Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Alliés et rivaux

Marguerite de Navarre, la sœur fidèle (1492-1549)

Jonathan A. Reid
Traduction de Audrey Beaudouin, Cédric Michon et Thierry Rentet

Texte intégral

  • 1 Article traduit par Audrey Beaudouin. Traduction revue par Cédric Michon et Thierry Rentet.
  • 2 Nouvelles lettres de la reine de Navarre, adressées au roi François Ier, son frère, François Génin (...)
  • 3 Lettres de Marguerite de Navarre de Valois-Angoulême, Raymond Ritter (éd.), Paris, Édouard Champion (...)

« Monseigneur1, […] plus que jamais je desire vous faire voir que je n’ay ny ne saurois avoir aultre desir que vous obéir et suivre entièrement ce que je pense estre vostre intencion2. »
Marguerite de Navarre à François Ier, [vers juillet 1534].
« Votre petite main [Marguerite de Navarre] […] va suplyer Celluy qui a coumande à sainct Francoys d’aler reparer son esglize destruiste vous donner grace d’estre celluy par quy y parfera son euvre au bien de tous le[s] cristiens3. »
Marguerite de Navarre à François Ier, [4 octobre 1525], jour de la Saint-François.

1Les serviteurs du roi exécutent les ordres de leur maître. Ils espèrent que leur maître ordonne ce qu’eux-mêmes souhaitent et, de temps en temps, ce qu’ils ont suggéré. La logique des relations de pouvoir à la cour requiert de la part des conseillers royaux qu’ils adoptent une rhétorique selon laquelle ils n’ont pas de volonté propre. La sœur de François Ier, Marguerite de Navarre, a ainsi signé toutes les lettres qu’elle lui adressa par une variation de ce thème : elle était toujours sa « très humble et très obéissante subjecte et seur/mignonne ». Malgré de telles marques de dévouement, lorsqu’elles sont lues dans le contexte, les lettres de Marguerite de Navarre à son frère comme celles, représentatives, citées ci-dessus, révèlent qu’elle fit campagne tout au long de son règne pour l’influencer sur plusieurs problèmes et en particulier pour qu’il adopte le programme religieux qu’elle avait choisi. En 1534, Marguerite de Navarre essaya désespérément de convaincre François Ier de révoquer une commission spéciale qu’il avait autorisée à poursuivre en hérésie une communauté de chrétiens évangéliques qu’elle avait favorisée dans son duché indépendant d’Alençon ; pourtant après une longue lutte d’un an, elle dut, en fin de compte, céder à sa volonté. Sa tentative avortée pour faire changer d’avis François Ier, qui sera étudiée ci-après, était l’une des batailles qu’elle et ses alliés à la cour menèrent, dès les années 1520 et jusqu’à la fin du règne, dans une campagne pour convaincre le roi de devenir le restaurateur ou le réformateur de l’Église, un rôle qu’elle décrivit pour la première fois lorsqu’elle promut la réforme de Meaux (1521-1525) en argumentant en des termes stupéfiants au moment le plus bas du règne de François Ier pendant sa captivité en 1525 (deuxième épigraphe ci-dessus). Bien que Marguerite de Navarre fût, effectivement, une partisane obéissante et une aide efficace pour son frère sur les questions d’État, ce fut à sa compréhension de la foi et à ses aspirations de réforme qu’elle tenta le plus de le convertir.

  • 4 L’étude la plus complète de la vie de Marguerite de Navarre et de ses travaux littéraires est cell (...)
  • 5 Pour un recensement historiographique des idées sur Marguerite de Navarre, voir Jonathan A. Reid, (...)

2Cet article cherche à montrer que parmi les nombreux rôles importants que Marguerite de Navarre joua à la cour – ceux de sœur encourageante, de mère de remplacement pour les enfants de François Ier, de tutrice des héritiers des maisons nobles importantes, de muse des passions culturelles du roi, de conseillère politique, de diplomate, de vassale loyale, aussi bien que de négociatrice de mariages, de patronage, et de positions à la cour, au gouvernement et dans l’Église4 – ce fut sa place, personnellement choisie, de conscience spirituelle et de conseillère du roi qui dépassa tous ces autres rôles et la démarqua des autres conseillers royaux. Cette thèse recoupe plusieurs débats à propos des programmes personnels de Marguerite de Navarre, de François Ier et de ses conseillers, ainsi que de la nature et de l’étendu du conflit politique à la cour5.

3Dans l’esprit de ce volume collectif cherchant à cerner la forme des dynamiques de pouvoir à la cour et des rôles qu’y joue chaque conseiller, cette recherche essaie d’expliquer trois caractéristiques pertinentes de la carrière de Marguerite de Navarre en tant que femme de cour ainsi que leurs effets. Premièrement, Marguerite de Navarre persévéra à essayer de convaincre François Ier, tout au long de son règne, de promouvoir un mouvement de réforme évangélique dont les caractéristiques seront soulignées plus loin. Ces efforts pour promouvoir cette réforme étaient si importants qu’ils devinrent souvent des éléments façonnant la politique royale. Deuxièmement, cette idée maîtresse de son programme personnel aida à définir l’une des lignes majeures de rupture parmi les courtisans. Dans ce conflit, Marguerite de Navarre défendait le camp évangélique ; Antoine Duprat, Anne de Montmorency et ses partisans, puis François de Tournon soutinrent le camp conservateur. Ces deux thèses suggèrent plus largement que les engagements confessionnels des courtisans étaient des facteurs importants dans la mise en forme de la politique royale aussi bien que dans les luttes de pouvoir qu’ils menèrent. Selon nous, ces thèses, et d’autres problématiques importantes provenant de désaccord sur la religion, la culture, l’ordre social et le rôle du gender, rendirent les politiques à la cour plus complexes qu’une simple lutte pour le pouvoir dans laquelle les courtisans recherchent le pouvoir soit comme une fin (personnelle) en soi, soit comme moyen à des fins purement matérielles. Troisièmement, Marguerite de Navarre et les courtisans avec lesquels elle travailla étroitement à promouvoir la cause évangélique, en tête desquels se placent les frères Du Bellay à partir de la fin des années 1520, et Philippe Chabot de Brion et Anne d’Étampes dans les années 1540, eurent un impact significatif sur le cours du règne de François Ier en définissant et en poursuivant des alternatives politiques majeures que le roi n’aurait peut-être pu réaliser ou entretenir, comme la mise en place d’alliances avec l’Angleterre schismatique et les Protestants de l’Empire.

Le cœur du problème : mesurer l’influence

  • 6 Pour une analyse de la correspondance conservée de Marguerite de Navarre, voir Jonathan A. Reid, o (...)
  • 7 Pour des discussions importantes sur le problème des sources, voir les articles dans Roseline Clae (...)

4Les membres du réseau de Marguerite de Navarre aimaient citer le proverbe : « Le cœur du roi est dans la main de Dieu [Prv 21 :1]. » Malgré tout, comme leurs contemporains et comme les observateurs modernes, ils savaient que quiconque a l’oreille du roi (dans son Conseil ou dans sa chambre selon le cas) peut avoir de l’influence. Bien sûr, François Ier avait son mot à dire dans les décisions prises en son nom par ses officiers et ses secrétaires. Dans ce calcul de l’influence qu’a pu avoir Marguerite de Navarre, connaître le cœur du roi est primordial. Toutefois, la difficulté qu’il y a à connaître la volonté réelle de François Ier et celle de ses courtisans, et à comprendre leur influence sur la politique royale, est accrue par la pauvreté des sources. Les sources publiées et disponibles, particulièrement celles qui sont susceptibles de faire la lumière sur les opinions du roi, sont malheureusement limitées. La correspondance de François Ier n’a pas été publiée, bien que ses poèmes introspectifs l’aient été ; les correspondances de ses plus proches conseillers, dont le plus important est Montmorency, n’ont été publiées que partiellement. La correspondance relativement abondante que Marguerite de Navarre adressa à son frère comprenait au moins 184 lettres, dont 164 nous sont parvenues. Sur les cinquante-neuf que l’on sait qu’il lui écrivit, seules deux ont survécu6. D’autres archives clés, comme les minutes des Conseils de François Ier, n’ont jamais existées ou sont perdues, alors même que des sources équivalentes pour les cours d’Henri VIII ou de Charles Quint sont facilement disponibles7.

5Puisque nous manquons de preuves directes concernant les conversations politiques de François Ier et de ses conseillers, on a essayé de combler les lacunes en les déduisant des actions de François Ier et en s’appuyant sur les rapports des ambassadeurs étrangers à la cour de France, qui étaient souvent « nourris » d’informations par des courtisans. Ces deux ensembles de données offrent des informations vitales mais problématiques sur l’équilibre des pouvoirs à la cour.

  • 8 « The religious conscience of Francis I is not easily probed. All that is known for certain is tha (...)
  • 9 Robert J. Knecht, « Francis I, “Defender of the Faith” », in E. W. Ives, Robert J. Knecht, J. J. S (...)

6Dans la mesure où ses profondeurs ont été sondées par de telles sources, le cœur de François Ier est connu comme ayant été surtout intéressé par la poursuite de son honneur et de ses droits dynastiques, principalement en affirmant ses droits sur Milan et Naples et en augmentant le pouvoir du gouvernement royal, et par la poursuite de ses plaisirs, tant culturels que physiques. Cependant, sa vie spirituelle, et plus particulièrement sa relation avec les politiques religieuses qu’il a mises en œuvre, sont moins bien comprises8. À la suite des études phares de Robert Knecht, les universitaires ont eu, à juste titre, un léger doute quant à l’intention de François Ier de « défendre la foi ». Les sources sont nombreuses, à partir du moment où il essaya personnellement d’expier les sacrilèges iconoclastes commis en détruisant la statue de la Vierge Marie à Paris en 1528 jusqu’à son acceptation de promulguer les articles de foi de la Faculté de Théologie de Paris comme loi du royaume en 15439. Cependant, cet aperçu ne nous éclaire pas davantage car tous les monarques européens, catholiques ou protestants, promirent de maintenir la vraie foi, de proscrire la fausse croyance, et de sanctionner le manque de respect envers la loi commis au nom de la religion. La question fondamentale fut celle de savoir quelle foi, et au-delà de cette question, quelle Église, soutiendrait le monarque. L’Église traditionnelle et dépendante de Rome, ou une Église indépendante, réformée et nationale. Les exemples de la rupture non-protestante d’Henri VIII avec Rome et de l’empressement de Philippe Mélanchthon d’accepter le pape comme chef de l’Église de jure humano (non pas divino) aussi longtemps que l’Église accepterait les doctrines évangéliques du salut, démontrent que les débats sotériologiques et ecclésiologiques étaient intellectuellement et politiquement distinguables.

  • 10 Dans La navire l’ombre de François Ier console Marguerite en lui disant de croire, comme lui, que (...)

7Malgré l’apparent conservatisme de François Ier, les courtisans évangéliques le pensaient prêt à se laisser convaincre sur ces deux problématiques. À la fin de son règne, l’alliée de Marguerite de Navarre, la duchesse d’Étampes, rapporta aux diplomates protestants que le roi pourrait être amené à rompre avec Rome (voir infra). De la même manière, après sa mort en 1547, Marguerite de Navarre décrivit François Ier comme partageant ses doctrines évangéliques du salut dans La navire et dans d’autres travaux littéraires qu’elle composa en réponse à l’angoisse de sa disparition10. Loin d’abaisser immédiatement la revendication de la duchesse d’Étampes et le portrait que faisait Marguerite de Navarre de sa foi, à de simples écrans de fumée, ou à la réalisation de désirs diplomatiques, ils doivent être pris en considération car ils contredisent directement l’idée reçue selon laquelle les politiques religieuses sévères promulguées au cours de la période suivant l’affaire des Placards découlent des convictions personnelles de François Ier plutôt que de l’influence de courtisans conservateurs qui avaient le vent en poupe. Leurs témoignages soulèvent de nouvelles questions sur la nature et la solidité des engagements religieux du roi aussi bien que sa relative influence, comme celle de ses conseillers, dans l’élaboration des politiques royales. En élargissant le corpus des sources pour inclure les poèmes introspectifs de François Ier, dont il sera question ci-dessous, nous pouvons étoffer nos réponses, mais il reste encore du travail à faire sur les sources non-publiées.

Le programme et le réseau de Marguerite de Navarre

  • 11 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 88-92.

8Lorsque François Ier arrive au pouvoir en 1515, il dote sa mère, Louise de Savoie, et sa sœur de pouvoirs considérables. Ses dons de titres, de territoires, de droits et de pensions sont de loin plus importants que ceux qu’il accorde à son vassal le plus puissant, le connétable Charles de Bourbon, ou à aucun autre courtisan. François Ier favorise les femmes de sa famille pour qu’elles puissent servir de soutien principal à sa nouvelle dynastie11. Remarquant la proximité de leurs obligations et de leurs collaborations, le poète de la cour Jehan Marot surnomme les trois personnages de la famille régnante la « Trinité Royale ».

9Ce symbolisme religieux masque à peine les ambitions largement séculières de François Ier de sécuriser ses droits dynastiques territoriaux et de consolider son pouvoir sur les nobles, les institutions royales, et la richesse matérielle de l’Église. Tout au long de son long règne, Marguerite de Navarre est aussi fidèlement dévouée à ce programme que Louise de Savoie. François Ier offre à sa sœur une place à la cour particulièrement importante pendant la première décennie de son règne. Lors des dîners d’État, elle prend souvent la place de la reine Claude. Elle l’accompagne au Camp du Drap d’Or. À l’approche et pendant la première guerre contre les Habsbourgs, elle défend le bien-fondé de la cause de François Ier dans le débat avec l’ambassadeur anglais Fitzwilliam ainsi que dans une lettre au pape Adrien VI. Après son mariage en 1527 avec Henri d’Albret, roi de Navarre – une union qui garantit pour François Ier la fidélité de l’un de ses vassaux les plus puissants et résout pour longtemps un conflit dynastique à propos du comté d’Armagnac – Marguerite de Navarre est absente de la cour pendant plusieurs mois. Mais, tout au long du règne, la plupart des observateurs la considère, lorsqu’elle est présente, comme l’un des conseillers les plus influents de François Ier.

10Comme sa mère et la duchesse d’Étampes, Marguerite de Navarre a un accès privilégié à François Ier car elle est l’une des femmes qu’il chérit le plus. Elle est aussi, comme la plupart des observateurs en conviennent, intelligente, politiquement perspicace et un stratège de bon sens, mais c’est sa loyauté qui semble avoir le plus compté pour François Ier. Pourtant, elle n’a jamais eu un ensemble, clairement défini, de missions, bien qu’elle fût, d’une certaine manière, responsable de la manière dont ses deux maris – Charles d’Alençon (mort en 1525) et Henri d’Albret – s’acquittèrent des leurs. Deuxièmement, au début des années 1520, Marguerite de Navarre met en place son propre programme personnel. Sous la tutelle des partisans de Jacques Lefèvre d’Étaples, pendant leur tentative de réformer le diocèse de Meaux (1521-1525), elle développe une fervente foi évangélique. À partir de ce moment elle « évangélise » (selon ses propres mots) à la cour pour promouvoir une réforme de la religion traditionnelle en France. Des humanistes, des clercs, des prélats, des nobles, des officiers royaux et des courtisans ayant les mêmes idées se rallient à elle. En conséquence, elle devient de facto le chef d’un réseau d’évangéliques de vaste étendue, recruté bien au-delà de sa cour et de sa maison parmi les officiers de ses territoires féodaux, ses clients au sein du gouvernement royal, de la hiérarchie de l’Église, voire dans les villes.

  • 12 James K. Farge, Le parti conservateur au XVIe siècle, Université et Parlement de Paris à l’époque (...)

11Marguerite de Navarre et son réseau font face à deux contraintes majeures lorsqu’ils réalisent la promotion du programme de leur réforme évangélique. D’abord, ils doivent coordonner leurs plans avec les ambitions dynastiques de François Ier. Ensuite, un « parti conservateur », coalition de traditionalistes du Parlement de Paris, de la Faculté de Paris, du clergé et de membres de la cour royale, se développe au même rythme que s’étoffe le réseau de Marguerite de Navarre, et dénonce ses buts, ses actions, et ses membres comme hérétiques12. Dans ce contexte, Marguerite de Navarre et ses partisans doivent toujours apporter la preuve de leur orthodoxie afin d’éloigner toute perspective de persécution.

12Le défi auquel fait face Marguerite de Navarre est, ainsi, un défi » d’imagination ». Elle doit convaincre François Ier que la réforme évangélique doit restaurer l’Église et, par-dessus tout, que ce programme s’accorde à son propre programme politique et même le favorise.

13Marguerite de Navarre et son réseau travaillent à promouvoir leur cause sur de nombreux fronts loin de la cour, principalement en public, par le biais de la prédication et de l’édition de littérature religieuse. Les analyses suivantes se concentrent sur la description de ses principales tentatives, entre 1521 et 1547, d’influencer le roi pour qu’il adopte des politiques favorisant leur programme et, par ce moyen, pour mesurer le rôle de Marguerite de Navarre parmi les conseillers principaux de François Ier.

Le programme religieux de Marguerite de Navarre à l’œuvre

Meaux comme modèle pour une réforme nationale (1521-1523)

  • 13 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 181-247.

14En 1521, l’évêque Guillaume Briçonnet accueille le célèbre humaniste bibliste Jacques Lefèvre d’Étaples et ses disciples dans son diocèse de Meaux pour l’aider dans son projet de réforme épiscopale alors au point mort13. Ils développent un programme innovant de renouveau religieux qui se concentre sur la recherche de ministres capables de prêcher l’Évangile aux laïcs. Leur but principal est d’inculquer une « foi vivante » aux laïcs. Pour contribuer à cet effort, ils suivent ouvertement l’initiative de Luther et traduisent le Nouveau Testament et les Psaumes en français (1523), les utilisent pour les lectures dominicales et les expliquent à nouveau dans des sermons exégétiques et des études bibliques hebdomadaires.

  • 14 [Compiègne, c. 10 décembre 1521], Guillaume Briçonnet et Marguerite d’Angoulême, Correspondance (1 (...)

15Dès le début, Marguerite de Navarre est en contact étroit avec le groupe de Meaux et soutient son programme de réforme auprès de sa mère et de son frère comme un modèle pour une réforme nationale de l’Église. Ses efforts se poursuivent en deux phases qui marquent l’apparition d’une réforme évangélique de l’Église au centre du débat politique et de la lutte des partis à la cour. De 1521 à 1523, avec le soutien de Briçonnet, elle appelle François Ier à utiliser son pouvoir, en vertu du Concordat de Bologne de 1516, pour nommer des prélats dignes d’estime, ce qui signifie, des candidats imprégnés de la doctrine évangélique et consciencieux dans leurs fonctions. À l’automne 1521 ils présentent une proposition formelle de réforme à François Ier. Cette initiative déclenche une réaction violente chez les conservateurs de la cour. En décembre 1521, malgré les espoirs de Marguerite de Navarre pour « la reformation de l’Église, où plus que jamais le Roy et Madame sont affectionnéz14 », le chancelier Antoine Duprat et l’évêque Guillaume Petit, le confesseur du roi, semblent avoir convaincu Louise de Savoie et son fils de refuser leur proposition. À l’hiver 1521-1522, Marguerite de Navarre et Briçonnet font allusion à Duprat comme au chef de leurs opposants à la cour. À l’automne 1522, Petit dénonce à la Faculté de Théologie le prédicateur de Marguerite de Navarre à la cour, Michel d’Arande, membre du groupe de Meaux, à cause de son soutien apporté à Luther dans ses sermons. Dans le même temps, alors que les relations de François Ier et du pape se réchauffent, le roi refuse clairement les propositions du cénacle de Meaux pour la réforme de l’Église. Consterné, Briçonnet conseille à Marguerite de Navarre d’arrêter de faire campagne :

  • 15 Guillaume Briçonnet, op. cit., vol. 1, no 47, p. 230 (Jourda, Répertoire, no 85).

« Le porteur m’a tenu propos de grande pauvreté, auquel monsieur Fabry [Lefèvre d’Étaples] et moy avons dict nostre advis et conjuré le vous dire. Il vous plaira couvrir le feu pour quelques temps : le bois [François Ier et Louise] que voulez faire brusler est sy verd qu’il estaindroit le feu et ne conseillons pour plusieurs raisons (dont le surplus qu’il obmectra espere quelque jour vous dire) que passez oultre, sy ne voullez du tout estaindre le tizon et le surplus qui desire se brusler et aultres enflamber15. »

16À partir de ce moment, Marguerite de Navarre est forcée de passer d’une posture offensive à une posture défensive. Entre juin et décembre 1523, la Faculté de Théologie monte une attaque contre les évangéliques français. Pendant les audiences inquisitoriales de la faculté et dans leurs sermons publics, les théologiens établissent un lien direct entre les doctrines de Luther, Lefèvre et le groupe de Meaux. Par ailleurs, ils accusent les dames de la cour de fomenter l’hérésie. À la fin de l’été, Marguerite de Navarre et Briçonnet profitent du séjour du roi dans les environs de Paris, pour tenter de le convaincre de choisir Duprat pour organiser la protection de l’universitaire et courtisan, Louis de Berquin, de Lefèvre et de d’Arande. Mais, dès octobre, peu de temps après le départ de François Ier pour la guerre, Louise de Savoie, alors à la tête des affaires, cède à la pression organisée par les théologiens, qui accusent la cour de causer la souffrance du royaume en protégeant des hérésiarques. Suivant l’exemple de la régente, Briçonnet arbore immédiatement le drapeau de l’orthodoxie. Il publie deux décrets condamnant Luther pour avoir attaqué l’ordre ecclésiastique et s’être écarté de sa liberté chrétienne.

  • 16 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 81, 254-268, et 310-313.

17Pourtant, alors que Briçonnet fait marche arrière et que la mère du roi et Duprat prennent un tournant conservateur, Marguerite de Navarre encourage une cellule évangélique à la cour, comprenant des courtisans secondaires comme Antoine Papillon et Jacques Groslot (nommé maître des requêtes en 1526). Ceux-ci appartiennent au réseau évangélique naissant que ses membres sont en train de tisser depuis Paris et Meaux, jusqu’à Lyon, où la cour réside, et d’autres villes y compris celles à l’étranger où les évangéliques expatriés français se sont rassemblés16. Marguerite de Navarre essaie de promouvoir la prédication évangélique dans plusieurs autres villes au-delà de Meaux – notamment en envoyant Michel d’Arande en son duché de Berry pendant l’Avent de 1523 et le Carême de 1524 – et elle sollicite l’aide de François Ier afin de la protéger des persécutions. Mais en mai 1525, pendant la captivité du roi, Duprat, avec l’autorisation et la gratitude de Clément VII, met en place une nouvelle cour inquisitoriale, les juges délégués, afin de poursuivre de tels prédicateurs. À l’automne 1525, après le départ de la cour de Marguerite de Navarre partie négocier la libération de François Ier, le parti conservateur accentue sa persécution judiciaire du groupe de Meaux, d’Arande à la cour, et d’autres « Luthériens » dont Berquin (une nouvelle fois) et du protégé de Marguerite de Navarre, le poète Clément Marot. En somme, il s’agit d’une mise en accusation publique du soutien apporté par la sœur du roi à la cause évangélique.

Une interprétation religieuse de la captivité de François Ier (1525-1526)

18À l’été 1525, Marguerite de Navarre se hâte vers l’Espagne avec une suite triée sur le volet, dont le diplomate naissant, Guillaume Du Bellay. C’est le rôle diplomatique le plus important qu’elle ait jamais joué. Finalement, son échec à conclure les négociations permet à Anne de Montmorency, proche compagnon de François Ier et le noble de plus haut rang survivant en captivité avec lui, de gagner « l’honneur » d’établir la Paix de Madrid (un traité, fondé sur un plan d’urgence que Marguerite de Navarre avait transmis de la cour, et que François Ier avait l’intention de rompre après sa libération) en janvier 1526, un mois après le départ de Marguerite de Navarre.

19Ces événements sont bien connus, mais ce qui n’a pas encore été envisagé, c’est que Marguerite de Navarre, en poursuivant son propre programme, ait transformé la captivité de François Ier en une opportunité pour le convaincre une nouvelle fois de défendre la réforme religieuse et de sauver ses frères évangéliques. Ses efforts ne sont pas seulement sans rapport avec le problème principal de la libération du roi, mais ils sont aussi à haut risque car certains critiquent de gouvernement de François Ier en soutenant que la protection des hérétiques par la cour a provoqué la colère de Dieu qui a puni François Ier par la défaite. Selon eux, cela justifie leur résistance au gouvernement de la régente. À cet effet, pour s’assurer de la coopération du parlement de Paris et du conseil de la Ville de Paris pendant la régence, Louise de Savoie et Duprat ont tenu compte de ces accusations et, à l’automne 1525, ont une nouvelle fois sacrifié les protégés évangéliques de Marguerite de Navarre sur l’autel de l’orthodoxie.

20Dans ces circonstances, Marguerite de Navarre continue à essayer de convaincre François Ier que Dieu lui impose ce « purgatoire » (sa captivité) pour le transformer en un instrument de restauration de l’Église. Le roi est, semble-t-il, potentiellement réceptif à une interprétation religieuse de son sort. Pendant sa captivité, déprimé et abattu, il commence un jeûne de Carême pénitentiel. Au lieu de s’abstenir de viande et d’œufs, Marguerite de Navarre lui promet que s’il lit les Épîtres de Paul, « par manière d’oraison […] il sera délivré à la gloire de Dieu et l’honneur de luy » ; elle lui en envoie une copie dans la nouvelle traduction française de Lefèvre d’Étaples. En mai, Marguerite de Navarre lui dit explicitement que son emprisonnement est un jugement spirituel à travers lequel Dieu cherche à gagner la complète obéissance de son cœur, pour le conduire à magnifier l’honneur de Dieu, et finalement l’utiliser pour sauver les innombrables âmes perdues en son royaume, à travers la Chrétienté et même parmi les infidèles :

  • 17 Marguerite de Navarre à François Ier, [mai 1525, Lyon], Génin 2, no 5, p. 32-33 (Jourda, Répertoir (...)

« Je vous supplie, Monseigneur, croire sans riens en douter que ce [la captivité du roi] n’est que pour esprouver combien vous l’aimez, et pour vous donner le loisir de penser et connoistre combien il vous aime ; car il veult avoir votre cueur entièrement, comme par amour vous a donné le sien, pour après vous avoir uny à luy par tribulations, vous deslivrer à sa gloire et vostre consolacion par le mérite de sa victorieuse résurrecsion, afin que par vous son nom soit congnu et sanctifié, non seulement en vostre réaulme, mais par toute la cristienté jusques à la conversion des infideles. O que bienheureuse sera vostre brefve prison, par qui Dieu tant d’ames deslivrera de celle d’infidélité et esternelle damnacion17 ! »

  • 18 Jean de Selve au Parlement de Paris, Tolède, 1er octobre 1525, Aimé Champollion-Figeac (éd.), Capt (...)
  • 19 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., no 171, p. 346-347 et no 179, p. 356-357.

21Quand Marguerite de Navarre arrive en Espagne en août, elle trouve son frère gravement malade et fait dire une messe en sa présence. Aidée de l’évêque d’Embrun, François de Tournon, Marguerite de Navarre persuade son frère, alors à demi-conscient, de regarder les espèces sacramentaires, et quand il exprime sa volonté de communier, elle lui fait donner une partie de l’hostie tandis qu’elle reçoit le reste. Témoin oculaire de cet événement, Jean de Selve, premier président du Parlement de Paris, reporte cet évident miracle et signe de la grâce de Dieu, à ses collègues conseillers du Parlement, les réprimandant pour leur résistance au régime royal18. Ainsi, malgré l’échec de sa mission, les courtisans font tout crédit, après Dieu, à Marguerite de Navarre, pour avoir sauvé la vie du roi19. Dans les jours qui suivent cet événement, elle rappelle à François Ier ses espoirs qu’il parachève le travail de saint François en restaurant l’Église ruinée de Dieu (voir seconde épigraphe). Mais l’a-t-elle converti à sa vision des choses selon laquelle il est un « saint » réformateur ?

  • 20 François IER, Œuvres poétiques, June Ellen Kane (éd.), Genève, Éditions Slatkine, 1984, p. 148-177.

22Il semble que non. François Ier a écrit dix poèmes méditatifs pendant sa captivité20. Dans ces témoignages cathartiques de sa souffrance, il se penche sur l’ordre de bataille et sur ce qui l’a conduit à la défaite, damne les « meschants » qui ont fui le champ de bataille (le mari de Marguerite de Navarre, Charles d’Alençon, a fui l’arrière-garde), se lamente de la mort de ses vassaux loyaux, regrette la peine causée à sa mère, se languit de sa maîtresse, et trouve du réconfort dans le fait que son honneur demeure :

  • 21 François IER, op. cit., « Prison 8 », p. 173, l. 23-25, 29-32.

« Cœur resolu d’autre chose n’ a cure
Que de l’honneur.
Le corps vaincu, le cœur reste vainqueur, […]
Doncq’je concluds qu’eureuse est l’entreprise
Qui rend fortune indigne de surprise
Par fermeté, qui vault bien qu’on la prise,
Or en jugez21. »

23À aucun moment dans ses poèmes, il ne fait écho à l’exégèse religieuse de sa captivité faite par Marguerite de Navarre.

  • 22 CAF, V, no 18505, p. 736.
  • 23 Marguerite à François Ier, [fin 1525], Jourda, Répertoire, no 319, p. 70 (avec le texte de la lett (...)
  • 24 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 345-350.

24Cependant, François Ier ne se montre pas ingrat envers sa sœur. En novembre, peu de temps après sa guérison miraculeuse, celle-ci l’a persuadé de suspendre les procès en hérésie contre le groupe de Meaux22. À peine revenu de captivité, François Ier tient sa promesse de mettre un terme à toutes les « fâcheries », qui touchent de près à l’honneur de Marguerite de Navarre, y compris celles contre Louis de Berquin23. Pendant les quatre années qui suivent, Marguerite de Navarre est capable de le convaincre d’accorder des bénéfices ou des missions à d’anciens membres du groupe de Meaux : Michel d’Arande est nommé évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Lefèvre d’Étaples devient le tuteur des derniers enfants du roi, et Gérard Roussel, qu’elle a pris comme aumônier, reçoit l’abbaye de Clairac. Cependant, alors que les deux fils aînés du roi restent en captivité à sa place jusqu’en 1530, elle ne peut le convaincre d’autoriser la prédication évangélique dans le royaume, car les controverses en découlant auraient affaibli les relations de François Ier avec le pape dont il avait besoin pour assurer la libération de ses fils24.

Campagne pour un renouveau évangélique (1533-1536)

25Pendant le Carême de 1533, Marguerite de Navarre fait prêcher son aumônier, Gérard Roussel, au Louvre à Paris. Il s’agit de sa démarche publique la plus audacieuse de toute sa carrière pour légitimer la cause évangélique. Le résultat est un désastre. Les sermons populaires de Roussel – il est dit que 5 000 à 10 000 personnes y assistent – déclenchent une lutte de deux ans entre les « novateurs » et les conservateurs de la capitale, ponctuée par deux événements majeurs – le discours évangélique de Nicolas Cop à la Toussaint de 1533 à l’université de Paris et la « Nuit » des Placards, les 17-18 octobre 1534. Ces deux événements entraînent des persécutions pour hérésie à grande échelle, que les conservateurs à la cour organisent ou facilitent. Marguerite et ses alliés à la cour font de leur mieux pour protéger Roussel, Cop et des douzaines d’autres, recherchés ou arrêtés à l’occasion de cette vague inquisitrice.

26Pendant cette période de conflit ouvert, Marguerite de Navarre profite de la bonne volonté du roi et de la force de l’alliance établie précédemment avec Jean et Guillaume Du Bellay et leur réseau d’agents politiques. Très active à Paris, Marguerite tente aussi de secourir des évangéliques souffrant de persécution à Toulouse, Aix et Alençon. Compliquant davantage le tableau, ces événements ont lieu au moment même où Marguerite de Navarre et les Du Bellay conçoivent une nouvelle et, peut-être, plus ambitieuse politique anti-Habsbourg, puis persuadent le roi de la mettre en œuvre. Leur but est d’attirer Henri VIII, nouvellement schismatique, les puissances protestantes allemandes, et plus remarquable, le pape, dans une alliance militaire avec la France fondée sur l’entente religieuse et qui résoudrait les divisions ecclésiastiques et religieuses du moment. Pour promouvoir cette union, ils proposent de faire venir Philippe Mélanchthon et d’autres réformateurs protestants conciliants en France pour un colloque religieux.

27Dans cette série d’événements concomitants, nous pouvons voir comment les lignes confessionnelles du conflit, déjà esquissées au cours des années 1520, se précisent parmi les courtisans. Marguerite de Navarre et les Du Bellay mènent une piètre, mais claire, bataille contre Duprat et Montmorency qui s’opposent à leurs plans, pendant que François Ier oscille visiblement d’un camp à l’autre.

  • 25 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 372-374.
  • 26 Génin 1, no 94, p. 274-275 (Jourda, Répertoire, no 507).
  • 27 Génin 1, no 96, p. 276-277 (Jourda, Répertoire, no 517). Cf. BnF Clairambault 334, fos 238-239 vo, (...)

28En 1533, Roussel prêche avec la bénédiction tacite du roi. Cette année-là, le monarque passe le carnaval avec le couple navarrais à Paris, partant la veille du prêche de l’aumônier de sa sœur au Louvre. La route vers cette initiative renouvelée de prédication est longue. Marguerite de Navarre, même si elle n’y joue qu’un rôle subalterne, aide à conclure la Paix des Dames (1529) avec l’empereur, qui assure la libération des enfants du roi et ainsi libère les mains de François Ier à l’égard du pape. Elle aide aussi à garantir les postes de ses deux compagnons. En 1528, elle vient en aide à Guillaume Du Bellay alors que le chancelier Duprat cherche à l’affaiblir et que certains à Rome le suspectent, ainsi que son frère Jean, d’être un hérétique25. Quand à l’automne 1530, la Faculté de Théologie enquête brièvement sur Jean Du Bellay, Marguerite et sa mère persuadent le roi que les rumeurs de son hétérodoxie sont fausses26. Bien plus, grâce à leurs recommandations au roi, via Montmorency, Jean Du Bellay leur doit une part substantielle de sa promotion à l’évêché de Paris en novembre 153227. L’arrivée de Jean Du Bellay à Paris permet d’espérer que la cour épiscopale, cour de première instance pour les questions d’hérésie dans la capitale, sera au moins partiellement entre les mains des évangéliques.

  • 28 Génin 1, no 110, p. 298-301 (Jourda, Répertoire, no 566), et Jourda, Répertoire, no 570, p. 127-128 (...)

29Quand les membres de la faculté se mobilisent contre Roussel en 1533, Marguerite de Navarre fait appel à Montmorency et au roi pour qu’ils interviennent en soutenant qu’elle n’aurait pu supporter un hérétique dans sa suite et n’aurait pas utilisé ses « amis » pour le protéger s’il en était un28. Les Du Bellay l’aident aussi. En avril, Guillaume Bellay annonce aux Anglais la nouvelle de l’intention du roi d’assigner Roussel à résidence avec Marguerite de Navarre et de bannir ses persécuteurs. Jean Du Bellay est certainement impliqué dans cette tentative pour faire soutenir le camp évangélique par le roi, bien que l’on ne sache pas avec précision ce qu’il a pu faire exactement. En juillet, Philippe Mélanchthon fait part d’une rumeur annonçant que Roussel et d’autres seraient autorisés à défendre la doctrine évangélique (doctrinam evangelicam) dans un débat formel avec les théologiens de Paris qui se déroulerait devant Jean Du Bellay et d’autres juges triés sur le volet. Mais au mois d’août suivant, Jean Sturm, un agent des frères Du Bellay, rapporte depuis Paris à Martin Bucer à Strasbourg que les théologiens accusent publiquement Marguerite de Navarre, Jean Du Bellay et même le roi d’être des hérétiques et des Luthériens à cause de leur soutien à Roussel.

  • 29 BnF Clairambault 334, fo 289-290, cf. fo 277 ; Aimé-Louis Herminjard (éd.), Correspondance des réf (...)

30En novembre, profitant du trouble créé par le sermon de Nicolas Cop, Duprat et Montmorency saisissent l’occasion pour attaquer l’ensemble du mouvement évangélique. Début décembre, Montmorency reçoit des lettres du parlement de Paris, datées du 26 novembre, concernant l’affaire Cop. Agissant rapidement, Duprat et Montmorency persuadent le roi, le 10 décembre, d’enregistrer deux bulles papales contre l’hérésie (le client de Montmorency, Bayard, appose la signature du roi sur la lettre) et d’établir une commission spéciale d’inquisition chargée de chercher et de juger les hérétiques « sans nul excepter », et d’emprisonner sur suspicion d’hérésie le conseiller qui avait suggéré à Cop de s’enfuir. Une autre lettre est rédigée pour forcer Jean Du Bellay et son vicaire, René Du Bellay, à céder leur pouvoir épiscopal à la commission chargée de l’hérésie. Montmorency promet même de se rendre à Paris dans les deux semaines pour superviser ces questions29.

  • 30 CCJDB, I, nos 167-169, p. 334-341.

31Pendant ce temps, Marguerite de Navarre, René Du Bellay, et un autre allié à la cour, Jacques Colin, travaillent sur différents fronts pendant l’absence de Jean Du Bellay, de Paris et de la cour, pour empêcher les conservateurs de persécuter Cop ou de profiter de cette occasion pour lancer une inquisition planifiée et immodérée30. René Du Bellay avoue à son frère que ce n’est pas un conseiller mais lui-même qui a suggéré à Cop de fuir. De plus, il essaie de résister à la cession de ses pouvoirs à la commission spéciale chargée de l’hérésie. De son côté, Colin recherche du soutien à la cour. Mais, tandis que Montmorency et Bayard dirigent les affaires à la cour début décembre, les choses tournent mal. Très inquiet, « je escris en crainte », Colin annonce que les ennemis de Jean Du Bellay, « vos adversaires » sont très puissants. Au point qu’après avoir offert initialement d’aider Colin en faisant appel au roi, Jean de Lorraine prend peur et le prie de ne pas l’impliquer. Colin constate que Marguerite de Navarre a prévu de rendre visite à la cour dans le but de défendre Cop car ce problème la touchait « de si près ». C’est seulement fin décembre, après le départ de Montmorency de Paris, que Colin est en mesure de parler à François Ier, qui se fâche et promet que les droits judiciaires de Jean Du Bellay seront respectés et que toutes les procédures seront suspendues jusqu’à son retour.

  • 31 Ambrosius et Thomas Blarer, Briefwechsel der Brüder Ambrosius und Thomas Blaurer, 1509-1548, Traug (...)

32Leurs efforts sont manifestement couronnés de succès car les réformateurs allemands, de janvier à avril 1534, sont informés par Paris que l’arrestation de personnes suspectées d’hérésie, bien que sévère, n’est pas aussi grave que ce que l’on craignait et que Marguerite de Navarre prévient le pire, particulièrement après le bref retour de François Ier à Paris31. Roussel est libéré et la prédication évangélique reprend.

  • 32 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 383-416, spécialement p. 393-401.

33Au même moment, au cours de la période 1532-1534, Marguerite de Navarre mène une bataille similaire pour ceux qui ont été rattrapés par des procès en hérésie à Toulouse, Aix, et dans son siège ducal d’Alençon32. L’affaire d’Alençon est un exemple particulièrement instructif de la manière dont les conservateurs essaient d’utiliser sa protection des évangéliques pour affaiblir sa place auprès du roi.

34À Alençon, deux iconoclastes avaient pendu par le cou des statues de la Vierge et de saint Claude la nuit de la fête du Corpus Christi. Mécontent des sentences légères prononcées par la cour ducale autonome de Marguerite de Navarre, François Ier autorise deux commissions d’hérésie extraordinaires composées de juges parlementaires – une à la fin de 1533 et l’autre à l’été 1534 – pour rejuger les procès. Elles ont la même forme et opèrent avec la même intention que la commission spéciale dirigée par Montmorency et Duprat après l’affaire Cop. Élargissant leur champ d’investigation, les deux commissions royales jugent finalement quarante suspects d’hérésie. Les procès se soldent par cinq exécutions et quatre condamnations à la peine de mort in absentia, parmi d’autres décisions plus clémentes. Dans un premier temps, Marguerite parvient à court-circuiter les investigations de la première commission en obtenant du roi qu’il rende à la cour ducale le verdict final. Mais François Ier – sous l’influence probable de Duprat et de Montmorency – change d’avis peu après et la force à accepter la seconde commission, qui prononce les dernières sentences de mort. Ayant échoué à convaincre son frère que de nombreuses personnes à la cour essaient de le retourner contre elle en la décrivant comme « si suspecte en cet matiere » et que la plupart des problèmes sont dus à de « faulx accusateurs », elle se rend à sa volonté et lui promet qu’aussi longtemps qu’elle resterait sa sœur, elle ferait selon ses désirs (voir première épigraphe).

  • 33 Albert Buisson, op. cit., p. 295-296, 304-307.

35Les mêmes dynamiques jouent pendant l’Affaire des Placards. Parallèlement à l’affaire d’Alençon, Marguerite de Navarre et ses amis à la cour travaillent ardemment pour affaiblir Duprat qui tente d’endurcir le cœur du roi contre les « vrais » évangéliques. En effet, depuis les synodes archiépiscopaux de 1528, le chancelier presse François Ier de combattre l’hérésie plus activement. L’Affaire des Placards lui permet de persuader le roi d’ordonner des mesures plus sévères contre les « Luthériens » et « Sacramentaires » à partir de cette date de son règne33. Comme l’indiquent les preuves regroupées par les enquêteurs, les Sacramentaires radicaux évoluant aux marges du réseau de Marguerite de Navarre, ont reçu de l’aide pour lancer leurs violentes attaques contre la messe. Une nouvelle fois, comme elle l’avait fait pour Toulouse, Aix, Alençon et les persécutions contre Cop, Marguerite de Navarre s’appuie sur son honneur pour persuader son frère d’être clément et le convaincre que les conservateurs sont responsables de cette controverse religieuse. En 1542, pendant une autre persécution des hérétiques, elle lui rappelle ce qu’elle lui avait dit suite à l’Affaire des Placards :

  • 34 Génin 2, no 114, p. 196 (Jourda, Répertoire, no 903).

« Dieu merci, Monseigneur, nul des nostres n’ont esté trouvés sacramentaires, […] et ne me puis garder de vous dire qu’il vous souviengne de l’opinion que j’avois que les vilains placars estoient faits par ceux qui les cherchent aux aultres34. »

  • 35 Génin 2, no 51, p. 97 (Jourda, Répertoire, no 434).
  • 36 Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 3, no 518, p. 322, et no 519, p. 324-325.

36Cette argumentation constitue sa ligne de défense classique pendant tout le règne : les conservateurs complotent contre ceux de vraie foi. Essayant de sauver Louis de Berquin en 1529, elle écrit au roi : « J’espère que la vérité qu’il [Berquin] fera apparoistre rendra les forgeurs d’hérétiques plus maldisans et désobéissans à vous que zeálateurs de la foy35. » À la suite de l’Affaire des Placards, Guillaume Du Bellay essaie lui aussi de convaincre le roi que la menace d’hérésie n’est pas réelle. Les frères de Guillaume Farel, réformateur exilé, sont informés par les hommes de Jean Du Bellay en juillet 1535 – le cardinal était en route pour négocier avec le pape – que Guillaume Du Bellay ne partirait pas en mission vers les princes protestants avant qu’il n’ait obtenu une ordonnance du roi permettant à tous les suspects d’hérésie, y compris les Sacramentaires, d’être réhabilités sans avoir à abjurer36. Malgré la mort du chancelier Duprat le 9 juillet 1535, Guillaume Du Bellay échoue dans cette bataille à la cour car l’édit de Coucy (16 juillet 1535) n’inclue aucune de ces deux provisions. Ce revers contribue à affaiblir les négociations qu’il entreprit ensuite avec les princes protestants allemands pour une alliance politique fondée sur l’entente religieuse.

  • 37 Sur cette question, et particulièrement les liens entretenus par Marguerite avec la cour anglaise (...)

37Cet échec à édifier une concorde religieuse intervient après des années d’efforts coordonnés par Marguerite de Navarre et les Du Bellay pour construire des liens forts entre François Ier et les protestants allemands, Henri VIII et le pape contre l’empereur et pour atteindre une entente religieuse qui apporterait une solution à l’émergence d’une division confessionnelle en Europe37. Sur ce point, deux aspects du rôle de Marguerite de Navarre méritent d’être soulignés. Tout d’abord, elle est la première à reconnaître que la constitution d’une alliance avec les protestants allemands pourrait simultanément servir les objectifs dynastiques de François Ier et renforcer la cause évangélique en France. Pour cette raison, elle semble être l’architecte majeure de cette nouvelle ligne diplomatique. Ensuite, sa réputation internationale de soutien de la cause évangélique en France lui permet de tenir le rôle non-officiel d’avocate des Anglais et des protestants à la cour. À partir du début des années 1530 jusqu’à la fin du règne, ils l’approchent constamment car elle est la dame de cour la plus favorable à leur cause.

  • 38 « Accepimus nuper literas a fratribus ex Galliis, qui scribunt admodum feliciter apud se Evangeliu (...)
  • 39 [Mai 1532], Marguerite à Montmorency, « Mon neveu le duc de sacx [Saxe] et langrave des [landgrave (...)

38Dès 1525, Marguerite de Navarre pose les bases de la coopération avec les évangéliques de l’Empire en envoyant les membres du groupe de Meaux chercher refuge à Strasbourg chez « son cousin », Sigismund von Hohenlohe, Wolfgang Capito et Martin Bucer. À la fin des années 1520, les évangéliques à travers l’Empire se prennent à espérer qu’elle sera finalement capable de faire que la cour soutienne le mouvement de réforme alors en plein essor. Alors que les protestants allemands se rencontrent à Augsbourg en août 1530, Marguerite de Navarre voit clairement que le destin de la cause évangélique en France réside, en partie, dans sa réussite à l’étranger. Obéissant à ordre exprès de sa part, les membres de son réseau envoient des lettres à Bucer l’exhortant à encourager les protestants, principalement divisés sur l’eucharistie, à présenter un front confessionnel uni de peur que la division des évangéliques dans l’Empire n’affaiblisse leur cause en France38. À une époque où la France manque de relations diplomatiques avec l’Empire, Marguerite de Navarre montre une connaissance remarquable des politiques impériales autant qu’un point de vue indépendant sur les possibilités politiques que la création de la Ligue de Smalkalde offre à la France. C’est sur ces principes de base, qu’elle dresse en août 1530, que les frères Du Bellay établissent les futures démarches françaises vers les protestants des années 1530 et 1540 : en collaborant, ils pourraient s’entraider politiquement contre l’empereur et faire avancer leur cause religieuse commune. En 1531, François Ier envoie des observateurs à la création de la ligue de Smalkalde. En mai 1532, les ambassadeurs du prince-électeur de Saxe et du landgrave de Hesse, qui doivent assurer une aide financière pour la conquête protestante du bas Württemberg, se présentent en premier à Marguerite de Navarre, indiquant clairement son importance à la cour pour la cause protestante. Elle les redirige, avec ses recommandations chaleureuses, vers Montmorency par qui passent toutes les questions politiques39.

  • 40 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, appendice 1, lettres nos 584.4, 584.5, et 584.6.
  • 41 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, appendice 1, lettres nos 1110 (redatée juillet 1533), 585.2, e (...)
  • 42 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 440, n. 166 et appendice 1, lettres nos 605.1, 10053, et 10 (...)

39Au cours des trois années suivantes, nous ne connaissons pas, par manque de sources, la contribution précise de Marguerite de Navarre à l’organisation des démarches vers les protestants allemands pour une entente religieuse. Guillaume Du Bellay est certainement la principale figure des négociations, mais elle-même paraît aussi très impliquée. Elle écrit trois fois au début de l’année 1534 au landgrave de Hesse, au moment où Du Bellay entame avec les réformateurs allemands, les premières enquêtes sur les possibilités d’une entente religieuse40. Du côté saxon, Mélanchthon lui écrit trois fois entre 1533 et 153441. Il considère, avec d’autres évangéliques allemands – comme on l’a vu dans les lettres citées précédemment – son soutien comme autant de signes du sérieux des propositions de la cour française. Mais même après l’échec des négociations de Du Bellay avec l’Empire (décembre 1535), les protestants allemands continuent jusqu’à la fin des années 1530 à solliciter l’aide de Marguerite de Navarre pour que les évangéliques soient mieux traités en France et pour rétablir des relations plus proches avec eux42.

  • 43 L’hostilité des conservateurs aux ouvertures des évangéliques vers les protestants était claire da (...)
  • 44 Voir lettre citée en note 3.
  • 45 Génin 1, no 100, p. 282-283 (Jourda, Répertoire, no 574, cf. no 1018, même thème).
  • 46 Génin 1, no 127, p. 325 (Jourda, Répertoire, no 638).
  • 47 Des exemples représentatifs vers 1537, Génin 2, no 97, p. 160-162, Génin 1, no 147, p. 364-367, et (...)
  • 48 La preuve des 265 lettres échangées entre Marguerite et Montmorency existe. Leurs relations comme (...)
  • 49 CAF, IX, p. 147.
  • 50 Pour la description des profondeurs de sa haine par le nonce papal, voir ci-après. Bien que l’infl (...)
  • 51 En décembre 1540, le nonce papal, Dandino, rapporta une augmentation importante du sentiment anti- (...)

40Au cours des années 1534-1535, une rivalité intense se noue clairement entre d’un côté Marguerite de Navarre et les Du Bellay et de l’autre Duprat et Montmorency, dans une lutte pour la direction des politiques religieuses domestiques et de la diplomatie extérieure43. Toutefois, ces deux sphères se rejoignent progressivement à travers la question de la persécution de l’hérésie en France. L’alternance des accès de sévérité et d’indulgence du roi pendant les affaires Roussel, Cop, d’Alençon, et celle des Placards, apparaît avoir été déterminée par le groupe ayant alors sa faveur. La mort de Duprat en 1535 ne change pas ces dynamiques. La domination de Montmorency de 1536 à 1540 semble, cependant, avoir contribué à la diminution de l’influence de Marguerite de Navarre sur son frère. De son côté, Marguerite dissimule évidemment de forts ressentiments contre le puissant grand maître. Pendant les négociations de la captivité de François Ier en 1525, Marguerite de Navarre s’était plainte ouvertement à François Ier que Montmorency était jaloux de son influence44. Cependant, pendant la période où Montmorency l’emporte politiquement sur Marguerite de Navarre, dans les années 1530, celle-ci montre sa bonne volonté envers lui. Quand un dominicain déclare à la Faculté de Théologie de Paris qu’elle considère le grand maître comme son « mortel ennemy », elle le nie et dénonce le frère auprès de Montmorency45. Après avoir rendue visite au grand maître en campagne en 1536, elle fait ses éloges en des termes enthousiastes46. Peu impressionné par ses tentatives de s’attirer ses bonnes grâces, Montmorency cherche à diminuer l’influence de Marguerite de Navarre auprès du roi, en limitant le nombre de fois où le roi l’appelle à la cour et en lisant les lettres qu’elle adresse à François Ier avant de les présenter à celui-ci47. Bien qu’elle ait pu être irritée par sa domination et sa censure, elle n’exprime aucun mécontentement dans les quelque soixante lettres qu’elle lui adresse de 1536 jusqu’à sa disgrâce en 154148. Elle a besoin de lui. Nombre de ces lettres contiennent des demandes de faveur pour l’un des siens. Aussi, maintenir sa bonne volonté est cruciale pour assurer des postes pour ses clients et serviteurs auprès du roi. Elle remporte un succès notable quand son chancelier d’Alençon, François Olivier, est nommé maître des requêtes en 153649, avant d’accéder au cancellariat en 1545. Cependant, en son fors intérieur, elle déteste probablement Montmorency « fin alla morte » pendant les longues années de domination de celui-ci à la cour mais elle tient tout simplement sa langue50. À partir du moment où l’étoile de Montmorency décline, Marguerite de Navarre, comme d’autres courtisans, se sent suffisamment libre pour faire part de ses vrais sentiments. Sèchement, elle réprimande Jean de Monluc et son « fils » Georges d’Armagnac qui lui ont conseillé d’être moins ouvertement hostile envers Montmorency51. Elle se plaint du fait que le connétable les a récemment chassés de la cour, elle et son mari, et détruit leur influence auprès du roi sur la question du mariage de leur fille, Jeanne d’Albret. Son dégoût de Montmorency, cependant, se développe suite aux longues années de soutien de ce dernier à la persécution des hérétiques (comprenant un grand nombre de ses protégés) et son opposition au programme d’entente politico-religieuse qu’elle cherche à nouveau à promouvoir via le mariage de Jeanne d’Albret avec le duc de Clèves, dont la célébration en juin 1541 est l’occasion de la disgrâce définitive du connétable et de son retrait de la cour de François Ier.

Retour des factions et de la recherche de la concorde religieuse pendant les années 1540

  • 52 Voir David Potter, art. cité, spécialement p. 130, 143, et 146 ; Robert J. Knecht, op. cit., p. 48 (...)
  • 53 Pierre Jourda, op. cit, vol. 2, p. 1074-1075.
  • 54 Par exemple, voir le rapport de l’ambassadeur impérial en France à partir de février 1546, LP, XXI (...)

41Au cours des dernières années du règne de François Ier, de 1540 à 1547, des groupes rivaux à la cour aspirent à la faveur du roi et à la formulation de sa politique52. Face à la constante évolution des constellations d’amis et d’ennemis à l’étranger, et des succès et défaites sur le champ de bataille, la politique étrangère de François Ier oscille entre de nouveaux cycles de paix et de guerres avec l’empereur dans la poursuite du but, encore jamais atteint, de forcer Charles Quint à renoncer à Milan. Le sort de plusieurs des principaux membres de la cour – Chabot de Brion, Montmorency, Poyet, Tournon, et les frères Du Bellay – connaît des hauts et des bas dans cette lutte entre blocs rivaux. La plupart des chercheurs pensent que, pour sa part, Marguerite de Navarre a eu une influence beaucoup plus faible sur son frère, et ainsi, une importance moindre à la cour pendant cette période53. En effet, pendant les années 1540, elle réside loin de la cour durant de deux longues périodes, entre novembre 1542 et mai 1544, et à nouveau à partir d’avril 1546 jusqu’à la mort de François Ier en mars 1547. Cependant, conclure de ces longues retraites que Marguerite est politiquement négligeable est exagéré. En vérité, elle est à la cour, ou près de la cour, pendant des périodes encore plus longues : de 1538 à novembre 1542 et à nouveau de mai 1544 jusqu’à fin mars 1546. Pendant ces périodes, elle et son alliée, la duchesse d’Étampes, s’enferment souvent avec François Ier, particulièrement lors des maladies du roi54. Même quand elle est éloignée de son frère pendant un intervalle de plus de dix-huit mois, de 1542 à 1544, Marguerite maintient une ferme emprise sur l’attention du roi grâce à un échange de plus de cinquante lettres (un cinquième de l’ensemble de leur correspondance connue), complété par d’importants messages oraux délivrés par l’intermédiaire de ses secrétaires, Frotté et Izernay. Pour ce qui est des affaires d’État majeures qui la concernent, elle cherche dans ses lettres (et dans la plupart des cas, elle réussit) à encourager François Ier à aider son gendre, le duc de Clèves, dans leur guerre commune contre Charles Quint, à coordonner la défense de la frontière sud des territoires de son mari avec les plans militaires du roi, à obtenir la clémence pour les participants à la révolte de la gabelle, à faire taire l’évêque de Condom qui prêchait qu’elle était hérétique, à tempérer la nouvelle vague de persécution de l’hérésie à Bordeaux et, en particulier, à sauver André Mélanchthon, « neveu » de Philippe Mélanchthon, fidèle allié saxon des évangéliques français.

  • 55 Comme Marguerite l’admit à Norfolk, l’ambassadeur anglais, en février 1540 et le répéta après, ell (...)
  • 56 Sur cette question, voir Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 497-516. Seules les références à d (...)

42De plus, les assertions sur la diminution de l’influence directe de Marguerite de Navarre négligent un point essentiel qui est qu’elle travaille avec ses alliés à la cour (ou par leur intermédiaire) à poursuivre à peu près le même programme pro-évangélique en France et à l’étranger qu’elle avait mis au point dans les années 1520 et promu une nouvelle fois dans les années 1530 avec les frères Du Bellay. Pendant deux périodes propices – 1540-1542 et 1545-1547 – Marguerite de Navarre, Chabot de Brion (jusqu’à sa maladie et sa mort en 1543), Jean Du Bellay, et par-dessus tout, la maîtresse du roi, la duchesse d’Étampes, de plus en plus influente55, travaillent dur, et souvent secrètement, pour contourner les conservateurs qui règnent à la cour. Elle s’efforce de persuader le roi de poursuivre une politique étrangère d’entente avec les protestants allemands et les Anglais et clairement anti-impériale56.

  • 57 Voir les lettres de [Jean Sturm] et Jean Sleidan à [Jean Du Bellay], 14 octobre [1538], et Jean Sl (...)
  • 58 Voir l’article dans ce volume sur « Henri d’Albret, roi de Navarre ».
  • 59 En octobre 1543, quand elle demanda à François Ier de l’aider à faire annuler le mariage (voir ci- (...)
  • 60 À l’instar de Jean Du Bellay, Marguerite donna dans ces lettres et communications orales aux prote (...)
  • 61 Victor-Louis Bourrilly, « Lazare de Bayf et le Landgrave de Hesse », Bulletin de la Société de l’H (...)
  • 62 Voir les nombreuses lettres de Mélanchthon à partir de la fin 1540, dans MBr, Texte, vol. 9 (= Reg (...)
  • 63 Martin Luther, D. Martin Luthers Werke : Kritische Gesamtausgabe, Briefwechsel, 18 vol. , Weimar, (...)
  • 64 Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 7, no 1017, 198-202 (Jourda, Répertoire, no 851).

43Pendant les années 1540, le combat de François Ier pour remporter Milan face à l’empereur se découpe en trois phases qui dictent le rythme et la portée de leur action. Dans la première phase, de 1540 à 1543, après l’échec de la tentative de Montmorency de persuader Charles Quint d’offrir Milan dans le cadre d’une alliance matrimoniale, Marguerite de Navarre et ses alliés soutiennent le mariage de sa fille Jeanne d’Albret avec l’un des opposants majeurs à Charles Quint dans l’Empire : le duc de Clèves-Juliers. Le puissant duc ayant été reconnu par la diète allemande comme l’héritier de plein droit de Gueldre en 1538, l’empereur le menace de défendre par la force son droit rival. Le duc a des espoirs légitimes de gagner cette opposition contre l’empereur. Il est allié avec son beau-frère, le prince-électeur de Saxe, et ainsi associé de près aux princes protestants de la ligue de Smalkalde, ainsi qu’à Henri VIII, qui a été brièvement marié avec sa sœur Anne en 1540. Dès octobre 1538, Marguerite sait qu’une alliance avec le duc de Clèves offrirait à la France une opportunité d’union avec les protestants allemands57. Malgré l’opposition de son mari58, elle consent à un sacrifice « abrahamique ». Entre 1540 et 1542, au détriment des intérêts dynastiques de sa maison, et malgré l’opposition énergique de sa fille et unique héritière, Jeanne d’Albret, elle encourage le mariage de celle-ci avec le duc de Clèves, dans le but d’assurer avec lui une quasi-alliance entre la France et les protestants allemands, et potentiellement, l’Angleterre59. Dans la poursuite de cet objectif, elle échange plus de trente lettres avec le duc et ses conseillers. Dans le même but, elle envoie une vingtaine de lettres à ses alliés protestants allemands, notamment le prince-électeur de Saxe et le duc de Hesse60. Les courtisans évangéliques l’aident dans ces efforts. En mai 1540, Guillaume Du Bellay écrit aux protestants allemands, qui reconnaissent l’importance du mariage proposé entre le duc de Clèves et Jeanne d’Albret pour leur cause, en insistant sur le fait que le temps était venu pour une alliance offensive et défensive avec la France61. Après la signature des fiançailles à la fin de l’année 1540, Philippe Mélanchthon leur déclare que l’union du duc de Clèves avec la « fille de la Reine de Navarre » est un signe très heureux pour faire progresser la cause de l’Évangile et fait appel à Guillaume Du Bellay pour l’aider à forger des liens plus étroits entre les Français et les Allemands62. Encouragé, de toute évidence, par ces développements, Luther (ou Mélanchthon) écrit à Marguerite de Navarre pour la presser de continuer à faire avancer la cause de l’Évangile à la cour63. En réponse à de tels espoirs, une fois le mariage célébré en juin 1541, Marguerite de Navarre écrit à Jean Calvin lui demandant de rendre public auprès de ses alliés protestants allemands qu’elle-même et son mari sont très heureux de cette union et pensent qu’elle fera grand bien à la cause évangélique64.

44Parallèlement, Marguerite de Navarre, Philippe Chabot et la duchesse d’Étampes tentent d’attirer Henri VIII dans une ligue anti-impériale et anti-papale avec les protestants et la France, qui serait scellée par le mariage entre la fille d’Henri VIII, Élisabeth, et le second fils de François Ier, Charles d’Orléans. Appelant l’empereur, « Hypocrisie » et le pape, « le Diable », Marguerite de Navarre et Philippe Chabot prédisent aux Anglais que la Chrétienté tirerait de grands avantages de cette alliance à trois scellée par ce mariage.

  • 65 Thomas A. Brady Jr., Protestant Politics : Jacob Sturm (1489-1553) and the German Reformation, New (...)

45Henri VIII entretient mais finit par rejeter ces demandes et s’allie avec Charles Quint (février 1543), précipitant la deuxième phase des relations étrangères de la France dans les années 1540. Pendant leur campagne conjointe en 1543, l’empereur défait facilement le duc de Clèves trop mollement soutenu par ses alliés, François Ier et les protestants allemands65. La défaite du duc de Clèves en septembre 1543 rompt le lien établi préalablement entre la France et les protestants allemands. Pendant les hostilités, l’Angleterre prend Boulogne à la France. L’année suivante, les autres victoires de l’empereur sur le champ de bataille forcent François Ier à accepter les clauses humiliantes du Traité de Crépy (septembre 1544) : François Ier doit rendre les territoires qu’il a gagnés ; doit aider l’empereur à écraser les protestants ; et enfin, doit accepter de soutenir un concile religieux que l’empereur et le pape ont convenu de réunir. En échange de quoi, l’empereur offre de marier l’une de ses parentes au duc d’Orléans, avec en dot, le duché de Milan. Ces résultats mettent un frein au programme d’alliance politique et religieuse de la faction évangélique française. Ces nouvelles dispositions internationales conduisent également à une forte augmentation des persécutions des hérétiques dans le royaume en 1544.

  • 66 Les douzaines de lettres que Jean Du Bellay échangea avec les agents alsaciens, Jean Sturm, Ulrich (...)

46Cependant de nouvelles opportunités émergent à la cour pour les évangéliques. L’empereur prend son temps pour installer le duc d’Orléans à Milan. Puis, le Traité de Crépy est annulé après la soudaine mort du duc fin 1545. Dans ce contexte diplomatique incertain, Marguerite de Navarre et la duchesse d’Étampes essaient de ressusciter le projet d’alliance. Commençant fin 1544, elles utilisent les alliés protestants des frères Du Bellay à Strasbourg pour faire une demande discrète à Henri VIII pour qu’il en vienne avec François Ier à des dispositions acceptables, qui seraient la première étape vers une union potentielle entre la France, l’Angleterre et la Ligue de Smalkalde66. Secondée par Marguerite de Navarre, la duchesse d’Étampes, qui avait promis d’être capable de faire rompre François Ier avec Rome, finit par convaincre les deux souverains de se mettre d’accord (Paix d’Ardres, juin 1546). Mais, une nouvelle fois, les deux alliées se montrent incapables de persuader Henri VIII de rejoindre une large alliance anti-impériale et anti-papale. Au moment où Charles Quint commence sa campagne contre la Ligue de Smalkalde en 1546, elles parviennent à convaincre François Ier d’accorder de l’aide aux protestants, mais Henri VIII refuse son assistance. Le soutien financier, trop faible et trop tardif, ne permet pas aux protestants d’échapper à la défaite à Mühlberg.

  • 67 Nous sommes capables seulement aujourd’hui de saisir l’importance de ces poèmes en comprenant les (...)
  • 68 « Puis que voz yeulx [sont] remplus d’aultre lumiere, / […] Que maintenant le [Christ] voyez en so (...)
  • 69 « Puis envers tous, amys ou ennemys, / Vous employrés ainsi qu’il [Christ] le demande, / Recongnoi (...)
  • 70 Voir dans OC 8 : Épître 10 [janvier 1543], p. 156-161, spécialement l. 83-95 ; Épître 11 [novembre (...)
  • 71 « Toujours est-il que très peu de poèmes du roi semblent dater d’après 1535. Seules les épîtres en (...)

47Tandis que tous ces développements politiques se jouent dans les années 1540, Marguerite de Navarre intensifie sa campagne pour « convertir » son frère à la « foy vive » évangélique et le convaincre de réformer le royaume en conséquence. C’est en effet la première nécessité pour persuader son frère de suivre les politiques étrangère et intérieure de ses alliés à la cour. Ses efforts sont tout particulièrement visibles dans une série de poèmes religieux personnels qu’elle échange avec son frère – dix de sa part, trois venants de lui, entre 1540 et 154767. Dans le témoignage le plus remarquable de l’évolution des sentiments religieux de François Ier (un poème qui lui est adressé vers 1541-1543), Marguerite de Navarre se réjouit avec son frère qu’il ait finalement connu, comme elle l’avait longtemps espéré, une conversion déchirante à la dénégation de ses propres mérites et à la confiance dans la grâce du Christ68. En réponse à la description de cette transformation spirituelle par le roi lui-même (lettre ou poème qui n’est pas conservé), Marguerite lui prédit qu’il ne sera pas seulement libéré de ses affections terrestres et corporelles, mais qu’il continuera à faire de grandes choses grâce à sa foi retrouvée69. En effet, elle écrit que Dieu lui demandera d’agir. Bien qu’elle ne décrive pas ouvertement dans ce poème quelles mesures réformatrices précises François Ier devra prendre, dans une série suivante de poèmes du Jour de l’An, de 1543 à 1545, dans lesquels elle l’assimile à David, le Christ, Abraham et Salomon, elle proclame que Dieu le rendra victorieux grâce à sa foi et ainsi, lui permettra de détruire l’hérésie et la superstition, et donc de réformer et de réunir l’Église70. Comme elle l’avait fait pendant la captivité de 1525, Marguerite de Navarre lui écrit dans ces poèmes que sa transformation personnelle lui fera gagner la faveur de Dieu dans ses luttes dynastiques et fera de lui l’instrument de Dieu pour une réforme nationale, et même internationale, de la foi et de l’Église. Mais, à la différence de 1525, François Ier accepte les conseils spirituels de sa sœur. Dans deux de ses poèmes rares et tardifs71, il lui affirme qu’il n’est pas, comme elle l’a loué, un David, mais, en écho à son enseignement évangélique maintes fois répété, plutôt un pécheur méprisable :

  • 72 Ainsi, il confesse à Marguerite de Navarre dans son cadeau du Jour de l’An 1543 : Epistre II envoy (...)

« Point je ne suis au bon David semblable,
De qui le cœur à Dieu fust aggreable,
Je suis pecheur, et cela je confesse,
Dont le congnoistre est ma seure radresse.
[…]
Je prie à Dieu qui a en son pouvoir
Tout nostre bien, qu’il y vueille pourveoir,
Estant beaucoup envers nous plus propice
Que ne dessert nostre grande malice72. »

48Il accepte aussi l’idée de Marguerite de Navarre selon laquelle Dieu le bénira matériellement car il a lui-même confessé être un pécheur et il accepte également l’idée qu’il dépend entièrement de Dieu pour son Salut, écrivant ainsi :

  • 73 Ballade envoyée par le Roy à la Royne de Navarre : « C’est vous, seigneur, pendant en ceste croix » (...)

« Louenge à toy, O infiny donneur,
Mon seul salut et mon certain sçavoir.
Tu m’as donné, dont je te rendz l’honneur
 : Conqueste, enffans, et défense et pouvoir73. »

  • 74 Robert J. Knecht, op. cit., p. 508-516 ; Nicole M. Sutherland, The Huguenot Struggle for Recogniti (...)
  • 75 Wotton à Paget, 30 décembre 1530, LP, XXI, II, no 648, p. 324. La duchesse d’Étampes et Jean Du Be (...)
  • 76 Voir le rapport de Jean de Boylesve à Jean Du Bellay, 15 mars [1547], CCJDB, III, no 758, p. 439.

49Si François Ier a connu un éveil spirituel au début des années 1540 sous les conseils de Marguerite de Navarre, comme ces poèmes semblent l’indiquer, la grande question qui demeure est : pourquoi n’a-t-il pas mis en œuvre, comme l’espéraient et l’encouragèrent à faire sa sœur et ses alliés à la cour, une politique intérieure claire pour promouvoir la foi évangélique ? Philippe Chabot parlait d’établir un patriarcat en France, la duchesse d’Étampes, de convaincre le roi de rompre avec Rome et Marguerite, de faire en sorte qu’il réprime la superstition et l’hérésie et réforme et réunisse l’Église. Pourtant, la teneur des édits royaux sur la religion et le nombre d’exécutions pour hérésie indiquent que le régime royal devient plus dur et plus conservateur à la fin du règne74. Il manque des sources suffisantes issues du Conseil Privé ou de la Chambre du roi pour connaître les sentiments de François Ier à l’égard des clans rivaux qui l’encourageaient à adopter des positions radicalement différentes ; les résultats indiquent que la succession d’hommes conservateurs – et la plupart hautement compétents – que le roi choisit comme ses principaux conseillers, notamment Duprat, Montmorency, Bayard, Poyet, Tournon, et d’Annebault, a eu la main mise sur la formation des principales lignes de la politique religieuse intérieure du souverain, aux dépends de Marguerite de Navarre et de ceux enclins aux idées évangéliques à la cour, dont les rangs étaient amincis par la mort (Guillaume Du Bellay et Philippe Chabot mort en 1543, et Charles d’Orléans en 1545) ou par la disgrâce (Jean Du Bellay, 1545). Malgré tout, la reine de Navarre et ses alliés connaissent quelques succès importants en orientant la politique étrangère de François Ier, de 1540 à 1543, autour du mariage du duc de Clèves et vers l’alliance avec les Anglais et les protestants à la fin 1544 jusqu’en 1547. À la toute fin du règne, la compétition des clans demeure sévère, et l’avis du roi disposé à changer de camp. Fin 1546, comme les alliés de Marguerite de Navarre à la cour essaient de rallier le roi au camp protestant, il l’appelle à la cour. La portée de sa convocation est claire pour les Anglais : « La Reine de Navarre est appelée, et par conséquent la question protestante est à même de prospérer75. » En mars 1547, peu après que François Ier ait envoyé des subsides aux protestants pour les aider dans leur guerre contre l’empereur, il se préparait, de toute évidence sous l’influence de la duchesse d’Étampes, à émettre un édit suspendant toutes les exécutions d’hérétiques en attendant les conclusions du concile qui vient de s’ouvrir à Trente76. S’il avait vécu et octroyé cet édit, les courtisans évangéliques vivant à la cour auraient crié victoire pour une nouvelle petite bataille, mais l’ambiance générale de la cour et les revers militaires protestants, leur auraient été encore largement défavorables.

Conclusion. L’influence de Marguerite de Navarre

50Estimer l’influence réelle de Marguerite sur son frère est une question difficile qui ne peut seulement être comprise dans sa totalité qu’à la lumière des influences possibles d’autres courtisans et de sa relation unique avec le roi. Elle le conseille, mais ne fait pas partie de ses conseillers officiels. Tout au long du règne, elle demeure une figure marquante de la cour, mais elle ne participe aux délibérations du Conseil privé que d’une manière irrégulière. Malgré tout, elle jouit d’un accès significatif à sa personne lorsqu’elle est à la cour ou bien par lettre en cas d’absence car elle est sa sœur bien-aimée. Évidemment, à de nombreuses reprises, elle utilise cet accès privilégié pour avancer des propositions concrètes, de la promotion de la réforme de Meaux comme modèle pour le royaume, à la défense répétée des alliances avec les protestants allemands et l’Angleterre schismatique, autant de choses qui vont dans le sens d’un travail cohérent : attirer François Ier vers sa foi évangélique, le convaincre d’endosser le rôle d’un roi réformateur, et ainsi faire progresser une réforme de l’Église et du royaume en accord avec cette foi. Son jeu est un jeu dangereux, un jeu dans lequel elle flirte constamment avec la menace d’une condamnation pour hérésie par les conservateurs. Pourtant, elle fait preuve d’un sens stratégique aigu d’opportunisme face à chaque situation, y compris dans la manière de collaborer avec des alliés de même opinion à la cour. Les résultats de ces efforts sont mitigés et, globalement, décevants. Mais son influence peut être mesurée plus largement par sa capacité à modifier l’étendue des alternatives politiques possibles plutôt qu’en réussissant simplement à persuader son frère d’en adopter une particulière, pour cela Marguerite de Navarre semble avoir joué un rôle majeur dans le façonnement du paysage politique du règne de François Ier. Elle exploite son considérable pouvoir d’imagination et saisit avec perspicacité les opportunités comme la captivité du roi, l’avènement de la Ligue de Smalkalde ou encore le moment unique où le duc de Clèves se retrouve au centre des luttes de pouvoir entre l’empereur et les puissances protestantes au sein de l’empire, pour faire progresser les plans qui avantageraient la cause évangélique dans le royaume et au-delà. En faisant cela, elle contribue à proposer des options politiques que François Ier n’aurait jamais eues autrement pour faire progresser ses intérêts dynastiques.

51Cependant, la question persistante et fondamentale au sujet de Marguerite de Navarre est de savoir si elle a réussi à convertir François Ier à cette foi qu’elle tient pour une nouvelle identité religieuse qui inciterait son frère à autoriser l’expression libre de la croyance évangélique et à promulguer une réforme de l’Église fondée sur celle-ci. La grande question est de savoir si, ou plutôt dans quelle mesure, le roi s’est converti au début des années 1540 (comme elle le prétendra), car la politique royale à cette période semble très peu le refléter. Peu importe les raisons de ce décalage – le fait que les conseillers royaux financiers, judiciaires et militaires les plus capables et les plus dignes de confiance sont majoritairement conservateurs et opposés aux propositions de Marguerite et de ses alliés est sûrement un facteur clé – Marguerite de Navarre restera convaincue que son frère, au moins, en était venu à une vraie foi.

  • 77 Marguerite de Navarre, La navire, op. cit. ; id., Les prisons [livre 3], Simone Glasson (éd.), Gen (...)
  • 78 Voir l’analyse faite par Marichal de l’oraison funèbre de Du Châtel pour François Ier et la compar (...)
  • 79 Ibid., p. 66.

52Après sa mort, elle proclame dans un flot de douze œuvres littéraires (dont La navire, Les prisons et La comédie sur le trespas du Roy) qui entend témoigner au monde, mais d’une manière plus poignante encore qui entend en convaincre son héritier Henri II, que François Ier avait embrassé la vraie foi dans le Christ seul, qu’il en avait fait la promotion dans son royaume, et qu’il était allé au paradis grâce à cela77. L’aumônier de François Ier, Pierre Du Châtel, qui s’occupa du roi pendant ses derniers jours, exprime des opinions semblables dans ses oraisons funèbres, et est critiqué par les théologiens de Paris pour avoir manqué de mentionner le Purgatoire et pour n’avoir pas suffisamment mis l’accent sur la confiance du défunt en l’aide des saints78. Si la représentation des croyances du roi telle que l’expose Du Châtel est juste, on peut suggérer que François Ier a suivi un peu plus Marguerite de Navarre sur ce que les conservateurs considéraient comme une hérésie. Mais l’énigme de sa foi – combinaison d’une probable « conspiration de silence autour des sentiments religieux du roi » et d’une réelle pauvreté des sources – n’est pas résolue. Pas plus d’ailleurs que le rôle exact que joue Marguerite de Navarre à la façonner79.

Notes

1 Article traduit par Audrey Beaudouin. Traduction revue par Cédric Michon et Thierry Rentet.

2 Nouvelles lettres de la reine de Navarre, adressées au roi François Ier, son frère, François Génin (éd.), Paris, Renouard, 1942, no 38, p. 81 ; Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite de Navarre d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre, 1492-1549, Paris, Honoré Champion, 1930, no 573 [désormais : Génin 2, no 38, p. 81 et Jourda, Répertoire, no 573].

3 Lettres de Marguerite de Navarre de Valois-Angoulême, Raymond Ritter (éd.), Paris, Édouard Champion, 1927, no 7, p. 7 (Jourda, Répertoire, no 260).

4 L’étude la plus complète de la vie de Marguerite de Navarre et de ses travaux littéraires est celle de Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Étude biographique et littéraire, 2 vol., Paris, Honoré Champion, 1930.

5 Pour un recensement historiographique des idées sur Marguerite de Navarre, voir Jonathan A. Reid, King’s Sister - Queen of Dissent, Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network, 2 vol., Leiden, Brill, 2009, vol. 1, p. 1-7 ; Barbara Stephenson, « “Pregnant with 100,000 Soldiers” : The Correspondence of Marguerite de Navarre and François I », in Jane Couchman et Ann Crabb (dir.) Women’s Letters Across Europe, 1400-1700 : Form and Persuasion, p. 185-205, Aldershot, Ashgate, 2005 ; et Leah Middelbrook, « “Tout mon office” : Body Politics and Family Dynamics in the verse épîtres of Marguerite de Navarre », Renaissance Quarterly 54/4, part 1, winter 2001, p. 1108-1141. Les points de vue de la communauté scientifique sur les positions religieuses de François Ier seront discutés ci-après. Pour les débats sur les luttes de pouvoir à la cour, voir Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998 ; et David L. Potter, « Politics and Faction at the Court of Francis I : The Duchesse d’Étampes, Montmorency and the Dauphin Henri », French History 21/2, May 2007, 127-146.

6 Pour une analyse de la correspondance conservée de Marguerite de Navarre, voir Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 48-49, et vol. 2, p. 575-577, et Barbara Stephenson, The Power and Patronage of Marguerite de Navarre, Aldershot, Ashgate, 2004, chap. 4 et id., art. cité, p. 185-205.

7 Pour des discussions importantes sur le problème des sources, voir les articles dans Roseline Claerr et Olivier Poncet (dir.), La prise de décision en France, 1525-1559 : Recherches sur la réalité du pouvoir royal ou princier à la Renaissance, Paris, École nationale des chartes, 2008, et Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 47-56.

8 « The religious conscience of Francis I is not easily probed. All that is known for certain is that he attended Mass daily. He also repeatedly expressed his opposition to heresy, sharing the view, almost universally held in his day, that religious toleration was incompatible with national unity », Robert J. Knecht, op. cit., p. 161, cf. p. 323.

9 Robert J. Knecht, « Francis I, “Defender of the Faith” », in E. W. Ives, Robert J. Knecht, J. J. Scarisbrick (dir.), Wealth and Power in Tudor England, Essays Presented to S. T. Bindoff, p. 106-127, London, University of London Athlone Press, 1978.

10 Dans La navire l’ombre de François Ier console Marguerite en lui disant de croire, comme lui, que le sacrifice d’amour du Christ sauvera tous les pécheurs croyants, comme lui, sans tenir compte de leurs actes. Son ombre ne fait mention d’aucune des aides de l’Église pour le salut, tels que les prières adressées aux saints, les travaux pieux, ou les dévotions. Écrit pendant l’été 1547, Marguerite de Navarre ne publia pas ce poème de 1 400 lignes ni dans son Marguerites en 1547, ni dans Suite des Marguerites en 1547. C’était une réflexion personnelle, pas une polémique publique, mais reflétait-elle avec précision l’état d’esprit de son frère ? Voir, Marguerite de Navarre, La navire ou consolation du roi François Ier à sa sœur Marguerite, Robert Marichal (éd.), Paris, Honoré Champion, 1956.

11 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 88-92.

12 James K. Farge, Le parti conservateur au XVIe siècle, Université et Parlement de Paris à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, Documents et Inédits du Collège de France, 1992.

13 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 181-247.

14 [Compiègne, c. 10 décembre 1521], Guillaume Briçonnet et Marguerite d’Angoulême, Correspondance (1521-1524), 2 vol., Christine Martineau et Michel Veissière (éd.), avec Henry Heller, Genève, Librairie Droz, 1975 et 1979, vol. 1, no 17, p. 75-76 (Jourda, Répertoire, no 38).

15 Guillaume Briçonnet, op. cit., vol. 1, no 47, p. 230 (Jourda, Répertoire, no 85).

16 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 81, 254-268, et 310-313.

17 Marguerite de Navarre à François Ier, [mai 1525, Lyon], Génin 2, no 5, p. 32-33 (Jourda, Répertoire, no 219).

18 Jean de Selve au Parlement de Paris, Tolède, 1er octobre 1525, Aimé Champollion-Figeac (éd.), Captivité de François Ier, Paris, Imprimerie Royale, 1847, no 158, p. 331-333.

19 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., no 171, p. 346-347 et no 179, p. 356-357.

20 François IER, Œuvres poétiques, June Ellen Kane (éd.), Genève, Éditions Slatkine, 1984, p. 148-177.

21 François IER, op. cit., « Prison 8 », p. 173, l. 23-25, 29-32.

22 CAF, V, no 18505, p. 736.

23 Marguerite à François Ier, [fin 1525], Jourda, Répertoire, no 319, p. 70 (avec le texte de la lettre) ; Marguerite à François Ier, [avant le 18 mars 1526], Génin 2, no 35, p. 77 (Jourda, Répertoire, no 347) ; et Marguerite à Anne de Montmorency [fin 1526], Lettres de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, François Génin (éd.), Paris, Renouard, 1841, no 34, p. 219-221, [ci-après Génin 1, no 34, p. 219-221] (Jourda, Répertoire, no 362, cf. nos 361 et 361 bis).

24 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 345-350.

25 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 1, p. 372-374.

26 Génin 1, no 94, p. 274-275 (Jourda, Répertoire, no 507).

27 Génin 1, no 96, p. 276-277 (Jourda, Répertoire, no 517). Cf. BnF Clairambault 334, fos 238-239 vo, « Lettre de François Ier aux Conseils au sujet des nominations ecclésiastiques, 1er avril 1532 », Henri d’Albret, témoin.

28 Génin 1, no 110, p. 298-301 (Jourda, Répertoire, no 566), et Jourda, Répertoire, no 570, p. 127-128 (avec le texte).

29 BnF Clairambault 334, fo 289-290, cf. fo 277 ; Aimé-Louis Herminjard (éd.), Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, 9 vol., H. Georg/Michel Levy, Geneva/Paris, 1866-1897, vol. 3, no 440, p. 114-118 ; Albert Buisson, Le chancelier Antoine du Prat, Paris, Hachette, 1935, p. 300-304.

30 CCJDB, I, nos 167-169, p. 334-341.

31 Ambrosius et Thomas Blarer, Briefwechsel der Brüder Ambrosius und Thomas Blaurer, 1509-1548, Traugott Schieß (éd.), 2 vol., Freiburg-im-Breisgau, Friedrich Ernst Fehsenfeld, 1908-1910, vol. 1, no 396, p. 466-469, et no 529, p. 641-648 ; Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 3, no 445, p. 129-131, et no 459, p. 160-163.

32 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 383-416, spécialement p. 393-401.

33 Albert Buisson, op. cit., p. 295-296, 304-307.

34 Génin 2, no 114, p. 196 (Jourda, Répertoire, no 903).

35 Génin 2, no 51, p. 97 (Jourda, Répertoire, no 434).

36 Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 3, no 518, p. 322, et no 519, p. 324-325.

37 Sur cette question, et particulièrement les liens entretenus par Marguerite avec la cour anglaise de 1533 à 1535 qui ne seront pas traités ici, voir Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 436-446.

38 « Accepimus nuper literas a fratribus ex Galliis, qui scribunt admodum feliciter apud se Evangelium gliscere, sed ita cursui ejus obstare infelix hoc nostrum dissidium, ut, nisi componatur, haud sperent unquam futurum ut Galliæ Evangelium publicitus audiant. […] Hac ergo de causa, fratres qui illic sunt et redemptionem Israelis expectant persancte nos hortati sunt, idque jussu reginæ Navarræ, ut quam liceat diligentem operam demus, ut hoc tandem dissidium sopiatur, in quo certe ultrò currentibus calcar addiderunt », Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 2, no 305, p. 271-272.

39 [Mai 1532], Marguerite à Montmorency, « Mon neveu le duc de sacx [Saxe] et langrave des [landgrave de Hesse] ont ycy envoye leurs ambassadeurs pour affaires de telle importance que vous le scaurez bien considerer. Et pource qu’ilz se sont addressez a moy et que je n’entens pas bien leur langaige ce porteur ma servy de truchement lequel je vous envoye pour vous describer leurs dicts », BnF, ms frçs 3036, fo 13 (Jourda, Répertoire, no 560).

40 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, appendice 1, lettres nos 584.4, 584.5, et 584.6.

41 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, appendice 1, lettres nos 1110 (redatée juillet 1533), 585.2, et 597 ; et Jourda, Répertoire, no 656.

42 Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 440, n. 166 et appendice 1, lettres nos 605.1, 10053, et 10055.

43 L’hostilité des conservateurs aux ouvertures des évangéliques vers les protestants était claire dans le rapport critique de Bayard à Montmorency sur les plans de Guillaume Du Bellay de traiter avec les membres de la Ligue de Smalkalde en 1535 : « A quoy monseigneur nous plaira aduiser d’entenir quelque propos aud. Evesque de Senlis car l’on ny scauroit choisir de trop gens de bien, despuis jay entendu que mond. S. de Langey a commancé a tenir propos de ce que doibuent contenir les instructions et pour le premier point scauoir a quoy le Roy le vouldra resouldre touchant la foy pour entraitter auec les villes Imperialles, en faisant promesses par le Roy de deffendre lesd. villes ou cas quelles fussent pour raison de ce inquietées. C’est chose dont je n’ay encores jamais ouy parler que ceste fois, que l’on mist tels articles en instructions. » 2 juillet 1535, BnF, Clairambault 312, fo 5.

44 Voir lettre citée en note 3.

45 Génin 1, no 100, p. 282-283 (Jourda, Répertoire, no 574, cf. no 1018, même thème).

46 Génin 1, no 127, p. 325 (Jourda, Répertoire, no 638).

47 Des exemples représentatifs vers 1537, Génin 2, no 97, p. 160-162, Génin 1, no 147, p. 364-367, et no 137, p. 347-359 (Jourda, Répertoire, nos 697, 710, et 715).

48 La preuve des 265 lettres échangées entre Marguerite et Montmorency existe. Leurs relations comme celle de Jean Du Bellay et du connétable se tendirent vers 1539. Seulement quatre de ces lettres peuvent être datées de la période 1539-1541, et après sa disgrâce en 1541, toute correspondance entre eux s’arrêta jusqu’à ce que Montmorency revienne sous Henri II en 1547. Jean Du Bellay cessa lui aussi toute correspondance avec Montmorency après mars 1539 et ne mentionne pas le connétable dans ses lettres jusqu’en 1547. Voir CCJDB, III, nos 563, 152 et index.

49 CAF, IX, p. 147.

50 Pour la description des profondeurs de sa haine par le nonce papal, voir ci-après. Bien que l’influence de Montmorency commença à décliner à partir de février 1540, Marguerite de Navarre pensait toujours qu’il était sage de temporiser : « The Queen of Navarre, though she hates him, advises using pleasant words to the Constable. » Voir le rapport de Lord Norfolk à Cromwell dans LP, XV, no 240, p. 85.

51 En décembre 1540, le nonce papal, Dandino, rapporta une augmentation importante du sentiment anti-Montmorency dans ses conversations avec Marguerite et d’autres à la cour, voir ANG, III, nos 6, 11-15.

52 Voir David Potter, art. cité, spécialement p. 130, 143, et 146 ; Robert J. Knecht, op. cit., p. 483-486.

53 Pierre Jourda, op. cit, vol. 2, p. 1074-1075.

54 Par exemple, voir le rapport de l’ambassadeur impérial en France à partir de février 1546, LP, XXI, I, no 233, p. 112.

55 Comme Marguerite l’admit à Norfolk, l’ambassadeur anglais, en février 1540 et le répéta après, elle devait travailler par l’intermédiaire de son alliée la duchesse d’Étampes dans le but d’essayer de convaincre son frère, LP, XV, no 223, p. 79-80.

56 Sur cette question, voir Jonathan A. Reid, op. cit., vol. 2, p. 497-516. Seules les références à des données nouvelles seront données ici.

57 Voir les lettres de [Jean Sturm] et Jean Sleidan à [Jean Du Bellay], 14 octobre [1538], et Jean Sleidan à Jean Du Bellay, 27 octobre 1538, dans CCJDB, III, nos 551 et 553, p. 134-136 et p. 138-140.

58 Voir l’article dans ce volume sur « Henri d’Albret, roi de Navarre ».

59 En octobre 1543, quand elle demanda à François Ier de l’aider à faire annuler le mariage (voir ci-après), Marguerite de Navarre reconnut son rôle dans le sacrifice de sa fille pour ces intérêts : « Et je le vous puis jurer davant Dieu, […] que au coumancement ingnoramment je vous suppliois de faire ce mariage, vous caichant le vouloir de ma fille, maintenant je vous supplie très humblement nous ayder à la mettre en liberté davant l’église et les houmes, comme je say qu’elle l’est davant Dieu. » Génin 2, no 133, p. 237 (Jourda, Répertoire, no 951). Jean Du Bellay joua aussi un rôle paternel dans le soutien de ce mariage. À maintes reprises, il essaya de faire accepter son sort à la réticente Jeanne d’Albret. Voir, Jean Du Bellay, Poemata, Geneviève Demerson (éd.) et intro. Richard Cooper, Paris, Société des textes français modernes, 2006, especially Elegia 5, 99-107, l. 97-166 et Ode 17, 204-207, l. 49-51 ; ainsi que Odes 9, 15, 19 (l. 41-48), et 20, plus Epigram 5.

60 À l’instar de Jean Du Bellay, Marguerite donna dans ces lettres et communications orales aux protestants allemands des informations détaillées sur la lutte des factions à la cour, qui était liée, en partie, à une différence religieuse. Ainsi, environ quatre mois avant la chute finale de Poyet, elle informa les protestants à la diète impériale de ses efforts et de ceux de la duchesse d’Étampes pour se débarrasser du « reformationsfeindlichen französischen Kanzlers [Guillaume Poyet] » et le remplacer par son « gelehrt und evangelisch gesinnt » chancelier d’Alençon, François Olivier. Voir, Franz Burchard à Philippe Mélanchthon, de Speyer, 11 mars 1542, dans Philippe Mélanchthon, Melanchthons Briefwechsel : kritische und kommentierte Gesamtausgabe, Regesten (12 vol. à ce jour) et Texte (11 vol. à ce jour), Heinz Scheible (éd.), Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1978, (après, MBr), Texte, vol. 11, no 2908, p. 99-100.

61 Victor-Louis Bourrilly, « Lazare de Bayf et le Landgrave de Hesse », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français 50 (1901), p. 369-376 ; 373-375.

62 Voir les nombreuses lettres de Mélanchthon à partir de la fin 1540, dans MBr, Texte, vol. 9 (= Regesten, vol. 3), nos 2507, 2510, 2511, et 2526 ; et nos 2341 et 2575. Craignant que les choses tourneraient mal avec le duc au moment où celui-ci s’apprêtait à combattre l’empereur, Mélanchthon congratula le duc pour son enthousiasme à promouvoir la réforme religieuse protestante dans ses territoires et l’encouragea à persévérer, 17 juillet [1543], Regesten, vol. 3, no 3280, voir aussi les nos 3194 et 3270.

63 Martin Luther, D. Martin Luthers Werke : Kritische Gesamtausgabe, Briefwechsel, 18 vol. , Weimar, Hermann Böhlaus Nachfolger, 1930-1985, vol. 9, no 3565, p. 299-301.

64 Aimé-Louis Herminjard, op. cit., vol. 7, no 1017, 198-202 (Jourda, Répertoire, no 851).

65 Thomas A. Brady Jr., Protestant Politics : Jacob Sturm (1489-1553) and the German Reformation, New Jersey, Humanities Press, 1995, p. 148 et 254-257.

66 Les douzaines de lettres que Jean Du Bellay échangea avec les agents alsaciens, Jean Sturm, Ulrich Geiger et Jean Sleidan, particulièrement pendant les années 1545-1547, sont nouvellement éditées et n’ont pas encore été exploitées pour étudier les derniers moments de la diplomatie secrète évangélique. Voir CCJDB, III.

67 Nous sommes capables seulement aujourd’hui de saisir l’importance de ces poèmes en comprenant les tentatives de Marguerite de Navarre pour influencer son frère, et plus important, l’évolution des perspectives religieuses de François Ier grâce à la publication de la magnifique édition de Richard Cooper de poèmes exceptionnels de Marguerite de Navarre : Marguerite de Navarre, Œuvres complètes, vol. 8, Chrétiens et mondains, poèmes épars, Richard Cooper (éd.), Paris, Champion, 2007 (après, OC 8).

68 « Puis que voz yeulx [sont] remplus d’aultre lumiere, / […] Que maintenant le [Christ] voyez en son estre / Tel qu’il estoit, voire devant son naistre : / Puis que du tout l’ignorance est rompue, / Dont trop long temps vostre ame fust repeue. / […] Puis que le cœur monde, pur et nouveau / Donné vous est, et crée trop plus beau, / […] Pouvez gecter un cry à mon advis, / Disant : « C’est Christ et non plus moy qui veis / […] Moy qui ay tant desire ceste chose,/qui un tel bien vous ay tant desiré, / Et devant Dieu en priant souspiré / Vouloir voz yeulx trop endormis ouvrir / […] Mais vous, plourez sentant la joye extreme, / Qui vient d’aymer son dieu plus que soy mesme ». OC 8, Épître 8, « Puis que voz yeulx remplis d’aultre lumiere », p. 143-151, l. 1-18 ; 22-25, cf. 97-100 ; et 117-118.

69 « Puis envers tous, amys ou ennemys, / Vous employrés ainsi qu’il [Christ] le demande, / Recongnoissant que ce qu’il nous commande / C’est l’humble cœur remply de purité, / De ferme foy et vraye charité. / […] Ainsi vivant en luy par son esprit, / Soit en pensant, ouvrant, ou par escript, / Par l’union que n’a point de distance / Et par amour tresferme en sa constance, / Vous luy plairés en tous voz sacrifices, / Communicquant à tous ces beneffices : / Et, si par foy en luy puis esperer, / Ainsi que vous de luy ne separer. » Ibid., l. 211-226. En fait, Marguerite de Navarre ne précisa pas les politiques qu’il devrait adopter à la lumière de sa nouvelle foi : « J’auray plaisir, soit en dict ou en faict, / Qui ne tiendra plus rien de l’imparfaict. / Quel y sera vous le pouvez penser. / D’en dire tant vous me debvez tencer, / Mais le propos par-dessus moy me maine, / […] Je laisse au Dieu de toute creature / Parachever ce qu’il a commencé, / Et puis que en luy vous a tant advancé. » Ibid., l. 227-238.

70 Voir dans OC 8 : Épître 10 [janvier 1543], p. 156-161, spécialement l. 83-95 ; Épître 11 [novembre 1543], p. 165-171, spécialement l. 61-68 ; Épître 12 [janvier 1544], p. 172-177 ; Oraison 8 [février 1544], p. 326-328 ; et Épître 13 [hiver 1544-1545], p. 178-181, spécialement l. 65-70 : « Car par eulx [l’empereur et le roi unis dans la paix] vault que la foy confirmée / Soit, et aussy l’église reformée, / Et d’une part oustées les heresies, / De l’aultre aussy les vaines fantaisies, / Et que la foy nous face en toutte guyse / En triumphant triumpher saincte Eglise. » De toute évidence, Marguerite de Navarre espérait que la paix avec l’empereur scellée par le mariage de son neveu préféré, évangélique d’esprit, conduirait au triomphe de la foi : « C’est qu’unyssant la chrestienté toute / En seure paix, et que nulluy n’aut doubte / D’avoir du mal, si ne l’a meritté, / Et que la foy ouvrant par charité / Regne si fort entre les Chrestiens, / Qu’à leur exemple accourent le payens / La recepvoir, chantantz par les provinces : / Voicy le fruict de la paix des deux princes. » L. 107-114.

71 « Toujours est-il que très peu de poèmes du roi semblent dater d’après 1535. Seules les épîtres envoyées à sa sœur […] peuvent être datées avec certitude de cette dernière étape de la vie du roi. La dernière que l’on peut dater remonte à 1543 et est un des rares poèmes religieux que le roi ait écrits. […] la vieillesse et la maladie le conduisirent à la religion ». François IER, Œuvres poétiques, J.E. Kane (éd.), Genève, Slatkine, 1984, p. 66 ; Richard Cooper (voir OC 8) corrige Kane sur la datation de la poésie de François Ier.

72 Ainsi, il confesse à Marguerite de Navarre dans son cadeau du Jour de l’An 1543 : Epistre II envoyées par la royne de Navarre, avec un David au Roy François, son Frere, pour ses estreines : « David voyant que par mer et par terre » [janvier 1543] ; et Response envoyée par le Roy François à ladite Dame, avec une sainte Catherine pour ses estrienes : « Or pleust à Dieu par sa grande bonté » [janvier 1543], dans OC 8, Épître 10, 156-161 et 162-164, l. 11-14 et 73-76 pour les vers cités.

73 Ballade envoyée par le Roy à la Royne de Navarre : « C’est vous, seigneur, pendant en ceste croix » [7 février 1544], & Response de la Royne de Navarre au Roy : « Aigneau occis dès le commancement » [février 1544], OC 8, Oraison 8, p. 326-328, p. 327, l. 25-28.

74 Robert J. Knecht, op. cit., p. 508-516 ; Nicole M. Sutherland, The Huguenot Struggle for Recognition, New Haven, Yale University Press, 1980, p. 27-39 ; 335-340 ; et William E. Monter, Judging the French Reformation : Heresy Trials by Sixteenth-Century Parlements, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1999.

75 Wotton à Paget, 30 décembre 1530, LP, XXI, II, no 648, p. 324. La duchesse d’Étampes et Jean Du Bellay attendirent son arrivée avec impatience. Pour des raisons peu connues, elle s’arrêta en voyage. Voir, Jean Du Bellay à [Anne de Pisseleu], 13 janvier [1547], CCJDB, III, no 365, 407-408 ; cf. Dandino au Cardinal Farnèse, 7 janvier 1547, ANG 3, no 51, p. 122-124.

76 Voir le rapport de Jean de Boylesve à Jean Du Bellay, 15 mars [1547], CCJDB, III, no 758, p. 439.

77 Marguerite de Navarre, La navire, op. cit. ; id., Les prisons [livre 3], Simone Glasson (éd.), Geneva, Droz, 1978 ; pour La comédie sur le trespass du Roy, id., Œuvres complètes, vol. 4, Théâtre, Geneviève Hasenohr et Olivier Millet (éd.), Paris, Champion, 2002, p. 408-441 ; et id., Œuvres complètes, vol. 9, La Complainte pour un detenu prisonnier et les Chansons spirituelles, Michèle Clément (éd.), Paris, Champion, 2001, chansons 1, 2, 6, 13, 19, 23, 24, 6, 41, et 43.

78 Voir l’analyse faite par Marichal de l’oraison funèbre de Du Châtel pour François Ier et la comparaison avec le portrait encore plus évangélique que fait Marguerite de Navarre dans : Marguerite de Navarre, La navire, op. cit., p. 1-67, spécialement 57-66.

79 Ibid., p. 66.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540