Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Dans la dépendance de Montmorency

Gabriel de Gramont (1486-1534)

Cédric Michon

Texte intégral

Lorsque la vieille noblesse navarraise passe au service du roi

  • 1 Pour tout ce qui suit et pour plus de détails sur la famille Gramont, voir BnF, Nouveau d’Hozier 1 (...)

1Gabriel de Gramont est issu d’une famille puissamment possessionnée dans la région de Bayonne qui passe insensiblement du service des rois de Navarre à celui des rois de France1. La trajectoire de Gabriel est, comme celle de Tournon et Du Bellay, représentative d’un changement des centres de gravité, qui fait passer de nombreuses familles du service des princes au service des rois de France. Son mode d’intégration associe les contacts courtisans et la logique technicienne. Gramont ajoute à l’inscription domestique de sa parentèle une compétence technique juridique qui lui assure une carrière dans la chancellerie.

  • 2 Agramont ou Aigremont, et, en latin, Acris Mons, c’est-à-dire Mont-Aigu. Notons que les ambassadeu (...)
  • 3 Mickhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du Roi sous Charles VIII et Louis XII, Li (...)
  • 4 BnF, Nouveau d’Hozier 162, cahier « Gramont » (fo 23) ; BnF, PO 1388, pièces 37, 38, 42 et 50. La (...)

2L’étude des origines de la famille de Gramont est rendue difficile par la destruction d’une partie des archives familiales lors de l’incendie du château de Bidache par les troupes de Charles Quint en 1523. La famille tire son nom de la position de son château, sur une hauteur très escarpée2. Elle est établie dans la région de Bidache depuis le XIe siècle sans doute et à Bidache même à partir du début du XIVe siècle au moins. Les Gramont font partie des plus puissants vassaux des rois de Navarre. Ils participent à la guerre de 1512, qui voit la perte de la Navarre espagnole, ainsi qu’à la tentative de reconquête de 1521. À la fin du Moyen Âge, donc, la famille de Gramont, qui tient la frontière septentrionale de la Navarre est une fort puissante famille courtisée par les rois de Navarre. Toutefois, au cours de la guerre de Cent Ans, les Gramont ont pris parti pour le roi de France. Le passage décisif au service du roi de France intervient sous Roger de Gramont, père du cardinal Gabriel. S’il joue un rôle très important dans les derniers soubresauts de la Navarre, il se sert aussi de la protection des Foix-d’Albret pour servir le roi de France. Et l’on observe, avec l’affaiblissement de la Navarre et la montée en puissance de la France, un approfondissement de l’ancrage français des Gramont. Ainsi, Roger de Gramont, après avoir combattu en Italie avec Charles VIII, devient son chambellan, est fait grand sénéchal de Guyenne et maire de Bayonne en 1486. Par la suite, il est ambassadeur à Rome sous le règne de Louis XII. Membre occasionnel du Conseil de Louis XII à partir de 1499, il meurt le 8 avril 15193. Son fils François est tué devant Ravenne, le jour de Pâques 1512. Un autre de ses fils, Jean, lui succède dans ses différentes positions (il est maire et capitaine de la ville de Bayonne) et participe à la tentative de reconquête de la Navarre en 1521. Parti combattre en Italie, il meurt devant Naples en 15284. C’est son frère Gabriel qui nous préoccupe ici.

Gabriel de Gramont

Juriste et diplomate

  • 5 BnF, Nouveau d’Hozier 162, fo 23 vo.
  • 6 CAF, VII, 414, 25323. On sait qu’il siège au Grand Conseil d’avril à juin 1526 et d’août à septembr (...)
  • 7 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, thèse, p. 73. Au sujet de son activité diplomatique, on re (...)
  • 8 Parmi de nombreux exemples BnF, ms frçs 3040, fo 83. Gabriel de Gramont à Anne de Montmorency, Par (...)

3On ne sait pas précisément comment Gabriel de Gramont est introduit à la cour de France, mais l’on peut supposer que son père, ses frères aînés ainsi que la famille de Foix ont joué un rôle. Par ailleurs, il semble qu’il a reçu une formation juridique dans les universités de Paris, Toulouse et Poitiers, ce qui le prédispose au service diplomatique5. En avril 1522 au plus tard, il est conseiller au Grand Conseil et en 1528, maître des requêtes6. À partir des années 1520, Gabriel de Gramont s’impose comme l’un des principaux diplomates de François Ier avec près de 8 missions, en Espagne, en Angleterre et en Italie7. Ce sont ces missions qui vont le placer progressivement aux marges du Conseil. Dans cette logique, il semble qu’il resserre ses liens avec Montmorency dont il est l’un des informateurs sur les affaires italiennes et sur la situation à la cour8.

Un spécialiste des affaires italiennes et anglaises aux marges du Conseil (1531-1533)

  • 9 Selon Bernard Barbiche et Ségolène de Dainville-Barbiche, « Les Légats a latere en France et leurs (...)
  • 10 Bnf, ms frçs 3071, fo 23. Gabriel de Gramont à Anne de Montmorency, Paris, 19 avril [1531].
  • 11 Dans une lettre à Clément VII, François Ier rapporte que « nre ame et feal cousin et grant amy le (...)
  • 12 ASV, Principi, vol. VI, anno 1529-1534, fo 232. Cardinal de Gramont au pape, Paris, 19 juillet 153 (...)

4À partir de la fin des années 1520, Gabriel de Gramont devient en effet une sorte de conseiller spécial pour les affaires romaines et anglaises. Son rôle d’intermédiaire dans les affaires romaines est institutionnalisé par la mission diplomatique en France qui lui est confiée par Clément VII entre le 5 octobre 1530 et avril 15319. On n’est donc pas surpris qu’il soit chargé de la correspondance avec la papauté10. Il traite notamment de la promotion des cardinaux français, et en particulier de celle de Jean d’Orléans, archevêque de Toulouse11. Dès sa première lettre au pape sur le sujet, Gramont explique, avec la plus grande fermeté, que le pape doit promouvoir l’archevêque de Toulouse, car ses prédécesseurs l’ont promis et, pour dire les choses simplement, parce que le roi, sa sœur et leur mère le veulent12. Si Jean d’Orléans est finalement l’un des deux cardinaux promus en février 1533, le pape traîne ensuite à faire parvenir à l’intéressé la dépêche qui rend effective sa promotion. Devant l’inaction du pape, Gramont poursuit ses pressions et va jusqu’à protester benoîtement, par une formule lourde de menaces, qu’il serait souhaitable que, dans cette affaire, le pape garde les commandes :

« Je vous en ay bien voulu escripre et supplier qu’il vous plaise commander la depesche entière dudict seigneur de Thoulouze et l’envoyer incontinent affin que le tout soit conduict soubz vostre dicte auctorite et obeissance. »

5Soucieux de clarté, il précise :

  • 13 ASV, Principi, vol. VI, fo 182-188 ; ASV, Principi, vol. VII, fo 67-74.

« Et vous en veuil bien advertir afin de ne faillir a mon debvoir vous advisant que dépesché ou non dépesché, il prendra l’habit rouge13. »

  • 14 Francis Decrue, De consilio regis, Paris, 1885, p. 40.
  • 15 ASModena, busta 9, Gio Battista Manfredi au duc de Ferrare, Fontainebleau, 5 juillet 1531.
  • 16 AN, X1A 8612, fo 277 (présence au Conseil d’Antoine Duprat, François de Tournon, Gabriel de Gramon (...)
  • 17 AN, X1A 8612, fo 317. Avignon, 2 septembre 1533 (il s’agit de l’ordonnance qui rendait au père de (...)

6Ces responsabilités sur les questions italiennes le rapprochent du Conseil. Informellement d’une part (il est, de facto, en charge d’une bonne partie des affaires diplomatiques avec Rome). Institutionnellement d’autre part : on a plusieurs traces de sa présence au Conseil dans ces années-là. Francis Decrue affirme qu’il est présent sans interruption pendant les années 1531-153314. Information confirmée par plusieurs sources. On sait par exemple qu’il participe au Conseil en juillet 1531. L’ambassadeur de Ferrare évoque l’arrivée à « fontana belleo » (Fontainebleau) du « Rmo Agramonte » et la tenue d’un Conseil de plus de quatre heures au sujet duquel Gabriel de Gramont n’a pas voulu lui donner de détails15. Il est à nouveau présent quelques jours plus tard16. On a ensuite des traces de sa présence au Conseil à l’automne 1533, en Avignon, puis à Marseille17.

  • 18 ASModena, busta 9, 2 lettres d’août 1530.
  • 19 ASModena, busta 9, Gio Battista Manfredi, 12 avril 1531.
  • 20 B.L. Add. Ms, 25114, fo 90 [LP, 1880, vol. 5, 1531-1532, no 427 (p. 208)]. Francis Brian et Edward (...)
  • 21 BnF, ms frçs 2947, fo 54. Gabriel de Gramont à Clément VII, s. l., 8 janvier 1532 (voir aussi LP, (...)

7Mais Gramont n’est pas que spécialiste des affaires italiennes. Il intervient également sur l’affaire de l’annulation du mariage d’Henri VIII. Les deux secteurs sont d’ailleurs moins éloignés qu’il n’y paraît. Ainsi, lorsqu’il est envoyé en 1530 à Rome, c’est, selon l’ambassadeur de Ferrare pour traiter de la « nullita del matrimonio di inghilterra18 ». Il y retourne l’année d’après, toujours pour les mêmes raisons19. Il est d’ailleurs à la cour l’un des interlocuteurs des ambassadeurs d’Henri VIII en France20 et le 8 janvier 1532, il est chargé d’écrire une longue lettre à Clément VII au sujet de l’annulation du mariage d’Henri VIII21.

Affrontements sur les marches du Conseil : Jean Du Bellay vs Gabriel de Gramont

8Alors qu’il commence à approcher significativement du cœur du pouvoir, tout comme François de Tournon ou Jean Du Bellay, Gabriel de Gramont meurt, le 26 mars 1534. Sa trajectoire s’éclaire lorsqu’on la rapproche de celle de Jean Du Bellay. Comme Gramont, Du Bellay est un protégé de Montmorency ; comme lui également, il est très nettement positionné sur l’Angleterre et Rome. On n’est donc pas surpris de l’affrontement qui oppose les deux hommes dès 1527. Dans une lettre particulièrement perfide, Du Bellay rapporte des propos de Wolsey hostiles à Gramont :

  • 22 Ambassades…, p. 66-68. Pour la réponse de Gramont, voir Bnf, ms Dupuy, 495, fo 51.

« Monseigneur de Tarbe […], par trop cuyder faire le subtil et ne l’estre poinct et trop donner à entendre qu’il est homme de pratique, mect les affaires en très grandz et évidens dangiers22. »

9La raison essentielle de l’hostilité de Du Bellay à l’égard de Gramont réside dans le positionnement des deux hommes sur le même champ de récompenses, avec un net avantage au Navarrais, qui obtient Bordeaux contre l’Angevin et qui est promu cardinal dès 1530. La dimension personnelle de l’animosité apparaît à la suite de l’élection à Bordeaux de Gabriel et de sa promotion comme cardinal. À ce moment-là, Du Bellay se dit prêt à décliner un bénéfice car il se refuse à récupérer les miettes de Gramont :

  • 23 CCJDB, I, p. 135.

« Plustost vouldroye demourer toute ma vie comme je suys que de prendre les demourans, mesmes estans telz qu’ilz sont, de celluy qui n’a guerez myeulx servy que moy et qui auroyt myeulx occasion de se contenter d’avoir desja eu du Roy XX mil [livres tournois] de rente et réserves de plus de XL, oultre Bordeaulx qu’il eut l’an passé et oultre l’asseurance du chapeau, que moy qui ayt si peu receu de bien ne avancement23. »

  • 24 BnF, ms frçs 3071, fo 23.
  • 25 La mort prématurée de Gabriel bloque l’élan de la famille Gramont. Car la connexion Gramontoise a (...)

10Peu rancunier, Gramont propose un an plus tard la candidature de Du Bellay, qui n’est toujours que simple évêque de Bayonne, au chapeau de cardinal24. La mort de Gramont ouvre la voie au cardinal Du Bellay qui le remplace dans la gestion des affaires anglaises et italiennes25.

Notes

1 Pour tout ce qui suit et pour plus de détails sur la famille Gramont, voir BnF, Nouveau d’Hozier 162, cahier « Gramont » et Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, 2008, p. 104-107.

2 Agramont ou Aigremont, et, en latin, Acris Mons, c’est-à-dire Mont-Aigu. Notons que les ambassadeurs italiens parlent du cardinal « Agramonte ».

3 Mickhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du Roi sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, p. 407-408.

4 BnF, Nouveau d’Hozier 162, cahier « Gramont » (fo 23) ; BnF, PO 1388, pièces 37, 38, 42 et 50. La double fidélité rois de Navarre/roi de France se poursuit tard dans le siècle. Ainsi, Antoine de Gramont, apprécié d’Henri II, est en même temps créé lieutenant général de Jeanne d’Albret dans toutes ses terres (BnF, Nouveau d’Hozier, Gramont, fo 25 vo).

5 BnF, Nouveau d’Hozier 162, fo 23 vo.

6 CAF, VII, 414, 25323. On sait qu’il siège au Grand Conseil d’avril à juin 1526 et d’août à septembre 1526 (BnF, Pièces originales 1388, pièce 51, du 26 janvier 1527 ; BnF, Pièces originales 1388, Pièce 53, 2 février 1527 ; BnF, Pièces originales, Pièce 55, 15 janvier 1530).

7 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, thèse, p. 73. Au sujet de son activité diplomatique, on retiendra les éléments suivants. En novembre 1525, Gabriel de Gramont, alors évêque de Tarbes, est envoyé comme ambassadeur résident et plénipotentiaire auprès de l’empereur (novembre 1525-janvier 1526 [CAF, VIII, p. 39]). Sa mission se termine par la signature du traité de Madrid (14 janvier 1526). L’année suivante, au mois de février 1527, il part pour l’Angleterre afin de négocier le mariage de François Ier avec la fille d’Henri VIII (BnF, ms frcs 20976, fo 93). Il quitte Londres le 8 mai 1527 après avoir conclu un traité qui stipule que Marie épouserait François ou son second fils, Henri (CAF, VIII, p. 22). Le 20 juin 1527, Gabriel de Gramont part pour l’Espagne (CAF, VIII, p. 40 et CAF, I, 591, 3101). Il arrive à la cour d’Espagne un peu avant le 16 juillet, y est emprisonné en janvier 1528, puis regagne Bayonne le 1er mai 1528. En juin 1529, il est envoyé auprès du pape avec mission également de faire la tournée des grands ducs italiens pour leur « exposer aucunes choses de ma part dont je vous prye entierement le voulloir croyre » (ASModena, Carteggio di Principi Esteri Francia 1, 1559/1, François Ier au duc de Ferrare, Compiègne, 25 juin 1529). Entre avril et juin 1531, Gabriel de Gramont est à Rome (CAF, VIII, p. 62 ; ASModena, busta 9, Gio Battista Manfredi au duc de Ferrare, 12 avril 1531 ; id. 8 juin 1531 et 5 juillet 1531). Il repart à Rome, cette fois-ci avec le cardinal de Tournon au mois de novembre 1532 (BnF, Dupuy 640, fo 189, Instructions diplomatiques données aux cardinaux de Tournon et de Gramont, envoyés à Rome, le 13 novembre 1532). Ils y restent jusqu’en septembre 1533.

8 Parmi de nombreux exemples BnF, ms frçs 3040, fo 83. Gabriel de Gramont à Anne de Montmorency, Paris, 2 septembre [1528].

9 Selon Bernard Barbiche et Ségolène de Dainville-Barbiche, « Les Légats a latere en France et leurs facultés aux XVIe et XVIIe siècles » (Archivum Historiae Pontificiae, 23, 1985, p. 153), Gabriel de Gramont est chargé d’une mission diplomatique aux dates données, mais sans être revêtu de la dignité de légat a latere, contrairement à ce qu’avance Fraikin dans Nonciatures de France, Nonciature de Clément VII, tome I, Paris, 1906, p. xxxii.

10 Bnf, ms frçs 3071, fo 23. Gabriel de Gramont à Anne de Montmorency, Paris, 19 avril [1531].

11 Dans une lettre à Clément VII, François Ier rapporte que « nre ame et feal cousin et grant amy le cardinal de Gramont a son retour devers nous » lui a exposé comment l’affaire de « Monsr de Thlze » traînait (ASV, Principi, vol. VI, anno 1529-1534, fo 252-258. François Ier à Clément VII, Fontainebleau, le 26 août 1531).

12 ASV, Principi, vol. VI, anno 1529-1534, fo 232. Cardinal de Gramont au pape, Paris, 19 juillet 1531.

13 ASV, Principi, vol. VI, fo 182-188 ; ASV, Principi, vol. VII, fo 67-74.

14 Francis Decrue, De consilio regis, Paris, 1885, p. 40.

15 ASModena, busta 9, Gio Battista Manfredi au duc de Ferrare, Fontainebleau, 5 juillet 1531.

16 AN, X1A 8612, fo 277 (présence au Conseil d’Antoine Duprat, François de Tournon, Gabriel de Gramont, Anne de Montmorency, Charles de Bourbon, Jean Du Bellay et du vicomte de Turenne. Le secrétaire étant Breton [ORF, VI, p. 172]).

17 AN, X1A 8612, fo 317. Avignon, 2 septembre 1533 (il s’agit de l’ordonnance qui rendait au père de L’Hospital ses biens confisqués) ; AN, X1A 8612, fo 313 vo. Suppression du comté de Civray. Marseille, octobre 1533. Présents : Antoine Duprat, François de Tournon, Gabriel de Gramont, Anne de Montmorency, Philippe Chabot de Brion (ORF, VII, p. 85).

18 ASModena, busta 9, 2 lettres d’août 1530.

19 ASModena, busta 9, Gio Battista Manfredi, 12 avril 1531.

20 B.L. Add. Ms, 25114, fo 90 [LP, 1880, vol. 5, 1531-1532, no 427 (p. 208)]. Francis Brian et Edward Fox à Henri VIII, Compiègne, 22 septembre 1531.

21 BnF, ms frçs 2947, fo 54. Gabriel de Gramont à Clément VII, s. l., 8 janvier 1532 (voir aussi LP, V, p. 337).

22 Ambassades…, p. 66-68. Pour la réponse de Gramont, voir Bnf, ms Dupuy, 495, fo 51.

23 CCJDB, I, p. 135.

24 BnF, ms frçs 3071, fo 23.

25 La mort prématurée de Gabriel bloque l’élan de la famille Gramont. Car la connexion Gramontoise a des boutures qui prennent dans les branches secondaires. C’est le cas de ses neveux Antoine de Castelnau (évêque de Tarbes) et Roger d’Aspremont (abbé de St-Sever). Gabriel s’est efforcé de pousser sa parentèle en plaçant ses neveux. Il montre à cette occasion une conception patrimoniale de l’office lorsqu’il s’efforce de transmettre son office de maître des requêtes à l’un d’eux (BnF, ms frçs 3053, fo 12 vo et BnF, Dupuy 452, fo 48). Antoine de Castelnau est le fils de Louis, chambellan de François Ier, gouverneur de Bourbourg, tué en Italie en 1513, et de Suzanne de Gramont, sœur de Gabriel et de Charles. Contrairement à ce qu’affirme le CAF, Antoine de Castelnau ne fut pas maître des requêtes, même s’il semble que Gabriel de Gramont ait tenté de lui assurer sa succession à cet office. Né en 1510 et mort en 1539, il semble destiné à une carrière brillante puisque durant sa dizaine d’années au service du roi, il est ambassadeur en Angleterre et auprès de l’empereur, et membre du Grand Conseil. Son cousin Roger Aspremont d’Orthe, fils de Pierre d’Aspremont et de Quiterie de Gramont (elle aussi sœur de Gabriel et Charles), au service de Marguerite d’Angoulême, est envoyé en mission en Angleterre (ASModena, Ludovico de Thieni à Hercule d’Este, Paris, 16 février 1543). Il illustre le maintien d’une double fidélité aux rois de Navarre et au roi de France, même s’il n’est pas très actif au service de François Ier (Marguerite d’Angoulême, Lettres, Génin (éd.), Paris, 1841, I, p. 376, 380 et II, p. 200).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540