Version classiqueVersion mobile

Le choix rationnel en science politique

 | 
Mathias Delori
, 
Delphine Deschaux-Beaume
, 
Sabine Saurugger

Première partie. Le choix rationnel et la formalisation dans les sciences politiques françaises et allemandes : état des lieux

3. Qui a peur de John Nash ? À propos de la place des approches de type « choix rationnel » en Allemagne et en France

Gerald Schneider
Traduction de Mathias Delori

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Diverses1 revues de littérature l’attestent, le choix rationnel a une histoire particulièrement riche qui remonte jusqu’aux analyses des réunions ecclésiastiques médiévales2. La tendance à la formalisation mathématique débute au XXe siècle avec la publication de Games and Economic Behaviour3. Cette œuvre fondatrice associait les longs efforts de recherche de l’économiste viennois Oskar Morgenstern et du mathématicien de Budapest et géni du siècle John (en réalité János et plus tard Johann) von Neumann, lequel a notamment fourni des contributions essentielles à l’informatique ainsi qu’au développement de la bombe atomique4. Théorie des jeux et comportements économiques posait les bases pour la théorie de l’utilité attendue (Erwartungsnutzentheorie) et pour la théorie des jeux coopératifs5. Le développement de la théorie des jeux non-coopératifs, à laquelle les prix Nobel de l’année 1994 John Forbes Nash Jr. (Développement du concept d’équilibre de Nash), Reinhard Selten (...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search