Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les nouveaux conseillers

Artus (1474-1519) et Guillaume (1482-1525) Gouffier à l’émergence de nouvelles modalités de gouvernement

Pierre Carouge

Texte intégral

  • 1 À propos d’Artus et Guillaume Gouffier, dans une lettre à Léon X, citée par Antoine Aubery, Histoi (...)

« Chascun sçait qu’ils sont l’esprit, la volonté et le propre cœur de Sa Majesté. » Bernardo Dovizi da Bibbiena1

  • 2 Cité par Jules Thomas, Le concordat de 1516, ses origines, son histoire au XVIe siècle, 1910, III, (...)

1En 1518, François Ier souhaite nommer Aymar Gouffier à la tête de l’abbaye de Cluny. Étant donné que le bénéficiaire est alors déjà abbé de Saint-Denis, le roi écrit à Léon X afin de lui expliquer pourquoi il est opportun que ce personnage préside simultanément aux destinées des deux plus importantes abbayes du royaume. Son principal argument est qu’Aymar Gouffier est frère du cardinal de Boisy, de l’amiral de Bonnivet et du grand maître de Boisy, tous trois « prouchains de nous et ayant la principalle charge et conduite de nos faits et affaires2 ».

  • 3 Un exposé plus complet de l’histoire de la famille Gouffier à partir de cette époque constitue la (...)

2La famille Gouffier ne peut se prévaloir d’une noblesse très ancienne ni très prestigieuse. En effet, le lignage n’est fermement attesté dans la documentation que depuis le XIVe siècle, plus précisément les années 1370, lorsque les Gouffier, originaires du Poitou, se rallient à Charles V à l’occasion de la conquête du Poitou et des autres territoires tenus jusqu’alors par les Anglais3. La présence manifeste de trois membres de la famille dans le premier cercle du pouvoir, à peine un siècle et demi plus tard, ne va donc pas de soi et mérite un examen attentif. Il faut écarter de cette analyse le cas d’Adrien Gouffier, cardinal de Boisy, qui, du fait de sa carrière ecclésiastique, ne peut être abordé dans les mêmes termes. L’attention est donc focalisée sur le parcours et l’activité d’Artus Gouffier, seigneur de Boisy et grand maître de France d’une part, et de son jeune frère Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet et amiral de France d’autre part.

3Il convient d’abord d’examiner par quels biais et dans quelles circonstances ils sont parvenus à cette position éminente. Il importe aussi de cerner dans quelle mesure les remarques faites par François Ier dans sa lettre correspondent à la réalité : est-il possible de délimiter la place exacte qu’ils occupent dans l’orientation et la mise en œuvre de la politique royale ? On veut aussi déterminer quels sont ceux qui leur ont « succédé » dans l’entourage immédiat de François Ier, et selon quels processus.

4En effet, dès l’avènement du jeune François Ier, Artus Gouffier est installé au sommet du pouvoir : c’est le 7 janvier 1515 qu’il devient grand maître de France. Dès lors, et jusqu’à sa mort le 13 mai 1519, il demeure un intime du souverain. Son frère Guillaume s’impose de manière plus progressive. Nommé amiral de France en 1517, il participe à plusieurs missions diplomatiques avant de supplanter son frère à la mort de celui-ci. Il joue alors à son tour un rôle comparable à celui d’Artus, jusqu’à sa propre mort, le 24 février 1525, sur le champ de bataille de Pavie.

Le gouvernement des enfants de France

Dans l’entourage de Louise de Savoie

  • 4 Jean de Saint-Gelais, Histoire de Louis XII, éd. 1622, p. 179-181. Voir aussi R. Maulde La Clavièr (...)

5En 1506, Artus Gouffier a été choisi par Louise de Savoie pour devenir gouverneur de son fils, François d’Angoulême, futur François Ier. Il succède dans cette charge à Pierre de Rohan, maréchal de Gié, qui vient d’être condamné et démis de l’ensemble de ses fonctions4.

  • 5 AN, F17 13281 B. Lettre envoyée par l’intendant du château de Boisy le 7 septembre 1474 apprenant (...)

6On manque de renseignements sur l’activité précise d’Artus Gouffier auprès de son jeune protégé : le Journal de Louise de Savoie, pourtant peu avare de détails sur l’enfance de son fils, n’en dit pas un mot. Né en 14745, Artus est de vingt ans plus âgé que François. On peut cependant avancer sans trop se risquer qu’il était chargé de l’aspect chevaleresque et militaire de son éducation : Saint-Gelais, quand il énumère les mérites d’Artus Gouffier, insiste surtout sur le fait qu’il a participé à la campagne de Naples en 1494-1495.

  • 6 Paulin Paris, Études sur François Ier, 1970 (rééd.), I, p. 47.

7Désormais au plus près du jeune prince, Artus Gouffier est on ne peut mieux placé pour gagner la confiance de celui-ci. C’est cette même fonction qui explique la faveur de Guillaume Gouffier. En effet, Artus a su profiter de sa position pour introduire son jeune frère Guillaume dans l’entourage de François d’Angoulême, aux côtés de Philippe Chabot, Anne de Montmorency ou Robert de La Marck6.

  • 7 À titre de comparaison, c’est ce que relève Nicolas Le Roux à propos des mignons d’Henri III, quel (...)

8Ayant partagé les jeux de cette petite troupe, il est tout naturel que Guillaume Gouffier soit resté, comme son frère aîné, un intime de François Ier après l’avènement de celui-ci. La familiarité dans l’enfance constitue un facteur souvent essentiel de la faveur7. La bataille de Marignan, quelques mois après l’avènement de François, constitue pour ce petit groupe une étape essentielle. C’est à cette occasion que les compagnons de jeux deviennent compagnons d’armes. L’événement est d’autant plus fondateur que, pour la plupart d’entre eux, il s’agit du baptême du feu.

  • 8 BnF, Clairambault 164, p. 4825, no 6. Quittance de Guillaume Gouffier pour ses gages de capitaine, (...)
  • 9 BnF, ms frçs 20648, fo 53. Lettre d’Artus Gouffier à sa mère, écrite de Plaisance le 19 octobre 14 (...)
  • 10 Cette estimation est rendue possible, et plausible, grâce à la précision des informations tirées d (...)

9Pour la plupart seulement, car le seigneur de Bonnivet a déjà à son actif plusieurs campagnes militaires. Il a même exercé, en 1510, les fonctions de capitaine des cent lances de l’ordonnance confiées au marquis de Mantoue8 ; et, encore plus jeune, il avait accompagné son aîné Artus lors de la campagne de Naples en 14949. Bonnivet est effectivement quelque peu plus âgé que les autres membres de l’entourage de François d’Angoulême. Il est probablement né en 148210, douze ans avant François. Son expérience et sa différence d’âge ont certainement contribué à le faire apparaître comme le « grand frère » idéal de toute la troupe. C’est pour cela qu’il se distingue des autres compagnons de François d’Angoulême. Cela contribue à expliquer que, plus que les autres, il ait concentré les marques de faveur du jeune roi dès son avènement.

  • 11 Si l’on en croit Jean de Saint-Gelais (op. cit.), c’est Louise de Savoie qui aurait suggéré à Loui (...)

10Il ne faut pas chercher plus loin l’origine de la faveur extrême que François Ier a manifestée envers les frères Gouffier dès les tout premiers jours de son règne. Cela étant, si l’on comprend aisément que la fonction de gouverneur soit le cadre idéal pour gagner la confiance du futur François Ier, on devine tout aussi clairement que l’attribution de cette charge à très haute responsabilité impliquait qu’Artus Gouffier ait au préalable déjà gagné celle de Louise de Savoie11. Pour saisir comment ce jeune homme d’un lignage apparemment modeste a pu y parvenir, il faut remonter un peu plus haut dans le temps.

  • 12 BnF, ms frçs, fos 54-55. Lettre d’Artus Gouffier à son père, écrite de Rome le 12 janvier 1495 : « (...)
  • 13 AN, T 15368, no 108. Contrat de mariage du 15 juin 1472.
  • 14 AN, T 15367, no 67. Contrat de mariage du 8 avril 1451.

11La modestie du lignage d’Artus ne doit pas masquer l’essentiel. En effet, en 1494, lors de la campagne pour la conquête de Naples, Artus Gouffier sert comme homme d’armes dans la compagnie de Charles d’Amboise, seigneur de Chaumont. Il revient d’Italie l’année suivante dans celle de Guillaume de Montmorency, seigneur de Damville12. Or, celui-ci n’est autre que l’oncle d’Artus Gouffier : sa sœur Philippe de Montmorency avait épousé le père d’Artus, Guillaume, en 147213. Quant à Charles d’Amboise, c’est un neveu de Louise d’Amboise, la première épouse de Guillaume Gouffier père14.

  • 15 BnF, Nouveau d’Hozier 159, fo 23. Contrat de mariage du 10 février 1500 (mention).

12Artus Gouffier, malgré la modestie de son propre lignage, est donc apparenté à des puissantes familles de l’époque. De noblesse ancienne, les Montmorency et les Amboise figurent au premier rang des conseillers de Charles VIII, et le sont encore du temps de Louis XII. Cette parenté éminente n’a pu que favoriser la carrière d’Artus Gouffier. L’ancrage d’Artus Gouffier dans le sillage des Montmorency et des Amboise est renforcé par son mariage quelques années plus tard, en 1500, avec Hélène de Hangest. Celle-ci, en effet, est une petite-fille de Marie d’Amboise, sœur de Louise d’Amboise ; et Guillaume de Montmorency, sans être pour sa part un parent de l’épouse, figure parmi les témoins au contrat de ce mariage15.

  • 16 AN, T 15368, no 98. Contrat de mariage passé du 11 février 1504.
  • 17 R. Maulde La Clavière, op. cit., p. 34 et 163. Interrogatoires respectifs de Louise de Savoie (17 (...)
  • 18 AN, T 15376, no 8. Contrat de mariage du 14 juin 1506.
  • 19 Il figure avec ce titre parmi les exécuteurs testamentaires de Charles d’Orléans, père de François (...)

13Par son propre mariage, Artus Gouffier ne fait que consolider les alliances tissées du temps de son père. C’est surtout par le mariage de son frère Guillaume et de sa sœur Charlotte que se manifeste une stratégie d’intégration à l’entourage de Louise de Savoie. Quand Charlotte Gouffier épouse René de Cossé en 150416, celui-ci figure parmi les adversaires du maréchal de Gié. Deux ans plus tôt, en effet, Anne de Bretagne était intervenue auprès de Jacques de Brézé afin qu’il vende la seigneurie de Brissac à Cossé et non à Gié, qui la convoitait aussi17. Quand, de son côté, Guillaume Gouffier épouse Bonaventure du Puy du Fou en 150618, c’est avec la fille d’un chambellan et maître d’hôtel du comte d’Angoulême qu’il s’unit19.

  • 20 BnF, ms frçs 2922, fo 5. « Instructions de l’ordre qui est à donner et faire à Amboise pour la gar (...)
  • 21 Il porte ce titre le 30 juillet 1490 dans un acte de Charles VIII lui conférant le privilège de co (...)
  • 22 Pierre Sala, dans ses Prouesses de plusieurs roys, dediées au roy François Ier (BnF, ms frçs 10420 (...)

14Parallèlement à ces alliances, Artus a bénéficié de la fonction exercée par son propre père Guillaume. Celui-ci était, au moment de l’expédition napolitaine, gouverneur de Charles-Orland, fils de Charles VIII20. C’est grâce à cette position dans l’intimité du roi et de la reine, Anne de Bretagne, que Guillaume Gouffier a pu placer son fils Artus auprès de Charles VIII, avec le titre d’enfant d’honneur21. Devenu à Fornoue un compagnon d’armes du roi22, Artus a su comme son père gagner la confiance de celui-ci et celle de la reine Anne. Il n’est donc en rien étonnant de le retrouver en 1506 parmi les adversaires du maréchal de Gié, au premier rang desquels figuraient non seulement Louise de Savoie, mais aussi Anne de Bretagne.

15Ainsi, Artus a méticuleusement reproduit à partir de 1506, pour son profit et celui de son jeune frère Guillaume, le processus qui avait conduit leur père dans le cercle le plus intime, au sens le plus étroit du terme, de la famille royale, à savoir le roi, la reine et les enfants de France. Certes, François d’Angoulême n’est pas dauphin ; il est néanmoins déjà, en 1506, le premier dans l’ordre de succession au trône. Le gouvernement des enfants de France a ainsi constitué pour les Gouffier, sur plusieurs générations, un instrument privilégié pour rester au plus près du souverain.

De Charles Orland aux enfants d’Henri II

  • 23 On en ignore pour lui aussi la date exacte, mais il existe une importante série de lettres de l’am (...)
  • 24 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 E suppl. 153-1, no 5 et 30. Deux lettres de Madame de Boisy à la reine, (...)
  • 25 AN, KK 2892, fo 511. Paiement effectué par Semblançay à un orfèvre pour une émeraude remise à Anne (...)
  • 26 Charles Gautier, Histoire de Brissac, 1920, p. 349-357.
  • 27 Arch. dép. Maine-et-Loire, E 2096, cité par Charles Gautier, op. cit., p. 353. René et Charlotte a (...)
  • 28 BnF, ms frçs 3068, fo 108, cité par Charles Gautier, op. cit., p. 355.

16La constance avec laquelle cette fonction a été exercée au sein de la famille incite à penser qu’il s’agit bel et bien d’une politique familiale consciente. En effet, après Guillaume Gouffier père gouverneur de Charles Orland peut-être dès 1492, après Artus Gouffier gouverneur de François d’Angoulême à partir de 1506, c’est l’amiral de Bonnivet qui devient à son tour gouverneur des enfants de François Ier23. Il est secondé dans cette fonction par plusieurs femmes de sa famille. Ainsi, sa belle-sœur Hélène de Hangest fut gouvernante d’Henri, futur Henri II24, sa sœur Anne Gouffier fut gouvernante de Charlotte de France25, et son autre sœur Charlotte enfin fut nommée gouvernante du dauphin François dès la naissance de celui-ci, le 1er mars 151726. C’est en faveur du mari de cette dernière, René de Cossé, seigneur de Brissac, que Bonnivet résigne en 1523 sa charge de gouverneur des enfants de France27. Charlotte occupe encore dans les années suivantes la fonction de gouvernante de Marguerite de France28, avant de décéder en 1558 seulement. C’est donc pendant près de cinquante ans que les représentants de la famille Gouffier exercent cette fonction, certes domestique, mais qui par sa nature même les place au cœur de l’intimité du roi et de sa famille.

17Dans l’itinéraire d’Artus Gouffier avant l’avènement de 1515, on constate donc la combinaison de deux stratégies complémentaires. La première est classique, car elle repose sur des alliances matrimoniales avec des lignages puissants et déjà apparentés aux Gouffier à la génération précédente d’une part, et avec des proches d’Anne de Bretagne et de Louise de Savoie d’autre part. La seconde est spécifique aux Gouffier, car elle s’appuie sur l’exercice continu d’une charge, le gouvernement des enfants de France, dont l’avantage insigne est de conférer une intimité sans égale avec le futur souverain.

  • 29 Alfred Spont, Semblançay, 1895, p. 98, note.
  • 30 BnF, Carré d’Hozier 302, fo 346 (mention).
  • 31 BnF, Clairambault 816, p. 373 (copie xviiie s.).

18La réussite de cette double stratégie se concrétise à plusieurs reprises dans les années qui suivent la nomination d’Artus Gouffier comme gouverneur de François d’Angoulême. En 1508, il fait office de procureur de Louise de Savoie lors de l’hommage rendu pour elle au roi pour ses seigneuries de Matha, Aulnay et Maulévrier29. En 1513, François d’Angoulême le nomme gouverneur de son duché de Valois30 et, en 1514, il apparaît en tête de la liste des officiers de la maison de François d’Angoulême31.

Le grand maître de Boisy

  • 32 Elles sont détaillées dans Pierre Carouge, op. cit., p. 144 et 367-370.

19Les marques de faveur qui viennent d’être citées ne sont rien en comparaison de l’avalanche de gratifications dont bénéficie Artus Gouffier dans les premières semaines du règne de François Ier32. Par le nombre et la variété, elles manifestent sans ambiguïté que le roi entend confier à son ancien gouverneur la première place après lui. Parmi elles, retenons ici la charge de grand maître de France. C’est en effet sous ce titre qu’Artus Gouffier exerce désormais l’essentiel de son activité auprès de François Ier.

L’image d’un homme de paix

  • 33 BnF, ms frçs 2960, fo 77 (copie xviiie s.).
  • 34 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, 1998, p. 126 ; Roger Douc (...)

20Artus Gouffier devient grand maître de France dès le 7 janvier 151533. Il succède à Jacques de Chabannes qui devient maréchal de France. La charge de grand maître est prestigieuse, mais son exercice ne confère cependant pas en lui-même un rôle politique. Son prestige vient du fait que le grand maître est un grand officier de la couronne, chargé de diriger toute l’activité de la cour. Elle est pourtant sans fonction politique intrinsèque, car cela reste un office domestique, aussi éminent soit-il. C’est sous l’autorité directe du grand maître que, chaque année, un état des membres du personnel de la cour est établi. Il supervise les appointements, contrôle les dépenses, garde les clés des résidences royales et s’assure de la sécurité de la personne du roi34. Notons que le caractère domestique de cette charge constitue une continuité avec celle de gouverneur du jeune comte d’Angoulême, mais à un échelon très nettement supérieur.

  • 35 Nicolas Versoris, Livre de raison, éd. 1885, p. 10.
  • 36 Brantôme, Œuvres complètes, éd. 1864-1882, I, p. 217.

21Or, le grand maître de Boisy semble avoir tenu un rôle majeur dans l’orientation donnée à la politique de François Ier. C’est ce que le roi exprime lui-même dans sa lettre à Léon X déjà citée. Les contemporains sont unanimes pour confirmer qu’Artus Gouffier est le plus influent des conseillers de François Ier. Après la mort du grand maître, en avril 1519, Nicolas Versoris écrit que « s’il eust encores vesqu, ensamble monseigneur de Chevres, gouverneur et chancellier du Roy catolique, les guerres n’eussent esté telles comme depuys on[t] esté au moyen de que il gouvernoit bien les princes en amour35 ». Brantôme abonde en son sens et remarque que « quasi ces deux gouverneurs moururent en mesmes temps, dont fut grant dommage pour la chrestienté, car possible, usant de leur antique puissance, eussent-ilz faict condescendre les maistre a ung œuvre si bon et pie36 ».

22D’après ces deux points de vue, il semble que ce soit dans le domaine diplomatique que l’action d’Artus Gouffier sur la politique royale ait été déterminante. Jean Bouchet, pour sa part, va plus loin. Certes, à l’instar de Versoris et Brantôme, il dépeint le grand maître comme

« Le patient scrutateur des accors,
Querant la paix partout a criz et cors,
J’entens paix bonne et non adventuree ».

23Mais il en fait plus largement le « maistre du palais »,

  • 37 Jean Bouchet, Le labyrinth de fortune, 1524. Le prélude de l’ouvrage est constitué par une déplora (...)

« Que l’on avoit sur tous aultres choisy
Pour gouverner soubz le Roy tout son royalme37 ».

24D’après Bouchet, c’est donc sur l’ensemble de la politique royale qu’Artus Gouffier avait la haute main.

  • 38 Poitevin d’origine, comme les Gouffier, Jean Bouchet est au château de Bonnivet lorsqu’il présente (...)
  • 39 BnF, ms italien 1997, p. 323. Marco Dandolo à la République de Venise, écrite de Paris le 17 mars (...)
  • 40 Jean Barrillon, Journal, éd. 1897, I, p. 32.
  • 41 Cronique du roy Françoys premier de ce nom, éd. 1860, p. 16.

25On peut arguer que l’attachement de Jean Bouchet à la famille Gouffier38 l’a incité à forcer le trait. Pourtant, d’autres observateurs, peu suspects de dépendance à l’égard du grand maître de Boisy, ont produit des commentaires non moins éloquents. Dès 1516, un ambassadeur vénitien écrit ainsi que « el gran maistro Buisy, cum chi parlando a lungo questa matina, per esser cum questo Re come era Roan cum l’altro39 ». Comme signe de ces relations privilégiées du grand maître avec François Ier, Jean Barrillon note pour sa part que le Conseil du roi « se tenoyt le plus souvent en la chambre du sieur de Boisy40 ». La Cronique du roy Françoys résume parfaitement tous ces points de vue en décrivant Adrien Gouffier comme frère du seigneur « de Boissy, aultrement dict Gouffier, chevallier de l’ordre, grand maistre de France, soubz l’autorité duquel toutes chouses passoyent en la court du Roy41 ».

  • 42 Rendue possible par les ORF, I.
  • 43 Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du Roi sous Charles VIII et Louis XII, 198 (...)
  • 44 Son nom figure parmi les souscriptions de la confirmation des privilèges des maîtres des eaux et f (...)
  • 45 Dans les souscriptions des lettres portant que les actes pris par les lieutenants du bailli de Tou (...)

26Ces éléments semblent à première vue assez largement confirmés par les faits. Une étude de la souscription des actes royaux pendant les premières années du règne de François Ier42 confirme indirectement la remarque de Jean Barrillon : Artus Gouffier siège très régulièrement au Conseil du roi. Sur ce plan, la rupture créée par l’avènement de François Ier est considérable. Artus Gouffier n’avait en effet jamais siégé au Conseil sous Louis XII43. Or, il participe au Conseil dès le 10 janvier 151544 ; on l’y retrouve ensuite jusqu’en mars 151945, les seules interruptions coïncidant avec les ambassades qu’il a menées.

27Il convient pourtant de ne pas tirer de conclusion hâtive de sa participation au Conseil. En premier lieu, les actes royaux ne comportent pas systématiquement de liste des souscripteurs et, quand celle-ci existe, elle se conclut en général par les termes « et autres presens ». En second lieu, et c’est la raison principale, les souscriptions ne renseignent en rien sur la part de chacun des personnages présents aux décisions prises. On peut fort bien siéger au Conseil sans pour autant participer au débat, ni peser sur les délibérations. N’oublions pas que le Conseil du roi se caractérise notamment par l’absence de tout relevé de décisions, et a fortiori par l’absence de tout compte rendu des débats. Autrement dit, la présence au Conseil n’est en aucune manière, à elle seule, un indicateur fiable de l’influence d’un individu sur la politique du roi.

Diplomatie et finances : une véritable toute-puissance ?

  • 46 Fleuranges (Robert III de La Marck, seigneur de), Mémoires, 1913-1924, I, p. 210.
  • 47 Ce point de vue est partagé par Yves-Marie Bercé : cf. « Artus Gouffier, grand maître de la Maison (...)

28Il faut donc chercher ailleurs des signes de l’influence considérable que les commentateurs de l’époque ont prêtée au grand maître. La négociation du Concordat de Bologne en fournit l’occasion : c’est la première fois depuis l’avènement de François Ier que le rôle d’Artus Gouffier à ses côtés éclate au grand jour. Là encore, les commentaires sont unanimes ; certains n’hésitent pas à faire du grand maître le principal, sinon le seul, négociateur du Concordat. Fleuranges, ainsi, est catégorique : « Et fit ceste amytié [entre le roi et le pape] mons. le grant maistre Boysi46. » Jean Bouchet également, dans sa déploration déjà citée, écrit qu’Artus Gouffier avait su « conserver sa grant immunité » à l’Église47.

  • 48 Jules Thomas, op. cit., I, p. 297.
  • 49 On le trouve mentionné une dernière fois au Conseil du roi réuni à Milan le 30 décembre 1515 : cf. (...)

29D’autres analyses soulignent en revanche le rôle d’Antoine Duprat et attribuent plutôt à ce dernier la paternité de l’accord48. Chronologiquement, ils se sont succédé à la tête des négociations. Artus Gouffier, en effet, est reparti pour la France avec le roi dès le mois de janvier 151649 ; c’est Duprat qui a mené ensuite les tractations du côté français jusqu’à la signature du Concordat le 18 août 1516. On peut avancer l’hypothèse que Boisy a dirigé les préparatifs de la rencontre et en a fixé les grandes orientations, Duprat s’étant vu confié ensuite le détail et le suivi des négociations. Selon ce schéma, l’influence la plus déterminante, politiquement parlant, serait celle de Boisy.

  • 50 Si l’on en croit Jules Thomas (op. cit., I, p. 304-305), qui cite Barrillon, mais sans référence p (...)
  • 51 Jean Barrillon, op. cit., I, p. 167.
  • 52 Ibid., p. 173.
  • 53 Ibid., p. 174 ; Cronique du roy Françoys, p. 16.

30L’hypothèse est délicate à vérifier, mais des indices tangibles du rôle joué par Artus Gouffier existent bien par ailleurs. Avant l’entrevue de François Ier et de Léon X, ce dernier aurait fait remettre deux brefs, l’un à Duprat, l’autre à Boisy, pour les féliciter de leur dévouement et leur demander de persévérer en ce sens50. Lors de l’entrevue elle-même, à Bologne, le 11 décembre 1515, Artus Gouffier figure parmi les grands seigneurs qui accompagnent le roi51. Bien plus, c’est au grand maître que Léon X confie la tâche de « porter la queue de sa chappe52 », alors qu’il mène le roi vers sa chambre. Enfin, et peut-être surtout, c’est lors d’un consistoire tenu trois jours plus tard que le frère du grand maître, Adrien, est élevé au rang de cardinal53.

  • 54 BnF, Dupuy 160, fo 291. Instructions à Artus Gouffier, Étienne Poncher, évêque de Paris, et Jacque (...)
  • 55 Dans ses lettres adressées à Bonnivet, Florimond Robertet apprend à l’amiral que son frère aîné av (...)

31Par la suite, le rôle central du grand maître dans la diplomatie du roi de France se concrétise dans les relations avec Charles, nouveau roi d’Espagne depuis le début de l’année 1516, et le grand-père de celui-ci, l’empereur Maximilien. Les traités signés respectivement à Noyon en août 1516 et à Cambrai en mars 1517 avec l’un puis l’autre ont été négociés pour François Ier par des ambassades conduites par Artus Gouffier54. On retrouve le grand maître, malgré les assauts de plus en plus fréquents de crises de goutte55, à la tête d’une troisième ambassade, à Montpellier, en mai 1519.

  • 56 Un récit anonyme contemporain de l’entrevue de Montpellier a été publié par Le Glay, Négociations (...)

32À cette dernière date, le fragile équilibre établi par les traités de Noyon et de Cambrai se trouve bouleversé par le décès de Maximilien et la nécessité d’élire un nouvel empereur. La rencontre de Montpellier cherche à prévenir le conflit qui ne manquerait pas d’éclater si le roi de France ou le roi d’Espagne était élu. L’objectif tient du vœu pieux dans la mesure où chacun des deux veut précisément être élu. Le décès brutal du grand maître, le 13 mai 1519, à la suite d’une nouvelle crise de goutte, fournit un bon prétexte à la délégation française pour sortir de l’impasse et mettre fin à la négociation56. Il y a donc une coïncidence entre ce décès et le début des hostilités ouvertes entre le roi de France et l’empereur, en 1521. De là à y voir un lien de cause à effet (tant que le grand maître vivait, la paix a été préservée, donc le grand maître a su préserver la paix), il n’y a qu’un pas, que les commentateurs déjà cités plus haut ont vite franchi.

  • 57 AN, KK 289, fo 514.
  • 58 BnF, Italien 1998, p. 278.
  • 59 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 24. Mention de deux comptes rendus par Jacques Hurault à Artus Gouffie (...)
  • 60 AN, KK 289², fo 704 vo. Paiement à un chevaucheur de l’écurie du roi pour avoir porté une lettre d (...)

33Gardons-nous pourtant d’en faire autant. En effet, il est nécessaire de nuancer l’impression de toute puissance qu’a pu laisser l’action du grand maître de Boisy auprès de François Ier. Examinons pour ce faire, après la diplomatie, un autre domaine de la politique royale : les finances. Artus Gouffier avait en effet été chargé par le roi de superviser l’ensemble des questions d’argent. Ce rôle est toujours resté informel mais, là encore, des manifestations concrètes le confirment. En 1518, c’est à Artus Gouffier que Semblançay fait expédier les états des trésoriers de France et des recettes générales de Picardie, Bourgogne, Provence et Dauphiné57. C’est toujours chez Artus Gouffier que se réunissent Henri et Thomas Bohier, Jean d’Albret et Guillaume de Beaune, le 25 janvier 1519, pour rassembler des fonds en vue de l’élection impériale58. On trouve aussi des mentions d’échanges réguliers avec les généraux de finances59 et les trésoriers de France60.

  • 61 Propos tenus lors d’une séance du Parlement le 14 mars 1519 visant à déterminer qui, de Legendre d (...)

34C’est un simple conflit de compétence qui permet de se rendre le mieux compte du rôle joué par le grand maître en matière financière. En 1519, le Pont au Change, à Paris, menace de s’effondrer. Pierre Legendre, trésorier de France en Outre-Seine, refuse de prendre en charge les travaux, et il en informe le grand maître. Pour justifier son désistement, Legendre rappelle qu’il a autrefois pris en charge toutes les réparations à faire dans la ville « mais de present n’y peut subvenir, parce que on prent tous les deniers que on peut sur le fait du domaine, et a ceste cause a dit aud. grant maistre qu’il lui pleust y adviser61 ». Il considère donc qu’Artus Gouffier est le principal responsable de l’ordonnancement des dépenses, puisque c’est à lui qu’il demande de trancher cette affaire.

L’interlocuteur obligé

  • 62 Sur ce point essentiel, se reporter à l’analyse de Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances s (...)

35Par conséquent, le rôle d’Artus Gouffier en matière financière, comme en matière diplomatique, est incontestable et important. Il ne faut pas, cependant, y voir une marque de toute puissance du grand maître : les grandes orientations restent déterminées par le roi, et lui seul. L’impression de toute puissance produite sur les contemporains vient uniquement du fait que le roi a laissé, pour la mise en œuvre de ces orientations, une très large autonomie à quelques-uns de ses proches, et au premier chef au grand maître62. La place du grand maître serait donc avant tout celle de relais des décisions royales. Pour en avoir confirmation, commençons par examiner le cas du parlement de Paris, dont les relations avec François Ier ont souvent été houleuses.

  • 63 Jules Thomas, op. cit., II, 268-269.
  • 64 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Par (...)
  • 65 Jules Thomas, op. cit., II, p. 276.
  • 66 Roger Doucet, op. cit., I, p. 93-94.

36Le premier conflit important du règne est lié à l’enregistrement du Concordat signé en 1516. En effet, cette procédure n’avait toujours pas été conclue au début de l’année 1518. Le 13 janvier 1518, André Verjus et François de Loynes arrivent à Amboise, où se trouve le roi. Ils ont été dépêchés par les autres parlementaires et sont porteurs d’un mémoire exposant les griefs de la cour souveraine à l’encontre du Concordat. Ils sont d’abord reçus par Duprat, qui les renvoie vers le grand maître. Celui-ci leur fait savoir que le roi les fera attendre aussi longtemps qu’ils ont fait traîner l’affaire au Parlement63. Le 15 janvier, c’est à nouveau Artus Gouffier que le roi leur envoie pour leur demander de présenter par écrit leurs observations64. Quelques jours plus tard, c’est toujours le seigneur de Boisy qui les informe que le roi a décidé de consulter les autres parlements du royaume avant de les recevoir. C’est seulement le 28 janvier que les deux émissaires sont reçus par François Ier en personne65. Dès 1516, une délégation similaire était venue trouver le roi pour la même affaire. Elle avait elle aussi rencontré le grand maître avant de voir le roi. Artus Gouffier, déjà, s’était fait le porte-parole du roi et n’avait pas caché le mécontentement de celui-ci66.

  • 67 Ibid., I, p. 69.
  • 68 AN, X1A 9324A, no 9. Lettre du Parlement écrite le 29 août 1516 et adressée à un « très honnoré si (...)

37C’est encore en 1516 que François Ier promulgue une ordonnance sur les eaux et forêts. Le parlement de Paris y désapprouve notamment l’alourdissement des peines encourues pour les abus en matière de chasse. Peu désireux d’entrer en conflit ouvert avec le roi, les parlementaires se contentent « d’oublier » le texte. Après plusieurs mois de silence, François Ier leur envoie un émissaire : le grand maître en personne67. C’est sans doute toujours par son intermédiaire que les Parlementaires adressent par la suite leurs remontrances au roi sur le texte en question68.

  • 69 A. Le Glay, op. cit., II, no 94, p. 348 et suiv. Haneton et Naturelli à Marguerite d’Autriche, le (...)
  • 70 Ibid., p. 350.

38Les ambassades étrangères suivent un chemin comparable aux parlementaires pour atteindre le roi de France. Ils ne parviennent d’ailleurs pas toujours directement à lui. Ce fut le cas de Philibert Naturelli et de Philippe Haneton, qui étaient venus en mars 1519 au nom de Marguerite d’Autriche exposer leurs griefs relatifs à la présence de Fleuranges et de ses troupes dans Mouzon. Ils rencontrent Louise de Savoie et Artus Gouffier, qui assurent que Fleuranges n’agit pas en l’occurrence avec le soutien du roi de France. Louise parle en son nom propre, alors qu’Artus s’exprime au nom du roi69. Quelque temps plus tard, c’est toujours le grand maître qui leur transmet la réponse écrite du roi70. À aucun moment, les ambassadeurs n’ont rencontré François Ier en personne.

  • 71 BnF, ms frçs 3050, fo 80. Lettre d’Artus Gouffier à Florimond Robertet, le 10 avril 1519.
  • 72 CAF, I, 169, 956. Mandement du 20 février 1519 aux élus du Lyonnais pour la levée de 5 732 lt., quo (...)
  • 73 Philippe Hamon, « Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier », Franç (...)

39Encore ont-ils pu lui faire parvenir un message ; tous n’ont pas cette chance. C’est aussi en 1519 que les autorités de Lyon font savoir au grand maître, qui se trouve dans leurs murs, qu’elles ne pourront pas payer les sommes demandées par François Ier, compte tenu des frais importants nécessaires pour réparer les fortifications. Artus Gouffier décide de son propre chef de ne pas transmettre l’information au roi. Il estime en effet que Lyon paiera sans faire plus de difficultés71. On dira que cet exemple montre qu’Artus Gouffier prend des décisions seul, sans en référer au roi. Or, ne pas transmettre une information, ce n’est pas prendre une décision ayant une portée politique, c’est uniquement un signe de l’ampleur de la délégation accordée pour l’application des décisions. La seule décision politique, en l’occurrence, c’est celle qui avait pour objet de demander à Lyon une participation financière72 ; et cette décision, c’est au Conseil qu’elle a été prise, donc en présence du roi73.

  • 74 BnF, Dupuy 263, fo 59. Lettre non datée.

40Artus Gouffier est tellement omniprésent qu’il sert d’intermédiaire même quand il n’y a pas de décision politique directement en jeu. On voit ainsi le comte de Guise, Claude de Lorraine, écrire au grand maître pour lui demander de remercier François Ier de lui avoir envoyé des chiens de chasse74.

L’amiral de Bonnivet

  • 75 Notamment dans ce que Gilbert Jacqueton a appellé l’obligation des généraux, en 1520-1521 : cf. Gi (...)
  • 76 BnF, ms frçs 2994, fo 11. Bonnivet au roi, écrite de Montreuil-Bonnin le 11 août 1521. Cf. aussi P (...)

41Le rôle d’intermédiaire est plus immédiatement visible dans le cas du frère du grand maître, Guillaume Gouffier. En effet, celui-ci n’a jamais occupé une place aussi fondamentale dans la politique royale, que ce soit en matière financière ou en matière diplomatique. Sur le plan financier, le rôle tenu par Artus Gouffier est repris après sa mort par le Bâtard de Savoie. Bonnivet s’est certes trouvé impliqué dans des affaires financières75, mais jamais dans une position aussi centrale que son frère aîné. Toutefois, il a eu une influence déterminante dans un cas précis : c’est lui qui, dans une lettre de 1521, pose les bases de ce qui donne lieu à la grande réforme des finances de 1523, et à la création du Trésor de l’épargne76. C’est bien évidemment le signe d’une grande influence de Bonnivet auprès du roi.

42Cependant, deux remarques s’imposent. D’une part, la réforme elle-même a été décidée par le roi, et au moment où il l’a jugée opportune, soit près de deux ans après la proposition initiale de l’amiral. Cela confirme que les grandes orientations relèvent du roi. D’autre part, Bonnivet lui-même a clairement conscience de ne pas être au centre du dispositif des finances royales car, dans la lettre même où il esquisse la réforme du système financier, c’est le Bâtard de Savoie qu’il propose de maintenir à la tête du nouveau système. Encore peut-on voir dans cette dernière suggestion de l’amiral le signe d’une influence bien plus considérable car, si Bonnivet ne contrôle certes pas lui-même les finances royales et ne le souhaite même pas, c’est bien lui qui oriente le choix de celui qui en aura la responsabilité effective.

  • 77 Jean Barrillon, op. cit., II, p. 170 et Fleuranges, op. cit, I, p. 266. Barrillon au demeurant ne (...)

43Les interventions de Bonnivet sur le terrain diplomatique semblent tout aussi isolées que sa participation à la direction des finances royales. Le contraste avec ce qui a pu être écrit plus haut à propos de son frère aîné est là aussi frappant. Certes, l’amiral, comme son frère, est gratifié de gestes symboliques forts qui manifestent son implication dans certaines négociations, notamment en direction du roi d’Angleterre. Ainsi, au Camp du Drap d’Or, le 7 juin 1520, lors de l’entretien de François Ier et d’Henri VIII, qui en constitue le point d’orgue, seuls l’amiral de Bonnivet et le connétable de Bourbon sont admis sous la tente aux côtés du roi de France77. On peut voir là la consécration du rôle joué par Bonnivet depuis 1518 dans les relations franco-anglaises : c’est lui qui, cette année-là, avait dirigé l’ambassade du roi de France auprès d’Henri VIII.

  • 78 Conformément à une suggestion en ce sens faite dans une lettre à Bonnivet du 3 août 1518 par Franç (...)
  • 79 Villeroy semble être déjà en Angleterre le 30 août, alors que Bonnivet annonce au roi depuis Paris (...)
  • 80 Le 2 et le 4 octobre 1518 : cf. CAF, I, 154-155, 882-884.
  • 81 Bonnivet a débarqué le 18 septembre sur les côtes anglaises, ainsi qu’il l’annonce au roi dans une (...)

44Cependant, à y regarder de près, le rôle de Bonnivet dans cette ambassade est radicalement à l’opposé de celui joué par son frère à Bologne, ou même à Noyon et Cambrai. Dans ces deux derniers cas, le grand maître dirigeait réellement l’ambassade et conduisait les échanges avec son homologue Chièvres. À Bologne, s’il est parti au cours des négociations, c’était sans doute, on l’a vu, après en avoir défini les orientations. Au contraire, Bonnivet arrive en Angleterre alors que les contacts ont été établis depuis plusieurs semaines par les autres membres de l’ambassade78, notamment par Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy79. Le traité est signé80 quelques jours seulement après l’arrivée de l’amiral à Londres81, sans que celui-ci ait pu peser de manière déterminante sur sa conclusion.

Aux origines d’une administration moderne ?

Sa charge d’amiral

  • 82 CAF, I, 132, 762.
  • 83 Roger Doucet, op. cit., I, p. 120-122.

45Faudrait-il alors chercher du côté de l’exercice de la charge d’amiral de France les signes d’une action déterminante de Bonnivet sur la politique royale ? Bonnivet devient amiral de France le 31 décembre 151782. Il succède dans cette charge à Louis Malet, seigneur de Graville, décédé en 1516. Ainsi, il devient à son tour, presque trois ans après son frère, grand officier de la couronne. Cela étant, l’office est moins prestigieux que celui de grand maître. De création moins ancienne, l’office d’amiral est cantonné à des attributions administratives et judiciaires sur les navires et les ports, et sa compétence, concurrencée par l’existence d’amiraux pour la Bretagne, la Guyenne et la Provence, ne s’exerce réellement, malgré son titre, que sur le littoral de la Manche83.

  • 84 CAF, I, 102, 596. Acte édité dans Stéphano de Merval, Documents relatifs à la fondation du Havre, 1 (...)

46Il subsiste peu de traces de l’activité de Bonnivet en tant qu’amiral. C’est lui que François Ier charge de superviser la construction du Havre de Grâce84, dont il vient de décider la fondation. Il est logique de confier l’aménagement d’un port sur la Manche à l’amiral de France. Il est cependant surprenant de constater que c’est le 7 février 1517 que le roi confie cette tâche à Bonnivet ; en effet, c’est seulement à la toute fin de la même année que celui-ci obtient la charge d’amiral. Le titre serait donc venu confirmer l’exercice d’une charge déjà acquise dans les faits sans doute depuis la mort du seigneur de Graville. Ainsi, la personne prime sur la fonction.

  • 85 Lettres de provision de ces différents offices de capitaine, en 1525 et 1526, vacants par la mort (...)
  • 86 Honfleur, Dieppe et Brest.

47Le caractère éminemment personnel de l’office d’amiral se confirme à la lumière d’autres faits. Au moment de son décès, en 1525, Bonnivet est capitaine de plusieurs places-fortes du littoral atlantique : Nantes, Brest, Honfleur, Dieppe, Pont-Audemer85. Liées par leur nature à la fonction d’amiral, ces charges n’en sont pourtant pas moins indépendantes. En effet, Philippe Chabot, qui succède à Bonnivet en tant qu’amiral, n’est titulaire que de trois d’entre elles86. Rassembler sur une seule tête la charge d’amiral de France ainsi qu’un nombre significatif de places-fortes côtières ressemble fort à une tentative de François Ier d’unifier le commandement de la côte atlantique. S’agirait-il donc de constituer l’embryon d’une administration ? Confier au seul Bonnivet le titre de capitaine de ces différentes places est le seul moyen de les placer réellement sous l’autorité de l’amiral de France.

  • 87 CAF, VII, 436, 25507. Les lettres ne sont pas datées.

48Ajoutons que deux des places citées, Nantes et Brest, sont bretonnes. Faut-il y voir une tentative parallèle de grignoter l’autorité de l’amiral de Bretagne au profit de l’amiral de France ? Un autre signe autorise à le penser : en 1523, Bonnivet reçoit la jouissance du comté de Penthièvre87. La décision est officiellement motivée : il s’agit d’un dédommagement. En effet, la seconde épouse de l’amiral, Louise de Crèvecœur, ne peut plus percevoir le revenu de ses seigneuries flamandes, aux mains de Charles Quint. Le revenu du comté de Penthièvre est par conséquent destiné à compenser durant le temps nécessaire ce manque à gagner. Or, le comté de Penthièvre contrôle toute la côte nord de la Bretagne entre le Couesnon et l’Arguenon. En le confiant précisément à Bonnivet, François Ier contribue ipso facto à renforcer notablement la maîtrise des côtes bretonnes par l’amiral de France.

  • 88 CAF, VII, 445, 25592.
  • 89 BnF, ms frçs 3081, fo 50. Lettre de Bonnivet à Ymbert de Batarnay, écrite un 13 juin.

49D’autres indices d’un possible renforcement de l’autorité de l’amiral de France sont perceptibles. Si l’on continue de longer la côte atlantique vers le sud, on découvre qu’il se serait fait aux dépens de l’amiral de Guyenne, Louis II de La Trémoïlle. Son lieutenant s’appelait Renaud de Moussy88. Or, c’est un certain M. de Moussy que Bonnivet recommande un jour pour obtenir un des offices disponibles auprès du dauphin89. Il pourrait s’agir du fils du vice-amiral de Guyenne. De deux choses l’une : soit Renaud de Moussy est venu solliciter le patronage de Bonnivet en vue d’obtenir une charge pour son fils ; soit c’est l’amiral de France, mettant à profit son autre charge de gouverneur des enfants de France, qui aurait de son propre chef proposé l’office à M. de Moussy. On aurait dans cette seconde hypothèse affaire à une tentative de débauchage des subordonnés de l’amiral de Guyenne.

50Au total, pourtant, ces différents éléments ne suffisent pas à conclure à la réalité d’une expérimentation visant à centraliser les affaires maritimes entre les mains de l’amiral de France. Dans la perspective qui nous occupe ici, la réponse à cette question n’est pas essentielle. Ce qu’on constate en revanche, c’est que Bonnivet n’a aucune part dans tout ce processus centralisateur supposé. Il n’est pas l’inspirateur actif de ces décisions successives, quand bien même leur contribution à un plan concerté serait avérée. Bien au contraire, il en est d’abord l’instrument passif.

Sa participation au financement des entreprises royales

51Bonnivet est donc avant tout un outil de la politique de François Ier plutôt qu’un conseiller influent qui en orienterait les lignes directrices. Une analyse des mécanismes du financement des entreprises royales doit pouvoir nous l’assurer. L’essentiel de ce qui est conservé de la correspondance de l’amiral a été écrit lors de campagnes militaires, et s’adresse soit au roi, soit à un conseiller proche, le plus souvent Florimond Robertet. Il y donne des nouvelles de l’avancement de la campagne, de l’état des effectifs ou des difficultés rencontrées. Parmi celles-ci, il évoque perpétuellement les soucis que le paiement des gens de guerre lui cause. Le problème est crucial pour les troupes mercenaires, qui ne sont liées au roi de France que par l’argent qu’il leur verse chaque mois : que la source vienne à se tarir, et Suisses et lansquenets seraient tentés de laisser là leur employeur et de rentrer dans leurs foyers ou, pire, de se retourner contre lui.

  • 90 Cf. notamment BnF, ms frçs 2994, fo 38 (lettre à Robertet, écrite le 27 juillet 1521) ; ibid., fo (...)
  • 91 BnF, ms frçs 2994, fo 49. Lettre à Robertet, écrite le 22 août 1521.
  • 92 BnF, ms frçs 2985, fo 65. Lettre au roi, écrite le 19 septembre 1521.

52Cela explique l’insistance de l’amiral dans sa correspondance pour se faire expédier les fonds nécessaires au paiement des troupes mercenaires. Au cours de la campagne de l’été 1521, pendant laquelle il commande l’offensive en direction de la Navarre, il aborde constamment le sujet90, d’autant plus instamment que le terme pour le paiement se rapproche. À la fin du mois d’août, puis à nouveau à la fin du mois de septembre, alors que l’échéance est presque atteinte, Bonnivet annonce qu’il commence à chercher à réunir des fonds lui-même, en faisant appel à son crédit et à celui de Thomas Bohier, général des finances de Normandie, qui l’accompagne dans cette campagne91. Il précise même avoir dû, pour le mois de septembre, emprunter 100 000 francs afin d’effectuer les paiements92.

  • 93 En 1517, on lui rembourse, à lui et à d’autres, une somme de 1 227 l. 15 s.t. qu’il avait payée «  (...)
  • 94 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 28 (mention). Le testament lui-même avait été rédigé dès le 10 mars 15 (...)
  • 95 Jean Jacquart, François Ier, 1981, p. 250. Les sommes prélevées sur l’héritage de Duprat s’élevaie (...)

53Bonnivet utilise donc régulièrement ses ressources propres pour payer l’armée royale. Il lui arrive même, dans d’autres circonstances, de prêter de l’argent à François Ier93. Son cas n’est pas isolé : son frère Artus est sollicité de la même manière. Celui-ci en est pleinement conscient puisque, de son propre chef, quelques jours avant sa mort, le 7 mai 1519, il ajoute un codicille à son testament94, par lequel il laisse à François Ier les 50 000 écus et la vaisselle d’or qu’il garde au château de Chinon. Ce faisant, il contribue à protéger ses héritiers contre une ponction autoritaire du roi, qui serait probablement plus importante. C’est la mésaventure qui arrive aux héritiers d’Antoine Duprat, le chancelier n’ayant pas, à sa mort en 1535, pris les mêmes précautions que le grand maître de Boisy95.

  • 96 Philippe Hamon, op. cit., p. 228.
  • 97 BnF, ms frçs 3060, fo 56. Lettre à Robertet, écrite le 26 août 1521. Les critiques de l’amiral son (...)

54Les sommes dépensées pour gratifier ses proches de « récompenses » importantes ne le sont donc pas à perte, puisqu’une partie non négligeable est destinée à être réutilisée au service du roi, y compris (l’exemple d’Artus Gouffier le montre) après le décès du bénéficiaire. Il est en effet plus simple d’utiliser le crédit (proportionnel au montant important des dons et pensions reçus) d’hommes dépendant du roi que de banquiers plus difficiles à contrôler. Cela évite aussi des transferts de fonds importants, toujours malaisés et bien évidemment risqués, surtout en pleine campagne militaire. Autant l’hypothèse d’une politique d’unification des affaires maritimes est fragile, autant on a clairement affaire ici à un système de gouvernement96, dans lequel les frères Gouffier, notamment, sont instrumentalisés. Ils n’ont aucune initiative dans la mise en place de ce système. Bien au contraire, Bonnivet, lors de la campagne de 1521, est le premier à critiquer le rôle qu’on lui fait jouer97. Et la proposition de réforme qu’il énonce alors vise précisément à rendre ses critiques constructives.

55Le caractère systématique de ce mode de financement est souligné par la présence aux côtés de Bonnivet d’un financier, Thomas Bohier. On le retrouve près de lui lors de la campagne d’Italie de 1523, commandée une nouvelle fois par Bonnivet. L’instrumentalisation financière des proches du roi ne constitue donc pas une simple ressource d’appoint : elle fonctionne en symbiose avec le monde des gens de finances. Ainsi, on peut en quelque sorte voir en Bonnivet l’ordonnateur, et en Bohier le comptable : ce binôme ne semble pas être encore un principe institutionnalisé, mais une préfiguration de ce qu’est, sur ce plan du moins, l’État moderne.

56Cet embryon empirique de ce qui constitue peu à peu, mais bien plus tard, une norme en matière de gestion financière repose, faute d’institution établie pour la mettre en œuvre, sur la confiance accordée à un proche. Sous cet aspect, Bonnivet ne semble pas avoir un rôle de conseiller très marqué : il est, largement contre son gré, l’instrument du pouvoir pour pallier le déficit institutionnel. Il ne contribue guère à définir ou orienter la politique royale. De fait, au-delà de l’action ou de l’influence personnelle d’Artus ou de Guillaume Gouffier sur la politique royale, le point essentiel est bien la confiance virtuellement illimitée que François Ier a investie en eux. Cela fait d’eux des intermédiaires quasi-obligés de la politique qu’il mène.

  • 98 AN, X1A 9322, no 175. Lettre du 29 décembre 1519.

57Cette confiance a-t-elle amené l’amiral à jouer un rôle similaire à celui de son frère après la mort de ce dernier, notamment vis-à-vis du parlement de Paris ? C’est apparemment le cas. En effet, à la toute fin de l’année 1519, Bonnivet écrit aux parlementaires pour les informer que le roi leur envoie une lettre relative au procès de Jean de La Porte, seigneur de Vezins. Il leur confirme le contenu de la lettre royale, qui demandait que l’affaire soit expédiée au plus vite98. Toutefois, le rôle joué par l’amiral semble très différent de celui tenu par le grand maître. En premier lieu, il s’agit d’informations transmises au nom du roi, et non de requêtes remontant au roi. En deuxième lieu, Bonnivet n’est pas l’intermédiaire obligé du roi, puisque sa lettre ne fait que doubler une missive adressée directement par François Ier au Parlement. En troisième et dernier lieu, il ne s’agit pas d’une affaire politique, mais du procès d’un particulier. Ajoutons que l’autre partie dans ce procès n’était autre qu’Hélène de Hangest, veuve du grand maître et donc belle-sœur de l’amiral.

58La première de ces trois observations est la plus déterminante pour caractériser le rôle d’intermédiaire de Bonnivet : il est chargé de diffuser des nouvelles ou des ordres qui émanent du roi (c’est-à-dire des informations dans le sens « descendant ») ; son frère aîné, lui, était avant tout chargé de recueillir et de transmettre les requêtes faites au roi (c’est-à-dire des informations dans le sens « ascendant »).

Bonnivet, la doublure du roi

Un écran autour de la personne du roi

  • 99 Philippe de Montmorency, la mère des frères Gouffier, est la sœur de Guillaume de Montmorency, le (...)
  • 100 BnF, ms frçs 3028, fo 61 (Bonnivet à Montmorency, 16 octobre 1522).

59Les relations de Bonnivet avec Anne de Montmorency fournissent une excellente illustration de ce schéma. L’amiral transmet à son jeune cousin germain99 des ordres et des nouvelles de François Ier. En septembre et en octobre 1522, alors que Montmorency se trouve en Picardie, c’est par Bonnivet que celui-ci est informé des intentions royales : le roi souhaite que les gentilshommes de la Maison du roi se tiennent prêts à partir pour Nevers ; le roi souhaite connaître l’estimation du coût des fortifications à entreprendre à Corbie ; le roi souhaite que la compagnie commandée par Montmorency aille à Saint-Pierre-le-Moûtier100. Certes, à aucun moment, on ne voit l’amiral explicitement donner des ordres au jeune capitaine. Néanmoins, transmettre un ordre, c’est un peu le donner soi-même. Il y a bien une forme de hiérarchie informelle qui se dessine entre Bonnivet et Montmorency.

  • 101 BnF, ms frçs 3897, fo 200 et 244. Lettres de François Ier à Bonnivet et Montmorency, datées respec (...)

60On peut objecter qu’il est logique de voir Bonnivet transmettre les ordres du roi, puisque, d’une part, il est plus âgé que Montmorency et que, d’autre part, dans l’exemple choisi, c’est lui qui se trouve à la cour. Cependant, rien n’empêchait François Ier, s’il l’avait souhaité, d’écrire directement à Montmorency. De plus, même quand les deux hommes sont l’un et l’autre éloignés de la cour, Bonnivet se comporte toujours peu ou prou comme un supérieur hiérarchique vis-à-vis de Montmorency. Ainsi au cours de l’été 1523, Bonnivet se trouve à Lyon, pour préparer le passage des troupes de François Ier en Milanais. Montmorency, quant à lui, fait le tour des cantons suisses alliés au roi de France pour y lever des troupes. Bonnivet, seul, porte pour cette campagne le titre de lieutenant-général. Sur le papier, il occupe donc réellement un rang hiérarchique supérieur à Montmorency. Sur le papier seulement, car, à chaque fois que le roi leur transmet des nouvelles ou des instructions, il leur écrit conjointement101, laissant entendre que, dans son esprit, le commandement leur appartient à tous deux.

  • 102 BnF, ms frçs 3028, fo 47. Lettre du 8 août 1523.
  • 103 BnF, ms frçs 3027, fo 51. Lettre du 25 mai 1523.
  • 104 Ibid., fo 81. Lettre de Bonnivet à Montmorency, du 3 août 1523. C’est l’amiral qui rapporte la ques (...)

61Pourtant, dans les lettres alors échangées par Bonnivet et Montmorency, les relations ne sont pas du tout sur un pied d’égalité. L’amiral donne des conseils à Montmorency pour obtenir la levée la plus efficace du côté des Suisses102. Il l’exhorte à bien servir, et à donner des nouvelles régulièrement103. Du côté de Montmorency, l’expression est bien différente. Il demande ce qu’il doit faire après avoir effectué la levée des Suisses104. Autrement dit, il sollicite de lui-même les conseils, et reconnaît sa subordination à l’amiral. Cette asymétrie concorde avec leur degré d’intimité avec François Ier : Bonnivet est plus intime que Montmorency avec le roi, c’est donc lui qui a l’avantage dans leur relation.

  • 105 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 177-181.

62Ainsi, c’est la proximité du roi, et elle seule, qui détermine les hiérarchies au sein de l’entourage royal. Et c’est le plus intime de tous, Artus Gouffier d’abord, puis son frère Guillaume, pour ces années de début du règne, qui devient le principal écran entre le roi et son royaume, contribuant à imposer l’image d’un souverain littéralement hors du commun. La majesté royale en sort renforcée : son affermissement est par la suite une des constantes dans les développements de la monarchie absolue. Quelques décennies plus tard, Henri III, dès son avènement, exprime la volonté de se distinguer du reste de ses sujets105. Il existe cependant une différence entre les deux rois : alors qu’Henri III prend des mesures spécifiques pour se mettre à l’écart, la volonté d’isolement de François Ier ne transparaît qu’au récit d’événements ponctuels. On retrouve sur ce dernier point ce que l’on constatait en matière financière, et qu’on a supposé en matière maritime : les relations de confiance avec quelques proches jouent le rôle qui sera dévolu ultérieurement à des structures institutionnelles qui ne sont alors pas encore formalisées.

63Par ailleurs, le personnage qui joue le rôle d’écran suscite l’idée que c’est lui qui gouverne le royaume. Ce n’est d’ailleurs en rien dangereux pour le pouvoir royal : en cas d’échec politique, le roi peut en rejeter sur ce personnage la responsabilité. Artus Gouffier y a échappé car il est mort en pleine gloire, d’où les abondants commentaires cités précédemment sur son rôle politique, mais Guillaume en a fait les frais à sa propre mort en 1525 sur le champ de bataille de Pavie. Tenir le rôle de relais du roi, c’est donc tenir aussi celui de « fusible ».

  • 106 BnF, ms frçs 5761, fo 5. Lettre de Bonnivet et des autres ambassadeurs à François Ier, du 8 octobr (...)
  • 107 AN, KK 2892, fo 530 vo.

64Artus et Guillaume Gouffier n’assument pas uniquement un rôle de relais du roi. Ils ont aussi un rôle de représentants de sa personne. C’est par définition le cas lors des ambassades qu’ils ont dirigées l’un et l’autre. C’est tout particulièrement vrai en Angleterre en 1518. À cette occasion en effet, l’amiral a épousé au nom du dauphin, en octobre 1518, la fille d’Henri VIII106. Le procédé n’a rien d’extraordinaire en pareil cas. Ce qui est plus rare, c’est de voir l’ambassadeur payer de ses propres deniers un des cadeaux de mariage. Or, Bonnivet a commandé, payé pour 1 000 écus et offert un diamant à la princesse anglaise. Certes, ce faisant, il s’est contenté d’avancer la somme en attendant d’être remboursé ultérieurement107, à l’instar du paiement des gens de troupe. Cependant, il a doublement remplacé la personne du roi, lors de la cérémonie d’une part et pour le cadeau d’autre part.

L’amiral et le connétable : du gouvernement des princes au gouvernement du roi

  • 108 Si l’on en croit du moins ce que rapporte Brantôme : op. cit., III, p. 62-63.

65Cet effet de substitution a atteint un degré bien supérieur dans le conflit opposant François Ier à Charles de Bourbon, connétable de France. Autour de Noël 1519, le roi se trouve à Châtellerault, chez le connétable, et à proximité du chantier du château de Bonnivet, en construction par l’amiral. On peut déjà se rendre compte que le futur édifice sera monumental. À la question du roi lui demandant son avis sur ce château, le connétable aurait répondu que la cage était trop belle pour l’oiseau et, accusé de jalousie par le roi, il aurait ajouté : « Comment pourrais-je être jaloux d’un homme dont les ancêtres étaient heureux d’être les écuyers des miens108 ? »

  • 109 Cf. supra, n. 66.
  • 110 Le père de l’amiral, Guillaume Gouffier, a été chambellan du père du connétable, Jean II de Bourbo (...)

66S’opposent donc là deux conceptions radicalement irréconciliables du pouvoir royal et de son exercice. Bonnivet représente le principe du libre choix par le roi des conseillers qui l’entourent. Le connétable à l’inverse manifeste que c’est la naissance qui fait le conseiller. En tant que prince du sang, il est « naturellement » appelé à conseiller son roi. Il ne peut supporter d’être placé, au Camp du Drap d’Or par exemple109, sur le même plan qu’un personnage dont les ancêtres ont effectivement été au service des siens110.

  • 111 Jean Guillaume, L’architecture de la première Renaissance en Poitou : Bonnivet, Oiron, l’art nouve (...)

67L’édification du château de Bonnivet est, au demeurant, un acte symbolique que le roi, par l’intermédiaire de l’amiral, destine au connétable. En effet, l’amiral a choisi de ne pas prendre appui sur un édifice préexistant, et d’éliminer tous les éléments qui identifient traditionnellement la demeure noble et seigneuriale, au profit d’un parti résolument moderne, à l’image des résidences royales en chantier au même moment. C’est là une manière de souligner qu’il doit toute sa fortune au roi, non pas à sa puissance seigneuriale. Avant lui, seuls Pierre de Rohan au Verger et Georges d’Amboise à Gaillon en ont fait autant. Or, ils étaient aussi au nombre de proches du souverain. En reprenant de manière aussi exclusive le parti des seules demeures royales, ces châteaux, et celui de Bonnivet plus encore que Le Verger et Gaillon, se mettent d’eux-mêmes au service de l’idéologie exprimée dans les résidences royales111.

  • 112 Jean Guillaume, op. cit., 1981, II, p. 418.

68En opposition, les travaux engagés au même moment par Artus Gouffier à Oiron, non loin de là, obéissent à des principes plus classiques. Le château moderne d’Oiron prend appui sur une construction plus ancienne. Il est d’une facture moins innovante que celui de Bonnivet et n’est pas dépourvu des caractéristiques de la demeure noble. Bien plus, Oiron a un caractère dynastique très marqué. En effet, la chapelle du château est conçue dès l’origine comme un mausolée familial112. Enfin, Oiron occupe une position centrale dans les possessions d’Artus Gouffier en Poitou, alors que Bonnivet est une modeste seigneurie, très excentrée après le mariage de l’amiral en 1517 avec Louise de Crèvecœur, dont toutes les seigneuries se trouvent en Picardie. Il est, en revanche, à deux pas du duché de Châtellerault, pièce importante des possessions du connétable de Bourbon. Oiron est un élément à la gloire du lignage des Gouffier mais ne participe pas de l’idéologie royale ; c’est exactement l’inverse pour Bonnivet.

  • 113 BnF, ms frçs 5109, fo 96. éd. dans Paulin Paris, Études sur François Ier, réimpr. 1970, II, p. 120 (...)

69Dans les années qui suivent, le différend entre François Ier et le connétable de Bourbon s’envenime. Le 21 juillet 1523, celui-ci écrit à son lieutenant d’ordonnance pour lui raconter qu’il n’a pas pu se rendre à la cour pour régler ce contentieux, mais qu’il avait indiqué être disposé à rencontrer Bonnivet, porteur d’un message de François Ier. Il avait fait prévenir l’amiral qu’il irait au-devant de lui pour le rencontrer à Roanne. Cependant, malade, il a finalement demandé à l’amiral, au contraire, de venir le trouver à Montbrison113.

  • 114 Vincent J. Pitts, The man who sacked Rome: Charles de Bourdon, constable of France (1480-1527), 19 (...)
  • 115 AN, P 13731, no 2207. Arbitrage rendu le 8 juin 1514 entre Charles de Bourbon et Artus Gouffier.

70Envoyer un message manifeste généralement un geste d’apaisement ou l’expression d’une volonté de compromis. Cependant, Bonnivet représente tout ce que Bourbon déteste dans le pouvoir royal tel que l’exerce François Ier. François Ier le sait. Envoyer Bonnivet, c’est par conséquent une déclaration de guerre. Quoi que puisse dire l’amiral, sa venue ne peut que précipiter le connétable dans la fuite. Le véritable message est le messager lui-même ; les paroles de paix qu’il prononce114 ne sauvent que les apparences. Le connétable, toujours conscient de la nature réelle, c’est-à-dire politique, de l’enjeu, ne s’y trompe pas et prépare son départ dès le retour de Bonnivet pour la cour. Il est d’ailleurs probable qu’il avait fait ce choix bien avant l’arrivée de l’amiral à Montbrison. La prétendue maladie qu’il invoque dans sa lettre a surtout pour effet de l’empêcher d’aller à Roanne, c’est-à-dire au cœur des possessions de Claude Gouffier, fils du grand maître et neveu de l’amiral. Refuser d’aller à Roanne, c’est refuser de faire un pas, littéralement, vers le compromis. C’est donc déjà en soi une réponse au « message » que constitue la personne de Bonnivet, qui n’était pas plus conciliant. Ajoutons qu’en définitive le voyage de Roanne aurait été d’autant plus humiliant que c’est Bourbon lui-même qui avait cédé à Artus Gouffier, en 1514, ce qui lui manquait encore de la seigneurie de Roanne115.

  • 116 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, 1908-1919, t. I, p. 313.
  • 117 Brantôme, op. cit., III, p. 62.
  • 118 Ibid., III, p. 66 : « On dict que M. de Bourbon chercha fort ce jour-là ledict seigneur de Bonnivet (...)

71Après la fuite, le message n’est plus voilé. La haine du connétable pour l’amiral s’exprime ouvertement, comme l’indiquent deux épisodes lors des campagnes italiennes de 1524 et 1525. En 1524, lors de la retraite piteuse des troupes françaises, l’amiral passe précipitamment les Alpes, abandonnant le commandement des troupes116, car « si M. de Boubon l’eust attrappé, quand il eut mille vies, il n’en fust echappé, pour le mal mortel qu’il luy vouloit117 ». Sur le champ de bataille à Pavie, l’année suivante, le connétable réservait un sort funeste à l’amiral118, si celui-ci n’avait pas trouvé la mort avant. Tous ces épisodes illustrent l’opposition entre deux projets politiques, et Bonnivet est irrévocablement absent, par nature, pourrait-on dire, de celui du connétable.

72À travers la rivalité du roi et du connétable, on constate donc que le château de Bonnivet est substitué à une résidence royale, et la personne de l’amiral à un message explicite du roi. On se situe là dans l’ordre du symbole, que Guillaume Gouffier lui-même assume pleinement. En effet, c’est l’amiral qui a décidé seul du programme pour la construction du château de Bonnivet. Il ne lui a pas été dicté par le roi. Pourtant, il s’accorde parfaitement au modèle de gouvernement privilégié par François Ier : s’appuyer sur des serviteurs de confiance distingués par lui seul et non sur des conseillers imposés par le rang et la naissance. La confiance est nécessaire quand on utilise ces conseillers comme substituts à des institutions qui ne sont pas encore formalisées : on l’a vu en matière financière. L’amiral a conscience de sa place dans ce système, au point de prénommer ses trois fils François.

La mort de Bonnivet : du roi-chevalier au souverain moderne

73La mort de l’amiral à Pavie, le 25 février 1525, porte l’effet de substitution du favori au roi à son paroxysme. On se situe là au-delà du symbole, puisque c’est la vie même de l’amiral qui est en jeu. À Pavie, en effet, il s’agissait non pas de mourir pour le roi, mais bien à sa place. L’imagerie conventionnelle de la mort de Bonnivet à Pavie est celle du mauvais conseiller qui expie ses fautes en se jetant au cœur de la bataille sans espoir de retour.

  • 119 Fleuranges, op. cit., II, p. 162 ; Brantôme, op. cit., II, p. 377. Les deux mémorialistes insistent (...)
  • 120 Denis Crouzet, intr. à Champier (Symphorien), Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayar (...)

74Soulignons avant tout que l’attitude de Bonnivet juste avant et pendant la bataille correspond à l’idéal chevaleresque le plus pur. On sait que c’est Bonnivet qui, contre l’avis de la plupart des membres de l’entourage du roi, a insisté pour que l’on prenne Pavie119. Bonnivet manifeste par ce choix sa volonté d’assurer la gloire de François Ier, et cela passe par la prise de la formidable forteresse de Pavie, plutôt que par la plus modeste place de Lodi, objectif réaliste que les conseillers plus âgés suggéraient. Quelles que soient les piètres qualités de Bonnivet en tant que stratège, il n’est pas pour autant le jeune irresponsable que les commentateurs ont fait passer à la postérité : il a alors environ 40 ans, et il fréquente les champs de bataille d’Italie depuis plus de 15 ans. À défaut de compétence, cela lui confère au moins une certaine expérience. En fait, au-delà des considérations tactiques, Bonnivet partage l’état d’esprit dans lequel toute la classe nobiliaire d’alors évolue. Cette mentalité est incarnée par Bayard jusqu’à sa mort en 1524, sous les ordres de l’amiral. Replacée dans ce contexte, la mort de Bonnivet serait donc le modèle achevé de l’idéal chevaleresque du temps, qui va jusqu’à provoquer le combat et la mort, dans une attitude quasi suicidaire120.

  • 121 Et non pas « tout est perdu fors l’honneur », formule retenue par la postérité. Éd. de cette lettr (...)
  • 122 Pour une analyse de l’importance de la « vie sauve » dans la conception de l’honneur chez François (...)

75François Ier, pour sa part, ne peut se permettre d’en faire autant, même pour sauver son honneur de chevalier. Marignan avait été la victoire incontestée du roi-chevalier. Pavie, en revanche, souligne combien il est difficile de satisfaire dans la défaite à la fois aux devoirs du monarque moderne et aux exigences de la chevalerie, encore profondément ancrées dans les esprits. Son honneur de chevalier voudrait que François Ier ne survive pas à la défaite, mais le roi de France ne saurait risquer sa vie. En se sacrifiant, Bonnivet assume seul la responsabilité de la défaite et permet au roi de résoudre la contradiction entre l’idéal chevaleresque et les nécessités politiques, comme en témoignent les termes bien connus par lesquels il résume la situation à Louise de Savoie, dans les heures suivant sa capture : « Il ne m’est demouré que l’honneur et la vie sauve121. » Il est donc possible de conserver les deux122 : à peine dix ans après Marignan, l’idéal chevaleresque est définitivement supplanté par des considérations plus prosaïques, et la mort de Bonnivet à la place du roi contribue à assurer une transition efficace entre ces deux conceptions.

76La mort de Guillaume Gouffier est donc ainsi représentative d’un modèle qui vient de trouver, avec Bayard, son ultime point de perfectionnement. À l’inverse, la mort d’Artus Gouffier était la préfiguration d’un autre modèle qui ne trouve sa pleine expression qu’un bon siècle plus tard. La figure de l’homme de guerre, qui trouve sa seule justification dans le combat et l’affrontement avec la mort, se voit supplantée par celle de l’homme de cabinet, qui gouverne précisément sans combattre, voire en recherchant la paix.

77La différence entre les deux frères ne s’exprime pas uniquement sur ce plan symbolique. En effet, Artus est avant tout un relais pour les décisions du roi, alors que Bonnivet assume avant tout un rôle de représentation de la personne du roi, aucun des deux ne relevant cependant exclusivement de l’un ou l’autre modèle. Le grand maître est le ministre, présent dans tous les aspects de la politique royale. L’amiral est le favori, qu’on peut donc caractériser notamment comme celui qui se substitue, symboliquement ou réellement, à la personne du roi, de manière à éviter à celui-ci de perdre la face, sinon la vie.

  • 123 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, 1994, passim(...)

78Par-delà ces différences, les deux frères Gouffier ont en commun de n’avoir jamais été redevables qu’au roi. Ils n’ont pas été « nourris » dans la maison d’un prince, mais directement dans celle du roi. Artus a été placé par son père dans l’entourage direct de Charles VIII, et Guillaume à son tour a été placé parmi les jeunes compagnons de François d’Angoulême. Certes, à l’époque, le seul véritable « patron » est le roi. Cependant, les bienfaits qu’il dispense le sont généralement par l’entremise de grands seigneurs. Les Gouffier, eux, n’ont jamais dû leurs charges à un prince. En ce sens, ils préfigurent, en ce début de XVIe siècle, ce qui devient la règle pour l’ensemble de ce qu’on a pu appeler la « noblesse seconde » dans la seconde moitié du siècle : le roi s’attache directement des familles pour court-circuiter l’influence des grands123, ce que le connétable de Bourbon avait parfaitement compris.

  • 124 BnF, ms frçs 2960, fo 78. Lettres érigeant, le 3 avril 1519, en duché-pairie de Roannais les seign (...)

79Cela étant, noblesse seconde et grands seigneurs ne sont pas antagonistes : c’est précisément en faisant miroiter l’entrée dans la plus haute noblesse que le roi peut s’attacher des familles plus « modestes ». Artus Gouffier aurait dû lui-même devenir le premier duc et pair qui ne serait pas sorti des rangs des princes du sang, en 1519, si sa mort n’avait pas interrompu le processus124. La noblesse seconde ne sert pas le roi contre les princes, mais bien au contraire pour intégrer leurs rangs.

Après les frères Gouffier, l’entourage du roi

  • 125 Arch. dép. Loire, E 12, no 2. Lettres de Charles IX de novembre 1566. Pour la pairie, il faudra en (...)
  • 126 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 31. Lettres de Louise de Savoie du 31 octobre 1519 qui nomment Claude (...)
  • 127 Ibid., fo 34. Lettres de Bonnivet du 30 novembre 1519 qui présentent au roi Claude Gouffier pour l’ (...)
  • 128 BnF, Clairambault 164, p. 4827, no 8. Quittance de Claude Gouffier du 20 mars 1529 pour ses gages (...)
  • 129 ORF, IV, p. 165, no 411. Deuxième protestation de François Ier, le 14 février 1526. Autre éd. dans (...)

80C’est finalement en 1566 que Claude Gouffier, le fils du grand maître, se voit octroyer le titre de duc de Roannais125. Dès 1519 cependant, Bonnivet s’active au profit de son neveu. Il s’agit alors bel et bien de lui faire reproduire la carrière de son père Artus, et donc de lui obtenir à terme une place comparable auprès de François Ier : capitaineries d’Amboise126 et de Chinon127, sans doute aussi commandement de cinquante lances de l’ordonnance128. Le décès de l’amiral interrompt ce processus et surtout empêche Claude de figurer dans l’intimité de François Ier. En apparence, Claude Gouffier trouve encore sa place dans le premier cercle du pouvoir. En effet, fait prisonnier à Pavie, il est conduit à Madrid avec François Ier et se trouve parmi les souscripteurs de la protestation officielle contre le traité de Madrid que le roi vient d’être contraint de signer129. Cependant, par la suite, Claude Gouffier ne joue en rien le rôle politique éminent que son père puis son oncle avaient tenu auprès de François Ier.

Anne de Montmorency

  • 130 BnF, ms frçs 3027, fo 25. Lettre de Bonnivet à Montmorency, écrite un 5 avril. BnF, ms frçs 3041, (...)
  • 131 BnF, Clairambault 243, p. 471. Montre de la compagnie d’Artus Gouffier pour le quartier de juillet (...)
  • 132 BnF, Carré d’Hozier 302, fo 349. Lettres du 7 janvier 1515 conférant à Artus Gouffier la charge, c (...)
  • 133 BnF, Clairambault 245, p. 829.
  • 134 Comparaison réalisée avec une montre de la compagnie d’Artus Gouffier du 18 janvier 1516 : cf. BnF (...)

81C’est en fait Montmorency qui a pris auprès du roi la place laissée vacante par la mort de l’amiral. C’est d’ailleurs Montmorency qui devient le premier duc et pair à ne pas être né prince du sang. Il prend en fait tout à la fois la place d’Artus et de Guillaume Gouffier. D’abord grand maître puis connétable, il est le principal relais des décisions royales, comme Artus Gouffier. Et c’est le sort du favori disgracié qu’il subit en 1541. Simple seigneur de La Rochepot au début du règne de François Ier, sa carrière se déroule alors dans l’ombre de ses deux cousins. On a vu avec quel paternalisme Bonnivet s’adresse à lui lors de la campagne d’Italie de 1523, qu’ils dirigent conjointement. Avant l’avènement, il se trouve comme Bonnivet dans l’entourage de François d’Angoulême. Il paraît évident que sa présence dans ce petit cercle doit quelque chose à la fonction de gouverneur exercée par son cousin germain Artus Gouffier. Après l’avènement, plusieurs lettres indiquent que Montmorency est en relations régulières avec les Gouffier130. Il a, par ailleurs, été désigné dès août 1515131 comme lieutenant de la compagnie d’ordonnance dont le grand maître est devenu capitaine au mois de janvier précédent132. Il a occupé cette fonction jusqu’au décès d’Artus Gouffier. Devenu à son tour capitaine de l’ordonnance, c’est dans sa compagnie qu’on retrouve après 1519 bon nombre des hommes d’armes de la compagnie du grand maître : dans une montre du 22 juin 1520133, plus de la moitié des hommes d’armes commandés par Montmorency figurait les années précédentes dans la compagnie d’Artus Gouffier134.

  • 135 BnF, ms frçs 3082, fo 87. Lettre de Claude Gouffier à Anne de Montmorency, écrite un 9 mars.
  • 136 La carrière de Charles de Cossé est exposée plus en détail dans Jean-François Solnon, La cour de F (...)

82Signe de la position nouvelle de Montmorency, la relation qu’il entretient avec Claude Gouffier est à l’inverse de ce qu’elle était avec Guillaume Gouffier. C’est désormais le seigneur de Boisy qui manifeste sa dépendance à l’égard du futur connétable. Il signe par exemple les lettres qu’il lui adresse par « votre humble obeissant cousin. Boysy135 ». Comme on l’a vu précédemment, la hiérarchie informelle dans l’entourage du roi dépend du degré d’intimité de chacun avec le roi. C’est très clairement Montmorency qui tient désormais la première place. Anne de Montmorency, cousin et néanmoins client de Bonnivet, est devenu le premier patron du royaume après le roi, et les Gouffier figurent désormais parmi ses principaux clients. C’est en examinant la carrière de Charles, fils de René de Cossé et de Charlotte Gouffier, qu’on en prend le mieux la mesure. Né en 1507, il a d’abord été placé auprès des enfants de France sous les auspices de Bonnivet, son oncle, qui en était le gouverneur. Après 1525, sa carrière se poursuit brillamment au rythme de celle de Montmorency136. Les Cossé, premiers clients des Gouffier avant 1525, se trouvent donc, après 1525, sur un pied d’égalité avec ces derniers dans l’orbite montmorencéenne.

83Le roi reste donc maître du choix de ses conseillers. En octroyant à Montmorency la première place après lui, il privilégie manifestement la relation avec un compagnon d’enfance, comme il l’avait déjà fait pour Bonnivet. Certes, Bonnivet et Montmorency ont un lien de parenté proche, mais celui-ci n’entre pas en ligne de compte. C’est bien pour cette raison que Claude Gouffier ne figure jamais dans le tout premier cercle du pouvoir, malgré un lien de parenté encore plus direct avec l’amiral et le grand maître, et malgré un compagnonnage d’un autre genre, durant la captivité du roi.

84Ce point de vue est à nuancer cependant. Certes, le roi choisit Montmorency parce que c’est un compagnon d’enfance. Toutefois, si c’est le cas, c’est bien parce qu’il a été placé là par l’entremise de son gouverneur d’alors, Artus Gouffier. Celui-ci a donc bien quelque peu pesé sur le choix par François Ier de son plus proche conseiller. Cette influence est évidemment ténue, car très indirecte. Elle est même restée imperceptible aux yeux de Bonnivet, qui a manifestement tenté de créer un contexte favorable à son neveu Claude après 1519, sans tenir compte de la figure montante de Montmorency.

Postérité des conseillers auprès du roi

  • 137 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, 14 (...)
  • 138 François de Tournon, Correspondance, 1521-1562, éd. 1946, p. 37-38, no 1. Lettre à Robertet du 28 (...)

85Il semblerait d’ailleurs que le cas de Montmorency ne soit pas isolé. Un autre conseiller clé de François Ier a commencé sa carrière dans l’ombre des Gouffier : il s’agit de François de Tournon. Alors qu’il vient d’accéder à l’archevêché d’Embrun en 1518, le futur cardinal devient l’année suivante abbé de La Chaise-Dieu. Celui à qui il succède n’est autre qu’Adrien Gouffier137. Deux ans plus tard, Tournon, qui, de retour d’Embrun, se rend à la cour, croise à Autun l’amiral de Bonnivet et ses troupes, en route pour la Navarre. L’amiral lui a alors « commandé aller avecques luy en Guienne », ce à quoi Tournon n’a pas manqué d’obtempérer, malgré les affaires importantes qu’il avait à régler à la cour138. L’épisode indique clairement que Tournon est alors redevable à l’amiral, probablement de l’abbaye de La Chaise-Dieu.

86Le fait que les deux hommes se connaissent ne nous apprend pas grand-chose. Cela nous confirme seulement que le groupe dirigeant était socialement homogène. La vraie question reste de savoir quelle part les proches collaborateurs du roi ont dans le choix de leur successeur. Il y a là une conjonction d’intérêts. Les proches du roi ont en effet intérêt à avoir en permanence l’un des leurs auprès de la seule source de bienfaits, le roi, afin de garder intact leur pouvoir de redistribution. Le roi, pour sa part, a intérêt à s’entourer de gens fiables et compétents pour mettre en œuvre convenablement ses décisions. La succession des collaborateurs immédiats du souverain dépend donc étroitement des réseaux de solidarité au sein du groupe dirigeant.

87De ce point de vue, il y a donc bien une continuité parmi les plus proches conseillers de François Ier entre les frères Gouffier d’une part, Montmorency et Tournon d’autre part. Cela ne se traduit cependant pas par le choix conscient, par le grand maître ou l’amiral, de leur « successeur » auprès du roi. Au contraire, le cas de Claude Gouffier montre bien qu’une volonté délibérée, de la part de Bonnivet en l’occurrence, est vouée à l’échec si elle n’est pas validée par le roi. On a dit précédemment que Bonnivet avait clairement conscience de sa place auprès du roi. Ses tentatives en faveur de son neveu montrent bien qu’il n’en avait cependant pas perçu tous les tenants et aboutissants.

88Le choix reste celui du roi, qui a besoin de pouvoir placer toute sa confiance dans ces personnages pour pallier l’absence d’un tissu institutionnel conforme aux objectifs de l’État moderne en formation. Le roi cherche naturellement ces personnes sûres parmi les proches de ses proches. Ce n’est pas parce que Montmorency est le cousin germain de Bonnivet qu’il lui succède. Ce n’est pas parce que Claude Gouffier est le neveu de Bonnivet qu’il aurait pu lui succéder. Ce n’est même pas parce que Bonnivet lui-même est le frère d’Artus Gouffier qu’il lui a succédé. Dans tous ces cas, la succession s’est faite parce que le roi les a choisis. Or, si Bonnivet ou Montmorency ont eu l’opportunité d’être choisis par le roi, c’est bien parce qu’Artus Gouffier les avait placés l’un et l’autre auprès de lui. Et si le roi a choisi Tournon, c’est, au moins en partie, parce que Bonnivet l’a introduit dans son entourage proche. C’est en cela qu’il y a une continuité entre les conseillers les plus proches du roi.

*

  • 139 Artus est mort en 1519 et Guillaume en 1525. Si l’on ajoute qu’Adrien est mort en 1523 et Aymar en (...)

89Au final, le cas des frères Gouffier et leur parcours soulignent combien la faveur privée et la faveur politique sont liées. Leur accès aux leviers du pouvoir a été permis et accompagné par l’exercice patient, plusieurs décennies durant, d’une charge strictement domestique, a priori dénuée de tout contenu politique, le gouvernement des enfants de France. Au-delà de leur situation personnelle, les frères Gouffier ont également contribué, dès le début du règne, à façonner la composition de l’entourage immédiat de François Ier dans les années qui ont suivi leurs disparitions successives et rapprochées139.

90Ni marionnettes ni éminences grises, ils ont été l’un puis l’autre pendant quelques années les principaux relais des décisions du roi et les principaux représentants de sa personne, en vertu d’une délégation de pouvoir sans égale de leur vivant. Certes, les frères Gouffier n’ont pas contribué à définir les grandes orientations de la politique royale, du moins pas de manière aussi flagrante que ce que les commentateurs ont bien voulu signifier à propos du grand maître de Boisy, notamment. Ils ont été les instruments, dans une large mesure consentants et conscients, d’un programme politique conçu indépendamment d’eux. Ce programme est appliqué en s’appuyant sur des serviteurs de confiance. Celle-ci est proportionnelle au degré de dépendance que ces serviteurs ont par rapport au roi. Elle se manifeste, pour l’application des décisions, par une délégation de compétence dont l’ampleur dissimule d’autant mieux l’absence d’une réelle autonomie de décision.

91S’ils n’ont donc guère pesé sur les décisions ayant une véritable portée politique, les frères Gouffier n’en sont pas moins, chacun à leur manière, révélateurs d’évolutions fondamentales de la monarchie. La place accordée par le roi à Bonnivet souligne que le caractère « naturel » du gouvernement des princes, tels les Beaujeu quelques décennies plus tôt seulement, est révolu. Avec la mort de l’amiral, c’est aussi la page du roi-chevalier qui se tourne. Avec celle de son frère, c’est au contraire un nouveau chapitre des formes d’exercice du pouvoir qui s’ébauche. L’image qu’il laisse en 1519 dessine une des toutes premières esquisses de ce que seront, plus d’un siècle plus tard, dans de tous autres contextes, les figures des cardinaux-ministres, Richelieu puis Mazarin.

Notes

1 À propos d’Artus et Guillaume Gouffier, dans une lettre à Léon X, citée par Antoine Aubery, Histoire générale des cardinaux, 1642-1649, III, p. 223.

2 Cité par Jules Thomas, Le concordat de 1516, ses origines, son histoire au XVIe siècle, 1910, III, p. 186.

3 Un exposé plus complet de l’histoire de la famille Gouffier à partir de cette époque constitue la trame de la première partie de Pierre Carouge, L’amiral de Bonnivet et sa famille (vers 1450-vers 1525), thèse de l’École des chartes, 1999, I, p. 60-180. La matière du présent article provient pour sa part, pour l’essentiel, de la troisième partie de ce même travail.

4 Jean de Saint-Gelais, Histoire de Louis XII, éd. 1622, p. 179-181. Voir aussi R. Maulde La Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, 1885, p. CXXI, n. 7. La date exacte de la nomination d’Artus à la charge de gouverneur de François d’Angoulême est inconnue.

5 AN, F17 13281 B. Lettre envoyée par l’intendant du château de Boisy le 7 septembre 1474 apprenant à Guillaume Gouffier que sa femme a accouché la veille d’un garçon qui a été prénommé Artus.

6 Paulin Paris, Études sur François Ier, 1970 (rééd.), I, p. 47.

7 À titre de comparaison, c’est ce que relève Nicolas Le Roux à propos des mignons d’Henri III, quelques décennies plus tard : La faveur du roi, Seyssel, 2000, p. 89-94.

8 BnF, Clairambault 164, p. 4825, no 6. Quittance de Guillaume Gouffier pour ses gages de capitaine, en date du 6 octobre 1510. Voir aussi Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, 1851, II, p. 404 et 411.

9 BnF, ms frçs 20648, fo 53. Lettre d’Artus Gouffier à sa mère, écrite de Plaisance le 19 octobre 1494. Il y mentionne « [son] frère Gillot ». Éd. dans Étienne Fournial, Monsieur de Boisy, 1996, p. 141-142.

10 Cette estimation est rendue possible, et plausible, grâce à la précision des informations tirées du testament de sa mère, Philippe de Montmorency, établi le 24 juin 1488 : cf. AN, T 15368, no 107.

11 Si l’on en croit Jean de Saint-Gelais (op. cit.), c’est Louise de Savoie qui aurait suggéré à Louis XII le nom d’Artus Gouffier comme gouverneur de son fils, après la condamnation de Gié.

12 BnF, ms frçs, fos 54-55. Lettre d’Artus Gouffier à son père, écrite de Rome le 12 janvier 1495 : « Tant que le duc de Calasbre até en seytte ville, j’é été toujours en la conpagnie de Monsieur de Chaumont. Mè au partir de sytte ville, je n’yré plus car je sere a la fin de ce moys Monsieur Denville. » Éd. dans Étienne Fournial, op. cit., p. 147-149.

13 AN, T 15368, no 108. Contrat de mariage du 15 juin 1472.

14 AN, T 15367, no 67. Contrat de mariage du 8 avril 1451.

15 BnF, Nouveau d’Hozier 159, fo 23. Contrat de mariage du 10 février 1500 (mention).

16 AN, T 15368, no 98. Contrat de mariage passé du 11 février 1504.

17 R. Maulde La Clavière, op. cit., p. 34 et 163. Interrogatoires respectifs de Louise de Savoie (17 juillet 1504) et de Pierre de Rohan (octobre 1504).

18 AN, T 15376, no 8. Contrat de mariage du 14 juin 1506.

19 Il figure avec ce titre parmi les exécuteurs testamentaires de Charles d’Orléans, père de François d’Angoulême : cf. R. Maulde La Clavière, op. cit., p. 721.

20 BnF, ms frçs 2922, fo 5. « Instructions de l’ordre qui est à donner et faire à Amboise pour la garde et seureté de Monseigneur le Dauphin », en date du 27 août 1494. On ignore la date exacte à laquelle Guillaume Gouffier père s’était vu confier cette fonction.

21 Il porte ce titre le 30 juillet 1490 dans un acte de Charles VIII lui conférant le privilège de committimus : cf. BnF, Cabinet d’Hozier 168, fo 25 vo (mention).

22 Pierre Sala, dans ses Prouesses de plusieurs roys, dediées au roy François Ier (BnF, ms frçs 10420) décrit notamment la bataille de Fornoue : « Le jeune seigneur de Boisy […] et d’aultres bons gens d’armes, mais petit nombre, estoient de costé le Roy, qui moult vertueusement le deffendoient. »

23 On en ignore pour lui aussi la date exacte, mais il existe une importante série de lettres de l’amiral sur ce sujet, adressées à Ymbert de Batarnay, seigneur du Bouchage, à qui l’exercice de cette charge avait manifestement été délégué par Bonnivet. On peut citer notamment BnF, ms frçs 2972, fo 26 ; fr. 2980, fo 21 et 22 ; fr. 3028, fo 29 ; fr. 3090, fo 1.

24 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 E suppl. 153-1, no 5 et 30. Deux lettres de Madame de Boisy à la reine, datées d’un 12 avril et d’un 19 juin, qui donnent des nouvelles de la santé d’Henri, alors encore nourrisson.

25 AN, KK 2892, fo 511. Paiement effectué par Semblançay à un orfèvre pour une émeraude remise à Anne Gouffier en tant que gouvernante de Charlotte de France.

26 Charles Gautier, Histoire de Brissac, 1920, p. 349-357.

27 Arch. dép. Maine-et-Loire, E 2096, cité par Charles Gautier, op. cit., p. 353. René et Charlotte accompagnent d’ailleurs les fils de François Ier en Espagne en tant qu’otages, conformément aux clauses du traité de Madrid.

28 BnF, ms frçs 3068, fo 108, cité par Charles Gautier, op. cit., p. 355.

29 Alfred Spont, Semblançay, 1895, p. 98, note.

30 BnF, Carré d’Hozier 302, fo 346 (mention).

31 BnF, Clairambault 816, p. 373 (copie xviiie s.).

32 Elles sont détaillées dans Pierre Carouge, op. cit., p. 144 et 367-370.

33 BnF, ms frçs 2960, fo 77 (copie xviiie s.).

34 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, 1998, p. 126 ; Roger Doucet, Les institutions de la France au XVIe siècle, 1948, I, p. 122-123.

35 Nicolas Versoris, Livre de raison, éd. 1885, p. 10.

36 Brantôme, Œuvres complètes, éd. 1864-1882, I, p. 217.

37 Jean Bouchet, Le labyrinth de fortune, 1524. Le prélude de l’ouvrage est constitué par une déploration sur la mort d’Artus Gouffier, d’où sont tirées les citations qui précèdent.

38 Poitevin d’origine, comme les Gouffier, Jean Bouchet est au château de Bonnivet lorsqu’il présente au dauphin Henri ses Épîtres morales et familières. Par ailleurs, outre la déploration sur la mort d’Artus Gouffier, Le labyrinth de fortune contient aussi des remerciements appuyés à Hélène de Hangest.

39 BnF, ms italien 1997, p. 323. Marco Dandolo à la République de Venise, écrite de Paris le 17 mars 1516. Cf. aussi Alfred Spont, op. cit., p. 134, note.

40 Jean Barrillon, Journal, éd. 1897, I, p. 32.

41 Cronique du roy Françoys premier de ce nom, éd. 1860, p. 16.

42 Rendue possible par les ORF, I.

43 Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du Roi sous Charles VIII et Louis XII, 1980, I, p. 397-436.

44 Son nom figure parmi les souscriptions de la confirmation des privilèges des maîtres des eaux et forêts : cf. AN, X1A 8611, fo 12.

45 Dans les souscriptions des lettres portant que les actes pris par les lieutenants du bailli de Touraine seront intitulés au nom du bailli : cf. ibid., fo 288 vo.

46 Fleuranges (Robert III de La Marck, seigneur de), Mémoires, 1913-1924, I, p. 210.

47 Ce point de vue est partagé par Yves-Marie Bercé : cf. « Artus Gouffier, grand maître de la Maison du roi (vers 1472-1519) », Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution, 1970, p. 218.

48 Jules Thomas, op. cit., I, p. 297.

49 On le trouve mentionné une dernière fois au Conseil du roi réuni à Milan le 30 décembre 1515 : cf. AN, X1A 8611, fo 155 vo.

50 Si l’on en croit Jules Thomas (op. cit., I, p. 304-305), qui cite Barrillon, mais sans référence précise.

51 Jean Barrillon, op. cit., I, p. 167.

52 Ibid., p. 173.

53 Ibid., p. 174 ; Cronique du roy Françoys, p. 16.

54 BnF, Dupuy 160, fo 291. Instructions à Artus Gouffier, Étienne Poncher, évêque de Paris, et Jacques Olivier, président au parlement de Paris, juin 1516. L’ambassade française à Cambrai est composée des mêmes émissaires : cf. Jean Barrillon, op. cit., I, p. 263.

55 Dans ses lettres adressées à Bonnivet, Florimond Robertet apprend à l’amiral que son frère aîné avait fixé initialement son départ pour Montpellier à la fin février ou au début mars 1519 ; la maladie l’oblige à reporter son départ à la fin avril : cf. BnF, ms frçs 5756, fo 15 (lettre du 21 février 1519) et fo 25 vo (lettre du 26 avril 1519).

56 Un récit anonyme contemporain de l’entrevue de Montpellier a été publié par Le Glay, Négociations diplomatiques entre la France et l’Autriche, 1845, II, p. 450-454, no 410.

57 AN, KK 289, fo 514.

58 BnF, Italien 1998, p. 278.

59 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 24. Mention de deux comptes rendus par Jacques Hurault à Artus Gouffier, le 25 mai 1517 et le 27 décembre 1518. AN, KK 289², fo 616 vo. Paiements à un chevaucheur de l’écurie du roi pour avoir porté, en 1517 ou 1518, des lettres des généraux des finances à Artus Gouffier.

60 AN, KK 289², fo 704 vo. Paiement à un chevaucheur de l’écurie du roi pour avoir porté une lettre d’Artus Gouffier à Philibert Babou.

61 Propos tenus lors d’une séance du Parlement le 14 mars 1519 visant à déterminer qui, de Legendre d’une part, ou de Semblançay et Bohier d’autre part, devait payer les travaux : cf. AN, X1A 1521, fo 99 vo.

62 Sur ce point essentiel, se reporter à l’analyse de Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, 1994, p. 400-402.

63 Jules Thomas, op. cit., II, 268-269.

64 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, 1921-1926, I, p. 98.

65 Jules Thomas, op. cit., II, p. 276.

66 Roger Doucet, op. cit., I, p. 93-94.

67 Ibid., I, p. 69.

68 AN, X1A 9324A, no 9. Lettre du Parlement écrite le 29 août 1516 et adressée à un « très honnoré sieur » que rien ne permet d’identifier comme Artus Gouffier. Il ne s’agit en tout cas pas du roi lui-même, puisque le Parlement s’adresse toujours à lui comme à son « souverain seigneur ». C’est Doucet qui propose de voir dans le destinataire le grand maître, ce qui serait effectivement assez logique.

69 A. Le Glay, op. cit., II, no 94, p. 348 et suiv. Haneton et Naturelli à Marguerite d’Autriche, le 16 mars 1519, relatant l’entrevue.

70 Ibid., p. 350.

71 BnF, ms frçs 3050, fo 80. Lettre d’Artus Gouffier à Florimond Robertet, le 10 avril 1519.

72 CAF, I, 169, 956. Mandement du 20 février 1519 aux élus du Lyonnais pour la levée de 5 732 lt., quote-part attribuée à leur élection dans la répartition d’une imposition de 300 000 lt. sur tout le royaume (mention).

73 Philippe Hamon, « Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier », François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance, 1996, p. 173.

74 BnF, Dupuy 263, fo 59. Lettre non datée.

75 Notamment dans ce que Gilbert Jacqueton a appellé l’obligation des généraux, en 1520-1521 : cf. Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie, 1892, p. 35-37. Dans cette affaire qui a pour objet une obligation signée par les généraux de finances français en faveur d’Henri VIII, Wolsey a adressé à Bonnivet, le 8 décembre 1520, un état des développements de l’affaire : cf. BnF, Dupuy 486, fo 129 bis.

76 BnF, ms frçs 2994, fo 11. Bonnivet au roi, écrite de Montreuil-Bonnin le 11 août 1521. Cf. aussi Philippe Hamon, op. cit., p. 360 et 368.

77 Jean Barrillon, op. cit., II, p. 170 et Fleuranges, op. cit, I, p. 266. Barrillon au demeurant ne mentionne que l’amiral, pas le connétable.

78 Conformément à une suggestion en ce sens faite dans une lettre à Bonnivet du 3 août 1518 par François Ier, qui n’était apparemment pas dupe de l’inexpérience de l’amiral : cf. Bibl. nat. fr. 5761, fo 5. Cette lettre et d’autres relatives à cette ambassade ont été éditées par Monique Garand-Zobel, « Lettres échangées entre François Ier et ses ambassadeurs à Londres (août-octobre 1518) », Bibliothèque de l’École des chartes, 1954, t. 112, p. 104-125.

79 Villeroy semble être déjà en Angleterre le 30 août, alors que Bonnivet annonce au roi depuis Paris qu’il est sur le point de partir pour Calais : cf. BnF, ms frçs 5761, fo 6 vo.

80 Le 2 et le 4 octobre 1518 : cf. CAF, I, 154-155, 882-884.

81 Bonnivet a débarqué le 18 septembre sur les côtes anglaises, ainsi qu’il l’annonce au roi dans une lettre écrite de Sandwich ce jour-là : cf. BnF, ms frçs 5761, fo 10 vo.

82 CAF, I, 132, 762.

83 Roger Doucet, op. cit., I, p. 120-122.

84 CAF, I, 102, 596. Acte édité dans Stéphano de Merval, Documents relatifs à la fondation du Havre, 1875, p. 9-11, no 3.

85 Lettres de provision de ces différents offices de capitaine, en 1525 et 1526, vacants par la mort de l’amiral de Bonnivet : cf. CAF, II, 747, 18556 (pour Nantes) ; 686, 18207 (pour Brest) ; 755, 18592 (pour Honfleur) ; 754, 18590 (pour Dieppe) ; 767, 18862 (pour Pont-Audemer).

86 Honfleur, Dieppe et Brest.

87 CAF, VII, 436, 25507. Les lettres ne sont pas datées.

88 CAF, VII, 445, 25592.

89 BnF, ms frçs 3081, fo 50. Lettre de Bonnivet à Ymbert de Batarnay, écrite un 13 juin.

90 Cf. notamment BnF, ms frçs 2994, fo 38 (lettre à Robertet, écrite le 27 juillet 1521) ; ibid., fo 11 (lettre au roi, écrite le 11 août suivant) ; fr. 3030, fo 17 (lettre au roi, écrite le 12 août) ; fr. 2975, fo 33 (lettre au roi, écrite le 18 août) ; fr. 3030, fo 24 (lettre à Robertet, écrite le même jour).

91 BnF, ms frçs 2994, fo 49. Lettre à Robertet, écrite le 22 août 1521.

92 BnF, ms frçs 2985, fo 65. Lettre au roi, écrite le 19 septembre 1521.

93 En 1517, on lui rembourse, à lui et à d’autres, une somme de 1 227 l. 15 s.t. qu’il avait payée « par le commandement dud. sr » l’année précédente : cf. BnF, ms frçs 26115, no 151 (rôle des sommes payées par Jean Prunier, receveur général de Languedoïl, commissaire au paiement des menus plaisirs de la Chambre, pour les mois de juillet, août et septembre 1516).

94 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 28 (mention). Le testament lui-même avait été rédigé dès le 10 mars 1518.

95 Jean Jacquart, François Ier, 1981, p. 250. Les sommes prélevées sur l’héritage de Duprat s’élevaient à 300 000 lt.

96 Philippe Hamon, op. cit., p. 228.

97 BnF, ms frçs 3060, fo 56. Lettre à Robertet, écrite le 26 août 1521. Les critiques de l’amiral sont tournées vers les gens de finances, évidemment pas vers le roi.

98 AN, X1A 9322, no 175. Lettre du 29 décembre 1519.

99 Philippe de Montmorency, la mère des frères Gouffier, est la sœur de Guillaume de Montmorency, le père d’Anne.

100 BnF, ms frçs 3028, fo 61 (Bonnivet à Montmorency, 16 octobre 1522).

101 BnF, ms frçs 3897, fo 200 et 244. Lettres de François Ier à Bonnivet et Montmorency, datées respectivement du 22 octobre et du 17 septembre 1523.

102 BnF, ms frçs 3028, fo 47. Lettre du 8 août 1523.

103 BnF, ms frçs 3027, fo 51. Lettre du 25 mai 1523.

104 Ibid., fo 81. Lettre de Bonnivet à Montmorency, du 3 août 1523. C’est l’amiral qui rapporte la question posée par Montmorency, avant d’y répondre.

105 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 177-181.

106 BnF, ms frçs 5761, fo 5. Lettre de Bonnivet et des autres ambassadeurs à François Ier, du 8 octobre 1518.

107 AN, KK 2892, fo 530 vo.

108 Si l’on en croit du moins ce que rapporte Brantôme : op. cit., III, p. 62-63.

109 Cf. supra, n. 66.

110 Le père de l’amiral, Guillaume Gouffier, a été chambellan du père du connétable, Jean II de Bourbon, jusqu’en 1470 : cf. BnF, ms frçs 22299, p. 45. Lettres de provision de l’office de conseiller et chambellan, le 23 février 1470, en lieu et place de Guillaume Gouffier (mention).

111 Jean Guillaume, L’architecture de la première Renaissance en Poitou : Bonnivet, Oiron, l’art nouveau de 1510 à 1540, 1981, I, p. 104-105. L’analyse a été reprise par le même auteur dans Le château de Bonnivet, 2006, p. 72-73.

112 Jean Guillaume, op. cit., 1981, II, p. 418.

113 BnF, ms frçs 5109, fo 96. éd. dans Paulin Paris, Études sur François Ier, réimpr. 1970, II, p. 120-122.

114 Vincent J. Pitts, The man who sacked Rome: Charles de Bourdon, constable of France (1480-1527), 1993, p. 282.

115 AN, P 13731, no 2207. Arbitrage rendu le 8 juin 1514 entre Charles de Bourbon et Artus Gouffier.

116 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, 1908-1919, t. I, p. 313.

117 Brantôme, op. cit., III, p. 62.

118 Ibid., III, p. 66 : « On dict que M. de Bourbon chercha fort ce jour-là ledict seigneur de Bonnivet, et l’avoit fort recommandé aux siens pour le pouvoir prendre vif, a luy faire un party et affront ignominieux, sinon le tuer, car il luy en vouloist fort. »

119 Fleuranges, op. cit., II, p. 162 ; Brantôme, op. cit., II, p. 377. Les deux mémorialistes insistent sur le rôle déterminant joué par l’avis de l’amiral.

120 Denis Crouzet, intr. à Champier (Symphorien), Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard, 1992, p. 16.

121 Et non pas « tout est perdu fors l’honneur », formule retenue par la postérité. Éd. de cette lettre dans Aimé Champollion-Figeac, La captivité du roi François Ier, 1847, p. 12.

122 Pour une analyse de l’importance de la « vie sauve » dans la conception de l’honneur chez François Ier, cf. Léon Halkin, « Pour une histoire de l’honneur », Annales ESC, 1949, no 4, p. 433-444.

123 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, 1994, passim et en particulier p. 58.

124 BnF, ms frçs 2960, fo 78. Lettres érigeant, le 3 avril 1519, en duché-pairie de Roannais les seigneuries de Boisy et Roanne (notamment) au profit d’Artus Gouffier. Le grand maître étant mort un mois et demi plus tard, ces lettres n’ont jamais pu être enregistrées au Parlement. Le père Anselme (t. V, p. 293) en fournit une édition.

125 Arch. dép. Loire, E 12, no 2. Lettres de Charles IX de novembre 1566. Pour la pairie, il faudra encore attendre jusqu’en 1612 : cf. ibid., no 5. Lettres de Louis XIII de février 1612.

126 BnF, Carré d’Hozier 303, fo 31. Lettres de Louise de Savoie du 31 octobre 1519 qui nomment Claude Gouffier capitaine d’Amboise à la place de feu son père Artus (mention). Il est précisé que les lettres royales de provision de cet office ont suivi dans le courant de l’année 1520.

127 Ibid., fo 34. Lettres de Bonnivet du 30 novembre 1519 qui présentent au roi Claude Gouffier pour l’office de capitaine du château et de la ville de Chinon que tenait son père (mention). Il est précisé que les lettres royales de provision de cet office ont été signées le 16 avril 1520 par François Ier.

128 BnF, Clairambault 164, p. 4827, no 8. Quittance de Claude Gouffier du 20 mars 1529 pour ses gages de capitaine d’une compagnie de 50 lances de l’ordonnance. C’est la plus ancienne trace de cette charge. Pour l’obtention de cette charge, l’influence de Bonnivet, décédé quatre ans plus tôt, pour probable qu’elle soit, ne peut donc être vérifiée.

129 ORF, IV, p. 165, no 411. Deuxième protestation de François Ier, le 14 février 1526. Autre éd. dans Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 467.

130 BnF, ms frçs 3027, fo 25. Lettre de Bonnivet à Montmorency, écrite un 5 avril. BnF, ms frçs 3041, fo 7. Lettre d’Adrien Gouffier à Montmorency, écrite un 17 février. Dans les deux cas, l’auteur de la lettre sollicite de Montmorency l’envoi de nouvelles de sa part plus régulièrement.

131 BnF, Clairambault 243, p. 471. Montre de la compagnie d’Artus Gouffier pour le quartier de juillet à septembre 1515.

132 BnF, Carré d’Hozier 302, fo 349. Lettres du 7 janvier 1515 conférant à Artus Gouffier la charge, capitainerie et conduite de 50 lances de l’ordonnance (mention).

133 BnF, Clairambault 245, p. 829.

134 Comparaison réalisée avec une montre de la compagnie d’Artus Gouffier du 18 janvier 1516 : cf. BnF, Clairambault 243, p. 741.

135 BnF, ms frçs 3082, fo 87. Lettre de Claude Gouffier à Anne de Montmorency, écrite un 9 mars.

136 La carrière de Charles de Cossé est exposée plus en détail dans Jean-François Solnon, La cour de France, 1987, p. 145.

137 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, 1489-1562, 1951, p. 24-25.

138 François de Tournon, Correspondance, 1521-1562, éd. 1946, p. 37-38, no 1. Lettre à Robertet du 28 juillet 1521.

139 Artus est mort en 1519 et Guillaume en 1525. Si l’on ajoute qu’Adrien est mort en 1523 et Aymar en 1528, on constate que les quatre frères sont décédés dans un intervalle de moins de 10 ans.

Auteur

Archives départementales de la Vienne

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540