activité est alors comparable à celle déployée lors de la précédente expérience de 1536-1537, dans un contexte presque aussi difficile, notamment pour le financement de l’effort de guerre et la défense des frontières (Michel François, op. cit., p. 189-193).

64 Voir notamment les dépêches de Lodovico Thiene au duc de Ferrare au duc de Ferrare dans ASModena, busta 17.

65 Le 10 octobre 1542, celui-ci s’est effondré au sol au cours d’un entretien avec le roi.

66 L’observation du chroniqueur (Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. IV) est confirmée par l’observation des édits ou lettres patentes de cette époque, portant mention des principaux conseillers présents, où Tournon apparaît, et presque jamais Annebault : c’est par exemple le cas des lettres d’érection et création du comté de Beaumont-au-Maine en duché (signalées dans CAF, t. IV, p. 505, no 13369), datées de Sainte-Menehould, septembre 1543 (AN, X1A 8614, fos 13-15 vo : enregistrement au parlement de Paris), souscrites « par le roy, le cardinal de Tournon, le duc d’Estouteville, vous le sr de Chemans garde des seaulx et autres presens ; Bochetel ».

67 ANG, III, p. 191, Capodiferro au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 10-12 mars [1543] : « Di Tornone, che milita la medesima ragione che in l’armiraglio, perché tornando il conestabile dove che S. S. Rma con l’armiraglio et con Anebao è qualche cosa, con lui non saria niente, perché è incompatibile per l’odio che c’è tra loro duo. »

68 Ibid., p. 294, Girolamo Dandino au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 4-5 décembre 1543.

69 LP, XXI, part I, p. 706-707, no 1406, John Lisle à William Paget, Fontainebleau, 3 août 1546.

70 ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, fos 185-188, Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, Amiens, 1er octobre 1544, orig., en chiffre : « Led. connestable est pis que oncques, et touteffois a ce que j’ay entendu, Madame d’Allebrecht et aussi celle d’Estampes n’empescheroient son retour, non pas pour bonne affection qu’elles luy portent, mais pour abaisser le credit de ceulx qui gouvernent, qui sont l’admiral et le cardinal de Tournon, et soubs leur main Bayard, lesquelz ont gaigné grand fondement au credit et demeurent unys pour s’i entretenir. »

71 Voir l’article « Longueval » au présent ouvrage.

72 La duchesse d’Étampes et l’amiral d’Annebault, notamment, paraissent souvent ensemble en public au mois de février, critiquant de concert la mauvaise volonté du duc de Lorraine dans l’affaire de la restitution de Stenay. Peu après, la duchesse d’Étampes intervient en faveur de Claude d’Annebault dans une querelle l’opposant au cardinal Du Bellay à propos de l’archevêché de Bordeaux. Sur ces deux incidents, voir François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault. Faveur du roi et gouvernement du royaume sous les règnes de François Ier et d’Henri II, thèse de l’université Paris IV-Sorbonne soutenue en 2009, p. 362-363 et p. 457-458.

73 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « St-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Blois, 9 mars [1545].

74 Michel François, op. cit., p. 208 ; BnF, ms frçs 10972, fo 321 sq., relation de la démarche faite auprès du roi par les conseillers André Guillard, André Baudry et Jacques de Lignières, venus à Amboise le 10 avril 1545 lire les articles du jugement porté contre le chancelier : « Tournon, tout comme l’amiral d’Annebault, déclarait ouvertement qu’il trouvait insuffisante la condamnation que venait de porter contre lui le parlement de Paris. » Sur Tournon et François de Longwy, veuve de Chabot : Cédric Michon, op. cit., p. 118-119 : le cardinal de Tournon « brâmait comme un cerf » pour l’amour de Françoise de Longwy, d’après ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Tours, 3 avril 1545.

75 Ibid. Le cardinal avait trouvé chez Poyet un buffet d’argenterie qui avait appartenu à la duchesse d’Étampes, et en parla au roi sans consulter auparavant la maîtresse royale, qui dut subir la colère de son amant.

76 Il s’agit cette fois de son action de gouverneur de Luxembourg, occupée de 1543 à 1544.

77 Michel François, op. cit., p. 206-207.

78 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Tours, 3 avril 1545 : « Essa madama ha conceputo grandissimo odio col prefato cardinale […], rappresentandose le occasioni di batter Tornone, non le saria men grato che lo almiraglio, per esser dui corpi, et un’anima, et parendole che quando havesse battuto Tornone, come quello che senza comparatione è di più valore, che poi le sarebbe più facile il batter anco l’almiraglio. »

79 Nicolas de Marques, sieur de Saint-Martin ; sur sa mission de 1544 en Angleterre, voir LP, XIX, part II, en particulier p. 24.

80 Il se promène deux heures durant dans le jardin du château avec le roi qui, en démonstration d’amitié, le tient par les épaules. « Le révérendissime cardinal de Tournon », écrit Bernardo de Médicis, l’ambassadeur du duc de Florence, « a surmonté tous les obstacles, et il est aujourd’hui plus grand que jamais. » (Négociations de la France et de la Toscane, op. cit., t. III, p. 160, Bernardo de Médicis au duc de Florence, Romorantin, 29 avril 1545.)

81 Elles sont exposées dans Michel François, op. cit., p. 210.

82 Ibid., p. 210, n. 4, cite AGR Belgique, Manuscrits divers, no 176/1, p. 21-22, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Verneuil, 28 mai 1545.

83 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, fos 107 vo-108, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, 29 juin 1546, partiellement publ. dans CCJDB, III, p. 310, en note.

84 Il fut malade au moins un mois, de début juillet à début août (LP, X, p. 232-234, Nicholas Wotton à Anthony Browne, Londres, 5 juillet 1545 ; Ibid., XI, p. 230-232 et XXI, part I, p. 706-707, no 1406, et John Lisle à William Paget, Fontainebleau, 3 août 1545). Claude d’Annebault fut absent de la cour du 12 juillet au 18 août.

85 Michel François, op. cit., p. 210, remarque aussi que début août, il se vit à nouveau confier, avec l’amiral (toujours absent), une commission pour lever au nom du roi des emprunts.

86 ASModena, busta 21, lettre Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Dieppe, 18 août 1545.

87 On voit ainsi l’amiral et les « dames » unis dès fin août 1545 lorsqu’il faut convaincre le roi de renoncer à aller en personne devant Boulogne pour relancer le siège, alors très compromis (LP, XX, part II, p. 113114, no 260, et ANG, III, p. 386, lettre d’Alessandro Guidiccione au cardinal Farnèse, Amiens, 31 août 1545).

88 LP, XXI, part I, p. 706-707, no 1406, John Lisle à William Paget, Fontainebleau, 3 août 1546 : « Madame d’Étampes est, à ce qu’il me semble, du parti de l’amiral plutôt par malveillance envers les autres que par parfaite affection. » Ibid., XX, part II, p. 113114, no 260.

89 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Tours, 3 avril 1545 : « Per esser dui corpi, et un’anima. »

90 BnF, ms Dupuy 518, fos 6-13 et Arch. MAE, MD, Danemark, 9, fo 56-63 ; éd. dans Jean Du Mont, Corps universel diplomatique du droit des gens, Paris-Amsterdam, 1726-1731, t. IV, 2e partie, p. 216, col. 2 (29 novembre 1541).

91 BnF, ms frçs 2757, fo 2 ; éd. dans Jean Du Mont, Corps universel diplomatique, op. cit., t. IV, 2e partie, p. 257 (17 juillet 1540).

92 ASMantova, Cart. A.G. 639, Gian Battista de Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Châtellerault, 15 juin 1541. Voir aussi Pierre Jourda, op. cit., p. 265 et Robert J. Knecht, op. cit., p. 409. Arrivé à Paris le 20 avril 1541, le duc de Clèves réside à l’abbaye de St-Germain-des-Prés, signe de l’investissement personnel de François de Tournon dans le mariage (Michel François, op. cit., p. 179).

93 Le 3 septembre 1545, il écrit au roi, à Du Bellay et à Tournon ; le 20 septembre, à Tournon, Annebault et Du Bellay (Jean Des Monstiers Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle. Jean Des Monstiers, seigneur Du Fraisse, évêque de Bayonne, ambassadeur en Allemagne et chez les Grisons, sous les règnes de François Ier et Henri II, sa vie et sa correspondance, Lyon, 1895, p. 57-59 et 110-112).

94 « Tournon semble s’être tenu au rôle d’émissaire officieux, comme il le fera d’ailleurs si souvent au long de sa carrière diplomatique », a remarqué Michel François (Michel François, op. cit., p. 166).

95 Michel François, op. cit., p. 197 ; aussi AN, U 152, 20 septembre 1544, discours d’Africain de Mailly devant le parlement : le cardinal de Tournon aurait été « élu » par l’empereur pour s’entendre sur la punition à faire aux hérétiques protestants ; dans AGR Belgique, Aud. 419, fo 14-23, les instructions données par l’empereur à Charles de Lalaing, Philippe Nigri et Guillaume Hangouart (Bruxelles, 8 novembre 1544) ; ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 7, fo 305, Claude d’Annebault à Charles Quint, Saint-Germain-en-Laye, 16 novembre 1544.

96 CAF, IV, 708, 14292 (vu dans les copies xviie de BnF, ms frçs 15837, fos 397 vo -401 et frçs 2880, fo 290 vo continuant aux fos 207-209).

97 Tournon traite directement avec le duc de Clèves par exemple (François de Tournon, op. cit., p. 219-222). Voir aussi Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », La prise de décision en France (1525-1559), actes de la journée d’études du 20 octobre 2007, Roselyne Claerr et Olivier Poncet (éd.), Paris, 2008, p. 37-56 : « Toute la différence entre Du Bellay et Tournon apparaît là. Tournon a l’autorité et le projet politique, Du Bellay le projet politique et le contact avec le terrain ».

98 Michel François, op. cit., p. 176-183 et Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1981, p. 32.

99 Par exemple AN, K 1487, no 38, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, 21 janvier et 6 février 1547.

100 François Nawrocki, thèse citée, p. 600-617 ; Robert J. Knecht, op. cit., p. 519 ; Michel François, op. cit., p. 225-226 ; voir aussi l’article « Annebault » du présent ouvrage.

101 François Ier marque sa réprobation en n’autorisant que trois évêques français à se rendre à Trente. Sa condition pour une participation active est le déplacement du concile à Avignon, auquel cas il s’engage à intervenir auprès du roi d’Angleterre et des princes protestants d’Allemagne pour qu’ils se joignent au concile (ANG, VI, p. 81-83, lettres du nonce Dandino au cardinal de Santa-Fiora, Chevagnes, 28 août et Moulins, 1er septembre 1546).

102 Michel François, op. cit., p. 227. Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997, p. 180. Alain Tallon pense, sur la foi d’une dépêche du nonce Dandino, que l’amiral d’Annebault et les cardinaux de Ferrare et de Tournon furent les chefs d’un « parti intransigeant », qui se dirent scandalisés par le projet de concile national envisagé par Jean Du Bellay ou Pierre Du Chastel. On ne peut exclure toutefois que tous servaient la même politique, définie par le roi en son Conseil.

103 Ibid., p. 180.

104 Voir aussi l’article relatif à Claude d’Annebault dans le présent ouvrage, notamment au sujet de sa mission en Angleterre.

105 Alain Tallon, op. cit., p. 188. Le compromis d’un déplacement à Lucques ayant été rejeté, Paul III maintient le concile à Trente, mais il retire l’aide militaire promise à l’empereur contre les princes protestants (ibid., p. 181 et p. 188, d’après Concilium Tridentinum : Diariorum, actorum, epistolarum, tractatum nova collectio, Fribourg-en-Brisgau, 1901-1983, t. X, p. 821, Maffeo à Cervini, Rome, 19 février 1547).

106 François de Tournon, op. cit., nos 7, 9, 14, 20 et 21.

107 Voir l’article consacré à Anne de Montmorency dans le présent livre et Michel François, op. cit., p. 74-87.

108 Philippe Hamon, op. cit., p. 382.

109 BnF, ms frçs 3005, fo 109 (26 février 1542 [n. st.]), et BnF, ms Clair. 339, fo 3, publié en appendice de Francis Decrue, De consilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 91-92. Après 1543, nous n’avons plus de document similaire, mais un édit portant règlement pour les gabelles et salines de Saint-Maur-des-Fossés, de juillet 1544 (CAF, IV, 656, 14064 ; Antoine Fontanon, Les Edicts et ordonnances des rois de France, Paris, 1611, t. II, p. 1020 sq.), donne de précieuses indications, car tant les matières concernées que la présence attestée de certains conseillers (Antoine Bohier de Saint-Cirgues, qui n’entre au Conseil que pour des affaires de finances) laissent à penser que cette réforme est décidée en ce Conseil des finances. L’édit est signé : Francoys, et plus bas : « Par le roy en son Conseil, ouquel messeigneurs les cardinaulx de Lorraine et de Tournon, vous [le chancelier ou garde des sceaux], le sr d’Annebault, mareschal et admiral de France, le sr de Sainct-Cirgue et autres estoient ; de Neufville » (d’après AN, X1A 8614, fos 285-296). Ce jour-là siègent donc l’amiral d’Annebault, les cardinaux de Tournon et de Lorraine, Errault de Chemans, le secrétaire Neufville de Villeroy, le financier Antoine Bohier, et une ou deux autres personnes, dont on peut supposer qu’il s’agisse de trésorier de l’Épargne Jean Duval, et éventuellement d’un autre spécialiste (quoi qu’il en soit, ces personnages dont le nom n’était pas cité ne peuvent être des cardinaux ou des grands officiers de la couronne, car ils seraient signalés devant Saint-Cirgues pour des raisons protocolaires).

110 Voir aussi l’article relatif à Claude d’Annebault dans le présent ouvrage.

111 Michel François, op. cit., p. 193-195 et 486, tient Tournon pour « l’homme du royaume le plus avisé en matières de finances ». M. François suggère aussi que ce Conseil des finances semble se réunir de temps en temps dans les appartements du cardinal.

112 Sur cette question, voir Philippe Hamon, op. cit., p. 163-166, « Tournon et le retour de la confiance » ; Michel François, op. cit., p. 136 ; Jean-François Dubost, La France italienne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, 1997, p. 84.

113 C’est notamment cette spéculation que lui reproche Bohier au Conseil en juin 1545, au moment de la querelle entre Tournon et la duchesse d’Étampes. Michel François, op. cit., p. 192-193 et 210 ; Jean Gueraud, Chronique lyonnaise, 1536-1562, Lyon, 1929, p. 34 ; CAF, t. IV, p. 349.

114 Ibid., p. 371, pouvoirs d’emprunter au nom du roi, datés du 15 septembre 1542.

115 AN, X1A 8615, fos 97-99 vo, 165 vo-168, 189-192.

116 ANG, III, p. 325, Christofano Cessino à Dandino, Paris, 29 février 1544.

117 Jean Du Bellay, lieutenant général de Paris et de l’Île-de-France doit également « avoir esgard au faict des finances dons le fons de la recepte des païs circonvoisins estoit à Paris, afin de secourir la Picardie, Champagne et autres lieux de frontière, selon l’exigence des affaires. » (Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 111).

118 CAF, VI, 701, 22570, lettres portant pouvoirs au cardinal de Tournon, au maréchal d’Annebault, au trésorier de l’Épargne et à Martin de Troyes d’emprunter de l’argent pour le roi à Lyon, [Paris], 13 avril 1543.

119 L’explication en est donnée dans ces lettres de procuration du dauphin de décembre 1546 : « D’autant que lesd. cardinal de Tournon, admiral, chancellier, sr de Sainct-Ciergue et tresorier de l’Espargne ne pourroient pour les empreschemens continuelz qu’ilz ont a l’entour de la personne de nostred. sr et pere a la conduicte de ses principaulx affaires, aller en lad. ville de Lyon pour faire lesd. empruntz […], leur auroit commandé et permis passer et envoyer lettres de procuration necessaires ausd. Du Peyrat et de Troyes pour faire lesd. empruntz, accorder lesd. dons ou lieu d’unterestz et obliger tous sesd. procureurs ensemblement et chacun seul ou pour le tout au payement des sommes qui seront par iceulx Du Peirat et de Troyes empruntees. » (AN, X1A 8615, fos 305-307, Compiègne, 29 décembre 1546, procuration donnée par le dauphin Henri à Jean Du Peyrat à Martin de Troyes, pour contracter en son nom et au nom du roi tous les emprunts nécessaires à Lyon, pendant le cours de l’année 1546, CAF, V, 157, 15470, et AN, X1A 8615, fo 307 vo, mandement à la chambre des comptes.) Cf. aussi CAF, IV, 748, 14479, Argentan, 8 juin 1545, pour des emprunts à Lyon, AN, X1A 8615, fo 171 sq. et AN, U 152 (12 juin 1545) : « Le roy declare que par ses lettres de procuration et pouvoir par luy donné au cardinal de Tournon, seigneur d’Ennebault mareschal de France, messire François Olivier chancellier de France, Anthoine Bohier sieur de Saint-Cirque et Gilbert Baïard sieur de la Fons, de faire emprunt a Lion […], veut et lui plaist que auparavant desd. trois foires, sesd. procureurs et les substituts d’aucuns d’eux facent les empruntz, dons, recompenses, assignations, promesses et obligations dont en ses lettres est faict mention. »

120 Philippe Hamon, « Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier », dans François Ier et Henri VIII : deux princes de la Renaissance (1515-1547), Charles Giry-Deloison (éd.), Lille, 1995, p. 165-176, aux p. 167-168.

121 Philippe Hamon, L’Argent du roi, op. cit., p. 381 : « On aimerait savoir à qui précisément attribuer l’initiative de la politique d’énormes levées de ces années-là. »

122 La dernière grande aliénation survenant en 1543-1544 (ibid., p. 110-111).

123 Ibid., p. 347 ; cf. aussi, pour les premières ébauches du système du Grand Parti, Roger Doucet, « Le Grand Parti de Lyon au XVIe siècle », Revue historique, t. CLXXI, 1933, p. 473-513 et t. CLXXII, p. 1-41, et Philippe Hamon, op. cit., p. 428 : « À la fin du règne, le crédit “moderne” de ce qui est en train de devenir le Grand Parti est mis au service de la constitution d’un trésor. Merveilleux symbole, lorsque le stockage des espèces sonnantes et trébuchantes dans un coffre apparaît comme le meilleur moyen d’utiliser et de contrôler les flux monétaires. »

124 Ibid., p. 147-149.

125 Jean Bodin, Les Six Livres de la République [1577], Paris, 1986, 6 vol., t. VI, p. 67-68 : Bodin cite l’exemple du Sénat de Rome qui, à court d’argent alors qu’Hannibal envahissait les campagnes d’Italie, choisit de se ménager le soutien du peuple en ne levant pas de nouveaux impôts ; il créa alors des emprunts publics où tous les riches patriciens se précipitèrent, suivis bientôt du populaire qui ne voulait manquer une telle aubaine, « de sorte que les changeurs et receveurs n’y pouvoient suffire ».

126 ASModena, busta 19, Alessandro Zerbinati au duc de Ferrare, Lyon, 18 décembre 1545. Philippe Hamon estime que 605 403 lt. sont entrées dans le coffre du Louvre par les emprunts royaux entre février 1546 et avril 1547 (Philippe Hamon, op. cit., 422-423).

127 « Dorénavant, remarque Philippe Hamon, ils ne seront plus que des officiers provinciaux » (ibid., p. 277) ; le texte des édits est dans François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1827-1833, 29 vol., t. XII, p. 905-906.

128 Pour plus de détails sur les finances à la fin du règne, voir les ouvrages de Philippe Hamon et la thèse citée de François Nawrocki, p. 563-568 et p. 595-599.

129 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 9 avril 1547. Philippe Hamon remarque qu’il s’est indiscutablement rendu coupable de malversations s’apparentant à un délit d’initié, qui n’était pas encore un délit (Philippe Hamon, op. cit., p. 397).

130 Michel François, op. cit., p. 229.

131 ASModena, busta 22, lettre d’Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 8 avril 1547. Beaucoup de prélats sont ainsi commodément écartés par un roi qui, jugeant les cardinaux trop nombreux à la cour, veut éloigner ces « maîtres en habit rouge » (Cambridge, Caïus College, no 597, cité par Michel François, op. cit., p. 475, Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, Londres, 1734, 16 vol., t. I, p. 187). Ils y sont alors en très grand nombre, au point que « le pape bien souvent ne s’en est veu tant » (Brantôme, Œuvres complètes, L. de Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, 11 vol., t. III, p. 131-133).

132 ANG, VI, p. 175, Dandino au cardinal Farnèse, Rambouillet, 31 mars 1547 ; C. Paillard, « La mort de François Ier et les premiers temps du règne de Henri II, d’après Jean de Saint-Maurice, ambassadeur de Charles Quint à la cour de France (avril-juin 1547) », dans Revue historique, t. V, 1877 (p. 84-120), p. 104, lettre du mois de mai 1547 ; Lucien Romier, Les Origines politiques des guerres de Religion, Paris, 1913-1914, 2 vol., t. I, p. 34.

133 Michel François, op. cit., p. 234.

134 Marc Venard, « Une réforme gallicane ? Le projet de concile national de 1551 », Revue d’histoire de l’Église de France, no 67, 1981, p. 201-225.

135 Cédric Michon, op. cit., p. 215-217 : « La position de Tournon est très claire : il faut participer pour garder le contrôle […]. Il encourage d’ailleurs Hercule d’Este, duc de Ferrare, à faciliter la réconciliation entre le pape Jules III et Henri II afin d’éviter le schisme. » (D’après François de Tournon, op. cit., p. 263, François de Tournon à Hercule II d’Este, Rome, 5 août 1551. Lettres et mémoires d’État des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres sous les règnes de François Ier, Henri II et François II, G. Ribier (éd.), Paris, 1666, t. II, p. 318, Mémoire envoyé par Niquet au roi de France de la part de Tournon et de l’évêque de Mirepoix, Rome, 8 avril 1551 ; voir aussi Alain Tallon, op. cit., p. 229.

136 Tournon devient le doyen du collège des cardinaux en 1560.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540