Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Louise de Savoie

Jean Brinon (1484-1528)

Thierry Rentet

Texte intégral

  • 1 D’après le bourgeois de Paris, il meurt à 44 ans en 1528. Journal d’un bourgeois de Paris sous Fra (...)
  • 2 Généalogies des Brinon dans BnF, cab. des titres, P. O. 1768 ; Ars., ms 4963, fo 33 ro, 4974, fo 1 (...)
  • 3 Yves Brinon est maître des comptes, procureur au parlement de Paris et commissaire-examinateur au (...)
  • 4 Pernelle est la fille d’Henri Perdriel, seigneur de Médan.

1Comme nombre de conseillers issus des bourgeoisies urbaines du royaume des Valois, la vie de Jean Brinon (1484-15281) s’inscrit dans le triptyque usuel alliant stratégies familiales-métiers du droit-contacts avec les lignages aristocratiques. Il appartient à une famille parisienne suivie depuis le début du XVe siècle2. Vers 1400, Guillaume (I), son arrière-grand-père, est qualifié de bourgeois de Paris. Guillaume (II) occupe les offices de conseiller puis de procureur au parlement de Paris, qu’il cumule avec celui de commissaire-examinateur au Châtelet. Il meurt en 1479 en laissant deux fils : Yves3 et Guillaume (III). Ce dernier, avocat puis procureur au parlement de Paris, est le père de Jean. La réussite sociale de la famille est visible par les alliances contractées : Boislève pour le grand-père et Hennequin et Le Picart pour le père et l’oncle ; Perdriel4, Bourdin, Anjorrant et Anthonis pour Jean et ses trois sœurs, soit des lignées bien représentées au parlement de Paris et au Châtelet. Les Perdriel sont eux-mêmes apparentées aux Gaillard et aux Robertet. La promotion sociale induit aussi une accumulation progressive de terres. La seigneurie de Villaines est possédée dès la fin du XIVe siècle. Viennent s’y ajouter celles d’Autheuil, de Beaulieu et de Médan, apportée par Pernelle Perdriel. Toutes sont situées à proximité de Poissy. Brinon bénéficie également des largesses princières. Le 3 décembre 1524, la mère du roi lui fait don des terres de Rémy, Gournay-sur-Aronde et Moyenneville issues de la succession du connétable de Bourbon et sises à proximité de Compiègne. Le triple cadeau de la régente récompense de manière manifeste deux décennies passées à défendre les intérêts de lignages proches du pouvoir.

  • 5 Notices sur Jean Brinon dans Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie ; rela (...)
  • 6 Le parlement succède à l’Échiquier de Normandie créé au XVe siècle. Le prédécesseur de Brinon est (...)
  • 7 Pour tout ce qui précède, voir Gilbert Jacqueton, op. cit.
  • 8 Lettres de Marguerite de Navarre à Brinon dans Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologiq (...)

2Jean Brinon est le premier de sa famille à atteindre de hautes fonctions dans l’appareil d’État sous François Ier5. Continuant la tradition familiale, il commence la carrière juridique en qualité d’avocat. À ce titre, il devient le conseiller juridique et chargé d’affaire du duc d’Alençon, lequel en fait aussi son chancelier pour son duché. En 1509, le mariage de Charles d’Alençon avec Marguerite d’Angoulême permet à Brinon de rentrer dans la clientèle de la famille royale. Néanmoins la carrière de Brinon doit attendre 1515 pour connaître un coup d’accélérateur spectaculaire. Pour lui en effet, l’avènement de François Ier coïncide avec une triple promotion. Le roi le nomme premier président du parlement de Rouen dès le 21 avril 15156, office qu’il conserve jusqu’à son décès. Louise de Savoie en fait le président de ses Grands Jours et de son Conseil7. Quant à Marguerite, elle lui confie la chancellerie de son duché de Berry, qui s’ajoute à celles du duché d’Alençon et du comté d’Armagnac8. Jean Brinon est bien un homme-lige de la régente qui fait appel à lui lors de moments cruciaux du règne de François Ier.

  • 9 Détails du rôle de Brinon dans Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses ra (...)
  • 10 Gilbert Jacqueton, op. cit.
  • 11 Brinon est en Angleterre entre juin 1525 et mai 1526. CAF, t. IX, liste des ambassadeurs.
  • 12 LP, IV, 1573, 1578, 1579, 1595, 1609, 1738 et 1739.
  • 13 Archives du château de Chantilly, t. IV, fo 140 et 144, t. V, fo 157, t. VI, fo 3, t. VII, fo 329 (...)
  • 14 BnF, ms frçs 6637, fo 118 : « Parties ordonnées aux personnaiges cy-après nommez faisans le voiage (...)
  • 15 Journal d’un bourgeois, op. cit. Il est enterré le 5 avril à Saint-Séverin, église de sa paroisse.

3En 1523, Brinon reçoit la garde du petit sceau. Surtout, le 6 septembre, avec Guillaume Luillier et Guillaume Budé, maîtres des requêtes de l’Hôtel, il est nommé membre de l’une des commissions chargées d’interroger les complices du connétable de Bourbon9. En 1525, Brinon appartient au petit cercle des conseillers de la régente qui l’aide à maintenir le bateau royal à flot après le naufrage de Pavie10. Même si son nom n’apparaît ni dans les ORF, ni dans la série X1 a des AN, il remplit le rôle de conseiller de Louise de Savoie qui l’envoie en Angleterre afin de conclure un accord politique avec Henry VIII11. Son nom, mentionné à plusieurs reprises dans les Letters and Papers12, permet d’entrevoir le rôle qu’il a joué dans la conclusion du traité de Moore entre les deux Couronnes. Devenu, par la force des choses, un spécialiste des questions anglaises, Brinon fait partie de la délégation qui accueille le cardinal Wolsey en France en septembre 1527. À cette occasion, il rend compte du séjour du prélat à Anne de Montmorency13. En octobre de la même année, il repasse la Manche, en qualité d’ambassadeur extraordinaire, aux côtés d’Anne de Montmorency et de Jean Du Bellay notamment14. Revenu en novembre, il n’a guère le temps de ramasser les lauriers de son dévouement puisqu’il décède à Paris le 3 avril 152815.

Notes

1 D’après le bourgeois de Paris, il meurt à 44 ans en 1528. Journal d’un bourgeois de Paris sous François Ier, Paris, 1963, coll. « 10/18 », p. 117.

2 Généalogies des Brinon dans BnF, cab. des titres, P. O. 1768 ; Ars., ms 4963, fo 33 ro, 4974, fo 107 ro, 5033, p. 143, 5034, p. 159, et 5146, tableau 37.

3 Yves Brinon est maître des comptes, procureur au parlement de Paris et commissaire-examinateur au Châtelet.

4 Pernelle est la fille d’Henri Perdriel, seigneur de Médan.

5 Notices sur Jean Brinon dans Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie ; relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, 1892, p. 16-20 ; Fleury Vindry, Les parlementaires français du XVIe siècle, Paris, 1909, t. 1, p. 253. On peut ajouter que son oncle Yves est le procureur de la reine Claude au parlement de Paris, tandis que son frère, Guillaume, est l’un des aumôniers de la duchesse d’Alençon. BnF, Clair. 835, fo 2299 et fo 1997.

6 Le parlement succède à l’Échiquier de Normandie créé au XVe siècle. Le prédécesseur de Brinon est Jean de Selve, qui résigne en sa faveur pour occuper l’office de premier président du parlement de Paris. Brinon est reçu le 6 juillet 1515.

7 Pour tout ce qui précède, voir Gilbert Jacqueton, op. cit.

8 Lettres de Marguerite de Navarre à Brinon dans Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon et reine de Navarre (1492-1549), Paris, 1930, lettres 227, 236, 329 et 349.

9 Détails du rôle de Brinon dans Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Paris, Paris, 1921, 1re partie, p. 277, 278, 285, 290 et 310.

10 Gilbert Jacqueton, op. cit.

11 Brinon est en Angleterre entre juin 1525 et mai 1526. CAF, t. IX, liste des ambassadeurs.

12 LP, IV, 1573, 1578, 1579, 1595, 1609, 1738 et 1739.

13 Archives du château de Chantilly, t. IV, fo 140 et 144, t. V, fo 157, t. VI, fo 3, t. VII, fo 329 et t. X, fo 38.

14 BnF, ms frçs 6637, fo 118 : « Parties ordonnées aux personnaiges cy-après nommez faisans le voiage d’Angleterre en compaignie de M. le Grant Maistre. » LP, IV, 3449.

15 Journal d’un bourgeois, op. cit. Il est enterré le 5 avril à Saint-Séverin, église de sa paroisse.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540