Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Les anciens conseillers

Jean-Jacques Trivulce (1442-1518)

Marino Viganò

Texte intégral

  • 1 Vincenzo Forcella, Iscrizioni delle chiese e degli altri edifici di Milano dal secolo VIII ai gior (...)
  • 2 Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, F. Stefani et al. (éd.), Venise, Stabilimento Visentini, (...)

1Milan, le 19 janvier 1519, un mercredi : le cortège funèbre se déroule lentement, solennel, de l’église de Sant’Eustorgio à San Nazaro in Brolo, dans une ville déserte – boutiques fermées, rues vides – qui semble entassée dans ce coin. Il est ouvert par les serviteurs et les gens d’armes du défunt, puis cinq cents pauvres de noir vêtus, avec capuche et cierge allumé ; suivent le clergé urbain au complet, les hérauts et les capitaines sur des chevaux harnachés de deuil avec les étendards et les insignes du mort et des puissances qu’il a servies, écuyers à la monture avec estoc d’arçon, cinq jeunes hommes à cheval arborent un bouclier, une lance, un heaume, deux éperons, un bâton de maréchal de France. Le corps est enseveli sous une épitaphe pour le moins concise : « IO. IACOBVS MAGNVS TRIVLTIVS. ANTONII FILIVS. QVI NVNQVAM QVIEVIT QVIESCIT. TACE1. » « Il a été enseveli comme s’il avait été un duc de Milan », note le secrétaire du Conseil majeur de la république de Venise, Marino Sanuto, dans les Diarii2. Ce n’est pas un duc, c’est un condottiere : Jean-Jacques Trivulce, marquis de Vigevano et feudataire de beaucoup d’autres lieux, grand maréchal de France, général de Charles viii, compagnon d’armes de Louis XII, stratège et conseiller pour une courte période de François Ier. Pendant deux décennies aux sommets du pouvoir français en Italie, tombé en disgrâce, dans sa biographie il est l’exemple du passage sous François Ier d’une ancienne à une nouvelle génération de conseillers du souverain, dans le domaine aussi bien militaire que politique.

Paris, Lyon, Grenoble

  • 3 Archivio di Stato, Milano, Carteggio Visconteo-Sforzesco, Carteggio estero alias Potenze estere (d (...)
  • 4 Archivio di Stato, Mantova, Gonzaga (désormais ASMN, G), b. 633, fasc. IV, n. 265. Dépêche à Gian (...)

2Une note d’information provenant d’Asti, soumise à Maximilien-Marie Sforza, duc de Milan, fait état avec malveillance à la mi-janvier 1515 de l’apparition à Paris de notre héros : « Monsieur Jean-Jacques arriva le jour avant que le roi meure à la cour. Et il ne le vit plus mais alla faire la révérence au dauphin dont il ne fut pas bien vu de sorte qu’il reste, aux dires de quelques-uns des siens, presque dénué de tout espoir3. » L’illusion des gibelins est que François de Valois-Angoulême, successeur de son cousin Louis xii de Valois-Orléans, n’écoute pas les réfugiés de la faction guelfe et ne se laisse pas persuader de poursuivre l’« entreprise » de Lombardie. La réalité est autre, écrit un envoyé de Mantoue le 2 janvier : « Monsieur Jean-Jacques est arrivé à la cour puis appelé par le roi et entré après le dîner en Conseil4. »

  • 5 Carlo Rosmini, Dell’istoria intorno alle militari imprese e alla vita di Gian-Jacopo Trivulzio det (...)
  • 6 Antonio Grumello, Cronaca di Antonio Grumello, Milano, Francesco Colombo, 1856, p. 194.
  • 7 Archivio di Stato, Firenze, Signori, Dieci di Balìa e Otto di Pratica, Legazioni, commissarie, mis (...)

3C’est ainsi que commence, vingt-quatre heures à peine après la mort du précédent souverain, son histoire de conseiller du nouveau roi. Histoire qui coïncide en partie avec les quatre dernières années d’une vie longue pour l’époque, examinée par certains biographes, mais à reconstruire sur la base des sources pour de nombreux autres aspects5. Notamment pour les rapports politiques tissés avec quelques cantons de la Confédération helvétique dans cette dernière période, cause concomitante de la disgrâce survenue trois ans et demi après l’admission, le 2 janvier 1515, au premier Conseil de la couronne du duc d’Angoulême, nouveau roi de France. Quel est le thème de cette réunion ? Le chroniqueur Antonio Grumello remarque que « ce roi français après avoir convoqué Jean-Jacques Trivulce et d’autres seigneurs réfugiés de l’état de Milan, se mettraient à l’ordre pour l’entreprise de cet état appartenant au roi François6 ». Les illusions des partisans des Sforza de pouvoir éviter une expédition militaire française à Milan sont vraiment vaines. Voilà, en revanche, une note du 19 janvier de l’orateur de Florence aux Otto di Pratica : « Cette majesté se montre très disponible à l’entreprise d’Italie, sans toutefois spécifier le temps déterminé : et montre vouloir entretenir tous ces réfugiés d’un sort bien meilleur que ne le faisait le roi précédent. Sa majesté fait un très grand honneur et des gentillesses au sieur Jean-Jacques Trivulce7. »

4La familiarité, la communauté d’intentions entre le jeune souverain et le condottiere sont enregistrées par un secrétaire de Trivulce, Giovan Antonio Rebucco qui l’a suivi et le décrit aux côtés de François Ier :

  • 8 Archivio privato Trivulzio, Milano (désormais apt), cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del M (...)

« Ils se mirent en chemin en conversant entre eux chevauchant pendant deux heures et lorsque Trivulce arriva au logement dit que le roi, bien que jeune, était très prudent sur les questions militaires et qu’il lui avait parlé de procéder à l’entreprise d’Italie et de l’ordre qu’il voulait que l’on maintienne dans l’armée et l’élogia beaucoup8. »

  • 9 E. Girolamo Cardano, Hieronymi Cardani Medici Mediolanensis Libellus Quintus, De exemplis centum g (...)
  • 10 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, « Archivio Storico Italiano », III (1842), p. 217-418, ic (...)

5Le maréchal ne semble pas ressentir le poids de l’âge, bien qu’il ne soit pas tout jeune : né à Crema d’Antonio, commissaire de la ville pour le duc de Milan, et de Franceschina Aicardi Visconti, le 24 juin 1442, Jean-Jacques Trivulce en 1515 a 73 ans9. Un « vieux décrépit », comme on avait l’habitude d’écrire à l’époque d’hommes d’un âge aussi avancé ? On ne le dirait pas. Comme d’autres, le chroniqueur milanais Giovanni Andrea Prato le voit jusqu’à la fin « resplendissant de vertus virile et militaire10 ». Trivulce le démontre en révélant une force physique inhabituelle. Mais les sources signalent que d’autres qualités resplendissent : la clarté stratégique et tactique, l’expérience politique et militaire, l’obstination à poursuivre et atteindre les objectifs, qui en font un conseiller écouté par ses amis et un adversaire redoutable pour ses ennemis. Donc, si François Ier tend déjà à revendiquer Milan, c’est lui, Trivulce, qui excite son désir de gloire. C’est ce que soutient Pietro Martire d’Anghiera, chroniqueur du Consejo de Indias, en août 1515 :

  • 11 Pietro Martire d’Anghiera, Opus Epistolarum Petri Martyris Anglerii Mediolanensi, Amstelodami, Typ (...)

«Trivultius autem & reliqui extorres à patria, patriæ ipsi calamitosi cives, juvenem Regem stimulis adigunt, laudis & supinæ illi gloriæ munia enarrant, retrocedere ostendunt esse ignominiosum, difficultates non esse eas quas meticulosi putant11

  • 12 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 38-39.
  • 13 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 70-71.
  • 14 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 493-494.
  • 15 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 527-528.

6Sollicitations réitérées, comme l’atteste Sanuto le 5 mars : « Vint l’orateur de France et communiqua ce qu’il y avait en France », à savoir « que monsieur Jean-Jacques Trivulce est à la cour et sollicite l’entreprise12 » ; puis, le 13, il apprend de l’orateur Marco Dandolo les « entretiens avec monsieur Jean-Jacques Trivulce, lequel sollicite les choses d’Italie et a mis par écrit et donné au roi13 ». Le 23 mars à Lyon, le maréchal prépare l’armée pour la diriger sur Grenoble et, au début d’août, il met en marche la machine de guerre, selon des dépêches de Marco Antonio Contarini : « Monsieur Jean-Jacques Trivulce a envoyé 6 000 sapeurs vers un certain col de montagne pour frayer le chemin où lesdits Français pourront passer sans obstacles14. » Le passage des Alpes est l’épisode crucial de la campagne. S’ils étaient interceptés sur les cols, les Français pourraient être bloqués, battus avant de descendre dans la plaine. Les Français passent, remarque Sanuto : « Ils ont dupé les Suisses ; ils ont fait semblant de combattre à Suse et sont allés vers Argentière15. »

  • 16 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 566-567.

7Qui dupe les Suisses, transportant l’artillerie « par un chemin que le diable n’aurait pas emprunté » ? D’après une lettre copiée par Sanuto, le roi en personne imagine l’envoi de la cavalerie légère « vers les Suisses à Suse », en feignant de vouloir forcer le col au Montgenèvre ; mais envoyant « monseigneur de Bourbon et monsieur Jean-Jacques Trivulce » avec l’armée et 4 000 sapeurs à « un certain mont loing de là de beaucoup de milles », et restant sur place « à les surveiller, afin que les Suisses ne croient pas que nous pensions passer dans un autre lieu »16. Bien joué, s’il en était vraiment ainsi, pour un roi de vingt ans – François Ier est né en 1494 – sans aucune expérience encore sur le terrain.

  • 17 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, J.-L. Fournel et J. C. Zancarini (éd.), Paris, 1996, II (...)
  • 18 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 334.
  • 19 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 196.
  • 20 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano del secretario Gianiacopo Caroldo 1520, dans Re (...)
  • 21 François de Mezeray, Histoire de France, tome second, Paris, Mathiev & Pierre Gvillemot, 1646, p.  (...)

8Francesco Guicciardini, sur la base des documents, assure, au contraire, que « Jean-Jacques Trivulce fit savoir au roi que l’on pouvait conduire l’artillerie au-delà des monts en passant entre les Alpes Maritimes et les Alpes Cottiennes et en descendant vers le marquis de Saluces17 » ; le milanais Prato remarque que « grâce à Trivulce, brièvement, on acheva de lever l’armée et de faire un autre chemin18 », et Grumello que « Jean-Jacques Trivulce se chargea de faire avec des pics un nouveau passage pour franchir ces Apennins et ainsi Trivulce, sans cesser chaque jour de creuser, a fini le chemin par lequel purent passer les chevaux19 ». Gianiacopo Caroldo, secrétaire de Venise à Milan, enregistre que Trivulce avait révélé « un nouveau chemin inusité pour franchir les montagnes20 ». François de Mezeray, au XVIIe siècle, en réduit les mérites : « Comme le Roy estoit en grande perplexité & que l’armée marchoit lentement, attendant la resolution qu’il prendroit, Triuulce, luy donna aduis, à ce que disent les Italiens, qu’elle pourroit passer entre les Alpes Coctiennes & maritimes dans le Marquisat de Saluces, par le destroit de Roqueperriere prés S. Pol21. » « A ce que disent les Italiens » ? Il n’en est pas ainsi, c’est ce qu’en témoignent aussi les Français.

La route pour Marignan

  • 22 Jean Barrillon, Journal de Jean Barrillon secrétaire du chancelier Duprat 1515-1521 – Tome premier (...)

9« Le Roy », écrit exactement Jean Barrillon, « se résolut et conclud par armes recouvrer ladicte duché de Milan et y aller en personne. Et, pour ce que le seigneur Jean-Jacques de Trévolse, mareschal de France, estoit souvent adverty des nouvelles de Milan, ledict seigneur l’envoya en Daulphiné pour mectre peyne de trouver quelque passage par ces montaignes. » « Le mareschal de Trevolce, qui estoit à Ambrun », continue, « trouva ung chemin entre les montaignes, aultre que le mont Cenys et le mont Genesvre, pour passer l’armée du Roy, combien que icelluy chemyn fust très difficile, et le feyt scavoir à Monsieur le connestable. » Et plus loin, il fait état à nouveau d’un « chemyn trouvé par le mareschal de Trévolce22 ».

10Le condottiere lui-même, écrit Sanuto le 17 août, vante l’entreprise par lettre :

  • 23 Marino Sanuto, I Diarii, XX, col. 528.

« Nos ennemis pensaient aux autres passages, et jamais ils ne se sont aperçus de celui-là, ni de notre venue ; il leur est apparu étrange aujourd’hui qu’ils l’ont compris et il semble qu’ils ne savent pas que décider leur paraissant cela une chose au dépourvu ; de sorte qu’avec la grâce de Dieu, j’ai eu l’honneur de ce que j’ai proposé23. »

  • 24 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fos 150-151.

11Assertion téméraire, si elle n’était pas vraie, car elle soustrairait au roi la gloire du stratagème. Pourtant elle est vraie. Le maréchal est le seul en mesure de mettre en œuvre ce plan, grâce aux rapports familiaux au-delà des montagnes : « Il envoya secrètement un de ses serviteurs avec la complicité et le moyen de sieur de Centallo son gendre avant de voir le col de la route de l’Argentière par laquelle on passe outre montagne et Rocca Sparviera, puis dans la plaine », ainsi Rebucco, témoin oculaire, « et ne se fiant pas de ce serviteur et pour plus de sécurité, il envoya une autre fois avec un bombardier qui allèrent et revinrent et en ont référé24 ».

12Au lendemain, de la victoire de Marignan, Milan ouvre ses portes, le 17 septembre 1515. François Ier fait son entrée solennelle le 11 octobre, le 3 décembre, il part pour Bologne pour rencontrer Léon x, il revient le 21, se dirige en France le 8 janvier 1516. Il ne reviendra en Lombardie que près de neuf ans après, en octobre 1524, pour conduire une nouvelle campagne. Un éloignement décisif pour les sorts du chef de la faction guelfe milanaise : lors de son départ, le rôle de conseiller royal de Trivulce se termine ; il ne lui reste à peine que le rang, comme l’observe de façon hostile l’ex-chancelier ducal Girolamo Morone à Alberto Pio da Carpi, légat de Maximilien Ier à Rome :

  • 25 Girolamo Morone, Lettere ed orazioni latine, « Miscellanea di Storia Italiana », II (1863), p. i-x (...)

«Confugiunt demum et Ioannem Iacobum Trivultium, cui inter tot noviter creatos gallicae nationis marescallos nomen nudum marescalli remanet sine ulla potestate et quasi culpam in eum coniicientes, quod in adducendis Gallis laboraverit, oper ab eo quasi debitam reposcunt25

13Charles III de Bourbon reste gouverneur, remplacé ensuite en avril 1516 par Odet de Foix, vicomte de Lautrec. Et avec lui, le vieux maréchal n’aura pas des rapports faciles. Une dernière période favorable, entre juin et décembre 1517, grâce à l’absence de Lautrec à Milan ; puis le déclin, d’abord lent, puis inexorable.

La disgrâce et le voyage en France

  • 26 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 20 octobre 1518.
  • 27 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 26 octobre 1518.
  • 28 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 148.
  • 29 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 30 octobre 1518.

14Le 20 octobre 1518, le maréchal s’étant rendu en France auprès de Louise de Savoie, mère de François Ier, pour essayer de redresser sa situation, n’est pas reçu, on lui dit « qu’il aille quand même parler au roi et que cette réponse est un mauvais signe pour lui26 ». Le 26 il s’épanche auprès du roi « des injures, qu’il prétend lui ont été faites », toutefois le souverain « [regrette] qu’il soit allé avec les Suisses et qu’il leur ait conduit le jeune comte de Mesocco, et faite une nouvelle adhérence et ligue ou confirmée avec les Suisses, insistant qu’il doive renoncer à cette adhérence et ligue » ; à ce moment, sont apparus des ambassadeurs de Suisses et de Grisons pour en soutenir la cause, laissant l’impression que Trivulce « ait été la cause de la venue desdits ambassadeurs27 ». De son côté, Sanuto écrit le 27 : « On doute que monsieur Jean-Jacques ne soit pas retenu par le très-chrétien roi de France pour s’être fait canton des Suisses28 » ; Gusperto, le 30 : le roi et le maréchal se sont disputés au sujet de l’alliance avec les Suisses, l’orateur grison a mis en colère le roi qui a menacé le vieillard : « Si je ne regardais pas à votre âge et à vos quelques mérites avec la couronne de France, je vous ferais changer de couleur29. »

  • 30 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 19 novembre 1518.

15Même les comptes rendus des ambassadeurs vénitiens se révèlent oscillants, en général pourtant fiables. Enfin, intervient une dépêche du Mantouan Gusperto, le 19 novembre, pour rétablir un minimum de vérité sur la base du compte rendu d’un certain Benedetto Toso, « présent à la présentation et à toutes les actions de l’illustre sieur Jean-Jacques ». Trivulce avait fait 15 jours d’antichambre sans pouvoir saluer ni la reine mère, Louise de Savoie, ni Claude de France avant d’être admis en présence du roi, « étant sa majesté à une fenêtre » lequel « à la fin voulut l’admettre et raisonner avec lui, lui demandant de l’action et des coutumes du quondam très illustre duc Galéas Sforza, alors duc de Milan, au point qu’il semblait qu’il n’y avait été querelle entre eux. Et, bientôt, arriva la nouvelle de l’adhérence faite par le comte Ludovic Borromée avec les Suisses, ce qui aggravait le cas dudit seigneur Jean-Jacques30 ».

  • 31 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 148-149.

16Les entretiens furent donc au moins au nombre de trois : le premier dans l’embrasure d’une fenêtre ; le deuxième à table ; le troisième avec l’ordre de casser le testament « suisse » ou du moins les clauses les plus indigestes à la France. Le scénario est précis, car il ressort de Sanuto que le 12 octobre l’orateur de Venise, parvenu à Ancenis, « alla auprès de sa majesté, qui était à une fenêtre avec monsieur Jean-Jacques Trivulce31 ». Rebucco aussi, complaisant comme peut l’être un « domestique » mais précis comme l’est un témoin, reconstruit les rencontres avec le roi :

  • 32 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fos 174-175.

« Après dîner sa majesté se leva de table et alla avec Trivulce à une grande fenêtre qui était dans cette salle : et face à face fit un très long raisonnement avec sa majesté laquelle parfois se montrait troublée parfois gaie, fini le raisonnement Trivulce s’en alla32. »

  • 33 Centre historique des Archives nationales, Paris, Trésor des Chartes et Collections d’Actes Royaux (...)
  • 34 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 7 décembre 1518.
  • 35 ASF, S, OP, C, R, fil. 17, fos 395-396 vo. Lodovico de Alamanni aux Otto di Pratica, Milan, 7 déce (...)
  • 36 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 9 décembre 1518.
  • 37 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 259.

17Le 27 novembre, le maréchal rédige enfin un « codicille » au testament33. Gusperto écrit le 7 décembre que le vieillard « est gravement malade et en danger de mort » et que le roi « l’envoie visiter, le réconforter lui assurant que sa majesté voulait que le comte de Mesocco, son neveu, lui succéda dans tous les biens34 ». Selon Alamanni, les Trivulce ont montré des lettres de Paris « qui disent que le roi lui a rendu sa bonne grâce et que si Dieu le libère du mal il sera bientôt de retour ». L’existence de messages du 26 novembre, la veille de la dictée du nouveau testament, ont peu de chances d’être une coïncidence35. Gusperto écrit encore le 9 que les médecins « ont déclaré que son infirmité est due à la vieillesse et au mécontentement et qu’il était très rétif à la révocation du testament et les legs étaient faits36 ». À Venise, les nouvelles du 26 novembre arrivent le 11 décembre à Sanuto : « Le sieur Jean-Jacques, qui est malade à Chartres a fait son testament : il fait de certains cantons Suisses ses commissaires, et doit recevoir 150 000 ducats du roi très-chrétien, au cas où celui-ci voudrait lui enlever Vigevano37. »

Les coulisses d’une sortie de scène

  • 38 Y. D. [Y. Delaporte], L’épitaphe de Jean-Jacques Trivulce, « Mémoires de la Société Archéologique (...)
  • 39 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fo 178.
  • 40 Pietro Martire d’Anghiera, Opus Epistolarum, op. cit., p. 349.

18Tandis que les dépêches, les informations, les délations se succèdent, Jean-Jacques Trivulce est déjà mort à Chartres, le dimanche 5 décembre 151838. « Cecidit columna Galie », commente, pour Rebucco, « un doyen de l’église de Chartres, âgé de quatre-vingts ans » : « la colonne de France est morte39 ». D’Anghiera, qui lui est hostile, écrit comme épitaphe : « Hic est ordo fatorum, ut qui vitam agunt in humani generis perturbationem, turbati & ipsi moriantur40. » D’autres encore se chargent d’illustrer les motifs de la disgrâce d’un tel homme auquel il faut attribuer sept décisions-clef de la campagne de 1515 : la conduite de l’entreprise ; le choix du col ; le conseil de ne pas se battre en montagne ; la tentative d’accord pour entrer en ville ; l’ordre de garder les rangs compacts sur le champ ; l’attitude prudente à la veille de la bataille ; la suggestion de ne pas humilier l’ennemi vaincu. Des interventions pour lesquelles on peut lui reconnaître un rôle décisif quoique circonscrit de conseiller de François Ier.

19Pourquoi cette disgrâce ? Italiens et Français, chacun a sa réponse. Le 30 octobre 1518, de Alamanni révèle le thème principal du différend avec les Français :

« S’étant écoulés beaucoup de mois après que le sieur Jean-Jacques devint bourgeois des Suisses… ils ont eu le temps de discuter et de bien l’examiner l’importance qu’avait cette chose… et ils l’ont dissimulé et occulté jusqu’à ce qu’il a été en France [ ; si] le roi permettait que ses sujets deviennent Suisses ce serait trop de préjudice à la dignité et à l’état de sa majesté car ils seraient nombreux à suivre l’exemple du sieur Jean-Jacques. »

  • 41 ASF, S, OP, C, R, fil. 17, fos 389-390 vo. Lodovico de Alamanni aux Otto di Pratica, Milan, 30 oct (...)

20Déjà le comte Ludovic Borromée, indigné de l’impunité d’Alberico Barbiano di Belgioioso, lequel le 27 juin avait tué son fils Luigi, s’était mis « sous la protection des Suisses et était devenu un de leurs hommes », au grand dam du roi de France, étant le comté « grand et autour du lac Majeur à la frontière des Suisses », où les Français « leur pourront facilement peu nuire41 ».

  • 42 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 2 décembre 1518.

21L’orateur mantouan Gusperto remarque ensuite, en décembre, que Lautrec demande au roi ce qu’il peut faire « contre le comte Ludovic Borromée », tandis que d’aucuns soutiennent que le cas même de Trivulce en serait aggravé car il est « imputé d’avoir donné principe et forme à ces ligues et adhésions de Suisses42 ». Outre le fait en soi, les circonstances du moment pèsent. Malgré la paix de Fribourg entre la France et la Confédération (29 novembre 1516), il semble que les Suisses n’entendent pas renoncer à l’annexion des terres royales jusqu’à Chiasso, Mendrisio, Brissago et au-delà. Une offensive intolérable pour la France, comme les ligues et combourgeoisies visant à établir un « protectorat » suisse sur le Milanais, ce qui est le cas justement des fiefs Trivulce et Borromée.

  • 43 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 217-218.
  • 44 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano, op. cit., p. 10.

22Sur ce différend à caractère territorial étranger, se greffe un différend interne non moins néfaste pour Trivulce. Le chroniqueur Antonio Grumello écrit : « Il y eut une divergence entre le gascon Lautrec, gouverneur de l’état de Milan, et Jean-Jacques Trivulce, grand maréchal de France, visant ce Lautrec à lui enlever son château de Vigevano43. » L’ambassadeur vénitien Gianiacopo Caroldo est du même avis : « comme monseigneur Bourbon honorait le sieur Jean-Jacques comme père, ainsi monseigneur de Lautrec faisait le contraire le déshonorant et essayant par tous moyens de l’abaisser », de sorte que le maréchal, qui était « très fougueux et coléreux, supportait difficilement les mauvais traitements des Français et s’en plaignait », surtout que « monseigneur de Lautrec prétendait avoir en don Vigevano après sa mort ». Les accusations pleuvaient, « cela le faisait déraisonner et le mettait au désespoir ». Il s’était donc rallié aux Suisses « pour maintenir l’état, après sa mort, à son neveu44 ».

  • 45 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 288.
  • 46 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.
  • 47 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.
  • 48 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.
  • 49 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 18 janvier 1519.
  • 50 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 390-391.

23L’inimitié de Lautrec était tenace : après le décès de Trivulce, il n’adresse ses condoléances que « parce qu’il en a reçu l’ordre du très-chrétien roi », écrit Sanuto45 ; en vue des funérailles « on dit qu’à ce moment, ledit Lautrec sera malade » prévoit sardoniquement Gusperto46, qui observe que le gouverneur s’en est allé « à Gambalo, faire voler », à la chasse au faucon47. Il ajoute que Lautrec est parti « pour ne pas se retrouver aux obsèques du quondam illustre seigneur Jean-Jacques », et Teodoro Trivulce est certain qu’il reviendra parce que le roi « lui ordonne qu’il intervienne » et différera les « obsèques afin qu’il puisse y être présent48 ». Lorsque la mère de Lautrec décède, celui-ci n’entend pas « prendre le deuil pour ne pas sembler que ce soit pour ledit seigneur Jean-Jacques49 » et, au contraire, aux funérailles du maréchal, Sanuto observe le 24 janvier 1519, que l’on voit « monseigneur de Lautrec… vêtu de tanné comme d’habitude50 ».

  • 51 Jean Barrillon, Journal de Jean Barrillon secrétaire du chancelier Duprat 1515-1521 – Tome second,(...)
  • 52 Brantôme, Œuvres complètes – Tome deuxième, L. Lalanne (éd.), Paris, Renouard, MDCCCLXVI, p. 221-22 (...)
  • 53 Delle Lettere di Principi, op. cit., p. 50-52, ici p. 52.

24Selon les Français, il y a aussi d’autres motifs qui expliquent la disgrâce. Selon Barrillon « veint messire Jehan-Jacques de Trévolse, mareschal de France, duquel le Roy estoit mal content parceque on avoit dict audict seigneur que ledict Trévolse, sans le consentement d’icelluy seigneur, s’estoit rendu bourgeois de Suisse51 ». Brantôme note la « suscitation de M. de Lautreq, qui luy porta de l’envie » et révèle un complot – « M. de Lautreq fust cause de sa deffaveur, comme j’ay dict, par le moyen de madame de ChasteauBriand, sa sœur, que le roy aymoit » – tramé grâce à la sœur Françoise de Foix, comtesse de Châteaubriant, maîtresse « en titre » de François Ier52. Trivulce en était convaincu, au point de prononcer des mots téméraires référés fin novembre 1518 par le cardinal Dovizi : « Il dit que si Milan avait fait Moian, peut-être Chasteau-Briand déferait Milan ; voulant déduire que Lautrec avait la faveur grâce à sa sœur ; et, encore, Moian est un beau palais en France, fait par le quondam cardinal de Rohan, à l’époque où il gouvernait le monde, d’où la devise ici, qui vit toujours, que Milan avait fait Moian ; en voulant charger le cardinal qu’avec l’argent tiré de Milan etc.53. »

  • 54 François de Mezeray, Histoire de France, op. cit., p. 396.
  • 55 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano, op. cit., p. 10.

25Un ennemi inattendu du maréchal est la mère de François Ier, Louise de Savoie, ainsi que le signale de Mezeray : « Jean Jacques Triuulce n’eut point part à cette tranquillité de l’Europe, il trouva que la mere du Roy luy auoit suscité vne cruelle guerre à la Cour : en telle façon qu’ayant esté rudoyé de paroles par le ieune Roy, il ne pût supporter cette outrageuse disgrace, et mourut de desplaisir à Chastres sous Montlehery (sic), mal recompensé de ses seruices54. » Motif ? Pour Caroldo, le maréchal « n’était pas aimé de François Ier comme du roi Louis. On dit que la cause en est que, du vivant du roi Louis, il lui envoya autant de remèdes qu’il pouvait avoir pour rendre sa femme enceinte55 ». Jean-Jacques Trivulce aurait, en somme, essayé de faire avoir un héritier au roi en excluant le cousin François d’Angoulême de la succession et privant ainsi sa mère d’un énorme pouvoir… Les raisons de la disgrâce du vieux condottiere sont donc multiples et concomitantes. Disgrâce que le fastueux enterrement consenti à Milan s’efforce d’atténuer peut-être seulement pour ne pas s’aliéner la faveur de la faction guelfe dans une ville assujettie, mais loin d’être soumise.

Notes

1 Vincenzo Forcella, Iscrizioni delle chiese e degli altri edifici di Milano dal secolo VIII ai giorni nostri – vol. I, Milano, Bortolotti, 1889, p. 419.

2 Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, F. Stefani et al. (éd.), Venise, Stabilimento Visentini, 1879-1903, 58 vol., t. XXVI, col. 390-391.

3 Archivio di Stato, Milano, Carteggio Visconteo-Sforzesco, Carteggio estero alias Potenze estere (désormais asm, cvs/cs, ce), Roma, b. 134. Dépêche à Massimiliano Maria Sforza, Asti, 15 janvier 1515.

4 Archivio di Stato, Mantova, Gonzaga (désormais ASMN, G), b. 633, fasc. IV, n. 265. Dépêche à Gian Francesco II Gonzaga, Paris, 2 janvier 1515.

5 Carlo Rosmini, Dell’istoria intorno alle militari imprese e alla vita di Gian-Jacopo Trivulzio detto il Magno, Milano, Giuseppe Destefanis, 1815, vol. 2 ; Marcelle Klein, Die Beziehungen des Marschalls Gian Giacomo Trivulzio zu den Eidgenossen und Bündnern (1480-1518), Zürich, Gebr. Leemann & Co., 1939 ; Letizia Arcangeli, Gian Giacomo Trivulzio marchese di Vigevano e il governo francese nello stato di Milano (1499-1518), dans Vigevano e i territori circostanti alla fine del Medioevo, coord. par Giorgio Chittolini, Milano, Unicopli, 1997, p. 15-80.

6 Antonio Grumello, Cronaca di Antonio Grumello, Milano, Francesco Colombo, 1856, p. 194.

7 Archivio di Stato, Firenze, Signori, Dieci di Balìa e Otto di Pratica, Legazioni, commissarie, missive e responsive (désormais ASF, S, DBEOP, LCMR), fil. 55, fos 181 vo-182 vo Dépêche aux Otto di Pratica, Paris, 19 janvier 1515.

8 Archivio privato Trivulzio, Milano (désormais apt), cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, fos 147-148.

9 E. Girolamo Cardano, Hieronymi Cardani Medici Mediolanensis Libellus Quintus, De exemplis centum geniturarum, dans id., Hieronymi Cardani Medici Mediolanensis, Libelli Quinq[u] e, Norimbergæ, apud Iohan. Petreium, 1547, cc. 102 vo-182 vo, ici c. 136.

10 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, « Archivio Storico Italiano », III (1842), p. 217-418, ici p. 414.

11 Pietro Martire d’Anghiera, Opus Epistolarum Petri Martyris Anglerii Mediolanensi, Amstelodami, Typis Elzevirianis/Parisiis, Apud Fredericum Leonard, M. DC. LXX, p. 303.

12 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 38-39.

13 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 70-71.

14 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 493-494.

15 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 527-528.

16 Marino Sanuto, I Diarii, XX, coll. 566-567.

17 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, J.-L. Fournel et J. C. Zancarini (éd.), Paris, 1996, II, p. 45.

18 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 334.

19 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 196.

20 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano del secretario Gianiacopo Caroldo 1520, dans Relazioni degli Ambasciatori veneti al Senato – Volume secondo Milano – Urbino, coord. par Arnaldo Segarizzi, Bari, Laterza, 1913, p. 3-29, ici p. 10.

21 François de Mezeray, Histoire de France, tome second, Paris, Mathiev & Pierre Gvillemot, 1646, p. 384.

22 Jean Barrillon, Journal de Jean Barrillon secrétaire du chancelier Duprat 1515-1521 – Tome premier, P. de Vaissière (éd.), Paris, Renouard, 1897, p. 58 et 65-66.

23 Marino Sanuto, I Diarii, XX, col. 528.

24 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fos 150-151.

25 Girolamo Morone, Lettere ed orazioni latine, « Miscellanea di Storia Italiana », II (1863), p. i-xv + 1-853, ici p. 497.

26 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 20 octobre 1518.

27 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 26 octobre 1518.

28 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 148.

29 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 30 octobre 1518.

30 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 19 novembre 1518.

31 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 148-149.

32 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fos 174-175.

33 Centre historique des Archives nationales, Paris, Trésor des Chartes et Collections d’Actes Royaux, Layettes du Trésor des Chartes (désormais CHAN, TCCAR, LTC), cart. J 963, n. 12. Testament, 26 [sic] novembre 1518, copie imprimée : apt, cod. 2.077, autre : Archivio di Stato, Milano, Consiglio degli Orfanotrofie del Pio Albergo Trivulzio, Pio Albergo Trivulzio, Famiglia Trivulzio, Trivulzio Archivio di Milano (désormais ASM, CDOPAT, PAT, FT, TAM), b. 277. Testament de Jean-Jacques Trivulce.

34 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco ii, Milan, 7 décembre 1518.

35 ASF, S, OP, C, R, fil. 17, fos 395-396 vo. Lodovico de Alamanni aux Otto di Pratica, Milan, 7 décembre 1518.

36 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 9 décembre 1518.

37 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 259.

38 Y. D. [Y. Delaporte], L’épitaphe de Jean-Jacques Trivulce, « Mémoires de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir » [Chartres] XX (1954/1957), p. 200-204.

39 APT, cod. 2.135. Giovan Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, op. cit., fo 178.

40 Pietro Martire d’Anghiera, Opus Epistolarum, op. cit., p. 349.

41 ASF, S, OP, C, R, fil. 17, fos 389-390 vo. Lodovico de Alamanni aux Otto di Pratica, Milan, 30 octobre 1518.

42 ASMN, G, b. 1.644. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 2 décembre 1518.

43 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 217-218.

44 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano, op. cit., p. 10.

45 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 288.

46 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.

47 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.

48 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 13 janvier 1519.

49 ASMN, G, b. 1.645. Gusperto à Gian Francesco II, Milan, 18 janvier 1519.

50 Marino Sanuto, I Diarii, XXVI, col. 390-391.

51 Jean Barrillon, Journal de Jean Barrillon secrétaire du chancelier Duprat 1515-1521 – Tome second, P. de Vaissière (éd.), Paris, Renouard, MDCCCXCIX, p. 111.

52 Brantôme, Œuvres complètes – Tome deuxième, L. Lalanne (éd.), Paris, Renouard, MDCCCLXVI, p. 221-222.

53 Delle Lettere di Principi, op. cit., p. 50-52, ici p. 52.

54 François de Mezeray, Histoire de France, op. cit., p. 396.

55 Gianiacopo Caroldo, Relazione del Ducato di Milano, op. cit., p. 10.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540