Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Louise de Savoie

Jean Caluau (?-1522)

Cédric Michon

Texte intégral

  • 1 AN, X1a 1519, fo 43 vo et 52, 4 février, cité par Edouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris d (...)
  • 2 BnF, ms Clairambault 199, fo 9, et Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous François Ier(...)
  • 3 Edouard Maugis, op. cit., I, p. 150.
  • 4 ORF, I.
  • 5 Sa trajectoire peut-être comparée à celle d’autres maîtres des requêtes comme Jean de Langeac, Cla (...)

1Jean Caluau, est issu d’une famille d’échevins d’Angoulême impliquée dans des offices de justice au service du comte d’Angoulême. Dès l’accession de François Ier, sa carrière s’accélère, puissamment aidée en cela par l’implication de sa famille au service de Louise de Savoie. Il est licencié en droit, chanoine d’Angoulême, abbé de La Couture (Le Mans) et La Couronne (près d’Angoulême), lorsqu’il est reçu conseiller au parlement de Paris le 16 janvier 1515. Deux mois plus tard, le 16 mars, il est nommé évêque de Senlis. Un an après, en février 1516, il est fait maître des requêtes et envoyé en Provence. Proche du roi, il est très actif dans les domaines judiciaire et financier. C’est lui qui, le 26 janvier 1517, présente des lettres patentes qui autorisent le nouvel élu aux requêtes du palais, Jean Viole, à se marier1. La même année, il fait partie de la commission chargée, sous la direction de René de Savoie, le 1er juin 1517 d’une vaste entreprise de vérification des comptes de la recette générale d’Outre-Seine, de la trésorerie du Dauphiné. Cette commission est composée sans doute d’une petite dizaine de personnes et fonctionne pendant au moins 21 mois (de juillet 1517 à avril 1519)2. Le 10 août 1519, il est délégué aux Grands Jours de Poitiers. Le 30 juin 1521, en compagnie du maître d’hôtel Saint-Séverin, il vient faire l’ouverture d’une nouvelle chambre au parlement de Paris3. En décembre de la même année, il participe à l’ambassade envoyée en Suisse sous la direction du Bâtard de Savoie. Il meurt précocement en juin 1522. Sa présence au Conseil est attestée à 8 reprises en 1515 et 1516 au cours de séances qui adoptent la création d’enquêteurs, l’exemption de tailles pour Cognac, la confirmation de l’abolition du sol par livre à Chartres, la confirmation des privilèges des arbalétriers à Paris, l’attribution de privilèges à la ville d’Arles, puis leur confirmation, la confirmation de privilèges aux juifs convertis4. Il incarne le rôle de support technique joué par les maîtres des requêtes au Conseil5.

Notes

1 AN, X1a 1519, fo 43 vo et 52, 4 février, cité par Edouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV, 3 vol., Paris, Éditions A. et J. Picard, 1913-1916, I, p. 139.

2 BnF, ms Clairambault 199, fo 9, et Philippe Hamon, L’Argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 289 et 311.

3 Edouard Maugis, op. cit., I, p. 150.

4 ORF, I.

5 Sa trajectoire peut-être comparée à celle d’autres maîtres des requêtes comme Jean de Langeac, Claude Dodieu, Lazare de Baif ou Charles de Marillac. Voir dans l’introduction, la section « Les maîtres des requêtes ».

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540