Version classiqueVersion mobile

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les chefs du Conseil

Claude d’Annebault (v. 1495-1552)

François Nawrocki

Texte intégral

  • 1 BnF, ms It. 1716, p. 43-57, Francesco Giustiniani et Marino Cavalli au doge de Venise, Paris, 8 fé (...)

1Après Boisy, Bonnivet, Louise de Savoie, Montmorency et Chabot, Claude d’Annebault devient en 1543 le sixième et dernier chef du Conseil des affaires de François Ier. Aux yeux des historiens, ce personnage méconnu, soudain arrivé aux plus hautes responsabilités, a pu faire figure de parvenu. Certes, Claude d’Annebault n’a pas été un proche du roi dans ses jeunes années. De son propre aveu, il n’est encore, à la fin des années 1520, qu’un « simple capitaine particulier sans espérance ou dessein de jamais parvenir au rang où il est [finalement arrivé]1 ». Il ne faut pourtant pas s’y tromper : la carrière politique de Claude d’Annebault est le résultat d’une longue et patiente construction. À l’origine de cette trajectoire, il y a d’abord un héritage féodal, familial et relationnel loin d’être négligeable, qui lui ménage des conditions favorables pour prétendre à d’importantes responsabilités au service du roi. Sa carrière s’articule ensuite en étapes successives qui le voient prendre des responsabilités variées, prouver sa valeur, développer ses compétences et gagner de l’expérience avec le soutien de plusieurs puissants patrons, notamment Montmorency et Chabot, ses prédécesseurs dans la faveur royale et au gouvernement.

De la Normandie au Piémont

Les origines familiales et domestiques de la faveur

  • 2 Jean III d’Annebault, fidèle au roi de France, fut privé de ses fiefs par les occupants anglais av (...)

2Claude d’Annebault est d’une ancienne famille noble dont les origines remontent au XIe siècle, peut-être à un compagnon de Guillaume le conquérant. Cette modeste famille du pays d’Auge connaît une histoire assez ordinaire : entre divisions et regroupements de fiefs, elle ne sort jamais réellement des rangs de la petite noblesse terrienne avant la fin du XIVe siècle, lorsqu’un Annebault d’une branche cadette, Raoul, parvient à accroître sa fortune et ses biens dans les environs de Pont-Audemer et en pays de Caux. En 1413, son fils Jean IV d’Annebault, qui a repris le fief patrimonial d’Annebault en Auge à l’extinction de la branche aînée, devient chambellan du roi Charles V, signe que les Annebault occupent dorénavant une place éminente au sein de la noblesse normande. Cependant, leur ascension connaît une rupture brutale entre 1418 et 1450, avec la confiscation de leurs fiefs par l’occupant anglais2.

  • 3 Un tel phénomène d’hypergamie était courant à cette époque (Michel Nassiet, Parenté, noblesse et é (...)
  • 4 Michel Nassiet montre qu’en fournissant de nouveaux emplois, la parenté maternelle permet souvent (...)

3Après 1450, les Annebault retrouvent leurs biens et servent occasionnellement le roi dans la province. Ils nouent des mariages hypergamiques qui se révèlent fructueux pour le développement de leurs fiefs. Jean V d’Annebault, fils de Marguerite Blosset et époux de Catherine de Jeucourt, profite de circonstances favorables : l’extinction de la famille de Jeucourt en 1485 (par défaut d’héritier mâle) double une première fois l’étendue de ses possessions. En 1507, celle des Blosset la multiplie encore : Jean V d’Annebault se trouve désormais à la tête d’un vaste ensemble seigneurial, autour de deux grands pôles près de Pont-Audemer et de Vernon, sans compter de nombreux fiefs dispersés entre Caen et Lisieux, au Nord de Rouen et dans la vallée de l’Eure3. Ces alliances hypergamiques sont également utiles pour progresser au service du roi : sous Louis XII, avec le patronage des Blosset (en particulier de Pierre « le Moine » Blosset, chambellan du roi et bailli de Caux), Jean V d’Annebault devient capitaine de Vernon puis de Caen4. Après la disparition des Blosset, il se trouve au sommet de la noblesse seconde de Normandie et en position d’entrer à la cour royale dans l’entourage du jeune François Ier.

  • 5 Claude Anthenaise, « Chasse aux toiles, chasses en parc », dans Chasses princières dans l’Europe d (...)
  • 6 Lettre de Louis de Brézé à Anne de Montmorency, Anet, janvier 1518 (Hector de La Ferrière, Les cha (...)
  • 7 BnF, ms frçs 20468, fo 271, Jean d’Annebault à Claude de Lorraine, Vernon, 28 juin [1522] : « Je v (...)
  • 8 BnF, ms PO 74, pièce 57, quittance de Jean d’Annebault de 600 lt. de gages de capitaine des toiles (...)
  • 9 Il est encore capitaine des toiles le 28 novembre 1530 : BnF, ms PO 74, pièce 61, entre autres qui (...)
  • 10 En 1548 : quittance en cette qualité dans BnF, ms frçs 26133, no 445.
  • 11 Voir aussi François Roche, Claude de Lorraine, premier duc de Guise, Chaumont, 2005, p. 117.

4À la cour de François Ier, Jean V d’Annebault, seigneur sans titre, ne peut évidemment pas tenir un rang comparable aux grands princes et barons du royaume. Cependant, François Ier, « père des veneurs », lui assure une place de choix à sa cour en lui confiant l’office de capitaine des toiles de chasse du roi. Cette méthode de chasse, très prisée à cette époque, consiste à dresser des enceintes de filets et de tissus pour clore la zone de chasse, et à les resserrer progressivement pour rabattre le gibier dans un espace confiné5. La vénerie et la cynégétique sont pour Jean V d’Annebault le moyen principal d’accès à la faveur du roi et des grands de la cour dont il partage les loisirs : chasseur réputé et respecté6, fournisseur des chenils du roi et de princes en lévriers de race7, Jean semble surtout cantonné à des attributions domestiques. Il porte le titre de conseiller du roi8, mais il ne fait jamais partie du Conseil étroit et n’est à aucun moment associé au gouvernement des affaires. Il laisse à son fils Claude non seulement sa charge de capitaine des toiles du roi9 (transmise ensuite à son petit-fils Jean VI, elle demeure près d’un demi-siècle aux mains des Annebault10), mais aussi des réseaux nobiliaires et de précieux compagnonnages et patronages (Brézé, Montmorency, Cossé, Guise11). Dans la construction et l’entretien de ces réseaux, l’élevage et la chasse tiennent une place essentielle.

  • 12 Il le reste jusqu’en 1531 (BnF, ms frçs 7853, fo 344 vo).
  • 13 Boissey-le-Chatel, dép. Eure, arr. Bernay, cant. Bourgtheroulde-Infreville ; AP Monaco, Mat. J 1, (...)
  • 14 LP, III, I, p. 313 ; Joyceleyne G. Russel, The Field of Cloth of Gold, Londres, 1969, p. 132-134.
  • 15 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 19 (...)
  • 16 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, L. de Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, 11 vol., t. III, p. 2 (...)
  • 17 BnF, ms Clair. 246, montre du 15 juillet 1523 ; ceci ne figure pas dans le tableau proposé par Fle (...)
  • 18 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. I, p. 314.
  • 19 Aimé Champollion-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 85 à 88 (liste des Françai (...)

5Jean V d’Annebault est sans doute le premier soutien de l’élévation de son fils Claude. Celui-ci, né vers 1495, est échanson du roi en 151912. On ne sait quand il est adoubé chevalier : probablement au début des années 1520. Il entre en possession de son premier fief en 1520, lorsqu’il reçoit, au droit de sa mère, la moitié du fief de Boissey13. Le 11 juin 1520, il est l’un des protagonistes des tournois du Camp du Drap d’Or, faisant partie de ceux « qui ont mérité avoir le pris14 ». Il se distingue encore aux côtés d’Anne de Montmorency à la défense de Mézières, assiégé par les armées impériales, en juillet 152115. Durant ce siège, le jeune Claude d’Annebault fait « très bien son devoir », à en croire Brantôme, et il y trouve un « premier commencement d’honneur », avant de se distinguer « par tous lieux et combats16 ». Claude d’Annebault est ensuite lieutenant de la compagnie de François de Vendôme, comte de Saint-Pol, cousin du roi17, qu’il suit en Italie du nord en 152418. L’hiver suivant, il est fait prisonnier à Pavie en même temps que le roi. Mais il est probablement libéré assez tôt19.

  • 20 Jean d’Annebault est encore seigneur de Saint-Pierre en 1523 (AD Orne, 34 J 1, bail à ferme d’une (...)
  • 21 En particulier, sur Jean Tournemine, seigneur de Botloy, grand veneur de François II de Bretagne d (...)
  • 22 Paul D. Abbott, Provinces, pays and seigneuries of France, Myrtleford, 1981, p. 273 ; Amédée Guill (...)
  • 23 Jean d’Annebault meurt entre août 1533 (BnF, ms Cab. d’Hozier 237, Mézières, attestation par Jean (...)
  • 24 François de Vieilleville, Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vieilleville et comt (...)
  • 25 Les revenus terriens et féodaux d’Anne de Montmorency ont été estimés à au moins 125 000 livres to (...)

6Après Pavie, Claude d’Annebault a fait ses preuves et acquis une certaine renommée. La longévité de son père Jean, seigneur d’Annebault, sert sa carrière mais met également un frein à son élévation, en retardant la transmission des fiefs, des titres et des offices. Dans ces années, Claude d’Annebault prend le plus souvent le nom de « monsieur de Saint-Pierre », du nom d’un huitième de fief du pays de Caux dont son père l’investit en 1524 ou 152520. Il porte donc pendant près de dix ans, jusqu’à la mort de Jean, ce titre de seigneurie précédemment illustré par un autre « Saint-Pierre », son grand-oncle Jean Blosset, grand-sénéchal de Normandie. Dans le même temps, une certaine autonomie financière s’avère nécessaire pour soutenir l’élévation de Claude. En épousant en 1526 une riche héritière, Françoise de Tournemine, dont la famille est peut-être depuis longtemps en relation avec la sienne pour des affaires d’élevage et de chasse21, il acquiert une puissance et un rang au moins équivalents à ceux de son père : baron du Hommet en Cotentin et connétable héréditaire de Normandie, baron de La Hunaudaye en Bretagne et surtout baron de Retz en Vendée22, il est à la tête d’un grand ensemble féodal, toutefois morcelé et objet de plusieurs litiges successoraux. Enfin, en 1534, à la mort de son père, dont il est le seul fils en mesure de recevoir l’héritage féodal – son frère Jacques étant entré dans le clergé séculier –, Claude devient, à environ quarante ans, le seigneur d’Annebault et de l’ensemble des fiefs patrimoniaux23. Dès lors, il est l’un des principaux feudataires du royaume : ses revenus terriens et féodaux, estimés à l’époque à 40 000 livres tournois24, sont déjà considérables et ne le situent pas si loin des plus grands25.

Le service des armes

  • 26 BnF, ms frçs 3015, fo 88 vo, Claude d’Annebault et Guido Rangone à François Ier, Pavie, 22 juin 15 (...)
  • 27 BnF, ms frçs 32865, notice sur Claude d’Annebault, fos 161-166 (chevaliers de l’ordre de Saint-Mic (...)
  • 28 Il devient général des chevau-légers en 1535 ou 1536 ; sur les origines du corps des chevau-légers (...)

7Entre 1526 et 1538, la progression de Claude d’Annebault au service du roi passe essentiellement par le service des armes. En 1528 et 1529, il est lieutenant du comte de Saint-Pol qui dirige les armées royales en Italie du nord. Après la capture de Saint-Pol en juin 1529, il dirige les opérations pendant quelques semaines : il rassemble les troupes à Asti, se rend à Venise pour lever des mercenaires, et commande les troupes françaises jusqu’à la trêve au début du mois d’août26. Cet épisode lui permet de recevoir, grâce à l’entremise de François de Saint-Pol et d’Anne de Montmorency, quelques récompenses et de nouvelles responsabilités. Il reçoit des pensions et une gratification exceptionnelle de 12 000 livres tournois pour ses « très recommandables services au-delà des monts27 ». Une compagnie d’ordonnance lui est également attribuée, puis il reçoit la charge de colonel des chevau-légers, corps en pleine expansion vers 1530, à la tête duquel il fera une partie de sa carrière28. En 1535, Claude, seigneur d’Annebault depuis la mort de son père, entre dans l’ordre royal de Saint-Michel, ce qui témoigne à la fois de la reconnaissance de sa valeur militaire et de son rang parmi les grands seigneurs féodaux du royaume.

  • 29 CAF, t. VI, p. 272, no 20288, Compiègne, 5 novembre 1531 ; la titulature exacte est donnée dans Ar (...)
  • 30 Il se situe alors dans la moyenne : Robert Harding évalue l’âge moyen d’accession à un gouvernemen (...)
  • 31 CAF, t. VIII, p. 633, no 32560.
  • 32 Par exemple, en 1535, la ville de Caen s’adresse à lui pour obtenir du roi une mainlevée des denie (...)
  • 33 D’après François-Joseph-Guillaume Pinard, Chronologie historique militaire, Paris, 1760-1778, 8 vo (...)
  • 34 CAF, t. II, p. 229, no 4970 ; les gages s’élevaient à 110 lt. l’an (BnF, ms PO 74, Annebault, pièc (...)

8En Normandie, il prend en partie la place laissée vacante par le sénéchal de Brézé, mort en 1531. Le 5 novembre 1531, il reçoit les lettres de provision de « lieutenant au gouvernement de Normandie, sous la charge du seigneur de Brion, amiral de France, et en son absence29 ». Claude d’Annebault est alors âgé d’environ trente-cinq ans, l’âge normal pour assumer de telles responsabilités30. Pendant quelques années, il semble résider le plus souvent dans sa province, loin de la cour. Lieutenant « résident », il fait le lien entre le pouvoir royal et les institutions locales (États, parlement, bonnes villes, bailliages). Représentant de l’autorité royale, il préside notamment l’assemblée des trois états de la province réunis à Rouen le 20 novembre 1532, où il est l’un des commissaires royaux pour la levée de la taille et autres contributions31. Réciproquement, il apparaît comme un relais potentiel auprès du roi des doléances de la province32. Sa désignation en tant que lieutenant du bailliage de Caen en 153133 et à l’office de bailli et capitaine du château d’Évreux en 153234 renforcent encore sa position dominante sur la noblesse locale, au sein de laquelle il développe une clientèle d’auxiliaires potentiels du service du roi. Le gouvernement de Normandie, exercé à divers niveaux de proximité jusqu’en 1552, est l’un des fils conducteurs de la carrière de Claude d’Annebault.

  • 35 ŐStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, Jean Hannart à Marie de Hongrie, Lyon, 31 mars 1536 (m (...)
  • 36 Voir notamment Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 224-229, chap. « Ce (...)
  • 37 BnF, ms frçs 6637, fo 24, Claude d’Annebault à Anne de Montmorency, Turin, 1er juillet [1536]. Cla (...)

9En 1536, la guerre reprend en Italie. François Ier veut s’emparer des États de Savoie, obstacle sur la route de Milan. Claude d’Annebault joue un rôle important dans cette campagne, sous les ordres de l’amiral Chabot. Il part à la tête du premier contingent, conduisant personnellement quatre mille légionnaires, mille chevau-légers et trois cents hommes d’armes jusque devant Turin35. Après la prise de la ville, il organise avec succès sa défense et conquiert de nouvelles places qui confortent l’occupation française du Piémont36. Il soutient le siège jusqu’au début de septembre, lorsque les assiégeants impériaux sont chassés par l’arrivée des renforts de France, conduits par Montmorency. Claude d’Annebault contribue alors à reprendre les places perdues aux environs de Moncalieri et Chieri, puis il quitte le Piémont pour rejoindre le roi à Avignon. Dans la carrière de Claude d’Annebault, ce premier épisode turinois marque une étape importante : Anne de Montmorency ne manque pas de faire au roi l’éloge de son protégé, qui apparaît désormais comme l’un des principaux chefs de guerre français37.

  • 38 Pierre de Brantôme, op. cit., t. VII, p. 280 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit. (...)
  • 39 CAF, t. VIII, p. 75, no 29914, mandement de décembre 1537.
  • 40 La Triomphante réception de Mgr le Connestable, Paris, 1538, citée par Francis Decrue de Stoutz, M (...)
  • 41 Joseph Vaissete et Claude Devic, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1875-1941, 18 vol., t.  (...)
  • 42 Joachim de Matignon, Correspondance, op. cit., lettre LXV ; ORF, VIII, p. 203-208 ; CAF, no 21139 (...)

10Au cours de la campagne de 1537, Claude d’Annebault est envoyé sur la frontière picarde, secondant cette fois Anne de Montmorency. Après avoir contribué à la prise d’Hesdin, il est fait prisonnier au cours d’une manœuvre audacieuse de ravitaillement de Thérouanne, dite « journée des sacquelets », qui renforce sa réputation chevaleresque38. Auprès de la régente de Pays-Bas, dont il est le prisonnier, il contribue à négocier la trêve de Bomy (30 juillet 1537), qui constitue peut-être une première expérience d’action diplomatique. Claude d’Annebault est finalement libéré en octobre 1537 contre une forte rançon de 29 250 livres tournois, pour laquelle François Ier donne 18 000 livres, signe d’un statut désormais élevé39. En reconnaissance des mérites de Claude d’Annebault, François Ier l’investit de l’office de maréchal en février 1538, le jour même où Anne de Montmorency est fait connétable40. Dès lors, Claude d’Annebault, titulaire d’un grand office militaire de la couronne, devient un membre régulier de l’entourage du roi : il l’accompagne notamment sur la galère de Charles Quint lors de l’entrevue d’Aigues-Mortes, en juillet 153841. Puisqu’il ne quitte plus guère la cour, il n’est plus en mesure d’assumer directement le gouvernement de Normandie : deux lieutenants résidents, Matignon et La Meilleraye, lui sont désignés dès 1536. Claude d’Annebault continue néanmoins d’exercer son gouvernement à distance, jouant depuis la cour le rôle naguère tenu par Philippe Chabot42.

11À ce stade de la carrière de Claude d’Annebault, on peut distinguer plusieurs paliers de progression :

  • 1526-1528 : Claude, seigneur de Saint-Pierre, entre en possession d’un grand ensemble féodal par son mariage avec Françoise de Tournemine ; il est choisi pour seconder le comte de Saint-Pol à la tête des armées en Italie.
  • 1529-1531 : Claude entre en possession d’une compagnie d’ordonnance et d’un office militaire important (chevau-légers) ; il devient lieutenant résident au gouvernement de Normandie, c’est-à-dire le représentant de l’autorité royale dans sa province d’origine.
  • 1534-1535 : à la mort de son père, il devient le seigneur d’Annebault et l’un des grands du royaume ; il entre dans l’ordre de Saint-Michel.
  • 1536-1538 : Claude d’Annebault s’impose comme l’un des principaux chefs des armées françaises, ce qui se confirme par l’attribution de l’office de maréchal ; il entre dans l’entourage proche du roi.

12Ces étapes révèlent une relative concordance entre l’élévation du rang de Claude d’Annebault au sein de la noblesse du royaume et les responsabilités que le roi lui confie aux armées et dans le gouvernement de provinces. Les succès, l’expérience, l’honorabilité du comportement et la preuve de compétence sont certainement des facteurs de progression, mais probablement secondaires. En revanche, l’entremise d’un proche du roi, principalement Anne de Montmorency (de la pension de 1530 à la dévolution de l’office de maréchal) semble déterminante. En promouvant son protégé, Montmorency sert ses propres intérêts, puisqu’il renforce la présence de ses clients dans l’entourage du roi et parmi ses serviteurs capables d’exécuter les choix politiques. Toutefois, la fidélité de Claude d’Annebault au connétable n’est pas exclusive : il reste également proche de l’amiral Chabot, qu’il a servi au gouvernement de Normandie, puis en Piémont en 1536. Montmorency, Chabot et Saint-Pol, influents conseillers du roi, ont certainement tous trois contribué à soutenir l’ascension de Claude d’Annebault jusqu’en 1538. Cependant, il ne s’est encore vraiment illustré qu’en tant que chef de guerre. Faute d’avoir démontré un plus large spectre de compétences, il n’est pas encore en mesure de prétendre au Conseil des affaires, où siègent ses protecteurs.

Le révélateur piémontais, moment clé de la réussite politique

  • 43 Pouvoirs du 20 septembre 1539, éd. dans ORF, IX, p. 731-737. Des lettres d’amplification de ces po (...)
  • 44 Sur l’état de la province sous l’administration de Montejean, voir notamment AN, J 993, BnF, ms fr (...)

13Un second séjour piémontais lui donne l’occasion de montrer sa polyvalence et ses compétences d’administrateur. À la fin de l’été 1539, le maréchal de Montejean, gouverneur de Piémont, est mourant. Pour lui succéder, François Ier choisit Claude d’Annebault, qui connaît déjà les lieux et qui, par ailleurs, a connu en Normandie une première expérience de gouvernement43. Gouverner le Piémont est une tâche autrement plus difficile : la province transalpine, victime d’une gestion brutale et impitoyable sous Montejean, doit être apaisée et reconstruite et, dans le même temps, dotée d’institutions françaises, jusqu’alors demeurées à l’état d’ébauche44. Il s’agit surtout de pérenniser l’appartenance de cette nouvelle province au royaume de France. Claude d’Annebault craint cependant que sa trajectoire ascendante dans l’estime et la faveur du roi ne souffre d’un éloignement prolongé, dans un contexte de rivalités entre ses principaux protecteurs au Conseil.

  • 45 ASMantova, Cart. inv. div., 638, Paris, 4 octobre 1539, Fabrizio Bobba au duc de Mantoue.

« Toute la cour, écrit l’ambassadeur de Mantoue, se désole du départ de Annebault, dont la raison serait, comme on le pense, que le connétable y aurait donné soin pour l’éloigner de la présence du roi, duquel il était très apprécié, et aussi afin d’enlever son appui à l’amiral, auquel monsr d’Annebault a toujours témoigné publiquement une véritable amitié, ce qui est une grande preuve de sa vertu et de sa bonté, pour laquelle Dieu l’aidera […]. En effet, il ne s’y rend pas très volontiers45. »

  • 46 Mêmes sources et ASTorino, Camera, Parlamento francese, Sentenze e Sessioni, art. 613 ; ibid., Cor (...)
  • 47 Cronaca modenese di Tommasino de’Bianchi, detto de’Lancellotti, Parme, 1868, t. VI., p. 251 ; ASMan (...)

14Claude d’Annebault arrive à Turin le 11 octobre 1539. Les premiers mois de son gouvernement sont un moment clef de la mise en place des institutions françaises dans la province et de son intégration au royaume. Entouré de conseillers compétents tels que Guillaume Du Bellay, Guigues de Boutières, Antoine Polin de La Garde et Ludovic de Birague, Claude d’Annebault s’emploie à rétablir l’ordre (réorganisation de la justice, traque des faux-monnayeurs), la sécurité (reprise en main des gens de guerre), le commerce (conservatoire des négociants), les vivres (importations de blés), et la vie intellectuelle (reprise des enseignements de l’université de Turin). Sous son gouvernement, la Chambre et le parlement de Turin, récemment créés, commencent à fonctionner régulièrement. Claude d’Annebault fait aussi promulguer l’ordonnance de Villers-Cotterêts par le parlement de Turin, auquel il permet toutefois de conserver certaines spécificités (procédure civile en latin, criminelle en français)46. Enfin, en tant que lieutenant du roi par-delà les monts, Claude d’Annebault joue un rôle essentiel d’intermédiaire avec les princes d’Italie, contribuant à maintenir de bonnes relations avec les princes favorables à la France, comme le duc de Mantoue, avec lequel il échange des présents (lévriers, chevaux, armures). Il lui rend même visite à Mantoue, tenant son fils Louis sur les fonts baptismaux, au retour d’une mission diplomatique à Venise47.

  • 48 ASVenezia, Consiglio dei Dieci, Capi, Lettere di ambasciatori, Milano, Vincent Fedel au doge Piero (...)
  • 49 R. Cooper, op. cit., p. 37-40 ; Martha D. Pollak, Turin (1564-1680) : Urban Design, Military Cultu (...)
  • 50 ASMantova, Corr. est., Savoia, 731, Claude d’Annebault au duc de Mantoue, Turin, 29 avril 1540 ; i (...)

15Cette ambassade à Venise, prévue dès l’envoi de Claude d’Annebault en Piémont, est menée conjointement avec le marquis del Vasto, gouverneur de Milanais et représentant de l’empereur, tous deux reçus triomphalement à Venise au début de décembre 1539. L’objectif officiel est la négociation d’une alliance offensive entre l’Empire, la France et Venise, unis dans une croisade contre l’empire Ottoman. Cependant, Claude d’Annebault a la consigne officieuse de s’entendre secrètement avec le Sénat de Venise pour négocier la paix avec les Turcs, tout en préservant les apparences de la meilleure volonté à l’égard des desseins de l’empereur48. Il rentre ensuite à Turin afin de poursuivre le processus d’intégration de cette province au pied des Alpes. Claude d’Annebault relance le programme de fortification des places du Piémont qui, sous la supervision de Guillaume Du Bellay, se poursuivra par vagues successives, en fonction des moyens disponibles, jusqu’en 154349. À partir de février 1540, considérant sa tâche principale accomplie, Claude d’Annebault demande instamment son rappel à la cour. Il l’obtient finalement au mois d’avril50.

16Ce séjour piémontais, si peu désiré par Claude d’Annebault, a grandement servi son avancement : il a prouvé la diversité de ses compétences et mis à son actif des succès valorisables. La stratégie italienne de la fin du règne de François Ier est tout orientée vers la conservation du Piémont, porte d’entrée en Italie et glacis protecteur du royaume. La province, unique grande conquête durable de François Ier, ne sera restituée qu’en 1559 en application du traité du Cateau-Cambrésis. Il est probable que cet accroissement, dont Claude d’Annebault est l’un des principaux artisans, contribue largement à son crédit politique grandissant dans les années 1540.

L’élévation d’un conseiller

L’entrée au Conseil : une spécialisation dans les affaires italiennes

  • 51 LP, XV, p. 368, no 781, rapport anglais du mois de juin : « That Hanybaulte who came late from Pied (...)
  • 52 ASTorino, Camera, Parl. Fr., Sentenze e Sessioni, art. 613, § 2, fo 303 vo, 9 août 1540 : entérine (...)
  • 53 ASVaticano, NF Ia, fo 221, Ferrerio au cardinal de Santa Fiora, Paris, 22 mai 1540, copie, analysé (...)
  • 54 Ainsi, dans un premier temps et jusqu’en octobre 1540, Du Bellay écrit à la fois à Annebault et à (...)

17De retour en France vers le 3 mai, Claude d’Annebault est convoqué au Conseil du roi pour faire son rapport et donner son avis sur la situation du Piémont et de l’Italie du nord. Le maréchal est revenu en position de force : un observateur anglais remarque qu’il est « très avant dans la confiance du roi51 ». On trouve dès le mois de mai des lettres souscrites « par le roy, d’Onnebault (présent)52 », signe d’une présence occasionnelle aux Conseils et d’une implication croissante dans certaines affaires : toutefois, celles-ci concernent strictement le Piémont. Le 20 mai, la présence de Claude d’Annebault au Conseil est attestée53. On ne sait dans quelle mesure ces convocations se répètent : en tout cas, sa présence semble occasionnelle et consultative, contrairement à celles de Montmorency, Poyet, Saint-Pol ou de Mathieu de Longuejoue, membres à part entière du Conseil étroit. La tâche principale de Claude d’Annebault est de préparer le travail du conseiller favori du roi, Montmorency, sur les questions italiennes54. Il n’est donc pas indispensable à la cour et peut à tout moment être renvoyé dans son gouvernement si les circonstances l’exigent.

  • 55 Ibid., fo 51, Guillaume Du Bellay à Anne de Montmorency, Rivoli, 27 octobre 1540.

18Le maréchal d’Annebault ne sort de l’ombre de Montmorency qu’avec la disgrâce de son ancien protecteur. Dès que les chiffres diplomatiques sont retirés au connétable, en octobre 1540, Claude d’Annebault est régulièrement appelé au Conseil étroit et dès lors, Guillaume Du Bellay, son lieutenant à Turin, se met à lui écrire en chiffre55. Ainsi, les rôles se trouvent inversés : Annebault présente directement au roi l’évolution de ses affaires italiennes – sans nul doute la part des affaires la plus chère à François Ier –, tandis que le connétable n’a plus voix au chapitre. Il semble que la rupture, définitive, entre Claude d’Annebault et Anne de Montmorency remonte à cette élévation du premier aux dépens du second ; au même moment, Claude d’Annebault semble se rapprocher un peu plus de l’amiral Chabot, qui est alors en difficulté dans un procès politique conduit par le chancelier Poyet.

  • 56 ASMantova, Cart. inv. div. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Mel (...)

19En novembre 1540, il est connu de tous que Claude d’Annebault a été fait membre du Conseil étroit56. L’ambassadeur français à Venise, Guillaume Pellicier, lui écrit alors une longue lettre de félicitations :

  • 57 Guillaume Pellicier, Correspondance, op. cit., t. I, p. 190-192, lettre à Claude d’Annebault, [Ven (...)

« Plus à présent que j’ay esté adverty comme le roy vous a retenu de ses affaires privez, chose que je m’attendoys bien ne povoyt tarder longuement d’advenyr, je [ne] m’estendray à vous faire longue lettre. Tant seullement vous diray que pour le grant plaisyr et désyr que j’ay d’entendre l’exaltation de vostre honneur et crédict, ce m’a esté aussi grande consollation que de chose qui m’eust sceu advenyr, sçaichant très bien quel support et appuy ce sera en cest endroict là pour vos affectionnez serviteurs, desquelz avez toujours esté et estes vray protecteur, comme de ma part j’en sçauray très bien testiffier57. »

  • 58 En témoignent les instructions du duc Hercule d’Este à Lodovico Thiene, son ambassadeur député à l (...)

20Mai 1541 voit Claude d’Annebault recevoir une nouvelle « promotion58 », lorsque le roi fait avertir ses serviteurs outre-monts d’adresser dorénavant toutes leurs dépêches au maréchal d’Annebault et plus aucune au connétable, obligé d’annoncer lui-même sa déchéance à ses collaborateurs :

  • 59 BnF, ms fr. 5155, fo 19 vo : lettre d’Anne de Montmorency à Guillaume Du Bellay, Châtellerault, 24 (...)

« [J’espère] que vous avez esté tousjours adverty de l’intention du roy par monsr le mareschal d’Annebault, auquel ferez bien de donner ordinairement advis de toutes choses qui succederont de dela, tant de l’estat des fortifications que du demeurant pour y faire pourveoir, comme il sçaura tresbien faire, selon l’intention dud. sr59. »

  • 60 Peu après la disgrâce du connétable, en arrivant au Conseil, le roi s’est mis en colère en voyant (...)
  • 61 Guillaume Pellicier, Correspondance, op. cit., t. II, p. 492, lettre à Claude d’Annebault, Venise, (...)

21Le Conseil, alors composé des cardinaux François de Tournon et Jean de Lorraine, de Claude d’Annebault, du comte de Saint-Pol et du chancelier Poyet, n’a plus de véritable chef et personne n’assume une « surintendance » globale des affaires. François Ier ne se satisfait pas longtemps de ce système et des défauts d’organisation qu’il implique60. Il fait donc acquitter Philippe Chabot pour le rappeler à la tête de son Conseil. Le chancelier Poyet en fait les frais : il perd progressivement de l’influence avant d’être finalement mis à l’écart. Les autres conseillers sont confirmés et Claude d’Annebault, qui a contribué au retour en grâce de l’amiral, ne semble pas pâtir de la nouvelle distribution des rôles. Au contraire, il apparaît dès lors comme l’un des principaux conseillers du roi, bien que son champ d’intervention de prédilection reste avant tout la politique italienne61. Par ce biais, il devient un interlocuteur régulier des ambassadeurs étrangers.

De la diversification des compétences a la succession de Chabot

  • 62 Ainsi, en avril 1541, lorsque le cardinal de Tournon se trouve empêché par une maladie de présente (...)
  • 63 Pouvoirs dans Arch. MAE, MD, Danemark, 9, fos 63-64 vo ; traité éd. dans Jean Du Mont, Corps unive (...)
  • 64 Lorsque s’amorce, fin mars 1542, un rapprochement entre Charles Quint et Henri VIII, Claude d’Anne (...)

22Entre 1541 et 1543, Claude d’Annebault acquiert progressivement de l’expérience au Conseil du roi et noue une étroite et efficace collaboration avec Chabot et Tournon. La santé fragile de l’amiral semble le conduire à laisser davantage de responsabilités à ses collaborateurs que ne le faisait Montmorency. Ainsi, Claude d’Annebault étend le champ de ses compétences en participant de manière occasionnelle, aux affaires germaniques62 puis à la négociation d’un traité d’amitié avec le Danemark63, et enfin aux affaires franco-anglaises64. Il se voit aussi attribuer, avec le cardinal de Tournon, les responsabilités financières retirées au chancelier Poyet, bien qu’il paraisse a priori totalement incompétent en la matière :

  • 65 ŐStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, François de Saint-Vincent à Charles Quint, Amboise, 12 (...)

« Led. roy, observe l’ambassadeur de l’empereur, voyant que le chancelier entend assès mal le fait des finances, a ordonné audit cardinal de Tournon et Hannebault d’y avoir regard, lesquels je tiens y entendent tous deux mesmes que moy65. »

  • 66 Ce coffre comportait quatre serrures, cf. Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous Franç (...)
  • 67 En fait, c’est un problème très ponctuel (le financement d’une expédition militaire en Picardie) q (...)
  • 68 Voir J.C.L. de Sismondi, Histoire des Français, Paris, 1821-1844, p. 131, selon qui cet expédient, (...)
  • 69 Sur l’impact de ces réformes, cf. Philippe Hamon, op. cit., p. 274-277, et aussi p. 333 : « Grâce (...)
  • 70 BnF, ms frçs 3005, fo 109, et BnF, ms Clair. 339, fo 3, publié en appendice de Francis Decrue de S (...)

23Claude d’Annebault se voit concéder un certain droit de regard sur le trésor du Louvre, dont François Ier lui confie les deux clés66 traditionnellement aux mains du grand maître de France67, ce qui l’impose comme un « tuteur » de l’argent du roi, à défaut d’en être un véritable spécialiste et un homme de réseaux financiers. Il est cependant peu probable qu’il ait beaucoup de poids dans les réformes les plus techniques, par exemple la tentative d’uniformisation de la gabelle dans le royaume, décrétée par l’édit de Châtellerault du 1er juin 154168 et la réorganisation des recettes générales par des édits de décembre 154269. Il est, bien sûr, l’un des membres du Conseil assemblé le 20 février 1543 « pour le fait des finances », dont la liste a été conservée70.

  • 71 BnF, ms fr. 17357, fo 85 vo, Mémoire du maréchal [d’Annebault] au sr de Taix allant vers l’empereu (...)
  • 72 Voir notamment BnF, ms Clair. 338, fo 164, copie d’une lettre de François Ier à François de Montmo (...)
  • 73 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault. Faveur du roi et gouvernement du royaume sous les (...)
  • 74 Par exemple, lorsque le roi vient prendre les saintes reliques à Notre-Dame pour l’entrée en Carêm (...)
  • 75 Dans sa maison « appelée Savary derrière Sainct Anthoine » (BnF, ms frçs 23880, copie xviie du reg (...)

24La période 1541-1543 permet donc à Claude d’Annebault d’élargir progressivement son périmètre d’intervention, de développer ses compétences et ses réseaux, et enfin d’approfondir sa connaissance des affaires. Cependant, sa participation au Conseil, dans ses différents avatars, n’est pas continue tout le long de cette période. Il s’absente une première fois d’août à octobre 1541 pour se rendre en Piémont, afin d’enquêter sur la disparition de Frégose et Rincon (émissaires du roi tués près de Pavie par des agents du gouverneur de Milan), de négocier avec les représentants impériaux et surtout d’accélérer les travaux de mise en défense de la province-frontière, avant l’inéluctable reprise de la guerre71. L’hiver suivant, Claude d’Annebault prend en mains la mise en défense de la Picardie, ce qui occasionne plusieurs séjours, relativement brefs, hors de la cour72. Enfin, entre juin et décembre 1542, il dirige les armées françaises dont il fait figure de chef naturel, l’amiral Chabot n’étant plus apte à tenir ce rôle : une vaine campagne en Piémont, un échec cinglant en Roussillon devant Perpignan, puis un retour guère plus heureux de l’autre côté des Alpes (siège de Coni, troupes décimées lors d’une tempête de neige au retour par le Mont Cenis) ébranlent une réputation militaire jusqu’alors très honorable73. Le roi ne lui en tient pas rigueur et affiche publiquement son estime et sa faveur, pour couper court aux rumeurs de disgrâce ou de retour du connétable74. Probablement a-t-il plus que jamais besoin des services de Claude d’Annebault au Conseil, au moment où la santé de l’amiral Chabot décline rapidement : alité à Paris en avril 1543, il y meurt le 1er juin après plusieurs semaines d’agonie75.

  • 76 Sur les raisons de la décision du roi, cf. François Nawrocki, « Le conseiller favori, objet de la (...)
  • 77 Pierre de Brantôme, op. cit., t. III, p. 117 et p. 209.
  • 78 L’observation du chroniqueur est confirmée par l’observation de certains édits ou lettres patentes (...)
  • 79 « Ogni dì cresce in authorità. » (ANG, VI, p. 279, Dandino au cardinal Farnèse, La Fère, 8 novembre (...)
  • 80 Ibid., p. 294, Dandino au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 4-5 décembre 1543. Le constraste est im (...)

25Parmi les conseillers du roi, Claude d’Annebault s’impose alors comme le plus polyvalent et le mieux à même (devant Saint-Pol et Tournon) de devenir le nouveau conseiller favori76 ou, pour reprendre des expressions de Brantôme, de « principal conseil » et de « grand favori » tout à la fois77. Cependant, la guerre tient à nouveau Claude d’Annebault fréquemment hors de la cour. Jusqu’à la fin des opérations, les affaires de l’État, hors affaires de guerre, sont davantage suivies au quotidien par le cardinal de Tournon, Guillaume Du Bellay remarque, à juste titre, que le « maniement des affaires » revient au cardinal en l’absence de Claude d’Annebault78. Dès la fin de la campagne, au début du mois de novembre, Claude d’Annebault assume pleinement le rôle de conseiller favori et de chef du Conseil, devenant désormais, au vu et su de tous, aussi puissant que l’étaient naguère Montmorency et Chabot. Ainsi, le nonce Dandino observe que l’autorité du nouveau favori « grandit chaque jour79 », puis qu’il est « gouverneur absolu de toute chose » et qu’il était « monté si haut auprès du roi que ne l’ont peut-être jamais été le connétable [de Montmorency] et l’amiral [Chabot], bien qu’il ne préoccupe moins de le montrer80 ».

Honneurs, faveurs et responsabilités : la construction d’un conseiller favori

  • 81 ASMantova, Cart. inv. div., 639, lettre de Gian Battista Gambara au cardinal et la duchesse de Man (...)
  • 82 David Potter, A History of France, 1460-1560. The Emergence of a Nation State, Londres, 1995, p. 7 (...)
  • 83 ANG, III, p. 14, Dandino au cardinal Farnèse, 31 décembre 1540 ; la candidature de Jacques d’Anneb (...)
  • 84 BnF, ms fr. 17357, fo 13, Claude d’Annebault au roi, Turin, 23 septembre 1541 ; ASModena, busta 17 (...)

26Paradoxalement, la période séparant l’entrée de Claude d’Annebault au Conseil et son accession à la tête de celui-ci, ne semble pas correspondre à la dévolution de nouvelles charges de prestige. Déjà maréchal de France, gouverneur de Piémont et de Normandie, il n’est jamais nommé grand maître de France, malgré des rumeurs persistantes81 et l’attribution de certaines prérogatives de cette charge, notamment la garde des clés du Trésor du Louvre : Montmorency demeure en effet connétable et grand maître, bien qu’il ne soit plus en exercice. En revanche, on ne sait quand Claude d’Annebault reçoit la charge de premier gentilhomme de la chambre, précédemment tenue par Montmorency, et qu’il occupe à son tour en 1543 : il est possible que dans l’intervalle, la charge ait été dévolue à Chabot82. Néanmoins, la faveur du roi s’exprime de manière évidente lorsque Jacques d’Annebault, frère de Claude, est proposé au cardinalat83, et que Madeleine, sa fille de douze ans, épouse le marquis de Saluces, important prince souverain aux États imbriqués dans le Piémont français : en favorisant ce mariage princier et en finançant la dot colossale de 50 000 écus84, le roi récompense son serviteur et consolide son rang désormais éminent au sein de la noblesse du royaume.

  • 85 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Melun, 6 février 1541, et Paris, 14 février 1 (...)
  • 86 ASMantova, Cart. inv. div., 640, Gian Battista Gambara à la duchesse de Mantoue, Paris, 2 juin 154 (...)
  • 87 BnF, ms fr. 3036, fo 25, Marguerite d’Oyron à monsr de la Gastelinière, 22 janvier [1544] (copie d (...)
  • 88 ANG, III, p. 321 Dandino au cardinal Santa Fiora, Lyon, 12 février 1544 ; ASModena, busta 19, lett (...)
  • 89 Cf. par exemple AN, X1A 8614, fos 133-140, enregistrement lettres de confirmation de la vente de l (...)
  • 90 Il n’y a aucun récit connu de ces cérémonies, si ce n’est un témoignage laconique de l’ambassadeur (...)
  • 91 ÖStA, England, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « Weisungen », fo 49 vo, Marie de Hongrie à Eustach (...)
  • 92 Édit donné dans François-André Isambert, op. cit., t. XII, p. 854, Antoine Fontanon, Les Edicts et (...)
  • 93 CAF, t. VII, p. 359, no 25044.

27La mort de Chabot de Brion, peu avant la reprise de la guerre, laisse vacantes plusieurs charges prestigieuses : le gouvernement de Normandie (auquel Annebault est lieutenant), celui de Bourgogne, et l’office d’amiral de France. Quelques années plus tôt, au moment de son procès, on a déjà parlé de donner l’office d’amiral à Claude d’Annebault ou au grand écuyer Claude de Boisy ; au cas où Annebault aurait été choisi, il aurait laissé sa charge de maréchal à Boisy85. En juin 1543, la donne est quelque peu différente et les observateurs s’accordent plutôt à penser que l’amiralat est destiné au duc d’Étampes86. L’office d’amiral reste finalement sans titulaire pendant plusieurs mois, sans doute dans l’attente de la fin de la guerre. Ce n’est qu’en janvier 1544, au moment des grandes fêtes et tournois du baptême du fils du dauphin, que « l’on dit que monsr le maréchal [d’Annebault] sera admiral87 ». Le 5 février, Claude d’Annebault reçoit les lettres de provision de son office88. Il n’en porte officiellement le titre89 qu’après les cérémonies d’investiture, le 28 avril 154490. Dans le même temps, Claude d’Annebault ne renonce pas à son office de maréchal, ce qui est un cumul inédit de grands offices militaires de la couronne. Le nouvel amiral ne tarde pas à prendre les premières mesures relevant de son office : il prend notamment l’initiative de proposer une « trève pêcheresse » pour permettre aux sujets de la France, de l’Écosse, de l’Angleterre et des Pays-Bas de pêcher sans être inquiétés, malgré la guerre91. Il s’emploie également à renforcer les pouvoirs et les prérogatives, déjà considérables, en restreignant l’autonomie des amiraux de provinces (Bretagne, Provence, Guyenne) et en étendant les compétences de son administration, les officiers d’amirauté92. Des dépouilles de Chabot, Claude d’Annebault obtient aussi le gouvernement de Normandie, dont il est cette fois le titulaire principal (en décembre 1543, à la place du comte de Saint-Pol, éphémère gouverneur93), sous l’autorité théorique du dauphin, mais il cède le gouvernement du Piémont, dont les affaires requierent un gouverneur à demeure.

  • 94 Ces revenus sont notamment comparables à ceux des principaux prélats d’État, que Cédric Michon est (...)
  • 95 On peut estimer la somme des pensions accordées par François Ier au connétable à environ 35 000-45 (...)
  • 96 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « St-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Ma (...)
  • 97 Il semble que le roi François se soit montré particulièrement généreux sur la fin de son règne : s (...)
  • 98 François Nawrocki, thèse citée, p. 470-477.

28Les principales charges de Claude d’Annebault, amiral de France, maréchal, premier gentilhomme de la chambre du roi, chambellan et maître des toiles de chasse, ne représentent qu’une partie des revenus tirés du service du roi. Il faut également compter les charges de gouverneur de Normandie, de capitaine de compagnie d’ordonnance, de garde de forêts et capitaine de villes et châteaux, mais aussi les concessions de revenus domaniaux (Guingamp, Dinan puis Compiègne), les revenus sans doute considérables dérivés de la charge d’amiral (de ses charges d’amiral de France, de Bretagne et de Guyenne, des profits considérables, mais impossibles à chiffrer et probablement très variables, des tribunaux de l’amirauté, le tiers des droits de bris et d’épave, et le dixième du droit de prises), pour un total de 40 000 à 50 000 livres tournois par an, soit une somme au moins équivalente aux revenus propres de Claude d’Annebault94. Aucun autre gentilhomme de la cour, hors famille royale, n’en a reçu autant depuis Montmorency95. De plus, on sait que certaines gratifications exceptionnelles données à l’amiral ont atteint des montants extrêmement élevés, par exemple un don de 30 000 écus (soit un peu plus de 70 000 livres tournois) après la paix de Crépy, dont la motivation n’est pas clairement établie96. Une partie des dons numéraires du roi à l’amiral ne nous est d’ailleurs probablement pas connue97. Au total, il n’est pas impossible que la faveur du roi rapporte à Claude d’Annebault jusqu’à 100 000 ou 120 000 livres par an, qui sont sans doute en grande partie exployés pour les dépenses de cour et le service du roi98.

  • 99 Par exemple, lors du bal masqué du 4 janvier 1546, François Ier et Claude d’Annebault partagent un (...)
  • 100 Ainsi, pour le carnaval de 1542, François Ier défia ses fils et « le reste des jeunes » de courir (...)

29La faveur est donnée à voir et mise en scène par la multiplication des gestes de familiarité et d’association à la majesté royale. Le roi s’entretient presque chaque jour avec son conseiller favori sur toutes sortes de sujets, tient avec lui de longs apartés lors de ses apparitions publiques, avec une entente et une amitié publiquement affichées99. Dans les entrées royales, le conseiller favori apparaît toujours le premier aux côtés du roi ; à l’occasion de pas d’armes et de joutes, il fait souvent partie de la bande du roi, et si le roi n’y participe pas lui-même, son conseiller favori est mis en valeur comme le principal personnage en lice100.

  • 101 LP, XXI, part I, p. 412-413, no 837, John Lisle à William Petre, Guînes, 15 mai 1546.
  • 102 Ainsi, lorsque le roi va choisir des bêtes à la fête du lendit à Saint-Denis, il demande à l’amira (...)
  • 103 AN, N III Eure 56 : plan du château d’Annebault ; Edmond Meyer, Silly-Annebaut : le testament de J (...)
  • 104 Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, 1926, 2 vol, t. II, p. 262 sq. ; (...)
  • 105 ASModena, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545.
  • 106 Charles Terrasse, François Ier, le roi et le règne, Paris, 1945-1970, t. III, p. 151 ; LP, XXI, pa (...)
  • 107 « Insomma tutto il piccolo trayno » (ASModena, busta 22, lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferr (...)
  • 108 En avril 1545, lorsque la cour arrive à Romorantin, le roi loge dans un petit palais avec la dauph (...)
  • 109 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Poissy, 7 novembre 1544 : « [Il re] hoggi (...)
  • 110 L’une des premières occurrences s’en trouve dans ibid., busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrar (...)
  • 111 Ibid., busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 3 avril 1547.
  • 112 En novembre 1545, lors de négociations à Bruges, le secrétaire Gilbert Bayart dit aux émissaires d (...)

30Comme ses prédécesseurs, Claude d’Annebault est à la fois le premier des serviteurs du roi et l’un de ses plus proches amis : chasseur, éleveur de chiens et amateur d’oiseaux de proie101, bon cavalier, connaisseur des chevaux102, il partage la culture chevaleresque traditionnelle de François Ier. En outre, sans être, comme Montmorency, un mécène et humaniste notoire, il fait construire un audacieux château103, patronne des écrivains comme Jean Leblond et peut-être Mellin de Saint-Gelays104, semble parler couramment l’italien105 et sait peut-être tenir une conversation de bibliophile106. Grâce à cette culture, il peut partager les loisirs du roi, qui trouve plaisir à sa compagnie même dans la sphère privée : par exemple, en avril 1545, François Ier s’accorde quelques heures de calme à La Muette, laissant la foule des courtisans à Saint-Germain, pour passer la soirée à la chasse avec le dauphin, la duchesse d’Étampes, l’amiral d’Annebault, et deux autres de ses familiers, le cardinal de Ferrare et madame de Massy107. Enfin, lorsque, au gré des déplacements de la cour, on ne trouve demeure assez grande pour recevoir toute la compagnie habituelle du souverain, celui-ci fait étape dans un logis plus modeste avec ses proches de cœur, dont fait normalement partie le conseiller favori108, à moins qu’il ne soit impossible de trouver une maison assez grande pour les accueillir tous les deux109. Dans les dernières années du règne de François Ier, la confiance démontrée par le roi à l’égard de son conseiller favori est telle que nul ne peut plus douter de la constance de sa faveur. Ainsi, lorsque le roi est malade et marche avec difficulté, il fait ses apparitions publiques en s’appuyant sur l’épaule de l’amiral, tant pour se tenir debout que pour se déplacer. Cette nouvelle habitude110, symbole du roi se reposant sur le premier de ses conseillers, manifeste estime et amitié. En effet, François Ier prétend l’aimer « non comme un serviteur mais comme un bon ami111 », à tel point qu’on dit de lui qu’il est « le cœur du roi112 ».

Conseiller favori

Le devoir de conseil au quotidien

  • 113 Il serait trop long de détailler systématiquement les sources utilisées dans cette reconstitution, (...)
  • 114 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Amboise, 24 mars 1545 : « Questa mattina s (...)
  • 115 Certains matins que l’amiral « s’invite » à la table du roi (ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti (...)

31À partir de 1543-1544, l’emploi du temps de l’amiral paraît très chargé113. Il témoigne du caractère diffus du devoir de conseil du conseiller favori, qui excède largement le cadre des séances du Conseil étroit : en un sens, on peut dire que le Conseil existe aussi à toute heure et dans toutes les antichambres du pouvoir, où le roi discute des affaires avec ses collaborateurs et, en particulier, le premier d’entre eux, Claude d’Annebault. Un jour ordinaire, l’amiral se lève aux aurores pour recevoir les messagers et personnages d’importance arrivés à la cour, ouvrir les paquets qui lui sont adressés et qui contiennent à la fois sa correspondance et celle du roi. Puis il convoque le Conseil, avant de se rendre dans la chambre du roi, dont il est le premier gentilhomme. Après le lever du roi114, il retourne au Conseil des affaires115. Exceptionnellement, si les nouvelles du petit matin l’exigent, le Conseil se rassemble plus tôt et commence à siéger avec l’amiral avant même le lever du roi, puis l’amiral laisse les conseillers avec Tournon pour assister au réveil de François Ier, qu’il met au courant en chemin, avant de rejoindre à nouveau les autres. Le roi arrive quelque temps après, ce qui lui épargne sans doute bien des débats préparatoires agités.

32Après la messe, Claude d’Annebault ne prend pas toujours son repas avec le roi : il tient sa propre table, l’une des plus fréquentées de tout le royaume, car viennent s’y présenter tous ceux qui désirent obtenir quelque chose du roi, en plus des familiers de l’amiral. Les ambassadeurs y vont souvent, notant des propos saisis sur le vif et des rumeurs entendues. L’après-midi, l’amiral semble partager son temps entre les affaires d’État et les plaisirs du roi, auxquels il ne peut pas toujours se joindre. Les jours de chasse, il accompagne toutefois le roi autant le plus souvent possible pour faire son devoir de maître des toiles, comme le montre par exemple la fin de cette lettre :

  • 116 BnF, ms frçs 17890, fo 137, Claude d’Annebault à Jacques Ménage, Saint-Germain-en-Laye, 24 janvier (...)

« Le roy s’est trouvé depuis deux jours un peu mal disposé, mais pour ce qu’on pourroit faire sa maladye plus grande qu’elle n’est, je vous advertys que tout maintenant je me houst [p]our luy tenir compaignye aux toilles ou il yra bientost116. »

  • 117 Par exemple ASModena, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545 : l’envo (...)

33Ainsi, si les tâches nombreuses et variées de Claude d’Annebault l’empêchent d’être un « compagnon des plaisirs » tout au long de la journée, il partage régulièrement l’intimité et les loisirs du souverain, en public ou à l’écart des foules courtisanes. Le midi ou le soir, parfois après avoir tenu sa propre table, Claude d’Annebault vient à la table de François Ier, où il introduit personnellement certains personnages à qui il a concédé une audience, avant de prendre place auprès du roi et de deviser avec lui de choses et d’autres, souvent en rapport avec les affaires en cours. On les voit souvent discuter ouvertement et dans la bonne humeur117. Après le souper, les entretiens peuvent se prolonger un peu, puis l’amiral d’Annebault assiste au coucher du roi. Il reste souvent levé bien après lui, fait fermer les portes du logis du roi afin qu’il ne soit pas dérangé, puis retourne travailler ou s’informer des nouvelles arrivées dans la soirée. Parfois, il est réveillé en pleine nuit pour recevoir un messager. L’activité du conseiller favori est donc à la fois intense et polymorphe, oscillant constamment entre service privé et service politique, dont la dissociation n’est jamais entière.

Homme de guerre, homme de paix

  • 118 CAF, t. IV, p. 401, no 12880 (signée « de par le roi, le sr d’Annebault, présent ») : AN, ZIC 5, f(...)
  • 119 Ceci posait donc un nouveau jalon dans le long processus de récupération par la couronne des clien (...)
  • 120 J. de Matignon, Correspondance, op. cit., p. xlviii, et p. 142 et 145, lettres CCXXI, 29 septembre (...)

34Claude d’Annebault, amiral et maréchal de France, s’occupe bien entendu au premier chef des affaires militaires, car il est le premier officier du royaume, en l’absence du connétable. Au niveau des institutions, la seule réforme marquante des années 1543-1546 est l’ordonnance du 10 février 1543, qui réserve aux maréchaux de France la connaissance exclusive du licenciement des hommes d’armes et archers, sous le contrôle de commissaires des guerres118. Cette mesure renforce les pouvoirs de Claude d’Annebault et des autres maréchaux, officiers de la couronne, et diminue les prérogatives et l’autonomie des capitaines de compagnies d’ordonnances, de moins en moins « entrepreneurs de guerre119 ». Plus tard, on s’attaque encore à la discipline des gens de guerre120, mais ces mesures ponctuelles restent modestes et ne répondent probablement pas au besoin de modernisation des armées françaises, dans un contexte de fin de règne de François Ier marqué par des guerres permanentes, contre l’Empire (1543-1544) et l’Angleterre (1544-1546). Même les ultimes mois du règne sont en grande partie consacrés à la préparation d’une nouvelle guerre. Homme de la guerre, Claude d’Annebault est aussi l’homme de la paix, interlocuteur des princes et de leurs représentants, et principal négociateur des traités.

  • 121 Sur ces campagnes, voir notamment François Nawrocki, thèse citée, p. 297-307 et 325-342 ; David Po (...)

35La campagne de 1543 est principalement menée sur la frontière nord. Grâce à un allié de revers, le duc de Clèves, le roi de France peut prendre l’initiative de l’offensive. Le commandement des opérations échoit encore à Claude d’Annebault : à partir du milieu de juin, il mène les opérations en Hainaut, tout en étant en mesure de participer régulièrement au Conseil, grâce à des allers et retours réguliers avec la cour qui suit les armées, à bonne distance. Avec les prises de Landrecies et de Luxembourg, aussitôt occupées et renforcées, cette campagne prend un tour heureux – c’est d’ailleurs la seule grande campagne victorieuse conduite par Claude d’Annebault. Néanmoins, le roi perd un allié précieux puisque le duc de Clèves se soumet à l’empereur. La guerre reprend l’année suivante dans des circonstances beaucoup moins favorables au roi de France, à court de moyens et d’alliés pour faire face simultanément aux armées de l’empereur et du roi d’Angleterre (près de 80 000 hommes au total) sur les frontières nord. Les succès italiens du printemps (Cérisoles), restés sans lendemain, suffisent tout juste à empêcher la formation d’un second front d’invasion par les Alpes. Les armées de l’empereur envahissent en quelques semaines le Luxembourg et le Barois (malgré la résistance inattendue de quelques places comme Saint-Dizier), ravageant ensuite la Champagne et menaçant Paris, tandis que les Anglais se contentent de prendre Boulogne et d’en sécuriser les environs121.

  • 122 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, la Ferté-Millon, 6 décembre 1545 : « Alla (...)
  • 123 Édouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, (...)
  • 124 De fait, les échecs répétés des armées de François Ier ne s’expliquent pas seulement par un défici (...)

36L’amiral d’Annebault, qui supervise personnellement le recrutement des armées, peut être mis en cause. Ses choix sont déterminants. Il fait notamment venir des milliers d’Italiens du Piémont pour combattre en Champagne, ce qui à l’époque est d’autant plus rare que l’on juge les méridionaux inaptes à se battre dans les pays froids : c’est un échec122. Au sujet de « l’invasion impériale de 1544 », les historiens sont généralement sévères avec François Ier et ses conseillers, supposés coupables d’avoir manqué de diligence dans la constitution d’une armée : de fait, en juillet-août 1544, tandis que les armées impériales et anglaises gagnaient du terrain, l’amiral commence seulement à s’affairer entre Paris, la Brie et la Marne pour rassembler les troupes du roi de France123. Or, ce retard procède d’une stratégie délibérée : lever des armées plus de deux mois après l’entrée en guerre des armées ennemies, en comptant sur la résistance de places fortes frontalières (Luxembourg, Commercy, Ligny), permet d’économiser des soldes et de rétablir un équilibre dans la capacité des protagonistes à financer la guerre, car le roi de France n’a alors pas les moyens de garder en campagne des armées suffisantes pour faire face, sur une aussi longue durée, à ses deux adversaires124. Dans le cas de l’invasion impériale de 1544, la stratégie française, qu’on pourrait qualifier de réaliste, n’est pas tout à fait vaine : lorsqu’après plusieurs sièges, les troupes de Charles Quint commencent à s’épuiser de malnutrition et de maladies et que les soldes viennent à manquer, l’empereur doit accepter de négocier.

37François Ier confie à Claude d’Annebault la responsabilité de ces pourparlers qui ont lieu du 7 au 17 septembre. Étant donné la menace qui pèse encore sur Paris, Claude d’Annebault négocie en position de faiblesse et la paix qu’il concède à Crépy n’est guère avantageuse. Cependant, l’essentiel est sauf : le roi de France restitue ses conquêtes de 1543, mais recouvre les places perdues en Champagne, en Picardie, en Perthois et en Barrois, à l’exception de Stenay. Le roi de France et son amiral renonçent également à armer des navires pour les Indes et les Antilles. Des mariages évoqués (à préciser ultérieurement) doivent aboutir à la restitution des États de Savoie à leur duc, mais le Milanais et la Bourgogne reviendraient à Charles d’Orléans, fils cadet du roi de France, qui épouserait une princesse de la maison de Habsbourg. Les mécontents sont nombreux et les difficultés d’application multiples, mais François Ier se montre satisfait : la conclusion d’une paix séparée avec l’empereur ne lui laisse plus qu’un seul adversaire, le roi d’Angleterre, auquel il peut espérer reprendre Boulogne, voire Calais, dès l’année suivante.

  • 125 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 19-35, Je (...)
  • 126 On en parlait depuis fin décembre 1544 : « Se dice anchò che Monsr l’armiraglio andarà personalmen (...)
  • 127 Voir à ce sujet l’article « François de Tournon » du présent ouvrage.
  • 128 Sur cette campagne, voir François Nawrocki, « La grosse armée de mer de l’amiral d’Annebault : la (...)

38À l’hiver 1545, Claude d’Annebault prépare une guerre d’un autre genre en constituant une immense flotte d’environ deux cent cinquante vaisseaux surpassant de beaucoup celle d’Henri VIII. Les vaisseaux français portent au moins vingt-cinq mille hommes de guerre et six mille chevaux : il s’agit d’une véritable armée d’invasion, capable de conquérir des terres outre-Manche, avec des pionniers et tout le matériel nécessaire pour mener des sièges et construire des fortifications. L’effort financier est sans précédent : près de deux millions de livres tournois sont investis en 1545 dans les dépenses de marine et le seul entretien de la flotte en mer coûte environ trois cent mille livres par mois. L’objectif est de porter la guerre outre-Manche et de prendre Portsmouth, tandis que le reste des armées françaises met le siège devant Boulogne. Après des semaines passées à préparer la guerre avec le roi, cartes à l’appui125, Claude d’Annebault s’embarque personnellement à la tête de l’expédition : malgré son manque d’expérience de la guerre sur mer, il considère que ce commandement relève pleinement des devoirs de sa charge d’amiral. À la cour, personne n’est surpris de cette décision126, bien qu’elle conduise le conseiller favori à s’éloigner pendant un temps indéterminé, dans un contexte politique mouvementé127. Malgré un départ marqué par des signes d’une fortune contraire, la flotte française parvient 18 juillet 1545 à proximité des côtes anglaises et du port de Portsmouth. Mais les Français ne parviennent ni à déloger la flotte anglaise abritée dans la rade de Portsmouth, ni à prendre position sur le sol anglais. Deux engagements, devant Portsmouth et au large de Boulogne, tournent court, à cause de mésententes au sein de l’état-major de l’expédition, mais aussi des décisions excessivement prudentes de Claude d’Annebault. Celui-ci débarque au Havre le 17 août sans avoir obtenu de succès notable avec sa flotte, sinon le maintien de Boulogne sous un blocus qui s’avère finalement un second échec128.

  • 129 LP, XX, part II, p. 212-213, no 493 et CSPSPan, VIII, no 143, Jean de Saint-Mauris au roi Ferdinan (...)
  • 130 Sources dans BnF, ms fr. 3916, fos 320-322 ; LP, XX, part II ; LP, X ; ÖStA, Frankreich, Ber. und (...)
  • 131 LP, XXI, part I ; CSP of Henry VIII, t. XI ; ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrar (...)
  • 132 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer, New Haven-London, 1996, p. 357 ; Charles Wriothesley, A chron (...)

39Malgré ce fiasco et les intrigues de cour qui s’ensuivent, le roi réaffirme son soutien à son amiral129. Une fois de plus, l’homme de guerre se mue alors en homme de paix, représentant le roi aux conférences de paix organisées à Bruges à l’initiative de l’empereur en novembre 1545130. Après l’échec de la médiation impériale, la guerre se poursuit, puis les tractations reprennent au printemps. En mai 1546, l’amiral d’Annebault rencontre son homologue anglais, John Dudley, près d’Ardres pour de nouvelles négociations, plus fructueuses cette fois. Annebault obtient des conditions satisfaisantes avec la restitution de Boulogne, contre une rançon de 800 000 écus payables en huit ans, ce qui n’est pas démesuré, en comparaison du coût d’une guerre ou encore des dépenses consenties par Henri VIII pour les nouvelles fortifications de Boulogne131. Les deux rois se montrent satisfaits de cette « paix des amiraux ». Pour la ratification du traité, l’amiral anglais vient en personne à Fontainebleau, puis Claude d’Annebault part à son tour pour l’Angleterre : il ne reste que quelques jours à la cour d’Henri VIII, du 20 au 29 août 1546, profitant de l’occasion pour poser les jalons d’un rapprochement plus étroit entre l’Angleterre et la France et amorcer un renversement d’alliances132.

40Étrange homme de guerre, qui multiplie les revers à la tête des armées (particulièrement en 1542, 1544 et 1545) et brille davantage sur le terrain de la négociation diplomatique : deux traités de paix négociés (Crépy et Ardres) et trois autres missions majeures, où il représente personnellement le roi auprès de l’empereur et du roi d’Angleterre (à Bruges en novembre 1545, à Londres en août 1546, à Bruxelles en novembre 1546), avec un certain succès malgré les handicaps cumulés sur le terrain. Cependant, il est toujours secondé par des personnages rompus aux subtilités de la diplomatie et du droit, comme Olivier, Errault ou Bayard (ou plus officieusement Gabriel Guzman ou Jean de Monluc), qui sont un peu comme le prolongement du Conseil du roi auprès de son représentant aux négociations. Les instructions, préalablement établies au Conseil, bornent étroitement sa marge de manœuvre, et toutes les propositions adverses et projets d’articles de paix sont soumis au roi au fil de l’avancée des discussions.

  • 133 Odet de Selve, Correspondance politique, G. Lefèvre-Pontalis (éd.), Paris, 1888, p. 29, lettre d’O (...)
  • 134 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 1-16, Jea (...)
  • 135 Cédric Michon, « Jean de Lorraine ou les richesses de la faveur à la Renaissance », dans Revue d’h (...)
  • 136 LP, XXI, part I, p. 412-413, no 837, John Lisle à William Petre, Guînes, 15 mai 1546.

41Néanmoins, Claude d’Annebault apparaît après Crépy et Ardres comme le principal instigateur et « le plus ferme soutien de la paix133 », dont la réalisation conditionne probablement son maintien dans la faveur du roi : par conséquent, il s’acharne à faire respecter les clauses du traité de Crépy et se fait fort de faire personnellement obstacle à tous les ennemis de la paix134, quitte à indisposer successivement le dauphin, le clan de Lorraine, Nicolas de Longueval et la duchesse d’Étampes135. Bien que sa carrière se soit construite au fil des batailles et des sièges, Claude d’Annebault se pose volontiers en pacifiste : au cours des négociations d’Ardres, il déclare à l’amiral anglais remercier Dieu qu’il n’y ait pas eu de bataille au mois d’août précédent, car « ç’eût été le plus grand massacre d’hommes depuis bien des années136 ». En cela encore, Annebault n’est pas sans rappeler Montmonrency.

  • 137 Par exemple, lorsque le nonce Alessandro Guidiccione reçoit la bulle de publication du concile de (...)
  • 138 Voir notamment les lettres de Nicholas Wotton pour la fin du règne (dans L & P).
  • 139 « Il vous a plu, lui écrit Jean de Morvillier à peine arrivé à Venise, me faire ce bien et honneur (...)

42De fait, Claude d’Annebault apparaît comme le maître d’œuvre de la diplomatie de la fin du règne, en étroite collaboration avec le cardinal de Tournon. Le roi prend toujours les décisions les plus importantes, généralement débattues au Conseil, mais Claude d’Annebault procède à l’ordinaire des relations internationales. Il est le premier à traiter avec les huit ambassadeurs étrangers résidant à la cour : le nonce apostolique137, l’orateur de l’empereur, ceux des princes et républiques italiennes, de Venise, Ferrare, Mantoue, et Florence (sans compter les ambassadeurs extraordinaires de Gênes), celui du roi d’Angleterre138, voire celui du roi de Portugal. Il filtre les informations et prodigue l’accès aux audiences du roi, ce qui le place en position centrale dans les relations internationales. Lui-même participe activement au choix des représentants du roi à l’étranger et correspond directement avec eux139. En outre, il entretient ses propres réseaux d’informateurs, complémentaires avec ceux du cardinal de Tournon ou du cardinal Du Bellay. Les lettres de l’amiral laissent souvent transparaître une grande prudence, révélatrice non seulement de son caractère méfiant, mais aussi d’une longue habitude des finesses et des pièges de la diplomatie. On le constate par exemple dans cette lettre à Jean de Monluc, envoyé à la cour de l’empereur :

  • 140 BnF, ms fr. 17889, fo 344, Claude d’Annebault à Jean de Monluc, Valenciennes, 30 novembre [1545] ; (...)

« [Le roi] vous prye vous donner bien garde a vostre arrivee de ne parler audict empereur, a ses ministres ny autre que ce soit, sans premierement avoir veu led. ambassadeur Mesnage et communiquer avecques luy sur led. memoire que vous suivrez de poinct en poinct, sans vous eslargir en riens davantaige ; en sorte qu’il ne soit riens dict au desavantaige de nostre maistre, ny chose qui puisse prejudicier a ses affaires. Et si d’avanture vous aviez dict a l’ambassadeur de l’empereur estant en Levant quelque chose davantaige, vous regarderez avecques led. Mesnage a rabiller cela et le coulourer le mieulx que vous pourrez, en maniere que vous puissiez estre trouvez veritables et tenir tous deux ung mesme langaige ; et me semble que le moins que pourrez dire sera beaucoup le meilleur140. »

  • 141 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 19 avril 1546. Il s’agit de Livio C (...)
  • 142 Voir notamment les lettres de Jean de Saint-Maurice dans AN, K 1486 et 1487 et ÖStA, Frankreich, V (...)
  • 143 François Nawrocki, thèse citée, p. 600-617.

43Sous l’égide de Claude d’Annebault, la diplomatie française poursuit son extension. Après l’échec des tentatives d’imposer un ambassadeur français à Gênes, un autre, choisi par l’amiral, est installé auprès de Marie de Hongrie, régente des Pays-Bas141. Enfin, la plus grande réussite de la diplomatie du règne de François Ier se situe peut-être dans les derniers mois du règne, employés à organiser, dans le plus grand secret, une vaste coalition contre l’empereur réunissant le roi de France, le roi d’Angleterre, les princes protestants de Smalkalde, et voire même Gênes et l’empire Ottoman. Lors de son bref séjour à la cour d’Angleterre, Claude d’Annebault a d’ailleurs esquissé des propositions pour un éventuel rapprochement doctrinal, depuis longtemps demandé par Henri VIII. Dans le même temps, lui et le cardinal de Tournon parviennent à faire croire au pape et à l’empereur qu’ils travaillent plus que jamais à la conservation de la paix. Malgré quelques doutes nés à l’automne 1546, les impériaux sont abusés par ce jeu de dupe jusqu’au début de mars 1547 : ils se hâtent alors de prendre des mesures défensives142. Cependant, en janvier 1547, l’échec du coup d’État des Fieschi à Gênes, la reddition du duc de Wurtemberg puis la mort d’Henri VIII compromettent les chances de succès de la coalition, qui s’effondre d’elle-même lorsque commence l’agonie de François Ier143.

De l’apogée à la chute

  • 144 ANG, t. VI, p. 101-104, lettre du nonce Dandino au cardinal Santa-Fiora, Folembray, 22-23 novembre (...)

44À partir de l’été 1546, François Ier paraît de plus en plus détaché du gouvernement de son royaume et avant tout soucieux de préserver, dans le repos et les loisirs, une santé chancelante. Sa confiance en Claude d’Annebault est telle qu’il lui laisse de plus en plus d’autonomie dans la « superintendance » des affaires. Même en l’absence (récurrente) du roi, son Conseil étroit se tient chaque matin. Le fait que des décisions soient de plus en plus souvent prises au nom du roi au sein du Conseil, même quand le souverain en est absent, renforce sans doute l’impression que l’amiral d’Annebault, « ministre absolu144 », est tout-puissant et tient lieu de roi :

  • 145 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 36-38, Je (...)

« Led. sr admiral, rapporta encore Saint-Maurice, me dit que je ferois austant de negocier avec luy comme avec led. sr roy, que toujours me remettroit à son Conseil145. »

  • 146 Sur les clientèles de Claude d’Annebault, voir François Nawrocki, thèse citée, p. 491-515 et 647-6 (...)

45Le fait est qu’après 1545, Claude d’Annebault et le cardinal de Tournon n’ont plus d’opposants crédibles ni au Conseil (composé d’eux-mêmes, du chancelier Olivier et d’un secrétaire, avec parfois le renfort des cardinaux de Lorraine ou de Ferrare), ni dans l’entourage de la duchesse d’Étampes. Les partisans du dauphin attendent patiemment leur heure. Dans le personnel politique principal, seul Jean Du Bellay, un peu marginalisé, semble hostile à l’amiral. Parmi les principaux exécutants des politiques royales, Jean de Taix, Francesco Bernardini, Johannes von Beichlingen, Antoine Polin de La Garde, Gilbert Bayard ou Jean de Monluc, sont des fidèles de Claude d’Annebault, à qui ils doivent ascension, charges, pensions et autres services. Tous les membres de ce petit « conseil » informel du conseiller favori vont être sévèrement malmenés au changement de règne146.

  • 147 Sur cette politique de la fin du règne : ibid, p. 453-456 et 585-599.

46Cette délégation permet à l’État royal de continuer à fonctionner normalement malgré l’effacement progressif du roi et son désintérêt pour les affaires courantes. Les derniers mois du règne semblent même marqués par une activité très soutenue : on s’emploie à restaurer l’ordre tant à la cour que dans les provinces, édictant des mesures nouvelles relatives à la discipline des gens de guerre, à l’interdiction des exportations de blés, à la réforme des hôpitaux ou à la répression des actes d’hérésie, avec un va-et-vient, en partie dicté par le contexte de la politique étrangère, entre mesures répressives et mesures suspensives. Les frontières font également l’objet d’une nouvelle vague de fortification en Picardie, en Champagne, en Piémont et en Bresse. En effet, on prépare en secret la prochaine guerre contre l’empereur, pour laquelle des fonds sont levés par avance (preuve que la leçon de 1544 a été retenue) avec un effort de modernisation des impôts comme des systèmes d’emprunts auprès de marchands, si bien qu’en peu de temps, les coffres de la monarchie sont de nouveau copieusement garnis : ces coffres pleins, qui ont beaucoup joué en faveur de l’image posthume de François Ier et de Claude d’Annebault, ne doivent ni occulter les dettes considérables qui ont été contractées, ni faire oublier que leur contenu est immédiatement périssable, puisque destiné à financer une guerre à brève échéance147.

47Le 31 mars 1547, sur son lit de mort, François Ier fait au dauphin Henri cet éloge de l’amiral d’Annebault :

  • 148 Pierre de Brantôme, op. cit., t. III, p. 210.

« [L’amiral] estoit le plus homme de bien qui l’eust jamais servy, et que jamais, en toute sa faveur, il n’avoit faict tort à personne, ny pillé, ni gaigné, comme beaucoup d’autres ; mais tant s’en faut, qu’il s’y estoit apauvry, au contraire de tous les autres. Et pour ce, le roy […] le pria de se servir de luy, car il le serviroit très fidelement et s’en trouveroit bien148. »

  • 149 L’organisation de la « quarantaine » de garde et d’inhumation de la dépouille du roi défunt, confi (...)

48Le nouveau roi Henri II n’en fait rien : il commet l’amiral d’Annebault et le cardinal de Tournon à la quarantaine du défunt, c’est-à-dire au service domestique et à l’ensemble des tâches liées à l’organisation et au cérémonial de la période d’environ quarante jours de la mort d’un roi à son inhumation. Pendant ce temps, une nouvelle équipe dirigeante supplante l’ancienne. Dès les premiers jours d’avril 1547, Montmorency reprend le rôle dans lequel d’Annebault, son ancien protégé, lui avait succédé : désormais, il est à nouveau le conseiller favori et le grand maître en exercice du roi vivant, quand l’amiral demeure celui du roi mort jusqu’au cortège funéraire de Saint-Denis, le 22 mai149.

  • 150 Charles Paillard, « La mort de François Ier et les premiers temps du règne de Henri II, d’après Je (...)
  • 151 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : vie sociale et architecture, [Paris], 2002 et (...)
  • 152 François Nawrocki, thèse citée, p. 689-711.

49La mise à l’écart de Claude d’Annebault se fait en plusieurs temps. D’abord, les chiffres diplomatiques lui sont retirés le 3 avril et les ambassadeurs et autres agents officiels reçoivent la consigne d’écrire désormais au connétable : avril 1547 est la réciproque de mai 1541. Une enquête sur les comptes royaux et la gestion de l’amiral est ensuite menée, mais on ne trouve aucune charge à retenir contre lui. Cependant, lorsque le 17 avril, Claude d’Annebault se rend à la cour pour demander d’être associé au connétable pour la gestion des affaires, Henri II ne l’autorise qu’à assister au Conseil de l’après-midi, qui n’a qu’un rôle accessoire d’examen des requêtes : son éviction du Conseil étroit est consommée150. Fin mai, Annebault est contraint de renoncer à certaines des charges qu’il cumule, notamment celle de maréchal, mais il conserve celle d’amiral. Enfin, sa mise à l’écart se concrétise dans l’espace par le déplacement de ses appartements au rez-de-chaussée du château de Saint-Germain, dans l’ancien logis du cardinal de Tournon, avant que ces nouveaux espaces ne lui soient eux-mêmes retirés au profit des enfants du connétable151. Comprenant enfin que le roi lui donne un « congé muet », il quitte la cour en juillet 1547 pour la Normandie, dont il redevient le gouverneur résident. Il n’entre à nouveau au Conseil étroit que très brièvement, en février-mars 1552, lorsqu’il s’agit de préparer la régence de Catherine de Médicis, dont l’amiral dirige ensuite le Conseil pendant l’absence du roi, en campagne en Lorraine. Claude d’Annebault meurt quelques mois plus tard, le 2 novembre 1552, lors d’opérations militaires en Picardie152.

Notes

1 BnF, ms It. 1716, p. 43-57, Francesco Giustiniani et Marino Cavalli au doge de Venise, Paris, 8 février 1547.

2 Jean III d’Annebault, fidèle au roi de France, fut privé de ses fiefs par les occupants anglais avant de mourir à Verneuil (1424) ; ses descendants ne retrouvent leurs fiefs qu’au début des années 1450. Parmi les sources utilisées : Louis de Rioult de Neuville, Généalogie de la famille de Rioult, Besançon, 1911 ; père Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Paris, 1726, 10 vol., t. IX, p. 178 ; R. M. Sauvage, L’abbaye de St-Martin de Troarn, au diocèse de Bayeux, Caen, 1911 ; Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Paris, 1879 ; AN, JJ 65, JJ 66, JJ 87, P 298, P 266, P 277, P 305, P 306 ; AD Eure, 2 F 2264 ; BnF, ms PO 74, etc.

3 Un tel phénomène d’hypergamie était courant à cette époque (Michel Nassiet, Parenté, noblesse et états dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, 2000, p. 137). Sur la succession Jeucourt, M. de Castilla, « Notes sur la succession des propriétaires de la seigneurie de Carrouges : Blosset », dans Société historique et archéologique de l’Orne, t. XIII, Alençon, 1903, p. 222-224 ; Edmond Meyer, Silly-Annebaut : le testament de Jacques de Silly, Évreux, 1896, p. 15 ; AP Monaco, J 1, fo 17 et J 2, fo 62 vo, et J 42, no 5 (cité dans l’introduction de Joachim de Matignon, Correspondance de Joachim de Matignon, lieutenant général du roi en Normandie [1516-1548], L.-H. Labande (éd.), Monaco, 1914) ; BnF, ms Carrès d’Hozier 28, fo 20 vo ; sur la succession Blosset : AN, P 2652 /332, AD Orne, 34 J 3, BnF, ms PO 373, Blosset, fo 63.

4 Michel Nassiet montre qu’en fournissant de nouveaux emplois, la parenté maternelle permet souvent de franchir une étape déterminante dans un processus d’ascension sociale (Michel Nassiet, op. cit., p. 103-110) ; voir aussi Laurent Bourquin, La Noblesse dans la France moderne, Paris, 2002, p. 102-103.

5 Claude Anthenaise, « Chasse aux toiles, chasses en parc », dans Chasses princières dans l’Europe de la Renaissance, actes du colloque de Chambord (1er et 2 octobre 2004), Arles, 2007, p. 78-79 et 89, et Id., « La chasse, le plaisir et la gloire », dans De l’Italie à Chambord, François Ier : la chevauchée des princes français, Paris, 2004, p. 99 ; aussi Gaston Zeller, Les Institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1948, p. 103 et Jean-François Solnon, La cour de France, Paris, 1987, p. 41.

6 Lettre de Louis de Brézé à Anne de Montmorency, Anet, janvier 1518 (Hector de La Ferrière, Les chasses de François Ier racontées par Louis de Brézé, grand sénéchal de Normandie, Paris, 1869, p. 105) : « Je vous advise […] que la doguesse vous menace fort pour la lettre que m’avez escripte et dit qu’elle le vous rendra bien, et quant vous y seriez, et Bonval [Germain de Bonneval], et Ennebault, elle en viendroyt bien à bout. »

7 BnF, ms frçs 20468, fo 271, Jean d’Annebault à Claude de Lorraine, Vernon, 28 juin [1522] : « Je vous envoye les chiens que je vous avoys promys, qui sont de la race […] et les vous eusses plustost envoyés, mays il n’estoit pas assés renforcés » ; Jean d’Annebault, qui devait recevoir dans l’année d’autres « chiens courans » ou « levriés » de Bretagne, se faisait fort fournir à Guise un lévrier par an ; voir aussi Jacques Du Fouilloux, La Vénerie de Jacques Du Fouilloux… Plusieurs receptes pour guerir les chiens de diverses maladies, Poitiers, 1561, chap. iii, fo 14.

8 BnF, ms PO 74, pièce 57, quittance de Jean d’Annebault de 600 lt. de gages de capitaine des toiles pour l’année 1522, janvier 1523 [n. st.].

9 Il est encore capitaine des toiles le 28 novembre 1530 : BnF, ms PO 74, pièce 61, entre autres quittances ; voir aussi celle de Fontainebleau, 21 juin 1527, J. 962, no 27, dans CAF, III, 346, 9114.

10 En 1548 : quittance en cette qualité dans BnF, ms frçs 26133, no 445.

11 Voir aussi François Roche, Claude de Lorraine, premier duc de Guise, Chaumont, 2005, p. 117.

12 Il le reste jusqu’en 1531 (BnF, ms frçs 7853, fo 344 vo).

13 Boissey-le-Chatel, dép. Eure, arr. Bernay, cant. Bourgtheroulde-Infreville ; AP Monaco, Mat. J 1, fo 173, et J 42, nos 10 à 12, d’après J. de Matignon, Correspondance, op. cit., p. xii, actes du 24 octobre 1519 et du 19 mars 1520.

14 LP, III, I, p. 313 ; Joyceleyne G. Russel, The Field of Cloth of Gold, Londres, 1969, p. 132-134.

15 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1908-1919, t. I, p. 139 ; voir aussi Id., Fragments de la première Ogdoade, V.-L. Bourrilly (éd.), Paris, 1904, p. 93.

16 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, L. de Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, 11 vol., t. III, p. 205 ; Francis Decrue de Stoutz, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux armées et François Ier, Paris, 1885, p. 16.

17 BnF, ms Clair. 246, montre du 15 juillet 1523 ; ceci ne figure pas dans le tableau proposé par Fleury Vindry, Dictionnaire de l’État-Major français au XVIe siècle, Bergerac, 1901, p. 40.

18 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. I, p. 314.

19 Aimé Champollion-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 85 à 88 (liste des Français morts ou faits prisonniers à la bataille de Pavie) ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. I, p. 358 ; Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 225 ; une liste d’époque se trouve à AGR Belgique, Aud. 1991/51, fos 1-4 (copie dans ibid, Aud. 433.4, fo 21).

20 Jean d’Annebault est encore seigneur de Saint-Pierre en 1523 (AD Orne, 34 J 1, bail à ferme d’une terre à Guerquesalles, 31 octobre 1523). Le fief de Saint-Pierre était situé en la paroisse de Bourville, dép. Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Fontaine-le-Dun, dans l’arrière-pays de Saint-Valéry-en-Caux (BnF, ms PO 2991, fo 27, Charles de Beaurepaire, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, t. II, Paris, 1984 ; Auguste Beaucousin, Registre des fiefs… de Caux, op. cit., p. 219-220, Jean-Eugène Decorde, Essai historique et archéologique sur le canton de Gournay, Paris-Rouen, 1861, p. 72).

21 En particulier, sur Jean Tournemine, seigneur de Botloy, grand veneur de François II de Bretagne de 1457 à 1462, voir Jean Kehervé, L’État breton aux XIVe et XVe siècles : les ducs, l’argent et les hommes, Paris : 1987, 2 vol., p. 257.

22 Paul D. Abbott, Provinces, pays and seigneuries of France, Myrtleford, 1981, p. 273 ; Amédée Guillotin de Corson, Les Grandes seigneuries de Haute-Bretagne, Rennes, 1899, 3 vol, t. III, p. 265-309 ; abbé d’Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, 1762, t. VI, p. 250 ; CAF, t. V, 810, 18888 ; AN, P 2682 /440 et PP+ 20/3269.

23 Jean d’Annebault meurt entre août 1533 (BnF, ms Cab. d’Hozier 237, Mézières, attestation par Jean d’Annebault que demoiselle Isabeau de Mézières est issue de noble et ancienne extraction) et la fin de l’année 1534 (BnF, ms Dossiers Bleus 25). Claude d’Annebault prête hommage au roi de France pour les fiefs hérités de son père le 1er juin 1535 (AN, P 2652/332).

24 François de Vieilleville, Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vieilleville et comte de Durestal, maréchal de France, Paris, 1836, p. 434-436.

25 Les revenus terriens et féodaux d’Anne de Montmorency ont été estimés à au moins 125 000 livres tournois, ceux des Nevers à 115 000 lt., ceux des Bourbons, pour la seule Picardie, à 71 000 lt. en 1549, et ceux Claude de Guise, pour ses terres en France, 39 000 lt. (Mark Greengrass, « Property and Politics in Sixteenth-Century France : The Landed Fortune of Constable Anne de Montmorency », dans French History, t. II, 1988, p. 371-398 [p. 376-377]; Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion : the Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, 1998, p. 26.)

26 BnF, ms frçs 3015, fo 88 vo, Claude d’Annebault et Guido Rangone à François Ier, Pavie, 22 juin 1529, ibid., ms fr. 6638, fos 169-172, François de Saluces au roi, Asti, 25 juin 1529 et ibid., ms frçs 6637, fo 388, Claude d’Annebault au roi, Cassano d’Adda, 27 juin [1529] ; Pierre de Brantôme, op. cit., t. III, p. 205 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. II, p. 103-104 ; Francesco Guicciardini, Storia d’Italia, S. Seidel-Menchi (éd.), Turin, 1971, p. 2001-2002 ; Marino Sanuto, Diarii, Venise, 1879-1903, t. LI, col. 221, ibid., col. 217, et ibid., col. 246.

27 BnF, ms frçs 32865, notice sur Claude d’Annebault, fos 161-166 (chevaliers de l’ordre de Saint-Michel) ; A.C.C., série L, t. LVI, fo 59, Claude d’Annebault à Anne de Montmorency, La Hunaudaye, 1er novembre [1530].

28 Il devient général des chevau-légers en 1535 ou 1536 ; sur les origines du corps des chevau-légers, voir Philippe Contamine (dir.), Histoire militaire de la France, t. I, des origines à 1715, Paris, 1992, p. 248-249.

29 CAF, t. VI, p. 272, no 20288, Compiègne, 5 novembre 1531 ; la titulature exacte est donnée dans Archives de l’Institut, autographes Moulin, collection des maréchaux, commission du 15 mai 1533, Moulins : « Lieutenant de monseigneur le daulphin ou gouvernement de Normandie, en l’absence de monsr l’amyral de France, son lieutenant general. »

30 Il se situe alors dans la moyenne : Robert Harding évalue l’âge moyen d’accession à un gouvernement à 32 ans sous François Ier, 33 sous Henri II ; en revanche, Harding calcule que la durée moyenne d’exercice était d’environ dix ans (Robert Harding, Anatomy of a Power Elite : The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven-Londres, 1978, p. 119 et 121), alors que Claude d’Annebault fut gouverneur durant vingt et un ans.

31 CAF, t. VIII, p. 633, no 32560.

32 Par exemple, en 1535, la ville de Caen s’adresse à lui pour obtenir du roi une mainlevée des deniers de la ville (Pierre Carel, Caen depuis Philippe Auguste jusqu’à Charles IX, Paris, 1886, 2 vol., t. I, p. 123).

33 D’après François-Joseph-Guillaume Pinard, Chronologie historique militaire, Paris, 1760-1778, 8 vol, t. II, p. 232.

34 CAF, t. II, p. 229, no 4970 ; les gages s’élevaient à 110 lt. l’an (BnF, ms PO 74, Annebault, pièces 25-26 pour l’année 1536).

35 ŐStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, Jean Hannart à Marie de Hongrie, Lyon, 31 mars 1536 (minute), AGR Belgique, Aud. 418, fos 42-47, lettre du même à l’empereur, Lyon, 14 avril 1536 (copie) et ANG, I, p. 144 et 147-148 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. II, p. 328-329, ASTorino, MP int., Storia Real Casa, categ. 3e, Storie particolari, mazzo 10, no 4, Memoyres de messire Pierre de Lambert.

36 Voir notamment Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 224-229, chap. « Ce que fist monseigneur d’Annebault à Turin » ; BnF, ms frçs 3062, fo 108, Claude d’Annebault et Charles de Burie à Jean d’Humières, Turin, 22 août [1536] ; CCJDB, II, p. 324, Palamède Gontier, secrétaire de l’amiral, à Jean Du Bellay, Settimo Torinese, 3 mai 1536 et ibid., p. 325-326, Charles Hémard au même, Rome, 5 mai 1536 et ibid., p. 377-379, Jean à [Guillaume] Du Bellay, Lyon, 13 et 16 juillet [1536] ; aussi AN, J 993, nos 8/1 et 8/6 et ÖStA, Italien kl. St., Karton 1 (Mailand 1435-1540), fos 193-194, lettre du cardinal Caracciolo à Charles Quint, Milan, 17 août 1536.

37 BnF, ms frçs 6637, fo 24, Claude d’Annebault à Anne de Montmorency, Turin, 1er juillet [1536]. Claude d’Annebault suit ensuite la cour dans le voyage de Provence et le roi lui fait faire, comme au roi de Navarre, au duc d’Estouteville, à Montmorency et à lui-même, une casaque de velours gris, couleur de la fidélité, pour monter à cheval à ses côtés (CAF, t. III, p. 246, no 8657, Lyon, 7 octobre 1536).

38 Pierre de Brantôme, op. cit., t. VII, p. 280 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 393-394 ; André Thevet, Les vrais pourtraicts et vies des hommes illustres, grecs, latins et payens, recueilliz de leurs tableaux, livres, médalles antiques et modernes, fo 431 vo ; Guillaume Paradin, Histoire de nostre temps, Lyon, 1554, p. 333 ; Cronique du roy François, G. Guiffrey (éd.), Paris, 1860, p. 212 ; « Journal d’un assiégeant ; le siège mis devant Thérowane (1537, le 27 juing) », L. Deschamps de Pas (éd.), dans Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, tome I, 16, 1855, p. 126 ; Louis Bresin, Chroniques de Flandre et d’Artois. Analyse et extraits pour servir à l’histoire de ces provinces de 1482 à 1560, E. Mannier (éd.), Paris, 1880 ; LP, XII, part II, p. 140, no 343 ; ANG, t. I, p. 288.

39 CAF, t. VIII, p. 75, no 29914, mandement de décembre 1537.

40 La Triomphante réception de Mgr le Connestable, Paris, 1538, citée par Francis Decrue de Stoutz, Montmorency, op. cit., p. 339 ; voir aussi la relation de la Chronique du roy François, op. cit., p. 237-239.

41 Joseph Vaissete et Claude Devic, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1875-1941, 18 vol., t. XII, p. 4 ; Germain de La Faille, Annales de Toulouse depuis la réunion de la comté de Toulouse à la couronne, Toulouse, 2 vol., 1687-1701, preuves du t. II.

42 Joachim de Matignon, Correspondance, op. cit., lettre LXV ; ORF, VIII, p. 203-208 ; CAF, no 21139 et no 21219.

43 Pouvoirs du 20 septembre 1539, éd. dans ORF, IX, p. 731-737. Des lettres d’amplification de ces pouvoirs sont données vers le mois de novembre (copies XVIIe siècle dans BnF, ms NAF 7229, fos 189-190 vo et dans BnF, ms fr. 7492, fo 211 vo-213).

44 Sur l’état de la province sous l’administration de Montejean, voir notamment AN, J 993, BnF, ms fr. 3062, fo 148, syndics de Turin au roi, Turin, 25 juillet [1537], BnF, ms fr. 3081, fo 59, syndics et citoyens de Turin à Mr de Humières, 25 août 1537, Jean Du Bellay, Correspondance, op. cit., p. 114-115, Guillaume Du Bellay à Jean Du Bellay, Turin, 6 juillet 1538 ; Lucien Romier, « Les institutions françaises en Piémont », dans Revue historique, t. CVI, 1911, Anne Merlin-Chazelas, « Mise en place des institutions françaises dans les États de Savoie après leur conquête par François Ier », dans Recherches régionales, Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no 157, 2001, p. 82, Victor-Louis Bourrilly, « Les Français en Piémont : Guillaume Du Bellay et le maréchal de Montejehan », dans Revue historique, t. LXXVI, 1901, p. 297-328, et Id., Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, Paris, 1905, p. 237-284, Richard Cooper, Litterae in tempore belli, Genève, 1997, Armando Tallone (éd.), Parlamento sabaudo : atti delle assemblee costituzionali italiane dal medio evo al 1831, parte prima, Patria Cismontana, vol. VII (1525-1560), Bologne, 1933, p. 240-249, Pierpaolo Merlin, « Torino durante l’occupazione francese », dans Storia di Torino, t. III : dalla dominazione francese alla ricomposizione dello Stato (1536-1630), dir. G. Ricuperati, Turin, 1998, p. 10-19.

45 ASMantova, Cart. inv. div., 638, Paris, 4 octobre 1539, Fabrizio Bobba au duc de Mantoue.

46 Mêmes sources et ASTorino, Camera, Parlamento francese, Sentenze e Sessioni, art. 613 ; ibid., Corte, ME, Dacito di Susa, mazzo 1, lettres patentes de Claude d’Annebault, Turin, 29 janvier 1540 [n. st.] ; ASC Torino, Donativi, nos 538 et 542 ; ASC Moncalieri, série R, p. Ia, no 8, copie de lettres patentes de Claude d’Annebault, datées du 14 novembre 1539 ; ibid., ser. gen. no 2586, syndics et habitants de Moncalieri à Claude d’Annebault, [octobre-novembre 1539] ; ACC, L, t. L XVI, fo 1, Claude d’Annebault au roi, 13 novembre [1539] ; ibid., L, t. L XVI, fo 280, abbé Borgarel à Anne de Montmorency, Turin, 9 septembre 1538, etc.

47 Cronaca modenese di Tommasino de’Bianchi, detto de’Lancellotti, Parme, 1868, t. VI., p. 251 ; ASMantova, Cop. ord., 2939, registre du 14 septembre 1539 au 23 mars 1540, fo 77, lettre du duc Frédéric de Mantoue à l’Abbadino, 19 décembre 1540 ; ibid., Cart. inv. div., 638, Fabrizio Bobba au duc de Mantoue, Paris, 26 juin 1539 ; ASMantova, Cop. ord. 2939, registre du 14 septembre 1539 au 23 mars 1540, fo 131 vo : Frédéric II, duc de Mantoue, à Claude d’Annebault, Mantoue, 13 mars 1540 (minute) ; ibid., AG 731, diverses lettres de Claude d’Annebault au duc de Mantoue ; ibid., Cop. ord., 2939, registre du 14 septembre 1539 au 23 mars 1540, etc.

48 ASVenezia, Consiglio dei Dieci, Capi, Lettere di ambasciatori, Milano, Vincent Fedel au doge Piero Lando, Corbolla, 26 novembre 1539 ; ibid., Cons. X, Parti secrete, filza 5, 29 novembre 1539 ; ASVenezia, Cons. Sen., Del. sec., reg. 60, fos 85 vo-86 vo, 12 décembre 1539 ; ibid., Cons. Sen., Del. sec., reg. 60, fo 95, délibération du 13 janvier 1540, et fos 100-102 vo, etc. ; Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’État des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres sous les règnes de François Ier, Henri II et François II, Paris, 1666, t. I, p. 490, lettre d’Annebault à Montmorency, Venise, 3 décembre 1539 ; Guillaume Pellicier, Correspondance politique de Guillaume Pellicier, ambassadeur de France à Venise, 1540-1542, A. Tausserat-Radel (éd.), Paris, 1899, 2 vol., p. XVII sq.

49 R. Cooper, op. cit., p. 37-40 ; Martha D. Pollak, Turin (1564-1680) : Urban Design, Military Culture and the Creation of the Absolutist Capital, Chicago-Londres, 1991 ; Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, Lyon, 1660, t. II, p. 222 sq. ; au sujet des travaux ultérieurs, voir les correspondances de Claude d’Annebault avec Guillaume Du Bellay (BnF, ms frçs 5152 et 5155) puis Paul de Termes (ibid., ms Moreau 774).

50 ASMantova, Corr. est., Savoia, 731, Claude d’Annebault au duc de Mantoue, Turin, 29 avril 1540 ; ibid., Cop. ord. 2939, registre du 29 mars 1540 au 9 juillet 1540, fos 24 vo-25, lettre du duc de Mantoue à Claude d’Annebault, 5 mai 1540 ; BnF, NAF ms 1483, pièce no 66 : ordre au trésorier Jean Duval, de payer 225 lt. à Pierre de Harcourt, pour le voyage qu’il fait pour le roi à Turin, afin de porter des lettres au maréchal d’Annebault et le « faire venir incontinent et en dilligence la part que serons, pour aucunes causes que ne voulons estre cy autrement declairees ».

51 LP, XV, p. 368, no 781, rapport anglais du mois de juin : « That Hanybaulte who came late from Piedmont is lyke now to be put most in trust with the Frenche king »; voir aussi ASVaticano, AA I-XVIII 6530, fo 325 vo, Ferrerio au cardinal Farnèse, Paris 6 juillet 1540.

52 ASTorino, Camera, Parl. Fr., Sentenze e Sessioni, art. 613, § 2, fo 303 vo, 9 août 1540 : entérinement de lettres de rémission accordées à J. F. Coste, sr de Carru, meurtrier d’un autre gentilhomme piémontais, signées « par le roy, l’évêque de Soissons, le sr d’Onnebault mareschal de France et autres presens ; Bochetel » (en mai, Saint-Germain-en-Laye).

53 ASVaticano, NF Ia, fo 221, Ferrerio au cardinal de Santa Fiora, Paris, 22 mai 1540, copie, analysée dans ANG, t. III, op. cit., p. 561.

54 Ainsi, dans un premier temps et jusqu’en octobre 1540, Du Bellay écrit à la fois à Annebault et à Montmorency pour les affaires dont l’importance ne se limite pas au Piémont : BnF, ms fr. 5152, fo 34 vo, Guillaume Du Bellay à Anne de Montmorency, Turin, 30 août 1540.

55 Ibid., fo 51, Guillaume Du Bellay à Anne de Montmorency, Rivoli, 27 octobre 1540.

56 ASMantova, Cart. inv. div. 639, Gian Battista Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Melun, 25 novembre 1540 : « Apresso se aricomanda la regina di Navara, Mma di Vandomo, Mma di Vancort, Monsr di Vandomo, Monsr rmo di Ferrara et Monsr d’Anebaut, qual è fatto novamente delli Affari de S. Ma et è molto affitionato alle V. Extie. » Voir aussi le récit de l’arrivée de l’orateur vénitien Matteo Dandolo, en décembre 1540 à la cour de France : « Sa Majesté Très Chrétienne dînait encore, entourée de nombreux révérents cardinaux et seigneurs, lorsqu’entra l’illustrissime seigneur maréchal de Annibault, récemment fait du Conseil secret […] et ayant abordé ledit monsr de Annibault, nous priâmes Sa Seigneurie de vouloir faire entendre à Sa Majesté que nous étions là pour l’audience dont nous avons eu la députation ; lequel [s’acquitta] volontiers [de] cet office. » (Traduit de ASVenezia, Secr., AP, ambasciata Francia, reg. 3, fos 10-14, Matteo Dandolo au Sénat de Venise, Melun, 30 décembre 1540, en copie dans BnF, Ms It. 1715, p. 12-21.)

57 Guillaume Pellicier, Correspondance, op. cit., t. I, p. 190-192, lettre à Claude d’Annebault, [Venise], 12 décembre 1540.

58 En témoignent les instructions du duc Hercule d’Este à Lodovico Thiene, son ambassadeur député à la cour de France : « Monsr illmo d’Annibaulth havete da visitar particularmente : sotto la nostra [cre]dential lettera, allegrandovi, seco della exaltation’sua, et certificandola per la sua virtute, et per quel amor che sapevo ch’il me porta, ne havemo [tan]ta contentezza, et che li offerimo in tutto ove siamo buono farli p[iacere], et a S. S. illma raccomandateci infinitamente. » (ASModena, busta 18, instructions du duc de Ferrare à Lodovico Thiene, vers le 10 mai 1541.)

59 BnF, ms fr. 5155, fo 19 vo : lettre d’Anne de Montmorency à Guillaume Du Bellay, Châtellerault, 24 mai 1541.

60 Peu après la disgrâce du connétable, en arrivant au Conseil, le roi s’est mis en colère en voyant que les paquets de dépêches n’avaient pas été ouverts : il s’en est alors pris à Claude d’Annebault et Jean de Lorraine (anecdote rapportée par Catherine de Médicis aux États de Blois, en janvier 1577, cf. Charles-Joseph de Mayer, Des États Généraux et autres assemblées nationales, Paris-La Haye, 1788-1789, cité par Robert J. Knecht, op. cit., p. 617, n. 35).

61 Guillaume Pellicier, Correspondance, op. cit., t. II, p. 492, lettre à Claude d’Annebault, Venise, 24 décembre 1541 : « Estes celluy auquel l’on doibt le plus tost adresser que a nul aultre en telz affaires. »

62 Ainsi, en avril 1541, lorsque le cardinal de Tournon se trouve empêché par une maladie de présenter au roi les lettres reçues de la part duc de Clèves, il les envoie au maréchal d’Annebault afin qu’il le remplace dans ce rôle (François de Tournon, Correspondance, M. François (éd.), Paris, 1946, p. 220, lettre à Guillaume de La Marck, Les Arpentis, 23 avril [1541]).

63 Pouvoirs dans Arch. MAE, MD, Danemark, 9, fos 63-64 vo ; traité éd. dans Jean Du Mont, Corps universel diplomatique du droit des gens, Paris-Amsterdam, 1726-1731, t. IV, 2e partie, p. 216, col. 2 ; copie du traité dans BnF, ms Dupuy 518, fos 6-13 ; copie xviie dans Arch. MAE, MD, Danemark, 9, fos 56-63, etc.

64 Lorsque s’amorce, fin mars 1542, un rapprochement entre Charles Quint et Henri VIII, Claude d’Annebault passe deux jours entiers avec le roi, l’amiral et le chancelier à examiner les traités passés avec l’Angleterre (LP, XVII, p. 96, no 212). La maladie prolongée de l’amiral, lui donne l’occasion de s’y employer davantage : début février 1543, avant même le traité de Barcelone entérinant l’alliance de l’empereur et du roi d’Angleterre, Claude d’Annebault conseille au roi d’arrêter tous les navires marchands britanniques (LP, XVIII, part I, p. 77, no 114). Le 14 février, le secrétaire William Paget adressa des protestations officielles au Conseil, où siégeaient d’Annebault, Tournon et les secrétaires Bochetel et Bayard ; selon Paget, la responsabilité de ces mesures jugées scandaleuses revenait aux « fantaisies » du maréchal d’Annebault : « Si j’avais été hors de leur présence, j’aurais pu rire des fantaisies de monsr Danebaultz, parce que je n’ai jamais parlé de ma vie, autant que je m’en souvienne, à un homme qui devrait être sage et qui ait aussi peu de raison. » (Ibid., p. 97-98, no 163.)

65 ŐStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9, François de Saint-Vincent à Charles Quint, Amboise, 12 mai 1541.

66 Ce coffre comportait quatre serrures, cf. Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 423, pour qui ce changement de main est un « beau symbole à la fois de la place » du connétable « en 1540 et de sa disgrâce » ; ibid., p. 424 : Henri II fut le premier roi à envisager de diviser le trésor en plusieurs coffres.

67 En fait, c’est un problème très ponctuel (le financement d’une expédition militaire en Picardie) qui poussa le roi à écrire à Montmorency de les envoyer au maréchal. BnF, ms fr. 20856, fo 91, François Ier au connétable de Montmorency, Saint-Ayoul, 13 février 1542 [n. st.] : « Pour ce que je veulx faire tirer partie des escuz estans ou coffre de mon tresor ou Louvre, envoïez incontinant les deux clefz que vous avez dud. coffre a mon cousin le mareschal d’Annebault. » Cf. aussi ibid., fo 95, Claude d’Annebault à Anne de Montmorency, Paris, 14 fév 1542. L’affaire est aussi relatée par Francis Decrue de Stoutz, Montmorency, op. cit., p. 404.

68 Voir J.C.L. de Sismondi, Histoire des Français, Paris, 1821-1844, p. 131, selon qui cet expédient, suggéré par « les deux conseillers qui lui restoient, Annebault et le cardinal de Tournon, avoit une apparence de justice et de régularité qui pouvoit séduire ces deux ministres honnêtes mais peu clairvoyans. Il consistoit à augmenter les produits de la gabelle du sel, en rendant le prix du sel égal pour tout le royaume ».

69 Sur l’impact de ces réformes, cf. Philippe Hamon, op. cit., p. 274-277, et aussi p. 333 : « Grâce au travail effectué au cours de la période précédente, une relative mise en ordre a eu lieu et la monarchie peut miser sur cet acquis. » On trouvera les textes de ces édits dans François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1827-1833, 29 vol., t. XII, p. 796 et 805.

70 BnF, ms frçs 3005, fo 109, et BnF, ms Clair. 339, fo 3, publié en appendice de Francis Decrue de Stoutz, De consilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 91-92.

71 BnF, ms fr. 17357, fo 85 vo, Mémoire du maréchal [d’Annebault] au sr de Taix allant vers l’empereur ; BnF, ms. Moreau 737, fos 116-119 vo, lettre du 18 septembre [1541] ; BnF, ms fr. 5152, 5153 et 5155 ; ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 9 ; ASModena, busta 16 ; ASMantova, Cart. inv. div., 639 ; ASC Torino, Ordinati, rego 1542-1543 ; ASC Savigliano, cat. 5, Ricorsi, suppliche, ordinanze varie, 25 septembre 1541 ; Armando Tallone, Parlamento Sabaudo, op. cit., p. 330 ; Guillaume Pellicier, Correspondance, op. cit. ; Correspondance politique de MM. de Castillon et de Marillac, ambassadeurs de France en Angleterre, 15371542, J. Kaulek (éd.), Paris, 1885.

72 Voir notamment BnF, ms Clair. 338, fo 164, copie d’une lettre de François Ier à François de Montmorency, seigneur de La Rochepot, Paris, 28 février 1542 ; ASVenezia, Secr., AP, amb. Francia, reg. 3, fos 110-111 vo, Matteo Dandolo au Sénat de Venise, Paris, 26 février 1542 [n. st.] ; L & P, t. XVII, p. 73-75, no 166, William Paget à Henry VIII, Paris, 13 mars 1542.

73 François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault. Faveur du roi et gouvernement du royaume sous les règnes de François Ier et d’Henri II, thèse de l’université Paris-IV Sorbonne soutenue en 2009, p. 266-296.

74 Par exemple, lorsque le roi vient prendre les saintes reliques à Notre-Dame pour l’entrée en Carême, il se fait accompagner de ses fils, du comte de Saint-Pol et de Claude d’Annebault (ASModena, busta 18, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Paris, 12 février 1543).

75 Dans sa maison « appelée Savary derrière Sainct Anthoine » (BnF, ms frçs 23880, copie xviie du registre secret de la cour des aides, 1527-1554) ; cf. aussi David Potter, « Politics and faction at the Court of Francis I : the Duchesse d’Etampes, Montmorency and the Dauphin Henri », dans French History, vol. 21, n. 2, 2007, p. 143.

76 Sur les raisons de la décision du roi, cf. François Nawrocki, « Le conseiller favori, objet de la décision royale », dans La prise de décision royale, 1520-1550, colloque de l’École nationale des chartes, Paris, 2008, p. 73-90, qui propose des critères de puissance (rang éminent dans la noblesse, capacités financières, renommée chevaleresque), de compétence (expérience de gouvernement, connaissance des affaires), de circonstance (influence des réseaux, portage d’une politique), de confiance et de familiarité (proximité de culture, témoignages d’amitié, lien de cœur).

77 Pierre de Brantôme, op. cit., t. III, p. 117 et p. 209.

78 L’observation du chroniqueur est confirmée par l’observation de certains édits ou lettres patentes portant mention des principaux conseillers présents, sont par exemple souscrits « par le roy, le cardinal de Tournon, le duc d’Estouteville, vous le sr de Chemans garde des seaulx et autres presens ; Bochetel » ; cf. AN, X1A 8614, fos 13-15 vo, lettres d’érection et création du comté de Beaumont-au-Maine en duché, Sainte-Menehould, septembre 1543 ; Claude d’Annebault conduit alors les armées pour aller assiéger Luxembourg.

79 « Ogni dì cresce in authorità. » (ANG, VI, p. 279, Dandino au cardinal Farnèse, La Fère, 8 novembre 1543.)

80 Ibid., p. 294, Dandino au cardinal Farnèse, Fontainebleau, 4-5 décembre 1543. Le constraste est important avec les observations antérieures du même Dandino, du mois de mai 1543, alors que Chabot est encore mourant : « Tornone e Annebao che governano di presente essendo l’amiral in termine che è più morto che vivo, vanno a tentone in ogni cosa, et non ardiscono replicare al re una parola, perché non vuole. » (ANG, III, p. 220, lettre de Dandino au cardinal Farnèse, Paris, 2627 mai 1543.)

81 ASMantova, Cart. inv. div., 639, lettre de Gian Battista Gambara au cardinal et la duchesse de Mantoue, Lyon, 14 août 1542 : « Dicono Monmoransi essere privato non solo della dignità di contestabile, ma anco di gran mastro, et dato el gran mastro à monsr d’Annebò. »

82 David Potter, A History of France, 1460-1560. The Emergence of a Nation State, Londres, 1995, p. 78 donne Claude d’Annebault comme successeur à Montmorency à partir de 1543, mais il est peu concevable que la charge soit restée si longtemps inoccupée. Il paraît probable qu’elle ait été dévolue soit à Philippe Chabot en 1541, puis à Claude d’Annebault en 1543, soit à Claude d’Annebault dès 1541.

83 ANG, III, p. 14, Dandino au cardinal Farnèse, 31 décembre 1540 ; la candidature de Jacques d’Annebault, maintes fois répétée, n’aboutit qu’en décembre 1544 (ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 18 et 25 janvier 1545).

84 BnF, ms fr. 17357, fo 13, Claude d’Annebault au roi, Turin, 23 septembre 1541 ; ASModena, busta 17, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Paris, 8 mars 1542 ; ASC Saluzzo, Cat. 56, Ordinati 1540-1546, fos 130-130 bis ; Armando Tallone, Gli ultimi marchesi di Saluzzo, dal 1504 al 1548, Biblioteca della Società Storica Subalpina, t. X, Pignerol, 1901, p. 333.

85 ASModena, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Melun, 6 février 1541, et Paris, 14 février 1541.

86 ASMantova, Cart. inv. div., 640, Gian Battista Gambara à la duchesse de Mantoue, Paris, 2 juin 1543 ; AS Vaticano, AA I-XVIII 6531, fos 196-198, Grimani au cardinal Farnèse, Paris, 5 juin 1543 ; ANG, III, p. 227 et 229, Dandino au cardinal Farnèse, Villers-Cotterets, 3 et 8 juin 1543 ; ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fos 2-8 vo, Nicolas de Villey à Marie de Hongrie, 20 juillet 1543.

87 BnF, ms fr. 3036, fo 25, Marguerite d’Oyron à monsr de la Gastelinière, 22 janvier [1544] (copie dans BnF, ms NAF 7695, fos 404-405 vo).

88 ANG, III, p. 321 Dandino au cardinal Santa Fiora, Lyon, 12 février 1544 ; ASModena, busta 19, lettre d’Alfonso Calcagnini au duc de Ferrare, [Fontainebleau], [9 février 1544] ; les lettres royales le nommant à cet office (CAF, IV, 555, 13594) ne sont connues que par deux mentions (BnF, ms Moreau 1340, fo 16 et AN, X1A 4921, fo 528 vo).

89 Cf. par exemple AN, X1A 8614, fos 133-140, enregistrement lettres de confirmation de la vente de la ferme de l’impôt des bûches et échalas à Paris, Anet, 23 mars 1544 [n. st.], signées : « Par le roy, le seigneur d’Ennebault, mareschal de France, present ; Bayard. »

90 Il n’y a aucun récit connu de ces cérémonies, si ce n’est un témoignage laconique de l’ambassadeur de Ferrare : « Dopo l’haver esso pigliato publicamente et con molto cerrimonie il giuramento di servire per ammiraglio fedelmente a S. M, si come tutti quelli che sono promossi a tal dignitate accustumano di fare. » (ASModena, busta 19, lettre d’Alfonso Calcagnini au duc de Ferrare, Rouen, 29 avril 1544.)

91 ÖStA, England, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « Weisungen », fo 49 vo, Marie de Hongrie à Eustache Chapuis (copie abrégée), 8 mai 1544 et Konv. « Berichte », fos 66-69, lettre d’Eustache Chapuis à Marie de Hongrie [Londres, 17 mai 1544].

92 Édit donné dans François-André Isambert, op. cit., t. XII, p. 854, Antoine Fontanon, Les Edicts et ordonnances des rois de France, Paris, 1611, 2 vol., t. III, p. 18 ; CAF, t. IV, p. 566, no 13654 (enreg. au parl Paris 10 mars). Voir aussi Philippe Masson et Michel Vergé-Franceschi (éd.), La France et la mer au siècle des grandes découvertes, Paris, 1993, p. 176 et Gaston Zeller, Institutions, op. cit., p. 126-127.

93 CAF, t. VII, p. 359, no 25044.

94 Ces revenus sont notamment comparables à ceux des principaux prélats d’État, que Cédric Michon estime, pour les seules abbayes, à environ 23 000 lt. pour Tournon, 39 000 lt. pour Lorraine, 32 500 lt. pour Du Bellay, et en incluant les revenus de leurs diocèses (difficiles à chiffrer), à environ 60 000 lt. pour Tournon et 130 000 lt. pour Lorraine (Cédric Michon, La crosse et le sceptre, op. cit., p. 254-255 et 259).

95 On peut estimer la somme des pensions accordées par François Ier au connétable à environ 35 000-45 000 lt. (Arlette Jouanna et al., La France de la Renaissance : Histoire et dictionnaire, Paris, 2001, p. 962 ; Cédric Michon, La crosse et le sceptre, op. cit., p. 259).

96 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « St-Mauris an Karl V, 1545 », Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Blois, 9 mars [1545] : « Le roy a donné a l’admiral trente mil escus. » On ne sait cependant si c’était pour le récompenser de ses loyaux services, pour ses dépenses de cour ou pour la guerre en Angleterre.

97 Il semble que le roi François se soit montré particulièrement généreux sur la fin de son règne : ses comptes font état de 293 722 lt. de dons et récompenses en 1545 et 487 324 lt. en 1546, contre 165 795 lt. en 1530 et 154 949 lt. en 1531 (BnF, ms fr. 17329, fo 91 vo).

98 François Nawrocki, thèse citée, p. 470-477.

99 Par exemple, lors du bal masqué du 4 janvier 1546, François Ier et Claude d’Annebault partagent un long moment la tête du bal, et finalement partirent bras dessus, bras dessous, pour aller uriner contre le mur à l’autre bout de la salle (ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 4 janvier 1546).

100 Ainsi, pour le carnaval de 1542, François Ier défia ses fils et « le reste des jeunes » de courir des lances contre lui, le comte de Saint-Pol, l’amiral, Claude d’Annebault et Jean de Canaples (ASModena, busta 17, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Paris, 6 février 1542) ; de même, lors des pas d’armes et joutes de la mi-juillet 1546, réglés par les soins de d’Annebault, celui-ci entre dans l’enclos en compagnie de ses amis Claude de Guise, Charles de Brissac et Jean de Taix, tous vêtus à l’identique, ainsi que leurs chevaux, sinon que les panaches des chevaux et les plumes des bérets sont entièrement blancs, tandis que ceux de l’amiral sont blancs avec des rehauts d’incarnat (ibid., busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Fontainebleau, 16 juillet 1546).

101 LP, XXI, part I, p. 412-413, no 837, John Lisle à William Petre, Guînes, 15 mai 1546.

102 Ainsi, lorsque le roi va choisir des bêtes à la fête du lendit à Saint-Denis, il demande à l’amiral de l’accompagner, pour confronter des opinions expertes (ASMantova, A. G. 640, Thomaso Sandrini aux régents de Mantoue, Paris, 16 juin 1546).

103 AN, N III Eure 56 : plan du château d’Annebault ; Edmond Meyer, Silly-Annebaut : le testament de Jacques de Silly, Évreux, 1896, p. 14-15. M. Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, 1868, p. 139 ; Delphine Philippe-Lemaître, « Notice sur Appeville, dit Annebault, extrait des Recherches historiques et monumentales sur les églises de l’arrondissement de Pont-Audemer », Bulletin Monumental, Paris, 1854.

104 Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, 1926, 2 vol, t. II, p. 262 sq. ; H.J. Molinier, Mellin de Saint-Gelays (1490 ?-1558), Toulouse, 1909, p. 141 ; Jean Le Blond, seigneur de Branville, Livre de police humaine… par maistre Gilles d’Aurigny… nouvellement traduict de latin en françois par maistre Jehan Le Blond, curé de Branville, et dedié à hault et puissant seigneur Messire Claude d’Annebault admiral et mareschal de France, et lieutenant general au gouvernement du pays de Normandie, soubz Monseigneur le daulphin, Paris, 1546 [première éd. 1544].

105 ASModena, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545.

106 Charles Terrasse, François Ier, le roi et le règne, Paris, 1945-1970, t. III, p. 151 ; LP, XXI, part I, no 1405, et SP, XI, p. 261-263, John Lisle et Cuthbert Tunstall à Henri VIII, Corbeil, 3 août 1546.

107 « Insomma tutto il piccolo trayno » (ASModena, busta 22, lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 17 janvier 1546).

108 En avril 1545, lorsque la cour arrive à Romorantin, le roi loge dans un petit palais avec la dauphine Catherine de Médicis, madame Marguerite, Anne d’Étampes, la comtesse de Vertus et l’amiral, tandis que la reine Éléonore et la reine de Navarre logent dans une autre maison (ibid., busta 21, lettre du même au même, Chinon, 22 avril 1545).

109 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Poissy, 7 novembre 1544 : « [Il re] hoggi è partito da Dena et venuto ad allogiare in un villagio chiamato Fres, ove non è più ch’una casa ben piciola, di modo madama la delphina, monsr l’armiraglio, il cardinale Tornone, et altri grandi, non vi sono potutti allogiare, et sono discosti da Sua M una legha. » Le roi loge alors avec la seule duchesse d’Étampes et quelques domestiques.

110 L’une des premières occurrences s’en trouve dans ibid., busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545 : « Anchò perché Sua M si risentiva con pocheto de una gamba, per la quale cagione principalmente Essa si appogiò su la spalla di monsr almiraglio. »

111 Ibid., busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 3 avril 1547.

112 En novembre 1545, lors de négociations à Bruges, le secrétaire Gilbert Bayart dit aux émissaires de l’empereur que d’Annebault est « Madame d’Étampes’ breast » et « King’s breast » (L&P, t. XX, part II, p. 376-378, no 788, Stephen Gardiner à William Paget, Bruges, 13 novembre). Le paroxysme de ce lien de cœur apparaît aux funérailles de François Ier au cours desquelles le conseiller favori du roi défunt se réserve l’honneur de porter le coffret contenant le cœur du roi au prieuré de Haute-Bruyère, près de Rambouillet, jusqu’à la « colonne de cœur » en marbre censée permettre son élévation (Jean Nagle, La civilisation du cœur : histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe siècle, Paris, 1998, p. 78-84 et p. 88, A. de Dion, « L’urne funéraire du cœur de François Ier », dans Bulletin monumental, 1877, p. 192-194, BnF, ms frçs 20158, fo 79 vo, Bib. du Sénat, ms 473, fo 53 vo, AN, U 152, avril 1547 [n. st.]).

113 Il serait trop long de détailler systématiquement les sources utilisées dans cette reconstitution, qui doit beaucoup à de nombreux détails isolés pris dans les dépêches des ambassadeurs impériaux (ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis.) et de l’ambassadeur ferrarais Giulio Alvarotti, véritable agenda de la cour ; l’une des plus utiles est ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 9 mai 1546, qui décrit avec précision l’activité de François de Tournon (remplaçant l’amiral) jusqu’au début de l’après-midi, jour où Jean de Monluc vient à la cour pour faire approuver par le roi les articles de paix proposés par Annebault et ses autres envoyés auprès des Anglais.

114 ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Amboise, 24 mars 1545 : « Questa mattina sono ritornato a Corte, et presentatomi a monsr amiraglio, dicendogli ch’io sono ritornato secondo che S. Ecca me donò l’ordine heri matina […]. Così me ritirai, et lo lasciai andare al levar di S. M. »

115 Certains matins que l’amiral « s’invite » à la table du roi (ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 30 mars 1546).

116 BnF, ms frçs 17890, fo 137, Claude d’Annebault à Jacques Ménage, Saint-Germain-en-Laye, 24 janvier 1546 [n. st.].

117 Par exemple ASModena, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545 : l’envoyé du duc de Ferrare, Bartolomeo Sala, fut présenté au roi à Saint-Germain, par l’intermédiaire de l’amiral ; pendant tout le repas, le roi parla à voix haute (si bien que tous l’entendaient), avec l’amiral, le cardinal de Tournon et le capitaine Polin, de faire conduire les galères de Marseille à Rouen, ainsi que les six galères qu’on faisait construire ; ils discutèrent aussi de faire la guerre en Angleterre, et de la difficulté de mener les galères du Levant en Normandie.

118 CAF, t. IV, p. 401, no 12880 (signée « de par le roi, le sr d’Annebault, présent ») : AN, ZIC 5, fo 187 vo ; copie du XVIIIe siècle à la BnF, ms NAF 7695, fo 227-232.

119 Ceci posait donc un nouveau jalon dans le long processus de récupération par la couronne des clientèles locales.

120 J. de Matignon, Correspondance, op. cit., p. xlviii, et p. 142 et 145, lettres CCXXI, 29 septembre 1545, et CCXXVI, 30 juin 1546.

121 Sur ces campagnes, voir notamment François Nawrocki, thèse citée, p. 297-307 et 325-342 ; David Potter, Un homme de guerre à la Renaissance : La vie et les lettres d’Oudart du Biez, maréchal de France, gouverneur de Boulogne et de Picardie, Arras, 2001, p. 43-50 ; Charles Paillard, L’invasion allemande en 1544, Paris, 1884 ; Albin Rozet et Jean-François Lembey, L’Invasion de la France et le siège de Saint-Dizier par Charles Quint en 1544, Paris, 1910 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. IV, p. 125-259.

122 ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, la Ferté-Millon, 6 décembre 1545 : « Alla tavola di monsr almiraglio […] se diceva male della nostra natione, con dire che havemo passato da questo campo a quel dei Inglesi, et fatto mille poltronerie. Disse monsr almiraglio : Io fui auttor’di fare condurre questi Italiani in Franza, ma non lo farò mai più, tanto se sono mal portati, quando se ne haverà bisogno in Italia, sarano buoni per quelle frontier’, ma non sono buoni di quà. » L’idée de l’inadaptation des mercenaires italiens à des campagnes de l’autre côté des Alpes est assez courante : on la trouve notamment exprimée dans La République de Bodin.

123 Édouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, Berne-Paris, 1900-1935, 10 vol, t. I, p. 328-330 et 415, parle de 12 000 Suisses qui ne partent qu’en juillet ; une lettre de Claude d’Annebault du 19 juillet évoque 20 000 Suisses qui doivent faire leur montre le lundi suivant (ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, fo 237, lettre Claude d’Annebault à Louis de Bueil, comte de Sancerre, Saint-Maur-des-Fossés, 19 juillet [1544]) ; enfin, 4 900 Grisons traversent la Bresse à la fin du mois de juillet (BnF, ms NAF 3644, pièce 1040, quittance du 26 juillet 1544).

124 De fait, les échecs répétés des armées de François Ier ne s’expliquent pas seulement par un déficit de compétences du haut commandement, mais surtout par un retard important dans la modernisation des armes et des corps, ainsi que dans la capacité à mobiliser un financement, face à un « entrepreneur de guerre » tel que Charles Quint (cf. James D. Tracy, Emperor Charles V, impresario of war : Campaign strategy, international finance, and domestic politics, Cambridge, 2002, en particulier p. 197-203).

125 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 19-35, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 28 décembre 1544 ; LP, XX, part I, p. 295-297, no 619, intelligence envoyée par l’ambassadeur en France, vers le 30 avril 1545.

126 On en parlait depuis fin décembre 1544 : « Se dice anchò che Monsr l’armiraglio andarà personalmente generale sul’mare a questa impresa, et è verisimile, essendo questa la principal’sua carica di haver cura delle cose dil mar’, pur non lo posso hora firmare alla Ecca V » (ASModena, busta 20, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 19 décembre 1544) ; « Praeerit, ut scitis, summae rerum admirallus noster, nec sibi ipsi, nec patriae, nec principi defuturus est » (CCJDB, III, p. 291-292, Jean Du Bellay à Jean Sleidan et Jean Sturm, Saint-Maur-des-Fossés, 6 mars [1545]) ; voir aussi ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « St Maurice an Karl V », Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Orléans, 20 février [1545] et Archives nationales, K 1485, Saint-Maurice au grand commandeur de Leon, Amboise, 31 mars 1545.

127 Voir à ce sujet l’article « François de Tournon » du présent ouvrage.

128 Sur cette campagne, voir François Nawrocki, « La grosse armée de mer de l’amiral d’Annebault : la part de risque dans la tentative de débarquement en Angleterre de l’été 1545 », dans L’acteur face à l’événement, XVIe-XVIIIe siècle, actes des colloques de la Sorbonne de mars 2008 et mai 2009, Paris, à paraître ; Charles de La Roncière, Histoire de la Marine française, Paris, 1899-1932, t. III, p. 410-429 ; Georges Fournier, Hydrographie contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigation, Grenoble, 1973, p. 247-249.

129 LP, XX, part II, p. 212-213, no 493 et CSPSPan, VIII, no 143, Jean de Saint-Mauris au roi Ferdinand, [début septembre 1545] ; ASModena, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Dieppe, 20 août 1545.

130 Sources dans BnF, ms fr. 3916, fos 320-322 ; LP, XX, part II ; LP, X ; ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Karl V an StMaurice, 1545, IX-XII »; ASVenezia, Secr., AP, amb. Germania, reg. 1 ; Nuntiaturberichte aus Deutschland, Erste Abteilung : 1533-1559, t. VIII, Nuntiatur des Verallo, 1545-1546, W. Friedensburg (éd.), Gotha, 1898.

131 LP, XXI, part I ; CSP of Henry VIII, t. XI ; ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare ; Tudor royal proclamations, t. I : The early Tudors, P. L. Hughes et J. F. Larkin (éd.), New Haven-Londres, 1964, p. 369-377 ; David M. Loades, John Dudley : Duke of Northumberland, 1504-1554, Oxford, 1992, p. 77-79, etc.

132 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer, New Haven-London, 1996, p. 357 ; Charles Wriothesley, A chronicle of England during the reigns of the Tudors from 1485 to 1559, by Charles Wriothesley, Windsor herald, W. D. Hamilton (éd.), Londres, 1875-1877, t. I, p. 171-173 ; Chronicle of the Grey friars of London, J. G. Nicholls (éd.), Londres, 1952, p. 52 ; John Fox, Acts and Monuments of John Foxe, G. Townshend et S. R. Cattley (éd.), 1837-1841, t. V, p. 562.

133 Odet de Selve, Correspondance politique, G. Lefèvre-Pontalis (éd.), Paris, 1888, p. 29, lettre d’Odet de Selve à Claude d’Annebault, Londres, 14 septembre.

134 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 1-16, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 23 décembre 1544 : « Il me dit aussi, parlant de la reintegration de ceste amytié, qu’elle dureroit, vousissent ou non plusieurs qui en mesparloient et qui jà faisoient leur mieulx de la vouloir traverser. »

135 Cédric Michon, « Jean de Lorraine ou les richesses de la faveur à la Renaissance », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 50, no 3, Paris, 2003, p. 58 ; Charles Weiss (éd.), Papiers d’État du cardinal de Granvelle, Paris, 1841-1852, t. III, p. 181, lettres de Bacqueville, 10 août 1545 ; ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1545 », fos 12-21, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 8 janvier [1545], Blois, 17 février [1545] et fos 52-56 vo, Blois, 9 mars [1545].

136 LP, XXI, part I, p. 412-413, no 837, John Lisle à William Petre, Guînes, 15 mai 1546.

137 Par exemple, lorsque le nonce Alessandro Guidiccione reçoit la bulle de publication du concile de Trente, il en parle d’abord à l’amiral et lui donne une copie, en attendant de pouvoir remettre l’original au roi (ANG, t. III, p. 359, lettre du 1er juillet 1545).

138 Voir notamment les lettres de Nicholas Wotton pour la fin du règne (dans L & P).

139 « Il vous a plu, lui écrit Jean de Morvillier à peine arrivé à Venise, me faire ce bien et honneur de me recevoir à vostre protection, de m’y voulloir maintenir et continuer. » (Gustave Baguenault de Puchesse, Jean de Morvillier, évêque d’Orléans, garde des sceaux de France, 2e éd., Paris, 1870, appendices, p. 369, Jean de Morvillier à Claude d’Annebault, Venise, 21 octobre 1546.) Les quelques correspondances encore conservées des ambassadeurs français résidant dans les grandes cours d’Europe (par exemple celle de Jacques Ménage auprès de Charles Quint dans BnF, ms fr. 17888 à 17890) font sans cesse référence à l’amiral. Parmi les correspondances d’ambassadeurs français contemporains, seule celle d’Odet de Selve, pour l’Angleterre, est à peu près complète (Odet de Selve, Correspondance, op. cit.). Elle permet de se faire une idée de la fréquence des dépêches reçues et envoyées. Pour le mois de juillet 1546, Selve écrit seize lettres, en sept fois, espacées de deux à cinq jours ; sept sont adressées au roi, six à l’amiral d’Annebault, une au secrétaire Bochetel, une au chancelier Olivier et une au maréchal Du Biez. Les lettres adressées au roi sont presque toujours accompagnées d’un mot pour l’amiral, qui peut donner des indications complémentaires ou personnelles, ou bien renvoyer à la lettre du roi. Comme Annebault reçoit les paquets diplomatiques, il est le premier au courant de la correspondance avec les ambassadeurs, et en communique le contenu au roi et aux conseillers.

140 BnF, ms fr. 17889, fo 344, Claude d’Annebault à Jean de Monluc, Valenciennes, 30 novembre [1545] ; voir aussi sa correspondance avec Guillaume Du Bellay.

141 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 19 avril 1546. Il s’agit de Livio Crotto (CAF, t. IX, p. 51), dont le compte des dépenses est conservé aux AN, K 88, no 21.

142 Voir notamment les lettres de Jean de Saint-Maurice dans AN, K 1486 et 1487 et ÖStA, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 11.

143 François Nawrocki, thèse citée, p. 600-617.

144 ANG, t. VI, p. 101-104, lettre du nonce Dandino au cardinal Santa-Fiora, Folembray, 22-23 novembre 1546.

145 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 36-38, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Fontainebleau, 30 décembre 1544.

146 Sur les clientèles de Claude d’Annebault, voir François Nawrocki, thèse citée, p. 491-515 et 647-657.

147 Sur cette politique de la fin du règne : ibid, p. 453-456 et 585-599.

148 Pierre de Brantôme, op. cit., t. III, p. 210.

149 L’organisation de la « quarantaine » de garde et d’inhumation de la dépouille du roi défunt, confiée à d’Annebault et Tournon, les met à l’écart du gouvernement, au moment où la nouvelle équipe s’installe au pouvoir (BnF, ms ita. 1716, p. 98, dépêche du 3 avril 1547 ; Étienne Pasquier, Lettres historiques pour les années 1556-1594, pub. D. Thickett, Genève, 1966, livre iv, lettre iii, p. 35 ; Francis Decrue de Stoutz, Anne de Montmorency, connétable et pair de France sous les rois Henri II, François II et Charles IX, Paris, 1885, p. 45 ; Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987, p. 248) ; sur les entretiens avec Henri II, cf. notamment BnF, ms frçs 20548, fo 112, Claude d’Annebault à François de Guise, duc d’Aumale, Saint-Cloud, 13 avril [1547], BnF, ms frçs 6616, fos 124-125, Bochetel à L’Aubespine, 4 avril 1547, BnF, ms It. 1716, fo 110, dépêche de Giustiniani, Paris, 18 avril 1547, ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 20 avril 1547, ASVaticano, Segr. Stato, Francia 2, fos 220-225 vo, Dandino au cardinal Farnèse, Saint-Germain, 15 avril 1547, etc.

150 Charles Paillard, « La mort de François Ier et les premiers temps du règne de Henri II, d’après Jean de Saint-Maurice, ambassadeur de Charles Quint à la cour de France (avril-juin 1547) », dans Revue historique, t. V, 1877 (p. 84-120), p. 104, lettre du mois de mai 1547 ; cf. aussi BnF, ms It. 1716, fo 110, dépêche de Giustiniani (copie), Paris, 18 avril 1547.

151 Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : vie sociale et architecture, [Paris], 2002 et, du même auteur, « Une demeure royale au milieu du XVIe siècle. La distribution des espaces au château de Saint-Germain-en-Laye », dans Revue de l’art, no 81, 1988, p. 20-30.

152 François Nawrocki, thèse citée, p. 689-711.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search