Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Louise de Savoie

Philibert Babou (1484-1557)

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 André Lapeyre et Rémi Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Ch (...)

1La tradition familiale fait descendre les Babou de condottieri au service de Venise. La réalité sociale est bien plus prosaïque. Philibert naît, en 1484 semble-t-il, à Bourges dans une famille de notaires. Les premières charges qu’il exerce sont d’ailleurs celles de maître des eaux et forêts de Bourges, Mehun, Issoudun et Vierzon et de grenetier de Bourges1. Cependant, il entreprend rapidement une ascension assez spectaculaire dans les charges de finances. Après l’acquisition d’un office de notaire et secrétaire du roi dès 1504, Babou réalise en 1510 un beau mariage dans le milieu des gens de finance tourangeaux en épousant Marie Gaudin, fille de Victor, ancien argentier de la reine Anne, auquel il succède dans cette charge. En 1513, il accède à la plus importante, et de loin, des commissions financières : la trésorerie de l’extraordinaire des guerres, qu’il détient jusqu’en 1516.

  • 2 BnF, ms frçs 21413, p. 408 pour la date de 1530 ; CAF, t. II, p. 86, no 4272 pour celle de 1531. C (...)

2Comme un certain nombre d’hommes de finance, Semblançay en tête, Babou négocie habilement la transition entre le temps de la reine Anne et celui des Angoulême. Dans son cas d’ailleurs, la relation avec Louise de Savoie est décisive pour sa carrière, sans que l’on sache précisément dans quelles conditions elle s’est nouée. Au début du règne de François Ier, il est déjà en fonction auprès d’elle et devient contrôleur général de ses finances en 1519. La disgrâce de Semblançay et du clan Beaune renforce encore sa position auprès de Madame. Le 4 août 1524, il reçoit l’administration générale de ses finances. Parallèlement, sa faveur se manifeste dans l’obtention de la trésorerie de France en Languedoïl en 1521, et lui vaut d’être, de 1523 à 1525, le premier titulaire de la charge de trésorier de l’Épargne. Il est finalement nommé le 30 novembre 1530 (ou 1531) secrétaire des finances2. Parallèlement, il acquiert les offices de cour, devenant en particulier valet de chambre du roi. Il multiplie les missions les plus diverses, signe de la confiance qu’on lui accorde. Une tradition ancienne – probablement légendaire – veut en outre que Marie Gaudin, sa femme, ait été maîtresse de François Ier.

3La confiance de Louise de Savoie vaut à Babou de jouer un rôle important en 1525, même s’il est alors plus un exécutant précieux qu’un véritable responsable politique. Parvenu à échapper à la capture lors du désastre de Pavie, libéré de la responsabilité du trésor de l’Épargne (mai 1525), Babou est envoyé en Espagne par la régente pour servir de relais entre le roi établi à Madrid et les négociateurs français installés à Tolède : il aurait fait dix-huit fois le trajet avant de revenir en France en décembre 1525. Sa position de proche de la régente en fait d’ailleurs, au cœur de la crise de la captivité, l’un des financiers qui sont critiqués par le parlement et sans doute par les Parisiens. Il est de nouveau mobilisé en 1529 pour le règlement de la paix (entre autres pour une nouvelle mission en Espagne).

  • 3 BnF, ms frçs 3873, fo 4. Il obtient ensuite, après la disgrâce de Chabot, la possibilité de le réc (...)

4La mort de Louise de Savoie en septembre 1531 – Babou est présent à ses derniers instants – ne semble pas trop fragiliser sa position. S’il fait l’objet de poursuites financières, il obtient la possibilité de transiger – moyennant le versement de 50 000 livres – avec la médiation intéressée de l’amiral Chabot auquel Babou cède dans des conditions tout à fait avantageuses son hôtel parisien3. Au cours des années 1530, il est toujours lié à la famille royale : Marguerite de Navarre le pensionne pour 400 livres et compte sa fille Marie parmi ses demoiselles et son fils Jean parmi ses échansons. Par ailleurs, comme sa fille Claude, Philibert entre dans la maison de la reine Éléonore (il en est maître d’hôtel dès 1534). Il joue un rôle croissant dans le suivi des constructions royales et est finalement commis à la surintendance des bâtiments du roi. Ses fonctions curiales se renouvellent : trésorier de la Sainte-Chapelle (en 1531), de la vénerie et fauconnerie (en charge en 1537), maître d’hôtel du roi (de 1544 à sa mort). Il reçoit de nombreuses commissions pour assurer l’approvisionnement et le bon ordre dans les armées, tant en 1537 qu’en 1543-1544. Il fait même partie des négociateurs du traité de Crépy en 1545.

  • 4 C’est du moins ce que laisse entendre une lettre sans doute adressée à François (II) de Dinteville (...)

5L’année précédente, le roi lui a donné accès au Conseil privé. Ce rang lui assure une pension annuelle de 2000 livres et semble bien le signe d’une faveur royale toujours agissante. Pour autant, le rôle politique de Babou dans les dernières années du règne de François Ier paraît des plus limités ; son expertise financière et sa longue pratique des tâches les plus diverses au service du Prince en font sans doute un « conseiller technique » d’une réelle utilité. En outre Babou peut se vanter d’être parvenu à traverser la totalité du règne de François Ier en conservant une activité constante au plus haut niveau du service du roi et de la famille royale. Il assure le relais vers le règne suivant comme l’un des responsables des funérailles de François Ier et en tant que commis aux dépenses du sacre d’Henri II. Mais il connaît probablement une forme de disgrâce sous ce dernier4. Quoi qu’il en soit, son rôle est désormais très secondaire. Il teste à Paris le 9 septembre 1557 et meurt dans les semaines qui suivent. Mais il se fait enterrer, en bon notable acclimaté en Touraine depuis longtemps, dans une collégiale fondée en 1544 sur sa seigneurie de Montlouis.

6Philibert Babou a solidement assis sa fortune foncière, de la Touraine au Nivernais et au Bourbonnais. La protection royale lui a permis de faire de deux de ses fils des évêques successifs d’Angoulême. Si Jacques (1512-1532) meurt précocement, Philibert le jeune (1513-1570) connaît une belle réussite, devenant ambassadeur à Rome en 1558 et cardinal en 1561. Jean Babou, le fils aîné (1511-1569), fait une carrière d’officier de cour et est également bailli de Touraine. Jean marie sa fille Françoise à Antoine d’Estrées. De leur union naît Gabrielle d’Estrées, pour laquelle, contrairement à son arrière-grand-mère, il ne fait aucun doute qu’elle a bien été la maîtresse d’un roi de France…

Notes

1 André Lapeyre et Rémi Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), Paris, 1978, t. 1, notice 22 fournit de nombreux éléments biographiques sur Philibert Babou. Voir aussi la notice que je lui ai consacrée dans Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, 2001, p. 615-616.

2 BnF, ms frçs 21413, p. 408 pour la date de 1530 ; CAF, t. II, p. 86, no 4272 pour celle de 1531. Cependant, on n’a aucune signature de lui en chancellerie : Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle (1515-1589), Paris, 1967, p. 130.

3 BnF, ms frçs 3873, fo 4. Il obtient ensuite, après la disgrâce de Chabot, la possibilité de le récupérer. Il le vend définitivement en 1553 au duc de Guise. Il s’agit de l’ancien hôtel de Clisson, dont la porte, qui subsiste, est aujourd’hui incluse dans l’hôtel de Soubise, au Marais.

4 C’est du moins ce que laisse entendre une lettre sans doute adressée à François (II) de Dinteville, évêque d’Auxerre : BnF, ms frçs 20440, no 23, qui peut dater de 1554 environ.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540