Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les nouveaux conseillers

Entre légistes et ministres : Antoine Duprat (1463-1535), conseiller technicien de François Ier

Christophe Vellet

Note de l’éditeur

Et Cédric Michon pour le paragraphe intitulé « Le Parlement contre Duprat au moment de Pavie » et la note 57.

Texte intégral

Compétences multiples : héritage, formation et expérience d’un conseiller chevronné

  • 2 Marcellin Boudet, Documents sur la bourgeoisie dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. Les Du (...)
  • 3 AN, M 394, dossier XVII ; François Du Chesne, Histoire des chanceliers et des gardes des sceaux de (...)
  • 4 Christophe Vellet, De la marchandise à la prélature, carrière politique d’un homme de robe au serv (...)
  • 5 Christiane Morand, Les institutions municipales de Clermont 1357-1504, thèse, université de Clermo (...)
  • 6 Leur fils Claude Duprat, futur évêque de Mende, naquit en 1484 (arch. dép., Puy-de-Dôme, 1 G 18, f(...)
  • 7 AN, Z1A 68, fos 28 ro -30 ro.
  • 8 Arch. dép. Allier, 2G 72/2, no 52, 21 août 1472 : vidimus d’une clause du testament de Jeanne Juli (...)
  • 9 AN, Z1A 21, fo 157 ro, 174 ro. M’incite à supposer ceci le fait que le frère de Françoise Veyny fu (...)

1Il faut aujourd’hui se résigner à remettre en cause, au moins en partie, la généalogie établie par Marcellin Boudet et peut-être aussi l’origine sanfloraine2 . L’ancêtre paternel à présent assuré du chancelier n’est pas un Antoine, ni le Pierre Duprat vicaire de l’évêque de Saint-Flour, mais un marchand déjà présent près d’Issoire en 1411, proche des seigneurs du Broc de la famille de Murol, et mort entre 1439 et 1445. L’arrière-grand-père du chancelier laissait quatre fils, dont Henri, l’aïeul d’Antoine Duprat3 . La famille, qui n’en reste pas moins marchande, évolue rapidement dans le milieu des officiers de finance locaux. Les liens d’Antoine alias Henri Duprat et Pierre Mandonnier, autre Issoirien, receveur des finances du bas pays d’Auvergne jusqu’en 1449, ne se limitaient pas au cas de faux monnayage pour lequel Mandonnier obtint une lettre de rémission : Géraud, l’un des trois frères d’Antoine Henri, épousa la fille de Pierre Mandonnier4 . On sait qu’Austremoine Bohier, oncle maternel de Duprat, fut élu pour le roi au moins au début des années 14905 . Le père du chancelier, marchand et patricien d’Issoire veuf de Jacquette Bohier, se remaria, au plus tard en 1484, avec Jeanne Laubespin6 , vraisemblablement fille de James Laubespin, marchand très actif et fortuné originaire de Gannat, possessionné à Riom et Clermont7 , receveur des finances du haut pays puis du bas pays d’Auvergne à la fin du règne de Charles VII et au début du règne de Louis XI8 , qui fut d’ailleurs en affaire avec Claude Veyny, probable grand-père ou grand-oncle de la femme de Duprat9 . Le futur conseiller de François Ier naquit et grandit parmi des spécialistes du maniement des deniers privés et royaux.

  • 10 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1G 18, avril 1517 : information relative à Thomas Duprat, élu évêque de Cl (...)
  • 11 Christophe Vellet, thèse citée, p. 31.
  • 12 AN, X1C 177A, no 97.
  • 13 Christophe Vellet, thèse citée, p. 32-33.

2On ne connaît pour ainsi dire rien de sûr au sujet de la formation d’Antoine Duprat, au contraire de celle de deux de ses frères, les prélats Claude et Thomas, une vingtaine d’années plus tard, qui fournit éventuellement quelques indices quant à leur aîné10 . Ainsi les petites écoles d’Issoire, d’origine monastique puis municipales, considérées parmi les trois meilleures de la province, avec celles de Clermont et Billom, ont dû être son lieu d’apprentissage des lettres jusque vers la quinzième année. Un ambassadeur vénitien présentant la « fiche signalétique » du chancelier, indique, on ne sait d’après quelle source, qu’il étudia dans un « collegio » sans préciser où. Puis il aurait pris des degrés universitaires à Toulouse11 . La découverte de nouveaux documents montre que ce n’était pas là une nouveauté dans la famille : en 1448 son grand-oncle Jean est étudiant en droit à la faculté de Toulouse où l’accompagne son frère Géraud12 . Licencié in utroque ou seulement en droit civil, ou docteur ès droits selon les documents et les moments, le jeune Antoine serait passé par l’université de Pavie13 .

  • 14 Il apparaît en qualité de témoin appelé dans la minute d’un acte notarié du 19 décembre (arch. dép (...)
  • 15 Christophe Vellet, thèse citée, p. 39.
  • 16 Sur Thomas Bohier, voir Bernard Chevalier, « Nouveau regard sur Thomas Bohier (vers 1460-1524) gén (...)
  • 17 Christophe Vellet, thèse citée, p. 57-66.
  • 18 Christophe Vellet, thèse citée, p. 68-86.

3Quoi qu’il en soit, on peut affirmer depuis peu qu’Antoine Duprat débuta sa carrière au siège du bailliage de Montferrand en qualité d’avocat, au plus tard à 25 ans, en 148814 . Ses premiers contacts avec le gouvernement datent de la régence exercée à Moulins par Anne et Pierre de Beaujeu durant l’expédition de Charles VIII vers Naples15 . Ses cousins germains, Bohier, Thomas au premier chef, prennent alors de plus en plus d’importance grâce à l’alliance avec les Briçonnet et la nébuleuse financière ligérienne16 . Un rapprochement décisif vers le pouvoir s’opère lorsque Duprat parvient à se procurer un office de maître des requêtes de l’hôtel du roi. La majeure partie de son passage en cet office (1504-1506) est consacrée aux procédures à l’encontre du maréchal de Gié, le reste par la délicate ambassade auprès de Maximilien d’Autriche, soit des missions sur des dossiers très politiques, qui lui valurent d’être remarqué et d’obtenir un office de « quart » président au parlement de Paris le 2 novembre 150617 . Mais à cette époque caractérisée par l’influence exercée sur Louis XII par Georges d’Amboise, pour lequel les frères et Antoine et Thomas Bohier sont de dévoués auxiliaires, Duprat est désigné avant tout autre pour succéder, déjà, à Jean de Ganay au poste de premier président (31 janvier 1508). Il participe à plusieurs reprises à des séances du Conseil du roi, notamment à l’occasion de la rédaction des coutumes d’Auvergne à laquelle il préside en 1510. S’il est pressenti par la rumeur pour succéder au chancelier de Ganay mort en 1512, le roi lui préfère son chancelier de Milan Étienne Poncher, désigné garde des sceaux. Il doit se contenter d’une fonction de relais entre le roi et la ville de Paris au moment des périls de 1513. C’est en 1514 qu’il se trouve plus fréquemment à la cour du roi qu’à celle du Parlement, au moment des dernières incertitudes quant à la succession au trône. Le clan auquel il appartient et lui-même se rendent suffisamment utiles à l’héritier présomptif François de Valois-Angoulême pour ne pas être oubliés au moment crucial18 . C’est donc un quinquagénaire plein d’expérience que le jeune roi de 21 ans prend pour son chancelier de France le 7 janvier 1515.

Au fondement de la position : chancelier, un conseiller à part

  • 19 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 43 (...)

4Au deuxième rang des dignitaires de la couronne, inamovible, fait chevalier à son entrée en fonction – détail d’importance concernant Duprat –, placé à la tête de toute la justice du roi, parlements compris, chef de sa chancellerie jugeant les actes royaux à l’audience du sceau, président régulier ou occasionnel de plusieurs institutions (requêtes de l’Hôtel, Conseil du roi sur la justice, Grand Conseil), ayant pouvoir d’examiner les postulants aux offices royaux et recevant le serment de certains nouveaux titulaires, le chancelier disposait potentiellement de puissants leviers au sein de l’administration royale19 .

  • 20 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 105-1 (...)
  • 21 T. II, p. 126-140.
  • 22 LP, III, 276, p. 91.
  • 23 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). Co (...)

5Technicien, le chancelier rédige rapports, notes, mémoires, textes législatifs. À l’origine du texte du concordat de Bologne, il le défend dans un mémoire commandé par le roi qui veut répondre à celui du parlement de Paris20 . Le Journal de Jean Barrillon donne le texte d’un mémoire justificatif des prétentions du roi à l’Empire21 . Un fragment d’instruction à un diplomate anglais se focalise sur l’obstruction de Duprat aux réclamations de sujets d’Henri VIII22 . En janvier 1528 Jean Du Bellay et de Brosse s’impatientent à Londres de ne voir arriver un mémoire du chancelier destiné à leur servir de base pour les négociations qu’ils auront à mener23 .

  • 24 Karl Lanz (éd.), Correspondenz des Kaisers Karl V., t. I, Leipzig, 1844, p. 6.

6Dans les cérémonies officielles, il est, en qualité de chancelier, la bouche du roi, qui exprime la réponse, la volonté, la décision du souverain, à tel point qu’en février 1515 les envoyés de Charles de Habsbourg à la cour de François Ier alors à Compiègne remarquent à leur grande surprise que le roi, en dépit de la présence de Duprat et d’autres conseillers, leur fait lui-même réponse à l’exposé de leur charge24 . Le rôle est identique quand il s’agit de politique intérieure. Le chancelier, après avoir pris ses instructions du roi, répond pour lui à un envoyé ou une députation, ou va le représenter auprès des corps constitués, cours de justice, états, municipalités. Ses rapports très houleux avec le parlement de Paris, de l’enregistrement du concordat aux séances de juillet 1527 en passant par l’affaire très personnelle de Sens et Saint-Benoît-sur-Loire n’en sont que les exemples les plus « médiatisés ».

7Cependant la vision que l’on peut avoir de son action est sur toute la durée mal discernable du fait de la multiplicité de ses activités au service du roi, enchevêtrant ses différentes dignités et fonctions.

  • 25 Voir par exemple Pierre Bourdon, Le concordat de François Ier et l’indult de Charles Quint. Leur c (...)
  • 26 Robert J. Knecht, op. cit., p. 177-181.

8En effet, François Ier l’emploie dès le début au-delà des strictes attributions de chancelier, ainsi dans la grande politique, la diplomatie non tant du quotidien – Florimond Robertet conserve ce secteur – que celle des négociations d’importance qui impliquent des discussions serrées et précises des contenus, des termes. Les conférences tripartites de Calais comportent tant d’aspects juridiques que la présence du chancelier face à ses homologues s’impose25 . Cependant l’issue en est trop soumise à l’évolution du rapport de force sur le terrain militaire et à l’opinion des souverains pour pouvoir tirer objectivement des conclusions positives ou négatives sur les protagonistes26 . Des accords préalables à l’expédition vers le Milanais à ceux illustrés par le mariage d’Henri et de Catherine de Médicis en 1533 en passant par le concordat de Bologne, la campagne électorale pour le trône impérial, les différentes entrevues franco-anglaises (Camp du Drap d’Or, Calais, Ligue de Cognac, Amiens), il participe, certes jamais seul, de près ou de loin, à la plupart des affaires internationales engageant le roi de France, ce que n’induisait pas automatiquement la dignité de chancelier, mais la confiance du roi et de sa mère régente en une certaine expertise technique comme en la fidélité de sa représentation de leur positionnement diplomatique.

9Pourtant, c’est plus encore vers le domaine des finances royales que le roi « détourne » l’emploi du temps de son chancelier, même à partir du moment où celui-ci devient un « prélat d’État ».

Tout pour « l’argent du roi »

  • 27 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 176 et 117-127.
  • 28 Pierre de Vaissière (éd.), Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515-1521, (...)
  • 29 Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, Federico Stefani et al. (éd.), Venise, 1879-1903, 58 vol (...)

10Dans un paradoxe d’apparence, les finances du roi semblent être le fil rouge de l’action d’Antoine Duprat sous le règne de François Ier, qu’il ait revêtu le costume du diplomate, la tenue du chancelier ou les habits du prélat d’État. Il s’agissait de gérer l’urgence du besoin, de prendre l’argent là où on pouvait le trouver, y compris chez soi, de jongler avec le rythme des rentrées et des dépenses, de vivre avec la permanence du déficit27 . Le concordat conçu et négocié par Duprat ne signifie-t-il pas la prise de contrôle par le souverain des bénéfices ecclésiastiques les plus rémunérateurs, lui permettant la distribution à frais minimum de cadeaux, récompenses et sources de revenus au profit de ses conseillers et de leurs réseaux ? Son discours aux représentants des bonnes villes en mars 1517 est à très nette coloration économique, monétaire et financière28 . En juin 1517 c’est chez Duprat à Paris qu’a lieu une opération de vérification des comptes des généraux des finances des règnes précédents et du nouveau roi, les travaux durant au moins six heures par jour, mais dirigés par le Bâtard de Savoie29 .

  • 30 Philippe Hamon, op. cit., p. 379 ; Hélène Michaud, op. cit., p. 43-45. Un acte notarié de mars 153 (...)

11D’une façon générale, la dignité de chancelier à la tête d’une équipe déjà étoffée confère une position clef grâce aux procédures de genèse et d’expédition des actes administratifs royaux. Il peut chicaner le contenu d’un dossier, prendre le temps de discuter un point de droit ou de forme, faire passer les uns en urgence et attendre les autres, d’autant que le roi lui délègue souvent les assignations sur les rôles d’acquits30 . Il dispose donc au moins partiellement des moyens de gérer des priorités. De Marot aux frères Du Bellay, combien ont déploré les manœuvres dilatoires du chancelier ? On lui impute la fin lamentable de l’expédition de Lautrec devant Naples (1527-1529) comme on avait reproché le désastre de la campagne de 1521-1522 à Semblançay.

  • 31 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (15 (...)
  • 32 Victor-Louis Bourrilly, Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 12.
  • 33 Pierre de Vaissière (éd.), op. cit., p. 309-314 ; Guillaume Ribier, Lettres et memoires d’Estat de (...)

12La reprise et la généralisation de la guerre à partir de 1521-1522 emballent le rythme des nécessités financières. Après un premier don gratuit imposé aux villes au début de l’année 1522, un emprunt de 100 000 écus est à nouveau demandé aux Parisiens début novembre dans une assemblée où le chancelier représente le roi. Après l’épisode de l’embastillement pour contestation de son utilisation des conseillers au Parlement Verjus, Turquan et Séguier, Duprat, le grand maître Gouffier de Boisy et son frère l’amiral Bonnivet proposent la vente de l’emprunt sous forme d’une rente au classique denier 12, assurée par la ville et gagée sur ses revenus fiscaux31 . Par ailleurs, le positionnement de Duprat à la tête de l’État de justice peut laisser supposer qu’il est derrière nombre d’édits de création d’offices, tels celui de février 1523 créant douze offices de rapporteur en la chancellerie de France, vendus 1 000 livres chacun32 . On sait par le Journal de Barrillon que le chancelier eut à préparer fin 1521 dans une note au roi l’argumentaire d’un édit créant vingt offices de conseiller au parlement de Paris dont on espérait tirer 120 000 livres. Duprat, qui a connu presque dix ans le Parlement de l’intérieur avant de l’affronter, s’exécute mais, très peu convaincu de l’opportunité politique de cette initiative, déclare son scepticisme au roi et ne s’incline que conscient de l’urgence financière. De fait le Parlement résiste jusqu’à la fin mars 1522 avant de se résigner, sous la menace, à enregistrer et publier l’édit33 .

13Pourtant Duprat doit encore rester en retrait des généraux des finances (dont deux sont néanmoins ses cousins germains) et de Semblançay auquel il ne facilite rien. En prélude à la réforme de 1523-1524 (trésor de l’Épargne), un projet de réforme de 1522-1523, où il a probablement son rôle, prévoit de redonner une place de choix au chancelier.

  • 34 Philippe Hamon, op. cit., p. 344-352 et la notice du présent livre sur Semblançay par Philippe Ham (...)
  • 35 Ibid., p. 350.
  • 36 Ibid., p. 356.
  • 37 Ibid., p. 358-366.
  • 38 Ibid., p. 377-378.
  • 39 Ibid., p. 415, 419 et 379, 494-495.
  • 40 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappe (...)
  • 41 Marino Sanuto, op. cit., t. XLII, col. 458-459, 488, 621, t. LXIV, col. 524.
  • 42 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIV, col. 223.
  • 43 Michel François (éd.), Correspondance du cardinal François de Tournon, Paris, 1946, no 8, p. 43-44 (...)
  • 44 Marino Sanuto, op. cit., t. XLVI, col. 447, 470-471.
  • 45 Marino Sanuto, op. cit., t. XLV, col. 474.
  • 46 Michel François (éd.), Correspondance…, op. cit., no 21 ; Philippe Hamon, L’argent du roi…, op. ci (...)

14À partir de 1524, Semblançay, dans une mauvaise situation financière personnelle, est écarté de la direction des finances royales, puis poursuivi, condamné et exécuté34 . En l’absence d’éléments documentaires probants, Philippe Hamon demeure plus circonspect que d’autres auteurs quant au rôle de Duprat dans sa chute35 . Parallèlement les généraux des finances ne sont plus conviés au Conseil du roi mais seulement utilisés comme experts par le roi, le Conseil et Duprat36 . C’est que le Conseil, en fait le Conseil étroit ou privé, a pris le contrôle direct de l’ordonnancement et des flux des finances, soit avant tout Duprat, Lautrec, l’amiral Chabot de Brion soutenus par Louise de Savoie et assistés de robins et de prélats, tels de Jean de Selve et François de Tournon37 . Dans le contexte de la régence et de la captivité du roi, le rôle du chancelier est accru sans que cette position soit officiellement établie, même si le terme de « surperintendance » est repris à son profit38 . Chargé des très complexes volets techniques de la gestion financière par défaut de compétence des autres conseillers, seul véritable expert monétaire, il parvient à drainer vers lui la documentation et l’information financière et comptable, passant souvent outre la hiérarchie des gens de finance, et se pose en intermédiaire obligé au Conseil, écartant avec l’appui de Louise de Savoie les velléités parlementaires de se mêler des deniers royaux39 . Duprat semble en effet difficilement contournable pour tout ce qui touche aux finances royales, à partir de 1526-1527, en particulier pour le financement de la guerre40 . Il a à charge la gestion financière de la contribution française à la ligue de Cognac41 . Il se rend lui-même à Lyon début 1527 pour trouver de l’argent42 . Mais durant l’hiver 1527-1528 il éprouve les pires difficultés à financer l’armée de Lautrec43 . Lors d’un lit de justice en décembre 1527, Duprat reste sur place après le départ du roi, devant préciser aux représentants des ordres du royaume les besoins financiers pour la guerre et la rançon des enfants de France44 . Ce rôle lui permet de rester présent, avec Madame et le grand maître Anne de Montmorency, aux négociations de la poursuite en 1528 de la guerre aux côtés de l’Angleterre, du Saint-Siège, de Venise, Milan, Florence45 . Début juin 1528 il convie chez lui à Vanves Tournon et d’autres conseillers à un dîner suivi d’une séance de travail : Lautrec a besoin de 200 000 livres46 .

  • 47 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappe (...)
  • 48 On conserve le texte d’un « advis » du légat Duprat (1532) sur l’obtention du pape, négociée à Rom (...)
  • 49 Philippe Hamon, op. cit., p. 86-96.
  • 50 Fernand Bournon (éd.), Chronique parisienne de Pierre Driart, dans Mémoires de la Société d’histoi (...)
  • 51 Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Lou (...)
  • 52 Marino Sanuto, op. cit., t. LVII, col. 443.

15Et son nouveau statut de prélat non seulement ne diminue en rien l’importance de son rôle, mais la renforce grâce à la haute main qui lui est donnée sur les décimes, la principale contribution de l’église gallicane au budget du royaume47 . Les dignités et bénéfices ecclésiastiques accumulés par Duprat finissent par en faire une sorte de tête de l’église gallicane entre le roi et le souverain pontife48 , notamment en matière financière. La facilité de l’obtention de la bulle accordant une ou des décimes dépendait certes de l’état des relations entre Rome et la France, mais leur fréquence et leur importance comptable eurent bien tendance à augmenter49 . En qualité d’archevêque de Sens (1525), évêque d’Albi (1528) et Meaux (1534), cardinal (1527-1535) et enfin de légat de latere représentant le pouvoir du pape dans l’étendue du royaume (1530-1535), Antoine Duprat a pu contribuer aux prémices d’une organisation du clergé de France dans ce domaine, par exemple en ayant recours à l’imprimé à caractère circulaire et administratif. En février 1527 le clergé du diocèse de Paris, ayant reçu les bulles pontificales accordant au roi une décime officiellement pour la lutte contre les Turcs, décide de solliciter Duprat, chancelier et archevêque ayant autorité sur le diocèse de Paris, afin qu’il fasse amender le texte de la bulle50 . Ses deux secrétaires Barrillon et La Forêt sont employés à l’expédition des actes relatifs aux décimes de 1527, des quatre de 1529 et des deux levées en 153351 . Début 1533 il préside chez lui la réunion de prélats qui doit offrir l’aide du clergé au roi52 . On avait là une autre implication financière du régime bénéficial établi par le concordat négocié à Bologne.

  • 53 Philippe Hamon, op. cit., p. 63.
  • 54 Ibid., p. 375, 386-387 ; Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France,(...)
  • 55 Francis Decrue, op. cit., p. 151.

16La situation financière des années 1527-1529 amenant à définir des priorités, Duprat finit par plaider pour une paix moins ruineuse que la guerre, tandis qu’on doit réunir la rançon du roi53 . Cependant il doit le plus souvent collaborer avec Montmorency, qui justement a à charge le rassemblement de la rançon54 . Illustration en négatif de la réputation d’expert monétaire de Duprat, la postérité l’accusa d’avoir été derrière l’insertion de monnaies d’aloi douteux parmi les sacs à livrer aux Impériaux55 .

  • 56 CAF, III, 7979, 107.
  • 57 Philippe Hamon, op. cit., p. 381-382. Sur le rôle dans les finances de Pierre Filleul et François (...)
  • 58 Ibid., p. 433-439.
  • 59 Ibid., p. 449-481.
  • 60 Ibid., p. 531, 534.

17Le jour même de sa mort était expédié un mandement royal au trésorier de l’Épargne de payer au maître ordinaire des comptes à Paris Jean Billon 2 235 livres pour avoir examiné de 1531 à 1534, sur ordre de M. le légat, les états de plusieurs officiers comptables56 . Dans ces opérations de contrôle comme pour le reste Duprat ne travaille pas seul : le vieil archevêque d’Aix Pierre Filleul, « compatriote » et peut-être l’un de ses parents, ainsi que le cardinal de Tournon sont à ses côtés57 . Entre 1523 et 1533, de nouvelles mesures viennent s’ajouter à la création du trésor de l’Épargne, qui visent principalement à diminuer les frais de gestion par la centralisation des espèces métalliques et leur utilisation pour paiement au comptant, mais l’expérience tourne à l’échec car les anciennes pratiques d’assignations se maintiennent58 . Elles peuvent aussi révéler les malversations commises dans le système antérieur et vont de pair avec les commissions d’enquêtes et de justice désignées pour mener à bien les poursuites contre les officiers de finance soupçonnés. Les condamnations qui s’en suivent aboutissent plus efficacement à renouveler le personnel et à consolider la dette qu’à générer de substantielles rentrées, sauf à obtenir des condamnés une composition soldant les comptes et amendes59 . À titre plus personnel, Duprat, qui aurait sauvé la tête de son cousin Henri Bohier, escomptait peut-être détourner – fût-ce partiellement – les critiques à son endroit60

Une vision trop extérieure : Duprat conseiller important, protégé et impopulaire

18Par manque de sources directes de l’activité du Conseil du roi à cette époque, on est forcé de s’en remettre essentiellement à des indications extérieures partant moins fiables pour tenter d’évaluer l’importance relative des différents conseillers de François Ier. En outre et à l’inverse, la vision, dans le cas du chancelier, d’une possible prééminence et influence, est tout autant brouillée par son « omniprésence » e qualitate aux séances du Conseil.

  • 61 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1562, fo 57 ro.
  • 62 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1562, fos 62 et 65.
  • 63 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, (...)

19Le cardinal Bibbiena, en mission à la cour de France en 1518, correspond avec les Médicis, le duc d’Urbin et le cardinal. Il place Duprat juste après le roi et sa mère, et avant Robertet, dans l’ordre de ceux qui s’adressent officiellement à lui pour le rassurer sur l’état des relations franco-anglaises61 . Il le classe d’ailleurs, avec Lautrec, comme un homme défavorable aux intérêts qu’il représente, à l’inverse d’Étienne Poncher, évêque de Paris62 . Celui-ci, que Duprat a progressivement supplanté au sein du gouvernement royal depuis 1515, disparaît du devant de la scène après 1519. La transmission par le roi et Louise de Savoie au chancelier de ses opimes dépouilles qu’étaient l’archevêché de Sens et l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire consacre cette évolution en lançant la carrière de prélat d’État de Duprat63 .

  • 64 Laurent Philippe Charles Van den Bergh (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche, gouvernante (...)
  • 65 LP, III, 84, p. 25.
  • 66 LP, III, 697, p. 232.
  • 67 LP, III, appendix, no 2, p. 1561-1562.
  • 68 Angelo Mercati (éd.), Frammenti di una corrispondenza di Giovanni Rucellai nunzio in Francia (1521 (...)
  • 69 LP, III, 404, p, 145.

20En mars 1519, le prévôt d’Utrecht chancelier de l’ordre de la Toison d’Or et Philippe Haneton s’adressent par oral et par écrit au grand maître Gouffier de Boisy et à Florimond Robertet sur le dossier des relations de la maison de Habsbourg avec le duc de Gueldres et d’une trêve à proroger. Boisy et Robertet les incitent à en faire de même auprès du chancelier de France, qui se révèle être lui aussi favorable à l’offre de Marguerite d’Autriche64 . Lorsqu’il s’agit de conclure un traité au plus haut niveau, seuls Duprat et Robertet demeurent auprès de François Ier65 . En mars 1520, Richard Wingfield qui suit pour le roi d’Angleterre la cour de France alors en Poitou, doit soumettre au roi une proposition rédigée de traité. François Ier excipe l’absence de Duprat et la maladie de Bonnivet pour refuser d’y répondre dans l’immédiat, mais consent à la transmettre à Robertet pour que celui-ci lui en fasse rapport66 . En mars 1519 Boisy est à Saint-Germain où le roi séjourne et le trouve accompagné du chancelier Duprat, de Poncher, Robertet et Villeroy discutant d’une future entrevue avec Henri VIII67 . Les instructions données à Giovanni Rucellai dans la perspective de sa nonciature en France en 1520 lui prescrivent successivement de visiter le légat pontifical Adrien Gouffier de Boisy et les cardinaux présents à la cour, son frère l’amiral Bonnivet et le Bâtard de Savoie, favoris du roi et de sa mère et donc fort bien introduits aux affaires d’État, les princes apparentés au sang royal, Alençon, Bourbon, Vendôme. Puis vient le tour de Duprat : « Usiate piu arte et dexterita che l’ordinario per haverlo, se si puo, favorevole, perche Nostro Signore dubita que non sia di dura cervice et non molto devoto de la Sede Apostolica ; et le materie de lo spirituale, capitulationi et simili cose, passano per le sue mani. » Ensuite sont mentionnés Lautrec, Robertet, la sœur du roi, madame de Nevers sœur de Louise de Savoie, l’archevêque de Sens Étienne Poncher, le grand écuyer68 . Aux yeux de l’étranger, Duprat et les Gouffier sont à l’origine du concordat de Bologne et de la candidature de François Ier à l’Empire69 . Voilà donc où le regard extérieur situerait Antoine Duprat au sein du Conseil de François Ier dans la première décennie de son action.

  • 70 LP, IV, part I, 2039, p. 918. Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de Franc (...)
  • 71 Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Lou (...)
  • 72 Marino Sanuto, op. cit., t. XLI, col. 276.
  • 73 Ibid., col. 384, 441.
  • 74 Ibid., col. 442.
  • 75 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIII, col. 306, novembre 1526.

21La captivité du roi plus encore que les morts de Pavie redistribue les cartes à la table du Conseil royal. Duprat et Robertet sont les principaux conseillers politiques et diplomatiques de robe dans le Conseil auprès de Louise de Savoie et du duc de Vendôme70 . Lorsque la nouvelle du transfert du roi d’Italie en Castille parvient à Louise de Savoie, Duprat et Vendôme choisissent Jean de Selve, premier président du parlement de Paris pour entamer en Espagne les premières négociations71 . Au retour en France de François Ier les compagnons d’infortune et négociateurs ne sont pas oubliés. Ainsi en avril 1526 à Bordeaux, le secrétaire et diplomate vénitien Andrea Rosso, qui veut visiter le récent archevêque de Sens, rencontre en même temps le nouveau grand maître, Anne de Montmorency, en vue de former une ligue contre Charles Quint72 . Mais les ambassadeurs italiens ne négligent en rien de consulter Madame, Robertet, ou encore Lautrec73 . Montmorency joue déjà de son opposition avec Duprat auprès des ambassadeurs alliés inquiets du temps pris pour obtenir la ligue : le grand chancelier est vieux et lent (pigro) de nature, mais il n’est pas douteux que le texte de la ligue sera rédigé74 . Deux jours plus tard, Vendôme, Saint-Pol, Montmorency, Duprat, l’évêque de Bordeaux et Robertet souscrivent la ligue de Cognac (23 mai 1526). Andrea Rosso fait état du dépit de Duprat à l’égard de Robertet, selon lui mieux traité que lui par le roi75 . D’autres personnages qui furent à un titre ou un autre en Espagne pour ramener le roi ont fait leur entrée au conseil de sorte que Duprat a désormais à travailler avec eux : François de Tournon, archevêque de Bourges, Jean Brinon, chancelier d’Alençon, Jean de Selve, Philippe Chabot de Brion.

  • 76 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1581, fo 5-6 vo.
  • 77 Marino Sanuto, op. cit., t. XLII, col. 487-488.

22En juillet-août 1526, le nonce Sanga rejoint son poste à la cour de France et écrit au dataire Giberti. Il est successivement mis en présence du roi, de Madame, puis du Conseil, où il distingue Duprat, Lautrec, le grand maître, Robertet, le premier président du parlement de Paris. Mais, à son grand regret, l’augmentation de la contribution financière française à l’effort de guerre de la ligue doit être discutée avec le chancelier, « quale và sempre al camino d’avanzar più che puo al profitto del Re, et in simil cose è onnipotente, che nessuno si ardisce contraporsegli », non directement avec le roi ou encore le grand maître, très proche du souverain. Duprat marchande l’appui pontifical à la mise en œuvre d’un jubilée dans le royaume, et, plus sérieusement, au recours aux décimes76 . Dans le contexte des relations entre le pape Clément VII et la cour de France, les ambitions de carrière ecclésiastique de Duprat sont évidemment instrumentalisées par les deux parties, voire les trois, Duprat, impatient de recevoir le chapeau cardinalice, réagissant à l’attitude dilatoire de la curie, au risque de contredire le discours royal77 .

  • 78 Gustave Fagniez (éd.), Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519- (...)

23Début décembre 1527 on enterre Robertet à Blois après des obsèques aux Augustins à Paris ; Brinon meurt le 3 avril 152878 , Jean de Selve en 1529. Duprat reste le seul homme originellement de robe d’envergure au Conseil, face à Montmorency, Chabot et aux prélats aristocrates.

  • 79 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIX, col. 434 et col. 190.
  • 80 LP, IV, part III, London, 1876, no 5822, p. 2603.

24Fin 1528, début 1529, Le Vénitien Giustiniani note que le roi tient fréquemment Conseil avec le grand maître, l’amiral et le chancelier, qui parlent officiellement pour le roi aux ambassadeurs vénitien et florentin de la guerre à Naples79 . Au moment des négociations aboutissant à la paix de Cambrai Montmorency et Duprat sont mis en exergue par rapport au reste du Conseil du roi dans les dépêches des diplomates80 .

  • 81 Ghislaine De Boom (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche et de ses ambassadeurs à la cour (...)
  • 82 Ghislaine De Boom (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche…, op. cit., p. 195-196.
  • 83 Marino Sanuto, op. cit., t. LVI, col. 504.
  • 84 LP, V, 1523, p. 642.

25Duprat doit clairement faire avec l’influence grandissante du nouveau grand maître. En 1529-1530 les envoyés de Charles Quint et de Marguerite d’Autriche considèrent Duprat et Montmorency comme leurs deux principaux interlocuteurs81 . Mais le Conseil le plus rapproché comprend bien Chabot de Brion et Tournon, en dehors de Louise de Savoie82 . Malgré le décès de celle-ci en septembre 1531, Duprat, légat pontifical depuis 1530, conserve au moins vis-à-vis des étrangers fréquentant la cour de France une place éminente. En 1532, lui et Montmorency sont les « primi personazi » du Conseil du roi pour les Italiens83 . À Amiens en 1532 les trois représentants du roi de France sont le légat, le grand maître et l’amiral, face aux ducs de Suffolk et de Norfolk et au chancelier84 .

  • 85 LP, VI, 89, p. 33-36.
  • 86 Marino Sanuto, op. cit., t. LVII, col. 613.
  • 87 CAF, VII, 7830, 76-77 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 272-274, 422.
  • 88 Brigitte Bedos-Rezak, Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990, p. 122.

26En 1533, le duc de Norfolk estime devant l’ambassadeur de Charles Quint que si les cardinaux étaient de bons conseillers privés du roi, les plus influents restaient le chancelier, le grand maître et l’amiral85 . La même année le Vénitien Venier présente dans la relation de son ambassade le Conseil de François Ier. Il commence par les prélats d’État, le légat cardinal grand chancelier le premier (« attende molto al ben del re »), puis le cardinal de Tournon, celui de Gramont, l’évêque de Paris Jean Du Bellay ; du côté séculier, monsieur de Vendôme, le grand maître Montmorency (« fa ogni cosa »), l’amiral Chabot de Brion, le roi de Navarre qui n’y vient plus86 . Une manifestation à la fois très prosaïque et très symbolique du triumvirat au service de François Ier est la possession par chacun d’eux – outre le roi – d’une clef du trésor de réserves monétaires créé en 1532 et déposé au Louvre87 . Pourtant la mort de Louise de Savoie laisse Duprat isolé, dernier survivant des grands conseillers de la première partie du règne, vieilli et de santé fragilisée, forcé de laissé la primauté au grand maître champion de la paix avec les Habsbourg88 .

  • 89 LP, III, 2522, p. 1069.
  • 90 Philippe Hamon, op. cit., p. 400-402 ; Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision (...)
  • 91 Cédric Michon, op. cit., p. 94-95 et l’article « Jean de Lorraine » du présent livre.

27L’impact des favoris et conseillers sur le fonctionnement du gouvernement pourrait se calculer en fonction de la fréquence des absences du roi, notamment à la chasse, constante du règne. Charles Quint, se fondant sur la correspondance de l’archevêque de Bari légat en France, écrit à ses propres conseillers que François Ier passe tout son temps à la chasse avec le cardinal Jean de Lorraine, laissant les affaires courantes à sa mère, Bonnivet et Duprat89 , mais il est avéré que François Ier sait être présent et actif en situation d’importance ou d’urgence et quand le temps de trancher est venu, avant de laisser appliquer sa décision90 . Cependant le cardinal Jean de Lorraine devient un véritable conseiller à partir des années 1530, peut-être le principal prélat d’État de cette période91 .

  • 92 LP, IV, part III, 5359, p. 2360.
  • 93 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). C (...)
  • 94 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, op. cit., no 95, p. 257-258.
  • 95 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, op. cit., no 34, p. 92.
  • 96 Cédric Michon, op. cit., p. 151-153.
  • 97 Brigitte Bedos-Rezak, op. cit., p. 121 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 533.
  • 98 CCJDB, I, nos 59 et 60, p. 132-134 et 136 ; Thierry Rentet, Le roi, le grand maître et les fidèles  (...)
  • 99 Thierry Rentet, thèse citée, t. I, p. 115.
  • 100 Brigitte Bedos-Rezak, op. cit., p. 126 ; Thierry Rentet, thèse citée, t. I, p. 155, 160.

28Le peu d’aménité de l’évêque de Bayonne Jean Du Bellay à l’égard de Duprat s’exprime selon les circonstances plus ou moins ouvertement : à l’envoyé de Wolsey venu chercher l’appui français aux ambitions du cardinal d’York, il indique que tout est bloqué par la faute du « magni, vel rotundi potius, eorum cancellarii », qui ne veut rien engager tant que le pape est réputé en bonne santé et surtout, à son avis, n’est pas enclin à favoriser les desseins d’un homme qu’il n’apprécie guère92 . L’analyse des Anglais présentée par Du Bellay à Montmorency ressemble à s’y méprendre à son propre jugement : Duprat a desservi les intérêts de son souverain et maître qui s’est trop reposé sur celui que l’on retrouve derrière les déconvenues royales par sa propension à « mettre tout en longueur », qui désespère « tout le monde, non seulement domestiques, mais estrangiers »93 . Il est on ne peut plus clair dans une autre missive au même Anne de Montmorency sur lequel il compte pour contrecarrer les intrigues du chancelier94 . Le comte de Saint-Pol met en regard l’enrichissement du chancelier et l’état déplorable du trésor royal. Mais dans une lettre envoyée de Londres en France à Montmorency, donc susceptible d’être interceptée et ouverte, il recourt au chiffre pour évoquer la colère des Anglais à l’encontre du cardinal chancelier que leur agent Stafileo est chargé d’exprimer à François Ier et à Louise de Savoie95 . Jean Du Bellay, prélat d’ancienne et bonne noblesse et membre fidèle du clan Montmorency, épanche son mépris jusque dans ses échanges épistolaires directs avec sa cible96 . Les conclusions désastreuses des campagnes militaires françaises sont imputées à leur mauvaise gestion financière à l’origine de laquelle se trouve le chancelier97 . Les rivalités entre Chabot de Brion, Montmorency et Duprat se manifestent clairement dans l’obtention des offices pour eux et leurs protégés respectifs98 et dans les difficultés rencontrées par les trésoriers des guerres99 . Duprat rejoint l’amiral dans l’opposition au grand maître, par jalousie autant que contre ses options politiques100.

  • 101 ANG, I, p. 7-8, 10, 29 ; LP, VIII, 429 p. 164, et 537, p. 203-204.

29S’il y eut une sorte de disgrâce elle fut tardive : les témoignages extérieurs évoquent en février-mars-avril 1535 les divisions au sein du Conseil, la suprématie de Montmorency et l’isolement de Duprat, la colère du roi et le départ de Duprat de la cour… pour examiner les finances royales et les énormes bénéfices que Montmorency et Chabot en avaient tirés ces dernières années101 !

  • 102 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappe (...)
  • 103 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 231-2 (...)
  • 104 Robert J. Knecht, op. cit., p. 261-266.
  • 105 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). Co (...)

30C’était heureux pour Duprat, car, autre constante des vingt années de sa présence au sommet de l’État royal, il « jouit » d’une impopularité inégalée. Après les premiers affrontements avec le Parlement pour le concordat de Bologne, l’affaire du connétable de Bourbon déchaîne les chansonniers contre le rôle et le profit de Duprat, par contraste avec l’empathie de l’opinion à l’égard du connétable et de ses complices, surtout à Paris, aussi bien parmi le commun qu’au Parlement102. Celui-ci, qui n’avait pas digéré le passage en force du concordat, crut tenir en 1525 l’opportunité de régler ses comptes avec le chancelier, alors à Lyon auprès de la régente, laquelle lui avait donné en février Sens et Saint-Benoît au mépris du privilège électif du chapitre sénonais et malgré la non-appartenance du bénéficiaire à l’ordre bénédictin. La guérilla alla jusqu’à la convocation du chancelier par la cour (27 juillet 1525) pour la rentrée suivante, mais celle-ci ne parvint ni à ébranler la confiance de Louise de Savoie ni à obtenir le soutien des autres membres du Conseil, réputés hostiles à Duprat, et dut battre en retraite103. À la confiance conservée de la mère allait s’ajouter au profit de Duprat l’humiliation infligée au Parlement par le fils revenu aux affaires, qui culmina dans les séances des 24-27 juillet 1527104. Si Louise de Savoie n’était sans doute pas « si aveuglee de luy, qu’elle ne croyt a aultre105 », sa protection demeura indéfectible jusqu’à sa mort. Elle fut particulièrement claire au moment de la captivité du roi, période au cours de laquelle le parlement s’efforça de relever la tête et s’en prit à Duprat. Dans cette affaire, le soutien accordé par la régente au chancelier révèle la communauté d’intérêt qui les liait.

Le Parlement contre Duprat au moment de Pavie106

  • 106 Cette partie est rédigée par Cédric Michon.
  • 107 Sur cet épisode, voir, dans le présent livre, la notice de Cédric Michon sur les frères de Bourbon (...)
  • 108 Robert J. Knecht, op. cit., p. 231-233.
  • 109 Sur toute cette affaire, voir Roger Doucet, Étude sur le Gouvernement de François Ier dans ses rap (...)

31Selon les Mémoires des frères Du Bellay, une coalition anti-Duprat constituée notamment de conseillers du parlement de Paris essaie, en vain, au lendemain du désastre de Pavie, de faire prendre à Charles de Bourbon la place de la régente107. Le parlement décide donc d’ouvrir d’autres fronts. Il profite du contexte difficile pour s’opposer à la régente sur un point qui lui tient à cœur : l’application du concordat de Bologne. Le premier épisode intervient lors de la nomination par Louise de Savoie du chancelier Duprat comme archevêque de Sens et abbé de Saint-Benoît-sur-Loire en février 1525, nominations contestées par le parlement108. Le deuxième épisode est constitué par l’élection de l’abbé commendataire de Saint-Euverte d’Orléans. Après la mort de Philippe Pot, président des enquêtes au parlement de Paris, décédé le 22 mars 1525 et précédent abbé commendataire, les moines élisent un successeur, tandis que la régente en désigne un autre109. Les religieux de Saint-Euverte s’adressent au parlement tandis que Chantereau candidat de Louise de Savoie, demande son arbitrage au Grand Conseil. Pragmatique contre Concordat, le ton monte rapidement et cela d’autant plus que les affaires, renvoyées au Grand Conseil sont jugées par Duprat, qui, dans le cas de Sens et de Saint-Benoît-sur-Loire est à la fois juge et partie.

  • 110 AN, X1A 1528, fo 742 ro -vo.
  • 111 Roger Doucet, op. cit., p. 147.
  • 112 Lettres au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon (évêque de Laon), au comte de Saint-Pol et à Lau (...)
  • 113 AN, X1A 1528, fo 762 vo (Lettre du parlement à Louise de Savoie).

32Après de multiples épisodes, le parlement rend un arrêt le 5 septembre 1525 qui déclare nuls les arrêts du Grand Conseil et interdit à Chantereau de percevoir les revenus de l’abbaye. À cette occasion, le parlement essaie de monter certains membres du Conseil contre Duprat. Par une ordonnance du même jour, en effet, le Parlement décide d’écrire au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon, au comte de Saint-Pol et à Lautrec qu’ils supposent (ou espèrent) hostiles à Duprat « affin que les entreprinses dud. Conseil cessent pour la conservacion de l’auctorité du roy et de mad. Dame et de lad. Court et que la justice puisse estre remise et entretenue en son premier estat110 ». Dans cette perspective, ils décident en outre de convoquer les pairs de France pour le 12 novembre afin de « conférer avec eulx de plusieurs choses concernans l’auctorité du roy, de la Court et de la justice du royaume […] pour le soullaigement des subgects dud. royaume111 ». Le parlement hésite toutefois à mettre à exécution sa convocation des pairs comme en témoigne sa décision de surseoir jusqu’à ce qu’il ait reçu la réponse des membres du Conseil étroit. Toutefois, en même temps qu’il prie le duc de Vendôme et le cardinal de Bourbon de présenter des remontrances à Madame, il les invite à venir siéger au Parlement, ce qui revient à constituer une sorte d’assemblée de la cour des pairs en miniature112. Dans une lettre à la régente du 12 septembre 1525, le parlement proteste à nouveau de la nécessité de respecter la justice pour que l’autorité du roi subsiste. Or, l’indépendance de la justice est, selon eux, menacée par les entreprises « que font aucuns particuliers soubz le nom du Grant Conseil113 ».

  • 114 Sur cet épisode, voir, dans le présent livre, la notice de Cédric Michon sur Odet de Foix, vicomte (...)

33L’attaque du parlement est donc portée contre Duprat. Mais ce dernier bénéficie du soutien sans faille de la régente. Elle désire en effet se protéger des incursions du parlement et elle se sent sans doute également menacée par le duc de Vendôme qu’on a vu poussé par le même parlement. Il semble donc d’après un passage un peu confus de l’« Avis donné en Angleterre de ce qui se passait en France pendant la captivité du roi » que Louise de Savoie ait assorti son soutien à Duprat d’une tentative pour pousser Lautrec en le faisant lieutenant général à la place de Vendôme, et donc contrer ce dernier qui est, lui, poussé par le parlement114.

  • 115 Il semble que dans ses démarches contre Duprat, le parlement bénéficie du soutien de Robertet (AN, (...)

34Quoi qu’il en soit, il apparaît clairement que dans cette affaire, le parlement cherche moins à monter Vendôme contre Lautrec qu’à isoler Duprat. Dans une attitude qui n’est pas sans faire réfléchir, le parlement, plutôt que de chercher à affaiblir les princes, s’en prend à l’inverse à celui qui, issu de ses propres rangs, a le mieux réussi. Aucun esprit de corps dans les relations entre Duprat et le parlement. Comme on le sait, le clou qui dépasse appelle le marteau, et la tête de Duprat dépasse indiscutablement115.

35Il est d’ailleurs très vraisemblable que certains princes du sang ont approuvé cette remise en cause de l’influence de Duprat, dénonçant ce qu’il pouvait y avoir d’excessif dans la puissance d’un homme d’aussi petite origine que Duprat. Un poème-pamphlet qui circule à Lyon à la fin 1525 constitue de ce point de vue une parfaite illustration de cette rencontre entre les vieilles revendications politiques du parlement de Paris et la haine des « champignons d’une nuit » qui anime l’aristocratie française :

  • 116 Chanson faite a Lyon contre le chancelier de France sur sa conduite pendant la régence, citée par A (...)

« Ort chancellier, Dieu de maudye !
Desloyal, traitre conseiller,
Par toy le Roy est prisonnier :
Dont tu perdras en brief la vye :
Ort chancellier !
[…]
Partout on chantera ta vye,
Et, deusses-tu vyf surenrager,
Tu veulx le parlement renger,
Qui par toy est à villenye :
Ort chancellier !
[…]
Il faut que ta vye soit finye
Et assembler tous les Estatz,
Ou des maulx aurons si grant tas,
Que mil ans n’auront paix unye :
Ort chancellier !
[…]
Ton grant orgueil se magnyfye,
Toy, filz d’un faiseur de sabotz,
Portes les robbes de drap d’ or :
La cronicque le certiffye :
Ort chancellier !
[…]
Toute noblesse de toy haye,
Tu as mis villains en avant,
Et chassé les bons et sçavans.
Ta fyn sera selon ta vye :
Ort chancellier, Dieu te maudye116 ! »

  • 117 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, fo 238 vo et résumé da (...)
  • 118 Ce qui ne signifie pas, évidemment qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Lo (...)
  • 119 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du co (...)
  • 120 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650. Henri VIII à Clément VII, (...)
  • 121 BnF, ms Moreau 714, fo 223.
  • 122 Cf. sa présence à Narbonne qu’il défend contre une menace d’invasion (AN, X1A 1527, fo 385 vo : La (...)

36Cette haine à l’égard de Duprat laisse peut-être ce dernier « fort pencyf117 ». Il n’en reste pas moins qu’elle est très largement vaine et sans effets. Le parlement n’obtient pas grand-chose et le soutien qu’il apporte au duc de Vendôme est sans conséquence118. Dans les faits, les rapports des ambassadeurs montrent bien que Charles de Bourbon, en dépit de son titre de chef du Conseil, a un poids politique assez léger. Ceux qui comptent sont Duprat et Lautrec. Ainsi, lorsqu’aux lendemains du traité de Moore (30 août 1525)119, Gregory Casale, en route vers Rome, s’arrête à Lyon pour rencontrer la reine mère afin de lui réaffirmer la fidélité d’Henri VIII à la France, malgré les avances de l’empereur à Wolsey, elle lui répond qu’elle parlera de tout ça avec Lautrec et le chancelier auxquels elle demande à Casale de répéter sa déclaration120. Ce dernier rencontre donc Lautrec et Duprat le lendemain121. Si l’on a ainsi parfois le sentiment d’un binôme Lautrec-Duprat au cours de l’année 1525, la pauvreté des sources laisse toutefois penser que l’essentiel des dossiers est traité par le chancelier Duprat, d’autant plus que ses responsabilités militaires amènent Lautrec à faire des va-et-vient entre Lyon et le Languedoc122.

« Attende molto al ben del re » : le service du roi avant tout

  • 123 LP, III, no 1946, p. 834, 9 janvier 1522.
  • 124 Voir Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle, d’après l’œuvre d’Antoine Dupr (...)
  • 125 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 51 (...)
  • 126 D’après les registres d’actes conservés en copies (arch. dép. Puy-de-Dôme, 3 E 113 DEP, fonds I, C (...)
  • 127 Ibid., p. 74.
  • 128 En portent témoignage les lettres de Guillaume Duprat à son père, en particulier en 1525 lorsque l (...)

37Les qualités et compétences pour lesquelles, entre autres, le roi et sa mère accordaient durablement leur confiance à Antoine Duprat pouvaient être mises en avant par les mêmes comme autant de travers et donc d’excuses offertes à leurs interlocuteurs : Louise de Savoie répondit ainsi à l’ambassadeur d’Henri VIII, Fitzwilliam, que si, concernant Tournai, les choses avaient traîné, c’est que le chancelier, homme sage et juste, était cependant homme de loi à l’excès, tirant toujours les affaires en longueur123. Mais nul chancelier français du XVIe siècle n’a poussé plus loin la défense et la promotion de l’autorité royale dans un sens « absolutiste » au détriment des autres sources de légitimité124. Concentré sur le service des affaires du roi, Duprat ne peut évidemment pas être présent en personne à tout moment pour gérer directement ses différentes charges publiques, laïques ou ecclésiastiques sans parler de ses affaires plus privées. Il abandonne ainsi progressivement puis définitivement la présidence du Grand Conseil125. Forcé de déléguer, il le fait, on l’imagine, en choisissant des gens de confiance, en premier lieu parmi sa famille dont il est alors le patriarche. Ses deux fils voués à l’Église, Guillaume Duprat et Nicolas Dangu, sont placés, aussi pour leur propre apprentissage, à la tête de l’administration de sa légation pontificale126 ; Jacques Le Clerc Coictier, mari de Françoise Duprat, fille de Jean, frère du chancelier, devient grand rapporteur de la chancellerie à la suite d’Antoine Du Bourg127 ; son neveu Anne Regin est son vicaire général à Albi. Son frère Antoine devenu soldat, le jeune Guillaume Duprat tient lieu de chef de maison à Paris et Nantouillet lorsque leur père est longtemps parti au sein d’un gouvernement souvent éloigné, se faisant le relais des informations relatives aux intérêts paternels128.

  • 129 Voir en particulier Jean-Pierre Massaut, Josse Clichtove, l’humanisme et la réforme du clergé, 2 v (...)
  • 130 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 3 E 113 DEP, fonds I, C II 7 n, 1526, 10 janvier, Paris.

38Au regard de l’historiographie de la question, et donc de l’image du personnage qu’elle a véhiculée, on pourrait être surpris de constater que l’obéissance au roi et l’exécution fidèle de ses commandements fassent écran à certains sentiments personnels en matière religieuse et ecclésiologique. Les dédicaces et lettres des membres du courant évangélique érasmien, celle de Lefèvre d’Etaples en particulier, ne sont sans doute pas uniquement une figure imposée. Certes si Duprat a pu envisager favorablement réformes et changements, ceux-ci ne devaient intervenir que dans le cadre maintenu de l’Église catholique et romaine, et sans porter atteinte à l’autorité royale. Là aussi il dut faire passer en premier l’application rigoureuse des décisions royales et suivre les oscillations de la position de François Ier, et par ailleurs se contenter d’impulser le mouvement en laissant l’action à d’autres là où il avait autorité, comme lors du concile provincial de Sens en 1528129 ou dans son diocèse d’Albi. À cet égard on aimerait disposer de plus d’éléments sur les relations de Duprat avec la sœur du roi et plus encore avec Guillaume Briçonnet. Celui-ci était somme toute parent par alliance du chancelier, voisin de la famille (Nantouillet n’étant guère éloigné de Meaux), et, si l’on prend stricto sensu la lettre de janvier 1526 du jeune Guillaume Duprat à l’évêque de Meaux, celui-ci serait un de ses parrains130. Duprat moins membre du « parti conservateur » qu’il n’y paraît : hypothèse sans fondement ? Voire, car elle pourrait expliquer au moins pour une part, et aussi bien qu’un contrôle relâché des jeunes esprits du fait de la séparation et de l’éloignement, les initiatives de Guillaume Duprat en son diocèse de Clermont ou auprès des jésuites, son choix pour figurer parmi les représentants français à Trente, comme elle pourrait éclairer les options de son autre fils, Nicolas Dangu, et de son neveu Claude Regin, déjà proches de la maison d’Albret-Navarre au temps de Marguerite d’Angoulême, puis au service de Jeanne d’Albret et Antoine de Bourbon, mais apparemment sans jamais franchir la frontière religieuse…

  • 131 Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (vers 1445-1514). Un cardinal-ministre au début de la Renai (...)
  • 132 Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », dans La prise de (...)

39Plus évident est le profit qu’Antoine Duprat, de modeste origine par rapport aux autres principaux conseillers de François Ier, a retiré de ce fidèle service du roi et dont il fit bénéficier les siens, parents, amis et protégés, au long d’un parcours dans lequel Bernard Chevalier a vu la réplique de la trajectoire suivie par le cardinal Guillaume Briçonnet131. Il contribua grandement par là à la forte représentation relative des Auvergnats au sein de l’État royal. La chronologie et le rythme d’obtention des bienfaits royaux, d’où émerge la séquence 1523-1530, seraient un jalonnement assez éclairant de ce que Cédric Michon a pu appeler le « moment Duprat132 ».

Notes

2 Marcellin Boudet, Documents sur la bourgeoisie dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. Les Du Prat, dans Revue de la Haute-Auvergne, 1925-1926, p. 109-187, 1927-1928, p. 8-73, 210-220 et 289-308, 1929-1930, p. 55-67, 123-136 et 256-274, 1931-1932, p. 87-110.

3 AN, M 394, dossier XVII ; François Du Chesne, Histoire des chanceliers et des gardes des sceaux de France…, Paris, 1680, p. 571-572 ; AN, X1A 177, nos 94-97. Il se prénommait Pierre.

4 Christophe Vellet, De la marchandise à la prélature, carrière politique d’un homme de robe au service du roi : Antoine Duprat (1463-1535), thèse de l’École nationale des chartes, 1993, p. 18 ; AN, Z1A 69, fo 386 vo.

5 Christiane Morand, Les institutions municipales de Clermont 1357-1504, thèse, université de Clermont-Ferrand 2, 1978, p. 177.

6 Leur fils Claude Duprat, futur évêque de Mende, naquit en 1484 (arch. dép., Puy-de-Dôme, 1 G 18, fo 34 ro, avril 1517 : information relative à Thomas Duprat, élu évêque de Clermont).

7 AN, Z1A 68, fos 28 ro -30 ro.

8 Arch. dép. Allier, 2G 72/2, no 52, 21 août 1472 : vidimus d’une clause du testament de Jeanne Julien, veuve de James Laubespin ; Gustave Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1930, t. II, p. 315, n. 322 ; AN, Z1A 21, fo 24 ro, 3 décembre 1457 ; Z1A 25, fo 128 vo -129 vo, 5 décembre 1464 ; Z1A 28, fo 71 vo -72 ro, 17 mars 1470 ; Z1A 27, fos 326 vo -327 ro, 17 mars 1469 : elle avait deux frères, Gilbert et Claude, et quatre sœurs, Fleurdelis, Catherine, Marion et Françoise.

9 AN, Z1A 21, fo 157 ro, 174 ro. M’incite à supposer ceci le fait que le frère de Françoise Veyny fut baptisé Claude.

10 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1G 18, avril 1517 : information relative à Thomas Duprat, élu évêque de Clermont.

11 Christophe Vellet, thèse citée, p. 31.

12 AN, X1C 177A, no 97.

13 Christophe Vellet, thèse citée, p. 32-33.

14 Il apparaît en qualité de témoin appelé dans la minute d’un acte notarié du 19 décembre (arch. dép. Puy-de-Dôme, 7 G 21, fo 93 ro).

15 Christophe Vellet, thèse citée, p. 39.

16 Sur Thomas Bohier, voir Bernard Chevalier, « Nouveau regard sur Thomas Bohier (vers 1460-1524) général des finances et seigneur de Chenonceaux », Bulletin de la société archéologique de Touraine, t. LII, 2006, p. 211-222.

17 Christophe Vellet, thèse citée, p. 57-66.

18 Christophe Vellet, thèse citée, p. 68-86.

19 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 43-51.

20 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 105-107.

21 T. II, p. 126-140.

22 LP, III, 276, p. 91.

23 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). Correspondance diplomatique publiée par Pierre de Vaissière et Victor-Louis Bourrilly, Paris, 1905, no 39, p. 105-110.

24 Karl Lanz (éd.), Correspondenz des Kaisers Karl V., t. I, Leipzig, 1844, p. 6.

25 Voir par exemple Pierre Bourdon, Le concordat de François Ier et l’indult de Charles Quint. Leur conflit en Artois 1518-1521, Mélanges d’archéologie et d’histoire, École française de Rome, 26, 1906, p. 143-162.

26 Robert J. Knecht, op. cit., p. 177-181.

27 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 176 et 117-127.

28 Pierre de Vaissière (éd.), Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515-1521, Paris, 1889, p. 275.

29 Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, Federico Stefani et al. (éd.), Venise, 1879-1903, 58 vol., t. XXIV, col. 411 ; Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 289.

30 Philippe Hamon, op. cit., p. 379 ; Hélène Michaud, op. cit., p. 43-45. Un acte notarié de mars 1539 narre les déboires de Marie Brosset, femme du receveur général de Languedoc Jean Sapin, et des collaborateurs de celui-ci, qui se virent refuser par Duprat le scellement d’acquits et rôles susceptibles de servir à la justification des comptes du mari. Le chancelier en aurait même déchiré certains. On dissuada l’épouse de s’en plaindre au roi et à son Conseil, de peur de déclencher de pires représailles de la part du chancelier… (Arch nat., Minutier central, ét. VIII, 284.)

31 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Paris, 1910, p. 103 et 132-133 ; Gustave Fagniez (éd.), Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519-1530, Paris, 1885, p. 92 et 96.

32 Victor-Louis Bourrilly, Le journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 12.

33 Pierre de Vaissière (éd.), op. cit., p. 309-314 ; Guillaume Ribier, Lettres et memoires d’Estat des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres sous les regnes de François premier, Henri II et François II…, Paris, 1666, p. 207.

34 Philippe Hamon, op. cit., p. 344-352 et la notice du présent livre sur Semblançay par Philippe Hamon.

35 Ibid., p. 350.

36 Ibid., p. 356.

37 Ibid., p. 358-366.

38 Ibid., p. 377-378.

39 Ibid., p. 415, 419 et 379, 494-495.

40 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappel d’Aciaiuoli (25 février 1525-juin 1527), Paris, 1906, no 141, p. 194, no 146, p. 207.

41 Marino Sanuto, op. cit., t. XLII, col. 458-459, 488, 621, t. LXIV, col. 524.

42 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIV, col. 223.

43 Michel François (éd.), Correspondance du cardinal François de Tournon, Paris, 1946, no 8, p. 43-44, no 9, p. 44-45, no 11, p. 46. Philippe Hamon, L’argent du roi…, op. cit., p. 146, 148, 203.

44 Marino Sanuto, op. cit., t. XLVI, col. 447, 470-471.

45 Marino Sanuto, op. cit., t. XLV, col. 474.

46 Michel François (éd.), Correspondance…, op. cit., no 21 ; Philippe Hamon, L’argent du roi…, op. cit., p. 368.

47 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappel d’Aciaiuoli (25 février 1525-juin 1527), Paris, 1906, no X, p. 420-423.

48 On conserve le texte d’un « advis » du légat Duprat (1532) sur l’obtention du pape, négociée à Rome par l’évêque d’Auxerre François de Dinteville, de la suspension des privilèges électifs subsistant en France après l’application du concordat de Bologne au profit de quelques chapitres cathédraux et abbayes (BnF, ms Dupuy 117, fos 213 ro -216 ro).

49 Philippe Hamon, op. cit., p. 86-96.

50 Fernand Bournon (éd.), Chronique parisienne de Pierre Driart, dans Mémoires de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXII, 1895, p. 122-123.

51 Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, 1re série, t. 3, Paris, 1835, p. 84-85.

52 Marino Sanuto, op. cit., t. LVII, col. 443.

53 Philippe Hamon, op. cit., p. 63.

54 Ibid., p. 375, 386-387 ; Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France, reimpr. Genève, 1978, p. 143 et notice de Thierry Rentet sur Anne de Montmorency dans le présent livre.

55 Francis Decrue, op. cit., p. 151.

56 CAF, III, 7979, 107.

57 Philippe Hamon, op. cit., p. 381-382. Sur le rôle dans les finances de Pierre Filleul et François de Tournon, voir Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse de l’université du Maine, 2004, p. 80-83. Fils d’un bourgeois de Gannat, frère d’un notaire de la même ville, Pierre Filleul (1438-1541) [sic] attend toujours son historien. Il semble qu’il commence sa carrière au service des ducs de Bourbon, en particulier de la duchesse Anne et du duc Charles III (Pierre Flament, « Avrilly », Bulletin de la Société d’émulation du Bourbonnais, 1912, p. 237-239). Il passe ensuite progressivement au service du roi de France à la fin du XVe siècle (David Vannaire, Annales Bourbonnaises, s. l., I, 1887, p. 373-375 et Pierre Flament, « Avrilly », article cité, p. 237), après avoir servi le pape Jules II comme nonce et comme majordome. Il ne reçoit l’archevêché d’Aix qu’en 1506 (à 68 ans). Filleul, par sa longévité – à 95 ans il est encore en pleine activité – reste un mystère et on ne peut exclure qu’il y ait eu deux Pierre Filleul appartenant à deux générations différentes. Quoi qu’il en soit, Pierre Filleul est très actif sur les questions de finances dès le règne de Louis XII. C’est lui qui est chargé des négociations financières avec les états du Languedoc dès 1513, alors qu’il est lieutenant du gouverneur de la province (Dom Claude Devic et Dom Joseph Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1872-1892, VIII, p. 227). Son efficacité dans le maniement des états amène François Ier à le maintenir comme son principal commissaire devant les états de Languedoc réunis à Annonay et au Puy aux mois de juin et août 1515. C’est lui qui est chargé de leur réclamer la crue de 59 833 lt (CAF, V, 239, 15909. Paris, 20 avril 1515 et Dom Claude Devic et Dom Joseph Vaissette, Histoire…, op. cit., p. 232). Cinq ans plus tard, il est à nouveau chargé d’obtenir une crue de 39888 lt (CAF, V, 517, 17336. Blois, 27 décembre 1520). Huit ans plus tard, au mois de novembre 1528, c’est toujours lui qui est chargé de leur demander de verser près de 300 000 lt. Devant l’énormité de la somme, les états protestent par la voix de leur président, l’évêque de Mirepoix (AD 31, 2 Mi 651, fo 393). Filleul tient bon, mais, dans son rapport, il insiste sur la pauvreté des habitants (« Monseigneur en ensuyvant la commission du Roy nous avons tenu les estatz en ce pays de Languedoc ausquelz sest trouve grosse assemblée de gens qui a este cause de tenir lesdictz estats quatorze ou quinze jours. Ilz ont octroye au roy ce que avons demande et quant a quant ont faictes de grosses doleances et plaintes remonstrant la pouvrete et charges dudit pays ausquelles doleances avons pourveu en ce que avons peu […]. Je vous asseure monseigneur quil y a de la povrete et de la pitie au commun peuple. » [BnF, ms frçs 3083, fo 53. Pierre Filleul au grand maître, Montpellier, 19 novembre [1528]].) Les attributions fiscales de l’archevêque d’Aix ne se bornent pas, toutefois, à rançonner les états du Languedoc. Basé à Paris, il est chargé en 1521 puis en 1535 et 1536, de vérifier les comptes des décimes (CAF, V, 528, 17391. Argilly, 7 juillet 1521 ; CAF, III, 49, 7692. Paris [sic], 11 avril 1535 ; CAF, III, 113, 8006. Villers-Cotterets, 23 juillet 1535 ; CAF, III, 203, 8446. Montsbrison, 15 mai 1536 ; CAF, III, 250, 8674. Moulins, 20 octobre 1536). Ses fonctions de contrôleur sont encore accrues lorsqu’il est chargé en décembre 1527 de surveiller les procédures de vérification au sein d’une Chambre des comptes aux prérogatives retrouvées. Aucun compte ne peut alors être clôturé sans son accord (AN, P 2356, fo 124 vo [cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 381]). En 1522, il est impliqué dans la gestion des aides qui doivent être prélevées à Paris (CAF, VIII, 599, 32386. Paris, 2 septembre 1522 ; CAF, I, 305, 1652). En 1529, il diversifie encore ses compétences lorsqu’il est commis pour aller lever à Marseille les 3000 écus soleil qui sont la contribution marseillaise aux un million deux cent mille écus que le roi doit payer à l’empereur pour la délivrance de ses enfants (CAF, I, 670, 3509). Dans la décennie 1530, il ajoute une nouvelle attribution lorsqu’il est chargé de vendre des offices en Provence. Il est très ferme dans ces fonctions. D’une part, il refuse d’en vendre à ceux qui ont tenté de marchander (BnF, Dupuy 574, fo 41. Filheul à Duprat, 21 mars, cité par Albert Buisson, Antoine Duprat, Paris, 1935, p. 260). D’autre part, il réclame instamment à Duprat l’envoi des lettres des offices, « car les personnages à qui on baillera lesdits offices, ne delivreront jamais leur argent qu’ils n’aient leurs lettres » (BnF, Dupuy 486, fo 126. Filheul à Duprat, Aix, 22 février). L’archevêque d’Aix peut donc être considéré à la fois comme un agent de la rentrée de fonds et comme un spécialiste du contentieux financier (Philippe Hamon, L’argent du roi…, op. cit., p. 382).

58 Ibid., p. 433-439.

59 Ibid., p. 449-481.

60 Ibid., p. 531, 534.

61 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1562, fo 57 ro.

62 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1562, fos 62 et 65.

63 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, 2008, p. 108.

64 Laurent Philippe Charles Van den Bergh (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas […] sur les affaires des Pays-Bas, de 1506 à 1528, t. 2, 1511-1528, Leide, 1847, no 248, p. 164.

65 LP, III, 84, p. 25.

66 LP, III, 697, p. 232.

67 LP, III, appendix, no 2, p. 1561-1562.

68 Angelo Mercati (éd.), Frammenti di una corrispondenza di Giovanni Rucellai nunzio in Francia (1521), Archivo della Societa Romana di storia patria, s. III, vol. II, a. LXII, 1948, fasc. I-IV, p. 49-51.

69 LP, III, 404, p, 145.

70 LP, IV, part I, 2039, p. 918. Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, 1re série, t. 2, Paris, 1835, p. 287-288.

71 Louis Cimber, Felix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, 1re série, t. 2, Paris, 1835, p. 310.

72 Marino Sanuto, op. cit., t. XLI, col. 276.

73 Ibid., col. 384, 441.

74 Ibid., col. 442.

75 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIII, col. 306, novembre 1526.

76 Lettere di principi, Venise, vol. I, 1581, fo 5-6 vo.

77 Marino Sanuto, op. cit., t. XLII, col. 487-488.

78 Gustave Fagniez (éd.), Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519-1530, Paris, 1885, p. 371 et 373.

79 Marino Sanuto, op. cit., t. XLIX, col. 434 et col. 190.

80 LP, IV, part III, London, 1876, no 5822, p. 2603.

81 Ghislaine De Boom (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche et de ses ambassadeurs à la cour de France concernant l’exécution du traité de Cambrai (1529-1530), Bruxelles, 1935, p. 44-45.

82 Ghislaine De Boom (éd.), Correspondance de Marguerite d’Autriche…, op. cit., p. 195-196.

83 Marino Sanuto, op. cit., t. LVI, col. 504.

84 LP, V, 1523, p. 642.

85 LP, VI, 89, p. 33-36.

86 Marino Sanuto, op. cit., t. LVII, col. 613.

87 CAF, VII, 7830, 76-77 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 272-274, 422.

88 Brigitte Bedos-Rezak, Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990, p. 122.

89 LP, III, 2522, p. 1069.

90 Philippe Hamon, op. cit., p. 400-402 ; Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », dans La prise de décision en France (1525-1559), études réunies par Roselyne Claerr et Olivier Poncet, Paris, 2008, p. 22-25.

91 Cédric Michon, op. cit., p. 94-95 et l’article « Jean de Lorraine » du présent livre.

92 LP, IV, part III, 5359, p. 2360.

93 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). Correspondance diplomatique publiée par Pierre de Vaissière et Victor-Louis Bourrilly, Paris, 1905, no 164, p. 466-467.

94 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, op. cit., no 95, p. 257-258.

95 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, op. cit., no 34, p. 92.

96 Cédric Michon, op. cit., p. 151-153.

97 Brigitte Bedos-Rezak, op. cit., p. 121 ; Philippe Hamon, op. cit., p. 533.

98 CCJDB, I, nos 59 et 60, p. 132-134 et 136 ; Thierry Rentet, Le roi, le grand maître et les fidèles : les réseaux d’Anne de Montmorency, grand maître de France, vers 1530, thèse, université Paris-Nord Villetaneuse (Paris-XIII), 3 vol., 2001, t. I, p. 85, 183-184, t. II, p. 229.

99 Thierry Rentet, thèse citée, t. I, p. 115.

100 Brigitte Bedos-Rezak, op. cit., p. 126 ; Thierry Rentet, thèse citée, t. I, p. 155, 160.

101 ANG, I, p. 7-8, 10, 29 ; LP, VIII, 429 p. 164, et 537, p. 203-204.

102 Joseph Fraikin (éd.), Nonciatures de Clément VII, t. I, Depuis la bataille de Pavie jusqu’au rappel d’Aciaiuoli (25 février 1525-juin 1527), Paris, 1906, Paris, 1998, p. 211-212 ; Denis Crouzet, Charles de Bourbon connétable de France, Paris, 2003, p. 330-331.

103 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 231-235.

104 Robert J. Knecht, op. cit., p. 261-266.

105 Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay. La première ambassade (septembre 1527-février 1529). Correspondance diplomatique publiée par Pierre de Vaissière et Victor-Louis Bourrilly, Paris, 1905, no 164, p. 467.

106 Cette partie est rédigée par Cédric Michon.

107 Sur cet épisode, voir, dans le présent livre, la notice de Cédric Michon sur les frères de Bourbon-Vendôme.

108 Robert J. Knecht, op. cit., p. 231-233.

109 Sur toute cette affaire, voir Roger Doucet, Étude sur le Gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris (1515-1527), Paris, 1926, II, p. 143-147.

110 AN, X1A 1528, fo 742 ro -vo.

111 Roger Doucet, op. cit., p. 147.

112 Lettres au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon (évêque de Laon), au comte de Saint-Pol et à Lautrec, le 12 septembre 1525 (AN, X1A 1528, fo 763 ro et 764 ro).

113 AN, X1A 1528, fo 762 vo (Lettre du parlement à Louise de Savoie).

114 Sur cet épisode, voir, dans le présent livre, la notice de Cédric Michon sur Odet de Foix, vicomte de Lautrec.

115 Il semble que dans ses démarches contre Duprat, le parlement bénéficie du soutien de Robertet (AN, X1A 1529, fo 76 vo ; compte rendu fait par Tavel au parlement (Roger Doucet, op. cit., p. 149). Tavel est l’un des trois parlementaires, avec La Barde et Ruzé qui se rend à Lyon en septembre 1525 pour discuter avec Louise de Savoie).

116 Chanson faite a Lyon contre le chancelier de France sur sa conduite pendant la régence, citée par Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 376-378

117 Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, fo 238 vo et résumé dans LP, IV, no 1364).

118 Ce qui ne signifie pas, évidemment qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Louise de Savoie, surtout dans le contexte double de la trahison du connétable de Bourbon et de la captivité du roi.

119 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du comte de Saint-Pol et du duc de Longueville garantit le paiement des 2 000 000 écus négociés et est l’un des huit princes qui le garantissent (Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie. Relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier [1525-1526], Paris, 1892, p. 121, 135 et 156).

120 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650. Henri VIII à Clément VII, 20 septembre 1525) et arrive à Lyon le 28 septembre (G. Jacqueton, op. cit., p. 225). BL, Vit. B. VII, fo 195 (lettres de Gregory Casale à Wolsey [9 octobre 1525]) [LP, IV, 1643].

121 BnF, ms Moreau 714, fo 223.

122 Cf. sa présence à Narbonne qu’il défend contre une menace d’invasion (AN, X1A 1527, fo 385 vo : Lautrec aux gens du parlement de Paris, Lyon, 4 avril 1525).

123 LP, III, no 1946, p. 834, 9 janvier 1522.

124 Voir Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle, d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de Guillaume Poyet et de Michel de l’Hospital, Paris, 2005.

125 Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 51, d’après la thèse d’École des chartes de Monique Pelletier consacrée au Grand Conseil.

126 D’après les registres d’actes conservés en copies (arch. dép. Puy-de-Dôme, 3 E 113 DEP, fonds I, C II 6 a, 1 à 6).

127 Ibid., p. 74.

128 En portent témoignage les lettres de Guillaume Duprat à son père, en particulier en 1525 lorsque le chancelier est à Lyon et en conflit avec le parlement de Paris (arch. dép. Puy-de-Dôme, 3 E 113 DEP, fonds I, C II 7 n).

129 Voir en particulier Jean-Pierre Massaut, Josse Clichtove, l’humanisme et la réforme du clergé, 2 vol., Paris, 1968.

130 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 3 E 113 DEP, fonds I, C II 7 n, 1526, 10 janvier, Paris.

131 Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (vers 1445-1514). Un cardinal-ministre au début de la Renaissance, Rennes, 2005, p. 398.

132 Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », dans La prise de décision en France (1525-1559), études réunies par Roselyne Claerr et Olivier Poncet, Paris, 2008, p. 15.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540