Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560)

Rémy Scheurer

Texte intégral

  • 1 Jean Du Bellay à Jean Bertrand, 7 mai 1548 (BnF, ms frçs 5151, fos 20-23). Jean Du Bellay varie da (...)

1« Je ne vouldroye poinct suz mes vieulx jours, ayant esté vingt ans d’un Conseil de France1 »… Ce rappel lancé de Rome en 1548 ne permet cependant pas de dater précisément de 1528 l’entrée de Jean Du Bellay au « Conseil privé » ou « Conseil étroit » puisqu’à cette date, et pendant l’année suivante encore, il était ambassadeur à Londres.

  • 2 ORF, VI, p. 172. Je ne reviendrai pas sur l’interprétation des mentions hors de la teneur, utiles à (...)
  • 3 ORF, VII, p. 64.
  • 4 ORF, VIII, p. 132-136.
  • 5 ORF, IX, p. 44.
  • 6 ORF, p. 183.
  • 7 ORF, p. 726.
  • 8 Cédric Michon, La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse (...)

2La première attestation certaine de sa présence au Conseil se lit dans la mention hors de la teneur d’un acte donné à Fontainebleau en juillet 1531 : « Par le roy en son Conseil ouquel messeigneurs les cardinaux de Sens, legat et chancellier de France, de Tournon, de Grantmont, les sires de Montmorancy, grant maistre et mareschal, de Brion, admiral de France, l’evesque de Bayonne [Jean Du Bellay] et le viconte de Turene, chevalier de l’Ordre, estoient2. » Dès lors, Jean Du Bellay est régulièrement cité dans les très rares actes où la mention hors de la teneur énumère les noms des conseillers, comme la convocation des commissaires du roi aux états de Languedoc, le 4 septembre 1533 : « Par le roy en son Conseil ouquel monseigneur le daulphin, messeigneurs les ducz d’Orleans et d’Angolesme, ses freres, monseigneur le cardinal de Sens, legat et chancellier, le seigneur de Montmorency, grant-maistre et mareschal de France, l’evesque de Paris [Jean Du Bellay] et autres estoient3. » La qualité de « conseiller en nostre privé et estroict Conseil » est officiellement reconnue à Jean du Bellay dans la commission de la lieutenance générale de Paris et de l’Île-de-France du 21 juillet 15364. Je citerai encore quelques autres lettres royaux : la provision de l’état et office de connétable de France donnée en faveur d’Anne de Montmorency le 10 février 1538 : « Par le roy, messeigneurs le daulphin et le duc d’Orleans, son frere, le duc de Vendosme, le cardinal de Bourbon, le duc d’Estouteville, les cardinaulx de Lorraine et Du Bellay, vous et autres presens5 », une commission pour la tenue des états de Languedoc du 8 septembre 1538 donnée « par le roy en son Conseil, auquel estoient messeigneurs les daulphin et duc d’Orleans, le roy de Navarre, messrs les cardinaulx de Bourbon, de Lorraine, de Tournon et Du Bellay, le seigneur de Montmorancy, conestable de France, vous monseigneur le chancellier, l’evesque de Soissons [Mathieu de Longuejoue], le seigneur de Humières, chevallier de l’Ordre, et autres presens6 » et enfin une autre commission pour la tenue des états de Languedoc du 12 septembre 1539 donnée « par le roy en son Conseil ouquel messeigneurs les dalphin et duc d’Orleans, le roy de Navarre, les cardinaulx de Lorraine, de Tornon, Du Bellay et de Mascon, le seigneur de Montmoranci, grant maistre et conestable de France, vous monsieur le chancellier, l’evesque de Soissons et aultres estoient7 ». En l’absence encore d’une édition des ordonnances de François Ier pour les dernières années de son règne, et vu l’inexistence d’archives du Conseil avant l’avènement de Henri II, il est difficile de savoir si Jean Du Bellay resta membre du Conseil étroit jusqu’en 1547. Il l’était en avril 1540, date à laquelle l’ambassadeur de Henry VIII en France écrit que François Ier, qui n’appelait plus autour de lui que le connétable et le cardinal de Lorraine, a élargi son Conseil aux cardinaux de Tournon, Du Bellay, de Mâcon et à l’évêque de Soissons8.

  • 9 CCJDB, III, no 595, p. 196 (Guillaume Du Bellay à Jean Du Bellay, 29 novembre 1542).
  • 10 Id., no 611, p. 218-219 (Jean Du Bellay à François Ier, juillet 1543).
  • 11 Id., no 619, p. 226 (François Olivier à Jean Du Bellay, 11 décembre 1543), no 626, p. 236-239 (Jean (...)
  • 12 CAF, VIII, p. 523.
  • 13 CCJDB, III, no 636, p. 259-262 (Jean Du Bellay à Pedro de Soto, 9 mai 1544).
  • 14 Id., nos 637-642, p. 263-275.
  • 15 LP, XXI, I, 1394.4, p. 700 mentionne cinq cardinaux parmi les témoins, dans l’ordre, ceux de Lorrai (...)

3Pour proche qu’il fût d’Anne de Montmorency, la disgrâce du connétable n’entraîna pas celle de Jean Du Bellay, auquel son frère Guillaume demande, le 29 novembre 1542, d’intervenir « comme du Conseil du Roy9 ». Les activités de Jean Du Bellay par la suite confirment qu’il a la pleine confiance du roi : pendant l’été 1543 il est chargé d’accompagner Jeanne d’Albret, promise au duc de Clèves10 ; à la fin de l’année et au début de 1544 il conduit l’ambassade qui se voit refuser l’accès à la diète de Spire11 ; en 1544 encore François Ier passe chez Du Bellay, à Saint-Maur, une grande partie du mois de juillet12, l’associe aux préparatifs des négociations qui aboutissent le 18 septembre à la paix de Crépy13 et, en automne de la même année, le choisit pour conduire l’ambassade chargée de négocier la paix avec Henry VIII14. Le 1er août 1546 Du Bellay figure en er15 bonne place parmi les témoins de la ratification du traité d’Ardres par François I mais, comme nous le verrons, il vient de connaître une éclipse dans l’estime du roi.

  • 16 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier, Rome. BnF, ms frçs 5149, fos 110-113.
  • 17 CCJDB, III, no 735, p. 407-408 (Jean Du Bellay à Anne de Pisseleu, 13 janvier 1547).

4Par contre, faisant allusion en janvier 1549 à un événement du milieu de 1546, Jean Du Bellay écrit avoir été alors « a demy en disgrace16 ». Il fut certes encore en présence du roi en décembre à Compiègne mais le 13 janvier 1547 il écrit à Anne de Pisseleu qu’il va « monter a cheval afin de m’aller rendre devant la facze et vraye lumiere du Roy, ou le plus près d’elle que je pourray […] et s’il se trouve qu’en chose qui touche mon debvoir envers luy j’aye a mon escient merité le fouet, je presenteray pour le fouet la teste17 ». Il est probable que Jean Du Bellay ne revit plus François Ier.

5En résumé, Jean Du Bellay fut membre du Conseil privé au plus tard dès juillet 1531 et il y fut actif jusqu’en 1545, date de sa mise à l’écart progressive des affaires.

  • 18 Cédric Michon, thèse citée, p. 37.

6L’énumération des personnes dans les mentions hors de la teneur observe un ordre hiérarchique. Les fils du roi sont suivis des princes du sang, des cardinaux, des grands officiers de la couronne et des autres membres ecclésiastiques et laïcs. Si Antoine Duprat précède les cardinaux, ce n’est pas en sa qualité de chancelier mais de cardinal-légat. Son successeur Antoine du Bourg prend rang derrière les cardinaux et à la suite du connétable. La primauté de la naissance est affirmée, mais l’ordre ancien de la société, qui donnait la priorité aux clercs, n’est pas entièrement abandonné, formellement du moins. Dans la relation de son audience devant le Conseil du roi le 20 juin 1539, l’ambassadeur du duc de Mantoue cite, dans un ordre plus conforme à la réalité sociale : « le roi, le connétable, le chancelier, les cardinaux (Bourbon, Tournon, Du Bellay, Mâcon) et l’évêque de Soissons »18.

Jean Du Bellay et les autres membres du Conseil

  • 19 « Monsr le seneschal du Maine […] m’a dit qu’il avoit charge de Monsr de Vendosme de me dire que j (...)
  • 20 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri II, Paris, 2 (...)
  • 21 CCJDB, I, no 71, p. 152 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 15 mai 1530) et t. III, no 496, p. 4 (...)
  • 22 Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 6 août 1549 (BnF, ms frçs 3921, fo 34). Nous rappelons le se (...)
  • 23 Guillaume Du Bellay s’adresse diversement à son frère, par exemple : « Vostre plus obeissant frere (...)

7Jean Du Bellay est tenu envers la maison de Vendôme pour y avoir reçu « sa nourriture », et c’est à elle que toute la famille Du Bellay doit beaucoup. Au besoin cela lui est rappelé19. Cependant, quelle que soit la place tenue par les Bourbon-Vendôme à la cour et dans le royaume, c’est à l’égard d’Anne de Montmorency que Jean Du Bellay exprime la dépendance la plus forte et la plus constante20 ; très humblement formulée d’abord, elle se teinte peu à peu d’amitié. Bien qu’elle soit d’une interprétation délicate, l’évolution de la souscription en est un signe. Du « Vostre humble serviteur » des lettres au grand maître en 1527, Jean Du Bellay passe en mai 1530 à « vostre humble et affectionné serviteur » puis, après l’accession au cardinalat, et pour n’en plus changer, à « vostre humble amy, affectionné serviteur21 », formule à laquelle répond alors le « vostre serviteur et bon amy » des lettres d’Anne de Montmorency à Jean Du Bellay22. Il convient bien sûr d’apprécier cette évolution en tenant compte du formalisme et des règles du genre23.

  • 24 CCJDB, I, no 87, p. 192-194 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 16 août 1530).
  • 25 Id., t. I, no 98, p. 208 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 26 mai 1531).

8Les lettres de Jean Du Bellay à Anne de Montmorency témoignent de relations directes et empreintes même de familiarité, par exemple lorsqu’en août 1530, de passage à Chantilly, il donne au grand maître, absent depuis longtemps, des nouvelles de sa famille : de son fils François, né le 16 juillet, « beau gros garson » qui lui ressemble, de sa femme, qu’il ne « trouvera pas empiree pour le fardeau qu’elle a porté mais beaucoup plustost amendee », de son pere, « aussi sain de corps et de cerveau que le vistes onc »24. L’année suivante, le vieux duc Guillaume meurt et Du Bellay est prêt à se rendre à Chantilly pour tenir compagnie à Anne de Montmorency ou pour « servir a tout le mains de mon mestier en ces cerimonies25 ».

9À un autre niveau, Anne de Montmorency est le correspondant privilégié de Jean du Bellay. Des lettres conservées pendant l’ambassade à Londres de mai à décembre 1529, 27 sont adressées au grand maître, mais seulement 6 au roi, une à l’amiral Chabot et aucune au chancelier Duprat ou à tout autre membre du Conseil. Montmorency jouit donc de la quasi-exclusivité de l’information par rapport aux autres conseillers. Et Du Bellay ne se contente pas de transmettre des nouvelles, de résumer des conversations ou d’exprimer des impressions, il dit sa conception des choses et n’hésite pas à suggérer des manières d’agir, comme dans une lettre du 28 mai 1529, alors qu’il importe que la Paix des Dames soit conclue avant que Henry VIII puisse y faire obstacle :

  • 26 Id., t. I, no 8 bis, p. 31 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 28 mai 1529). La négociation de l (...)

« Concluez entierement voz articles par messaigers puy, a certain jour et brief, ordonnez la veue des Dames pour toucher en paulme ! Le tout conclud, vous approcherez et, partant de Paris, manderez que le Roy s’en va chasser a Coussy […]. Le Roy demourera a Coussy et le chancellier avec le Conseil, fors ceulx que Madame [Louise de Savoie] choisira […]. Ne prenez a mal, Monseigneur, si je me ingere de vous dire par la presente ce qu’il m’en semble26… »

  • 27 CAF, VIII, p. 464-465.

10En l’occurrence, Anne de Montmorency semble avoir suivi le conseil de Jean Du Bellay et persuadé le roi de s’y conformer car François Ier, qui était à Fontainebleau au début de juin, se rendit bientôt à Paris et par Chantilly, Compiègne et Noyon, à Coucy où il arriva le 28 juin pour y rester, ou dans les environs, jusqu’à la mi-août27.

11Lorsqu’il n’est pas lui-même l’ambassadeur en titre, Jean Du Bellay correspond à partir de 1530 avec les représentants à l’étranger de François Ier, souvent des obligés ou des parents d’Anne de Montmorency, ce qui lui permet de mieux conseiller le grand maître ou même directement le roi. C’est le cas en particulier lorsque Guillaume Du Bellay puis Jean de Dinteville sont ambassadeurs à Londres et lorsque François de Dinteville puis Charles Hémard de Denonville résident à Rome. Anne de Montmorency peut se décharger alors en toute sécurité des affaires et bénéficier des avis de Du Bellay, lui-même bien informé.

  • 28 CCJDB, I, no 59, p. 132 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 18 mars 1530).
  • 29 Id., no 74, p. 158; no 76, p. 164; no 78, p. 168-169; no 97, p. 206; et no 99, p. 209.

12De plus, Jean Du Bellay veille à la cour aux intérêts personnels d’Anne de Montmorency lorsque ce dernier en est absent. Par exemple au printemps 1530 il le fait avertir que l’amiral Chabot tente de dresser contre lui Marguerite de Navarre en insinuant que le grand maître fait honte au roi de Navarre, son mari, en se faisant attribuer l’honneur de ramener en France les fils de François Ier28. Et pour sa part le roi utilise la relation de confiance entre Montmorency et Du Bellay pour désamorcer une querelle qui aurait pu devenir grave entre le grand maître et l’amiral en juin de la même année29.

  • 30 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529), Vi (...)
  • 31 CCJDB, I, no 17, p. 56 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 30 juin 1529). Alors que Jean Du Bell (...)
  • 32 Id., no 34, p. 87 (Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 24 septembre 1529).

13Si Anne de Montmorency peut compter sur le dévouement de Jean Du Bellay et de ses frères, il s’efforce aussi de contribuer à la réussite de leurs projets, que ce soit le mariage de Guillaume30 ou l’attribution de l’évêché de Paris à Jean. Ce dernier servait très bien le roi en Angleterre et il y dépensait plus qu’il ne gagnait, même en ajoutant à son état d’ambassadeur les revenus de son évêché de Bayonne et de son abbaye de Breteuil. Cela méritait récompense. Il fut question de le pourvoir, déjà en 1529, de l’archevêché de Bordeaux31, mais la famille de Gramont l’emporta. Peu après Montmorency apprit « l’extreme maladie » de l’évêque de Paris et il profita du grand contentement que le roi et sa mère avaient des services de Jean Du Bellay pour obtenir en sa faveur cet évêché que l’on croyait sur le point de vaquer, auquel le roi ajouta l’abbaye de Saint-Maur32.

  • 33 Id., no 38, p. 95-96 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 4 octobre 1529).

14Le ton des passages dans lesquels il est question de cela dans la correspondance entre Anne de Montmorency et Jean Du Bellay rend bien compte de la familiarité des relations entre les deux hommes, quelle que soit la différence de rang. À Montmorency qui agit « pour le desir que j’ay que soiez mon evesque », Du Bellay répond33 qu’il est au courant des « grosses brigues » qui se font pour la succession à venir mais qu’il se réjouit du « mariaige de Sainct-Mor a Paris » et de se rapprocher de Chantilly. Il rappelle aussi que les jardins de l’évêque de Paris à Saint-Cloud « ne sont bien assiz en perfection s’ilz ne sont accompagnez de la guarenne de Sainct-Mor » et il promet de garder « de bon lievres pour Chantilly ». Sur un autre registre, il écrit le même jour au secrétaire d’Anne de Montmorency :

  • 34 Id., no 39, p. 97 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 4 octobre 1529).

« La principalle raison pourquoy je trouveroye ce mariaige de Paris et Sainct-Mor bon, je vous promectz ma foy que ce seroyt pour dez ceste heure fischer mon pied pour jamais auprès de celluy soubz la banniere duquel je vivray et mourray car je suys seur que ma compagnye ne luy ennuyra poinct34. »

15Dès lors, la présence de Jean Du Bellay au Conseil étroit ne pouvait que contribuer au renforcement de l’influence d’Anne de Montmorency qui jusqu’à sa disgrâce en 1541 put compter sur le dévouement que Jean Du Bellay affirme en maintes circonstances.

  • 35 Id., t. II, no 248, p. 31 (Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 26 juillet 1535). La lettre se ter (...)
  • 36 Id., t. III, no 563, p. 152-153 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 21 mars 1539).

16De son côté, dans cette confusion des affaires privées et publiques si ordinaire au XVIe siècle, Anne de Montmorency n’hésite pas à faire appel à Jean Du Bellay, même pour la décoration de Chantilly35. Et pour sa part, c’est par l’intermédiaire de son frère Jean que Guillaume Du Bellay fait savoir à Anne de Montmorency ce que les règles de la voie de service ou des divergences de vue avec le maréchal de Montejean ne lui permettent pas de communiquer directement36.

  • 37 « Le cardinal de Paris est arrivé pendant que j’escripvoye ceste. Et selon qu’il m’a esté dit, le (...)

17Ce dévouement en tout fut réaffirmé à l’avènement d’Henri II mais il ne fut plus aussi exclusif car Jean Du Bellay fut ébloui par les qualités de Charles de Guise lors de son passage à Rome à l’automne 1547 et au début de l’hiver 1548. Les relations entre Jean Du Bellay et Anne de Montmorency se refroidissent dès lors au point que le connétable fait « maigre recueil » au cardinal à son retour de Rome en octobre 154937.

18Quoi qu’il en soit des relations entre Anne de Montmorency et Jean Du Bellay sous le règne d’Henri II, il n’en demeure pas moins qu’au temps de François Ier jusqu’à la disgrâce du connétable Du Bellay fut à ses côtés et qu’il contribua à son emprise sur la politique étrangère.

  • 38 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, Paris, 1905, p. 57-59 ; Ambassades en Angleterre de J (...)
  • 39 CCJDB, I, no 74, p. 161 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 10 juin 1530) ; no 77, p. 167 (du mê (...)

19En revanche, Du Bellay fut en mauvais termes avec Antoine Duprat. Comme son frère Guillaume, Jean voyait dans le chancelier la cause de leurs difficultés : qu’il s’agisse de retards dans les ordres de paiement d’indemnités38 ou de manœuvres pour empêcher Jean de devenir évêque de Paris et abbé de Saint-Maur39. Même la manière de nommer le chancelier exprime l’absence de considération : « Maistre Anthoine », « sainct Anthoine ».

20Les questions matérielles citées ci-dessus ne sont que la conséquence de l’opposition entre le chancelier d’esprit conservateur, proche de la Sorbonne, et les frères Du Bellay, tous deux ouverts aux idées nouvelles, y compris en matière religieuse. Antoine Duprat, Pierre Lizet et Noël Béda sont les adversaires des Du Bellay aussi bien dans leurs idées personnelles que par leurs réticences à suivre la politique du roi à l’égard de Henry VIII. Et se plaignant de Duprat, Jean Du Bellay trouve l’occasion de renouveler son allégeance à Anne de Montmorency :

  • 40 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, no 95, p. 257-258.

« Au demourant, Monseigneur, j’ay tousjours la teste rompue de ce chancellier, et en ay plus de paine que n’ay des affaires du Roy, car, pour dire vray, de luy ne me soubcye ne de ses grans chevaulx, car pis ne sçauroit-il faire qu’il m’a faict et a mon frere, et sçay, Monseigneur, combien pis il eust faict si n’y eussiez mys la main si avant que a jamais vous en susmes esclaves et telz vous seron. Tenez cela pour l’Evangile40 ! »

  • 41 Il est vrai que dans une lettre d’avril 1545 à Anne de Pisseleu Jean Du Bellay se plaint du chance (...)

21Entre Jean Du Bellay et les principaux membres du Conseil il n’y eut pas, à ma connaissance, d’autres tensions apparentes jusqu’en 154141. Après la disgrâce du connétable, Jean Du Bellay, sans être entraîné dans la chute de son protecteur, semble pourtant s’être absenté de la cour pour de longues périodes qu’il passa dans le Maine et à Saint-Maur, mais son itinéraire est alors très mal connu.

  • 42 Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 193-204.

22Les choses changèrent à partir de 1544. Alors qu’il ne s’était jamais mal entendu avec le cardinal François de Tournon, Jean Du Bellay prit des positions de plus en plus opposées aux siennes42, et il eut avec l’amiral d’Annebault des différends personnels violents. L’occasion de l’altercation avec l’amiral fut, à la fin de 1544, l’augmentation par le roi, à la suggestion peut-être de l’amiral, de 4 000 francs à 6 000 francs d’une pension sur les revenus de l’archevêché de Bordeaux conféré à Jean Du Bellay :

  • 43 Ce récit dû à l’ambassadeur de Charles Quint est confirmé par une relation de l’ambassadeur du duc (...)

« En ce mesme temps led. cardinal, admiral et dame d’Estampes se trouvarent en la chambre du Roy, ou led. cardinal avec bien grande colere dit aud. admiral qu’il avoit fait adjousté deux mil frans de pension contre l’intencion du Roy ; que led. admiral nya mais luy dit que led. sr Roy l’entendoit et le vouloit ainsi, et enfin la continuacion dud. propos fut si aigre qu’ilz se desmentirent l’ung l’autre, et tellement que led. admiral dit que si personne le vouloit charger de son honneur que luy donneroit cent cops de poignard. Led. cardinal replica qu’il n’avoit oublié sa coustume de vouloir assaillir et oultraiger ceulx qui ne pourtoient aucunes armes ; le tout en la presence de lad. dame d’Estampes. Et fut le bruyt si grant que le Roy s’en apperceut, de sorte que de plain sault il vint vers eulx et avec demonstracion de mescontentement dict qu’il vouloit sçavoir que c’estoit. Et comme tous deux s’avançarent de parler, lad. dame d’Estampes print par le bras led. sr Roy et le fit entrer en une chambre prochaine, luy disant qu’elle luy declareroit que c’estoit comme le tout estoit passé43. »

  • 44 Jean Du Bellay prit à cette occasion un risque personnel car François Ier avait aussi souhaité sav (...)

23L’incident altéra durablement les relations entre les deux hommes : en 1546 l’amiral enquêta même pour savoir si Du Bellay avait demandé l’intercession de Henry VIII auprès de François Ier pour obtenir la grâce d’un parent coupable d’homicide44.

24En résumé, les relations de Jean Du Bellay avec les membres du Conseil étroit sont caractérisées par la fidélité et la subordination à Anne de Montmorency pendant tout le temps de sa faveur et par une opposition fondamentale au chancelier Duprat jusqu’à sa mort en 1535. Dès 1544 les relations avec le cardinal François de Tournon s’altèrent de plus en plus gravement et elles deviennent très mauvaises, pour des raisons d’abord personnelles, avec l’amiral d’Annebault.

25Pour le reste, à l’exception du chancelier Guillaume Poyet peut-être, Jean Du Bellay semble avoir eu de bonnes relations avec les conseillers de François Ier, particulièrement avec ceux qui, à l’occasion, lui furent en quelque sorte subordonnés, comme le cardinal de Mâcon, Charles Hémard de Denonville, et l’évêque de Soissons, Mathieu de Longuejoue.

Jean Du Bellay conseiller et serviteur du roi

  • 45 CCJDB, I, no 73, p. 153 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 6 juin 1530).
  • 46 Id., no 79, p. 172 (au même).
  • 47 Id., no 76, p. 164 (au même).

26Jean Du Bellay ne fit sans doute personnellement connaissance du roi qu’à son retour de Londres au début de 1529, mais il fut très rapidement dans son entourage proche après sa rentrée en France l’année suivante : le 6 juin 1530 il lui parle « en son lict, seul, plus d’une heure45 » ; le 18 juin il assiste à son lever46 ; et le 11 juin le roi le tire « a une fenestre ou il m’a tenu près d’une bonne heure47 ». C’est à son intimité avec Anne de Montmorency que Du Bellay doit ces entretiens et ces dialogues parfois confidentiels avec François Ier, qui l’estime en raison des services rendus en sa qualité d’ambassadeur à Londres. Le succès de ces missions, qui s’annonçaient faciles et qui se révélèrent délicates, compte beaucoup dans l’ascension politique de Jean Du Bellay.

  • 48 L’itinéraire du roi et de la Grande chancellerie qui l’accompagnait se trouve dans le CAF, VIII, e (...)
  • 49 Nous ne reprendrons pas ici l’étude de l’action de Jean Du Bellay, déjà bien traitée par V.-L. Bou (...)

27La comparaison des itinéraires de François Ier et de Jean Du Bellay du début de 153048, date de son retour de Londres, jusqu’en juillet 1536, date à laquelle il devient gouverneur de Paris et de l’Ile-de-France, montre qu’il fut presque constamment aux côtés du roi et qu’il n’a quitté la cour qu’à l’occasion de représentations diplomatiques à Londres et à Rome, où il fut dépêché non plus comme ambassadeur ordinaire mais comme chargé de mission extraordinaire afin de tenter de surmonter les difficultés nées de la tentative d’annulation du mariage de Henry VIII et de Catherine d’Aragon et, finalement, pour éviter la rupture avec Rome. Jamais comme au cours de ces années-là Jean Du Bellay n’exerça un rôle aussi important dans une affaire majeure49.

  • 50 Sur la fortification de Paris et sur les relations entre Jean Du Bellay et Charles de Bourbon, duc (...)

28En 1536, dès le danger d’invasion passé, Jean Du Bellay quitte Paris, ville qu’il a fortifiée et dans laquelle il a levé de fortes sommes pour entretenir les troupes chargées de contenir l’ennemi en Picardie50, et se rend à nouveau auprès du roi. En mars 1537, c’est François Ier qui fait étape chez Du Bellay à Saint-Maur en se rendant à Chantilly. Durant le printemps de cette année-là, Jean Du Bellay suit le roi dans le nord de la France, et on le retrouve en sa compagnie durant l’hiver et le printemps suivant jusqu’à l’entrevue de Nice (juin 1538). La rareté des lettres de Jean Du Bellay ne permet plus ensuite que des comparaisons ponctuelles, comme sa présence aux côtés du roi lors du passage de Charles Quint à Paris.

29Ainsi pendant huit années consécutives Jean Du Bellay a été l’une des personnes les plus proches du roi et, partant, les plus assidues aux réunions du Conseil privé mais aussi toujours dans la ligne d’Anne de Montmorency.

  • 51 De mars à juillet 1532, de novembre à mai 1534, de juillet à la mi-novembre 1535 et de la fin de n (...)

30Au Conseil du roi, Jean Du Bellay est alors le personnage le mieux informé sur l’Angleterre : il connaît personnellement Henry VIII ainsi que plusieurs de ses conseillers et il suit depuis 1527 les affaires d’Angleterre et de son roi. Il est également au courant des affaires d’Italie, de celles de Rome par expérience personnelle et par échanges épistolaires, et de celles du Piémont et de la Savoie dès 1538 par les informations qu’il tient de son frère Guillaume, gouverneur de Turin. C’est par l’intermédiaire de Guillaume aussi que Jean connaît l’Allemagne. Lui-même ne s’y est jamais rendu mais Guillaume y a effectué de fréquentes et parfois longues missions51. Presque tous les ambassadeurs de François Ier auprès d’États allemands à partir de 1531 sont des correspondants de Jean de Bellay ; et souvent ce sont de ses familiers, comme Gervais Wain ou Jacques Colin. Jean Du Bellay entretient en Allemagne un important réseau d’informateurs, enrichi encore par le solide appui strasbourgeois que lui assure principalement Jean Sturm, sans parler des renseignements donnés de Metz par Jean de Niedbrück ni des relations étroites entre Jean Du Bellay et Jean Sleidan, et en oubliant les informateurs privés, souvent d’anciens étudiants allemands en France. Après la mort de Guillaume en janvier 1543, Jean deviendra en quelque sorte l’héritier de son frère par la confiance reportée sur lui par les Allemands adversaires de Charles Quint.

  • 52 Nous ne reviendrons pas ici sur cette question déjà traitée par Victor-Louis Bourrilly et, plus ré (...)

31Au Conseil du roi, Jean Du Bellay n’est donc pas seulement le meilleur connaisseur de l’Angleterre, il est l’homme qui a l’expérience de la cour pontificale et la connaissance personnelle de Paul III, après avoir eu celle de Clément VII ; enfin il est au courant par diverses voies de la situation intérieure de la nébuleuse germanique et des forces d’opposition au pouvoir impérial. En effet, quoi qu’il en soit de ses convictions religieuses intimes52, Jean Du Bellay a donné, comme ses frères Guillaume et même René, beaucoup de gages aux protestants allemands, les plus sûrs étant la protection accordée en France même à des suspects d’hérésie ou à des réformés déclarés.

  • 53 Correspondance des réformateurs, Aimé-Louis Herminjard (éd.), t. 9 (1543-1544), Genève, Paris, 1897 (...)
  • 54 Lettre du 7 juin 1544 (Genève, arch. de l’État, P. H. 1324/3). Le 15 juin, le même Jean Ami Curtet (...)

32Au début de l’été 1544, Jean Du Bellay joue résolument la carte des bonnes relations avec les protestants. Il informe même des intentions du roi Jean Sturm qui à son tour en avertit Philippe Melanchthon53. Au même moment un envoyé de Genève à Paris, Jean-Ami Curtet, dit Bothelier, écrit au Conseil de Genève que le cardinal Du Bellay « grandement vous porte amytié et nous az faictz de grandz services54 ».

33Sans préjuger ses intentions, il est sûr que Jean Du Bellay entretient activement ses relations avec les protestants, luthériens comme calvinistes, alors que les troupes anglaises sont en France et que celles de Charles Quint sont devant Saint-Dizier. Par ailleurs il a la pleine confiance du roi qui, nous l’avons vu, réside longuement à Saint-Maur en août 1544.

  • 55 CCJDB, III, no 636, p. 259-262 et no 646, p. 279 n. 2.

34Sa correspondance montre aussi qu’il participe à des contacts officieux et très confidentiels avec l’entourage de Charles Quint par l’intermédiaire du dominicain Pedro de Soto, confesseur de l’empereur, lui-même en relation avec un autre dominicain espagnol, Gabriele Guzman, confesseur de la reine Éléonore. Ces deux hommes seront des agents majeurs dans les pourparlers préalables aux négociations qui aboutissent à la paix de Crépy (16 septembre 1544). Guzman en fut récompensé par la résignation en sa faveur de l’abbaye de Longpont, tenue en commende par Jean Du Bellay55.

  • 56 CAF, IX, p. 45-46.
  • 57 Id., p. 31-32.

35En vue du rétablissement de la paix, François Ier fit appel à l’amiral d’Annebault comme chef de la mission reçue le 29 août au camp de l’empereur56 tandis que Jean Du Bellay fut retenu comme chef de la mission qui arriva à Hardelot le 9 septembre pour y rencontrer les Anglais57.

36Jean Du Bellay fut peut-être maladroit dans la recherche de la paix au dire de Francis Bryan :

  • 58 Cette lettre de Francis Bryan du 26 janvier 1545 est un document exceptionnel sur les relations pr (...)

« J’ay veu a Calays que fort desirastes la paix. Mais vous n’estes entré le droict chemin : si une note fait la dissonance en la chançon, il fault sercher une aultre pour faire l’harmonie. J’ay veu vostre esprit aultrefois inventif ; si voullez diviser, j’aideray58. »

37L’échec de la négociation avec les Anglais fut pour Jean Du Bellay lourd de conséquences car ses adversaires lui imputèrent plus que de la maladresse. Pour cette raison ou d’autres liées à ses conseils en matière de politique étrangère et d’hostilité à l’égard de Charles Quint, il éprouva le mécontentement de François Ier, auquel il écrit le 19 mai 1545 :

  • 59 CCJDB, III, no 670, p. 310.

« Vous supplyant très humblement me pardonner si, reduict aux termes que je suys d’extreme et plus que mortel ennuy, je prendz a ce propoz la hardiesse de vous dire que, quoy qu’on m’ait mys a suz, je prendray toute griefve punition pour legere si jamais a mon escient j’ay faict ne dict chose non seulement qui pour ung reguard vous peust desplaire mais qui me deust attirer la malveillance de personne qui vous feust recommandee59. »

38Ce mécontentement ne fut pas de longue durée car à la demande d’Anne de Pisseleu, semble-t-il, Du Bellay fut rappelé en juin. L’ambassadeur de Charles Quint en France rapporte :

  • 60 Id., p. 310, n. 2. Le rappel de Du Bellay est aussi mentionné par l’ambassadeur de Mantoue mais pou (...)

« Saichant que l’admiral se part pour l’armee, lad. dame d’Estampes a faict icy venir le cardinal de Belay pour l’entremectre aux affaires, ayant ja tenu main que le Roy lui a communiqué ses principaulx dessaings quant a lad. guerre, que fust après son disner affin que la faveur fust tant plus apparente60. »

  • 61 Voir Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, S (...)
  • 62 CCJDB, III, p. 338, n. 2.
  • 63 CAF, IX, p. 32.

39Pour autant, Jean Du Bellay ne parvint pas à orienter la politique de François Ier vers un rapprochement avec Henry VIII et la coalition de Smalkalde61, même si finalement une tentative d’arbitrage par les protestants allemands eut lieu à la fin de 154562. Ici encore Jean Du Bellay fut en relation avec les délégations de la ligue de Smalcalde auprès de François Ier et de Henry VIII, mais c’est l’amiral d’Annebault qui, en novembre et décembre 1545 puis d’avril à juin 1546, fut le chef de l’ambassade qui aboutit le 7 juin à la conclusion du traité d’Ardres63.

  • 64 LP, XX, no 1207, p. 600-601. Mont à Paget, 15 juillet 1545, Worms.
  • 65 Voir en particulier la lettre à Jean Du Bellay du 14 juin 1546 dans laquelle Gérard Sevenus souhai (...)
  • 66 LP, XXI, 2, no 457, p. 215.

40Dans l’intervalle, en juillet 1545, alors qu’il était question d’une ligue entre Henry VIII et les protestants allemands contre l’empereur et le pape, son allié du moment, Jean Sturm avait été d’avis que François Ier était disposé à la paix avec Henry VIII, que le dauphin la souhaitait, tout comme l’amiral et Jean Du Bellay mais que François de Tournon priait le roi de ne rien faire avec les protestants64. La paix revenue entre François Ier et Henry VIII, Jean Du Bellay continua de prêter une grande attention aux lettres qu’il recevait de ses correspondants en Allemagne et à Strasbourg – Jean Sleidan, Jean Sturm, Ulrich Geiger, Gérard Sevenus – qui le poussaient à intervenir en faveur d’une alliance entre le roi de France et les protestants allemands65. L’ambassadeur en France de Henry VIII, Nicolas Wotton, écrit à William Paget le 28 novembre 1546 à propos de Jean Du Bellay: « The cardinal goes not directly to the rejecting of the bishop of Rome, but says that that must follow this league […] the man shows himself earnest fot the Gospel an anxious about the matters in Germany66. »

  • 67 CCJDB, III, no 756, p. 435, n. 1.

41Pour autant qu’il ait encore été appelé à siéger au Conseil étroit à cette date, Jean Du Bellay est donc en totale opposition avec François de Tournon, le personnage fort du Conseil, mais il a l’appui d’Anne de Pisseleu et de Marguerite de Navarre67 car toute la politique étrangère ne se décide pas seulement au Conseil étroit.

  • 68 Id., no 468, p. 46, n. 3.
  • 69 BnF, ms frçs 5146, fos 84-97. Le rappel de ces moments difficiles revient à plusieurs reprises dan (...)
  • 70 Mémoire de Jean Du Bellay du 4 juillet 1549 (BnF, ms frçs 5146, fos 75-80). Il écrit de même à Cha (...)

42Nous avons déjà vu que Jean Du Bellay, qui se dit « en demy disgrace » en 1546 et qui n’est pas sûr d’être admis en présence du roi en janvier 1547, était mal en cour par moments dès 1545. Cela explique peut-être qu’il n’ait pas pu sauver du bûcher son secrétaire Nicolas Brisbart68 et que sa collection d’abbayes ait cessé de s’enrichir. La fin du règne de François Ier fut donc douloureuse pour le cardinal qui, en août 1548, se plaint encore à Charles de Guise d’avoir « esté trop battu du temps des gouverneurs du feu Roy »69. Il s’était décidé alors à renoncer aux affaires publiques : « Du temps du feu Roy je m’estoye resolu a me rendre a mon premier mestier des jardins et estudes. Le Roy le sçayt, aussi faict madame la duchesse de Valentinoys » mais, « ayant trouvé bon accueil » de Henri II, duquel il était devenu proche à la fin du règne de François Ier, il se ravisa70.

  • 71 La froideur de François de Tournon et de Claude d’Annebault envers Jean Du Bellay se devine aiséme (...)

43En résumé, Jean Du Bellay assista régulièrement au Conseil du roi de 1530 à 1540, années qu’il passa le plus souvent à la cour, et jusqu’en 1545. Il exerça directement sur le roi et plus encore indirectement par l’intermédiaire d’Anne de Montmorency, duquel il était particulièrement proche, une influence certaine, surtout en matière de politique étrangère, par sa connaissance profonde de l’Angleterre, par ses expériences romaines, par les informations tirées de son réseau de correspondants dans l’Empire et par ses talents de négociateur. S’il ne souffrit pas directement de la disgrâce d’Anne de Montmorency, il perdit cependant beaucoup de son influence à la fin du règne car, malgré l’appui d’Anne de Pisseleu, de Marguerite de Navarre et même du dauphin, il ne parvint pas à imposer ses points de vue face au cardinal François de Tournon et à l’amiral Claude d’Annebault71. Il fut même proche de la disgrâce en 1545 et, après un bref retour dans la faveur du roi, plus encore et définitivement à partir de la fin de 1546.

Notes

1 Jean Du Bellay à Jean Bertrand, 7 mai 1548 (BnF, ms frçs 5151, fos 20-23). Jean Du Bellay varie dans l’évocation du nombre de ses années de service et d’appartenance au Conseil du roi : le 8 juin 1548 il écrit à Henri II qu’il y a 25 ans qu’il est aux « demeslementz d’affaires » (Moscou, arch. centrales des actes anciens, fonds 81, vol. 10, fos 67-70) ; vers le 20 août il rappelle à Charles de Guise qu’il est occupé depuis 25 ans en « ambassades et au Conseil du Roy » (BnF, ms frçs 5146, fos 84-97) ; le 16 septembre il évoque ses trente ans d’expérience des affaires (BnF, ms frçs 5149, fos 97-102) ; et, pour autant que 36 corresponde effectivement à un nombre précis d’années, c’est celui qu’il donne à Jean Duthier le 14 mai 1549 : « Il y a trente-six ans que vous m’avez veu par le monde. J’ay veu plusieurs temps et quorum pars magna fui. » (BnF, ms frçs 20446, p. 215-218.) Bien que ces indications tendent à confirmer la date de naissance de Jean Du Bellay en 1492, comme l’indique Gall. Christ., t. XII, col. 452 et t. VIII, col. 162 : « Denique Johannes egregie de ecclesia et Gallico nomine promeritus moritur Romae XIV calendas Martii anno 1560 aetatis anno 68 in palatio quod juxta Diocletiani thermas exquisita construxerat magnificentia », il faut vraisemblablement préférer celle de 1498/1499 qui découle de la lettre du 7 février 1559 dans laquelle il écrit à Anne de Montmorency, né le 15 mars 1493, avoir « seullement six ans de mains que vous » (BnF, ms frçs 20448, p. 125-128). Mais Jean Du Bellay n’était pas le seul au XVIe siècle, et pas seulement au XVIe siècle, à ignorer l’âge exact d’autrui, voire à se tromper sur le sien même.

2 ORF, VI, p. 172. Je ne reviendrai pas sur l’interprétation des mentions hors de la teneur, utiles à l’audiencier de la chancellerie et au chancelier lors de l’audience du sceau préalable au scellement des actes royaux, sinon pour rappeler que si la mention « Par le roy en son Conseil ou estoient… » est la preuve d’une délibération en présence du roi, la mention « Par le Conseil » est une mention de petite chancellerie, et que, pas plus que plusieurs autres, elle ne concerne le Conseil privé. Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris, 1962, voir l’index à « Conseil du roi », p. 329.

3 ORF, VII, p. 64.

4 ORF, VIII, p. 132-136.

5 ORF, IX, p. 44.

6 ORF, p. 183.

7 ORF, p. 726.

8 Cédric Michon, La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse de doctorat, université du Maine, s. d., p. 37.

9 CCJDB, III, no 595, p. 196 (Guillaume Du Bellay à Jean Du Bellay, 29 novembre 1542).

10 Id., no 611, p. 218-219 (Jean Du Bellay à François Ier, juillet 1543).

11 Id., no 619, p. 226 (François Olivier à Jean Du Bellay, 11 décembre 1543), no 626, p. 236-239 (Jean Du Bellay, François Olivier et Africain de Mailly aux envoyés des États allemands à la diète de Spire, 5 mars 1544), et suivants.

12 CAF, VIII, p. 523.

13 CCJDB, III, no 636, p. 259-262 (Jean Du Bellay à Pedro de Soto, 9 mai 1544).

14 Id., nos 637-642, p. 263-275.

15 LP, XXI, I, 1394.4, p. 700 mentionne cinq cardinaux parmi les témoins, dans l’ordre, ceux de Lorraine, Ferrare, Du Bellay, Châtillon et Meudon.

16 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier, Rome. BnF, ms frçs 5149, fos 110-113.

17 CCJDB, III, no 735, p. 407-408 (Jean Du Bellay à Anne de Pisseleu, 13 janvier 1547).

18 Cédric Michon, thèse citée, p. 37.

19 « Monsr le seneschal du Maine […] m’a dit qu’il avoit charge de Monsr de Vendosme de me dire que je sçay l’amour que tousjours luy et sa maison ont porté a la nostre, et portent encores, et que puys cognoistre de quelle consequence lad. terre [La Bouchet-aux-Corneilles] luy est pour sa duché, et qu’il me prye que je la luy lesse. » CCJDB, III, no 600, p. 204 (René Du Bellay à Jean Du Bellay, 4 février 1543).

20 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri II, Paris, 2008, p. 133-145, décrit l’étroitesse de la dépendance de Jean Du Bellay par rapport à Anne de Montmorency au début des années 1530 surtout, mais c’est à tort qu’il en fait un « vassal » du grand maître : la dépendance féodale des Du Bellay est à l’égard de la maison de Vendôme, et Jean ne tient, à ma connaissance, aucun fief d’Anne de Montmorency.

21 CCJDB, I, no 71, p. 152 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 15 mai 1530) et t. III, no 496, p. 44 (Jean du Bellay à Anne de Montmorency, 29 juin 1537).

22 Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 6 août 1549 (BnF, ms frçs 3921, fo 34). Nous rappelons le sens fort du mot « amitié » au XVIe siècle.

23 Guillaume Du Bellay s’adresse diversement à son frère, par exemple : « Vostre plus obeissant frere », alors que René fait précéder sa signature de « vostre humble frere et serviteur » et Martin, de « vostre humble et obeyssant frere ». CCJDB, III, fac-similés en tête du volume.

24 CCJDB, I, no 87, p. 192-194 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 16 août 1530).

25 Id., t. I, no 98, p. 208 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 26 mai 1531).

26 Id., t. I, no 8 bis, p. 31 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 28 mai 1529). La négociation de la Paix des Dames (5 août 1529) a été étudiée par Philippe Hamon, « Négocier sous François Ier : Gilbert Bayard, l’homme de la Paix des Dames », dans Arras et la diplomatie européenne, XVe-XVIe siècle, Denis Clauzel et al. (éd.), Arras, 2000, p. 231-246 ; Rémy Scheurer, « Les relations franco-anglaises pendant la négociation de la Paix des Dames (juillet 1528-août 1529) », dans Literature and the Arts in the reign of Francis I. Essays presented to C.-A. Mayer, Paul M. Smith et Ian D. Mc Farlane (éd.), Lexington, Kentucky, 1985, p. 142-162. Voir aussi Germain Marc’Hadour, « Jean Du Bellay à l’école du cardinal Wolsey (Londres, 1527-1529) », in Du Bellay. Actes du colloque international d’Angers du 26 au 29 mars 1989, G. Cesbron (éd.), Angers, université d’Angers, 1990, t. II, p. 607-621.

27 CAF, VIII, p. 464-465.

28 CCJDB, I, no 59, p. 132 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 18 mars 1530).

29 Id., no 74, p. 158; no 76, p. 164; no 78, p. 168-169; no 97, p. 206; et no 99, p. 209.

30 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529), Victor-Louis Bourrilly et Pierre de Vaissière (éd.), Paris, 1905, no 177, p. 517.

31 CCJDB, I, no 17, p. 56 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 30 juin 1529). Alors que Jean Du Bellay n’avait pas encore officiellement été pourvu de l’évêché de Paris, il fut question qu’il reçoive Narbonne (id., no 38, p. 95, Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 4 octobre 1529) ou Bayeux (ibid., no 112, p. 237, Jean Du Bellay à François de Dinteville, fin décembre 1531).

32 Id., no 34, p. 87 (Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 24 septembre 1529).

33 Id., no 38, p. 95-96 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 4 octobre 1529).

34 Id., no 39, p. 97 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, 4 octobre 1529).

35 Id., t. II, no 248, p. 31 (Anne de Montmorency à Jean Du Bellay, 26 juillet 1535). La lettre se termine par l’annonce qu’Anne de Montmorency a fait arranger toutes ses « testes et medailles a Chantilly » mais qu’il reste des places vides et que, de Rome où il est alors, Jean Du Bellay pourrait l’aider à les remplir.

36 Id., t. III, no 563, p. 152-153 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 21 mars 1539).

37 « Le cardinal de Paris est arrivé pendant que j’escripvoye ceste. Et selon qu’il m’a esté dit, le connestable luy a fait maigre recueil ». Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv, Berichte, Frankreich, 17 (Simon Renard à Charles Quint, 22 octobre).

38 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, Paris, 1905, p. 57-59 ; Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, no 62, p. 165 ; no 117, p. 329.

39 CCJDB, I, no 74, p. 161 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 10 juin 1530) ; no 77, p. 167 (du même au même, 14 juin 1530).

40 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, no 95, p. 257-258.

41 Il est vrai que dans une lettre d’avril 1545 à Anne de Pisseleu Jean Du Bellay se plaint du chancelier Poyet en même temps qu’il intercède en sa faveur : « Madame, si le chancelier Payet ne m’avoyt jamais faict de mal, je n’entreprendroye a ceste heure si voulentiers de vous escripre pour luy. » CCJDB, III, no 663, p. 297 (Jean Du Bellay à Anne de Pisseleu, vers le 5 avril 1545).

42 Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 193-204.

43 Ce récit dû à l’ambassadeur de Charles Quint est confirmé par une relation de l’ambassadeur du duc de Ferrare. CCJDB, III, p. 277 n.

44 Jean Du Bellay prit à cette occasion un risque personnel car François Ier avait aussi souhaité savoir qui était intervenu de France auprès de Henry VIII. Voir les lettres de Jean Du Bellay à Henry VIII et à William Paget de Fontainebleau le 2 août 1546 dans CCJDB, III, no 728 et 729, p. 400-402. Jean Du Bellay se dit dans sa lettre à Paget « evisceré et devotieux serviteur » de Henry VIII.

45 CCJDB, I, no 73, p. 153 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 6 juin 1530).

46 Id., no 79, p. 172 (au même).

47 Id., no 76, p. 164 (au même).

48 L’itinéraire du roi et de la Grande chancellerie qui l’accompagnait se trouve dans le CAF, VIII, et celui de Jean Du Bellay a été établi, mais avec beaucoup de lacunes, à partir des lieux d’expédition de ces lettres.

49 Nous ne reprendrons pas ici l’étude de l’action de Jean Du Bellay, déjà bien traitée par V.-L. Bourrilly, Le cardinal Jean Du Bellay en Italie (juin 1535-1536), Paris, 1907, extrait de Revue des études rabelaisiennes, 5e année, 3e et 4e fascicules ; et dans les travaux récents de R. Cooper.

50 Sur la fortification de Paris et sur les relations entre Jean Du Bellay et Charles de Bourbon, duc de Vendôme, chargé de la protection de la frontière, voir CCJDB, II, p. 412-414, note, et p. 395 sq.

51 De mars à juillet 1532, de novembre à mai 1534, de juillet à la mi-novembre 1535 et de la fin de novembre 1535 à février 1536, de mai à août 1536. CAF, IX, p. 8 sq.

52 Nous ne reviendrons pas ici sur cette question déjà traitée par Victor-Louis Bourrilly et, plus récemment, par Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie, Genève, 1970, t. I, chap. « Le curé Landry et les frères Langelier », p. 273-394.

53 Correspondance des réformateurs, Aimé-Louis Herminjard (éd.), t. 9 (1543-1544), Genève, Paris, 1897, p. 302. Jean Sturm à Philippe Melanchthon, Strasbourg le 11 juillet 1544.

54 Lettre du 7 juin 1544 (Genève, arch. de l’État, P. H. 1324/3). Le 15 juin, le même Jean Ami Curtet écrit que « le cardinal du Belley […] grandement est nostre amys » (id., P. H. 1324/4) et le 18 : « Aujourduys monsr le cardinal du Belley moy az tenus propos de monsr Calvin pour aller quelque part pour les afferes du Roy. » (Id., P. H. 1324/5.) Je remercie Mme Micheline Tripet de m’avoir communiqué les photocopies de ces lettres.

55 CCJDB, III, no 636, p. 259-262 et no 646, p. 279 n. 2.

56 CAF, IX, p. 45-46.

57 Id., p. 31-32.

58 Cette lettre de Francis Bryan du 26 janvier 1545 est un document exceptionnel sur les relations privées entre deux conseillers de rois qui se connaissent de longue date (CCJDB, III, no 654, p. 288-289).

59 CCJDB, III, no 670, p. 310.

60 Id., p. 310, n. 2. Le rappel de Du Bellay est aussi mentionné par l’ambassadeur de Mantoue mais pour une affaire italienne.

61 Voir Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1981, p. 39-41.

62 CCJDB, III, p. 338, n. 2.

63 CAF, IX, p. 32.

64 LP, XX, no 1207, p. 600-601. Mont à Paget, 15 juillet 1545, Worms.

65 Voir en particulier la lettre à Jean Du Bellay du 14 juin 1546 dans laquelle Gérard Sevenus souhaite l’union du roi de France et des princes protestants contre l’empereur et le pape. CCJDB, III, no 722, p. 390.

66 LP, XXI, 2, no 457, p. 215.

67 CCJDB, III, no 756, p. 435, n. 1.

68 Id., no 468, p. 46, n. 3.

69 BnF, ms frçs 5146, fos 84-97. Le rappel de ces moments difficiles revient à plusieurs reprises dans les lettres écrites de Rome par Jean Du Bellay en 1547 et 1548 : à Jean Bertrand, au début de novembre 1547 (BnF, ms frçs 5151, fos 2-6) ; à Henri II, le 10 novembre 1547 (BnF, ms frçs 5148, fos 110-113) ; à Anne de Montmorency, le 28 janvier 1548 (BnF, ms frçs 5147, fos 17-23).

70 Mémoire de Jean Du Bellay du 4 juillet 1549 (BnF, ms frçs 5146, fos 75-80). Il écrit de même à Charles de Guise le 20 août 1548 que sa résolution était de se « rendre du tout dedans mes jardins et dessuz mes livres » (BnF, ms frçs 5146, fos 84-97) ; et le 9 juin 1550 il écrit de même à Jacques d’Albon de Sainct-André : « Dés le temps du feu Roy ma vraye resolution estoyt, comme sçayt le Roy, de me retirer a mes estudes. » (BnF, ms frçs 5150, fos 31-32.)

71 La froideur de François de Tournon et de Claude d’Annebault envers Jean Du Bellay se devine aisément dans la lettre du 15 février 1547 de Jean Moreau, relatant la présentation à François Ier par Anne de Pisseleu d’un cadeau de Jean Du Bellay. CCJDB, III, no 750, p. 426.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540