Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Deuxième partie. L’ère Montmorency

Anne de Montmorency (1493-1567). Le conseiller médiocre

Thierry Rentet

Texte intégral

  • 1 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 19 (...)
  • 2 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. III : « Grands capitaines f (...)

1Depuis le XVIe siècle, tous les historiographes, historiens et contempteurs du règne de François Ier associent le souverain à celui qui fait figure de principal conseiller du règne : Anne de Montmorency. Pour justifier son accès à l’office de connétable, Du Bellay, favorable il est vrai au seigneur de Chantilly, insinue que le choix du monarque a été inspiré par « les grands et insignes services qu’il luy avoit faicts depuis trente ans1 ». On retrouve une présentation similaire du personnage chez Brantôme. Pour ce dernier, « pour les affaires de l’Estat, ne faut douter qu’il n’y fût entendu plus qu’homme de la Chrestienté, car il les avoit traictées et pratiquées soubs le roy François près de trente ans, en ayant eu la pluspart de ce temps la charge, que bien souvant les luy remettoit2 ». En l’occurrence, les deux mémorialistes semblent commettre une confusion entre participation active aux affaires du royaume et participation aux guerres menées par le souverain. En se référant aux trente années de services du connétable, ils mettent implicitement en avant l’une des valeurs de l’éthique nobiliaire qu’ils partagent avec lui : le service armé dans les compagnies d’ordonnance. D’un point de vue strictement militaire, leur remarque est donc parfaitement justifiée. Le premier engagement d’Anne de Montmorency remonte à l’année 1511 et il est présent à la bataille de Ravenne en 1512. En revanche, sa participation active au Conseil royal n’intervient qu’après Pavie. En outre, Montmorency ne parvient réellement au sommet des affaires qu’à partir de 1530-1531. Il n’y demeure qu’une décennie, entrecoupée d’ailleurs d’une première période de relative défaveur vers 1535-1536 et ne connaît un triomphe complet qu’entre 1536 et 1541. Au final, loin d’avoir été le seul grand conseiller du règne, par la longévité de son influence et l’ampleur de son action auprès du roi, il apparaît plutôt comme l’un des inspirateurs d’un moment du règne, au même titre qu’Artus Gouffier entre 1515 et 1521, ou que l’amiral d’Annebault entre 1543 et 1547, mais avec moins de constance que la mère du roi entre 1515 et 1531, ou que le chancelier Duprat entre 1515 et 1535.

  • 3 Léon Mirot, « L’hôtel et les collections du connétable de Montmorency », Bibliothèque de l’École d (...)
  • 4 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 251.

2Comment expliquer une telle distorsion entre le poids politique réel d’Anne de Montmorency et l’image que la postérité en a gardé ? Il convient dans un premier temps de nuancer le portrait flatteur esquissé par Du Bellay et Brantôme. S’il est un vaillant guerrier qui se bat bien, personne ne le qualifie de stratège, à la différence du connétable de Bourbon par exemple. Il devient l’un des quatre maréchaux de France de François Ier en 1522 après la lourde défaite de la Bicoque à laquelle il participe et grâce au décès inopiné de son beau-frère, Gaspard de Coligny, détenteur de la fonction avant lui. En outre, Anne de Montmorency n’est ni un grand juriste, l’un de ces techniciens du droit qui peuplent la cour et le Conseil, ni un spécialiste des questions financières. Mais c’est un gros travailleur, un besogneux, dur à la tâche, âpre au gain, qui n’hésite pas à recourir à la chicane pour faire valoir ses droits. Catholique exemplaire, on rencontre dans sa parentèle, parmi ses proches collaborateurs et parmi les personnes qu’il protège des « mal sentants de la foi ». Mécène et protecteur d’artistes, il ne passe pourtant pas pour un fin lettré et son caractère orgueilleux en fait la terreur des ambassadeurs et des solliciteurs. Et même si ses demeures parisiennes et franciliennes regorgent de curiosités en tous genres3, ce guerrier « dur, voire brutal, […] inflexible4 » préfère chasser au faucon ou courir le cerf que lire un livre.

3En résumé, c’est un conseiller médiocre, au sens que l’on donnait à cet adjectif au siècle de la Renaissance : quelqu’un du milieu dont la politique cherche avant tout à stabiliser les équilibres. Il ne s’agit en aucun cas d’un alter ego du monarque, mais bien d’un modérateur, d’un pondérateur. Il a donc paru intéressant d’essayer de montrer, de comprendre et d’avancer des explications sur la manière dont il parvient au pouvoir, ce qu’il y fait et la manière dont il gère les conflits.

Parvenir : archéologie de la faveur montmorencéenne

  • 5 Brantôme, op. cit., p. 194.

« Le roy, estant encor conte, avoit trois favoris qu’il aimoit fort, qui estoient M. de Montmorancy (qu’on appelloit lors à la court le camus de Montmorancy), Brion et Monchenu. Un jour, estans en leurs goguettes et gaudisseries, et parlant du monde et des affaires de la court et de la France, et du roy Louys XIIe, ils vindrent à dire audict conte, quand il seroit roy (leur tardant bien que le roy Louys ne fust desjà mort, ainsy que font ceux qui aspirent à la grandeur, à l’estat et dignité d’un autre), quelz estats il leur donneroit à tous trois. Le roy les remist à leurs souhaits. M. de Montmorency dict qu’il voudroit un jour fort estre connestable de France ; Brion dict qu’il voudroit estre admiral de France, et Monchenu premier maistre d’hostel de sa maison. Selon le souhait faict, au bout de quelque temps, le roy les pourveut tous trois, et les appointa desdicts estats. Il n’y eut que le seigneur de Monchenu le plus mal de tous ; toutesfois, le roy le servit selon sont souhait et appétit5. »

4Comme toute légende, la célèbre anecdote rapportée par Brantôme contient sa part de vérité. Pour être un favori et un conseiller du prince, il faut le côtoyer jeune, partager ses plaisirs, vivre vieux – autrement dit avoir la chance d’échapper à la blessure ou à la maladie mortelle – et avoir de l’ambition. Malheur à celui, Monchenu en l’occurrence, auquel il manque l’une de ces qualités consubstantielles au bon courtisan, ou chez lequel l’une domine plus que les trois autres, il ne parviendra jamais à durer. Mais, derrière le propos badin de Brantôme se profile tout un univers de combinaisons, de stratégies et de manipulations dont le dernier ressort, et non des moindres, est le choix princier. Ainsi, pour saisir ce qu’a pu représenter le « moment Montmorency » dans l’Histoire de France et dans celle du règne de François Ier, il a paru utile de procéder à une archéologie de la faveur dont a joui celui-ci.

L’assise lignagère

5On ne devient jamais principal conseiller d’un prince par hasard. Même si la part de séduction existe, il faut du temps (trente ans !), de la pratique, de l’opportunisme et un peu de chance pour devenir le relais de la volonté du souverain. Dans le cas d’Anne de Montmorency, la faveur dont il bénéficie auprès du roi peut s’expliquer en premier lieu par une longue sédimentation lignagère au service du pouvoir royal, ou, mieux encore peut-être, par un emboîtement de trois échelles chronologiques.

  • 6 Dix-sept précisément. Le premier Montmorency attesté est Bouchard le Barbu, décédé au milieu du Xe(...)
  • 7 Avec une période de flottement cependant entre le traité de Troyes et l’épopée de Jeanne d’Arc.

6Sur le long terme, de l’ordre de la quinzaine de générations montmorencéennes6, les sires, puis barons de Montmorency sont des piliers de la royauté capétienne depuis le XIIe siècle. Lorsqu’il arrive à la cour de France, vers 1500, le jeune La Rochepot compte déjà parmi ses ancêtres quatre connétables, un maréchal, un gouverneur de Picardie, et surtout un chambrier du roi, un grand chambellan, un bouteiller, autant d’offices curiaux qui peuvent permettre de se sentir à la cour en terrain connu. Sur le moyen terme, la seconde moitié du XVe siècle a été déterminante pour le lignage. Cette période de reconstruction de la puissance féodale, seigneuriale et curiale vient après les années de « vaches maigres » dues à la présence anglaise. Restés fidèles aux rois Valois Charles VI et Charles VII7, les Montmorency sont en but aux vexations et exactions de « l’occupant » et de ses ralliés, tel le cousin Jean de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam et de Villiers-le-Bel, qui tiennent Paris et ses environs. Le retour à la paix favorise le retour en grâce au bénéfice de Jean (II) et surtout de Guillaume. Ce dernier peut véritablement être considéré comme le restaurateur de la puissance lignagère.

  • 8 Sur Guillaume de Montmorency, voir Mikhael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Cha (...)
  • 9 Anne « portoit le nom d’Anne pour estre filleul de ceste brave Anne de Bretagne, reyne de France » (...)
  • 10 Registres des délibérations du bureau de la Ville de Paris, t. 1 (1499-1526), p. 144-145, 191, 200- (...)

7En 1465 lors de la Guerre du Bien Public, âgé d’une quinzaine d’années, il est aux côtés de son père, Jean II, et du roi Louis XI à la bataille indécise de Montlhéry. Dès lors, Guillaume investit la cour et les palais royaux et gravit les échelons curiaux8. Bien en cour, mais sans plus, sous Louis XI, le baron de Montmorency ne rentre véritablement dans le cercle des intimes des souverains que sous les règnes de Charles VIII et surtout de Louis XII. En 1483, il prend le parti des Beaujeu. Sa prise de position lui ouvre le chemin de la faveur. En 1484, il représente la noblesse de Paris aux états généraux de Tours. La même année, il épouse Anne Pot avec la bénédiction royale. La mariée est la sœur de Philippe et de Guyot Pot, issus d’un lignage bourguignon apparenté aux Montmorency par les Villiers de L’Isle-Adam. Puis les charges curiales s’amoncellent : conseiller, chambellan et écuyer du roi Charles VIII. Lorsque Louis XII monte sur le trône, il maintient Guillaume dans ses fonctions et en fait l’un de ses principaux conseillers. En 1499, lorsque le roi part en Italie, il forme un Conseil de régence chargé de conseiller et de surveiller la reine Anne. Guillaume en fait partie. Insigne honneur, la reine accepte de porter le second fils du baron sur les fonts baptismaux9. En 1508, 1512 et 1513, il appartient aux délégations royales chargées de réclamer des subsides aux échevins de Paris10.

  • 11 La charge de chevalier d’honneur de la Maison de la reine est l’équivalent de celle de grand maîtr (...)
  • 12 Francis Decrue, De concilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 36, 37 et p. 67.
  • 13 Registres, op. cit., p. 284.

8Il devient en outre capitaine des châteaux de la Bastille et de Saint-Germain-en-Laye, offices qu’il cumule avec celui de bailli d’Orléans. Vers 1502-1503, Guillaume obtient pour son second fils, Anne, l’honneur d’être élevé à Amboise avec François, comte d’Angoulême, duc de Valois depuis 1499 et héritier présomptif de la Couronne. Le gouverneur du dauphin n’est autre qu’Artus Gouffier, seigneur de Boisy, neveu du baron Guillaume. L’accession au trône de François Ier ne change rien au statut du baron Guillaume. Tout au contraire, il reçoit le collier de l’Ordre de Saint-Michel, est nommé capitaine du château de Vincennes et chevalier d’honneur de la mère du roi11, Louise de Savoie et assiste régulièrement en 1515, 1519, 1523 au Conseil royal en qualité de général des finances12. Après le désastre de Pavie, il fait encore partie, à près de 75 ans, du noyau de fidèles serviteurs que Louise de Savoie, pour l’heure régente, mobilise autour d’elle afin de mettre le royaume en défense et galvaniser les énergies13.

Les caprices de dame Fortune

  • 14 Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 361.

9Néanmoins, tout cela n’est rien s’il n’existe pas à court terme, un facteur chance. Dans le cas du connétable, on peut parler d’un quadruple facteur chance, que l’on peut répartir en facteurs familiaux et facteurs politiques. D’abord, en 1472, son père Guillaume devient baron de Montmorency à la suite de l’exhérédation de ses deux frères aînés, fils d’un premier lit. Ensuite, en deux ans (1516-1518) le frère aîné du connétable, Jean, puis le fils de celui-ci, Claude, meurent. Ces deux décès permettent au cadet d’accéder au statut d’aîné. Cette situation nouvelle implique deux éléments : premièrement, que désormais la continuité du lignage repose sur les épaules d’Anne ; secondement, que le nouveau chef du lignage doit assurer la condition des autres membres. En outre, la période 1528-1531 est fertile en rebondissements politiques majeurs intéressants la vie du royaume et celle de la chrétienté. On assiste à un renouvellement des membres du Conseil royal. L’amiral Bonnivet meurt à Pavie en 1525, Lautrec disparaît devant Naples en 1528 et Louise de Savoie s’éteint en 1531. Ainsi en 1531, du trio qui tenait les rênes du pouvoir14, à savoir la mère du roi, Lautrec et le chancelier Duprat, seul ce dernier survit. Il faut donc remplacer les disparus. L’heure d’Anne de Montmorency a sonné.

10Elle a sonné parce que le roi et sa mère l’ont préparée. Plus que les jeux d’Amboise de la première décennie du siècle, le pivot de l’accession à la faveur est Pavie, non la bataille en elle-même, mais ses multiples conséquences. Dix ans après l’avènement au trône, joyeux et victorieux, le désastre de 1525 oblige à reconsidérer toute la politique française. Sur le plan international, Charles Quint se retrouve dans la position de maître du jeu de la Chrétienté. Tout s’organise avec ou contre lui, mais toujours par rapport à lui. À l’intérieur du royaume, c’est la crise. Politique : le roi demeure absent un an entier, ce qui suscite des remous indociles, notamment de la part du parlement et de l’Église ; financière : le souverain ne pouvant être tenu pour responsable de la défaite, les causes de celle-ci sont à rechercher du côté des prêteurs d’argent ; militaire enfin : la fine fleur des capitaines de compagnies et celle des gens d’armes est soit morte, soit prisonnière.

11L’autorité royale est à reconstruire et pour ce faire, elle doit s’appuyer sur les personnes idoines, servant tout à la fois de modèle, de réconfort et d’appui solide. Pour comprendre le choix d’Anne de Montmorency, il faut se rappeler que les Valois-Angoulême sont, jusqu’en 1515, plus Angoulême que Valois. En effet, même si François a porté le titre de duc de Valois, ses attaches ne sont pas à rechercher sur les bords de la Seine, de la Marne ou de l’Oise, mais bien plutôt le long de la Charente. Bien plus, le trio qui inspire la politique royale ne compte aucun parisien. La mère du roi est une étrangère de la Maison de Savoie, le chancelier Duprat est d’origine auvergnate et le maréchal de Lautrec est aussi un provincial, combinant des origines alpines et pyrénéennes. Le seul susceptible de convenir au rôle de modérateur dans la reprise en main du royaume est Anne de Montmorency. Encore faut-il lui donner une surface politique en adéquation avec le rôle qu’on veut lui faire tenir. D’où une succession impressionnante de faveurs sous des formes diverses dont on peut présenter la chronologie.

  • 15 Claude Tiévant, Le gouverneur du Languedoc pendant les premières guerres de religion (1559-1574). (...)

12En 1526, lorsque le roi est de retour dans son royaume, il récompense les survivants parmi lesquels on trouve Jean de Selve, Gilbert Bayard, Chabot de Brion. Cependant, le personnage le mieux pourvu est sans conteste Anne de Montmorency. Les faveurs dont il bénéficie sont réparties dans trois domaines. À la cour, lui qui était déjà premier gentilhomme de la Chambre, accède à l’office convoité de grand maître de France. Dans cette fonction, il remplace le Grand Bâtard de Savoie, blessé mortellement à Pavie et lui-même successeur d’Artus Gouffier, dont la mère était Philippe de Montmorency, la tante d’Anne. Dans le domaine des fonctions de commandement, il devient gouverneur du Languedoc. Il n’est pas inintéressant de constater un pivotement politique. Jusqu’en 1527, la province était rattachée au reste du royaume selon un axe longitudinal puisque ses gouverneurs depuis le XVe siècle étaient issus de la maison ducale de Bourbon15. Le connétable de Bourbon était duc de Bourbon, comte de la Marche et enfin gouverneur du Languedoc. À partir de 1527, François Ier crée un axe latitudinal centré sur le Languedoc. Le nouveau gouverneur de Guyenne est le roi de Navarre, son beau-frère ; le gouverneur de Provence est Honorat de Savoie, neveu de Louise, la mère du roi. Le nouveau trio est chargé de verrouiller les zones frontières méridionales. On peut parler d’« axe des beaux-frères » car Honorat est aussi beau-frère du nouveau grand maître.

  • 16 Étienne Moreau-Nélaton, Histoire de Fère-en-Tardenois, Paris, 1911, p. 212 sq.

13Enfin, dernière faveur et non des moindres, le 7 janvier 1527, le nouveau grand maître épouse Madeleine de Savoie, fille du défunt Grand Bâtard de Savoie et sœur du nouveau gouverneur de Provence. Dans la corbeille, la mariée amène la baronnie de Fère-en-Tardenois, cadeau de la mère du roi16. De son côté, le roi offre le gouvernement de la ville de Compiègne, la baronnie des Baux-de-Provence et le « jardin du roi » situé à Marseille, ainsi que le comté de Beaumont-sur-Oise et la baronnie angoumoise de Montbéron.

  • 17 Francis Decrue, op. cit., p. 39-41. ORF, VI, 546, p. 116-122 ; VII, 672, p. 168-172.
  • 18 Depuis la fin du XVe siècle, les Montmorency portent le titre de baron, mais ne possèdent pas la s (...)
  • 19 Selon François Ier, « Compiègne est la clef de France et la chambre royale », Jean-Claude Blanchet(...)
  • 20 BnF, ms frçs 6695-21, le parlement au grand maître, Paris, le 10 avril, s. d. La lettre est signée (...)

14Certes, malgré toutes ces faveurs et cette bonne fortune, Anne de Montmorency n’appartient pas, en droit, à l’aristocratie. Jusqu’en 1538, l’ordre protocolaire des conseillers laïcs du roi le situe toujours derrière les enfants du roi, le roi de Navarre, les princes de la maison de Bourbon et le duc de Guise17. Mais le plus important est ailleurs. Le déploiement de l’envergure montmorencéenne a pour but aussi, et surtout, de faciliter la reprise en main royale. Malgré le contexte favorable pour Anne de Montmorency, le choix du roi demeure un choix, politiquement pensé et décidé. Le nouveau grand maître s’intitule le premier baron de France (comprendre d’Île-de-France). Il est bien implanté au nord de Paris puisqu’il possède, en pleine propriété18, la baronnie de Montmorency et les terres qui en dépendent, la terre et seigneurie de Chantilly, venue en héritage par sa grand-mère d’Orgemont. En outre, en contrôlant deux des points de passage sur l’Oise, Beaumont et Compiègne, il protège le chemin de la capitale en venant de la Picardie19. Enfin, Anne de Montmorency entretient de bons rapports avec le parlement de Paris, car il est « de ceulx qui est des enfans de ceste ville et en qui ilz [les membres du parlement] ont totalle fyance20 ».

Le poids des parentèles

  • 21 Mickael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980 (...)
  • 22 Id., p. 1239.
  • 23 Id.
  • 24 Ibid., p. 1240.

15Enfin, dernier point, Anne de Montmorency est un atout particulièrement précieux pour le roi et sa mère grâce à sa parentèle. Les père et grand-père de Marguerite d’Orgemont ont été maîtres des requêtes de l’Hôtel du roi21. Quant à Marguerite, elle est la cousine germaine de Charles d’Orgemont (mort en 1511), maître des comptes et trésorier de France, marié à la fille de Jean Dauvet, premier président du parlement de Paris. Les Montmorency sont donc les cousins de Pierre d’Orgemont (mort 1500), trésorier de France. En outre, parmi les amis et affins du grand-père du connétable on trouve Guillaume Barthélemy, procureur général du roi, Jean Lhuillier, Jean Fromont, clerc des comptes et Jean Bailly22. Enfin, un frère bâtard de Jean II, Jacques, est l’époux de Philippe Perdriel. Au début du XVIe siècle, les frères de Philippe sont François, maître de la monnaie de Paris ; Nicolas, receveur des amendes de la cour des aides de Paris ; Pierre, secrétaire du roi ; quant à Pernelle Perdriel, elle est l’épouse de Jean Brinon. Par voie de conséquence, François de Marsillac en se mariant avec l’une des filles de Jean Brinon, entre dans cette parentèle23. De son côté, Jeanne, fille bâtarde de Jean II, épouse Louis de Cauchy, par lequel les Montmorency sont apparentés aux Le Coq, Antoine, greffier du Grand Conseil, Charles, président des généraux des aides et Gérard, conseiller au parlement de Paris, puis maître des requêtes24.

  • 25 Pour tous les liens maritaux, se reporter à Michel Popoff(éd.), Prosopographie du parlement de Par (...)

16Si on s’attache aux parentèles, Anne de Montmorency sait qu’il peut compter sur nombre de familles du parlement de Paris. Les Anjorant sont liés aux Brinon, les Brinon aux Anthonis, aux La Rozière et aux Hennequin et Les Hennequin aux Hacqueville. Les Briçonnet sont alliés aux Petit, aux Le Viste et aux Le Gendre, les Le Gendre aux Alligret et aux Luillier, Les Luillier aux Duval et aux Corbie. Les Le Viste sont liés aux Bohier, tandis que Les Billon s’allient aux Huault, les Le Coq aux Sanguin, aux Louviers et aux Le Picart, eux-mêmes liés aux Longuejoue. Les Pichon sont alliés aux Thiboust et aux Ragueneau25. L’idée n’est pas de faire croire qu’Anne de Montmorency contrôle le parlement de Paris et que celui-ci lui obéit au doigt et à l’œil, mais bien de mettre l’accent sur les connivences réalisées et potentielles pouvant exister entre un grand seigneur, qui compte lui-même des parents parlementaires en les personnes de Philippe Pot, mort président des enquêtes en 1524, et Louis Gouffier, conseiller-clerc, et les représentants des cours souveraines parisiennes, relativement fermées et balisées par des alliances matrimoniales croisées.

  • 26 A.C.C., série B, cartons 117, 118, 119, 124, 128 et 129 ; série BA, cartons 21, 26, 29, 31, 32, 36 (...)

17Toutefois, les parentèles des familles de juristes de la capitale ne forment qu’une partie des attaches nouées entre elles et le grand maître. Sur ces relations matrimoniales viennent se greffer des relations féodo-vassaliques. Les fois et hommages rendus par les vassaux des Montmorency à l’intérieur d’un triangle dont les sommets seraient Saint-Denis, Conflans-Sainte-Honorine et Creil font apparaître une trentaine de personnes, tant avocats, que conseillers, greffier, secrétaire et procureurs du parlement de Paris26. En ajoutant les notaires et secrétaires du roi, les membres de la cour des aides, ceux du Châtelet, le total des gens de justice installés à proximité des terres d’Anne de Montmorency ou lui rendant foi et hommage est de plus de cinquante personnages.

  • 27 Sylvie Charton-Le Clech, op. cit., p. 320. La carte des implantations des familles de notaires et (...)
  • 28 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 12 (...)
  • 29 Nicolas Berthereau, le sécrétaire particulier du connétable, le devient en 1531.
  • 30 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France, à la cour, aux Armées e (...)
  • 31 A.C.C., série L, t. III, fo 236. Sur le rôle de l’évêque d’Autun, Jean Giono, Le désastre de Pavie (...)
  • 32 A.C.C., série L, t. III, fo 259 et t. IV, fo 161.
  • 33 Hélène Michaud, op. cit., p. 63-65.

18Outre le parlement, l’accès à la chancellerie est également primordial pour qui veut surveiller la politique intérieure du royaume. Jusqu’en 1535 et la mort d’Antoine Duprat, le grand maître ne peut peser directement sur le choix du chancelier. Même si Sylvie Charton-Leclech a bien repéré l’importance des relations verticales liant le seigneur de Chantilly à certains de ses vassaux remplissant la fonction de notaire et secrétaire du roi27, cet accès direct à la chancellerie n’est surtout valable que pour le règne d’Henri II, ce que confirme Hélène Michaud qui précise que pour les années 1550-1560 « Montmorency utilise les services d’au moins cinq notaires et secrétaires… Jean Duthier, Nicolas Berthereau, Mathurin Davenel, Jean Testu et Firmin Derdoy28 ». Mais, en 1527, aucun de ces hommes n’est encore notaire et secrétaire29. Anne de Montmorency doit donc assurer ses entrées à la chancellerie par d’autres moyens. L’Audience est tenue de 1516 à 1552 successivement par Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy (1516-1521) dont les liens avec le grand maître sont connus30, puis par les Hurault, Raoul, le père, qui est aussi général des finances (de 1521 à 1528) et Jacques, le fils (de 1528 à 1552). Dans les lettres de la correspondance passive du grand maître conservée à Chantilly, il apparaît que les Hurault sont des fidèles de celui-ci. En effet, en mars 1528, Raoul le remercie de la part qu’il a pris dans le retour en grâce de son frère, Jacques, évêque d’Autun, compromis dans « la trahison » du connétable de Bourbon et l’assure de son dévouement31. D’autre part, l’office de contrôleur de l’Audience est entre les mains des Guyot, Raoul, jusqu’en 1531, puis Claude, de 1531 (en survivance de son père depuis le 14 novembre 1527) à 1546. Dès 1530, les Guyot s’engagent à fournir au grand maître, à son père, à sa femme et à tous ceux de sa famille des copies des lettres de la chancellerie qui pourraient nuire à leurs intérêts32. L’audiencier et le contrôleur de l’Audience sont les assistants du chancelier. Le premier veille à la taxation des droits avant la remise des actes aux bénéficiaires. Le second inscrit sur le registre du Contrôle la recette des sommes versées pour les différentes catégories de lettres33. On comprend parfaitement l’intérêt d’avoir de tels personnages dans son jeu.

  • 34 Pour le parlement de Toulouse : A.C.C., série L, t. X, fo 20 (Pantaléon Joubert) ; pour celui d’Ai (...)
  • 35 Brigitte Bedos Rezak, op. cit., p. 27, 29 et 30.

19Si l’on ajoute à tout ce qui vient d’être écrit la possibilité d’intervenir lors de nominations de présidents et de conseillers aux parlements provinciaux de Toulouse et d’Aix34, on ne peut qu’approuver le judicieux choix royal qui escompte déclencher une synergie positive. D’une part, le pouvoir du connétable se renforce. Les biographes d’Anne de Montmorency ont remarqué que celui-ci perdait très peu de procès, surtout pendant les périodes où il était au pouvoir, c’est-à-dire les années 1530 et les années 155035. D’autre part, Anne de Montmorency bénéficie d’une conjoncture favorable faisant de lui un homme de plus en plus incontournable. Les principaux favoris de la première décennie du règne, dont Bonnivet, ont été éliminés après Pavie, ce qui a permis au seigneur de Chantilly d’entrevoir un avenir politique dégagé. En outre, François Ier rentre dans son royaume en 1526 et a besoin du poids politique et social qu’exerce le seigneur de Chantilly autour de la capitale, un poids qu’il renforce volontairement par étapes : nominations à des offices prestigieux, dons de terres et mariage. Il ne reste à François Ier qu’à tester la consistance politique réelle de son conseiller en lui confiant une mission aussi vitale que périlleuse, à savoir la remise de la rançon du souverain en échange de la récupération de ses deux fils aînés. La mise à l’épreuve se termine par le triomphe total d’Anne de Montmorency le 1er juillet 1530. À partir de cette date, le roi, le royaume et la Chrétienté aspirent à la paix et à la concorde, ce qui ne peut que réjouir cet ardent défenseur d’une entente avec l’empereur. C’est également à compter de l’été 1530 que le grand maître pèse de plus en plus lourdement et efficacement sur les politiques intérieure et extérieure du royaume.

Agir au Conseil : surveiller, gouverner et récompenser

Les deux pôles stratégiques : la guerre et la Cour

  • 36 Philippe Hamon, L’argent du roi, op. cit., p. 375. Michel François, Le cardinal François de Tourno (...)
  • 37 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 40 (liste des présents au Conseil pour l’année 1528).

20On peut s’étonner qu’un maréchal de France, capitaine d’une compagnie de 100 lances, n’ait pas participé physiquement aux engagements guerriers des années 1527-1529. En fait, hormis Lautrec, les autres maréchaux demeurent dans le royaume. Cependant, à la différence de Stuart d’Aubigny et de Robert de La Marck, Anne de Montmorency profite de la période pour investir non seulement le Conseil, mais aussi son prolongement naturel : la cour. Il siège régulièrement au Conseil à partir de 1526 et pour les années 1527, 1528 et 1529, il y assure la logistique de l’effort de guerre. C’est à lui que les capitaines envoient doléances et suppliques afin de recevoir plus d’hommes, de vivres, de munitions et surtout la solde des troupes engagées sur les divers théâtres d’opérations. C’est aussi jusqu’à lui que remontent les comptes rendus des commissaires des guerres et des contrôleurs détachés auprès des armées. Même si Anne de Montmorency n’a pas (et n’aura jamais36) la haute main sur le crédit royal, sa présence au Conseil renforce le poids du groupe des gens d’armes, des guerriers, déjà constitué du duc de Vendôme, du comte de Saint-Pol, de l’amiral Chabot, de Brézé et de Galiot37.

L’accès au roi

21Anne de Montmorency surveille les opérations militaires depuis Saint-Germain ou Fontainebleau, c’est-à-dire depuis la cour. Car l’autre pôle de ses activités publiques consiste à gérer l’organisation quotidienne de celle-ci en sa qualité de grand maître. Double surveillance donc que l’on retrouve à travers le décompte des missives qu’il reçoit, soit directement, soit par l’intermédiaire de son secrétaire particulier Nicolas Berthereau. Ainsi entre septembre 1527 et juillet 1528, Raoul Hurault lui adresse 25 lettres rédigées entre Lyon et Naples, tandis que Lautrec lui envoie 30 courriers. Entre 1528 et 1529, durant l’expédition du comte de Saint-Pol, Charles de Pierrevive, puis Guillaume Bochetel lui écrivent depuis le Milanais. Toutefois, le fait d’être quasi constamment au contact du roi dans les différents palais royaux où celui-ci réside a son revers. Peu de courriers émanent de la cour pour la période 1526-1529, puisqu’il suffit aux personnages qui la fréquentent de le rencontrer dans les pièces ou dans les recoins des châteaux. On peut cependant percevoir son rôle de surveillant, d’intermédiaire et de modérateur auprès du souverain de deux manières.

  • 38 Détail des travaux dans BnF, ms frçs 2976, fo 53-54 (Villeroy au grand maître, Paris, 13 août 1530 (...)
  • 39 Id., p. 78.
  • 40 Ibid., p. 79 et fig. 3 p. 68.

22La première prend en compte les fonctions remplies dans le cadre de ses offices curiaux. Jusqu’en 1526, Anne de Montmorency occupe la charge de gentilhomme puis de premier gentilhomme de la Chambre du roi. À ce titre, il participe au service intime du souverain, à savoir la toilette, le choix des vêtements et les questions relatives à la santé du roi. À partir de 1526, son accession à l’office de grand maître le place en position d’intermédiaire privilégié entre le roi et les solliciteurs de tous ordres. Le grand maître organise la vie de la cour. Il doit pouvoir contacter et être contacté par le souverain en permanence. Au vieux Louvre, après des travaux entrepris en 1530, l’enfilade des pièces du premier étage de l’aile sud permet de passer de la salle du roi à la chambre du roi, puis à la garde-robe du roi. Cette pièce donne accès d’un côté au cabinet du roi situé dans la tour d’angle et d’un autre à l’aile orientale par une galerie, qui elle-même ouvre sur la chambre du grand maître située au-dessus du portail38. Autrement dit, pour accéder au roi, il faut passer par Anne de Montmorency. Le logis de celui-ci est d’autant plus placé stratégiquement qu’il sépare les appartements royaux des deux jeux de paume du palais et que l’on y accède par « un escalier à vis assez étroit, particulièrement mal conçu pour y faire antichambre39 ». Attendre à la queue leu-leu sur des marches et dans un endroit sombre permettait de donner un avantage certain à celui qui recevait les solliciteurs. À Saint-Germain, les appartements du grand maître ouvrent directement sur la salle du Conseil40.

  • 41 Ibid., p. 24 et 150.
  • 42 ORF, V, p. 157 et 158.
  • 43 BnF, ms frçs 5501, fo 109. Cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 345, n. 142.

23Or en parallèle aux activités du lever du roi se déroulent celles traitées pendant le « Conseil de cabinet », c’est-à-dire le « Conseil estroit ». Au Louvre comme à Saint-Germain, celui-ci se tient dans le cabinet du roi ou parfois dans la pièce appelée la garde-robe. Cette dernière est une pièce rectangulaire de 28 m2 avec une couchette41. L’exiguïté du local peut contribuer à expliquer le peu de membres admis à siéger à ce Conseil. Les ordonnances prises lors de conseils étroits réunis au cours de l’année 1528 mettent en évidence le faible nombre de participants. Le 28 mai se retrouvent autour de François Ier Duprat, le grand maître, Tournon, Jean de Selve. Le 11 juin, Vendôme, le grand maître, Brézé, Galiot, Robertet et d’autres non mentionnés42. Le 24 août 1528, Duprat, Montmorency, Chabot, Tournon, de Selve et Preudhomme43.

24Comme tous les conseillers qui jouissent de la faveur du roi, Anne de Montmorency joue sur deux tableaux qui se complètent et se renforcent l’un l’autre. D’un côté, il a un rôle politique majeur, ce qui lui permet de gérer toutes les affaires royales, les grandes comme les petites. De l’autre il doit contrôler la cour afin de conserver son rôle politique. Ce second rôle, primordial, laisse peu de traces, puisque par définition, les affaires concernant la cour se traitent à la cour et en présence des intéressés. Néanmoins, ses absences prolongées de la cour génèrent des flux importants de lettres. C’est notamment le cas entre février et juillet 1530 lorsque l’absence physique du grand maître a obligé ses correspondants à lui écrire, fixant ainsi sur le papier des requêtes et des avis formulés normalement à l’oral.

Le test du printemps 1530

25La majorité du millier de missives reçues au long de l’année 1530 par Anne de Montmorency et par son secrétaire Nicolas Berthereau s’étire le long d’une diagonale reliant les Pays-Bas espagnols (49 lettres) à la frontière basque (83 lettres), en passant par Chantilly (70 lettres), Paris (67 lettres), Blois (92 lettres), Angoulême et Saint-Jean-d’Angély (112 lettres) et Bordeaux (48 lettres).

26Les 14 principaux épistoliers des deux hommes sont M. de Villandry et Yvon Pierres (36 lettres chacun), Jean Grolier (32 lettres), Marguerite de Navarre (29 lettres), François de Tournon (26 lettres), Jean Du Bellay (20 lettres), Gilles de La Pommeraie et Mathieu de Longuejoue (17 lettres chacun), François Ier (16 lettres), Pierre de Garges (14 lettres) Jean de Poncher (13 lettres), Jacques de Seurre (12 lettres), Jean Bourdineau (11 lettres) et Jean Ruzé (10 lettres).

27Même si la plupart des courriers renferment plusieurs sujets, trois thèmes importants s’en dégagent : la réunion de la rançon et les opérations collatérales, la vie de la cour et les affaires domestiques du grand maître. Cependant, la mise en évidence de ces trois thèmes n’induit pas une répartition aussi nette de tous les épistoliers à l’intérieur de ces cadres. Si Tournon, Poncher, La Pommeraie et Ruzé traitent essentiellement des affaires financières et de leurs annexes, si Du Bellay, Marguerite de Navarre, Jacques de Seurre et Jean Bourdineau relatent surtout des faits curiaux et si Yvon Pierres et Pierre de Garges s’occupent des affaires domestiques, Grolier, Longuejoue, Villandry et François Ier abordent la totalité des thèmes.

  • 44 A.C.C., série BA, carton 26, foi et hommage de Poncher ; carton 52 et 115 pour Longuejoue ; Regist (...)

28En définitive, ce qui transparaît à travers les lettres et leurs rédacteurs, ce sont les différents réseaux dans lesquels le grand maître évolue. Il appartient au petit cercle des décideurs. Il contrôle (avec d’autres) le groupe des financiers. Il dirige sa nébuleuse domestique. On entrevoit les différents échelons de gouvernement qui marquent la puissance du rayon d’action du grand maître, mais qui en définissent aussi les limites. Toutefois, il existe de nombreuses passerelles entre les divers degrés de pouvoir. Pour s’en rendre compte, il suffit de reprendre la liste des épistoliers afin de préciser les fonctions des différents personnages, notamment celles exercées par les moins connus d’entre eux. Yvon Pierres est l’un des maîtres d’hôtel du grand maître. Pierre de Garges est le capitaine du château de Chantilly. Ces deux hommes forment avec Mathieu de Longuejoue, seigneur d’Iverny et Jean Grolier (et Nicolas Berthereau) une partie du Conseil informel qui administre les biens d’Anne de Montmorency. Jacques de Seurre et Jean Bourdineau occupent la charge de clerc d’offices. Ils sont chargés d’établir le rôle annuel des officiers curiaux sous le contrôle du grand maître et partagent cette fonction avec Nicolas Berthereau, clerc d’offices depuis 1526, l’année même où Anne de Montmorency accède à l’office de grand maître. En 1526, celui-ci devient aussi gouverneur du Languedoc dont le général des finances est Jean de Poncher. Pierre de Garges, Longuejoue, et Poncher sont des vassaux du grand maître, relevant soit de Chantilly, soit de Montmorency44. Gilles de La Pommeraie qui est ambassadeur auprès de Marguerite d’Autriche et Jean Du Bellay, qui revient d’une ambassade en Angleterre, sont des fidèles du grand maître, à l’instar de Jean Breton, seigneur de Villandry. Ces deux derniers personnages, ainsi que Bourdineau et de Seurre, envoient tout au long du printemps 1530 des lettres écrites depuis la cour. Grâce à eux, le grand maître est tenu très régulièrement de tout ce qui s’y passe en son absence. Et lorsque ses ennemis tentent de le perdre auprès du roi, Du Bellay n’hésite pas à recourir au chiffre ramené d’Angleterre pour le prévenir du danger qui menace.

29S’informer, contrôler, surveiller. Les clés du succès d’Anne de Montmorency sont bien en place dès avant 1530, mais le système montmorencéen trouve son régime de croisière au cours de cette année si importante pour lui. Même s’il n’innove pas, car son organisation et son fonctionnement sont comparables à ceux mis en place par les autres conseillers favoris, ce système dépasse les autres par son ampleur. Ce qui suppose aussi une grande capacité à récompenser tant de dévouement.

Récompenser les dévouements

30Poser le problème de la récompense des services rendus n’est pas aussi anodin qu’il y paraît a priori. En effet, l’analyse de la périodicité des dons et faveurs acquis par l’entremise du grand maître, complétée par celle des nominations, constitue une entrée pour tenter une première mesure de son influence au Conseil. Dans un premier temps, il est possible d’avoir recours au rythme des dons et faveurs accordés au connétable, pour lui ou des membres de sa famille, ou encore pour des personnes qu’il protège.

Les dons royaux en faveur des Montmorency

  • 45 Brantôme, op. cit., t. III, p. 154-155. L’auteur attribue ces paroles à son grand-père, André de Vi (...)

« Vous [François Ier] n’avez recogneu, traicté et contenté que quatre ou cinq favoris, comme l’amiral Bonnivet, Montchenu, Montmorancy et Brion et autres, qui seuls se sont ressentis de vos faveurs, biensfaicts, honneurs et dignitez, et les autres rien45. »

31Une fois encore, Brantôme va servir d’étalon afin de déterminer l’ampleur des bienfaits accordés par le souverain. Au premier abord, le tableau ci-dessous confirme les dires du chroniqueur, encore convient-il de ramener le total qu’il fournit à l’ensemble des actes du règne. Il est possible également de nuancer le propos de Brantôme car les enseignements à tirer du tableau sont nombreux. On remarque d’abord que pendant deux décennies, Anne de Montmorency a constamment bénéficié de la faveur de François Ier. Entre 1526 et 1541, rares sont les années sans réception d’un bienfait royal. Celui-ci recouvre une grande variété de formes. Cela va de la réception d’une charge officielle telle celles de grand maître, de gouverneur ou de connétable, au don de terres et de seigneuries, en passant par des rentrées ponctuelles d’argent, soit sous forme directe, soit sous la forme d’un abandon de revenus (d’un grenier à sel par exemple). D’autre part, les membres du lignage ne sont pas oubliés. Le père, le frère et les sœurs, les neveux et les nièces tirent parfaitement avantage de la situation du chef du lignage, surtout après 1531. Cela s’explique notamment par le fait que cette année-là meurt le baron Guillaume et ce décès place automatiquement son fils aîné en position de protecteur du clan. Néanmoins, il semble que la faveur dont jouit le connétable profite surtout aux personnages qu’il protège. Parmi les récipiendaires, on relève un marchand, des membres de sa compagnie d’ordonnance, des valets de chambre et des administrateurs de ses domaines.

  • 46 Robert Knecht, op. cit., p. 251 sq. Jean Jacquart, François Ier, p. 195 sq.
  • 47 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Mar (...)
  • 48 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in seventeenth Century France, Oxford-New York, 198 (...)

32Le tableau met aussi clairement trois grandes périodes de réception. La première est celle des années 1526-1527, soit entre la libération du roi des geôles madrilènes et le mariage avec Madeleine de Savoie. Ce laps de temps coïncide avec le « second avènement » de François Ier, lorsqu’il s’agit de reprendre en main le royaume et de procéder à une redistribution des charges et des offices entre les survivants de Pavie46. Nous avons vu comment Anne de Montmorency en avait bénéficié et pourquoi. Le deuxième intervient en 1531, soit après la réussite de la libération des fils du roi. Il paraît raisonnable d’interpréter ce nouveau palier comme un changement d’envergure de l’intéressé. Les bienfaits ne concernent plus uniquement sa personne, mais s’étendent à ses fidèles et à ses serviteurs. Selon les mécanismes régissant le don et le contre-don47, François Ier fait d’une pierre trois coups. En octroyant des faveurs sollicitées par le grand maître, le monarque accroît le désir de servir celui-ci puisque cela génère une récompense. Bien plus, il augmente le poids politique du grand maître, et donc son efficacité à mener la politique définie par le Conseil, et par contre coup, il renforce la solidité du système monarchique. Le troisième moment – 1538-1539 – intervient après la nomination à la dignité de connétable. Il s’apparente aux années de pleine puissance politique, à un moment où personne ne s’avise de contester ouvertement la domination que le connétable exerce sur le Conseil. Pendant cette période faste, Anne de Montmorency agit comme un broker, terme par lequel les historiens anglo-saxons désignent le principal intermédiaire pour parvenir aux faveurs48. On peut même suggérer que, contrairement à la période précédente, il ne s’agit plus seulement de récompenser des dévouements, mais de véritablement conforter un système en place afin d’évincer les potentiels perturbateurs d’une ligne politique. Mais le tableau illustre aussi la dernière période, celle qui commence en 1541, marquée par un tarissement puis un assèchement complet de l’intermédiarité montmorencéenne, en parallèle avec la disgrâce que subit le connétable.

Années

À Anne de Montmorency

À sa famille

À des fidèles et des serviteurs

Total

1520

1242

1

1521

1522

1696 et 32390

1

1523

1524

1525

1526

2307, 2308, 2324, 2453

4

1527

23930, 2531

4351 et 18959, 18954, 18956

18985

6

1528

3149, 23933, 23940

2868, 2907, 3062

6

1529

3484

1

1530

19985

1

1531

3851, 3864, 3924, 4291, 20308

3870

4100, 4175, 4181, 4302, 4343

11

1532

4551, 4861, 4862, 4863, 5207, 20422

5174 et 29036, 20464

5215, 24121

10

1533

5284

5627, 6648

5243, 5395, 5477, 5726, 6068
6227, 6340, 7086, 20600, 20607, 24140

14

1534

6889, 7299

6753, 6755, 6894, 7325, 7294, 24167

8

1535

20849 (et 20658)

20957

2

1536

20978

21060

2

1537

21167, 29469

8743 et 28868, 9305, 21221

21201, 21260, 21319, 21332

9

1538

9642

10172, 10207, 10357

9604, 9625, 10070, 10091, 10113
10390, 10487, 10521, 10526, 21432

14

1539

21801

10659, 10664, 10831, 10858, 10862
10892, 10893, 10950, 10989, 24475

11

1540

0

1541

22104, 24647

2

1542

0

Dons, faveurs et libéralités accordés au connétable, à sa famille ou à ses serviteurs proches entre 1520 et 1542 et répertoriés dans le CAF (les chiffres correspondent aux numéros des actes du CAF).

Dons et clientèles

  • 49 CAF, 2994.
  • 50 Id., 4039 (Menville), 4154 (Fourmillon), 4148 et 4198 (Tavelli), 4156 (Davant), 4175 et 4181 (Bazil (...)
  • 51 Ibid., 5408.
  • 52 Ibid., 5944.
  • 53 Ibid., 10160 (de Garges), 10259 (Le Rouillé), 10282 (Berthereau) et 10146 (Carruel).
  • 54 Ibid., 10710 (de Gordes), 10814 (Duthier), 10892 (Le Gros), 11288 (Carruel).
  • 55 Ibid., 11678.
  • 56 Ibid., 5703, 5704 et 5705, 6951, 6952 et 6953.
  • 57 BnF, Clairambault 244 « Montres pour les années 1517-1519 », fo 825 (première montre pour la compa (...)
  • 58 Thierry Rentet, « Network Mapping : Ties of Fidelity and Dependency among the Major Domestic Offic (...)
  • 59 A.C.C., série BA, registre 19G23, chapitre « dépenses des gages et pensions des officiers ».
  • 60 CAF, III-10 259 et Hélène Michaud, op. cit., p. 80.
  • 61 A.C.C., série L, t. VII, fo 170.

33Toutefois, les seules références présentes dans le CAF ne composent que la partie émergée du système de faveur. Il convient de la compléter par la masse plus dense encore de toutes les récompenses obtenues par des personnages proches d’Anne de Montmorency mais non présentés comme tels dans le CAF, par celle des nominations à la cour et de terminer par celles des missions confiées à des proches. Pour reprendre les deux grandes périodes entrevues dans le tableau, entrent dans la première catégorie, pour l’année 1528, Nicolas de Bucourt, lieutenant de la compagnie du capitaine de la Bastille, défrayé de ses frais engagés lors de la garde et de l’entretien de Semblançay49 ; en 1531, le capitaine de sa seigneurie des Baux-de-Provence, Claude de Menville, le capitaine du château d’If Louis de Fourmillon, Geoffroy Tavelli, ambassadeur aux Ligues grises, Gabriel de Davant, Aimery de Bazillac, capitaine de Narbonne touchent les dividendes de leur engagement aux côtés du grand maître50 ; en 1533, Guy Caruel51 ; en 1534, Nicolas Berthereau52. En 1538, ce sont Jean de Garges, Sébastien Le Rouillé, Nicolas Berthereau et Guy Carruel qui sont récompensés53. En 1539, on trouve Jehan Le Gros, M. de Gordes, Jean Duthier et Guy Carruel à nouveau54. En 1540, Christophe de Ciresmes devient vicomte de Bayeux55. Le capitaine et les gardes des forêts de Halatte, Cuise et Carnelle reçoivent très régulièrement leurs gages dans les années 153056. Berthereau, Duthier et Ciresmes sont les secrétaires du connétable. Gordes, Fournillon, Garges et Carruel appartiennent à sa compagnie57. De Garges et Le Rouillé sont des officiers domestiques majeurs du connétable58 qui est aussi seigneur des Baux. Jehan Le Gros agit ordinairement en qualité de procureur fiscal du connétable à Montmorency59. Pour ne revenir que sur deux cas, il faut signaler que Sébastien Le Rouillé, déjà conseiller au Châtelet, accède à l’office de trésorier des chartes l’année où Anne de Montmorency est nommé connétable. Il quitte cette fonction l’année du décès d’Henri II, qui marque la fin de la seconde grande période d’influence d’Anne de Montmorency60 ; d’autre part, Nicolas Berthereau profite sensiblement du sillage tracé par son maître. Outre l’office de clerc des offices curiaux, il devient notaire et secrétaire du roi en 1531 (au sein de ce collège, il peut d’ailleurs travailler avec son beau-frère François de Saint-Mesmin, notaire et secrétaire à partir de 1534 et membre du Grand Conseil à partir de 1537), et termine sa carrière comme concierge et bailli du Palais, office détenu jusqu’en 1537 par François de Montmorency, le frère du connétable. Aussi, n’est-il pas surprenant de lire sous la plume flatteuse de l’un de ses solliciteurs l’emploi de l’expression « Mon petit grand maître61 ». Car, à travers Berthereau se profile toute une nébuleuse curiale.

34Le parcours du lignage montmorencéen à la cour de François Ier est particulièrement intéressant à scruter. Il le devient davantage encore lorsqu’on élargit la perspective à sa parentèle et à ses serviteurs. Six périodes se dessinent : 1515-1526, 1527-1530, 1531-1540, 1541-1543, 1544-1546 et 1547.

  • 1515-1525 : premiers jalons. Guillaume est le chevalier d’honneur de Louise de Savoie. Il y côtoie une nièce, Hélène Gouffier et Anne Lascaris, comtesse de Tende, femme du Grand Bâtard de Savoie. Son fils aîné, Anne apparaît sur la liste des gentilshommes de la Chambre, d’abord comme simple gentilhomme, puis, à partir de 1520 en qualité de premier gentilhomme, tandis que son frère François, simple valet tranchant, intègre la liste des gentilshommes. On relève parmi les fourriers, les noms de Gilles Berthereau, de Pierre Berthereau et de François Jousseaume.
  • 1526-1530 : L’appel d’air. L’hécatombe de Pavie permet de promouvoir de nouvelles têtes. Anne devenu grand maître, côtoie à la chambre non seulement son frère, mais aussi deux cousins Gouffier (Claude et Louis), un neveu (Jacques de Mailly, baron de Conty, qui meurt en 1528) et un beau-frère (Claude de Savoie). Nicolas Berthereau devient clerc d’offices. Parmi les fourriers on note le nom de Nicolas Jousseaume, le filleul de Berthereau.
  • 1531-1540 : fastes années. Parmi les gentilshommes se trouvent le connétable, Claude de Savoie, Jean d’Humières (beau-frère de François de Montmorency), François de Montmorency, Claude Gouffier, René du Bouchaige (un beau-frère) et Adrien de Hangest (un cousin). Berthereau devient secrétaire de la Chambre en 1540. La même année, Claude de Montmorency, seigneur de Fosseux, apparaît en qualité de maître d’hôtel du roi, Charles de Magny, homme d’armes de la compagnie du connétable, de maréchal de logis accède au capitanat de La Porte, et René Le Rouillé (frère de Sébastien Le Rouillé), évêque de Senlis, devient l’un des aumôniers du roi.

35Néanmoins l’intrusion la plus spectaculaire se situe au sein de la maison de la reine Éléonore. Son chevalier d’honneur est Girard de Vienne (un cousin par les Dinteville), parmi les 21 dames et demoiselles d’honneur françaises, on trouve Louise de Montmorency (sœur du connétable) comme dame d’honneur, Anne Lascaris (belle-mère du connétable), Madeleine de Savoie (sa femme), Isabeau et Marguerite de Savoie (ses belles-sœurs), Madeleine de Mailly et Anne de Laval (respectivement filles de Louise et d’Anne de Montmorency, les deux autres sœurs du connétable), Hélène de Hangest (une cousine, veuve d’Artus Gouffier) et Anne de La Fontaine (veuve de l’un des officiers domestiques du connétable, M. de La Mairie). Enfin, entrent dans les maisons des fils du roi, François de Cenesmes, sieur de Luzarches, commensal des Montmorency, comme valet de chambre, puis échanson, et Gaspard de Coligny, gentilhomme à partir de 1540.

  • 1541-1543 : le début du reflux. Le connétable conserve tous ces offices curiaux, mais ne perçoit plus aucune pension, à l’inverse des membres de sa famille et ceux de ses serviteurs qu’il a placés à la cour.
  • 1544-1547 : l’effacement. Le nom d’Anne n’apparaît plus sur les listes, tout comme celui de Berthereau, quant à François de Montmorency, il rétrograde en fin de liste des gentilshommes, avant de passer à la trappe à son tour en 1546.
  • 1547 : le retour en force. Sur le rôle des gentilshommes de la chambre pour 1547, tenu par Nicolas Berthereau, sont inscrits 62 noms. Certes, Jacques d’Albon occupe la place de premier gentilhomme, mais après lui, on lit les noms suivants : Jean d’Humières, Honorat de Savoie, François de Montmorency, Henri de Montmorency (Damville), François de La Tour (époux de sa fille Éléonore), Charles de Roye (gendre de Louise de Montmorency), Jean d’Humières le jeune, Artus de Cossé, Gaspard de Coligny, François de Coligny (d’Andelot), Loys d’Humières et François Gouffier. Quant au connétable, s’il doit se contenter de l’office de premier maître d’hôtel, il est de nouveau, et pour une longue décennie, l’un des principaux conseillers du nouveau monarque62.

36La détention de l’office de grand maître de France depuis 1526 permet à Anne de Montmorency de devenir l’un des pôles d’attraction de la cour. Avec l’assentiment royal, il contrôle et compose la liste nominative des officiers des différentes maisons princières. Il peut ainsi placer et récompenser les fidélités, qu’elles soient familiales, ou qu’elles reposent sur la simple volonté d’être utile tout en faisant carrière à la cour ou dans l’administration centrale. Pour cette dernière catégorie de serviteurs, on sort des repères visibles pour entrer dans le monde de la recommandation. Dans le cadre d’une analyse du poids politique d’Anne de Montmorency, il a semblé intéressant de comparer la périodisation issue du tableau avec d’autres sources.

L’incontournable grand maître

L’intermédiaire des Grands

  • 63 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique des lettres de Marguerite de Navarre, Paris, (...)

37Le premier exemple s’appuie sur l’analyse chronologique de la correspondance de Marguerite de Navarre établie par Pierre Jourda63.

Année

Nombre total de lettres

Lettres à Montmorency

Dont les recommandations

1522

24

5

-

1523

30

5

1

1524

35

10

1

1525

80

20

-

1526

22

3

2

1527

7

3

1

1528

29

14

9

1529

11

2

1

1530

47

32

14 (+ 8*)

1531

20

10

2

1532

7

3

1

1533

12

5

2

1534

10

5

1

1535

2

-

-

1536

29

16

3

1537

47

12

4**

1538

7

1

-

1539

8

1

-

1540

10

-

-

1541

30

-

-

Relations de la reine de Navarre et du connétable à travers la correspondance de la reine.
* Il s’agit de 8 recommandations se trouvant dans des lettres rédigées entre le printemps 1530 et l’hiver 1530-1531, mais dont la datation précise est impossible.
** Il faut ajouter 9 recommandations pour la période 1532-1537, mais impossibles à dater sûrement.

  • 64 Titre que Louise de Savoie et Marguerite lui donnent depuis son mariage avec Madeleine de Savoie.
  • 65 Pierre Jourda, Répertoire, op. cit., lettres 574, 627 et 723.
  • 66 Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, op. cit., chap. ix.
  • 67 Id., p. 262 sq.

38Avant 1522, la reine n’envoie aucune lettre à Anne de Montmorency. Celui-ci n’a pas un grand poids politique à la cour et ne figure pas parmi les membres du Conseil. À partir de 1522, le nouveau maréchal de France commence à compter. Son poids s’accroît, mais, jusqu’en 1529, la sœur du roi n’a pas beaucoup besoin de lui pour présenter des requêtes à son frère. L’année 1528 fait exception, mais il s’agit de la première grossesse de la reine qui a donc recours à son « nepveu »64 pour maintenir son rôle d’intermédiaire. L’absence de missives et de requêtes en 1529 peut s’expliquer par leur commune présence à Cambrai et à la cour. En revanche, l’abondance des demandes en 1530 et 1531 recoupe celle du premier tableau. Trois éléments se superposent alors. D’une part, Marguerite est à nouveau enceinte ; d’autre part, Anne de Montmorency est absent de la cour pendant cinq mois ; enfin, à partir de cette même année 1530, ce dernier intègre le noyau des principaux conseillers, tout en confortant son contrôle de la cour, notamment lors de la nomination des officiers des maisons de la reine Éléonore, du dauphin François et du duc d’Orléans. De 1532 à 1538, Marguerite conserve des rapports cordiaux avec le grand maître, ainsi que le prouvent des lettres de 1533 par laquelle la reine dément les propos tenus par un jacobin selon lesquels Anne de Montmorency serait un ennemi du couple navarrais, de 1536, qui le prévient qu’une cabale tente de s’organiser en son absence et de 1538 qui le renseigne sur les menées du cardinal de Bourbon pour l’attribution du gouvernement d’Île-de-France65. Il semble que Marguerite ait cru (ou ait voulu croire) à la possibilité de récupérer la Basse-Navarre au profit de son mari. Mais à partir de 1538, il est clair que le connétable concentre ses efforts de paix en pariant sur un statu quo en Italie fondé sur un partage d’influence entre le roi de France et l’empereur. Ce faisant, il abandonne tout ce qui peut fâcher ce dernier, à commencer par le sort du royaume pyrénéen. Entre décembre 1539 et juin 1547, Marguerite ne rédige aucune lettre au connétable. Cette absence d’échanges épistolaires s’explique aisément pour la période 1541-1547. En revanche pour les années 1539-1541, plus qu’une perte d’influence de la sœur du roi dont l’origine serait à rechercher dans le refus d’obtempérer au mariage décidé par François Ier qui entend que sa nièce épouse le duc de Clèves66, il faut probablement y voir une brouille sévère des relations entre le connétable et la reine de Navarre67. Cette dernière escompte un isolement progressif du conseiller dont la faveur s’étiole depuis que Charles Quint a investi son fils du duché de Milan.

L’intermédiaire du plus grand nombre

  • 68 Thierry Rentet, Anne de Montmorency, grand maître de François Ier, Rennes, PUR, 2001, p. 314 sq.
  • 69 A.C.C., série L, t. XIII, fo 122 (6 juin 1528), XV-147 (9 août 1529), IX-149 (29 janvier 1530), XI (...)

39Le second exemple est celui de l’accession aux charges curiales. L’analyse des correspondances passives du connétable et de son secrétaire Nicolas Berthereau s’avère à cet égard une source particulièrement précieuse, voire unique en son genre, pour pénétrer le fonctionnement de la cour. Cependant, il convient de relativiser l’importance de ses missives en rappelant que n’ont été conservées que les requêtes de la fin des années 1520 et particulièrement celles de 1529 et de 1530. À partir des seules lettres de la série « L » des archives du château de Chantilly, il a été possible de repérer 242 requêtes adressées soit au grand maître (107), soit à son secrétaire (135). 111 concernent des offices à la cour, 56 des charges judiciaires, tandis que pour 75 cas, la demande est soit autre, soit le plus souvent non explicite68. De tels chiffres autorisent la présentation d’une périodisation de la sollicitation, selon un cycle commençant au mois d’octobre. D’octobre à janvier, les demandes affluent car il s’agit de la période d’élaboration du rôle des offices curiaux. Puis, en février-mars, la tension redescend. Le pic des requêtes a lieu en avril. Ce mois correspond au début de l’année, au paiement du premier quartier et à un réajustement de la liste initiale. Enfin, de mai à septembre, le nombre de sollicitations diminue, sans jamais être totalement nul. Pour cette dernière période, il semble que ce sont surtout les officiers éloignés de la cour qui rédigent leurs demandes, afin de se rappeler au bon souvenir du grand maître et de préparer le renouvellement de leur charge pour l’année suivante. Le cas le plus emblématique de ce type de démarche est celui de M. de Boisrigaud, ambassadeur auprès des Cantons, qui a laissé 8 lettres relatives à un office d’écuyer d’écurie du roi entre 1528 et 153069.

40Malgré certaines particularités qui reposent sur les luttes d’influence au sommet de l’État, la fréquence des lettres que Marguerite de Navarre envoie au connétable, ainsi que leur objet se calque sur la correspondance générale adressée à celui-ci. Les missives de la sœur du roi reflètent bien les principales périodes d’influence d’Anne de Montmorency auprès de François Ier. Encore convient-il d’écrire ou d’approcher le grand maître au bon moment dans l’année comme le suggère la périodisation annuelle proposée. Or sans influence, il est impossible de prétendre pouvoir imposer des fidèles et des serviteurs à la cour, dans les organes de gouvernement, à la tête des grands bénéfices ecclésiastiques ou dans des missions confiées par le Conseil.

Les réseaux diplomatiques

41C’est précisément ce à quoi s’attelle Anne de Montmorency à partir de 1526. Durant deux décennies, celui-ci peut-être considéré comme l’un des principaux conseillers aux affaires étrangères de François Ier. Il représente personnellement le roi à différentes reprises, tant à l’extérieur, qu’à l’intérieur du royaume, seul ou avec d’autres conseillers : auprès des Ligues suisses en 1521 et 1522, à Venise en 1522, auprès du roi d’Angleterre en 1518 et 1527, à Cambrai en 1529, Bayonne en 1530, à Leucate en 1537. Il l’accompagne, au Camp du Drap d’Or en 1520, à Boulogne en 1532, à Marseille en 1533, à Nice et à Aigues-Mortes en 1538. De même, c’est Anne de Montmorency qui organise et supervise le voyage de Charles Quint à travers le royaume en 1540 et c’est lui qui, en qualité de grand maître se charge d’introduire les ambassadeurs auprès du roi. À elle seule, la répétition de ces missions confirme la confiance que François Ier lui accorde pour traiter des grandes opérations diplomatiques. Pourtant, tout aussi importante pour évaluer l’influence du grand maître est l’étude des nominations d’ambassadeurs et des plénipotentiaires français pour la période 1526-1541.

Le choix des ambassadeurs

42Pour l’Angleterre, il faut établir une distinction entre les résidents et les ambassadeurs extraordinaires. Dans le premier groupe figurent Jean de Sains, seigneur de Marigny (décembre 1519-juin 1521), Jean Brinon (juin 1525-mars 1526), les frères Du Bellay (avril 1526-mars 1530), Gabriel de La Guiche (décembre 1530-avril 1531) et Gilles de La Pommeraye (décembre 1531-octobre 1532). Pour le second groupe, on relève l’envoi Gabriel de Gramont, François de La Tour, vicomte de Turenne, Antoine Le Viste et Pierre de Warty (février-mai 1527), Jean Brinon, Jean Du Bellay et Jean d’Humières (septembre-novembre 1527. Ils accompagnent Anne de Montmorency), Adrien Tiercelin seigneur de Brosse (décembre 1527-janvier 1528), Charles du Solier, seigneur de Morette (mars-avril 1528), Jean-Joaquim de Passano, seigneur de Vaux (juin 1528) et Pierre de Warty (février 1529).

  • 70 Philippe Hamon, L’argent du roi, op. cit, p. 54.
  • 71 Liste des ambassadeurs et résidents, CAF, t. IX, p. 8-84.

43Sont résidents auprès de Charles Quint : Charles du Solier (novembre 1529-août 1531), remplacé par Claude Dodieu, seigneur de Vély (juin 1531-juin 1536). Parmi les ambassadeurs extraordinaires, on note les noms de Mathieu de Longuejoue, seigneur d’Iverny, Gilbert Bayard et Charles du Bec, seigneur de Bourry (août 1529-octobre 1529. Ils escortent l’amiral Chabot), Charles du Solier (novembre 1529-août 1531), Antoine Hellin et Jean Billon (février 1530), Louis de Rabodanges (août-septembre 1530), Gilles de La Pommeraye (décembre 1530), Antoine Hellin (juillet 1531) Gilles de La Pommeraye (novembre-décembre 1531). Auprès des Ligues Grises officie Geoffroy Tavelli (octobre 1524-janvier 1531), M. de La Guiche, Bremieu et Langeac représentent le roi devant les cantons suisses entre 1526 et 1531. Cantons auprès desquels vivent, dans des conditions parfois périlleuses70, les résidents suivants : Boisrigaud, Morelet et Lambert Meigret. Entre 1528 et 1531, sont envoyés en Flandres, M. de La Hargerie, Antoine Macault, Bayard, La Pommeraye, Isernay71.

  • 72 Lucien Pinvert, Lazare de Baïf, Paris, 1900.
  • 73 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529), p (...)
  • 74 Victor-Lucien Bourrilly, Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris 1905, p. 93-94. L’auteur a r (...)

44Les liens entre Anne de Montmorency et tous ces ambassadeurs sont avant tout épistolaires. Tous écrivent au connétable. Pour ne citer que quelques exemples, la seule série « L » de Chantilly compte 67 lettres pour M. de Boisrigaud, 82 lettres pour Morelet et 31 co-écrites par les deux hommes, 21 pour Lazare de Baïf (mais 191 au total72), 73 pour M. de La Pommeraie, 42 pour Geoffroy Tavelli. De son côté, Jean Du Bellay expédie 77 missives au grand maître lors de sa première ambassade en Angleterre73. Jacques Colin, envoyé en mission en Italie en 1527 et 1528, expédie pour cette période 18 lettres à Anne de Montmorency et 4 à son secrétaire, sur un total de 2974. Mais ce premier élément doit être complété par d’autres. Le Viste, Langeac, Calvimont, Passano, Gramont, Dodieu sont des maîtres des requêtes, tout comme Mathieu de Longuejoue. Beaucoup font un passage ou leur carrière dans les différents parlements du royaume et particulièrement celui de Paris, à l’instar de Dodieu et Le Viste. Certains d’entre eux ont des trajectoires tout à fait surprenantes.

  • 75 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes (1491-1547), Pari (...)
  • 76 À la même époque, le lieutenant du capitaine de Saint-Malo est François Guérin, sieur de Poisieux (...)
  • 77 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers des finances de la France de la R (...)

45Claude Dodieu, chevalier, seigneur de Vély est conseiller clerc au parlement de Paris en 1524, maître des requêtes ordinaires en 1529 et abbé de Saint-Riquier. De plus, il signe ses courriers à Nicolas Berthereau « votre cousin ». Balthazar de Jérente (ou Jarente) est d’abord président de la chambre des comptes de Provence en 1515. En 1531, il devient évêque de Vence, en 1541 évêque de Saint-Flour, avant de terminer sa carrière archevêque d’Embrun à partir de 1548. Les trois dernières dates coïncident avec les périodes de grande faveur d’Anne de Montmorency. Il ne pourrait s’agir que d’un hasard, mais le ton des 16 lettres que Jérente lui fait parvenir entre décembre 1528 et juillet 1529, laisse à penser que le personnage est très lié au connétable. Au sortir de toutes les missions diplomatiques effectuées pour le compte du roi, Gilles de La Pommeraye est institué premier président de la chambre des comptes de Bretagne en 1537. Ses liens avec Anne de Montmorency ont été bien mis en évidence dans la notice que lui a consacrée Dominique Le Page75. On peut juste ajouter que la seigneurie de La Pommeraie est située dans l’évêché de Saint-Malo, ville et port dont le capitaine se nomme Anne de Montmorency et le receveur des fouages Nicolas Berthereau76. Il est aussi possible de constater l’existence de rapports croisés. En 1531, Antoine Macault fait écrire au grand maître par l’intermédiaire de Jean Du Bellay afin d’obtenir la recette générale de Normandie vacante après la destitution de Jean Carré77.

Bayard, Gilbert : secrétaire de la Chambre (1526), secrétaire des finances (1528)

Brinon, Jean, seigneur de Villaines : chancelier de Marguerite de Navarre (1512)

Colin, Jacques : secrétaire de la Chambre (1528), pensionné par la reine de Navarre (1529)

Dangerant, Louis, seigneur de Boisrigaud : écuyer d’écurie (1528), gentilhomme (1540)

Dodieu, Claude : maître des requêtes (1529), valet de chambre (1540)

Du Bellay, Guillaume, sieur de Langey : gentilhomme (1526)

Du Bellay, Martin : échanson (1534), gentilhomme (1546)

Du Solier, Charles, sieur de Morette : gentilhomme (1516)

Gramont, Gabriel de : maître des requêtes (1528)

Humières, Jean d’ : gentilhomme en 1531, chambellan des fils du roi (1532)

Féau, Guillaume, seigneur d’Isernay : valet de chambre (1531)

La Guiche, Gabriel de : échanson (1516), gentilhomme (1531)

La Pommeraie, Gilles de : pannetier (1526), maître d’hôtel (1532)

La Tour, François de, vicomte de Turenne : capitaine des gentilshommes de la Maison du roi (1527)

Langeac, Jean de : maître des requêtes (1518), président au Grand Conseil (1532-1533)

Le Viste, Antoine : secrétaire de la Chambre (1523-1524)

Longuejoue, Mathieu de : maître des requêtes (1524)

Macault, Antoine : valet de chambre (1523)

Meigret, Lambert : valet de chambre (1520)

Morelet de Museau : trésorier (1516), secrétaire de la Chambre (1521)

Passano, Jean-Joaquim de, seigneur de Vaux : maître des requêtes (1525), maître d’hôtel (1529)

Rabodanges, Louis de : valet tranchant (1524), premier valet (1540), gentilhomme (1547)

Rasse, François de, seigneur de La Hargerie : maître d’hôtel du roi (1528)

Sains, Jean de, seigneur de Marigny : échanson (1517), maître d’hôtel (1518), pannetier (1530)

Tiercelin, Adrien, seigneur de Brosse : gentilhomme (1516), chambellan des fils du roi (1532)

Warty, Pierre de : valet tranchant (1516), gentilhomme (1526), gouverneur des fils du roi (1532)

Ambassadeurs et offices à la cour.

  • 78 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, (...)

46On retrouve toujours l’année 1531. On retrouve également un autre personnage du petit monde de la diplomatie, très lié au grand maître à cette époque : Jean Du Bellay. Jusqu’à la disgrâce, les frères Du Bellay jouent sans réticence la carte du connétable78. Pour eux aussi, les étapes de la promotion sociale et curiale s’inscrivent dans le sillage d’Anne de Montmorency, notamment pour Jean, évêque de Paris en 1532 et cardinal en 1535.

  • 79 Série BA, carton 29, fief de Margency ; Série BB, registre 107D33 « Comptes de la seigneurie de Vi (...)

47Il semble toutefois que le lieu de rencontre de tous ces hommes demeure la cour. La quasi-totalité d’entre eux assume une fonction curiale, comme le montre le tableau ci-dessus. Seuls manquent Charles du Bec, seigneur de Bourry et Antoine Hellin. Si le premier ne semble pas avoir de lien particulier avec Anne de Montmorency, en revanche le second, conseiller au parlement de Paris, est un vassal du seigneur de Chantilly et est rémunéré par le receveur de Villiers-le-Bel pour avoir assisté aux prestations de foi et hommage des vassaux du baron de Montmorency pour l’année 153179.

Les ambassades conduites par Anne de Montmorency

  • 80 BnF, ms frçs 6637, fo 118 « parties ordonnées aux personnaiges cy après nommez faisant le voiage d (...)
  • 81 À la génération suivante, Antoine d’Alègre est enseigne dans la compagnie de l’amiral de Coligny, (...)

48Si l’on se tourne du côté des ambassades conduites par Anne de Montmorency, les différentes listes des personnes qui l’accompagnent sont, là encore, assez révélatrices de la manière dont pouvait s’opérer le choix des plénipotentiaires. En 1527, pour traverser la Manche, le grand maître est escorté du président du parlement de Rouen, Jean Brinon, de Jean d’Humières, de l’évêque de Bayonne, Jean Du Bellay, de M. de La Roche du Maine, de François de Rasse, seigneur de La Hargerie, de Joachim de La Châtre, seigneur de Nançay, de Gabriel de La Guiche, d’Antoine de Lamet, de Jean de La Rochebaron, de Charles d’Illiers, seigneur de Chantemesle, de Gabriel d’Alègre, baron d’Alègre et de « maistre Estienne »80. Brinon et La Roche du Maine sont attachés au service de Marguerite de Navarre, le premier comme chancelier d’Alençon et chef de son Conseil et le second en qualité de chambellan. Humières, Du Bellay, La Guiche servent le chef de la délégation81. À noter que Humières, La Roche du Maine et La Guiche sont tous trois promus gentilshommes de la Chambre en 1531.

  • 82 Francis Decrue, Anne de Montmorency, op. cit., p. 140.
  • 83 Id., p. 141.
  • 84 A.C.C., série L, t. X, fo 119. La lettre est reproduite dans l’article de Léopold Delisle, « Tradu (...)

49Lorsque le grand maître se rend à Bayonne au printemps 1530, la suite qui l’accompagne est évaluée à 2 000 chevaux82. Il emmène avec lui non seulement des spécialistes des finances, mais aussi tout un cortège de seigneurs et capitaines. Les premiers à figurer sur le rôle sont le comte de Tende, M. de Clermont, M. d’Humières, M. de Saint-André. Pour assurer la transmission du courrier, il dispose notamment de Gaucher de Dinteville, de M. de La Fayette, de M. de Rabodanges, de M. de Fors83. Mais parmi tous les épistoliers, figure Antoine Macault qui écrit au moins deux fois à Anne de Montmorency. Dans la première missive, datée du 1er avril 1530, il se propose de se rendre à Chantilly afin d’y voir les père et femme du connétable, mais surtout il va s’enquérir « du fait de Besnier pour tout vous savoir rapporter au vrai84 ». Affaires privées, affaires publiques, ce cocktail épistolaire, universellement utilisé et accepté à l’époque, donne la mesure du fonctionnement de l’administration centrale du temps.

  • 85 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 205.
  • 86 Honorat de Valbelle, Histoire journalière (1498-1539), texte établi par V-L Bourrilly, R. Duchêne, (...)

50En 1533, le pape rencontre le roi à Marseille. Il s’installe « en un palaiz estant au seigneur de Montmorency […] sur lequel le roy s’estoit reposé de toutes choses pour la réception de Sa Sainteté85 ». À l’issue de l’entrevue, le pape fait quatre cardinaux dont Odet de Châtillon, neveu de grand maître et avant de repartir pour Rome, il offre quatre diamants au comte de Tende, au baron de Saint-Blancard, au frère de celui-ci (deux capitaines de galères qui écrivent régulièrement au grand maître) et à Christophe de Lubiano86. Même si le geste papal rentre dans les habitudes du temps, il révèle qu’Anne de Montmorency avait confié l’organisation du séjour du souverain pontife et son retour en Italie à des proches.

  • 87 CAF, 3565.
  • 88 Id., 3452.
  • 89 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 247.
  • 90 ORF, t. IX (1538-1539), ordonnance 890, p. 283-287. Siresmes est envoyé le 17 décembre 1538 en Espa (...)

51Enfin, lorsqu’il ne fait pas partie de l’ambassade, il n’est cependant pas totalement absent des négociations. Le 16 décembre 1529, Pierre Lizet, Mathieu de Longuejoue et Jean Briçonnet reçoivent pouvoirs de déterminer et régler tous les échanges de terres auxquels pourra donner lieu l’exécution du traité de Cambrai87. Lorsqu’en août 1529, l’amiral Chabot est désigné pour se rendre vers Charles Quint recevoir la ratification impériale du traité de Cambrai, il est accompagné de Gilbert Bayard et de Mathieu de Longuejoue88. En 1537, trois négociateurs français signent la trêve de Bomy avec ceux de l’empereur. Il s’agit de M. de Saint-André, du président Poyet et de Nicolas Berthereau89. En 1539, le traité de Tolède est signé au nom du roi par Antoine de Castelnau, évêque de Tarbes. Mais, le commissaire chargé d’aller chercher ledit traité et de le ramener accompagné de mémoires pour le roi et le connétable se nomme Christophe de Siresmes (ou Sizesmes)90.

  • 91 Francis Decrue, op. cit., p. 365 et 372.
  • 92 CAF 20702, Vincennes, 4 mars 1534 : réception du serment de fidélité de Mathieu de Longuejoue évêqu (...)

52À chaque fois, Anne de Montmorency parvient à introduire au moins un homme à lui dans la délégation. Nicolas Berthereau a déjà été rencontré. Le comte de Tende est l’un de ses beaux-frères. Christophe de Lubiano, officier domestique du grand maître et homme d’armes de sa compagnie, gère ses affaires provençales. Siresmes est l’élu d’Avranches. Il est également l’un des maîtres d’hôtel du connétable91. Mathieu de Longuejoue, seigneur d’Iverny, est certes maître des requêtes. Il appartient aussi au Conseil qui administre ses domaines, aux côtés de Berthereau, des frères de Garges et des frères Le Rouillé. Concernant ce personnage, il n’est pas inintéressant de remarquer qu’une fois veuf, il entre dans les ordres et termine sa vie évêque de Soissons92 et abbé de Royaumont, abbaye cistercienne située à moins de 10 kilomètres de Chantilly. Guillaume Poyet a lié ses intérêts à ceux du connétable. Quant à M. de Saint-André, il a fait partie de la suite protocolaire du printemps 1530.

  • 93 Francis Decrue, Anne de Montmorency, op. cit., p. 15.
  • 94 Après un passage parmi les officiers du dauphin François, il apparaît sur la liste des pensionnés (...)

53En 1536, Anne de Montmorency est chargé d’organiser la riposte à l’invasion impériale de la Provence. Il doit à nouveau et pour un temps non défini s’éloigner du roi resté à Lyon. Néanmoins, ce dernier « dans le travail et maniement des affaires… se trouvoit grandement soulagé par la présence de messieurs Guillaume Poyet, alors second présidant et conseiller du roy en son Conseil étroit, Gilbert Bayard, aussi conseiller et secrétaire des finances, Robert de la Martonnie et Gilles de La Pommeray, maistres d’hostel ordinaires et Charles de Pierrevive, un des quatre trésoriers généraux de France93 ». Si La Martonnie est un vieux serviteur de feue la mère du roi94, les quatre autres sont des proches du connétable, qui ont l’habitude de travailler avec lui. Ce ne sont pas les seuls à rester près du souverain, mais le fait qu’ils soient mentionnés par Du Bellay peut contribuer à fournir des éléments de réflexion quant au poids politique du connétable dans les années 1530. La mention de ces personnages autorise à suggérer une lecture montmorencéenne des Mémoires des frères Du Bellay.

Les Du Bellay, témoins privilégiés de l’influence du connétable

  • 95 Ibid., p. 225. Le « jeune Piquet » est en fait Antoine de Bussy, nommé le 19 mars 1536 (CAF, 8363). (...)
  • 96 Ibid., p. 254-255.
  • 97 Ibid., p. 273.
  • 98 Les noms de Gramont, Tournon et Montpezat sont cités, mais moins fréquemment que les trois autres.
  • 99 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. II, p 133.
  • 100 Jean de l’Isle est aussi enseigne dans la compagnie La Rochepot, le frère du connétable. À la géné (...)
  • 101 A.C.C., série A, carton 2 « Dépenses de maisons, pensions (1527-1534) » et série BA, registre 104D (...)
  • 102 Francis Decrue, Anne de Montmorency…, op. cit., p. 172-173.
  • 103 Jean Du Bellay, Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1257- (...)
  • 104 Jean Du Bellay, Ambassades…, op. cit., lettre 168, p. 473.
  • 105 BnF, Dupuy 537, fo 51. Citée par Victor-Lucien Bourrilly, Jacques Colin, Genève, 1970 [Paris, 1905 (...)

54Les souvenirs de la fratrie concernent surtout les actions diplomatiques et les opérations militaires. Entre 1527 et 1541, la diplomatie de François Ier semble reposer sur quatre hommes qui sont Jean Du Bellay (Angleterre et Empire), Claude Dodieu (auprès de Charles Quint), François de Dinteville (à Rome) et Gilles de La Pommeraie (Pays-Bas), le tout sous la houlette du connétable. Outre la part importante consacrée à l’année 1536, la relation des engagements militaires laisse apparaître furtivement quelques personnages de second, voire de troisième plan. En mai 1537, Martin Du Bellay avertit le roi que la frontière est mal défendue. Celui-ci lui envoie « le jeune Picquet, commissaire des guerres, [et] le seigneur de Marivaux, avecque argent pour faire la revue95 ». En 1538, Guy Carruel, commissaire ordinaire de la guerre est commis par le roi pour aller « recueillir lesdits Allemans [du duc de Wittemberg] et faire leurs monstres et les conduire [à l’armée royale]96 ». Quelques mois plus tard, est arrêté, condamné et exécuté à Lyon le capitaine Hans Ludovic de Landeberg, l’un des principaux colonels du duc car « iceluy Ludovic, entre autres choses, avoit outragé le seigneur de Borran […] pour avoir fait son office et mesme avoit mis la main sur l’espée contre le seigneur d’Humières97 ». En tant que lieutenant de compagnie, Du Bellay est habitué à fréquenter les commissaires et les contrôleurs. Pourtant, il ne les mentionne pas tous par leur nom. Pourquoi Marivaux et Carruel plus que les autres pour l’armée et La Pommeraie, Dinteville et Dodieu pour la diplomatie, alors que la liste fournie supra fait apparaître une vingtaine de noms98 ? Gilles de La Pommeraie a certes accompagné Du Bellay en Angleterre99. Mais une autre clef de lecture pourrait reposer sur le fait que les Du Bellay ont rencontré ces personnages dans l’entourage du connétable. Les cas de Dodieu, de La Pommeraie et de Macault ont déjà été vus. Jean de l’Isle, seigneur de Marivaux, est l’un de ses maîtres d’hôtel100. Guy Carruel, seigneur de Boran-sur-Oise est un homme d’armes dans sa compagnie et reçoit des gages de maître d’hôtel de Madeleine de Savoie101. Quant à François de Dinteville, évêque d’Auxerre, il est expédié à Rome par son cousin Montmorency, avec le consentement du roi, afin d’échapper à des poursuites judiciaires102. Cette proximité avec les acteurs des événements pourrait contribuer à expliquer le luxe de détails fournis pas les mémorialistes. Il est possible de renforcer cette impression lorsque l’on regarde du côté de la correspondance de Jean Du Bellay. Quand il réside en Angleterre entre 1527 et 1529, il envoie des rapports essentiellement au roi et au grand maître. Cependant, il n’est pas inintéressant de relever l’existence d’une lettre adressée à Gilles de La Pommeraie « ou en son absence à Nicolas Berthereau » et dont le post scriptum est destiné audit Berthereau et indique que « verrez ceste lettre103 ». Quelques mois plus tard, Du Bellay écrit à Berthereau et cite La Pommeraie104. À titre comparatif, il convient de citer la lettre que Jacques Colin adresse, le 30 décembre 1531, à François de Dinteville en poste à Rome dans laquelle il l’informe que M. de La Pommeraie a été bien accueilli à Londres et rend compte des intentions de « vostre bon amy Poyet105 ».

55Fort de l’office pivot de grand maître de France, puissant grâce à l’assurance que peuvent donner des réseaux d’alliances, de clientèles et de domesticité bien maîtrisés et adroitement distillés au sein de la cour et des principaux rouages centraux, certain de la confiance que lui accorde le roi depuis 1526 et surtout 1530-1531, libéré, de ce fait, mais provisoirement, du souci d’avoir à combattre des rivaux au Conseil, Anne de Montmorency peut y exprimer ses idées et ses opinions sur le maniement des affaires du royaume et les mettre à exécution avec l’assentiment royal.

Se maintenir : équilibres, alliances et conflits

L’obsession milanaise

56S’il est un mot qui résume la pensée politique d’Anne de Montmorency, c’est celui d’équilibre. Et même si sa devise officielle personnelle « ΑΠΛΑΝΟΣ » (que l’on peut transcrire par « Je maintiendrai ») n’est adoptée qu’après la disgrâce, elle résonne comme une plate-forme politique. Maintenir c’est parvenir à prolonger un état d’équilibre entre des forces potentiellement antagonistes ; c’est aussi éviter d’aviver les tensions entre des forces que l’on considère d’abord comme des partenaires. Ceci vaut tant pour l’intérieur du royaume, que pour l’extérieur.

  • 106 Relation des ambassadeurs italiens sur les affaires de France au XVIe siècle (trad. N. Tommaseo), P (...)
  • 107 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, 2000, p. 271-275.
  • 108 « Le grand maître a toujours été pour la paix avec l’empereur, il n’a jamais permis qu’on en vint (...)
  • 109 Michel François, Le cardinal de Tournon (1489-1562), Paris, 1951, p. 178.
  • 110 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 41. En 1535, l’ambassadeur vénitien écrit que « le chanc (...)

57La politique extérieure d’Anne de Montmorency dans les années 1530 est connue. Elle a été décrite aussi bien par ses biographes, que par les historiens spécialistes de la période. S’il se montre partisan d’une entente avec l’empereur, il la conçoit comme le résultat d’un partage de la prépondérance entre Charles Quint et François Ier, notamment en Italie. Dans cette optique, l’expédition de Lautrec en 1527-1528 ne vise à s’emparer de Naples que pour avoir une monnaie d’échange afin de mettre la main sur Milan. À chaque suspension d’armes, les bases de la négociation demeurent les mêmes : la dévolution du duché de Milan en faveur de l’un des fils de François Ier. Des deux solutions, la conquête par la force militaire demeure la plus glorieuse… et la moins pérenne. Techniquement possible, et maintes fois réalisée, la conquête brutale du duché a pour conséquence de cristalliser les oppositions au roi de France, tout en permettant à l’empereur d’endosser le rôle de défenseur du droit. Ce qui peut expliquer l’apparent paradoxe des refus réitérés du connétable de porter la guerre en Italie106. Mais la voie diplomatique est un marché de dupes. Jusqu’en 1536, celle-ci est favorable au roi de France. Entre 1529 et 1530, la puissance impériale fait peur. François Ier utilise son bataillon d’ambassadeurs pour rallier à sa cause tous les adversaires du Habsbourg, avec au final, une Provence ravagée et l’occupation de la Savoie et du Piémont, maigres lots de consolation. À partir de 1537, c’est l’empereur qui gagne du temps. Bien sûr, la guerre coûte cher et bien souvent les résultats ne sont pas au rendez-vous, mais pour lui, laisser rêver ses interlocuteurs français sur Milan lui permet de prendre l’exacte mesure du péril protestant dans l’Empire107. D’où les rencontres entre beaux-frères et le périple à travers le royaume de France (qui néglige la Bourgogne, afin d’éviter de réveiller une belliqueuse nostalgie). En 1541, son choix est arrêté : le Milanais restera espagnol, tant pis pour le connétable. Ce dernier se retrouve alors dans une impasse. Il ne peut plus compter sur Charles Quint et ne veut pas d’alliance avec l’Allemagne protestante. Il revit la même situation qu’en 1535108, seul contre les autres conseillers du moment qui ont un poids politique, à savoir le trio cardinalice Tournon, Du Bellay et Mâcon, la duchesse d’Etampes et, un peu en retrait, la reine de Navarre et l’amiral Chabot109. Ses protégés membres du Conseil (le chancelier Poyet, l’évêque de Soissons, Mathieu de Longuejoue, et le président du parlement de Toulouse Bertrandi)110 n’ont pas assez de relief politique pour compenser le déséquilibre issu du refus impérial. Ne pouvant compter sur une troisième chance, le connétable doit partir.

Le bataillon des ambassadeurs

58Durant la décennie 1530, tous les États de l’époque connaissent les effets d’un intense bourdonnement diplomatique français. L’objectif affiché est double. Il s’agit d’occuper le centre de la toile politique continentale, tout en essayant d’isoler l’empereur. Le but est de l’amener à plier devant les revendications françaises en Italie. En cas de refus, sa seule échappatoire est l’entrée en guerre, solution aléatoire qui risquerait de renforcer son isolement. Pour accomplir les missions, il est nécessaire de disposer d’hommes de confiance, autant dire de fidèles et de protégés. Mais en plus, il faut leur assurer les moyens financiers pour œuvrer dans les meilleures conditions possibles. Si toutes les négociations ne débouchent pas sur de francs succès, l’étude du CAF semble montrer que les ambassadeurs sont payés très régulièrement durant le temps où Anne de Montmorency est au pouvoir. Certes, si l’on excepte la campagne 1536-1537, les années 1530 sont plutôt placées sous le signe d’une relative diminution des activités militaires. Mais il s’agit d’un choix, celui de privilégier les pressions diplomatiques tous azimuts à l’engagement guerrier incertain.

  • 111 CAF, 3837, 3859, 3922, 4034, 4035, 4036 4037, 4038, 4051, 4052, 4156, 4158, 4180, 4251, 4266, 4303 (...)
  • 112 A.C.C., série L, t. 5, fo 53 ; t. VII, fo 144 et 306 (27 avril 1530) ; t. XIII, fo 210 (24 février (...)
  • 113 CAF, 3518 (octobre 1529), 3563 (décembre 1529), 3617 (janvier 1530) et 3737 (juillet 1530).

59Pour l’année 1531, Lazare de Baïf, Jean-Joachim de Passano, Guillaume Du Bellay, M. de Morette, M. de Saint-Bonnet, Claude Dodieu, François de Dinteville, Jean Du Bellay, Gilles de La Pommeraie, Jean de Langeac reçoivent de l’argent pour leurs ambassades respectives111. Bien plus, d’août 1529 à juin 1530, Gilles de La Pommeraie effectue une mission auprès de Marguerite d’Autriche aux Pays-Bas. À huit reprises, il se plaint à Nicolas Berthereau qu’il manque d’argent112. Pour la même période, le CAF contient quatre mandements royaux ordonnant de délivrer à chaque fois 410 livres au plénipotentiaire afin qu’il puisse tenir son rang113. Or d’une part 410 livres constituent la somme exacte réclamée par M. de La Pommeraie ; d’autre part, les mandements datent d’octobre 1529, décembre 1529, février 1530 et juillet 1530. Aucun écu ne parvient à l’ambassadeur entre mars et juin 1530. Cela coïncide aux mois de réunion de la rançon royale. Cela correspond aussi aux mois pendant lesquels le grand maître est absent de la cour.

  • 114 ORF, IX, p. 720.
  • 115 Id., ordonnance 957, Villers-Côtterets, le 12 septembre 1539, p. 719-726.
  • 116 Ibid., domaine de Bretagne (ordonnance 838 du catalogue), enquête sur les revenus du domaine dans l (...)
  • 117 Relève des clercs commis depuis 1532 à la recette générale des deniers du roi (886).
  • 118 Ordonnance relative à l’établissement des rôles des compagnies d’ordonnance (945).

60Ces quelques exemples tendent à prouver l’étendue et les limites de l’action du connétable à la cour et au Conseil. Pour lui, réussites et échecs alternent jusqu’à la chute finale. Cependant, ce que les contemporains du connétable assimilent à un échec dans le domaine des affaires étrangères, ne doit pas cacher les réalisations intérieures. Celles-ci sont placées sous le double signe de l’ordre et du désir de rationnaliser l’action royale. Elles touchent essentiellement la justice et l’armée. 1532 est l’année de l’édit de Rouen concernant le fonctionnement de l’Épargne, mais c’est surtout l’année de l’annexion de la Bretagne. En 1534 sont créées les légions provinciales. En 1538, Anne de Montmorency reçoit l’office de connétable. Par ce geste, le roi entend récompenser un fidèle serviteur. Il donne aussi un chef à ses armées. L’année 1539 peut servir d’année-étalon. On ne retient généralement de cette année-là que la célèbre ordonnance dite « de Villers-Cotterêts ». Cependant, parallèlement, toute une série de décisions du Conseil révèlent une volonté de remise en ordre du royaume, « après tant de guerres, peines, travaulx et innumérables despences par nous soubstenues114 ». Elles sont récapitulées dans l’ordonnance du 12 septembre 1539, instaurant la commission royale chargée de représenter le souverain aux états provinciaux du Languedoc et d’imposer la province pour un montant de 328 840 livres115. Sont ainsi mentionnés les rappels de textes antérieurs sur « le faict de nostredict domaine et aydes116, sur aulcuns poinctz qui restoient encores à pouveoir en nosdites finances117 et sur le faict de nostre gendarmerie118 ».

Les limites du rayon d’action du connétable

  • 119 BnF, ms frçs 6637, fo 100.
  • 120 BnF, ms frçs 3012, fo 47.

61L’idée qui domine les paragraphes précédents pourrait faire croire à la toute puissance du connétable à la cour et au Conseil, une puissance établie par la bonne gestion de ses réseaux. Néanmoins, quelques exemples suffiront à écorner cette impression première, pour laisser entrevoir une réalité toute en nuance tenant compte des rapports de force du moment et des limites de la volonté politique. Anne de Montmorency jouit de la faveur royale pendant une vingtaine d’années globalement et de la confiance du roi dans sa capacité à diriger les affaires du royaume durant une décennie. Ses pouvoirs sont très importants. Pourtant, il demeure un serviteur du monarque et quand ce dernier lui écrit pour recommander quelqu’un, il entend être obéi. Lorsque François Ier demande à son « cousin » que « Jehan Poussin, présent porteur, soit continué en son estat de poyssonier de la royne, comme il estoit de la feue royne… et qu’il soit prefféré devant tous aultres119 », ou que « je veulx et entendz qu’il [Clément Marot] y soit mis aux gages contenus en son acquit de l’an passé120 », tout grand maître qu’il est, Anne de Montmorency s’incline.

  • 121 ORF, IX, ordonnance 958, p. 727-731. L’ordonnance est signée « par le roy, le seigneur de Montmoren (...)
  • 122 A.C.C., série L, t. IX, fo 151. La lettre écrite à Roanne, le 31 janvier 1530 et adressée à Nicola (...)

62Un autre exemple de limitation du pouvoir du connétable se présente en 1539. Une ordonnance, datée de Villers-Cotterêts du 19 septembre, institue une commission pour Audebert Catin, commis pour tenir le compte et payer les dépenses de la construction du « collège des trois langues121 ». Dans le cours du texte, on retrouve ce qui a fait préférer le dénommé Catin à tout autre personnage : « Il est bien requis commectre et depputer quelque bon et suffisant personnaige, savoir faisons que pour le bon et louable rapport qui faict nous a esté de la personne de nostre cher et amé Audebert Catin et de ses sens, suffisance, expérience au faict des finances, loiaulté, preudhommye et bonne diligence… » L’ordonnance précise aussi que les rôles, prix et marchés sont faits et arrêtés par Nicolas de Neufville (Villeroy) et Jean Grolier. Jusque-là aucune surprise. Villeroy et Grolier ont déjà été rencontrés dans les cercles gravitant autour du connétable. Quant à Audebert Catin, il s’agit du payeur de sa compagnie d’ordonnance122. Le système de protection et de faveur montmorencéen est donc bien en place… sauf que la construction projetée, à la place de l’hôtel de Nesles, n’a jamais vu le jour.

Le partage des faveurs

  • 123 CAF, respectivement 3880 et 3881 ; 3884 ; 3885.
  • 124 CAF, 4053 ; 4057 ; 4067.
  • 125 CAF, 4119.
  • 126 CAF, 4168.
  • 127 CAF, 4179.
  • 128 CAF, respectivement 9625 ; 9627 et 9636.
  • 129 CAF, 9672 et 9942.
  • 130 CAF, 9944, 10127 et 10305 (plus un don en faveur du duc : 10369).
  • 131 CAF, 9807, 10094, 10095, 10096, 10097, 10119, 10301, 10497, actes auxquels on peut ajouter le 9665 (...)

63Même au sommet de sa puissance, il doit composer avec les autres membres influents du Conseil. Quelques exemples pris au cours de la décennie 1530 retiennent l’attention. Sur les 12 actes datés du 12 mars 1531, deux le sont en faveur du grand maître de Rhodes (Charles de Villers de L’Isle-Adam, un cousin d’Anne de Montmorency), mais un don est accordé à la requête de l’amiral et un autre à Pierre des Monts, sommelier de paneterie de bouche de Madame123. Sur les 19 actes émis par la chancellerie le 2 juin 1531, l’un l’est en faveur d’un protégé du cardinal de Tournon, un autre en faveur du lieutenant de la compagnie de l’amiral et un troisième d’un serviteur du cardinal de Lorraine124. Le 26 juin, un mandement intime l’ordre de payer la somme de 1 000 livres à 14 Italiens qui retournent au-delà des monts, selon une requête présentée par l’amiral125. Le 22 juillet, Martin du Theil, gentilhomme de la vénerie sous M. de Guise reçoit un don de 100 écus à prendre sur les deniers provenant des offices126. Le 24 juillet 1531, parmi 7 actes, dont deux récompensant Aimery de Bazillac et l’octroi en faveur de François de Dinteville de 2 400 livres pour se rendre à Rome, on remarque un don de 1 000 livres en faveur du sieur de Vatilieu, lieutenant de la compagnie de l’amiral127. Même en 1538, année de l’accession à la connétablie, le partage des faveurs est de règle. Le 7 février, la cour est à Moulins. Sur 16 actes, 13 constituent des dons royaux. Un seul est accordé après requête d’Anne de Montmorency, mais deux le sont à la sollicitation du cardinal Du Bellay128. La même année, alors que 7 dons touchent des serviteurs du connétable (et désignés comme tels) et que 7 faveurs sont accordées à sa requête, 2 le sont à celle de l’amiral129, 3 à celle des Guise130, tandis que 8 dons sont octroyés à la duchesse d’Etampes131.

  • 132 ORF, VIII (1537-1538), p. 342.

64Pour tenter d’expliquer l’avalanche de faveurs dont bénéficient les proches conseillers royaux, deux interprétations sont possibles. Soit le roi, submergé par les demandes, les requêtes réitérées et multiples, cède devant ce qui s’apparente à un chantage affectif. Pour corroborer cette hypothèse, on peut citer des exemples d’offices ou de bénéfices accordés à deux personnages. Mais au regard de la masse des sollicitations, le phénomène reste marginal. Soit, le monarque contrôle le système en prenant soin de lui-même ménager les équilibres, ou, le cas échéant de rééquilibrer les forces en créant des contrepoids. Quelle que soit leur nature, tous les documents le rappellent constamment : c’est le roi qui choisit. Ce choix est exprimé de manière formelle dans les édits et les ordonnances : « Avons de nostre propre mouvement, certaine science, plaine puissance et auctorité royal, et par l’advis et délibération d’aucuns princes de nostre sang, seigneurs et autres notables personnaiges de nostre Conseil privé estans lez nous132… »

  • 133 A.C. Toulouse, série AA 3-346, le 3 août 1533.
  • 134 Id., AA 40-14, le 21 septembre 1533.
  • 135 Id., AA 13-242 et 243, lettres des 21 et 26 mai (Tournon) et 8 janvier (Montmorency).

65Ce système bicéphale se rencontre aussi à propos d’affaires moins importantes comme le suggèrent quelques exemples toulousains. Lorsque François Ier restitue symboliquement les clefs de la ville aux Capitouls, il le fait en présence du cardinal de Lorraine et du grand maître133. Le mandement royal autorisant les mêmes Capitouls à lever un impôt pour rembourser les frais de l’entrée royale est octroyé en présence du chancelier Duprat et du grand maître134. Enfin, en 1537, lorsque Laurent Delvigna et Bernard Uguessoni, deux marchands florentins, ont besoin de sauf-conduits pour se rendre en Espagne, le cardinal de Tournon recommande les deux hommes en adressant une lettre aux Capitouls et une autre à l’archevêque de Bordeaux, tandis que les passeports ont été accordés par Anne de Montmorency135.

Conclusion

  • 136 Francis Decrue, op. cit., p. 246 sq.

66Même au moment de sa plus grande influence, Anne de Montmorency est donc loin d’avoir été l’unique intermédiaire entre le roi et le reste de la cour et des personnels intéressés au pouvoir. Le roi, séduit par le sérieux qu’il apporte au règlement des affaires et par son autoritarisme, accepte de lui confier les rênes du gouvernement du royaume afin de mettre en œuvre une politique davantage portée sur l’action diplomatique que sur l’engagement militaire. À partir de 1530-1531, devenu le principal, mais non le seul, conseiller royal, Anne de Montmorency tente d’instaurer un statu quo en Italie entre son maître et l’empereur, à l’heure même où un double péril menace les monarchies européennes. D’un côté, il faut lutter contre l’expansion de la Réforme politico-religieuse venue d’Allemagne. D’un autre, il convient d’enrayer le grignotage turc en Méditerranée occidentale. Seule la concorde rétablie entre les deux grandes puissances catholiques du moment pourrait conjurer les périls. La politique étrangère du connétable rend compte d’une double nécessité. S’il faut peser sur la décision impériale de donner Milan à l’un des fils du François Ier, au besoin en lâchant les alliés traditionnels du roi de France, ce dernier ne peut en aucun cas trop affaiblir Charles Quint au risque de déclencher une réaction en chaîne aux effets incontrôlables. Les adversaires du connétable ont beau l’accuser de pusillanimité, c’est lui qui, avec l’assentiment royal, impose ses choix dictés par une stratégie de remise en ordre, tant à l’extérieur du royaume, qu’à l’intérieur. Pour conduire cette politique, le connétable doit s’assurer du contrôle des principaux rouages de l’État que sont la cour, les armées, les finances, la justice et la diplomatie. Dans une société où les rapports d’homme à homme fondés sur le respect du droit féodo-vassalique sont encore présents et fort actifs, où les ancêtres servent de cautions morales aux vivants et où la dilatation de la notion de parentèle n’a d’égale que sa puissance, le connétable est idéalement placé pour parvenir au faîte du pouvoir et s’y maintenir. En outre, pour celui qui atteint le sommet de la direction des affaires du royaume, le système de la faveur royale déclenche une synergie qui consolide la position de celui qui en jouit, à condition de ne pas rompre trop brutalement les équilibres qui régissent la vie de la cour. Trois types de rupture existent. Dans le premier cas, une coalition des laissés pour compte de la faveur se forme à un moment de faiblesse du favori. Cela se présente en 1530 avec la tentative de déstabilisation suscitée par l’amiral Chabot, soutenu discrètement par Duprat. À cette date, les fils du roi sont trop jeunes pour prétendre à jouer un rôle quelconque. Dans le deuxième cas, une force nouvelle émerge. À partir de 1534-1535, le dauphin François, né en 1518, entend bien jouer un rôle politique136. Même intrusion à partir de 1540-1541, quand le dernier fils du roi, Charles, duc d’Orléans, né en 1522, amorce à son tour son entrée dans les affaires. Dans le dernier cas, les deux premiers phénomènes se conjuguent. En 1535, derrière le dauphin se profilent sa tante, l’amiral, le cardinal chancelier et Tournon. Son décès à l’été 1536 interrompt le processus. En revanche, en 1541, Charles vit suffisamment longtemps pour appuyer les prétentions de la coalition hétéroclite des belliqueux qui s’oppose au connétable et pour aider à son triomphe, en 1541, sur « l’impérialiste » Montmorency. 1530, 1535, 1541, trois moments où la carrière de conseiller d’Anne de Montmorency vacille.

  • 137 Id., p. 403-404.

67À la fin de son étude sur le connétable, Francis Decrue donne les quatre grandes thèses avancées pour expliquer la disgrâce de 1541, soit : les ambitions de la duchesse d’Etampes, la jalousie du roi pour la reine, l’amitié du dauphin Henri et l’échec de la politique étrangère137. Après analyse, il serait possible de suggérer que la politique extérieure ne constituerait que la partie visible d’une histoire de règlements de comptes entre conseillers qui plongerait ses racines dans les rivalités de cour, pour le plus grand profit du souverain qui demeurerait, en dernier ressort, le maître du jeu.

Notes

1 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1908-1919, t. II, p. 290.

2 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. III : « Grands capitaines françois », p. 337.

3 Léon Mirot, « L’hôtel et les collections du connétable de Montmorency », Bibliothèque de l’École des Chartes, no 79, 1918, p. 310 sq. et no 80, 1919, p. 152 sq. On trouve aussi une présentation d’ensemble dans Brigitte Bedos Rezak, Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990, troisième partie : « L’homme de culture ».

4 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 251.

5 Brantôme, op. cit., p. 194.

6 Dix-sept précisément. Le premier Montmorency attesté est Bouchard le Barbu, décédé au milieu du Xe siècle. Suivent Bouchard Ier, Bouchard II, Hervé, Bouchard III, Mathieu Ier, Bouchard IV, Mathieu II, Bouchard V, Mathieu III, Mathieu IV, Jean Ier, Charles, Jacques, Jean II, Guillaume et Anne.

7 Avec une période de flottement cependant entre le traité de Troyes et l’épopée de Jeanne d’Arc.

8 Sur Guillaume de Montmorency, voir Mikhael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, p. 1228-1272.

9 Anne « portoit le nom d’Anne pour estre filleul de ceste brave Anne de Bretagne, reyne de France ». Brantôme, op. cit., t. III, p. 294-295.

10 Registres des délibérations du bureau de la Ville de Paris, t. 1 (1499-1526), p. 144-145, 191, 200-201. Il prête aussi de l’argent au roi (id., p. 81).

11 La charge de chevalier d’honneur de la Maison de la reine est l’équivalent de celle de grand maître dans la maison du roi. Comptes de Louise de Savoie (1515, 1522) et de Marguerite d’Angoulême (1512, 1517, 1524, 1529, 1539), publiés par Abel Lefranc et Jacques Boulanger, Paris, 1905, p. 1 et 10.

12 Francis Decrue, De concilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 36, 37 et p. 67.

13 Registres, op. cit., p. 284.

14 Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 361.

15 Claude Tiévant, Le gouverneur du Languedoc pendant les premières guerres de religion (1559-1574). Henri de Montmorency-Damville, Paris, 1993, p 82-86.

16 Étienne Moreau-Nélaton, Histoire de Fère-en-Tardenois, Paris, 1911, p. 212 sq.

17 Francis Decrue, op. cit., p. 39-41. ORF, VI, 546, p. 116-122 ; VII, 672, p. 168-172.

18 Depuis la fin du XVe siècle, les Montmorency portent le titre de baron, mais ne possèdent pas la seigneurie en totalité.

19 Selon François Ier, « Compiègne est la clef de France et la chambre royale », Jean-Claude Blanchet et al., Histoire de Compiègne, Dunkerque, 1988, p. 99.

20 BnF, ms frçs 6695-21, le parlement au grand maître, Paris, le 10 avril, s. d. La lettre est signée par M. de Vrignolle.

21 Mickael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, 2 vol., p. 1238.

22 Id., p. 1239.

23 Id.

24 Ibid., p. 1240.

25 Pour tous les liens maritaux, se reporter à Michel Popoff(éd.), Prosopographie du parlement de Paris (1266-1763), Paris, 1996, André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les Notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978 et Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, 1993.

26 A.C.C., série B, cartons 117, 118, 119, 124, 128 et 129 ; série BA, cartons 21, 26, 29, 31, 32, 36, 37, 38, 40, 42, 43, 49, 51, 52, 53 et 55, et registres 104a20, 114a20, 115c2, 115c3 et 115e4.

27 Sylvie Charton-Le Clech, op. cit., p. 320. La carte des implantations des familles de notaires et secrétaires du roi en Île-de-France fait apparaître trois « pôles d’attraction » : deux royaux, Fontainebleau et Saint-Cloud, et Chantilly.

28 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 120-121.

29 Nicolas Berthereau, le sécrétaire particulier du connétable, le devient en 1531.

30 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France, à la cour, aux Armées et au Conseil du Roi François Ier, Paris, 1885 (reprint, Genève, 1978), p. 143.

31 A.C.C., série L, t. III, fo 236. Sur le rôle de l’évêque d’Autun, Jean Giono, Le désastre de Pavie, Paris, 1960, p. 47 et 51 et Denis Crouzet, Le connétable de Bourbon, Paris, 2003, p. 353 et 389-392.

32 A.C.C., série L, t. III, fo 259 et t. IV, fo 161.

33 Hélène Michaud, op. cit., p. 63-65.

34 Pour le parlement de Toulouse : A.C.C., série L, t. X, fo 20 (Pantaléon Joubert) ; pour celui d’Aix : t. VII, fo 221, t. X, fo 298 et t. XI, fo 130 (Pons Bruni), t. VI, fo 140, 142 et 146 (François Forbin), t. XI, fo 193 et 210, t. XIV, fo 199 et t. XV, fo 124 (Fouquet Fabri).

35 Brigitte Bedos Rezak, op. cit., p. 27, 29 et 30.

36 Philippe Hamon, L’argent du roi, op. cit., p. 375. Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951, p. 80.

37 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 40 (liste des présents au Conseil pour l’année 1528).

38 Détail des travaux dans BnF, ms frçs 2976, fo 53-54 (Villeroy au grand maître, Paris, 13 août 1530). Schéma de l’enfilade dans Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 72 et 78.

39 Id., p. 78.

40 Ibid., p. 79 et fig. 3 p. 68.

41 Ibid., p. 24 et 150.

42 ORF, V, p. 157 et 158.

43 BnF, ms frçs 5501, fo 109. Cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 345, n. 142.

44 A.C.C., série BA, carton 26, foi et hommage de Poncher ; carton 52 et 115 pour Longuejoue ; Registre 115C4 pour Pierre de Garges.

45 Brantôme, op. cit., t. III, p. 154-155. L’auteur attribue ces paroles à son grand-père, André de Vivonne.

46 Robert Knecht, op. cit., p. 251 sq. Jean Jacquart, François Ier, p. 195 sq.

47 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Marcel Mauss, sociologie et anthropologie, Paris, 1950 (rééd. 1999), coll. « Quadrige », p. 145-284 ; Nathalie Zemon Davis, Essai sur le don au XVIe siècle, Paris, 2003.

48 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in seventeenth Century France, Oxford-New York, 1986.

49 CAF, 2994.

50 Id., 4039 (Menville), 4154 (Fourmillon), 4148 et 4198 (Tavelli), 4156 (Davant), 4175 et 4181 (Bazillac).

51 Ibid., 5408.

52 Ibid., 5944.

53 Ibid., 10160 (de Garges), 10259 (Le Rouillé), 10282 (Berthereau) et 10146 (Carruel).

54 Ibid., 10710 (de Gordes), 10814 (Duthier), 10892 (Le Gros), 11288 (Carruel).

55 Ibid., 11678.

56 Ibid., 5703, 5704 et 5705, 6951, 6952 et 6953.

57 BnF, Clairambault 244 « Montres pour les années 1517-1519 », fo 825 (première montre pour la compagnie d’Anne de Montmorency). Clairambault 250 « Montres des années 1527-1529 », fo 1077. Clairambault 251 « Montres des années 1529-1530 », fo 1119, 1123. Charles de Magny appartient aussi à la compagnie du grand maître.

58 Thierry Rentet, « Network Mapping : Ties of Fidelity and Dependency among the Major Domestic Officers of Anne de Montmorency », French History, vol. 17-2, p. 109-126.

59 A.C.C., série BA, registre 19G23, chapitre « dépenses des gages et pensions des officiers ».

60 CAF, III-10 259 et Hélène Michaud, op. cit., p. 80.

61 A.C.C., série L, t. VII, fo 170.

62 Liste établie à partir de BnF, ms frçs 21449 « Officiers et domestiques de la Maison de François Ier (1516-1534) » et 21450 « Officiers et domestiques de François Ier et Henri II (1536-1549) », Clairambault 835 « officiers des maisons des rois de Louis XI à Henri II », et Comptes de Louise de Savoie, op. cit.

63 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique des lettres de Marguerite de Navarre, Paris, 1930.

64 Titre que Louise de Savoie et Marguerite lui donnent depuis son mariage avec Madeleine de Savoie.

65 Pierre Jourda, Répertoire, op. cit., lettres 574, 627 et 723.

66 Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, op. cit., chap. ix.

67 Id., p. 262 sq.

68 Thierry Rentet, Anne de Montmorency, grand maître de François Ier, Rennes, PUR, 2001, p. 314 sq.

69 A.C.C., série L, t. XIII, fo 122 (6 juin 1528), XV-147 (9 août 1529), IX-149 (29 janvier 1530), XIV-147 (15 juillet 1530), IX-114 (9 août 1530), XII-202 (28 octobre 1530), XI-169 (2 décembre 1530) et XV-58 (13 décembre 1530).

70 Philippe Hamon, L’argent du roi, op. cit, p. 54.

71 Liste des ambassadeurs et résidents, CAF, t. IX, p. 8-84.

72 Lucien Pinvert, Lazare de Baïf, Paris, 1900.

73 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529), pub. par Victor-Lucien Bourrilly et Pierre de Vaissière, Paris, 1905. Il faut ajouter une lettre à Berthereau.

74 Victor-Lucien Bourrilly, Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris 1905, p. 93-94. L’auteur a recensé 54 lettres écrites par Jacques Colin entre 1526 et 1536, dont 29 à Anne de Montmorency et 14 à Berthereau.

75 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes (1491-1547), Paris, 1997, p. 632-633. Le rôle de la compagnie Montmorency effectué à Ardres le 22 juin 1520, révèle un « Gilles de La Pommeraye » parmi les trente archers de celle-ci. Mais peut-être ne s’agit-il que d’un homonyme. BnF, Clairambault 245, fo 829.

76 À la même époque, le lieutenant du capitaine de Saint-Malo est François Guérin, sieur de Poisieux qui a été lieutenant de la compagnie Anne de Montmorency entre 1520 et 1525. Fleury Vindry, Dictionnaire de l’État-Major français au XVIe siècle, Paris-Bergerac, 1901, t. II, p. 340-341.

77 Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers des finances de la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 42.

78 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, 2008, p. 133-145.

79 Série BA, carton 29, fief de Margency ; Série BB, registre 107D33 « Comptes de la seigneurie de Villiers-le-Bel pour l’année 1531 ».

80 BnF, ms frçs 6637, fo 118 « parties ordonnées aux personnaiges cy après nommez faisant le voiage d’Angleterre en compaignye de M. de grant maistre ». La « compaignye » compte aussi dans ses rangs Hubert, joueur de luth et « l’escuyer Vespasian Calvoysin pour aller achepter des jumens en Angleterre et Hyrlande ». Le même Calvoisin reçoit 300 écus « à prendre sur les deniers des offices pour l’aider à s’entretenir au service du roi ». CAF, 4096, Chantilly, le 18 juin 1531. Dans leurs mémoires, les frères Du Bellay mentionnent la présence de Guigues Guiffrey, sieur de Boutières, lequel ne figure pas sur le rôle. Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. II, p. 30-31.

81 À la génération suivante, Antoine d’Alègre est enseigne dans la compagnie de l’amiral de Coligny, Pierre de la Rochebaron est enseigne dans celle de la Rochepot et Claude de La Châtre commence sa carrière comme page du connétable, puis comme archer dans sa compagnie, tandis que Gaspard de La Châtre, fils de Joachim, appartient à la compagnie Thoré, l’un des fils du connétable, cependant qu’Oudart d’Illiers, fils de Charles, sert dans la compagnie de Martin Du Bellay, lequel a été successivement guidon puis lieutenant à la compagnie La Roche du Maine qui a lui-même servi en qualité d’archer, puis de guidon et enfin de lieutenant dans celle du duc d’Alençon. Fleury Vindry, Dictionnaire, op. cit., t. II, p. 159, 355, 31, 353, 49-50.

82 Francis Decrue, Anne de Montmorency, op. cit., p. 140.

83 Id., p. 141.

84 A.C.C., série L, t. X, fo 119. La lettre est reproduite dans l’article de Léopold Delisle, « Traductions d’auteurs grecs et latins offertes à François Ier et à Anne de Montmorency par Étienne Le Blanc et Antoine Macault », Journal des savants, septembre 1900, p. 529-532.

85 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 205.

86 Honorat de Valbelle, Histoire journalière (1498-1539), texte établi par V-L Bourrilly, R. Duchêne, L. Gaillard et C. Rostaing, Aix, 1985, t. 1, p. 259.

87 CAF, 3565.

88 Id., 3452.

89 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. III, p. 247.

90 ORF, t. IX (1538-1539), ordonnance 890, p. 283-287. Siresmes est envoyé le 17 décembre 1538 en Espagne (CAF, 31214), revient en France le 17 janvier 1539 (BnF, ms frçs 3916, fo 234-237).

91 Francis Decrue, op. cit., p. 365 et 372.

92 CAF 20702, Vincennes, 4 mars 1534 : réception du serment de fidélité de Mathieu de Longuejoue évêque de Soissons pour le temporel dudit évêché. Trois en plus tard, René Le Rouillé devient évêque de Senlis. CAF 21201, Chantilly, 4 février 1537 : serment de fidélité de René le Rouillé, évêque de Senlis, pour le temporel de son évêché.

93 Francis Decrue, Anne de Montmorency, op. cit., p. 15.

94 Après un passage parmi les officiers du dauphin François, il apparaît sur la liste des pensionnés de la mère du roi entre 1496 et 1518, avant de parvenir à l’office de maître d’hôtel du roi de 1526 à sa mort en 1536. BnF, Clairambault 835, fo 1961-1972 (officiers du dauphin François), fo 1935-1959 (officiers de Louise de Savoie) et fo 2077-2161 (officiers de François Ier).

95 Ibid., p. 225. Le « jeune Piquet » est en fait Antoine de Bussy, nommé le 19 mars 1536 (CAF, 8363). Il était seigneur de Lamorlaye, fief dépendant de Chantilly.

96 Ibid., p. 254-255.

97 Ibid., p. 273.

98 Les noms de Gramont, Tournon et Montpezat sont cités, mais moins fréquemment que les trois autres.

99 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., t. II, p 133.

100 Jean de l’Isle est aussi enseigne dans la compagnie La Rochepot, le frère du connétable. À la génération suivante, son fils Claude est successivement guidon des compagnies Méru et Damville, deux fils du connétable. Fleury Vindry, Dictionnaire, op. cit., t. II, p. 354-355 et 348-349.

101 A.C.C., série A, carton 2 « Dépenses de maisons, pensions (1527-1534) » et série BA, registre 104D32. La terre de Boran se trouve à 8 km à l’ouest de Chantilly, une distance qui facilite les allers-retours.

102 Francis Decrue, Anne de Montmorency…, op. cit., p. 172-173.

103 Jean Du Bellay, Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1257-février 1529), publié par Victor-Lucien Bourrilly et Pierre de Vaissière, Paris, 1905, lettre 86, p. 236-237.

104 Jean Du Bellay, Ambassades…, op. cit., lettre 168, p. 473.

105 BnF, Dupuy 537, fo 51. Citée par Victor-Lucien Bourrilly, Jacques Colin, Genève, 1970 [Paris, 1905], p. 98.

106 Relation des ambassadeurs italiens sur les affaires de France au XVIe siècle (trad. N. Tommaseo), Paris, 1838, t. 1, p. 55 et 79.

107 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, 2000, p. 271-275.

108 « Le grand maître a toujours été pour la paix avec l’empereur, il n’a jamais permis qu’on en vint aux armes et n’a jamais voulu de l’alliance avec les princes allemands. » Relation des ambassadeurs, op. cit., t. 1, p. 107.

109 Michel François, Le cardinal de Tournon (1489-1562), Paris, 1951, p. 178.

110 Francis Decrue, De Concilio, op. cit., p. 41. En 1535, l’ambassadeur vénitien écrit que « le chancelier [Du Bourg], l’évêque de Soissons [Iverny], le président Poyet siègent dans le Conseil ; mais nul d’entre eux n’a encore acquis une grande réputation dans le maniement des affaires, qui restent aux mains du grand maître et de l’amiral ». Nicolas Tommaseo, Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Paris, 1838, I, p. 107.

111 CAF, 3837, 3859, 3922, 4034, 4035, 4036 4037, 4038, 4051, 4052, 4156, 4158, 4180, 4251, 4266, 4303 et 4340.

112 A.C.C., série L, t. 5, fo 53 ; t. VII, fo 144 et 306 (27 avril 1530) ; t. XIII, fo 210 (24 février 1530), 217, 244 et 251 (21 mai 1530) ; t. XIV, fo 89.

113 CAF, 3518 (octobre 1529), 3563 (décembre 1529), 3617 (janvier 1530) et 3737 (juillet 1530).

114 ORF, IX, p. 720.

115 Id., ordonnance 957, Villers-Côtterets, le 12 septembre 1539, p. 719-726.

116 Ibid., domaine de Bretagne (ordonnance 838 du catalogue), enquête sur les revenus du domaine dans les pays conquis (862), retour au domaine des dons (919), inaliénabilité du domaine (930), terres vacantes en Languedoc (935), dons d’amendes et confiscations (938), et terrier en Provence (948).

117 Relève des clercs commis depuis 1532 à la recette générale des deniers du roi (886).

118 Ordonnance relative à l’établissement des rôles des compagnies d’ordonnance (945).

119 BnF, ms frçs 6637, fo 100.

120 BnF, ms frçs 3012, fo 47.

121 ORF, IX, ordonnance 958, p. 727-731. L’ordonnance est signée « par le roy, le seigneur de Montmorency, connestable » et paraphée par Bochetel.

122 A.C.C., série L, t. IX, fo 151. La lettre écrite à Roanne, le 31 janvier 1530 et adressée à Nicolas Berthereau. Catin y cite le « trésorier Grolier ». Les deux autres lettres de Catin conservées dans la même série (t. IX, fo 81 et t. X, fo 293) sont aussi relatives à la compagnie d’ordonnance d’Anne de Montmorency.

123 CAF, respectivement 3880 et 3881 ; 3884 ; 3885.

124 CAF, 4053 ; 4057 ; 4067.

125 CAF, 4119.

126 CAF, 4168.

127 CAF, 4179.

128 CAF, respectivement 9625 ; 9627 et 9636.

129 CAF, 9672 et 9942.

130 CAF, 9944, 10127 et 10305 (plus un don en faveur du duc : 10369).

131 CAF, 9807, 10094, 10095, 10096, 10097, 10119, 10301, 10497, actes auxquels on peut ajouter le 9665 qui concerne le frère de la duchesse.

132 ORF, VIII (1537-1538), p. 342.

133 A.C. Toulouse, série AA 3-346, le 3 août 1533.

134 Id., AA 40-14, le 21 septembre 1533.

135 Id., AA 13-242 et 243, lettres des 21 et 26 mai (Tournon) et 8 janvier (Montmorency).

136 Francis Decrue, op. cit., p. 246 sq.

137 Id., p. 403-404.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540