Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les anciens conseillers

Jacques de Genouillac, dit Galiot (v. 1465-1546)

Robert J. Knecht

Texte intégral

  • 1 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, t. V, 18 (...)
  • 2 François De Vaux de Foletier, Galiot de Genouillac, maître de l’artillerie de France (1465-1546), (...)

1La renommée de Jacques de Genouillac, mieux connu sous le surnom de Galiot, repose pour l’essentiel sur une lettre écrite par François Ier à sa mère quelques heures après sa victoire à Marignan. « Madame, écrivait-il, le sénéchal d’Armignac avec son artillerie ose bien dire qu’il a esté cause en partie du gain de la bataille, car jamais homme n’en servist mieux1. » Né sans doute en 1465 à Assier dans le Quercy, Jacques est le fils puiné de Jean, seigneur de Genouillac, et de Catherine du Bosc, dame d’Assier2. En 1469 la seigneurie de Quercy forme partie de l’apanage de Charles de France, le frère de Louis XI, qui recrute son entourage largement parmi les nobles du pays. Jacques, l’oncle de notre Galiot, devient écuyer d’écurie du duc, puis homme d’armes de sa compagnie d’ordonnance. À la mort du duc en 1472, Louis XI reprend l’apanage de son frère ainsi qu’une bonne partie de son personnel. Jacques devient conseiller et chambellan du roi. Le 5 décembre 1479 il est nommé maître, visiteur et réformateur de l’artillerie alors que le roi favorise le développement de cette arme nouvelle. En 1483 Charles VIII le confirme dans ses fonctions. N’ayant pas d’héritier de son nom, Jacques adopte son neveu et lui passe le surnom de Galiot qui était traditionnel dans sa famille. Le jeune Galiot débute à la cour comme page et devient, en 1491, l’un des écuyers du roi. Promu en 1492 grand écuyer du dauphin, il devient aussi viguier et juge royal à Figeac.

Sénéchal d’Armagnac sous Charles VIII et Louis XII

2En 1492 Galiot est nommé capitaine du château de Najac en Rouergue et sénéchal d’Armagnac. Deux ans plus tard il se trouve à Lyon avec l’armée qui s’apprête à envahir l’Italie. Il prend part à des joutes et tournois avec trois autres favoris de Charles VIII. Galiot pénètre en Italie à la tête d’une compagnie de vingt-cinq lances. Le 7 mars il entre au Château Neuf de Naples dont la garnison vient de capituler. Ici encore Galiot se distingue dans de nouveaux tournois. Cependant Charles VIII doit bientôt battre en retraite. Ses ennemis essayent de lui barrer le chemin vers le nord, mais à Fornoue, le 8 juillet il réussit à les battre. Galiot est un des neuf soi-disant « preux » qui le défendent au cours de cette bataille. Nommé chambellan, il reçoit aussi la capitainerie de Meulan et celle de Puymirol en Agenais. Lorsque Charles VIII meurt, Galiot est l’un des derniers à veiller auprès de lui ainsi que l’un des seize gentilshommes qui portent son cercueil sur leurs épaules depuis Paris jusqu’à Saint-Denis.

  • 3 BnF, ms frçs 2927, fo 28 vo.

3L’avènement de Louis XII n’apporte aucun changement à la situation du sénéchal d’Armagnac qui devient l’un de ses valets de chambre. Habillé somptueusement et monté sur un cheval harnaché de drap d’or, il figure dans le cortège de Louis XII lors de son entrée à Paris. Le roi le confirme dans ses charges et lui accorde une pension de quatre cents livres3. Il est aussi nommé capitaine des francs-archers. En mars 1499 il passe à Lectoure pour régler les affaires de sa sénéchaussée. Dans la campagne du Milanais, Galiot est du corps de bataille du roi. Au siège d’Alexandrie, le 27 août, il charge sur les Albanais et le lendemain poursuit Galéas de San Severin et ses stradiots hors de la ville. Quelques jours plus tard Galiot donne la chasse à Ludovic le More qui réussit cependant à passer en l’Allemagne. Deux ans plus tard lorsque le pape Alexandre VI prêche la croisade, le sénéchal d’Armagnac la rejoint avec sa compagnie de vingt-cinq lances. En octobre, lui et ses compagnons d’armes affrontent les Turcs à Mitylène :

  • 4 Jean d’Auton, Chronique de Louis XII, R. de Maulde La Clavière (éd.), t. II, Paris, 1891, p. 190-1 (...)

« A celle charge fut des premiers Jacques Gallyot, senechal d’Armaignac et tant avança que en barbe eut un grant Turc, tenant en main une semiterre tranchant ; auquel s’adressa ledit Gallyot, un long estoc au poing, et la, au roiz de la lune, qui lors estoit clere, se choisirent l’ung l’autre et, a s’approcher, misrent leurs glayves en besoigne, tellement que aux premiers coups donner, chascun cuydant assener son ennemy et donner a droict. Bon pié et bon œil de ce danger les garantirent, car chascun de eulx obvièrent a ce ; mais au saillir des coups, se joignirent si rudement que, au rencontrer, se hurtèrent de teste et de piez ; en sorte que le Turcz alla par terre, et le seneschal d’Armaignac, qui estoit jeune et adroict ; se trouva dessus ledit Turc, et a la choite, luy donna de l’estoc tout au travers du corps, tellement qu’onque puys celui Turc ne se releva4. »

4En août 1501, alors que la flotte commandée par Philippe de Ravenstein, quitte le golfe de Naples, Galiot est du Conseil de guerre, réuni dans l’île de Zante, qui décide de ne pas attaquer la forteresse de Valona sur la côte albanaise. En octobre, il s’embarque à nouveau, cette fois sur la flotte de Prégent de Bidoux qui va au secours de galères vénitiennes que les Turcs poursuivent. Il participe au siège de la capitale de l’île de Mitylene. De retour en France, Galiot est nommé, en 1504, capitaine du château de Penne d’Albigeois. Son nom paraît aussi sur le rôle du ban et arrière-ban du Quercy. Galiot se signale encore sur les champs de bataille d’Italie et de Flandre : en 1503 autour de Naples, en 1506 à la prise de Tirlemont, en 1509 à Agnadel et en 1512 à Ravenne. Cette même année il est envoyé à Bayonne avec charge de mettre en état les fortifications de la ville et du château.

Maître de l’artillerie (1512) et héros de Marignan (1515)

  • 5 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 36-37.

5Les services rendus par Galiot en Italie et ailleurs lui valent une promotion : le 16 mars 1512 il est nommé maître et capitaine de l’artillerie de France. Cela lui donne la surintendance sur tous les officiers et tout le matériel de l’artillerie : bouches à feu, munitions, moyens de transport. Il ordonne les gages et salaires dépendant de l’ordinaire de l’artillerie. Ses gages sont de deux mille livres par an. En temps de guerre il touche une somme supplémentaire de cinq cents livres par mois. Il est aussi fourni de tentes pour lui et sa suite, d’une chapelle d’argent, de vaisselle d’étain, de linge de table et d’ustensiles de cuisine dont le transport est à la charge du roi. Dans les villes prises il a droit aux cloches ou aux matières de cuivre ou à leur valeur si les habitants refusent de s’en dessaisir. Le maître de l’artillerie a aussi une juridiction spéciale dont le siège se trouve au Louvre5.

6Lorsque François Ier accède au trône le 1er janvier 1515, Jacques Galiot de Genouillac est donc un capitaine fort expérimenté qui fait partie, aux côtés de La Trémoille, Trivulce et Chabannes, de ces chefs de guerre qui vont jouer un rôle important au sein du Conseil d’un jeune roi avide de gloire militaire. Âgé de cinquante ans alors que le roi n’en a que vingt et un, il ne forme pas partie du groupe de compagnons d’enfance du roi, tels que Bonnivet ou Montmorency, qui ont bénéficié de sa générosité dans la distribution d’offices. Mais Galiot n’a pas à se plaindre car le nouveau roi apprécie ses grandes qualités de capitaine et le confirme dans son rôle de chef de l’artillerie royale. Dès la première année du nouveau règne, Galiot participe à l’invasion de l’Italie déclenchée par François. Mais il faut d’abord traverser les Alpes. Or les Suisses qui sont alliés à Maximilien Sforza, duc de Milan, surveillent les cols du Mont-Cenis et du Mont Genèvre. Le roi décide sur l’avis de ses capitaines de les contourner en employant le col d’Argentières qui est moins fréquenté et non surveillé par les Suisses. La tactique réussit : l’armée traverse les Alpes et l’ennemi se replie sur Novare. Les grosses pièces d’artillerie françaises peuvent donc passer par le Mont Genèvre. Galiot a certainement joué un rôle de la première importance dans cette opération que les contemporains comparent à la traversée des Alpes par Hannibal avec sa troupe d’éléphants. Soixante-douze canons français sont en position à Marignan à la veille de la bataille, alors que les Suisses n’en disposent que d’une demi-douzaine. Le combat, qui dure deux jours et une nuit, commence avec un bombardement de la part de l’artillerie française. Dans le conflit intense et meurtrier qui suit, Galiot fait preuve d’une grande bravoure. Tous les témoignages contemporains signalent l’importance de sa contribution à la victoire. Nous avons déjà cité la lettre écrite par le roi à sa mère le soir de la bataille. Dans une autre adressée plus tard au fils de Galiot, François se souvient des services de son père qui est, disait-il « digne de grosse recommandation et reconnaissance » car il a

  • 6 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 59.

« vaillamment et valeureusement porté jusques non seulement à y employer tous ses biens, mais spécialement et principalement sa personne, laquelle par sa hardiesse et vaillance il aurait plusieurs fois mise et exposée en grand danger et péril de mort6 ».

  • 7 Journal d’un Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Victor-Louis Bourrilly ( (...)
  • 8 Philippe Contamine, « Un seigneur de la Renaissance : Jacques de Genouillac dit Galiot, maître de (...)

7D’autres témoignages sont également élogieux. Selon Le Journal d’un Bourgeois de Paris « sur tous y eut grand honneur messire Jacques Galiot, chevalier, seneschal d’Armignac, qui estoit capitaine de l’artillerie, lequel fit tant tirer de son artillerie qu’il fut cause de grand meurtre sur nos ennemys et de gaigner le camp7 ». L’artillerie avait servie dans des batailles antérieures, mais en général son rôle n’avait été que d’ouvrir le combat par quelques coups de canon. La nouveauté de Marignan est la présence de l’artillerie pratiquement d’un bout à l’autre du combat8. En signe de reconnaissance, François Ier invite Galiot à l’accompagner en pèlerinage à la Sainte Baume. Le 25 février 1517 il devient sénéchal de Quercy. Et c’est peut-être comme action de grâces qu’en 1517 Galiot offre une verrière à l’église Saint-Paul à Paris où il paraît à genoux, encore jeune, imberbe et en armure. Il est revêtu de sa cotte d’armes sur laquelle est son écu avec des étoiles d’or.

  • 9 AN, P 2535, fo 236.
  • 10 BnF, ms frçs 3049 fo 111.

8Représenté dans sa compagnie et capitaineries par des lieutenants, Jacques de Genouillac se trouve souvent dans l’entourage du roi en tant que chambellan et gentilhomme ordinaire de la chambre. Mais les affaires de l’artillerie l’obligent à résider à Paris de temps à autre car c’est là, à l’Arsenal, que les canons et munitions du roi sont conservés, du moins en temps de paix. C’est pour faciliter sa tâche que François Ier lui cède en novembre 1516 pour 4 000 livres une portion de l’hôtel Saint-Paul9. Mais Galiot ne réside jamais longtemps à Paris car il doit suivre le roi qui, sauf en hiver, est presque toujours sur les routes. Galiot a aussi des résidences en Quercy et en Saintonge ainsi qu’une maison à Lyon. En avril 1518 il participe au tournoi donné à l’occasion du baptême du dauphin, et en janvier 1522 il accompagne le roi en Normandie. La cour fait un voyage en mer. Elle s’embarque au Havre puis revient à Rouen et Galiot observe avec un certain amusement le mal de mer dont souffrent les membres de la cour. Il écrit a son ami La Rochepot : « Et entendez hardiement que en revenant chacun a bien fait son devoir de rendre sur la mer ce qu’il avait trop prins en terre, et ne veistes oncques tant de gens mallades, mais le Roy ne s’en est jamais senti10. »

  • 11 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 62.

9En 1520 Galiot de Genouillac se voit confier deux missions : l’une d’apparat, l’autre de guerre. C’est à lui que revient presque entièrement du côté français le soin d’installer le Camp du Drap d’Or. Il dispose pour cela de tout son personnel : pionniers, charpentiers et autres gens de métier ainsi que son notaire et son trésorier qui tiennent compte des dépenses et paient les frais. Tentes, pavillons, toiles et étoffes d’or, d’argent et de soie, cordages, ornements, torches et bougies sont commandés sur ses instructions, pour la plupart à Tours, et ce matériel est convoyé depuis le Val de Loire jusqu’à Ardres par les charretiers de l’artillerie qui réquisitionnent pour cela quatre cent soixante-six chevaux et des voitures en proportion11. En prévision d’une nouvelle guerre Galiot ordonne de grandes tournées d’inspection à travers la France. Ses commissaires visitent châteaux et places-fortes, examinent les pièces et munitions et dressent des inventaires qu’ils lui soumettent.

  • 12 BnF, ms frçs 2971, fos 8 et 11 ; BnF, ms frçs 2933, fos 78 et 215.
  • 13 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 69.

10En 1521 Galiot participe à la campagne contre les Impériaux. En juin il se trouve à Mouzon où il reçoit deux lettres du roi lui recommandant de faire bonne diligence et d’ajouter des canons à sa bande. De son côté le sénéchal expédie des courriers au roi, à Bonnivet et a d’autres leur demandant des renforts de pionniers et de chevaux12. Il siège aussi aux Conseils de guerre tenus par le roi à Attigny, et ensuite à Troyes et à Reims. Avec Bayard il est chargé de ravitailler Mézières. En octobre 1524 Galiot passe en Italie avec l’avant-garde de l’armée royale. Il dirige le bombardement de Pavie sans obtenir que la ville se rende. Dans la bataille qui suit, ses canons déciment les impériaux au moment où ils pénètrent dans le parc muré de Mirabello. Le roi a la mauvaise idée de se lancer à la tête de sa cavalerie, masquant ainsi ses canons qui sont obligés de cesser le feu. L’action du roi entraine sa défaite et sa longue captivité. Galiot, lui aussi, est fait prisonnier, mais il obtient sa liberté presque aussitôt. Nous ne savons comment. Avait-il payé une rançon ? L’on a raconté que pendant la campagne de Naples il avait élargi sans rançon un capitaine espagnol et que celui-ci, l’ayant pris à Pavie, lui aurait rendu la pareille13.

  • 14 Ibid., p. 71-72.
  • 15 Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie, Paris, 1892, p. 143.

11Après Pavie la compagnie d’ordonnance de Galiot est réduite de dix lances par la régente, Louise de Savoie, « pour diminuer le despense et soullaiger le pouvre peuple ». Plus tard son effectif est restauré et même augmenté. La compagnie compte soixante lances en 1529, quatre-vingt en 1533, cent en 1536 et ensuite entre quarante et cent14. C’était surtout dans sa province de Guyenne que Galiot recrute ses troupes. Ses parents s’y trouvent en masse. Pendant la captivité du roi, la régente envoie Galiot en Espagne comme membre de la suite de sa fille, Marguerite d’Angoulême, mais il ne semble pas avoir participé aux négociations avec l’empereur. Il a aussi été mêlé à des pourparlers anglo-français15.

Grand écuyer de France (1526)

  • 16 CAF, VII, p. 484.

12Le 2 mars 1526 à la veille du retour en France de son maître, Jacques de Genouillac est nommé grand écuyer de France à la place de Galéas de Saint-Séverin, tué à Pavie. Presque en même temps, François Ier lui remet le collier de l’ordre de Saint-Michel. L’office de grand écuyer n’est pas seulement honorifique. Son autorité s’étend sur une grande partie de la cour. Il a la surintendance de l’écurie du roi et de son personnel. Il vise et certifie les comptes et c’est aussi de lui que dépend le service des postes. Dans les tournois et joutes, le grand écuyer doit mettre le roi en selle et se tenir à ses côtés. Il a le devoir de l’armer et de le désarmer. Il garde ses armes et les fait entretenir et il doit équiper les corps de gardes, archers suisses et écossais. Également sous son autorité sont les hérauts et poursuivants d’armes. Le grand écuyer est l’un des grands officiers de la couronne et a droit à une place d’honneur dans les cérémonies. Lors d’une entrée royale dans une ville, il a le privilège de conserver le dais sous lequel le roi a effectué son entrée16.

  • 17 Registre des délibérations de la ville de Paris, t. 2, p. 10, 12.
  • 18 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France, Paris, 1885, p. 152-153
  • 19 Godefroy, Cérémonial françoys, p. 267-268 ; Cronique du roy Françoys premier de ce nom, Georges Gui (...)

13Dès le retour de François Ier en 1526 Galiot est de plus en plus présent à la cour. Il accompagne le roi à Bordeaux en avril, à Angoulême en juillet et à Marcoussis en octobre. L’année suivante il se trouve au parlement de Paris pour le procès in absentia du connétable de Bourbon et en décembre il y est, cette fois pour entendre le roi se prononcer sur le traité de Madrid. Galiot est aussi mêlé aux longs préliminaires de la délivrance des enfants de France. Il paraît à l’Hôtel de Ville de Paris pour demander aux habitants une aide de 100 000 écus d’or destinée à la rançon des princes17. Au printemps de 1530 Galiot participe aux préparatifs pour le retour en France des fils du roi et l’arrivée de la reine Éléonore. De Bayonne, le grand maître de France, Anne de Montmorency, lui adresse courrier sur courrier pour le tenir au courant des négociations avec les impériaux. Il lui demande de mobiliser des mulets et des chariots pour l’escorte de la reine18. En 1533 Galiot accompagne le roi en Languedoc. En mai 1535 il est envoyé à Calais avec l’amiral Chabot et d’autres conseillers afin de négocier une alliance avec l’Angleterre. Puis, en octobre, il part avec Montmorency faire la montre des légionnaires de Languedoc. L’une des dernières cérémonies à laquelle il prend part est l’entrée de Charles Quint à Paris le 1er janvier 1540. Dans le somptueux cortège, derrière le chancelier et à côté du grand écuyer de l’empereur simplement vêtu de drap noir avec le petit ordre de la Toison d’or au cou, le grand écuyer de France rutile d’or et de pourpre. Monté sur un cheval de parade caparaçonné de velours violet semé de fleurs de lis, il porte l’épée royale au fourreau fleurdelisé, un manteau de drap d’or tombe sur ses épaules, et sur sa saie de velours cramoisi brodé de boulets d’or, étincellent les coquilles du grand collier de Saint-Michel19.

La fortune de Galiot et le château d’Assier

  • 20 BnF, ms frçs 2019, fo 77 ; BnF, ms frçs 3006, fo 61 ; BnF, ms frçs 20508, fo 51 ; BnF, ms frçs 297 (...)
  • 21 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 197, 262, 264

14Jacques de Genouillac emploie son influence à la cour pour rendre service à toutes sortes de personnes de son entourage. Son courrier comprend beaucoup de lettres de recommandation. Parmi ses correspondants, Anne de Montmorency occupe une place à part, et davantage encore son frère, François, seigneur de La Rochepot20. Galiot continue à recevoir des dons de terres et de droits du roi. Louise de Savoie lui fait don de la terre de Chizé et des revenus de la chambre à sel d’Amboise. Galiot exprime sa reconnaissance en lui offrant un livre d’heures, aujourd’hui disparu, dont le frontispice portait la devise « J’aime fortune ». Elle se retrouve gravée sur les murs du château que Galiot fait construire à Assier21. Il n’est jamais disgracié mais son immense fortune lui vaut des envieux qui essaient d’éveiller des soupçons chez le roi. Selon Brantôme, Galiot aurait répondu au roi qui lui avait adressé des reproches :

« C’est vous qui m’avez faict tel que je suis ; c’est vous qui m’avez donné les biens que je tiens : vous me les avez donnez librement ; aussi librement me les pouvez-vous oster, et suis prest les vous rendre tous. »

  • 22 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. III, p. 73-75.

15Touché au vif, le roi rassura son vieux serviteur : « Oui, mon bon homme, lui dit-il, vous dictes vray… aussi ne vous veux-je reprocher et oster de ce que vous ay donné. Vous me le redonnez, et moy je vous le rends de bon cœur. Aymez-moy et me servez bien toujours comme avez faict, et je vous seray tousjours bon roy22. »

16Deux brillantes alliances sont en partie responsables de la fortune de Jacques de Genouillac. En 1507 il épouse Catherine d’Archiac, l’une des plus riches héritières de Saintonge, qui lui apporte la seigneurie de Lonzac. Elle meurt en 1514 et Galiot se remarie avec Françoise, la fille de François, seigneur de La Queille mais il la perd très tôt. De chacun de ces mariages Galiot a un enfant. Sa fille Jeanne épouse d’abord Charles de Crussol, vicomte d’Uzès, et après sa mort, le rhingrave, Jean-Philippe. Elle se convertit au calvinisme. De son deuxième mariage Galiot a un fils, François, qui, après avoir reçu une éducation humaniste, entame une carrière semblable à la sienne. En 1528 Galiot lui fait attribuer ses offices de viguier de Figeac, et de sénéchal d’Armagnac et de Quercy. Il se décharge aussi d’une partie de sa maîtrise de l’artillerie. François participe au siège de Perpignan en 1542 où son père est blessé, mais il meurt en 1544 à la suite d’une blessure à la bataille de Cérisoles.

  • 23 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 135.

17Malgré ses nombreuses responsabilités administratives et militaires, Galiot a exploité autant que possible les ressources agricoles et minières de ses terres. Il s’est intéressé surtout à la culture de la vigne. Le vin de Quercy était réputé et à plusieurs reprises, Galiot en donne au roi de son vignoble d’Assier23. Galiot a aussi beaucoup construit. En 1535 il entreprend le remplacement du vieux manoir d’Assier par un superbe château de plan quadrangulaire qui a malheureusement largement disparu mais il en existe des gravures. Il comprend quatre corps de logis à deux étages avec des tours rondes à chaque angle. Aujourd’hui il ne reste que le logis occidental. Une grande niche au-dessus de la porte d’entrée abritait autrefois une statue équestre de Galiot. La façade sur la cour intérieure a des bas-reliefs où sont représentés des épées de grand écuyer, des rangées de canons et des boulets enflammés. À l’intérieur, comme à l’extérieur, sont présentés les travaux d’Hercule. Galiot a aussi fait construire deux églises, l’une à Lonzac où repose sa première épouse et l’autre à Assier. Celle-ci proclame en bas-reliefs sculptés la gloire de son fondateur. Des anges aux écoinçons tiennent des banderoles à son nom, et une frise faisant le tour de l’église contient des scènes de guerre honorant l’artillerie. Dans les deux églises comme dans le château figure la devise : J’aime fortune.

  • 24 Benoît Tollon, « L’église d’Assier » et « Le château d’Assier », dans Congrès archéologique de Fra (...)

18Son fils mort, Galiot reprend son service tout entier. En 1544 il s’emploie à rassembler un matériel important pour les places-fortes et à ordonner la fabrication de poudres. Pendant l’hiver il participe à la campagne dans le nord de la France. Le 23 février 1546 il est nommé lieutenant-général du roi et gouverneur de Languedoc. Mais âgé de quatre-vingts ans, Galiot s’affaiblit. Le 9 juin 1545 à Assier, il fait appeler un notaire pour dresser son testament. Le 15 octobre 1547 il meurt chez son cousin au château de Végennes en Limousin. Suivant ses instructions, il est enseveli dans l’église d’Assier. Son tombeau comprend un sarcophage sur lequel repose son gisant avec la longue barbe. Au dessus un grand bas-relief nous le montre revêtu de son armure. Il se balance debout sur un boulet et s’appuie sur un canon24.

Notes

1 Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, t. V, 1838, p. 595-596.

2 François De Vaux de Foletier, Galiot de Genouillac, maître de l’artillerie de France (1465-1546), Picard, Paris, 1925, p. 18.

3 BnF, ms frçs 2927, fo 28 vo.

4 Jean d’Auton, Chronique de Louis XII, R. de Maulde La Clavière (éd.), t. II, Paris, 1891, p. 190-191.

5 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 36-37.

6 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 59.

7 Journal d’un Bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Victor-Louis Bourrilly (éd.), Paris, 1910, p. 22.

8 Philippe Contamine, « Un seigneur de la Renaissance : Jacques de Genouillac dit Galiot, maître de l’artillerie et grand écuyer de France (1565-1546) », dans François Ier du château de Cognac au trône de France (Colloque de Cognac, septembre & novembre 1994), Annales du G.R.E.H., p. 287.

9 AN, P 2535, fo 236.

10 BnF, ms frçs 3049 fo 111.

11 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 62.

12 BnF, ms frçs 2971, fos 8 et 11 ; BnF, ms frçs 2933, fos 78 et 215.

13 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 69.

14 Ibid., p. 71-72.

15 Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie, Paris, 1892, p. 143.

16 CAF, VII, p. 484.

17 Registre des délibérations de la ville de Paris, t. 2, p. 10, 12.

18 Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand maître et connétable de France, Paris, 1885, p. 152-153.

19 Godefroy, Cérémonial françoys, p. 267-268 ; Cronique du roy Françoys premier de ce nom, Georges Guiffrey (éd.), Paris, 1860, p. 301.

20 BnF, ms frçs 2019, fo 77 ; BnF, ms frçs 3006, fo 61 ; BnF, ms frçs 20508, fo 51 ; BnF, ms frçs 2979, fo 74. ; BnF, ms frçs 2929, fo 18. François De Vaux de Foletier, op. cit., p. 91.

21 Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 197, 262, 264.

22 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. III, p. 73-75.

23 François de Vaux de Foletier, op. cit., p. 135.

24 Benoît Tollon, « L’église d’Assier » et « Le château d’Assier », dans Congrès archéologique de France, 147e session, 1989, Quercy, Paris, 1993, p. 125-149.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540