Version classiqueVersion mobile

La rumeur au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Quatrième partie. La rumeur en réseau : ruralité et sainteté

La rumeur de sainteté dans l’hagiographie des « martyrs de faits divers »

Edina Bozoky

Texte intégral

  • 1 G. Philippart, « L’hagiographie, histoire sainte des “amis de Dieu” », Hagiographies, G. Philippar (...)

1Le sens positif de rumeur dans les sources médiévales est évident dans la littérature hagiographique, où il n’y a rien de plus banal que l’utilisation du thème de la rumor ou de la fama – souvent synonymes ici. Pour la fabrication de la sainteté, la rumor et/ou la fama constitue une condition préalable et indispensable. G. Philippart a souligné le rôle particulier de la « sainte rumeur » ou plutôt de la « première rumeur » dans l’écriture de l’« hagiographie immédiate » qui concerne les personnes dont « aucune institution n’aurait encore revendiqué ou instrumentalisé la mémoire1 ». Mais d’une façon générale, la littérature hagiographique insiste plus ou moins pesamment sur le rôle de la rumeur dans la diffusion de la renommée de sainteté et, en particulier, celle de pouvoir miraculeux des saints et de leurs reliques. Il serait intéressant d’établir la typologie du topos de la rumeur dans l’hagiographie.

  • 2 E. Bozoky, « Martyrs de faits divers au haut Moyen Âge », Quaestiones Medii Aevi Novae, 14 (2009).

2Je me limite ici à un ensemble de textes relativement homogène, celui des martyrs de « faits divers2 », qui pose particulièrement bien le problème de l’utilisation du thème de la rumeur. À travers quelques exemples puisés dans ce corpus, je présenterai les modalités de la référence à la rumeur propagée par le peuple qui est la première, voire la principale source d’information sur les signes et preuves de sainteté de ces martyrs. Ceux-ci étaient, en grande majorité, des pèlerins et des ermites, tués par des brigands dans la forêt ; d’autres, en plus petit nombre, les victimes de fausses accusations ou de vengeances familiales, mais ils n’ont en aucun cas été assassinés pour des questions proprement religieuses. Ils ont été assimilés, en raison de leur mort violente et injuste, aux martyrs de la foi. L’apparition de leur culte et leur hagiographie est particulièrement significative entre le IXe et le XIIe siècle, avant tout dans les régions correspondant au nord et à l’ouest de la Gaule, à la Belgique actuelle et à l’ouest de l’Allemagne.

  • 3 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, 1988, p. 178.

3La première particularité de ces « martyrs de faits divers » est leur origine étrangère par rapport à l’implantation de leur culte. Parmi eux, une majorité vient d’Irlande et tous s’installent dans une région autre que leur pays natal ou, du moins, ils se retirent dans la solitude. Deuxièmement, la principale raison de leur culte est la mort violente qu’ils subissent « d’une façon totalement imméritée », avec « une injustice criante » pour utiliser les termes d’A. Vauchez3. Dans le plus grand nombre des cas, la vie de ces saints avant leur martyre reste tout à fait dans l’ombre ; dans d’autres, les détails pittoresques, les aventures complexes du personnage témoignent de l’inventivité de l’hagiographe mais sûrement pas de la réalité vécue du saint célébré. Car, troisième caractéristique essentielle, pour la plupart des saints de ce corpus, l’écart chronologique entre l’époque où ils étaient censés vivre et mourir et l’époque de la mise par écrit de leur histoire est considérable, entre 150-200 et 400-500 ans, et, dans les meilleurs des cas, une soixantaine d’années après la date de martyre supposée.

4Les hagiographes devaient donc « inventer » les arguments de sainteté pour légitimer des cultes, presque toujours rattachés à une fondation d’église ou de monastère. Faute de tradition écrite, l’évocation de la rumeur populaire pour fonder la sainteté apparaît ainsi comme une véritable stratégie hagiographique.

  • 4 Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, M. Bur (éd. et trad.), Paris, 1989.

5Cependant, les mentions de la rumeur sont plus ou moins développées dans ces écrits. Les termes mêmes rumor, fama ne sont pas toujours utilisés, même si le rôle de la rumeur apparaît clairement dans les récits. Parfois, plusieurs étapes en sont dépeintes, comme dans la Chronique de Mouzon4, rédigée avant 1040, qui relate la translation très complexe des reliques de saint Arnoul, pèlerin battu à mort par des brigands près de Gruyères supposément au VIIIe siècle. Une série de séquences du thème de rumeur met en scène ici la révélation et la confirmation de la sainteté d’Arnoul.

  • 5 Ibid., § 5, p. 150 : « Quod ubi contiguis finibus auditum est, accessit infirmus unus et alter, or (...)

6Après l’enterrement d’Arnoul par les habitants près de la voie royale menant de Reims à Trèves, on oublie ensuite même son nom, « la génération qui l’avait inhumé ayant cessé d’appartenir au monde des vivants » ; il n’y a donc aucun culte au départ. La naissance de la rumeur de sainteté est déclenchée d’une façon miraculeuse, relatée dans une séquence d’invention de reliques. Le saint apparaît à un malade souffrant de fièvre et lui indique sa sépulture où il guérira. « Quand la nouvelle fut connue dans les environs, un malade puis un autre se présentèrent. Ils prièrent avec foi et repartirent guéris. Tous les jours, une multitude infinie se rassemblait pour éprouver l’efficacité du remède et tous ceux, quel que fut leur nombre, qui venaient avec foi, après les avoir expérimentées, proclamaient à leur retour les merveilles de Dieu et de son saint5 ». Cette étape de la révélation de la sainteté, diffusée par des vagues répétées de la rumeur, aboutit à la construction d’une petite église par les « gens du lieu » mais qui ne réussirent pas à y transporter le corps du martyr.

  • 6 Ibid., § 6, p. 151 : « antequam fama vulgaret [...]. »

7Quelque temps après, un épisode contient un motif de la rumeur en négatif. Un chevalier qui possédait le domaine où se trouvait la sépulture d’Arnoul, vendait les reliques du saint au comte Otton qui, lui, réussit à les enlever de là, « de bon matin, avant que la nouvelle ne se fut ébruitée6 », et il les transporta à Guilloy dans l’église Saint-Hilaire, puis dans une chapelle construite dans son château à Warcq.

  • 7 Ibid., § 8, p. 155 : « Si qui concives estis qui talia nostis,/Pandite perspicui tuto jam mystica (...)

8Troisième étape : c’est la confirmation de la sainteté d’Arnoul, d’abord par un miracle, suivi d’une enquête sur le phénomène. En 971, le château du comte Otton est assiégé par l’archevêque Adalbéron de Reims et commence à brûler. Mais l’église en bois où se trouvent les reliques d’Arnoul reste intacte, l’incendie se met même à reculer. L’évêque s’enquiert alors sur ce miracle et ce sont les gens du pays qui le renseignent7. Ce récit imbriqué, rapporté au style direct, est une récapitulation de la genèse du culte, avec quelques variantes par rapport au récit propre de l’hagiographe. À cette phase, la rumeur serait devenue une tradition orale, non seulement gardant la mémoire des événements mais y ajoutant déjà des interprétations. Évidemment, ce discours prétendument « populaire » reflète l’optique du chroniqueur qui utilise la vox populi pour mettre en valeur les reliques d’un saint inconnu. Les gens du pays expliquent notamment l’inefficacité des reliques pour la défense du château : « son service a été négligé. On ne lui a pas rendu les honneurs qu’il méritait ! »

  • 8 Ibid., § 9, p. 156 : « Cujus rei stupendum indicium cum ad episcopi venisset audientiam, plus quam (...)
  • 9 Ibid., § 10, p. 158 : « Cum in eundo per villas circumpositas tanti facti rumor exisset, omnibus u (...)
  • 10 Ibid. : « Rumore itaque per populos diffuso pro sancti Arnulfiadventu glorioso, haec mulier ubi au (...)
  • 11 Ibid. : « Harum omnium rerum certissimus Mosomum tendens pervenit nuntius, dictitat clero praesent (...)

9Quand l’évêque fait enlever les reliques de la chapelle, celle-ci, privée de défense, se met à brûler. Voulant transporter le corps saint dans le chapitre collégial de Braux, l’archevêque le fait déposer dans un navire. Le trajet sur la Meuse est de nouveau l’occasion de miracles, propagés par la rumeur. D’abord, le navire part tout seul, sans un homme dedans, à contre-courant, guidé par un aigle posé à la poupe. « Lorsque ce prodige parvint aux oreilles de l’évêque, son admiration ne connut plus de bornes8. » Désormais, il espère que les reliques s’arrêteront à Mouzon, où il a l’intention d’introduire la réforme monastique. La course miraculeuse du bateau provoque évidemment une nouvelle rumeur : « Dans les villages riverains se répandait le bruit d’un si grand événement. Surgissant de toutes parts, un peuple innombrable affluait en considération des mérites et de la gloire du martyr et louait Dieu dans ses œuvres9. » La nouvelle arrive aux oreilles d’une pauvre veuve aveugle10, qui espère alors être guérie par le saint. À sa prière, le navire aborde au rivage, elle peut poser sa chemise sur les reliques et, grâce à ce contact, elle recouvre la vue, miracle qu’un « envoyé bien informé » va répéter à Mouzon aux clercs et au peuple11.

10Ce récit a pour objectif d’exalter la valeur des reliques d’Arnoul, utilisées lors de la réforme de Mouzon. Ce n’était pas une tâche facile : il a fallu transformer un pèlerin inconnu tué et tombé dans l’oubli en un saint particulièrement efficace. Nous avons vu que l’auteur construit la révélation de sa sainteté par une série de miracles, chaque fois largement répercutés par le bouche à oreille. Cet artifice suggère que le nouveau culte se justifie par les attentes du peuple, même s’il est pris en charge et officialisé par un prince laïc, puis par l’archevêque.

  • 12 E. Bozoky « La légende de saint Coloman de Melk, pèlerin martyr », E. Renard, M. Trigalet, X. Herm (...)
  • 13 Passio S. Cholomanni, G. Waitz (éd.), MGH SS IV, p. 674-677 ; voir aussi M. Niederkorn-Bruck, Der (...)
  • 14 Passio S. Cholomanni, § 4, p. 675 : « Incolis autem regionis eiusdem novo et inaudito stupidis mir (...)
  • 15 Ibid. : « Hoc viso, legatus velut attonitus expavit ; tamen deferenda ad dominum suum proferens, r (...)
  • 16 Ibid., § 5, p. 676 : « Intuitus vero diligentius tam ipse quam omnes qui secum advenerant, et ille (...)
  • 17 Ibid., § 6, p. 676 : « Rumaldus et qui cum eo aderant vise rei formidine trepidi, non parva multit (...)
  • 18 Ibid., § 8, p. 676 : « Set mox ad se reversus, sue aliarumque villarum civibus rem visam predicavi (...)
  • 19 Ibid., § 9, p. 676 : « Huius tam stpendi miraculi fama pervenit ad aures Heinrici marchionis. »
  • 20 Ibid., § 10, p. 677 : « Non parvam multitudinem sequi et occurrere visa auditaque compellebant mir (...)

11D’autres saints martyrs de faits divers, de vie inconnue, doivent la genèse de leur culte et la reconnaissance de leur sainteté à la rumeur populaire traduite par la littérature hagiographique. Prenons l’exemple de Coloman, pèlerin irlandais, qui est arrêté en Norique (Autriche), près de Melk, au début du XIe siècle12. Accusé d’espionnage, il est torturé puis pendu à un arbre avec deux larrons. Le récit de sa passion est rédigé après le milieu du XIIe siècle (avant 1163), par Erchenfried, abbé de Melk13. C’est aussi un personnage inconnu avant son martyre ; néanmoins, il devient le saint protecteur des Babenberg et de l’Autriche. Selon son hagiographe, ce sont exclusivement les miracles de son corps, propagés par la rumeur populaire, qui construisent sa réputation de sainteté. D’abord, les habitants de la région sont stupéfaits voyant le corps de Coloman qui est resté non corrompu sur l’arbre14. Ensuite, une vision indique à un certain Rumald que son fils pourrait être guéri s’il était badigeonné de la chair d’un homme pendu. Il envoie quelqu’un pour découper un morceau du corps saint ; aussitôt, une grande quantité de sang chaud coule de la blessure. Voyant cela, l’envoyé, stupéfait, retourne chez son seigneur et raconte en détail ce qui s’est passé15. La chair découpée guérit le garçon. Lorsque Rumald et d’autres curieux retournent voire le corps, ils constatent avec étonnement que la mutilation n’y a laissé aucune cicatrice ni trace16. Une nouvelle démonstration de la sainteté du corps a lieu lorsqu’un incrédule teste le phénomène : il transperce le côté de Coloman et provoque de nouveau un écoulement de sang, devant Rumald et ses compagnons17. Dès lors la foule du peuple et les clercs décident de déposer le corps, pendu depuis un an et demi. Lors d’une importante crue du Danube, le corps du saint, abrité dans l’église de Stockerau, protège sa tombe de la montée des eaux. Ce nouveau miracle est raconté par un pêcheur aux habitants des villages des environs, qui, entendant cela, sautent dans des bateaux et se hâtent d’aller le voir18. La renommée de ce miracle arrive aux oreilles du margrave Henri19, qui prend alors l’initiative de transférer le corps dans sa ville. Lors de la translation, « les miracles entendus et vus incitaient une foule non négligeable à les suivre et à venir à leur rencontre [...]20 ». De nouveau, ce sont les habitants des villages environnants qui, individuellement et rassemblés en foule, constatent les miracles et répandent la renommée du saint.

  • 21 « La Passion de saint Sauve martyr à Valanciennes », M. Coens (éd.), Analecta Bollandiana, 87 (196 (...)

12Un troisième exemple de saint inconnu représente cette démarche hagiographique. Sauve, sorte d’évêque itinérant, et son compagnon, venus d’Auvergne au fisc de Valenciennes, y sont assassinés par pure cupidité, sur l’ordre du fils de l’agent du fisc, et sont enterrés secrètement dans une étable. On n’apprend rien d’autre sur leur vie par sa Passion écrite au début du IXe siècle, une soixantaine d’années après les événements. C’est au bout de trois ans après leur martyre que leur sainteté se révèle, par une lumière miraculeuse que constate, dans l’étable, une femme qui se lève la nuit pour faire le tour de sa maison. Elle convoque ses voisins et ses domestiques21, pour être témoins du phénomène. Une autre nuit, ils voient et admirent le miracle et se décident d’en avertir les prêtres, « pour qu’ils réclament la miséricorde de Dieu afin que le roi des cieux daigne révéler la gloire de ce mystère ».

  • 22 Son culte se développe à Cysoing où ses reliques sont conservées ; sa Vita métrique est tardive, d (...)
  • 23 Vita S. Arnulphi martyris, AA SS Ian. III, p. 588 : « Nam sunt longo tempore/In eadem arbore/Visa (...)
  • 24 Il a vécu peut-être au IXe siècle. Son culte est implanté à Saint-Clair-sur-Epte (Seine-et-Oise, N (...)
  • 25 Vita S. Clari martyris, AA SS Nov. II, p. 453 : « Exinde rumor tanti miraculi per diversas regiones (...)
  • 26 Selon sa légende tardive (2e moitié du XIIe ou début du XIIIe siècle), Evermar est né en Frise ; i (...)
  • 27 Vita et passio S. Evermari, pars III, c. I, AA SS Maii I, p. 133-134 : « Fama nominis ejus ubique (...)
  • 28 Son culte s’est développé au village Saint-Gervais-en Vallières (Saône-et-Loire, Bourgogne).
  • 29 Passio S. Gervasii, § 10, AA SS Iul. II, p. 315.

13D’une façon générale, dans le dossier des martyrs de faits divers, la rumeur répand la nouvelle des signes révélateurs – miraculeux – de la sainteté qui se manifestent au lieu du martyre. Arnoul, écuyer d’un seigneur, est assassiné par des brigands vers 74222. Il n’a pas été particulièrement prédestiné à devenir un saint mais l’arbre auquel il est pendu brille de lumière et l’on croit que c’est un signe céleste23. Cela déclenche l’affluence des fidèles qui y cherchent la guérison : ils enlèvent l’écorce de l’arbre jusqu’à sa racine et en font des colliers apotropaïques avec la corde par laquelle Arnoul a été pendu. Saint Clair, venant d’Angleterre en Normandie, est assassiné et décapité sur l’ordre d’une femme qui, éprise de lui, l’avait harcelé. Il est enterré dans un monastère24. C’est seulement trois ans plus tard qu’un aveugle guérit sur sa tombe, suscitant une rumeur qui fait y venir des malades en grand nombre25. De même, la renommée d’Evermar, assassiné à Russon par des brigands26, provoque l’arrivée de nombreux malades au lieu de sa première inhumation, où l’on a retrouvé son corps27. Dans le cas de Gervais, assassiné également par des brigands à une époque incertaine28, sa renommée grandit après sa translation dans une église de bois29.

14Ces signes miraculeux qui constituent le thème essentiel de la rumeur de sainteté, après être constatés et propagés par le peuple, au départ souvent par un seul individu, puis par un groupe, doivent être vérifiés ou confirmés, par une autorité terrestre et/ou par une révélation céleste. C’est donc le thème de la caution d’autorité, évoquée à plusieurs reprises lors de notre colloque, qui est ici mobilisé.

  • 30 Vita et passio S. Evermari, pars II, 3-11, p. 130-131.
  • 31 Bertaire, prêtre, et son neveu Atalène sont originaires d’Aquitaine et partent en pèlerinage à Rom (...)
  • 32 Acta Bertarii et Ataleni, II, 13-15, AA SS Iul. I, p. 320.
  • 33 L’Irlandais Kilian et ses onze compagnons quittent leur pays pour évangéliser le continent. Ils so (...)
  • 34 Altera Passio Kiliani, II, 15, AA SS Iul. II, p. 617.
  • 35 Ibid., II, 20 : « Kilianus signa facit, de loco, in quo indigne jacet, tolli debet. »
  • 36 Ibid., II, 21-22, p. 618 : « Hinc ab incolis loci illius, in quo morabatur, sciscitari cœpit, quis (...)

15Parfois, la révélation du lieu de martyre se fait avant que des miracles de guérison se produisent. Les corps d’Evermar et des ses compagnons sont recherchés après une vision trois fois répétée, par un ange, à un prêtre de Russon30. Dans quelques cas, la rumeur de miracles devient l’objet d’une enquête, comme nous l’avons vu dans le récit de translation d’Arnoul de Mouzon. Il en est de même après le martyre de Bertaire et d’Atalène, assassinés par des brigands vers 674 ou 67731, près de Menoux, qui les décapitent puis jettent leurs têtes dans la rivière Lantaine. Un pêcheur les retrouve, les sort de l’eau tout en effectuant une pêche miraculeuse, particulièrement abondante. La rumeur de cet événement arrive au village et de son côté, l’abbesse de Faverney, Godoile, apprend aussi le martyre. Elle a l’intention de transporter les corps dans son monastère mais elle n’y réussit pas. C’est alors qu’elle veut apprendre qui ils sont, d’où ils sont venus, quels sont leurs noms, qui les a tués. Un habitant des environs donne l’information qu’une femme de la villa Rasuera, qui n’est autre que la mère du chef des brigands, pourrait fournir les renseignements32. Kilian et ses compagnons sont exécutés, par vengeance, vers 68933, et leurs corps sont cachés dans une étable. Selon la Seconde Passion du saint, le lieu d’inhumation reste secret34. Son invention est due à une révélation faite d’abord à des enfants d’une école monastique, à l’époque de Gertrude, fille de Pépin le Bref. Pendant que le prêtre, nommé Atalong, enseigne l’étude des lettres aux enfants, ils se mettent à crier « sous l’impulsion de l’esprit divin » disant que « Kilian fait signe que l’on doit l’enlever du lieu où il gît d’une façon indigne35 ». Le prêtre, étranger à la région, ne connaît rien de Kilian. Après être averti, lui aussi, par l’apparition d’un homme entouré d’une lumière terrible, il se renseigne auprès des habitants de ce lieu sur Kilian. Un paysan l’informe36.

  • 37 « La Passion de S. Sauve », p. 178-179.
  • 38 Passio S. Gervasii, 10, AA SS Iul. II, p. 315 : « Excrescente postea circumquaque miraculorum ejus (...)

16Dans d’autres récits, la rumeur de saint martyr répandue par le peuple obtient sa confirmation par une révélation à une personne d’autorité. C’est le cas de saint Sauve de Valenciennes. Alors que la femme de la villa de Valenciennes découvre la lumière miraculeuse dans l’étable, un ange avertit trois nuits de suite Charles Martel pour qu’il fasse rechercher le lieu de martyre de Sauve et de son disciple. Il envoie tous ses fonctionnaires pour cette enquête car « il a compris en effet, par la révélation de l’ange, que ce décret venait de Dieu37 ». Ou encore, après le développement de la fama du martyr Gervais, l’évêque de Chalon a une vision du saint, qui l’incite à la construction d’une nouvelle église en son honneur38.

  • 39 Voir E. Bozoky, « Le rôle du petit peuple dans les inventions de reliques », Le petit peuple dans (...)
  • 40 Grégoire de Tours, De gloria martyrum, I, 50, MGH SRM, I/II, p. 72-73.
  • 41 Ibid., I, 66, MGH SRM, I/II, p. 83. Voir aussi B. Beaujard, « Le culte des saints chez les Arverne (...)

17L’utilisation du thème de la rumeur rejoint donc le scénario général des inventions de reliques39. Ce n’est pas par hasard : les découvertes de tombes ou de reliques concernent le plus souvent des saints soit d’un lointain passé, soit des saints inconnus. Leur identité et leur sainteté se révèlent précisément par des miracles au tombeau. Évoquons comme modèles deux récits de Grégoire de Tours. D’abord l’invention de la tombe de saint Bénigne à Dijon, un saint dont on ne savait rien, mais les habitants de la campagne y venaient pour faire des vœux et ils obtenaient ce qu’ils demandaient. Les miracles furent rapportés à l’évêque et le saint lui-même lui apparut pour lui demander un « abri » (tegum) plus digne. L’évêque Grégoire, au premier tiers du VIe siècle, réagit alors et fit reconstruire une crypte pour y placer la tombe40. Un autre épisode, celui de l’invention de la tombe de saint Genès, aux environs de Thiers, en Auvergne, commence par l’apparition du saint qui demande à un paysan de retrouver et restaurer sa tombe41. Après l’affluence des malades et de multiples guérisons, l’évêque Avit y fait construire une basilique et donc choisit d’accepter ce culte.

18En effet, pour revenir à notre corpus de martyrs de faits divers, il apparaît aussi que leurs récits de passion et de miracles sont, en majorité, des récits de fondation d’églises ou de monastères. La région de production hagiographique qui se situe entre la Normandie et la Germanie de l’ouest est traversée par un grand mouvement de restauration et/ou de nouvelles fondations d’établissements religieux, qui nécessitaient de nouvelles reliques, de nouveaux cultes de saints pour leur prestige. C’est dans ce contexte que l’on peut observer la multiplication des « inventions » de reliques, avec une production hagiographique intense qui l’accompagnait. Le besoin de se procurer de nouveaux saints faisait adopter ou plutôt inventer des cultes fondés sur la vénération de personnes victimes de violences cruelles et injustes.

  • 42 Bur, « Introduction », Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, op. cit., p. 103.
  • 43 Ibid., p. 102.

19Il reste la question délicate de la valeur historique du thème de la rumeur populaire, le rapport entre discours et réalité. S’agissait-il réellement de « mettre un terme à des cultes sauvages qui s’étaient développés sans contrôle autour de tombeaux42 ? », comme l’affirme M. Bur, qui pense aussi que « les moines, dont les prieurés se dispersaient dans la campagne, semblent avoir été aux Xe et XIe siècle les grands interprètes de cette attente populaire43 ». Mais on peut penser aussi que la référence à la tradition orale populaire, de même que l’insistance sur l’oralité surnaturelle – les révélations des saints sur eux-mêmes – masquent le flou qui entoure la figure de certains saints et, surtout, « déchargent » les religieux et les clercs de la responsabilité d’avoir officialisé ces cultes.

  • 44 Vauchez, La sainteté, op. cit., p. 174 sq.

20Le corpus présenté concerne des martyrs du haut Moyen Âge. Mais des cultes de martyrs de faits divers continuent à apparaître au-delà de cette période. A. Vauchez en a recensé un certain nombre, dont trois pèlerins assassinés au XIIIe siècle44. Guillaume de Rochester (mort vers 1201), originaire d’Écosse, assassiné par l’enfant qu’il avait accueilli ; Gérold de Cologne (mort vers 1241), pèlerin allemand tué par des brigands près de Crémone, ainsi que Nantvin (1286), un autre pèlerin allemand, victime d’accusations de pédérastie près de Munich ; ou encore, en Poitou, Honoré de Thénezay, marchand de bestiaux, assassiné par des domestiques auxquels il avait reproché leur malhonnêteté et Buonmercato de Ferrare (mort en 1378), accusé d’avoir tué le recteur de l’église Santa Maria del Pino, lynché par la foule. Notons que l’hagiographie de ces personnages est très peu développée et tardive. À cette liste on peut ajouter les femmes victimes de violence, de maltraitance et aussi les enfants ou jeunes prétendument victimes des juifs, de même que des martyrs d’intrigues politiques qui nous mènent vers une autre problématique. En dehors de la catégorie des victimes des juifs, dont le nombre significatif est lié à la propagation des mouvements antisémites, l’idéal de la sainteté de faits divers a tendance à disparaître, devient archaïque.

  • 45 Par exemple, les manifestations populaires lors de la mort de Dominique de Guzman à Bologne, en 12 (...)

21Dans le même temps, durant la période des XIIIe-XVe siècles, la rumeur populaire crée la réputation de nouveaux saints, en particulier en Italie45, mais aussi ailleurs, pensons par exemple au culte d’Élisabeth de Thuringe ou de Hongrie. Dans la plupart des cas, il s’agit des personnes que les fidèles ont effectivement côtoyées de leur vivant – des saints contemporains, ancrés dans la vie réelle, même si, en fin de compte, on les connaît aussi à travers la distorsion de la représentation hagiographique.

Notes

1 G. Philippart, « L’hagiographie, histoire sainte des “amis de Dieu” », Hagiographies, G. Philippart (dir.), vol. IV, Turnhout, 2006, p. 33.

2 E. Bozoky, « Martyrs de faits divers au haut Moyen Âge », Quaestiones Medii Aevi Novae, 14 (2009).

3 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, 1988, p. 178.

4 Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, M. Bur (éd. et trad.), Paris, 1989.

5 Ibid., § 5, p. 150 : « Quod ubi contiguis finibus auditum est, accessit infirmus unus et alter, oraverunt fideliter, redierunt salubriter. Fiebat istud non paucis diebus, donec, infinita multitudine conveniente et manifesta sentiente remedia, quotquot cum fide veniebant Dei et sancti martyris ejus redeuntes praedicabant quae experti erant magnalia. »

6 Ibid., § 6, p. 151 : « antequam fama vulgaret [...]. »

7 Ibid., § 8, p. 155 : « Si qui concives estis qui talia nostis,/Pandite perspicui tuto jam mystica facti. » « Astistentes quidam, qui etiam pagenses erant [...] inquiunt [...]. »

8 Ibid., § 9, p. 156 : « Cujus rei stupendum indicium cum ad episcopi venisset audientiam, plus quam credi possit admirans [...]. »

9 Ibid., § 10, p. 158 : « Cum in eundo per villas circumpositas tanti facti rumor exisset, omnibus undique circumvolantibus absque numero confluebat populus pro merito et gloria martyris, laudans Deum in operibus suis. »

10 Ibid. : « Rumore itaque per populos diffuso pro sancti Arnulfiadventu glorioso, haec mulier ubi audivit salutis avida [...]. »

11 Ibid. : « Harum omnium rerum certissimus Mosomum tendens pervenit nuntius, dictitat clero praesenti et populo quae fuerit in glorificatione sancti divina illuminatio [...]. »

12 E. Bozoky « La légende de saint Coloman de Melk, pèlerin martyr », E. Renard, M. Trigalet, X. Hermand et P. Bertrand (éd.), « Scribere sanctorum gesta ». Recueil d’études d’hagiographie médiévale offert à Guy Philippart, Turnhout, 2005, p. 573-593.

13 Passio S. Cholomanni, G. Waitz (éd.), MGH SS IV, p. 674-677 ; voir aussi M. Niederkorn-Bruck, Der heilige Koloman. Der erste Patron Niederösterreichs, Vienne, 1992, p. 70-78.

14 Passio S. Cholomanni, § 4, p. 675 : « Incolis autem regionis eiusdem novo et inaudito stupidis miraculo [...]. »

15 Ibid. : « Hoc viso, legatus velut attonitus expavit ; tamen deferenda ad dominum suum proferens, rem ut gesta est pleniter enarravit. »

16 Ibid., § 5, p. 676 : « Intuitus vero diligentius tam ipse quam omnes qui secum advenerant, et ille potissimum qui causa abscidende carnis missus fuerat – nam et is in comitatu eodem aderat – ammirabantur non solum non factum vulnus set nec cicatricem vulneris apparere in corpore pendentis. »

17 Ibid., § 6, p. 676 : « Rumaldus et qui cum eo aderant vise rei formidine trepidi, non parva multitudine cleri ac populi coadunata, decreverunt beate memorie viri corpus sepeliendum deponi. »

18 Ibid., § 8, p. 676 : « Set mox ad se reversus, sue aliarumque villarum civibus rem visam predicavit. Illi autem coreptis navibus properabant videre magnalia Dei. »

19 Ibid., § 9, p. 676 : « Huius tam stpendi miraculi fama pervenit ad aures Heinrici marchionis. »

20 Ibid., § 10, p. 677 : « Non parvam multitudinem sequi et occurrere visa auditaque compellebant miracula [...]. »

21 « La Passion de saint Sauve martyr à Valanciennes », M. Coens (éd.), Analecta Bollandiana, 87 (1969), p. 178 : « Denique statim convocatis vicinis vel civibus necnon et domesticis suis, poposcit omnibus ut ad visionem eandem diligenter considerandam, quam viderat, in eodem loco convenirent et quid rei gestum esset, Domino favente, repperire valuissent. »

22 Son culte se développe à Cysoing où ses reliques sont conservées ; sa Vita métrique est tardive, du XIIe-XIIIe siècle selon L. Van Der Essen, Étude critique et littéraire sur les Vitae des saints mérovingiens de l’ancienne Belgique, Louvain-Paris, 1907, p. 397-398.

23 Vita S. Arnulphi martyris, AA SS Ian. III, p. 588 : « Nam sunt longo tempore/In eadem arbore/Visa luminaria ;/Ut ibidem civium/Credatur cœlestium/Adesse praesentia. »

24 Il a vécu peut-être au IXe siècle. Son culte est implanté à Saint-Clair-sur-Epte (Seine-et-Oise, Normandie) ; sa Vita est du XIIe siècle.

25 Vita S. Clari martyris, AA SS Nov. II, p. 453 : « Exinde rumor tanti miraculi per diversas regiones prodiens excitavit multorum populorum devotionem, qui diversis languoribus gravati cottidie ad locum sancti Clari profluunt [...]. »

26 Selon sa légende tardive (2e moitié du XIIe ou début du XIIIe siècle), Evermar est né en Frise ; il part en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, puis visite plusieurs sanctuaires en Gaule du Nord. Il est assassiné en route vers Saint-Servais de Maastricht près de Tongres vers 700.

27 Vita et passio S. Evermari, pars III, c. I, AA SS Maii I, p. 133-134 : « Fama nominis ejus ubique terrarum discurrit : urbes, villas vicosque penetrat : nullum angulum terrae patitut esse, aut ignarum sui aut se ignotum illi : suam Rutim in magna nititur promovere dignitate, dum occasione sui diversas gentes deinceps ad ipsam Rutim adventantes, quodammodo videbitur facere ei appendicias et tributarias. »

28 Son culte s’est développé au village Saint-Gervais-en Vallières (Saône-et-Loire, Bourgogne).

29 Passio S. Gervasii, § 10, AA SS Iul. II, p. 315.

30 Vita et passio S. Evermari, pars II, 3-11, p. 130-131.

31 Bertaire, prêtre, et son neveu Atalène sont originaires d’Aquitaine et partent en pèlerinage à Rome. Leur Passion serait du IXe siècle.

32 Acta Bertarii et Ataleni, II, 13-15, AA SS Iul. I, p. 320.

33 L’Irlandais Kilian et ses onze compagnons quittent leur pays pour évangéliser le continent. Ils sont accueillis en Franconie au château de Würtzbourg.

34 Altera Passio Kiliani, II, 15, AA SS Iul. II, p. 617.

35 Ibid., II, 20 : « Kilianus signa facit, de loco, in quo indigne jacet, tolli debet. »

36 Ibid., II, 21-22, p. 618 : « Hinc ab incolis loci illius, in quo morabatur, sciscitari cœpit, quis fuerit Kilianus, cujus laudes etiam puerilis lingua fatebatur. Interea adfuit quidam rusticus, qui quamvis dignitatem historiae prosequi non posset, materiam tamen facti verbis, quibus valuit, patefacit, dicens [...]. »

37 « La Passion de S. Sauve », p. 178-179.

38 Passio S. Gervasii, 10, AA SS Iul. II, p. 315 : « Excrescente postea circumquaque miraculorum ejus fama, beatissimus Lupus, venerabilis Cabilonensis ecclesiae Praesul, a beato Gervasio per visionem est ammonitus [...]. »

39 Voir E. Bozoky, « Le rôle du petit peuple dans les inventions de reliques », Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, P. Boglioni, R. Delort, Cl. Gauvard (dir.), Paris, 2003, p. 549-558 et A.-M. Helvétius, « Les inventions de reliques en Gaule du Nord (IXe-XIIIe siècle) », Les reliques : objets, cultes, symboles, E. Bozoky et A.-M. Helvétius (dir.), Turnhout, 1999, p. 292-311.

40 Grégoire de Tours, De gloria martyrum, I, 50, MGH SRM, I/II, p. 72-73.

41 Ibid., I, 66, MGH SRM, I/II, p. 83. Voir aussi B. Beaujard, « Le culte des saints chez les Arvernes aux Ve et VIe siècles », Revue de l’Histoire de l’Église de France, 80 (1994), p. 5-22, ici p. 16-18.

42 Bur, « Introduction », Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, op. cit., p. 103.

43 Ibid., p. 102.

44 Vauchez, La sainteté, op. cit., p. 174 sq.

45 Par exemple, les manifestations populaires lors de la mort de Dominique de Guzman à Bologne, en 1221, ou d’Antoine de Padoue, en 1231 : voir pour un aperçu synthétique P. Golinelli, « Hagiographie et cultes civiques dans l’Italie du Nord (XIIe-XVe siècle) », I. Heulland-Donat (dir.), Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), Paris, 2000, p. 239-267, en particulier p. 254-260.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search