Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Mathieu de Longuejoue (v. 1480-1557), seigneur d’Iverny, évêque de Soissons

Thierry Rentet et Cédric Michon

Texte intégral

La carrière d’un juriste parisien dans l’ombre des Montmorency (v. 1480-1533)

La lente ascension d’une famille bourgeoise parisienne

  • 1 Guillaume Longuejoue est qualifié de bourgeois de Paris en 1328, de même son fils, nommé lui aussi (...)
  • 2 A.C.C., série B, carton 115 : aveu de Jean de Longuejoue.
  • 3 Mathieu est placé sous la tutelle de sa mère lorsque son père décède en 1482 (Père Anselme, op. ci (...)
  • 4 CAF, VII, 25937.
  • 5 ORF, IV, p. 8; CAF, VII, 26025. À cette époque, les maîtres des requêtes sont au nombre de quatorze (...)
  • 6 Selon le père Anselme, il aurait occupé cette fonction une seconde fois en 1544, ce que met en dou (...)

1Mathieu de Longuejoue appartient à l’une des trois branches d’une famille parisienne qui a connu une ascension classique. Au XIVe siècle, ses ancêtres sont des bourgeois de Paris1. Au siècle suivant les arrière-grand-père et grand-père de Mathieu font entrer le lignage dans les offices de judicature en occupant des charges au Châtelet : avocat, puis conseiller et enfin avocat du roi. C’est à cette époque qu’est acquise la seigneurie d’Iverny2. Son père franchit une double étape supplémentaire en devenant conseiller au parlement de Paris et en épousant Geneviève Baillet. Né avant 14823, Mathieu épouse Madeleine Chambellan, la fille de David Chambellan, avocat général au Parlement. La progression de la carrière de Mathieu de Longuejoue à l’intérieur du monde des offices royaux est remarquable. Le 6 avril 1499, il prête serment en qualité d’avocat au Châtelet. Dès le 24 avril 1502, on le retrouve conseiller de cette même cour. En 1515, il accède à un office de conseiller au Parlement au lieu de Jean Le Coq4. En 1524, il devient maître des requêtes en remplacement d’Antoine Le Viste5. En 1532, il résigne cet office en faveur de son fils Thomas et enfin, en 1538, il assume quelques mois les fonctions de garde des sceaux à la mort du chancelier Antoine du Bourg6. Cette brillante carrière de juriste au service du roi est due à des qualités de technicien du droit. Elle se traduit par des missions aussi nombreuses que variées.

La polyvalence d’un maître des requêtes

  • 7 CAF, VII, 25404.
  • 8 Ibid., VII, 25525.
  • 9 ORF, VI, p. 194-198.
  • 10 CAF, VI, 20231.

2Le Catalogue des Actes de François Ier le mentionne à quarante-quatre reprises. Les objets des actes où figure son nom peuvent être répartis en différentes catégories. Ce sont d’abord ses compétences juridiques qui sont largement utilisées par le souverain. Au début des années 1520, avec d’autres conseillers au parlement de Paris, il doit réformer et rédiger les coutumes du Perche et de la baronnie de Châteauneuf-en-Thimeray7. Avec Arnaud Luillier, il intervient dans le règlement du procès de Retz8. En 1530, il est intégré à la commission chargée de procéder à la réunion au Domaine royal de tous les biens aliénés par la Couronne9. En 1531, il participe à une enquête sur la situation des enfants hospitalisés à l’Hôtel-Dieu de Paris10.

  • 11 Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 296-300. Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p (...)

3Ensuite, à la jonction des finances et de la justice, Mathieu de Longuejoue tient apparemment un rôle non négligeable dans les commissions de la Tour Carrée chargées de remettre de l’ordre dans les finances royales. Absent, semble-t-il, des premières commissions, celles de 1526-1527, il est en revanche intégré dans la commission étoffée du 4 octobre 1528 et maintenu dans celle du 23 avril 1529. Il en devient même l’un des piliers jusqu’au milieu des années 153011.

  • 12 CAF, VI, 433, 21127 (aliénation des aides), à compléter par CCJDB, I, p. 436-440, 448, 460 n et 463 (...)
  • 13 Le 8 juillet 1542, à l’hôtel des Tournelles, le cardinal de Bourbon expose aux prévôt des marchand (...)

4Mathieu de Longuejoue remplit également quelques missions financières. Entre 1536 et 1545, aux côtés d’autres membres du Conseil tels les cardinaux Du Bellay, Tournon, de Meudon, le chancelier Du Bourg, l’amiral d’Annebault et Jean Breton, il participe aux commissions chargées de s’occuper de l’aliénation des aides de différentes élections, de l’engagement d’éléments du domaine royal et de la gestion de la gabelle12. Toujours dans la décennie 1540, en compagnie des cardinaux de Meudon et de Bourbon, le roi a recours à lui pour lever des impôts et solliciter des prêts13.

  • 14 CAF, I, 3451 et I, 3455.
  • 15 Pour l’Artois, ORF, V, p. 231 et CAF, I, 3565 et VII, 26597. Pour la Flandre, ORF, V, p. 225 et CA (...)

5Mathieu de Longuejoue est aussi utilisé par son souverain pour accomplir des missions en qualité d’ambassadeur. D’août à octobre 1529, il accompagne l’amiral Chabot, Charles Du Bec, vice-amiral de France et le secrétaire des finances Gilbert Bayard qui se rendent auprès de l’empereur Charles Quint pour recevoir la ratification du traité de Cambrai14. Par la suite, il fait partie d’une commission qui doit régler certains détails liés à l’application du même traité15.

  • 16 Ibid., VIII, 31221 (ce prêt recouvre en fait une partie de la somme d’argent versée au trésor royal (...)
  • 17 Ibid., III, 8004 ; VII, 26816 ; VIII, 30032.

6Néanmoins, la fréquentation du monarque induit quelques contraintes. Outre celle de rester en permanence disponible, il s’agit aussi de prêter de l’argent au roi. 1 125 livres d’abord, puis 5 000 livres en 1524, et enfin 3 421 livres 8 sous et 6 deniers en 153016. De telles preuves de dévouement méritent récompense. Le roi s’acquitte des services rendus par des dons et le paiement de pensions. 600 livres en 1535, 400 livres à la fin des années 1530, 827 livres « en récompense des services qu’il fait continuellement au roi17 ».

Au service des Montmorency

  • 18 Mickael Harsgor, Recherches sur le personnel du roi sous Charles VIII et Louis XII, Paris-Lille, 1 (...)
  • 19 Mickael Harsgor, op. cit., p. 1261.
  • 20 Acquisition de fiefs : A.C.C., série BA, registre 104 D 32, chapitre « dépenses liées à des achats (...)
  • 21 A.C.C., série BB, registre 107 D 33 et série BA, registre 115 C 1, fo 300 vo et 301. Mathieu de Lo (...)

7Longuejoue est un proche du connétable et de son père, le baron Guillaume de Montmorency. Pour ce dernier, en 1515, il négocie l’accord qui règle définitivement la succession de Pierre d’Orgemont et obtient pour le baron la puissante seigneurie de Chantilly et les fiefs qui y sont attachés18. En 1525, après l’annonce du désastre de Pavie, le parlement de Paris fait appel au baron Guillaume pour qu’il vienne, avec 15 à 20 gentilshommes, mettre la ville en défense. Mathieu de Longuejoue est chargé de rédiger la lettre de la cour19. Dès les années 1520, Anne de Montmorency lui confie le règlement légal de ses acquisitions foncières nouvelles, des legs et dons qu’il reçoit, ainsi que le contentieux pouvant naître de ces achats20. À partir de 1532, Mathieu de Longuejoue entre dans le groupe des auditeurs des comptes des seigneuries montmorencéennes, en compagnie de Nicolas Berthereau, le secrétaire du connétable21.

  • 22 A.C.C., série L, affaires Montmorency : I-94, VIII-159, VIII-238, VIII-338, X-160, XI-164, XII-42, (...)
  • 23 « Je me doubte qu’il me fauldra estre homme de court et prandre l’office de mestre des requestes q (...)
  • 24 A.C.C., IX-122, de Bordeaux, le 24 juin 1530.
  • 25 CAF, I, 3451 et 3565 (commission pour aller vers l’empereur), 3455 (pouvoirs donnés pour traiter de (...)

8La double carrière de Longuejoue est visible à travers les courriers qu’il adresse à Anne de Montmorency. Sur 27 lettres conservées aux archives du château de Chantilly et adressées par le premier au second, 13 renferment des informations concernant les affaires du seigneur de Chantilly, tandis que 14 contiennent des détails sur les affaires du royaume22. Il semble d’ailleurs que le connétable veille sur l’avancement de la carrière du seigneur d’Iverny. En effet, une lettre de 1523 sous-entend clairement le rôle joué par Anne de Montmorency dans l’obtention de l’office de maître des requêtes23. Pour les missives datant de la période 1529-1530, on s’aperçoit que Longuejoue est employé, ainsi que d’autres officiers royaux tels les différents présidents du parlement de Paris, Guillaume Bochetel ou encore l’amiral d’Annebault, soit au règlement des transactions foncières issues du traité de Cambrai, soit à la collation des actes de possessions délaissées au profit de l’empereur, soit à des enquêtes concernant des aliénations et des ventes dans les forêts royales, soit à la ratification du traité de Cambrai par Charles Quint, toutes affaires dont « le roy [est] très contant comme il luy a pleu me dire de ce que Monsieur le premier président et moy avons fait de la charge que il luy avoit pleu nous bailler et semblablement Madame [la mère du roi], dont je loue Dieu24 ». On trouve trace des allées et venues de Longuejoue au service du souverain dans le CAF25.

Conseiller du roi (1533-1547)

Au Conseil

  • 26 Francis Decrue, De Concilio Regis Francisci I, Paris, Plon, 1885, p. 40 sq.
  • 27 CAF, II, acte 5345 : Provision de l’office de maître des requêtes à Thibault de Longuejoue sur rési (...)
  • 28 CAF, VI, 20702 : Lettre de réception de fidélité de Mathieu de Longuejoue pour le temporel de l’évê (...)
  • 29 CCJDB, I, p. 334 (François Ier à Jean Du Bellay, Lon, 10 décembre 1533) et p. 336 (René Du Bellay à (...)

9La date de 1533 est importante pour Longuejoue. D’une part, pour la première fois, il apparaît en qualité de membre du Conseil26 ; d’autre part, il résilie son office de maître des requêtes en faveur de son fils, Thibault27 ; enfin, veuf depuis 1516, il est devenu clerc et accède à son premier grand bénéfice ecclésiastique en devenant abbé de la Sauve Majeure, qu’il abandonne peu de temps après pour l’abbaye cistercienne de Royaumont, située à moins de 10 km de Chantilly, bénéfice qu’il cumule à partir de 1534 avec celui de l’évêché de Soissons28. En 1533 encore, lorsque le roi apprend que l’hérésie pullule à Paris, il ordonne à Jean Du Bellay de commettre deux conseillers au parlement « telz que lad. Court vous nommera, pour faire et parfaire le procès des herectiques, et ce sans prejudice de vostre jurisdiction en autres choses ». Cette lettre est issue d’une audience dans la chambre du roi au cours de laquelle Richer, huissier au parlement de Paris, expose les demandes du parlement devant le légat, Du Bourg, Poyet et Longuejoue29.

  • 30 AN, X1A 8613, fo 68-76, août 1537 ; fo 202-203, août 1539 ; fo 2435 vo, 12 février 1539 ; fos 248- (...)
  • 31 ANG, I, p. 21, Carpi à Ricalto, Évreux, 15 mars 1535).
  • 32 Arch. Di Stato di Mantova, A.G. 638, ambassadeur du duc de Mantoue au duc, Paris, le 20 juin 1539.
  • 33 SP, VIII, p. 329, John Wallop à Cromwell, Rouen, 26 avril 1540.
  • 34 Arch. Di Stato di Torino, Camerale, parlemento francese, Sentenze e sessioni, art. 613, § 2, fo 30 (...)

10Selon Decrue, son nom n’apparaît pas en 1534, mais il y revient en 1535 et siège plus ou moins régulièrement jusqu’en 1541. Il siège à la session du Conseil qui confirme les privilèges d’Orléans en août 1537, à celle qui aboutit à l’édit touchant la juridiction des maîtres des requêtes en août 1539, à celle traitant des secrétaires de la couronne et maison de France, en février 1540, et à celle fixant l’apanage du duc d’Orléans, en juin 154030. Sa présence au Conseil est attestée par des sources diplomatiques. Le 15 mars 1535, le nonce Carpi le mentionne comme conseiller du roi, en compagnie de Duprat, Tournon, Vendôme, Montmorency, Chabot et des secrétaires31, tandis que l’ambassadeur vénitien Giustiniano le place parmi les conseillers les plus influents du roi, en compagnie du cardinal-chancelier Duprat et de Guillaume Poyet, président au parlement de Paris. Le 20 juin 1539, l’ambassadeur du duc de Mantoue est appelé au Conseil du roi où siègent, en dehors du roi et du connétable, le chancelier, les cardinaux de Bourbon, Tournon, Du Bellay, Mâcon, et l’évêque de Soissons32. En avril 1540, John Wallop écrit que François Ier, qui, depuis quelque temps, ne réunissait plus qu’un Conseil très étroit, composé de lui-même, du connétable et du cardinal de Lorraine, l’a élargi aux cardinaux de Tournon, Du Bellay et de Mâcon, et à l’évêque de Soissons33. En outre, en août 1540, il est présent à l’entérinement des lettres de rémission de J.-F. Coste, sieur de Carru34.

  • 35 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, (...)
  • 36 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 42 (liste de Dandolo) et p. 91-92 (« Roolle de ceulx que (...)
  • 37 « Édit portant incorporation définitive du duché de Bretagne à la Couronne de France », Isambert, (...)
  • 38 State Papers Spanish, VIII, no 174, François Van der Delft à Charles Quint, Londres, le 30 novembre (...)

11Les choses se compliquent pour l’année 1542. Decrue ne le mentionne pas, mais l’ambassadeur vénitien Dandolo affirme dans son rapport remis aux autorités vénitiennes qu’il siège au Conseil Privé, mais pas à celui des Affaires35. Cette affirmation recoupe la liste que le roi fait dresser pour l’année 1543 intitulée « Roolle de ceulx que le roy veult entrer en son Conseil pour le faict des finances ». Si Longuejoue n’est pas habilité à siéger, en revanche, son nom figure avec ceux qui « sont hors de ce Conseil… et assisteront aux requestes s’ilz veulent36 ». De fait, entre 1544 et 1547, Longuejoue est absent des procès-verbaux. Pour les familiers du règne de François Ier, les entrée et sortie de charge de Longuejoue coïncident quasiment avec la période de grande faveur du connétable Anne de Montmorency. On peut nuancer le propos en disant d’une part qu’il n’entre au Conseil qu’en 1533, d’autre part qu’il survit politiquement à son patron jusqu’en 1543, soit deux ans après la disgrâce de celui-ci. Toutefois, Longuejoue a participé activement à la réunion du duché de Bretagne à la France en 153237. Son arrivée au Conseil serait donc la récompense de son dévouement. En outre, 1543 demeure comme l’année de l’affirmation comme principal conseiller du roi de l’amiral d’Annebault, ce qui passe par la mise à l’écart des fidèles du seigneur de Chantilly, quel que soit leur niveau de compétence. De fait, vers la fin du règne, Mathieu de Longuejoue n’occupe plus que des fonctions secondaires. Il est ainsi envoyé à Calais en novembre 1545, avec le président Rémond, pour discuter avec Stephen Gardiner, évêque de Winchester38.

Un conseiller secondaire et technicien

  • 39 ORF, VIII et IX.

12On peut aller encore plus loin en rappelant que le fait d’assister aux séances du Conseil ne signifie pas qu’on y occupe une place prépondérante. Par sa présence à partir de 1533, Longuejoue renforce à la fois le poids des affidés du connétable (Poyet, Bertrandi, Jean de Laval et le cardinal Du Bellay), et celui des juristes (Poyet et Bertrandi). Néanmoins, les décisions auxquelles son nom est associé sont plutôt des ordonnances très techniques, souvent sans portée capitale : outre les affaires déjà évoquées de l’édit touchant la juridiction des maîtres des requêtes (août 1539), et de la fixation de l’apanage du duc d’Orléans (12 juin 1540), il participe à la rédaction de l’ordonnance sur les privilèges accordés aux notaires et secrétaires de ne payer aucun droit de greffe ou tabellionnage pour l’expédition des affaires qui les concernent (février 1536), au règlement entre les secrétaires du roi et les douze référendaires de la chancellerie du parlement de Paris (février 1536), à la commission pour imposer 86 523 livres au Rouergue (octobre 1537), à la définition des pouvoirs des commissaires royaux pour assister aux états du Languedoc (septembre 1538 et septembre 1539), à celle portant l’attribution de la connaissance des procès relatifs aux officiers royaux (août 1539)39. Seule l’ordonnance sur la cession au duc de Lorraine des droits régaliens sur la ville et duché de Bar (mai 1539) renvoie directement au rôle joué par Mathieu de Longuejoue dix ans auparavant à la fois pour Anne de Montmorency et pour le roi.

*

  • 40 Voir par exemple le Catalogue des Actes d’Henri II, VI, Paris, CNRS, 2001, nos 11366, 11993 et 122 (...)
  • 41 Henri Martin et Paul-Louis Jacobs, Histoire de Soissons depuis les temps les plus reculés jusqu’à (...)

13Mathieu de Longuejoue meurt le 7 septembre 1557, après avoir repris sa place au Conseil du roi à partir de 1547, année de l’arrivée sur le trône d’Henri II et du retour au pouvoir du connétable. Mais, sous Henri II, comme sous François Ier, son rôle reste secondaire. Son activité est ainsi plus marquée au Conseil privé qu’au Conseil des affaires40, ce que résume bien l’opinion contradictoire émise par deux de ses thuriféraires pour lesquels Mathieu de Longuejoue « se contentait de siéger au Grand Conseil où sa parole avait beaucoup de crédit, était en position de tout obtenir du roi pour les grands services qu’il avait rendus à la Couronne41 ».

Notes

1 Guillaume Longuejoue est qualifié de bourgeois de Paris en 1328, de même son fils, nommé lui aussi Guillaume, mort en 1404 (Père Anselme, Histoire généalogique de la Maison royale de France, Paris, 1726-1733, VI, p. 464-467).

2 A.C.C., série B, carton 115 : aveu de Jean de Longuejoue.

3 Mathieu est placé sous la tutelle de sa mère lorsque son père décède en 1482 (Père Anselme, op. cit.).

4 CAF, VII, 25937.

5 ORF, IV, p. 8; CAF, VII, 26025. À cette époque, les maîtres des requêtes sont au nombre de quatorze. Comme tout maître des requêtes, Mathieu de Longuejoue sert souvent d’intermédiaire entre le roi et des officiers royaux chargés d’exécuter la volonté de celui-ci (CAF, VII, 29047 ; VIII, 31023 ; II, 5168 ; III, 9581 ; III, 95 et 93 ; III, 10555).

6 Selon le père Anselme, il aurait occupé cette fonction une seconde fois en 1544, ce que met en doute Hélène Michaud (Hélène Michaud, La grande chancellerie de France et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 55).

7 CAF, VII, 25404.

8 Ibid., VII, 25525.

9 ORF, VI, p. 194-198.

10 CAF, VI, 20231.

11 Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 296-300. Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p. 251 et 266 ; ORF, V, p. 205 ; CAF, I, 3203 ; II, 5168 et II, 5585.

12 CAF, VI, 433, 21127 (aliénation des aides), à compléter par CCJDB, I, p. 436-440, 448, 460 n et 463-465 ; CAF, III, 362, 9180 (baux des fermes des aides de l’élection de Paris) ; CAF, IV, 581, 13719 (ferme de l’impôt sur les draps) ; CAF, IV, 675, 14147 (engagement de portions du domaine) ; CAF, V, 39, 14957 (marché de l’approvisionnement des magasins à sel des ports de Normandie et de Picardie).

13 Le 8 juillet 1542, à l’hôtel des Tournelles, le cardinal de Bourbon expose aux prévôt des marchands, échevins, conseillers de ville et quarteniers, les demandes de prêt du roi, accompagné du cardinal de Meudon, de Longuejoue et de Villeroy (Paul Guérin [éd.], op. cit., p. 20). Voir aussi CAF, III, 350, 12643 (exemption fiscale concernant les notaires et secrétaires du roi) ; CAF, III, 351, 12648 (prêt auprès des autorités parisiennes).

14 CAF, I, 3451 et I, 3455.

15 Pour l’Artois, ORF, V, p. 231 et CAF, I, 3565 et VII, 26597. Pour la Flandre, ORF, V, p. 225 et CAF, VII, 26597, VIII, 31832 bis et VIII, 32522.

16 Ibid., VIII, 31221 (ce prêt recouvre en fait une partie de la somme d’argent versée au trésor royal pour l’acquisition de l’office de maître des requêtes) ; VIII, 30262 ; VII, 27852 (cette somme correspond au montant de deux chaînes en or fondues pour servir au paiement de la rançon du roi).

17 Ibid., III, 8004 ; VII, 26816 ; VIII, 30032.

18 Mickael Harsgor, Recherches sur le personnel du roi sous Charles VIII et Louis XII, Paris-Lille, 1980, p. 1244 sq.

19 Mickael Harsgor, op. cit., p. 1261.

20 Acquisition de fiefs : A.C.C., série BA, registre 104 D 32, chapitre « dépenses liées à des achats de terres » ; legs de l’évêque de Limoges : id., série L, t. XI, fos 164 [XI-64], XII-116 et XV-233 ; contentieux : id., VIII-159 et X-28 (baronnie de Montmorency) et XII-42 et X-143 (terre de Nesles-en-Tardenois).

21 A.C.C., série BB, registre 107 D 33 et série BA, registre 115 C 1, fo 300 vo et 301. Mathieu de Longuejoue n’est pas le seul membre de sa famille à devenir officier pour le lignage des Montmorency. Son cousin, Philibert de Longuejoue (petit-fils de Guillaume de Longuejoue, frère de Jean « le Jeune », le grand-père de Mathieu), seigneur de Breuil-en-Brie et de Montigny-lès-Champagne-sur-Oise, avocat au parlement de Paris, occupe la fonction de bailli de Montmorency à partir de 1550 (A.C.C., série BA, carton 54).

22 A.C.C., série L, affaires Montmorency : I-94, VIII-159, VIII-238, VIII-338, X-160, XI-164, XII-42, XII-116, XII-174, XIII-38, XIII-161, XV-204 et XV-234 ; affaires du royaume : III-83, IV-318, V-172, V-273, VIII-30, VIII-159, IX-122, X-124, XI-53, XII-18, XII-42, XII-174, XII-248 et XV-154.

23 « Je me doubte qu’il me fauldra estre homme de court et prandre l’office de mestre des requestes que tenoit Mr de Fresnes [Antoine Le Viste] mon cousin qui a l’office de président de feu Monsieur Barine. J’eust bon besoing de vostre présence car pour avoir ledit office me convient subvenir aux affaires du roy, ce que je foiz volontiers, espérant que dieu nous donera quelque meilleur temps et que seray plus près de vous pour vous faire service et que par vostre bon moien la playe qu’on me fait se pourra réparer. » (A.C.C., série L, I-94.)

24 A.C.C., IX-122, de Bordeaux, le 24 juin 1530.

25 CAF, I, 3451 et 3565 (commission pour aller vers l’empereur), 3455 (pouvoirs donnés pour traiter des échanges de terres) et 32522 (Commission pour dresser l’état des portions aliénées du domaine).

26 Francis Decrue, De Concilio Regis Francisci I, Paris, Plon, 1885, p. 40 sq.

27 CAF, II, acte 5345 : Provision de l’office de maître des requêtes à Thibault de Longuejoue sur résignation de son père Mathieu, conseiller au Conseil privé, Paris, le 7 février 1533.

28 CAF, VI, 20702 : Lettre de réception de fidélité de Mathieu de Longuejoue pour le temporel de l’évêché de Soissons, Vincennes, le 4 mars 1534. Et Gallia Christiana, t. IX, col. 377-378. 79e évêque de Soissons, il succède à Symphorien Bullioud.

29 CCJDB, I, p. 334 (François Ier à Jean Du Bellay, Lon, 10 décembre 1533) et p. 336 (René Du Bellay à Jean Du Bellay, Paris, 20 décembre 1533).

30 AN, X1A 8613, fo 68-76, août 1537 ; fo 202-203, août 1539 ; fo 2435 vo, 12 février 1539 ; fos 248-250 vo, 12 juin 1540.

31 ANG, I, p. 21, Carpi à Ricalto, Évreux, 15 mars 1535).

32 Arch. Di Stato di Mantova, A.G. 638, ambassadeur du duc de Mantoue au duc, Paris, le 20 juin 1539.

33 SP, VIII, p. 329, John Wallop à Cromwell, Rouen, 26 avril 1540.

34 Arch. Di Stato di Torino, Camerale, parlemento francese, Sentenze e sessioni, art. 613, § 2, fo 303 vo, 9 août 1540.

35 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, Série, I, IV, p. 33-35.

36 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 42 (liste de Dandolo) et p. 91-92 (« Roolle de ceulx que le roy… »).

37 « Édit portant incorporation définitive du duché de Bretagne à la Couronne de France », Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1827, t. 11, p. 374. La requête des états de la province est lue « publiquement par nostre amé et féal conseiller, maistre des requestes ordinaires, Mathieu de Longuejoue, seigneur de Merny (sic) ».

38 State Papers Spanish, VIII, no 174, François Van der Delft à Charles Quint, Londres, le 30 novembre 1545 ; BnF, ms frçs 17890, fo 191 vo, Claude d’Annebault à Jacques Ménage ; BnF, ms frçs 17889, fo 304, Claude d’Annebault à Jacques de Monluc ; LP, XX, II, no 1028 ; SP, X, p. 676, Gardiner et divers à Henry VIII, Bruges, 11 novembre 1545 ; ANG, III, p. 410, Guidiccione au cardinal Farnèse, Trosly, 7 novembre 1545.

39 ORF, VIII et IX.

40 Voir par exemple le Catalogue des Actes d’Henri II, VI, Paris, CNRS, 2001, nos 11366, 11993 et 12233.

41 Henri Martin et Paul-Louis Jacobs, Histoire de Soissons depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Soissons-Paris, 1837, t. 2, p. 392-393.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540