Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Guillaume Poyet (v. 1473-1548)

Marie Houllemare

Texte intégral

  • 1 Armand Parrot, Messire Guillaume Poyet chancelier de France, Paris, 1867 ; Charles Porée, Un parle (...)
  • 2 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, (...)
  • 3 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle, d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, d (...)
  • 4 De nombreux manuscrits reprennent les pièces ou les étapes du procès. Voir aussi Histoire du procè (...)

1Guillaume Poyet, né vers 1473 à Saint-Remy-La-Varenne, près d’Angers, devient chancelier de François Ier en 1538, au terme d’une longue carrière juridique, étudiée par des travaux déjà anciens1. Premier magistrat du royaume, le chancelier était le chef de la justice, inspirateur et rédacteur de la législation, assurant un contrôle sur toutes les décisions royales à travers le scellage des actes officiels. Associé à la direction des finances, il dirigeait le Conseil du roi et Loyseau le définissait au début du XVIIe siècle comme « le contrôleur et correcteur de toutes les affaires de France2 ». Le chancelier était cependant le second dans la hiérarchie des officiers du roi, après le connétable, chef de l’armée royale, selon la déclaration d’Henri III du 3 avril 1582. Or, comme Poyet le reconnaissait lui-même, le connétable Anne de Montmorency joua un rôle essentiel dans son accession au cancellariat. Pour comprendre le parcours de ce juriste devenu conseiller du roi, il faut donc s’interroger sur l’articulation, dans sa carrière, entre la protection de ce proche de François Ier et ses qualités professionnelles. Poyet était-il bien « l’homme de confiance » du roi, comme l’affirme l’historienne du droit Anne Rousselet-Pimont3, ou une créature du connétable, qu’il suivit dans sa chute ? La disgrâce de Poyet en 1542, après celle de Montmorency en 1540, et le retentissant procès qui la suivit, ont beaucoup retenu l’attention des contemporains et des commentateurs4. Nous reviendrons donc sur les étapes de sa carrière et les missions qui le rapprochèrent du monarque, puis sur la nature et l’ampleur de ses attributions de chancelier, avant d’envisager son éviction politique.

Un conseiller issu du « seminaire et pepiniere de […] justice »

2Guillaume Poyet était avant tout un juriste et, comme quelques-uns de ses contemporains, son rôle de conseiller du prince puisait ses racines dans une belle carrière d’officier royal.

Un ténor du barreau (1510-1535)

  • 5 Charles Porée, op. cit., p. 5-6.
  • 6 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Par (...)
  • 7 Charles Porée, op. cit., p. 6-15 : il est avocat pensionné pour Louise de Savoie, mais aussi pour (...)
  • 8 Ces chiffres sont tirés de l’étude des registres X1a 4880 et X1a 4881 des Archives nationales (AN) (...)

3Le cursus honorum parlementaire, au début du XVIe siècle, commençait par l’exercice de la profession d’avocat. Lui-même fils d’un avocat devenu échevin à Angers, Guy Poyet, Guillaume Poyet fut reçu avocat à Paris à la Saint-Martin 1510 et prononça son premier plaidoyer le 20 décembre 1512, à l’issue d’une période d’observation, commune à tous les jeunes avocats5. Assez rapidement, il se distingua comme l’un des ténors du barreau. Défenseur de Louise de Savoie face au connétable de Bourbon6, il plaida aussi pour Guillaume Briçonnet et nombre de grands personnages, ce qui fit de lui l’un des avocats les plus présents devant la plus célèbre juridiction du pays, le parlement de Paris7. Pendant l’année judiciaire 1526-1527, par exemple, 75 avocats plaidèrent devant le parlement de Paris, dont 59 au criminel et 35 seulement au civil8. Or, à lui seul, Guillaume Poyet plaida au moins 39 fois (20 au criminel et 19 au civil) et prononça 17 % des plaidoyers civils ainsi que 9 % des plaidoyers criminels conservés dans les archives du parlement pour cette année. Avec deux de ses collègues, Alligret et Lizet, ils prononcèrent 45 % des plaidoyers civils et 30 % des plaidoyers criminels conservés dans les archives du parlement.

  • 9 Guillaume Paradin, Histoire de notre temps, Paris, Jean Ruelle, 1568, p. 361.
  • 10 Jean Le Feron, Histoire des connestables, chanceliers et gardes des seaux, mareschaux, admiraux… d (...)

4Ce succès dans la profession d’avocat s’explique par l’éloquence de Poyet, remarquée de ses contemporains. Ainsi Paradin le décrivait-il comme un « homme sçavant en loix civiles & canoniques, & bien stilé en plaidoirie9 ». De même, Jean Le Feron fit l’éloge d’un « homme de bon esprit, & de grandes lettres civiles & canoniques, fort eloquent, & disertement parlant10 ». Un commentateur de son procès voyait même dans ses talents oratoires la principale cause de sa belle carrière :

  • 11 AN, K 649, 14, fo 176, actes de la condamnation du chancelier Poyet, 1545.

« Ce personnage estoit d’une grande eloquence, lumiere & rigueur d’esprit qui le porterent a la charge d’avocat du roy, puis a celle de president au parlement de Paris et es divers emplois importans mesme hors le roiaume & depuis l’eleva à la dignité de chancellier11. »

5Pourtant, le style de Poyet a été aussi beaucoup critiqué, notamment par Étienne Pasquier, qui trouvait les plaidoyers du futur chancelier, de Lizet et de Montholon, lors du procès Bourbon, en 1524, terriblement obscurs :

  • 12 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, Paris, 1996, 6, XI, p. 1194.

« Ces trois grands guerriers s’armerent d’une Jurisprudence pedantesque mandiée d’un tas d’escoliers Italiens que l’on appelle Docteurs en Droict […]. Et tout ainsi qu’il est aisé de s’égarer dans une touffe de bois, aussi dans une pesle-mesle d’allegations bigarrées, au lieu d’esclaircir la cause, on y apporta tant d’obscuritez et tenebres, qu’en fin par Arrest donné sur le commencement d’Aoust les parties furent appointées au Conseil12. »

  • 13 Roger Doucet, op. cit., p. 254.
  • 14 Le lecteur contemporain pourra se faire une idée du style de Poyet à la lecture du Recueil de plai (...)
  • 15 Michel de Montaigne, Essais, I, X, Paris, 2001, p. 95.
  • 16 Charles Porée, op. cit., p. 15 ; AN, J 669, avec Lizet, Montholon, Alligret, Charmolue, Chartier.

6De même, l’historien Roger Doucet est très critique face aux « défauts » de Poyet et dénonce chez lui une « pensée compliquée », une « discussion mal ordonnée qui tourne sans cesse sur elle-même », non exempte de contradictions13. L’accumulation de références au droit romain ou canonique était emblématique de l’éloquence judiciaire de la première moitié du XVIe siècle, révélant moins des talents rhétoriques que la maîtrise d’une culture juridique très technique14. Une anecdote témoigne des limites des talents d’orateur de Poyet : chargé de préparer une harangue latine de bienvenue pour le pape, le 12 octobre 1533, il fut remplacé à la dernière minute par le cardinal Du Bellay, car le Saint-Père n’avait pas apprécié la version écrite du texte et Poyet se sentit incapable de le refaire15. Moins que l’orateur généraliste, incapable de s’adapter à une cérémonie d’apparat, c’est donc, vraisemblablement, le technicien du droit qui fut progressivement distingué. Louise de Savoie, suite à son succès contre le connétable de Bourbon semble-t-il, devint sa première protectrice. C’est certainement elle qui le fit recruter, avec cinq de ses collègues pour former une commission concernant la rançon royale, et peut-être elle aussi qui l’aida à devenir magistrat16.

Une belle carrière parlementaire

  • 17 CAF, t. II, no 3584.
  • 18 Porée considère, sans preuve, que cette nomination est due à la protection de Montmorency (Charles (...)
  • 19 Ibid., p. 35 et 37.
  • 20 Ibid., p. 38.
  • 21 CAF, III, no 7996.

7Première grande marque d’élévation au service du roi, Guillaume Poyet obtint le 4 janvier 1530 le poste convoité d’avocat du roi au parlement de Paris, à la suite de Pierre Lizet, ce qui faisait de lui le représentant du monarque dans la principale cour souveraine du royaume17. Chargé de défendre les intérêts du roi et de l’État18, il plaida devant François Ier, en janvier 1530, sur la concurrence juridictionnelle entre parlement et Grand Conseil, puis avec succès, en avril suivant sur les prétentions de la sœur du connétable de Bourbon, la princesse de La-Roche-sur-Yon, qui retardaient l’exécution du traité de Cambrai19. Il s’entretint personnellement avec le roi, le 13 décembre 1530, « jusqu’à une heure tarde », ainsi que le 13 avril 153120. Cette période fut donc celle d’un premier rapprochement avec les cercles du pouvoir, qui lui permit d’être désigné en septembre 1534 comme premier président du parlement de Bretagne, puis, le 17 juillet 1535, comme IVe président au parlement de Paris, à la mort de Denis Poillot21.

  • 22 BnF, ms Clairambault 312, fo 137.
  • 23 BnF, ms frçs 482, fo 47, lettre datée du 18 mars, mais Poyet évoque ensemble « Monsieur Cappel » e (...)
  • 24 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, Pa (...)
  • 25 Voir Notice historique sur la maison de Montholon, Aix, Nicot, 1898, p. 21. CAF, 1890, t. IV, no 1 (...)
  • 26 François Blanchard, Les presidens au mortier du parlement de Paris, leurs emplois, charges, qualit (...)

8Bien inséré dans le milieu parlementaire, Poyet entretenait alors, nécessairement, des liens étroits avec des grandes familles de la robe parisienne. On conserve une courte lettre qu’il envoya à Séguier, de Nantes, le 3 septembre 1534, par laquelle il le tenait informé de son activité judiciaire à la tête du parlement de Bretagne22. Surtout, dans une lettre à son frère, le lieutenant civil Pierre Poyet, rédigée entre 1535 et 1538, il « supply estre commandé à la bonne grace de monsieur de Montholon & de mademoiselle la presidente ma commere […] et que leur recommande les frestes de mon jardoin23 ». Né en 1490, plus jeune d’une quinzaine d’années que Poyet, François de Montholon était issu d’une vieille famille d’Autun apparentée aux Ganay. S’ils plaidèrent l’un contre l’autre dans le procès Bourbon, dans lequel Montholon défendait le connétable, ils participèrent aussi tous deux, avec Lizet, à la rédaction d’une consultation au profit de la noblesse, lors de l’assemblée des notables de 152724. Reçu avocat dès 1516, François de Montholon obtint le second poste d’avocat du roi un an après Guillaume Poyet, qu’il suivit dans l’office de IVe président du parlement de Paris, entre 1538 et 1542, avant d’obtenir les sceaux le 9 août 1542, lors de la disgrâce de son vieil adversaire à l’audience25. Confrères, concurrents, peut-être aussi amis, à en croire la familiarité de cette lettre, ces deux personnages frappent par la similarité d’une carrière servie par un même protecteur : c’est en effet grâce à la recommandation de Montmorency que Montholon devint avocat du roi en 153226. Poyet se distingue cependant par la variété des missions qu’il assura au service du monarque dans les années 1530, une fois devenu magistrat.

Un technicien au service du roi

Administrateur et logisticien (1530-1538)

  • 27 CAF, no 8088.
  • 28 Charles Porée, op. cit., 42-47.
  • 29 Ibid., p. 55-56.
  • 30 ORF, VIII, p. 20.

9Les juristes du parlement constituaient en effet un vivier d’administrateurs polyvalents sur lequel le pouvoir central s’appuyait ponctuellement pour acquitter toutes sortes de missions. Pour Guillaume Poyet, celles-ci se multiplièrent à partir de 1532. En décembre de cette année, il fut nommé membre à part entière du Conseil privé et, dès lors, fut rarement présent au parlement, se chargeant le plus souvent de préparer ou d’exécuter des décisions royales. Dans un premier temps, il effectua plutôt des missions à teneur judiciaire, participant notamment à l’exécution de la réforme de la justice de Provence à l’automne 153527. Le 30 août 1534, il était chargé de la rédaction et de la publication des coutumes de Nivernais, puis en janvier suivant, il présidait une commission visant à repérer les suspects d’hérésie au sein du parlement28. Il se chargea aussi de premières commissions judiciaires ayant des aspects financiers, comme une procédure contre Guy Desbordes, commissaire des vivres accusé de vols ou l’examen des titres de seigneurs à indemniser si leurs terres étaient passées à l’Empire29. Gardant son rôle de représentant des intérêts royaux après avoir quitté sa charge d’avocat du roi au parlement de Paris, il tenta de défendre en janvier 1536 les droits de François Ier sur la Bresse et le Bugey30.

10Les effets de la confiance royale se firent sentir à partir de juillet 1535 : chargé d’inventorier les papiers de Duprat, dont il garda une partie, il obtint alors le reversement d’une pension annuelle de 2000 livres, auparavant dévolue au défunt chancelier,

  • 31 Charles Porée, op. cit., p. 51-52; AN, J 963, no 34.

« en consideration des grandes peines et continuels labeurs qu’il prent […] tant pour l’exercice de ses offices que pour la conduicte et direction des plus grans et principaulx affaires […] ; aussy afin qu’il ayt mieux de quoy entretenir son estat et supporter la despence qu’il luy convient faire en nostre service, mesmement en nostre court ou nous l’avons appelé et voullons qu’il réside une partie de l’année près nostre personne pour assister en nostre Conseil privé et nous donner son advis es matières et affaires de grande importance31 ».

  • 32 ORF, VII, p. 289, n. 4 et t. 8, p. 143.
  • 33 Il reçoit trois bols d’or, un vase et une aiguière d’or, six chandeliers dorés, une tasse à couver (...)
  • 34 Ibid., t. III, no 7833, le 12 mai 1535.
  • 35 Charles Porée, op. cit., p. 54-55.
  • 36 Ibid., p. 58-59.

11À partir de cette date, Poyet assuma des missions de plus vaste ampleur. Dès le mois de septembre suivant, il fut envoyé à Nantes pour réformer la chambre des comptes de Bretagne, avant de se rendre à Aix pour faire appliquer la réforme judiciaire de Provence32. Il était de retour à la cour pour la rédaction du contrat de mariage entre Jacques V d’Écosse et Madeleine de France, fin novembre. Il assista au lit de justice du 15 janvier 1537 destiné à déclarer félon Charles Quint, vassal du roi de France pour ses terres de Flandre, Artois et Charolais. Il assuma aussi des missions diplomatiques, pour lesquelles ses responsabilités furent croissantes. À l’hiver 1534-1535, il s’était déjà rendu, avec l’amiral Chabot, auprès d’Henri VIII, qui l’avait gratifié de plusieurs cadeaux33. Il accompagna à nouveau Chabot à Calais, en mai 1535 pour des négociations avec le duc de Norfolk34. Il fut chargé en janvier 1536 d’exposer au duc de Savoie la vision politique de François Ier, avant d’accompagner en juillet Montmorency dans son entreprise de défense du Dauphiné35. Il repartit en mission diplomatique l’année suivante, et se chargea avec Saint-André et Berthereau de conclure une trêve avec l’empereur, signée le 31 juillet 1537, ce qui lui valut une belle récompense de la part du roi, qui lui alloua les terres confisquées à Gaillard Spifame36. Le 11 janvier 1538, il réussit à négocier la paix à Leucate et retrouva le roi le soir même à Montpellier pour lui annoncer.

  • 37 Ibid., p. 57; ORF, VIII, p. 290.
  • 38 AN, J 965, 11/4 ; Philippe Hamon, L’argent du roi, les finances sous François Ier, Paris, 1984, p. (...)
  • 39 ORF, VIII, p. 431.
  • 40 Elles accompagnent d’ailleurs la promotion de Montmorency à la connétablie, en 1538. Le connétable (...)
  • 41 Philippe Hamon, op. cit., p. 359.

12Enfin, il remplit parallèlement des missions de logistique militaire. Nommé commissaire des vivres pour ravitailler les troupes de Picardie, au printemps 1537, au moment de l’expédition de Montmorency contre Charles Quint, il se chargea aussi de trouver de l’argent à Paris pour le roi, par le biais d’aliénations provisoires, ainsi que d’un prêt de 9 000 livres37. Son implication dans l’approvisionnement et le financement des opérations militaires expliquerait sa présence, le 8 juin 1537, au Conseil étroit du roi, avec Du Bourg, Montmorency, Chabot, Du Bellay et Tournon38. Le 21 septembre 1537, il fut désigné comme commissaire des vivres pour le Dauphiné et le Piedmont et le roi s’adressa à lui, le 7 octobre suivant, comme au « commissaire general des vivres de mon armee », en lui demandant d’alléger la pression financière sur le Dauphiné et de la renforcer sur la Savoie et la Provence39. Ces fonctions logistiques, loin d’être anecdotiques, furent donc centrales dans l’accession de Poyet à la chancellerie40. Comme le remarque Philippe Hamon, en effet, il reçut les papiers des comptes concernant les « offices et cas casuels » le 5 novembre 1538, soit une semaine avant sa nomination comme chancelier41.

  • 42 AN, X1A 4907, fo 10.

13Ainsi, si ses qualités de juristes lui valurent d’être distingué par le roi, il semble que les compétences développées par Poyet au cours de ses missions concernaient plutôt son rôle d’intermédiaire diplomatique et, plus encore, de gestionnaire logistique et financier. Certes, il était « monté par les grands degrez du palais », comme le dit Cappel au moment de sa réception comme chancelier, mais, dans son cas, les fonctions juridiques apparaissent plutôt comme un gage d’excellence et d’adaptabilité, servant de tremplin vers des activités plus variées42.

À la chancellerie (1538-1542)

  • 43 CAF, t. III, no 10427.
  • 44 Voir la synthèse de Charles Porée, op. cit., p. 70-91.
  • 45 Il est bien sûr possible que le nouveau chancelier ne traite pas de tous les aspects de son activi (...)

14Une fois nommé chancelier, le 12 novembre 153843, Guillaume Poyet devint le chef de la justice du royaume et le gardien des sceaux royaux. Son œuvre la plus célèbre est l’ordonnance de Villers-Cotterêts, en août 1539, portant en partie sur la procédure criminelle. En réalité, ses attributions étaient très générales, non seulement judiciaires et législatives, mais aussi diplomatiques et financières. L’ampleur de ses tâches apparaît pleinement à travers les papiers saisis lors de son arrestation, portant sur quantité de choses : procès, chiffres, rôles de soldats et d’officiers, états de dépenses militaires, ou encore recettes et dépenses royales44. Mais 19 lettres écrites par Poyet à Montmorency dans les mois suivant sa nomination, entre janvier et mai 1539, témoignent avec une plus grande précision encore de la variété de ses domaines d’intervention45.

  • 46 Guillaume Ribier, op. cit., t. I, p. 385-386.

15Tout d’abord, l’acte de sceller apparaît, à travers cette correspondance, comme une véritable vérification. Le 22 février, lorsque les religieux de Vézelay présentèrent une bulle de « translation de regularité en secularité » au sceau, le chancelier refusa de les sceller, « pour ce que qu’en lisant & visitant lesdites bulles j’y trouvay des fautes notables, je les remontray ausdits religieux qui confesserent la faute qu’ils avoient faite »46. Il informa Montmorency qu’il existe deux possibilités : soit les lettres était enregistrées telles quelles à condition d’être réformées d’ici un an, soit le roi devait réclamer des modifications préalables. Le chancelier pouvait donc refuser de sceller les lettres, mais sans avoir toute latitude pour décider de leur modification, devant se plier aux exigences du roi et du connétable. Il l’indiqua clairement dans sa lettre suivante, le 2 mars :

  • 47 A.C.C., série L, t. XVI, fo 209.

« Monseigneur, apres avoir receu votre lectre et celle du roy, j’ay incontinent scellé la lectre de monsieur le comte de Tende, mais je vous supplie tres humblement ne penser pas que la remonstrance que je vous en ay faicte faire soit procedee de l’esperit ne de l’advertissement d’aultruy, ni de prandre si estrangement les remonstrances que je vous feray pour les affaires selon ce qu’il me semblera estre utile ou necessaire pour le devoir de ma charge ou je puis errer, car je feray tousjours ce que vous m’en commanderez, quand vous aurez entendu les causes de ma difficulté. Et que je ne m’en addresseray a autre que a vous ou a ceulx de votre maison et service. Je ne vouldroye avoir memes pensé ne faict chose qui vous deust desplaire47. »

16Le ton de la lettre montre bien que Poyet avait été sommé de sceller ces lettres par le connétable, malgré ses réserves. De telles tensions donnent à penser que l’acte de sceller n’était pas une simple formalité. C’est aussi net le 12 avril, à propos d’une affaire concernant des prévôts des maréchaux. En théorie, en présence de deux témoins, ils pouvaient juger tout homme de bien pour un délit de chasse. Cependant, afin de prévenir d’éventuels abus, expliquait Poyet :

  • 48 Ibid., fo 221.

« J’ay faict mectre aux lettres qui ont esté presentees que ceulx qui seroient trouvez coulpables seroient renvoyez pardevant les juges ausquelz la congnoissance en appartient et soubz ceste forme en ont esté despechees grant nombre de lettres portees par les bailliages48. »

  • 49 Ibid.

17Il s’opposait à des lettres données à sceller pour Guise, concernant la Champagne et la Bourgogne, voulant « que ledit seigneur de Guyse se vueille contenter de la forme qui a esté parcy devant tenue en l’expedition de telles & semblables commissions49 ». Dans la plus pure tradition parlementaire, Poyet, au moment du scellage, prétendait donc agir en garant des droits royaux et de l’intérêt public, sans céder systématiquement aux demandes des proches du monarque.

  • 50 Ibid., fo 208.

18Des questions purement judiciaires étaient aussi mentionnées dans ses lettres. Dès le début de son mandat, il prit l’initiative d’une réforme de la justice de Piémont : « Monseigneur il est besoing s’il vous plaist mectre une fin a l’estat de la justice de Piedmont. Je vous en envoye desia quelque petit memoire qu’il vous plaira suivant votre oportunité faire expedier selon la volunté du roy50. »

  • 51 ORF, IX, no 900.
  • 52 Guillaume Ribier, op. cit., p. 374-375, le 11 février.
  • 53 A.C.C., L, XVI, fo 216, le 15 mars.
  • 54 Archives d’État russes (Rgada), collection Lamoignon, 81, XP 5, fo 13, le 9 février. L’année n’est (...)
  • 55 A.C.C., série L, t. XVI, fo 209.

19Ce projet était concrétisé dès le mois suivant par l’établissement d’un parlement de Piémont, établi à Turin51. Dans ses lettres, il abordait aussi des problèmes concernant l’administration quotidienne de la justice, telle que la nomination d’un greffier, toujours en Piémont, le 2 mars, ou la répartition des épices au siège d’Évreux, le 11 mars, estimant que la moitié devrait en revenir à l’avocat chargé de rapporter le procès. Étaient aussi mentionnés des procès en cours, sous son contrôle direct ou non. Il attira l’attention du connétable sur une requête concernant la principauté d’Orange, dont le prince, affirmait-il, voulait « se rendre exempt de la sujection du roy & se mettre hors de son obeissance52 ». Il proposa une réponse permettant au prince de récupérer ses terres, « qui luy ont esté empeschées depuis l’ouverture de la guerre » mais sans statuer dans l’immédiat sur sa souveraineté. Participant parfois directement à une procédure criminelle, il rapporta avoir interrogé une prisonnière au Châtelet, accusée de transformer l’étain en argent, mais aussi un étudiant du collège de Montaigu, qui avait écrit une lettre inacceptable au roi53. Son engagement direct dans les procédures judiciaires pouvait prendre des accents diplomatiques : par sa lettre du 9 février, il rendait compte de tous ses efforts pour adoucir les tensions avec l’ambassadeur d’Angleterre, venu lui faire part de son mécontentement à propos de plusieurs affaires, dont celle d’un cordelier de Rouen, en fuite après avoir prêché contre son roi, ce à quoi Poyet répondit par une interdiction générale de faire aumône à son couvent54. Ainsi, ses attributions judiciaires en faisaient-elles tant un arbitre qu’un chef de l’administration, mais elles pouvaient s’étendre dans toutes les directions à partir du moment où il y avait un conflit à régler ou à désamorcer, dès lors aussi que l’argent du roi ou les monnaies étaient en jeu. Ainsi, le 20 mars, il se chargea de donner commission pour poursuivre les « exactions, frauldes et abbus que l’on dit avoir esté commis en la ferme du tiraige du sel a la part du Daulphiné » et suivit de près le procès d’un fondeur de monnaie en billon55.

  • 56 Ibid. et fo 218, Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 385-386.
  • 57 Ibid., p. 384-385.
  • 58 Ibid., p. 372-373.
  • 59 A.C.C., L, XVI, fo 221, le 12 avril.
  • 60 Ibid., fo 224, le 16 avril, et fo 218, le 23 mars.
  • 61 Ibid., fo 212, le 4 mars.
  • 62 Recueil de quelques poincts tirez des actes restans du procez qui fut fait sous le regne de Françoi (...)

20Dans la continuité de ses missions antérieures, sa charge comportait aussi de nombreux aspects financiers. Il suivait de près le paiement des Suisses56, celui des prévôts des maréchaux de Savoie et de Piémont ainsi que, pour ces deux provinces, la situation des receveurs et l’étendue des aliénations du domaine royal57. Il s’inquiétait même du revenu en bois du comté de Montfort et de la protection de ses hautes futaies58. De manière plus générale, il réfléchissait aussi à l’amélioration du système fiscal. Afin d’équilibrer les impositions, qui pesaient trop sur les uns et pas assez sur les autres, il proposa d’établir une commission pour les réformer et demanda à Montmorency de la présenter au roi59. C’est à lui qu’incombait la charge, parallèlement, de répondre aux requêtes des états provinciaux qui demandaient des exemptions : s’il accepta celle du Languedoc, pour la ville de Narbonne, grevée par l’entretien des gens de guerre, il rejeta celle de Normandie60. Afin d’améliorer les rentrées du roi, il voulait aussi faire vérifier la liste des fiefs du royaume par la Chambre des comptes61. Cette forte implication dans le domaine financier explique qu’il ait été qualifié, par un commentateur de son procès, de « superintendant des finances62 ». Cette série de lettres offre donc un témoignage précieux sur l’ampleur et la souplesse des attributions de Poyet, et au-delà, d’un chancelier de la première moitié du XVIe siècle, soulignant au passage l’intrication entre justice et finances. Cependant, ces documents témoignent aussi des limites de ses responsabilités et de sa soumission au connétable.

Un second de Montmorency ?

Le « tres humble serviteur » du connétable

21Poyet devait sa nomination à l’office de chancelier au soutien d’Anne de Montmorency, ce dont il le remerciait dans une longue lettre du 3 novembre 1538, tout en promettant de continuer à le servir :

  • 63 BnF, ms frçs 20508, fo 109; BnF, ms Clairambault 337, no 6707.

« Monseigneur, je n’ignore poinct le bien dont il a procédé et que les voiages que j’ay faict en vostre compagnie, de vostre grâce et de mon grant eur, ont esté cause de m’avoir mis en quelque estime envers le roy, pour les bonnes et grandes parolles qu’il vous a pleu de luy en porter, et que, quelque propos que le roy eust prins en ceste affaire en vostre absence, si je n’eusse esté si avant en vostre bonne grace, cela ne m’eust pas esté de grant avancement ; c’est à vous, Monseigneur, vers lequel pour le tout je me doibt retirer, pour y vouloir vivre et mourir et avoir ceste grace que servir le roy en la charge qu’il m’a commise par vostre moyen, selon vostre bon advis et non autrement, ayant désir, Monseigneur, que vous en ayez la congnoissance comme j’en ay la volunté63. »

  • 64 A.C.C., L, XVI, fo 227.
  • 65 Ibid., fo 216.
  • 66 Ibid., fo 225 : « Comme vous, Monsieur, povez assez entendre, les frais de l’entree d’un chancellie (...)
  • 67 Ibid.

22Poyet, une fois chancelier, continua effectivement à se comporter, à travers ses lettres, comme un véritable client de Montmorency. Il attendait son aide, écrivait-il le 2 mai, « ainsi que de votre bonté avez accoustumé faire en mes autres affaires », pour favoriser ses proches64. Assez cynique, il lui indiquait, dans deux lettres des 12 et 13 avril que plusieurs charges risquaient d’être vacantes, à cause de la maladie de leurs détenteurs et lui proposait d’éventuels remplaçants, notamment l’un de ses neveux. Le 15 mars, il intercédait auprès de lui pour le sieur du Mortier, à propos d’un héritage contesté, dans l’espoir que le connétable en parlerait au roi65. Il avait aussi besoin de Montmorency pour se concilier les faveurs de la cour. Ayant refusé de sceller des lettres données au profit du duc de Guise, il lui demanda d’en parler à l’intéressé pour éviter un conflit ouvert. Surtout, il lui demandait de défendre son image auprès du roi, comme le 23 mars, lorsqu’il craignait qu’un marchand anglais se plaigne à la cour d’avoir perdu son procès. Le 22 avril, il avait aussi besoin de son soutien pour que François Ier respecte son « droict de chancellier », sur la nomination à un office de secrétaire, et rappelait au passage ses importantes dépenses au service du roi66. Sa dépendance vis-à-vis de Montmorency expliquait aussi sa peur d’un éloignement prolongé, lié à une longue maladie qui le retint à Paris pendant plusieurs mois67.

  • 68 Ibid.

23En échange de ce soutien auprès du roi, Poyet était un informateur du connétable, qu’il avisait du déroulement de nombreuses affaires administratives, surtout parisiennes et qu’il conseillait à l’occasion sur quelques personnages, critiquant par exemple les exigences financières élevées du président du parlement de Savoie, Raymond Pellisson, et proposant de le remplacer si besoin par « quelque homme de bien […] qui se contentera bien de ses gaiges68 ». Il lui donnait aussi des arguments contre Boisrigault, que Montmorency semblait vouloir écarter de la cour. Dans un premier temps, le 23 mars, il dénonça son inefficacité dans le paiement des suisses, puis revint à la charge le 12 avril en précisant son idée :

  • 69 Ibid., fo 221.

« Vous avez en volunté de faire remarquer ledit Boisrigault, je croy que ce seroit bien faict, vous y penserez s’il vous plaist et cella n’empeschera que l’on ne pourvoye aux faultes qu’il pourroit avoir commises, si elles sont telles qu’on ne les puisse passer par dissimulacion. Ledit Marselon m’a dit qu’il ne ouyt jamais parler d’ambassadeur qui se fist riche en sa charge que led. Boisrigault69. »

  • 70 Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 374-375, le 11 février.
  • 71 A.C.C., L, XVI, fo 216, le 15 mars, touchant « les terres de Flandre ».
  • 72 Ibid., fo 221, le 12 avril.

24Cette relation de clientèle se doublait d’une véritable collaboration : soumis aux avis de Montmorency, Poyet jouait un rôle de second, chargé de préparer ou de faire appliquer les décisions du connétable. Ainsi, à propos du procès du prince d’Orange devant le Grand Conseil, le 11 février, il proposa une solution en demandant implicitement l’accord du connétable, lui écrivant : « Monseigneur, quant à present il me semble que le mieux que l’on luy peut faire est de luy bailler lettres de main levée de la principauté d’Orange70. » Nouvellement nommé, le chancelier ne semblait prendre de décision importante sans en prévenir le connétable. Il se chargeait aussi de faire exécuter des décisions du connétable, envoyées au chancelier sous forme de commission à sceller, mais pour lesquelles il lui fallait aussi assurer le financement71. Enfin, il lui arrivait de transmettre les ordres de Montmorency, par exemple aux envoyés du roi en Hongrie72.

  • 73 Ibid, fo 218.
  • 74 Ibid., fo 210 ; voir aussi fo 214, le 11 mars.
  • 75 Ibid., fo 220.

25Plus encore, Montmorency formait comme un écran entre Poyet et le roi. Peut-être à cause de son éloignement, le chancelier devait passer par son intermédiaire pour obtenir l’accord du roi. Ainsi dans sa lettre du 4 mars, à propos d’une arrestation, il ne se comportait pas en chef de la justice, mais marquait bien que la décision appartient au connétable, et à travers lui au roi : « Il vous plaira de faire commander au roy sa volunté de ce que l’on en doit faire pour incontinent y estre satisfaict et obey73. » Le plus souvent, il associait la décision royale et la volonté du connétable, avec des formules telles que « s’il plaist au roy et a vous de le trouver bon » ou « il vous plaira m’en faire scavoir sur ce le bon advis du roy et le vostre »74. Recevant clairement ses ordres de Montmorency, plus que du roi, il préférait refuser de sceller une lettre touchant l’approvisionnement en blé du Languedoc, écrivit-il le 11 avril. En effet, elle était « simplement signee par le roy », alors qu’elle aurait due être « commandee en votre presence », puisqu’elle concernait aussi Montmorency, gouverneur de la province75. Ses fonctions à la chancellerie lui permettaient donc aussi de bloquer des lettres dont il n’était pas sûr qu’elles servaient les intérêts de son protecteur.

  • 76 Ibid., fo 218.
  • 77 Ibid., fo 221, le 12 avril.

26Une fois seulement, Poyet tenta de s’affranchir de la tutelle de Montmorency. Le 2 mars, il lui fallut se justifier de n’avoir pas obéi immédiatement à l’injonction du connétable de faire sceller des lettres (voir lettre citée note 47). Révélatrice d’un heurt, cette longue déclaration d’obéissance était suivie de nombreuses demandes d’ordres et de comptes rendus détaillés des affaires judiciaires, comme si le chancelier voulait redoubler ses excuses par une attitude de totale soumission. Poyet se garda bien par la suite d’exprimer ouvertement d’éventuels désaccords, choisissant plutôt le registre de la démonstration pédagogique, comme le 23 mars lorsqu’il n’approuvait pas une requête présentée par les états de Normandie au connétable à propos de la répartition de la taille. Il lui expliqua alors ses raisons pour rejeter une requête qui pourrait provoquer « ung grant trouble au recouvrement des deniers », tout en ménageant Montmorency en précisant que « si l’on trouve cy apres qu’il y ayt matiere, apres les choses estre plus amplement entendues, lors on y pourra pourveoir76 ». De même, le 12 avril, s’il prit sur lui de doubler les instructions de Montmorency aux ambassadeurs par une lettre de son cru, il avertit immédiatement le connétable de cette liberté, certainement afin de ménager son protecteur77. À travers de telles affaires, toutes les difficultés du chancelier pour conserver son indépendance dans le scellage des lettres officielles apparaissent donc pleinement.

  • 78 Ibid., fo 208 ; Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 364-365.
  • 79 Lettre du 2 mars (A.C.C., L, XVI, fo 210), 5 paragraphes biffés ; lettre du 4 mars (ibid., fo 212) (...)

27Pourtant, les différences entre minutes et lettres définitives envoyées à Montmorency montrent que Poyet s’était affranchi progressivement de son protecteur. Pour une seule d’entre elle, la plus ancienne, les deux versions sont identiques78. Dans les cinq autres cas, plusieurs paragraphes furent supprimés de la version envoyée79. À chaque fois, le chancelier biffait de sa main le texte rédigé par son secrétaire, choisissant donc de ne pas livrer tous les renseignements ou demandes qu’il pensait initialement communiquer au connétable. À plusieurs reprises, ce choix s’explique par une simple redondance, ne s’agissant que d’annoncer l’envoi de pièces (délibérations, commissions) jointes à la lettre. Certaines suppressions concernaient des comptes rendus d’affaires judiciaires en cours, pour lesquelles Poyet attendait peut-être un supplément d’information. D’autres, en revanche, étaient plus significatives d’une réserve croissante de Poyet vis-à-vis de Montmorency. Le 2 mars, il supprima tout remerciement à son protecteur, alors que, dans la version initiale, il se réjouissait que celui-ci ait excusé son absence auprès du roi. Le 12 avril, il abandonnait une demande de soutien pour l’obtention d’un office risquant d’être vacant. À travers de telles corrections, Poyet affaiblissait donc les liens de clientèle l’unissant au connétable. Le 22 avril, il modéra le ton à l’origine sec de sa missive dans laquelle il réclamait avec impatience, à nouveau, une réponse à sa proposition de réforme fiscale. Les relations entre les deux personnages se distendirent dans les deux années suivantes, au point qu’en avril 1541, un rapport de l’ambassadeur de Marie de Hongrie expliquait que :

  • 80 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux armées et (...)

« Le connestable […] a eu de grosses paroles contre le Chancelier, jusques à [le] démentir. Le Chancelier lui dict qu’il avoit du papier en ses coffres pour le paier contant et pour luy faire quêque jour ung movès tour80. »

  • 81 Ibid., p. 399-400.
  • 82 Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 547. Déjà, le 10 juillet 1540, l’amba (...)
  • 83 BnF, ms frçs 12765, fo 74.
  • 84 State Papers…, op. cit., p. 510: « The chauncellor […] hathe the superentendance of all other, and (...)
  • 85 AN, U 798, fo 268.

28Difficile à dater précisément, cette rupture pourrait avoir accompagné la perte d’influence politique de Montmorency, en octobre 1540. Désormais, les correspondances diplomatiques étaient adressées à Poyet81. Dans deux lettres de la fin de l’année 1540, envoyées de Fontainebleau, le chancelier se faisait directement l’interprète de la volonté royale. L’une, du 24 novembre, adressée à Monsieur de Rodez, concernait un éventuel mariage entre la nièce du pape et le duc d’Aumale82 ; l’autre, destinée à la Chambre des comptes et datée du 18 décembre 1540, portait sur des fonds à trouver pour aider une veuve83. Dans la première, particulièrement intéressante, Poyet écrivait à l’ambassadeur français auprès du Saint-Siège pour doubler les instructions royales, signe de réelle influence diplomatique. Le 24 décembre suivant, l’ambassadeur anglais, Wallop, présenta Poyet comme ayant la « superintendance » sur tous les autres membres du Conseil et se chargeant de toutes les tâches anciennement confiées à Montmorency84. Dès la fin de l’année 1540, le chancelier, devenu « chef du Conseil privé », selon le témoignage de La Chesnaye lors de son procès, avait donc largement profité de la disgrâce de son ancien protecteur pour prendre sa place auprès du roi85.

La disgrâce et le procès de Poyet

  • 86 Voir AN, J 963-J 968 et BnF, ms Dupuy 79, fo 3 et suivants. Sont saisis à la fois les papiers de P (...)

29Pourtant, sa position privilégiée auprès du monarque fut éphémère : le 2 août 1542, quelques semaines après avoir été désigné comme lieutenant général pour la vallée du Rhône, la Savoie et le Piémont, la carrière de Poyet s’achevait brusquement, par une arrestation sur ordre du roi et la confiscation de tous ses papiers86. Pour tenter d’expliquer la déchéance rapide du chancelier, l’on peut proposer trois interprétations complémentaires, à partir des dépêches des ambassadeurs d’Henri VIII à la cour de France.

  • 87 State Papers…, op. cit., p. 510.
  • 88 Ibid., p. 522.
  • 89 Ibid., p. 536.
  • 90 Ibid, p. 704.
  • 91 Ibid., p. 553, le 19 avril 1541.
  • 92 Ibid., p. 609, le 24 septembre 1541.
  • 93 Ibid., p. 643, p. 651, p. 679, p. 694 et p. 717.
  • 94 Ibid., p. 652, le 4 janvier 1542.

30La première clé de lecture, souvent privilégiée, est l’animosité de l’amiral Chabot et de la duchesse d’Étampes contre Poyet. Fragilisé au sein de la cour après l’éloignement de Montmorency, en décembre 1540, le chancelier sembla se rapprocher tout d’abord de ces deux personnages. Ainsi, dans une dépêche du 24 décembre 1540, l’ambassadeur anglais constatait-il que Poyet se présentait à tous comme l’ami de Chabot, cherchant à « tempérer » son procès : tout en ménageant la duchesse d’Étampes, il pouvait contrebalancer l’influence déclinante de Montmorency87. Cependant, lorsque la dureté de l’arrêt fut rendue publique, en février 1541, les proches de l’amiral, profondément surpris, se sentirent trahis par Poyet88. Wallop rapporta alors une houleuse conversation entre la duchesse d’Étampes, furieuse, et un chancelier en pleurs89. Vraie ou fausse, l’anecdote est révélatrice de l’isolement de Poyet, encore plus sensible le mois suivant lors du retour en grâce de Chabot. Il est vraisemblable que ce dernier attendait une opportunité pour se débarrasser de Poyet. L’inimitié entre les deux personnages était notoire et, lors d’une conversation rapportée à Henri VIII, le 3 avril 1542, l’ambassadeur anglais tentait de sonder l’amiral sur son ressentiment. Bien évidemment, ce dernier prétendit ne pas tenir rigueur au chancelier du jugement rendu contre lui90. Cette explication par une vengeance personnelle est cependant loin d’épuiser le sujet, tant parce qu’elle fait du roi le jouet des factions que parce qu’elle néglige les événements compris entre février 1541 et août 1542. Certes, le chancelier se trouvait dans une position délicate immédiatement après la prononciation de l’arrêt contre Chabot, lui interdisant de paraître pendant plusieurs semaines devant François Ier, lui aussi contrarié91. Cependant, il ne cessa pas d’assister au Conseil et, malgré le mécontentement général, retrouva rapidement un rôle éminent parmi les plus proches conseillers du monarque. L’ambassadeur anglais remarquait même en septembre suivant que « the Chauncellour was never in gretter favour then now92 ». Tout au long de l’hiver et du printemps suivants, Poyet participa activement aux préparatifs de guerre avec Chabot et D’Annebault93. Une fausse rumeur courut en janvier 1542, selon laquelle le roi tentait de lui obtenir un chapeau de cardinal94.

31Une deuxième interprétation fut privilégiée par l’ambassadeur Paget au moment de l’arrestation : les malversations de Poyet, connues du roi, lui auraient été intolérables au moment de l’entrée en guerre, à l’été 1542 :

  • 95 State Papers…, op. cit., t. 9, p. 116-117.

«I have herd by credible report that the King hath taken the Chauncelor twyse or thryse in a tryppe before, in matiers of finances (for the Chauncelour had the handling of all the money); and the King, being hitherto brought by hym in beleve of gretter sommes of money, by reason of his salt and other impositions, thenne now is founden, and being enformed that the Chauncelour hath converted to his use great sommes of money, hath taken this displeasure with him95

32Le soupçon de détournement des deniers publics s’explique aisément du fait que Poyet contrôlait toutes les finances royales. En réalité, plus que son enrichissement personnel, François Ier lui reprochait certainement son incapacité à mobiliser rapidement de quoi financer les opérations militaires. Depuis l’arrivée de Poyet à la chancellerie, le royaume était en paix et l’entrée en guerre de l’été 1542 constituait la première situation d’urgence qu’il lui fallait gérer. Une fois les limites de ce technicien dans le maniement des finances atteintes, le roi, déjà prévenu contre lui à cause de l’affaire Chabot, s’en serait immédiatement débarrassé, un procès lui permettant aussi de récupérer la fortune que son serviteur avait amassée grâce à ses faveurs. Non négligeables dans la mise à l’écart de Poyet, les nécessités financières de la guerre servirent peut-être de déclencheur à sa disgrâce, alors qu’un conflit plus souterrain l’opposait au roi.

  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid., t. 8, p. 553 et t. 9, p. 117.
  • 98 Rgada, collection Lamoignon, 81, XP 5, fo 13, le 9 février [1539].

33Une troisième interprétation, complémentaire, semble en effet avoir prévalu à la cour au moment de son arrestation. Paget, dans sa dépêche du 9 août 1542, rapportait que « the commun bruite asscribeth his ruyne to that he woold not seale certain writinges at the Kinges commaundement96 ». L’ambassadeur anglais n’était pas convaincu par une telle explication, peut-être trop éloignée de sa culture politique. Elle est pourtant révélatrice de tensions profondes, à la tête de l’État, entre deux conceptions du Conseil au roi. Vu de la cour, un serviteur du monarque se devait de lui obéir en tout. En refusant de sceller des lettres du roi, Poyet se démarquait en profondeur de cette conception. C’est déjà pour cette raison qu’il avait provoqué la colère du connétable, le 2 mars 1539, et qu’il avait craint celle du duc de Guise, le 12 avril suivant. De même, les ambassadeurs d’Henri VIII, qui ne l’appréciaient pas, rapportèrent à plusieurs reprises sa dureté dans les procès concernant des Anglais, parlant même de la véritable « insurrection » de ses compatriotes, seulement apaisés par sa disgrâce97. Ainsi Poyet s’était-il progressivement aliéné beaucoup de personnages de la cour, qui le percevaient comme un mauvais conseiller, parce qu’il refusait de céder en dernier ressort aux injonctions de plus puissants que lui. De ce point de vue, Poyet semblait agir contre son intérêt personnel, en contrariant d’importants personnages, et en était conscient : il évoquait lui-même dans une lettre à Montmorency le mécontentement de l’émissaire d’Henri VIII à son égard, demandant au connétable de l’en protéger98.

  • 99 Voir par exemple Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier…, op. cit.

34On ne peut donc expliquer son attitude par une naïveté suicidaire, mais plutôt par une autre conception de son rôle de conseiller du roi. Son refus de sceller systématiquement les lettres reçues par la chancellerie n’était pas un simple signe d’insoumission, mais relevait de la vision commune aux juristes, que défendaient aussi les gens de parlement : s’il leur arrivait de refuser à François Ier l’enregistrement de ses édits, c’était pour remplir leur mission de conseillers du roi, chargés de défendre le bien commun et les intérêts du monarque, éventuellement malgré lui99. De même, si son attitude contradictoire au moment du procès Chabot, amicale face à l’amiral puis dure dans l’arrêt rendu, pouvait-elle paraître insultante ou stupide aux courtisans, elle prenait tout son sens dans la perspective des juges : un jugement était toujours collégial et aucun des magistrats ne pouvait être personnellement tenu pour responsable d’une décision collective. Or, c’est bien parce qu’il était un excellent juriste que Poyet parvint à se maintenir au Conseil après le jugement contre Chabot, comme l’affirmait l’amiral lui-même à l’ambassadeur anglais :

  • 100 State Papers…, op. cit., t. 9, p. 706.

«His office is to medle with matiers of judgement, and causes in the lawe, and there let him practice in his judicatorie; and whenne things be concluded, his advise shal be asked for the penning of them100

  • 101 Ibid., p. 694.

35Mais si le chancelier joua un rôle important dans les préparatifs de la guerre, passant par exemple plusieurs jours à vérifier les traités d’alliance, il devint peut-être gênant lors de la conduite des opérations militaires elles-mêmes101. La décision d’écarter Poyet du gouvernement du royaume à ce moment précis était liée à Chabot et aux finances royales, mais s’expliquait aussi par la contradiction entre deux logiques incompatibles, l’éternité du droit devant le céder face aux « nécessités du temps », à l’urgence de la guerre.

  • 102 Charles Porée, Un parlementaire sous François Ier …, op. cit., p. 107-108.
  • 103 Ibid., p. 109.
  • 104 AN, K 649, 14, fo 176.

36À l’été 1542, le chancelier fut donc embastillé, dans l’attente d’un procès qui ne fut prêt à juger qu’en avril 1544, par une commission de trente-quatre magistrats, pris dans les parlements de Paris, Toulouse, Grenoble, Bordeaux et Rouen, ainsi qu’au Grand Conseil102. Les commissaires ayant instruit l’affaire accumulèrent une série d’accusations, vagues ou peu documentées : avoir excédé un don du roi ; avoir abusé de la bonne foi de la comtesse de Brienne, lors de la vente d’une terre ; avoir évoqué ou cassé abusivement des procès ; avoir rendu seul des arrêts ; avoir détourné des amendes à son profit ; avoir vendu des offices ; avoir fait pression contre Chabot lors de son procès103. En avril 1545, après s’être défendu lui-même, le chancelier fut condamné à cinq ans de prison et 100 000 livres parisis d’amende, destitué de sa charge de chancelier et interdit de n’exercer aucun office au service du roi. Suprême humiliation pour le chef de la justice, il lui fallut s’agenouiller, tête nue, dans la Grand Chambre du parlement de Paris, où il avait longtemps plaidé et jugé, devant les collègues qui l’avaient condamné, afin de demander pardon au roi. Pour les contemporains, le fait de juger le chef de la justice était comme « un prodige en son siècle », car Poyet fut le seul des chanceliers à avoir « senti les effets d’une justice exemplaire104 ». De la part du roi, faire un procès au lieu d’une simple disgrâce constituait un message politique adressé à l’ensemble des magistrats, visant à rappeler que son autorité était absolue, à l’instar du lit de justice du 24 juillet 1527. Les magistrats ne s’y trompèrent pas et mécontentèrent François Ier par la clémence de leur arrêt. Le roi fit pourtant libérer son ancien serviteur dès le 11 juillet 1545. Ce dernier obtint le 14 avril 1548 la réouverture de son procès, mais mourut avant sa révision.

*

  • 105 Clément Marot, Œuvres, Genève, 1969, t. 4, poème CXCVII (1542).

37Poyet a donc été distingué comme conseiller du roi grâce à ses qualités de juriste polyvalent, capable de s’occuper tant de logistique militaire que des finances royales. Sa réelle direction du gouvernement fut cependant de courte durée. Pendant la majeure partie de sa carrière, Poyet reste en effet dans l’ombre de Montmorency et ce n’est qu’en son absence qu’il parvint à occuper le devant de la scène, à l’hiver 1540-1541. Cependant, moins fin politique que technicien, privé de l’appui de son ancien protecteur, il ne réussit pas à se ménager suffisamment d’alliés dans l’entourage royal pour conserver une position solide. Sa disgrâce, signe des tensions entre plusieurs conceptions du rôle de conseiller du roi, fut manifestée de manière cinglante par son arrestation et son procès, qui valurent à Poyet une sombre réputation : Clément Marot le parait de nombreux vices105 : cruauté, orgueil, injustice, corruption, avarice et mensonge restèrent dans les mémoires comme les attributs de ce chancelier, célébré par ailleurs pour sa dure réforme judiciaire de 1539, dont il fit lui-même les frais lors de son procès.

Notes

1 Armand Parrot, Messire Guillaume Poyet chancelier de France, Paris, 1867 ; Charles Porée, Un parlementaire sous François Ier, Guillaume Poyet 1473-1548, Angers, 1898 ; Maurice Deubel, Guillaume Poyet, avocat et chancelier, thèse pour le doctorat en droit, Versailles, 1900.

2 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 155.

3 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle, d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de Guillaume Poyet et de Michel de L’Hospital, Paris, De Boccard, 2005, p. 10.

4 De nombreux manuscrits reprennent les pièces ou les étapes du procès. Voir aussi Histoire du procès du chancelier Poyet, pour servir à celle du règne de François I,... Avec un chapitre préliminaire sur l’antiquité et la dignité de l’office de chancelier, et sur les vicissitudes qu’il a éprouvées. Par l’historiographe sans gages et sans prétentions, Londres et Paris, 1776.

5 Charles Porée, op. cit., p. 5-6.

6 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, 1515-1525, Paris, 1921, p. 224-246.

7 Charles Porée, op. cit., p. 6-15 : il est avocat pensionné pour Louise de Savoie, mais aussi pour l’archevêque de Bourges, les évêques de Beauvais et Chalons, pour Guy de Montpezat, homme d’affaires de la duchesse d’Estouteville. Il plaide aussi pour les maire et échevins d’Amiens, les évêques de Paris, Troys, Amiens et Langres, le prévôt des marchands de Paris, la faculté de Décret, Baudoin de Champagne, chambellan du roi, Charles de la Mothe, conseiller au Grand Conseil, Charles de Poupel, ambassadeur de Charles Quint ou encore Jean du Tillet, greffier du parlement de Paris.

8 Ces chiffres sont tirés de l’étude des registres X1a 4880 et X1a 4881 des Archives nationales (AN). Bien que classé parmi les plaidoiries civiles, le registre X1a 4880 est en effet un registre criminel.

9 Guillaume Paradin, Histoire de notre temps, Paris, Jean Ruelle, 1568, p. 361.

10 Jean Le Feron, Histoire des connestables, chanceliers et gardes des seaux, mareschaux, admiraux… depuis leur origine avec leurs armes et blasons, Paris, 1658, p. 110.

11 AN, K 649, 14, fo 176, actes de la condamnation du chancelier Poyet, 1545.

12 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, Paris, 1996, 6, XI, p. 1194.

13 Roger Doucet, op. cit., p. 254.

14 Le lecteur contemporain pourra se faire une idée du style de Poyet à la lecture du Recueil de plaidoyez notables de plusieurs anciens et fameux advocats de la cour de parlement, Paris, 1612.

15 Michel de Montaigne, Essais, I, X, Paris, 2001, p. 95.

16 Charles Porée, op. cit., p. 15 ; AN, J 669, avec Lizet, Montholon, Alligret, Charmolue, Chartier.

17 CAF, t. II, no 3584.

18 Porée considère, sans preuve, que cette nomination est due à la protection de Montmorency (Charles Porée, op. cit., p. 23-24).

19 Ibid., p. 35 et 37.

20 Ibid., p. 38.

21 CAF, III, no 7996.

22 BnF, ms Clairambault 312, fo 137.

23 BnF, ms frçs 482, fo 47, lettre datée du 18 mars, mais Poyet évoque ensemble « Monsieur Cappel » et le procureur général. Or Jacques Cappel est avocat du roi de 1535 à 1540. Cependant, Poyet n’est pas encore chancelier quand il rédige cette missive.

24 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, Paris, 1951, p. 68.

25 Voir Notice historique sur la maison de Montholon, Aix, Nicot, 1898, p. 21. CAF, 1890, t. IV, no 12688.

26 François Blanchard, Les presidens au mortier du parlement de Paris, leurs emplois, charges, qualitez, armes, blasons et genealogies, depuis l’an 1331 jusques à present, Paris, 1647, p. 160.

27 CAF, no 8088.

28 Charles Porée, op. cit., 42-47.

29 Ibid., p. 55-56.

30 ORF, VIII, p. 20.

31 Charles Porée, op. cit., p. 51-52; AN, J 963, no 34.

32 ORF, VII, p. 289, n. 4 et t. 8, p. 143.

33 Il reçoit trois bols d’or, un vase et une aiguière d’or, six chandeliers dorés, une tasse à couvercle de vermeil (Charles Porée, op. cit., p. 42-43). Il quitte Paris pour l’Angleterre le 20 octobre 1534 (CAF, II, 7390).

34 Ibid., t. III, no 7833, le 12 mai 1535.

35 Charles Porée, op. cit., p. 54-55.

36 Ibid., p. 58-59.

37 Ibid., p. 57; ORF, VIII, p. 290.

38 AN, J 965, 11/4 ; Philippe Hamon, L’argent du roi, les finances sous François Ier, Paris, 1984, p. 366.

39 ORF, VIII, p. 431.

40 Elles accompagnent d’ailleurs la promotion de Montmorency à la connétablie, en 1538. Le connétable est en effet chargé de tout l’approvisionnement de l’armée (Bernard Barbiche, op. cit., p. 146-147).

41 Philippe Hamon, op. cit., p. 359.

42 AN, X1A 4907, fo 10.

43 CAF, t. III, no 10427.

44 Voir la synthèse de Charles Porée, op. cit., p. 70-91.

45 Il est bien sûr possible que le nouveau chancelier ne traite pas de tous les aspects de son activité dans sa correspondance avec son protecteur. Dix lettres ont été éditées par Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat, des roys, princes, ambassadeurs & autres ministres, sous les regnes de François premier, Henry II & François II, Paris, 1677, 8 sont conservées au cabinet Condé au château de Chantilly et une aux Rgada, à Moscou. 6 sont connues à la fois par les minutes conservées à Chantilly et par la version finale par Ribier.

46 Guillaume Ribier, op. cit., t. I, p. 385-386.

47 A.C.C., série L, t. XVI, fo 209.

48 Ibid., fo 221.

49 Ibid.

50 Ibid., fo 208.

51 ORF, IX, no 900.

52 Guillaume Ribier, op. cit., p. 374-375, le 11 février.

53 A.C.C., L, XVI, fo 216, le 15 mars.

54 Archives d’État russes (Rgada), collection Lamoignon, 81, XP 5, fo 13, le 9 février. L’année n’est pas donnée, mais il est tout à fait vraisemblable que cette lettre s’insère dans la série des envois à Montmorency de janvier à mai 1539, période à laquelle Poyet reste à Paris, loin de la cour.

55 A.C.C., série L, t. XVI, fo 209.

56 Ibid. et fo 218, Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 385-386.

57 Ibid., p. 384-385.

58 Ibid., p. 372-373.

59 A.C.C., L, XVI, fo 221, le 12 avril.

60 Ibid., fo 224, le 16 avril, et fo 218, le 23 mars.

61 Ibid., fo 212, le 4 mars.

62 Recueil de quelques poincts tirez des actes restans du procez qui fut fait sous le regne de François I à Monsieur le chancelier Poyet, s. l. n. d., p. 9.

63 BnF, ms frçs 20508, fo 109; BnF, ms Clairambault 337, no 6707.

64 A.C.C., L, XVI, fo 227.

65 Ibid., fo 216.

66 Ibid., fo 225 : « Comme vous, Monsieur, povez assez entendre, les frais de l’entree d’un chancellier sont grandz et approchent bien pres de vingt mil francs, chose qui m’a esté assez mal aisee pour les despenses que j’ay faictes es voiages ou j’ay esté, tant avecques vous que auparavant, dont de votre bonté m’avez promis me faire donner recompense du roy. »

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Ibid., fo 221.

70 Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 374-375, le 11 février.

71 A.C.C., L, XVI, fo 216, le 15 mars, touchant « les terres de Flandre ».

72 Ibid., fo 221, le 12 avril.

73 Ibid, fo 218.

74 Ibid., fo 210 ; voir aussi fo 214, le 11 mars.

75 Ibid., fo 220.

76 Ibid., fo 218.

77 Ibid., fo 221, le 12 avril.

78 Ibid., fo 208 ; Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 364-365.

79 Lettre du 2 mars (A.C.C., L, XVI, fo 210), 5 paragraphes biffés ; lettre du 4 mars (ibid., fo 212), 3 paragraphes biffés ; lettre du 11 mars (ibid., fo 214), 2 paragraphes biffés ; lettre du 12 avril (ibid., fo 221), 3 paragraphes biffés ; lettre du 22 avril (ibid., fo 225), 4 paragraphes biffés.

80 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France à la cour, aux armées et au Conseil du roi François Ier, Paris, 1885, p. 401-402.

81 Ibid., p. 399-400.

82 Guillaume Ribier, Memoires et lettres d’estat…, op. cit., p. 547. Déjà, le 10 juillet 1540, l’ambassadeur anglais Wallop rapporte que Poyet participe très activement aux tractations concernant le mariage de Clèves et Navarre (State Papers, King Henry VIII, part. V, Foreign Correspondance, 1537-1542, London, 1849, t. 8, p. 387-388).

83 BnF, ms frçs 12765, fo 74.

84 State Papers…, op. cit., p. 510: « The chauncellor […] hathe the superentendance of all other, and at this how[ev] er th[e] expeditions of all grete matiers that before passed by the Cunstable. »

85 AN, U 798, fo 268.

86 Voir AN, J 963-J 968 et BnF, ms Dupuy 79, fo 3 et suivants. Sont saisis à la fois les papiers de Poyet et ceux de son prédécesseur, le chancelier Du Bourg.

87 State Papers…, op. cit., p. 510.

88 Ibid., p. 522.

89 Ibid., p. 536.

90 Ibid, p. 704.

91 Ibid., p. 553, le 19 avril 1541.

92 Ibid., p. 609, le 24 septembre 1541.

93 Ibid., p. 643, p. 651, p. 679, p. 694 et p. 717.

94 Ibid., p. 652, le 4 janvier 1542.

95 State Papers…, op. cit., t. 9, p. 116-117.

96 Ibid.

97 Ibid., t. 8, p. 553 et t. 9, p. 117.

98 Rgada, collection Lamoignon, 81, XP 5, fo 13, le 9 février [1539].

99 Voir par exemple Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier…, op. cit.

100 State Papers…, op. cit., t. 9, p. 706.

101 Ibid., p. 694.

102 Charles Porée, Un parlementaire sous François Ier …, op. cit., p. 107-108.

103 Ibid., p. 109.

104 AN, K 649, 14, fo 176.

105 Clément Marot, Œuvres, Genève, 1969, t. 4, poème CXCVII (1542).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540