Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Louise de Savoie

Louise de Savoie (1476-1531)

Robert J. Knecht

Texte intégral

  • 1 Arthur Mitzman, Michelet, Historian, Rebirth and Romanticism in Nineteenth-Century France, New Hav (...)
  • 2 Jules Michelet, Humanisme et Réforme. Histoire de France au XVIe siècle, Paris, 1982, p. 208.
  • 3 Ibid.

1Jules Michelet n’aime pas François Ier. Il lui reproche, entre autres choses, de s’être rallié à la papauté au lieu de prendre la direction de la réforme luthérienne ; mais le plus grand défaut du roi à ses yeux est sa faiblesse pour les femmes. « Les femmes et la guerre, écrit-il, la guerre pour plaire aux femmes. » « Les femmes le firent tout ce qu’il fut, et le défirent aussi. » Et la pire pour Michelet est la mère du roi, Louise de Savoie. Tout historien est largement la proie de son passé. Michelet adorait sa mère et c’est peut-être pourquoi il attache une telle importance à l’influence maternelle en général1. Louise, à ses yeux, est responsable des plus grosses erreurs commises par son fils. « Cette royale figure, écrit-il, qui semblait tout comprendre et hâblait à merveille, était en réalité un splendide automate entre la main de sa mère, l’intrigante, violente et rusée Savoyarde, et un homme d’affaires, Duprat, fin, vil et bas qu’il prit pour chancelier2. » Xénophobe et snob, Michelet blâme Louise pour le mariage de Madeleine de La Tour d’Auvergne, princesse française de sang royal, avec Julien de Médicis, membre d’une famille italienne sortie du commerce, union qu’il méprise comme étant celui des lis de France avec des pilules. Son fruit en est Catherine de Médicis, ce « ver sorti du tombeau de l’Italie ». Louise aimait son fils passionnément ; pourtant, dit Michelet, elle s’en jouait : « Elle disait hardiment au légat : “Adressez-vous à moi, et nous irons notre chemin. Si le roi gronde, il faut le laisser dire3.” »

Louise de Savoie, mère de François d’Angoulême

Comtesse d’Angoulême (1488) et veuvage (1496)

  • 4 Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, Lyon, 1660, p. 397.
  • 5 René de Maulde La Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris, 1885, p. xiii-cxxx (...)

2Née à Pont d’Ain le 11 septembre 1476, Louise est la fille de Philippe de Bresse, un cadet de la maison ducale de Savoie qui fut brièvement duc avant de mourir en 1497. Après le décès de sa mère, Marguerite de Bourbon, en avril 1483, Louise est prise en charge par sa cousine, Anne de Beaujeu, la fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie, une sœur de Philippe de Bresse. Son enfance ne semble pas avoir été particulièrement heureuse. Dans son Journal (probablement écrit en collaboration avec son conseiller franciscain, François Demoulins) elle mentionne « les adversités et inconvénients qui lui étaient advenus en ces premiers ans4 ». En 1478, lorsqu’elle atteint l’âge de deux ans, Louis XI, grand faiseur de mariages, a l’idée de la fiancer au comte Charles d’Angoulême afin d’isoler celui-ci de la riche héritière, Marie de Bourgogne. Pauvre et dénué d’importance politique, Charles essaie d’échapper au sort que lui réserve le roi en prenant part à la révolte nommée « Guerre folle » mais il échoue misérablement et, comme prix de sa soumission au roi, doit épouser Louise, mariage célébré le 16 février 1488. Elle n’a que douze ans alors que lui en a vingt-huit. Cependant le mariage semble avoir été assez heureux. Louise a supporté les infidélités de son mari qui eut trois filles illégitimes par deux maîtresses, Antoinette de Polignac et Jeanne Comte. Louise eut deux enfants : Marguerite, née le 11 avril 1492, et François, né le 12 septembre 1494. Charles d’Angoulême meurt pendant l’hiver de 1496 ayant confié à sa femme par testament la garde de leurs enfants, mais, à dix-neuf ans, Louise est au-dessous de l’âge minimum de la tutelle ; c’est-à-dire vingt-cinq. Lorsque Louis d’Orléans réclame la tutelle des enfants, Louise lui oppose une coutume d’Angoumois fixant l’âge de la tutelle à quatorze ans. La dispute est soumise au Grand Conseil qui prescrit un compromis. Louise conserve la garde des enfants et Orléans est nommé tuteur honoraire. Le 8 avril 1498, Charles VIII meurt sans laisser d’enfants et Louis d’Orléans lui succède sur le trône sous le nom de Louis XII. Toujours sans fils, il peut cependant en espérer ; pour l’instant François devient son héritier présomptif. Il reçoit du roi une pension et le duché de Valois. Louis confirme la tutelle de Louise, mais l’invite à venir avec ses enfants à la cour qui se trouve alors à Chinon. Le roi les reçoit paternellement, mais au bout d’une semaine il en confie la garde à Pierre de Rohan, seigneur de Gié et maréchal de France, qui les emmène au château d’Amboise dont il est le capitaine et où il dispose d’une compagnie d’archers commandée par le lieutenant, Roland de Ploret. Le maréchal se met aussitôt à réformer le personnel de la maison de Louise. Jean de Saint-Gelais et d’autres vieux serviteurs sont congédiés et remplacés par des créatures du maréchal. Louise, qui garde jalousement sa vie privée, couche dans la même chambre que ses enfants et ne permet qu’aux dames d’assister à ses lever et coucher. Cependant un jour un homme de Gié, nommé du Restal, pénètre de force dans la chambre de Louise, qui, furieuse, obtient son renvoi, mais elle ne peut se débarrasser aussi facilement de Gié5. Il semble cependant qu’elle ait pu élever ses enfants à sa façon.

« Dame Prudence » : l’éducatrice d’un futur roi (1496-1515)

  • 6 Pour une étude détaillée du mécénat litéraire de Louise voir Mary Beth Winn, « Louise de Savoie, s (...)
  • 7 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance fra (...)
  • 8 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection de mémoires, Ire série, vol. V, 1836, p. 7; Balthazar Cas (...)

3À en croire Michelet, les enfants de Louise auraient grandis dans une cour moralement corrompue. « Tendre et sans scrupule, écrit-il, elle [Louise] ferma les yeux. » Cependant Louise est souvent identifiée par ses contemporains avec Dame Prudence. Symphorien Champier l’appelle « une autre Pallas et très saige Minerve ». En 1530 Jean de Bourdigné lui dédie une de ses œuvres sous le titre de « la Pallas de Savoie ». Fidèle à sa devise – Libris et liberis – Louise commande des ouvrages pour ses enfants6. Un livre d’histoire et un atlas, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, ont sans doute été utilisés par le jeune François. Sa mère lui enseigne l’italien, et François Demoulins de Rochefort l’histoire biblique et le latin, mais le futur « père des lettres » n’a jamais maîtrisé cette langue7. Demoulins est un humaniste. Admirateur d’Érasme, il compte pas Lefèvre d’Etaples et Guillaume Budé parmi ses amis. Pourtant, l’humanisme n’exerce une grande influence sur l’éducation de François. Comme Shakespeare, il grandit avec « peu de Latin et moins de grec » ; mais il apprend l’italien. Ses contemporains le considèrent mieux instruit que la plupart des jeunes nobles de son époque. Florange, un de ses compagnons d’enfance, pense qu’aucun prince n’a été mieux instruit, et Castiglione loue son amour pour les lettres dans son Livre du courtisan8. Une œuvre de Demoulins – un dialogue entre un confesseur et un pénitent au sujet des jeux de hasard – a peut-être été commandée par Louise pour contrecarrer le goût que son fils aurait montré pour ce genre de jeu. Une autre œuvre commandée par Louise traite des quatre vertus cardinales : Prudence, Force, Justice et Tempérance. Les lettres ne sont donc pas négligées dans l’éducation du jeune François, mais la « noblesse des armes » y joue un rôle prépondérant comme dans celle de tous les jeunes nobles de son temps. La chasse et la guerre en miniature occupent beaucoup François avec parfois des conséquences funestes. En janvier 1502 il est emporté par son cheval et Louise exprime son angoisse dans son Journal. Deux ans plus tard, en septembre, elle fait frapper une médaille pour célébrer le dixième anniversaire de son fils. Cette même année il apparaît officiellement à la cour de France comme héritier du trône. Quatre ans plus tard il quitte sa mère pour prendre place à la cour. « Le 3 août 1508 », Louise écrit dans son Journal, « du temps du roi Louis XII, mon fils partit d’Amboise pour être homme de cour et me laissa toute seule. » Elle revient à Cognac et s’y trouve le 30 décembre 1513, lorsqu’elle écrit : « En venant dîner de Boutiers, près de Cognac, je fus bien marrie car Monsieur d’Alençon [son gendre ; le premier mari de Marguerite] chut de cheval et se rompit le bras ; et le lendemain mon fils arriva en poste. »

  • 9 Marc Hamilton Smith, « François Ier, l’Italie et le Château de Blois : nouveaux documents, nouvell (...)

4Un témoignage symbolique du rôle joué par Louise dans l’éducation de son fils se trouve dans les livres qui lui ont été dédicacés. L’un d’eux contient une miniature où l’on voit une grande dame, entièrement vêtue de noir, tenant d’une main un enfant près duquel on reconnaît un dauphin, et de l’autre un gigantesque compas. La dame est évidemment Louise et l’enfant, le dauphin François. Quant au compas, c’est l’instrument avec lequel on dessine un cercle, forme parfaite que Dieu a donnée à sa Création. Son rôle est d’indiquer les « points » ou principes moraux que le prince devra suivre strictement. Cette image n’est peut-être qu’une flatterie, mais Louise a certainement délégué sérieusement ses responsabilités d’éducatrice. Peut-être aussi a-t-elle inspiré l’intérêt que son fils porte à l’art. Le 12 juin 1504, le Florentin Nicolò Alamanni, écrit au marquis de Mantoue : « Comme je suis serviteur et familier de notre petit prince d’Angoulême, il m’a dit qu’il aimerait que je lui fisse venir quelques tableaux de ces maîtres excellents d’Italie, parce qu’il y prend grand plaisir. » Comment expliquer une telle précocité artistique de la part d’un enfant de dix ans ? Il la doit sûrement à sa mère qui elle aussi aime l’art. Le 23 mai 1516 Gian Giovanni Rozzoni écrit à Isabelle d’Este : « Une idée m’est venu à l’esprit : il ne serait pas mauvais, voire même bon, que Votre Altesse lui offrit quelque tableau bien fait de saint ou de sainte car elle aime beaucoup ce genre de choses et s’y connaît bien9. »

  • 10 Evelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, 1990, p (...)

5L’on a souvent dit que les enfants de Louise avaient reçu la même éducation, mais ce n’est pas certain. Au XVe siècle l’étude des lettres est en général réservée aux garçons ; l’éducation des filles visait au mariage, à l’éducation des enfants et à la domesticité. Les princesses reçoivent parfois une éducation littéraire, et c’est peut-être le cas pour Marguerite d’Angoulême, mais beaucoup de choses dites à ce sujet ne sont que des hypothèses tirées de sa future carrière littéraire. Le nom de Marguerite ne figure que deux fois dans le Journal de Louise, fait qui souligne le grand amour qu’elle réserve à son fils. Mais cela ne veut pas dire qu’elle ait négligé l’éducation de Marguerite qui est devenue l’une des femmes les mieux instruites de son siècle10. Son grand-père, Jean d’Angoulême avait fondé une belle bibliothèque à Cognac et, lorsque Louise emmena ses enfants à Blois avant d’aller à Amboise, ils y ont peut-être goûté les richesses de la bibliothèque royale.

Duchesse d’Angoulême et mère du roi (1515)

  • 11 François Demoulins et Louise de Savoie, Journal, S. Guichenon (éd.), Histoire généalogique de la r (...)
  • 12 Albert Buisson, Le Chancelier Antoine Duprat, Paris, 1935, p. 17-68.
  • 13 Aimé Champollion-Figeac (éd.), Captivité du Roi François Ier, Paris, 1847, p. 129.
  • 14 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 157-158.

6Louise est l’archétype de la mère possessive. Elle a placé tous ses espoirs dans l’avancement au trône que le saint homme, François de Paule, a prédit pour son fils avant même sa naissance. Son Journal nous permet de suivre toutes les angoisses provoquées chez elle par divers incidents qui l’ont menacé. Chaque grossesse d’Anne de Bretagne que Louis XII a épousée en 1499 est cause d’alarme. Lorsqu’Anne a un fils en 1512 qui meurt presque aussitôt, Louise ne peut contenir sa joie. « Anne reyne de France, écrit-elle, à Blois le jour de sainte Agnès, 21 janvier, eut un Filz, mais il ne pouvoit retarder l’exaltation de mon César, car il avoit faute de vie11. » Lorsque François devient roi le 1er janvier 1515, Louise occupe tout de suite une position privilégiée à la cour et dans le gouvernement. Elle reçoit le produit des confirmations d’offices, son comté d’Angoulême est élevé au rang de duché et elle reçoit en plus le duché d’Anjou, les comtés du Maine et de Beaufort-en-Vallée et la baronnie d’Amboise. Son demi-frère, René, est nommé Grand sénéchal et gouverneur de Normandie. Plusieurs personnes qui l’ont servie avant 1515 sont promues, le plus important étant Antoine Duprat, qui en tant que chancelier de France devient le principal ministre du roi12. Réputé sans scrupule et avare, il est peu populaire, mais peut toujours compter sur le soutien de Louise. De manière générale, Louise joue un rôle très important dans la composition du Conseil. François rend à sa mère son amour et sa dévotion. Il lui écrit chaque fois qu’il s’absente et la tient au courant de ses activités. La lettre qu’il lui écrit le lendemain de sa défaite à Pavie est célèbre : « De toutes choses ne m’est demeuré que l’honneur et la vie qui est saulve13. » En 1518 François achète pour sa mère une petite propriété au lieu-dit les Tuileries, en dehors de l’enceinte de Paris « pour lui procurer un meilleur air que celui de l’hôtel des Tournelles ». Il lui destine aussi le château de Romorantin mais les projets ambitieux que Léonard de Vinci lui consacre ne seront jamais réalisés14. Louise reçoit tous les honneurs à la cour. L’appartement qu’elle occupe à Fontainebleau est si commode que le roi le prend pour lui-même après le décès de sa mère en 1531.

Louise de Savoie et la trahison de Charles de Bourbon (1523)

  • 15 Gilbert Jacqueton, op. cit., p. 4.
  • 16 Sur la trahison de Bourbon voir Albert Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, 1904, pa (...)
  • 17 Albert Lebey, op. cit., p. 119-120 ; Roger Doucet, op. cit., p. 215-217.

7Louise a-t-elle été le mauvais génie de François ainsi que le pense Michelet ? « Bien des faits sont avancés qui auraient besoin d’être prouvés, bien des intentions supposées qui semblent rien moins que certaines ; bref, le procès mériterait d’être instruit à nouveau15. » Ce verdict rendu par Jacqueton en 1892 reste valable. Cependant certains doutes au sujet du caractère de Louise paraissent justifiés. Elle s’est montrée parfois rapace et vindicative, comme lors de l’affaire du duc de Bourbon en 1523. Souvent considéré comme étant le dernier des grands nobles féodaux français, Charles III duc de Bourbon possédait un domaine considérable concentré au centre du royaume et jouissait d’une large indépendance. En tant que connétable, il était chef de l’armée royale. Sa trahison a donc bouleversé le royaume. Elle a été provoquée par la mort de la duchesse, Suzanne, en 1521. Grande propriétaire à son propre titre, elle a légué tous ses biens à son mari, mais Louise de Savoie décide de contester le testament. En tant que cousine-germaine de Suzanne, elle prétend être sa parente la plus proche. Le testament est également contesté par le roi pour d’autres raisons. La double contestation est soumise au jugement du parlement de Paris. Mais, avant même que la cour ne se prononce, François fait don à sa mère d’une partie des biens du connétable16. La mort de Suzanne soulève aussi la question délicate du remariage de Bourbon. Étant sans enfants, il est obligé de se remarier afin de s’assurer d’une descendance. L’on a raconté que Louise, qui n’a que quarante ans à l’époque, lui a offert sa main et qu’il l’a refusé provoquant ainsi sa haine féroce. Mais en l’absence de preuves peu d’historiens ont pris cette histoire au sérieux17. En revanche, il semble bien que Bourbon a dû faire face à une forte pression pour qu’il épouse une princesse française de sang royal, peut-être Renée, la sœur de la reine Claude. Une telle union aurait écarté le danger d’un mariage à l’étranger qui aurait pu faire passer les terres du duc aux mains d’une puissance étrangère et peut-être ennemie de la France. Ce danger est presque réalisé quand Bourbon accepta l’offre de la main d’une des sœurs de l’empereur. Louise a-t-elle été la principale responsable de la trahison de Bourbon ? Ce n’est pas certain, mais la pression qu’elle et son fils ont exercée sur le duc a certainement provoqué sa trahison dont la principale conséquence a été l’incorporation de ses possessions dans le domaine royal et le renforcement de l’unité territoriale de celui-ci.

Régente de France (1525-1526)

  • 18 Don Antonio de Beatis, Voyage du Cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Ita (...)
  • 19 ORF, I, 262-8. Voir aussi Simone Bertière, « Régence et pouvoir féminin », dans Royaume de fémynie, (...)

8Louise était d’une présence imposante. Le 14 août 1517 le cardinal Louis d’Aragon et sa suite arrivent à Rouen au cours d’un long voyage a travers l’Europe. Ils se présentent à l’archevêché où loge François Ier. Après lui avoir parlé, le cardinal rend visite à la reine Claude et à sa mère. Antonio de Beatis, son secrétaire, nous en a laissé le portrait : elle « est très grande, encore belle de teint, très vive et enjouée, elle me paraît âgée de quarante ans environ et l’on peut lui prédire encore plus de dix ans d’excellente santé. Elle accompagne toujours son fils et la reine Claude sur lesquels elle exerce un pouvoir absolu18 ». Ce portrait semble exact. L’importance du rôle joué à la cour par Louise a été tel que certains historiens lui ont accordé le titre de « reine-mère », mais elle n’a jamais été reine ; seulement régente deux fois : en 1515, lorsque François part en Italie pour la première fois, et en 1525-1526 lors de sa captivité. Les pouvoirs que Louise reçoit la première fois sont limités, car le roi emporte le grand sceau en Italie sans lequel les papiers d’État ne peuvent être authentifiés19. La seconde régence est très différente. Louise doit gouverner le royaume pendant près de deux ans avec l’aide d’un Conseil présidé par Duprat. La France est toujours en guerre et menacée par une invasion étrangère. Quelques survivants de son armée qui vient d’être décimée repassent les Alpes en guenilles, sans argent et démoralisés. Mais Louise, sans perdre courage, installe son administration dans l’abbaye de Saint-Just, près de Lyon, et par économie, congédie une bonne partie de sa maison. L’organisation de la défense du nord de la France est largement confiée au parlement de Paris, mais la régence n’est pas acceptée sans contestation. Selon la loi salique les femmes ne peuvent régner et beaucoup de monde pense qu’elles n’en sont pas capables.

La politique étrangère de Louise de Savoie, régente du royaume

  • 20 Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie : Relations diplomatiques de la Fra (...)
  • 21 Gilbert Jacqueton, op. cit., p. 291.
  • 22 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 228-2 (...)

9À la suite de sa défaite et de son emprisonnement, François espère que l’empereur Charles Quint se montrera chevaleresque et lui rendra sa liberté contre une rançon monétaire ; mais Charles exige qu’on lui remette le duché de Bourgogne qui, selon lui, avait été annexé illégalement par Louis XI en 1477. Face à cette demande, François demande l’avis de sa mère qui lui conseille de refuser. Sans aucun doute, Louise dirige la politique étrangère de la France durant la captivité de son fils. Prise entre le désir de le revoir le plus tôt possible et le devoir de ne pas démanteler son royaume, elle suit une politique à double tranchant : d’une part, elle élimine la menace d’invasion qui a pesée sur la France en signant le traité de Moore avec Henri VIII d’Angleterre, le détachant ainsi de son alliance avec l’empereur. Ainsi que l’a démontré Gilbert Jacqueton dans son étude sur la politique étrangère de la régente, Madame fait du rapprochement de la France et de l’Angleterre le fondement de sa politique extérieure : « Leur entente et leur action commune devinrent le point d’appui sur lequel furent fondées toutes les combinaisons diplomatiques et militaires qu’elle échafauda contre l’empereur20. » Signé en 1526, le traité de Moore sert de base à une coalition internationale – plus tard connue sous le nom de Ligue de Cognac – dont le but est de faire pression sur Charles Quint pour qu’il libère François aux meilleures conditions possibles. Les négociations qui aboutissent à ce traité nous montrent la force de caractère de Louise. À la suite de Pavie elle aurait pu faire aux Anglais des concessions en leur livrant des places en Picardie, mais elle en juge autrement : « Chez elle, pas d’affolement sous le coup du désastre, pas de précipitation, pas de résolution désespérée. Tout bien pesé, l’amitié d’Henri VIII ne lui paraît pas valoir un pouce de terre française21. » Louise cherche aussi l’appui du sultan ottoman, Soliman le Magnifique, démarche qui débouche finalement sur une coopération militaire contre le Habsbourg en Méditerranée22. D’autre part, elle négocie directement avec Charles Quint et essaie de l’assouplir en lui envoyant sa fille, Marguerite. Elle espère sans doute que le charme féminin pourra réussir là où les hommes ont échoué, mais l’empereur se montre inflexible. Obligée de changer de tactique, Louise conseille alors à son fils de capituler. François obtient donc sa liberté en promettant dans le traité de Madrid de rendre la Bourgogne à Charles, promesse qu’il répudie dès son retour en France.

Louise de Savoie, le Parlement et le concordat de Bologne

  • 23 Robert J. Knecht, « Francis I and the Lit de Justice: a “Legend” defended », French History, VII, (...)
  • 24 James K. Farge, Orthoxy and Reform in Early Reformation France: the Faculty of Theology of Paris, (...)
  • 25 La piété de Louise a été reflétée dans son mécénat. Pendant les années 1496-1497 elle a fait un do (...)

10Parallèlement, à l’intérieur du royaume, le parlement de Paris profite de l’absence du roi pour tenter de renverser certaines mesures prises depuis son avènement, notamment le Concordat de Bologne que le roi a signé avec le pape Léon X en 1516. Cet accord a sérieusement abrogé le droit des chapitres d’élire leurs supérieurs. En nommant Duprat archevêque de Sens ainsi qu’abbé de Saint-Benoît-sur-Loire sans s’inquiéter des chapitres directement concernés, Louise provoque une violente dispute avec le Parlement qui ose menacer le chancelier de poursuite judiciaire. La régente cependant reste ferme et François à son retour de captivité confirme tout ce qu’elle a fait en son absence23. Un autre sujet de discorde entre le Parlement et la couronne est la menace à l’unité religieuse du royaume présentée par les progrès de l’hérésie luthérienne. François Ier a accordé sa protection à des érudits et à des prédicateurs que la Faculté de théologie de l’université de Paris et le Parlement considèrent comme suspects. En 1525, ces deux institutions saisissent l’occasion présentée par la captivité du roi pour tâcher de reprendre le terrain perdu par l’orthodoxie. Elles n’ont pas tort d’estimer que la régente, en matière de religion, se montrera plus favorable à leur cause que son fils, car Louise est « le membre le plus résolument traditionnel de la famille royale, le moins indifférent à l’extension de la Réforme en France24 ». C’est avec son adhésion que le tribunal des « juges délégués » est établi pour juger les cas d’hérésie en dehors des cours ecclésiastiques. Grâce à cette création le Parlement peut soutenir la lutte de la faculté contre le Cercle de Meaux. Certains évangéliques, tels que Lefèvre d’Etaples, qui ont bénéficiés de la protection royale, se trouvent ciblés par l’offensive orthodoxe. À tel point que François Ier lui-même doit intervenir par écrit de sa prison afin d’adoucir leur sort. Sa sœur Marguerite a beau dire que leur mère sympathise avec le mouvement évangélique, il semble bien qu’en cette matière Louise suive sa propre conscience. C’est sous sa régence que le Cercle de Meaux doit se disperser quitte à revenir après le retour du roi25. Quoi qu’il en soit, le Parlement n’attaque pas la régente uniquement sur les questions religieuses. Louise de Savoie doit faire face en 1525, au moment de la captivité du roi, à une tentative du parlement de Paris pour s’imposer politiquement face à elle.

Louise de Savoie, le Parlement, les Grands et le Conseil au moment de Pavie26

  • 26 Cette section a été rédigée par Cédric Michon.

11Traditionnellement, le roi consulte le parlement de Paris (puis les parlements provinciaux) lors des périodes de crise ou de guerre. Il les fait également participer aux grandes réformes judiciaires et administratives, comme par exemple au moment de l’ordonnance de Montil-lès-Tours en 1454. Le rôle essentiel du Parlement dans l’enregistrement des actes royaux représente un danger pour le pouvoir royal. En effet, le Parlement en vient à se présenter en garant des intérêts du royaume, à se montrer plus régalien que le roi. C’est pourquoi en cas de crise du pouvoir, le Parlement s’efforce généralement de renforcer sa position. C’est exactement ce qu’il advient en 1525 au moment de la captivité du roi. Cette année-là, alors que le roi est prisonnier, on assiste à la double reconstitution de quelque chose qui ressemble à l’ancienne Curia regis. En effet, que ce soit à Lyon ou à Paris, deux Conseils élargis se mettent en place. À Lyon, Louise de Savoie utilise essentiellement Florimond Robertet et Antoine Duprat mais elle élargit son Conseil aux princes du sang comme Charles de Bourbon-Vendôme et aux aristocrates comme Odet de Foix. Elle y fait également entrer le président Jean de Selve.

  • 27 Sur l’Assemblée de la salle verte qui fait l’objet du développement qui suit, voir surtout Roger D (...)
  • 28 AN, X1A 1527, fo 181 vo (« Déclaration du duc de Vendôme au Parlement, le 10 mars 1525 »). Sur les (...)
  • 29 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Par (...)
  • 30 L’annonce du désastre de Pavie arrive officiellement dans la matinée du 7 mars 1525 par une lettre (...)
  • 31 AN, X1A 1527, fo 169 pour la décision de réunion quotidienne. Pour le reste, voir Roger Doucet, Ét (...)
  • 32 Sur cet épisode, voir les articles « Duprat », « Odet de Foix » et « frères de Bourbon » du présen (...)

12Au nord, Louise de Savoie s’en remet au parlement de Paris et à Charles de Bourbon-Vendôme27. De la régente aux villes voisines de la capitale, en passant par le duc de Vendôme, le comte de Guise (gouverneur de Champagne) et les lieutenants du gouverneur de l’Île-de-France (Pierre Filhol, archevêque d’Aix puis le comte de Brayne), tout le monde témoigne d’une grande déférence à la cour du Parlement. Le duc de Vendôme va jusqu’à critiquer les anciens conseillers du roi et affirmer qu’il « se veult conduire par lad. Court28 ». Poussé ainsi par tous à réaffirmer ses prérogatives de Conseil, le parlement de Paris n’en est pas moins manifestement un peu mal à l’aise. Hésitant à agir seul, il constitue autour de lui une assemblée spéciale formée de divers corps parisiens. Les précautions ainsi prises par le parlement de Paris pour asseoir la légitimité de ses décisions en dit long sur le décalage qui existe entre le discours et les faits. On a le sentiment d’avoir affaire à un enfant qui, après avoir contesté avec systématisme l’autorité de son père, se retrouve à devoir exercer l’autorité de ce dernier et se sent alors obligé de se faire assister. Il associe donc à son action en une assemblée commune, des représentants de la Chambre des comptes (3 membres), de la ville de Paris (6 membres), du clergé (4 membres) qui se joignent à 8 membres élus du parlement de Paris. C’est Jean de Selve qui préside cette assemblée de 21 membres dont font également parti Pierre Filhol archevêque d’Aix, Jean Ruzé, receveur général d’Outre-Seine et Guillaume de Montmorency, dont l’autorité et la compétence militaire sont nécessaires pour l’organisation de la défense29. Toutefois, l’assemblée ainsi formée en catastrophe est bien contrôlée par le Parlement30. L’organisation de cette assemblée restreinte est très incomplète, à tel point qu’on la désigne sous des noms variés (Assemblée de la salle verte, Commission de la chambre du Conseil, Chambre du Conseil, Conseil commun de la Ville de Paris, états de la Ville, Assemblée). Sans procédures déterminées, elle vise clairement à légitimer la position et les décisions prises par le Parlement. À partir du moment où les responsabilités nouvelles du Parlement semblent bien établies, le Parlement restreint l’Assemblée au rôle d’un rouage secondaire et la laisse dépérir. Au départ, l’Assemblée devait se réunir tous les jours puis les séances sont réduites à deux ou trois par semaines, puis au mercredi et au samedi. Entre mars et juillet, il y en un total de 3531. Quant aux membres présents, censés être une petite vingtaine, ils sont généralement moins de 12 dès le mois de juin, et souvent entre 5 et 7. Le Parlement limite clairement les attributions de cette assemblée. L’idée est manifestement de lui faire partager les responsabilités du Parlement, mais de réserver exclusivement à ce dernier les affaires de politique générale. Les rivalités internes du clergé, du Bureau de la Ville et des représentants du Parlement, chacun accroché à ses privilèges et ses prérogatives rendent difficiles sont fonctionnement. La dernière séance se réunit le 21 juillet. De son côté, Louise de Savoie, sans jamais reconnaître officiellement son existence entretient des relations avec elle, peut-être parce qu’elle pense pouvoir ainsi plus facilement contrôler des corps susceptibles de s’opposer à elle. Les choses se compliquent encore lorsqu’une coalition anti-Duprat constituée notamment de conseillers du parlement de Paris essaie de faire prendre à Charles de Bourbon-Vendôme la place de la régente. Louise lui oppose alors Odet de Foix, tout en maintenant un soutien sans faille à Duprat. La coalition peu probable des princes du sang et du parlement fait donc long feu assez rapidement32.

Le rôle politique de Louise de Savoie jusqu’à la fin du règne

Louise de Savoie et l’affaire Semblançay (1527)

  • 33 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection, 1re série, V, p. 90.
  • 34 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay…, I, p. 233-234.
  • 35 Julet Michelet, Histoire de France au seizième siècle, X. La Réforme, Paris, s. d., p. 163.
  • 36 Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p. 188.
  • 37 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement…, I, p. 186-201 ; Alfred Spont, op. cit., p. 208-228.
  • 38 Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 344-352.

13Le rôle de Louise dans l’affaire Semblançay est également discutable. Jacques de Beaune, baron de Semblançay, est devenu le surintendant des finances (sans le titre qui n’existait pas à l’époque) de François Ier après avoir été le contrôleur de la maison de Louise. En fait, il a continué de s’occuper des finances de Louise tout en dirigeant celles de son fils. Il est aussi banquier pour son propre compte. La conjonction de ces fonctions le pousse à tenter d’alimenter une bourse en empruntant dans l’autre. En 1521, François est enlisé dans une guerre contre Charles Quint dont le coût dépasse de loin ses moyens. Louise demande à Semblançay de tout faire pour que le roi puisse surmonter ses difficultés. Ce que le baron comprend alors, c’est qu’elle lui donne carte blanche pour se servir de toutes les ressources qu’il a sous la main, y compris donc ses économies à elle. Mais Semblançay n’arrive pas à satisfaire les besoins du roi qui se trouve obligé d’avoir recours à toutes sortes d’expédients. Finalement il accuse ses gens de finance de malversation et les poursuit en justice. Louise écrit dans son Journal : « En 1515, 1516, 1517, 1518, 1519, 1520, 1521, 1522 sans y pouvoir donner provision, mon fils et moi feusmes continuellement desrobés par les gens de finances33. » Selon Du Bellay, le maréchal de Lautrec qui commandait l’armée française en Italie, aurait blâmé Semblançay pour sa défaite à La Bicoque en avril 1522. Il se serait plaint de ne pas avoir reçu l’argent destiné à ses troupes. Semblançay aurait accusé Louise d’avoir saisi l’argent lorsqu’il était sur le point d’être expédié en l’Italie. Elle aurait dit que l’argent lui appartenait. Indigné, François Ier aurait reproché à sa mère de lui avoir fait perdre Milan34. À en croire Michelet, Louise aurait agi de la sorte afin d’humilier Lautrec et par ce moyen faire du tort à sa sœur, Françoise de Châteaubriant, la maîtresse du roi35. Aucune archive ne confirme cette histoire. L’argent semble avoir été envoyé en l’Italie mais fut bloqué au passage des Alpes36. Si cela est vrai nul blâme ne peut être attaché à Louise. L’examen des registres de Semblançay a démontré qu’il n’avait pas suffisamment distingué entre les finances du roi et celles de sa mère. En revanche le même examen a démontré que le roi devait de l’argent à Semblançay au lieu du contraire, ce qui a sans doute scellé le sort du ministre. Accusé de corruption en 1527 Semblançay est jugé coupable par un tribunal largement recruté parmi ses ennemis. Rien, pas même son âge (il était probablement octogénaire), n’a pu le sauver du gibet37. Pour Brantôme sa mort a été la seule tâche importante sur le blason de François Ier, mais Philippe Hamon pense que « le mystère Semblançay » n’est qu’une affirmation de l’autorité royale. Il ne tient pas Louise responsable de la fin tragique du baron malgré l’intérêt qu’elle a porté à son procès38.

« Mère et nourrice de la paix » : l’influence politique de Louise de Savoie

  • 39 LP, III, no 1656.
  • 40 LP, III, nos 416, 514.

14L’influence politique de Louise, surtout dans les affaires étrangères, est considérable même lorsqu’elle n’est pas régente. Wolsey, le principal ministre d’Henri VIII, lui donne le titre de « mère et nourrice de la paix39 ». En 1519 elle s’investit dans l’organisation de la rencontre entre son fils et Henri VIII. Celui-ci jure de ne pas quitter sa barbe avant la rencontre. Des observateurs français s’inquiètent donc lorsqu’Henri paraît rasé avant le temps, mais Louise les rassure. « L’amour des rois, leur dit-elle, réside dans leur cœur plutôt que dans leur barbe40. » Après la rencontre, surnommée Camp du Drap d’Or, Louise tient une espèce de conférence de presse. Les deux souverains, annonce-t-elle, ont décidé de se revoir chaque année et de faire construire une chapelle dédiée à Notre-Dame d’amitié. Nombreuses sont les lettres écrites à Wolsey par des ambassadeurs anglais à la cour de France qui témoignent de l’influence politique de Louise. Nous la voyons siéger au Conseil du roi dont elle est souvent le porte-parole et interroger les ambassadeurs afin de mieux connaître les intentions de leurs maîtres ou de contredire un rapport qui pourrait nuire aux intérêts du roi. Les femmes sont plus libres d’exprimer des opinions qui pourraient sembler impolitiques dans la bouche du roi ou de ses ministres. En avril 1524 Louise demande à Sir William Fitzwilliam ce qu’il pense de la rupture des relations franco-impériales. « Ne pensez-vous pas, lui demande-t-elle, que le Roi Catholique en est responsable ? » L’ambassadeur répond qu’il ne connaît qu’un seul côté de la question, mais qu’il a toujours estimé que François Ier est un homme de parole. Louise, pour sa part, peut aisément confirmer ce jugement. Le 15 septembre elle nie un rapport selon lequel François serait sur le point d’envoyer le duc d’Albanie en Écosse dans le but d’embarrasser Henri VIII. Le duc, dit-elle, se trouve à Paris, mais François ne peut l’empêcher d’aller en Écosse s’il en a l’envie.

  • 41 LP, III, no 1402.
  • 42 LP, III, no 1441.
  • 43 LP, Appendice, no 29.
  • 44 LP, III, no 1651.
  • 45 LP, III, no 1971.
  • 46 LP, III, no 2059.
  • 47 LP, III, no 2522.

15François Ier a la réputation d’être gouverné par sa mère. En juillet 1521, le pape dit que l’on ne peut se fier à la parole du roi tant qu’il sera dominé par sa mère et par l’amiral Bonnivet. Louise a aussi été accusée d’avoir reçu des pots de vin de l’étranger, y compris un collier en or d’une valeur de 5 000 ducats, don du duc de Ferrare41. En juillet 1521, alors que Bonnivet s’apprête à partir en Guyenne, Fitzwilliam lui demande à qui il doit s’adresser pour savoir le plaisir du roi. L’amiral recommande qu’il s’adresse d’abord à Louise de Savoie et ensuite à Florimond Robertet42. Le 2 août, alors que la guerre entre le roi et l’empereur bat son plein, Fitzwilliam remarque que Louise est enflammée (« somewhat accrased »). Elle déclare à qui veut l’entendre que d’ici la fin du mois le monde se rendra compte de la force de la France. Fitzwilliam se dit triste d’entendre la mère du roi parler comme un « homme de guerre », mais si Louise parle ainsi c’est surtout dans l’intention de faire peur à Henri VIII et de le dissuader de s’allier avec Charles Quint. Mais, en août, alors que la guerre commence à tourner mal pour la France, Fitzwilliam constate un renversement d’attitude à la cour de France. Beaucoup de nobles accusent Robert de La Marck d’avoir provoqué le conflit alors que d’autres s’en prennent à Louise. Ils prétendent que le royaume n’a eu que des ennuis lorsqu’il a été gouverné par des femmes43. En octobre Fitzwilliam conseille à Wolsey d’écrire à Louise pour qu’elle arrange une trêve. « J’ai souvent observé depuis mon arrivée ici, écrit-il, que quand le roi s’obstine sur quelque chose et parle haut, Madame réussit à l’adoucir ; et parfois quand il est fâché et dit “non”, elle intervient et il se soumet, car il est si obéissant qu’il ne lui refuse jamais rien à tel point que sans elle il aurait fait merveille44. » Le 18 janvier 1522 l’ambassadeur rapporte que François est parti pour Le Havre en laissant à Saint-Germain, Duprat, Robertet et tout le Conseil avec sa mère45. Le 15 février elle remercie Wolsey d’avoir essayé de maintenir la paix entre son fils et Charles Quint. Les larmes aux yeux, elle dit à Fitzwilliam qu’elle aimerait mieux ne plus jamais revoir son fils que de voir une rupture de l’entente anglo-française46. Louise sait jouer la comédie ! La correspondance diplomatique de l’époque nous offre de nombreux aperçus de son administration. Le 8 septembre l’empereur rapporte que François passe tout son temps à la chasse en compagnie du cardinal de Lorraine et qu’il laisse les affaires publiques aux mains de sa mère, de l’amiral Chabot et du chancelier47. Dès l’automne de 1524 Louise désire mettre fin à la guerre. L’armée impériale vient d’être chassée de Provence et François s’apprête à traverser les Alpes. Fort inquiète, Louise se précipite dans le sud afin d’empêcher son départ, mais François réussit à s’esquiver. Si la mission de Louise avait réussi, le roi se serait vu épargner l’humiliation de Pavie. À la suite de ce désastre, Charles Quint donne l’ordre à ses lieutenants en Italie de veiller à ce que Louise soit tenue au courant de l’état de santé de son fils. Lorsque celui-ci reçoit les articles de paix proposés par l’empereur, il se réfère à sa mère. Charles Quint veut qu’on lui rende le duché de Bourgogne que Louis XI a saisi en 1477. Louise conseille à son fils de refuser, mais plus tard, alors qu’il se morfond dans sa prison de Madrid, Louise change d’avis. « Il vaudrait mieux céder un duché, lui dit-elle, que de perdre un royaume. » François promet donc de céder la Bourgogne dans le traité de Madrid, promesse qu’il rompt dès son retour en France.

  • 48 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543), Paris, 1905, p. 71-75
  • 49 BnF, ms frçs 3010, fo 14

16Wolsey a raison : Louise a souvent travaillé pour la paix. En 1529 ses pourparlers avec Marguerite d’Autriche, régente des Pays-Bas, aboutissent au traité de Cambrai, aussi appelé « Paix des Dames ». Les tergiversations d’Henri VIII jointes aux mauvaises nouvelles reçues d’Italie ont déjoué les plans belliqueux de François Ier. Sans les abandonner complètement, il prête l’oreille aux conseils pacifiques de sa mère qui, depuis décembre 1528, d’accord avec sa belle-sœur, Marguerite d’Autriche, la régente des Pays-Bas cherche un terrain d’entente avec l’empereur. Marguerite est autorisée par Charles Quint à traiter avec Louise. Aussitôt celle-ci envoie l’élu Bayard en Flandres qui reçoit une réponse encourageante. Une entrevue entre les deux princesses à Cambrai est décidée. Ayant obtenu le 12 juin pleins pouvoirs pour traiter, Louise se met en route pour Cambrai où elle est assistée par Duprat et Montmorency tandis que le roi passe son temps à chasser autour de La Fère et de Coucy en compagnie de l’amiral Chabot. Un va-et-vient incessant de courriers le tient au courant des négociations. François rassure ses alliés italiens qui pensent être sur le point d’être abandonnés. « Je proteste, leur dit-il, que je sacrifierai ma vie et celle de mes enfants plutôt que d’abandonner les confédérés », et Louise fait une déclaration semblable. En négociant par l’entremise de sa mère, et non pas en personne, le roi peut éviter d’inviter ses alliés aux pourparlers et demeure libre de les trahir et de répudier un accord qui ne lui conviendrait pas. Les négociations sont plus laborieuses et longues que prévues. Lorsque la régente des Pays-Bas demande comme garantie un certain nombre de places voisines de la France, Louise refuse et fait ostensiblement des préparatifs de départ48. « Toutes foys je remetz en vous, François écrit à sa mère, à en faire ce que vous verrez estre à faire pour le myeulx, ne voulant quant vous n’en pourrez avoyr autre chose, que vous laissiez à conclure, mays que vous passiez oultre49. » La paix de Cambrai, mieux connue sous le nom de « Paix des Dames », est signée le 3 août et célébrée le 5 en présence de François Ier par une messe solennelle dans la cathédrale de Cambrai. La paix comporte des concessions humiliantes pour François ; cependant sur deux points majeurs c’est un triomphe diplomatique : il garde la Bourgogne et retrouve ses fils qui ont été retenus comme otages en Espagne. François doit ce succès largement à sa mère.

Conclusion. Les obsèques d’une quasi-reine (1531)

  • 50 Diverses dates sont données pour sa mort. Bryan et Foxe qui écrivent de Senlis le 30 septembre don (...)
  • 51 Alexandre Tuetey (éd.), Registres des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, Paris, 1886, I (...)
  • 52 Les obsèques de Claude en 1524 suivirent le modèle de celles d’Anne de Bretagne en 1514. Aucune re (...)
  • 53 Journal d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 353.
  • 54 Mary Beth Winn, art. cité, p. 276.
  • 55 Clément Marot, Œuvres lyriques, Charles A. Mayer (éd.), Londres, 1964, p. 321-337.
  • 56 Pierre de Gayangos (éd.), Calendar of State Papers, Venetian, Londres, 1882, V, no 1024.

17Usée et victime de la goutte depuis longtemps, Louise de Savoie meurt âgée de cinquante-quatre ans, le 22 septembre 1531 à Grès-en-Gatinais en allant vers son château de Romorantin50. Avec elle est sa fille, Marguerite, et quelques-uns de ses proches mais pas son fils adoré qui, lui, est à Chantilly avec Anne de Montmorency. Le roi perd en elle sa grande conseillère. Fort éprouvé de ne pas avoir assisté à ses derniers instants, il tâche de réparer sa faute en accordant à Louise des obsèques magnifiques51. Le 25 septembre il donne l’ordre au Bureau de la Ville de Paris de les préparer sur le modèle de ceux de la reine Claude, sa première épouse52. Le roi a donc élevé sa mère à titre posthume au rang de reine qu’elle n’a jamais eu de son vivant. Son corps est transporté jusqu’à Saint-Maur-des-Fossés où il est embaumé, puis à l’église de Saint-Martin-des-Champs où il est exposé jusqu’au 17 octobre. Ce jour-là une immense procession représentant toutes les catégories sociales accompagne le corps de la défunte depuis Saint-Martin-des-Champs jusqu’à la cathédrale de Notre-Dame pour la messe de Requiem. L’effigie de Louise, couronnée et portant dans une main le sceptre – symbole de justice – est posée sur une litière recouverte d’un drap d’or dont chaque coin est tenu par l’un des quatre présidents du parlement de Paris habillés en rouge. Mais la foule qui les suit est en noir et les façades des maisons qui donnent sur le parcours sont tapissées de même. Le roi n’est pas du convoi comme de coutume car sa présence pourrait nuire à l’illusion de survie évoquée par l’effigie53. Le lendemain le cortège poursuit son chemin jusqu’à l’abbaye de Saint-Denis où le corps est inhumé dans la crypte entouré de ceux des rois et reines de France. Le cœur de Louise est enseveli dans la cathédrale de Notre-Dame à Paris dans un coffre ayant la forme d’une reliure de livre54. Les poètes de la cour parmi lesquels se trouvent Clément Marot, Mellin de Saint-Gelais, Brodeau et Macault se sont empressés de composer des vers en honneur de la défunte. Deux éditions d’épitaphes en son honneur sont publiées par Tory tandis que les princes étrangers ont adressé leurs condoléances à sa famille55. Le 28 décembre, l’ambassadeur de Venise, G.-A. Venier, raconte la réception donnée par Marguerite à un message de sympathie envoyé par la Sérénissime. « Monsieur l’Ambassadeur, dit-elle, la Seigneurie a certainement subie une grande perte car Madame l’a beaucoup aimé et a toujours souhaité qu’elle vive en prospérité et en paix ». La réponse de l’ambassadeur est également courtoise. « Le Doge, dit-il, remerciait Dieu d’avoir fait que Madame laisse une fille semblable à elle-même partageant sa vertu, sa sagesse et son intégrité ainsi que son amour pour la république. » S’adressant à son correspondant, l’ambassadeur ajoute qu’il pense que son compliment est mérité étant donné la haute estime dont Marguerite jouit à la cour de France. « Ils lui disent tout ainsi qu’ils faisaient pour sa mère. Après la mort de celle-ci Marguerite avait songé rentrer en Navarre avec son mari, mais le roi avait insisté pour qu’elle reste et suive la cour56. »

Notes

1 Arthur Mitzman, Michelet, Historian, Rebirth and Romanticism in Nineteenth-Century France, New Haven, CT, 1990, p. 60 ; Paul Viallaneix, Michelet, les travaux et les jours, 1798-1874, Paris, 1998, p. 31 et 37.

2 Jules Michelet, Humanisme et Réforme. Histoire de France au XVIe siècle, Paris, 1982, p. 208.

3 Ibid.

4 Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, Lyon, 1660, p. 397.

5 René de Maulde La Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris, 1885, p. xiii-cxxxi.

6 Pour une étude détaillée du mécénat litéraire de Louise voir Mary Beth Winn, « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres : du pouvoir familial au pouvoir d’état », dans Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d’Eugénie Pascal (éd.), université de Saint-Étienne, 2007, p. 251-281.

7 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, 1987, p. 77-101 ; Myra D. Orth, « Louise de Savoie et le pouvoir du livre », dans Kathleen Wilson-Chevalier et Eliane Viennot (éd.), Royaume de femynie : pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes de la Renaissance à la Fronde, Paris, 1999, p. 71-90 ; René de Maulde La Clavière, Louise de Savoie et François Ier, Paris, 1895, p. 233-241.

8 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection de mémoires, Ire série, vol. V, 1836, p. 7; Balthazar Castiglione, The Book of the Courtier, Harmondsworth, 1967, p. 88.

9 Marc Hamilton Smith, « François Ier, l’Italie et le Château de Blois : nouveaux documents, nouvelles dates », Bulletin monumental, 147 (4), p. 309.

10 Evelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, 1990, p. 391-394, 406.

11 François Demoulins et Louise de Savoie, Journal, S. Guichenon (éd.), Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, 2 vol., Turin, 1660, t. II, p. 457.

12 Albert Buisson, Le Chancelier Antoine Duprat, Paris, 1935, p. 17-68.

13 Aimé Champollion-Figeac (éd.), Captivité du Roi François Ier, Paris, 1847, p. 129.

14 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 157-158.

15 Gilbert Jacqueton, op. cit., p. 4.

16 Sur la trahison de Bourbon voir Albert Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, 1904, passim, et Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, I, Paris, 1921, p. 203-317.

17 Albert Lebey, op. cit., p. 119-120 ; Roger Doucet, op. cit., p. 215-217.

18 Don Antonio de Beatis, Voyage du Cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie, 1517-1518), traduit de l’Italien par Madeleine Havard de la Montagne, Paris, 1913, p. 136-137.

19 ORF, I, 262-8. Voir aussi Simone Bertière, « Régence et pouvoir féminin », dans Royaume de fémynie, op. cit., p. 63-70 ; Elizabeth McCartney, « The King’s Mother and Royal Prerogative in Early-Sixteenth-Century France », dans John Carmi Parsons (éd.), Medieval Queenship, New York, 1998, p. 117-217.

20 Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie : Relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, 1892, p. 3.

21 Gilbert Jacqueton, op. cit., p. 291.

22 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 228-231.

23 Robert J. Knecht, « Francis I and the Lit de Justice: a “Legend” defended », French History, VII, 1993, p. 53-83.

24 James K. Farge, Orthoxy and Reform in Early Reformation France: the Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, Leyde, 1985, p. 132.

25 La piété de Louise a été reflétée dans son mécénat. Pendant les années 1496-1497 elle a fait un don aux cordeliers d’Angoulême pour les aider à réparer leur couvent, mais son penchant pour les bonnes œuvres est encore plus marqué après l’avènement au trône de son fils. Au cours de sa première régence elle soutient les activités militaires de son fils en Italie par des pèlerinages et des dons aux maisons religieuses. Elle note dans son Journal être allée à pied d’Amboise à Notre-Dame des Fontaines le jour de la bataille de Marignan. En 1515-1516 elle se rend en pèlerinage à la Sainte-Baume de Provence accompagnée de sa fille et de sa belle-fille (Myra Orth, « The Magdalen Shrine at la Sainte-Baume in 1516. A series of miniatures by Godefroy le Batave [BnF, ms frçs 24,955] », Gazette des Beaux-Arts, 98, 1981, p. 201-214). Elle fait des dons à la basilique et au couvent de la Madeleine à Saint-Maximin. Hilarion de Coste déclare au XVIIe siècle que Louise a laissé « plusieurs marques de sa pieuse libéralité en diverses églises de ce royaume ». Elle fonde avec son fils le couvent des Minimes à Châtellerault et une aile de l’église du couvent des Minimes du Plessis-Lès-Tours où l’on voyait ses armes. Louise contribue aussi au procès de canonisation de Saint François de Paule. Elle ordonne des subventions pour la construction d’un hôpital à Châtellerault. Louise s’occupe de l’aménagement de ses résidences. Elle donne au château de Cognac une nouvelle chapelle dans le style de la Renaissance avec un décor en terre-cuite émaillé dû sans doute à Della Robbia l’artiste employé plus tard par François Ier au château de Madrid.

26 Cette section a été rédigée par Cédric Michon.

27 Sur l’Assemblée de la salle verte qui fait l’objet du développement qui suit, voir surtout Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Paris, Paris, 1921-1926, II, p. 33-45.

28 AN, X1A 1527, fo 181 vo (« Déclaration du duc de Vendôme au Parlement, le 10 mars 1525 »). Sur les autres marques de déférences à l’égard du parlement de Paris, voir Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, Paris, 1921-1926, II, p. 35.

29 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, Paris, 1921-1926, II, p. 37-39.

30 L’annonce du désastre de Pavie arrive officiellement dans la matinée du 7 mars 1525 par une lettre de Louise de Savoie qui est lue devant toutes les chambres du Parlement assemblées. L’après-midi même une assemblée réunit tous les officiers du Parlement, les principaux personnages qui résident à Paris et des représentants des trois États. Avec 69 officiers du Parlement sur 136 membres, le Parlement s’assure la majorité et dirige les délibérations. Il impose ainsi la réaction d’une assemblée plus restreinte d’une vingtaine de membres (Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Paris, Paris, 1921-1926, II, p. 37).

31 AN, X1A 1527, fo 169 pour la décision de réunion quotidienne. Pour le reste, voir Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Paris, Paris, 1921-1926, II, p. 39.

32 Sur cet épisode, voir les articles « Duprat », « Odet de Foix » et « frères de Bourbon » du présent livre.

33 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection, 1re série, V, p. 90.

34 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay…, I, p. 233-234.

35 Julet Michelet, Histoire de France au seizième siècle, X. La Réforme, Paris, s. d., p. 163.

36 Alfred Spont, Semblançay, Paris, 1895, p. 188.

37 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement…, I, p. 186-201 ; Alfred Spont, op. cit., p. 208-228.

38 Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 344-352.

39 LP, III, no 1656.

40 LP, III, nos 416, 514.

41 LP, III, no 1402.

42 LP, III, no 1441.

43 LP, Appendice, no 29.

44 LP, III, no 1651.

45 LP, III, no 1971.

46 LP, III, no 2059.

47 LP, III, no 2522.

48 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543), Paris, 1905, p. 71-75.

49 BnF, ms frçs 3010, fo 14

50 Diverses dates sont données pour sa mort. Bryan et Foxe qui écrivent de Senlis le 30 septembre donnent le 23 septembre, LP, V, no 454. L’on dit souvent que Louise est morte de la peste qui faisait rage dans son environnement. Si cela est vrai l’on peut se demander comment Marguerite a pu éviter de l’attraper.

51 Alexandre Tuetey (éd.), Registres des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, Paris, 1886, II, p. 127-128.

52 Les obsèques de Claude en 1524 suivirent le modèle de celles d’Anne de Bretagne en 1514. Aucune reine de France n’a reçu un tel enterrement plus tard, pas même Catherine de Médicis qui fut enterrée sans cérémonie à Blois en 1589. Son corps ne fut transféré à Saint-Denis qu’en 1610. Voir Fanny Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, 2000, p. 206-07. Elle ne fait pas mention de Louise de Savoie, probablement parce qu’elle n’était pas reine.

53 Journal d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 353.

54 Mary Beth Winn, art. cité, p. 276.

55 Clément Marot, Œuvres lyriques, Charles A. Mayer (éd.), Londres, 1964, p. 321-337.

56 Pierre de Gayangos (éd.), Calendar of State Papers, Venetian, Londres, 1882, V, no 1024.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540