Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les nouveaux conseillers

Charles, duc d’Alençon (1489-1525)1

Cédric Michon

Texte intégral

  • 1 Cette notice s’appuie largement sur celle écrite par Philippe Hamon dans Philippe Hamon et Arlette (...)
  • 2 Sur René d’Alençon, voir Mikhael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Charles VIII (...)
  • 3 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, publiées par René de Maulde La Clavière, Paris 1895, t. I, (...)
  • 4 BnF, ms frçs 4508, fo 96 vo.

1Beau-frère du roi et premier prince du sang, c’est à ces titres que l’on croise occasionnellement Charles d’Alençon dans l’entourage du Conseil. Fils de René d’Alençon, descendant d’une lignée qui remonte à un frère de Philippe le Bel, Charles devient duc d’Alençon en novembre 1492 à la mort de son père2. Il est élevé par sa mère, la pieuse Marguerite de Lorraine. En 1497, il hérite également des comtés d’Armagnac et de Rouergue, succession qui fera l’objet d’un long litige. Le mariage de Charles avec Suzanne de Bourbon, fille du duc Pierre et d’Anne de Beaujeu est un temps envisagé. Les fiançailles sont même célébrées le 21 mars 1501 à Moulins en présence de toute la cour3. Mais après la mort de Pierre II de Bourbon, Anne de Bourbon change d’avis et fiance sa fille au futur connétable de Bourbon. Des pourparlers sont alors entamés avec les Angoulême, dès 1507 semble-t-il. Le 9 octobre 1509, Charles est fiancé avec Marguerite d’Angoulême, qui a trois ans de moins que lui. La dot est fixée à 60 000 livres. Mais ce n’est pas, à terme, le principal intérêt de l’alliance. Quand son beau-frère François devient roi en 1515, Charles d’Alençon est reconnu comme premier prince du sang. Il reçoit le gouvernement de la Normandie, celui de la Bretagne, ainsi que de nombreux dons. Sa faveur découle, au moins en partie, de l’attachement de François Ier à l’égard de sa sœur. Il est par ailleurs lié aux Bourbon-Vendôme par le mariage de sa sœur Françoise d’Alençon avec Charles de Bourbon-Vendôme, le 16 mai 15134.

  • 5 ORF, t. I, II, III et IV.

2Alençon ne semble pas avoir une personnalité très marquée et son rôle politique est insignifiant. Sa présence est attestée au Conseil, mais très rarement. Il est ainsi mentionné à trois reprises en 1515, à 4 reprises en 1516 (dont les séances consacrées à la ratification du traité de Noyon et du Concordat de Bologne), et une seule fois en 1517, 1518 et 15245.

  • 6 Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p. 164-165 et p. 168 et aussi Philippe Hamon, L’Argent du r (...)

3C’est avant tout un combattant, présent à Gênes dès 1507, se distinguant à Agnadel en 1509, commandant l’arrière-garde à Marignan en 1515. Entre les campagnes, il se tient souvent à l’écart de la cour sur ses terres. Il est toutefois présent lors de chaque cérémonie importante. Ainsi, lors des rencontres du Camp du Drap d’Or, seuls six Français, outre le roi, disposent d’« ung pavillon de toille double tout prest, garny de pantes, franges, boys pour le dresser et cordaiges » qui sont le duc d’Alençon, Semblançay, Bonnivet, Montmorency, Duprat et le Bâtard de Savoie6.

4En 1521, il est chargé d’organiser le camp d’Attigny. À l’automne, lors de la campagne de l’armée royale en Hainaut, il reçoit le commandement de l’avant-garde, au grand dépit du connétable de Bourbon, qui juge que la fonction lui revient de droit. Charles d’Alençon n’a semble-t-il guère d’affinités avec son épouse. Il ne manifeste pas d’intérêt pour les novations culturelles ou religieuses, malgré l’éducation pieuse qu’il a reçue ; il est totalement absent de la correspondance de Marguerite ; enfin leur union demeure stérile.

5Alençon suit François Ier en Italie en 1524. Lors de la bataille de Pavie (24 février 1525) où il commande sur l’aile gauche, il manque de coup d’œil et de résolution sinon de bravoure. Il est l’un des seuls aristocrates importants à échapper à la mort ou à la capture. Il se replie sur Lyon avec les débris de l’armée française. Les récits de l’accueil acerbe de sa femme et de sa belle-mère tiennent pour une bonne part de la légende. Marguerite va le soigner avec attention. Car Alençon tombe malade. Même si certaines sources évoquent une pleurésie, pour les chroniqueurs, il succombe à la honte ou au désespoir. Selon Versoris, « il fust dict avoir pris la mort à cause de la grand calamité de France ». Le traumatisme de Pavie, bien réel, l’a de fait sûrement affecté : sur son lit de mort, il se reproche d’avoir causé la perte du roi. Il meurt le 11 avril et est enterré sans apparat le 1er mai. Sa veuve reçoit en usufruit l’essentiel de ses biens, dont le duché d’Alençon.

Notes

1 Cette notice s’appuie largement sur celle écrite par Philippe Hamon dans Philippe Hamon et Arlette Jouanna (éd.), Dictionnaire de la France de la Renaissance, Paris, 2001, article « Alençon, Charles d’ », p. 576.

2 Sur René d’Alençon, voir Mikhael Harsgor, Recherches sur les membres du Conseil sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, « Un membre théorique du Conseil du roi. René d’Alençon », p. 568-589.

3 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, publiées par René de Maulde La Clavière, Paris 1895, t. I, p. 317.

4 BnF, ms frçs 4508, fo 96 vo.

5 ORF, t. I, II, III et IV.

6 Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p. 164-165 et p. 168 et aussi Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 343.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540