Version classiqueVersion mobile

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Troisième partie. Le moment Annebault

Introduction. Le Conseil de François Ier (1541-1547)

François Nawrocki

Texte intégral

1L’année 1541 marque une rupture brutale au Conseil de François Ier. L’ancienne équipe dominante du Conseil de la fin des années 1530, Montmorency-Lorraine-Poyet, laisse place à un nouveau triumvirat Chabot-Annebault-Tournon, tous trois soutenus pas la duchesse d’Étampes, maîtresse du roi. Les réseaux du connétable, à la cour comme dans les provinces, sont progressivement dissouts ou assimilés : parmi leurs principaux éléments, certains se rallient (Montpezat au gouvernement de Languedoc, Du Biez en Artois), d’autres sont remplacés (La Rochepot au gouvernement de Picardie, Marcillac à la présidence du parlement de Rouen). À la cour, des « connétablistes » subsistent dans l’entourage du dauphin Henri, ouvertement hostile à la duchesse d’Étampes et, bientôt, aux conseillers du roi, mais ils ne parviennent jamais à exercer un réel contrepouvoir. Les six dernières années du règne de François Ier se caractérisent donc par une grande stabilité de gouvernement. À Philippe Chabot, conseiller favori jusqu’à sa mort en juin 1543, succède Claude d’Annebault, entré au Conseil en octobre 1540.

  • 1 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 1-16, Jea (...)
  • 2 Les témoignages relatifs à ce système de subsidiarité sont très nombreux, par exemple Calendar of (...)

2Dans ces années, le modèle de gouvernement de la décennie précédente est continué et renforcé. À bien des égards, le « moment Annebault » apparaît comme un miroir de « l’ère Montmorency » : le conseiller favori joue auprès du roi le rôle d’un bras droit, d’une polyvalence étendue à l’extrême. Il apparaît ainsi comme le principal réceptacle et creuset de l’information politique, filtre des accès à la personne du roi, organisateur des audiences et régulateur de la vie quotidienne de la cour, du cérémonial et des festivités. Il a la haute main sur la diplomatie française, ainsi que sur les affaires militaires et maritimes, ou encore sur les finances royales. Seules les matières judiciaires, religieuses et doctrinales ne sont pas du « gibier1 » d’un noble d’épée : les premières relèvent entièrement du chancelier Olivier, et les secondes, pour partie, du cardinal de Tournon. Tournon joue aussi un rôle de premier plan en matière de finances et de diplomatie (en particulier vis-à-vis de Rome ou de l’Empire) et surtout, il doit pouvoir suppléer au conseiller favori, Chabot puis Annebault, à chaque fois qu’il est indisponible ou absent de la cour, dans la « surintendance » des affaires et dans le rôle de chef du Conseil2. Un binôme chevalier-prélat tel que celui que forment Annebault et Tournon, comme Montmorency et Lorraine quelques années plus tôt, s’avère complémentaire et efficace. Ils résistent ensemble, comme « deux corps et une seule âme », à quelques turbulences politiques, dont la plus sérieuse occupe une partie de l’année 1545 : la duchesse d’Étampes tente alors vainement de les renverser au profit de Longueval et du cardinal Du Bellay, pour restaurer son autorité sur le Conseil. Après cet échec, la duchesse conserve une influence d’alcôve, sans prise directe sur le travail du Conseil, et s’accommode de cette situation tant que les conseillers ne font pas obstacle à ses intérêts.

  • 3 Cette situation se produit notamment fin août 1546, lorsque l’amiral étant en Angleterre, le cardi (...)

3La composition du Conseil témoigne aussi de cette continuité. Entre 1541 et 1543, le Conseil des affaires est généralement formé de l’amiral Chabot, de Claude d’Annebault, du cardinal de Tournon, de François de Saint-Pol, du chancelier Poyet et d’un secrétaire. Après les décès de Chabot puis de Saint-Pol et la mise à l’écart de Poyet, sa composition se resserre encore davantage autour de quatre membres permanents qui en forment le noyau principal : Annebault, Tournon, le garde des sceaux ou chancelier (d’abord Montholon puis Errault et enfin Olivier) et un secrétaire des finances (avec une certaine rotation parmi les secrétaires), parmi lesquels seul Bayard, proche de l’amiral d’Annebault, semble jouer un rôle politique important. Épisodiquement, d’autres conseillers se joignent à eux « aux affaires », par exemple le cardinal de Lorraine (avec des longues éclipses) ou le cardinal de Ferrare, susceptibles de suppléer, par un système pragmatique de subsidiarité, aux rares absences conjuguées de Claude d’Annebault et de François de Tournon3. En dehors de ces emplois de « doublures », les cardinaux de Lorraine et de Ferrare ne jouent qu’un rôle occasionnel ou périphérique, tout comme le cardinal Du Bellay qu’il faut certainement compter, avec Longueval (dont on a de rares mentions de présence au Conseil), parmi les déçus de la fin du règne. Par ailleurs, un prince du sang comme le jeune comte d’Enghien, vainqueur de Cérisoles, aurait peut-être pu prétendre à une place régulière au Conseil, mais il est mort prématurément. Quant au dauphin Henri, après quelques tentatives, il renonce à participer au Conseil pour éviter, dit-il, les disputes avec les conseillers.

  • 4 La fameuse liste du Conseil assemblé le 20 février 1543 « pour le fait des finances » n’est sans d (...)
  • 5 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Flor (...)

4Contrairement au connétable de Montmorency, l’amiral d’Annebault ne fait pas entrer ses proches collaborateurs au Conseil, à la seule exception d’Errault, voire peut-être de Brissac (à l’hiver 1547). Faute d’un renouvellement significatif, le Conseil des affaires paraît alors expérimenté mais vieillissant, à l’image du roi lui-même. Toutefois, ce Conseil reste une institution souple, peu formalisée, adaptable, capable d’intégrer des experts en fonction des matières évoquées4, en particulier lors de sessions particulières pour les affaires de finances (le trésorier de l’Épargne Jean Duval et le financier Antoine Bohier de Saint-Cirgues) ou pour les affaires de guerre (Galiot de Genouillac, Artus de Boisy et plus tard Jean de Taix). De plus, on relève quelques traces de présences circonstancielles, par exemple celle Marguerite de Navarre au moment du projet de mariage de sa fille Jeanne d’Albret avec le duc de Clèves5.

5Dans les années 1540, le Conseil de François Ier ne se montre pas moins actif que dans les décennies précédentes. Dans un contexte permanent de guerre et d’activité diplomatique soutenue (contre l’Empire entre 1542 et 1544, contre l’Angleterre entre 1543 et 1546, et pendant la préparation secrète d’une nouvelle guerre contre l’Empire en 1546-1547), les frontières sont renforcées et l’administration se modernise (notamment la guerre, la marine et les finances), mais les grandes réformes se font rares : il faut cependant mettre à son crédit les édits de réorganisation des recettes générales de décembre 1542 et l’ordonnance de réformation des hôpitaux du 15 janvier 1546. Parmi les faits marquants des années 1540, la politique de répression de la Réforme protestante et de l’hérésie vaudoise n’est pas uniforme : elle connaît des périodes de durcissement et de relâchement qui s’expliquent moins par des choix doctrinaux que par une volonté de maintien de l’ordre et de l’autorité royale, et surtout, par des jeux d’alliances liés à une politique étrangère fluctuante.

  • 6 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 26 mars 1547 : au Conseil du roi, d (...)

6Enfin, dans les derniers mois de son règne, François Ier consacre un temps de plus en plus réduit aux affaires, tant par l’effet d’une certaine lassitude que par souci de ménager une santé chancelante. Ne paraissant plus guère au Conseil, il se repose presque entièrement sur Annebault et Tournon, sans que cela ait une incidence sensible sur le fonctionnement du gouvernement : avec ou sans le roi, l’activité du Conseil reste la même. Cette permanence se prolonge jusqu’aux derniers jours du règne : on relève 76 actes dans le Catalogue des actes de François Ier pour le mois de mars 1547, soit plus que la moyenne des dernières années, mais à partir du 25 mars, on ne relève plus que des provisions d’offices, ce qui suggère que le Conseil étroit ne se réunit plus. Il semble en effet que sa dernière séance se tienne le 26 mars et que les affaires évoquées ce jour restent en suspens6, car le roi, alors agonisant, requiert la présence d’Annebault et de Tournon à son chevet. Dès le 1er avril, lendemain de la mort de son père, Henri II procède à une nouvelle répartition des affaires entre quatre secrétaires des finances (dont Bayard est exclu) et réorganise son Conseil des affaires. C’est un profond renouvellement : des conseillers du « moment Annebault », seul le chancelier Olivier, par sa fonction, garde sa place au sein d’un groupe désormais dominé par le connétable de Montmorency et par les Guise.

Notes

1 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 10, Konv. « Saint-Mauris an Karl V, 1544 », fos 1-16, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Melun, 23 décembre 1544.

2 Les témoignages relatifs à ce système de subsidiarité sont très nombreux, par exemple Calendar of State Papers of Henry VIII, t. X, p. 232-234, lettre de Nicholas Wotton à Anthony Browne, Londres, 5 juillet 1546 : « Yet, bicause that the king his maister dothe chieflye repose his confidence for the handling of his weightye affaires yn the sayde admirall, yn whose absence neverthelesse the cardinal Tournon usith to supplye his roome, for as muche as the sayde cardynall is syke, and not unlyke so to contynue a whyle, yf it shulde so chaunce it mighte per aventure be occasyon that the sayde admyrall shulde summewhat the later departe from the kinge his maister » ; ou encore ANG, III, p. 379, lettre d’Alessandro Guidiccione au cardinal Farnèse, Vatteville, 21-22 juillet 1545 : « En l’absence de monsieur l’amiral, c’est jusqu’à présent le révérendissime Tournon qui gouverne tout. »

3 Cette situation se produit notamment fin août 1546, lorsque l’amiral étant en Angleterre, le cardinal de Tournon malade et le cardinal de Lorraine hors de cour : Hippolyte d’Este prend alors en mains les affaires et la direction du Conseil (ASModena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546).

4 La fameuse liste du Conseil assemblé le 20 février 1543 « pour le fait des finances » n’est sans doute qu’un avatar parmi d’autres d’un Conseil très mouvant (BnF, ms frçs 3005, fo 109, et BnF, ms Clair. 339, fo 3, et copie tardive dans les portefeuilles Fontanieu, BnF, ms NAF 7695, fos 285-286, « roole de ceulx que le Roy veult entrer en son Conseil pour le fait de ses finances », publié en appendice de Francis Decrue, De consilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 91-92).

5 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, série I, t. IV, p. 33-35.

6 ASModena, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 26 mars 1547 : au Conseil du roi, dirigé par Annebault, Tournon et Brissac, on examine les plaintes de Paul de Termes à l’encontre du prince de Melphe, gouverneur du Piémont, qu’il est question de remplacer par Guillaume de Clèves, duc de Nevers, ou par le duc d’Aumale, candidat du dauphin, qui a toutes les chances d’être choisi.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search