Version classiqueVersion mobile

Le choix rationnel en science politique

 | 
Mathias Delori
, 
Delphine Deschaux-Beaume
, 
Sabine Saurugger

Deuxième partie. Le choix rationnel « formalisateur » et l’étude du système politique européen

8. Expliquer la baisse des dépenses publiques dans l’Union Européenne. Prise de décision rationnelle et contraintes institutionnelles

Oliver Pamp
Traduction de Mathias Delori

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis la détérioration économique de 2001, les principaux débats sur les politiques publiques en Europe tournent autour de la question des déficits publics et de la marche à suivre pour les limiter. Divers pays membres de l’Union Européenne1 se sont en effet retrouvés ces dernières années en infraction avec les dispositions du Pacte de Croissance et de Stabilité. Ces violations n’ont pas seulement engendré des discussions domestiques sur les avantages et les inconvénients du pacte. Elles ont aussi conduit en 2005 à des révisions qui ont élargi la liste des circonstances atténuantes. Rappelons que le Pacte de Croissance et de Stabilité clarifie et consacre les critères de convergence institués par le traité de Maastricht (TUE) de 1992. Il stipule que les déficits publics de chaque pays participant à l’Union Économique et Monétaire (UEM) ne doivent pas dépasser 3 % par an. Des entorses répétées à ce principe peuvent avoir pour conséquences des amendes lourdes allant jusqu’à 0,5 % du ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search