Version classiqueVersion mobile

Le choix rationnel en science politique

 | 
Mathias Delori
, 
Delphine Deschaux-Beaume
, 
Sabine Saurugger

Troisième partie. Quelques applications plus « souples » du paradigme rationaliste en science politique

12. Le risque, l’incertitude et l’action publique

Jean-Noël Jouzel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quoiqu’ancienne, l’histoire intellectuelle la notion de risque dans les sciences sociales est longtemps restée confinée au domaine des sciences économiques. Elle y a été lentement conceptualisée, en particulier avec l’apparition de la microéconomie à la fin du XIXe siècle. Entre les deux guerres, Frank Knight et John Maynard Keynes en consolidèrent les contours en traçant une démarcation claire entre cette notion et celle d’incertitude. Si les deux notions servent à décrire une situation aléatoire de choix dans laquelle ce qui adviendra en t + 1 n’est pas connu au temps t, les économistes parlent de risque uniquement quand la liste des différents aléas possibles est connue et que leur probabilité de survenue comme leurs conséquences sont mesurables. Ils parlent, à l’inverse, d’incertitude quand les connaissances sur ces éléments sont défaillantes. Le concept de risque leur permet dès lors de décrire le comportement rationnel de maximisation de l’utilité face à l’aléa, en utilisant l...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search