Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les anciens conseillers

Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palisse ou La Palice (v. 1470-1525)

Robert J. Knecht

Texte intégral

1Si une personne peut incarner une époque, Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palice, a certainement incarné celle des guerres d’Italie. Âgé de quarante-cinq ans lors de l’avènement de François Ier en 1515, il participe à toutes les campagnes au-delà des Alpes conduites par ses prédécesseurs, Charles VIII et Louis XII. Présent à toutes les grandes batailles, La Palice est blessé plusieurs fois avant d’être tué à Pavie en 1525. Il est le grand capitaine par excellence tel que Brantôme le décrit :

  • 1 Brantôme, Œuvres complètes, éd. 1864-1882, II, p. 275.

« Il fut un très sage et très vaillant capitaine quand il falloit, et s’il ne fut esté tel, il n’eust eu les grandes charges et grades de ses maistres qu’il eut, et mesmes du roy Louis XII, qui l’ayma plus fort et plus que tous, et se fia en sa suffisance1. »

  • 2 Jean-Charles Varennes, Le Maréchal de La Palice, Paris, 1989, p. 36-37.

2Jacques II de Chabannes appartient à une ancienne famille du Limousin qui s’est installée en Auvergne vers le milieu du XVe siècle. Son grand-père, Jacques Ier, grand maître de France en 1451, s’est dévoué à la cause de Charles VII. Il joue un rôle actif dans la Guerre de Cent ans, combattant auprès de Jeanne d’Arc, et meurt en 1453 une vingtaine d’années après avoir acheté le château de Lapalisse en Bourbonnais. Son fils, Geoffroy, meurt en 1500 laissant trois fils et cinq filles de son mariage avec Charlotte de Prie. Vers l’âge de sept ans Jacques, le fils aîné de Geoffroy, paraît à la cour de Louis XI et devient l’ami du dauphin Charles qui a le même âge que lui. De page de la chambre, Jacques devient l’un de ses enfants d’honneur. Louis XI a pris de nombreuses précautions pour protéger son héritier de tout mal. Le château d’Amboise est gardé militairement et Jacques de Chabannes subit sans doute la même surveillance. Nous ne savons rien de son éducation. Peut-être profite-t-il de l’enseignement donné au dauphin. Il reçoit probablement l’éducation physique normalement réservée aux jeunes seigneurs de son temps. Compagnon du dauphin, Jacques est de son service lorsqu’il devient le roi Charles VIII en 1483. De 1494 à 1490 le nom de Chabannes figure sur les états des officiers de la maison du roi, d’abord comme enfant d’honneur aux gages de 240 livres, puis en 1490 comme l’un des cent gentilshommes et pensionnaires du roi aux gages de 400 livres. Deux ans plus tard, Chabannes épouse en premières noces Marie de Montbéron, fille du chambellan, Eustache, sire de Maulévrier2.

De Charles VIII à François Ier

Compagnon d’armes des rois Charles VIII et Louis XII

  • 3 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, publiées par R. de Maulde La Clavière, Paris 1895, t. IV, p (...)
  • 4 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., I, p. 29.
  • 5 Ibid., I, p. 43.
  • 6 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, 1859-1886, II, p. (...)
  • 7 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., p. 43-46.

3En 1494 La Palice participe à l’invasion de l’Italie par Charles VIII. En février 1495 il est à la prise de Naples, mais ce succès est de courte durée. Au cours de sa retraite vers le nord, Charles VIII doit confronter les forces de la Ligue de Venise. Le 6 juillet 1495 La Palice participe à la bataille de Fornoue qui permet au roi de rentrer en France. La mort de Charles VIII le 7 avril 1498 ne change rien à la situation de La Palice ; il continue à servir Louis XII avec autant de dévouement que son prédécesseur. Le nouveau règne lui offre de nombreuses occasions de montrer ses qualités militaires. En 1500 il part avec son frère, Jean, seigneur de Vandenesse, à la reconquête de Milan qui s’est révoltée, puis descend sur Naples. Il s’empare en 1501 de plusieurs places dans les Abruzzes et, en 1502, est nommé vice-roi des Abruzzes, titre ronflant mais de peu d’importance. En 1503 La Palice est battu au siège de Ruvo et fait prisonnier par le célèbre capitaine espagnol Gonzalve de Cordoue. Il n’est libéré qu’en 1504 à la suite d’obscures transactions. De retour en France, il est accueilli par le roi à Blois, tandis que sa compagnie demeure dans le Milanais. La Palice profite de son séjour en France pour visiter son château en Bourbonnais mais en 1507 il retourne en Italie afin de restaurer l’ordre à Gènes où le peuple s’est révolté contre l’occupation française. Les troupes françaises qui occupent la ville, ayant subi de lourdes pertes, Louis XII prend la tête de son armée et confie le commandement de l’avant-garde à La Palice qui a sous ses ordres cinquante chevaux-légers, des gens d’armes et plusieurs corps d’infanterie. S’emparer de la ville, protégée par des montagnes hérissées de bastions et de redoutes, n’est pas aisé. Un conseil de guerre le 24 avril décide d’envoyer La Palice reconnaître les positions des Génois avec 3 000 hommes de pied et quelques gens d’armes. Cette reconnaissance, qui a lieu le lendemain, devient un véritable combat. La Palice est blessé et doit passer son commandement au duc d’Albanie3. En 1509 il est suffisamment remis de sa blessure pour rejoindre une expédition contre Venise. Il participe à la bataille d’Agnadel, le 19 mai, où il est de nouveau blessé, cette fois au bras par un coup de pique. Son cheval est tué sous lui. La bravoure de La Palice lui vaut d’être fait chevalier de Saint-Michel4. Profitant de sa victoire, Louis XII s’empare de plusieurs villes et rend au pape les places que les Vénitiens lui ont enlevées, y compris Vicence et Padoue. Ensuite le roi regagne la France en laissant sur place un corps de troupes sous les ordres de La Palice. Mais la situation s’effondre rapidement. L’empereur Maximilien demande l’aide de Louis XII pour reprendre Padoue que les Vénitiens lui ont enlevé, et La Palice est envoyé sur place avec une puissante armée. Elle passe une cave (« un trou ») où les habitants du pays se sont réfugiés. Des aventuriers français essaient de les déloger, mais, ayant échoué, ils « furent constrains les enfouyer dedans le trou comme regnars ; et y mourut, tant hommes que femmes, plus de vingt milles personnes5 ». Ayant ravitaillé Vérone, La Palice se rapproche de Padoue où il est rejoint le 12 août par Maximilien avec une puissante armée6. Padoue est assiégée le 15 septembre, mais, peu enclin à tenter un assaut, l’empereur décide de rentrer chez lui et ordonne à La Palice de lever le siège. Fort déçu, celui-ci se retire au duché de Milan7. Au début de 1510 il rejoint Chaumont d’Amboise et le duc de Nevers à Verone où ils reçoivent l’ordre de servir l’empereur. Le 21 juin La Palice emporte la place de Monselice qui est réduite en cendres. À l’automne, alors que Louis XII et le pape Jules II entrent en conflit, La Palice, lieutenant-général dans le Milanais, reçoit l’ordre de reprendre les terres appartenant au duc de Ferrare que le pape avait saisies. Au début de 1511 Louis XII le nomme capitaine-général de cinq cents hommes d’armes et lui donne le commandement-en-chef à la place de Chaumont d’Amboise, récemment décédé.

Grand maître de France sous Louis XII

  • 8 Jean-Charles Varennes, Le Maréchal…, op. cit., p. 90.
  • 9 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., I, p. 95.
  • 10 Ibid., p. 96 n.
  • 11 Ibid., I, p. 106-110.
  • 12 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 19 (...)

4Peu après, La Palice lui succède dans la charge de grand maître de France, charge qu’avaient précédemment occupée ses ancêtres, Jacques Ier et Antoine de Chabannes8. À ce moment, l’empereur, toujours en lutte avec les Vénitiens, fait appel à l’aide militaire du roi de France. Au début d’août, La Palice à la tête de son armée emporte Suane et Lovigne dont les garnisons sont sauvagement massacrées. Ensuite, il entreprend d’affamer les Padouans en détournant les rivières qui alimentaient leurs moulins. Au début de 1512, il est assez grièvement bléssé par un boulet de canon au cours d’une opération près de Bologne. Cependant, il peut accompagner son chef, Gaston de Foix, duc de Nemours, au siège de Brescia où une autre blessure l’oblige cette fois à renoncer au combat. Une fois rétabli, il rejoint Gaston au siège de Ravenne. Le 11 avril, La Palice participe à la bataille de Ravenne, victoire française dont l’éclat est vite terni par la mort de Gaston de Foix. En attendant que Louis XII nomme un successeur, les capitaines qui se trouvent sur place choisissent La Palice « qui estoit gentilz capitaine et bon chevallier et qui avoit beaucoup veu9 ». Louis XII confirme ce choix et nomme La Palice lieutenant général et gouverneur de Milan. Il demeure quelque temps à Parme, mais revient à Milan lorsqu’il apprend que les Suisses s’apprêtent à descendre dans le duché10. Mais un revirement politique de la part de l’empereur et le départ imprévu de troupes allemandes qui servent dans l’armée française obligent La Palice à quitter le Milanais. De retour en France, il reçoit la mission d’aller soutenir Jean d’Albret dans sa lutte avec Ferdinand d’Aragon, qui a annexé une partie de son royaume de Navarre. La Palice tente d’assiéger Pampelune, mais la défence farouche de la garnison l’oblige à rentrer à Bayonne. « Et eut beaucoup de paine, écrit Florange, à revenir avec son artillerie, à cause que ses chevaulx estoient tous mors, et failloit que les lanskenecht la tirissent à bras des montaignes, avecque quelque argent qu’on leur donna11. » De retour en France, La Palice et sa troupe sont envoyés en Picardie pour resister à une invasion anglaise. Le ravitaillement se fait le 16 août, mais en revenant de leur mission la cavalerie française tombe dans un piège. Une escarmouche à Guinegatte se transforme en débandade, connue sous le nom de « bataille des éperons12 ». Cependant La Palice conserve sa réputation de chef militaire exemplaire.

  • 13 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 176-78.

5Le 20 février 1514, à La Fère, La Palice épouse en seconde noce Marguerite de Melun qui allait lui donner quatre enfants. C’est avec son concours qu’il fait agrandir son château de Lapalisse. Il ajoute le Grand Logis, long bâtiment à onze travées, construit en briques qui garde les traces d’un décor en losanges. Au centre de la façade s’élève une tour hexagonale, presque entièrement hors d’œuvre, dont la porte en anse de panier est percée par un frontispice à pilastres et fronton. La tour abrite une chambre dont le décor sculpté est peut-être le travail d’un artiste florentin que La Palice aurait ramené d’Italie13. En tant que grand maître de France, il figure aux obsèques de la reine, Anne de Bretagne, décédée à Blois le 14 janvier 1514. Louis XII se remarie alors avec Marie Tudor. Elle est couronnée à Saint-Denis le 5 novembre 1514 et fait son entrée à Paris le lendemain. François d’Angoulême organise des joutes dans lesquelles La Palice joue un rôle important. Mais Louis XII meurt à Paris le 1er janvier 1515.

Sous François Ier : La Palice, maréchal de France

  • 14 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (15 (...)
  • 15 CAF, V, 229, 15852.

6Après l’enterrement du roi à Saint-Denis, La Palice annonce la mort du roi et la dissolution de sa maison en brisant son bâton de grand maître. François d’Angoulême inaugure son règne par une distribution de charges. Son ancien gouverneur, Artus Gouffier, devient grand maître de France à la place de La Palice qui est nommé maréchal de France14. Il est le quatrième de ce rang, les autres étant Jean-Jacques Trivulce, Odet de Foix, seigneur de Lautrec et Robert Stuart, seigneur d’Aubigny. Nommé à vie, le maréchal de La Palice, a aussi le droit d’appeler le roi « mon cousin ». Il reçoit en plus de grosses sommes d’argent. Par lettres du 24 mars et du 15 mai il touche les revenus dus au roi ès pays de Rouergue, haut et bas comté de Forez, quatre châtellenies de Rouergue, baronnies de Séveras et de Capdenac15.

  • 16 Mémoires de Florange, op. cit., I, p. 179-180. Le maréchal La Palice ayant traversé leTessin « envo (...)
  • 17 Nouvelle collection de mémoires pour servir à l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu’à l (...)

7François Ier fait son entrée à Paris le 21 février 1515. Derrière les cinquante archers de sa garde, viennent les quatre maréchaux de France, « tous revêtus d’une parure composée de toile d’argent dessus drap d’or frisé, déchiqueté, avec un grand bord d’estoc, environnés de rouleaux sur lesquels était écrite la devise de chacun d’eux ». Devant La Palice marchent quatre trompettes à sa bannière. Dès la première année de son règne, François Ier se lance à la reconquête du duché de Milan à la tête d’une puissante armée. La Palice prend en charge une opération de surprise engageant quatre ou cinq cents hommes d’armes dont les capitaines sont Robert Stuart d’Aubigny, Pierre de Bayard et Adrien de Brimeu, seigneur d’Ymbercourt. Ayant débouché dans le marquisat de Saluces, La Palice apprend que Prosper Colonna et la cavalerie pontificale sont à Villafranca, sans se douter que certains Français ont déjà franchi les Alpes. Sans tarder, le maréchal et ses compagnons se précipitent à Villafranca et prennent la ville par surprise16. Colonna se rend sans resister et est envoyé en France peut-être au château de Lapalisse. Il doit s’engager par écrit à ne plus servir les ennemis de la France et même à aider son roi à conquérir le royaume de Naples. En plus de Colonna, La Palice et sa troupe ont fait prisonniers mille à douze cents cavaliers et un nombre correspondant de chevaux. L’importance de l’événement est enregistrée par Louise de Savoie dans son Journal. En septembre 1515, elle écrit « Prosper Colonna est défait à Franqueville en Piémont par le général de La Palice, Humbercourt et plusieurs autres ». Une fois que le roi et le reste de l’armée ont passé les Alpes, La Palice et à Galiot de Genouillac reçoivent l’ordre de marcher sur Novare. Espérant éviter destruction et pillage, Novare ouvre ses portes et La Palice est nommé son gouverneur. Ce rôle ne l’empêcha pas de participer à la bataille de Marignan où il se fait remarquer encore une fois par sa vaillance « et Dieu merci », François Ier écrit à sa mère le soir de sa victoire, « tout fait bonne chère, je commencerai par moi et mon frère le connétable, par M. de Vendôme, par M. de Saint-Pol, M. de Guise, le maréchal de Chabannes17… » Après cet éclatant succès, les Français occupent Milan. Le connétable de Bourbon, nommé gouverneur du Milanais, choisit La Palice comme son lieutenant.

8Le 10 mai 1517 La Palice assiste au couronnement de la reine Claude à Saint-Denis et deux jours après il est du cortège qui l’accompagne lors de son entrée à Paris. En récompense des services qu’il a rendus en Italie, François Ier le nomme chambellan le 19 seprembre 1518. Au cours de la même année le maréchal vit tantôt chez lui et tantôt à la cour qui se déplace continuellement à travers la France.

Sous François Ier

Au Camp du Drap d’Or (1520) et à la conférence de Calais (1521)

  • 18 Joycelyne G. Russell, The Field of Cloth of Gold, Londres, 1969, p. 116.
  • 19 Peter Gwyn, « Wolsey’s foreign policy : the conferences at Calais and Buges reconsidered », Histor (...)
  • 20 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 142.

9En 1519, François Ier pose sa candidature à l’Empire et La Palice doit se tenir sur la frontière de Champagne, prêt à entrer en campagne. Une conséquence de l’élection de Charles Quint est le rapprochement de ses rivaux, François Ier et Henri VIII. Ils décident de se rencontrer en juin 1520 entre Calais et Ardres, et La Palice est un signataire d’un traité d’alliance du 6 juin 1520. Il assiste au Camp du Drap d’Or, l’entrevue des deux rois, qui dure du 7 au 24 juin, et participe à un grand tournoi le 9 juin18. Mais l’amitié anglo-française ne dure pas longtemps. Henri VIII est résolu à s’allier avec l’empereur mais son ministre, le cardinal Wolsey, cherche à gagner du temps afin que l’Angleterre puisse se préparer militairement. À cette fin il préside en guise d’arbitre à une conférence à Calais à laquelle François Ier envoie quatre plenipotentiaires : le chancelier Duprat, le président Jean de Selve, Robert Gédoin et le maréchal La Palice19. Redoutant les dépenses que cette mission allait entraîner La Palice fait appel au roi. « Sire, écrit-il, vous pouvez bien entendre que le voyage qu’il vous plut me commander ne peut se faire sans gros frais que je ne puis convenablement porter. C’est pourquoi, Sire, je vous prie qu’il vous plaira d’y avoir regard20. » Le 8 juillet il écrit d’Amiens :

  • 21 Ibid.

« Sire, je crois que vous savez assez qu’il faut que je fasse grosse dépense ici où il vous a plu de m’envoyer. La maladie que j’ai eue cette année, étant toujours hors de chez moi en hôtellerie, m’a beaucoup coûté, tant que je ne puis plus porter le faix, s’il ne vous plaît de m’y aider. C’est pourquoi, Sire, je vous supplie que votre bon plaisir soit de commander à vos généraux de me délivrer la pension qu’il vous plut de me donner. Et sur ma foi, Sire, s’il m’était possible de pouvoir supporter la dépense sans vous en parler, je l’eusse fait, mais ce m’est chose impossible à faire21. »

  • 22 Ibid., p. 145.
  • 23 Ibid., p. 147.

10François Ier semble avoir entendu l’appel du maréchal, car le 23 juillet, La Palice le remercie par écrit. Le 1er août le maréchal rejoint les négociations en cours à Calais, mais presque aussitôt, il reçoit un appel du gouverneur de Tournai qui est menacé par les troupes impériales. La Palice écrit au roi, à Louise de Savoie et à Florimond Robertet pour demander des secours. Mais il est toujours à Calais le 13 août, lorsqu’il remercie M. de La Fayette pour un don de raisins. Il les a offerts lui dit-il, au trésorier de la ville qui préparait un dîner pour lui et pour le chancelier. « Je voudrais que vous y fussiez pour en manger… je me trouve tant altéré et mal à mon aise, que si vous me vouliez envoyer une petite bouteille de juillet, ce me serait un grand plaisir22. » La Palice reçoit bientôt un autre appel, cette fois de son ami Bayard assiégé dans Mézières. Ayant obtenu la permission de quitter Calais, le maréchal s’empresse de ravitailler Mézières. Ensuite, il prend Bapaume et en fait raser les murailles. Voyant que les impériaux se retirent, François Ier décide de les poursuivre. Il divise son armée en trois comme d’habitude, et La Palice est placé dans l’arrière-garde sous le commandement du duc de Vendôme. Le roi paraît en mesure d’infliger une sérieuse défaite aux impériaux, mais un brouillard se lève et François renonce à poursuivre l’ennemi. L’armée du roi s’étant retirée dans ses quartiers d’hiver, La Palice tient garnison à Saint-Quentin où il passe une revue le 29 novembre 152123.

Mission en Suisse et retour en Italie : bataille de La Bicoque (1522)

  • 24 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 149.

11Puis il reçoit l’ordre de retourner au duché de Milan où le maréchal de Lautrec s’est aliéné la population, mais en passant par la Suisse où il doit recruter des mercenaires. Malgré le mécontentement de cantons, qui se plaignent de ne pas avoir été payés par la France pour leurs services, le maréchal peut recruter seize mille hommes qui sont aussitôt conduits en Italie par le Bâtard de Savoie et Galéas de Saint-Séverin. L’argent cependant manque toujours. La Palice fait encore appel au roi : « Sire que votre plaisir soit de faire pourvoir au paiement desdits Suisses pour le mois prochain, de façon à ce qu’il n’y ait point faute audit paiement, car autrement, tout ce qui aurait été fait en votre affaire de par deçà et pour le recouvrement de votre État de Milan, serait argent et peine perdus, et plus grande confusion que devant24. » En mars, à Monza, La Palice est nommé lieutenant-général, mais sous le commandement suprême de Lautrec. En avril, les deux capitaines investissent la Bicoque, une maison de campagne des ducs de Milan que les impériaux ont fortifiée. La Palice est prêt à patienter, mais les Suisses menacent de rentrer chez eux. Ils veulent soit être payés, soit se battre pour pouvoir compenser leur absence de paie par un butin. Le 29 avril Lautrec, accédant à leur demande, engage une bataille désastreuse pour la France qui entraîne la perte de Milan. En juin La Palice se retire dans le Dauphiné en pourvoyant à la subsistance de ses troupes et à leur sécurité. Mais à peine est-il revenu que François Ier lui demande de remplacer le maréchal de Châtillon récemment tué au cours d’une campagne près de Fontarabie. La Palice part immédiatement vers le sud, rejoint l’armée à Dax et marche sur Bayonne et Saint-Jean-de-Luz. Ayant dégagé Fontarabie, il repousse les Espagnols au-delà de la Bidassoa. Il ravitaille la ville et change sa garnison, puis il rentre chez lui en Bourbonnais.

La Palice face à la trahison du connétable de Bourbon (1523)

12En 1523 la trahison du connétable Charles de Bourbon pose à La Palice un sérieux problème personnel, plus important en tout cas que celui qui se pose à la plupart des conseillers de François Ier. En effet, Bourbon est son suzerain et trois des plus proches parents du maréchal – son oncle Aymar de Prie, son frère Antoine, évêque du Puy, et son beau-frère, Jean de Saint-Vallier – ont suivi le connétable dans sa rébellion. La Palice est parmi ceux à qui Bourbon écrit à la veille de sa fuite de France :

  • 25 André Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, 1904, p. 188.

« Mon cousin, écrit-t-il, Je suis en fort grand peine de ce que ne sçay si j’ay eu response aux lettres que avois escriptes au roy et à vous, vous priant m’y estre aidant, comme j’ay en vous ma parfaicte fiance, à ce qu’il plaise à mondict seigneur me vouloir pardonner et à mes amys et serviteurs comme je luy escrivois par M. d’Ouarty, et par la charge que j’avois donnée à M. d’Ostun. Et aussi que son bon plaisir soirt me laisser mes biens en seureté. Et de ma part je luy donneroi à cognoistre qu’il n’y a homme en son royaume qui ait plus envie de luy faire service que moy. Et de ce l’en asseurez car je n’y ferai faulte sur mon honneur et vie. Priant nostre Seigneur, mon cousin, vous donner de ce que vous désirez, Vostre cousin et bon voisin, Charles25. »

  • 26 Denis Crouzet, Charles de Bourbon, op. cit., p. 391.
  • 27 CAF, I, 355, 1900.

13Mais cet appel n’est, semble-t-il, qu’un stratagème pour gagner du temps26. Le roi a de toute façon décidé de faire arrêter Bourbon. Le Bâtard de Savoie et La Palice reçoivent l’ordre d’aller avec des troupes de Lyon à Chantelle où ils espèrent trouver le connétable. Il semble qu’en cours de route La Palice fait un dernier effort de conciliation. S’engageant à ne pas aller au-delà de Lapalisse avec ses troupes, il envoie le baron de Curton à Chantelle pour inviter le connétable a des pourparlers, mais le connétable n’est plus là lorsque le baron arrive. Une poursuite est lancée, mais vite abandonnée car personne ne sait où est Bourbon. Ayant occupé Chantelle, La Palice se rend à Moulins où il proclame la saisie des terres appartenant au connétable. Le 11 septembre François Ier, donne l’ordre au comte de Villars, au Bâtard de Savoie et à La Palice d’arrêter le connétable. Il offre dix mille écus à celui qui le mettrait en ses mains27.

  • 28 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 182.
  • 29 CAF, I, 378, 2010.
  • 30 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et François Vindry (éd.), Paris, (...)

14À cette époque, La Palice, qui est gouverneur de Lyon et du Lyonnais, se rend dans les Dombes, région qui faisait partie des domaines de Bourbon, pour recevoir le serment de fidélité des habitants. Il fait le tour des différentes localités avant de revenir à Lyon et de rendre compte de sa mission au roi. En récompense de sa loyauté, François Ier lui donne les charges retirées à Bourbon : le gouvernement de l’Auvergne, du Forez, des Dombes, du Beaujolais et du Bourbonnais28. Le 10 mai 1524, La Palice est nommé lieutenant du roi en Dauphiné, charge qui lui impose le devoir de défendre la province contre Bourbon, qui ayant envahi la Provence, assiège Marseille29. Le maréchal quitte Lyon, établit son quartier-général à Aix, et assure ses arrières en occupant Avignon30. Soucieux de ne pas avoir sa route vers l’Italie coupée, Bourbon lève le siège de Marseille. Sa retraite ranime les ambitions transalpines de François Ier qui entreprend une campagne militaire alors que s’annonce l’hiver.

La mort du maréchal sur le champ de Pavie (1525)

  • 31 Ibid., p. 205-208.

15Toujours obéissant, La Palice quitte Aix le 4 octobre 1524 et se met en route pour l’Italie à la tête d’une armée de gens de pied : Suisses, lansquenets et autres. Il occupe Milan alors que les impériaux se replient sur Lodi. Le maréchal aurait préféré que François poursuive l’ennemi avant l’hiver, mais le roi préfère engager un long siège de Pavie. Plusieurs semaines s’écoulent avant que l’ennemi ne s’engage. Le résultat en est la désastreuse bataille de Pavie dans laquelle le maréchal La Palice, malgré son grand âge, montre son courage habituel. Son cheval ayant été tué sous lui, il doit continuer à se battre à pied, comme le roi. Mais il tombe prisonnier aux mains d’un Italien, nommé Castaldo, qui, jugeant de la splendeur de son armure et de son casque, comprend qu’il tient un personnage de haut rang capable de payer une forte rançon. Mais un de ses compagnons veut lui enlever sa proie et au cours de la dispute qui suit il achève La Palice d’un coup d’arquebuse31. Après ses obsèques à Pavie, ordonnées par le connétable de Bourbon, le corps du maréchal est transporté en France par des soldats qui chantent cette complainte :

  • 32 Ibid., p. 209-210.

« Hélas, La Palice est mort ;
Il est mort devant Pavie,
Hélas, s’il n’était pas mort,
Il ferait encore envie32. »

16Le texte a été malheureusement corrompu. Le mot « ferait » est devenu « serait » d’où vient la tradition des « lapalissades ».

Notes

1 Brantôme, Œuvres complètes, éd. 1864-1882, II, p. 275.

2 Jean-Charles Varennes, Le Maréchal de La Palice, Paris, 1989, p. 36-37.

3 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, publiées par R. de Maulde La Clavière, Paris 1895, t. IV, p. 186 et suiv. ; Mémoires du Maréchal de Florange dit le Jeune Adventureux, Robert Goubaux et Pierre-André Lemoisne (dir.), Paris, 1913, I, p. 20.

4 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., I, p. 29.

5 Ibid., I, p. 43.

6 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, 1859-1886, II, p. 408.

7 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., p. 43-46.

8 Jean-Charles Varennes, Le Maréchal…, op. cit., p. 90.

9 Mémoires du Maréchal de Florange…, op. cit., I, p. 95.

10 Ibid., p. 96 n.

11 Ibid., I, p. 106-110.

12 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (éd.), Paris, 1908, I, p. 32-34.

13 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 176-78.

14 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Paris, 1910, p. 5.

15 CAF, V, 229, 15852.

16 Mémoires de Florange, op. cit., I, p. 179-180. Le maréchal La Palice ayant traversé leTessin « envoya monsr d’Ymbercourt avecque deux cens hommes d’armes, pour aller gaignier la porte de la ville où estoit Prospere Coulonne ». Voir aussi Denis Crouzet, Charles de Bourbon, connétable de France, Paris, 2003, p. 183.

17 Nouvelle collection de mémoires pour servir à l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe – Tome cinquième, J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat (éd.), Paris, 1836, V, p. 595-597.

18 Joycelyne G. Russell, The Field of Cloth of Gold, Londres, 1969, p. 116.

19 Peter Gwyn, « Wolsey’s foreign policy : the conferences at Calais and Buges reconsidered », Historical Journal, 23, 1980, p. 755-772.

20 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 142.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 145.

23 Ibid., p. 147.

24 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 149.

25 André Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, 1904, p. 188.

26 Denis Crouzet, Charles de Bourbon, op. cit., p. 391.

27 CAF, I, 355, 1900.

28 Jean-Charles Varennes, op. cit., p. 182.

29 CAF, I, 378, 2010.

30 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly et François Vindry (éd.), Paris, 1908, I, p. 318.

31 Ibid., p. 205-208.

32 Ibid., p. 209-210.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540