Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les nouveaux conseillers

Odet de Foix, vicomte de Lautrec (v. 1483-1528)

Cédric Michon

Texte intégral

Le parcours d’un guerrier

  • 1 La maison de Foix connaît alors quatre branches collatérales : celles de Foix-Grailly, de Foix-Lau (...)
  • 2 Grand-sénéchal de Guyenne dès 1505 (BnF, ms frçs 27659, pièce 354), il est capitaine de 50 lances, (...)
  • 3 Augustin Renaudet (éd.), Le concile gallican de Pise-Milan, Paris, Champion, 1922, p. 234 et 242.
  • 4 Bertrand de Chanterac, Odet de Foix, vicomte de Lautrec, Paris, 1930, p. 22-23.
  • 5 Jean Barrillon, Journal, Pierre de Vaissière (éd.), Paris, 1897, p. 8-10.
  • 6 CAF, I, 44, 259.
  • 7 Francis Decrue, De Consilio Regis, Paris, 1885, p. 37 et Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532,(...)
  • 8 AN, J 661, no 3 (voir aussi CAF, I, 152, 26).
  • 9 CAF, V, p. 289. À cette occasion, ses relations avec le maréchal Trivulce se caractérisent par une (...)
  • 10 Ibid., p. 37.
  • 11 Ibid., p. 38-40.
  • 12 BnF, ms frçs 4791, fo 1 (contrat de mariage de Lautrec). À cette occasion, le roi lui fait don de (...)

1Odet de Foix, vicomte de Lautrec (v. 1483-1528), appartient à l’une des branches collatérales de la maison de Foix dont la ligne directe s’est éteinte avec Gaston Phoebus, mort sans postérité légitime en 13911. Cette branche des Foix-Lautrec a été fondée par un frère cadet de Gaston IV de Foix-Grailly, Pierre, vicomte de Lautrec, mort en 1454. Notre Odet est le fils de Jean de Foix et de Jeanne d’Aydie. C’est avant tout un guerrier, qui, comme son cousin Gaston, duc de Nemours (1489-1512), se distingue à la prise de Gênes en 1507 et à Agnadel en 15092. C’est lui qui, en octobre 1511, est chargé d’assurer la sécurité du concile dissident réuni à Pise3. Très grièvement blessé à Ravenne, il prend pourtant dès l’automne 1512 le commandement de l’armée lancée à l’assaut de la Navarre. Cette campagne constitue une étape essentielle de sa carrière puisqu’en dépit de l’échec qui la conclut, elle est l’occasion pour lui de nouer des liens étroits avec le jeune François d’Angoulême, sous l’autorité théorique duquel est placée l’armée4. Aussi, deux ans plus tard, à l’accession du nouveau roi, les récompenses ne tardent pas. Il se partage ainsi avec René de Savoie, les deux Gouffier et La Palisse, des gratifications multiples et considérables d’une valeur de près de 200 000 livres tournois5. Il est ensuite successivement fait maréchal de France et gouverneur de Guyenne6. Le roi le fait également entrer au Conseil tandis que l’ambassadeur de Venise le signale comme étant l’un de ceux qui a le plus d’influence sur l’esprit du roi7. Le 5 février 1515, il est aux côtés de Duprat, Jean d’Albret, René de Savoie et Ymbert de Batarnay lors des négociations pour le mariage de Renée de France et de Charles de Gand8. Il participe ensuite à la campagne du Milanais au terme de laquelle il est nommé gouverneur, en avril 15169. Pour renforcer sa position, il envisage en 1517 un mariage avec Philiberte de Savoie, sœur de Louise, allant même jusqu’à quitter Milan et à se rendre à la cour pour finaliser ce projet. Mais le duc de Savoie s’y oppose car il pense donner sa sœur au roi du Portugal10. Lautrec a alors le projet d’épouser sa cousine Germaine de Foix, sœur de Gaston (tué à Ravenne) et veuve de Ferdinand d’Aragon. Cette fois-ci, c’est le roi d’Espagne qui s’y oppose11. Il épouse donc finalement Charlotte d’Albret, fille du sire d’Orval, le 1er mai 152012. Cette carrière assez brillante s’explique sans doute avant tout par la vertu guerrière de Lautrec. On ne peut exclure toutefois que la faveur dont jouit sa sœur Françoise de Chateaubriant, première favorite officielle de François Ier, ait également joué un rôle.

La Bicoque et les difficultés qui s’en suivent

  • 13 Reproche que l’on peut également formuler à l’encontre de René de Savoie (Mémoires de Martin et Gu (...)

2Après l’ascension continue du début du règne, la décennie 1520 est en revanche en dents de scie. La réputation de Lautrec est d’abord écornée par le désastre de la Bicoque, le 27 avril 1522. À cette occasion, il n’a pas su empêcher les Suisses, mal payés et avides de butin, de partir au combat13. Après ce désastre militaire, Lautrec rentre en France et il semble que le roi le reçoit alors fort mal, refusant même de le voir. Selon les Mémoires des frères Du Bellay, Lautrec ne se serait pas laissé faire et aurait protesté avec vigueur auprès du roi du mauvais visage qu’il lui réservait :

  • 14 D’après Robert Knecht (cf. sa contribution sur Louise de Savoie dans le présent livre), l’argent s (...)
  • 15 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Michaud et Poujoulat (éd.), p. 163-164.

« Le seigneur de Lautrec, de retour en France, si le Roy lui feit mauvais recueil, il ne s’en fault estonner, comme à celuy qu’il estimoit avoir par sa faulte perdu son duché de Milan, et ne voulut parler à luy ; mais le seigneur de Lautrec, se voulant justifier, trouva moyen d’aborder le Roy, se plaignant du mauvais visage que Sa Majesté luy portoit. Le Roy luy feit response qu’il en avoit grande occasion, pour luy avoir perdu un tel héritage que le duché de Milan. Le seigneur de Lautrec luy feit response que c’estoit Sa Majesté qui l’avoit perdu, non luy, et que par plusieurs fois il l’avoir adverty que s’il n’estoit secouru d’argent, il cognoissoit qu’il n’y avoit plus d’ordre d’arrester la gendarmerie, laquelle avoit servy dix-huict mois sans toucher deniers, et jusques à l’extrémité ; et pareillement les Suisses, qui mesmes l’avoient contraint de combattre à son désavantage, ce qu’ils n’eussent faict s’ils eussent eu paiement. Sa Majesté luy répliqua qu’il avoit envoyé quatre cens mille escus alors qu’il les demanda. Le seigneur de Lautrec luy feit response n’avoir jamais eu ladite somme : bien avoit-il eu lettres de Sa Majesté, par lesquelles il lui escrivoit qu’il luy envoiroit ladite somme. Sur ces propos, le seigneur de Semblançay, superintendant des finances de France, fut mandé, lequel advoua en avoir eu le commandement du Roy, mais qu’estant ladite somme preste à envoyer, madame la régente, mère de Sa Majesté, auroit pris ladite somme de quatre cens mille escus, et qu’il en feroit foy sur-le-champ. Le Roy alla en la chambre de ladite dame avec visage courroucé, se plaignant du tort qu’elle luy avoit faict d’estre cause de la perte dudit duché, chose qu’il n’eust jamais estimé d’elle, que d’avoir retenu de ses deniers qui avoient esté ordonnez pour le secours de son armée14. Elle s’excusant dudit faict, fut mandé ledit seigneur de Semblançay, qui maintint son dire estre vray ; mais elle dist que c’estoient deniers que ledit seigneur de Semblançay luy avoit de long-temps gardez, procédans de l’espargne qu’elle avoit faicte de son revenu ; et luy soustenoit le contraire15. »

3Cette scène, si elle est authentique, est intéressante en ce qu’elle révèle la manière dont un favori, mis en cause, n’hésite pas à se défendre avec vigueur. Il est vrai que Lautrec n’a pas manqué de réclamer de l’argent durant la campagne comme en témoigne une lettre du 31 octobre 1521 dans laquelle il écrit :

  • 16 BnF, ms frçs 2978, fo 187.

« Sy le Roy ne fait pourveoir incontinent au payement des gens de pied et gendarmes par deçà, je ne voy ordre que l’on luy peust conserver cest duché16. »

4Cet épisode est également représentatif du problème des finances sous le règne de François Ier et notamment de la différence qu’il convient de faire entre décision royale et exécution. Philippe Hamon a montré comment le roi, sans être aussi indifférent qu’on l’a parfois écrit au sujet des affaires financières, montre les limites de son influence lorsqu’il ne suit pas les affaires. Or, au moment des difficultés financières de fin 1521 qui mènent à la Bicoque, François Ier est à la tête de l’armée de Picardie et n’est pas en mesure de suivre les dossiers. Sa mère écrit d’ailleurs à Robertet que ces affaires d’argent sont particulièrement complexes et qu’il convient de ne pas déranger son fils sur ce sujet :

  • 17 BnF, ms frçs 2978, fo 15 (Louise de Savoie à Robertet, 18 octobre 1521). Voir Philippe Hamon, L’Ar (...)

« [Les affaires de finance exigent d’accomplir des] choses que l’on ne doit pas seulement dire très difficiles mais impossibles veu ce qui cest fait jusques icy […]. Toutefois, pour ne travailler point led sgr, qui n’a besoing pour ceste heure d’autre pensement que de l’affaire où il est, je luy donne espérance d’y satisfaire17. »

  • 18 BnF, ms frçs 2992, fo 108. Lettre de Mme de Chateaubriant à Robertet, du 22 octobre 1521 dans laqu (...)
  • 19 Voir notamment Délibérations du Corps de Ville, Registres Gascons, II, (1514-1530), Bayonne, 1898, (...)

5Enfin, dans les explications du mauvais visage que le roi réserve à Lautrec à son retour d’Italie, on ne peut exclure que Lautrec ait pâti également de l’éloignement qui intervient entre sa sœur, Françoise de Chateaubriand, et François Ier18. Quoi qu’il en soit, en aucune manière on n’observe une disgrâce éclatante ou prolongée et Lautrec reste à la cour jusqu’à la fin de 1522 avant de regagner son gouvernement de Guyenne. Il se distingue alors dans la défense de Bayonne à l’automne 1523, redorant ainsi son blason de guerrier19.

  • 20 Dom Devic et Vaissete, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1899, VIII, p. 248 et XI, p. 215. (...)
  • 21 AD Haute Garonne, B 20, fo 260.
  • 22 Sur ce moment essentiel qui correspond peut-être à l’apogée du rôle politique de Lautrec, Bertrand (...)
  • 23 Dans la liste que dresse Guillaume Du Bellay des « gens d’armes qui demeurèrent en France pour la (...)
  • 24 Bourgeois de Paris, op. cit., p. 21.

6Enfin, marque supplémentaire de la confiance du roi, c’est lui qui, après la trahison du connétable de Bourbon, assure l’intérim du gouvernement de Languedoc jusqu’en 1526, avec le titre de lieutenant général20. Le maréchal entre solennellement à Toulouse le 4 septembre 152421. Cette nouvelle charge et l’incertitude de la situation militaire créent une situation qui ouvre des perspectives inédites à Lautrec22. En effet, soucieux de couvrir ses arrières, François Ier ne l’emmène pas avec lui dans son expédition italienne23. Après le désastre de Pavie, Odet de Foix se retrouve donc presque sans concurrence. Les têtes de l’aristocratie française, les meilleurs généraux du royaume, les favoris du roi ; tous sont morts ou prisonniers. Alors que les frontières sont ouvertes à l’invasion, Lautrec qui a la confiance des soldats et une solide réputation de chef de guerre se retrouve sans véritable concurrence pour poser en sauveur du royaume. Selon le Bourgeois de Paris, « pendant la captivité du roi, il y avait la régente et quatre vice-rois ordonnés en France dont l’un était monsieur de Vendôme en Picardie, l’autre était monsieur de Guyse, qui était vice-roi en Champaigne, l’autre le duc d’Albanye, qui était vice-roi de Normandie, l’autre était monsieur de Lautrec, qui était vice-roi de Guyenne24 ». Parmi ces quatre vice-rois, seul le duc de Vendôme, premier prince du sang peut lui contester la prééminence, mais il pâtit d’une absence de réputation militaire. C’est donc, au sommet de l’État, un jeu à cinq personnages qui se joue dans ce contexte de crise. Le premier d’entre eux est la régente, Louise de Savoie. Autour d’elle, deux techniciens, le chancelier, Antoine Duprat et, plus effacé, Florimond Robertet. Deux hommes d’épée ensuite, Lautrec, qui a le prestige pour lui, et Vendôme, premier prince du sang, qui a la légitimité.

Pavie et ses suites : un moment Lautrec ?

7La situation au sommet de l’État mérite d’autant plus d’être examinée attentivement qu’un sixième acteur entend bien jouer un rôle : le parlement de Paris, qui sait bien qu’il a une carte à jouer dans un contexte d’affaiblissement de la monarchie. Le parlement s’efforce ainsi d’exploiter les dissensions au sommet de l’État ou, tout au moins, de miser sur ceux qui, au Conseil, pourraient l’aider à limiter le pouvoir de la régente (et indirectement, du roi) et à renforcer le sien. Dans le collimateur du parlement, il y a la régente, bien sûr, mais aussi le chancelier Duprat.

  • 25 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Michaud et Poujoulat (éd.), p. 199. Pour plus de détail (...)
  • 26 AN, X1A 1527, fo 179 (Discours du duc de Vendôme au Parlement, le 10 mars 1525 ; Mémoires de Marti (...)
  • 27 LP, IV, 1275, Fitzwilliam à Wolsey, Gravelines, 20 avril 1525.

8Lorsque Charles de Bourbon apprend le désastre de Pavie, il se rend à Lyon pour voir Louise de Savoie. Selon les Mémoires des frères Du Bellay, une coalition anti-Duprat constituée notamment de conseillers du parlement de Paris essaie alors de lui faire prendre la place de la régente à quoi « leur feit response qu’il se retireroit à Lion, où tous les princes se devoient assembler, et que là seroit avisé au faict du roy et du bien public25 ». Si l’on en croit les Mémoires, il ne franchit donc pas la ligne rouge, mais il met le pied dessus. Il prend note et s’abstient dans l’immédiat de l’irréparable. Devant la menace latente qu’il représente, la régente, sans doute pour le contenter, lui offre au nom du roi le titre honorifique de chef du Conseil, ce qu’il accepte pour « leur faire service et à la chose publicque de France26 ». Cependant, sa marge de manœuvre est fort étroite puisqu’il ne peut rien faire « sans l’advis et conseil de XXIV personnaiges27 ». Contre Duprat, Charles de Bourbon ne constitue donc pas un front suffisant. Il faut en ouvrir d’autres.

  • 28 Sur ces deux épisodes, voir, dans le présent livre, la notice sur Antoine Duprat.

9Le parlement profite donc du contexte difficile pour s’opposer à la régente sur un point qui lui tient à cœur : l’application du concordat de Bologne. Le premier épisode intervient lors de la nomination par Louise de Savoie du chancelier Duprat comme archevêque de Sens et abbé de Saint-Benoît-sur-Loire en février 1525, nominations contestées par le parlement. Le deuxième épisode est constitué par l’élection de l’abbé commendataire de Saint-Euverte d’Orléans28.

10L’attaque du parlement est donc portée contre Duprat. Mais ce dernier bénéficie du soutien sans faille de la régente. Elle désire en effet se protéger des incursions du parlement et elle se sent sans doute également menacée par le duc de Vendôme qu’on a vu poussé par le même parlement. Il semble donc d’après un passage un peu confus de l’« Avis donné en Angleterre de ce qui se passait en France pendant la captivité du roi » que Louise de Savoie ait assorti son soutien à Duprat d’une tentative pour pousser Lautrec en le faisant lieutenant général à la place de Vendôme, et donc contrer ce dernier :

  • 29 Le terme est surprenant. La confusion vient peut-être de que la régente a envoyé des lettres au pa (...)
  • 30 Ce document, publié dans Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 372-373 (original PRO, SP Henry VII (...)

« Les estatz [sic]29 ont requis ladicte dame qu’elle n’empesche que justice ne soit faicte et accomplye, laquelle a esté mal gardée par ci-devant au royaume, dont en est en perdition et le Roy prisonnier, pour avoir laissé gouverner quelques gens de bas estat, dont est, entre les aultres, le chancellier, lequel est de present fort pencyf. Ladicte regente l’avoit fait archevesque de Sens, et, pour en prendre la possession, il y avoit envoyé aucuns du Grant Conseil et force de gentilzhommes. Ce nonobstant, la court de parlement y a mis les mains et mis en arryere ledict chancellier dudict benefice, nonobstant le don de la regente ; et luy et tous ceulx qui tenoient son party sont ajournez a comparoir en la court du parlement en leurs personnes. Ladicte regente supporte de son pouvoir ledict chancellier à cause du sr de Lautrech, lequel ilz ont cuydé faire lieutenant general, en grande mellencolye dont a esté fort mallade et porte grand despit à l’encontre dudict sr de Lautrech, et ont encoires du present grandes murmures secretes plusieurs seigneurs et gens du conseil les ungs contre les aultres, à raison desdicts deux seigneurs de Vendosme et de Lautrech30. »

  • 31 Sur cette affaire, qui dure de nombreuses années, voir Joos Lauwerens à Marguerite d’Autriche, avr (...)
  • 32 LP, IV, no 1365, original BL, Calig. D. IX, fo 126.
  • 33 BnF, ms frçs 20648, fo 11.

11Ce témoignage souligne donc les multiples tensions traversées par cette monarchie en crise. Il y a l’hostilité du parlement à l’encontre de Duprat et de la régente ; il y a l’hostilité de la régente à l’égard de la menace potentielle du premier prince du sang, fâcheux homonyme du traître connétable ; il y a l’hostilité entre Lautrec et Bourbon qui se disputent la prééminence dans le royaume en l’absence du roi et dans le contexte de la disparition de Bonnivet et de René de Savoie. En l’occurrence, si la régente a vraiment eu le projet de nommer Lautrec lieutenant général alors que Charles de Bourbon en avait le titre, on comprend le mécontentement du duc de Vendôme. D’ailleurs, Charles de Bourbon-Vendôme a au même moment une autre raison d’être furieux contre Duprat et la régente. Les deux sont en effet parvenus à convaincre le duc d’Alençon, sans enfants, de faire du duc d’Orléans, second fils du roi, son héritier, au détriment de sa sœur Françoise, femme du duc de Vendôme31. Un autre rapport secret, de juin 1525, affirme d’ailleurs que dans un affrontement entre Vendôme et Lautrec, Louise de Savoie et le chancelier sont du côté de Lautrec, lorsque Robertet est du côté de Vendôme32. Pour autant, il semble que Vendôme soit resté à la cour la plupart du temps en 1525-1526, même s’il a parfois formulé le souhait d’en partir33.

  • 34 Sur cette dimension, voir, dans le présent livre, la notice sur Antoine Duprat.

12Quoi qu’il en soit, il apparaît clairement que dans cette affaire, le parlement cherche moins à monter Vendôme contre Lautrec qu’à isoler Duprat. Il est d’ailleurs très vraisemblable que certains princes du sang ont approuvé cette remise en cause de l’influence de Duprat, dénonçant ce qu’il pouvait y avoir d’excessif dans la puissance d’un homme d’aussi petite origine que Duprat34.

  • 35 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, fo 238 vo et résumé da (...)
  • 36 Ce qui ne signifie pas, évidemment qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Lo (...)
  • 37 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du co (...)
  • 38 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650. Henri VIII à Clément VII, (...)
  • 39 BnF, ms Moreau 714, fo 223.
  • 40 Lautrec à Marguerite d’Angoulême, Saint-Just-lès-Lyon, 6 octobre 1525 (Aimé Champollion-Figeac, op (...)
  • 41 Louis de Praet à Charles Quint, 4 novembre 1525 (Vienne, H. H. u. St. A., Belgien P.A. 92, édition (...)
  • 42 Qui s’explique également par le fait que la nouvelle alliance avec l’Angleterre affaiblit la posit (...)
  • 43 Marino Sanuto, op. cit., t. XXXVIII, passim.
  • 44 Cf. sa présence à Narbonne qu’il défend contre une menace d’invasion (AN, X1A 1527, fo 385 vo : La (...)

13Cette hostilité à l’égard de Duprat laisse peut-être ce dernier « fort pencyf35 ». Il n’en reste pas moins qu’elle est très largement vaine et sans effets. Le parlement n’obtient pas grand-chose et le soutien qu’il apporte au duc de Vendôme est sans conséquences36. Dans les faits, les rapports des ambassadeurs montrent bien que Charles de Bourbon, en dépit de son titre de chef du Conseil a un poids politique assez léger. Ceux qui comptent sont Duprat et Lautrec. Ainsi, lorsqu’aux lendemains du traité de Moore (30 août 1525)37, Gregory Casale, en route vers Rome, s’arrête à Lyon pour rencontrer la reine mère afin de lui réaffirmer la fidélité d’Henri VIII à la France, malgré les avances de l’empereur à Wolsey, elle lui répond qu’elle parlera de tout ça avec Lautrec et le chancelier auxquels elle demande à Casale de répéter sa déclaration38. Ce dernier rencontre donc Lautrec et Duprat le lendemain39. À cette occasion, Casale trouve Lautrec très compétent sur les affaires italiennes. Vers la même époque, une lettre de Lautrec à Marguerite d’Angoulême pour la rassurer sur l’état de santé de sa mère donne une impression de proximité avec Louise de Savoie40. Un mois plus tard, l’ambassadeur de Charles Quint, Louis de Praet, évoquant à Charles Quint les difficultés rencontrées par la régente en novembre 1525 et les « divers entendemens en ce royaulme et plusieurs gens de toutes sortes quy luy veullent du mal » précise que, pour contrer la régente, il fallait promouvoir quelqu’un de la plus haute aristocratie, mais que « ces trois frères de Vendosme », ou la maison de Lorraine ne feraient pas cela, en grande partie, selon de Praet à cause de « la grosse obéissance estant en ce royaulme »41. Il poursuit en expliquant qu’une querelle entre Lautrec et le duc d’Albany s’est soldée par la disgrâce du duc42. Lautrec est donc bien présent, et important au sein du Conseil de la régente43. Toutefois, la pauvreté des sources laisse penser que l’essentiel des dossiers est traité par le chancelier Duprat, d’autant plus que ses responsabilités militaires amènent Lautrec à faire des va-et-vient entre Lyon et le Languedoc44.

  • 45 CAF, VIII, 609.
  • 46 David Potter, A History of France, 1460-1560. The Emergence of a Nation State, Londres, 1995, p. 9 (...)
  • 47 CAF, I, 437, 2309 (mars 1526).

14Lorsque le traité de Madrid permet à François Ier de rentrer en France, c’est Lautrec qui conduit à la frontière les deux fils du roi qui sont laissés en otage à la place de leur père. Il accompagne ensuite François Ier dans son trajet à travers la Guyenne puis est chargé avec Vendôme, Duprat et Robertet de négocier la ligue de Cognac avec les envoyés des États italiens45. Il est au Conseil en juin 152646. Manifestement, François Ier est satisfait du rôle essentiel joué par Odet de Foix en son absence puisqu’il lui donne la charge d’amiral de Guyenne rendue vacante par la mort de La Trémoille47.

  • 48 Il semblerait qu’Henri VIII, lui-même, ait conseillé au roi de France de choisir Lautrec (LP, IV, (...)
  • 49 À Lyon, il rédige son testament (BnF, ms frçs 4791, fo 42, 21 juillet 1527). Sur son voyage jusqu’ (...)
  • 50 Sur cette dernière campagne, voir Bertrand de Chanterac, op. cit., chap. 5, « L’expédition d’Itali (...)
  • 51 Guillaume et Martin Du Bellay, op. cit., II, p. 76-82.
  • 52 Les campagnes de Lautrec de 1521-1522 et de 1527-1528 sont parmi les périodes les mieux documentée (...)

15À l’été 1527, il reçoit le commandement en chef de l’armée d’Italie48. Le 30 juin, il quitte Paris, puis par Lyon, Grenoble, Suse et Moncalieri, il gagne la vallée du Pô49. La campagne démarre sous de bons auspices avec une marche victorieuse qui le mène jusqu’à Naples50. En tant que général en chef, Lautrec cherche à agir sur le Conseil. Ainsi, lorsqu’il perçoit le mécontentement d’Andréa Doria, Lautrec envoie en France Guillaume Du Bellay, sieur de Langey, pour qu’il essaie de convaincre le Conseil d’accéder aux demandes de l’amiral, en vain51. Devant le refus français, Doria passe dans le camp impérial et le blocus de Naples est alors rompu. La situation des armées françaises se dégrade rapidement. Lautrec meurt devant Naples le 15 août 1528, sans doute victime de l’épidémie de typhus qui ravage son camp52. Apprenant la mort de son général, François Ier ordonne à la cour de prendre le deuil, comme pour la mort d’un prince du sang, signe de la faveur dont il jouit auprès de son souverain.

Conclusion

  • 53 Charlotte d’Albret, la femme d’Odet de Foix, meurt à Milly en Gatinois en décembre 1526 en donnant (...)

16Guerrier proche du souverain, Odet de Foix est présent au Conseil par la faveur royale. Toutefois, la technicité croissante des affaires n’en fait pas un conseiller de tout premier plan. La période où il est le plus influent correspond à l’absence du roi prisonnier. Il est alors l’objet d’un jeu politique orchestré par Louise de Savoie qui s’efforce de marginaliser Vendôme. Pour autant, les affaires sont alors essentiellement aux mains du chancelier Duprat. La faiblesse des évocations de Lautrec (ou de Vendôme) dans les rapports des ambassadeurs, au regard des mentions de Duprat (et même de Robertet) est un indice de l’importance de la dimension bureaucratique et technicienne de la monarchie, notamment en période de crise. Après la mort de Bonnivet en 1525 et celle de Robertet en 1527, la disparition de Lautrec en 1528 ouvre la voie à de nouvelles têtes au sommet de l’État. Accompagné jusqu’en 1531 par Louise de Savoie, Chabot, Montmorency, Lorraine et quelques autres vont progressivement s’imposer53.

Notes

1 La maison de Foix connaît alors quatre branches collatérales : celles de Foix-Grailly, de Foix-Lautrec, de Foix-Candale et de Foix-Carmaing.

2 Grand-sénéchal de Guyenne dès 1505 (BnF, ms frçs 27659, pièce 354), il est capitaine de 50 lances, sans doute la même année (BnF, ms frçs 5805, fo 90 vo).

3 Augustin Renaudet (éd.), Le concile gallican de Pise-Milan, Paris, Champion, 1922, p. 234 et 242.

4 Bertrand de Chanterac, Odet de Foix, vicomte de Lautrec, Paris, 1930, p. 22-23.

5 Jean Barrillon, Journal, Pierre de Vaissière (éd.), Paris, 1897, p. 8-10.

6 CAF, I, 44, 259.

7 Francis Decrue, De Consilio Regis, Paris, 1885, p. 37 et Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, F. Stefani et al. (éd.), Venise, Stabilimento Visentini, 1879-1903, 58 vol., t. XIX, col. 397 et Alfred Spont, Semblançay ( ?-1527). Étude sur la bourgeoisie financière au début du XVIe siècle, Paris, 1895, p. 142.

8 AN, J 661, no 3 (voir aussi CAF, I, 152, 26).

9 CAF, V, p. 289. À cette occasion, ses relations avec le maréchal Trivulce se caractérisent par une tension particulièrement forte (voir article « Trivulce » du présent ouvrage). Sur le gouvernement du Milanais de Lautrec, voir Bertrand de Chanterac, op. cit., p. 31-51.

10 Ibid., p. 37.

11 Ibid., p. 38-40.

12 BnF, ms frçs 4791, fo 1 (contrat de mariage de Lautrec). À cette occasion, le roi lui fait don de 50 000 livres (AN, K 82, pièce 5).

13 Reproche que l’on peut également formuler à l’encontre de René de Savoie (Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry [éd.], Paris, 1908, I, p. 161) ; Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, III, p. 378. Sur les campagnes de 1521-1522, voir Bertrand de Chanterac, op. cit., chap. 3, « La perte du Milanais », p. 53-77.

14 D’après Robert Knecht (cf. sa contribution sur Louise de Savoie dans le présent livre), l’argent semble avoir été envoyé en l’Italie mais fut bloqué au passage des Alpes, ce qui signifierait que nul blâme ne peut être attaché à Louise (Alfred Spont, op. cit., p. 188).

15 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Michaud et Poujoulat (éd.), p. 163-164.

16 BnF, ms frçs 2978, fo 187.

17 BnF, ms frçs 2978, fo 15 (Louise de Savoie à Robertet, 18 octobre 1521). Voir Philippe Hamon, L’Argent du Roi, Paris, 1994, p. 370-371.

18 BnF, ms frçs 2992, fo 108. Lettre de Mme de Chateaubriant à Robertet, du 22 octobre 1521 dans laquelle elle se plaint de son peu de crédit auprès du roi (Bertrand de Chanterac, op. cit., p. 81-82).

19 Voir notamment Délibérations du Corps de Ville, Registres Gascons, II, (1514-1530), Bayonne, 1898, p. 373, 390, 404-405, 443-444.

20 Dom Devic et Vaissete, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1899, VIII, p. 248 et XI, p. 215. C’est Anne de Montmorency qui, en 1526, succède formellement à Bourbon avec le titre de gouverneur du Languedoc.

21 AD Haute Garonne, B 20, fo 260.

22 Sur ce moment essentiel qui correspond peut-être à l’apogée du rôle politique de Lautrec, Bertrand de Chanterac, op. cit., ne consacre qu’une seule page (p. 84-85).

23 Dans la liste que dresse Guillaume Du Bellay des « gens d’armes qui demeurèrent en France pour la garde du royaume, pays et seigneuries », on trouve les noms du duc de Vendôme pour l’Île-de-France et la Picardie, du duc de Guise en Champagne et en Bourgogne, de Louis de Brézé pour la Normandie, du comte de Laval pour la Bretagne, et du seigneur de Lautrec pour la Guyenne et le Languedoc (Martin et Guillaume Du Bellay, op. cit., I, p. 319-320).

24 Bourgeois de Paris, op. cit., p. 21.

25 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Michaud et Poujoulat (éd.), p. 199. Pour plus de détails, voir l’article « Frères de Bourbon » du présent livre.

26 AN, X1A 1527, fo 179 (Discours du duc de Vendôme au Parlement, le 10 mars 1525 ; Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Michaud et Poujoulat [éd.], p. 199). Voir aussi AM Péronne, BB 7, fo 274 ; AN, X1A 1527, fo 261 vo; LP IV, i, 1275 et David Potter, War and Governement in the French provinces. Picardy 1470-1560, Cambridge, 1993, p. 71.

27 LP, IV, 1275, Fitzwilliam à Wolsey, Gravelines, 20 avril 1525.

28 Sur ces deux épisodes, voir, dans le présent livre, la notice sur Antoine Duprat.

29 Le terme est surprenant. La confusion vient peut-être de que la régente a envoyé des lettres au parlement de Paris et au de la ville pour leur demander d’envoyer des députés qui assisteraient aux délibérations du Grand Conseil : « Quant à la très-humble exortation et requeste que nous faites de prendre quelque nombre de gens de toutes qualitez, de parfaite intégrité, bonté, sens, prudence et experimentez, et que ce sera le support, soullagement, grand contentement du royaume, vous sçavez et congnoissez ceulx qui y sont et leurs mœurs, qualitez et experiences ; et oultre cela vous avons escript envoyer icy ung president et deux conseillers d’entre vous, et à la ville de Paris pareillement nous envoyer deux bons et notables personnaiges de ladite ville, pour veoir debatre, conseiller et deliberer les matieres que chascun jour surviennenet : car nostre vouloir et intention a tousjours esté, est et sera de meurement et par bon garder et conduire les faits et affaires du royaulme. » (Louise de Savoie au parlement de Paris, Saint-Just, 30 mars 1525, publié dans Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 161.)

30 Ce document, publié dans Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 372-373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, fo 238 vo et résumé dans LP, IV, no 1364) est daté par Champollion-Figeac d’octobre 1525. Il s’agit plus vraisemblablement d’un texte de mai ou juin 1525 (cf. l’évocation du retour de Saint-Pol encore très faible, par exemple).

31 Sur cette affaire, qui dure de nombreuses années, voir Joos Lauwerens à Marguerite d’Autriche, avril 1525, PRO, 31/18/1, fo 1400 (CSP SPanish, supplément, p. 438), Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre, Paris, 1930, I, p. 148-149 et CCJDB, I, p. 155.

32 LP, IV, no 1365, original BL, Calig. D. IX, fo 126.

33 BnF, ms frçs 20648, fo 11.

34 Sur cette dimension, voir, dans le présent livre, la notice sur Antoine Duprat.

35 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, fo 238 vo et résumé dans LP, IV, no 1364).

36 Ce qui ne signifie pas, évidemment qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Louise de Savoie, surtout dans le contexte double de la trahison du connétable de Bourbon et de la captivité du roi.

37 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du comte de Saint-Pol et du duc de Longueville garantit le paiement des 2 000 000 écus négociés (Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie. Relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier [1525-1526], Paris, 1892, p. 121, 135 et 156).

38 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650. Henri VIII à Clément VII, 20 septembre 1525) et arrive à Lyon le 28 septembre (Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie. Relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier [1525-1526], Paris, 1892, p. 225). BL, Vit. B. VII, fo 195 (lettres de Gregory Casale à Wolsey [9 octobre 1525]) [LP, IV, 1643].

39 BnF, ms Moreau 714, fo 223.

40 Lautrec à Marguerite d’Angoulême, Saint-Just-lès-Lyon, 6 octobre 1525 (Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 346).

41 Louis de Praet à Charles Quint, 4 novembre 1525 (Vienne, H. H. u. St. A., Belgien P.A. 92, édition lacunaire dans CSP Spanish Further Supplement to volume I and II, p. 448). Voir aussi PRO 31/18/1, fo 1436.

42 Qui s’explique également par le fait que la nouvelle alliance avec l’Angleterre affaiblit la position de l’Écosse dans ses relations avec la France.

43 Marino Sanuto, op. cit., t. XXXVIII, passim.

44 Cf. sa présence à Narbonne qu’il défend contre une menace d’invasion (AN, X1A 1527, fo 385 vo : Lautrec aux gens du parlement de Paris, Lyon, 4 avril 1525).

45 CAF, VIII, 609.

46 David Potter, A History of France, 1460-1560. The Emergence of a Nation State, Londres, 1995, p. 98.

47 CAF, I, 437, 2309 (mars 1526).

48 Il semblerait qu’Henri VIII, lui-même, ait conseillé au roi de France de choisir Lautrec (LP, IV, 3172), tandis que Brantôme ajoute que Lautrec « fut esleu par le pape Clément et les potentats d’Italie, pour estre chef de la ligue » (Brantôme, op. cit., I, livre 2, chap. XXXVI, p. 236).

49 À Lyon, il rédige son testament (BnF, ms frçs 4791, fo 42, 21 juillet 1527). Sur son voyage jusqu’au Pô, voir BnF, ms frçs 2993, fo 37 (Lautrec à Montmorency, 26 juillet [1527]) et fo 61 (Lautrec à Montmorency, Suse, 30 juillet [1527]) ; Archives du Château de Chantilly, série L, t. VI, fo 83 (Raoul Hurault à Montmorency, Moncaliéri, 31 juillet [1527]).

50 Sur cette dernière campagne, voir Bertrand de Chanterac, op. cit., chap. 5, « L’expédition d’Italie », p. 87-116.

51 Guillaume et Martin Du Bellay, op. cit., II, p. 76-82.

52 Les campagnes de Lautrec de 1521-1522 et de 1527-1528 sont parmi les périodes les mieux documentées de la vie d’Odet de Foix, voir Bertrand de Chanterac, op. cit. Les restes de la correspondance d’Odet de Foix se trouvent essentiellement à la BnF, à l’exception de ses correspondances avec les ducs de Ferrare et de Mantoue (près d’une centaine de lettres), conservées respectivement à Modène et à Mantoue et très riches sur le gouvernement milanais de Lautrec.

53 Charlotte d’Albret, la femme d’Odet de Foix, meurt à Milly en Gatinois en décembre 1526 en donnant le jour à un fils, François, qui ne vit que quelques mois. Elle avait eu trois enfants d’Odet. Gaston, né à Montrond le 5 février 1521, mort jeune ; Henri mort le 20 septembre 1540, et une fille, Claude qui épousa successivement Guy, comte de Laval, puis Charles de Luxembourg, Vicomte de Martigues, et mourut sans postérité en 1553 (Bertrand de Chanterac, op. cit., p. 40).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540