Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Jean Breton (v. 1490-1542)

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Merci à Cédric Michon, David Potter et Thierry Rentet pour leur aide dans l’élaboration de cette n (...)
  • 2 Bulletin de la Société Archéologique de l’Orléanais, t. 15, no 191, 1908, p. 74. Une pièce du Cabin (...)

1Les origines familiales de Jean Breton, connu surtout pour ses châteaux ligériens de Villandry et Villesavin, sont fort obscures1. Une généalogie complaisante évoque une ascendance écossaise. Une autre, plus réaliste mais mal informée ou intéressée, rattache le secrétaire des finances de François Ier aux Le Breton, importante famille d’officiers de la fin du XVe siècle. Jean serait ainsi le fils de Denis Le Breton, trésorier des guerres, puis général des finances en Normandie de 1483 à 1494. Or jamais notre Jean n’apparaît dans les pièces qui évoquent la succession de Denis et il faut se tourner vers d’autres pistes. La recherche est ici compliquée à la fois par les risques d’homonymie et par les confusions fréquentes entre les Breton et les Le Breton. Plus modestement, c’est sans doute le milieu du notariat orléanais, qui offre les origines les plus probables. Jean pourrait donc être le fils d’un autre Jean, notaire au Châtelet d’Orléans de 1512 à 15232. La présomption est renforcée par le fait que Robert Gedoyn, son beau-père, est lui-même petit-fils d’un notaire orléanais qui a exercé de 1455 à 1491.

  • 3 Léon-G. Pélissier, Les sources milanaises de l’histoire de Louis XII. Trois registres de lettres d (...)
  • 4 AN, J 910, no 3.
  • 5 Edouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, (...)
  • 6 Un exemple plus tardif d’une génération pour le futur secrétaire d’État Martin Ruzé : Philippe Ham (...)
  • 7 BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 504, dossier 11420, no 46 (18-08-1517).

2Jean Breton est né au plus tard au début des années 1490, si la reconstitution de ses débuts de carrière est pertinente. Sa formation nous demeure inconnue et on ne garde trace d’aucun diplôme ou grade universitaire. Il semble d’abord, en suivant des réseaux ignorés, avoir servi le roi en Lombardie. Il y est commis de Thomas Bohier en 15113. Il accède ensuite à l’office, s’il est bien le Jean Breton référendaire général du duché de Milan évoqué à la fin de 15154. En janvier 1517, il contresigne à Milan une lettre de Lautrec, alors lieutenant général pour le roi en Italie5. Pour des Français intéressés à faire carrière, mais sans position déjà assise, il est sûr que l’Italie présente alors des opportunités intéressantes6. Elle sert de marchepied pour l’acquisition d’offices dans le royaume. C’est chose faite pour Jean Breton – là encore, sous réserve d’erreur liée à une homonymie – justement en 1517 : il détient alors l’office de receveur des aides et tailles de Gisors, et surtout celui de notaire et secrétaire du roi7. Cette seconde fonction est un marchepied très fréquent pour faire carrière dans les grands offices, en particulier en finance.

  • 8 La date proposée tient compte du fait que la même année semble-t-il, Robert Gedoyn, son beau-père, (...)
  • 9 André Lapeyre et Rémi Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Ch (...)
  • 10 Selon Antoine Fauvelet du Toc, Breton aurait fait partie des secrétaires du roi formés par Florimo (...)
  • 11 Les deux familles sont liées : en 1508, Robert Gedoyn était témoin au contrat de mariage de la sœu (...)
  • 12 Héritage particulier de Claude de France, comme fille de Louis XII, ces biens passent ensuite à se (...)
  • 13 Charles, duc d’Orléans, lui donne un cheval en décembre 1537 : CCJDB, III, p. 81.

3Jean Breton semble donc avoir déjà franchi les premiers échelons de la réussite quand il épouse Anne Gedoyn, très probablement en 15218. Robert Gedoyn a été secrétaire du duc d’Orléans, devenu ensuite le roi Louis XII. Il tient sa charge de secrétaire des finances de son propre beau-père, Jean Robineau, et l’exerce en titre d’office sans doute depuis 15159. L’alliance Gedoyn, peut-être liée, comme on l’a vu, à de vieilles affinités orléanaises, vient surtout concrétiser la réussite officière de Jean Breton. Elle l’introduit dans le cercle des familles qui ont directement profité de l’ascension au trône de l’ancien duc d’Orléans10. Outre les Gedoyn, il faut sans doute ici compter les Hurault11. En 1528, Jean Breton succède d’ailleurs à Raoul Hurault (mort en Italie dans l’armée de Lautrec), comme général des finances d’une circonscription bien particulière. Celle-ci comprend Blois, Soissons, Étampes, Asti, Coucy et autres lieux qui relèvent du patrimoine de la maison d’Orléans mais ne sont pas de l’apanage de la couronne. Son titre est abrégé ordinairement en « général de Blois12 ». La charge, à la différence des grandes généralités du royaume, n’a pas un grand rôle financier. Mais elle accroit les compétences de gestionnaire de Breton et surtout elle le met en relation avec les détenteurs de ce patrimoine, à savoir les fils du roi et de la reine Claude13.

  • 14 Selon une généalogie manuscrite, ses provisions dateraient du 21 décembre 1521 : BnF, Cabinet des (...)
  • 15 En août 1528, deux clercs reçoivent 200 livres tournois pour deux années de leur salaire à écrire, (...)
  • 16 Ainsi il touche à titre personnel la pension liée à la charge à partir du 5 juillet : CAF, t. II, (...)
  • 17 CAF, t. VII, no 24140 (provisions du 18 juin). Un Jean Le Breton est cité en 1521 comme l’un des co (...)

4Mais la charge la plus importante à laquelle Breton accède est celle de secrétaire des finances. Robert Gedoyn lui en accorde la survivance, sans doute dans les temps où il épouse sa fille14. De nombreuses traces documentaires montrent que Breton exerce effectivement comme secrétaire des finances du vivant de Gedoyn15. Ce dernier s’éteint le 4 juillet 1533 : désormais Breton est secrétaire des finances en titre d’office et bénéficie de tous les privilèges de la fonction16. Son émergence est consolidée cette même année 1533 par une nouvelle charge, celle de secrétaire et contrôleur général des guerres, à la suite du décès de Lambert Meigret17. À ce titre, il doit superviser les montres des troupes, concrètement assurées par les commissaires des guerres et par les commis ordinaires du contrôle général.

  • 18 Ainsi dès mai 1521 il est envoyé auprès du pape Léon X et en octobre de la même année, il particip (...)
  • 19 Guillaume de Montmorency, père d’Anne, a été bailli d’Orléans, et est lié à Louis XII.
  • 20 A.C.C., série L, t. I, fo 163 (04-10-1522).
  • 21 Jean Du Bellay, Première ambassade en Angleterre. Correspondance (septembre 1527-février 1529), pu (...)
  • 22 Thierry Rentet, « Le pouvoir des lettres : l’année 1530 et la libération des fils de France à trav (...)
  • 23 Lettres de Marguerite d’Angoulême, publiées par F. Génin, Paris, 1841, p. 321.
  • 24 David Potter, « Politics and factions at the court of Francis I: the duchesse d’Étampes, Montmoren (...)

5Breton, à partir de débuts modestes, est donc parvenu à des fonctions qui le placent dans la proximité de la famille royale et du souverain lui-même. Il a dû faire preuve de réelles compétences dans l’exercice de ses charges et dans les missions qui lui sont confiées18. Cependant les traces manquent pour pouvoir en fournir des preuves explicites. Il a parallèlement bénéficié du soutien, sinon de tout un réseau orléano-blésois d’officiers de haut rang, du moins de Robert Gedoyn et des siens. Mais ses protections se situent en fait à un niveau encore supérieur. Les informations concernant ses liens avec Lautrec sont trop ténues pour qu’on puisse véritablement faire fond sur elles. En revanche, on sait qu’à la fin des années 1520, Breton est en relation suivie avec Jean du Bellay, et mieux encore, avec le grand maître Anne de Montmorency, auquel du Bellay lui-même est alors très lié. Ici encore, les débuts sont mal connus. On peut supposer que la présence assidue de Breton à la cour a facilité son entrée dans le cercle de ces grands seigneurs, et aussi faire l’hypothèse que les réseaux orléanais ont eu ici aussi leur part19. Dès 1522, Breton est en relation épistolaire avec Anne de Montmorency20. En 1527, lors l’ambassade en Angleterre assurée par Montmorency et Jean du Bellay, c’est Breton qui, sur décision du Conseil, part vers eux en octobre21. Breton s’inscrit bientôt dans la clientèle de Montmorency. En 1530, pendant que le grand maître s’active à Bayonne pour réunir la rançon du roi et obtenir la libération de ses fils, Breton est, à l’entour de François Ier, l’un de ses plus actifs relais, d’autant plus précieux que les difficultés de l’opération fragilisent la position politique de Montmorency22. Cette relation devient extrêmement forte. En 1536, Marguerite de Navarre écrit à Montmorency pour lui faire part d’agissement de son partenaire et rival de cour, l’amiral Chabot. Elle lui précise qu’elle veut fournir aussi ces informations à Jean de Laval, seigneur de Châteaubriant, et à Jean Breton, « comme à ceulx que je congnois estre vous-mesmes23 ». La même année, dans la correspondance du nonce, Breton est décrit comme « l’âme du grand maître24 ».

  • 25 Robertet est mort le 29 novembre 1527 ; sur la succession, voir Hélène Michaud, op. cit., p. 152, (...)
  • 26 CAF, t. VII, no 21128 : ici encore, il succède à un Robertet décédé : Jean, neveu de Florimond. Il (...)
  • 27 Hélène Michaud, op. cit., p. 152, note 2.
  • 28 CAF, t. IV, no 11156 : provisions du 21 août 1539. Il succède à Claude de Beauvillier, comte de Sai (...)

6À l’évidence, même si le parallélisme ne peut être trop forcé, la carrière de Breton n’est pas sans lien avec les succès courtisans et politiques de son maître. La série de nouvelles charges qu’il obtient entre 1528 et 1533, années de la montée en puissance de Montmorency, semble bien en témoigner. À celles qui ont déjà été évoquées plus haut, il faut en effet en ajouter plusieurs. Breton est tout d’abord devenu greffier de l’ordre de Saint-Michel, à la suite de Florimond Robertet, donc très probablement à la fin de 1527 ou au début de 152825. Le 19 janvier 1531, il est reçu au parlement de Paris en tant que grand chambrier de France, pour exercer la fonction pendant la minorité du duc d’Orléans, alors Henri, le fils cadet du roi26. Une source il est vrai incertaine laisse entendre que Jean Breton aurait aussi obtenu la charge de contrôleur de l’Écurie dans la maison de la nouvelle reine de France, Éléonore27. Et ce n’est sans doute pas par hasard qu’il nomme Éléonore une de ses filles, qui naît au début des années 1530 : il s’agit visiblement, comme dans d’autres familles, de faire sa cour à la reine, laquelle est d’ailleurs proche de Montmorency. La dernière charge dont profite Breton lui revient en 1539 seulement, à une époque où, après quelques années de relatif déclin, l’étoile de Montmorency, devenu connétable, brille de nouveau de tous ses feux. La charge est prestigieuse : comme, une génération plus tôt, Semblançay était devenu bailli et gouverneur de Touraine, Jean Breton devient en effet bailli et gouverneur de Blois28.

  • 29 BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 505, dossier 11432, no 12.
  • 30 Bulletin de la Société dunoise, archéologie, histoire, sciences et arts, t. VII, 1891-1893, p. 78.
  • 31 Sur cette activité de Breton dans les années 1536-1538, voir Hélène Michaud, op. cit., p. 270-274.
  • 32 Voir sur cet aspect plusieurs passages tout à fait significatifs concernant directement Breton, da (...)
  • 33 Archivio di Stato di Mantova, A.G. 636, au duc de Mantoue, Fontarabie 25-12-1528.

7Pour Breton, certaines de ces charges sont plus des indicateurs d’une réussite que des fonctions prenantes. D’autant qu’il serait bien en peine de les exercer assidument, dans la mesure où, en tant que secrétaire des finances, il est déjà fort occupé : dès août 1533 d’ailleurs, à peine devenu contrôleur général des guerres, il doit déléguer certaines de ses attributions « pour l’occupation continuelle qu’avons près et alentour de la personne du roy nostre sire au faict et exercice de nos estatz »29. Sans doute la disparition de son beau-père a-t-elle encore accru ses responsabilités en tant que secrétaire des finances en titre. Mais cette proximité est ancienne. Breton fait ainsi partie des officiers capturés lors de la bataille de Pavie. Il semble bien avoir suivi le roi dans sa captivité puisqu’il contresigne le 24 octobre 1525 une lettre que François Ier adresse de Madrid au roi du Portugal30. L’exercice de la fonction de secrétaire des finances est ensuite décisif, car il assure une grande proximité avec le roi. Au quotidien, le secrétaire des finances doit en effet faire signer au roi des rôles et divers documents31. Le contact passe par l’écrit (dans la logique des attributions d’un secrétaire), mais l’oral et le mémoriel continuent à jouer un rôle décisif : celui qui présente les papiers au souverain est en effet amené à dialoguer avec son maître. François Ier en effet semble ne vouloir signer, et donc valider par écrit, que ce qu’il se souvient avoir décidé ou entériné32. Le secrétaire des finances est ici amené, si nécessaire, à rafraîchir (ou non) la mémoire du souverain. Il est aussi au premier rang de ceux qui peuvent faire entrer dans la mémoire royale, telle ou telle demande ou suggestion, ce qui le fait, de façon concrète, un intéressant intermédiaire de la faveur. Dès 1528, l’ambassadeur de Mantoue le cite au nombre des gens qui compte, et lui fait même une place un peu étonnante, entre Tournon et Montmorency33.

  • 34 Au sein du sondage réalisé par Cédric Michon dans les registres du parlement (X1a 8611-8616), il a (...)

8Sa position se concrétise par une assiduité très importante au Conseil34. Il peut y présenter de nombreux dossiers, ainsi d’ailleurs que bien des requêtes. Mais sa présence y est aussi requise parce qu’il fait partie de ceux qui, ex officio, sont directement chargés de l’enregistrement des décisions prises et de leur formalisation et diffusion. Comme souvent, il est difficile de savoir quelle est sa contribution à la formation proprement dite de la décision. Son autorité politique propre est certainement limitée. Il peut cependant, en raison de son exceptionnelle insertion dans l’appareil monarchique et de sa proximité physique, tant orale qu’écrite, avec une masse d’informations, éventuellement influer par ses dossiers et par son expertise sur le cours des débats. Mais il est plus probable que, la plupart du temps, il présente les aspects techniques d’une question tout en laissant aux hommes du cœur du pouvoir, sous l’autorité du roi, le soin de trancher. Son rôle au Conseil, pendant les sessions et autour d’elles, est cependant aussi de fournir un relais à ceux qu’il sert. Il peut ainsi, en cas d’absence, faire entendre leur point de vue. Il est également leur informateur. Il fournit à Montmorency en 1530 de précieuses mises en garde sur les cabales de la cour contre lui ; il lui envoie aussi des lettres qui font au grand maître le commentaire officieux des courriers que le roi lui adresse. Enfin Breton peut aider de son mieux Montmorency, ou d’autres, à faire aboutir leurs options politiques, aussi bien à l’heure du débat que dans leur mise en œuvre ultérieure.

  • 35 Dans une lettre de novembre 1528, un an après la mort de Robertet, l’ambassadeur de Mantoue le dés (...)
  • 36 On a vu la transmission du secrétariat des finances de beau-père en gendre ; ajoutons que son fils (...)
  • 37 Breton dispose ainsi de treize commis ordinaires des guerres qui, en raison de l’habituelle polyva (...)
  • 38 CAF, t. I, no 3107 ; sur Duthier, voir Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Domnique Biloghi et Guy Le (...)

9La position qui est la sienne annonce en fait, comme celle de Florimond Robertet avant lui, la condition des secrétaires d’État qui émergent sous Henri II35. La part des relations familiales dans le milieu des secrétaires de premier rang reste considérable, tant en terme de formation que de successions, en ligne directe ou par mariage36. Cependant, à ce niveau émerge aussi un embryon de service administratif, constitué d’un nombre appréciable de commis et de clercs37. Parmi ceux de Breton figure, au moins dès 1526, Jean Duthier, futur secrétaire des finances et secrétaire d’État38. Derrière la diversité des attributions et des fonctions, Breton apparaît avant tout comme un homme de la gestion administrative du plus haut niveau. Il n’est pas impliqué dans les affaires judiciaires et ne semble pas avoir eu de formation de juriste. Même en tant que secrétaire des finances, il ne joue aucun rôle dans la mobilisation concrète des fonds, ni pour la fiscalité, ni en matière de crédit. Son rôle se situe ailleurs, dans sa capacité à porter les dossiers – dont on suppose qu’il les maîtrise, y compris ceux des finances, souvent de difficile abord pour bien des hommes de pouvoir –, au plus haut niveau, et ce à la fois par écrit et par oral. Comme nombre de ces affaires imposent alors des contacts directs avec les hommes de pouvoir les plus importants, et en particulier le souverain, on peut sans doute définir l’activité de Breton comme celle d’un administrateur qui est, en même temps, un homme de cour vivant dans la proximité du roi.

  • 39 AN, Minutier Central, étude CXXII, liasse 161, 18-01 et 29-02-1548 (n. s.).
  • 40 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 219-221. Bret (...)
  • 41 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 222-224. Autre chronologie pour Villesavin dans Sylvie Le Clech,(...)
  • 42 Pratique fréquente chez les grands officiers de finance : Philippe Hamon, « Messieurs des finances (...)
  • 43 Sylvie Le Clech, op. cit., p. 38-39. Cette commission passera ensuite à sa veuve, puis à son gendr (...)

10À cette réussite « professionnelle » correspond fort logiquement une affirmation sociale, d’autant plus nécessaire que Jean Breton n’est pas un héritier, sinon secondairement au titre de sa belle-famille. Il doit donc imposer par lui-même les marques de son nouveau statut. Aucune trace d’un patrimoine orléanais ne subsiste dans la documentation étudiée. Cette situation pourrait fragiliser l’hypothèse d’origines orléanaises, mais les possessions de Breton, qui n’a jamais fait l’objet d’une étude sérieuse, restent comme d’autres aspects, mal connues Par ailleurs rien n’interdit qu’une fois parvenu à la réussite, il ait effacé les traces de son implantation originelle, peu valorisante. En revanche, il acquiert des résidences dans les lieux de pouvoir qui sont ceux du « second règne » de François Ier, inauguré dans le sang et la crise de Pavie, et qui redonne une place centrale à l’Île-de-France : une maison à Paris, rue Neuve-Saint-Merry, et, plus significatif encore, un hôtel à Fontainebleau39. Mais les plus beaux fleurons de son patrimoine sont édifiés en val de Loire. Breton fait aménager en effet, à partir des années 1532-1534, deux superbes résidences, à Villandry40 et Villesavin41. Cependant, c’est pour mieux y introduire des éléments de la modernité architecturale alors propre à l’Île-de-France. Villandry est un vaste château dont le plan en fer à cheval est d’une grande nouveauté, et qui est le premier en Touraine à posséder des pavillons du type de ceux de Fontainebleau. Villesavin est tout aussi moderne : c’est en fait une villa, elle aussi en fer à cheval, qui diffuse également des innovations bellifontaines. Elle y ajoute, côté jardin, une chambre haute surplombant une loggia dont la structure et la position s’inspirent visiblement du Nantouillet de Duprat et du Chantilly des Montmorency. Mais on ajoutera un aspect révélateur : dans les deux cas, Breton conserve des éléments du château antérieur, comme indice de l’enracinement de son autorité sociale dans un passé valorisant42. La chose est particulièrement spectaculaire à Villandry, puisqu’un imposant donjon du XIVe siècle est conservé sur la partie extérieure – bien visible – de l’édifice. L’intérêt de Breton pour la construction est renforcé par la commission de surveillance qu’il exerce sur les travaux de Chambord43.

  • 44 Après sa mort, Anne Gedoyn obtient la garde noble de leurs enfants mineurs : BnF, Cabinet des titr (...)
  • 45 La capture à la suite de Pavie n’est ici en rien une preuve, car de nombreux non-combattants de la (...)
  • 46 La Croix du Maine et du Verdier, Bibliothèques Françoises, édition de 1772, vol. 1, p. 464. L’auteu (...)

11Le prestige de ses seigneuries et de ses châteaux, à cause de leur exceptionnelle modernité plus encore que de leur héritage préservé, vient soutenir la condition nobiliaire, toute récente, de Breton. Juridiquement, celle-ci est fondée sur l’exercice, pendant plus de vingt ans, de l’office de notaire et secrétaire du roi. La charge de gouverneur et bailli de Blois, à partir de 1539, renforce et manifeste à la fois cette condition nouvelle, qui a bien besoin d’être illustrée de multiples façons44. On n’a aucune trace en revanche de participation à des opérations militaires45. Breton aurait voulu asseoir d’une autre manière encore son statut prestigieux, en rédigeant, selon La Croix du Maine, des Mémoires et affaires d’Estat de ce qui s’est déroulé de plus important sous le règne de François Ier46.

  • 47 ASModena, busta 15, au duc de Ferrare, 25 juin et 6 décembre 1539.
  • 48 BnF, ms it. 1715, p. 62 (14 mars 1541).
  • 49 BnF, Cabinet des titres, Nouveau d’Hozier, vol. 67, dossier 1286, fo 62 ; ms frçs 7856 (État des o (...)
  • 50 CAF, t. VI, no 21348 ; AN, J 965, 6/53 et J 968, 2/51 et 2/54. Résignation à survivance obtenue alo (...)
  • 51 CAF, t. IV, no 12756 et VIII, 33098 ; BnF, Cabinet des titres, Pièces originales, vol. 234, dossier (...)
  • 52 Hélène Michaud, op. cit., p. 156, note 4. Claude meurt sans doute en 1556. Son frère cadet Balthaz (...)

12Alors même qu’elle paraît bien assise en 1539 – l’ambassadeur de Ferrare l’estime au rang de ceux qui comptent alors vraiment47 –, sa situation socio-politique n’en demeure pas moins très fragile. Sans être officiellement disgracié, il est en effet enveloppé dans la chute du connétable dont il est la « creatura » selon une lettre du nonce48. L’étroite dépendance de sa réussite par rapport au destin de Montmorency se révèle de façon spectaculaire lorsque Breton s’éteint le 19 août 154249. À cette date, le connétable a perdu depuis un an toute audience à la cour et s’est retiré sur ses terres. En mai 1542, le roi lui a même ôté le gouvernement du Languedoc. On assiste alors parallèlement au dépouillement du lignage Breton qui perd les charges les plus importantes du défunt et ne peut plus compter à la cour sur l’appui de son prestigieux maître. La situation familiale aggrave sans doute encore le problème, puisque Claude, le fils aîné, n’a que 13 ans et que ses sœurs cadettes ne sont pas encore mariées et donc n’ont pas de belle famille influente. En novembre 1537, Jean Breton avait assuré à Claude la survivance de ses offices de notaire et secrétaire, ainsi que de général de Blois50. De fait, ces deux charges lui sont conservées après la mort de son père. En revanche, d’autres personnages en vue du monde de l’office se partagent les autres dépouilles. La très prestigieuse charge de secrétaire des finances revient à Claude de L’Aubespine, le contrôle général des guerres, à Gilbert Bayard et le greffe de l’ordre de Saint-Michel à Guillaume Bochetel51. C’est sans doute le retour en grâce de Montmorency sous Henri II qui permettra à Claude d’accéder de nouveau à une charge de secrétaire des finances52.

Notes

1 Merci à Cédric Michon, David Potter et Thierry Rentet pour leur aide dans l’élaboration de cette notice.

2 Bulletin de la Société Archéologique de l’Orléanais, t. 15, no 191, 1908, p. 74. Une pièce du Cabinet des Titres de la BnF mentionne un Jean Breton notaire pour 1507 : Cabinet d’Hozier, vol. 65, dossier 1676, fo 2. Dans les Documents qui constituent le tome 2 de l’Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire, de Philippe Mantellier, Jean Breton, notaire du roi à Orléans est aussi, en 1516, greffier des marchands (fréquentant la rivière de Loire) : Mémoires de la société archéologique de l’Orléanais, t. 8, 1864, p. 328.

3 Léon-G. Pélissier, Les sources milanaises de l’histoire de Louis XII. Trois registres de lettres ducales de Louis XII aux archives de Milan, Paris, 1892, p. 28 et 78.

4 AN, J 910, no 3.

5 Edouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, Berne/Paris, 1900, t. 1 (1430-1559), p. 226 note.

6 Un exemple plus tardif d’une génération pour le futur secrétaire d’État Martin Ruzé : Philippe Hamon, « Familles, réseaux et clientèles. Autour des premiers pas de Martin Ruzé », dans Michel Balard, Jean-Claude Hervé et Nicole Lemaitre (éd.), Paris et ses campagnes sous l’Ancien régime. Mélanges offerts de Jean Jacquart, Paris, 1994, p. 325-333.

7 BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 504, dossier 11420, no 46 (18-08-1517).

8 La date proposée tient compte du fait que la même année semble-t-il, Robert Gedoyn, son beau-père, lui accorde la survivance de son office de secrétaire des finances. L’aîné des enfants du couple survivant à l’âge adulte, Claude, n’est cependant venu au monde que vers 1529 : Hélène Michaud, La Grande Chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle (1515-1589), Paris, 1967, p. 142 ; sur son statut d’aîné : AN, Minutier Central, étude CXXII, liasse 161 (18-01-1548).

9 André Lapeyre et Rémi Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978, t. 1, notice 287 ; Hélène Michaud, op. cit., p. 137, note 7.

10 Selon Antoine Fauvelet du Toc, Breton aurait fait partie des secrétaires du roi formés par Florimond Robertet : Hélène Michaud, op. cit., p. 141. On n’a cependant aucune preuve de cela et Fauvelet en la matière prête beaucoup à Florimond, considéré un peu comme le « père des secrétaires d’État »…

11 Les deux familles sont liées : en 1508, Robert Gedoyn était témoin au contrat de mariage de la sœur de Raoul Hurault : André Lapeyre et Rémi Scheurer, op. cit., notice 287.

12 Héritage particulier de Claude de France, comme fille de Louis XII, ces biens passent ensuite à ses enfants, fils de son mariage avec François Ier. Le roi cependant administre les biens, par exemple en 1536 pour le dauphin : CAF, t. IV, no 8630. L’office existe toujours sous Henri II : il est alors détenu par Claude Breton, le fils de Jean : voir par exemple Catalogue des Actes d’Henri II, Paris, 1983, t. 2, no 3776 (11-10-1548) et no 4046 (29-12-48).

13 Charles, duc d’Orléans, lui donne un cheval en décembre 1537 : CCJDB, III, p. 81.

14 Selon une généalogie manuscrite, ses provisions dateraient du 21 décembre 1521 : BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 505, dossier 11432, fo 31. Les provisions sont mentionnées sans date en CAF, t. VII, no 25649. Un autre acte non daté (t. VII, no 25724) précise que Gédoyn occupe lui-même cette charge depuis 21 ans au moins : or il la tiendrait de son propre beau-père, Jean Robineau, depuis 1499-1500 : André Lapeyre et Rémi Scheurer, op. cit., notice 287. C’est sans doute en survivance, semble-t-il, qu’il exerce jusqu’en 1515 : Hélène Michaud, op. cit., p. 137.

15 En août 1528, deux clercs reçoivent 200 livres tournois pour deux années de leur salaire à écrire, grossoyer et mettre au net les expéditions, instruments et dépêches de Breton, en tant que secrétaire des finances : CAF, t. I, no 3107.

16 Ainsi il touche à titre personnel la pension liée à la charge à partir du 5 juillet : CAF, t. II, no 6578 (9-12-1533). Avec son beau-frère Marc de la Rue, argentier du roi et époux de Claude Gedoyn, sœur d’Anne, il avait touché la veille, mais en tant qu’héritier du défunt Robert, la pension due à ce dernier pour 1533 jusqu’au 4 juillet : ibid., no 6562.

17 CAF, t. VII, no 24140 (provisions du 18 juin). Un Jean Le Breton est cité en 1521 comme l’un des commis du secrétaire et contrôleur de la guerre Jean Petitdé : BnF, ms frçs 2933, fo 7. Ici encore, on retrouve les problèmes d’homonymie posés par un nom courant.

18 Ainsi dès mai 1521 il est envoyé auprès du pape Léon X et en octobre de la même année, il participe aux conférences de Calais : CAF, t. IX, p. 59 et Jean Barrillon, Journal 1515-1521, publié par Pierre de Vaissière, Paris, 1897, t. II, p. 315.

19 Guillaume de Montmorency, père d’Anne, a été bailli d’Orléans, et est lié à Louis XII.

20 A.C.C., série L, t. I, fo 163 (04-10-1522).

21 Jean Du Bellay, Première ambassade en Angleterre. Correspondance (septembre 1527-février 1529), publié par V-L Bourrilly et P. de Vaissière, Paris, 1905, p. 7-16 et 22-23. Il est de retour à la cour au début de novembre et le roi écrit le 7 à Montmorency avoir « veu et bien au long entendu par Villandry tout ce qui a esté fait ».

22 Thierry Rentet, « Le pouvoir des lettres : l’année 1530 et la libération des fils de France à travers la correspondance d’Anne de Montmorency », dans R. Claerr et O. Poncet (éd.), La Prise de décision en France (1525-1559), Paris, 2008, p. 136-137 et 143 : avec 35 lettres adressées directement à Montmorency, Breton est cette année-là, selon les archives de Chantilly, le correspondant le plus actif du grand maître. Ses lettres sont concentrées au printemps, pendant la période de rassemblement de la rançon.

23 Lettres de Marguerite d’Angoulême, publiées par F. Génin, Paris, 1841, p. 321.

24 David Potter, « Politics and factions at the court of Francis I: the duchesse d’Étampes, Montmorency and the dauphin Henri », French History, vol. 21, no 2, juin 2007, p. 129, note 10.

25 Robertet est mort le 29 novembre 1527 ; sur la succession, voir Hélène Michaud, op. cit., p. 152, note 3.

26 CAF, t. VII, no 21128 : ici encore, il succède à un Robertet décédé : Jean, neveu de Florimond. Il exerce toujours la charge en 1537 au nom du nouveau duc d’Orléans, Charles, qui a succédé à Henri devenu entre-temps dauphin : ibid., t. VIII, no 29269. Bien sûr, il s’agit d’une délégation : Breton est « commis au regime et administration de la grant chambrerye de France pendant et durant la minorité et bas aage de monseigneur le duc d’Orléans, per et grant chambrier » : BnF, Dupuy 273, fo 122 vo.

27 Hélène Michaud, op. cit., p. 152, note 2.

28 CAF, t. IV, no 11156 : provisions du 21 août 1539. Il succède à Claude de Beauvillier, comte de Saint-Aignan.

29 BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 505, dossier 11432, no 12.

30 Bulletin de la Société dunoise, archéologie, histoire, sciences et arts, t. VII, 1891-1893, p. 78.

31 Sur cette activité de Breton dans les années 1536-1538, voir Hélène Michaud, op. cit., p. 270-274.

32 Voir sur cet aspect plusieurs passages tout à fait significatifs concernant directement Breton, dans CCJDB, III, p. 81 à 83.

33 Archivio di Stato di Mantova, A.G. 636, au duc de Mantoue, Fontarabie 25-12-1528.

34 Au sein du sondage réalisé par Cédric Michon dans les registres du parlement (X1a 8611-8616), il arrive en deuxième position ex aequo avec Guillaume Bochetel, avec 53 présences notées, précédé seulement par Gilbert Bayard et suivi par les autres secrétaires des finances et, de très loin, par les ténors du temps (Chabot, 26, Tournon, 24, Montmorency, 22…).

35 Dans une lettre de novembre 1528, un an après la mort de Robertet, l’ambassadeur de Mantoue le désigne comme « unaltro Roberteto » : Archivio di Stato di Mantova, A.G. 636, au duc de Mantoue, Paris, 06-11-1528.

36 On a vu la transmission du secrétariat des finances de beau-père en gendre ; ajoutons que son fils Claude Breton épousera une petite fille de Florimond Robertet et sa fille Éléonore, le secrétaire des finances Claude Burgensis : Hélène Michaud, op. cit., p. 175.

37 Breton dispose ainsi de treize commis ordinaires des guerres qui, en raison de l’habituelle polyvalence des personnels, peuvent sûrement être occupés à d’autres tâches : CAF, t. VII, no 28847. Sur le monde des clercs et commis de l’époque : Philippe Hamon, « Messieurs des finances » Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 49-76.

38 CAF, t. I, no 3107 ; sur Duthier, voir Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Domnique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, 2001, p. 777-778.

39 AN, Minutier Central, étude CXXII, liasse 161, 18-01 et 29-02-1548 (n. s.).

40 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 219-221. Breton possède la seigneurie de Villandry au plus tard en 1527 : Jean Du Bellay, Première ambassade, op. cit., p. 22-23. Il aurait acquis, sur la même paroisse, la châtellenie de Coulombiers, où se trouve le vieux château médiéval, pour 35 000 livres en 1532 ; elle semble provenir des dépouilles d’Henri Bohier, général des finances condamné dans le cadre de poursuites royales : Bernard Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Louvain/Paris, 1975, p. 500, note 97. C’est là qu’il construit son nouveau château. En 1639 Colombiers se verra substituer le nom de Villandry.

41 Jean-Pierre Babelon, op. cit., p. 222-224. Autre chronologie pour Villesavin dans Sylvie Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, 1993, p. 104-105. Les terres possédées à Tour-en-Sologne, où se trouve Villesavin, proviennent au moins en partie des Gedoyn : André Lapeyre et Rémi Scheurer, op. cit., notice 287. Un don royal en 1527, à titre viager, assure à Breton divers revenus locaux destinés à l’entretien de sa maison de Villesavin : CAF, t. VI, no 18917.

42 Pratique fréquente chez les grands officiers de finance : Philippe Hamon, « Messieurs des finances », op. cit., p. 385.

43 Sylvie Le Clech, op. cit., p. 38-39. Cette commission passera ensuite à sa veuve, puis à son gendre Claude Burgensis, et à la veuve de celui-ci : CAF, t. VI, nos 22778 et 23001 ; Louis de La Saussaye, Le château de Chambord, Lyon, 1859, p. 59.

44 Après sa mort, Anne Gedoyn obtient la garde noble de leurs enfants mineurs : BnF, Cabinet des titres, Pièces Originales, vol. 505, dossier 11435, no 19.

45 La capture à la suite de Pavie n’est ici en rien une preuve, car de nombreux non-combattants de la suite du roi sont alors pris ; une anecdote rapportée par Rabelais à la fin du chapitre XI du Quart Livre, laisse même supposer qu’il reconnaissait, dans un échange avec le duc de Guise, n’avoir jamais figuré en campagne qu’« avecques le baguaige ». Les liens de Rabelais avec les Du Bellay font qu’il a pu avoir des relations avec la famille Breton. Si l’épisode est exact, il reste cependant possible qu’il s’applique en fait à son fils Claude.

46 La Croix du Maine et du Verdier, Bibliothèques Françoises, édition de 1772, vol. 1, p. 464. L’auteur affirme d’ailleurs avoir en main quelques-uns de ces mémoires, écrits de la propre main de Jean Breton, qu’il déclare « bien aimé et favori » de François Ier.

47 ASModena, busta 15, au duc de Ferrare, 25 juin et 6 décembre 1539.

48 BnF, ms it. 1715, p. 62 (14 mars 1541).

49 BnF, Cabinet des titres, Nouveau d’Hozier, vol. 67, dossier 1286, fo 62 ; ms frçs 7856 (État des officiers de la couronne), p. 936, 937 et 958.

50 CAF, t. VI, no 21348 ; AN, J 965, 6/53 et J 968, 2/51 et 2/54. Résignation à survivance obtenue alors gratuitement, en faveur de ses bons services.

51 CAF, t. IV, no 12756 et VIII, 33098 ; BnF, Cabinet des titres, Pièces originales, vol. 234, dossier 5175, no 48.

52 Hélène Michaud, op. cit., p. 156, note 4. Claude meurt sans doute en 1556. Son frère cadet Balthazar se lie au parti protestant : il participe en 1562 à la prise d’Orléans et deviendra lieutenant des gens d’armes du roi de Navarre ; sa sœur Éléonore est pour sa part en 1572, dame d’honneur de Jeanne d’Albret.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540