Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Alliés et rivaux

Henri d’Albret, roi de Navarre (1502-1555)

Jonathan A. Reid
Traduttore: Audrey Beaudouin, Cédric Michon e Thierry Rentet

Testo integrale

  • 1 Article traduit par Audrey Beaudouin. Traduction revue par Cédric Michon et Thierry Rentet.
  • 2 Sur la question du pouvoir seigneurial d’Henri d’Albret, voir Léon et Albert Mirot, Manuel de géog (...)
  • 3 L’étude la plus importante sur les ambitions politiques d’Henri d’Albret et ses relations avec Fra (...)
  • 4 CAF, I, no 3125, p. 595-596, et no 3301, p. 630 ; CAF, IX, p. 212 et 225.
  • 5 CAF, II, no 6131, p. 482-483.

1Henri1 d’Albret (1502-1555), roi de Navarre, hérite d’un ensemble puissant de quinze territoires majeurs dans le Sud-Ouest de la France, dont deux – Basse-Navarre et Béarn – sur lesquels il a des droits de souveraineté2. En 1512, Ferdinand d’Aragon conquiert la Haute-Navarre, la plus grande partie du royaume d’Henri d’Albret qui se trouve sur le versant sud des Pyrénées3. La récupération de ce territoire volé est l’ambition politique qui guide la vie d’Henri d’Albret. Après la défection de Charles de Bourbon en 1523, Henri d’Albret devient le plus puissant (et donc potentiellement le plus dangereux) vassal de François Ier. En raison de ce statut et de l’éclat héroïque qu’Henri d’Albret a gagné grâce à son audacieuse évasion de captivité après Pavie, François Ier permet, avec joie, qu’il épouse sa sœur unique, Marguerite, en janvier 1527. Tentant de renforcer sa loyauté, François Ier remet au nouveau couple les comtés disputés de l’Armagnac, Rodez, et Fézenguet. En 1528, il fait d’Henri d’Albret le gouverneur de la Guyenne, lui accorde une pension de 24 000 livres tournois et, en 1529, le nomme amiral de Guyenne4. Bien que François Ier l’ait forcé à démissionner de ce dernier poste en 1532 en faveur de Philippe Chabot de Brion, il continue d’accorder à Henri d’Albret d’autres petits cadeaux et faveurs. François Ier le reconnaît également comme pair du Royaume et le fait membre de l’Ordre de Saint-Michel5.

  • 6 Charles Dartigue-peyrou, La vicomté de Béarn sous le règne de Henri II d’Albret (1517-1555), Publi (...)
  • 7 Robert J. Knecht, Renaissance Warrior and Patron, The Reign of Francis I, Cambridge, Cambridge Uni (...)

2Pourtant, au cours des vingt dernières années du règne de François Ier, Henri d’Albret joue un rôle relativement mineur dans le Conseil et les délibérations du roi, un rôle moins important que celui que l’on aurait pu attendre de quelqu’un de son rang, bénéficiant d’une telle proximité avec la couronne, et doté de qualités considérables – car c’est un commandant et un administrateur compétent6. Par rapport à Montmorency, Brion, d’Annebault, et d’autres grands nobles du royaume, en particulier ceux qui, comme lui, sont les seigneurs de territoires stratégiquement importants, sur les frontières menacées de la France, comme la Lorraine (Cardinal Jean), la Picardie (les Bourbon-Vendôme), et le comté de La Marck, son influence sur le roi est faible. Cela est d’autant plus remarquable qu’il a, comme beaucoup des hommes que François Ier prend comme ses principaux conseillers et officiers, combattu avec le roi à Pavie, partagé sa captivité et, par conséquent, remporté sa gratitude7. En outre, par rapport aux deux rois de Navarre qui suivirent – le gendre et héritier d’Henri d’Albret, Antoine de Bourbon-Vendôme, et son petit-fils, Henri de Navarre (avant de devenir roi de France) – Henri d’Albret jouit d’une influence beaucoup moins grande sur François Ier que ses successeurs sur les rois Valois.

  • 8 Voir la liste, « Présences au Conseil », dans ce volume.
  • 9 BnF, Clairambault 334, fo 239 ro-vo.

3Henri d’Albret est devenu incontournable à la cour depuis 1515, mais une fois son mariage avec Marguerite célébré, il n’est invité au Conseil du roi que de temps en temps. Son nom figure parmi ceux présents au Conseil privé du roi dans les années 1527, 1529, 1536-1539, et 1541, mais moins souvent que les conseillers principaux de François Ier et même que ses conseillers secondaires8. Un autre exemple se trouve dans la lettre de François Ier du 1er avril 1532 à son Grand Conseil, « ainsi signé par le roy, le roy de Navarre present », qui clarifie alors la question importante de savoir comment les élections ecclésiastiques contestées doivent être traitées maintenant que le pape a accordé à François Ier le pouvoir de désigner des candidats à tous les bénéfices vacants, même ceux qui en étaient auparavant exempts en vertu du Concordat de Bologne (1516)9.

4Plusieurs facteurs expliquent pourquoi Henri d’Albret ne monte pas plus haut dans les faveurs de François Ier. Tout d’abord, de huit ans son cadet, il n’a pas été un des compagnons d’enfance du roi, parmi lesquels celui-ci a choisi plusieurs de ses conseillers de confiance. Deuxièmement, la femme d’Henri d’Albret, Marguerite, qui sert d’intermédiaire entre son mari, le roi et les principaux conseillers, a des relations parfois difficiles avec les hommes qui règnent à la cour dans les années 1530 et 1540 : Duprat, Montmorency, d’Annebault, et Tournon. Enfin et surtout, les ambitions politiques d’Henri d’Albret, comme celles de François Ier, sont axées sur la récupération des territoires détenus par Charles Quint. Bien que les deux aient partagé un ennemi commun, François Ier s’aliène Henri d’Albret en subordonnant toujours les intérêts de celui-ci à ses propres et vaines tentatives de s’emparer de Milan et Naples.

  • 10 Sauf indication contraire ci-dessous, pour le mariage de Jeanne d’Albret, voir Alphonse de Ruble, (...)
  • 11 Robert J. Knecht, op. cit., p. 246, 250, 284 et 340.
  • 12 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulê (...)

5En 1537, Henri d’Albret ne se fait pas d’illusions quant à la promesse, jamais tenue, que lui a faite François Ier de l’aider à reprendre la Navarre10. Le roi n’a pas réussi à lui venir en aide militairement ou diplomatiquement en exigeant la restitution de la Haute-Navarre comme condition dans les traités signés avec l’empereur en 1526, 1530 ou 153711. En 1537, Henri d’Albret est entré dans des négociations quasi-secrètes avec Charles Quint pour réunir la Navarre ; elles sont fondées sur un projet de mariage entre sa fille, Jeanne d’Albret, et l’héritier de Charles Quint, Philippe. François Ier a vent de la proposition d’Henri d’Albret ce qui l’oblige à mettre Jeanne d’Albret sous une surveillance accrue dans le nord de la France afin de la préserver pour son propre usage diplomatique. Ces tensions tendent évidemment vers une rupture franche entre Henri d’Albret et François Ier et son principal ministre, Anne de Montmorency. Les lettres de Marguerite de Navarre à son frère et au connétable à partir de 1537 reflètent ces tensions. Dans celles-ci, elle affirme vigoureusement – ce qui ne reflète pas la réalité – qu’Henri d’Albret est fidèle au roi et que d’autres essaient de semer la discorde entre Henri d’Albret, Marguerite de Navarre, le roi et Montmorency12.

  • 13 Voir l’article « Marguerite de Navarre », du présent volume.
  • 14 Robert J. Knecht, op. cit., p. 396-397.

6En 1540, François Ier décide de consolider son alliance militaire avec le duc de Clèves, en permettant à ce puissant ennemi de Charles Quint d’épouser sa nièce, Jeanne d’Albret. Ni Henri d’Albret, ni Marguerite n’apprécient cette alliance. Jusqu’à ce que François Ier le force à se soumettre en 1541, Henri d’Albret a continué à faire des propositions secrètes à l’empereur pour une alliance matrimoniale qui apporterait avec elle la Haute-Navarre. Marguerite de Navarre veut que le plus jeune fils de François Ier, le duc d’Orléans, qui est son favori, épouse Jeanne, mais elle soutient le mariage avec le duc de Clèves, en partie en raison des liens politico-religieux que cette union forgerait avec les Protestants allemands, une considération qui n’a évidemment aucun attrait pour Henri d’Albret13. En fin de compte, Henri d’Albret joue le rôle du beau-père satisfait du duc de Clèves, au moment du mariage de Jeanne en juin 1541, un événement fameux qui est l’occasion de la disgrâce définitive d’Anne de Montmorency14. Henri d’Albret et Marguerite de Navarre consentent à cette union car ils ont obtenu du roi et du duc un accord selon lequel seule la cérémonie serait célébrée (et non les noces), et que Jeanne d’Albret n’irait vivre avec le duc qu’une fois mâture physiquement, et après que le duc ait assuré sa situation politique en repoussant définitivement Charles Quint qui menace d’entrer en guerre contre lui. En outre, sur la base d’un plan élaboré par Marguerite de Navarre afin de faciliter l’engagement d’une annulation si le besoin s’en faisait sentir, Henri d’Albret a fait signer à Jeanne plusieurs actes secrets dans lesquels elle déclare qu’elle a été forcée à se marier.

  • 15 CAF, IV, no 12860, p. 397 ; IV, no 13437, p. 519.

7François Ier récompense Henri d’Albret pour s’être soumis à sa volonté. En janvier 1543, lors de la préparation à la guerre contre l’empereur en soutien au duc de Clèves, le roi confie la défense de l’ensemble du sud de la France à Henri d’Albret, le nommant lieutenant général de Guyenne, Poitou, Languedoc et Provence. En novembre, après la mort de Philippe Chabot, François Ier augmente ses pouvoirs en lui restituant l’amirauté de Guyenne, en dépit du fait que le duc de Clèves a capitulé devant l’empereur en septembre, rendant ainsi caduque le mariage du duc et de Jeanne pour les deux parties15.

  • 16 Bien que sa préférence pour Jeanne d’Albret, parmi d’autres épouses possibles, varia, il l’envisag (...)

8Cependant, après la défaite du duc de Clèves, Henri d’Albret perd la faible influence qu’il avait pu avoir sur François Ier et passe peu de temps à la cour. La probabilité que le mariage de Jeanne d’Albret soit annulé, la laissant libre d’être utilisée à nouveau comme un instrument de marchandage politique, rétablit les lignes de tension précédentes entre eux. Les négociations visant à annuler le mariage de Jeanne traînent en longueur jusqu’en 1545, lorsque le pape donne finalement son accord pour l’annuler en se fondant sur les actes signés par Jeanne d’Albret. Henri d’Albret commence à nouveau à intriguer avec Charles Quint, qui considère toujours le mariage de Jeanne d’Albret comme une option avantageuse pour son fils16. Mais François Ier garde Jeanne à la cour et ne formule aucun nouveau plan sérieux pour son mariage, laissant cette décision à son fils Henri II.

  • 17 François Génin (éd.), Lettres de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, P (...)
  • 18 Sur le mécénat de François Ier voir particulièrement, Robert J. Knecht, op. cit., chapitres 21-23, (...)
  • 19 Sur la politique religieuse de François Ier, voir particulièrement, Robert J. Knecht, op. cit., p. (...)

9En somme, en tant que dernier seigneur féodal majeur en France, Henri d’Albret est un rival et une menace potentielle pour les aspirations politiques de François Ier. Celui-ci le soutient en lui accordant la main de sa sœur et plusieurs postes importants en tant qu’administrateur royal en Aquitaine en vue de garantir sa loyauté et d’utiliser son pouvoir seigneurial considérable dans le sud. Ainsi, il neutralise Henri d’Albret sans y mettre un prix excessif. Cependant, le roi de France ne s’appuie jamais beaucoup sur Henri d’Albret comme général, conseiller ou ami, malgré le fait qu’ils semblent partager de nombreuses valeurs et intérêts communs. À en juger par une lettre de Marguerite de Navarre en 1530 dans laquelle elle demande à Montmorency d’essayer de garder son mari loin des dames espagnoles17 et sa représentation littéraire de lui comme le concupiscent personnage, Hircan, dans son Heptaméron, Henri d’Albret partage l’amour de François Ier pour les femmes et les plaisirs de la vie de cour. Les deux hommes sont également de grands chasseurs, amateurs d’exploits audacieux, et – peut-être, dans le cas d’Henri d’Albret, essentiellement à cause de l’influence de Marguerite plus qu’à cause de ses propres intérêts – mécènes de la littérature, de l’art et de l’architecture18. Ils montrent également une approche conservatrice similaire quant à la réforme religieuse ainsi qu’aux choix diplomatiques engendrés par le conflit de la Réforme en cours. Ils sont tous deux en faveur de la paix religieuse, de l’orthodoxie, et d’un clergé soumis. Leur attitude religieuse a peut-être déçu les espoirs que Marguerite de Navarre avait pour eux deux, mais elle est plus conforme aux valeurs de leurs principaux conseillers et sujets19. Finalement, l’obstacle majeur à la possibilité d’avoir des relations plus étroites est leurs ambitions politiques rivales : un conflit d’intérêts dynastiques qui les dépasse personnellement et qui n’est résolu que lorsqu’Henri de Navarre, héritier de leurs deux trônes à la fois, devient roi de France.

Note

1 Article traduit par Audrey Beaudouin. Traduction revue par Cédric Michon et Thierry Rentet.

2 Sur la question du pouvoir seigneurial d’Henri d’Albret, voir Léon et Albert Mirot, Manuel de géographie historique de la France, 2 vol., Paris, Picard, 1947 et 1550, vol. 1, p. 232-233, et S. Amanda Eurich, The Economics of Power : The Private Finances of the House of Foix-Navarre-Albret During the Religious Wars, Sixteenth Century Essays & Studies 24, Kirksville, MO, Sixteenth Century Journal Publishers, 1994, p. 1-4 et 46-47.

3 L’étude la plus importante sur les ambitions politiques d’Henri d’Albret et ses relations avec François Ier reste celle d’Alphonse de Ruble, Le mariage de Jeanne d’Albret, Paris, A. Labitte, 1877, p. 1-225 passim.

4 CAF, I, no 3125, p. 595-596, et no 3301, p. 630 ; CAF, IX, p. 212 et 225.

5 CAF, II, no 6131, p. 482-483.

6 Charles Dartigue-peyrou, La vicomté de Béarn sous le règne de Henri II d’Albret (1517-1555), Publications de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 67, Paris, Les Belles Lettres, 1934 ; S. Amanda Eurich, op. cit., p. 5-18.

7 Robert J. Knecht, Renaissance Warrior and Patron, The Reign of Francis I, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 225.

8 Voir la liste, « Présences au Conseil », dans ce volume.

9 BnF, Clairambault 334, fo 239 ro-vo.

10 Sauf indication contraire ci-dessous, pour le mariage de Jeanne d’Albret, voir Alphonse de Ruble, Le mariage…, op. cit., p. 17-25, 49-63, 69-121, 175-198 et 204-211, augmenté par Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549) : Étude biographique et littéraire, 2 vol., Bibliothèque littéraire de la Renaissance 19, Paris, Honoré Champion, 1930, vol. 1, p. 213-235, 251-278 ; et Nancy Lyman Roelker, Queen of Navarre : Jeanne d’Albret, 1528-1572, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1968, p. 34-67.

11 Robert J. Knecht, op. cit., p. 246, 250, 284 et 340.

12 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre, 1492-1549, Paris, Honoré Champion, 1930, nos 661, 686, 687, 688, 710, 760, 760, 901, 903, 916, 934, 951, 1021, 1023, 1026, 1027, et particulièrement, no 1018.

13 Voir l’article « Marguerite de Navarre », du présent volume.

14 Robert J. Knecht, op. cit., p. 396-397.

15 CAF, IV, no 12860, p. 397 ; IV, no 13437, p. 519.

16 Bien que sa préférence pour Jeanne d’Albret, parmi d’autres épouses possibles, varia, il l’envisageait toujours à la fin des années 1530 et tout au long des années 1540. Voir Alphonse de Ruble, op. cit., p. 14-15 et Antoine Perrenot de Granvelle, Papiers d’état du cardinal de Granvelle (1516-1565), Charles Weiss (éd.), 9 vol., Collection de documents inédits sur l’histoire de France, Paris, 1841-1852, vol. 3, p. 312.

17 François Génin (éd.), Lettres de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, Paris, Renouard, 1841, no 72, p. 246.

18 Sur le mécénat de François Ier voir particulièrement, Robert J. Knecht, op. cit., chapitres 21-23, incluant des mentions sur Henri d’Albret, p. 399, 452, et 467 ; pour le patronage d’Henri d’Albret, voir S. Amanda Eurich, op. cit., p. 164-193, spécialement p. 182, et Danièle Thomas (éd.), Inventaires mobiliers et pièces annexes : Château de Pau – Château de Nérac (XVIe-XVIIe siècles), Pau, Société des Amis du Château de Pau, coll. « Documents inédits » 2, 1996.

19 Sur la politique religieuse de François Ier, voir particulièrement, Robert J. Knecht, op. cit., p. 508-513 ; pour celle d’Henri d’Albret, voir Jonathan A. Reid, King’s Sister - Queen of Dissent : Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network, 2 vol., Leiden, Brill, 2009, vol. 2, p. 521-525.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540