Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Alliés et rivaux

Éléonore d’Autriche (1498-1558)

Robert J. Knecht

Texte intégral

  • 1 SP, VII, 891.

1Le 5 mars 1531 Éléonore d’Autriche, une Habsbourg et la sœur du plus grand ennemi de son époux François Ier, est sacrée reine de France et neuf jours plus tard elle fait son entrée solennelle à Paris. La coutume exige que le roi ne participe pas à la cérémonie pour ne pas enlever de l’honneur dû à la reine. Mais François n’est pas loin. Le jour même de l’entrée de la reine à Paris, « lui, sachant ou se trouvaient Hely [Anne d’Heilly, dame de Pisseleu] et diverses autres dames, prit avec lui l’amiral et le Cardinal de Lorraine ; puis, ayant trouvé ces dames dans ladite maison, le roi de France prit Hely pour la placer devant lui, à une fenêtre ouverte, ou il lui parla durant deux bonnes heures au vu de tout le peuple, qui n’était pas peu surpris d’un tel spectacle1 ».

Éleonore jusqu’à son mariage avec François Ier

La princesse flamande (1498-1517)

  • 2 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, « L’épreuve du mécénat : Alienor d’Auriche. Une rei (...)
  • 3 Voir Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : Vie sociale et architecture, Paris, 2002 (...)

2Mais qui était cette Éléonore que l’on a décrite comme étant « parmi les reines les plus invisibles de l’histoire de France » ? Née à Gand le 15 novembre 1498, elle est l’ainée des six enfants de Philippe le Beau (1478-1506) et de Jeanne « la Folle » de Castille (1479-1555). Après la mort de leur père en 1506 et le demi-emprisonnement de leur mère en Espagne, Éléonore, son frère et ses sœurs sont placés sous la tutelle de leur tante, Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas depuis 1507 et l’une des princesses les plus cultivées de son temps. Éléonore reçoit une éducation soignée surtout en musique, peinture et littérature. Les musiciens, Josquin des Prez, Pierre de la Rue et Henri Bredemer, sont de ses tuteurs, et Éléonore se montre particulièrement douée en musique. Elle aime aussi beaucoup la danse. Elle parle le français, la langue officielle de la cour de Bourgogne, et elle apprend l’espagnol. La princesse a du aussi bénéficier de l’excellente bibliothèque appartenant à Marguerite d’Autriche qui attirait de nombreux visiteurs tels qu’Erasme et le peintre Dürer2. Comme toutes les autres princesses de son temps, Éléonore apprend à coudre. Elle aime la chasse et devient une excellente cavalière3. À partir de 1516 elle réside avec son frère et ses sœurs au Coudenberg, l’ancien palais des ducs de Bourgogne à Bruxelles.

  • 4 Huit versions de ce portrait existent, les meilleures selon M.J. Friedländer, Early Netherlandish (...)

3Éléonore n’était pas jolie : elle avait la mâchoire prognathe des Habsbourgs, mais on la trouvait gracieuse et élégante. Pour un observateur Vénitien, c’était une « vraie Flamande ». Nous devons le meilleur portrait d’elle au peintre flamand, Joos van Cleeve, qui travaillait à la cour de France autour de 1530. Nous y voyons une femme âgée d’une trentaine d’années portant un superbe costume fourré avec des broderies en fil d’or et des manches crevées, garnies de pierres précieuses et de perles. Un simple collier d’émeraudes repose sur son cou décolleté. Pâle de visage, elle a le front large, les yeux grands, les sourcils minces et épilés, le nez long et droit, la bouche petite avec des lèvres épaisses, et un menton dont la lourdeur a certainement été atténuée par l’artiste. La chevelure est rousse et la coiffure ronde arrangée autour d’une raie médiane. La reine a les mains jointes et tient un billet portant une inscription en espagnol4.

Reine du Portugal (1517)

4Mais, quelqu’ait été son physique, Éléonore en tant que princesse, ne pouvait être qu’un pion sur l’échiquier de la diplomatie internationale. Son héritage était trop important pour qu’on la laisse libre de choisir son mari. À l’âge de dix-huit ans elle est tombée amoureuse du comte palatin, Frédéric, l’ambassadeur impérial à la cour de Bourgogne. Une des lettres qu’ils échangèrent tomba aux mains de Charles, le frère d’Éléonore, qui exerça son autorité en obligeant les amoureux à renoncer à leurs fiançailles. Frédéric fut renvoyé en Allemagne. Le duc de Lorraine et les rois de Danemark et de Navarre offrirent leur main à Éléonore mais furent refusés. En 1517 un mariage est enfin arrangé avec le vieux roi du Portugal, Emmanuel Ier dit « le Fortuné », qu’Éléonore n’a jamais vu. Il a vingt-neuf ans de plus qu’elle et a déjà été marié deux fois avec des infantes d’Espagne qui lui ont donné des enfants. Le 5 septembre 1517 Éléonore quitte la Flandre avec son frère, Charles, qui vient d’hériter du trône de Ferdinand d’Aragon. Après une traversée presque désastreuse, Charles et Éléonore débarquent en Espagne où ils retrouvent leur mère, Jeanne, et font la connaissance de leur sœur, Catherine, et de leur frère, Ferdinand, qui, eux, ont été élevés en Espagne. Éléonore participe à l’entrée triomphale de Charles à Valladolid le 18 novembre. Le chroniqueur, Vital, nous dit que

  • 5 Laurent Vital, Viajes de extranjeros por España y Portugal (cité par De Boom, op. cit., p. 57).

« cette belle josne princesse avec sa bonne grâce estoit si avenante que tout lui seyoit bien ce qu’elle faisait et est ung plaisir de la voir et oyr, soit de jouer plusieurs instruments, comme du lut, du manicordion, de chanter sa partie avecques aultres, de danser, de deviser, à entretenir puis l’ung, puis l’aultre. À la vérité c’est ung chef d’œuvre, tant est saige, joyeuse, honneste et gentille en toutes choses5 ».

  • 6 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, op. cit., p. 352-353.

5Ayant épousé Emmanuel par procuration le 18 juillet 1518, Éléonore part pour Lisbonne où les noces sont célébrées le 24 novembre. Elle s’entend bien avec ses beaux-enfants qui ne sont guère moins âgés qu’elle. Isabelle, célébrée pour sa beauté, deviendra l’épouse de Charles Quint et son frère deviendra le roi Jean III du Portugal. Éléonore donne à son mari deux enfants : Charles qui meurt enfant, et Marie. Elle semble n’avoir exercé aucune influence politique au Portugal mais elle a facilité l’introduction dans ce pays de la musique et de la peinture des Pays-Bas. Fort pieuse, Éléonore a aussi transformé le cérémonial religieux et l’étiquette de la chapelle royale portugaise. Elle a en plus fondé le couvent de Nossa Senhora da Assunçao à Faro pour les Clarisses de la Première Règle et s’est associée étroitement au couvent de la Madre de Deus à Xabregas, près de Lisbonne. C’est ici qu’elle se retire après le décès de son mari en décembre 1521 pour mener une vie dévote de sœur laïque. À la veille de son départ définitif du Portugal, elle fait don au couvent d’un retable en bas-relief représentant la Vierge et l’Enfant par le maître d’Augsbourg, Hans Daucher6.

Veuvage d’Éléonore à la cour de Charles Quint ; rivalité de Charles de Bourbon et de François Ier pour sa main

  • 7 Aimé Champollon-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1857, p. 192.
  • 8 Ibid., p. 261.

6Éléonore quitte le Portugal et rejoint son frère, Charles, en Espagne. Elle aurait voulu que sa fille, Marie, l’accompagne, mais Jean III exige qu’elle reste à sa cour. Un émissaire de Charles Quint visite Lisbonne afin d’obtenir l’envoi de Marie, mais sa mission échoue. Dans l’attente de revoir sa fille un jour, Éléonore reprend son rôle de pion diplomatique. Charles Quint se sert d’elle pour attirer Charles III duc de Bourbon, connétable de France, qui a perdu sa femme en 1521 et a besoin de se remarier afin de perpétuer sa lignée. Après s’être brouillé avec François Ier, il songe à le trahir. Charles Quint lui fait miroiter la possibilité d’un mariage avec sa propre sœur en récompense des services qu’il attend de lui. Un tel mariage aurait été désastreux pour la France. L’ancien connétable, devenu capitaine impérial en Italie, a contribué à la défaite de François à Pavie en février 1525 et à sa captivité en Espagne. Mais lorsqu’il réclame la main d’Éléonore et va même en Espagne appuyer sa demande, il découvre que Charles Quint a changé d’avis. Au lieu de Bourbon, il accepte l’offre de la main de François Ier qui lui aussi est veuf, sa première épouse étant morte en 1524. Pourquoi François a-t-il proposé d’épouser la sœur de son plus grand ennemi ? Plusieurs raisons s’imposent : il a sans doute voulu contrecarrer l’union avec Bourbon. Peut-être aussi a-t-il voulu faciliter la conclusion d’une paix avec son rival et sa propre libération de prison. Une chose est certaine : le sentiment ne l’a aucunement influencé, car il n’avait jamais vu Éléonore. Charles Quint, quant à lui, a dû penser qu’un roi de France, même captif, était préférable à un simple duc qui avait trahi son maître et perdu son domaine. Quant à Éléonore, elle a profité de la liberté de choisir son deuxième époux que son frère lui avait accordée. Le portrait de François l’a peut-être séduite ainsi que sa réputation chevaleresque. Louise de Savoie écrit à Éléonore pour lui demander d’exercer son influence pour que François soit élargi au plus tôt. Éléonore répond de Tolède le 26 mai 1525 : « Je vouldroys qu’il fut en mon povoir, quant au bien de paix et délivrance du Roy vostre fils vers l’empereur, mon seigneur et frère, estre cause de l’advancement et bien d’icelles7. » En juillet Éléonore reçoit deux ambassadeurs français, François de Tournon et Jean de Selve. « Avec grant doulceur, écrivent-ils à Louise, et après nous avoir pressé très fort seoir auprès d’elle, nous a dit qu’elle s’estoit de bon cueur employée pour la paix et délivrance du Roy. » Les envoyés lui ont tenu certains propos « sans toucher au mariage, par ce que ceulx qui estoient en la chambre s’approuchaient pour entendre ce que l’on disoit8 ».

  • 9 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 75.

7Le mariage d’Éléonore et de François est prévu dans le traité de Madrid, signé le 14 janvier 1526. Le roi est libéré presque aussitôt, et le 20 janvier il se fiance avec Éléonore par procuration. Le 13 février Charles Quint vient le trouver à Madrid et l’emmène à Illescas voir sa future épouse. Sébastien Moreau nous a laissé une description de leur rencontre. Éléonore accueille le roi comme « son plus grand seigneur et ami ». Pendant le souper « ledit seigneur et ladite dame devant luy ne se saoullaient de regarder l’ung l’aultre ». Le souper est suivi de danses pendant lesquelles François et Éléonore se placent l’un devant l’autre afin de « renforcer leurs bons et honnestes propoz en amours ». Les réjouissances se poursuivent jusqu’au 19 février, lorsque les souverains se quittent : Charles Quint part pour Séville où il doit épouser Isabelle, la belle-fille d’Éléonore, tandis que François commence son voyage de retour en France. La pauvre Éléonore est désolée de le voir partir. Quatre ans devaient s’écouler avant qu’elle puisse le revoir. Pour l’instant elle est retenue en Espagne comme gage de la bonne foi du roi. Mais François, dès son retour en France, refuse de ratifier le traité de Madrid et de rendre la Bourgogne à Charles. Éléonore doit attendre la paix de Cambrai (3 août 1529) avant de le revoir. Pour l’instant elle tâche d’améliorer le sort des fils ainés du roi qui ont été échangés comme otages contre sa propre personne au moment de sa libération. Éléonore continue à faire bonne figure à la cour d’Espagne. Le 5 juin 1527 elle sert de marraine au baptême à Valladolid du futur Philippe II d’Espagne9.

Reine de France

Éléonore épouse François Ier et son arrivée en France (1530)

  • 10 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, op. cit., p. 364.
  • 11 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 19 (...)

8Ce n’est que le 20 mars 1530 que François, vicomte de Turenne, l’épouse au nom de François Ier à la Torre de Longone près de Pedraza. Dans une lettre au grand maître, Anne de Montmorency, il loue les vertus d’Éléonore : son honnêteté et sa sagesse, mais ne dit rien de sa beauté. En juin 1530, Éléonore peut enfin entrer en France. Le cardinal de Tournon la reçoit à Fontarabie le 30 juin tandis que Montmorency organise à Saint-Jean-de-Luz le convoi de la reine à travers la France. Elle lui demande 400 mulets pour elle-même et 200 pour sa compagne, la belle marquise de Zanette, comtesse de Nassau. Éléonore rentre en France avec les « Enfants de France », c’est-à-dire le dauphin François et Henri duc d’Orléans qui viennent d’être élargis. Cette double libération déclenche des réjouissances en France. La nouvelle reine est acclamée partout sur son passage comme symbole de paix et comme libératrice des « Enfants de France ». On la compare à Josabeth qui avait préservé Joas de l’épée d’Athalie10. François Ier, quant à lui, quitte Bordeaux et vient au devant de son épouse et de ses fils. Il les rencontre près de Roquefort-de-Marsan et le 7 juillet le couple royal est uni sans cérémonie par Jean Le Veneur, évêque de Lisieux et Grand Aumônier, dans une chapelle attenante au couvent des Clarisses à Beyries11. Éléonore apporte à son mari une dot de 200 000 écus d’or au soleil outre les bijoux convenant à sa dignité. De Beyries le roi et la reine vont à Podensac où ils s’embarquent sur des bateaux richement décorés qui les transportent jusqu’à Bordeaux. Louise de Savoie est là pour les recevoir et la population est transportée de joie.

  • 12 Le Journal d’un Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), V.-L. Bourrilly (éd.) (...)

« A l’entrée de la porte, écrit le Bourgeois de Paris, fut apprestée la lictière et mulets de la Royne, tous couvers de drap d’or frizé, aussi les damoyselles, pages et lacquais, et depuis ladicte porte jusques à la grande église de Sainct André, estoient les rues tendues ; y furent jouez misteres, et y avoit trois grandz theatres eslevez en hault où estoient les armes du Roy et de la Royne. Messieurs les enfans y estoient aussi en bel ordre. Ladicte Royne avoit sur elle un ciel d’or frisé, vestue à la mode espaignol, aiant en sa teste une coiffe ou crespine de drap d’or frizé, faicte de papillons d’or, dedans laquelle estoient ses cheveulx qui luy pendoient par derrière jusques aux talons, entortillez de rubbens ; et avoit un bonnet de velours cramoisy en la teste, couvert de pierreries, où y avoit une plume blanche, tendue à la façon que le Roy la portoit ce jour. Aux oreilles de ladicte dame pendoient deux grosses pierres, grosses comme deux noix. Sa robbe estoit de veloux cramoisy, doubblée de taffetas blanc, bouffant aux manches au lieu de la chemise, les manches de la robbe couvertes de broderie d’or et d’argent. Sa cotte estoit de satin blanc à l’entour couverte d’argent battu, avec force pierreries. Et y estoit le chancelier de France, Du Prat, qui la receust pour le Roy, accompaigné de plusieurs cardinaulx et prelatz ; y estoient aussi les ambassadeurs de Venise, Ferrare, Angleterre et plusieurs princes, seigneurs et dames de France, et entre autres madame de Nevers. Ceulx de la ville luy firent present d’un navire d’or12. »

  • 13 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 82.

9Festins et banquets se succèdent pendant plusieurs jours mais le menace de la peste oblige la cour à s’éloigner afin de respirer l’air plus pur d’Angoulême et de Cognac. Puis, au long de la Loire, par les châteaux d’Amboise et de Blois et ensuite par Orléans, Éléonore et son cortège gagnent la capitale13.

Le sacre d’Éléonore à Saint-Denis et ses entrées à Rouen et Lyon (1531-1533)

  • 14 Le Sacre et couronnement de la Royne, imprimé par le commanement du Roy nostre sire (16 mars 1531).
  • 15 L’Entrée triumphante et somptueuse de Très haulte et illustrissime dame madame Leonore d’Aultriche, (...)

10Le 5 mars 1531 Éléonore est sacrée dans l’abbaye de Saint-Denis. Assistée par la mère du roi, sa sœur et sa fille ainée, elle reçoit tous les honneurs dus à une reine de France. Le cardinal de Bourbon oint son chef et sa poitrine avant de lui remettre le sceptre et la main de justice. Ensuite il tient la grande couronne au dessus de la tête d’Éléonore avant de la passer au dauphin. Une autre couronne, plus petite et moins lourde, est posée sur la tête de la reine. La messe terminée, elle offre à l’autel un pain doré, un pain argenté, le vin et un cierge avec de l’argent. Sa traine est portée par des dames et les pans de son manteau par le dauphin et le duc d’Orléans14. Éléonore devait faire son entrée à Paris deux jours plus tard mais la cérémonie n’a lieu que le 16 mars à cause du mauvais temps. Ce jour là Éléonore se rend d’abord à la porte Saint-Denis où un échafaud a été dressé. Assise sur une chaise couverte de velours azuré semé de lys d’or, elle y reçoit l’hommage des autorités et des corps constitués. Ensuite elle prend place dans la procession qui doit traverser la capitale. Sa litière, étoffée de drap d’or frisé, est découverte afin de permettre à la foule de la voir dans ses magnifiques atours. À sa droite marche le dauphin et à sa gauche le duc d’Orléans. Le grand maître et le Prévôt de Paris, tous deux portants leurs bâtons, insignes de leur pouvoir, précèdent la reine. Après le Te Deum à Notre-Dame, elle va au Palais où un festin l’attend dans la grande salle ornée de tapisseries et de tapis de Turquie. Durant le repas, elle est servie à la Table de marbre par le Grand maître de Montmorency. À sa gauche sont assises la mère du roi, sa sœur et ses filles, et les princesses de sang royal ; à sa droite, le légat, les cardinaux et les ambassadeurs. Après le souper cent gentilshommes masqués dansent avec les dames, et Éléonore en fait de même avec le duc de Lorraine. À côté de ce faste officiel la population se réjouit. À la Porte Saint-Denis un mystère célèbre la Paix. Un autre devant la Porte du Châtelet fête la délivrance des Enfants de France. Les réjouissances se poursuivent pendant plusieurs jours. Le 19 mars Éléonore est reçue à l’Hôtel de Ville par le Prévôt des marchands et par les échevins qui lui offrent deux grands chandeliers d’argent en forme de pyramide portant au sommet un phénix avec sa devise : Unice semper avis15.

11L’année suivante Éléonore fait son entrée à Rouen accompagnée de ses beaux enfants. Un théâtre en dehors de la ville lui permet de suivre des yeux un défilé des représentants de la ville y compris les « enfants de la ville » habillés à ses couleurs : noir, blanc et jaune. Un cortège allégorique dans lequel paraissent les dieux et déesses de l’antiquité reflète l’esprit de la Renaissance. Dans l’entrée même, Éléonore marche sous un poêle de drap d’or porté par quatre conseillers du parlement de Rouen. Son escorte comprend sept demoiselles espagnoles vêtues à la mode de leur pays. En 1533 la reine fait son entrée à Lyon où l’influence de l’humanisme se retrouve dans les nombreuses inscriptions en latin, grecque et hébreu. L’une de trois médailles frappées pour l’occasion représente le lien entre Charles Quint et François Ier que personne ne pourra rompre. Partout Éléonore est acclamée par la foule et honorée par les autorités locales. Son sang Habsbourg ne semble troubler personne. Elle représente la réconciliation avec l’ancien ennemi et le retour à la paix tant désirée par tout le monde.

Éléonore à la cour de France : amitiés et rivalités

12À la cour Éléonore peut compter sur l’amitié inébranlable du grand maître, Anne de Montmorency. Dès le début il l’a trouvé « autant sage, belle et honneste dame ». Elle lui a « tenu tant de si bons et honnestes propos, que ne seroit possible de plus ».

  • 16 Francis Decrue, Anne de Montmorency, à la cour, aux armées et au du roi François Ier, Paris, 1885, (...)

« Me semble, dit-il, que si le Roy et la compaignie, où je la mayne, doivent autre occasion d’eulx contenter de la sienne, leurs serviteurs ou subjects en doivent autre encores plus de louer Dieu de leur avoir donné une si belle et vertueuse dame, de laquelle ne vous sauroys, je me semble, dire la tierce partie du bien et de l’honnesteté que ici ay trouvée16. »

13Mais à en croire l’ambassadeur anglais, Sir Francis Bryan, le roi ne partage pas l’enthousiasme du grand maître. Bryan rapporte à son maître, Henri VIII, que

  • 17 SP, VII 891.

« lorsque François et Éléonore logent sous le même toit ils ne partagent pas leur lit un jour sur quatre ; en plus il lui parle très rarement en public ; et il ne quitte jamais la chambre de madame ou le retient l’amour pour son ancienne maîtresse, Mademoiselle d’Heilly [Anne de Pisseleu]. Ensuite, il n’y a pas eu de banquet ni de festin où, une fois la table dressée, il ne soit pas venu s’asseoir auprès d’Heilly alors que le cardinal de Lorraine et l’amiral faisaient de même auprès de leurs maîtresses. Il lui est aussi arrivé à plusieurs reprises, à ce que l’on dit, de s éloigner de six ou sept milles de la reine et de coucher quatre ou cinq jours de suite chez ses anciennes maîtresses17 ».

14Mais l’historien doit se méfier de tels propos dont le but a sans doute été de plaire au roi d’Angleterre qui voyait d’un fort mauvais œil l’entente nouvellement forgée entre le roi de France et l’empereur. Il devait espérer que le mariage de François serait de courte durée et ses représentants en France voulaient sans doute entretenir cet espoir.

  • 18 L. Campbell, Renaissance Portraits, Londres et New Haven, 1990, fig. 224.
  • 19 LP, VI, 692.
  • 20 Bibliothèque de Sainte-Geneviève, Paris, ms. 838, fos 103-106. « Estat des officiers domestiques d (...)

15Le mariage de François et d’Éléonore a certainement causé pas mal d’amusement à la cour d’Angleterre. Un tableau anonyme qui se trouve actuellement au château de Hampton Court représente le couple royal avec un fou. Chacun porte un chapeau décoré avec l’initiale de l’autre. Éléonore tient dans sa main gauche un artichaut surmonté par un caduceus. Dès 1542 le tableau se trouve dans la collection d’Henri VIII. Il ressemble à ces tableaux « d’amoureux inégaux » qui étaient populaires en Allemagne et aux Pays-Bas à l’époque. Le but du tableau est évidemment satirique et il a probablement été peint par un des peintres attitrés d’Henri VIII pour l’amuser18. Marguerite de Navarre s’est aussi moquée des relations conjugales du couple royal français au cours d’une conversation avec le duc de Norfolk. Nul homme, lui dit-elle, est moins satisfait de sa femme que François Ier ne l’est de la sienne. Il n’a pas couché avec elle depuis sept mois. Norfolk voudrait en savoir plus et Marguerite répond : « Parce qu’il ne la trouve plaisante à son appétit et ne saurait dormir avec elle. Loin d’elle, il dort mieux que personne. » Norfolk demande pourquoi et Marguerite ajoute : « Elle est très chaude au lit et désire être trop embrassée. » Puis, en éclatant de rire, elle dit : « Je ne voudrais pour tout l’or de Paris que le roi de Navarre se déclarât aussi peu satisfait dans mon lit que mon frère dans celui de sa femme19 ! » Mais si Éléonore n’a pu supplanter Anne de Pisseleu dans l’amour du roi, elle a toujours reçu les honneurs dus à une reine. Une liste du personnel de sa maison nous montre qu’il était nombreux20. L’on y trouve douze noms espagnols parmi les dames et demoiselles d’honneur ainsi que de nombreux musiciens. La plupart des serviteurs sont français, mais Éléonore a introduit une étiquette plus stricte que celle qui a existé jusqu’alors à la cour de France. Elle a suivi aussi un horaire ibérique en prenant son souper plus tard que la cour en général. Nous sommes moins bien renseignés sur ses relations avec les autres membres de la famille royale. Elle a bien aimé le dauphin François dont elle a pleuré la mort le 10 août 1536. De ses deux autres beaux-fils elle a préféré Charles à Henri, le nouveau dauphin. Éléonore n’eut pas trop à craindre de la part de Louise de Savoie qui avait été favorable à son mariage. Mais, la mort de Louise en 1531, la laisse à la merci de Marguerite, qui, en tant que reine de Navarre, désirait récupérer la partie de son royaume détenue par Charles Quint. Elle pensait arriver à ses fins en se rapprochant de la maîtresse du roi, Madame d’Étampes. Elle vanta l’influence de la favorite à l’ambassadeur d’Angleterre qui s’étonna de ce « qu’une princesse, si réputée pour sa vertu, lui conseille de prendre quelque chose de la main de cette femme ». Marguerite chercha à détacher la reine de Montmorency et agit en sorte que le roi commença à s’inquiéter de leur amitié. Marguerite devint avec Madame d’Etampes l’âme du parti de la guerre contre l’empereur qui désirait une alliance avec l’Angleterre contre lui. Cependant Marguerite fut bientôt déçue par l’indifférence montrée par son frère envers le royaume de Navarre. Elle crut faire avancer son intérêt en arrangeant un mariage entre sa fille, Jeanne, et le futur Philippe II d’Espagne. Pour cela elle eut besoin du soutien d’Éléonore et se rapprocha d’elle.

L’influence politique d’Éléonore

L’influence politique d’Éléonore. Ses relations avec Marie de Hongrie

  • 21 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 96.

16Éléonore ne semble pas avoir exercé une grande influence sur la politique de François Ier. Elle désirait ardemment qu’il s’entende avec son frère, Charles Quint, et pouvait compter sur le soutien du grand maître qui partageait son désir. Mais la tante d’Éléonore, la sage Marguerite d’Autriche, lui conseillait la discrétion. Elle écrivit à son ambassadeur : « Il est nécessaire sur toutes choses qu’elle [Éléonore] se conduyse par la volonté du Roy et par la main de Madame, sa mère, et qu’elle fasse selon leur désir et vouloir en toutes choses, captivant la benyvolence et grâce d’eux, le plus qu’elle pourra, sans les arguer en manière quelconque, car je les cuyde bien congnoistre, et elle aura plus par la doulceur que par les trop presser. Et sans faulte, c’est de trop dangereux conseil qui autrement luy conseillera, et, mesmement doibt gaigner l’amour de la sœur du Roy, car elle a bon et gros credit avec son frère21. » Éléonore désirait avant tout revoir sa sœur, Marie de Hongrie, gouvernante de Pays-Bas depuis 1531, qu’elle n’avait pas vue depuis bien des années. Dès 1532 elle demande à Marie de venir la voir soit en Picardie, soit en Champagne. Afin de ne pas alarmer les gouvernements, elle dénie à cette entrevue toute intention politique. Son désir, disait-elle, était tout simplement de revoir la sœur qui lui était si chère, ajoutant toutefois que le roi, son mari, viendrait peut-être les voir sans cérémonie. Mais cette proposition soulève aux Pays-Bas de vifs débats. Au Conseil d’État les avis sont fort partagés. Les uns n’y voient qu’un piège des Français pour brouiller la situation politique ; les autres ont plus confiance dans les desseins d’Éléonore. Face à ces divergences, Marie de Hongrie laisse la décision à l’empereur. Celui-ci consulte ses ministres, notamment Granvelle qui déconseille l’entrevue.

  • 22 Ibid., p. 108 ; Calendar of State Papers, Spanish, t. V (1), no 197, 202.

« Sans doute, déclarait-t-il, la démarche de la Reine de France procède de bonne amitié envers sa sœur ; mais il n’y a rien à gagner à cette entrevue ; comme les François se controuvent et publient souvent choses qui oncques furent pensées, il est à craindre, au contraire, qu’il n’en sorte beaucoup d’inconvénients22. »

17Marie de Hongrie se conforme docilement à l’avis de son frère. Charles Quint préparait à ce moment sa grande expédition contre les Turcs en Afrique du Nord. Il craignait qu’Éléonore ne suive trop docilement la politique de son époux. Mais elle déclara à l’ambassadeur de l’empereur, le seigneur Hannart, qu’il n’aurait aucune occasion d’être mécontent d’elle

« puisqu’il ne se faisait rien, sinon pour le plaisir et contentement d’entre elles deux sœurs, qui ne s’estoient veues dez leur jeusne eage et, estant si prez de pays, l’ung de l’autre, que seroit chose estrange de ne se povoir veoir et visiter, et que cela ne povoit faire nul mal, fors maintenir bonne amitié d’entre Vostre Majesté et le Roy, son mary, lequel luy avoit consenty et accordé de faire icelle veue quand elle vouldroit ».

18Cependant, Éléonore ne voulant pas renoncer à son projet, envoie un gentilhomme de sa chambre pour persuader Marie de Hongrie d’accepter une entrevue, mais cette dernière s’excuse en arguant la convocation des états généraux. Éléonore lui envoie un second gentilhomme qui parvient à faire céder Marie, à condition que son ambassadeur à la cour de France rassure les ambassadeurs du pape, de Portugal, d’Angleterre et de Venise que l’entrevue ne serait qu’une « aimable visitacion d’entre les deux Reynes ». De son côté, Hannart écrit à Chappuys l’ambassadeur de Charles Quint en Angleterre que « rien ne se traitera en ceste assemblée des deux Reynes, bien que le Roy les viendra veoir à petite et privée compagnie sans mistère ou cérémonie ». Mais la présence du roi, même dans la plus stricte intimité, n’aurait manqué de donner à l’entrevue une portée politique. Hannart s’empressa de rassurer la cour d’Angleterre. « Devez savoir, écrivit-il, que le Roy ne se trouvera en ceste veue, ains la Reine et avec elle, les filles dudit Roy. »

  • 23 Ibid., p. 115.

19L’idée de la rencontre acquise, une nouvelle controverse naît à propos du choix du lieu de rendez-vous. Après avoir élu Cateau-Cambrésis, Éléonore préfére Cambrai. Marie, craignant que cela ne rappelle l’entrevue de 1529 entre Marguerite d’Autriche et Louise de Savoie, qui avait eu une portée politique, s’en inquiète, mais encore une fois elle cède. « Madame, ma bonne sœur, écrit-elle, puisqu’il vous plaist que nostre assemblée se fasse à Cambray, combien qu’il me vient mal à propos, en useray selon vostre volonté. » Elle suggère que la rencontre ait lieu un lundi et dit qu’elle entrerait à Cambrai le matin « pour ce que crois, suis plus matineuse que vous ». Charles Quint donne l’ordre à Hannart d’organiser la réception et de veiller à ce que les logements des deux reines soient éloignés l’un de l’autre afin d’éviter les querelles entre valets. Hannart le rassure en ces termes : « Le Roy de France n’assistera certainement pas à l’entrevue, car il s’en va devers Mézières et la Reine le rejoindra probablement à Reims. » Éléonore entre à Cambrai le 16 août 1535 accompagnée des filles du roi et de toutes les princesses, dames et demoiselles de la cour, ainsi que des cardinaux de Bourbon et de Tournon, des ducs d’Albanie et de Longueville, du prince de la Roche-sur-Yon, des seigneurs de Nevers et de Rohan et de l’amiral Chabot « principal conducteur de la Reine23 ». Selon Hannart

« ont esté tenues par la Royne très Chrestienne et aussi par Mgr l’Admiral de France beaucoup d’honnestes propos à la Royne Douaigière, pour donner à entendre le désir que le Roi Très Chrestien a de longtemps eu, de venir à plus grande et plus estroite amitié et intelligence avec l’Empereur ».

20De son entrevue Éléonore ne rapporte que la satisfaction d’avoir revu sa sœur. Après son départ Marie envoie une lettre à Éléonore exprimant le « gros plaisir » qu’elle a éprouvée du contentement que le roi a tiré de l’entrevue pour le bien de paix et la prospérité de l’empereur. Cependant sous le couvert des négociations pacifiques auxquelles Éléonore s’est adonnée, le Roi prépare activement la guerre. Dès 1536 un nouveau conflit éclate entre François Ier et l’empereur. Après une campagne triomphale en Afrique du Nord (juillet 1535), Charles remonte l’Italie (août 1535-avril 1536) et envahit la Provence (juillet 1536). Mais, confrontées à la tactique de terre brulée adoptée par le grand maître, les troupes de l’empereur doivent battre en retraite d’une manière humiliante. Dans une lettre à Granvelle, l’ambassadeur Hannart rend compte du malaise d’Éléonore :

« La bonne Dame se trouve en grand payne et perplexité de ceste guerre, pour la desplaisir que d’ung cousté ou d’autre elle en peult attendre et se vouldroit bien employer à trouver quelque bon moyen de pacification. »

21Montmorency, devenu le héros du moment, initie alors un renversement de la politique étrangère de la France. Au lieu d’essayer de reprendre le duché de Milan par les armes, il pense obtenir le même résultat par la voie diplomatique. Il croit le moment venu de chercher une réconciliation avec l’empereur. Éléonore ne peut que se réjouir de ce changement de politique. Hannart lui écrit pour l’encourager dans cette voie et lui conseille de proposer, comme venant d’elle, de conclure des alliances entre la famille impériale et la famille royale. De son côté, Marie, fortement encouragée par Éléonore, obtient de Charles Quint la permission de conclure une trêve pour les Pays-Bas.

Éléonore médiatrice entre François Ier et Charles Quint (1537-1540)

  • 24 Ibid., p. 119.
  • 25 Ibid., p. 120-121.
  • 26 Ibid., p. 125.
  • 27 Carolus : Charles Quint, 1500-1558, Hugo Soly et Julian Van de Wiele (éd.), Catalogue de l’expositi (...)

22La trêve de Bomy est conclue en décembre 1537 pour une durée de trois mois24. Ses bienfaits sont bientôt étendus à la France et à l’Italie par une autre entrevue, cette fois à Nice. En mai et juin 1538 François Ier et Charles Quint négocient séparément avec le pape Paul III. Éléonore, accompagnée de la Reine de Navarre et des Filles de France, gagne Nice sur les galères royales une semaine après son époux. Elles s’empressent de rendre hommage au pape. Dès leur débarquement un long cortège de litières escorté de six chevaliers de l’ordre, cent gentilshommes et cent archers de la garde du roi se dirige vers le couvent des Cordeliers. Paul III envoie vingt-six cardinaux recevoir la reine et les princesses. Après un entretien d’une heure, elles assistent aux vêpres, puis, saluées par l’artillerie des galères royales, elles regagnent leur logis. Trois jours plus tard Éléonore peut enfin revoir son frère qui séjourne à Villefranche. Elle et ses dames conviennent d’y aller en bateau. Mais, alors qu’elles débarquent, un pont en bois s’écroule les projetant toutes à la mer, heureusement peu profonde à cet endroit. Les gentilshommes se jettent à l’eau pour sauver les dames dont certaines sont « bien baignées même jusqu’à la ceinture ». L’accident qui aurait pu être fatal devient une source de plaisanteries25. Au cours d’une seconde visite chez son frère le 19 juin 1538, Éléonore le presse de bientôt rencontrer son mari. Le 14 juillet, après le départ du pape pour l’Italie, les deux souverains se retrouvent ensemble à Aigues-Mortes en Languedoc. Ils s’embrassent sous l’œil d’Éléonore qui a dû croire que le rêve de sa vie se réalisait. En octobre elle peut revoir Marie de Hongrie au cours d’un séjour que celle-ci fait à Compiègne. Dans la foulée de cette visite, une convention met fin aux hostilités entre les Pays-Bas et la France. L’ambassadeur d’Angleterre écrit à son maître : « La Reine Éléonore a été le principal instrument pour ménager ses entrevues. Personne ne connaît mieux l’empereur qu’elle26. » Les deux sœurs correspondent ensemble mais la politique est largement absente des lettres d’Éléonore. Elle préfère parler de la décoration des châteaux royaux en France et des projets de nouvelles constructions que son mari a en tête27.

23Toutefois, le rapprochement entre son frère et son mari lui fait espérer qu’elle pourrait enfin revoir sa fille, Marie, qu’elle a dû laisser au Portugal. Elle a même imaginé pour celle-ci, toujours célibataire, un mariage avec le dauphin François. Une telle union aurait puissamment renforcé l’amitié nouvellement forgée entre son frère et son mari, d’autant que François Ier apporte son soutien à ce projet. Le 21 août 1539 il écrit ainsi à Honorat de Caix, son ambassadeur à Lisbonne :

  • 28 Archives de Vienne : Frankreich – Varia, fas. 4, fo 247. Je dois ce document à la générosité du Dr(...)

« Pour autant que la Royne ma femme desire sur toutes choses retirer aupres delle la seignora sa fille afin de la norir, esleuer et endoctriner ainsi que lamour maternelle quelle luy pourte le merite, et aussi que de mon costel pour leffection que jay enuers ladicte infante je desire le semblable… Et sitost quil vous aura accorde ce que dessus, ne faillez de men advertir incontinant afin que madicte femme donne ordre denuoyer pardela vng bon nombre de personnaiges tant gentilhommes que gentilfemmes pour lamener et acompaigner pardeca… la ou ledict seigneur vouldrait faire aucune difficulte de laisser venir ladicte dame pour la doubte quil pourroit auoir que lon feust pour la maryer sans sceu de luy et des autres princes ses parens, vous luy direz de par moy quil peult estre asseure… quelle ne sera jamais pourueue en quelque lieu que ce soit sans premierement auoir sur ce son aduis et desdictz aultres princes ses parens28. »

  • 29 M. Pacheco, Vida de la Serenissima Infanta Doña Maria, Lisbonne, 1675, fo 24. Cité par L. Campbell(...)

24Malheureusement pour Éléonore, cette démarche n’a aucune suite car le roi du Portugal refuse de laisser Marie venir en France. Pendant l’hiver de 1540-1541 Éléonore lui écrit : « Je passe longtemps à contempler votre portrait, ma fille, puisque je ne puis voir l’original29. »

  • 30 Michel François, Le Cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 179 n. 1.
  • 31 Calendar of State Papers, Spanish, G.A. Bergenroth, P. de Gayangos et M.A. S. Hume (dir.), 12 vol., (...)

25Néanmoins, la déception de la reine est compensée par le temps fort du rapprochement franco-impérial, à savoir le voyage effectué à travers la France par Charles Quint pendant l’hiver de 1539-1540. À partir de son arrivée le 27 novembre 1539 l’empereur est reçu superbement partout et la reine Éléonore participe à toutes les fêtes à Fontainebleau, Paris et ailleurs. Il a été convenu que toute discussion politique sera évitée durant le séjour de Charles Quint, mais Montmorency espére que sa visite sera suivie de négociations sur l’avenir de Milan. Cependant, une fois arrivé à Bruxelles, Charles après avoir soumis des propositions inacceptables, remet l’investiture du duché à son fils, Philippe. La duchesse d’Étampes, qui se plaint de ne pas avoir été traitée avec suffisamment d’égards par l’empereur durant sa visite, n’a pas de mots assez durs pour le connétable, architecte de la rencontre : « C’est un grand coquin, il a trompé le roi en disant que l’empereur lui donnerait tout de suite le Milanais quand il savait le contraire30. » En 1541 le connétable est disgracié et doit quitter la cour, alors que la duchesse d’Étampes, l’amiral Chabot et les autres partisans d’une reprise des hostilités contre le Habsbourg reprennent leur influence sur la politique du roi. Éléonore est elle aussi victime de ce bouleversement à la cour. Selon un envoyé impérial la duchesse d’Étampes est maintenant « le véritable président du Conseil du roi le plus privé et intime31 ».

La paix de Crépy et le voyage d’Éléonore aux Pays-Bas (1544)

26Après une nouvelle invasion anglo-impériale, en Picardie cette fois, suivie d’un nouveau retrait, les adversaires, épuisés recherchent la paix. Elle est signée à Crépy le 18 septembre 1544. Le traité favorise Charles d’Orléans, le fils puîné de François Ier, aux dépens de son frère, Henri, car le roi envisage un mariage entre Charles et soit Marie, la fille de l’empereur, soit Anne sa nièce. Une lettre écrite par Éléonore à son mari de sa propre main nous la montre appuyant sa politique de détente avec l’empereur :

  • 32 Éléonore à Francis Ier, sans date [septembre 1544], Original holograph : BL Add. 21, 404, fo 13.

« Monsieur, y contynuant apres avoyr veu l’ampereur, je vous ay voulu avertyr du contantement qu’yl a monstré de la volonté que je luy ay dyt que vous aves de garder son amytyé. Yl m’asseure qu’yl ne l’a poynt moyns grande de son couté, quy m’et le byen monsieur que vous pouves panser de voyr voz deulx volontés [en ?] ainsy bonne delyberacyon. Ousy je luy ay dyt le surplus quy vous a pleu me commander. Y m’a dyt quy desyre et pourchacera tout ce quy luy sera posyble vostre amytyé aveucques le Roy d’engleterre. Je meteray payne, Monsieur, de savoyr l’yntencyon de l’ampereur à ce que touche le maryage de nostre fys, Monsieur d’orleans, à quoy je feray tout ce quy me sera possyble et à tout ce quy sera vostre service aveucques l’amour que vous aves tousjours congneu de moy. Vous suplyant tres humblement, Monsieur, me faire set honneur de me fayre savoyr de vos nouvelles. Se pendant que je me puys avoyr tant de byen que d’estre à vostre compaygnye, je prye nostre Seigneur qu’elles soet telles comme je luy suplye et quy vous doynt, Monsieur, ousy bonne et longue vye que vous desyre.
Vostre treshumble et tresobeysante fame,
LEONOR32. »

  • 33 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 144-151.

27La paix est reçue différemment. Le dauphin Henri et ses partisans la rejettent. En revanche, elle ravit Éléonore qui la célèbre en rendant visite à son frère et sa sœur à Bruxelles accompagnée de Charles d’Orléans et de la duchesse d’Étampes. La présence de celle-ci est assez surprenante et est peut-être le résultat d’une grave maladie qui a frappé François Ier en 1538. La duchesse, appréhendant la mort prochaine de son royal amant qui entrainerait sa disgrâce, cherche peut-être à se rapprocher de la reine et de Charles d’Orléans. Les réjouissances à Bruxelles sont magnifiques. La succession de banquets, de joutes, de réceptions et de divertissements est digne des glorieuses traditions de la cour de Bourgogne. Pendant quelques jours Éléonore a pu revivre les plus belles années de sa jeunesse. Comme dernier témoignage de sa générosité, Charles Quint fait présent à la reine, à la duchesse d’Étampes et aux dames françaises de bagues et de pierreries d’une valeur de cinquante mille écus d’or. Le lundi 3 novembre la reine, le duc d’Orléans, et leurs suites quittent Bruxelles. À Mons le voyage du retour est interrompu par une maladie soudaine de la reine. Elle s’évanouit en traversant le marché, et on la transporte dans la maison d’un bourgeois où le duc d’Aerschot, son chevalier d’honneur, s’empresse de la visiter. Il l’a trouve plongée « en quelque resverye » mais ce n’est pas grave. Éléonore subit souvent cette « maladie de la mère » ou « maladie ordinaire aux dames ». Elle aurait probablement préféré prolonger son séjour à Mons mais Madame d’Étampes, toujours inquiète de l’état de santé de François Ier, insiste pour que l’on rentre en France sans délai. Le duc d’Orléans veut aussi s’opposer aux intrigues du dauphin qui combat les articles du traité de Crépy. Éléonore quitte Mons le 12 novembre. Elle séjourne deux jours à Valenciennes et à Cambrai, puis elle ne s’arrête plus, ayant reçu de son époux une lettre fort affectueuse où il l’avertit qu’il l’attend pour faire son entrée à Paris. Quant au duc d’Orléans, probablement accompagné de Madame d’Étampes, il est parti le samedi précédent pour Cambrai et, de là, a rejoint le roi de France33.

Épilogue. Second veuvage d’Éléonore, son retour en Espagne et sa mort (1547-1558)

  • 34 Ibid., p. 153.
  • 35 Ibid., p. 154-156.

28Le voyage d’Éléonore aux Pays-Bas n’a eu aucune suite politique. Bien plus, les perspectives de la paix de Crépy sont bientôt annulées par la mort de Charles d’Orléans le 9 novembre 1545. Seize mois plus tard, le 31 mars 1547, François Ier meurt à son tour. L’empereur transmet ses condoléances à sa veuve. Dans une lettre à son ambassadeur, il écrit : « Elle (la Reine) n’a grande occasion de si fort sentir le trépas dudit feu roy, selon le peu qu’il lui portoit et mauvais traitements qu’elle en recevoit34. » Sur son lit de mort François aurait prié son fils, Henri, de veiller sur Éléonore en admettant qu’il ne l’avait pas bien traitée. Mais le nouveau roi oublie vite cette injonction. Son avènement est suivi d’une révolution de cour dont l’un des effets est de détrôner Éléonore. Son sort aurait sans doute été différent si elle avait donné un dauphin à son mari. Henri confisque sa dot qu’il remet en 1552 à Marguerite, la fille naturelle de l’empereur et l’épouse d’Horace Farnèse. Éléonore n’est même pas autorisée à faire ses adieux à Henri II lorsqu’elle quitte la France en novembre 1548. On ne lui accorde même pas une escorte pour se rendre aux Pays-Bas. Accompagnée d’un petit groupe de fidèles, elle doit même subir l’humiliation d’une fouille de ses bagages35.

  • 36 Ibid., p. 159.
  • 37 Ibid., p. 160.
  • 38 Ibid., p. 163-164.

29Après un arrêt de trois jours à Hal pour lui permettre de se remettre d’une fièvre, Éleonore parvient à Bruxelles le 5 décembre 1548. Ici, comme partout ailleurs sur son passage en Flandre, elle est reçue chaleureusement par la foule. Pendant huit ans elle vit à la cour de Bruxelles et participe à ses cérémonies, y compris l’intrônisation aux Pays-Bas du futur Philippe II d’Espagne. En revanche, elle n’assiste pas à l’abdication de Charles Quint à Bruxelles le 25 octobre 155536. Dans une lettre écrite à son frère quelques mois auparavant, Marie de Hongrie dit qu’Éléonore a souvent exprimé le désire de rejoindre sa fille Marie en Espagne et qu’elle n’est restée aux Pays-Bas que par affection pour elle37. Le 15 septembre 1556, Charles Quint quitte les Pays-Bas pour l’Espagne accompagné de ses deux sœurs, Éléonore et Marie. Il s’établit au monastère de Yuste en Estrémadure alors qu’elles s’établissent au château voisin de Jarandilla. De là elles lui rendent visite. En 1558 Éléonore peut enfin rencontrer sa fille, Marie, à Badajoz. Elle tâche de la persuader de venir en Espagne et de partager sa vie à Guadalajara, mais la princesse ne veut pas quitter le Portugal. Le 13 février 1558 Éléonore succombe à une attaque d’asthme à Talavera alors qu’elle revient tristement de Badajoz. Elle est enterrée à Merida sans cérémonie, selon son désir. Au bout de plusieurs années, Philippe II commande que sa dépouille soit inhumée dans la nécropole royale à l’Escorial38.

Notes

1 SP, VII, 891.

2 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, « L’épreuve du mécénat : Alienor d’Auriche. Une reine de France effacée », dans Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Kathleen Wilson-Chevalier (éd.), Saint-Étienne, 2007, p. 342-343. Voir aussi Ghislaine de Boom, Archiduchesse Éléonore, reine de France ; soeur de Charles Quint, Bruxelles, 1943 [nouvelle édition Bruxelles, 2003] ; Mía Rodriguez-Salgado, « Charles V and the Dynasty » dans Charles V, 1500-1558, Hugo Soly (éd.), Anvers, 1999, p. 27-77, et C. Moeller, Éleonore d’Autriche et de Bourgogne, Reine de France, Paris, 1895.

3 Voir Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle : Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 191. Une estampe réalisée à Amsterdam en 1540 par Cornelis Anthonisz montre Éléonore montée en Amazone. D. Eichbeger, Women of Distniction : Margaret of York/Margaret of Ausrtria, no 308 Catal. d’exposition, Malines/Louvain, 2005.

4 Huit versions de ce portrait existent, les meilleures selon M.J. Friedländer, Early Netherlandish Painting, New York, 1967-1976, Ixa, p. 21, 70, no 108) étant celles de Hampton Court et de Vienne.

5 Laurent Vital, Viajes de extranjeros por España y Portugal (cité par De Boom, op. cit., p. 57).

6 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, op. cit., p. 352-353.

7 Aimé Champollon-Figeac, Captivité du roi François Ier, Paris, 1857, p. 192.

8 Ibid., p. 261.

9 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 75.

10 Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, op. cit., p. 364.

11 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1910, t. 2, p. 116-117.

12 Le Journal d’un Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), V.-L. Bourrilly (éd.), Paris, 1910, p. 344. Voir aussi L’Entrée de la Royne et de messieurs les enfans de Francemonsieur le Daulphin et le duc d’Orléans, en la ville et cité de Bourdeaulx à grans honneur et triomphe, le XXVIIe juillet, s. l., 1530. BnF Lb 30/55 Réserve.

13 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 82.

14 Le Sacre et couronnement de la Royne, imprimé par le commanement du Roy nostre sire (16 mars 1531).

15 L’Entrée triumphante et somptueuse de Très haulte et illustrissime dame madame Leonore d’Aultriche, soeur aysnée de l’Empereur, royne de France, en sa noble ville et cité de Paris…, avec l’ordre d’icelle entrée diligemment descripte, s. l., 1531.

16 Francis Decrue, Anne de Montmorency, à la cour, aux armées et au du roi François Ier, Paris, 1885, p. 164.

17 SP, VII 891.

18 L. Campbell, Renaissance Portraits, Londres et New Haven, 1990, fig. 224.

19 LP, VI, 692.

20 Bibliothèque de Sainte-Geneviève, Paris, ms. 838, fos 103-106. « Estat des officiers domestiques de la Reyne Eléonor de Portugal (1530-1547) ». Sur la maison d’Éléonore, voir Aline Roche, « Une perle de pris » : la maison de la reine Éléonore d’Autriche. Consultable sur le site cour-de-France. fr (http://cour-de-france.fr/article1646.html).

21 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 96.

22 Ibid., p. 108 ; Calendar of State Papers, Spanish, t. V (1), no 197, 202.

23 Ibid., p. 115.

24 Ibid., p. 119.

25 Ibid., p. 120-121.

26 Ibid., p. 125.

27 Carolus : Charles Quint, 1500-1558, Hugo Soly et Julian Van de Wiele (éd.), Catalogue de l’exposition à Gand, 2000, p. 250.

28 Archives de Vienne : Frankreich – Varia, fas. 4, fo 247. Je dois ce document à la générosité du Dr David Potter.

29 M. Pacheco, Vida de la Serenissima Infanta Doña Maria, Lisbonne, 1675, fo 24. Cité par L. Campbell, op. cit., p. 196.

30 Michel François, Le Cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 179 n. 1.

31 Calendar of State Papers, Spanish, G.A. Bergenroth, P. de Gayangos et M.A. S. Hume (dir.), 12 vol., Londres, 1862-1895, VI (pt. 1), 117.

32 Éléonore à Francis Ier, sans date [septembre 1544], Original holograph : BL Add. 21, 404, fo 13.

33 Ghislaine de Boom, op. cit., p. 144-151.

34 Ibid., p. 153.

35 Ibid., p. 154-156.

36 Ibid., p. 159.

37 Ibid., p. 160.

38 Ibid., p. 163-164.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540