Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Deuxième partie. L’ère Montmorency

Introduction. Le Conseil de François Ier (1531-1541)

Thierry Rentet

Texte intégral

1La décennie 1530 coïncide avec l’arrivée aux commandes des affaires du royaume d’une génération de quadragénaires dont le plus éminent représentant est Anne de Montmorency. En 1531, de tous les « poids lourds » du Conseil du début du règne, seuls subsistent le chancelier Duprat dont l’influence politique est limitée et la mère du roi, Louise de Savoie. Si le premier s’étiole lentement jusqu’en 1535, la seconde meurt au printemps 1531, quelques mois après Marguerite d’Autriche, l’autre grande figure des négociations de paix de Cambrai de 1529. Autrement dit, François Ier doit trouver la personne idoine capable de poursuivre la dynamique politique insufflée à Cambrai afin de la conduire à son terme logique de partage de pouvoir en Europe entre les deux beaux-frères que sont François Ier et Charles Quint. Or à cette date, le roi de France ne dispose que d’un seul conseiller d’envergure favorable au compromis : Anne de Montmorency. Celui-ci, sans posséder de compétences spécifiques, pas même dans le domaine militaire malgré son office de maréchal de France qu’il abandonne en 1538 pour celui de connétable, incarne aux yeux de ses contemporains un certain nombre de vertus telles que la discipline, la rigueur, le travail, la fermeté. Le tout assis sur une fidélité sans faille au service du souverain.

2Aucune fulgurance donc, mais l’assiduité aux séances du Conseil, mise en avant par les rapports des ambassadeurs, renforcée par la possibilité de faire entrer dans l’instance de décision suprême des serviteurs dévoués, capables de relayer et d’exécuter des ordres et des lignes de conduite émanant du principal conseiller et avalisés par le monarque. Il est possible d’identifier parmi les conseillers à l’œuvre tout au long de la décennie 1530 (et au-delà pour certains) des hommes qui ne cachent pas leur appartenance à la mouvance montmorencéenne. Parmi les secrétaires, Jean Breton, seigneur de Villandry, Guillaume Bochetel et Jean de Neufville, seigneur de Villeroy sont des affidés du connétable. Les chanceliers Antoine Du Bourg et Guillaume Poyet surtout, ainsi que le garde des sceaux Mathieu de Longuejoue, seigneur d’Iverny et évêque de Soissons, lui sont redevables de leur promotion. Même chose pour les prélats Du Bellay, de Gramont et de Denonville, dont les chapeaux cardinalices ont des reflets cantiliens. Le cardinal de Tournon qui a la haute main sur les finances royales, sait que le nerf de la guerre ne se porte jamais mieux que lorsque le royaume est en paix. Quant au cardinal Jean de Lorraine, il n’est pas sans se souvenir qu’en 1528, Anne de Montmorency s’est entremis pour éviter que son frère Claude, comte de Guise, ne subisse le courroux royal dans une histoire de levée illicite de lansquenets. Incarnation du rapprochement franco-impérial, la reine Éléonore ne peut qu’acquiescer et encourager la politique conciliatrice engagée par celui qui a guidé ses premiers pas de nouvelle souveraine sur le sol français à l’été 1530. La reine de Navarre et son mari, Henri d’Albret, espèrent recueillir par contrecoup des bienfaits de la politique menée en tablant sur la récupération de la Navarre espagnole confisquée par le grand-père de Charles Quint en 1512.

3En ce début de décennie, même les adversaires plus ou moins déclarés font profil bas. L’amiral Chabot et Anne de Pisseleu attendent le faux pas et misent sur l’avenir en fondant leurs espérances sur le moment où le dauphin François ne manquera pas d’affirmer sa présence au Conseil en s’opposant au principal conseiller de son père.

4Maître du Conseil étroit après le roi, Anne de Montmorency n’en bouscule pas les usages. Son office de grand maître de France lui permet de multiplier les occasions de s’entretenir avec le roi. Entre 1515 et 1519, Artus Gouffier avait exercé le même cumul, mais sur une période beaucoup plus courte. Ce qui semble prévaloir chez Montmorency est la continuation du double objectif de poursuite du travail d’harmonisation et de remise en ordre des organes de la monarchie et d’application du principe d’autorité. Le tableau ci-dessous résume cette double tendance.

Période

Janvier 1515-juin 1530

Juillet 1530-novembre 1539

Justice

2

5

Luthériens

2

8

Vagabonds

3

4

Armée

8

15

Finances

8

12

Monnaie

9

4

Domaine

13

10

TOTAL

45

48

Nombre d’ordonnances royales regroupées par grands thèmes avant et pendant la période de gouvernement d’Anne de Montmorency (source : ORF).

5En tenant compte du caractère incomplet de la collection des Ordonnances du règne de François Ier (elle s’arrête en 1539 et ne prend en compte qu’une partie des décisions prises lors des séances du Conseil) et du découpage inégal des périodes, plusieurs éléments ressortent du tableau. D’une part, le travail du Conseil connaît une inflation croissante au fil du règne. Les ordonnances ne constituent alors que l’une des expressions de l’augmentation du labeur fourni par la chancellerie royale. D’autre part, en reprenant un à un les sept grands thèmes régaliens présentés, on s’aperçoit : que l’organisation de la justice royale est renforcée, avec pour point d’orgue la grande ordonnance sur le fait de la justice signée en août 1539 à Villers-Cotterêts ; que la lutte contre les « luthériens », perturbateurs religieux, politiques et sociaux du repos du royaume, s’amplifie ; que la répression du brigandage et du vagabondage, entamée à partir de 1523, s’accentue ; que la réorganisation des armées royales centrée sur l’amélioration du fonctionnement des compagnies d’ordonnance et la création des légions provinciales progresse énormément, dans l’optique d’éviter la réitération des catastrophes militaires des années 1525-1529 ; que la reprise en main des finances et la lutte contre les malversations des manieurs d’argent demeure une constante ; que les problèmes liés aux frappes et à la circulation des monnaies semblent moins prégnants ; et enfin, que les vaines tentatives de contrôler, voire de supprimer, les aliénations du Domaine demeurent de l’ordre du vœu pieux.

6Au final, sous la férule d’Anne de Montmorency, le Conseil royal semble accroître ses capacités de fonctionnement. Ceci est facilité, il est vrai, par l’intermède pacifique des années 1529-1536 et la concentration des tâches aux mains de techniciens généralement dociles, obéissants aux directives données par le principal conseiller dans le but de parvenir à imposer pacifiquement, tant que faire se peut, un règlement du contentieux franco-impérial.

7Période cruciale pour la carrière des honneurs dans la vie d’Anne de Montmorency, les années 1530 annoncent les perfectionnements du fonctionnement du Conseil qui interviendront sous le règne d’Henri II. L’impulsion donnée par une longue décennie d’exercice d’un pouvoir sans partage et presque sans nuage, ne souffrira même pas de la disgrâce du connétable intervenue en 1541.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540