Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Antoine Du Bourg (av. 1490-1538). De la fonction au Conseil ?

Olivier Poncet

Texte intégral

Introduction

  • 1 AN, J 965 à J 968 ; cette correspondance passive, aujourd’hui ventilée selon les expéditeurs, fait (...)

1Antoine Du Bourg incarne la difficulté à cerner exactement les contours de l’influence d’un homme sur le gouvernement royal à l’âge moderne. Fonction définie de manière relativement claire (chancelier de France) et sources pratiquement inutiles pour répondre à cette question, quoique surabondantes dans son cas : entre ces deux pôles, entre des hypothèses facilement et évidemment accessibles et une hypercritique déniant toute valeur à des indices ténus et non confirmés par ailleurs, l’historien doit naviguer en eaux troubles. C’est le métier, dira-t-on. Certes. Mais dans le cas d’Antoine Du Bourg, chancelier de France du 16 juillet 1535 à sa mort accidentelle le 28 octobre 1538, la documentation pousse le paradoxe à l’extrême. Le Trésor des chartes conservé aujourd’hui aux Archives nationales comporte environ un millier de lettres et billets adressés à Du Bourg durant ses trois années de cancellariat1. Les lettres écrites par Du Bourg lui-même durant la même période et encore à notre disposition n’excèdent peut-être pas la dizaine ou la vingtaine. Pareil déséquilibre – plus commun qu’on ne le dit généralement – influe nécessairement sur l’attention portée à l’action et à l’influence d’un homme de gouvernement.

  • 2 Pour reprendre le titre du récent essai de Nikolay Koposov, De l’imagination historique, Paris, Éd (...)
  • 3 La prise de décision en France (1525-1559). Recherches sur la réalité du pouvoir royal ou princier (...)

2L’opération d’objectivation historique conduirait ici à une forme de renoncement, quelque peu nihiliste : on ne peut rien dire de l’homme car il ne dit rien de lui-même, de sa pensée, de son action. Le pari du constructivisme, s’il est à l’évidence plus productif, comporte aussi sa part d’ombre et peut amener inévitablement à des tautologismes fonctionnels peu diserts et peu utiles : le chancelier conseille parce qu’il est chancelier et l’étendue de son influence est proportionnelle à ses responsabilités administratives. Il peut sembler dès lors délicat de formuler des hypothèses, en partant de ce que l’on peut « imaginer »2 du fonctionnement du gouvernement, des stratégies sociales ou carriéristes de cette époque, ou de ce que l’on pourrait hâtivement qualifier d’invariants de l’âme humaine. C’est là un souci commun à quiconque tâche de débrouiller les fils complexes de la prise de décision politique3. Traiter du cas d’Antoine Du Bourg impose une prudence redoublée pour tenter de cerner ce que fut sa place réelle, à défaut d’être exacte, dans le gouvernement de son époque.

Racines familiales et professionnelles

Origines

  • 4 L’attitude est générale au XVIIe siècle : pour un éclairage dans le monde patricien, qui à l’évide (...)
  • 5 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique…, nouv. édition, 10 vol., Paris, Libraires associés (...)
  • 6 La seule localité correspondante serait en fait Saint-Montan, Ardèche, cant. Bourg-Saint-Andéol, d (...)
  • 7 Moreri concède à cette occasion sa première faiblesse. Après avoir dit qu’Étienne Du Bourg et sa f (...)
  • 8 L’acquisition de la baronnie du Sailhant (Cantal, cant. Saint-Flour-Nord, comm. Andelat) n’est ni (...)
  • 9 AN, J 967, dossier 24, pièce no 6, attestation de Michel Brandon, lieutenant général du sénéchal d (...)

3Les origines familiales d’Antoine Du Bourg ont été fortement mondées chez ses biographes modernes sous l’influence de descendants directs ou indirects soucieux de se rattacher à leur illustre ancêtre qu’il convenait de parer de vertus sociales recherchées au Grand Siècle4. Les incohérences dont se fait l’écho le Dictionnaire de Louis Moréri, qui mêle le vrai au faux, sont éloquentes5. Le grand-père du chancelier, prénommé Étienne, qualifié de seigneur Du Bourg (sic), aurait été originaire de Saint-Montan « au diocèse de Rodez6 », mais aurait tout aussi bien pu être originaire de la région d’Alès7. C’est d’ailleurs dans cette ville que serait né leur fils, Anne Du Bourg, qui fit la fortune initiale de la famille. S’il ne pouvait être seigneur de Sailhant comme l’indique Moréri qui souhaitait donner un père titré au chancelier8, il fut probablement au service d’un grand seigneur auquel il servit d’intendant. Que ce seigneur fût Jacques de Beaufort, seigneur de Canillac, n’est pas improbable car le chancelier conservait dans ses papiers une attestation se rapportant à son filleul et petit-neveu, Jacques de Montboissier, et certifiée, entre autres, par son frère Étienne Du Bourg9. Quant à la mère d’Antoine Du Bourg, on en sait peu de chose. Moréri, guère disert, joint à l’explication philologique bancale un soupçon d’honnêteté : « Il (= Anne Du Bourg) avoit épousé Anne de Merci, dite par corruption ou féminisation (sic), de La Marcoussy, dont on ignore la famille. »

  • 10 Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Ludovic Lalanne (éd.), P (...)
  • 11 Michel François, Correspondance du cardinal François de Tournon (1521-1562), Paris, Honoré Champio (...)
  • 12 AN, Min. centr., LIV, 17, inventaire après décès d’Anne Hénard, commencé le 5 mai 1543.
  • 13 Ibid., part. inventaire des papiers, cote J.
  • 14 Ibid., cote K, compte rendu par Antoine Du Bourg à Jean l’Aîné et Jean le Jeune Hénard, frères, s. (...)
  • 15 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la R (...)
  • 16 Il est mentionné avec cette qualité dans l’acte de tutelle des enfants d’Antoine Du Bourg et Anne (...)

4L’année de naissance d’Antoine Du Bourg est inconnue et le lieu est pareillement entouré de brumes, mais un point semble établi pour les uns et les autres, l’Auvergne, patrie du chancelier : La Seille « en Auvergne » – toponyme non localisé – pour Moréri, Issoire dans le Journal d’un bourgeois de Paris10. De sa formation juridique que l’on peut deviner toulousaine et en tout cas de façon certaine poursuivie jusqu’au doctorat ès droits11, les sources en notre possession parlent peu. Commença-t-il sa carrière d’avocat au parlement de Paris, comme l’indiquent certains de ses biographes ? Tout paraît cependant le ramener à l’Auvergne natale. Son frère, s’y maria avec Anne Thominasse, et y fit carrière : procureur du roi à la sénéchaussée d’Auvergne, il devint plus tard contrôleur général des aides et tailles au bas pays d’Auvergne12. Ensuite, un contrat établi à Montferrand le 21 avril 1507 témoigne qu’il s’y marie avec Anne Hénard13. Celle-ci (décédée en 1543) est la sœur de deux personnages prénommés tous les deux Jean14, l’Aîné, trésorier des Ligues suisses jusqu’en 153715 et notaire et secrétaire du roi puis receveur et payeur des membres du parlement de Paris, et le Jeune, mentionné comme curé à Paris16.

Au service du roi

  • 17 L’assertion de P. Hamon selon laquelle Du Bourg aurait été membre de la commission de reddition de (...)
  • 18 Louis Moréri, op. cit., t. II, 2e partie, p. 168.
  • 19 Philippe Hamon, op. cit., p. 295-301.
  • 20 CAF, t. I, p. 550-551, no 2895, commission, Saint-Germain-en-Laye, 5 mars 1528.
  • 21 Philippe Hamon, op. cit., p. 314.

5À s’en tenir au Catalogue des actes de François Ier, Antoine Du Bourg apparaît dans la documentation tardivement, à plus d’un titre. Avant 1526, on ne sait rien ou presque de son activité17. Il aurait été pourvu, par lettres données à Bordeaux le 12 avril 1526, de l’office de lieutenant civil au Châtelet de Paris18. Cette charge très importante, qui faisait de lui le vrai chef du tribunal royal de la capitale, lui valut sans doute d’être choisi le 24 novembre suivant pour participer à la commission présidée par Jean de Selve et bientôt connue sous le nom de Tour carrée19. Au sein de cette commission destinée à juger les malversations des officiers de finance, il fut bientôt chargé d’examiner plus particulièrement les affaires de Jacques de Beaune de Semblançay20 et de mener des investigations spécifiques relatives à Thomas Bohier21. Son dévouement dans ces instances judiciaires extraordinaires lui valut l’octroi de charges et d’offices d’importance à un rythme qui démontre à lui seul la confiance que l’on plaçait en lui, et singulièrement le chancelier Antoine Duprat.

  • 22 Louis Moréri, op. cit., t. II, 2e partie, p. 169.
  • 23 CAF, t. II, p. 466, no 6056, lettres de relief de surannation, Lyon, juin 1533.
  • 24 La date de sa nomination n’est pas connue (Hélène Michaud, op. cit., p. 399). L’exercice de cette (...)
  • 25 Hélène Michaud, op. cit., p. 77.
  • 26 CAF, t. II, p. 137, no 4530, lettres de provision, Briquelec, 28 avril 1532.
  • 27 CAF, t. II, p. 729, no 7290, commission, Fontainebleau, 9 août 1534.
  • 28 CAF, t. II, p. 745, no 7358, lettres de provision, Bury, 26 septembre 1534.
  • 29 Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 462.

6Ce dernier, proche de la reine mère Louise de Savoie, est sans doute à l’origine de son entrée au Conseil de celle-ci qu’il présidait en 153122 et de sa nomination comme président du parlement de sa principauté des Dombes le 3 février de la même année23. Surtout le chancelier appelait près de lui ce juriste capable et fiable. Ainsi s’explique que Du Bourg ait été fait correcteur et rapporteur de la Grande Chancellerie : cette charge surprenante et pour tout dire incongrue dans son parcours impeccable de juriste24 lui laissait assez de liberté pour effectuer d’autres commissions25. Dès qu’une charge de maître des requêtes, plus en adéquation avec sa formation et avec son niveau de responsabilité, devint vacante, Du Bourg en fut pourvu le 28 avril 153226. Sa désignation par commission du 9 août 1534, pour présider, les quatre présidents du parlement de Paris étant empêchés, les Grands-Jours de Moulins27, anticipait de quelques semaines la provision, le 26 septembre 1534, d’un office de président au parlement de Paris28, consécration accélérée pour ce juriste qui n’avait jamais été membre du Parlement et qui était à l’évidence protégé du chancelier. Lorsque ce dernier mourut, les observateurs ne s’y trompèrent point du reste et le bourgeois de Paris notait ainsi dans son Journal : « Touteffois on dit que ledict deffunct Du Prat mist premierement au roy devant ses yeux ledict Du Bourg pour le insinuer audict office [de chancelier] aprés luy29. »

Chancelier

Contexte et contours d’une charge particulière

  • 30 Philippe Hamon, op. cit., p. 379.
  • 31 Voir la nausée provoquée par cette avalanche de commissions extraordinaires chez les notables lyon (...)
  • 32 Sur ce point, discuté, voir Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son ro (...)

7La charge de chancelier de France à la Renaissance comporte des responsabilités considérables qu’il est difficile et délicat de résumer. « Chef d’embryon d’administration monarchique30 » : l’expression ne se veut pas réductrice, elle manifeste au contraire le haut degré de synthèse des activités du chancelier au sein du gouvernement royal de l’époque. La détention des sceaux royaux lui confère une bonne partie de ses prérogatives administratives et, par voie de conséquence, politiques. Elle lui permet en particulier de sortir du strict champ judiciaire (chef naturel des tribunaux et officiers royaux) et juridique (élaboration de la loi) pour pénétrer tous les secteurs auxquels la monarchie s’intéresse, qu’il s’agisse de finances (ordres de dépense, d’affectation de recettes, etc.) ou d’économie au sens large (foires, brevets d’invention, autorisations de coupes de bois, bientôt surveillance de l’imprimé, etc.). La multiplication des commissions temporaires, dont François Ier a particulièrement usé31, a de facto autorisé le chancelier à porter son regard sur toutes les procédures accélérées, extraordinaires et inédites que la monarchie a jugé nécessaire pour bousculer les démarches traditionnelles incompatibles avec les prémisses d’un premier absolutisme32 et l’urgence des périodes de crise. Est-il besoin de rappeler à cet égard que le cancellariat de Du Bourg est presque tout entier inscrit dans une période de guerre ? À partir de février 1536, les troupes du roi de France envahissent la Savoie et prennent Turin en mars suivant. Les opérations militaires se déploient très vite sur tous les terrains : Provence à partir de juillet 1536, Picardie en août suivant. Si une trêve est signée à Monzon le 16 novembre 1537, il faut attendre l’entrevue de Nice au printemps 1538 pour qu’une trêve de dix ans soit signée le 18 juin 1538 ; enfin, quelques jours avant le décès de Du Bourg, le roi de France conclut le 23 octobre 1538 l’accord de Compiègne avec Marie de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas. Faciliter le financement de l’effort militaire est le mot d’ordre qui envahit l’essentiel de la correspondance adressée au chancelier par le roi et ses proches conseillers et collaborateurs.

  • 33 AN, J 966, dossier 12, pièce no 19, Breton à Du Bourg, Meudon, 24 juillet 1537 : « Messieurs les c (...)
  • 34 AN, J 966, dossier 12, pièce no 23, Breton à Du Bourg, Villeneuve, 20 juin 1537 : « Monsr le conne (...)

8L’intervention dans la plupart des domaines gouvernementaux n’est pas synonyme de pouvoir décisionnel. Il y a parfois loin de la coupe aux lèvres. Chaque titulaire incarne plus ou moins complètement les virtualités fonctionnelles de l’office. Du Bourg chancelier n’en demeure pas moins un membre particulier du gouvernement. Sa charge spécifique et technique lui confère un statut presque unique au sein du cercle dirigeant, d’autant plus que ses seuls concurrents potentiels, les secrétaires des finances, ne jouissent pas encore d’une considération et d’un titre – secrétaires d’État – qui leur assureraient ex officio une place de choix dans le processus de la décision politique. L’irruption des secrétaires dans la production d’actes royaux, d’abord lente et limitée au début du XIVe siècle, puis diffuse et insistante depuis Louis XI et Charles VIII, change malgré tout quelque peu la donne. À plus d’une reprise, Du Bourg semble réduit au rôle de gardien des sceaux, au sens propre et non institutionnel de l’expression. Le secrétaire Jean Breton lui adresse ainsi des documents dont il a assuré l’entière rédaction, qu’il s’agisse de divers actes relatifs au procès du président René Gentil33 ou des textes écrits par d’autres comme la trêve négociée par Montmorency en juin 153834. Quand il le faut, il sait employer les termes les plus pressants :

  • 35 AN, J 966, dossier 12, pièce no 12, Breton à Du Bourg, Meudon, 13 juillet 1537.

« Le dict seigneur [= François Ier] m’a aussi faict depescher par ci-devant des lettres patentes pour saisir l’evesché d’Ostun et l’abbaye de Sainct-Lomer, lesquelles il entend et veult estre seellees, vous asseurant, Monseigneur, qu’il ne me commanda jamais chose depuis que je suis a son service si expressement que cela et suis certain qu’il pense que lesd. benefices soient desja saisyz. Vous adviserez la-dessus a en faire ce qu’il vous plaira, c’est assavoir de les faire seeller ou de luy en parler35. »

  • 36 AN, J 966, dossier 12, pièce no 3, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 27 juin 1537 : « Je vous envo (...)
  • 37 Hélène Michaud, op. cit., p. 150-151, en tire par exemple des conclusions exactement inverses ; de (...)
  • 38 Voir encore ibid., pièce no 6, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 2 juillet 1537 : « J’ay receu a c (...)
  • 39 AN, J 965, dossier 8, pièce no 40, Montmorency à Du Bourg, « Pere », 29 mai [1537 ?] : « J’ay ente (...)
  • 40 AN, J 966, dossier 12, pièce no 12, Breton à Du Bourg, Meudon, 13 juillet 1537 : « Il a esté derni (...)

9Que la demande soit faite en termes respectueux36 ne change rien à l’affaire et ne doit pas induire en erreur37 : si le chancelier conserve son pouvoir d’initiative38, dans certains cas, il n’est sollicité qu’en fin de course et le secrétaire est d’abord un transmetteur d’ordres au chancelier beaucoup plus qu’un de ses collaborateurs. Il est cependant toujours loisible à Du Bourg de refuser de donner son accord. Il s’expose alors à des répliques plus ou moins impérieuses. Le connétable, contrarié dans ses demandes d’hommes d’armes auxquelles il donne lui-même une traduction en acte, exige ainsi que le chancelier s’exécute sans « difficulté »39. Breton lui-même sait opportunément s’abriter derrière l’autorité souveraine de François Ier et circonscrit l’intervention du chancelier aux aspects purement formels40.

Le roi, ses conseillers et le chancelier

  • 41 AN, J 965, dossier 5, pièce no 8, François Ier à Du Bourg, Valence, 10 août 1536.
  • 42 AN, J 965, dossier 5, pièce no 15, le même au même, Valence, 21 août 1536.
  • 43 AN, J 965, dossier 5, pièce no 1, le même au même, Vienne, 4 août 1536.
  • 44 AN, J 965, dossier 5, pièce no 3, le même au même, Roussillon, 5 août 1536.
  • 45 Le fils aîné de Du Bourg, François, devint maître des requêtes en 1538 (Louis Moreri, op. cit., t. (...)
  • 46 AN, J 965, dossier 6, pièce no 55, François Ier à Du Bourg, Suzanne, 12 novembre 1537.

10Le lien de Du Bourg avec le roi, imposé par les institutions, est régi par des relations humaines où le souverain manifeste régulièrement que sa volonté ne souffre pas de discussion. L’expression de l’ordre royal connaît une gradation dont le destinataire était probablement le seul à mesurer la signification, depuis le doux « vous me ferez tres agreable plaisir et service41 » (avec la variation du « tres singullier service42 ») aux plus directs « je vous prie et ordonne43 » ou je veulx et entends44. Dans le domaine des offices royaux, le roi ne laisse que des miettes à son chancelier, qui peut pousser quelques proches dans les domaines de compétence de la chancellerie45 et au besoin les soutenir de quelques gratifications, mais qui se voit fermement tenu à l’écart de la plupart des attributions que le roi se réserve, y compris pour une présidence des enquêtes au parlement de Paris46.

  • 47 Hélène Michaud, op. cit., p. 144.
  • 48 AN, J 966, dossier 12, pièce no 4, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 27 juin 1537 : « J’ay present (...)

11Plus significatif pour l’historien est le contenu même de la correspondance adressée par le roi à son chancelier. À aucun moment le souverain ne se place dans la situation d’avoir à demander un avis ou un conseil à Du Bourg. Ce commerce épistolaire à sens unique, vertical et descendant, ne surprend pas outre mesure dans le cadre d’une monarchie. Surtout, la correspondance dont il est question ne doit pas faire illusion sur son caractère faussement personnel en raison de l’emploi de la première personne du singulier et de l’apostrophe. Les lettres missives du roi, contresignées par un secrétaire, sont des documents relativement formalisés et appartiennent au domaine de l’acte royal. Elles occupent ainsi une place singulière, à mi-chemin entre le mandement (acte de chancellerie) qui emporte des conséquences juridiques et administratives et le billet autographe censé porter des sentiments plus directs du souverain. Les secrétaires en ont le monopole47 et le chancelier est même contraint de les leur réclamer pour régler des affaires dont il a la charge, à moins qu’il ne soit simplement consulté pour sa connaissance du latin48.

  • 49 Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris, A. et J. Picard, 1962, p. 140-141.
  • 50 Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne : les gardes des sceaux de France d (...)

12Dans l’ensemble, toutefois, Du Bourg obtempère et ne se retranche pas dans sa charge pour mener une quelconque guérilla administrative. Il importe de souligner, pour mieux mesurer l’adhésion complète de Du Bourg (et Duprat avant lui) à la politique royale, qu’il n’entre pas à cette époque dans l’esprit du monarque de substituer temporairement le chancelier par un garde des sceaux : le chancelier est encore révocable ad nutum, les précédents médiévaux ne manquent pas49. Le titulaire n’est alors nullement inamovible, comme il le devint peu de temps après lorsqu’il fallut confier en urgence les sceaux retirés à un Guillaume Poyet arrêté pour forfaiture50. Toutefois, pour des raisons qui tiennent à l’esprit des institutions, la position de Du Bourg est moins fragile que celle d’autres conseillers choisis et dont l’étoile pâlit avec la faveur retirée brutalement.

  • 51 ORF, t. VIII, p. 138-141, no 752, pouvoirs, Saint-Vallier, 5 août 1536.
  • 52 Philippe Hamon, op. cit., p. 370.

13La fonction de chancelier éloigne son titulaire d’un souverain qui affectionne les théâtres d’opérations militaires. Ces moments de séparation l’empêchent à l’évidence de peser suffisamment sur l’esprit du roi pour infléchir son jugement, mais en même temps le placent dans une situation où la décision peut lui revenir, seul ou à plusieurs. Le 5 août 1536, François Ier donne ainsi pouvoir à Du Bourg, au cardinal de Tournon et à Jean de Laval, seigneur de Chateaubriand, de tenir le Conseil privé pendant l’absence du roi.51 En réalité, la faveur n’est pas immense : le chancelier est de toute façon membre de droit du Conseil et dans le cas présent il quitte Lyon le 12 octobre suivant, mettant ainsi fin de facto à sa participation aux affaires urgentes laissées à l’appréciation de Tournon52.

  • 53 Ibid., p. 416.
  • 54 Ibid., p. 370.
  • 55 AN, J 965, dossier 6, pièce no 31, François Ier à Du Bourg, Fontainebleau, 4 juillet 1537.

14Plus qu’avec le roi, c’est avec les autres conseillers que Du Bourg a régulièrement affaire. Tournon est probablement celui avec lequel il est amené le plus régulièrement à collaborer. Les lettres du cardinal ne laissent pas transparaître de mésentente, ni même d’impatience excessive dans un domaine, les finances, où pourtant la rapidité de réaction est primordiale. C’est qu’en fait Tournon, qui se considère comme un des rares spécialistes de ces questions53, peut passer outre les prérogatives du chancelier et engager le crédit de la monarchie sur son nom, à charge pour lui de récupérer, après l’orage, les sommes avancées en comptant sur sa propre faveur auprès du roi54 qui d’ailleurs explique à Du Bourg que le cardinal est l’homme de la situation et qu’il convient de lui faciliter les choses55.

  • 56 AN, J 965, dossier 8, pièce 23, Montmorency à Du Bourg, Abbeville, 2 juillet [1537].
  • 57 AN, J 965, dossier 8, pièce 27, Montmorency à Du Bourg, Abbeville, 25 juillet [1537].

15Avec Montmorency, la subordination est plus évidente. Si le connétable respecte le chancelier, il ne cesse de lui représenter que ses éventuels atermoiements sont la source de bien des maux dont un juriste à ses yeux ne peut comprendre l’étendue56. Dès qu’il en a l’occasion, Montmorency se fait un plaisir d’étaler sans science de la poliorcétique pour justifier rétrospectivement la demande pressante de secours financiers57.

  • 58 Hélène Michaud, op. cit., p. 147.
  • 59 Dans les deux dossiers de lettres adressées par François Ier à Du Bourg (AN, J 965, dossiers 5 et (...)

16Jean Breton, sieur de Villandry, est sans doute pour Du Bourg l’allié le plus précieux dans ses relations avec le roi. Il, est, nous l’avons vu, largement co-responsable de la production de certains actes royaux. Celui qui est de préférence à d’autres en charge des affaires militaires58, est aussi, à de très rares exceptions près59, l’unique responsable de la correspondance du souverain avec le chancelier. De là à ce que son royal maître ne vienne que lui apporter l’autorité de sa signature, il n’y a sans doute qu’un pas que l’on peut franchir dans bien des cas. Les relations entre les deux personnages sont certainement suffisamment confiantes pour que Breton prenne à son service Jean Goret, secrétaire de Du Bourg après le décès de ce dernier.

Le chancelier conseiller dans ses œuvres

  • 60 Voir la correspondance adressée à Du Bourg par Raymond Pellisson et Claude Bellièvre (AN, J 966, d (...)

17Alors, Du Bourg n’est-il qu’un magnifique expert, un exécutant de haut rang, une figure institutionnelle symbolique ? L’examen de sa correspondance permet tout d’abord de déceler un certain nombre d’affaires ou de négociations dans lesquelles le chancelier a apporté un soin tout particulier et manifestement piloté la conduite. La mise en place d’institutions françaises dans la Savoie nouvellement conquise semble ainsi être passée étroitement entre ses mains. Les hommes de loi chargés de réfléchir à cette nouvelle organisation et spécifiquement désignés par la monarchie pour y veiller localement prennent à l’évidence leurs ordres auprès du chancelier, tant pour des raisons hiérarchiques que, semble-t-il, parce que Du Bourg est l’interlocuteur privilégié dans ce domaine60.

  • 61 AN, J 966, dossier 45, lettres de Robert Stuart, maréchal d’Aubigny, et ibid., dossier 46, lettre (...)
  • 62 Voir par exemple le dossier Lannet (AN, J 966, dossier 27) ou le dossier Suisses (AN, J 967, dossi (...)
  • 63 AN, J 965, dossier 5, pièce no 25, François Ier à Du Bourg, Valence, 5 septembre 1536. Ce dévoueme (...)

18L’action diplomatique paraît lui échapper assez largement, mais il paraît avoir eu la haute main sur les affaires d’Écosse, manifestement parce qu’elles comportaient un volet judiciaire et financier auquel on pensait qu’il pouvait donner une issue favorable61. Le suivi des négociations avec les Suisses, financières autant que militaires concentre là aussi l’attention du chancelier qui se fait régulièrement expédier des nouvelles détaillées par les responsables des paiements62. Il s’agit là d’un des rares domaines financiers, avec la levée de la décime sur les ecclésiastiques où il se montre un zélé (et apprécié) exécutant de la politique royale63, où Du Bourg paraît agir avec quelque latitude. En effet, dès que d’autres sont mieux placés que lui (Tournon et ses liens privilégiés avec la ville de Lyon), il cède du terrain.

  • 64 ORF, t. VIII, p. 141-173, no 753, Valence, 30 août 1536.
  • 65 ORF, t. VII, p. 288-404, no 710, Is-sur-Tille, octobre 1535.

19Mais c’est avant tout dans le domaine de la justice que le chancelier peut être crédité d’une action propre. L’œuvre d’un cancellariat n’est pas aisée à apprécier et souvent la durée (Duprat) ou les grands textes réformateurs (Poyet, L’Hospital) valent brevet d’activité. Du Bourg à cet égard ne jouit pas d’une grande réputation. Pourtant, à condition de relativiser comme il convient l’apport des autres chanceliers à la législation de leur époque et de reconsidérer dans leur ensemble certains textes édictés durant la période 1535-1538, on peut convenir que l’activité législative de Du Bourg est tout sauf nulle. Les textes sélectionnés par les éditeurs des Ordonnances des rois de France marquent à l’évidence un souci net de Du Bourg de continuer et d’approfondir l’œuvre de ses prédécesseurs dans l’intégration institutionnelle, et particulièrement judiciaire, des provinces réunies relativement récemment au royaume, en l’occurrence la Provence et la Bretagne (en particulier l’édit réglementant la procédure, Valence, 30 août 153664). La grande ordonnance de réformation de la justice en Provence (Is-sur-Tille, octobre 1535)65, héritières de textes antérieurs (mars 1499, juillet 1493, juin 1510), préfigure sur plusieurs points des dispositions du célèbre texte donné à Villers-Cotterêts (août 1539) et régulièrement mis au compte du seul Poyet.

  • 66 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de (...)
  • 67 Voir par exemple AN, J 966, dossier 6 (Jean Bertrand), 30 (Pierre Lizet) ou J 967, dossier 11 (gen (...)
  • 68 AN, J 966, dossier 13 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 309-311.
  • 69 Voir la longue missive relative à l’achat projetée de la maison de Jean Prévost, officier de finan (...)

20Il ne faut certes pas poser sans quelque précaution l’équation « ordonnance ou édit égale décision du chancelier ». Ce dernier fait sans doute encore largement la loi au XVIe siècle66, mais il n’est pas seul à y concourir. Outre son personnel attitré (secrétaires, maîtres des requêtes), il lui faut naturellement compter avec les membres des cours souveraines et singulièrement du parlement de Paris67. Sa correspondance témoigne de liens privilégiés avec certains d’entre eux, au premier rang desquels Louis Caillaud, davantage tourné, il est vrai, vers la répression des abus financiers68 dont il tâchait à l’occasion de faire bénéficier Du Bourg69. La correspondance conservée restitue bien la dimension de chef de la magistrature inhérente au chancelier de France, même si plusieurs parlements ne sont pas représentés.

  • 70 Le préambule de cette déclaration (ORF, t. VII, p. 248-251, no 701, Coucy, 16 juillet 1535) mérite (...)
  • 71 Le silence des nonces sur l’action du chancelier est à cet égard édifiant (ANG, 1).
  • 72 ORF, t. VIII, p. 494-499, no 828, Montpellier, 28 décembre 1537 ; ibid., t. IX, p. 88-92, no 846, V (...)

21Deux textes emblématiques d’une action politique et d’une décision forte, dans des domaines très différents, posent de manière nette la question de la participation du chancelier à la mise en forme de la décision que constitue tout acte royal. Le jour même où Du Bourg reçoit ses provisions de chancelier de France, le 16 juillet 1535, une déclaration de François Ier suspend les poursuites contre les hérétiques, même fugitifs, hormis les sacramentaires et les relaps, à condition de retour et d’abjuration. Faut-il voir dans ce texte, mûrement pesé70, la première décision de Du Bourg ou au contraire l’opportunité saisie par d’autres conseillers du roi, voire le roi lui-même, de profiter du décès de Duprat pour infléchir radicalement la politique religieuse du souverain ? Du Bourg, qui n’occupe pas dans l’Église la position extraordinaire que fut celle de son prédécesseur cardinal-légat, n’a pas, semble-t-il, suscité d’attaques directes de ceux qui étaient persécutés, encore moins de louanges de la part de leurs adversaires71. Son rôle de conseiller, en la matière, s’il en eut un, fut sans doute de promouvoir une surveillance plus étroite de la production imprimée qui fût aussi indépendante que possible de la Faculté de théologie : les textes aussi bien que la pratique témoignent dans ce sens72.

  • 73 ORF, t. VIII, p. 104-112, no 745, Crémieu, 19 juin 1536.
  • 74 Plusieurs lettres adressées à Du Bourg montrent un père attentif aux bénéfices susceptibles d’être (...)
  • 75 Gallia christiana…, t. XIV, col. 509 ; t. XI, col. 938 ; t. VIII, col. 1578 ; t. II, col. 161.
  • 76 Hierarchia catholica…, t. 3, Munich, 1923, p. 286, notes 6 et 7.

22La promulgation de l’édit de Crémieu, sur les justices ordinaires royales (bailliages et sénéchaussées), intervient (19 juin 1536)73 alors que Du Bourg est chancelier depuis près d’un an. Ce texte, qui concède à la noblesse une place de choix tant dans l’institution judiciaire que dans la procédure elle-même, témoigne-t-il d’une appréciation personnelle de Du Bourg qui l’aurait fait triompher à cette occasion ? Il est certain en tout cas qu’il n’a cessé d’en surveiller l’application réelle et qu’il s’est préoccupé de lui donner les éclaircissements nécessaires sur les points qui le méritaient. Ses ambitions sociales propres sont en revanche délicates à percer. Son titre de chevalier, qui accompagne normalement celui de chancelier, n’est pas significatif. Il semblerait que le modèle Duprat ait déteint, avec moins de réussite, sur Du Bourg. Le fils aîné de Du Bourg, François, fut poussé et soutenu par son père, à la fois dans le monde des offices (maître des requêtes en 1537) et dans la voie de l’Église et de ses bénéfices désormais à la libre disposition du roi74 : abbé de Saint-Georges-du-Bois, OSA, dioc. du Mans, de Saint-Lô, OSA, dioc. de Coutances, de Saint-Euverte, OSA, dioc. Orléans et de Notre-Dame d’Issoudun, OSB, dioc. Bourges75, il fut pourvu de l’évêché de Rieux le 5 décembre 1537 ; à son décès en 1568, son frère Jean, lui succéda sur ce siège dont il fut pourvu le 20 juillet 157576. Enfin, le dernier garçon, prénommé Antoine, était mineur au moment du décès de son père qui ne put le pousser assez avant sur la scène des offices : il devint toutefois, par la force des réseaux locaux, sénéchal de Riom et opta pour la Réforme.

Conclusion

  • 77 Sur ces derniers événements, voir ORF, t. IX, p. 208, note 1.

23Antoine Du Bourg décéda accidentellement en chutant de sa mule sur laquelle il accompagnait François Ier qui quittait la ville de Laon. Son corps fut enseveli aux cordeliers de Laon et le 19 novembre 1538 un service funèbre fut célébré à sa mémoire à l’église parisienne de Saint-Germain-l’Auxerrois77, tout près de son domicile de la rue de l’Arbre-Sec. De cet épisode on pourrait tirer paresseusement une parabole, celle du bon conseiller, prudent et compétent, mais peut-être inadapté aux cahots de la vie politique du temps. Du Bourg en réalité n’incarne pas une orientation nouvelle donnée par François Ier à la charge de chancelier (un technicien obéissant et fidèle) et pas davantage un accident dans cette longue succession de titulaires. Sur la longue durée, les monarques n’ont cessé de choisir des personnalités tour à tour fades, expertes ou réellement fortes et innovantes pour tenir leurs sceaux. La capacité des uns ou des autres à sortir du cadre de conseiller institutionnel pour entrer dans celui de conseiller choisi est aussi affaire d’homme, quelle que soit la période de l’époque moderne. Il reste que le règne de François Ier qui voit la montée concomitante d’une exigence d’unification législative, d’une prétention politique à faire sauter un certain nombre de verrous institutionnels (parlement) et de la progressive politisation des secrétaires offrait au chancelier de France tout à la fois des opportunités inédites et des menaces réelles de déstabilisation. Pour autant qu’on puisse en juger, Du Bourg évolua avec assez de doigté entre ces deux tendances antagonistes de son influence.

Notes

1 AN, J 965 à J 968 ; cette correspondance passive, aujourd’hui ventilée selon les expéditeurs, fait l’objet d’une édition, en cours, par les soins de l’École des chartes sous la direction de l’auteur de cette notice. Les historiens et archivistes font ordinairement dériver cette moisson archivistique exceptionnelle de la saisie des papiers du chancelier Guillaume Poyet intervenues à l’ouverture de son procès en 1542 (AN, État général des fonds, tome premier : L’Ancien Régime, Étienne Taillemite (dir.), Paris, Archives nationales, 1978, p. 260). Une telle interprétation, si elle a sa part de logique, pose toutefois un certain nombre de questions. Tout d’abord, l’ensemble appelé « coffres des chanceliers » ne comporte aucun document ou lettre datant du cancellariat de Poyet lui-même, à l’exception d’une lettre du doge de Venise écrite à Poyet pour le féliciter de sa promotion comme chancelier (AN, J 963, pièce no 47, Andrea Gritti à Guillaume Poyet, Venise, 26 novembre 1538). On pourrait évidemment soutenir l’idée que les pièces concernant directement la gestion de Poyet aient été distraites et conservées par ses juges. Mais dans ce cas comment expliquer que trois des quatre années du cancellariat de Du Bourg (1535-1536 et 1538) soient si mal représentées dans l’ensemble de la correspondance passive conservée de ce dernier ? Une évaluation rapide et grossière, qui ne tient pas compte d’éventuelles meilleures datations possibles et de la nature des lettres, billets ou notes non signées reçues par Du Bourg, laisse apparaître pour l’instant la répartition suivante : année 1535 (six mois d’exercice), 1 % ; année 1536, 15 % ; année 1537, 38 % ; année 1538 : 8 % ; sans date : 38 %. Ces dernières lettres, dépourvues, comme c’est encore très souvent le cas à cette époque, de millésime ne peuvent être toutes portées au crédit des années 1535 ou 1538, car elles émanent de personnages issus de milieux sociaux et politiques moindres que le roi et les membres du Conseil dont la correspondance est très majoritairement répartie sur les années 1536-1537. Ajoutons enfin, pour inciter à rouvrir ce dossier sans doute un peu trop vite clos, qu’à la mort du chancelier Duprat le roi fit également saisir ses papiers de fonction : Hélène Michaud, La Grande Chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 369. N’aurait-il pas agi de même à l’égard de Du Bourg ? Lorsque l’on sait que tel fut également le sort des papiers des gardes des sceaux François de Montholon et François Errault (ibid.), il paraît sans doute plus approprié de rapprocher l’entrée de ces documents dans le Trésor des chartes d’une politique royale plus soucieuse, et surtout capable, sous François Ier, d’assurer la continuité documentaire de l’action gouvernementale que d’une saisie opérée à la faveur d’une procédure extraordinaire.

2 Pour reprendre le titre du récent essai de Nikolay Koposov, De l’imagination historique, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, coll. « Cas de figure », 2009.

3 La prise de décision en France (1525-1559). Recherches sur la réalité du pouvoir royal ou princier à la Renaissance, Roseline Claerr et Olivier Poncet (dir.), Paris, École nationale des chartes, coll. « Études et rencontres de l’École des chartes » (28), 2008.

4 L’attitude est générale au XVIIe siècle : pour un éclairage dans le monde patricien, qui à l’évidence n’est pas celui des Du Bourg, voir Robert Descimon, « Élites parisiennes entre XVe et XVIIIe siècle. Du bon usage du cabinet des titres », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 155 (1997), p. 607-644 ; voir aussi André Burguière, « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, 1991, p. 771-788.

5 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique…, nouv. édition, 10 vol., Paris, Libraires associés, 1759, t. II, 2e partie, p. 168-169, « Du Bourg, Branche des seigneurs de Saillans ».

6 La seule localité correspondante serait en fait Saint-Montan, Ardèche, cant. Bourg-Saint-Andéol, dans le diocèse de Viviers.

7 Moreri concède à cette occasion sa première faiblesse. Après avoir dit qu’Étienne Du Bourg et sa femme firent reconnaissance des biens qu’ils détenaient en fief du seigneur de Saint-Montan, il ajoute avec une bonne dose de fatalisme : « On présume qu’après cela ils se retirèrent à Alais et peut-être même qu’ils y étoient auparavant. »

8 L’acquisition de la baronnie du Sailhant (Cantal, cant. Saint-Flour-Nord, comm. Andelat) n’est ni à mettre au compte de Anne, ni à celle de son fils le chancelier Antoine (Hélène Michaud, La Grande Chancellerie…, p. 200), mais à celui de la veuve de ce dernier, Anne Hénard, qui l’acquit, par contrat passé le 25 juin 1540 par-devant le notaire parisien Germain Le Charron, pour 30 000 livres d’Antoinette d’Amboise, veuve d’Antoine de La Rochefoucauld, seigneur de Barbezieux (AN, Min. centr., LIV, 17, inventaire après décès d’Anne Hénard, commencé le 5 mai 1543, inventaire des papiers, cote A).

9 AN, J 967, dossier 24, pièce no 6, attestation de Michel Brandon, lieutenant général du sénéchal d’Auvergne, Jean de Rodez, licencié ès lois, et Étienne Du Bourg, avocats et procureurs fiscaux de la sénéchaussée d’Auvergne, que Jacques de Beaufort, comte d’Alès, marquis de Canillac, fait sa résidence coutumière dans les châteaux de La Mothe, de Canillac et de Pont-du-Château, 12 juin 1537. Peut-être trouverait-on à éclairer le possible service d’Anne Du Bourg dans le chartrier de Castries (AN, 306 AP, art. 271-480, comté d’Alès) : le comté d’Alès est cédé en 1575 aux Montmorency, puis passe par héritage aux Conti qui le vendent enfin aux Castries en 1777 (Jean Sablou, « Avant-propos », dans Yves Chassin du Guerny, Le chartrier de Castries (306 AP), Paris, Archives nationales, 1975, p. 11-24, à la p. 20).

10 Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Ludovic Lalanne (éd.), Paris, J. Renouard, 1854, p. 461-462 : « Messire Anthoine Du Bourg, aussi natif dudict Yssoire en Auvergne. » Y a-t-il volonté de la part de l’auteur (anonyme) de souligner davantage encore la continuité entre Duprat (effectivement natif d’Issoire) et Du Bourg, son compatriote qu’il aurait lui-même choisi pour lui succéder (voir infra) ? L’hésitation se retrouve chez les meilleurs historiens : Philippe Hamon penche tantôt pour Issoire (L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Études générales », 1994, p. 361), tantôt pour La Seille (« Du Bourg, famille », dans Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2001, p. 771-772, à la p. 771).

11 Michel François, Correspondance du cardinal François de Tournon (1521-1562), Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences philologiques et historiques » (290), 1946, p. 64, note 32 : Du Bourg est cité comme témoin dans la remise par François Ier à Charles Quint des titres d’investiture du royaume de Naples avec le titre de « docteur es droits ».

12 AN, Min. centr., LIV, 17, inventaire après décès d’Anne Hénard, commencé le 5 mai 1543.

13 Ibid., part. inventaire des papiers, cote J.

14 Ibid., cote K, compte rendu par Antoine Du Bourg à Jean l’Aîné et Jean le Jeune Hénard, frères, s. d.

15 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Études générales », 1999, p. 13.

16 Il est mentionné avec cette qualité dans l’acte de tutelle des enfants d’Antoine Du Bourg et Anne Hénard en date du 4 mai 1543 et transcrit en tête de l’inventaire après décès d’Anne Hénard (AN, Min. centr., LIV, 17). Il n’est toutefois pas cité par Vladimir Angelo, Les curés de Paris au XVIe siècle, Paris, Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France » (26), 2005, p. 623-838, « Annexe 2. Notices biographiques ».

17 L’assertion de P. Hamon selon laquelle Du Bourg aurait été membre de la commission de reddition de comptes de 1517 (Arlette Jouanna et al., La France de la Renaissance…, op. cit., p. 771) est démentie par les travaux du même auteur (L’argent du roi…, op. cit., p. 289-290).

18 Louis Moréri, op. cit., t. II, 2e partie, p. 168.

19 Philippe Hamon, op. cit., p. 295-301.

20 CAF, t. I, p. 550-551, no 2895, commission, Saint-Germain-en-Laye, 5 mars 1528.

21 Philippe Hamon, op. cit., p. 314.

22 Louis Moréri, op. cit., t. II, 2e partie, p. 169.

23 CAF, t. II, p. 466, no 6056, lettres de relief de surannation, Lyon, juin 1533.

24 La date de sa nomination n’est pas connue (Hélène Michaud, op. cit., p. 399). L’exercice de cette charge est documentée par divers documents comme un mandement du trésorier de l’Épargne (CAF, t. II, p. 129, no 4490, mandement, Argentan, 28 mars 1531).

25 Hélène Michaud, op. cit., p. 77.

26 CAF, t. II, p. 137, no 4530, lettres de provision, Briquelec, 28 avril 1532.

27 CAF, t. II, p. 729, no 7290, commission, Fontainebleau, 9 août 1534.

28 CAF, t. II, p. 745, no 7358, lettres de provision, Bury, 26 septembre 1534.

29 Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 462.

30 Philippe Hamon, op. cit., p. 379.

31 Voir la nausée provoquée par cette avalanche de commissions extraordinaires chez les notables lyonnais qui s’en plaignent au cardinal de Tournon (AN, J 965, dossier 7, pièce no 24, Tournon à Du Bourg, Lyon, 12 octobre [1536], publiée par M. François, Correspondance du cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 112, no 111).

32 Sur ce point, discuté, voir Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 521-547, « Chapitre xxvi. Monarque absolu ? » ; Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, 2002, p. 203-206.

33 AN, J 966, dossier 12, pièce no 19, Breton à Du Bourg, Meudon, 24 juillet 1537 : « Messieurs les commissaires ordonnez a faire le procés du president Gentil ont icy envoyé devers le roy pour luy faire commander l’expedition de plusieurs lettres missives et patentes touchant cest affaire. Sur quoy, Monseigneur, led. sr m’a commandé en faire l’expedition, pourveu que vous trouvez que ce qu’ilz demandent soit raisonnable. »

34 AN, J 966, dossier 12, pièce no 23, Breton à Du Bourg, Villeneuve, 20 juin 1537 : « Monsr le connestable me vient d’envoyer tout a ceste heure la ratifficacion de la trefve et m’a mandé la faire incontinent signer au roy pour après la vous envoyer affin de la seeller pour la luy faire tenir promptement après par ce courrier a Villefrancque la ou il est encores, par quoy, Monseigneur, après l’avoir fait seeller la rendre a ced. porteur pour la m’apporter. »

35 AN, J 966, dossier 12, pièce no 12, Breton à Du Bourg, Meudon, 13 juillet 1537.

36 AN, J 966, dossier 12, pièce no 3, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 27 juin 1537 : « Je vous envoye par ce porteur le povoir de monsieur le baron de Sainct-Blancard, pareillement ung autre que vous verrez pour monsr de Rhodes et pour messire Lyvio ; vostre bon plaisir sera, Monseigneur, les faire sceller. »

37 Hélène Michaud, op. cit., p. 150-151, en tire par exemple des conclusions exactement inverses ; de manière générale, l’auteur tend à retarder l’implication des secrétaires dans la genèse et la rédaction des actes ou à tout le moins à conserver au chancelier une maîtrise et un pouvoir hiérarchique au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle.

38 Voir encore ibid., pièce no 6, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 2 juillet 1537 : « J’ay receu a ce jour environ six heures vostre lettre du jourd’uy et suivant le contenu d’icelle je vous renvoye la lettre patente que demandez toute expedyee. »

39 AN, J 965, dossier 8, pièce no 40, Montmorency à Du Bourg, « Pere », 29 mai [1537 ?] : « J’ay entendu par monsieur de Soissons la difficulté que vous faictes d’expedier la declaracion que j’ay faict dresser touchant les guetz de ma cappitainerie du chasteau de Nantes, a quoy je veulx bien vous satisfaire et aussi vous asseurer que led. chasteau de Nantes est tenu pour frontiere d’aussi grande importence que sont Sainct-Malo et Dynent, vous priant a ceste cause monsieur ne faire plus de difficulté a l’expedition de lad. declaracion et vous me ferez bien grant plaisir. »

40 AN, J 966, dossier 12, pièce no 12, Breton à Du Bourg, Meudon, 13 juillet 1537 : « Il a esté dernierement depesché a Rome ung brief en faveur de monseigneur le cardinal de Lorrayne touchant l’arcevesché de Lyon ainsi que aurez peu veoir sur lequel j’ay depesché les lettres patentes du roy qui vous ont esté presentees lesquelles toutesfoys vous avez differé de seeller. Et pour ce, Monseigneur, que c’est chose que le roy a commandee, vostre bon plaisir sera, si vous trouvez lesd. lettres bien dressees les vouloir faire corriger et les me renvoyer pour les reffaire et resigner. »

41 AN, J 965, dossier 5, pièce no 8, François Ier à Du Bourg, Valence, 10 août 1536.

42 AN, J 965, dossier 5, pièce no 15, le même au même, Valence, 21 août 1536.

43 AN, J 965, dossier 5, pièce no 1, le même au même, Vienne, 4 août 1536.

44 AN, J 965, dossier 5, pièce no 3, le même au même, Roussillon, 5 août 1536.

45 Le fils aîné de Du Bourg, François, devint maître des requêtes en 1538 (Louis Moreri, op. cit., t. II, 2e partie, p. 169) et son beau-frère, Jean Hénard l’Aîné devient notaire et secrétaire du roi le 21 janvier 1537 (Abraham Tessereau, Histoire chronologique de la Grande Chancellerie, 2 vol., Paris, Émery, 1710, t. I, p. 95).

46 AN, J 965, dossier 6, pièce no 55, François Ier à Du Bourg, Suzanne, 12 novembre 1537.

47 Hélène Michaud, op. cit., p. 144.

48 AN, J 966, dossier 12, pièce no 4, Breton à Du Bourg, Fontainebleau, 27 juin 1537 : « J’ay presentement receu la lectre qu’il vous a pleu m’escripre du Couldray avecques les lettres missives que je vous avoys envoyees pour mectre en latin. […] Quant aux lettres missives pour le faict des empruncts dont m’escripvez, l’on faict la plus grande diligence que l’on peult d’y besongner et le plus tost que faire se pourra je les vous envoyeray ou pour le moins une bonne partie. »

49 Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris, A. et J. Picard, 1962, p. 140-141.

50 Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne : les gardes des sceaux de France du XVIe au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 151, 1993, p. 359-390, à la p. 361. Le paradoxe, piquant, n’est qu’apparent : en effet, renvoyer le chancelier accusé équivalait à le juger sans attendre le procès. Un garde des sceaux apparaissait comme la meilleure solution pour préserver la minuscule chance que Poyet sortît blanchi des accusations portées contre lui et souligne à quel point le futur ex-chancelier bénéficiait encore de protections au sein du Conseil royal : d’ailleurs quatre gardes des sceaux se succédèrent jusqu’à la fin du procès et le dernier d’entre eux, François Olivier, devint chancelier le 28 avril 1545. Par la suite, et très rapidement (François Olivier lui-même l’éprouva dès 1551), l’usage que l’on fit de cette charge devint plus systématiquement lié aux incompatibilités d’humeur, d’idée ou tout simplement de résistance physique (vieillesse) avec la politique gouvernementale.

51 ORF, t. VIII, p. 138-141, no 752, pouvoirs, Saint-Vallier, 5 août 1536.

52 Philippe Hamon, op. cit., p. 370.

53 Ibid., p. 416.

54 Ibid., p. 370.

55 AN, J 965, dossier 6, pièce no 31, François Ier à Du Bourg, Fontainebleau, 4 juillet 1537.

56 AN, J 965, dossier 8, pièce 23, Montmorency à Du Bourg, Abbeville, 2 juillet [1537].

57 AN, J 965, dossier 8, pièce 27, Montmorency à Du Bourg, Abbeville, 25 juillet [1537].

58 Hélène Michaud, op. cit., p. 147.

59 Dans les deux dossiers de lettres adressées par François Ier à Du Bourg (AN, J 965, dossiers 5 et 6), sur un total de 96 lettres, 1 est contresignée Burgensis, 2 de Bayard et 14 de Bochetel.

60 Voir la correspondance adressée à Du Bourg par Raymond Pellisson et Claude Bellièvre (AN, J 966, dossier 5 et 35).

61 AN, J 966, dossier 45, lettres de Robert Stuart, maréchal d’Aubigny, et ibid., dossier 46, lettre du duc Charles de Suffolk.

62 Voir par exemple le dossier Lannet (AN, J 966, dossier 27) ou le dossier Suisses (AN, J 967, dossier 21).

63 AN, J 965, dossier 5, pièce no 25, François Ier à Du Bourg, Valence, 5 septembre 1536. Ce dévouement du chancelier qui n’exclut pas quelques faveurs accordées à ses proches, comme la réduction de la taxe qui frappe l’abbaye Saint-Georges-du-Bois (Philippe Hamon, op. cit., p. 185) qui est détenue par… François Du Bourg.

64 ORF, t. VIII, p. 141-173, no 753, Valence, 30 août 1536.

65 ORF, t. VII, p. 288-404, no 710, Is-sur-Tille, octobre 1535.

66 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de Guillaume Poyet et de Michel de L’Hospital, Paris, De Boccard, coll. « Romanité et modernité du droit », 2005.

67 Voir par exemple AN, J 966, dossier 6 (Jean Bertrand), 30 (Pierre Lizet) ou J 967, dossier 11 (gens de justice).

68 AN, J 966, dossier 13 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 309-311.

69 Voir la longue missive relative à l’achat projetée de la maison de Jean Prévost, officier de finance condamné par la justice royale : AN, J 966, dossier 13, pièce no 6, Louis Caillaud à Du Bourg, Paris, 25 octobre [1537 ?].

70 Le préambule de cette déclaration (ORF, t. VII, p. 248-251, no 701, Coucy, 16 juillet 1535) mériterait d’être rapporté aux autres textes royaux prenant position dans la crise confessionnelle que traverse la France au cours du premier XVIe siècle.

71 Le silence des nonces sur l’action du chancelier est à cet égard édifiant (ANG, 1).

72 ORF, t. VIII, p. 494-499, no 828, Montpellier, 28 décembre 1537 ; ibid., t. IX, p. 88-92, no 846, Varennes, 17 mars 1538 n. st. Pour la pratique, voir la lettre que lui écrit Louis Caillaud à qui Du Bourg a demandé de s’enquérir discrètement et sans éveiller la Faculté de théologie du projet d’impression d’une bible en langue anglaise à Paris (AN, J 966, dossier 13, pièce no 5, Paris, 22 octobre [1537 ?]).

73 ORF, t. VIII, p. 104-112, no 745, Crémieu, 19 juin 1536.

74 Plusieurs lettres adressées à Du Bourg montrent un père attentif aux bénéfices susceptibles d’être vacants pour en faire bénéficier son fils ; par exemple, AN, J 965, dossier 8, pièce no 38, Montmorency à Du Bourg, camp de l’abbaye de Cercamps, 18 mai [1537].

75 Gallia christiana…, t. XIV, col. 509 ; t. XI, col. 938 ; t. VIII, col. 1578 ; t. II, col. 161.

76 Hierarchia catholica…, t. 3, Munich, 1923, p. 286, notes 6 et 7.

77 Sur ces derniers événements, voir ORF, t. IX, p. 208, note 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540