Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Alliés et rivaux

Jean de Lorraine (1498-1550)1

Cédric Michon

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version très remaniée (raccourcie sur certains points, enrichie sur d’autres), (...)

1En 1524, Verrazzano, à bord de la Dauphine, procède à la reconnaissance de la côte nord américaine. Dans la relation de son voyage, il rapporte :

  • 2 Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1982, p. 2 (...)

« Nous longeâmes une côte toute verte de forêts, dépourvue de ports, mais avec quelques agréables promontoires et de petites rivières. Nous la baptisâmes Côte de Lorraine à cause du Cardinal ; le premier promontoire Alençon, le second Bonnivet, le plus grand fleuve Vendôme, et une colline proche de la mer Saint-Pol, à cause du comte2. »

2Ainsi, toute une côte est baptisée en l’honneur de Jean de Lorraine, contre des promontoires ou des collines pour d’autres proches du roi. Cette dénomination de terres inconnues ne peut être prise comme un révélateur absolu de la prépondérance du cardinal auprès de François Ier, puisque des noms tels que ceux de Brion ou de Montmorency sont absents ; Verrazzano n’est peut-être pas parfaitement au courant des rapports de forces dans l’entourage royal. Toutefois, la mise en avant du cardinal est un signe de sa visibilité auprès du souverain. On touche là l’une des spécificités du destin historiographique de Jean de Lorraine. Méconnu des historiens, il est abondamment évoqué par les contemporains, qu’ils soient mémorialistes, explorateurs, ou encore ambassadeurs du roi d’Angleterre, de l’empereur, du pape, des ducs de Ferrare ou de Mantoue.

  • 3 Albert Collignon, Le mécénat artistique du cardinal de Lorraine, Nancy, Annales de l’Est, 1911.
  • 4 Ainsi, Richard Freedmann, en conclusion d’un article sur le mécénat musical de Jean de Lorraine, é (...)
  • 5 Des lettres de Jean de Lorraine sont conservées à la BnF, aux Archives nationales, à la British Li (...)
  • 6 Notons dès à présent que Jean de Lorraine, frère de Claude, premier duc de Guise, ne s’est jamais (...)

3Malgré sa réussite à la cour, on sait peu de chose sur lui. On n’a retenu que son rôle de mécène3. Aujourd’hui, Jean de Lorraine est un Clemenceau dont on n’aurait retenu que l’amitié avec Monet4. Cela s’explique sans doute en partie par la pauvreté des archives ; on a conservé de sa correspondance (passive et active) moins de 100 lettres, dispersées, contre plus de 700 pour Tournon, près de 2 000 pour Du Bellay5. Cela s’explique également par la postérité de la famille de Lorraine, en particulier dans sa branche cadette des Guises. Quitte à travailler sur un cardinal de Lorraine, les historiens ont préféré s’intéresser à Charles de Guise, neveu de Jean6. La présence de Jean est pourtant assurée à la cour de France de 1520 à 1547 ; de nombreux indices attestent par ailleurs de son rôle politique, en particulier dans la seconde moitié de la décennie 1530, et sa participation au Conseil est avérée, de manière intermittente, entre 1522 et 1547. Il s’agit de voir comment sa trajectoire dans l’entourage royal peut être lue à travers une ambivalence maîtresse : la ligne de fracture, ou de contact, entre le favori et le ministre, l’informel et l’institutionnel, la sphère des plaisirs et celle du gouvernement. Jean de Lorraine n’est pas de ces serviteurs polyvalents, tour à tour conseiller, ambassadeur, polémiste, hôte, gouverneur de province, dont la carrière suit un cursus honorum variable dans ses modalités, mais fixe dans son principe, qui fait de nobles de province de puissants ministres. Il est, de façon informelle et pourtant essentielle, l’homme du roi. Là où d’autres justifient leur place par leurs compétences et leur monopole administratif, Jean de Lorraine ne doit sa place qu’à la seule faveur du roi, qui, ne la lui retirant jamais, le déplace d’une sphère à l’autre. Il est l’incarnation de la pluralité des possibles dans l’entourage du roi, de l’impossibilité de rigidifier et de schématiser la cour et ses rapports de force.

L’entrée dans l’entourage royal d’un cadet de Lorraine

Jean de Lorraine et la Lorraine : une solide base arrière

  • 7 Guy Cabourdin, Histoire de la Lorraine, Les Temps modernes, Nancy, 1991, p. 11 ; René de Bouillé, (...)
  • 8 SP, VI, p. 55, le 26 mars 1520 ; p. 60, le 18 avril 1520.
  • 9 La seule critique est formulée par Marguerite de Navarre, selon laquelle Poyet n’aurait dû sa fave (...)
  • 10 ORF, IX, p. 390. Pour plus de détail sur les liens de Jean de Lorraine avec le duché, voir Cédric M (...)

4Son arrivée à la cour de France est difficile à dater. Son frère Antoine, futur duc de Lorraine, et son frère Claude, futur duc de Guise, sont envoyés jeunes dans l’entourage de Louis XII7. Jean est peut-être introduit auprès du roi lors des noces d’Antoine avec Renée de Bourbon le 26 juin 1515 à Amboise. En 1520 en tout cas, il est déjà un personnage important près de François Ier. Les ambassadeurs l’évoquent souvent, avec une valeur d’étalonnage. Ils signalent la présence du cardinal, et, dans un second temps, celle d’autres courtisans, conseillers, prélats ou hommes d’épée8. Sa position est assurée, au départ, par l’importance stratégique de la Lorraine entre l’Empire et le royaume de France. D’ailleurs, sa situation est facilitée par la fine neutralité francophile dans laquelle se tient le duc Antoine. Ce dernier s’efforce de cette manière de préserver l’intégrité de son duché pris au milieu de la confrontation Valois-Habsbourg. Le cardinal défend les intérêts des Lorrains, mais il est fidèle au roi. Son destin est à Paris ou Fontainebleau, pas à Nancy ou Bar-le-Duc. Il n’y a en effet aucune trace d’un engagement de Jean de Lorraine en faveur de son frère, contre le roi9. Il siège d’ailleurs au Conseil qui réaffirme les droits de la justice royale sur le duché de Lorraine10. Toutefois, Jean de Lorraine aurait pu rester un simple pion déplacé au gré des stratégies lorraine et française. Il va pourtant savoir transformer une situation de départ favorable en celle de l’un des familiers les plus proches de François Ier. Néanmoins, avant de s’imposer quelque temps comme l’un des hommes les plus influents de la politique royale, il fait ses classes comme compagnon des plaisirs du roi.

Compagnon des plaisirs du roi

  • 11 LP, III, p. 937 (28 avril 1522), BL, Vesp. C II 7 et LP, III, p. 1069 (8 septembre 1522).
  • 12 Chasse : BnF, ms frçs 3635, fo 84 et BnF, ms frçs 3635, fo 52 où il se plaint de l’endurance du ro (...)
  • 13 BL, Add Ms 8715, fo 131, le 27 octobre 1535 ; SP, VIII, p. 108 ; Bonner à Cromwell, de Rome, le 6 (...)

5À partir du début de la décennie 1520, et jusqu’à la fin du règne, Jean de Lorraine est l’un des compagnons de plaisirs favori de François Ier11. Il chasse en sa compagnie, l’affronte au jeu de paume, participe à toutes les fêtes (où il se signale par son élégance), et l’accompagne de manière générale dans tous les plaisirs12. Ce qui frappe, c’est la constance de sa présence solitaire aux côtés du roi. Compagnon de tous les instants, il l’accompagne dans la joie des fêtes et de l’amour, comme dans la faiblesse de la maladie, l’aidant à se maintenir debout lorsque la fièvre l’en empêche. François Ier le choisit fréquemment comme compagnon unique lorsqu’il désire s’isoler des dames et de la cour. Il jouit avec son souverain d’une proximité physique sans équivalent13.

  • 14 Montfaucon, L’ordre de l’entrevue et visitation des rois de France et d’Angleterre (Monuments de la (...)
  • 15 En revanche, il est auprès du roi dès sa libération : il entre ainsi à ses côtés à Bordeaux, le 9 (...)
  • 16 CSPSp, 1509-1525, p. 387, 588, p. 590. SP, VI, p. 188. Richard Cooper, « Le rêve italien des premie (...)

6Pendant dix ans toutefois, ces activités ne lui assurent aucune fonction politique d’importance. Présent au Camp du Drap d’Or, il n’intervient pas dans les négociations14. Lors de la captivité du roi, Jean de Lorraine est avec Louis de Bourbon parmi les cardinaux qui encadrent Louise de Savoie, mais il ne joue aucun rôle au Conseil15. Le passage au service du roi ne se fait qu’insensiblement. Sa participation aux conclaves joue peut-être un rôle dans la transformation de son statut. François Ier obtient le chapeau de cardinal pour Jean de Lorraine en 1518. Le nouveau cardinal participe aux conclaves de 1522, 1523 et 1534. Il joue un rôle déterminant dans le dernier. C’est lui qui propose la candidature d’Alexandre Farnèse16. C’est peut-être sa défense des intérêts du roi à Rome qui contribue à renforcer son poids politique à la cour.

7À partir de la fin de la décennie 1520, donc, la trajectoire de Jean de Lorraine s’infléchit, s’enrichit, et s’officialise, tandis que sa lisibilité s’accroît. Il passe insensiblement, en quelques années, du statut de compagnon des plaisirs du roi à celui de pièce maîtresse des rapports de force au cœur du pouvoir royal, et cela, sans passer par la polyvalence habituelle aux prélats d’État, à ces hommes d’Église au service de la royauté. De ce point de vue, son parcours est étranger à celui d’un François de Tournon, qui atteint comme lui les plus hautes responsabilités dans l’État royal, mais seulement après avoir multiplié les missions administratives et diplomatiques et les commissions financières. Le cardinal de Lorraine reste avant tout l’incarnation du caractère informel du service du roi, d’un service qui ne passe pas seulement par des offices et des commissions d’importances croissantes.

La lente montée en puissance d’un homme d’influence

8Guicciardini écrit que lorsqu’en,

  • 17 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Pari (...)

« juillet [1527], le cardinal d’York [Wolsey] vint à Calais, avec mille deux cents cavaliers, le roi de France, désireux de le recevoir avec les plus grands honneurs, envoya à sa rencontre le cardinal de Lorraine17 ».

  • 18 BnF, ms frçs 6637, fo 12.
  • 19 CSPVen, 1527-1533, Londres, 1873 p. 81-83, 86-87, 169. SP, I, p. 218-223, 235-253 ; LP, III, p. 149 (...)
  • 20 On connaît la présence des différents cardinaux à Amiens par une lettre écrite au pape Clément VII (...)
  • 21 Et uniquement sur ce troisième plan : il ne joue aucun rôle dans les négociations de la Convention (...)
  • 22 David Starkey, « Representation through intimacy : A study in the symbolism of monarchy and Court (...)
  • 23 BnF, ms frçs 3635, fo 82 : il affirme « ses parolles (de Wolsey) sont tousiours fort honnestes et (...)

9Dans la préparation de la venue du légat en 1527, il fait office d’homme à tout faire du roi. Il repère le trajet que doit suivre le légat et ordonne la construction d’un pont léger dans une petite ville en promettant aux habitants au nom du roi qu’ils seront remboursés pour leurs dépenses18. Il est ensuite envoyé au-devant de Wolsey pour l’accompagner à Amiens. C’est à ses côtés que le légat fait son entrée dans la ville et c’est lui qui le mène à son logis puis revient le chercher pour le mener auprès de Louise de Savoie. Au terme de la rencontre, il le raccompagne à Calais19. Durant les négociations, il fait partie de toutes les réjouissances. Lorsque Wolsey organise un dîner, le roi, Louise de Savoie, le grand maître et le cardinal de Lorraine sont conviés, mais pas Louis de Bourbon, Antoine Duprat ou Gabriel de Gramont20. Ces prélats jouent exclusivement un rôle d’apparat (pour le premier) ou de négociation (pour les deux suivants). Mais une rencontre royale n’est pas qu’une affaire de pourparlers et de décorum. C’est aussi l’occasion de donner libre cours à la sociabilité d’une élite exclusive qui rejette les techniciens et la noblesse décorative. C’est sur ce troisième plan que se situe Jean de Lorraine21. Son statut de favori est exploité par François Ier comme manifestation tangible d’amitié. Le roi parle là un langage susceptible d’être compris par Wolsey. En Angleterre, en effet, la Privy Chamber s’est développée au début du règne d’Henri VIII sur le modèle de la chambre privée du roi de France. Les gentlemen et les Knights de la Privy Chamber jouent parfois le rôle de « full royal alter ego22 ». Ils représentent le roi, et leur parole vaut une commission signée de sa main. L’emploi et l’attitude de Jean de Lorraine en août 1527 font de lui l’équivalent d’un gentleman of the Privy Chamber. Sa parole est parole royale, et sa compagnie est synonyme de présence royale. Guicciardini a parfaitement saisi le sens du choix du cardinal par François Ier pour escorter Wolsey. L’officialisation de la place de Jean de Lorraine s’opère par degré et passe par une exploitation de la place privilégiée qu’il occupe dans l’entourage royal. Le passage de la sphère des plaisirs à celle des affaires de l’État est progressif. On a le sentiment que François Ier a voulu, dans un premier temps, tester le cardinal dans une mission de familier et non de conseiller ou de négociateur. Les rapports de Lorraine sur ses contacts de 1527 avec Wolsey soulignent le côté officieusement politique et officiellement familier de sa mission23. Le cardinal s’étant bien acquitté de ce rôle, le roi peut ensuite le faire entrer progressivement en son Conseil.

  • 24 Processions royales : ORF, VII, p. 157-158. Entrée dans Paris : Journal d’un bourgeois de Paris so (...)
  • 25 Trêve d’Hampton Court : ORF, V, p. 158-164. Présence au conseil : AN, X1a 8612, fos 109-110 vo (ja (...)
  • 26 BnF, ms frçs 3067, fo 63. Lettre du 15 avril 1530.

10C’est en effet autour de la rencontre d’Amiens que peut se lire la mutation de statut de Jean de Lorraine. Il continue alors à cumuler les signes d’une faveur exceptionnelle sur le plan personnel et commence à multiplier les manifestations de son implication, symbolique et concrète, dans les affaires de l’État. En juin 1528, un règlement concernant l’ordre de préséance à observer dans les processions royales accorde la deuxième place après le roi à Jean de Lorraine et au roi de Navarre. Ainsi, lorsque le roi entre dans Paris, ou processionne au jour de Pâques fleuries ou de la Fête-Dieu, Jean de Lorraine est à ses côtés. Lors de la restitution des clefs de la ville de Toulouse aux capitouls par François Ier, le 3 août 1533, Jean de Lorraine est également présent. Au lendemain de l’affaire des placards, il est plus proche du roi dans la procession que le comte de Saint-Pol, Montmorency ou Chabot24. Ce n’est pas à sa naissance (qui le place après tous les Bourbons et après ses frères) qu’il doit cette place de choix, mais à la seule faveur du roi. À la même époque, il multiplie les signes de sa participation aux affaires. En juin 1528, il est désigné comme conservateur français de la trêve d’Hampton Court. En 1529, il participe aux négociations de la paix des Dames. À partir de cette année, il multiplie les participations au Conseil du roi25. Cette évolution est sanctionnée par l’affirmation sans appel de Chabot à Montmorency : « Je vous avertis que nous avons un compagnon de crue aux affaires du Roy qui est monsieur le cardinal de Loreigne26. »

  • 27 Sur cette rencontre, voir CSPVen, 1527-1533, p. 361-368 ; BL, Add. Ms 20030, fo 134 b ; LP, V, p.  (...)
  • 28 CSPVen 1527-1533, p. 371, 376-377.
  • 29 LP, VI, no 324 (p. 150), CSPS, IV, ii, no 1058. Maria Dowling, Fisher of Men : a Life of John Fishe (...)

11C’est donc tout naturellement qu’aux conférences de Calais (octobre 1532), Jean de Lorraine joue un double rôle de conseiller et de familier. Il constitue alors une synthèse des rôles remplis par Bourbon, Gramont et lui-même lors de l’entrevue d’Amiens27. Il est tour à tour négociateur, conseiller, compagnon de jeu d’Henri VIII et de ses favoris et élément d’apparat, là où Duprat, Louis de Bourbon ou François de Tournon sont cantonnés dans un seul domaine. Son rôle est d’une richesse sans équivalent. Il effectue la jonction entre la personne du prélat de haut rang et celle du favori, celle du conseiller et celle du compagnon des plaisirs. Il est un et multiple par la seule grâce royale. Les conférences de Calais sanctionnent aux yeux de tous la place nouvelle occupée par Jean de Lorraine dans l’entourage de François Ier. Elle est symbolisée par les rumeurs qui courent au terme de la rencontre. On raconte ainsi que le cardinal de Lorraine doit se rendre en Angleterre avant la chandeleur pour une conférence avec le roi d’Angleterre, puis qu’en compagnie de Melanchthon il est attendu au parlement de Londres pour traiter de l’annulation du mariage d’Henri VIII28. En avril 1533, Henri VIII justifie l’arrestation de John Fisher, évêque de Rochester, en l’accusant d’avoir répandu le bruit que le roi d’Angleterre a envoyé une forte somme d’argent au chancelier de France et au cardinal de Lorraine pour convaincre François Ier de ratifier par corruption le nouveau mariage d’Henri VIII (célébré en secret le 25 janvier 1533). On n’a aucune preuve d’une activité de Fisher allant dans ce sens29. Quoi qu’il en soit, cette affirmation non fondée est un signe éloquent de l’influence du cardinal à ce moment. Ce ne sont ni Bourbon, ni Gramont, ni Tournon qui sont évoqués, mais le chancelier (un office) et Lorraine (un nom).

  • 30 ASModena, busta 11. Pour 1535, lettres de Hieronymo Feruffino, des 9, 20 et 30 avril ; 5 et 13 mai (...)
  • 31 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Flor (...)
  • 32 Dom Marlot, Histoire de la ville, cite et université de Reims, Reims, 1846, t. IV, p. 297. Archive (...)
  • 33 ANG, t. I, p. 80.
  • 34 ANG, t. I, p. 193, lettre du 2 septembre 1536, de Valence.
  • 35 Jean de Lorraine arrive au camp de Chabot en Italie le 18 avril et, selon certaines sources, lui a (...)
  • 36 Les Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay expliquent ainsi son choix pour la mission de 1536 : (...)

12Après les conférences de Calais, Jean de Lorraine ne cesse de renforcer sa place auprès de François Ier. Son nom apparaît de plus en plus souvent dans les dépêches des ambassadeurs30. Selon certains, il a l’oreille du roi dans toutes les affaires d’État, est « meza l’anima del Re » ou « proprio l’anima del Rè »31. Selon d’autres, la faveur du roi le désigne pour l’annonce au roi de la mort du dauphin, le 10 août 153632. Nombreux sont les poètes et prosateurs à exalter cette proximité du souverain. Quoi qu’il en soit, il laisse encore la première place à Montmorency et à Chabot. Lorsque le grand maître est absent en octobre 1535 (il est en Languedoc), c’est l’amiral qui a la charge des affaires33. Un an plus tard, en septembre 1536, en l’absence d’Anne de Montmorency, le cardinal de Lorraine « a quelque influence sur la conduite des affaires », mais le secrétaire Villandry « âme du grand maître » s’occupe de tout34. C’est pourtant cette même année 1536 qui marque l’accession de Lorraine aux premières places du gouvernement royal. Il profite de l’effacement progressif de Chabot à la suite de la campagne d’Italie. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure il n’a pas joué un rôle dans l’éloignement de l’amiral, avec peut-être l’idée de prendre sa place aux côtés de Montmorency à la tête de l’État35. Quoi qu’il en soit, sa position auprès du roi est exceptionnelle avant même la mise à l’écart de Brion36.

Un ministre favori

L’apogée : compagnon et ministre

  • 37 ASModena, busta 12, Hieronymo Feruffino au duc de Ferrare, les 15 avril et 18 mai 1536. Cette miss (...)
  • 38 Négociations de Salses : Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance, Paris, Fayard, 1999, p. 34 (...)
  • 39 SP, VIII, p. 255, Norfolk à Henri VIII, d’Abbeville, le 17 février 1540 ; p. 448 Wallop à Henri VII (...)

13Durant quatre ans, Jean de Lorraine est un élément incontournable des relations franco-impériales. En avril 1536, il est envoyé pour une mission coup-de-poing en Italie auprès de l’empereur et du pape, pour voir si, au lendemain de l’invasion de la Savoie (février 1536), les discussions sur Milan sont toujours possibles37. En novembre 1537, au terme d’un an et demi d’une guerre extrêmement coûteuse, Jean de Lorraine est avec Anne de Montmorency le négociateur de Salses dans le Roussillon, où les deux hommes cherchent à convenir d’une trêve. En juin 1538 il est, toujours avec Montmorency, l’artisan de la trêve de 10 ans signée à Nice entre le roi et l’empereur, sous l’égide du pape. Un mois plus tard, il est au premier plan de la rencontre d’Aigues-Mortes entre les deux souverains. Le 15 octobre 1538, il reçoit la reine de Hongrie, à Compiègne, avec le connétable. À la demande du roi, il écrit une lettre à l’empereur pour l’engager à passer à travers la France pour se rendre à Gand. Enfin, il est auprès de son souverain lorsqu’il assiste, du balcon de l’hôtel de Montmorency à l’entrée de l’empereur dans Paris et lors de la réception qui a lieu ensuite au Louvre, il est vu discutant près d’une fenêtre avec le roi, la duchesse d’Étampes et le comte de Saint-Pol38. C’est sans doute cette proximité de tous les instants qui fait de lui l’un des hommes les plus influents du moment39.

  • 40 Jean de Lorraine centralisateur : BnF, ms frçs 3005, fo 90. BnF, ms frçs 3916, fo 242. Instruction (...)
  • 41 De la même façon le cardinal Pole s’adresse à lui et au connétable pour régler les affaires d’Angl (...)
  • 42 LP, XII, II, p. 203, 18 août 1537 ; LP, XIII, 20 août 1538, p. 54 ; LP, XIV, II, p. 229 ; ANG, I, p (...)
  • 43 LP, II, p. 228-229, 2 décembre 1539.
  • 44 Attestations pour février 1539 (AN, X1a 8613, fos 77 vo-79 et ORF, IX, p. 45 ; AN, X1a 8613, fos 1 (...)
  • 45 SP, VIII, Wallop à Essex, de Rouen, le 26 avril 1540 (p. 329). Cavalerio Sacrato, de son côté (ASMo (...)
  • 46 SP, VIII, p. 259, Norfolk à Henri VIII, Abbeville, le 17 février 1540. Il est toujours aussi proche (...)

14Durant cette période, en effet, Jean de Lorraine joue également un rôle déterminant dans la gestion des rapports avec l’Espagne comme centralisateur, toujours avec Montmorency, de la correspondance sur les affaires impériales. De leur côté, les ministres de l’empereur reçoivent l’instruction d’écrire régulièrement au grand maître, ainsi qu’au cardinal de Lorraine. Jean de Lorraine fait partie des hommes, avec Montmorency (et parfois le chancelier), auxquels les ambassadeurs étrangers présentent leurs lettres de créance40. Lorsqu’en mai 1540, l’empereur souhaite rencontrer le roi de France pour régler les différends qui les opposent, il demande à ses ambassadeurs d’essayer d’obtenir l’accord du roi, et pour cela de tout faire pour que le cardinal de Lorraine, ou le connétable, fassent la proposition de l’empereur au roi41. Enfin, Jean de Lorraine est celui à qui il faut s’adresser, avec Montmorency et Villandry pour obtenir des audiences42. D’une façon significative, un rapport diplomatique le présente introduisant l’ambassadeur Wyatt auprès de François Ier, lors d’une fête à laquelle il ne participe pas, indice attestant qu’il travaille pendant que le roi s’amuse, contrairement à ce qui prévaut lors de la décennie 152043. Son influence au Conseil sur différentes affaires est attestée par de très nombreux témoignages44. En 1540 d’ailleurs, le roi semble avoir un Conseil étroit particulièrement restreint composé de lui-même, du connétable et de Jean de Lorraine. Il ne l’élargit que dans le contexte des tensions avec l’empereur sur les questions Italiennes en y adjoignant les cardinaux de Tournon, Du Bellay, Hémard de Denonville et l’évêque de Soissons45. L’influence de Lorraine sur le roi est considérable. Il est le seul, avec la duchesse d’Étampes, à pouvoir contrebalancer l’influence de Montmorency selon un propos tenu par Marguerite de Navarre au duc de Norfolk46.

  • 47 De la même façon que dans le duo Claude D’Annebault-François de Tournon, c’est l’amiral qui a la p (...)
  • 48 CSPSp 1538-1542, p. 203. Toutefois, Montmorency entend conserver intactes ses prérogatives. Il préc (...)

15Jean de Lorraine est donc avec Montmorency, à partir de 1536 l’homme qui compte. Cette association entre les deux hommes maintient toutefois une hiérarchie claire. C’est indiscutablement Montmorency qui dirige le duo, avec Jean de Lorraine comme second47. À la fin de 1539, alors que l’empereur est en route pour Paris, le roi malade ne peut se rendre au-devant de lui. Il envoie donc Anne de Montmorency et ses deux fils. Le connétable quitte la cour au début de novembre et laisse « derrière lui le cardinal de Lorraine pour le remplacer temporairement dans ses fonctions auprès du roi48 ».

  • 49 ORF, IX, p. 45. Lors de la cérémonie d’investiture de Montmorency, Jean de Lorraine est, avec les f (...)
  • 50 Saint-Médard : CAF, III, 403. Exemption : BnF, Fds Latin des nouvelles acquisitions, ms 2268, no 4 (...)

16On sait que l’activité de Montmorency durant la campagne de 1536-1537 a l’heur de plaire au roi qui le récompense en lui attribuant l’office de connétable, vacant depuis la trahison de Bourbon. Jean de Lorraine est d’ailleurs présent au Conseil, à Moulins, à cette occasion49. Les activités de Jean de Lorraine reçoivent elles aussi leur récompense. Ainsi en octobre 1537, il reçoit une remise sur ce qu’il aurait dû payer dans l’imposition de trois décimes sur tout le clergé, pour son abbaye de Saint-Médard de Soissons. En octobre 1539, les commissaires sur le fait de l’emprunt demandé en 1537 et 1538 aux prélats du royaume reçoivent mandement de l’exemption dont Jean de Lorraine a bénéficié. Il reçoit d’autre part l’archevêché de Lyon en 1537. Charles Quint également est satisfait de l’activité de Jean de Lorraine et après lui avoir offert une coupe d’or ornée de saphir lors de l’entrevue de Nice, il lui verse une pension sur l’archevêché de Saragosse50.

Jean de Lorraine, hors de la faction, l’alliance avec Montmorency

  • 51 BnF, ms frçs 3033, fo 5 ; FF 3635, fos 52, 64, 90.
  • 52 BnF, ms frçs 3635, fo 50.
  • 53 BnF, ms frçs 3033, fo 5, fo 28 ; ms frçs 3635, fos 1, 3. Lettres non datées, sans doute de la fin (...)
  • 54 BnF, ms frçs 2979, fo 25 ; Portefeuilles de Fontanieu, vol. 207, cité par René de Bouillé, op. cit (...)

17À l’apogée de son influence, le cardinal entretient des relations privilégiées avec Montmorency. Elles présentent un caractère d’égalité empreint d’une amicale courtoisie. La plupart des lettres de Jean de Lorraine adressées à Anne de Montmorency se terminent par des expressions telles que « votre meilleur parfait ami », « votre entierement bon amy » ou « votre bien bon et parfait amy ». Il partage avec le grand maître une sociabilité nobiliaire évoquant souvent la « compagnie » et exprimant le désir de le voir dans les parties de chasse et les fêtes royales51. Au début de la décennie 1530, lorsque le roi s’isole avec lui, il est son informateur et le tient au courant des sentiments et des projets du monarque52. Il ne cesse par ailleurs de lui demander de ses nouvelles, et affirme sans cesse qu’il est son ami le plus fidèle, s’associant parfois avec son frère pour le lui rappeler53. Il n’y a jamais de déférence ostentatoire de la part de l’un ou de l’autre. Si un ton protecteur est parfois adopté, c’est par le cardinal, et non par le grand maître, le premier rassurant le second sur les bonnes dispositions du roi à son égard54.

  • 55 ANG, t. I, p. 193.
  • 56 Pour la décennie 1540, par exemple, on a conservé des lettres à Jean Du Bellay de François Errault (...)
  • 57 SP, X, Wallop à Henri VIII, de Paris, le 24 décembre 1540, p. 501.

18La situation de Lorraine dans le jeu politique est donc très différente de celle de Montmorency. Le cardinal est un favori présent, un homme proche du roi au sens propre. Il l’accompagne à la chasse, à la danse, aux fêtes, aux dîners. Montmorency le fait également, mais c’est aussi un homme de dossiers et de pouvoir. Ses écrasantes responsabilités, la correspondance politique incroyablement volumineuse qu’il entretient ne peuvent que l’éloigner du roi à la différence de Lorraine qui, s’il est un homme d’influence, n’est que marginalement un homme d’administration55. Là où Montmorency ou un prélat comme Jean Du Bellay entretiennent une correspondance très riche avec les ambassadeurs en Allemagne et en Italie, Jean de Lorraine échange très peu de lettres avec les envoyés du roi56. Tandis que ces hommes jouent la carte de la compétence et de l’information, Jean de Lorraine joue celle de l’affection royale. Cette carte est payante et lui assure une place de choix dans l’entourage du souverain. Le statut exceptionnel du cardinal l’amène même à occuper parfois une fonction d’intermédiaire entre le roi et Montmorency, dans les contextes de crise. Ainsi, en 1540, alors que le connétable est mécontent des critiques dont il est l’objet, il demande au cardinal de Lorraine de demander pour lui au roi la permission de se retirer dans ses terres. Jean de Lorraine fait la commission, et le roi prie Montmorency de rester en lui disant que le seul reproche qu’il a à lui faire est de ne pas aimer ceux qu’il aime57. Cet épisode illustre tout à fait le statut particulier de Jean de Lorraine, un homme qui jouit à la fois de la confiance du roi et de celle de son principal ministre. L’attitude du roi montre aussi sans doute qu’à ce moment-là, il a encore besoin de Montmorency. Il est indispensable, personne n’étant là pour le remplacer. Lorsqu’il disposera d’un groupe de conseillers prêts à remplacer le connétable, il pourra plus aisément le congédier.

  • 58 BnF, ms frçs 3635, fo 35, fo 88, fo 94 (dans cette dernière lettre, du 10 juillet 1529, il rajoute (...)
  • 59 ASModena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare, 12 avril 1538.
  • 60 Guillaume Ribier, op. cit., I, 158-159, le 14 mai 1538.
  • 61 Guillaume Ribier, op. cit., I, p. 503-504, lettre du 22 février 1539, et p. 551, lettre du 21 déce (...)
  • 62 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 17 janvier 1546 ; ANG, t. III, p. 4 (...)
  • 63 Voir sur cette question la thèse inédite de François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, 2009, (...)

19Jusqu’à cet épisode, l’influence d’Anne de Montmorency est bien plus importante que celle de Jean de Lorraine dans le quotidien des affaires, et dans l’attribution des grâces. Les innombrables requêtes adressées à Anne de Montmorency dont on a conservé la trace en attestent. À l’inverse, elles sont très rares chez Jean de Lorraine qui, lui-même, demande fréquemment à Montmorency d’intervenir pour ses protégés, lui disant assez lourdement qu’il n’aura pas affaire à un ingrat58. Pourquoi cette situation ? D’abord sans doute parce que les fonctions de grand maître font d’Anne de Montmorency un pourvoyeur de grâce inégalable du fait de la position stratégique qu’il occupe. Ensuite, pour une raison plus pragmatique. Si Jean de Lorraine est sans doute en position d’obtenir à peu près ce qu’il veut du roi, il faut tout de même une sanction juridique, administrative, pour la plupart des faveurs (office, pension, lettres de naturalité, anoblissement etc.) sollicitées pour un protégé. De par sa place dans l’administration royale, son contrôle des chanceliers Du Bourg et Poyet, Anne de Montmorency est à même d’obtenir ces sanctions administratives, ce qui n’est pas le cas de Jean de Lorraine. La nature de leur influence est donc différente. Jean de Lorraine a l’oreille du roi, Anne de Montmorency l’a également, mais il a surtout la puissance politique que lui confère sa maîtrise des dossiers et des hommes de l’État. Le premier est au contact permanent de la source des faveurs, le second dirige leur acheminement. Dans une monarchie déjà en partie administrative, l’influence de Jean de Lorraine est assez vite limitée. Le cardinal et le grand maître ont besoin l’un de l’autre. Ils se complètent et ne se concurrencent pas59. Ils n’ont rien à gagner à un affrontement, mais tout à gagner à une association. C’est ce qu’ils font entre 1536 et 1540, alors qu’ils sont les deux hommes les plus puissants du royaume. Montmorency prend ainsi, en 1538, la défense de Jean de Lorraine, critiqué par les ambassadeurs du roi à Rome60. De son côté, pourtant, Jean de Monluc affirme que les agents de Jean de Lorraine à Rome ont travaillé en 1539-1540 à la ruine du connétable61. Toutefois, le protonotaire est un agent de Claude d’Annebault62. On peut donc se demander s’il ne se fait pas le détracteur de Lorraine pour précariser l’alliance entre Montmorency et le cardinal, ou pour précariser le cardinal seul, afin de substituer au couple connétable-cardinal un couple connétable-maréchal ou un couple totalement nouveau maréchal-(cardinal de Tournon ?) ? Quoi qu’il en soit, le connétable, comme on l’a vu plus haut, demande à cette même époque, au cardinal, de jouer l’intermédiaire entre lui et le roi. Leur association leur est utile à l’un comme à l’autre. L’officier et le favori, le laïc et le clerc ne sont pas positionnés sur le même champ de faveurs, et ils ont besoin l’un de l’autre. Jean de Lorraine n’a aucun intérêt à la chute de Montmorency, qui l’affaiblirait lui-même, à moins d’avoir quelqu’un à mettre à sa place, ce qui n’est pas le cas. Le statut différent de Montmorency et de Lorraine assure à leur collaboration une sérénité comparable à celle qui préside à l’association de Claude d’Annebault et de François de Tournon entre 1543 et 1547, quoiqu’en veuillent ou qu’en disent ceux qui lorgnent leur place63.

20Ceci dit, ce n’est pas là la seule différence entre les deux hommes.

Jean de Lorraine, l’homme du roi

  • 64 Nuntiaturberichte Aus Deutschland 1533-1559, W. Friedensburg (éd.), Berlin, 1910, I, t. 5, p. 53, 6 (...)
  • 65 Aimé-Louis Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, Genève, (...)
  • 66 Pour plus de détail sur la sensibilité religieuse de Jean de Lorraine et sur sa traduction politiq (...)

21En effet, à la différence de Montmorency, Lorraine n’oriente pas la politique du royaume selon ses propres analyses. Il n’exprime pas une vision personnelle des événements et des rapports de force. Pour les affaires de l’État, Jean de Lorraine n’a d’autre volonté que celle du roi. Il convient d’établir une distinction assez nette entre la faveur de Jean de Lorraine et celle de Montmorency. Le grand maître, comme Wolsey en Angleterre, est trop puissant pour conserver un pur statut de favori. La faveur d’Anne de Montmorency dépend de la justesse de ses choix politiques ou stratégiques. La faveur de Jean de Lorraine dépend du bon vouloir du roi. Comment la conserver si ce n’est en lui plaisant ? Lui plaire en étant un gai compagnon de chasse ou de fêtes, un habile défenseur de sa politique, et en faisant ce qu’il attend de lui, en matière religieuse, comme en matière diplomatique. Aussi, on ne peut que difficilement suivre le nonce auprès de l’empereur lorsqu’il affirme que le parti impérial en France compte Montmorency, le roi et la reine de Navarre, le duc de Guise et Jean de Lorraine64. Certes, Jean de Lorraine a œuvré pour la paix avec l’Empire, mais il n’a pas intrigué dans ce sens. Il a été le serviteur de la politique royale, c’est tout. Le maintien de la faveur de François Ier après 1541 va dans ce sens. Si Jean de Lorraine avait été l’incarnation de la politique philo-impériale, comme Anne de Montmorency, il aurait sans doute disparu de la cour. La porosité de la volonté est une nécessité constitutive de la nature même du favori. Elle est particulièrement bien illustrée par les positions religieuses du cardinal, bien résumée par une lettre du 18 novembre 1535, de Jean Sturm, qui, de Paris, s’adresse à Martin Bucer. Selon lui, la cause de l’Évangile est dans une situation meilleure que jamais, et « en tout ceci, le cardinal de Lorraine suit le roi65 ». Jean Sturm a sans doute parfaitement saisi la logique des prises de positions religieuses de Jean de Lorraine, et peut-être de ses prises de position en général66.

Un favori en réserve de la royauté

Les signes de la défaveur ?

  • 67 Varrillas, Histoire de François Ier, Paris, 1686, p. 498 ; repris par Gaillard, Histoire de Françoi (...)
  • 68 ANG, t. III, p. 80.
  • 69 ANG, t. I, p. 595, lettre du 8 août 1540 : Marguerite de Navarre favorise le projet de mariage Far (...)
  • 70 Jean de Lorraine se rend d’ailleurs au mariage de sa nièce (ASMantova, A.G. 639, G.B. Gambara à la (...)
  • 71 ANG, t. I, p. 211. 21 novembre 1536.
  • 72 M. Chatenet, La cour de France au XVIe siècle, Paris, 2002, p. 63-67.

22Les rares historiens qui ont travaillé sur Lorraine affirment, sans citer de sources, que Jean de Lorraine connaît une disgrâce définitive à partir de 154267. Plusieurs témoignages vont en effet dans le sens d’un éloignement de Jean de Lorraine au tournant de 1541-1542 dans le contexte de tensions qui suit la disgrâce de Montmorency au lendemain du 15 juin 1541. Ainsi, selon le nonce, dès le 27 août 1541, Jean de Lorraine et Robert de Lenoncourt, mécontents de l’état d’esprit régnant à la cour, souhaitent ne pas y rester68. Il apparaît d’autre part que Marguerite de Navarre, qui lui était jusque-là favorable s’est éloignée de lui69. Le 11 janvier 1542, elle a de durs propos à son égard, l’accusant d’avoir été le soutien de Poyet pour les affaires de son frère le duc de Lorraine lors des conventions de Dijon. Enfin, l’attitude d’Antoine de Lorraine a pu mécontenter le roi et fragiliser celle de son frère à la cour. À partir de 1539 en effet, le duc s’éloigne progressivement de François Ier, et se rapproche de Charles Quint. Le 10 juillet 1540, François, son fils aîné, épouse Chrétienne de Danemark (élevée à la cour de sa tante Marie de Hongrie gouvernante des Pays-Bas, sœur de Charles Quint) et en août 1540, sa fille Anne, épouse René de Châlon, favori de l’empereur70. Signalons toutefois qu’en novembre 1536, alors que Jean de Lorraine est au cœur du pouvoir royal, François Ier est déjà mécontent de la neutralité du duc Antoine, sans répercussions pour le cardinal71. Plus convaincant, mais plus tardif, le témoignage du cardinal sur le logement qui lui est réservé dans le palais du roi. On sait qu’être logé dans la résidence du roi est un privilège, une faveur, car même un château comme Saint-Germain ne comprend que 80 appartements. Dans ce domaine, l’atout maître des courtisans est leur femme car ce sont elles qui sont privilégiées dans l’attribution des logements. Les dames de la reine passent après les princesses, mais avant les princes venus à la cour sans leur épouse72. Un manuscrit de la première moitié du XVIIe siècle, consacré à l’ancienne manière dont on vivoit à la cour de France affirme :

  • 73 Ibid, p. 67.

« Dans les maisons du roy et principalement dans le Louvre, les femmes logent leurs maris, et dans le donjon de Fontainebleau, de Villers-Cotterêts, Saint-Germain et ailleurs, il n’y avoit de princes logez que ceux qui avoient leurs femmes logées avec eux […] les cardinaux n’y logeoient point et n’y eut jamais que le cardinal Jean de Lorraine comme favory du roy François et de la petite bande qui y eut chambre marquée73. »

23Or, en janvier 1546, le cardinal de Lorraine, malade, est logé dans la rue Saint-Antoine, loin du Louvre. Interrogé par Alvarotti, ambassadeur de Ferrare, sur les raisons de cet éloignement, le cardinal établit une corrélation directe entre faveur et proximité du souverain :

  • 74 AS Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, 15 janvier 1546 (cité et traduit par Moni (...)

« J’avais coutume d’être logé toujours au plus près de la chambre du roi. Puis ils ont commencé à me loger dans le même palais que le roi, mais un peu plus loin. Puis ils m’ont éloigné encore plus. Aujourd’hui ils me logent hors du palais, et loin comme vous le voyez : “Sic transit gloria mundi74.” »

Les signes de la faveur

  • 75 SP, IX, Paget à Henri VIII, 9 août 1542.
  • 76 SP, IX, p. 542-544, Paget à Henri VIII, le 5 septembre 1542.
  • 77 Robert J. Knecht, op. cit., p. 479.
  • 78 ASModena, busta 19. Alfonso Calcagnini au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543.
  • 79 ASModena, busta. 16 (6 février 1541) ; LP, XVI, p. 397 (le 11 mai 1541). En septembre 1541, Howard (...)

24De nombreux témoignages prouvent toutefois que Jean de Lorraine reste l’un des premiers familiers de François Ier jusqu’à la fin du règne. On le présente souvent comme l’un des deux mignons de François Ier (le second étant le cardinal de Ferrare), dans un gouvernement dirigé par l’amiral en l’absence du cardinal de Tournon, d’Annebault et du chancelier en prison75. Il est le seul avec la reine de Navarre à pouvoir calmer les ardeurs belliqueuses du roi76. Lorsque le roi rend son jugement dans l’affaire des révoltés de la gabelle de La Rochelle, le 31 décembre 1542, il est présent77. Sa présence est significative dans un contexte où la royauté entend se montrer dans toute sa majesté et sa puissance. Il fait toujours partie des quelques hommes qui comptent dans l’entourage du roi. L’ambassadeur du duc de Ferrare rapporte à son maître comment il a rendu visite le 18 décembre 1543 au duc d’Orléans, à Annebault, Mme d’Étampes, et aux cardinaux de Lorraine, Tournon et Du Bellay78. Au début de juillet 1544, François Ier est resté alité avec de la fièvre, et personne n’entre dans sa chambre à l’exception du cardinal de Lorraine, de Mme d’Étampes, de la reine de Navarre et de M. de Boisy. Dans la sphère des plaisirs, le cardinal occupe toujours le premier rang. Il participe fréquemment à des dîners et à des fêtes. À chaque fois, son arrivée est éclatante. Il apparaît ainsi aux côtés du roi déguisé en Turc enturbanné, en ours ou en ermite couvert de feuilles et de branchages79.

Un favori en réserve de la royauté

  • 80 Cette tentative est un échec. Catherine de Médicis rapporte comment, à la suite de cette décision, (...)
  • 81 AS Modena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Cf. une analyse as (...)
  • 82 AS Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, le 12 avril 1546 ; BnF, ms frçs, 5 (...)
  • 83 AN, X1A 8613, fos 299-301 (7 novembre 1541) ; AN, X1A 8614, fos 285-296 (juillet 1544), fos 303-30 (...)
  • 84 AD 54, G, 1338. Il existe une copie de ces lettres de neutralité aux Archives départementales de l (...)
  • 85 ASModena, 20, lettres du 25 janvier et 17 mars 1545.
  • 86 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Blois, 1 (...)

25Ceci dit, le cardinal de Lorraine a-t-il pour autant conservé toute son influence politique ? Il est clair que non. Toutefois, son poids politique exact est très difficile à déterminer en raison de la structure même du gouvernement après la disgrâce de Montmorency. En effet, au lendemain du départ du connétable, François Ier tente d’établir un gouvernement collégial qui ne soit plus entre les mains d’un ministre tout puissant80. Si par la suite, Claude d’Annebault s’impose comme le principal ministre du roi, il n’occupe jamais une position aussi prééminente que celle de Montmorency. Dans cette organisation nouvelle, la collaboration aux affaires du cardinal de Lorraine est bien moindre que celle d’Annebault et de Tournon. Il n’est que le troisième personnage de l’État loin derrière eux et avant le cardinal de Ferrare81. Il semble entretenir de bons rapports avec l’amiral, à la table duquel il se trouve souvent, et auprès duquel le cardinal Du Bellay lui demande d’intervenir à la suite d’un conflit qui l’a opposé au ministre82. Entre 1541 et 1546, il participe régulièrement au Conseil pour des affaires de justice ou de finances83. En octobre 1542, le roi, exploitant l’emplacement stratégique des bénéfices de son prélat, lui fait négocier des lettres de neutralité avec l’empereur84. Dans la même logique, il l’utilise en 1545 pour régler le différend qui oppose la France et la Lorraine dans le contexte des tensions avec l’empereur85. Il semble toutefois que la position du cardinal de Lorraine ait été fragilisée pendant quelque temps en raison du refus du duc François de Lorraine de recevoir la place de Stenay tant que les Français n’auraient pas relevé une partie des fortifications abattues. L’amiral d’Annebault aurait alors dit à Saint-Maurice que le cardinal « n’estoit plus là bien veu du roy comme il le souloit, encores qui fait son mieulx de s’entretenir en sa bonne grâce ». Jean de Lorraine intervint donc auprès du duc pour apaiser la situation. Sa médiation fut couronnée de succès puisque le duc accepta de recevoir la place à la mi-février 154586.

  • 87 ASModena, A.G. 640, G.B. Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, le 19 septembre 1544 ; B (...)
  • 88 Un indice significatif est le volume des témoignages le concernant. La correspondance des nonces e (...)

26Son envoi comme hôte-otage auprès de l’empereur en septembre 1544 au lendemain de la paix de Crépy atteste toutefois de la place secondaire qu’il occupe au cœur de l’État87. En effet, les otages sont des gens importants mais dont, par définition, on peut se passer. Jean de Lorraine retrouve, dans un contexte de tension, la place qu’il occupait, dans un contexte de détente, à Amiens en 1527. Il est l’homme du roi, gage d’honneur et garantie de sincérité, mais il n’est plus qu’un conseiller annexe. La roue a tourné88.

  • 89 BnF, ms frçs 3005, fo 109.

27Il est possible toutefois que Jean de Lorraine ait réellement perdu pendant quelques semaines ou quelques mois la faveur royale. La disgrâce passagère est une façon pour le roi de rappeler qu’il est la source de toute influence. Quoi qu’il en soit, étant donné l’importance de Lorraine, une disgrâce éclatante ne serait pas passée inaperçue. Devant le silence des ambassadeurs du roi d’Angleterre, de l’empereur, de Venise, de Ferrare, de Mantoue ou du pape on est forcé de remettre en cause cette affirmation si souvent répétée. Cette disgrâce passagère, si elle a eu lieu, se situerait d’ailleurs plutôt en 1543. Il n’est en effet pas mentionné dans le fameux rôle de ceux qui doivent faire partie du Conseil (26 février 1543)89. Il est peut-être toutefois simplement absent de la cour à ce moment.

  • 90 BnF, ms frçs 6616, fos 124-125. Lettre du 4 avril 1547.

28La situation de Jean de Lorraine dans le gouvernement de François Ier des années 1543-1547 est donc originale. Il occupe une place de conseiller de seconde zone, prêt à remplacer Tournon ou Annebault si nécessaire. D’une façon insensible, ou en tout cas difficile à préciser, Jean de Lorraine a perdu progressivement une partie de son influence politique, au début de la décennie 1540, de la même façon qu’il l’avait gagnée progressivement à la fin de la décennie 1520. Il est clair en tout cas qu’à la mort de François Ier, son influence est vraiment secondaire. Dans la lettre que Guillaume Bochetel écrit à son gendre L’Aubespine pour l’informer des changements au Conseil, le 4 avril 1547, il évoque les poids politiques de Montmorency, Tournon, Annebault et Bayard, mais ne parle pas de Lorraine90. Pourtant, jusqu’au bout, le cardinal conserve parallèlement le statut de mignon de François Ier.

  • 91 ASModena, busta 24. Lettre du 25 mai 1547. On sait par ailleurs que Jean de Lorraine était à Saint (...)
  • 92 Deux mois après la mort de François Ier, la duchesse d’Étampes demande à Jean de Lorraine d’interv (...)
  • 93 ASModena, busta 24. Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Rambouillet, 31 mars 1547 ; Paris, le 15 a (...)
  • 94 BnF, ms frçs 20532, fos 4, 17, 18 (toutes ces lettres sont de 1548) ; ms frçs 20467, fo 43 (11 mai (...)
  • 95 Dès novembre 1540, une rumeur, rapportée par Charles Quint dit, qu’en cas d’élection pontificale, (...)
  • 96 On a conservé à la BnF une lettre du 11 mai 1550, de Jean de Lorraine à son neveu le duc de Guise, (...)

29Lors des funérailles de François Ier, il se distingue. Tandis que tous les cardinaux français sont présents, il a préféré ne pas venir ce qui « non e stato trovato buono91 ». Malgré cela, son statut ne change pas sous Henri II92. L’ambassadeur du duc de Ferrare résume sans doute assez bien la situation lorsqu’il écrit que le cardinal de Lorraine devrait s’en tirer grâce à ses neveux93. Si l’on ajoute que son statut de vieux conseiller au courant des affaires joue un rôle dans son maintien dans l’entourage du roi, on a sans doute dit l’essentiel. Sous le règne d’Henri II, pas plus qu’à la fin du règne de François Ier, Jean de Lorraine n’est un conseiller déterminant et s’il conserve une place au Conseil, ses lettres à ses neveux François et Charles le montrent quémandeur d’informations et de faveurs94. Sa dernière émotion politique est la tentative d’Henri II de le faire élire pape à la mort de Paul III. Charles de Guise se rend à Rome avec une liste de candidats choisis par le roi, dont son oncle occupe la tête sous le nom de code de Foursoulou95. Sa candidature échoue. C’est à son retour de Rome qu’il meurt le 18 mai 155096.

Conclusion

  • 97 Montmorency est une parfaite illustration de la définition du favori donnée par Nicolas Le Roux co (...)
  • 98 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 718, qui insiste sur la confusion entre les deux univers sous le règ (...)
  • 99 Cf. les analyses comparatives sur Henri III et Henri IV in Nicolas Le Roux, op. cit., p. 719-720.

30La trajectoire de Jean de Lorraine dans l’entourage de François Ier et autour de son Conseil mérite donc que l’on s’y attarde. Elle montre un individu qui jouit sans discontinuité de la faveur du roi de 1522 (au moins) à 1547. Elle apporte des précisions essentielles sur le statut de favori à travers les réalités du familier et du conseiller. Sous le règne de François Ier, la faveur n’est pas univoque et frappe par la richesse de ses modes d’expression. Au regard de la place du cardinal auprès du souverain, on est en droit de se demander si Montmorency, formellement le premier favori du roi par sa « capitalisation des signes de l’exception » ne vient pas en fait après Jean de Lorraine dans la liste des plus proches compagnons du roi. Incarnation du règne de l’informel, Lorraine est simplement l’homme du roi. Il fait le choix de la toute puissance royale, s’abandonnant à la gratuité de la grâce du souverain, ne cherchant pas à se rendre indispensable et ne jouant ni la carte de la compétence technique, ni celle de la faction. Montmorency, lui, par sa dimension d’homme de gouvernement, de ministre tout puissant et de chef de faction, a une stratégie différente. Si la faveur royale est le point de départ de sa carrière, son omnipotence finit par lui garantir une certaine indépendance. Sa puissance est sa faiblesse. C’est pour cela qu’il a besoin du cardinal et que le cardinal a besoin de lui. Ils incarnent la dépendance mutuelle du ministre-favori et du favori-ministre et illustrent la richesse de la faveur sous le règne de François Ier. Cette situation s’éclaire si l’on établit une distinction, pas nécessairement exclusive d’ailleurs, entre les faveurs politique et privée97. Sous François Ier, à la différence de ce qui se passe sous Henri III, il n’y a pas confusion entre les sphères du politique et du privé à la tête de l’État, mais subtil chevauchement, parfaitement maîtrisé par un souverain suffisamment maître du jeu pour joindre ou disjoindre à volonté les deux univers selon ses intérêts98. C’est ce qui se passe pour Jean de Lorraine, compagnon des plaisirs devenu ministre puis à la fois renvoyé aux plaisirs et conservé en réserve. Le favori peut donc être, au choix, et successivement, simple compagnon des plaisirs, ministre, puis conseiller de second plan. Paradoxalement, l’usage que fait François Ier de la faveur fait de lui un intermédiaire entre Henri III et Henri IV99. Là où Henri III unit les sphères privée et politique, Henri IV les dissocie, tandis que François Ier les mêle et les démêle à volonté.

Notes

1 Cet article est une version très remaniée (raccourcie sur certains points, enrichie sur d’autres), de Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance. Jean de Lorraine (1498-1550) et François Ier », Revue d’Histoire Moderne et contemporaine, L, 3, juillet-septembre 2003, p. 34-6.

2 Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1982, p. 27. Cette terre correspond actuellement au Delaware et au New Jersey.

3 Albert Collignon, Le mécénat artistique du cardinal de Lorraine, Nancy, Annales de l’Est, 1911.

4 Ainsi, Richard Freedmann, en conclusion d’un article sur le mécénat musical de Jean de Lorraine, écrit : « Exemple représentatif d’un prélat issu de la haute noblesse, Jean de Lorraine apparaît comme un homme qui a préféré, plutôt que d’exercer un pouvoir politique et économique, favoriser la création culturelle, laquelle lui a conféré le prestige mythique de l’ancien Mécène lui-même. » Dans Yvonne Bellenger (éd.), Le mécénat et l’influence des Guises, Paris, Honoré Champion, 1994, p. 173. Voir aussi Paulette Choné, « Jean de Lorraine (1498-1550), Cardinal et Mécène », dans Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, F. Lemerle, Y. Pauwels et G. Toscano (éd.), Lille, 2009, p. 89-104.

5 Des lettres de Jean de Lorraine sont conservées à la BnF, aux Archives nationales, à la British Library, à la Bibliothèque d’Edimbourg (Écosse), à la Bibliothèque Municipale de Dijon, au musée Condé à Chantilly, aux archives de Meurthe et Moselle, aux archives communales et départementales d’Albi (81), à l’Archivio di Stato di Mantova (Mantoue) et à l’Archivio Segreto Vaticano.

6 Notons dès à présent que Jean de Lorraine, frère de Claude, premier duc de Guise, ne s’est jamais appelé Jean de Guise, et qu’il n’a jamais été cardinal de Guise. Pourtant, c’est à cette entrée qu’il se trouve dans de très nombreux index. C’est le cas par exemple dans l’index des manuscrits du fonds français de la BnF.

7 Guy Cabourdin, Histoire de la Lorraine, Les Temps modernes, Nancy, 1991, p. 11 ; René de Bouillé, Histoire des ducs de Guise, Paris, Amyot, 1849, p. 46.

8 SP, VI, p. 55, le 26 mars 1520 ; p. 60, le 18 avril 1520.

9 La seule critique est formulée par Marguerite de Navarre, selon laquelle Poyet n’aurait dû sa faveur qu’« à cause des excessives importunités du cardinal de Lorraine qui avait besoin de lui au moment de la convention faite à Dijon entre le duc de Lorraine et le roi », ANG, t. III, p. 109. Lettre du 11 janvier 1542.

10 ORF, IX, p. 390. Pour plus de détail sur les liens de Jean de Lorraine avec le duché, voir Cédric Michon, art. cité, p. 36-38.

11 LP, III, p. 937 (28 avril 1522), BL, Vesp. C II 7 et LP, III, p. 1069 (8 septembre 1522).

12 Chasse : BnF, ms frçs 3635, fo 84 et BnF, ms frçs 3635, fo 52 où il se plaint de l’endurance du roi : « Le roy ne fait autre mestyer que courrir les cers […] la peine mestoit plus grande que le plaisir car depuys le matin jusques au soir nous eusmes bon exercice. » Jeu de paume : CAF, II, 18. La place des Lorraine comme compagnon du roi au jeu de paume traverse les générations. Ainsi, « François d’Aumale trouve la source de sa faveur dans son habileté à la paume où il est devenu le partenaire le plus habituel du dauphin (en 1538) » (Ivan Cloulas, Henri II, Paris, 1985, p. 99). Élégance : ASMantova, A.G. 638 (Marcantonio Bendidio à la duchesse de Mantoue, le 23 janvier 1539. Le cardinal de Lorraine a participé à une fête royale déguisé en satyre) ; LP, IV, p. 1448-1449 ; janvier 1537, LP, XII, I, p. 11 ; juillet 1546 : SP, XI, p. 231. Plaisirs : ASMantova, A.G. 636, lettre du 4 février 1521, de G. Suardino au Marquis de Mantoue ; ASModena, busta 10, Alberto Sacrato au duc de Ferrare, le 18 février 1534 rapporte les modalités du mariage de la maîtresse de Jean de Lorraine et busta 15, Cavalerio Sacrato traite du même sujet dans une lettre au duc de Ferrare du 8 septembre 1539 (« una venetiana nominata Benevuta, che fu condutta da Monsr Rmo Lorena [a été mariée à un gentilhomme étranger à la cour] […] S. Mta le ha dato in Dote 1 500 ducati, Monsr Rmo Lorena 500 ») ; SP, VII, Bryan à Henri VIII, le 23 mars 1531.

13 BL, Add Ms 8715, fo 131, le 27 octobre 1535 ; SP, VIII, p. 108 ; Bonner à Cromwell, de Rome, le 6 décembre 1538 ; ANG, t. I, p. 81 ; ASModena, busta 11, Hieronymo Feruffino au duc de Ferrare, le 3 novembre 1535. BnF, ms frçs 3635, fo 50 (compagnon unique). Il le suit même dans les guerres. Il est ainsi présent à Pavie : ASV, Lettere di Principi, III, fo 306, Jean de Lorraine à Clément VII, 3 novembre 1524. Au lendemain du désastre, il écrit au pape pour lui demander d’intervenir en faveur de François Ier (ASV, Lettere di Principi, III, fo 57, lettre de Lyon, du 12 mars 1525).

14 Montfaucon, L’ordre de l’entrevue et visitation des rois de France et d’Angleterre (Monuments de la monarchie française, t. IV), p. 164-180. Signalons toutefois qu’en janvier 1523, il participe en compagnie des cardinaux de Bourbon et de Clermont à des négociations avec les ambassadeurs d’Henri VIII et de Charles Quint (CAF, I, 368, 1962).

15 En revanche, il est auprès du roi dès sa libération : il entre ainsi à ses côtés à Bordeaux, le 9 avril 1526 (AD de la Gironde, G. 286, fo 121).

16 CSPSp, 1509-1525, p. 387, 588, p. 590. SP, VI, p. 188. Richard Cooper, « Le rêve italien des premiers Guises », in Yvonne Bellenger, op. cit., p. 120 ; Ludwig Von Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen-Âge, Paris, 1925-1934, XI, 8, 13, 219-220, 549, 552 ; François de Rosière, Stemmatum Lotharingiae avec Barri ducum tomi septem, Paris, Chaudière, 1580, in-fo, fo 346.

17 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Paris, 1996, II, 522. Voir aussi BnF, ms frçs 3635, fo 82.

18 BnF, ms frçs 6637, fo 12.

19 CSPVen, 1527-1533, Londres, 1873 p. 81-83, 86-87, 169. SP, I, p. 218-223, 235-253 ; LP, III, p. 1497-8 ; LP, IV, p. 1492-3.

20 On connaît la présence des différents cardinaux à Amiens par une lettre écrite au pape Clément VII en captivité et signée des cardinaux Wolsey, de Bourbon, Salviati, de Lorraine et de Sens. BnF, ms frçs 20929, fo 145-146.

21 Et uniquement sur ce troisième plan : il ne joue aucun rôle dans les négociations de la Convention d’Amiens, et ne figure même pas parmi les garants de l’accord. ORF, V, p. 89 et 96.

22 David Starkey, « Representation through intimacy : A study in the symbolism of monarchy and Court office in early modern England », 1977, repris in The Tudor Monarchy, John Guy (éd.), Londres, 1997, p. 42-78.

23 BnF, ms frçs 3635, fo 82 : il affirme « ses parolles (de Wolsey) sont tousiours fort honnestes et semblent proceder du fond de lestomac ».

24 Processions royales : ORF, VII, p. 157-158. Entrée dans Paris : Journal d’un bourgeois de Paris sous François Ier (1515-1536), Victor-Louis Bourrilly (éd.), Paris, 1910, p. 267, 292, 293 et passim. Entrée dans Toulouse : Archives communales de Toulouse, AA 3, fo 346. Affaire des Placards : Fontaine, Histoire catholicque de nostre temps, Paris, Fremy, 1560, p. 190, vo.

25 Trêve d’Hampton Court : ORF, V, p. 158-164. Présence au conseil : AN, X1a 8612, fos 109-110 vo (janvier 1528) ; ORF, V, p. 264, 282, 285, séances du 11 septembre, et 10 décembre 1529 ; ORF, VI, p. 122, 285, séances du 16 octobre 1530 et du 6 septembre 1532 ; ORF, VII, p. 206, 403, séances du 27 février 1534 et du 5 octobre 1535 ; AN, X1a 8613, fo 400 (4 juin 1536).

26 BnF, ms frçs 3067, fo 63. Lettre du 15 avril 1530.

27 Sur cette rencontre, voir CSPVen, 1527-1533, p. 361-368 ; BL, Add. Ms 20030, fo 134 b ; LP, V, p. 760-761 ; Paul Hamy, Entrevue de François premier avec Henry VIII à Boulogne sur mer en 1532, Paris, 1898, p. 68.

28 CSPVen 1527-1533, p. 371, 376-377.

29 LP, VI, no 324 (p. 150), CSPS, IV, ii, no 1058. Maria Dowling, Fisher of Men : a Life of John Fisher, 1469-1535, Londres, 1999, p. 144. La raison de son arrestation, est en fait sa défense ferme et résolue du pape et de la reine Catherine d’Aragon (ibid., p. 144).

30 ASModena, busta 11. Pour 1535, lettres de Hieronymo Feruffino, des 9, 20 et 30 avril ; 5 et 13 mai ; 14 et 24 juin ; 10 et 26 juillet etc.

31 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, Série, I, I, 192. ANG, t. I, p. 44, lettre du 24 juin 1535 ; p. 184, lettre du 29 juin 1536.

32 Dom Marlot, Histoire de la ville, cite et université de Reims, Reims, 1846, t. IV, p. 297. Archives communales de Narbonne, Histoire manuscrite des archevêques de Narbonne, par Guillaume Laffont, 1719, t. II, p. 572.

33 ANG, t. I, p. 80.

34 ANG, t. I, p. 193, lettre du 2 septembre 1536, de Valence.

35 Jean de Lorraine arrive au camp de Chabot en Italie le 18 avril et, selon certaines sources, lui apporte l’ordre de se fortifier sur la défensive et de ne rien entreprendre tant qu’une solution pacifique peut être envisagée (CSPSp 1536-1538, p. 103-104). L’empereur donne l’ordre à ses troupes d’avancer, ce qui est fait le 8 mai 1536, sans que Chabot, qui n’a pas reçu d’ordres du roi, ne s’y oppose. Selon Brantôme, « il (Brion) fit une grande faute à Versel, où le trouvant M. le cardinal de Lorraine […] luy dict et luy conseilla de ne passer point plus outre de peur d’altérer les choses lesquelles il alloit traicter. M. l’admiral le creut, et arresta son flux de victoire court ; enquoy il faillit grandement, pour un grand capitaine, d’adjouster foy si librement à M. le cardinal […] pensant qu’il parlast de la part du Roy, envers lequel il avoit plus de crédit que seigneur de la Court […]. Tant y a que le Roy voulut un grand mal audit sieur admiral, pour luy avoir fort desbauché ses affaires qui estoient en tres bon estat », Œuvres complètes de Brantôme, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, III, p. 197.

36 Les Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay expliquent ainsi son choix pour la mission de 1536 : « Pour estre prince et si prochain du Roy que nul autre pourroit lestre davantage, ledit seigneur empereur adjousteroit foy. » Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Petitot (éd.), Paris, 1822, livre VI.

37 ASModena, busta 12, Hieronymo Feruffino au duc de Ferrare, les 15 avril et 18 mai 1536. Cette mission est révélatrice de la situation de Jean de Lorraine. Il est envoyé à la suite de la grogne de Charles Quint qui affirme ne pas vouloir traiter des affaires avec un personnage aussi modeste que Dodieu de Vély (René de Bouillé, op. cit., p. 97). Il s’agit ici d’une mission coup-de-poing comme les prélats du roi en remplissent très rarement : parti le 15 avril 1536 de Lyon, Jean de Lorraine est auprès du roi à St-Rambert en Bugey le 16 mai suivant. Il ne peut donc être victime du paradoxe du diplomate, cette hantise des ambassadeurs, qui, envoyés à l’étranger parce qu’ils ont la confiance du roi ou de ses ministres, sont précarisés durant leur absence de la cour par leurs ennemis restés sur place. Enfin, la brièveté de sa mission est signe que le roi ne veut pas se passer de lui longtemps.

38 Négociations de Salses : Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance, Paris, Fayard, 1999, p. 341. Sur cette mission, voir : ANG, I, p. 321, 333 ; CAF, t. III, p. 417, 430VIII, 69, 73 ; SP, VIII, p. 5-6. Leurs pouvoirs ont été publiés par Guillaume Ribier, Lettres et Mémoires d’État. Paris, 1666, I, p. 73. Francis Decrue, op cit., p. 335. Trêve de Nice : Jean de Lorraine y prononce un discours en latin, dans lequel il remercie le pape Paul III, d’être venu à Nice négocier la paix (BnF, ms frçs 3916, fo 344). Montmorency fait également un discours, en français (BnF, ms frçs 3916, fo 346 sqq.). Sur cette mission, voir CSPSp, 1536-1538, p. 485, 531-554 ; CAF, VIII, 249, 31595). Réception de la reine de Hongrie : ANG, I, p. 406. Lettre à l’empereur : AN, K 1484, B. 3. Entrée de l’empereur dans Paris : BnF, ms frçs 3050, fo 31 ; Clairambault, 337, 6947 ; Dupuy, 357, fo 67, et Francis Decrue, op. cit., p. 379, et Mémoires de Du Bellay, pièces justificatives, cité par René de Bouillé, op. cit., p. 122 ; ASMantova, A.G. 639, pour la discussion avec le roi. Au lendemain de la visite de l’empereur, Jean de Lorraine le raccompagne jusqu’à Valenciennes, en compagnie du dauphin et de Montmorency (ASModena, busta 15, Cavalerio Sacrato au duc de Ferrare, le 18 janvier 1540).

39 SP, VIII, p. 255, Norfolk à Henri VIII, d’Abbeville, le 17 février 1540 ; p. 448 Wallop à Henri VIII, le 11 octobre 1540 ANG, I, p. 285, lettre du 7 juillet 1537 ; p. 366, lettre du 6 mai 1538 ; p. 613, lettre du 17 novembre 1540.

40 Jean de Lorraine centralisateur : BnF, ms frçs 3005, fo 90. BnF, ms frçs 3916, fo 242. Instructions empereur : CSPSp 1538-1542, p. 77. Lettres de créances : LP, XIII, II, p. 22, 9 août 1538 ; ANG, I, p. 424, 24 décembre 1538 ; SP, VIII, instructions d’Henri VIII à Lord William Howard, envoyé en France, le 18 janvier 1541, p. 512.

41 De la même façon le cardinal Pole s’adresse à lui et au connétable pour régler les affaires d’Angleterre en mars 1539 (LP, XIV, I, p. 236, le 25 mars 1539).

42 LP, XII, II, p. 203, 18 août 1537 ; LP, XIII, 20 août 1538, p. 54 ; LP, XIV, II, p. 229 ; ANG, I, p. 285, 290, 294, 502, 510, 511, 523, 614.

43 LP, II, p. 228-229, 2 décembre 1539.

44 Attestations pour février 1539 (AN, X1a 8613, fos 77 vo-79 et ORF, IX, p. 45 ; AN, X1a 8613, fos 143-144 vo), avril 1539 (ORF, IX, p. 390) ; 9 février 1540 (AN, X1a 8613, fo 232) ; avril 1540 (SP, VIII, Wallop à Essex, de Rouen, le 26 avril 1540 p. 329) ; ANG, t. I, p. 561, lettre du nonce, du 22 mai 1540 ; 7 novembre 1541 (AN, X1a 8613, fos 299 vo-301).

45 SP, VIII, Wallop à Essex, de Rouen, le 26 avril 1540 (p. 329). Cavalerio Sacrato, de son côté (ASModena, busta 15, lettre du 24 mai 1540) rapporte comment François Ier s’est retiré dans sa chambre avec ses fils, Montmorency et Lorraine, puis a fait appeler les cardinaux Tournon et Du Bellay.

46 SP, VIII, p. 259, Norfolk à Henri VIII, Abbeville, le 17 février 1540. Il est toujours aussi proche du roi, comme en témoigne symboliquement la procession de la Pentecôte 1539. Tandis que les différents courtisans et officiers occupent une place officielle dans la procession, Jean de Lorraine, en compagnie du cardinal d’Este, encadre le souverain (ASModena, busta 15, Cavalerio Sacrato au duc de Ferrare, le 13 juin 1539).

47 De la même façon que dans le duo Claude D’Annebault-François de Tournon, c’est l’amiral qui a la prééminence.

48 CSPSp 1538-1542, p. 203. Toutefois, Montmorency entend conserver intactes ses prérogatives. Il précise à l’ambassadeur de l’empereur que durant son voyage aucune tentative ne doit être faite pour traiter d’aucun point de la paix à venir. Déjà, en juillet 1537, en l’absence du grand maître, le cardinal de Lorraine, s’occupait de toutes les affaires (ASModena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare, lettre du 29 juillet 1537).

49 ORF, IX, p. 45. Lors de la cérémonie d’investiture de Montmorency, Jean de Lorraine est, avec les fils du roi, le plus proche de François Ier (ASModena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare, 11 février 1538).

50 Saint-Médard : CAF, III, 403. Exemption : BnF, Fds Latin des nouvelles acquisitions, ms 2268, no 42. Cadeaux de l’empereur : ASMantova, A.G. 638, lettre du 22 juin 1538 de Marcantonio Bendidio à la marquise de Mantoue pour la coupe d’or ; pour la pension, Antoine de Castelnau, évêque de Tarbes, à Anne de Montmorency, de Tolède, le 13 avril 1539. Guillaume Ribier, op. cit., I, p. 432 : « Monseigneur, hier M. de Granvelle me dict qu’il envoyoit ce courrier pour faire entendre à M. le cardinal de Lorraine que l’empereur lui a donné 6 000 ducats de pension sur l’archevêché de Saragosse. » L’ambassadeur de l’empereur invite son maître à témoigner sa reconnaissance au connétable et au cardinal, AN, K, 1484, B, 3, 86, 97, 99. Cf. aussi Francis Decrue, op. cit., p. 364. Les pensions ou cadeaux somptueux aux courtisans par les souverains étrangers sont chose courante et ne peuvent être interprétés comme un signe de trahison. Ainsi, au lendemain de la paix de Crépy, Charles Quint, satisfait de Tournon, lui offre un cadeau de 8 000 écus d’or (M. François, op. cit., p. 200, qui cite une lettre d’un ambassadeur florentin du 20 février 1545. Il semble toutefois que ce cadeau ait été fait non pas en espèce, mais sous la forme de vases et de vaisselle en or massif, ASModena, busta 20, lettres des 5 et 22 février 1545).

51 BnF, ms frçs 3033, fo 5 ; FF 3635, fos 52, 64, 90.

52 BnF, ms frçs 3635, fo 50.

53 BnF, ms frçs 3033, fo 5, fo 28 ; ms frçs 3635, fos 1, 3. Lettres non datées, sans doute de la fin de la décennie 1520.

54 BnF, ms frçs 2979, fo 25 ; Portefeuilles de Fontanieu, vol. 207, cité par René de Bouillé, op. cit., p. 88 : « Ne vous souciés de rien, car il (le roi) vous est tel que vous pensez et ma commandé le vous escripre » ; BnF, ms frçs 3635, fos 7, 52 : « Soyez seur que lavez pour tel amy que ne debvez riens craindre » ; BnF, ms frçs 3095, fo 72 : « Ne vous souciez de rien car il vous (aime) tel que vous pansez et ma commande le vous escripre. »

55 ANG, t. I, p. 193.

56 Pour la décennie 1540, par exemple, on a conservé des lettres à Jean Du Bellay de François Errault, Claude Cottereau, le cardinal Sadolet, Claude Danzay, François Olivier, Gilbert Bayard, Antoine Delyon et des seigneurs d’Yversay, de La Planche et Sarges, ainsi que de bien d’autres, qui l’informent de la situation à la cour, en Italie et en Allemagne (BnF, ms frçs 3921, fo 51, François Errault au cardinal du Bellay, 9 juin 1543 ; fo 104, lettre de Claude Cottereau, le 5 avril 1544 fo 121, lettre du cardinal Sadolet, le 11 mars 1546 ; fo 62, lettre de C. de Danzay, le 28 avril [début de la décennie 1540] ; fo 43, lettre de François Olivier, le 11 décembre 1543 ; fo 52, lettre de Gilbert Bayard, le 1er avril 1544 ; fo 88, lettre d’Antoine Delyon, du 2 mars 1542 ; fo 68, lettre du Sr d’Yversay, le 15 mars [1546 ?] ; fo 76, lettre du Sr de La Planche, le 9 mars 1546 ; fo 82, lettre du Sr de Sarges, le 27 avril 1545).

57 SP, X, Wallop à Henri VIII, de Paris, le 24 décembre 1540, p. 501.

58 BnF, ms frçs 3635, fo 35, fo 88, fo 94 (dans cette dernière lettre, du 10 juillet 1529, il rajoute même un petit mot de sa main en répétant cette idée).

59 ASModena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare, 12 avril 1538.

60 Guillaume Ribier, op. cit., I, 158-159, le 14 mai 1538.

61 Guillaume Ribier, op. cit., I, p. 503-504, lettre du 22 février 1539, et p. 551, lettre du 21 décembre 1540.

62 ASModena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 17 janvier 1546 ; ANG, t. III, p. 441, Guidiccione au cardinal Farnèse, Melun, 7 juillet 1546.

63 Voir sur cette question la thèse inédite de François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, 2009, p. 484-491.

64 Nuntiaturberichte Aus Deutschland 1533-1559, W. Friedensburg (éd.), Berlin, 1910, I, t. 5, p. 53, 69.

65 Aimé-Louis Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, Genève, 1886-1887, III, p. 364. Rappelons que l’année 1535 voit un adoucissement de la politique de François Ier à l’égard des hérétiques après le durcissement de l’affaire des Placards, et que l’édit de Coucy du 16 juillet 1535 ordonne la libération des prisonniers religieux à condition qu’ils abjurent leur hérésie dans les six mois.

66 Pour plus de détail sur la sensibilité religieuse de Jean de Lorraine et sur sa traduction politique, voir Cédric Michon, art. cité, p. 51-54.

67 Varrillas, Histoire de François Ier, Paris, 1686, p. 498 ; repris par Gaillard, Histoire de François Ier, Paris, 1766, III, IV, chap. IV, p. 301, puis par René de Bouillé, le Dictionnaire de Biographie Française et beaucoup d’autres.

68 ANG, t. III, p. 80.

69 ANG, t. I, p. 595, lettre du 8 août 1540 : Marguerite de Navarre favorise le projet de mariage Farnèse-Aumale en déclarant qu’elle considérera Vittoria Farnèse comme sa propre fille et ibid., t. III, p. 109 (cf. aussi, p. 115).

70 Jean de Lorraine se rend d’ailleurs au mariage de sa nièce (ASMantova, A.G. 639, G.B. Gambara à la duchesse de Mantoue, le 10 septembre 1539). Henri VIII de son côté se demande pourtant pourquoi Charles Quint a consenti au mariage de Chrétienne de Danemark, affirmant que le duc Antoine n’apporterait aucune aide contre la France, le cardinal de Lorraine et M. de Guise étant « both too partial to Francis ». LP, 1540-1541, p. 442-443 ; CSPS, 1538-1542, VI, I, no 167.

71 ANG, t. I, p. 211. 21 novembre 1536.

72 M. Chatenet, La cour de France au XVIe siècle, Paris, 2002, p. 63-67.

73 Ibid, p. 67.

74 AS Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, 15 janvier 1546 (cité et traduit par Monique Chatenet, op. cit., p. 76).

75 SP, IX, Paget à Henri VIII, 9 août 1542.

76 SP, IX, p. 542-544, Paget à Henri VIII, le 5 septembre 1542.

77 Robert J. Knecht, op. cit., p. 479.

78 ASModena, busta 19. Alfonso Calcagnini au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543.

79 ASModena, busta. 16 (6 février 1541) ; LP, XVI, p. 397 (le 11 mai 1541). En septembre 1541, Howard affirme qu’il est plus en faveur que jamais, le présentant avant tout comme un compagnon de plaisir du roi (SP, VIII, p. 609, Howard à Henri VIII, de Lyon, le 24 septembre 1541) et ASModena, busta 16, lettre du 12 mars 1541 (Turc) ; ASModena, busta 17 lettre du 26 février 1542 (ours) ; ASMantova, A.G. 640, lettre du 3 août 1546 (ermite).

80 Cette tentative est un échec. Catherine de Médicis rapporte comment, à la suite de cette décision, François Ier arrive un jour au Conseil et que constatant qu’aucune affaire n’a été préparée, il s’en prend violemment à Claude d’Annebault et au cardinal de Lorraine. Il s’agit d’un propos tenu par Catherine de Médicis au cours des états généraux de Blois, cité par Charles-Joseph de Mayer, Des états généraux et autres assemblées nationales, Paris et La Haye, 1788-1789, t. XIII, p. 106, lui-même cité par Robert J. Knecht, op. cit., p. 617.

81 AS Modena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Cf. une analyse assez comparable de l’empereur in CSPSp 1544, p. 379 (lettre de l’empereur à ses ambassadeurs en Angleterre, le 1er octobre 1544).

82 AS Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, le 12 avril 1546 ; BnF, ms frçs, 5150, fo 23, lettre de janvier 1546.

83 AN, X1A 8613, fos 299-301 (7 novembre 1541) ; AN, X1A 8614, fos 285-296 (juillet 1544), fos 303-305 vo (22 février 1545) ; E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, Série, I, IV, p. 34-35 (pour 1542) ; LP, XXI, I, 1078, le 16 juin 1546.

84 AD 54, G, 1338. Il existe une copie de ces lettres de neutralité aux Archives départementales de la Moselle, G 13, fo 98. François Ier a lui même accordé des lettres de neutralité à Jean de Lorraine, le 15 juin 1542 (celles accordées par Charles Quint datent du 4 octobre 1542 ; AD 54, 3 F, 438, fos 92-94 vo). Jean de Lorraine avait déjà obtenu le 12 juillet 1536 des « lettres de neutralité […] pour les évêchés de Metz, Toul et Verdun » (CAF, VI, 21083). Antoine en avait déjà obtenu de François Ier, le 7 juillet 1536 (cf. AD 54, collection Buvignier-Clouët). Il en obtient à nouveau en 1544 (AD 54, 3 F 438 fos 94 vo-95 vo), et son successeur, sous Henri II, le 12 septembre 1551.

85 ASModena, 20, lettres du 25 janvier et 17 mars 1545.

86 ÖStA, Frankreich, Ber. und Weis., Karton 11, Konv. Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, Blois, 17 février 1545 (voir François Nawrocki, thèse citée, p. 363).

87 ASModena, A.G. 640, G.B. Gambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, le 19 septembre 1544 ; BnF, ms frçs 5617, Journal des voyages de Charles Quint (1514-1551), Jean de Vandenesse, fo 196 vo.

88 Un indice significatif est le volume des témoignages le concernant. La correspondance des nonces en France l’évoque à 153 reprises entre 1535 et 1540, mais à 22 reprises seulement entre 1541 et 1546 ; les Letters and Papers l’évoquent 113 fois pour la période 1536-1541 contre 44 fois pour la période 1542-1546 ; les ambassadeurs des ducs de Ferrare l’évoquent 70 fois entre 1535 et 1541 (ASModena, buste 11-16) contre 25 fois entre 1542 et 1547 (ASModena, buste 17-23).

89 BnF, ms frçs 3005, fo 109.

90 BnF, ms frçs 6616, fos 124-125. Lettre du 4 avril 1547.

91 ASModena, busta 24. Lettre du 25 mai 1547. On sait par ailleurs que Jean de Lorraine était à Saint-Germain le 21 mai (ASModena, busta 24, lettre du 21 mai 1547).

92 Deux mois après la mort de François Ier, la duchesse d’Étampes demande à Jean de Lorraine d’intervenir en sa faveur auprès d’Henri II. BnF, ms it. 1716, fos 177, 203-204.

93 ASModena, busta 24. Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Rambouillet, 31 mars 1547 ; Paris, le 15 avril 1547 ; Paris, 25 mai 1547 ; Paris, le 4 juillet 1547 (il rapporte que le cardinal de Guise a emmené son oncle pour dîner avec le roi).

94 BnF, ms frçs 20532, fos 4, 17, 18 (toutes ces lettres sont de 1548) ; ms frçs 20467, fo 43 (11 mai 1550). Dans l’Ordre du faict par le roy Henry II a ladvenement de son regne, le 3 avril (1547), Henri II évoque Antoine de Navarre, le cardinal de Lorraine, le duc de Vendôme, l’archevêque duc de Reims, le connétable de Montmorency, François d’Aumale, le chancelier Olivier, le maréchal de La Marck, le sr d’Humières, Saint André, Jean Bertrand, Villeroy (BnF, ms Dupuy 86, fo 34 vo et copie, ds BnF, ms frçs 2831, fo 202). Cf. aussi Guillaume Ribier, op. cit., II, p. 3.

95 Dès novembre 1540, une rumeur, rapportée par Charles Quint dit, qu’en cas d’élection pontificale, François Ier songe à faire élire le cardinal de Lorraine (CSPSp 1538-1542, p. 288, Charles Quint au marquis d’Aguilar, le 3 novembre 1540). Sur l’élection de 1549, voir Frédéric J. Baumgartner, « Henri II and the conclave of 1549 », Sixteenth Century Journal, XVI (1985), p. 301-315 ; Guillaume Ribier, op. cit., II, 257-258 ; Ludwig Von Pastor, op. cit., XIII, 20 ; Mémoires-journaux du duc de Guise, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, 1839, VI, 14, 25 nov 1549 ; Richard Cooper, art. cité, p. 133 ; Daniel Cuisat, op. cit., p. 138 ; NbD, p. 802 (27 juillet 1549).

96 On a conservé à la BnF une lettre du 11 mai 1550, de Jean de Lorraine à son neveu le duc de Guise, avec un rajout manuscrit de la main du cardinal, qui, à la différence des autres autographes connus de lui, est difficilement lisible et tout tremblé, ce qui permet de supposer que le cardinal était souffrant depuis plusieurs jours au moment de sa mort.

97 Montmorency est une parfaite illustration de la définition du favori donnée par Nicolas Le Roux comme étant « le personnage qui se caractérise à un moment donné par la plus grande capitalisation de signes de l’exception, qu’il s’agisse de prérogatives symboliques, de dignités ou de récompenses », Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2000, p. 12. Jean de Lorraine est l’incarnation d’une faveur plus personnelle.

98 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 718, qui insiste sur la confusion entre les deux univers sous le règne d’Henri III.

99 Cf. les analyses comparatives sur Henri III et Henri IV in Nicolas Le Roux, op. cit., p. 719-720.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540