Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conseillers de François Ier

 | 
Cédric Michon

Conseils et conseillers sous François Ier1

Cédric Michon

Texte intégral

Introduction. Difficulté d’une histoire des Conseils

  • 1 Cette introduction est le résultat d’un travail collectif et de discussions approfondies avec l’en (...)
  • 2 Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Pari (...)
  • 3 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France : State Power and Provincial Ar (...)

1Dans le prolongement de deux historiographies, ce livre voudrait participer à l’ouverture d’un champ de recherche un peu négligé. La première historiographie, est celle de la genèse de l’État moderne. Depuis une trentaine d’années, il y a d’abord eu les analyses capitales portant sur la « construction de l’État » réalisées dans le cadre de programmes de recherches organisés par le CNRS et la Fondation européenne de la Science. Dans cette dynamique, Jean-Philippe Genet s’est intéressé à la notion complexe de « société politique » et a notamment montré que la vitalité de cette dernière était une condition sine qua non de l’affirmation de l’État moderne qui a besoin de la participation active des couches possédantes, seules susceptibles de financer son action, et avec lesquelles il entretient un dialogue essentiel à sa stabilité2. De leur côté, William Beik et Michaël Braddick ont cherché à nuancer la dimension volontariste des évolutions en s’efforçant de montrer que l’évolution de l’État reflétait les intérêts communs de la couronne et des élites locales3. Ils ont mis l’accent sur la « formation » de l’État plutôt que sur sa « construction ». Dans cette perspective, les conseillers constituent une entrée réflexive très précieuse et permettent de prolonger la réflexion sur la société politique et sa collaboration avec le pouvoir royal.

  • 4 Parmi de très nombreux travaux, on peut retenir les ouvrages dirigés par Arthur G. Dickens (The Co (...)

2La deuxième historiographie est celle de la cour, qui, comme objet historiographique, est sortie d’un long purgatoire depuis, là encore, une trentaine d’années. Alors que les études se sont longtemps limitées aux aspects culturels ou anecdotiques, les travaux sur la cour comme centre politique se sont multipliés depuis les années 1970. En effet, étant donné la confusion entre le public et le privé, entre le personnel et le social dans la personne du monarque, le lieu où il vit et gouverne ne peut qu’être un lieu essentiel de la vie du pouvoir. C’est la prise de conscience de cette réalité qui explique la revalorisation du rôle politique de la cour depuis trente ans4.

  • 5 Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, notamment le chapitre viii « L’entourage royal » (p (...)
  • 6 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondements du pouvoir royal en France au M (...)
  • 7 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre ii, « Le roi en son Cons (...)
  • 8 Olivier Canteaut, Philippe V et son Conseil : le gouvernement royal de 1316 à 1322, thèse de l’Éco (...)
  • 9 Raymond Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1 (...)
  • 10 Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 688-712 (« chapitre xxix. Les conseillers de Charles (...)
  • 11 Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historiqu (...)
  • 12 Roland Mousnier (et collab.), Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution, Paris, 1970. Voir au (...)
  • 13 Roseline Claerr et Olivier Poncet (éd.), La prise de décision en France (1525-1559), Paris, 2008.
  • 14 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2000.
  • 15 Michel Antoine, Le Conseil du roi sous Louis XV, Genève, 2010 [1970].

3Pour autant, ce livre part du constat qu’au cours de la première modernité, si la cour est le centre du pouvoir politique, le Conseil du roi reste le principal organe de gouvernement et l’influence des grands officiers par exemple dépend très largement de leur présence ou non en son sein. Or les études sur les Conseils et les conseillers de la première modernité française sont rares. De ce point de vue, il y a une vraie différence entre les historiens du Moyen Âge et ceux de la première modernité. Pour la période du XIIe au XVe siècle, en effet, on peut s’appuyer, pour le règne de Louis VI, sur les travaux d’Eric Bournazel5 ; pour celui de Philippe Auguste, sur les travaux de John Baldwin6 ; pour celui de Philippe le Bel sur les travaux de Jean Favier7 ; pour celui de Philippe V sur les travaux d’Olivier Canteaut8 ; pour celui de Philippe VI sur les travaux de Raymond Cazelles9 ; pour celui de Charles V sur les travaux de Françoise Autrand10. Les conseillers de Charles VII et Louis XI ont fait l’objet de deux gros articles de Pierre-Roger Gaussin (en 1982 et 1985)11. Les conseillers de Charles VIII et Louis XII ont fait l’objet de l’énorme thèse de Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du roi, soutenue en 1972 et publiée par l’Atelier de reproduction des thèses de l’université de Lille III, en 1980. Le livre de Roland Mousnier sur Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution propose un survol de l’histoire de l’institution et de ses membres à l’époque moderne12. Pour le règne de François Ier, on ne dispose sur le Conseil que des quelques dizaines de pages de la thèse de Francis Decrue, De consilio regis qui date de 1885, et, fort heureusement, de La prise de décision en France (1525-1559)13. Pour la seconde moitié du siècle, même s’ils ne sont pas centrés sur le Conseil en tant que tel, on dispose des travaux de Nicolas Le Roux14. Pour les siècles suivants il faut attendre le XVIIIe et la figure imposante de Michel Antoine15. La plupart des biographies consacrées aux rois de France de François Ier à Louis XVI ne réservent que de courtes sections au Conseil, ce qui constitue une vraie différence par rapport à celles consacrées à leurs prédécesseurs.

  • 16 On signalera par exemple Dale Hoak, The King’s Council in the Reign of Edward VI, Cambridge 2008 [ (...)
  • 17 Alain Marchandisse (éd.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Droz, 2003  (...)

4Pour les contemporains de François Ier, la situation est nettement plus brillante. Comme la plupart des aspects du gouvernement des Tudors, le Conseil a été le sujet en Angleterre d’importantes recherches ces soixante dernières années16. Pour l’Espagne, le troisième volume de la somme collective consacrée par José Martinez Millan à La corte de Carlos V, troisième volume intitulé Los consejos y los consejeros de Carlos V constitue un dictionnaire de 500 pages des conseillers de Charles Quint en Espagne. Centrés sur l’Europe du Nord-Ouest, plusieurs ouvrages collectifs abordent également la question17.

  • 18 Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, Lil (...)

5En s’intéressant aux principaux conseillers de François Ier, ce livre souhaiterait donc combler un vide et apporter, à travers le cas français, des éléments permettant de mieux comprendre les modes de fonctionnement de l’État moderne dans la France de la Renaissance aussi bien dans sa dimension sociale, que culturelle et politique. Son objet paraît évident à première vue. C’est pourtant loin d’être le cas. Il convient d’abord de ne pas confondre les Conseils et les conseillers. Le Conseil du roi est à l’époque une réalité complexe et multiple. Il n’y a peut-être qu’un seul Conseil comme le rappelle Michel Antoine, mais ses incarnations sont nombreuses, à tel point que ceux qui portent, ou au moins revendiquent, le nom de conseiller sont nombreux, des membres du Conseil privé du souverain aux conseillers au Parlement, en passant par les membres du Grand Conseil. L’approche privilégiée dans ce livre est une approche politique : la vingtaine d’auteurs qui ont participé à ce projet se sont efforcés de circonscrire la liste des hommes et des quelques femmes qui ont participé au gouvernement du royaume au cours du règne de François Ier. Ont donc été éliminés tous ceux qui portent le titre de conseiller mais qui ne se sont jamais rendus au Conseil. Mikhael Harsgor évoque « l’immense nombre de ces conseillers du roi qui ne sont pas du Conseil, si ce n’est d’un gigantesque et mystique Conseil comprenant tous les fidèles gens de bien du royaume ; pour ceux-ci la fidélité affichée dans leur beau titre mensonger, titre accepté par le pouvoir, joue le rôle d’un symbole d’estime et d’honneur. C’est un hommage que la société rend à l’institution suprême de la monarchie, et à son personnel18 ». Ces hommes qui n’ont de conseillers que le titre ont été laissés de côté. À l’inverse, d’autres, rarement mentionnés au Conseil, mais manifestement influents durant une courte période ou sur certaines affaires, ont été retenus (Jean-Jacques Trivulce, Jean de Brinon, Philibert Babou par exemple). Le même traitement a été réservé à ceux que François Nawrocki appelle les « antichambres de la décision » (la duchesse d’Étampes, le cardinal de Meudon, Marguerite de Navarre par exemple) qui, sans participer véritablement au Conseil, ou alors de manière tout à fait exceptionnelle, peuvent peser sur certaines décisions, soit par le contrôle qu’ils exercent sur certains conseillers, soit par les relations privilégiées qui les lient au roi. Restaient les nombreux conseillers clé de François Ier qui aujourd’hui encore sont méconnus des historiens, alors qu’ils sont abondamment évoqués par les contemporains, qu’ils soient mémorialistes ou ambassadeurs du roi d’Angleterre, de l’empereur, du pape, des ducs de Ferrare ou de Mantoue ou encore de la république de Venise. Nombreux sont en effet les conseillers de François Ier à n’être connus que par des vieilles publications ou des thèses inédites lorsqu’ils ne sont pas toujours en attente de leur historien. C’est ce patchwork historiographique que ce livre voudrait unifier.

6La présente introduction vise un triple objectif. D’abord, présenter le Conseil dans son principe et ses expressions diverses avant François Ier. Ensuite, analyser en détail le Conseil de François Ier. Enfin, esquisser le profil de ses membres.

Histoire, réalités et principes du Conseil du Roi

Le Conseil sous les Capétiens et les premiers Valois

De la Curia regis aux organes de gouvernement : le lent dégagement du Conseil de la Curia regis

  • 19 Sur la genèse administrative de l’État monarchique et l’apparition des subdivisions successives de (...)
  • 20 Pere Molas Ribalta, « L’impact des institutions centrales » dans Les élites du pouvoir et la const (...)

7Le Conseil est une émanation de la Curia regis. Cette dernière, aux premiers temps capétiens, groupe les vassaux et les clercs qui assistent le souverain et remplissent auprès de lui le devoir de conseil. La Curia regis peut-être définie comme le Conseil et l’organe des décisions politiques, judiciaires, financières et administratives. Elle ne doit pas être confondue avec la « cour du roi » telle qu’on l’entend à partir du XVIe siècle, cette dernière correspondant davantage à l’Hôtel du roi d’alors (avec d’importantes modifications et une considérable extension, bien entendu)19. Présent dans son principe et même, d’une certaine manière, dans les faits, dès les débuts de la Curia regis, le Conseil tel qu’on l’entend au XVIe siècle met plusieurs siècles à se dégager de cette dernière, tout comme le Parlement qui en était à l’origine la section judiciaire et la Chambre des comptes qui en était la section financière. En effet, en Europe, la plupart des institutions centrales naissent dans les maisons ou à la cour des princes, puis deviennent, par la suite, indépendantes, et quittent la cour20.

8Dès le IXe siècle les mots « aide et conseil » (auxilium et consilium) désignent la collaboration des grands seigneurs au gouvernement royal, collaboration d’ailleurs plus demandée par le pouvoir royal que revendiquée par les grands féodaux, témoin Abbon de Fleury, qui, à la fin du Xe siècle, dénonce les Grands désertant la cour d’Hugues Capet. Il leur rappelle qu’ils lui doivent précisément « aide et conseil » après lui avoir prêté serment :

  • 21 Abbon de Fleury, Canones, cité par Éric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, p. 257 et « La r (...)

« Comme la fonction du roi est de régler les affaires du royaume en son ensemble, comment pourra-t-il pourvoir à de telles tâches, si les évêques et les grands du royaume ne sont pas d’accord avec lui. Comment exercera-t-il sa fonction/ ministerium, si les grands du royaume/ primores regni ne lui fournissent pas, par l’aide et le conseil, l’honneur et le respect qui lui sont dus21 ? »

  • 22 Françoise Autrand, article « Conseil » dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (éd.), (...)
  • 23 François Menant, « La France capétienne de 987 à 1108. L’entourage royal », p. 47-48 dans François (...)
  • 24 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel, Jacqueline Thibaut-Payen, Histoire des institutio (...)
  • 25 Gérard Sivery, Saint Louis et son siècle, Paris, 1999 [1983], p. 23.

9Auxilium et consilium sont deux éléments clé du système féodo-vassalique. Lorsqu’il définit les devoirs du vassal, en 1020, Fulbert évêque de Chartres distingue le service de cour et le service de plaid. Par le premier, il doit, dans le cadre des assemblées de vassaux, conseiller son suzerain dans les décisions politiques. Par le second, il doit siéger à la cour qui juge les litiges de nature féodo-vassalique22. Jusqu’à la fin du XIIe siècle, la Curia regis remplit des fonctions multiples sans que l’on observe pour autant ni régularité dans le rythme de ses réunions ni stabilité dans sa composition. Le processus est le suivant : le roi convoque où il se trouve, les vassaux de son choix, pour consultation sur des questions qu’il a définies. Tout au plus remarque-t-on que les grandes fêtes religieuses (Noël, Pâques, Pentecôte et Toussaint) s’imposent comme les dates privilégiées de ces assemblées qui réunissent aux membres de la famille royale et aux grands officiers quelques grands prélats et barons. Ces réunions débattent des affaires diplomatiques et intérieures (affaires financières, administratives et judiciaires). Pour autant, même si l’on observe au cours du long règne de Philippe Ier (1060-1106) la naissance d’un embryon de cour stable, avec grands officiers, il est clair que les grands vassaux ne sont présents que lors des occasions exceptionnelles, et rarement tous ensemble. La pensée politique de l’époque qui insiste, on l’a vu, sur l’auxilium et consilium, et donc sur l’idée que le roi gouverne avec le conseil des Grands est en décalage avec le fonctionnement réel du pouvoir : les grands officiers et les principaux commensaux du souverain sont issus essentiellement de l’aristocratie châtelaine d’Île-de-France voire de simples lignages de chevaliers23. À partir du milieu du XIIe siècle, dans le cadre de la lutte contre les Plantagenets, le roi réunit les barons qui lui sont fidèles, dans de grandes assemblées. En s’appuyant sur le devoir de conseil issu du droit féodal, il leur demande à la fois de prendre part aux grandes décisions militaires et de rendre justice dans les litiges de nature féodale qui mettent en cause de grands vassaux du roi, comme dans le cas de la commise des fiefs de Jean sans Terre en 1202. C’est à ce moment-là, vers 1150 donc, que naît véritablement le Conseil comme institution distincte et autonome avec l’émergence d’un consilium nostrum. On se dégage alors de plus en plus nettement des réunions informelles de la familia pour voir apparaître une entité distincte qui apparaît comme telle dans les actes royaux24. Dès Louis VI le Gros au début du siècle, puis à partir de Suger donc, et plus encore à partir de Philippe Auguste, la tendance est à écarter les plus puissants des nobles de la Curia regis, même si la royauté a bien conscience que son intérêt n’est pas de les éliminer totalement, mais plutôt de maintenir un réseau de fidélités hors du Domaine, avec une préférence pour les féodaux de niveau moyen et une défiance envers les tenants des très grands fiefs25.

  • 26 « Il est aussi important de remarquer l’amorce d’un changement de taille dans la composition du Co (...)
  • 27 Parmi de multiples exemples, on retiendra celui de Bureau de La Rivière, premier chambellan de Cha (...)
  • 28 De surcroît, jusqu’en 1673, des présidents du Parlement siègent à l’occasion au Conseil du roi, ta (...)

10On assiste au cours du XIIIe siècle à d’importantes mutations. En effet, devant la technicité croissante des problèmes de plus en plus nombreux soumis à la Curia regis, les féodaux manquent à la fois de la compétence et du goût pour traiter des dossiers qui leurs sont soumis. Le roi va donc progressivement limiter leur convocation à de grandes assemblées exceptionnelles au cours desquelles sont abordés des problèmes qui concernent le royaume dans son ensemble (notamment l’essor de l’impôt extraordinaire) et sur lesquels le souverain désire obtenir l’assentiment de la société politique à la tête de laquelle il se trouve. C’est de cette pratique que naissent, au début du XIVe siècle, les états généraux, inaugurés par Philippe le Bel en 1302 à l’occasion de son différend avec Boniface VIII. Toutefois, cela ne règle pas le problème de la gestion quotidienne des affaires de l’État pour laquelle le souverain s’appuie de plus en plus sur un personnel technique de juristes qui s’impose, à partir des années 1250 comme le noyau stable et effectif de la Curia regis nouvelle manière, aux sessions de plus en plus nombreuses et de plus en plus longues de laquelle ils assistent avec la plus grande régularité26. À partir du milieu du XIIIe siècle, donc, est en place une double composante dynamique du Conseil composée d’héritiers d’une part et de parvenus compétents d’autre part. La triple fonction de la Curia regis autour des activités de justice, de finance et de conseil aboutit ainsi au milieu de XIIIe siècle à la subdivision de la Curia regis en Curia in parlamento, Curia in compotis et Curia in consilio. Naissent alors le Parlement, la Chambre des comptes et le Conseil nouvelle manière. Cela implique une séparation entre l’administration de l’État, qui est confiée au chancelier, au Conseil, au Parlement et à la Chambre des comptes, et le service domestique du roi, qui relève de l’Hôtel. Dans la pratique toutefois, le même personnel peut appartenir à l’Hôtel en même temps qu’au Conseil27. Au niveau de l’administration, une différence de fond réside dans le fait que le Conseil reste itinérant à la suite du roi tandis que le Parlement et la Chambre des comptes se sédentarisent à Paris. Pour autant, il subsiste des traces de l’origine commune du Conseil du roi, du Parlement et de la Chambre des comptes. Ainsi, le titre officiel des magistrats du Parlement reste celui de « conseiller du roi en sa cour de Parlement ». Le Parlement revendique d’ailleurs toujours un droit de conseil, et tente régulièrement sa chance, notamment en période d’affaiblissement de la monarchie28. Enfin il arrive même, au cours des lits de justice, que se reconstitue une forme ancienne de la Curia regis : la venue du roi a en effet pour conséquence de suspendre la délégation d’autorité judiciaire ordinairement dévolue au Parlement.

Un Conseil ou des Conseils ?

  • 29 Noël Valois, « Étude historique sur le Conseil du roi », dans Inventaire des arrêts du Conseil d’É (...)

11D’entrée de jeu, la Curia in consilio issue de la Curia regis connaît des expressions variées en fonction de sa composition et de son ampleur. En formation plénière, on parle, avec Philippe de Beaumanoir (1250-1296), de « Grand Conseil ». En formation plus restreinte, de « Conseil étroit » en 1316, puis de « Conseil secret » à la fin du règne de Philippe VI. Dans sa dimension efficiente, il comporte rarement plus de 20 conseillers. Échappant à tout cadre formel, son étude est rendue d’autant plus difficile qu’il laisse peu ou pas d’archives. D’entrée de jeu, il relève, par essence, des registres consultatif et exécutif. On observe la formation progressive, du XIVe au XVIe siècle, d’un Conseil intime appelé à délibérer sur les affaires d’État les plus importantes. De bonne heure, la confiance plus grande que le Roi témoigne à quelques-uns se traduit par un titre spécial. Ainsi, les conseillers les plus intimes de Jean le Bon se qualifient, vers 1356, de conseillers du Grand et Secret Conseil. Grand et Étroit Conseil a peut-être, quelques années plus tard, une signification semblable. Au début du XVe siècle, la réunion des conseillers les plus intimes, proches parents, ministres ou familiers du Roi est appelée le principal Conseil, le plus spécial Conseil du Roy, et ces expressions, employées par Froissart ou d’Escouchy, ont des équivalents dans les chartes (Secretius, Superius, Majus Consilium)29.

  • 30 Noël Valois, op. cit., p. xxxix.

12En 1436, Charles VII fait un choix parmi les membres de son Grand Conseil ; il décerne à plusieurs d’entre eux (par exemple à Prégent de Coëtivy) le titre de « conseillers especiaulx » et les désigne « pour conduire, conseiller et adrecier ses plus haulz et grans afaires », pour « besoigner continuelment auprès de sa personne, tant en la compagnie des princes du sang qu’autrement ». D’ailleurs, sous le règne de Charles VII et aussi sous celui de Louis XI, les protocoles nous apprennent à distinguer deux classes de conseillers du Roi : les simples « conseillers » admis aux « Conseilz et affaires » et les « conseillers du Grand Conseil » appelés aux « plus grans Conseils et besoignes », ces derniers probablement seuls initiés aux secrets de la politique30.

13Un état de l’Hôtel du Roi, que l’on peut rapporter vraisemblablement aux dernières années du règne de Louis XI, oppose au Conseil des choses communes celui des choses especiales :

  • 31 Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de F (...)

« Item est a scavoir quil y a le Conseil des choses communes, le Conseil des choses especiales et Conseil du fait de la justice.
Item et au regard du Conseil de la justice, le chancelier et ceux du Grand Conseil nen doivent point entreprendre la cognoissance, mais la doivent renvoyer aux juges ordinaires, sinon que ce soit dun grand cas de enormité qui requierre prompte provision ou que le roy leur commette la dicte matiere par sa commission pour grandes et urgentes causes et non autrement.
Item ou Conseil commun la ou viennent les maistres des requestes ordinaires, les conseillers a pention, le grand maistre dostel, le connestable, les mareschaux, le maistre des arbalestriers et ladmiral et deux ou trois secrétaires des plus notables et non plus, les matieres touchant le roy et le bien du royaume et de la chose publique se doivent traitter et illec y estre donne provision selon le bon vouloir du roy ainsi que la matiere le requiert.
Item il y a un autre Conseil particulièrement d’aucunes secretes matières que le prince ne veut pas que guere de gens en ayent cognoissance, et icelles il les peut commettre à telles gens, à telles personnes et à tel nombre que son plaisir est, et ne se doit nul ingerer d’y aller, s’il n’est appelé31. »

  • 32 Philippe Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple. 481-1514, Paris, 2002, (...)

14À la même époque, Robert de Balsac distingue, lui aussi, un Conseil étroit et un Conseil général32. Dans le prolongement de ces distinctions, Claude de Seyssel, dans La Monarchie de France, présente le Conseil idéal comme une réalité déclinable en trois cercles concentriques. En dépit de la dimension théorique de cet écrit, il n’est pas inintéressant de l’évoquer ici car il correspond assez bien à l’esprit du Conseil.

15Soulignant les contraintes contradictoires que représentent la nécessité pour le roi de demander conseil sur des affaires complexes, l’impossibilité dans laquelle il est d’exclure de son Conseil certains individus « pour raison de leur degré, condition ou dignité » et l’exigence du secret pour les affaires de l’État, Claude Seyssel conclut à la nécessité pour le roi de disposer de trois Conseils différents :

« Pour satisfaire à tout, me semble qu’il est requis qu’un Roi et grand Prince ait trois manières de conseil, tout ainsi qu’avait Notre Rédempteur Jésus-Christ […] car il avait premièrement son Grand Conseil qui était de LXXII disciples […]. Son second Conseil était des XII apôtres, auxquels il communiquait ordinairement toutes choses secrètes. Le tiers était de trois desdits XII, à savoir : saint Pierre, saint Jean et saint Jacques, auxquels il communiquait les choses les plus intrinsèques et les plus hauts mystères […]. Et encores, entre Ses trois, y en avait un auquel il révéla plusieurs grands secrets qu’il cela aux autres, à savoir saint Jean l’Évangéliste, quand il reposa sur sa poitrine en la Cène. »

16Claude de Seyssel précise un peu les attributions et la composition des différents Conseils. Il commence par le Conseil élargi qui d’ailleurs est lui-même divisé entre ce que l’on pourrait appeler un « Conseil élargi » et un « Conseil très élargi »

  • 33 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, Jacques Poujol (éd.), Paris, 1961, p. 135.

« le Roi doit les grands et communs affaires du royaume communiquer à un Grand Conseil, assemblé de bons et notables personnages de divers États – tant d’Église que séculiers et tant de robe longue que de robe courte, – à savoir ceux qui sont qualifiés à cause de leur degré, état ou office, comme sont en France les Princes du sang, les Évêques, les Chefs d’office, les Chambellans, les Maîtres des requêtes et Maîtres d’hôtel qui se trouvent en court ; et encores selon l’importance des affaires, y doit l’on appeler des présidents des cours souveraines, des prélats absents et autres notables personnages que l’on sait être sages et expérimentés. Mais cela de convoquer tels personnages absents ne se fait (ni doit faire) guères souvent, pour éviter confusion et dépense ; ains seulement quand il occourt quelque chose qui n’advient pas souvent et est de grande conséquence à tout le royaume, comme d’entreprendre une guerre nouvelle, de faire lois et ordonnances générales concernants la justice ou la police universelle du royaume et autres cas semblables – auxquels cas il est quelquefois expédient d’appeler quelque petit nombre de gens des cités et villes capitales du royaume […]. Et ceci […] est une assemblée casuelle, laquelle ne se doit faire sinon quand les cas le requièrent. Mais celle qui se fait des autres personnages qui se trouvent en Cour dont j’ai parlé se peut appeler le Conseil général ou le Grand Conseil du Prince. Lequel se peut et doit assembler plus souvent, à savoir, en toutes matières de grande importance33 ».

17Il y a donc deux Conseils élargis : un qui réunit largement ceux qui sont présents à la cour et un autre encore plus large qui fait revenir en cour des personnages éloignés pour élargir encore son assise. Ce Conseil élargi s’apparente aux états généraux ou aux assemblées de notables. Il est très rarement convoqué et n’a pas de véritable rôle politique. Il apparaît à l’occasion des crises et le roi l’envisage pour légitimer une politique, notamment fiscale. Ainsi, au moment de la captivité qui suit Pavie, François Ier envoie en France des lettres patentes pour faire couronner roi de France le jeune dauphin François et préconise la réunion d’un « Grand Conseil » au sens de Seyssel. Il écrit :

  • 34 AN, X1A 8612, fo 91 vo-94 vo (publié dans Aimé Champollion-Figeac [éd.], Captivité du roi François (...)

« Voulons et ordonnons que ledict gouvernement et aucthorité de nostredicte dame et mere, tel que dessus, sur nostredict filz aisné, encores qu’il soit roy couronné, et sur chascun de nosdicts autres enfants, dure et continue jusques à ce qu’ils soient en age de pleine puberté et de discretion, selon l’advis de nostredicte dame et mere et du Conseil estroit qui sera autour d’elle pour ce temps […] prians et exhortans nostredicte dame et mere de chose que sçavons certainement luy estre agreable, c’est assavoir : qu’il luy plaise avoir et tenir tousjours autour d’elle et de nostredict fils aisné, après qu’il sera couronné Roy, le conseil des princes, prelatz, chancellier, presidens et autres nos officiers tels qu’elle sçait et dont l’avons advertie, lesquels elle pourra demettre et oster quand bon luy semblera et y en mettre d’autres34. »

18Ce Conseil élargi a donc une fonction légitimante pour une royauté en crise. Il est toutefois important de souligner que François Ier évoque à la fois l’importance de la réunion de ce large Conseil et la liberté de choix absolue dont dispose la régente pour sa composition.

19Mais revenons à Claude de Seyssel. Selon lui, après les Conseils élargis vient un Conseil plus restreint qui

  • 35 Claude de Seyssel, op. cit., p. 137.

« doit être ordinaire et seoir tous les jours quand affaires sont grands et urgents – comme en temps de guerre – ou à tout le moins trois jours de la semaine, encores qu’il n’y eût matière fort précise […] Et ce Conseil doit être établi de gens sages et expérimentés, et surtout qui aient bon zèle au Bien public du Roi et du royaume. Et ne doit-on à l’élection d’iceux avoir regard à hautesse de sang, à office ni dignité, mais tant seulement à la vertu expérience et prudhomie : lesquelles vertus ne naissent pas avec les hommes, mais les faut acquérir par exercitation […]. Et si ne faut pas que le nombre soit excessif ; ains suffit qu’il y ait jusques à X ou XII […]. Et pour garder cet ordre, faut que le Prince et Monarque y ait la superintendance ; ou, pour le décharger (s’il ne peut ou ne veut en avoir le soin si continuellement) est besoin que sous lui y ait un Chef et Président qui soit de telle autorité et prudence que le Roi s’en puisse reposer sur lui : auquel les autres portent révérence, autant ou plus pour sa vertu que pour raison de son office. Et nonpourtant est très requis qu’icelui Roi et Monarque se trouve souvent audit Conseil35 ».

20Ce Conseil opérationnel, on le verra, ressemble à un mélange du Conseil de l’après-midi et de certaines séances du Conseil du matin. En effet, à côté du principal conseiller et de 2 ou 3 autres conseillers, il y a toujours comme un pool d’une petite dizaine de conseillers qui entourent le roi. Mais il est vrai que le Conseil resserré du souverain est organisé autour de quelques individus, comme le préconise Seyssel :

  • 36 Ibid.

« Outre ce Conseil est bien requis que le Prince ait un petit nombre de ceux-mêmes dudit Conseil – jusques à trois ou quatre, ou bien peu plus, entre lesquels le chef et président soit l’un, et les autres soient ceux qu’il répute les plus sages et expérimentés et les plus féables à lui – avec lesquels il communique à part des matières occurentes avant qu’elles soient proposées au Conseil ordinaire […] Et par ainsi est requis, avant que ledit Conseil s’assemble et que le Prince entende et débatte avec ce petit nombre – que l’on peut appeler le Conseil secret – quelle matière l’on doit proposer36. »

21Ce Conseil réduit qui prend les décisions, a toujours intéressé les théoriciens de l’État. Qu’ils le critiquent ou qu’ils le louent, tous ont conscience des qualités spécifiques requises de la part de ses membres, qualités différentes de celles nécessaires à ceux qui participent aux Conseils élargis ou aux Conseils contentieux. Dans un passage au sein duquel il affirme que « dans la monarchie, les ministres ne doivent pas juger », Montesquieu évoque les qualités attendues des conseillers les plus proches du souverain et la nature de leur travail :

  • 37 Montesquieu, De l’Esprit des lois, Paris, 1951, p. 316 (Livre VI, chapitre 6).

« Il y a par la nature des choses, une espèce de contradiction entre le Conseil du monarque et ses tribunaux. Le Conseil des rois doit être composé de peu de personnes, et les tribunaux de judicature en demandent beaucoup. La raison en est que, dans le premier, on doit prendre les affaires avec une certaine passion et les suivre de même ; ce qu’on ne peut guère espérer que de quatre ou cinq hommes qui en font leur affaire. Il faut au contraire des tribunaux de judicature de sang-froid, et à qui toutes les affaires soient en quelque façon indifférentes37. »

22Nous aurons l’occasion de voir dans quelle mesure les préconisations de Claude de Seyssel et les caractéristiques soulignées par Montesquieu correspondent à la réalité du Conseil tel qu’il se pratique sous François Ier. Le Conseil est en effet une réalité diverse, symbolique parfois, très concrète à d’autres moments. Quoi qu’il en soit, il a donné lieu à une littérature théorique abondante.

Du devoir au droit : la place du Conseil chez les penseurs de la fin du Moyen Âge

Fermeture du Conseil et constitution de partis sous les premiers Valois38

  • 38 Boris Bove, Le temps de la Guerre de Cent ans. 1328-1453, Paris, 2010, p. 136-139.

23On a évoqué plus haut comment, dans le contexte de l’essor de l’État administratif, on observe, à partir de la fin du XIIIe siècle, un rétrécissement de l’équipe qui entoure le roi. Parallèlement, la place des grands vassaux recule au profit de celle des techniciens, notamment des juristes et des gens de finance. Ce resserrement du groupe dirigeant s’explique aussi bien par une exigence d’efficacité que par la loyauté de ces techniciens qui doivent leur fortune au roi. Ce phénomène est renforcé par la guerre qui lui donne de surcroît une dimension institutionnelle. En effet, la nécessité pour Philippe VI de négocier l’impôt avec le royaume l’amène à élargir le Conseil en assemblées regroupant des représentants des trois états. En conséquence, on assiste à une dilution du Conseil qui engendre logiquement la constitution dès 1335 d’un Conseil secret restreint qui assume, de fait, la réalité du gouvernement. Pour autant, cette évolution est fort mal acceptée par la société politique, car la coterie au pouvoir tend à confisquer les places. On remarque par exemple sous Philippe VI une domination au Conseil des Bourguignons et des Champenois, au détriment des gens de l’ouest et, tout particulièrement, des Normands qui formaient jusque-là le noyau de l’entourage royal. Progressivement donc, face au parti royal qui promeut une idéologie souverainiste, se mettent en place un ou deux partis d’opposition qui portent quant à eux les couleurs de la réforme. C’est dans ce contexte qu’il faut lire l’enrichissement de la pensée politique qui s’interroge de plus en plus précisément sur les relations entre le roi et son Conseil, sur la question de la maîtrise de sa composition aussi bien que sur celle de savoir dans quelle mesure le roi doit tenir compte des avis de ses conseillers.

Le point de vue des rois de France

  • 39 Sur ces Enseignements, voir Jacques Le Goff, « Les Enseignements à son fils et à sa fille », dans (...)
  • 40 ORF, IV, p. 438. Voir aussi, par exemple, VI, p. 26, 45 et 51 ; VII, p. 518 et 705. Voir Jeannine (...)
  • 41 Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Écriture Sainte, Paris, 1709, livre V, art. I, pr (...)

24Certains rois de France, par des écrits spécifiques ou par des proclamations, ont contribué à la théorisation de la place du Conseil dans la monarchie française. Saint Louis par exemple, dans ses Enseignements à son fils, insiste sur la nécessité pour le roi d’agir par « sages conseils de bonnes gens », fidèle en cela à l’un des thèmes essentiels des « Miroirs des princes » chrétiens dans lesquels il est réaffirmé sans cesse que le roi doit consulter, choisir de bons conseillers et les écouter39. De son côté, Charles V, en 1374, dans le préambule de l’ordonnance sur la majorité des rois de France, souligne l’importance du Conseil en affirmant : « Nous et nos prédécesseurs avons toujours gouverné et gouvernons en tous nos faits par nombre de sages hommes, clercs ou laïques. » Il ne prend aucune décision sans « bonne et mûre délibération40 ». C’est là une constante de la philosophie politique de la monarchie française et Bossuet ne dit pas autre chose qui écrit : « Tout se fait parmy les hommes par l’intelligence et par le conseil […] et le salut se trouve là où il y a beaucoup de conseil41. » Cette idée est très largement répandue et la conviction de Louis XIV, trois siècles plus tard, est d’ailleurs que la présence de conseillers auprès du monarque importe autant à celui-ci qu’à ses sujets. On trouve dans les Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du Dauphin les lignes suivantes :

  • 42 Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du Dauphin, Charles Dreyss (éd.), Paris, 1860, t. I, p. 1 (...)

« Délibérer à loisir sur toutes les choses importantes et prendre conseil de différentes gens, n’est pas, comme les sots se l’imaginent, un témoignage de foiblesse, mais plutôt de prudence et de solidité […]. Les conseils qui nous sont donnés ne nous engagent à les suivre qu’en tant qu’ils nous paroissent raisonnables, et loin de diminuer l’esprit de notre propre capacité, ils la relèvent plus assurément que toute autre chose, parce que tous les gens de bon sens sont d’accord que tout ce qui se fait ou se propose de bon dans l’administration de l’État se doit rapporter principalement au prince et qu’il n’y a rien qui fasse mieux voir son habileté que lorsqu’il bien se faire servir et bien conseiller par ses principaux ministres42. »

25Monthyon, ancien conseiller de Louis XV, dit à peu près la même chose, qui écrit :

  • 43 Auget de Monthyon, Particularités et observations sur les ministres des finances de France les plu (...)

« Non seulement les Conseils ne portent point atteinte à la puissance des rois, mais ils servent à la conserver et empêchent que les ministres ne l’usurpent […]. Par la discussion des affaires dans un Conseil en présence du prince, non seulement le prince, d’après l’opinion qu’il est à portée de former, juge par lui-même les affaires, mais il juge même ses ministres, parce que par cette discussion et par la collision des avis, il a la mesure de leur capacité. En même temps que le Conseil maintient dans les mains du prince la puissance qui lui appartient, il l’augmente, parce qu’il attache aux déterminations de la couronne la considération et la confiance qu’inspirent le résultat d’une mûre délibération et l’opinion d’hommes sages et instruits43. »

  • 44 Analyse allant dans ce sens d’Eric Bournazel (Louis VI le Gros, Paris, 2007, « Délibération et con (...)

26Cet esprit de conseil et de délibération est une composante essentielle des institutions monarchiques françaises. Il est indissociable de l’existence des corps intermédiaires tels qu’ils fonctionnent car alors qui dit corps dit nécessairement délibération44. C’est en tout cas l’esprit qui réside dans les réflexions de bon nombre de ceux qui ont réfléchi à la place du Conseil dans l’économie monarchique à la fin du Moyen Âge. Tous s’accordent sur le caractère impérieux du Conseil.

Entre savoir du prince et nécessité du Conseil chez les penseurs politiques de la fin du Moyen Âge

  • 45 On notera qu’en théorie, tous les sujets sont tenus au devoir de Conseil « qu’ils soient individue (...)
  • 46 Françoise Autrand, article « Conseil » dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (éd.), (...)
  • 47 Ran Halevi (éd.), Le savoir du prince. Du Moyen Âge aux Lumières, Paris, 2002.

27De ce point de vue, l’approche théorique du Conseil est très différente, entre, d’une part, Abbon de Fleury et Fulbert de Chartres, que nous avons déjà mentionnés et qui, pour le premier, admoneste les grands qui désertent la cour d’Hugues Capet et, pour le second, rappelle aux vassaux du roi de France le devoir de conseil, et, d’autre part, Jean Gerson qui insiste, avec la plupart des penseurs politique de la fin de la période médiévale, sur la nécessité pour le roi de prendre conseil45. En effet, alors qu’aux premiers temps de l’ère capétienne, la participation des Grands au Conseil a un pouvoir légitimant sur les décisions du souverain, la consolidation du pouvoir royal rend cette participation politiquement moins précieuse, voire antinomique avec l’affirmation de l’autorité du prince. Plus que jamais donc, le roi de France s’efforce de maîtriser l’entrée à son Conseil, quitte à écarter princes du sang, aristocrates, et même, bientôt, officiers des organes centraux, c’est-à-dire tous ceux qui sont susceptibles, par leur légitimité propre, de faire de l’ombre à son pouvoir. La nouvelle préoccupation des penseurs politique consiste alors au contraire à insister sur l’importance du Conseil en définissant le gouvernement par Conseil comme le gouvernement idéal. À partir de Charles V donc, les théoriciens du Conseil ne mettent plus l’accent sur l’auxilium et consilium. La logique a changé : il ne s’agit plus d’essayer d’attirer les Grands au Conseil, mais plutôt d’essayer de convaincre le roi de s’entourer des meilleurs conseillers possibles, c’est-à-dire de conseillers qui soient sages (savants) et représentatifs. Le Conseil n’est plus pensé comme une émanation de la féodalité et l’accent est plutôt mis sur l’avantage que représente le Conseil pour le roi. Pour Philippe de Beaumanoir (1250-1296) par exemple, les ordonnances royales, pour être reçues dans tout le royaume, doivent être prises par délibération du Conseil46. L’approche qui consiste à mettre l’accent sur le Conseil vient compléter une autre approche, bien connue, qui est celle du savoir du prince47. Cette perspective est ancienne et déjà les clercs carolingiens exigent l’union du pouvoir et de la science, témoin Alcuin s’adressant à Charlemagne :

  • 48 Cité par Jacques Krynen, « Le droit : une exception aux savoirs du Prince », dans Ran Halevi (éd.) (...)

« Heureux peuple, celui qui est régi par un prince savant et pieux, comme on peut le lire dans Platon qui déclare que les royaumes sont heureux lorsque les philosophes, c’est-à-dire les amis de la sagesse, gouvernent, ou bien lorsque les rois s’appliquent à l’étude de la philosophie48. »

28On connaît la postérité de cet éloge du savoir comme dimension essentielle de la puissance, cristallisé dans la formule du Policraticus de Jean de Salisbury (1159) reprise par d’innombrables miroirs des princes :

« Un roi sans instruction est comme un âne couronné (Rex illiteratus est quasi asinus coronatus). » [Policraticus, IV, 6.]

  • 49 Vivat rex !, discours au roi pour la réformation du royaume, 7 novembre 1405, dans Jean Gerson, Mg (...)
  • 50 Ibid.

29Pour autant, les penseurs politiques de la fin du Moyen Âge ne croient manifestement plus à l’idée que le souverain sait gouverner seul. Gerson (1363-1429) s’interroge : « Qu’est-ce que le sens d’un homme seul ? Fais tout par conseil et jamais ne t’en repentiras. » Pour lui, la consultation des représentants des divers états et des divers lieux du royaume est une nécessité, « car un roi sans prudent Conseil est comme une tête sans yeux, sans oreilles et sans nez49 ». De la même manière, Christine de Pizan (1364-1430) voit dans un roi sans Conseil « comme le chef en ung corps, sans yeulx, sans oreillez et sans nez ». La position de Christine de Pizan est toutefois radicalement différente de celle de Gerson. Alors qu’elle tient pour la dimension consultative du Conseil, Gerson affirme lui que « le seigneur ne doit pas seulement lui demander conseil mais le croire et l’exécuter50 ». Alain Chartier (1385-1449) a une position assez proche, qui écrit

« Ung homme seul peut estre roy suz autres mais il ne peult pas regner par ung seul sens. Ce qui a plusieurs touche et appartient doit par plusieurs estre traicté ».

  • 51 Philippe Contamine, op. cit., p. 382.

30Il s’appuie là sur la célèbre formule Quod omnes tangit ab omnibus tractari debet (« ce qui touche tous doit être traité par tous »). On ne sera pas surpris dans ce contexte des critiques formulées à l’encontre de Louis XI, dont le cheval est censé porter, et le chapeau contenir, tout son Conseil51.

31Au XVIe siècle, l’affirmation de la nécessité de l’appel au Conseil est renforcée par l’idée que la consultation du Conseil correspond à l’intérêt bien compris du souverain, sur l’idée donc que le prince peut retirer du Conseil des avantages politiques. En effet, selon certains théoriciens, grâce au Conseil, le roi est en mesure d’imposer des ordres sévères qui passeront d’autant mieux auprès de la société politique ou du royaume en son entier du fait qu’ils auront été éclairés par la réflexion et les conseils de personnages d’autorité. Ces théoriciens reprennent donc à leur compte le pouvoir légitimant du Conseil, qui avait conduit les théoriciens politiques contemporains des carolingiens et des premiers Capétiens à défendre l’idée du devoir de conseil. Ils gauchissent un peu cette approche, en transformant le devoir des vassaux en un intérêt bien compris des rois, comme Jean Bodin dans La République :

  • 52 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Paris, 1986, III, p. 9.

« Car il n’y a rien qui plus autorise les loix, et mandement d’un Prince, d’un peuple, d’une seigneurie, que les faire passer par l’advis d’un sage conseil, d’un Sénat, d’une Cour : comme Charles V, surnommé le Sage, ayant receu les appellations et plaintes de ceux de Guyenne, subjects du Roy d’Angleterre, contrevenant directement au traicté de Bretigni, il assembla tous les Princes en Parlement, disant qu’il les avoit faict venir pour avoir leur advis, et se corriger s’il avoit faict chose qu’il ne deust faire. Car les sujects voyans les edicts et mandements passez contre les resolutions du conseil, sont induits à les mespriser : et du mespris des loix vient le mespris des magistrats, et puis la rebellion ouverte contre les Princes, qui tire apres soy la subversion des estats52. »

32Le pouvoir légitimant du Conseil est indiscutable au cours du règne de François Ier. En effet, on trouve régulièrement trace, dans les mentions hors teneur des actes, de la présence de personnages comme le duc de Vendôme, le duc de Lorraine, le duc de Gueldres, le connétable de Bourbon, le comte de Vaudémont et, dans un autre registre, des présidents au Parlement dont il est manifeste qu’ils n’ont aucune influence politique ou en tout cas, pas d’influence majeure. Leur présence au Conseil s’explique manifestement par la volonté royale de légitimer ses décisions par le prestige d’illustres signatures.

33Si le Conseil est indispensable par son pouvoir légitimant, il l’est aussi par la complexité des affaires à traiter que le roi ne peut maîtriser seul. Il doit donc s’entourer de conseillers compétents. Car dire que le prince a besoin d’un Conseil n’est que la première étape de la réflexion. Il faut ensuite réfléchir à la manière de peupler le Conseil. Claude de Seyssel met en garde contre la difficulté de gestion des affaires, embrassant en une seule mise en garde le roi et ses conseillers :

  • 53 Claude de Seyssel, op. cit., p. 134. Cette condamnation de la confiscation du pouvoir par un petit (...)

« Il n’est pas possible qu’un seul homme, ni encores un petit nombre de gens, quelque accomplis qu’ils soient, puissent entendre et manier tous les affaires d’une si grosse monarchie53. »

34Dès Seyssel au moins, donc, est perçue l’importance du Conseil dans la légitimation du pouvoir royal. Lourd fardeau qui porte en germe le discrédit potentiel de cette assemblée, formulé deux siècles plus tard par Montesquieu :

  • 54 Montesquieu, De l’Esprit des lois, Paris, 1951, p. 249 (Livre II, chapitre 4).

« Le Conseil du prince […] est, par sa nature, le dépôt de la volonté momentanée du prince qui exécute, et non pas le dépôt des lois fondamentales. De plus, le Conseil du monarque change sans cesse ; il n’est point permanent ; il ne sauroit être nombreux ; il n’a point à un assez haut degré la confiance du peuple ; il n’est donc pas en état de l’éclairer dans les temps difficiles, ni de le ramener à l’obéissance54. »

35Institution pivot du pouvoir exécutif, le Conseil porte donc en lui les éléments de sa délégitimation. C’est pourquoi il importe d’asseoir de la manière la plus ferme possible ses fondations. Cela passe notamment par la composition la plus pertinente qui doit trouver le bon équilibre entre compétence et représentativité du corps politique.

Pour une composition diversifiée du Conseil

  • 55 Œuvres de Ghillebert de Lannoy, voyageur, diplomate et moraliste, C. Potvin et J.-C. Houzeau (éd.) (...)
  • 56 Philippe Contamine, op. cit., p. 384.

36La complexité des affaires à traiter, d’un point de vue technique, mais aussi, de manière plus générale, la complexité de l’exercice du pouvoir amène les théoriciens du Conseil à insister sur les compétences diverses qui doivent être réunies en son sein. Ghillebert de Lannoy (1386-1462), dans son Instruction d’un jeune prince pour se bien gouverner envers Dieu et le monde, invite le duc de Bourgogne à s’entourer de 8 à 12 conseillers notables « soit clercs ou chevaliers55 ». À l’occasion on déplore les déséquilibres. En 1413 par exemple, l’université et la ville de Paris regrettent que le Grand Conseil de Charles VI ne soit pas composé simplement de « bons prudhommes », sages gens, clercs et chevaliers mais au contraire soit une instance désordonnée, où chacun est admis56.

  • 57 François Autrand, Christine de Pizan. Une femme en politique, Paris, 2009, p. 336.
  • 58 Christine de Pizan, Le Livre de Paix, Charity Cannon Willard (éd.), La Haye, 1958, p. 75-77. Voir (...)

37Christine de Pizan (1364-1430), dans la trilogie qu’elle écrit pour l’éducation du futur roi, Louis, duc de Guyenne, petit-fils de Charles V, traite de l’éducation du prince et de ses vertus. Et dans son œuvre, le prince n’est pas seul. Il est mis à sa place, à la tête du corps politique dont les autres membres (les nobles et le peuple) reçoivent aussi leur lot d’enseignements et de conseil57. Dans le Livre de la Paix, elle recommande le choix de conseillers de « quatre sortes d’état58 ». Il s’agit d’abord de nobles « de deux sortes », d’une part des « chevaliers et écuyers […] éprouvés dans l’exercice des armes » qui sont « propres à bien conseiller sur le fait des guerres » et d’autre part, « d’autres prud’hommes, chevaliers d’âge ou autres nobles de bon sens naturel » auxquels seront dévolus les offices de l’Hôtel royal. Il s’agit ensuite des « clercs légistes et autres sages […] prélats ou autres » auxquels l’étude du droit a appris à « gouverner policie ». Ils sont donc « idoines à conseiller sur le fait de la justice » mais également à s’occuper de l’attribution des offices de justice et de finances. C’est au sein de ce vivier de légistes que seront choisis le chancelier, les prévôts et baillis des grandes juridictions et les maîtres des requêtes. Les laïcs enfin sont des bourgeois qui, sans avoir étudié à l’université, sont, par leurs activités, compétents en matière de finances et de comptes.

  • 59 Christine de Pizan, Livre du corps de Policie, Angus J. Kennedy (éd.), Paris, 1998, p. 37 et 40 (c (...)

« Le bon prince doit prendre conseil de diverses gens selon les diverses choses qu’il a à faire. Pour gouverner sa justice, il ne doit pas prendre conseil de ses gens d’armes ni de ses chevaliers, mais des légistes et clercs spécialistes, et pour ses armes il ne doit pas consulter ses clercs ; semblablement des autres choses […]. En la chose publique bien gouvernée [chacun doit être mis à sa place] selon ce de quoi il doit se mêler59. »

38Elle ne dit pas autre chose dans le Livre du corps de policie lorsqu’elle écrit que le gouvernement par experts a été recommandé par Aristote lui-même :

  • 60 Jacques Krynen, op. cit., p. 147, n. 349. Voir aussi Mikhael Harsgor, thèse citée, p. 189.

« Et à propos de croire les sages de user de leur conseil, dit la très grand dyalectique, qu’on doit avoir chascun en son art. C’est à entendre que le bon prince se doit conseillier à diverses gens selon ce qu’il a à faire diverses choses. Car du fait de gouverner sa justice […] de ce ne se doit mie conseillier à ses gens d’armes ne à ses chevaliers, mais aux ligistes et clers en icelle science60. »

39Si les penseurs politiques prennent acte du fait que la diversité des affaires implique une composition hétérogène du Conseil, les rapports de forces entre le souverain et les différentes composantes de la société politique interviennent évidemment de manière essentielle dans la composition du Conseil.

Héritiers et parvenus : féodaux et légistes

40En effet, à partir du XIIIe siècle, les places au Conseil se répartissent entre deux groupes au gré des circonstances politiques, des affaires à traiter et de la personnalité des monarques. Chevaliers et clercs, conseillers nés et légistes, héritiers ou parvenus, on trouve toujours la même dichotomie dans la composition du Conseil selon des équilibres et des arbitrages divers en fonction des circonstances.

Féodaux et légistes

41Les membres du Conseil sont, pour une partie, des « conseillers nés » issus de la famille royale et des grands lignages féodaux et, pour l’autre, des légistes qui diffèrent presque en tout des héritiers. Ils sont d’origine relativement modeste. Ce sont généralement des bourgeois ou des chevaliers qui ont suivi une formation universitaire. On les appelle légistes car ils ont appris la lex (c’est-à-dire le droit romain). Même si le roi a une certaine réticence à l’égard d’un arsenal juridique qui exalte la puissance de son rival l’empereur, le droit romain est le seul qui puisse permettre en même temps la réaffirmation théorique d’un pouvoir royal en expansion. De surcroît, les légistes qui entourent le souverain connaissent également les « us et coutumes de France » – en fait surtout de la région parisienne. Le roi se retrouve donc ainsi avec, au sein de son Hôtel, des « chevaliers es lois » qui sont en mesure de dire la loi, qui sont présents constamment à ses côtés, qui lui offrent leur fidélité (bien plus fiable que celle des princes et des aristocrates) et leur compétence. Des hommes du roi en quelque sorte, qui lui offrent un service essentiel pour une monarchie qui s’affirme. Ce sont eux qui mettent en forme les questions que l’opportunité politique invite alors à soumettre à l’avis des Grands du royaume.

42Princes, aristocrates et vassaux voient leur influence diminuer lorsque le règne d’un nouveau monarque correspond à une affirmation de l’État. D’une part, le souverain s’efforce dans ces conjonctures de limiter l’influence des plus puissants. D’autre part, ces plus puissants ne sont alors pas en mesure de répondre aux nouvelles exigences de technicité qui vont de pair avec le développement administratif. Par ailleurs, dans la perspective du pouvoir princier, les héritiers ont leurs avantages mais aussi leurs inconvénients. D’une part, il est clair que le prince trouve son intérêt à employer les élites du pouvoir déjà en place car elles sont opérationnelles immédiatement, politiquement et socialement, pour assurer le relais de l’autorité du prince. Il appartient au prince de les intégrer à sa cour et dans ses institutions centrales pour essayer de les convaincre de l’intérêt que représente pour elles une association avec lui. Mais cela exige un pouvoir royal fort et sûr de lui. Toute faiblesse est payée comptant. Les élites traditionnelles risquent en effet d’être largement indépendantes et de prendre très au sérieux leurs fonctions de représentantes de l’intérêt commun. Une bonne économie du pouvoir implique donc, sauf pouvoir princier très fort, un certain renouvellement des élites impliquées dans le gouvernement central. On observe bien d’ailleurs, à la fin du Moyen Âge, en France et ailleurs un effort princier pour diminuer l’implication des grands dans les organismes centraux. On assiste ainsi au cours des siècles à une partie à trois entre le roi, les féodaux et les légistes dont les meneurs changent en fonction de la puissance du roi.

Le roi, les féodaux et les légistes (fin XIIe-fin XVe siècle)

  • 61 On notera que sur le plan local, les choses sont un peu plus complexes sous Charles V qui, dans un (...)
  • 62 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondements du pouvoir royal en France au M (...)

43Les règnes de Philippe Auguste, Philippe le Bel, Charles V, Charles VII ou Louis XI correspondent ainsi à des périodes au cours desquelles les hommes nouveaux et les techniciens prennent le pas sur les grands féodaux61. Sous Philippe Auguste par exemple, et tout particulièrement après 1190, les grands officiers et les hauts seigneurs sont écartés des décisions politiques. Les princes territoriaux sont toutefois bien présents à la cour et figurent en grande pompe dans les occasions solennelles, de même qu’ils participent à la diplomatie royale. Mais les contemporains n’en sont pas moins frappés, voire offusqués, par le nombre réduit et l’origine modeste des conseillers du souverain, généralement issus de lignages chevaleresques, qui jouissent de la confiance absolue du roi et exercent en son nom, mais sans titre particulier, des pouvoirs très étendus. C’est la nature même du Conseil royal qui change alors. En effet, une fois écartés les grands seigneurs, le Conseil n’est plus constitué que d’hommes qui sont réellement en charge des affaires. Il a alors tendance à se transformer en une institution permanente et peu formelle. Sous Philippe Auguste, les principaux conseillers, parmi lesquels on compte les frères Gautier, les chevaliers Barthélemy de Roye et Henri Clément, ainsi que le clerc du roi frère Guérin appartiennent pour une bonne part à des familles investies dans le service aulique depuis plusieurs générations. Ce sont donc des héritiers aussi, mais de plus petites dimensions que les princes territoriaux. Ils ont sensiblement le même âge que le roi. Ce qui les caractérise, outre la formation universitaire dans le cas des clercs, c’est la fidélité au souverain62. On retrouve les mêmes caractéristiques, un siècle plus tard sous le règne de Philippe IV le Bel, comme le dénonce Geoffroy de Paris :

« Trahi êtes, chacun le pense […]
Par vos chevaliers de cuisine. »

  • 63 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre ii, « Le roi en son cons (...)
  • 64 Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 688-706 (« chapitre xxix. Les conseillers de Charles (...)
  • 65 À l’inverse de Charles VII que l’on accuse d’être le jouet de ses favoris successifs, Louvet, Giac (...)

44On trouve toutefois également au Conseil de Philippe le Bel ses frères Louis d’Évreux et Charles de Valois, ses fils, en particulier le futur Louis le Hutin, ainsi que de grands feudataires comme le comte d’Artois. En fonction des affaires traitées, on y convoque des spécialistes comme le bourgeois parisien Benoît Cocatrix ou les marchands florentins Biche et Mouche lorsqu’il s’agit de parler finances. En revanche, pour les affaires touchant à l’administration générale, le roi a recours aux légistes. Ils sont une grosse vingtaine à s’imposer sur les trente années du règne. On les répartit traditionnellement entre ceux qui sont passés par l’université d’Orléans (Pierre de Belleperche, Raoul de Presles et Pierre de Latilly) et la cohorte des juristes du Midi (Pierre Flote, Guillaume Nogaret). Il faut y ajouter le chevalier Enguerran de Marigny qui, sans appartenir au sérail des juristes, s’impose comme un conseiller polyvalent de tout premier plan63. Si les légistes pâtissent d’un faible capital de légitimité sociale, ils le compensent partiellement par leur assiduité et leur réelle maîtrise des dossiers qui équilibrent la légitimité des princes et des nobles qui, de leur côté, pâtissent aux yeux du souverain de la menace qu’ils peuvent représenter. Aussi, lorsque les souverains parviennent à surmonter les crises, comme c’est le cas de Charles V au lendemain de la révolte d’Étienne Marcel, ils s’entourent de Conseils très restreints constitués d’hommes qui se caractérisent à la fois par leur compétence et leur fidélité (Jean de La Grange, Philippe de Mézières, Jean et Bureau de La Rivière, Jean et Guillaume de Dormans)64. Le génie politique de Charles V est de s’imposer comme un maître du gouvernement par Conseil dont il sait exploiter le pouvoir légitimant65. C’est ainsi que lorsque les circonstances l’exigent, il élargit son Conseil en de vastes assemblées de consultation et d’information (par exemple en mai 1369, au moment de la reprise de la guerre contre l’Angleterre, ou dix ans plus tard, en mai 1379, lorsqu’il s’agit de reconnaître le pape d’Avignon Clément VII).

  • 66 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, Pouvoirs et institutions dans la France médiév (...)
  • 67 François Menant et al., op. cit., Paris, 1999, p. 435.
  • 68 Olivier Canteaut, thèse citée.

45À l’inverse, dans les périodes difficiles, lorsque le pouvoir royal peine à s’imposer, comme aux lendemains de la mort de Philippe le Bel, au cours du règne de Louis X, on assiste au remplacement des légistes par de grands féodaux au sein d’un Conseil qui est alors qualifié, de manière significative, de « Conseil des grands seigneurs de France66 ». D’une manière logique, les premiers mis en cause dans ce changement de pouvoir sont les principaux conseillers du roi défunt. Pierre de Latilly, évêque de Châlons, et Raoul de Presles sont accusés d’avoir contribué à la mort du roi, tandis qu’Enguerran de Marigny est accusé de tous les maux et exécuté. Dès l’automne 1314, une réorganisation du Conseil en écarte les légistes, les chevaliers et les clercs du roi. Largement contrôlé par Charles de Valois, le nouveau Conseil est composé de 24 personnes auxquelles s’ajoutent le chancelier Étienne de Mornay, un fidèle de Charles de Valois, le connétable, les maréchaux, le président de la Chambre des comptes et deux évêques67. La situation se dégrade encore au début du règne de Philippe V qui cède à ce Conseil féodal certaines prérogatives royales parmi lesquelles les grâces, les nominations aux offices et aux bénéfices et l’examen du budget. Toutefois, Philippe V reprend rapidement la main. La thèse d’Olivier Canteaut a montré comment son règne correspond à une période d’omnipotence du roi qui réunit autour de lui ses conseillers rassemblés autour de la Chambre des comptes, instrument de la cristallisation progressive d’un Conseil autonome68. La Chambre des comptes forme, avec le Parlement, le service le plus structuré de l’administration royale. Elle constitue un vivier de conseillers polyvalents et fiables. Philippe V tient fermement les rênes du gouvernement du royaume, notamment à partir de 1318 en exerçant un contrôle étroit sur l’exécution de ses décisions et sur l’ensemble de l’administration. C’est lui qui fait l’influence politique des uns et des autres. Si Philippe V fait de Pierre d’Arrablay, chancelier jusqu’en janvier 1317, l’un de ses principaux conseillers, il cantonne ses successeurs, Pierre de Chappes et Jean de Cherchemont, aux tâches matérielles de la chancellerie. Le Conseil du roi se compose alors de deux cercles concentriques : le plus restreint, le Conseil proprement dit, comprend quelques membres choisis par le roi ; le second, la Curia regis, est peuplée d’un grand nombre de « conseillers ».

  • 69 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, op. cit., p. 170.
  • 70 Philippe Contamine, op. cit., p. 384.

46La situation se complique à nouveau pour le souverain au lendemain de l’accession de Philippe VI au trône de France, lorsque les barons facturent au Valois le soutien qu’ils ont apporté à sa candidature, ou bien entendu au lendemain de la capture de Jean II le Bon à la suite du désastre de Poitiers. De ce point de vue, la captivité de François Ier aux lendemains de Pavie n’a pas les mêmes traductions, tant le pouvoir est bien tenu par Louise de Savoie : les grands féodaux se tiennent à peu près cois ; seul le Parlement pousse sa chance, un peu en vain, avant d’être remis au pas sévèrement au retour de François Ier. À l’occasion de la captivité de Jean II le Bon, on trouve exprimée chez certains la rancœur des héritiers face à l’ouverture sociale d’un État qui va chercher ses serviteurs où il le veut, semblant mépriser le positionnement social. Le chroniqueur Jean Le Bel reproche ainsi à Philippe VI et à Jean II le Bon d’avoir privilégié en leur Conseil « de ces maîtres des comptes et trésoriers plutôt que des seigneurs et barons »69. De la même manière, parmi les critiques formulées dans les années 1420 à l’encontre du futur Charles VII, considéré comme circonvenu par les Armagnacs, l’une d’elles lui reproche de s’être entouré de conseillers « en petit nombre », « de petite extraction », imposant leur « voulenté déraisonnable »70. Toutefois, ces retours de flamme de l’aristocratie sont toujours sans lendemain.

47Qu’il s’agisse donc des théories du Conseil, de sa composition, de ses pratiques, on retrouve au cours des siècles les mêmes enjeux, tant il est vrai qu’il y a comme une idée du Conseil qui traverse les siècles.

Le Conseil, une institution nécessaire, secrète, représentative, unique, domestique, sous contrôle royal, omnicompétente, consultative, judiciaire

48Le Conseil est d’abord une nécessité puisque, le roi n’étant pas un tyran, il ne peut gouverner seul, même s’il est libre de ne pas tenir compte de l’avis de son Conseil. Le Conseil est ainsi une sorte d’organe représentatif, d’où l’enjeu que représentent le contrôle de son entrée et les revendications de l’aristocratie d’en faire partie. Le roi convie donc au Conseil des représentants de la société politique dont il est le sommet pour les prendre à témoin de l’exercice du pouvoir et pour leur demander assistance dans cet exercice. Le Conseil est ainsi tendu entre un double objectif : celui de l’efficacité et du secret qui exige une composition resserrée ; et celui de la représentativité qui implique une présence plus large de représentants de la société politique dans son ensemble. La dimension de secret est d’autant plus importante qu’elle est parfois à l’origine de l’appellation de certaines sessions du Conseil. Claude Seyssel ne s’y trompe pas qui écrit :

  • 71 Claude de Seyssel, op. cit., p. 141. Voir aussi Michel Antoine, op. cit., p. 31.

« Et véritablement, la principale chose qui doit être en un Conseil – surtout en celui qui est étroit et réduit à petit nombre – est de tenir les choses secrètes71. »

  • 72 On notera en revanche que les techniciens du droit ne semblent pas être au Conseil l’émanation des (...)

49Pour ce qui touche à la dimension représentative, si le Conseil, dans sa formation plénière ou élargie, est clairement un lieu essentiel de dialogue entre le roi et le pays, on peut également se demander dans quelle mesure, dans sa dimension étroite, il n’est pas, toujours, un lieu de dialogue entre le roi et le pays par l’intermédiaire de la clientèle du puissant magnat qui peut en être la tête72. Le contrôle du Conseil est l’un des éléments qui permet de souligner la convergence d’intérêts entre le pouvoir royal en marche vers l’absolutisme et une élite politique dont l’objectif est de pénétrer le cœur de la machinerie royale.

  • 73 AN, U 870 (« Observations sur la séance du Conseil » par les conseillers d’État [1739]), cité par (...)

50Nécessaire dans l’économie du pouvoir monarchique français, le Conseil du roi est également unique, et cela, malgré les apparences. Si le Conseil avait été un corps ou une juridiction, les différenciations de compétence et de composition entre ses séances auraient pu en masquer ou en rompre l’unité ; mais comme il est toujours et partout le roi accompagné de ceux qui l’assistent dans l’administration qui lui est propre, il tire de cette référence perpétuelle à la personne du monarque une unité et une indivisibilité inaltérables. Cette unité est réaffirmée comme un dogme jusqu’au XVIIIe siècle, comme lorsqu’en 1739 les conseillers d’État proclament que « les Conseils n’ont esté distingués jusqu’à présent que par leur objet, c’est-à-dire par les différentes natures d’affaires qui y sont portées, ce qui ne donne aucune atteinte à l’unité du Conseil73 ». Elle est parfaitement valable pour le règne de François Ier et est même encore plus manifeste par la difficulté qu’il y a à essayer de démêler les différentes composantes du Conseil en fonction des affaires traitées.

  • 74 On notera bien sûr que, sur le plan institutionnel, le Conseil n’est pas « domestique » puisqu’il (...)
  • 75 Michel Antoine, op. cit., p. 30.

51En effet, l’un des principes fondamentaux du Conseil est qu’il est inséparable de la personne du roi, et qu’il la suit dans tous ses déplacements. La présence constante du Conseil aux côtés du souverain est indispensable. Le roi le loge donc toujours tout près de ses appartements. C’est particulièrement vrai pour le règne de François Ier ou de son fils. Le roi doit pouvoir le consulter à tout moment et à tout propos. Les témoignages des ambassadeurs soulignent d’ailleurs un va-et-vient permanent du roi entre sa chambre, sa garde-robe, son cabinet et la salle. On tient là une autre caractéristique du Conseil du roi qui est sa dimension domestique, dimension qui est renforcée sous le règne de François Ier par sa composition, son fonctionnement et son caractère informel74. En effet, les conseillers les plus importants sont la plupart du temps des officiers de sa maison et l’on assiste fréquemment à des séances de Conseil réduit dans le cabinet du roi ou dans l’embrasure d’une fenêtre. Cet aspect domestique est conservé jusqu’à la fin de l’Ancien Régime75. C’est là une composante qui distingue le Conseil de toutes les autres institutions centrales et qui va de pair avec une autre caractéristique qui est que tout ce qui touche à sa composition, sa convocation, ses réunions, sa discipline, son étiquette, sa procédure est à l’entière discrétion du roi. C’est clair pour sa composition notamment : nul ne peut entrer dans le Conseil du roi s’il n’a pas été appelé par lui.

52Dans ces conditions, le Conseil n’étant qu’une extension de la personne royale, on ne sera pas surpris qu’il soit omnicompétent. Rien d’important, qu’il s’agisse de diplomatie ou d’affaires intérieures, de finance ou de justice, d’administration ou de guerre n’échappe à la compétence du Conseil. Cette omnicompétence n’empêche pas, encore une fois, que le Conseil n’est en théorie qu’un organe consultatif, la décision appartenant toujours au roi en dernier ressort. En effet, le souverain ne délègue en rien une quelconque parcelle de son pouvoir à son Conseil. S’il est essentiel que le roi consulte son Conseil avant toute décision importante, il n’est en rien tenu par les avis qu’il peut lui donner. Dans un projet de réponse royale aux représentations du parlement de Paris du 22 février 1767, Gilbert de Voisins fait dire à Louis XV :

  • 76 AN, K 147, no 8 bis (cité par Michel Antoine, op. cit., p. 27). C’est pourquoi Bernard Barbiche pe (...)

« Mon Conseil n’est ny un corps, ny un tribunal séparé de moi ; c’est moi-mesme qui agis par lui76. »

  • 77 Henri II à Jean Du Bellay et Claude d’Urfé, 13 mars 1549 (Copie, BnF, ms frçs 3921, fos 18-19 ; au (...)

53Cette conception du Conseil comme simple extension de la personne royale existe déjà, telle quelle, sous la plume d’Henri II dans une lettre à Jean Du Bellay et Claude d’Urfé du 13 mars 154977 :

« Vous advisant, monsr le cardinal, que j’ay entendu que vous avez faict quelque offre a nostredit Sainct-Pere de faire approuver et signer par les gens de mon Conseil privé le contenu en mes lettres-patentes de declaration touchant les pretenduz actemptatz de Prouvence et Bretaigne pour mieulx asseurer sa Saincteté de l’entretenement et observation d’icelles, chose que je ne puys croyre. Et, si ainsi estoit, la trouveroys beaucoup plus estrange et moings faisable que la publication et esmologation qu’il requiert en estre faicte en mes cours de Parlemens. Et me semble que la ou est apposé mon grand sceau avec le seing de l’un de mes secretaires d’Estat, qu’il ne fault poinct autre approbation ne caution des gens de mon Conseil privé, qui ne sont ne peulvent estre que moy-mesmes. Parquoy je vous prye me faire sçavoir ce qu’il est dudict offre. Et s’il en avoit esté riens mis par vous en avant, regarder les moiens de rhabiller cela car je ne le puys ne le veulx approuver. Et vous prye encores une foys voulloir bien regarder et considerer ma dessusdicte depesche et vous trouverez autre voie pour eschapper que ceste-la. »

54La colère d’Henri II face à ce qu’il considère comme un contresens, voire un non-sens constitutionnel, est éloquente. Le Conseil n’est rien d’autre que le roi et les conseillers n’ont aucune autre légitimité que la volonté royale. Auguste ne dit pas autre chose à Cinna lorsqu’il analyse les fondements de son pouvoir :

  • 78 Corneille, Cinna, acte V, scène 1 (v. 1527-1532) (Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. 961) (...)

« Ma faveur fait ta gloire, et ton pouvoir en vient ;
Elle seule t’élève, et seule te soutient ;
C’est elle qu’on adore, et non pas ta personne :
Tu n’as crédit ni rang, qu’autant qu’elle t’en donne ;
Et pour te faire choir je n’aurais aujourd’hui
Qu’à retirer la main qui seule est ton appui78. »

55De ce point de vue, la conception royale considère que le roi fait entrer en son Conseil, par faveur, qui il veut ; que le Conseil délibère sur les sujets qui lui sont proposés par le souverain ; et que le roi décide ensuite, sans être tenu par les avis de son Conseil. Toutefois cette conception n’exclut pas les revendications des Grands du royaume, qui, en fonction des époques, sont plus ou moins vives. La position des Grands est incarnée par le père de Chimène, comte de Gormas, qui voudrait voir dans le Conseil le lieu d’affirmation de la volonté de l’aristocratie. Il affirme ainsi à Elvire, suivante de sa fille, dans la première scène du Cid :

« L’heure à présent m’appelle au conseil qui s’assemble,
Le Roi doit à son fils choisir un Gouverneur,
Ou plutôt m’élever à ce haut rang d’honneur.
Ce que pour lui mon bras chaque jour exécute,
Me défend de penser qu’aucun me le dispute. »

56Il entre au Conseil persuadé que ses mérites seront récompensés et oublie l’absolue liberté du roi. Devant son échec, il ne lui reste plus, à la sortie du Conseil, qu’à affirmer rageusement à Don Diègue :

  • 79 Corneille, Le Cid, acte I, scène 1 (v. 28-32) et scène 4 (v. 145-147) (Corneille, Œuvres complètes,(...)

« Enfin vous l’emportez, et la faveur du Roi
Vous élève en un rang qui n’était dû qu’à moi,
Il vous fait Gouverneur du prince de Castille79. »

  • 80 On signalera que la pièce originale (Las mocedades del Cid de Guillén de Castro y Bellvis) va enco (...)

57Gormas considère que le Conseil n’est que le lieu de l’expression et de la validation de la volonté des Grands. Il semble dans cette scène découvrir la toute puissance de la faveur et des décisions du roi80.

58Toutefois, si le roi est maître de son Conseil, il n’en reste pas moins que ce dernier est une véritable clef de voûte de l’organisation administrative du royaume dont il contrôle le fonctionnement par le jeu des nominations ou des réformes.

  • 81 Ainsi, c’est à Amiens, où réside la cour, que l’évêque Jean de Langeac remplace le chancelier Dupr (...)

59Il convient également de ne pas oublier non plus qu’en dépit de son poids politique, le Conseil reste aussi une sorte de cour suprême de justice, que le roi agisse par le procédé de l’évocation (depuis le XIVe siècle) ou celui de la cassation (beaucoup plus tardif, importante en matière administrative à partir de la fin du XVIe siècle, mais dont les modalités d’application ne sont définies que par le règlement du Conseil de 1738). Cette composante de l’activité du Conseil engendre progressivement, et de manière clairement visible à partir de la seconde moitié du XIVe siècle la spécialisation de certaines séances (séances des requêtes) qui sont animées par des conseillers spécialisés dans le jugement des affaires soumises au Conseil. C’est ainsi que le Grand Conseil se dégage progressivement du Conseil. Cette formation nouvelle s’autonomise progressivement. Si elle est composée d’un personnel spécifique, elle conserve avec son institution mère la caractéristique d’être un Conseil mobile qui suit le roi dans ses pérégrinations81.

  • 82 Michel Antoine, op. cit., p. 31.

60Enfin, un dernier point doit être rappelé. Comme il n’est pas un corps, ni une juridiction, qu’il est inséparable de la personne du souverain et qu’il n’a aucune autorité propre, le Conseil ne peut, en droit, promulguer ou publier aucune décision. Ce n’est jamais lui qui décide, c’est toujours le roi. Dans la pratique, pourtant, on parle par commodité des « arrêts du Conseil ». Il n’en reste pas moins que cette expression est juridiquement et diplomatiquement inexacte. Une formule plus juste serait celle d’« arrêts pris en Conseil » ou d’« actes en Conseil »82.

61Voilà pour les caractéristiques immuables du Conseil que l’on retrouve au cours des siècles. Qu’en est-il de sa réalité au cours du règne de François Ier ?

Le Conseil sous François Ier

  • 83 Bernard Barbiche, « Le Conseil du roi dans tous ses états. Question de vocabulaire », La Revue adm (...)
  • 84 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 2001, p. 2 (...)
  • 85 Il faut remonter à Charles VII ou attendre Louis XIII pour retrouver des règnes aussi longs, et, d (...)

62Si l’on s’intéresse au Conseil de François Ier, il est important, pour commencer, de ne pas perdre de vue que si l’on a affaire à une institution tout à fait essentielle de la machine royale, elle se caractérise avant tout par son caractère non institutionnel83. S’il est possible d’observer des choses qui peuvent rappeler les Comités de ministre du règne de Louis XV ou le Travail du roi de Louis XIV, elles ne sont pas nommées comme telles et sont une pratique souple, bien plus qu’une réalité institutionnelle. En effet, dans l’histoire du Conseil, le règne de François Ier précède la période à partir de laquelle les règlements organisant les activités du Conseil et les répartissant entre des formations spécialisées se multiplient. Ces règlements se comptent par dizaines entre 1557 et 1628. En effet, « la diversification du Conseil du roi en formations spécialisées ne s’est amorcée nettement que dans la seconde moitié du XVIe siècle et s’est précisée dans la première moitié du XVIIe siècle […]. Pendant cette période (1550-1650 environ) se sont détachés successivement du Conseil d’État, organe centrale aux compétences indifférenciées : un puis deux Conseils chargés de la politique générale ; un puis deux Conseils chargés des finances ; enfin un Conseil de caractère purement judiciaire84 ». La période à laquelle est consacré ce livre se situe donc juste avant la formalisation des séparations diverses entre les composantes du Conseil. La longueur (plus de 32 années) et le calme relatif du règne de François Ier expliquent sans doute, en partie au moins, que se mettent en place à ce moment-là, un certain nombre de pratiques qui sont formalisées par la suite au cours de règnes plus courts et souvent plus mouvementés85.

Deux Conseils sous François Ier

Beaucoup de noms pour deux Conseils sous François Ier : Conseil étroit, Conseil des affaires, Conseil privé, Conseil des parties, Conseil ordinaire et Conseil d’État

  • 86 C’est toutefois « à partir de d’octobre 1483 seulement que sont conservés les registres d’arrêts d (...)
  • 87 Voir note 69. Il semble d’ailleurs que l’importance du Grand Conseil diminue d’autant plus qu’il a (...)

63L’omnicompétence du Conseil et notamment la tension entre ses attributions politiques, administratives et judiciaires est susceptible de provoquer un engorgement dans la gestion du royaume. C’est pourquoi des sections spécialisées émergent progressivement du Conseil au cours des siècles. Les flux les plus nombreux sont manifestement constitués par les affaires judiciaires. C’est pour cela qu’à partir du règne de Louis XI, on trouve les traces d’une section judiciaire du Conseil du roi appelé Grand Conseil86. Ce Grand Conseil traite essentiellement des affaires qui concernent les grands fiefs, les causes bénéficiales, et, jusqu’en 1539, les procès en matière d’offices. Il s’agit en fait d’une cour de justice souveraine, présidée par le chancelier et à laquelle le roi ne se rend jamais. La naissance du Grand Conseil obéit au même processus que celui observé quelques siècles plus tôt et qui avait vu le Parlement et la Chambre des comptes sourdre de la Curia regis. Toutefois, dès le règne de François Ier, l’importance du Grand Conseil commence à diminuer, notamment à partir du moment où Duprat s’en détache et cesse de le présider87. De surcroît, les charges de conseillers au Grand Conseil tendent à devenir vénales et transmissibles et échappent donc partiellement au contrôle du pouvoir royal. L’effacement progressif du Grand Conseil engendre la multiplication des séances du Conseil du roi consacrées aux affaires de justice. C’est ainsi que le roi retient certaines évocations et fait juger ces procès au cours de séances spéciales, créant, de facto, une nouvelle section judiciaire du Conseil qui prend, sous le règne d’Henri II, le nom de « Conseil privé » ou de « Conseil des parties » (30 octobre 1557). Il semble pourtant que la répartition est au départ plus temporelle qu’institutionnelle : la première partie des séances du Conseil est consacrée aux affaires d’État, la seconde à l’examen des affaires judiciaires, avec participation des maîtres des requêtes. Le témoignage de Matteo Dandolo est intéressant :

  • 88 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Flor (...)

« Sa Majesté a son Conseil étroit, que l’on pourrait assimiler à notre Conseil des Pregadi [requêtes], parce que en son sein se traitent des affaires presque de même nature. Ce Conseil se réunit chaque jour après que Sa Majesté s’est retirée pour dormir, et sa réunion a lieu dans une salle. Y entrent le chancelier, l’amiral [Chabot], monsieur d’Annebault, les révérendissimes cardinaux de Tournon et Du Bellay, qui est le frère de monsieur de Langey, ledit seigneur de Langey, le révérend et illustrissime [cardinal] de Ferrare, seul Italien (on n’en vit plus aucun depuis le seigneur Jacques Trivulce), le révérendissime évêque de Soissons et le secrétaire Bayard, qui s’occupe des expéditions et des mandements de sa Majesté, comme les privilèges, grâces et choses similaires88. »

  • 89 Sur le Conseil d’État, voir Roger Doucet, op. cit., I, p. 144-146.
  • 90 Charles Paillard, « La mort de François Ier », Revue historique, V, 1877, p. 112.
  • 91 AM Senlis, BB 6, fo 10 ro, 17 vo et 31 vo. Cité par David Potter, op. cit., p. 317
  • 92 Saint-Vincent à Charles Quint, 16 février 1541, Vienna HHSA, Frankreich, 9 (cité par David Potter,(...)

64Ainsi, malgré l’affirmation de Du Tillet selon laquelle François Ier et ses prédécesseurs avaient divisé le Conseil en trois composantes (la guerre et les affaires d’État, les finances, la justice), il semble bien que le Conseil sous François Ier se soit plutôt caractérisé par une double composante : le Conseil étroit (qui se tient le matin), qui traite des affaires politiques et qui prend les édits, et le Conseil privé (qui se tient l’après-midi) où se déroulent les requêtes et où l’on procède à l’expédition des actes. Le règlement de 1557 formalise la séparation en prévoyant des réunions spécifiques deux jours par semaine pour « vaquer au fait des particuliers et rendre raison et justice à chacun ». C’est ce Conseil de l’après-midi qui prend sous Henri III le nom de Conseil d’État. Dans la seconde moitié du siècle, les conseillers qui rendent la justice à ce Conseil n’ont, sauf exception, leur entrée qu’à ce Conseil (par exemple les 5 présidents du parlement de Paris). Ce Conseil ordinaire ou Conseil d’État est composé de quelques dizaines de conseillers et est présidé par le chancelier89. Il se déroule en général en l’absence du souverain. Saint-Mauris, ambassadeur impérial en France au début du règne d’Henri II écrit que le roi participe parfois au Conseil d’après dîner, mais tous les jours au Conseil du matin, qu’il appelle « Conseil estroict90 ». Le Conseil privé ou Conseil d’État a une compétence aussi large que technique : affaires et contentieux administratifs et fiscaux, différends nés de l’exécution des ordonnances, audience des députations urbaines, questions d’administration militaire et affaires consulaires. Ainsi, en août 1544, la ville de Senlis envoie une délégation à Tournon, Bayard « et autres du Conseil privé91 ». On sait que le connétable et le chancelier y siègent et même qu’ils s’y sont affrontés92.

  • 93 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 328 ; Be (...)
  • 94 On notera que, même au cours des siècles suivants, il n’y a pas eu (sauf exception) de procès-verb (...)
  • 95 BnF, ms frçs 3005, fo 109, et BnF, ms Clair. 339, fo 3, et copie tardive dans les portefeuilles Fo (...)
  • 96 L’émergence d’un Conseil des finances est un phénomène complexe et tout sauf univoque. Si le rôle (...)

65Cette apparition du Conseil privé correspond à la mise en place d’une distinction, essentielle pour le XVIIe siècle, entre les Conseils politiques (dits de gouvernement) présidés par le roi en personne et les Conseils contentieux ou Conseils de justice et d’administration présidés par le chancelier93. Ce que l’on observe pour le règne de François Ier prouve que cette réalité existe bel et bien dès la première moitié du XVIe siècle. Toutefois, le degré d’institutionnalisation de ce Conseil des Affaires ou Conseil étroit est encore très faible et ses délibérations, par exemple, ne font pas l’objet de procès-verbaux, même si c’est lui qui décide des grandes orientations de la politique, de la diplomatie et de la guerre94. Sa composition, réduite, varie en fonction des affaires qui y sont abordées. On notera toutefois que dans le « roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son Conseil pour le fait de ses finances », François Ier établit une distinction presque officielle entre Conseil étroit et élargi et que dans cette optique, ce sont les finances qui servent à départager les conseillers95. Il n’existe pas toutefois, à proprement parler, de Conseil des finances pour le règne de François Ier96.

66C’est ce Conseil politique qui est l’objet du présent ouvrage. Ce Conseil exécutif a sans doute toujours existé puisqu’il est ce dont a besoin le souverain pour prendre ses décisions. Toutefois, aucun règlement n’en fixe le fonctionnement, la composition ni même l’existence. Aucune procédure, aucun arrêt ou presque. On ne dispose pour en connaître le fonctionnement que de sources indirectes, notamment les correspondances diplomatiques et, dans une moindre mesure, les Mémoires.

La fluidité des Conseils sous François Ier

  • 97 David Potter, op. cit., p. 100. Francis Decrue, De consilio Regis, app. II et III, p. 58. Ambassad (...)
  • 98 Victor Louis Bourrilly et C. Weiss, « Jean Du Bellay, les Protestants et la Sorbonne », BSHPF, 52, (...)

67Encore une fois, il est absolument essentiel de ne jamais perdre de vue que le Conseil est à cette époque quelque chose de tout à fait informel et qu’il ne faut à aucun prix systématiser de manière trop rigide une réalité qui ne s’y prête guère. Cela est manifeste si l’on examine les appellations du Conseil. Il semble que dans les années 1520 et 1530, le terme de Conseil étroit ait été utilisé de manière presque indifférenciée avec celui de Conseil privé. À partir du milieu des années 1530, le terme de Conseil étroit s’impose au détriment de celui de Conseil privé97. L’ambassadeur de l’empereur, François Bonvalot, qualifie quant à lui Jean Du Bellay de « membre du conseil d’État98 ». En fonction des sources et de la nationalité des ambassadeurs, il importe donc de retenir que l’appellation de Conseil d’État est anachronique dans la bouche d’un Français (mais qu’un impérial peut l’employer dès le règne de François Ier), que l’appellation de Conseil étroit peut désigner le Conseil de l’après-midi chez un Italien (qui parlera alors de Conseil très étroit pour le Conseil du matin), qu’un Anglais pourra désigner le Conseil étroit comme Conseil privé. Pour les besoins de l’analyse, il est donc surtout utile d’opposer le « Conseil du matin » (Conseil étroit ou Conseil des affaires), qui est un Conseil politique, et le « Conseil de l’après-midi » (Conseil privé ou Conseil d’État dans la seconde moitié du XVIe siècle) qui est un Conseil juridique.

  • 99 CCJDB, I, p. 250.
  • 100 Le Conseil est réuni à nouveau après le « dîner » autour du roi, avec le chancelier, l’amiral Chab (...)
  • 101 LP, XVI, 1427 (7 décembre 1541).
  • 102 « The Privy Council here have dissolved their continual sitting ; but, since he last wrote, some o (...)
  • 103 Vienna, HHSA, Frankreich, Varia 5, fo 171 vo (cité par David Potter, op. cit., p. 104 et 318).
  • 104 BnF, ms frçs, 4052, fos 19 et 47-48 (cité par David Potter, op. cit., p. 104 et 318).
  • 105 LP, XVI, 895.

68Toutefois, Conseil étroit et Conseil privé restent parfois difficiles à différencier de la même manière que Conseil du matin et Conseil de l’après-midi. En janvier 1532 par exemple Jean Du Bellay écrit que « cest après-disner […] [François Ier] a occupé en son Conseil troys ou quattre bonnes heures » à traiter des affaires générales de l’État99. Le 24 avril 1542, le Conseil du matin, après avoir traité des affaires générales est réuni à nouveau après le déjeuner, dans une composition légèrement différente pour traiter des affaires militaires100. En décembre 1541, William Paget, ambassadeur du roi d’Angleterre affirme que le travail est tel que le Conseil, constitué de Chabot, Poyet, Annebault, des cardinaux de Tournon, de Ferrare et Du Bellay se réunit de l’aube jusqu’à 6 heures du soir101. Le 4 janvier suivant, le rythme est un peu moins soutenu, mais reste très lourd102. Pour désigner ce Conseil très actif qui traite des affaires de l’État, Paget, sans doute influencé par le vocabulaire anglais, parle de « Privy Council ». En 1544, après un Conseil prolongé dans sa chambre tôt dans la matinée, François Ier donne une audience à l’ambassadeur impérial au sujet de la paix de Crépy, puis se rend à la messe. Au moment de franchir le pas de sa porte, on lui remet un paquet de lettres venues d’Italie. Il les ouvre lui-même et en lit deux ou trois, puis les remet toutes entre les mains des secrétaires Bochetel et Bayard103. En 1554, à Compiègne, le roi, après avoir donné quelques audiences après le dîner, passe deux heures avec les cardinaux de Lorraine, de Tournon et de Guise et le duc de Guise à « parler des affaires », tandis que le connétable les quitte pour se rendre au Conseil104. Il est donc très clair qu’il est impossible de séparer absolument les deux Conseils et la répartition qu’ils opèrent entre les différentes affaires. De surcroît, les ambassadeurs discutent parfois avec les conseillers sans le roi. Ainsi, en juin 1541, les cardinaux de Tournon, Du Bellay, de Lorraine et de Ferrare amènent un ambassadeur du pape auprès du roi. Ce dernier l’écoute dans sa chambre privée. Puis le roi se retire dans sa garde-robe et laisse l’ambassadeur d’Angleterre s’entretenir avec son Conseil105.

  • 106 Peter Lewis, « Être au Conseil au XVe siècle », dans Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mél (...)

69Ainsi, il n’est pas toujours facile de distinguer Conseil du matin et Conseil de l’après-midi, Conseil étroit et Conseil privé. Par ailleurs, il est essentiel de ne pas perdre de vue qu’il y a bien d’autres endroits où un souverain peut trouver conseil qu’à son Conseil106. Les principaux conseillers du roi jouent d’ailleurs ce rôle de conseiller en dehors des réunions. Ainsi, si le Conseil dans sa dimension exécutive peut prendre la forme d’une réunion en petit effectif, elle peut également revêtir une forme encore moins formelle qui peut être une audience individuelle ou encore un entretien dans l’embrasure d’une fenêtre. Il convient également d’évoquer ceux que François Nawrocki appelle les « antichambres de la décision » (la duchesse d’Étampes, le cardinal de Meudon, Marguerite de Navarre par exemple) qui, sans participer au Conseil, ou alors en y participant de manière tout à fait exceptionnelle, peuvent influer par le contrôle relatif de certains conseillers ou par l’oreille du roi.

  • 107 Voir Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 369 et article « Semblançay » du présent liv (...)
  • 108 François Nawrocki, thèse citée, p. 300. Plus tard, un jour de 1546, on soumet au roi, alors en tra (...)
  • 109 Bernard Barbiche, « La première régence de Catherine de Médicis (avril-juillet 1552) », dans Comba (...)
  • 110 Ibid., p. 45.

70On le voit, ce qu’il faut retenir, ce n’est pas le nom du Conseil, qui n’est pas établi avec fermeté, c’est plutôt la souplesse de cet instrument de gouvernement, qui s’ajuste en permanence. Car en dehors de la question des affaires traitées (gouvernement, administration, finance, justice etc.), un autre paramètre intervient à l’occasion : la présence (ou l’absence) du monarque. Ainsi, à l’été 1521, alors que le roi part inspecter les garnisons de Champagne, Semblançay reste à Autun avec Louise et René de Savoie et peut-être Florimond Robertet : ce Conseil de l’arrière est alors visiblement chargé de l’essentiel du travail financier107. De la même manière, du 14 juin au 23 juillet 1543, tandis que le roi suit les armées sur la frontière nord, il laisse un Conseil à Paris sous la direction de François de Tournon. Il semble que le Conseil étroit, où sont traitées les principales affaires de l’État, notamment militaires, suit le roi en campagne, tandis que le Conseil privé, instruisant notamment les affaires ordinaires, examinant les requêtes et délivrant les actes courants, siège à Paris. À partir du mois d’août, François Ier rassemble les deux composantes de son Conseil désormais composé du nouveau garde des sceaux, François Errault, du comte de Saint-Pol et du cardinal de Tournon : en septembre, Martin Du Bellay, envoyé par d’Annebault et le duc d’Orléans afin d’informer le roi des succès récents et de lui demander où doit se diriger l’armée, trouve le roi avec le comte de Saint-Pol et le cardinal de Tournon « qui avoit le maniement de ses affaires en l’absence de monseigneur l’amiral [sic]108 ». On peut comparer cette situation à celle que l’on observe durant la campagne militaire d’Henri II dans l’Empire, le fameux « voyage d’Allemagne », d’avril à juillet 1552 au cours de laquelle Catherine Médicis est investie d’une délégation de pouvoirs souverains109. Bernard Barbiche a montré à ce sujet la distinction qu’il faut opérer entre, d’une part, les régences d’absence, organisées par le roi, qui reste l’unique détenteur de la souveraineté et n’en délègue que des parties à sa mère ou à son épouse, et, d’autre part, les régences de minorité pendant lesquelles la régente « dispose, grâce à l’appui du parlement de Paris, de tous les pouvoirs, le roi étant trop jeune pour gouverner lui-même110 ».

En guise de conclusion : comparaison entre le Conseil d’En haut de Louis XIV et le Conseil étroit de François Ier

  • 111 Bernard Barbiche, op. cit., p. 286.
  • 112 Bernard Barbiche, op. cit., p. 291-292.
  • 113 Un élément qui souligne bien que l’on a changé de monde est la possibilité, une fois que l’on a pa (...)

71Le règne de François Ier est donc particulièrement intéressant en ce qu’il est dépourvu de règlements sur les Conseils, mais qu’il précède à peine les premiers règlements qui apparaissent dès les tout débuts du règne d’Henri II, en 1547. En ce sens, le moment François Ier correspond à une étape tout à fait intéressante dans la mise en place du Conseil tel qu’on l’observe dans les siècles suivants. C’est en effet au cours de son règne que se précise la mise en place des différentes composantes du Conseil dont la formalisation se précise au cours du siècle qui suit la mort de François Ier (1550-1660). Dans un règlement du Conseil de 1615, il est évoqué le « Conseil des affaires où se lisent les dépêches du dedans et dehors le royaume ». Sous Mazarin, il commence à porter le nom qu’il porte ensuite jusqu’à la fin du XVIIe siècle, de « Conseil d’En haut111 ». Il n’est pas inintéressant de comparer le Conseil des Affaires ou Conseil du matin de François Ier avec le Conseil d’En haut de Louis XIV. Si l’on retient les 3 caractères essentiels de la composition de ce dernier (Conseil très peu nombreux, de 3 à 6 membres ; aucun membre de droit, tous les conseillers sont nommés par le roi ; suppression de tout acte écrit de nomination par lettre patente au profit d’une invitation du roi à participer à une séance du Conseil)112, on ne peut qu’être frappé par les points communs avec ce qui se passe, mais de manière très informelle, pour le Conseil du matin de François Ier. Le Conseil d’En haut de Louis XIV est une réaffirmation par le souverain de son indépendance, après plus d’un siècle de règlements qui n’existent pas sous François Ier. C’est une sorte de retour aux sources, mais de retour aux sources institutionnalisé. Là où Louis XIV fait inscrire dans la loi sa liberté de décider, François Ier use de cette liberté, sans éprouver le besoin de la rappeler113.

Favori, principal conseiller et protecteurs du Conseil

  • 114 Philippe Hamon, Les Renaissances. 1453-1559, Paris, Belin, 2009, p. 214-216.
  • 115 Claude de Seyssel, op. cit., p. 140 et 137 pour les deux citations.

72La composition diverse du Conseil en fonction des moments et les conceptions divergentes d’un Conseil représentant une large société politique ou bien d’un Conseil resserré impliquent plusieurs types de gouvernement. Dans le cas du Conseil large, on peut parler du « gouvernement par Conseil » tandis que dans le cas du Conseil restreint, on pourrait parler de « gouvernement par le Conseil »114. Dans ce deuxième cas, il faut également faire la part entre le principal conseiller, souvent un favori, et les quelques conseillers qui viennent juste derrière et qui ont souvent une dimension technicienne plus prononcée. Il peut sembler paradoxal, ou tout au moins contraire à l’esprit du Conseil de traiter ensemble du favori et du Conseil. En effet, le Conseil est un groupe, même réduit, qui participe au gouvernement du royaume. Le favori est un homme seul qui peut faire tomber le roi dans l’erreur soulignée par Seyssel de se « trop adonner et arrêter à un homme seul », alors même qu’il « est impossible et ou bien difficile d’en trouver un qui soit accompli de toutes les qualités qui sont requises pour démêler par son seul sens les affaires d’un royaume ». Gouvernement par favori et gouvernement par Conseil sont donc deux réalités très différentes. À moins que l’on considère, toujours avec Seyssel, que « pour décharger [le souverain] est besoin que sous lui y ait un Chef et Président qui soit de telle autorité et prudence que le Roi s’en puisse reposer sur lui : auquel les autres portent révérence, autant ou plus pour sa vertu que pour raison de son office115 ». C’est donc une sorte de protecteur du Conseil qu’évoque Claude de Seyssel. Or, indiscutablement, le règne de François Ier est marqué par une succession d’individus qui s’imposent plus ou moins longtemps et avec plus ou moins d’ampleur dans la faveur du roi et à la tête de son Conseil.

  • 116 John H. Elliott et L.W.B. Brockliss (éd.), The World of the Favourite, New Haven et Londres, 1999.
  • 117 Cédric Michon, « Les élites et l’État », dans Cédric Michon et Annie Antoine (dir.), Les sociétés (...)

73D’une manière générale, l’institution du ministre-favori est un moyen efficace pour le roi de contrôler l’administration, la cour et le patronage royal. Les ministres favoris dans l’Europe du premier XVIIe siècle sont bien connus et offrent des modèles qu’il peut être intéressant de comparer à la situation du règne de François Ier116. Le ministre-favori constitue en effet une entrée réflexive qui nous apprend beaucoup sur les relations entre le pouvoir royal et les élites. Dans le cas de Lerma, il constitue une réaction aristocratique au gouvernement des secrétaires et en même temps un moyen de contrôler les factions nées de la re-aristocratisation des Conseils ; à l’inverse, dans celui de Concini, il correspond à une tentative de contrer l’affirmation des grands lignages face au pouvoir royal. Dans le cas de Luynes, il représente la voix de la noblesse moyenne face à l’aristocratie. Dans le cas de Buckingham, il incarne le choix d’une faction aristocratique contre une autre. Dans celui de Richelieu et Olivares une tentative de défense de l’autorité royale face aux Grands menaçants117. Qu’en est-il au cours du règne de François Ier ?

74Il importe d’abord de souligner que la succession des favoris et de ce que l’on serait tenté d’appeler des « principaux ministres » ou des « principaux conseillers » correspond à deux réalités qui ne se recoupent pas parfaitement. Ainsi, on peut discuter du qualificatif de favori appliqué à Artus Gouffier ou René de Savoie, mais ils ont bien été pendant quelques années, l’un après l’autre, parmi les tout premiers conseillers de François Ier. Même si c’est bien par des mécanismes liés à la faveur qu’Artus Gouffier parvient à la place qu’il occupe auprès de Louise de Savoie, puis de François Ier, il est plutôt un « mentor », de par ses fonctions avant l’avènement, mais sans doute aussi à partir de 1515 : s’il est omniprésent au Conseil, ce n’est pas qu’il soit omnipotent ; c’est plutôt que François Ier souhaite ne pas prendre de décision sans avoir recueilli son avis, comme il le faisait sans doute sur toutes sortes de sujets avant l’avènement. Cela étant, ce terme de « mentor » ne recouvre vraisemblablement pas toutes les dimensions de l’action d’Artus Gouffier auprès de François Ier : son activité diplomatique et son rôle dans les finances royales y échappent au moins en partie. On pourrait faire une analyse proche pour qualifier le positionnement de René de Savoie. À l’inverse, un Guillaume Gouffier ou un Odet de Foix ont indiscutablement été des favoris de François Ier dans la première moitié de la décennie 1520, mais l’on hésitera à les qualifier de principaux ministres, ne serait-ce qu’en raison de la présence dominante de Louise de Savoie. En revanche, si l’on s’en tient à une approche curiale, on observe que, sur l’ensemble du règne, une succession d’officiers titulaires des charges de cour les plus prestigieuses occupent une position dominante au Conseil de François Ier. Ce sont, chronologiquement, Artus Gouffier (grand maître), puis René de Savoie (grand maître) et Guillaume Gouffier (amiral), puis Chabot (amiral) et Montmorency (grand maître), puis Montmorency seul, puis Chabot seul, puis Annebault (amiral). Ces principaux conseillers font partie d’un noyau dur qui assure en fait le gouvernement du royaume et qui est constitué, au-delà d’eux-mêmes et selon les moments, de quelques autres personnages. Il y a d’abord la puissance tutélaire de Louise de Savoie jusqu’à sa mort en 1531, puissance qui ne saurait être surévaluée. Il y a ensuite, pour la même époque, la forte présence du chancelier Antoine Duprat et du secrétaire Florimond Robertet. Par la suite, Montmorency s’associe le cardinal Jean de Lorraine, avant qu’à la fin du règne, l’amiral d’Annebault constitue un duo avec le cardinal François de Tournon tandis qu’en coulisse la duchesse d’Étampes, maîtresse du roi, mais aussi Marguerite, sœur du roi, s’efforcent, elles aussi, d’influer sur les affaires du royaume.

75Dans ce contexte, quelles sont les attributions réelles du principal conseiller ? Quelle est la nature de son pouvoir et de son influence ? Comment fonctionne le Conseil sous sa domination ?

La domination du grand officier sur les autres conseillers

  • 118 Calendar of State Papers [cité CSPSP] 1538-1542, p. 203. Déjà, en juillet 1537, en l’absence du gr (...)
  • 119 Voir François Nawrocki, thèse citée, p. 522-528.
  • 120 ASModena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Cf. une analyse ass (...)
  • 121 François Nawrocki, thèse citée, p. 528-533.
  • 122 Propos tenu par Catherine de Médicis au cours des états généraux de Blois, cité par Charles-Joseph (...)

76Pour commencer, il y a clairement une domination politique des conseillers favoris sur les autres conseillers, qu’ils soient chancelier, secrétaire ou cardinal. Pour la seconde moitié du règne, les exemples de Montmorency et Annebault soulignent bien la domination de l’officier sur le cardinal. L’association de Montmorency et Lorraine maintient une hiérarchie très claire avec le grand maître à la direction du duo. Plusieurs épisodes l’illustrent bien. À la fin de l’année 1539, par exemple, alors que l’empereur est en route pour Paris, François Ier, malade, ne peut aller à sa rencontre. Il envoie alors Anne de Montmorency et ses deux fils. Le connétable quitte la cour début novembre, laissant « derrière lui le cardinal de Lorraine, pour le remplacer temporairement dans ses fonctions auprès du roi118 ». Toutefois, Montmorency entend conserver intactes ses prérogatives. Il précise à l’ambassadeur de l’empereur que, durant son voyage, aucune tentative ne doit être faite pour traiter d’un point de la paix à venir. Nettement plus équilibré, mais quand même inégal, est le couple formé par Claude d’Annebault avec François de Tournon. Martin Du Bellay résume parfaitement la situation lorsqu’il écrit que Tournon a le maniement des affaires en l’absence de l’amiral119. Cette pratique du gouvernement avec un principal ministre secondé par un bras droit qui peut le remplacer à tout moment est particulièrement confortable pour le souverain qui peut ainsi sans cesse s’appuyer sur un homme de dossier et de pouvoir. Elle est renforcée généralement par un troisième homme (le cardinal de Lorraine dans la décennie 1540 par exemple). On s’aperçoit de l’efficacité de ce système au cours des rares moments où les deux principaux ministres sont absents. Ainsi, en août 1546, en l’absence de l’amiral et du cardinal de Tournon, le gouvernement est provisoirement désorganisé et cela d’autant plus que le cardinal de Lorraine est lui aussi absent. Les agents du roi, tel Odet de Selve, sont alors désarmés. Ce dernier demande à qui il doit adresser les paquets, en l’absence de l’amiral et du cardinal de Tournon, malade. François Ier désigne alors un quatrième homme, le cardinal de Ferrare qui se trouve ainsi du jour au lendemain devoir tenir une table aussi fréquentée que celle de l’amiral en temps normal120. De manière générale, la réticence de François Ier à laisser s’éloigner de la cour l’amiral d’Annebault témoigne de sa prééminence dans la gestion des affaires du royaume121. Il semble ainsi que l’une des fonctions du favori est d’agir comme le protecteur du Conseil en établissant les listes de présence et les ordres du jour. C’est sans doute le conseiller favori qui prépare l’ordre du jour, en fonction des discussions qu’il a pu avoir avec le roi la veille. Il est vraisemblable qu’il suggère alors la présence de tel ou tel, même s’il est clair que le roi n’a pas besoin de formaliser les noms de ceux de son Conseil. Ils savent s’ils sont les bienvenus ou non. Dans certains cas seulement, on peut sans doute être convoqué un peu plus formellement. C’est sans doute le cas des présidents de parlement ou des avocats. En l’absence d’un protecteur du Conseil les choses dysfonctionnent rapidement. Ainsi il semble qu’au lendemain de la disgrâce du connétable, en 1541, François Ier tente d’établir un gouvernement collégial qui ne soit plus entre les mains d’un ministre tout-puissant. Mais cette tentative est un échec. Catherine de Médicis rapporte comment, à la suite de cette décision, le roi arrive un jour au Conseil et que, constatant qu’aucun dossier n’a été préparé, il s’en prend violemment à Claude d’Annebault et au cardinal de Lorraine122. Toutefois, la domination sur les autres conseillers implique-t-elle que le principal conseiller décide ? Où se situe le principal conseiller entre orientation de la politique royale et exécution de la volonté royale ?

Le principal conseiller relais de la volonté royale, filtre, fusible et broker

  • 123 C’est Guillaume Bonnivet en effet qui, dans une lettre de 1521, pose les bases de ce qui donne lie (...)
  • 124 Guillaume Gouffier est né vers 1482, Odet de Foix est né vers 1483. François Ier est né quant à lu (...)

77Les raisons de l’ascension de tel ou tel noble d’épée à la tête du Conseil relèvent de logiques différentes et se traduisent par une direction des affaires de natures diverses. Ainsi, le parcours des frères Gouffier souligne l’interconnexion de la faveur privée et de la faveur politique. Leur accès aux leviers du pouvoir a été permis et accompagné par l’exercice patient, plusieurs décennies durant, d’une charge strictement domestique, a priori dénuée de tout contenu politique, le gouvernement des enfants de France. Pierre Carouge montre comment Artus puis Guillaume ont été l’un puis l’autre pendant les dix premières années du règne les principaux relais des décisions du roi et les principaux représentants de sa personne, en vertu d’une délégation de pouvoir. Pour autant, peu de grandes orientations de la politique royale peuvent être mises au crédit des Gouffier, à part sans doute l’esquisse du Trésor de l’Épargne (qui d’ailleurs n’est pas formulée au Conseil)123. Il n’y a donc pas de programme politique clair associé aux noms des Gouffier. Ces derniers sont les instruments, dans une large mesure consentants et conscients, du pouvoir royal. Serviteurs de confiance du roi, ce dernier leur remet une délégation de compétence dont l’ampleur dissimule d’autant mieux l’absence d’une réelle autonomie de décision. Une analyse tout à fait comparable peut sans doute être formulée au sujet de René de Savoie, oncle de François Ier, qui succède à Artus comme l’un des principaux conseillers du roi, jusqu’à la purge de Pavie. Dans le cas d’Artus, comme dans celui du Bâtard de Savoie, la question pertinente n’est peut-être pas celle de l’opposition entre influence politique et rouage administratif. En effet, Artus Gouffier est avant tout le gouverneur du dauphin François d’Angoulême. On peut se demander dans quelle mesure il n’est pas resté le tuteur de François Ier auquel on demande à la fois d’approuver et de légitimer les décisions du roi de France. Il dispose d’une autorité morale dont le roi se sert. Il n’est pas surprenant dans cette perspective que le jeune roi pousse, pour lui succéder dans cette fonction, son oncle René qui obéit à des caractéristiques comparables (âge et expérience) auxquelles il ajoute le sang princier. Le cas de Guillaume Gouffier est un peu différent. Tout comme Odet de Foix, il occupe un peu une place de grand frère124. Bonnivet et Lautrec sont d’ailleurs, en termes d’influence, clairement un cran au-dessous des figures paternelles que sont Artus Gouffier et René de Savoie.

78Rares sont les favoris qui s’imposent véritablement en déchargeant le roi d’une partie de son fardeau. Le seul qui aille jusque-là est peut-être Anne de Montmorency. C’est d’ailleurs le seul qui subit une disgrâce. Il s’est en effet imposé en défendant une politique clairement identifiable : la négociation avec l’empereur. À la suite de l’échec de cette politique, il doit quitter la cour et le Conseil. Présentant un cas de figure intermédiaire entre ceux proposés par Gouffier et Montmorency, l’amiral d’Annebault n’associe pas véritablement son nom à une politique (si ce n’est que toute la diplomatie de la fin du règne est tournée contre l’empereur). Symptomatique est de ce point de vue le passage rapporté par Monluc sur le déroulement d’une séance du Conseil en 1544. Blaise de Monluc ayant plaidé avec vigueur en faveur de l’affrontement, l’amiral d’Annebault, silencieux pendant la plaidoirie du capitaine, demande alors au souverain :

  • 125 Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, Paul Courteault (éd.), p. 147-148.

« Sire, quelle opinion vous prent-il à present ? » Le Roy, après avoir demeuré quelque peu, se tourna vers moy, disant comme en s’escriant : « Qu’ils combatent ! Qu’ils combatent ! – Or doncques, il n’en faut plus parler, dit monsieur l’admiral ; si vous perdez, vous seul serez cause de la perte, et si vous gaignez, pareillement ; et tout seul en aurez le contentement, en ayant donné seul le congé125. »

  • 126 Olivier Feiertag, « La biographie d’un haut fonctionnaire des finances », p. 6-9, dans Wilfrid Bau (...)
  • 127 Raymond Aron, La lutte des classes, nouvelles leçons sur les sociétés industrielles, Paris, Gallim (...)

79Encore une fois, il convient sans doute d’essayer de sortir d’une opposition entre l’influence politique de certains et la réduction des autres au statut de simple rouage administratif. Ce problème qui se pose aux historiens des grands commis de l’État de l’époque contemporaine, dans leur positionnement par rapport aux historiens des hommes d’État ou des hommes politiques en général, ne se pose pas d’une manière aussi nette aux historiens de la première modernité. La difficulté pour les historiens de l’époque contemporaine qui s’intéressent aux grands commis de l’État réside dans le fait qu’en vertu de l’idéologie républicaine même, l’action du haut fonctionnaire est censée se confondre avec l’État qu’il est réputé servir126. Comment faire, dans ces conditions, pour saisir l’action individuelle d’un grand commis de l’État ? L’homme doit alors, théoriquement, s’effacer au profit de la figure abstraite de l’administrateur, normalement interchangeable, et par nature impersonnelle et même anonyme. Raymond Aron, en réfléchissant à la nature du pouvoir des « grands fonctionnaires » dans ses rapports avec le pouvoir des hommes politiques, conclut : « Les fonctionnaires sont différents, en essence, parce que, eux, gouvernent selon la rationalité et prétendent représenter l’universalité de la collectivité […], d’où une tension virtuelle entre fonctionnaires et hommes politiques127. » L’historien contemporain de la première modernité pâtit sans doute de cette distinction qui, féconde pour les historiens du politique travaillant sur l’époque contemporaine, gêne sans doute l’appréhension de temps plus anciens. Car, d’une part, le technicien de la première modernité a la possibilité d’habiter avec plus ou moins de vitalité et de liberté sa fonction et dépasse précisément le statut de commis de l’État ; et, d’autre part, le favori, à l’inverse, peut, dans une large mesure, n’être que l’extension d’une volonté qu’il sert et dont il n’est que la courroie de transmission. Cela expliquerait la difficulté qu’il y a à associer les noms d’Artus Gouffier, de René de Savoie, d’Odet de Foix, et même, dans une large mesure, de Claude d’Annebault, à une politique clairement identifiable.

80La nature même du conseiller du roi sous le règne de François Ier consiste peut-être, plus que tout, à défendre la volonté du roi, plus qu’à décider de la politique du royaume. Le rapport de Cavalli est de ce point de vue intéressant, qui écrit :

  • 128 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, (...)

« A mon avis, [les échecs] sont advenus faute d’exécuteurs diligents et parce que Sa Majesté ne veut pas avoir la charge [entière], ni aucune part à cette exécution, ni être jamais superintendant, parce qu’il lui paraît qu’il suffit de bien faire sa propre part, qui est de donner des ordres et de décider, et de laisser ensuite le reste aux autres128. »

81Selon Cavalli, donc, la nature du pouvoir des principaux conseillers consiste à la mise en œuvre de la décision souveraine. L’intervention du principal conseiller se situe alors en aval de la décision royale.

  • 129 AN, XAa 1519, fo 203 ro /vo.
  • 130 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Par (...)
  • 131 Ibid., chap. 3. Roger Doucet a utilisé le registre des délibérations du Parlement (AN, X1A 1520, fo (...)

82On peut se demander de manière générale dans quelle mesure la fonction principale du conseiller n’est pas de servir d’intermédiaire entre le roi et ses sujets, en faisant remonter, certes, la rumeur du royaume, mais en faisant descendre également vers le royaume ou ses représentants, l’humeur du roi et sa volonté. Prenons l’exemple de la résistance opposée par le parlement de Paris à l’enregistrement du concordat. Lorsqu’en juin 1517, François Ier donne l’ordre au Parlement d’enregistrer le concordat, il envoie son oncle René assister aux délibérations pour donner plus de poids à son ordre. La mission du Bâtard de Savoie est de lui rapporter « à la vérité comme la matière aura esté dépeschée, et les difficultez qui s’y seront tant en général que en particulier trouvées129 ». Le 15 janvier 1518, c’est Artus Gouffier que le roi envoie au parlement de Paris pour lui demander de présenter par écrit ses observations130. Au printemps suivant, comme le parlement de Paris refuse toujours avec obstination d’enregistrer le concordat, un troisième conseiller, La Trémoille, est envoyé par le roi pour y prononcer un discours lourd de menaces qui amène le Parlement à enregistrer le traité en présence de l’envoyé du roi, le 22 mars131.

  • 132 André Le Glay, Négociations diplomatiques entre la France et l’Autriche pendant les trente premièr (...)
  • 133 Détail des travaux dans BnF, ms frçs 2976, fos 53-54 (Villeroy au grand maître, Paris, 13 août 153 (...)
  • 134 Sur Philippe Chabot gestionnaire des audiences du roi, voir E. Alberi, op. cit., I, IV, p. 33-35. (...)
  • 135 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in seventeenth Century France, Oxford-New York, 198 (...)

83Le principal conseiller est donc un intermédiaire entre le roi et ses interlocuteurs. C’est aussi un écran dressé autour de sa personne, qui participe à engendrer l’image d’un souverain littéralement hors du commun. Le principal conseiller favori est en effet une sorte de « filtre de l’information » (François Nawrocki). C’est lui qui reçoit les ambassadeurs étrangers et les envoyés du roi, et qui juge de l’intérêt d’une rencontre avec le roi. Ainsi, lorsque Philibert Naturelli et Philippe Haneton se rendent en mars 1519 à la cour de France pour exposer, au nom de Marguerite d’Autriche, leurs griefs relatifs à la présence de Fleuranges et de ses troupes dans Mouzon, ils sont reçus par Louise de Savoie et Artus Gouffier132. Pas une fois, ils ne rencontrent François Ier. Plus tard, dans les années 1530, les travaux entrepris dans le vieux Louvre, au premier étage de l’aile sud, ouvrent deux portes dans la garde-robe du roi. L’une permet d’accéder au cabinet du roi situé dans la tour d’angle. L’autre ouvre sur une galerie, qui elle-même ouvre sur la chambre du grand maître133. Autrement dit, pour accéder au roi, il faut passer par Anne de Montmorency. On pourrait multiplier les exemples de cette nature. C’est en effet le conseiller favori qui gère les audiences du roi134. Cette configuration ne va pas sans une certaine ambigüité pour le détenteur réel du pouvoir, l’individu écran pouvant suggérer l’idée que c’est lui qui gouverne le royaume. Mais là encore, le roi y trouve son compte qui peut toujours, en cas d’échec, rejeter la responsabilité sur son favori qui joue alors le rôle de « fusible ». C’est le cas de Bonnivet qui trouve la mort à Pavie, mais également, au cours de disgrâces passagères, de Chabot et de Montmorency, avant que ce dernier ne connaisse une disgrâce définitive. « Fusible », le principal conseiller sert ainsi à l’occasion de doublure au monarque. Cette dimension apparaît également lorsqu’il s’impose comme broker, c’est-à-dire comme principal médiateur pour l’obtention des faveurs royales135. En effet, par les offices qu’il détient et tout particulièrement celui de grand maître, et par son influence politique, le principal conseiller de François Ier agit comme intermédiaire dans les largesses du roi en direction de ses sujets. En dehors des cas particuliers de Louise de Savoie et de la duchesse d’Étampes, c’est en effet toujours le principal conseiller qui est le mieux placé pour attribuer honneurs, charges, pensions et bénéfices. Dès le règne de François Ier, le ministre-favori est ainsi un « patronage manager », organisant la distribution des charges et canalisant les mécontentements éventuels. D’une certaine manière, le principal ministre se substitue à son souverain dans les tâches d’arbitrage de la faveur royale susceptibles de compromettre la dignité monarchique. Pour autant, la puissance du pouvoir royal est telle que, si les fonctions du principal ministre se traduisent naturellement par la constitution d’une clientèle personnelle, celle-ci n’est pas toute puissante. Montmorency, le plus puissant des principaux ministres de François Ier, ne dispose pas de « créatures » ou de hechuras sur le modèle de celles de Richelieu et d’Olivares. En revanche, sa clientèle, comme celles du cardinal et du valido, a un effet centripète qui concourt à imposer la cour comme LE centre de patronage qui compte au cœur du royaume. La contribution de Thierry Rentet sur Montmorency souligne le rôle que joue l’implantation parisienne du connétable dans le choix du roi qui sait qu’il pourra ainsi compter sur une puissante parentèle et une large clientèle qu’il lui appartient de développer.

84L’influence du principal conseiller peut toutefois rencontrer ses limites lorsqu’elle aborde certains dossiers techniques, et notamment celui des finances.

Le principal conseiller « tuteur financier » ?

  • 136 Même si l’exemple de Sully montre que cela n’est pas impossible.

85Dans ce secteur de gouvernement, la fidélité des hommes et leur intelligence politique peuvent buter sur une faiblesse toute simple, l’incompétence ; la difficulté qu’il y a à équilibrer un budget, à faire correspondre l’argent qui sort et l’argent qui entre. Il est particulièrement difficile pour un noble d’épée de pénétrer toutes les subtilités d’un secteur aussi complexe136. On ne saurait donc sous-estimer l’influence en ces matières des secrétaires des finances, à la fois de par leur fonction, proches du Conseil, et, de par leur profil, informés des réalités financières. Pour autant, il ne saurait être question pour le souverain de remettre les décisions en matière de finances à un groupe de spécialistes. Seuls le principal conseiller et son entourage immédiat connaissent les besoins de l’État. Une fois de plus, c’est la figure de l’intermédiaire qui apparaît chez le principal conseiller, cette fois-ci entre le roi et les techniciens des finances. Philippe Hamon a ainsi montré que l’on assiste, dans le second quart du XVIe siècle, à une redistribution des cartes entre les deux pratiques du contrôle et de la délégation, autrement dit à une reprise en main des finances par le Conseil du roi et quelques proches. Le Bourgeois de Paris rapporte ainsi les événements :

  • 137 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 1854, p. 195.

« [1524] 1523, en février, le Roy pourvoiant à ses finances avec son Conseil, délibéra faire rendre comte à messire Jacques Beaulne, seigneur de Samblançay […] de toute la charge et administration qu’il avoit eue, tout le temps passé, des finances du Roy. Et pour ce faire, luy furent ordonnéez six personnes pour ouïr ses comptes […]. Et ordonna le Roi, que doresnavant, ses finances ne passeroient plus par nuls fors que par les mains du trésorier Babou, et que rien ne se fairoit plus sans le Conseil du Roi137. »

  • 138 Ce rôle de tuteur financier est resté informel jusqu’en 1564, lorsque qu’Artus de Cossé devient «  (...)
  • 139 Un rapport adressé au parlement de Paris signale en 1526 que le chancelier Duprat « a la totalle a (...)

86Dans la perspective de cette politique, Philippe Hamon a suggéré que le grand maître de France joue alors un rôle de tuteur financier. C’est d’abord Boisy qui remplit cette fonction, puis le Bâtard de Savoie et enfin Montmorency. Après la disgrâce de ce dernier, il semble bien que Claude d’Annebault, qui exerce les fonctions de grand maître sans le titre reprenne, aussi, cette tutelle des finances138. De même, il est vraiemblable qu’au cours de la période qui sépare la domination du Bâtard de Savoie de celle de Montmorency, ce soit le chancelier Duprat qui gère l’essentiel des finances139.

  • 140 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 415.

87Il apparaît toutefois que le tuteur financier n’est pas toujours en mesure de suivre de près des dossiers complexes qui exigent une grande réactivité. De nombreux témoignages soulignent combien, sur le fait des finances, le roi et Montmorency, même au faîte de sa puissance, se reposent sur le chancelier Antoine Du Bourg140. En son absence, les décisions prises sont parfois dénoncées comme incohérentes. Ainsi, les sources conservent la trace d’une colère du cardinal François de Tournon alors que le Conseil l’a assigné sur le Languedoc pour payer les troupes de Piémont. Or le système des quartiers empêche qu’il n’en reçoive « ung quatrin » avant la fin de janvier. D’où son mécontentement :

  • 141 BnF, ms frçs 5125, fos 171 vo-172 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

« Se monsieur le chancelier ou le général de Normandie [Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Épargne] y eussent esté quant la despeche m’a esté faicte, ils eussent bien sceu remonstré ce que je diz cy dessus estre véritable, comme ceulx qui ont la charge et l’intelligence des finances141. »

88L’accusation à l’encontre des autres conseillers de leur incompétence en matière de finance est très claire. Dans une lettre au chancelier Du Bourg, il semble d’ailleurs remettre également en cause la compétence du chancelier, puisqu’il lui écrit :

  • 142 BnF, ms frçs 5125, fo 173 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

« Demandez a ceulx qui manyent les finances, et vous trouverez que je ne sçaurois recevoir ung denier, ny des restes du quartier passé ne de ce qui peult escheoir au commencement d’icellui qui vient, que a la fin du moys de janvier prochain […] ; vous trouvez tout ce que j’escriptz le meilleur du monde […] mais vous ne m’envoiez pas de quoy payer [les troupes]142. »

89L’utilisation d’un principal ministre pour gouverner est donc ce qui caractérise le Conseil sous François Ier. Le roi sait à l’occasion moduler cette pratique en utilisant deux principaux ministres (René de Savoie et Guillaume Bonnivet au début de la décennie 1520, Philippe Chabot et Anne de Montmorency à la fin de la décennie 1520). Mais il ne semble pas que l’on connaisse sous François Ier de « gouvernement par Conseil » avec dilution des responsabilités entre plusieurs conseillers. Tout au plus peut-on évoquer, semble-t-il, une configuration originale aux lendemains de la disgrâce du connétable. En effet, François Ier tente alors d’établir un gouvernement collégial qui ne soit plus entre les mains d’un ministre tout-puissant. Mais, on l’a vu, cette tentative est un échec et cet épisode semble bien isolé. En revanche, sur l’ensemble du règne, le principal ministre peut s’appuyer sur des techniciens de premier ordre : le chancelier et les secrétaires. On notera là une différence de fond avec ce que l’on observe en Angleterre à la même époque, où le principal ministre est, presque tout le temps, un technicien (Thomas Wolsey, puis Thomas Cromwell) auquel sont subordonnés les hommes d’épée (Charles Brandon, duc de Suffolk ou Thomas Howard, duc de Norfolk). Quoi qu’il en soit, le règne de François Ier compte quelques techniciens d’exception qui dominent les autres.

Chanceliers, secrétaires et maîtres des requêtes

90Au cœur du Conseil ou à sa périphérie, quelques officiers jouent un rôle tout à fait essentiel. Parmi eux, le chancelier, les secrétaires et les maîtres des requêtes.

Le chancelier

  • 143 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 321.

91En théorie, le chancelier n’est en dignité que le deuxième des grands officiers après le connétable. Toutefois, la place qu’il occupe au cœur des institutions centrales est prépondérante. Cette prépondérance s’explique par le statut ambigu de la fonction de chancelier qui relève de sphères aussi diverses que celles de la justice, de l’administration et du gouvernement. Plus que d’autres institutions encore, il symbolise la multifonctionnalité des offices médiévaux. En France, le chancelier est assez souvent un ecclésiastique (20 chanceliers sur 48 sont des ecclésiastiques, entre 1328 et 1573). L’office, supprimé en 1227, est rétabli en 1315. Son titulaire est nommé par le roi (sauf de 1372 à 1441 où il est élu par une large assemblée). Le titre principal de ses fonctions réside dans le fait qu’il est dépositaire du sceau de France, qu’il appose sur les actes royaux. Il doit s’assurer de la régularité de ces actes et peut donc être amené à refuser l’apposition du sceau s’il juge les lettres contraires aux ordonnances ou préjudiciables aux intérêts du roi. Le chancelier s’impose progressivement (dès la fin du XIIIe siècle) comme chef de la justice. À partir de là, ses compétences s’élargissent à des besognes administratives et gouvernementales. C’est ainsi que sa charge prend progressivement, selon certains, l’apparence d’une « lieutenance du roi dans les affaires du royaume ». En théorie, c’est lui qui préside le Conseil en l’absence du roi ; il participe à l’élaboration des lois et à la nomination des officiers ; il est la « bouche du roi143 ». Le règne de François Ier est particulièrement intéressant dans l’histoire des chanceliers et de leur rôle au Conseil en ce sens qu’il permet de souligner la distance qui sépare la théorie de la pratique et qu’il correspond en même temps à une période au cours de laquelle les choses se précisent.

92Tout d’abord, il importe de rappeler que les chanceliers, comme les autres conseillers du roi, sont avant tout des agents polyvalents : on les croise souvent dans des missions d’ordre logistique ou financier. Ils constituent ainsi des ponts avec toute l’administration judiciaire. Car les chanceliers ne sont pas des hommes seuls ; ils sont entourés d’équipes qui nous échappent largement – un peu comme les équipes qui entourent les secrétaires d’ailleurs.

  • 144 K. Lanz (éd.), Correspondenz des Kaisers Karl V., t. I, Leipzig, 1844, p. 6.
  • 145 Techniquement chancelier jusqu’en 1545, Poyet perd les sceaux en 1542, englobé dans la débâche mon (...)

93Sur la distance qui sépare la pratique de la théorie, plusieurs points doivent être évoqués. Sur le chancelier comme « bouche du roi » par exemple, on dispose du témoignage des ambassadeurs de Charles de Habsbourg qui, à Compiègne en février 1515, ont la surprise de voir le roi, malgré la présence de Duprat et d’autres conseillers, leur faire lui-même réponse à l’exposé de leur charge144. Par ailleurs, s’il est vrai que, sous François Ier, le chancelier est le chef né du Conseil, il s’agit de celui qui traite des questions judiciaires, donc plutôt du Conseil qui se tient l’après-midi et qui deviendra le Conseil d’État dans la seconde moitié du siècle. Cela revient à poser la question de l’influence politique des chanceliers, particulièrement délicate à évaluer. Il faut en effet faire la part entre le statut du chancelier et ce qu’en fait l’homme qui détient l’office. On observe pour le règne de François Ier des profils de cancellariat très divers, entre Antoine Duprat (chancelier de 1515 à 1535), Antoine Du Bourg (1535-1538), Guillaume Poyet (1538-1542) et François Olivier (1545-1552)145.

  • 146 Son maintien est également révélateur du nouveau statut du chancelier (cf. plus bas).

94Antoine Duprat bénéficie de plusieurs caractéristiques qui assurent son poids politique. D’abord, ce n’est pas un nouvel arrivant lorsqu’il devient chancelier, puisqu’il a 52 ans et qu’il a derrière lui une longue et brillante carrière de magistrat. Ensuite, il évolue en toute sécurité car il est sous la protection de Louise de Savoie. Enfin, il s’appuie sur tout un réseau de familles auvergnates qui lui confère une assise solide. Autant d’éléments qui peuvent lui assurer une certaine autonomie et un poids politique. Du Bourg en revanche est réduit à sa fonction au sens où il se trouve là parce que Duprat l’a placé là. Lorsque Duprat disparaît, il semble sans doute naturel au roi de se tourner vers Du Bourg. Pour autant, le favori du moment est Montmorency. Du Bourg doit donc travailler avec le grand maître, mais il n’a pas la main. Son successeur en revanche, Guillaume Poyet, est une créature de Montmorency et disparaît d’ailleurs institutionnellement et politiquement à la suite de son patron. François Olivier, qui lui succède en 1545, est très largement dépourvu d’influence. Il est d’ailleurs symptomatique de son faible poids politique que lorsque le 3 avril 1547, Henri II tient son premier Conseil, il soit le seul rescapé du Conseil de François Ier146. Il semble donc que le chancelier exerce une influence politique pleine et entière à partir du moment où il est proche du « protecteur du conseil », en l’occurrence Louise de Savoie pour Duprat et Montmorency pour Poyet.

  • 147 Sous Louis XI par exemple on dispose de l’exemple du chancelier Doriole qui, en mars 1479, refuse (...)
  • 148 Voir les notices sur Duprat, Du Bourg et Poyet.

95Toutefois, dès que l’on a besoin d’un document officiel, c’est au chancelier que l’on s’adresse. Dispose-t-il alors d’une marge de manœuvre ou n’est-il qu’un greffier de la décision politique ? En théorie, il peut demander à ce que l’on réévalue une décision politique ou refuser de sceller un acte qui lui paraît mauvais147. On dispose, pour le règne de François Ier d’exemples où Duprat, Du Bourg ou Poyet rechignent à apposer le sceau148. C’est particulièrement vrai dans le cas de Poyet à tel point que Paget écrit le 9 août 1542 que

  • 149 SP, IX, p. 116-117. Il a déjà provoqué la colère du connétable, le 2 mars 1539, et avait craint ce (...)

« the commun bruite asscribeth his ruyne to that he woold not seale certain writinges at the Kinges commaundement149 ».

96De ce point de vue, Guillaume Poyet est peut-être celui des chanceliers de François Ier qui revendique la plus grande liberté à l’égard de l’autorité du roi ou de ses principaux ministres. Toutefois, cette attitude a un coût politique, et Poyet s’aliène beaucoup de gens qui lui feront défaut lorsqu’il sera en difficulté aux lendemains de la disgrâce de Montmorency. D’ailleurs, une grande partie des rares lettres de Poyet que l’on a conservées visent à rattraper des situations de crise qu’il a créées en refusant d’accéder à des requêtes qu’on lui avait soumises. C’est sans doute une des clés de sa disgrâce.

  • 150 Voir le chapitre sur Duprat dans le présent livre.

97Si les chanceliers ont donc une possibilité, très circonscrite, de résistance à la volonté politique sous François Ier, qui peut être le signe d’un pouvoir d’opposition à la volonté politique du roi ou d’autres conseillers, ont-ils un pouvoir d’impulsion législative ? Pour poser la question différemment, quel est le rôle joué par le chancelier dans l’élaboration des décisions ? Les contributions du présent livre montrent que l’on n’en sait pas grand-chose. Même pour un chancelier aussi puissant que Duprat, il n’y a pas d’éléments probants sur son influence réelle150. Il a pu être assez fréquemment utilisé par défaut en tant qu’expert. Il a pu jouer un rôle dans la formalisation. Il est difficile d’aller plus loin. Il est tout aussi difficile d’évaluer la nature exacte de son rôle financier. Sur les affaires financières, les rentes sur l’hôtel de ville par exemple, les sources postérieures le présentent comme l’auteur de ces innovations. Les sources contemporaines ne disent rien de tel. On peut parfaitement supposer que d’autres conseillers ou proches du Conseil comme René de Savoie, Pierre Filleul ou Semblançay ont joué un rôle. De la même manière, quel est le rôle exact du chancelier Poyet dans l’ordonnance de Villers-Cotterêts ? Une bonne partie des articles de l’ordonnance ont déjà été écrits dans celles qui l’ont précédée. La nouveauté réside dans son ampleur. Mais elle aurait très bien pu sortir sous Du Bourg. Le contexte a sans doute une influence décisive sur le poids politique des chanceliers. À partir des années 1535 et malgré quelques interruptions significatives, l’urgence ne réside plus dans l’effort de financement des campagnes militaires. Il y a alors l’espace nécessaire pour lancer des réformes administratives d’ampleur. Dans ce contexte, le chancelier retrouve son influence – un peu comme Duprat au moment de la pose militaire de 1517.

  • 151 Pierre-Roger Gaussin, Louis XI. Roi méconnu, Paris, 1988, p. 196.

98Enfin, il ne faut pas perdre de vue par ailleurs que la charge de chancelier évolue et que quelques innovations notables interviennent précisément, ou se renforcent, au cours du règne de François Ier. Il existe ainsi quelques secteurs plus ou moins nouveaux dans lesquels le chancelier dispose d’une influence politique. Du Bourg a une influence politique réduite aux strictes limites de sa charge : sur l’imprimerie par exemple, la délivrance des privilèges lui confère un pouvoir renouvelé. Par ailleurs, la volonté d’unification juridique passant forcément par lui, lui donne un pouvoir très lourd – plusieurs ordonnances traitent de cette question. Le chancelier est donc titulaire d’un office qui se transforme. Il prend un poids plus lourd en matière législative, donc son périmètre politique augmente et cela parce qu’il se mêle de choses dont il ne se mêlait pas avant (et dont le roi lui-même ne se mêlait pas). C’est le cas des privilèges de foires par exemple. Pour autant, cette extension de ses prérogatives n’appartient pas à tel ou tel individu, mais va avec la fonction. Il est en effet essentiel de distinguer entre la fonction et l’homme et également de souligner que la fonction de chancelier croît sous François Ier. Une comparaison avec Louis XI est de ce point de vue révélatrice. Sous Louis XI, les chanceliers se succèdent sans égard aux positions acquises ou aux services rendus : Guillaume Jouvenel des Ursins est purement et simplement remercié en 1461, remplacé par Pierre de Morvilliers, puis rappelé en 1465 à la fin du Bien Public. Il ne semble pas que les Princes aient été particulièrement attachés au chancelier de Charles VII, mais tout simplement que Louis XI lui-même n’ait plus eu confiance dans le successeur qu’il lui avait donné. Après la mort de Guillaume Jouvenel des Ursins en 1472, le roi nomme Pierre Doriole, qu’il congédie au printemps de 1483 sur des soupçons et qu’il remplace par un « rallié », Guillaume de Rochefort, dont il avait su, mieux que Charles de Bourgogne, reconnaître les qualités. Soit 4 chanceliers en 22 ans de règne, avec 3 renvois151. Louis XII, à l’inverse, reprend le chancelier de Charles VIII. Duprat jouit d’un cancellariat sans histoire (du point de vue du pouvoir royal) de près de vingt ans. Guillaume Poyet, de son côté, a beau être disgracié, il n’est pas destitué. Le traitement qui lui est réservé fait jurisprudence. C’est à partir de lui que l’office de chancelier devient inamovible.

99L’influence politique des chanceliers et donc leur place au Conseil ou dans le processus de décision dépend donc à la fois de la personnalité de celui qui détient l’office, de la conjoncture générale (guerre ou paix), et du processus qui l’a amené à la tête de la chancellerie. Pour disposer d’une influence politique, il est en effet indispensable qu’il bénéficie du soutien du principal ministre.

Les secrétaires

  • 152 Nicola Mary Sutherland, The French Secretaries of State in the Age of Catherine de Medici, Westpor (...)
  • 153 Toutefois, et cela dès le XIVe siècle, les clercs et notaires remplissent également des missions d (...)
  • 154 En effet, en dépit de la banalisation des notaires et secrétaires du roi, il y a toujours eu des n (...)

100Les puissants secrétaires d’État de la seconde modernité ont une humble origine. Il est vraisemblable qu’il a toujours existé quelque chose comme des secrétaires, sous une forme ou sous une autre, depuis qu’il existe quelque chose comme des rois. À partir du XIVe siècle toutefois, la situation se précise avec les deux ordonnances de 1309 et 1317. On rencontre à partir de cette époque, et tout au long du XIVe siècle, de manière inter-changeable, les expressions « notaires », « secrétaires », « clercs du secret » ou « secrétaires des finances »152. La tâche de ce personnel subalterne de « notaires-secrétaires » qui entoure le chancelier consiste à mettre en forme les ordres du roi153. Ils tirent leur nom du fait qu’ils prennent des notes et qu’ils sont tenus au secret. Quelques-uns d’entre eux émergent et acquièrent le droit de signer en finance. Vers 1400, on compte 6 secrétaires des finances et 4 autres secrétaires. Le nombre de ces secrétaires a tendance à augmenter comme en témoigne la régularité des ordonnances qui s’efforcent d’en limiter le nombre. Une ordonnance de 1413 en limite le nombre à 8 et précise que le roi ne peut recevoir comme secrétaire un individu qui n’est pas déjà notaire. On assiste ainsi à la constitution progressive du prestigieux collège des « six vingts » notaires et secrétaires du roi, dont les statuts sont précisés par l’ordonnance de novembre 1482 qui confirme ses privilèges, bientôt complétés par l’anoblissement d’office et le monopole de l’expédition des lettres passées en chancellerie. Censés être 60 (y compris le roi), ils sont en fait 119 car chaque office a été subdivisé pour des raisons financières. Leur quartier général se trouve aux Augustins à Paris. C’est donc de ce vivier que sont issus quelques secrétaires qui s’imposent auprès du roi et préfigurent les secrétaires d’État en jouant un rôle politique en plus de leur travail administratif. À partir du milieu du XVe siècle, en effet, une dizaine de secrétaires bien mieux rémunérés que leurs confrères se distinguent au sein du collège, mais aussi en dehors de lui154. Certains en font partie, en raison de leur champ de compétence, par exemple la signature exclusive de toutes les lettres de finances. D’autres, plus récemment apparus, sont simplement des officiers domestiques de l’hôtel du roi qui remplissent les fonctions de secrétaires particuliers. À partir du règne de Charles VIII, on les dit secrétaires de la Chambre. Leur champ d’action est l’expédition des lettres missives hors chancellerie dont l’accroissement considérable résulte du développement de l’action personnelle du roi dans ses relations directes avec ses sujets et plus encore avec les autres princes.

  • 155 Voir la notice de Philippe Hamon sur Jean Breton dans le présent livre.

101L’exercice de la fonction de secrétaire des finances est bien spécifique en ce qu’il assure une grande proximité avec le roi. Au quotidien, le secrétaire des finances doit en effet faire signer au roi des rôles et divers documents. De surcroît, comme il semble que François Ier ne signe que ce qu’il se souvient d’avoir décidé ou entériné, le secrétaire des finances est amené à dialoguer avec le souverain. Il peut en outre, du fait de son exceptionnelle insertion dans l’appareil monarchique et de sa proximité physique, tant orale qu’écrite avec une masse d’informations, influer éventuellement par ses dossiers et par son expertise sur le cours des débats, de même qu’il occupe une position d’informateur pour les principaux conseillers lorsqu’ils sont absents155.

  • 156 Il meurt dans sa prison de Melun le 2 juin 1548.
  • 157 Sous Henri II, c’est Clausse qui succède à Bayard dans ces fonctions de contrôleur des guerres.

102Sous François Ier, deux secrétaires des finances se distinguent particulièrement. Florimond Robertet, le plus important des deux, transforme même son secrétariat en une fonction quasi ministérielle, et cela dès le règne de Louis XII. Il doit en partie l’essor de sa carrière au fait qu’il est le protégé de Georges d’Amboise. Il sait ensuite conserver sous François Ier l’influence qu’il est parvenu à acquérir sous Louis XII. Gilbert Bayard, neveu par alliance de Florimond Robertet, est le deuxième secrétaire des finances le plus influent du règne de François Ier. C’est un conseiller et un acteur diplomatique de premier plan. Véritable poisson pilote de Louise de Savoie au moment de la Paix des Dames, c’est la protection de la mère du roi qui lui assure une influence diplomatique et politique. À la mort de Louise de Savoie, il s’efface, puis réapparaît sur les affaires impériales et anglaises quelques années plus tard, en particulier dans les années 1544-1545. Il est alors l’un des plus proches collaborateurs de Claude d’Annebault, y compris hors des sessions du Conseil. Signe, si l’on veut, de son influence politique, il connaît au début du règne d’Henri II une disgrâce très brutale. Sa chute relève de la disgrâce personnelle, signe d’une visibilité politique forte, même s’il est clair que son rôle depuis le début des années 1540 le destine à être mis à l’écart dès l’avènement d’Henri II et le retour en grâce de Montmorency156. En effet, sous le règne de François Ier, les secrétaires les plus influents tirent leur poids politique de leur association avec le favori du moment (voir graphique des actes contresignés par Jean Breton et Gilbert Bayard qui s’explique par l’évolution du positionnement de leur protecteur). Ainsi, de même que l’on observe souvent au cours du règne l’alliance entre un officier et un cardinal, on observe, aux côtés des couples formés par Anne de Montmorency et Jean de Lorraine puis par Claude d’Annebault et François de Tournon, des associations entre un favori et un secrétaire. Guillaume Bonnivet travaille ainsi très étroitement avec Florimond Robertet, Anne de Montmorency avec Jean Breton et Claude d’Annebault avec Gilbert Bayard (cf. graphique). Il est vraisemblable que ce sont ces couples qui préparent les réunions du Conseil. De surcroît, annonçant ce qui se passe dans la suite du siècle, il semble bien que le choix de tel ou tel secrétaire pour telle ou telle séance du Conseil est fonction des affaires qui vont y être traitées. On peut signaler par exemple à la fin du règne la présence de Bayard quand on traite des affaires anglaises et celle de Bochetel ou L’Aubespine pour les affaires allemandes. De la même manière, Breton, puis Bayard sont secrétaire et contrôleur général des guerres et assistent au Conseil où les questions militaires sont débattues157.

Actes contresignés par Jean Breton et Gilbert Bayard d’après les ORF et la série X1A.

103Tous ces secrétaires constituent un petit monde très lié. Gedoyn, confirmé dans ses fonctions au moment de l’avènement de François Ier, a succédé à son beau-père, Robineau, et cède lui-même sa charge, en 1526, à François Robertet, fils de Florimond. Gilbert Bayard, Jean Breton et Guillaume Bochetel se sont formés chez Florimond Robertet. On l’a vu, Gilbert Bayard est d’ailleurs le neveu par alliance de ce dernier. L’Aubespine est quant à lui le gendre de Bochetel.

  • 158 Il meurt en 1542, mais a perdu la plupart de ses offices l’année précédente à la suite de la disgr (...)
  • 159 On notera que sur le plan culturel, la hiérarchie s’inverse (Neufville, Breton, Bayard). Dans le c (...)
  • 160 Henri II les inclut d’ailleurs dans la première promotion des secrétaires des commandements et fin (...)
  • 161 Sans parler des simples secrétaires comme François Deslandes ou Jean de La Chesnaye qui contresign (...)

104Pour autant, l’influence politique des uns et des autres n’est pas automatique. L’habit de secrétaire des finances n’existe qu’en taille unique. C’est celui qui le porte qui le fait grand ou petit. Ainsi, Claude Robertet, fils de Florimond, malgré la puissance de son père, n’est qu’un simple exécutant. En deçà donc de Florimond Robertet et de Gilbert Bayard, toute une série de secrétaires, parmi ceux qui contresignent les lettres royales, n’ont, au cours du règne de François Ier qu’une part infime dans les discussions du Conseil et dans la formulation de la politique royale. C’est le cas dans une certaine mesure de Jean Breton, qui est un fidèle de Montmorency et qui est entraîné dans la chute de ce dernier158. C’est le cas également de Nicolas de Neufville, un cran en dessous lui et dont la prestigieuse descendance ne doit pas induire en erreur159. C’est enfin le cas à la toute fin du règne de Guillaume Bochetel et Claude de L’Aubespine dont l’ascension commence sous François Ier mais s’affirme véritablement sous Henri II160. D’autres secrétaires des finances comme Robert Gedoyn, Thierry Fouet dit Dorne ou Jean Duval sont quant à eux manifestement dépourvus de toute influence politique161.

  • 162 Ces quatre secrétaires des commandements et finances sont Guillaume Bochetel, son gendre Claude de (...)
  • 163 BnF, ms frçs 3005, fo 109.

105Robertet et Bayard ont ainsi ouvert la voie à une modification de la fonction et donc du statut des secrétaires. Sanctionnant cette évolution, leur appellation évolue. Ils deviennent, dès le règlement du 1er avril 1547, secrétaires des commandements et finances162. Ce même règlement confirme ce que l’on observe déjà dans le rôle de février 1543 à propos de Bayard et Bochetel163. Il porte en effet que les quatre secrétaires doivent être présents au Conseil du matin. Toutefois, ils conservent des fonctions rédactionnelles de premier plan. Ainsi, des lettres patentes de 1547 rappellent qu’ils sont établis « pour faire les expéditions et les dépêches de l’État » sur lesquelles ils apposent leur signature après celle du souverain. Il semble qu’ils aient tenus ensemble les registres du Conseil entre 1547 et 1554. Ils tiennent aussi des registres parallèles qui ont survécu à partir de 1546. De surcroît, les secrétaires conservent les minutes des lettres ordonnées par le roi ainsi que la correspondance d’État passive. Le 1er septembre 1558, enfin, apparaît officiellement le titre de « secrétaire d’État » à l’occasion de la nomination d’un nouveau secrétaire, Florimond Robertet de Fresnes, pourvu le 1er septembre 1558 de « l’office de notre conseiller et secrétaire d’État et de nos finances que souloit exercer feu Me Cosme Clausse ».

106Les secrétaires des finances révèlent donc la mise en place d’une machinerie d’État cohérente à la fois dans la constitution de dynasties de serviteurs du roi et dans la mise en place d’une bureaucratie puissante dotée d’une mémoire.

Les maîtres des requêtes

  • 164 Maïté Etchegoury, Les Maîtres des Requêtes de l’Hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589),(...)
  • 165 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 80
  • 166 Bernard Barbiche, op. cit., p. 121.
  • 167 Mémoire adressé au cardinal de Lorraine par le chancelier Olivier (AN, KK 625, fo 71). Voir aussi (...)
  • 168 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Éric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 323.
  • 169 Maïté Etchegoury, op. cit., p. 22.

107Apparus à la fin du XIIIe siècle, les maîtres des requêtes connaissent au départ une double hiérarchie de clercs et de lais qui disparaît rapidement164. Au nombre de 6 à l’origine, leur fonction de départ consistait à trancher les différends portés devant le roi. Ils vont toutefois considérablement diversifier leur compétence et leur rôle à la fin du Moyen Âge est tout à fait essentiel, puisque, comme assesseurs du chancelier, ils jouent le rôle d’intermédiaire entre les organes décisionnels (Conseil) et les officiers chargés de rédiger les actes traduisant ces décisions165. Leur fonction consiste notamment à rapporter les affaires importantes sur lesquelles le Conseil délibère. Un règlement du 11 juin 1544 prévoit que les maîtres des requêtes servent en alternance, par quartier (trimestre), au Conseil du roi et dans leur tribunal des Requêtes de l’hôtel166. Leur rôle est celui de rapporteurs présents à chaque fois que le Conseil est sollicité pour se prononcer sur des affaires particulières. Ils assistent debout et tête nue à ces séances au cours desquelles il leur est possible « d’opiner », c’est-à-dire qu’ils peuvent donner leur avis sur les affaires en délibération dont ils ont assuré l’examen puis le rapport. Selon le chancelier Olivier, « leur autorité apportait grande conséquence à la suite des opinions167 ». 8 à la fin du XVe siècle, ils sont 22 sous François Ier, 55 sous Charles IX et une centaine sous Henri IV168. Si le sectionnement du Conseil après François Ier les en exclut en ne leur réservant un accès qu’à ses formations contentieuses (Conseil privé et Conseil des finances, cf. le règlement de 1582), le règne de François Ier correspond à un moment où on les y trouve souvent pour rapporter sur de nombreuses affaires techniques. Les maîtres des requêtes sont en effet utilisés pour des missions judiciaires financières, militaires et diplomatiques169. Le règne de François Ier correspond également au moment où, pourvus de lettres de commission, certains effectuent des inspections en province et bientôt des missions d’autorité au nom du roi.

  • 170 Voir Cédric Michon, op. cit., passim.

108Toutefois, leur présence au Conseil du matin est tout à fait exceptionnelle. Tout au plus peut-on retenir le nom de certains d’entre eux qui semblent avoir été un peu plus présents que les autres. On retiendra notamment les noms de Jean Caluau, Jean de Langeac, Claude Dodieu, Lazare de Baif ou Charles de Marillac170.

Le roi maître du Conseil

Le roi au cœur du Conseil

109L’analyse du rôle des différents conseillers révèle la présence en creux d’un personnage qui les domine tous et au service duquel ils consacrent l’essentiel de leur énergie. En effet, une étude du Conseil en revient toujours au roi et à son rôle dans la gestion des affaires. Plusieurs questions se posent. D’abord, quel contrôle le roi exerce-t-il sur la composition de son Conseil ? Ensuite, une fois le Conseil constitué, dans quelle mesure le roi le contrôle-t-il ? Le fait qu’il ne fasse rien ou presque sans son Conseil, ne signifie pas forcément qu’il en soit l’instrument. Pour autant, dans quelle mesure en est-il le maître ? Dans quelle mesure est-il libre de suivre ou non les suggestions des experts et des favoris qui le peuplent et qui assurent le suivi des dossiers ? Disons d’entrée de jeu que François Ier a beau ne pas être un roi de dossier, sur le modèle d’un Philippe II d’Espagne, il n’en reste pas moins qu’il a le souci de son autorité et qu’il décide souvent, soit que son Conseil attende l’expression de son opinion pour se prononcer, soit qu’il aille contre les avis de son Conseil. De ce point de vue, il importe de ne pas commettre de contresens sur la conception du pouvoir qui est la sienne. En effet, une vulgate qui s’appuie sur quelques témoignages contemporains le présente comme un souverain nonchalant qui laisserait le soin des affaires à quelques favoris et à quelques grands commis. Giustiniano écrit en 1537,

  • 171 Niccolò Tommaseo (éd.), Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe si (...)

« le roi Très-Chrétien n’aime pas les affaires ni le souci de l’État, mais plutôt la chasse et les plaisirs […] [Il est] docile à l’avis de ses conseillers171 ».

110Il lui oppose Charles Quint attaché à son labeur et se conduisant « d’après son propre avis ». L’analyse de son successeur, Marino Cavalli, va dans le même sens, qui écrit en 1546 :

  • 172 E. Alberi, op. cit., I, I, p. 238-239.

« Autant ce roi supporte bien les fatigues corporelles et les endure sans jamais plier sous le fardeau, autant les soucis de l’esprit lui pèsent et il a presque tout remis au révérendissime Tournon et à l’illustrissime amiral [d’Annebault], et il ne répond et ne négocie que selon ce que ces deux-là lui conseillent et veulent. Et s’il venait à faire quelques concessions dans ses réponses aux ambassadeurs, ou à donner des ordres à d’autres (ce qui toutefois arrive rarement) sans avoir consulté ces deux-là, et que ce qu’il ait dit leur déplaise, ils le révoquent, ou plutôt le changent à leur goût172. »

111L’idée du favori gouvernant à la place du prince est un lieu commun des fantasmes sur le principal conseiller. On les trouve chez les diplomates aussi bien que chez les ennemis des favoris. Ainsi, le dernier des 41 chefs d’accusation portés par le juriste Jean d’Asnières à l’encontre d’Enguerran de Marigny à la veille du dimanche des Rameaux 1315 porte

  • 173 Les Grandes Chroniques de France, Paulin Paris (éd.), Paris, 1837, t. V, p. 217.

« que il avoit fait commandement aux trésoriers et aux maistres des comptes, que pour mandement que le roy fesist, que ils n’obéissent sé ils ne véoient ainsois son séel173 ».

112On n’est pas très loin de l’analyse de Marino Cavalli. Les choses semblent donc entendues. Pourtant, Cavalli lui-même apporte une précision à la suite de son analyse qui change radicalement l’image de la gestion politique de François Ier :

« Il est vrai que dans toutes les affaires d’État de la plus haute importance et dans les projets de guerre, Sa Majesté veut que, comme en les autres matières Elle s’en remette à eux, dans celles-ci eux et tous les autres s’en remettent à Elle ; et dans ces cas, il n’est personne de la cour, quelque autorité qu’il possède, qui ait l’audace de Lui adresser un seul mot contraire. »

113François Ier est clairement pénétré de l’étendue de son autorité. De la même manière qu’il se plie de bon cœur à l’usage qui lui impose une vie publique tout en sachant à l’occasion se rendre inabordable, voire invisible, il sait, quand il le faut, faire preuve dans l’exercice de son pouvoir de la plus grande fermeté. Brantôme rapporte d’ailleurs que François Ier voue une grande admiration à Louis XI. Il le

« louoit extrêmement, fors qu’il estoit un peu trop cruel et sanguinaire, [car] c’estoit celui qui avoit jetté les roys de France hors de page ».

114Selon Brantôme, François Ier considère qu’avant Louis XI

  • 174 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. II, p. 346. Cité par Philip (...)

« les roys n’estoient que my roys, et n’avoient gaigné encor l’authorité et prééminence sur leur royaume comme depuis ; mesmes que les estats et courts de parlements se mesloient fort de contreroller et censurer leurs actions, volontez et ordonnances : au lieu que cestuy-cy, assemblant ses estats et courts, ne disoient et ne faisoient rien si non ce qu’il vouloit ; jugeoit, ordonnoit, condemnoit, pardonnoit, absolvoit, le tout à son bon plaisir. Et disoit le roy Françoys qu’ainsy il falloit régner174 ».

115Même si ces propos sont apocryphes, ils illustrent bien l’attitude de François Ier comme, par exemple, la remise au pas du Parlement à laquelle il procède en 1527. On ne sera pas surpris que François Ier agisse de même dans les relations qu’il entretient avec son Conseil. Il est manifestement pénétré de la philosophie de la prise de décision exposée par le général de Gaulle au président Richard Nixon :

  • 175 Richard Nixon. Entretien avec Jean Béliard, De Gaulle en son siècle [Colloque], Fondation Charles (...)

« Un jour, de Gaulle m’a fait une confidence – je crois bien d’ailleurs qu’il a dit la même chose à Kennedy. Il m’a dit : “Lorsqu’il faut prendre une décision, c’est en soi qu’il faut chercher la réponse à apporter, certes il faut écouter l’avis des conseillers, mais, ensuite, il faut décider par soi-même.” Un chef doit pouvoir analyser la situation, avoir la force de caractère et le courage de faire et d’assumer des choix difficiles175. »

116Plus proche de François Ier, Machiavel ne dit pas autre chose dans Le Prince :

  • 176 Machiavel, Le Prince, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Paris, 2000, p. 191.

« Un prince prudent doit [choisir] dans sont État des hommes sages, et laisser à ceux-là seuls qu’il a choisis la voie libre, pour qu’ils lui disent la vérité, et seulement sur ce qu’il leur demande et sur rien d’autre – mais il doit leur demander un avis sur chaque chose – et il doit écouter leur opinion ; ensuite, il doit décider par lui-même, à sa façon176. »

117Louis XIV tient un discours identique à son petit-fils Philippe V au moment où ce dernier part régner sur l’Espagne :

  • 177 Mémoire donné par Louis XIV à Philippe V partant pour l’Espagne, le 3 décembre 1700 (publié par C. (...)

« Souvenez-vous que c’est à vous à décider ; mais, quelque expérience que vous ayez, écoutez toujours les avis et tous les raisonnements de votre Conseil, avant que de faire cette décision […]. Je finis par un des plus importants avis que je puisse vous donner. Ne vous laissez pas gouverner, soyez le maître, n’ayez jamais de favori ni de premier ministre. Ecoutez, consultez votre Conseil, mais décidez. Dieu, qui vous a fait Roi, vous donnera toutes les lumières qui vous sont nécessaires, tant que vous aurez de bonnes intentions177. »

  • 178 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre II, « Le roi en son cons (...)

118Plus proche toujours, mais précédant François Ier cette fois-ci, on pense à l’analyse de l’autorité de Philippe le Bel à laquelle procède Jean Favier qui écrit qu’il a souvent laissé faire ses conseillers, en se contentant de présider les assemblées et en s’accordant toujours le temps de la réflexion : « Il intervient pour conclure, quand les choses sont au point ». Selon lui, « le roi choisit telle politique, que propose tel conseiller, et cela même fait de ce conseiller l’homme le plus influent du Conseil178 ».

  • 179 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Pari (...)
  • 180 Sur cet épisode des Commentaires, voir Paul Courteault, Blaise de Monluc historien. Étude critique (...)
  • 181 François Ier n’est pas isolé dans cette pratique : on connaît également les exemples de Charles VI (...)

119Les exemples ne manquent pas qui soulignent l’autorité de François Ier. Non seulement il est capable de prendre des décisions, mais, en outre, il semble toujours l’emporter. Parfois, sans doute, ses conseillers n’osent pas s’opposer à lui. D’autres fois, ils le font avec une mollesse qui ne permet pas de contrecarrer sa volonté. Sans doute enfin, conservent-ils tous à l’esprit que c’est le roi qui décide en dernier recours et qu’en cas de désaccord, c’est la volonté du roi qui doit l’emporter. On connaît par exemple la détermination de François Ier décidant de s’engager dans la campagne pour l’élection impériale, contre l’avis de certains conseillers. On sait aussi qu’en septembre 1543, le Conseil est d’avis d’évacuer Luxembourg après en avoir rasé les fortifications ; François Ier pourtant, « quelque persuasion qu’on luy feist, demeur[e] en son opinion de garder ceste ville », et se préoccupe ensuite d’assurer le financement de l’approvisionnement de la place179. L’année suivante, lorsque le roi autorise les troupes du Piémont à livrer bataille aux Impériaux, ouvrant ainsi la voie à la victoire de Cérisoles (14 avril 1544), il décide de nouveau contre l’avis du Conseil. La scène très célèbre nous est rapportée par Blaise de Monluc dont le récit souligne qu’il cherche à convaincre le roi beaucoup plus que le Conseil180. Malgré l’opposition frontale du comte de Saint-Pol et, dans une moindre mesure, de Claude d’Annebault, dont le silence est éloquent, le roi décide de suivre l’avis de l’ardent capitaine181.

Les moyens du roi pour contrôler son Conseil

120La question se pose toutefois de la manière dont le roi peut être influencé par ses conseillers. C’est d’ailleurs ce qui est implicite dans l’épisode rapporté par Monluc. Le capitaine sous-entend clairement que sa verve gasconne convainc le roi contre la prudence de Saint-Pol. Il ne s’agit pas évidemment de prendre pour argent comptant le plaidoyer pro domo, même talentueux, du mémorialiste. Il n’en reste pas moins que le roi est certainement influencé, à l’occasion, par la présentation des dossiers qui lui est faite. Le roi est particulièrement exposé à une telle influence sur les dossiers techniques, qu’il s’agisse des questions judiciaires, financières ou religieuses. Pour ne pas subir le joug des techniciens, toutefois, les souverains disposent de moyens divers. Le premier d’entre eux consiste à appeler à son Conseil, en parallèle ou en même temps, des concurrents dont les objectifs ou les points de vue sont opposés ou tout au moins différents. Un témoignage touchant Henry VIII est particulièrement intéressant de ce point de vue. Dans une lettre au réformateur Capiton, de juillet 1537, l’archevêque de Canterbury, Thomas Cranmer, rapporte :

  • 182 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a life, New (...)

« Le roi est le plus rigoureux et le plus vigilant dans toutes les affaires et a coutume de remettre les livres de cette espèce [livre envoyé par Capiton à Henry VIII] […] à l’un de ses intimes afin qu’il le lise et qu’il lui donne son avis. Il le communique ensuite à quelqu’un d’autre totalement opposé au parti précédent dans sa manière de penser. Ainsi, une fois seulement qu’il a obtenu leur avis et qu’il l’a suffisamment pondéré […] il fait part de sa décision182. »

  • 183 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League (...)
  • 184 Sur l’utilisation de théologiens dans la diplomatie anglaise de la décennie 1530, voir Luke Mac Ma (...)

121D’ailleurs, dans le cadre des négociations de 1538 avec l’ambassade envoyée par la Ligue de Smalkalde, Henry VIII prend le soin de se faire conseiller par Cuthbert Tunstall, évêque conservateur de Durham. Dans cette affaire, la détermination du roi d’Angleterre à disposer des conseils d’un prélat non acquis à la cause protestante est attestée par le fait qu’il n’hésite pas à faire revenir à cette occasion Tunstall des marches écossaises, où il occupe les fonctions de président du Council in the North183. Henry VIII se libère ainsi de sa dépendance à l’égard des clercs trop favorables aux idées réformées184.

  • 185 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, Pa (...)

122François Ier, dans sa gestion de la diplomatie à l’égard des princes protestants, utilise une méthode assez proche. La grande question de la diplomatie française de la décennie 1540 est en effet celle du positionnement du royaume entre l’Angleterre et l’Empire et celle de son attitude à l’égard des princes protestants allemands. Dans cette perspective, François Ier choisit de mettre en concurrence deux politiques d’alliance avec les princes allemands, incarnées par deux de ses conseillers. L’une, a-confessionnelle, est préconisée par le cardinal François de Tournon, qui entend, avant tout, contrarier les intérêts de l’empereur en Allemagne ; l’autre, politico-religieuse, vise le même objectif mais encourage en même temps le dialogue religieux. Elle s’appuie notamment sur les réseaux allemands du cardinal Jean Du Bellay185.

123On observe ainsi durant la décennie 1540 un chassé-croisé d’influences entre les deux cardinaux et les deux politiques, qui sont souvent menées en même temps. En juin 1540, par exemple, François Ier envoie Lazare de Baïf à la diète de Haguenau, avec pour mission officielle d’encourager la recherche d’un accord entre catholiques et protestants, dans un esprit cher à Du Bellay. Sa mission officieuse, toutefois, consiste, avant toute autre chose, à ruiner la position de l’empereur et à s’efforcer de gagner les princes protestants au roi de France :

  • 186 Bnf, ms frçs 3020, fo 77 ; Lucien Pinvert, Lazare de Baïf (1496 ?-1547), Paris, 1900, p. 70-77 et (...)

« Monsieur de Bayf, a vous parler ouvertement, entendez que le plus grant service que vous me sçauriez faire, comme je vous ay dernièrement escript, ce sera d’avoir bien l’œil a ce que a la dyette la ou vous estes il ne se face, conclue, ny arreste chose qui puysse estre au bien, prouffit et utilité desditz empereur et roy des Rommains, ny de leur grandeur et advantaige […] et sur tout mectez peine de bien entretenir tous mes amys, et de m’en gaigner encores de nouveaulx, s’il est possible186. »

  • 187 Lucien Pinvert, op. cit., p. 75-76, et Hermann Baumgarten (éd.), Sleidans Briefswechsel, Strasbour (...)
  • 188 L’analyse de Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politolo (...)

124Par son esprit, cette lettre relève clairement de l’influence de Tournon. Par la suite, le cardinal fait d’ailleurs dire par Barnabé de Voré, lors du colloque de Worms, à la fin de 1540, que le roi de France n’entend pas négocier sur le point de l’orthodoxie religieuse. Dans l’immédiat, pourtant, Jean Du Bellay, pour renforcer la dimension théologique des relations franco-allemandes, fait envoyer Sleidan à Haguenau, secrètement et à l’insu de Lazare de Baïf, pour solliciter des Allemands l’envoi d’une ambassade en France187. Il semble établi que Du Bellay agit de son propre chef dans cette affaire. Le conseiller échappe alors au contrôle de son souverain. Le roi dispose dans ces cas-là d’une arme imparable : le retrait de la faveur188. C’est d’ailleurs ce qu’il advient comme en témoigne une lettre de Guillaume Du Bellay à Montmorency de janvier 1541 :

  • 189 Bnf, ms frçs 3020, fo 68.

« Aucuns mes amys de par dela m’ont escript qu’il leur avoyt esté defendu de par le roy qu’ilz n’escripvissent plus riens a mon frere ni a moy, mais principalement a mon frere189. »

  • 190 CCJDB, III, p. 328 (Guy de Marillac à Jean Du Bellay, Compiègne, 21 novembre 1545). Sur tout cet é (...)
  • 191 Michel François, op. cit., p. 201 ; BnF, ms frçs 3921, fo 75 ; ibid., ms latin 8584, fo 4 ; ibid.,(...)

125Le roi conserve toutefois en réserve les contacts de Du Bellay. En novembre 1545, la situation ayant évolué en Allemagne, le roi lui demande de relancer ses réseaux allemands190. Le triomphe de Du Bellay est toutefois de courte durée. À la mi-décembre, les négociations d’Ardres entre Français et Anglais, autour des médiateurs allemands, échouent191. Plus rien de concret ne se passe jusqu’à la fin du règne. Quoi qu’il en soit, dans cette affaire, le roi montre une bonne maîtrise de ses conseillers. Si le réseau allemand de Du Bellay est privé d’efficacité lorsqu’il ne dispose pas du soutien royal, cela n’empêche pas le cardinal de vouloir lui donner sa propre orientation. Ainsi, il apparaît clairement que le roi entend rester maître du jeu et que, par conséquent, la décision lui appartient toujours. Du Bellay, en tant que conseiller spécialiste des affaires allemandes, ne joue pas un rôle plus important dans le processus de décision que le cardinal de Tournon. Les limites de la marge de manœuvre des spécialistes dans le processus de décision apparaissent ici clairement.

  • 192 Voir sur ces questions les travaux de Retha M. Warnicke, « Family and kinship relations at the Her (...)

126Enfin, il est souvent difficile de savoir quelle est l’intensité des convictions des conseillers du roi et dans quelle mesure les serviteurs du roi n’endossent pas un personnage qui n’est pas le reflet d’une position personnelle, mais plutôt le témoin d’un souverain metteur en scène distribuant les rôles pour chaque public. Il y a ainsi le philo-papal (Lorraine), le philo-protestant (Du Bellay), le philo-anglais (Du Bellay), etc. et quelques conseillers polyvalents (Chabot, Tournon, Annebault). Un tel fonctionnement rassure les interlocuteurs en les persuadant qu’ils disposent d’un cheval de Troie dans la place et leur permet d’entendre ce qu’ils désirent entendre192. Ce pseudo-allié envoie des signes favorables, même lorsque les positions défendues officiellement sont contraires. Il n’est pas pour autant un traître ou un indépendant. Il joue le rôle que le roi lui demande de jouer. Lorsque le souverain ou le contexte décident de réorienter la politique, le sérieux avec lequel il a joué son personnage le désigne pour reprendre les négociations. La situation est résumée de façon limpide dans le cadre de négociations franco-anglaises par le secrétaire Bayard dont les propos sont rapportés par Stephen Gardiner, évêque de Winchester :

  • 193 SP X, p. 675, Gardiner, Thirlby et Carne à Henri VIII, 11 novembre 1545.

« Comme je [Gardiner] leur parlais [aux envoyés de François Ier] avec franchise, je fus […] qualifié de mauvais Français. Bayard me dit qu’il m’aimait d’autant plus pour ma franchise […] “on m’appelle le pire des impériaux, et je suis”, ajouta-t-il, “unique ment le serviteur de mon maître” [“my masters servaunt oonly”] […] je ne peux pas supporter un homme qui favoriserait les affaires d’un autre prince que son maître193. »

127Il apparaît donc que le roi est tout au long de son règne le maître de son Conseil. Pour autant, le roi est évidemment assisté dans ses prises de décision par les conseils de techniciens, du droit et des finances et par les conseils d’individus que la faveur royale a appelé auprès du souverain et qui, ni « lieutenant » ni chefs de l’exécutifs, assistent le roi dans ses prises de décisions tout en étant en permanence bien conscients de la place qui est la leur, au second rang après le roi et dans une dimension qui n’est pas celle de la souveraineté. Il est temps de s’intéresser aux principaux d’entre eux.

Les conseillers de François Ier

Difficultés d’établir une liste des conseillers du matin

Problèmes pratiques

128L’évolution du Conseil au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge témoigne de la plasticité de l’institution. Elle souligne combien les institutions royales sont vivantes. Les évolutions des structures, des compétences et de la composition du Conseil montrent bien ses facultés d’adaptation et le fait qu’il est là pour servir au mieux les intérêts de l’État, lorsque le roi est fort ; de la société politique, lorsque le roi est faible.

129La tâche se complique pour l’historien lorsqu’il s’attaque à la question de la composition du Conseil du matin. Pour le règne de François Ier, encore une fois, le seul texte normatif dont on dispose est le rôle de 1543 qui souligne très clairement la volonté de diviser le Conseil en deux, avec d’une part ce qui relève des affaires de finances (et vraisemblablement des affaires politiques et diplomatiques en général), et d’autre part ce qui relève des « requêtes ». Une distinction est alors faite entre ceux qui assistent aux deux Conseils et ceux qui ne participeront qu’aux requêtes, « s’ils le veulent ». L’objet de ce livre est d’essayer de faire le tour de l’ensemble de ceux qui participent au premier Conseil tel qu’il est défini en 1543 par ce rôle. Il est en effet vraisemblable que la tentative de normalisation dont relève ce rôle de 1543 intervient après une pratique de ce type déjà ancienne. Quoi qu’il en soit, on en est encore à quelque chose de très officieux. Il n’y a pas, par exemple, pour le règne de François Ier de notion juridique du conseiller. Il n’y a ni gage ni pensions (cf. plus bas).

  • 194 Voir par exemple le règlement du 3 avril 1547 (AN, KK 625). Il semble bien que le Conseil ait eu d (...)

130L’histoire des Conseils est difficile à écrire en grande partie du fait qu’avant le règne d’Henri II, les sources sont peu nombreuses, notamment les procès-verbaux et les règlements194. Jusqu’à ce règne, le Conseil est en effet faiblement institutionnalisé. L’histoire à laquelle procède ce livre est donc celle de la période qui précède immédiatement la première formalisation d’un organe essentiel de gouvernement. De surcroît, les sources dont on dispose posent toutes des problèmes spécifiques. Les règlements immédiatement postérieurs à la séquence chronologique qui nous retient ici se contentent sans doute la plupart du temps de consacrer une réalité existante depuis quelque temps. Les autres sources, indirectes (rapports d’ambassadeurs, mémoires) posent d’autres types de problèmes.

  • 195 LP, XVII, p. 149 no 269, William Paget à Henri VIII, Rivière, 24 avril 1542. Le Conseil réuni après (...)
  • 196 François Nawrocki, thèse citée, p. 522.

131Il est donc nécessaire pour les besoins de l’analyse de procéder à une construction historique, tout en gardant bien à l’esprit que le Conseil de François Ier n’est pas une réalité institutionnelle comparable au Conseil d’en haut de Louis XIV par exemple. Le Conseil des affaires tel qu’il existe sous François Ier n’est pas une institution reine. C’est au contraire une institution très mouvante. Ainsi, il arrive, on l’a vu, que le Conseil se réunisse une première fois après le déjeuner pour traiter d’affaires générales, puis, une deuxième fois, après le dîner en début d’après-midi pour traiter des affaires de guerre, pendant que le Conseil privé se tient avec d’autres conseillers195. Il ne s’agit pas pour autant d’un autre Conseil, mais d’une configuration particulière de ce Conseil des affaires196.

132On dispose de quelques indications de mentions dans les ordonnances des rois de France lorsqu’il est écrit « Par le roi en son Conseil où estoyent… ». On dispose ensuite des rapports d’ambassadeurs qui évoquent la présence de tel ou tel au Conseil du roi. Il est important pour eux de savoir qui prend les décisions et à qui s’adresser pour avancer les affaires du prince qui les envoie. Toutefois, les ambassadeurs ne sont pas là pour donner des descriptions institutionnelles. Ils sont là pour savoir à qui s’adresser et de ce point de vue toutes les approches institutionnelles qu’ils peuvent fournir à l’historien méritent d’être examinée avec la plus grande circonspection et en aucune manière ne doivent être prises pour argent comptant. Cela est d’autant plus vrai que les ambassadeurs voient les choses de manière déformée et qu’ils utilisent un vocabulaire qui permet des similitudes avec ce qu’ils connaissent.

133Matteo Dandolo évoque ce Conseil des affaires qui se réunit le matin et dont il esquisse la composition :

  • 197 Eugenio Alberi, op. cit., I, t. IV, p. 33-35.

« Sa Majesté a aussi son Conseil très secret, qui s’appelle les affaires [et que Dandolo oppose au Conseil étroit – le Conseil de l’après-midi], auquel sont présents la sérénissime reine Marguerite de Navarre sa sœur, qui, pour cette raison doit se trouver en tout lieux où se trouve Sa Majesté […], le sérénissime roi de Navarre son époux, quand il est à la cour, monsieur l’amiral [Chabot], monsieur d’Annebaut, le révérendissime [cardinal] de Lorraine et monsieur le Dauphin, sans aucun secrétaire197. »

134Si Dandolo semble bien saisir le principe du Conseil des affaires, la composition qu’il propose comprend toutefois de nombreuses erreurs et il semble bien qu’il ait généralisé une situation qu’il n’a pu observer sans doute qu’une seule fois. Tout d’abord, la présence de Marguerite de Navarre et de son mari au Conseil du matin semble avoir été exceptionnelle. Ensuite, l’absence systématique des secrétaires est surprenante. On a vu que la réforme d’Henri II du 1er avril 1547, à l’origine des secrétaires d’État, institutionnalise le rôle politique essentiel, et déjà ancien, des secrétaires. Enfin, aucun commentaire n’est fait sur l’absence du cardinal de Tournon qui constitue pourtant l’un des piliers de ce Conseil. L’absence du chancelier mériterait également un éclaircissement de la part de l’ambassadeur.

La fausse piste des lettres de retenue, des pensions et des gages

  • 198 On trouve trace d’une pension de 2000 lt pour Philibert Babou (cf. notice Philibert Babou du prése (...)
  • 199 « Extraits des comptes de dépenses de François Ier » dans Archives curieuses de l’histoire de Fran (...)

135Comment faire pour établir la composition du Conseil avec une certaine fiabilité puisqu’on en est encore à quelque chose de très officieux ? Il n’y a pas, par exemple, au début de l’époque moderne, contrairement à ce que l’on évoque parfois, de notion juridique du conseiller. Il n’y a d’abord ni gages ni pensions pour les membres du Conseil du matin. Tout au plus trouve-t-on à l’occasion pour certains secrétaires la mention de pension, généralement de 2 000 livres tournois, mais il s’agit sans doute de gages liés à leur participation au Conseil privé198. Manifestement, la rémunération des conseillers passe aussi par des cadeaux exceptionnels de nature diverse. Ainsi en 1534, François Ier distribue vingt-trois bourses de velours incarnat brodé contenant chacune cent jetons d’argent « à messeigneurs les Daulphin, ducs d’Orléans et d’Angoulesme, et aux princes, seigneurs et autres officiers qui sont et assistent ordinairement au Conseil privé du dit seigneur199 ».

  • 200 Des lettres de retenue ont ainsi été rédigées pour Ymbert de Batarnay le 1er juin 1468 qui demande (...)
  • 201 Noël Valois, op. cit., p. cx-cxi qui en cite quelques exemples.
  • 202 BnF, ms frçs 5024, fos 58 vo, 60 vo ; BnF, ms frçs 14351, fos 32 vo, 33 ro ; BnF, ms frçs 5727, fo(...)

136De la même manière, contrairement à ce qui est écrit parfois, il n’y a pas de lettres de retenue pour le Conseil des affaires, ce qui d’ailleurs irait à l’encontre de l’idée que le roi appelle qui il veut en son Conseil. En effet, les conseillers sont appelés au coup par coup ; ils ne sont pas nommés et peuvent être révoqués quand le roi le veut ; il lui suffit de ne pas les convier. Les quelques lettres de retenue dont on a conservé la trace concernent sans doute les conseillers qui participent au Conseil privé du roi, mais non au Conseil des affaires200. On trouve des traces de ces lettres de retenue dès le début du XIVe siècle201. Sous Charles VII et sous Louis XI, les protocoles des notaires du roi fournissent différents modèles de retenues du Grand Conseil, les unes donnant le chiffre des gages, les autres en renvoyant la fixation à une époque ultérieure, toutes confiant au chancelier le soin de recevoir le titulaire202. Les quelques lettres de retenue dont on dispose pour le règne d’Henri II concernent très clairement le Conseil privé, de l’après-midi, et non le Conseil étroit du matin. D’après Noël Valois, sous Henri II, les nominations se font par le moyen de lettres scellées, mais on prend alors l’habitude de dresser, après la réception, un brevet sous forme indirecte, signé par un secrétaire d’État. On peut en donner deux exemples concernant d’abord le futur maréchal de Vieilleville, puis le sieur d’Urfé :

  • 203 François de Scepeaux, sire de Vieilleville, Mémoires et vie, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, 18 (...)

« Alors, le Roi prit des mains de M. le Chancelier les lettres d’état de conseiller du Roi en son Privé Conseil au nom de M. de Vieilleville, toutes scellées, et les lui donna, disant : “Je vous honore de cest estat, monsieur de Vieilleville, pour aulcunement cognoistre vos bons services, et ce, pour ung commencement de quelque remunération, m’asseurant que vous m’y servirez aussi fidellement comme vous avez faict en tout ce que le feu roy, mon seigneur et père, et moy, vous avons jamais commandé ; et pour ce que vostre suffisance et valeur, prudence et fidélité, me sont assez cognues, je n’en vouldrois nullement prendre le serment de vous ; mais estant ceste forme et usance en tel cas accoustumée, et de toute ancienneté observée, monsieur le chancelier, faictes lever la main.” Et cependant entra en la chambre de la Royne. Le serment presté, M. de L’Aubespine l’endossa bientost sur ces lettres sur le champ ; et entrerent en ladicte chambre, de laquelle Leurs Majestez estoient prestes à sortir.
Mais auparavant le Roy dist à M. de Vieilleville à part, qu’il estoit venu coucher là exprès pour oster à ung chacun l’oppinion que d’aultre que de luy, et de son propre mouvement, il avoit esté promeu à ceste dignité ; car si cela fust advenu en sa chambre, tout le monde eust pansé que la faveur du mareschal de Saint-André y fust intervenue ; mais il vouloit que l’on creust qu’il n’avoit eté convié à l’honorer de ce grade que par soy-mesme, et du désir qu’il avoir de l’advancer en recognoissance de ses merites […] [Vieilleville] s’adresse alors au Prince de La Roche-sur-Yon pour le supplier] de continuer ceste bonne volonté, ayant plus que jamais besoing de son assistance, car il falloit combattre deux des plus maulvais et dangereux garçons de toute toute la Cour. Et le pressant le prince, comme desja tout esmeu de colere, de les luy nommer, M. de Vieilleville ne luy peut donner la bourde toute entiere ; car, forcé de rire, il luy nomma M. le chancelier et M. de L’Aubespine, luy monstrant tout aussitost ses lettres d’estat de conseiller du privé conseil, avec son serment desja endossé ; et luy discourut tout au long comme toutes choses avoient passé, sans oublier le très honneste langaige que le Roy lui avoit tenu, qu’il estimoit plus que tout le reste203. »

137Clairement, le futur maréchal de Vieilleville est appelé au Conseil privé c’est-à-dire au Conseil de l’après-midi, sorte de Conseil élargi dépourvu d’influence politique. Un autre exemple concernant le sieur d’Urfé va dans le même sens :

  • 204 BnF, ms frçs 18153, fo 299 ro (Noël Valois, op. cit., p. cxi).

« Aujourd’hui, XIIIe jour de janvier, l’an mil cinq cens cinquante ung, le Roy estant à Blois en son Conseil du matin, ouquel MM… estoyent presens, le sieur d’Urfé, chevallier de l’ordre dudict seigneur, gouverneur des personne et maison Mgr le Daulphin, a esté receu au serment et institué en la place et estat de conseiller du Roy en son Conseil Privé, auquel il a esté retenu, pour en joïr aux honneurs, auctoritez, prerogatives, preeminences, franchises, libertez, gaiges, pensions, droictz, proffictz et emolumens qui y appartiennent, comme les autres ses semblables. Et m’a commandé ledit seigneur luy en expedier ce present acte de retenue et reception qu’il veult estre enregistré au registre de son Conseil privé. Du Thier204. »

  • 205 Ibid., p. cxi.
  • 206 On signalera à titre indicatif qu’aucun des auteurs du présent ouvrage n’a trouvé dans ses recherc (...)

138Là encore, une distinction est implicitement faite entre Conseil du matin et Conseil privé. On notera en passant que ces deux exemples évoquent le serment. On en a la trace depuis au moins 1269205. Le serment de conseiller est reçu soit par le roi, soit par le chancelier, soit par une personne déléguée à cet effet. Mais en aucune manière le serment n’existe pour les membres des Conseils politiques sous François Ier206. Concrètement, cela signifie que plus les conseillers sont influents politiquement, moins ils ont laissé de traces administratives.

Les conseillers des rois de France de Charles VII à Louis XII

139On dispose pour le siècle qui précède le règne de François Ier des recherches de Pierre-Roger Gaussin et de Mikhael Harsgor sur les conseillers de Charles VII à Louis XII. Que nous disent-elles ?

Les conseillers de Charles VII

  • 207 Entre 1418 et 1422, Charles VI est toujours roi de France, mais Charles, dauphin, qui a fui Paris (...)
  • 208 Pour tout ce passage sur les conseillers de Charles VII, voir Pierre-Roger Gaussin, « Les conseill (...)

140Pierre-Roger Gaussin a recensé l’ensemble des conseillers de la période 1418-1461207. La première information qui ressort de son étude est la dimension honorifique du titre de conseiller208. Ainsi, sous le règne de Charles VII, sur 370 personnages qui portent le titre de conseiller, seuls 283 (76 %) ont réellement siégé et beaucoup d’autres n’ont siégé qu’occasionnellement. Ainsi, seuls 95 (36 %) ont siégé au moins 6 trimestres (un an et demi) et seuls 50 (13,5 %) ont siégé au moins 12 trimestres (trois ans).

141Par ailleurs, on connaît l’origine géographique de 232 conseillers de Charles VII. Les gros contingents viennent des pays de la Loire (55 viennent de Touraine, d’Anjou, de l’Orléanais et du Berry), du Centre (38 viennent du Bourbonnais, du Forez, de l’Auvergne, du Limousin, de La Marche et du Rouergue), de l’Ouest (21 viennent du Poitou et de l’Angoumois). Cela n’est pas surprenant si l’on se rappelle qu’il s’agit des pays demeurés en mains royales, ou de ceux où l’influence du souverain est appuyée par des princes fidèles. La région parisienne et la Normandie fournissent respectivement 23 et 18 conseillers. La géographie politique du Conseil révèle donc les espaces territoriaux sur lesquels le souverain peut s’appuyer.

  • 209 9 (11 %) l’ont été à moins de 20 ans, 18 (22 %) l’ont été entre 20 et 30 ans, 17 (22 %) l’ont été (...)

142On ne connaît avec certitude l’âge que d’une minorité de conseillers209. On sait que 58 (73 %) ont siégé au Conseil pour la première fois entre 20 et 50 ans. On observe une différenciation des situations en fonction des origines sociales : les princes sont appelés au Conseil nettement plus jeunes que les roturiers. On observe également un vieillissement du Conseil au cours du règne.

  • 210 Ce qui n’empêche pas que l’on compte 20 conseillers destitués (7 %), 8 conseillers arrêtés (3 %) e (...)

143L’origine sociale des conseillers est bien connue. On compte 63 princes, comtes et vicomtes (22 %), 25 seigneurs (9 %), 94 nobles (34 %) et 100 roturiers (35 %). Si l’on s’en tient aux 49 conseillers les plus influents sous Charles VII, on compte 12 princes, comtes et vicomtes (24 %), 23 nobles (47 %) et 14 roturiers (29 %). En découpant les diverses phases du règne par période de 5 à 10 ans (période armagnaque, époque dominée par La Tremoille, période angevine, époque de Brézé, époque de la victoire), Pierre-Roger Gaussin observe la domination à chaque époque de 10 à 20 principaux conseillers. Enfin, Pierre-Roger Gaussin observe la pérennisation du personnel politique210.

Les conseillers de Louis XI

144Sous le règne de Louis XI, la réalité est assez proche. Sur 462 personnages qualifiés de conseillers du roi, seuls 155 (33 %) ont été présents à au moins 3 séances du Conseil. Si l’on retient ceux qui semblent avoir occupé une position politiquement influente, ils ne sont plus que 33 (7 %). Là encore, ce sont les nobles qui constituent numériquement le contingent le plus important, avec quelques variantes (entre les deux cinquièmes et la moitié des conseillers). Le début du règne correspond à une augmentation du nombre de bourgeois, tandis qu’aux lendemains de la Ligue du Bien Public, les nobles reprennent l’avantage. Sur l’ensemble du règne, on compte 63 princes, comtes et vicomtes (15 %), 162 nobles (38 %) et 204 roturiers (47 %). Princes et nobles diminuent en proportion (respectivement de 22 à 15 % et de 43 à 38 %), tandis que les roturiers augmentent (de 35 à 47 %). Sur les 33 conseillers les plus importants, 7 sont des princes, comtes ou vicomtes (21 %), 14 sont des nobles (42 %), 12 des roturiers (37 %). Là encore, la proportion des princes et des nobles baisse, tandis que celle des roturiers augmente. D’un point de vue institutionnel, et non plus social, cela veut dire que, parmi les principaux conseillers de Louis XI, 42 % sont des grands commis, et 33 % sont des familiers.

145Géographiquement, le règne de Louis XI correspond à une confirmation de la domination ligérienne et centrale ce qui ne saurait surprendre puisqu’il s’agit des deux régions contrôlées par les maisons princières qui se trouvent être en même temps les plus proches de la monarchie, à savoir les maisons d’Anjou et de Bourbon. On observe toutefois une progression relative des conseillers venus des Flandres et du Languedoc. De leur côté, l’Ouest, la Bretagne, les régions de Seine, la Normandie et la région parisienne voient leur contingent diminuer. Enfin, les travaux de Pierre-Roger Gaussin ont montré que, si plus de 45 % des conseillers de Charles VII ont plus de 40 ans lorsqu’ils entrent au Conseil, ils sont plus de 61 % sous le règne de Louis XI.

Les conseillers de Charles VIII à François Ier

146Si le Conseil de régence de Charles VIII élimine 10 des 29 principaux conseillers de la fin du règne de Louis XI (et en conserve 19 donc), les pressions politiques font monter les effectifs du Conseil à 39, avec une répartition à peu près équitable entre partisans des Beaujeu et partisans des princes. Toutefois, le chiffre à retenir est que 66 % des conseillers de Louis XI sont toujours présents au cours du règne suivant.

  • 211 Mikhael Harsgor, thèse citée, p. 438-442.

147Pour ses recherches sur le personnel du Conseil de Charles VIII et Louis XII, Mikhael Harsgor s’est appuyé sur 747 témoignages mentionnant les noms des membres du Conseil, en grande partie tirés de la série JJ des Archives nationales. Il en ressort que pendant tout le règne de Charles VIII, puis de Louis XII, un noyau central a dominé le Conseil du roi que les crises politiques ou militaires n’ont pas sérieusement entamé. On assiste à un renouvellement naturel par décès et changement de génération, mais aussi à une grande continuité. Au début des années 1480, 69,4 % des conseillers de Charles VIII ont une expérience remontant au règne précédent. La continuité est frappante aussi dans le Conseil de Louis XII. 59 % de ses conseillers sont issus du règne précédent et, parmi les conseillers les plus influents, seuls 2 sont nouveaux211. On observe donc une grande continuité autour d’un noyau de conseillers qui restent en place malgré les changements de règne. Ainsi, sous Louis XII, le petit noyau est-il composé du cardinal d’Amboise, de Guy de Rochefort, du chancelier Ganay, de Florimond Robertet, d’Étienne Poncher et d’Ymbert de Batarnay. Les renouvellements au Conseil interviennent selon un processus lent et naturel, par la mort ou la retraite. Nous aurons l’occasion de voir qu’il en va de même pour le Conseil de François Ier auquel il est temps de s’intéresser à présent.

Les conseillers de François Ier

Le Conseil du matin : 50 conseillers en 30 ans

  • 212 En dehors du fait que ces sources oublient certainement les noms de quelques conseillers secondair (...)

148Un dépouillement systématique des Ordonnances des rois de France pour les années 1515 à 1539 et de la série X1A 8613-8615 pour les années 1539-1545 donne les noms de près de 140 conseillers participant au Conseil212. Parmi eux, si le connétable de Montmorency est mentionné 53 fois et le cardinal de Tournon 48 fois, 45 individus ne sont mentionnés qu’une fois, 21 ne sont mentionnés que 2 fois, 20 sont mentionnés entre 3 et 5 fois. 86 personnes (près de 62 %) sont donc mentionnées moins de 5 fois. Comme pour les périodes antérieures, il est manifeste que le noyau du Conseil est constitué, sur l’ensemble du règne, par quelques dizaines d’individus, une cinquantaine dans le cas précis. La constitution de la liste des principaux conseillers qui nous servira de base de travail est issue d’un traitement à la fois quantitatif et qualitatif des sources dont on dispose.

149Si l’on s’en tient à une approche strictement statistique et que l’on retient par exemple les personnages cités plus de 4 fois dans les ORF et la sous-série X1A 8613-8615 des Archives nationales, on arrive à 63 noms. Cette liste appelle quelques commentaires. D’abord, cette approche strictement statistique, dont les chiffres renvoient au Conseil de l’après-midi, ancêtre du Conseil privé, confirme très largement ce que l’on sait par ailleurs des conseillers politiquement les plus influents. La présence en tête des noms de Montmorency, Tournon, Boisy et Brion constitue une illustration chiffrée d’une réalité bien connue. À l’arrivée, seule une poignée de noms peut surprendre (Georges de Vercle, Lazare de Baïf, Charles de Milly, Adam Fumée). Il s’agit de techniciens dont l’action a laissé des traces dans les décisions prises par le Conseil, davantage en tout cas que l’action de diplomates comme Charles Hémard de Denonville ou Gabriel de Gramont, dont la participation au Conseil sur les affaires italiennes, cruciales pour le règne de François Ier, n’ont pas laissé autant de traces dans les archives qui ont trait au Conseil.

150Dans la perspective de l’étude qui est la nôtre, il faut donc améliorer qualitativement cette liste de 63 noms en éliminant les participants aux Conseil dépourvus d’influence politique et en y ajoutant à l’inverse quelques conseillers qui, sans avoir laissé beaucoup de traces au Conseil, n’en ont pas moins, pendant une courte période, ou sur une question précise, joué un rôle réel de conseiller du roi. On arrive ainsi à un groupe de 54 conseillers.

151Du groupe initial des 63 noms cités plus de 4 fois dans les ORF et la série X1A des Archives nationales, 15 noms ont été éliminés. Ont ainsi été supprimés, parmi les secrétaires, ceux qui sont manifestement dépourvus de toute influence politique (Delachesnaye, Deslandes, Gedoyn et Claude Robertet). Ont également été retirés de la liste quelques financiers appelés occasionnellement au Conseil pour traiter des affaires financières (Guillaume Preudhomme, Georges de Vercle, Adam Fumée), trois nobles d’épée, conseillers vraiment occasionnels (François de Rochechouart, sr de Champdeniers ; Louis de Brézé ; Gaspard de Châtillon), des maîtres des requêtes (Lazare de Baïf, Charles de Marillac, Claude Dodieu, Charles de Milly). Ont été en revanche ajoutés des conseillers effectifs, sur les questions militaires au début du règne (Jean-Jacques Trivulce), très proches de Louise de Savoie au moment de Pavie (Jean de Brinon), des familiers de la duchesse d’Étampes poussés par elle (Antoine Sanguin, Nicolas Bossut de Longueval), un éphémère garde de sceaux (François de Montholon), un financier (Philibert Babou).

  • 213 AN, X1A 8615, fo 246 (participation de Pierre Du Chastel à une séance du Conseil consacrée au stat (...)

152Il est clair que cette liste, élaborée collectivement par les auteurs de ce livre, pourrait être discutée à la marge. Quelques exemples préciseront la logique qui a présidé à sa constitution. Un Guillaume Preudhomme par exemple est régulièrement cité sur les affaires financières et on pourrait discuter de son intégration dans cette liste. Claude de Guise, présent près de Louise de Savoie au moment de Pavie, et intermédiaire du pouvoir par ses responsabilités provinciales, était sans doute écouté à l’occasion par le souverain. Guillaume Du Bellay, spécialiste des affaires anglaises et allemandes, est également, à sa manière, un conseiller du roi. Pierre Du Chastel, souvent mentionné par les ambassadeurs italiens, animateur du colloque de Melun et protecteur du Collège royal est lui aussi un conseiller occasionnel du souverain sur les questions religieuses et sur tout ce qui touche au Collège royal213. Pour autant, intégrer ces noms aurait exigé, pour être cohérent, d’en ajouter des dizaines d’autres, notamment parmi les ambassadeurs qui, par leurs fonctions exercent, de fait, le rôle de conseiller et sont souvent amenés, à une occasion ou à une autre, à participer au Conseil en tant qu’expert. Des choix ont donc été faits et des noms éliminés. Nous pensons qu’aucun conseiller majeur n’a été oublié. Quoi qu’il en soit, cette liste ne doit pas faire perdre de vue, une fois encore, la dimension fluide du Conseil, son absence de rigidité et le fait que dans la pratique, de Blaise de Monluc à Claude Dodieu, des présidents de Parlement aux grands féodaux, le roi n’hésite pas, à l’occasion à appeler à son Conseil tous ceux qui peuvent l’éclairer sur les décisions à prendre ou donner du poids à celles qui ont déjà été prises par lui.

  • 214 Sur le graphique, l’axe des ordonnées donne le nom des conseillers tandis que l’axe des abscisses (...)

153Ce sont donc 54 conseillers qui ont été retenus214. Ce groupe nous dit beaucoup de choses.

Principaux membres du Conseil de François Ier d’après les ORF, la série X1A des Archives nationales et les rapports d’ambassadeurs (54 noms).

Un Conseil dominé par les nobles d’épée

154L’examen de cette liste souligne la domination des hommes d’épée. Ils sont plus nombreux que les juristes ou les financiers (33 sur 54, soit 61 %) et, qualitativement, ils sont plus importants. Si on laisse de côté les secrétaires, qui, par leurs fonctions, sont cités beaucoup plus souvent que tous les autres, et que l’on retient tous les conseillers mentionnés plus de 10 fois, on trouve 22 noms dont 17 nobles d’épée (77 %). Si l’on s’en tient aux conseillers les plus influents, ceux qui, à un moment ou à un autre, ont fait partie du duo ou du trio de tête du Conseil (y compris donc un secrétaire comme Florimond Robertet), on ne compte que deux techniciens (Florimond Robertet et Antoine Duprat) pour dix nobles d’épée, clercs ou laïcs (Louise de Savoie, Artus Gouffier, René de Savoie, Guillaume Gouffier, Odet de Foix, Anne de Montmorency, Philippe Chabot, Jean de Lorraine, Claude d’Annebault, François de Tournon).

  • 215 Le roi de Navarre ; le duc d’Alençon ; Jean d’Albret ; le duc de Bourbon, connétable ; le duc de V (...)

155Sur les 33 nobles d’épée, on ne compte qu’une minorité de princes et grands féodaux, 8 au total, soit 15 %215. L’écrasante majorité des nobles au Conseil, et en particulier des plus influents d’entre eux est constituée par une association d’individus issus de la petite et de la moyenne noblesse (Artus et Guillaume Gouffier, Anne de Montmorency, Claude d’Annebault, François de Tournon, Jean Du Bellay par exemple). Si certains, comme Montmorency, sont en voie d’aristocratisation, beaucoup d’entre eux ne se survivront pas (Gouffier, Annebault, Du Bellay parmi d’autres). Cette domination de la noblesse petite et moyenne ne va pas de soi si l’on songe à l’Angleterre d’Henri VIII dont le Conseil est dominé successivement par deux techniciens, Thomas Wolsey, fils de boucher, puis Thomas Cromwell, fils d’aubergiste, qui relèguent nobility et gentry au second rang.

Le Conseil comme point de contact : cinquante conseillers venus de tout le royaume

156Un autre élément apparaît clairement à l’examen de cette liste : la cinquantaine des principaux conseillers de François Ier est issue des différentes régions du royaume. Là encore, si l’on s’en tient à la dizaine de conseillers les plus influents, ceux qui, à un moment ou à un autre ont fait partie du duo ou du trio de tête du Conseil, on compte deux Auvergnats (Florimond Robertet et Antoine Duprat), deux Poitevins (Artus et Guillaume Gouffier), un Saintongeo-Bourguignon (Philippe Chabot), un Languedocien (Odet de Foix), deux Savoyards (Louise et René de Savoie), un Lorrain (Jean de Lorraine), un Normand (Claude d’Annebault), un Francilien (Anne de Montmorency), un Vivarais (François de Tournon).

157Si on élargit à présent aux cinquante principaux conseillers du règne, on confirme la très grande diversité des origines géographiques des conseillers.

158Une observation attentive de la répartition géographique apporte quelques enseignements. On observe tout d’abord une évolution dans les origines géographiques des conseillers de François Ier au cours du règne. Au début, le Conseil est partiellement affecté par les origines des Valois d’Angoulême (Artus et Guillaume Gouffier, Jean Caluau, Louis de La Tremoille, Philippe Chabot pour la partie Angoulême ; Louise de Savoie et René de Savoie pour la partie Savoie). À partir de la fin de la décennie 1520, on entre dans un balayage géographique beaucoup plus large, avec des représentants de Picardie (les frères Bourbon), de Normandie (Annebault), du Maine (Du Bellay), du Béarn (Gramont, Albret), du comté de Foix (Lautrec), du Vivarais (Tournon), de Bourgogne (Chabot à nouveau), de Lorraine (Jean de Lorraine). Les juristes et les financiers appartiennent essentiellement à trois régions, quelque soit l’époque du règne : Paris (Brinon, Neufville, Longuejoue, Montholon), le Massif central et ses contreforts (Robertet, Bohier, Bayard, Duprat, Selve, Du Bourg), la vallée de la Loire (Semblançay, Poncher, Breton, Bochetel, Poyet, Errault).

Origines géographiques des 11 principaux conseillers de François Ier.

  • 216 Ces cartes des gouverneurs de province ont été réalisées par Thierry Rentet.
  • 217 Une liste non exhaustive fournit les noms de Guillaume Du Bellay à Amiens, Claude Gouffier à Auxer (...)

159Le Conseil joue donc un rôle de point de contact entre le centre et les périphéries. Le pouvoir royal fait venir à lui des représentants de l’ensemble du royaume qui peuvent ensuite servir d’intermédiaire entre le centre et les périphéries. Cette dimension est confirmée par le nombre de conseillers qui occupent des fonctions de gouverneur ou de lieutenants de gouverneur, même si l’on observe, au cours du règne, un affaiblissement de la place des conseillers parmi les gouverneurs (voir les cartes « Conseillers de François Ier gouverneurs de provinces »)216. Les liens entre le Conseil et l’administration des provinces sont encore plus manifestes si l’on observe les conseillers du roi qui sont lieutenants de gouverneur ou qui ont un frère gouverneur ou lieutenant de gouverneur (Claude de Guise en Bourgogne, Charles de Gramont en Guyenne, François de Montmorency en Île-de-France et en Picardie, Guillaume Du Bellay en Piémont, Claude de Savoie en Provence). Enfin, à titre indicatif, on peut mentionner la petite quarantaine de baillis et sénéchaux conseillers ou fils ou frères de conseillers217.

Origines géographiques des 50 principaux conseillers de François Ier (hors fils du roi et maîtresse royale).

Conseillers de François Ier gouverneurs de provinces.

Un Conseil aux mains d’hommes d’expérience

160L’âge moyen du Conseil n’est pas inintéressant non plus. Il oscille sur l’ensemble du règne entre 44 et 51 ans.

  • 218 Pour arriver à cette moyenne, ont été retenus les principaux conseillers de cette année (Louise de (...)
  • 219 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Florimond Robertet, René (...)
  • 220 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Florimond Robertet, Laut (...)
  • 221 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Philippe Chabot, Anne de (...)
  • 222 Principaux conseillers de cette année : Anne de Montmorency, Jean de Lorraine, Philippe Chabot, Fr (...)
  • 223 Principaux conseillers de cette année : Anne de Montmorency, Jean de Lorraine, François de Tournon (...)
  • 224 Principaux conseillers de cette année : Claude d’Annebault, François de Tournon, Hippolyte d’Este, (...)

Année

Âge moyen des conseillers

Âge de François Ier

1515218

46,5 ans

19 ans

1520219

50,5 ans

26 ans

1525220

47,6 ans

31 ans

1530221

44 ans [37 ans]

36 ans

1536222

45 ans

42 ans

1540223

50 ans

46 ans

1545224

51 ans

51 ans

161Pourtant, cet âge moyen assez constant des conseillers s’explique, au fur et à mesure que le règne avance, par des raisons différentes. En 1515, le noyau du Conseil est constitué par quelques survivants du règne précédent et quelques nouveaux venus, de la génération de Louise de Savoie. Cinq ans plus tard, on retrouve, grosso modo, les mêmes conseillers… avec 5 ans de plus. En 1525, dans le contexte de Pavie, Louise de Savoie s’appuie sur les mêmes anciens et quelques jeunes féodaux (Charles de Bourbon-Vendôme et Lautrec) pour assurer son assise, d’où un léger rajeunissement de la moyenne d’âge. En 1530, à la suite de l’hécatombe de Pavie, une nouvelle génération est arrivée et l’âge moyen est tombé à 44 ans (et même à 37 ans – soit l’âge du roi –, si on laisse de côté Louise de Savoie et Antoine Duprat). En 1536, la génération du roi l’a emporté définitivement. Il n’y a plus de conseillers du règne de Louis XII et plus de conseillers de la génération de sa mère. Dans la première moitié du règne donc, le Conseil est aux mains de la génération de Louise et de quelques vieux conseillers d’expérience. Dans la seconde moitié du règne, en revanche, le Conseil est aux mains de la génération de François Ier qui est lui-même devenu un homme d’expérience. La constante est que le Conseil est toujours aux mains d’hommes d’expérience : malgré les apparences, la campagne enthousiaste de Marignan n’est pas décidée par une bande de jeunes conseillers désireux d’en découdre. Elle est voulue par un jeune roi chevalier, mais organisée militairement par de vieux conseillers chefs de guerre (La Tremoille, La Palice, Galiot de Genouillac, le maréchal Trivulce), financée par un vieux financier (Semblançay), négociée par un vieux juriste (Duprat), pendant que, restée au royaume, la mère du roi veille sur la maison France.

La stabilité du personnel du Conseil

162Par ailleurs, ces conseillers d’expérience restent assez longtemps au Conseil, avec une moyenne de 6,75 ans pour l’ensemble des 54 principaux conseillers. La moyenne est nettement plus élevée (12,75 ans) si l’on ne retient que la dizaine de conseillers les plus influents, ceux qui, à un moment ou à un autre ont fait partie du duo ou du trio de tête du Conseil (Louise de Savoie, Florimond Robertet, Antoine Duprat, Artus Gouffier, René de Savoie, Guillaume Gouffier, Odet de Foix, Anne de Montmorency, Philippe Chabot, Jean de Lorraine, Claude d’Annebault, François de Tournon). Pour ces 12 conseillers, on ne compte qu’une seule disgrâce éclatante (Montmorency), deux brèves disgrâces (Chabot et Montmorency), 7 morts en fonction (Louise de Savoie, Florimond Robertet, Antoine Duprat, Artus Gouffier, René de Savoie, Guillaume Gouffier, Odet de Foix, Philippe Chabot, Jean de Lorraine), trois conseillers survivant au roi (Anne de Montmorency, Claude d’Annebault, François de Tournon) et retrouvant sous son fils une influence de premier plan (Montmorency) ou secondaire (Claude d’Annebault, François de Tournon). C’est le signe d’une réelle stabilité du Conseil dans son noyau et donc d’une réelle stabilité de l’exécutif. Là encore, la différence avec le règne d’Henri VIII est éclatante : deux disgrâces retentissantes (Thomas Wolsey et Thomas Cromwell), de multiples disgrâces (Thomas More, Stephen Gardiner, Thomas Howard, etc.).

Les réseaux d’accès au Conseil : la maîtrise royale

163Il est intéressant également d’essayer de faire apparaître les réseaux d’accès au Conseil. Une fois reconnu que seul le roi décide de qui entre en son Conseil, reste à déterminer qui présente au souverain les candidats. Plusieurs cas de figure existent, plus ou moins clairs. La situation la plus simple est peut-être celle des secrétaires, qui, très liés entre eux, se succèdent souvent de père en fils, de beau-père à gendre ou d’oncle à neveu. Un autre cas de figure normalement assez simple est celui du conseiller-né. S’il s’agit là d’une race en voie d’extinction sous François Ier, elle a encore un certain nombre de représentants. C’est ainsi que le roi n’hésite pas à l’occasion à appeler à son Conseil des princes ou des ducs. Quelques-uns d’entre eux sont appelés plus fréquemment que les autres (le roi de Navarre ; le duc d’Alençon ; Jean d’Albret ; le duc de Bourbon, connétable ; le duc de Vendôme et les frères de celui-ci, le cardinal Louis de Bourbon et le comte de Saint-Pol). Toutefois, à l’exception de ce dernier, aucun d’entre eux n’a de poids politique significatif, même le duc de Vendôme au moment de Pavie. Il reste à tous ces grands féodaux la possibilité d’introduire auprès du souverain des nobles de leur clientèle. Très peu d’entre eux parviennent à s’imposer au Conseil. Parmi les rares exemples, on peut citer Jean Du Bellay, élevé chez les Bourbon-Vendôme, mais qui doit l’essor de sa carrière à Montmorency. Ce dernier exemple incite à se demander si les conseillers les plus influents sont davantage en mesure que les féodaux de peupler le Conseil de leurs clients. La réponse est claire : seuls deux conseillers y parviennent. Le premier est la mère du roi, Louise de Savoie, qui maintient et soutient au Conseil Florimond Robertet et Semblançay, mais introduit également Artus Gouffier, François de Tournon, Jean Caluau, Jean de Selve, Philibert Babou, Jean Brinon et Gilbert Bayard, soit 17 % des principaux conseillers du règne. Montmorency est le seul à l’approcher en puissance, qui pousse au Conseil Jean Breton, Jean Du Bellay, Claude d’Annebault, Charles Hémard de Denonville, François de Montholon, Guillaume Poyet, Mathieu de Longuejoue, soit 13 % des principaux conseillers du règne. Chabot ne compte à son actif que Gabriel de Gramont et Claude d’Annebault, qu’il partage d’ailleurs avec Montmorency. On ne peut attribuer à Annebault avec certitude que le parrainage de François Errault, à Duprat que celui d’Antoine Du Bourg et, dans une moindre mesure, de Gilbert Bayard. Quant à la duchesse d’Étampes, c’est péniblement qu’elle amène aux portes du Conseil ses parents Antoine Sanguin et Nicolas Bossut sans jamais leur obtenir beaucoup mieux qu’une antichambre. La composition du Conseil, relève donc véritablement du souverain, même s’il faut reconnaître à Louise de Savoie et à Anne de Montmorency un statut qui s’apparenterait à celui de protecteur du Conseil, statut que l’on ne peut pas appliquer en revanche à Artus Gouffier, même s’il a poussé son jeune cousin Montmorency, ni à Chabot, Lorraine, Annebault ou Tournon.

164Là encore, la situation des secrétaires est à part, avec la figure dominante de Robertet chez qui se forment Gilbert Bayard, Jean Breton et Guillaume Bochetel, le premier étant d’ailleurs le neveu par alliance de Florimond Robertet. Si les secrétaires constituent une sorte de vaste parentèle, qu’en est-il pour l’ensemble de la cinquantaine des principaux conseillers de François Ier ? Parmi eux, 18 (35 %) n’ont aucun lien de famille avec les autres conseillers qui ont, eux, des liens de famille les uns avec les autres. Là encore, la parentèle la plus imposante est celle de Montmorency qui est lié avec les Gouffier, Brinon, La Tremoille, les Dinteville, René de Savoie, et, par là, avec Louise de Savoie et le roi lui-même ! Pour le reste, en dehors de la fratrie Bourbon, liée au roi et aux Lorraine, on compte entre un et deux liens directs (Odet de Foix et son beau-père Jean d’Albret d’Orval ; Nicolas Bossut de Longueval, Antoine Sanguin et la duchesse d’Étampes par exemple). Une fois de plus donc, la place de Montmorency est bien spécifique. Car sur une cinquantaine de conseillers, seuls 13 ont des relations familiales directes ou indirectes avec le roi et là encore, rares parmi eux sont ceux qui occupent une place de premier plan (René de Savoie ; Louise de Savoie ; Anne de Montmorency ; Charles, connétable de Bourbon ; Charles, duc d’Alençon ; les trois fils du roi ; les trois frères de Bourbon ; Florimond Robertet ; Henri d’Albret).

Le profil des conseillers : des hommes du roi, 2/3 d’héritiers et 1/3 de parvenus

165La maîtrise du roi dans le recrutement de ses conseillers fait donc de chacun d’entre eux des hommes du roi. Leur profil social et politique est toutefois divers. En effet, en lien avec la part dominante des nobles parmi les conseillers du roi, on compte 36 héritiers (67 %) pour 16 hommes nouveaux (30 %). Est ici défini comme héritier un conseiller qui doit en partie sa place au positionnement de sa famille au cœur du pouvoir depuis au moins une génération. Est homme nouveau celui qui est le premier membre de sa famille à accéder au cœur du pouvoir. Sont donc des héritiers aussi bien les frères de Bourbon-Vendôme qu’Antoine Bohier dont le père est déjà secrétaire signant en finances en 1493-1494, Gilbert Bayard dont le père et l’oncle sont déjà détenteurs de grands offices de finances, ou François de Montholon, apparenté au chancelier Jean de Ganay. Est en revanche un homme nouveau un gentilhomme beauceron comme Charles Hémard de Denonville, un cardinal issu de la gentilhommerie moyenne comme Jean Du Bellay, un financier comme Philibert Babou ou un juriste comme Jean de Selve.

166On le voit, le pouvoir, dans son noyau le plus central, s’appuie sur une élite ancienne pour les 2/3 et encourage un renouvellement des élites pour le tiers restant. Le renouvellement se fait essentiellement par l’entrée au Conseil de spécialistes de la diplomatie (Du Bellay, Hémard de Denonville) et de juristes (Duprat, Du Bourg, François Errault, François Olivier, Jean de Selve, Mathieu de Longuejoue). En revanche, il y a chez les financiers, même si certains sont des hommes nouveaux (Philibert Babou), une dimension d’héritier plus prononcé, comme si l’on ne pouvait pas s’imposer comme un financier sans une assise familiale et financière solide (Semblançay bien sûr, mais aussi Antoine Bohier et Gilbert Bayard).

Un Conseil équilibré entre domesticité et technicité

  • 225 C. Warren Hollister et John W. Baldwin, « The Rise of Administrative Kingship : Henry I and Philip (...)
  • 226 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, Paris, 1905, p. 261 (Jea (...)
  • 227 Victor-Louis Bourrilly (éd.), op. cit., p. 258. Il se moque des clients de Duprat évoquant le géné (...)
  • 228 CCJDB, I, p. 89. Jean Du Bellay à Gilles de La Pommeraye, Londres, 24 septembre [1529].

167La question de la répartition entre héritiers et parvenus ne recoupe donc que partiellement celle de la dimension domestique et/ou bureaucratique de la monarchie. Il y a des techniciens qui sont des héritiers et à l’inverse des proches du roi qui sont des hommes nouveaux. Si l’on s’en tient à cette question du profil domestique ou technique de la composition du Conseil, quelques remarques s’imposent. D’abord, il convient de rappeler que la démarche qui consiste à aborder l’histoire du Conseil par la part respective des courtisans d’épée et des techniciens ne renvoie pas à une spécificité de la Renaissance. On peut penser notamment au paradigme de l’administrative kingship de Charles Warren Hollister et John W. Baldwin qui insiste sur la dimension déjà bureaucratique des monarchies française et anglaise sous Philippe Auguste (1179-1223) et Henri Ier (1100-1135)225. Hollister et Baldwin soulignent aussi bien les innovations institutionnelles que la concentration de l’autorité entre les mains de quelques membres qui appartiennent à la maison royale. Ces derniers sont soit des hommes nouveaux (dans la France de Philippe Auguste), soit une association d’hommes nouveaux et de familles baronniales (dans l’Angleterre de Henri Ier). Dans les deux cas, des tensions interviennent entre les nouveaux venus et les héritiers en place qui sont délogés avec plus ou moins de brutalité. Il existe des affrontements de cette nature entre certains conseillers de François Ier. L’attitude de Jean Du Bellay à l’égard du chancelier Antoine Duprat est de ce point de vue tout à fait significative. À la fin de la décennie 1520, l’évêque de Bayonne montre à l’égard du chancelier une hostilité très forte qui s’explique assez largement par le retard mis par Duprat à envoyer l’argent réclamé par l’évêque de Bayonne en mission à Londres. Quoi qu’il en soit, l’hostilité qu’il lui marque se traduit par l’expression d’un mépris social manifeste. Le 20 mai 1528, Du Bellay s’exclame : « J’ay tousjours la teste rompue de ce chancellier226 » avant de le renvoyer à « l’Auvergne [et à] toutes les herbes de la Limaigne227 ». Du Bellay, le gentilhomme de la vallée des rois, a un profond mépris pour le juriste d’Issoire, aussi haut qu’il soit arrivé. Avec ironie, il évoque « Saint Antoine » et affirme qu’il « espère en Dieu et en monseigneur maistre Duprat228 ». Du Bellay approuverait certainement le poème-pamphlet très hostile à Duprat qui circule à Lyon en 1525 :

  • 229 Chanson faite a Lyon contre le chancelier de France sur sa conduite pendant la régence, citée par A (...)

« Ton grant orgueil se magnyfye,
Toy, filz d’un faiseur de sabotz,
Portes les robbes de drap d’or :
[…]
Toute noblesse de toy haÿe,
Tu as mis villains en avant,
Et chassé les bons et sçavans.
Ta fyn sera selon ta vye :
Ort chancellier, Dieu te maudye229 ! »

  • 230 BnF, ms frçs 21449 « Officiers et domestiques de la Maison de François Ier (1516-1534) ». Je remer (...)
  • 231 Artus Gouffier, René de Savoie et Anne de Montmorency sont grand maître ; Claude d’Annebault et Gu (...)
  • 232 Montmorency est une parfaite illustration de la définition du favori donnée par N. Le Roux comme é (...)
  • 233 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 718, qui insiste sur la confusion entre les deux univers sous le règ (...)
  • 234 Voir la contribution sur Jean de Lorraine dans le présent livre.
  • 235 Cf. les analyses comparatives sur Henri III et Henri IV dans Nicolas Le Roux, op. cit., p. 719-720

168L’animosité de Du Bellay à l’égard de Duprat souligne combien l’opposition héritier/parvenu ne dit pas tout de la question de la dimension domestique et bureaucratique du Conseil. En effet, Antoine Duprat est gentilhomme de la chambre à partir de 1524 alors que Jean Du Bellay ne fait pas partie de la maison du roi230. D’ailleurs, l’un et l’autre sont, chacun à leur manière, des hommes nouveaux. Pour autant, Du Bellay est socialement et culturellement bien plus proche du roi que son chancelier. Si l’on en revient à la question des charges domestiques, il est intéressant de voir que 21 des 54 principaux conseillers de François Ier occupent des charges domestiques au sein de la Maison du roi auxquels il faut ajouter des conseillers comme Jean de Lorraine, Hippolyte d’Este et le comte de Saint-Pol qui, sans faire partie de la maison du roi, sont de ses plus proches familiers231. Ce sont donc 24 des 54 principaux conseillers de François Ier qui sont de ses familiers soit près de 50 %. Le Conseil de François Ier relève donc, pour moitié, d’une dimension domestique, et pour moitié, d’une dimension technicienne (juridique, financière, diplomatique, etc.). Cette situation s’éclaire si l’on établit une distinction, pas nécessairement exclusive d’ailleurs, entre les faveurs politique et privée232. Sous François Ier, à la différence de ce qui se passe sous Henri III, il n’y a pas confusion entre les sphères du politique et du privé à la tête de l’État, mais subtil chevauchement, parfaitement maîtrisé par un souverain suffisamment maître du jeu pour joindre ou disjoindre à volonté les deux univers selon ses intérêts233. L’exemple de Jean de Lorraine est de ce point de vue éloquent. Le cardinal de Lorraine connaît ainsi une trajectoire originale, de compagnon des plaisirs à conseiller de premier plan avant d’être à la fois renvoyé aux plaisirs et conservé en réserve234. Le favori peut donc être, au choix, et successivement, simple compagnon des plaisirs, ministre, puis conseiller de second plan. L’usage que fait François Ier de la faveur fait de lui un intermédiaire entre Henri III et Henri IV235. Là où Henri III unit les sphères privée et politique, Henri IV les dissocie, tandis que François Ier les mêle et les démêle à volonté. Le Conseil illustre bien la nature mixte de la monarchie de la Renaissance qui relève à la fois d’une dimension domestique et d’une dimension bureaucratique ou technicienne.

*

169Au terme de ce parcours, il apparaît que le Conseil ne doit donc être réduit ni à une dimension institutionnelle qui n’existe pas vraiment, ni à une réalité sociologique qui est multiple, ni à un programme idéologique ou volontariste impossible à démontrer. Il s’agit plutôt d’essayer de pénétrer « l’esprit du Conseil » c’est-à-dire sa logique et sa cohérence historique, le processus qui fait qu’il est ce qu’il est. La difficulté de circonscrire avec fermeté le Conseil est une illustration de plus de la dimension éminemment pragmatique de l’affirmation du pouvoir royal et de sa mue permanente qui révèle une capacité d’adaptation perpétuelle.

170Ce qu’il faut retenir de l’étude du Conseil de François Ier, ce n’est donc pas son nom (Conseil étroit, privé, des affaires, secret, d’État, du matin, de l’après-midi, etc.), qui n’est pas établi avec fermeté, c’est plutôt sa souplesse en tant qu’instrument de gouvernement, qui s’ajuste en permanence aux nécessités du moment. Sous le règne d’un souverain maître du jeu comme François Ier, on observe ainsi un équilibre au sein de son Conseil, qui voit la coexistence de conseillers incarnant le dynamisme de la monarchie domestique (Lautrec, Montmorency, Chabot, Annebault), d’autres qui annoncent le développement technicien et bureaucratique (Robertet, Semblançay, Duprat, Breton), et d’autres enfin qui soulignent l’ouverture d’un souverain prêt à appeler quelques grands féodaux quand cela peut servir ses intérêts (connétable de Bourbon, duc de Vendôme, comte de Saint-Pol).

171Le Conseil du roi sous François Ier constitue un précipité de l’essence même de la monarchie française de la Renaissance qui est fondamentalement une monarchie de l’équilibre. François Ier est un roi qui décide, mais qui réunit son Conseil presque tous les jours. C’est un souverain convaincu que son pouvoir est absolu, mais qui ne manque pas de consulter des représentants de la société politique. Il les choisit parmi ses courtisans et les techniciens de son administration. Comme la monarchie dans son ensemble, son Conseil est donc constitué d’un mixte de formes domestiques et bureaucratiques ou pré-bureaucratiques. Ses conseillers sont tous des hommes d’expérience, ni imberbes ni barbons. Issus de la capitale et des provinces, ils permettent de surcroît d’équilibrer les relations entre le pouvoir central et les périphéries.

172Ainsi, le Conseil de François Ier, stable, équilibré et éminemment labile est un instrument de pouvoir particulièrement bien adapté aux réalités de la monarchie de la Renaissance.

Notes

1 Cette introduction est le résultat d’un travail collectif et de discussions approfondies avec l’ensemble des auteurs, en particulier au cours d’une journée d’études tenue au Mans le 11 mai 2010. Une première version a été relue par Philippe Contamine, Bernard Barbiche et Boris Bove et, parmi les auteurs, par Rémy Scheurer, Olivier Poncet et Thierry Rentet. Je ne saurais assez les remercier pour le temps qu’ils ont accepté d’y consacrer ainsi que pour toutes les corrections, précisions et remarques qu’ils m’ont suggérées. Il n’en reste pas moins que tous les propos de cette introduction n’engagent que leur auteur.

2 Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003.

3 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France : State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, 1985. Michael J. Braddick, State Formation in Early Modern England, c. 1550-1700, Cambridge, 2000.

4 Parmi de très nombreux travaux, on peut retenir les ouvrages dirigés par Arthur G. Dickens (The Courts of Europe : Politics, Patronage and Royalty, 1400-1800, Londres, 1977), John Adamson (The Princely Courts of Europe, Londres, 1999), Steven J. Gunn et Antheun Janse (The Court as a Stage : England and the Low Countries in the Later Middle Ages, Boydell, 2006), José Martinez Millan (La corte de Carlos V, Madrid, 2000) ainsi que les livres de Rita Costa Gomes (The Making of a Court Society, Cambridge, 2003), Monique Chatenet (La cour de France, Paris, 2003) et Robert J. Knecht (The French Renaissance Court, Yale, 2008).

5 Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, notamment le chapitre viii « L’entourage royal » (p. 209-231), le chapitre ix, « La familia regis » (p. 233-256), et le chapitre x « Le gouvernement capétien » (p. 257-274).

6 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondements du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Paris, 1991 [1986].

7 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre ii, « Le roi en son Conseil », p. 25-58 et id., Enguerran de Marigny, Paris, 2005 [1963].

8 Olivier Canteaut, Philippe V et son Conseil : le gouvernement royal de 1316 à 1322, thèse de l’École des chartes, 2000.

9 Raymond Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958.

10 Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 688-712 (« chapitre xxix. Les conseillers de Charles V : un esprit nouveau »). Voir aussi Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, 1982.

11 Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Francia, 10, 1982, p. 67-130 et « Les conseillers de Louis XI, 1461-1483 », dans La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Bernard Chevalier et Philippe Contamine (éd.), Paris, 1985, p. 105-134.

12 Roland Mousnier (et collab.), Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution, Paris, 1970. Voir aussi les quelques pages consacrées à « Ministériat, Conseil et règne personnel », dans Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’absolutisme en France, Paris, 2002, p. 138-147.

13 Roseline Claerr et Olivier Poncet (éd.), La prise de décision en France (1525-1559), Paris, 2008.

14 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2000.

15 Michel Antoine, Le Conseil du roi sous Louis XV, Genève, 2010 [1970].

16 On signalera par exemple Dale Hoak, The King’s Council in the Reign of Edward VI, Cambridge 2008 [1976].

17 Alain Marchandisse (éd.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Droz, 2003 ; Roger Stein (éd.), Powerbrokers in the Late Middle Ages : Les Courtiers Du Pouvoir Au Bas Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2001.

18 Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, p. 213.

19 Sur la genèse administrative de l’État monarchique et l’apparition des subdivisions successives de la Curia regis, voir le schéma de synthèse dans Boris Bove, Le temps de la Guerre de Cent ans. 1328-1453, Paris, 2010, p. 25 et aussi « Démembrement et spécialisation de la curia regis » dans Robert Descimon, Alain Guéry et Jacques Le Goff, Histoire de France. La longue durée de l’État, Paris, p. 118-123.

20 Pere Molas Ribalta, « L’impact des institutions centrales » dans Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Wolfgang Reinhard (éd.), Paris, 1996, p. 25-52.

21 Abbon de Fleury, Canones, cité par Éric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, p. 257 et « La royauté féodale en France et en Angleterre (Xe-XIIIe siècles) », dans Éric Bournazel et Jean-Pierre Poly (éd.), Les Féodalités, Paris, 1998, p. 405. Voir sur cette question les commentaires de Jean-François Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965 et Dominique Barthélemy, La Mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des XIe et XIIe siècles, Paris, 1997, p. 247-248.

22 Françoise Autrand, article « Conseil » dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 333 qui cite Fulbert lorsqu’il écrit : « Ce n’est pas en se contentant de ne pas nuire à son seigneur que le fidèle mérite son casement. S’il veut en paraître digne, il doit fournir fidèlement à son seigneur aide et conseil. »

23 François Menant, « La France capétienne de 987 à 1108. L’entourage royal », p. 47-48 dans François Menant et al., Les Capétiens, Paris, 1999 et surtout, Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, notamment le chapitre viii « L’entourage royal » (p. 209-231), le chapitre ix, « La familia regis » (p. 233-256), et le chapitre x « Le gouvernement capétien » (p. 257-274).

24 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel, Jacqueline Thibaut-Payen, Histoire des institutions de l’époque franque à la Révolution, Paris, 1993, p. 226 ; Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, « L’institutionnalisation du conseil », p. 270-274 ; Éric Bournazel, « Réflexions sur l’institution du Conseil aux premiers temps capétiens (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 7 | 2000, [En ligne], mis en ligne le 3 janvier 2007. URL : http://crm.revues.org//index876.html ; Florian Mazel, Féodalités (888-1180), Paris, 2010, p. 586-587.

25 Gérard Sivery, Saint Louis et son siècle, Paris, 1999 [1983], p. 23.

26 « Il est aussi important de remarquer l’amorce d’un changement de taille dans la composition du Conseil royal et du Parlement après le retour du roi et, sans doute […] dès la période de “gouvernement” du prince héritier, Louis, en 1252-1254. Un certain nombre de “parlementaires” sont qualifiés de “maîtres”. Il semble bien s’agir de titulaires de titres universitaires, essentiellement de maîtres en droit, en droit civil. Ils inventent un droit monarchique qui se manifeste par une injection de droit romain dans le droit coutumier, qui devient de plus en plus un droit écrit et qui réalise peu à peu une synthèse efficace entre le droit romain, arraché au monopole impérial, et le droit féodal, une synthèse au service de la construction de l’État monarchique. Ces “maîtres”, les contemporains les appellent “légistes” et ils connaîtront leur apogée sous le règne du petit-fils de Saint Louis, Philippe IV le Bel. » (Jacques Le Goff, Saint Louis, dans Héros du Moyen Âge, le Saint et le Roi, Paris, 2004, p. 362.)

27 Parmi de multiples exemples, on retiendra celui de Bureau de La Rivière, premier chambellan de Charles V et l’un de ses principaux conseillers (Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 698-702).

28 De surcroît, jusqu’en 1673, des présidents du Parlement siègent à l’occasion au Conseil du roi, tandis que des membres du Conseil sont nommés conseillers d’honneur au Parlement. La suprématie du Conseil du roi sur l’ensemble des autres corps administratifs est une longue évolution qui culmine sous Louis XIV. Dans les années 1660, pour commencer, le roi de France interdit aux cours de justice de se qualifier de « souveraines » et substitue à cette épithète celle de « supérieures ». Puis, un nouveau règlement du Conseil en 1673 déclare que la dignité de conseiller d’État est incompatible avec les offices de judicature. Voir Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 2001, p. 105 et 284. Toutefois, « l’étude attentive de la titulature des conseils établis dans les provinces frontalières et dans les colonies montre […] à l’évidence que le changement de vocabulaire imposé par le Roi Soleil au début de son règne personnel n’a eu qu’un effet limité. Les conseils d’ancienne création n’en ont tenu aucun compte ; ils n’ont jamais renoncé à leur appellation d’origine, celle que portait leur sceau. » (Bernard Barbiche, « Conseils souverains ou conseils supérieurs ? Un enjeu politique », dans Jean-Luc Eichenlaub [dir.], Les conseils souverains de la France d’Ancien Régime, XVIIe-XVIIIe siècle, Colmar, Archives départementales du Haut-Rhin, 1999.)

29 Noël Valois, « Étude historique sur le Conseil du roi », dans Inventaire des arrêts du Conseil d’État (règne de Henri IV), t. I, Imprimerie nationale, 1886, p. xxxviii ; Chroniques de Jean Froissart, Simon Luce (éd.), Paris, 1869-1899, t. 1, 2 (1307-1340), p. 96 ([1329] « Ne demora gaires de temps, puissedi, que li rois de France envoia en Engleterre, de son plus especial conseil, l’evesque de Chartres et l’evesque de Biauvais etc. ») ; « Per Regem in suo Majori Consilio, in quo dominus dux Bitturicensis, dominus Jacobus de Borbonio, Vos, dominus de Baqueville, et plures alii erant » (AN, II 161, fo 30 vo [septembre 1406]).

30 Noël Valois, op. cit., p. xxxix.

31 Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France : composée, en grande partie, de pièces rares, ou qui n’ont jamais été publiées séparément, pour servir à compléter toutes les collections de mémoires sur cette matière, t. 19, C. Leber (éd.), Paris, 1838, « L’estat des offices de lostel du roi » (non daté, cet acte date sans doute de la fin du XVe siècle), p. 176-185 (ici, 183-184).

32 Philippe Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple. 481-1514, Paris, 2002, p. 385.

33 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, Jacques Poujol (éd.), Paris, 1961, p. 135.

34 AN, X1A 8612, fo 91 vo-94 vo (publié dans Aimé Champollion-Figeac [éd.], Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 421-422).

35 Claude de Seyssel, op. cit., p. 137.

36 Ibid.

37 Montesquieu, De l’Esprit des lois, Paris, 1951, p. 316 (Livre VI, chapitre 6).

38 Boris Bove, Le temps de la Guerre de Cent ans. 1328-1453, Paris, 2010, p. 136-139.

39 Sur ces Enseignements, voir Jacques Le Goff, « Les Enseignements à son fils et à sa fille », dans son Saint Louis, republié dans Héros du Moyen Âge, le Saint et le Roi, Paris, 2004, p. 529-539.

40 ORF, IV, p. 438. Voir aussi, par exemple, VI, p. 26, 45 et 51 ; VII, p. 518 et 705. Voir Jeannine Quillet, Charles V. Le roi lettré, Paris, 2002 [2004], Jeanine Quillet, D’une cité l’autre. Problèmes de philosophie politique médiévale, Paris, 2000 et Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994.

41 Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Écriture Sainte, Paris, 1709, livre V, art. I, prop. I.

42 Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du Dauphin, Charles Dreyss (éd.), Paris, 1860, t. I, p. 149-150.

43 Auget de Monthyon, Particularités et observations sur les ministres des finances de France les plus célèbres, depuis 1661 jusqu’en 1791, Paris, 1812, p. 369-371 (cité par Michel Antoine, op. cit., p. 25).

44 Analyse allant dans ce sens d’Eric Bournazel (Louis VI le Gros, Paris, 2007, « Délibération et conseil », p. 266-270) à Michel Antoine (op. cit., p. 25).

45 On notera qu’en théorie, tous les sujets sont tenus au devoir de Conseil « qu’ils soient individuellement consultés en raison de leurs compétences particulières ou collectivement dans le cadre de leur regroupement en corps divers (comme les villes, l’université, les corps des métiers ») (Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel, Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 324).

46 Françoise Autrand, article « Conseil » dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 334.

47 Ran Halevi (éd.), Le savoir du prince. Du Moyen Âge aux Lumières, Paris, 2002.

48 Cité par Jacques Krynen, « Le droit : une exception aux savoirs du Prince », dans Ran Halevi (éd.), op. cit., Paris, 2002, p. 51.

49 Vivat rex !, discours au roi pour la réformation du royaume, 7 novembre 1405, dans Jean Gerson, Mgr Palémon Glorieux (éd.), Œuvres complètes, Paris, 1960-1973, 10 volumes, t. 7 (2), p. 1166.

50 Ibid.

51 Philippe Contamine, op. cit., p. 382.

52 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Paris, 1986, III, p. 9.

53 Claude de Seyssel, op. cit., p. 134. Cette condamnation de la confiscation du pouvoir par un petit nombre est une constante dans l’histoire politique. On peut penser aux attaques de 2004 contre le mode de décision informel et autoritaire instauré par Tony Blair, sans discussion collective du cabinet (« government by sofa » ou « sofa style »). Voir notamment Tony Blair, Mémoires, Paris, 2010, p. 26-27.

54 Montesquieu, De l’Esprit des lois, Paris, 1951, p. 249 (Livre II, chapitre 4).

55 Œuvres de Ghillebert de Lannoy, voyageur, diplomate et moraliste, C. Potvin et J.-C. Houzeau (éd.), Louvain, 1878 (p. 327-426, Instruction d’un jeune prince pour se bien gouverner envers Dieu et le monde et p. 369-376 « cy dist de quels meurs, estas et conditions princes doivent eslire leurs conseilliers et officiers principaulx ». La citation est p. 372). Les avis de Ghillebert de Lannoy ne sont peut-être pas sans influence car Philippe le Bon décide par lettres patentes du 6 août 1446 d’instaurer un Grand Conseil (lettres patentes publiées p. 432-442).

56 Philippe Contamine, op. cit., p. 384.

57 François Autrand, Christine de Pizan. Une femme en politique, Paris, 2009, p. 336.

58 Christine de Pizan, Le Livre de Paix, Charity Cannon Willard (éd.), La Haye, 1958, p. 75-77. Voir aussi Philippe Contamine, op. cit., p. 383 et Jacques Krynen, Idéal du prince et Pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude sur la littérature politique du temps, Paris, Picard, 1981.

59 Christine de Pizan, Livre du corps de Policie, Angus J. Kennedy (éd.), Paris, 1998, p. 37 et 40 (cité par Françoise Autrand, op. cit., p. 365 et 374).

60 Jacques Krynen, op. cit., p. 147, n. 349. Voir aussi Mikhael Harsgor, thèse citée, p. 189.

61 On notera que sur le plan local, les choses sont un peu plus complexes sous Charles V qui, dans un souci de ménager les particularismes locaux, notamment dans la conduite de la guerre, lance un mouvement de décentralisation pour répondre à la demande des réformateurs. « Cet essai de décentralisation avait l’immense mérite d’associer la société politique au gouvernement et aux profits de la fiscalité. » (Boris Bove, op. cit., p. 161 – et, plus généralement, « Une tentative de réforme par le haut », p. 159-161.)

62 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondements du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Paris, 1991 [1986] et notamment chapitre vi, « Les nouveaux hommes du roi », p. 141-184. Voir aussi François Menant, « Philippe Auguste (1180-1223) : “un temps de mutations” pour l’autorité capétienne », dans François Menant et al., Les Capétiens, Paris, 1999, p. 222-269 (particulièrement p. 248-250).

63 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre ii, « Le roi en son conseil », p. 25-58 (p. 51 pour la citation de Geoffroy de Paris) et Jean Favier, Enguerran de Marigny, Paris, 2005 [1963].

64 Françoise Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 688-706 (« chapitre xxix. Les conseillers de Charles V : un esprit nouveau »).

65 À l’inverse de Charles VII que l’on accuse d’être le jouet de ses favoris successifs, Louvet, Giac ou encore Le Camus de Beaulieu. Outre le rôle excessif de ses favoris, on lui reproche le fait que les décisions sont prises hors du Conseil. Voir par exemple Philippe Contamine, « Charles VII, roi de France, et ses favoris. L’exemple de Pierre, sire de Giac († 1427) », dans Werner Paravicini (éd.), Der Fall des Günstlings : Hofparteien in Europa vom 13. bis zum 17. Jahrhundert, 8, Ostfildern, 2004, p. 139-162.

66 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale. Des temps féodaux aux temps de l’État, Paris, 2003 [1999], p. 170.

67 François Menant et al., op. cit., Paris, 1999, p. 435.

68 Olivier Canteaut, thèse citée.

69 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, op. cit., p. 170.

70 Philippe Contamine, op. cit., p. 384.

71 Claude de Seyssel, op. cit., p. 141. Voir aussi Michel Antoine, op. cit., p. 31.

72 On notera en revanche que les techniciens du droit ne semblent pas être au Conseil l’émanation des institutions dont ils sont issus et qui revendiquent un pouvoir. Sous François Ier par exemple, le chancelier Duprat n’est d’aucune manière un cheval de Troie du Parlement dont il est issu et dont il est même la cible d’attaques régulières.

73 AN, U 870 (« Observations sur la séance du Conseil » par les conseillers d’État [1739]), cité par Michel Antoine, op. cit., p. 29.

74 On notera bien sûr que, sur le plan institutionnel, le Conseil n’est pas « domestique » puisqu’il ne relève pas de l’Hôtel.

75 Michel Antoine, op. cit., p. 30.

76 AN, K 147, no 8 bis (cité par Michel Antoine, op. cit., p. 27). C’est pourquoi Bernard Barbiche peut écrire : « Aussi le Conseil, sous l’Ancien Régime comme au Moyen Âge, demeure-t-il officiellement un organisme unique, même s’il structure et répartit son activité en formations spécialisées. » (Bernard Barbiche, « Le Conseil du roi dans tous ses états. Question de vocabulaire », La Revue administrative, 3, 1999, p. 20-26.)

77 Henri II à Jean Du Bellay et Claude d’Urfé, 13 mars 1549 (Copie, BnF, ms frçs 3921, fos 18-19 ; autres copies : Dijon, Bibl. mun., ms. 539, p. 79-81 ; Montpellier, Bibl. de la Fac. de médecine, H 24, p. 106-108). Je remercie vivement Rémy Scheurer de m’avoir signalé cette lettre, puis de m’en avoir communiqué une copie.

78 Corneille, Cinna, acte V, scène 1 (v. 1527-1532) (Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. 961). On opposera toutefois à cette déclaration pour le moins brutale les propos tenus par Auguste quelques vers plus haut à Cinna et Maxime lorsque, en proie au doute, il leur affirme « Votre avis est ma règle, et par ce seul moyen/Je veux être Empereur, ou simple Citoyen » (v. 403-404) (Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. 925). Il semble alors s’en remettre entièrement à la décision de ses conseillers, décision à laquelle il n’entend pas prendre part.

79 Corneille, Le Cid, acte I, scène 1 (v. 28-32) et scène 4 (v. 145-147) (Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. 710 et 780).

80 On signalera que la pièce originale (Las mocedades del Cid de Guillén de Castro y Bellvis) va encore plus loin dans l’inversion des rapports de force entre le souverain, son Conseil et ses conseillers. En effet, le roi convoque le comte d’Orgaz, Peransules, Lainez et Arias Gonzalo en leur disant « vous quatre qui faites la renommée de notre Conseil […] je veux que le prince ait Diègue Lainez pour gouverneur. Mais mon désir est que ce soit avec votre assentiment à tous quatre, qui êtes les colonnes de ma couronne ». Devant la colère du comte d’Orgaz qui naît de sa déception de ne pas avoir été choisi, le roi en est réduit à prononcer des « Il suffit ! », « Diègue Lainez ! », « Mes vassaux », « Comte ! », « Je suis votre roi ! » jusqu’au soufflet reçu par Diègue Lainez. Le souverain s’exclame alors « Saisissez-vous de lui ! ». À quoi le comte d’Orgaz répond : « Tu es irrité ? Attends, grand et puissant roi, évite que le scandale, s’il a eu lieu dans ton palais, n’éclate au-dehors [le code d’Alphonse X le Sage (1221-1284) punissait de mort quiconque tirait l’épée en présence du souverain, ou provoquait verbalement une autre personne. Il semble que le cas ait été toutefois assez fréquent et qu’une casuistique de l’honneur considérait qu’il n’y avait pas d’offense si l’outrage demeurait secret] [le comte d’Orgaz poursuit :] Songe qu’il n’est pas bon que les rois sages fassent arrêter les hommes tels que moi, qui sont le bras des souverains, les ailes de leur pensée et l’âme de leur État. » (Guillén de Castro y Bellvis, Les Enfances du Cid [Las mocedades del Cid] dans Théâtre espagnol du XVIIe siècle, Paris, 1994, p. 865-867.)

81 Ainsi, c’est à Amiens, où réside la cour, que l’évêque Jean de Langeac remplace le chancelier Duprat comme président du Grand Conseil au début du mois de novembre 1532 (BnF, PO 1639, fo 164). Voir plus bas.

82 Michel Antoine, op. cit., p. 31.

83 Bernard Barbiche, « Le Conseil du roi dans tous ses états. Question de vocabulaire », La Revue administrative, 3, 1999, p. 20-26.

84 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 2001, p. 286-287.

85 Il faut remonter à Charles VII ou attendre Louis XIII pour retrouver des règnes aussi longs, et, d’ailleurs, politiquement tout aussi importants. Cela fait penser à la remarque de Julien Gracq : « Dans la série des règnes de la monarchie française (mis à part le fondateur, le falot Hugues Capet), on compte six rois seulement pour les 227 premières années. Six rois également pour les 218 dernières […]. Il y a des raisons de croire que ces règnes anormalement longs ont contribué tout aussi fortement à consolider le jeune État du début qu’à scléroser plus vite que de raison la monarchie absolue de la fin. » (Julien Gracq, Carnets du grand chemin, dans Julien Gracq, Œuvres complètes, t. 2, Paris, 2010, p. 1054.)

86 C’est toutefois « à partir de d’octobre 1483 seulement que sont conservés les registres d’arrêts de cette juridiction […] par l’édit du 2 août 1497, Charles VIII érigea en un collège les dix-sept conseillers qui étaient alors en fonction. Par l’édit du 13 juillet, Louis XII augmenta ce collège de trois membres et lui donna une autorité souveraine […] Les conseillers ordinaires au Grand Conseil sont au nombre de vingt-quatre en 1523, de trente en 1543, de trente-deux en 1544 […] les conseillers ordinaires se maintiennent au Grand Conseil en moyenne dix ans ; après quoi, ils obtiennent des offices de conseillers au parlement de Paris, de présidents aux parlements, de maîtres des Requêtes de l’Hôtel. En dehors des fonctions judiciaires qu’ils exercent au Grand Conseil, les conseillers se voient attribuer par le roi des commissions spéciales durant les six mois de leur service annuel […] de 1515 [à 1540] les absences du chancelier devenant plus fréquentes, c’est le plus ancien des maîtres des Requêtes de l’Hôtel qui préside le Grand Conseil » (Monique Pelletier, Le Grand Conseil de Charles VIII à François Ier (1483-1547), Positions de thèses de l’École des chartes, 1960, p. 85-90).

87 Voir note 69. Il semble d’ailleurs que l’importance du Grand Conseil diminue d’autant plus qu’il apparaît comme trop éloigné aux justiciables du royaume (Monique Pelletier, op. cit., p. 88-90).

88 Eugenio Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, série I, t. IV, p. 33-35. Cité et traduit par François Nawrocki, thèse citée, p. 520.

89 Sur le Conseil d’État, voir Roger Doucet, op. cit., I, p. 144-146.

90 Charles Paillard, « La mort de François Ier », Revue historique, V, 1877, p. 112.

91 AM Senlis, BB 6, fo 10 ro, 17 vo et 31 vo. Cité par David Potter, op. cit., p. 317

92 Saint-Vincent à Charles Quint, 16 février 1541, Vienna HHSA, Frankreich, 9 (cité par David Potter, op. cit., p. 317).

93 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 328 ; Bernard Barbiche, op. cit., p. 131-132, 289-290.

94 On notera que, même au cours des siècles suivants, il n’y a pas eu (sauf exception) de procès-verbaux du Conseil (cf. Bernard Barbiche, op. cit., p. 304).

95 BnF, ms frçs 3005, fo 109, et BnF, ms Clair. 339, fo 3, et copie tardive dans les portefeuilles Fontanieu, BnF, NAF 7695, fo 285-286, « roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son Conseil pour le fait de ses finances » ; publié en appendice de la thèse latine de Francis Decrue, De consilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 91-92.

96 L’émergence d’un Conseil des finances est un phénomène complexe et tout sauf univoque. Si le rôle de 1543 évoque le Conseil « estably tant pour les dictes finances que pour les matières d’estat », il faut attendre 1560 pour que l’appellation de « Conseil des finances » se développe pour désigner les séances consacrées spécifiquement aux problèmes financiers. Et ce n’est que le 23 octobre 1563, qu’un texte normatif prescrit la tenue d’un Conseil pour les finances (Bernard Barbiche, op. cit., p. 256, 281, 288. Roger Doucet, op. cit., I, p. 149-152). Toutefois, ce « Conseil des finances » fait retour en 1600 au Conseil dont il était issu. Ce dernier prend alors le nom de « Conseil d’État et des Finances ».

97 David Potter, op. cit., p. 100. Francis Decrue, De consilio Regis, app. II et III, p. 58. Ambassades de Jean Du Bellay, p. 109, 114, CCJDB, I, p. 195, n. 197 (Jean Du Bellay y évoque le « Conseil estroict »).

98 Victor Louis Bourrilly et C. Weiss, « Jean Du Bellay, les Protestants et la Sorbonne », BSHPF, 52, 1903, p. 114.

99 CCJDB, I, p. 250.

100 Le Conseil est réuni à nouveau après le « dîner » autour du roi, avec le chancelier, l’amiral Chabot, Claude d’Annebault « and three of his generals, as they call them here », sans doute Galiot (artillerie), Brissac (chevau-légers) et son père René de Cossé (gens de pied) (LP, XVII, p. 149, no 269. William Paget à Henri VIII, Rivière, 24 avril 1542). Voir aussi François Nawrocki, thèse citée, p. 519.

101 LP, XVI, 1427 (7 décembre 1541).

102 « The Privy Council here have dissolved their continual sitting ; but, since he last wrote, some of them have sat harder than before, for, for four or five days after the coming of “him of Liege” those of the Privy Council attending on the King at his dinner talked only of their secret matters, the ushers setting the meat upon the table and departing. » (LP, XVI, 1427, Paget à Henri VIII, 4 janvier 1542.)

103 Vienna, HHSA, Frankreich, Varia 5, fo 171 vo (cité par David Potter, op. cit., p. 104 et 318).

104 BnF, ms frçs, 4052, fos 19 et 47-48 (cité par David Potter, op. cit., p. 104 et 318).

105 LP, XVI, 895.

106 Peter Lewis, « Être au Conseil au XVe siècle », dans Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Jacques Paviot et Jacques Verger (éd.), Paris, 2000.

107 Voir Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 369 et article « Semblançay » du présent livre.

108 François Nawrocki, thèse citée, p. 300. Plus tard, un jour de 1546, on soumet au roi, alors en train de chasser au nord de Fontainebleau, un problème de conflit juridictionnel avec l’empereur. Le roi répond qu’il ne peut le résoudre car son Conseil n’est pas avec lui. L’affaire est donc remise au Président Rémon. Au mois de novembre suivant, le problème est soumis devant le chancelier au Conseil du matin (AN, J 794, no 25/34, cité par David Potter, op. cit., p. 318).

109 Bernard Barbiche, « La première régence de Catherine de Médicis (avril-juillet 1552) », dans Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Economica, 2003, p. 37-45.

110 Ibid., p. 45.

111 Bernard Barbiche, op. cit., p. 286.

112 Bernard Barbiche, op. cit., p. 291-292.

113 Un élément qui souligne bien que l’on a changé de monde est la possibilité, une fois que l’on a participé au Conseil d’En haut, de porter toute sa vie le titre de ministre d’État, même dans le cas d’une éventuelle disgrâce, et de toucher jusqu’à sa mort une pension de 20 000 livres par an (Michel Antoine, op. cit., p. 198-199).

114 Philippe Hamon, Les Renaissances. 1453-1559, Paris, Belin, 2009, p. 214-216.

115 Claude de Seyssel, op. cit., p. 140 et 137 pour les deux citations.

116 John H. Elliott et L.W.B. Brockliss (éd.), The World of the Favourite, New Haven et Londres, 1999.

117 Cédric Michon, « Les élites et l’État », dans Cédric Michon et Annie Antoine (dir.), Les sociétés au XVIIe siècle. Angleterre, Espagne, France, Rennes, 2006, p. 391-432 (part. p. 411-418).

118 Calendar of State Papers [cité CSPSP] 1538-1542, p. 203. Déjà, en juillet 1537, en l’absence du grand maître, le cardinal de Lorraine, s’occupait de toutes les affaires (ASModena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare [Paris] 29 juillet 1537).

119 Voir François Nawrocki, thèse citée, p. 522-528.

120 ASModena, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546. Cf. une analyse assez comparable de l’empereur in CSPSp 1544, p. 379 (lettre de l’empereur à ses ambassadeurs en Angleterre, le 1er octobre 1544).

121 François Nawrocki, thèse citée, p. 528-533.

122 Propos tenu par Catherine de Médicis au cours des états généraux de Blois, cité par Charles-Joseph de Mayer, Des états généraux et autres assemblées nationales, Paris et La Haye, 1788-1789, t. XIII, p. 106, cité par Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 617.

123 C’est Guillaume Bonnivet en effet qui, dans une lettre de 1521, pose les bases de ce qui donne lieu à la grande réforme des finances de 1523, et à la création du Trésor de l’Épargne (BnF, ms frçs 2994, fo 11, Bonnivet au roi, Montreuil-Bonnin, 11 août 1521). Cf. aussi Philippe Hamon, op. cit., p. 360 et 368.

124 Guillaume Gouffier est né vers 1482, Odet de Foix est né vers 1483. François Ier est né quant à lui en 1494.

125 Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, Paul Courteault (éd.), p. 147-148.

126 Olivier Feiertag, « La biographie d’un haut fonctionnaire des finances », p. 6-9, dans Wilfrid Baumgartner. Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, 2006.

127 Raymond Aron, La lutte des classes, nouvelles leçons sur les sociétés industrielles, Paris, Gallimard, 1964, p. 167.

128 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, Série I, I, p. 238-239. Cité et traduit par François Nawrocki, thèse citée, p. 583.

129 AN, XAa 1519, fo 203 ro /vo.

130 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, 1921-1926, 2 vol., t. I, p. 98.

131 Ibid., chap. 3. Roger Doucet a utilisé le registre des délibérations du Parlement (AN, X1A 1520, fos 113-126).

132 André Le Glay, Négociations diplomatiques entre la France et l’Autriche pendant les trente premières années du XVIe siècle, 2 vol., Paris, 1845, t. II, p. 348 et suiv.

133 Détail des travaux dans BnF, ms frçs 2976, fos 53-54 (Villeroy au grand maître, Paris, 13 août 1530). Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 72 et 78 propose un schéma de l’enfilade.

134 Sur Philippe Chabot gestionnaire des audiences du roi, voir E. Alberi, op. cit., I, IV, p. 33-35. Sur Claude d’Annebault gestionnaire des audiences du roi, voir Arch. Di Stato di Mantova, A. G. 640, Gian Battista Gambara à la duchesse de Mantoue, Soissons, 6 août 1543 et François Nawrocki, thèse citée, p. 544-547 (« Les audiences du roi »).

135 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in seventeenth Century France, Oxford-New York, 1986.

136 Même si l’exemple de Sully montre que cela n’est pas impossible.

137 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 1854, p. 195.

138 Ce rôle de tuteur financier est resté informel jusqu’en 1564, lorsque qu’Artus de Cossé devient « superintendant des finances ». Il est manifeste toutefois qu’Artus Gouffier est chargé par le roi de superviser l’ensemble des questions d’argent comme en témoignent quelques épisodes. En 1518, par exemple c’est à Artus Gouffier que Semblançay fait expédier les états des trésoriers de France et des recettes générales de Picardie, Bourgogne, Provence et Dauphiné (AN, KK 289, fo 514). C’est toujours chez Artus Gouffier que se réunissent Henri et Thomas Bohier, Jean d’Albret et Guillaume de Beaune, le 25 janvier 1519, pour rassembler des fonds en vue de l’élection impériale (BnF, Italien 1998, p. 278). On trouve aussi des mentions d’échanges réguliers avec les généraux de finances (BnF, Carré d’Hozier 303, fo 24. Mention de deux comptes rendus par Jacques Hurault à Artus Gouffier, le 25 mai 1517 et le 27 décembre 1518. AN, KK 289², fo 616 vo. Paiements à un chevaucheur de l’écurie du roi pour avoir porté, en 1517 ou 1518, des lettres des généraux des finances à Artus Gouffier) et les trésoriers de France (AN, KK 289², fo 704 vo. Paiement à un chevaucheur de l’écurie du roi pour avoir porté une lettre d’Artus Gouffier à Philibert Babou).

139 Un rapport adressé au parlement de Paris signale en 1526 que le chancelier Duprat « a la totalle administracion, superintendance et gouvernement des finances et s’en repose le Roy sur luy du tout, et tellement que, en matière de finances, on ne sauroit bailler ung solt, sinon par son commandement » (séance du 17 avril 1526, AN, X1A 1529, fo 211 ro). Voir aussi l’article sur Antoine Duprat dans le présent ouvrage.

140 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 415.

141 BnF, ms frçs 5125, fos 171 vo-172 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

142 BnF, ms frçs 5125, fo 173 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

143 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Eric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 321.

144 K. Lanz (éd.), Correspondenz des Kaisers Karl V., t. I, Leipzig, 1844, p. 6.

145 Techniquement chancelier jusqu’en 1545, Poyet perd les sceaux en 1542, englobé dans la débâche montmorencéenne de 1541. De son côté François Olivier est techniquement chancelier jusqu’en 1560, mais les sceaux sont remis à Jean Bertrand (ou Bertrandi) dès janvier 1551. Sur les gardes des sceaux, voir Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la Couronne : les gardes des sceaux de France du XVIe au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 151, 1993.

146 Son maintien est également révélateur du nouveau statut du chancelier (cf. plus bas).

147 Sous Louis XI par exemple on dispose de l’exemple du chancelier Doriole qui, en mars 1479, refuse de sceller un don qui lui paraît abusif, obligeant le roi à réitérer son ordre (Jean Favier, Louis XI, Paris, 2001, p. 321).

148 Voir les notices sur Duprat, Du Bourg et Poyet.

149 SP, IX, p. 116-117. Il a déjà provoqué la colère du connétable, le 2 mars 1539, et avait craint celle du duc de Guise, le 12 avril suivant (voir la contribution de Marie Houllemare sur Guillaume Poyet dans le présent livre).

150 Voir le chapitre sur Duprat dans le présent livre.

151 Pierre-Roger Gaussin, Louis XI. Roi méconnu, Paris, 1988, p. 196.

152 Nicola Mary Sutherland, The French Secretaries of State in the Age of Catherine de Medici, Westport, 1976 [Londres, 1962], chapitre i : « The Origins of the Secretaries and their Rise to Importance under Francis I », p. 7-17 ; André Lapeyre et Rémy Scheurer, Les Notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VII et Louis XII (1461-1515), Notices personnelles et généalogies, deux tomes, Paris, 1978 ; Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, 1993.

153 Toutefois, et cela dès le XIVe siècle, les clercs et notaires remplissent également des missions diverses à la cour, au Conseil, à la Chambre des comptes, au Parlement, dans les cours provinciales et dans la diplomatie (Nicola Mary Sutherland, op. cit., p. 10-11).

154 En effet, en dépit de la banalisation des notaires et secrétaires du roi, il y a toujours eu des notaires plus spécialement affectés au service du roi. Ainsi, les lettres missives et closes de Charles VIII ont été contresignées par 43 notaires et secrétaires, mais les trois quarts d’entre elles l’ont été par 3 secrétaires seulement (Bernard Barbiche, op. cit., p. 174).

155 Voir la notice de Philippe Hamon sur Jean Breton dans le présent livre.

156 Il meurt dans sa prison de Melun le 2 juin 1548.

157 Sous Henri II, c’est Clausse qui succède à Bayard dans ces fonctions de contrôleur des guerres.

158 Il meurt en 1542, mais a perdu la plupart de ses offices l’année précédente à la suite de la disgrâce du connétable.

159 On notera que sur le plan culturel, la hiérarchie s’inverse (Neufville, Breton, Bayard). Dans le cercle de François Ier, Neufville pèse un grand poids.

160 Henri II les inclut d’ailleurs dans la première promotion des secrétaires des commandements et finances de 1547. Bochetel est mentionné dans le fameux rôle du 26 février 1543 qui mentionne ceux que le roi veut voir en son Conseil pour le fait des finances (BnF, ms frçs 3005, fo 109).

161 Sans parler des simples secrétaires comme François Deslandes ou Jean de La Chesnaye qui contresignent régulièrement mais dont les fonctions sont manifestement celles de simples greffiers.

162 Ces quatre secrétaires des commandements et finances sont Guillaume Bochetel, son gendre Claude de L’Aubespine, Cosme Clausse et Jean Duthier.

163 BnF, ms frçs 3005, fo 109.

164 Maïté Etchegoury, Les Maîtres des Requêtes de l’Hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), Paris, 1991, p. 20.

165 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967, p. 80.

166 Bernard Barbiche, op. cit., p. 121.

167 Mémoire adressé au cardinal de Lorraine par le chancelier Olivier (AN, KK 625, fo 71). Voir aussi Noël Valois, op. cit., p. xlix et cxvii.

168 Jean-Louis Harouel, Jean Barbey, Éric Bournazel et Jacqueline Thibaut-Payen, op. cit., p. 323.

169 Maïté Etchegoury, op. cit., p. 22.

170 Voir Cédric Michon, op. cit., passim.

171 Niccolò Tommaseo (éd.), Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, t. I, Paris, 1838 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), p. 175.

172 E. Alberi, op. cit., I, I, p. 238-239.

173 Les Grandes Chroniques de France, Paulin Paris (éd.), Paris, 1837, t. V, p. 217.

174 Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, t. II, p. 346. Cité par Philippe Hamon, L’argent du roi, Paris, 1994, p. 403.

175 Richard Nixon. Entretien avec Jean Béliard, De Gaulle en son siècle [Colloque], Fondation Charles de Gaulle, 1991 (http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/de-gaulle-et-le-monde/de-gaulle-et-les-etats-unis/temoignages/richard-nixon.php).

176 Machiavel, Le Prince, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Paris, 2000, p. 191.

177 Mémoire donné par Louis XIV à Philippe V partant pour l’Espagne, le 3 décembre 1700 (publié par C. Rousset dans Correspondance Louis XV-Noailles, I, Paris, 1865, p. 26-33, § 15 et 33).

178 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre II, « Le roi en son conseil », p. 25-58 (p. 49 pour la citation).

179 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini (éd.), Paris, 1908-1919, 4 vol., t. IV, p. 160-161.

180 Sur cet épisode des Commentaires, voir Paul Courteault, Blaise de Monluc historien. Étude critique sur le texte et la valeur historique des « Commentaires », Paris, 1907, p. 152-155. Il montre notamment comment certains détails, qui concourent à la dramatisation de l’épisode, sont absents de la rédaction primitive.

181 François Ier n’est pas isolé dans cette pratique : on connaît également les exemples de Charles VIII imposant à ses conseillers la descente en Italie ou d’Henri II imposant la paix dans la péninsule italienne à des conseillers hostiles.

182 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a life, New Haven/Londres, 1996, p. 183.

183 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, 2001, p. 116-133 et Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer…, p. 218-221 et Public Record Office [cité PRO], SP 1/133, fo 204 (LP, t. XIII/I, p. 466, no 1267, et SP, t. V, p. 128).

184 Sur l’utilisation de théologiens dans la diplomatie anglaise de la décennie 1530, voir Luke Mac Mahon, The Ambassadors of Henry VIII, 1509-47, thèse inédite de l’université du Kent, 1999, p. 109-110. Sur Robert Barnes, voir J. P. Lusardi (éd.), « The Career of Robert Barnes », dans The Complete Works of St. Thomas More, Yale, VIII, III, p. 1387-1392.

185 Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste, Paris, 1951, p. 176-183 et Jean-Daniel Pariset, Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1981 p. 32.

186 Bnf, ms frçs 3020, fo 77 ; Lucien Pinvert, Lazare de Baïf (1496 ?-1547), Paris, 1900, p. 70-77 et 117-119.

187 Lucien Pinvert, op. cit., p. 75-76, et Hermann Baumgarten (éd.), Sleidans Briefswechsel, Strasbourg, 1881, p. 6 et 28.

188 L’analyse de Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Francia, 10, 1982, p. 103 est de ce point de vue éloquente, qui évoque le jeu des influences par lesquelles s’affirme l’absolutisme royal : « Les Armagnacs dominent, le roi les abandonne, ils tombent ; la Tremoille l’emporte, le roi retire de lui sa main protectrice, il disparaît ; Richemont croit tenir le pouvoir, en 1425, puis en 1433, mais le roi ne le supporte guère, l’influence du connétable s’estompe ; le duc de Bourbon croit se hisser au sommet, l’échec de la Praguerie devant la résolution du roi l’en précipite. Ceux qui demeurent, ce sont les plus habiles, ceux qui s’avancent à pas feutrés et savent rester à leur place, sans en prendre trop pour pouvoir donner de l’ombrage au roi : Charles d’Anjou, Dunois, Gaston de Foix, sans parler de ceux qui doivent tout au roi au point que celui-ci ne peut voir dans leur pouvoir que le reflet du sien : Bureau, Jouvenel, Chevalier, Estouteville, Bueil et Villequier, celui-ci enchainé de curieuse façon par son mariage avec la maîtresse du roi. »

189 Bnf, ms frçs 3020, fo 68.

190 CCJDB, III, p. 328 (Guy de Marillac à Jean Du Bellay, Compiègne, 21 novembre 1545). Sur tout cet épisode, voir Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », dans La prise de décision en France (1525-1559), études réunies par Roselyne Claerr et Olivier Poncet, Paris, 2008, p. 21-27.

191 Michel François, op. cit., p. 201 ; BnF, ms frçs 3921, fo 75 ; ibid., ms latin 8584, fo 4 ; ibid., ms frçs 3921, fo 62 ; ibid., ms latin 8584, fos 5-9. Voir sur le projet d’une médiation allemande, Rory McEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden…, op. cit., p. 208-211.

192 Voir sur ces questions les travaux de Retha M. Warnicke, « Family and kinship relations at the Hernician court : the Boleyns and Howards », in Tudor Political Culture, Dale Hoak (éd.), Cambridge, 1995, p. 46-48, qui montrent comment le duc de Norfolk, lorsqu’il affirme à l’ambassadeur de l’empereur qu’il est hostile au mariage de sa nièce Anne Boleyn avec Henri VIII, ne fait que dire à celui-là ce que le roi veut lui faire croire, et ce qu’il est tout disposé à entendre.

193 SP X, p. 675, Gardiner, Thirlby et Carne à Henri VIII, 11 novembre 1545.

194 Voir par exemple le règlement du 3 avril 1547 (AN, KK 625). Il semble bien que le Conseil ait eu des Procès-verbaux réguliers au XVe siècle puisque nous avons conservé un registre du Conseil de Régence de Charles VIII pour l’année 1484-1485 et qu’il est fait mention, de manière éparse, de l’existence de registres du Conseil étroit (voir par exemple l’édit du 24 juillet 1527 et le règlement du 11 novembre 1528, ORF, nos 463 et 497). Toutefois, ces quelques exemples sont l’exception et il n’y a pas de série régulière avant 1594. Pour le Conseil Privé, nous avons des fragments pour les années 1547-1554, 1563-1567 et 1578-1593. Pour le Conseil des finances, quelques fragments pour les années 1566-1569 et 1582-1586. Voir l’introduction de Noël Valois dans Inventaire des arrêts du Conseil d’État et Roger Doucet, op. cit., p. 132.

195 LP, XVII, p. 149 no 269, William Paget à Henri VIII, Rivière, 24 avril 1542. Le Conseil réuni après le dîner pour traiter de questions militaires réunit le roi, le chancelier, l’amiral Chabot, Claude d’Annebault « and three of his generals, as they call them here », vraisemblablement Galiot (artillerie), Brissac (chevau-légers) et le père de ce dernier, René de Cossé (gens de pied).

196 François Nawrocki, thèse citée, p. 522.

197 Eugenio Alberi, op. cit., I, t. IV, p. 33-35.

198 On trouve trace d’une pension de 2000 lt pour Philibert Babou (cf. notice Philibert Babou du présent ouvrage) et pour Gilbert Bayard (Perrenot à Charles Quint, Amiens, 2 octobre 1544, Östa, Frankreich, Varia, Karton 3, fos 191-195 vo).

199 « Extraits des comptes de dépenses de François Ier » dans Archives curieuses de l’histoire de France, Cimber et Danjou (éd.), Ie série, t. III, p. 90.

200 Des lettres de retenue ont ainsi été rédigées pour Ymbert de Batarnay le 1er juin 1468 qui demandent au chancelier de recevoir son serment et de l’« appeler en noz conseilz et affaires » (B. de Mandrot, Ymbert de Batarnay, seigneur du Bouchage, Paris, 1886, p. 295-296).

201 Noël Valois, op. cit., p. cx-cxi qui en cite quelques exemples.

202 BnF, ms frçs 5024, fos 58 vo, 60 vo ; BnF, ms frçs 14351, fos 32 vo, 33 ro ; BnF, ms frçs 5727, fo 68 ro.

203 François de Scepeaux, sire de Vieilleville, Mémoires et vie, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, 1838, t. IX, p. 117-118.

204 BnF, ms frçs 18153, fo 299 ro (Noël Valois, op. cit., p. cxi).

205 Ibid., p. cxi.

206 On signalera à titre indicatif qu’aucun des auteurs du présent ouvrage n’a trouvé dans ses recherches de mention de lettres de retenue, de pensions ou de serment pour aucun des conseillers sur lesquels ils ont effectué leurs recherches.

207 Entre 1418 et 1422, Charles VI est toujours roi de France, mais Charles, dauphin, qui a fui Paris aux mains des Bourguignons, s’est proclamé régent du royaume.

208 Pour tout ce passage sur les conseillers de Charles VII, voir Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Francia, 10, 1982, p. 67-130.

209 9 (11 %) l’ont été à moins de 20 ans, 18 (22 %) l’ont été entre 20 et 30 ans, 17 (22 %) l’ont été entre 30 et 40 ans, 23 (29 %) l’ont été entre 40 et 50 ans, 11 (14 %) l’ont été entre 50 et 60 ans, 2 (2 %) l’ont été à plus de 60 ans.

210 Ce qui n’empêche pas que l’on compte 20 conseillers destitués (7 %), 8 conseillers arrêtés (3 %) et 3 exécutés.

211 Mikhael Harsgor, thèse citée, p. 438-442.

212 En dehors du fait que ces sources oublient certainement les noms de quelques conseillers secondaires, elles englobent souvent des anonymes dans des formules comme « et autres présents », mais aussi « gens de finances ». La série X1A 8615 couvre la période qui va jusqu’en 1547 mais est tellement pauvre pour les années 1546-1547 que les deux dernières années du règne ont été laissées de côté. Les dépouillements des ORF sur lesquels s’appuie cette section ont été effectués par Thierry Rentet. Les dépouillements de la série X1A 8613-8615 des Archives nationales ont été effectués par Cédric Michon.

213 AN, X1A 8615, fo 246 (participation de Pierre Du Chastel à une séance du Conseil consacrée au statut des « lecteurs et escripvains es trois langues » [mars 1546]).

214 Sur le graphique, l’axe des ordonnées donne le nom des conseillers tandis que l’axe des abscisses indique le nombre de mentions de chacun des conseillers dans les ORF et dans la série X1A 8613-8615 des Archives nationales. Par ailleurs, sont en noir les nobles d’épée et en blanc les juristes ainsi que les financiers.

215 Le roi de Navarre ; le duc d’Alençon ; Jean d’Albret ; le duc de Bourbon, connétable ; le duc de Vendôme et les frères de celui-ci, le cardinal Louis de Bourbon et le comte de Saint-Pol.

216 Ces cartes des gouverneurs de province ont été réalisées par Thierry Rentet.

217 Une liste non exhaustive fournit les noms de Guillaume Du Bellay à Amiens, Claude Gouffier à Auxerre, Georges de La Tremoille puis Anne de Montmorency en Auxois, Guillaume de Dinteville à Bar-sur-Seine, Jean Breton à Blois, Jean de Dinteville à Chauny, Antoine puis Guillaume Bohier dans le Cotentin, Jean puis Nicolas de Poncher à Étampes, Claude d’Annebault à Évreux, Jean Babou à Gien, Henri Bohier à Mâcon, Regnaud de Langeac dans les Montagnes d’Auvergne, Antoine Duprat à Paris, Florimond Robertet puis François de Montmorency au Palais, Jacques de Beaune puis Guillaume de Beaune en Touraine, Gaucher puis Jean de Dinteville à Troyes, Artus Gouffier puis Philippe Chabot en Valois, Claude Gouffier puis Nicolas Bossut de Longueval en Vermandois, Galiot de Genouillac en Armagnac, Just de Tournon en Auvergne, Henri Bohier à Lyon, François de Green puis Guy Chabot dans le Périgord, Galiot de Genouillac puis François de Genouillac dans le Quercy.

218 Pour arriver à cette moyenne, ont été retenus les principaux conseillers de cette année (Louise de Savoie, Artus Gouffier, Antoine Duprat, Florimond Robertet, Neufville, Jean Caluau, Semblançay, René de Savoie, La Palice, La Trémoille). D’autres conseillers ont également participé au Conseil cette année-là, mais, n’ont pas été retenus pour le calcul de cette moyenne en raison de leur rôle secondaire au Conseil (Lautrec, duc d’Alençon, duc de Vendôme, connétable, généraux des finances, Chandenier, Antoine Le Viste, Jean d’Albret d’Orval, Bouchage, Hurault, présidents du parlement de Paris, duc de Gueldres, duc Lorraine, Bonnivet, Châtillon, Gedoin, Deslandes, Du Tillet, Petidé, Geneste, Barthélemy, Charbonnier, Maillart, Geuffroy).

219 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Florimond Robertet, René de Savoie, Guillaume Gouffier, Lautrec, Semblançay. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : Neufville, Étienne Poncher, Jean de Langeac, Bohier, Gedoyn, Delachesnaye, Deslandes, Bordet, de Besze, Garbot, J. Guiot, De Lautier.

220 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Florimond Robertet, Lautrec, Vendôme, François de Tournon, Jean de Brinon, Jean de Selve. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : Chabot, Jean de Lorraine, cardinal de Bourbon, comte de Saint-Pol, Bertrandi, Claude de Lorraine, La Barre, comte de Vaudémont, Gedoyn, Jean Breton, Gilbert Bayard, Claude Robertet, Thierry Fouet dit Dornes.

221 Principaux conseillers de cette année : Louise de Savoie, Antoine Duprat, Philippe Chabot, Anne de Montmorency, François de Tournon, Jean de Lorraine, Jean Breton. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : Gilbert Bayard, Charles de Bourbon-Vendôme, Galiot de Genouillac, Louis de Bourbon, comte de Saint-Pol, Théodore Trivulce, Deslandes, Claude Robertet, Thierry Fouet dit Dorne, Gedoyn, Duvernay.

222 Principaux conseillers de cette année : Anne de Montmorency, Jean de Lorraine, Philippe Chabot, François de Tournon, Jean Du Bellay, Jean Breton, Antoine Du Bourg, Mathieu de Longuejoue. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : roi de Navarre, Jacques Hurault, Jean de Laval, sr de Chateaubriant, Guillaume Preudhomme, Gilbert Bayard, Guillaume Bochetel, Delachesnaye, Rappouel, Deslandes, Henri duc d’Orléans, Juvineau, Goret, Ruault.

223 Principaux conseillers de cette année : Anne de Montmorency, Jean de Lorraine, François de Tournon, Jean Du Bellay, Charles Hémard de Denonville, Guillaume Poyet, Mathieu de Longuejoue, Jean Breton. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : Lazare de Baïf, Gilbert Bayard, Guillaume Bochetel, Delachesnaye, Claude Robertet.

224 Principaux conseillers de cette année : Claude d’Annebault, François de Tournon, Hippolyte d’Este, Gilbert Bayard, François Olivier. Présents cette année, mais non retenus pour la moyenne : Antoine Sanguin, Lazare de Baïf, Passy, archevêque de Rouen, évêque d’Albi, L’Aubespine, Delachesnaye, de Neufville, Duthier, Le Picart.

225 C. Warren Hollister et John W. Baldwin, « The Rise of Administrative Kingship : Henry I and Philip Augustus », American Historical Review, 88 (1978), p. 867-905.

226 Victor-Louis Bourrilly (éd.), Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, Paris, 1905, p. 261 (Jean Du Bellay à Montmorency, Londres, 20 mai 1528). 9 jours plus tôt, dans une lettre à Marguerite de Navarre il a évoqué l’hostilité du chancelier à l’égard de son frère : « Depuys quelque temps mondict seigneur le chancellier a, comme j’ay entendu, voulu brouiller mon frère, si ne luy eussiez esté en ayde. » (Ibid., p. 255, Jean Du Bellay à Marguerite de Navarre, Londres, 11 mai 1528.)

227 Victor-Louis Bourrilly (éd.), op. cit., p. 258. Il se moque des clients de Duprat évoquant le général des finances Preudhomme et le « sainct qu’il adore ».

228 CCJDB, I, p. 89. Jean Du Bellay à Gilles de La Pommeraye, Londres, 24 septembre [1529].

229 Chanson faite a Lyon contre le chancelier de France sur sa conduite pendant la régence, citée par Aimé Champollion-Figeac, op. cit., p. 376-378.

230 BnF, ms frçs 21449 « Officiers et domestiques de la Maison de François Ier (1516-1534) ». Je remercie Thierry Rentet de m’avoir communiqué cette référence.

231 Artus Gouffier, René de Savoie et Anne de Montmorency sont grand maître ; Claude d’Annebault et Guillaume Gouffier sont premier gentilhomme de la Chambre, Philippe Chabot de Brion et Antoine Duprat sont gentils-hommes de la Chambre ; Charles de Bourbon-Montpensier, Charles d’Angoulême et Henri d’Orléans sont grands chambriers ; Louis II de La Tremoille est premier chambellan ; Philibert Babou est valet de chambre ; Galiot de Genouillac est grand écuyer ; Antoine Sanguin est grand aumônier ; Charles Hémard de Denonville est aumônier de la chapelle royale ; François de Tournon est maître de la chapelle de musique ; Guillaume de Montmorency est premier chambellan de Louise de Savoie ; Gilbert Bayard, Guillaume Bochetel, Jean Breton et Nicolas de Neufville sont secrétaire de la Chambre. On peut y ajouter Florimond Robertet, maître d’hôtel des enfants de France entre 1521 et 1524 au moins (BnF, ms frçs 21449 « Officiers et domestiques de la Maison de François Ier [1516-1534] » et BnF, ms Clairambault 835 « Officiers des maisons des rois de Louis XI à Henri II »). Je remercie Thierry Rentet de m’avoir communiquées toutes ces informations.

232 Montmorency est une parfaite illustration de la définition du favori donnée par N. Le Roux comme étant « le personnage qui se caractérise à un moment donné par la plus grande capitalisation de signes de l’exception, qu’il s’agisse de prérogatives symboliques, de dignités ou de récompenses », Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Paris, 2000, p. 12. Jean de Lorraine est l’incarnation d’une faveur plus personnelle.

233 Nicolas Le Roux, op. cit., p. 718, qui insiste sur la confusion entre les deux univers sous le règne d’Henri III.

234 Voir la contribution sur Jean de Lorraine dans le présent livre.

235 Cf. les analyses comparatives sur Henri III et Henri IV dans Nicolas Le Roux, op. cit., p. 719-720.

Table des illustrations

Légende Actes contresignés par Jean Breton et Gilbert Bayard d’après les ORF et la série X1A.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/119880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Principaux membres du Conseil de François Ier d’après les ORF, la série X1A des Archives nationales et les rapports d’ambassadeurs (54 noms).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/119880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Origines géographiques des 11 principaux conseillers de François Ier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/119880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Origines géographiques des 50 principaux conseillers de François Ier (hors fils du roi et maîtresse royale).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/119880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Conseillers de François Ier gouverneurs de provinces.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/119880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540