Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rumeur au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Deuxième partie. La rumeur dans les pratiques de gouvernement

La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge

Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin

Texte intégral

  • 1 Guillaume Fillastre, Ausgewählte Werke. Mit einer Edition der Kreuzzugsbulle Pius’ II. « Ezechieli (...)

« O venin périlleux et détestable ! O poyson doulce et emmiellée, qui blesse celuy qui te boit sy doulcement qu’il ne le sent pour nient ! Ne dis pas Ovide que soubz doulx emmiellé bruvage est muché tres périlleux venin ? Bien est vérifié la responce de l’anchien philosophe a qui fut demandé qui estoit la plus pereilleuse choze du monde. Et respondit que c’estoit la langue de l’omme, comme nous lisons en livre que l’en dit De nugis philosophorum1. »

1Ainsi s’exprime Guillaume Fillastre devant la cour du roi de France en janvier 1465, pour tenter de désamorcer le conflit qui s’annonce entre Louis XI et Charles, comte de Charolais, alias Charles le Téméraire. Dans un discours truffé de citations grecques et latines plus ou moins identifiables, ce dernier tente de balayer les accusations portées par le roi de France sur les rumeurs prétendument répandues par Charles et destinées à le discréditer au sein du peuple de France et de Bourgogne. La langue de l’homme est bien la plus périlleuse des armes et le sage conseil de ne point porter foi « a suspicions legieres » encadre la démonstration de l’ambassadeur bourguignon.

2L’argumentaire développé dans ce discours nous entraîne vers une dimension plus secrète des affaires politiques peu prise en considération. Certes, les calomnies sont monnaie courante à la cour et les péchés de langue y sont nombreux comme aimait à le rappeler Louis XI lorsqu’il avouait que la sienne lui avait beaucoup coûté. Les complots ne manquent pas d’agiter cette fin du XVe siècle où un climat de suspicion généralisé a envahi les esprits, si l’on veut bien prendre en compte les plaintes des chroniqueurs de l’époque. Voir dans la rumeur une arme des princes au service de leur stratégie politique, voilà qui apparaît plus original.

  • 2 S. Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) »,(...)
  • 3 Une des définitions proposées par les organisatrices de ce colloque.
  • 4 Cl. Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles à la f (...)
  • 5 Ch. Ross, « Rumour, propaganda and popular opinion during the war of the Roses », Patronage, the C (...)

3Les études sur la rumeur pour les derniers siècles du Moyen Âge ne font pas défaut, la plus récente d’entre elles ayant été élaborée, comme la plupart de ses devancières, à partir du contexte agité de la guerre civile dans un Paris tiraillé entre Armagnacs et Bourguignons2. Mais la rumeur, cette « nouvelle qui se répand dans un public et dont l’origine, comme la véracité sont incertaines3 » semble demeurer du côté de la rue, de ces bruits véhiculés par le peuple auquel l’autorité oppose une propagande et une parole ritualisée, publicisée, officielle selon la taxinomie élaborée par Cl. Gauvard4. Par son anonymat et ses potentialités subversives, la rumeur inquiète le pouvoir. Outre Manche, Ch. Ross, notamment, n’avait pas dit autre chose : la rumeur se fait essentiellement corrosive, incisive. L’auteur va jusqu’à soutenir que la propagande se construit en bonne partie comme une réponse à la circulation des bruits séditieux5.

4Or, les affaires que nous avons retenues ici, les principales en réalité, constituent dans les territoires français, bourguignons et anglais, entre 1460 et 1485 environ, de véritables cas d’école permettant de ne plus opposer frontalement rumeur et discours officiels et stimulant même quelques réflexions quant à l’évolution du discours politique à la fin du Moyen Âge. En effet, après avoir dressé une première typologie des réactions princières face à la rumeur, disséqué les critères de viabilité de ces bruits, nous soulignerons l’évolution de la pensée et de l’action politique que leur utilisation sous-entend.

Typologie des réactions princières

5Il s’agit pour nous d’observer ici les modalités de la rumeur et surtout la manière dont l’autorité se situe par rapport à ces foyers d’informations. Sur le mode du crescendo, nous verrons que l’éventail des attitudes est ample et permet de redéfinir le lien qui unit l’autorité à la rumeur.

  • 6 The Paston Letters. A. D. 1422-1509, J. Gairdner (éd.), vol. V, Londres/Exeter, 1904, p. 35: « And (...)
  • 7 J. Kervyn de Lettenhove, « Une lettre inédite de Marie de Bourgogne et de Marguerite d’York à Loui (...)

6Signe d’une maîtrise revendiquée, le prince garde la capacité de départager simple murmure et nouvelle avérée. Alerté par ses conseillers de la probable responsabilité du comte de Warwick dans les soulèvements septentrionaux, durant l’été 1469, le roi Édouard IV affecte de refuser l’évidence : dans la lettre de convocation qu’il adresse à son comploteur de cousin, tout soupçon est congédié en étant qualifié de « rumeur » – manière élégante de paver la voie à une réconciliation ou d’amener l’ennemi à baisser la garde6. Dans un ordre d’idée voisin, Marguerite d’York et Marie de Bourgogne, respectivement épouse et fille de Charles le Téméraire, se donnent ostensiblement le temps de la vérification peu après la déroute de ce dernier à Nancy, le 5 janvier 1477 : par une lettre à Louis XI, datée du 18 janvier suivant, elles font mine de conserver l’espoir en sa survie, option ténue dans le concert assourdissant des bruits contradictoires. On y verra, à juste titre, une simple manœuvre dilatoire car il s’agit d’empêcher le dépècement immédiat de l’héritage bourguignon par le roi de France : la séparation entre rapports douteux et authentiques en est à tout le moins le prétexte affiché7.

  • 8 Voir P. M. Kendall, Louis XI, Paris, 1974, p. 135 et Dépêches des ambassadeurs milanais en France (...)

7Dans les dossiers foisonnants que nous avons pu ouvrir, l’attitude qui consiste à laisser courir la rumeur est assez fréquente ou pour le moins se situe dans une première étape visant à négliger ces bruits qui dérangent. Dans le cas de l’affaire du bâtard de Rubempré, à l’automne 1465, la rumeur accuse Louis XI d’avoir voulu s’emparer et même assassiner l’héritier de Bourgogne, le futur Charles le Téméraire. Il semblerait que, pour commencer, Louis XI ait fait mine d’ignorer ces murmures sur les mauvaises intentions de son agent intercepté en terre hollandaise. Le témoignage des ambassadeurs italiens, en l’occurrence celui de Maletta, au service du duc de Milan, est fort précieux pour tenter d’échapper aux opinions forcément orientées des chroniqueurs de cour. D’après lui, Louis XI lui confia qu’il n’avait touché mot du bâtard à son oncle (Philippe le Bon) et que son oncle lui-même ne lui avait rien dit à son propos, se rendant compte néanmoins assez rapidement que son silence nuisait à son prestige8. Ici, la discrétion vise bien entendu à étouffer l’affaire que l’on tente de réduire à une simple excitation populaire autour d’un fait divers, à savoir l’arrestation en terre hollandaise d’un homme du roi sur la route d’une mission secrète en Angleterre.

  • 9 Georges Chastellain, Œuvres, J. Kervyn de Lettenhove (éd.), Bruxelles, 1864, t. 5, chap. cvii, p.  (...)
  • 10 Ce dossier est largement servi par la plume de Thomas Basin qui dénonce scrupuleusement la scéléra (...)

8Lorsque le traitement par le mépris ne semble pas suffire, des tractations, souvent menées plus ou moins en secret, interviennent pour tenter de désamorcer, presque de l’intérieur, une révélation potentiellement explosive. Dans l’affaire du bâtard de Rubempré, Louis XI choisit la diplomatie du seigneur de Montauban, amiral de France, pour joindre ses amis de Croÿ à la cour de Bourgogne et leur demander « pour toute paix nourrir et pour faire estaindre et cesser diverses murmures qui couroient, qu’il voulsist labourer en cecy que tout fust estaint, et le bastard mise a delivre ». Ce à quoi le seigneur de Croÿ, sentant que l’affaire n’est pas anodine et risque de nuire à son lignage déjà fortement menacé, répond : « Mon ami, rapporte tes lettres à ton maistre, et luy dist que je ne m’en meslerai jà. Qui l’a brassé, sy le boive. Bien leur en conviengne9 ! » Toutefois, lorsque la rumeur prend trop d’ampleur et suscite publiquement de graves accusations, il convient d’abandonner la diplomatie secrète et d’affronter l’opinion publique avec des armes de diffusion massive. Suite à la tourmente qui entoure la mort de Charles, duc de Guyenne et frère du roi, en mai 1472, Louis XI fait mener une enquête par le duc de Bretagne, le 22 novembre 1473, afin de se disculper de toute tentative d’empoisonnement10. L’enquête est également retenue par Philippe le Bon, lorsque la colère des ambassadeurs français, reçus à Lille pour obtenir la délivrance du bâtard de Rubempré, se fait trop forte et menaçante pour la paix souhaitée par le vieux duc de Bourgogne.

  • 11 Sur ce personnage, quelques titres soigneusement sélectionnés dans une bibliographie pléthorique e (...)
  • 12 Three Books of Polydore Vergil’s English History, Comprising the Reigns of Henry VI, Edward IV and (...)
  • 13 La continuation de la Crowland Chronicle met en valeur le plaidoyer des conseillers du roi, Richar (...)

9Comme la rumeur n’est pas toujours pure nuisance, le pouvoir souverain peut trouver son compte à la laisser courir. Cette sorte de passivité bienveillante révèle l’utilité de l’insinuation et de l’intimidation rampante. Richard de Gloucester, protecteur du royaume et de ses tendres neveux l’espace de quelques semaines, avant de sauter le pas et de saisir la couronne pour lui-même, se plaît ainsi à redoubler la violence de ses actes politiques par la circulation autorisée de calomnies acides et de perspectives terrorisantes11. En une année, il cautionne par ce canal informel une accusation de bâtardise contre son frère défunt, Édouard IV, puis contre les fils de celui-ci, dont la mort non officielle est annoncée, en guise de prélude funèbre à son mariage projeté avec sa propre nièce, Élisabeth. Les deux premières allégations façonnent à la hâte, au prix d’une certaine maladresse, sa légitimité. La disparition des orphelins, en dépit de l’horreur qu’elle suscitera immanquablement, peut désespérer les opposants à sa tyrannie. L’historien Polydore Vergil, postérieur d’une génération et serviteur de la cause des Tudor, interprète avec acuité l’inertie coupable de Richard face à cette accusation : le peuple n’avait plus qu’à se résigner à son joug, faute de successeurs directs d’Édouard IV12. Enfin, la perspective incertaine d’une union incestueuse avec sa nièce relève d’une pratique gouvernementale que nous aurions tort de croire ultra-contemporaine – celle du ballon d’essai. Richard mesure par là les avantages et les inconvénients de son plan, destiné encore une fois à couper l’herbe sous le pied de l’opposition, moyennant une infraction flagrante au droit matrimonial le plus élémentaire. Ses partisans l’arrêtent à temps dans ce projet non formulé et pourtant connu13.

10En vertu d’une stratégie plus active, la rumeur peut devenir un moyen d’action politique à ranger aux côtés des prétextes, des atermoiements ou des arguments en faveur de décisions brutales, comme nous l’observerons dans notre dernier point. Il faut alors la stimuler, voire la fabriquer. Ce dernier terme, hors de l’exemple outré de Richard III, est sans doute un peu excessif, car le filtre imposé par les sources brouille a fortiori les cartes et il est difficile de repérer précisément le foyer d’émission de ces voix qui forgent cette arme dévastatrice. Ainsi, M. Prietzel, qui a rédigé l’étude la plus complète sur l’affaire du bâtard de Rubempré, semble s’aligner sur le discours des historiographes et disculper l’entourage du Charolais. Selon lui, les princes de Bourgogne ont entendu des rumeurs mais ne les ont aucunement manipulées. Les écrans dressés entre le foyer de la rumeur et ses canaux de diffusion semblent toujours efficaces à des siècles de distance. Pourtant, le simple fait de mettre en place une activité diplomatique autour de la rumeur suffit à la publiciser et à l’amplifier.

  • 14 Philippe de Commynes, Mémoires, J. Blanchard (éd.), Genève, 2007, t. I, 1, p. 5-6 : « [...] et que (...)
  • 15 Olivier de la Marche, Mémoires, H. Beaune et J. D’Arbaumont (éd.), t. 3, Paris, 1885, p. 3.
  • 16 Louis XI, très au fait des techniques de propagande, avait par exemple usé des services d’un prédi (...)

11Il faut d’ailleurs souligner à propos de cette publicisation que, dans l’affaire du bâtard de Rubempré, c’est la divulgation sur la place publique brugeoise qui semble décider la contre-attaque royale. Commynes, rapportant ce que J. Blanchard qualifie d’« algarade à la cour de Bourgogne », explique que les ambassadeurs royaux dépêchés à Lille se plaignirent en premier lieu de la diffusion de cette affaire sur la place brugeoise, centre de rayonnement international, par Olivier de la Marche – dont Louis XI réclame l’arrestation14. Olivier de la Marche n’évoque pas ce passage par Bruges lorsqu’il rapporte son voyage depuis la Hollande vers Hesdin où se trouvait le duc Philippe pour l’informer de l’arrestation du bâtard15. Mais, d’après Louis XI, c’est lui qui aurait fait courir cette rumeur lors de son voyage, mandant même un prédicateur à Bruges pour l’inclure dans ses sermons16. Ainsi, peut-on distinguer plusieurs discours autour de cet événement :

  1. Le discours du duc de Bourgogne enveloppé par des diplomates comme Fillastre, refusant l’accusation de calomniateurs et se protégeant derrière le droit : un homme entouré de nombreux soupçons a été arrêté pour enquête sur ses intentions.
  2. Le discours du Charolais, qui a agi comme il se devait en faisant arrêter un homme à propos duquel son entourage avait des soupçons, ensuite confirmés par des aveux, dont Charles ne peut révéler le détail par respect pour la personne royale mais qui lui ont fait une peine sincère17.
  3. Le discours royal qui dénonce la rumeur calomniatrice courant dans les territoires de Bourgogne, faisant du roi un assassin potentiel de son propre cousin.
  • 18 Pour le détail de ces prises de position, voir l’article de M. Prietzel, « Rumeurs, honneur et pol (...)
  • 19 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, p. 85.

12Les chroniqueurs bourguignons relayent ce qu’ils présentent comme une rumeur, tandis que tous les historiographes de l’époque se positionnent en fonction de leur sympathie pour la cour de Bourgogne ou celle de France18. La rumeur, il faut le dire, permet aux historiographes de dénoncer sans affirmer, ni prendre position clairement. Ces croyances n’appartiennent pas au locuteur qui ne fait que les rapporter, demeurant un simple vecteur n’ayant pas à répondre de leur exactitude. Le conditionnel autorise une liberté d’expression qui protège. Ainsi, Chastellain, qui ne cesse de répéter que rien n’a été prouvé, rapporte tout de même qu’une lettre de Louis XI promettant une belle récompense au bâtard aurait été trouvée19. On pourrait très volontiers y voir une part de cynisme, mais il ne faut pas perdre de vue que ces allégations sont conformes à des croyances raisonnables. Guère étonnant, dans un climat de haute tension et de suspicion permanente, de croire à une volonté d’attentat sur le prince de Bourgogne. La question se porte alors sur ce que l’on peut croire et ce que l’on ne peut pas croire, non sur ce qui est vrai ou faux, nous y reviendrons.

  • 20 Philippe de Commynes, op. cit., V, 13, p. 369.
  • 21 Sur la rumeur de 1470, voir Recueil de pièces pour servir à l’histoire de Louis XI, C. Duclos (éd. (...)

13L’usage de la rumeur peut aller encore plus loin. Les princes, par le biais de leurs agents, savent la stimuler lorsque l’action politique le commande. Les chroniques d’origine variée rapportent que les hommes de Louis XI ne cessent de parcourir les terres bourguignonnes secrètement ou à découvert pour mieux répandre des bruits susceptibles d’affoler les populations. Dès l’annonce de la mort du Téméraire, ses créatures sont dispersées dans tout le territoire pour rallier les villes à sa cause : « Il avoit envoyé à Gand son barbier, appelle maistre Olivier, natif d’ung villaige auprès de ladicte ville de Gand, et en avoit envoyé plusieurs aultres en plusieurs villes, dont de tous avoit grand espérance, car plusieurs le servoient plus de parolle que de faict », comme le rapporte Commynes20. Mais là où Louis XI préfère agir dans l’ombre, Charles le Téméraire joue de son autorité de prince pour faire de la rumeur une information digne d’alimenter une propagande amplement diffusée ou une action politique aux conséquences désastreuses. Dans le premier cas, il faut évoquer les campagnes de lettres et de manifestes que Charles orchestre en 1470, comme en 1472, pour dénoncer respectivement les tentatives d’assassinat sur sa personne et le meurtre du duc de Guyenne et clamer ainsi de manière récurrente l’indignité et la tyrannie du roi de France21. Dans le second, il est bon de rappeler que l’enfermement du roi à Péronne suit l’annonce non vérifiée de la mort de l’évêque de Liège et du conseiller Humbercourt à la faveur d’une énième révolte liégeoise supposément fomentée par Louis XI. Laissons parler Commynes :

  • 22 Philippe de Commynes, op. cit., II, 7, p. 125.

« [...] et vindrent tôt ces nouvelles au duc. Les ungs disoient que tout estoit mort ; autres le contraire. De telz matieres ne vient point voulentiers ung messaige seul, mais en vindrent aulcuns qui avoient ainsi veu abiller ces chanoynes, qui cuydoit que ledict evesque fut de ce nombre et ledict seigneur de Humbercourt, et que tout le demeurant fut mort. Et certiffioyent avoir veu les ambassadeurs du Roy en ceste compaignee et les nommoyent. Et fut compté tout cecy audict duc, qui soubdainement y adjousta foy et entra en une grand colere, disant que le Roy estoit venu la pour le tromper. Et soubdainement envoya fermer les portes de la ville et du chasteau22. »

14Ici, la rumeur se mue en nouvelle sans perdre de son potentiel subversif. Il faut croire que les princes, à force de faire face à ces bruits souvent synonymes d’émeutes, s’en soient fort bien accommodés à la fin du XVe siècle pour articuler leur propre riposte ou agression. La question se pose maintenant de savoir comment ces rumeurs, émises ou récupérées par la cour, se sont épanouies dans le domaine de l’opinion publique.

Réception

15Pour répondre à cette interrogation, l’ancrage social et politique nous oblige à distinguer les critères de plausibilité et de crédibilité, deux paramètres essentiels à la bonne diffusion et surtout à la bonne réception de la rumeur, tandis qu’une tactique de paravents en sécurise les conséquences.

  • 23 G. A. Fine, « Rumeur, confiance et société civile. Mémoire collective et culture du jugement », Di (...)

16Rappelons, avec l’aide de G. A. Fine que la plausibilité « a trait à la manière dont les membres d’une société jugent de la véracité des allégations portées23 ». La rumeur apparaît comme quelque chose qui pourrait ou a pu raisonnablement arriver.

  • 24 Sur les degrés de véracité des bruits qui courent, voir, L. Degh, Legend and Belief ; Dialectics o (...)
  • 25 Cette politique francophile était défendue à la cour de Bourgogne par les frères Antoine et Jean d (...)
  • 26 Philippe de Commynes, op. cit., II, 1, p. 88-89.

17On comprend que le contexte immédiat de formulation pèse lourdement sur le succès de la rumeur : même s’il ne contribue pas forcément à assurer une certitude quant à son contenu, il lui confère un taux de probabilité suffisamment élevé pour tendre vers une vérité encore plus conséquente24. Ainsi, les rumeurs diffusées, relayées ou produites par les princes se développent à un moment où la crise permet toutes les aberrations. Celle de la menace pesant sur l’héritier de Bourgogne, lors de l’affaire du bâtard de Rubempré, s’installe pendant l’été 1464, au lendemain de la cession des villes de la Somme par Philippe le Bon à Louis XI et à la veille de la levée de la ligue du Bien Public. En effet, le 28 septembre 1463, Louis XI, par l’entremise de l’influence de ses amis de Croÿ, avait réussi à faire céder le duc de Bourgogne et à racheter les villes de la Somme abandonnées par Charles VII lors du traité d’Arras de 143525. Cette négociation habile eut non seulement pour effet d’agrandir le royaume, conformément aux promesses prononcées lors du sacre à Reims en 1461, mais aussi de renforcer les dissensions entre Philippe et son fils, Charles de Charolais qui, fou de rage, quitta la cour pour gagner sa terre d’exil hollandaise. Cette zizanie familiale comblait un roi de France qui aurait pu faire sienne la devise très actuelle « diviser pour régner ». Commynes souligne d’ailleurs, avec les mots de l’époque, cette habileté politique : « Mais le roy Loys, nostredict maistre, a myeulx sceu entendre cest art de separer les gens que nul autre prince que j’ay jamais congneu, et n’espargna l’argent, ne ses biens, ne sa peine, et non point seullement envers les maistres, mais aussi bien envers les serviteurs26. » Chacun sait combien Charles de Charolais représente un obstacle dans la politique du roi et combien ce dernier apprécie peu le fils de Philippe le Bon. Georges Chastellain, dans sa Chronique, précise ainsi que le peuple s’est emparé de cet événement (l’arrestation du bâtard de Rubempré) pour dévoiler au grand jour les mauvaises intentions de Louis XI (s’emparer du comte de Charolais) et donc révéler une vérité politique (la haine entre la maison de Bourgogne et la maison de France) :

  • 27 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, p. 83.

« Prestement donc ceste prise du bastard se divulga partout ; et comme la manière de son venir là et en tel arroy [estoit] souppeçonneuse, le peuple partout, qui savoit bien que le roi héoit durement le comte, en l’instant imputèrent le cas au roy et conjecturèrent qu’il avoit envoyé ce bastard-icy pour prendre le comte ou pour le tuer27. »

  • 28 Philippe de Commynes, op. cit., I, 5, p. 39.
  • 29 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, chap. cxii, p. 102.
  • 30 Ibid., « Donc, quand ce vint le samedi à minuit, après que le duc estoit couché en son lit, abando (...)

18La rumeur se nourrit d’une situation de crise. Dans un climat de perte de confiance, elle permet de développer des fantasmes et surtout d’accorder tout son crédit à un événement qui, privé des oripeaux de la peur et du doute, ne demeurerait qu’improbable. Pour saisir la grande émotion et l’atmosphère anxiogène qui existent durant les premières années du règne de Louis XI, par exemple, accordons-nous une courte pause animée par la plume d’un Commynes relatant une soirée à Etampes, le troisième jour de la bataille de Montlhéry. Les princes coalisés contre Louis XI y sont rassemblés et y échangent des nouvelles. Charles de France, frère du roi et Charles de Charolais conversent le soir à la fenêtre de leur demeure, quand tout à coup une fusée éclate non loin d’eux. Immédiatement, c’est le branlebas de combat, les deux princes ordonnant à quelque quatre cents hommes d’armes de se tenir prêts à leur porte. L’enquête, rondement menée, démasque un pauvre homme nommé de façon prédestinée Jehan Boutefeu, qui pour détendre l’atmosphère, s’amusait à jeter des fusées en l’air. En avouant, « il osta beaucoup de gens de suspection que l’on avoit les ungs sur les aultres, et s’en print l’on a rire28 ». Ce climat de suspicion, de doute, de peur qui enveloppe les camps militaires plonge la cour dans d’identiques frayeurs, amplifiant l’écoute des « bruits », des « voix » pour reprendre le vocabulaire de Chastellain, même les improbables. On s’émerveille, on se signe et chacun se méfie de tous. Ainsi, apprenant en pleine affaire du bâtard que le roi est sur le point de venir rendre visite au duc, la cour s’affole et imagine le pire : « Toute la généralité de la maison du duc, nobles et non nobles, réservé les Croyois, en avoient peur, et ne se doutoient que du mal que de mal mesure et de mauvaise attente à tous lez, tant pour une chose que pour une autre29. » Le manque de confiance est tel que Philippe décide, en pleine nuit et en secret, de quitter Hesdin pour Saint-Pol, en n’informant que son seul valet de chambre30.

  • 31 Ibid., t. 5, chap. cvii, p. 87.
  • 32 Sur les ressorts de la mémoire collective, voir le commentaire de M. Halbwachs, « Les cadres socia (...)
  • 33 Le maire de Montegnée, Jean Dammehoude, et son fils Gilles furent arrêtés et décapités avec d’autr (...)

19La plausibilité se renforce également auprès de la mémoire collective qui prend soin de rappeler des précédents particulièrement sensibles, choisis en fonction des attentes présentes. Les connaissances qui surgissent alors, garanties par le sceau de l’expérience passée, renforcent le passage de la rumeur vers une croyance ferme. Ainsi, la rumeur d’assassinat n’a pas de mal à investir la cour de Bourgogne, tant le meurtre de Montereau-Faut-Yonne hante les esprits. La cour bruisse des souvenirs d’attentats princiers qui alimentent les peurs réveillées à l’occasion de l’arrestation du bâtard de Rubempré : « Sy en ot des langages levés et retournés en divers ploys ; et ramenoit-on en conte Philippe de Savoie, pris aussi et mené en la rois estrangement. Fut relevée aussi et refrescie, comme du jour devant, la mort du duc Jehan et la manière de son attraire ; et maintes autres choses furent dites et relevées à ceste cause par chascun jour, en autrui charge [...]31. » Cette quête d’informations, dans les souvenirs des uns et des autres, est bien entendu sélective car le passé vit dans le présent et contribue à nourrir une mémoire collective révélatrice des critères favorisés par l’ensemble de la société pour se positionner dans son environnement politique immédiat32. Tandis que la cour de Bourgogne prend un malin plaisir à rappeler les mauvaises intentions de la France, les Liégeois, pourtant trahis par Louis XI qui assista en personne à la destruction de la ville et de ses « especiaulx amis », comme il aimait les qualifier en 1468, continuent, pour une large partie d’entre eux, à accorder leur confiance au souverain français jusqu’à se faire les artisans d’un complot visant à assassiner le prince-évêque, Louis de Bourbon, en août 147733. La rumeur joue alors la carte de la redondance ou, au contraire, celle de l’oubli volontaire. Dans le cas de la répétition, il faut également souligner que les rumeurs que l’on a pu voir se développer avec une plus ou moins grande bienveillance de la part des grands puisent leurs insinuations dans un « stock de bruits. »

  • 34 Pour cerner l’époque et le caractère, voir C. L. Scofield, The Life and Reign of Edward IV, 2 vol. (...)
  • 35 P. Hammond, « The illegitimate children of Edward IV », The Ricardian : Journal of the Richard III (...)
  • 36 Commynes ignore le nom de la lady, mais pointe du doigt très astucieusement Robert Stillington, év (...)

20Aussi paradoxal que cela puisse paraître, pour rester dans ce registre de la plausibilité, nous pourrions dire que le roi Édouard IV a œuvré à donner corps à la rumeur qui fut fatale à ses propres fils34. Les rejetons d’York pâtissent, en effet, de la fama de coureur de jupons invétéré prêtée non sans raison à leur père. Certains spécialistes de la période s’ingénient aujourd’hui à allonger la liste de ses bâtards35. Pire, pour parvenir à ses fins, le séducteur recourt régulièrement à la promesse de mariage. C’est ainsi que, pris à son propre piège, il doit épouser clandestinement une veuve d’extraction inhabituellement modeste, Élisabeth Woodville. C’est sur cette base, surtout, que sa légende, grosse de spéculations dynastiques, donne naissance à une attaque en règle, sans auteur apparent, contre la validité de cette union, qui aurait été précédée par une autre du même type, avec une dame nommée Eleanor Butler36. L’affaire du précontrat invoquée par les partisans du vertueux duc de Gloucester, son frère, puis tenue pour un fait acquis par le Parlement, jette l’opprobre sur les princes. L’intempérance du cavaleur a fait le lit de l’usurpation.

21C’est une véritable palette de thèmes porteurs qui se dessine alors. La rumeur en politique s’abreuve à la fontaine de crimes ou de comportements déviants, parmi lesquels l’assassinat par empoisonnement inonde très largement le jardin des calomnies.

  • 37 Citation tirée de F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 170.
  • 38 P. Champion, Louis XI, Paris, 1978, p. 90.
  • 39 Sur Jean Coustain, voir R. Vaughan, op. cit., p. 343-344. Sur Baudouin de Bourgogne, voir J.-M. Ca (...)
  • 40 Sur la réaction face à ce crime contre nature dans les Pays-Bas, voir M. Boone, « “Le tres fort, v (...)

22L’horrendum scelus convient en effet parfaitement pour salir un ennemi et entamer sa réputation tant la « toxicatio est le crime des lâches et des dépravés37 ». Dans le cas de la mort du duc de Guyenne, l’accusation d’assassinat par empoisonnement royal n’émerge pas pour la première fois en 1472. Déjà, en 1465, les princes ligués avaient fait courir ce bruit38. Les rumeurs de tentatives d’assassinat entourant la personne de Charles le Téméraire sont presque cycliques. La main du roi de France n’est pas toujours décelable mais l’ombre de Louis XI plane dangereusement sur toutes ces tentatives avortées. Jehan Coustain, victime expiatoire en juillet 1462 de la volonté de se débarrasser de l’influence des Croÿ, le bâtard de Rubempré en 1465, Baudouin de Bourgogne qui, accusé d’avoir voulu empoisonner son demi-frère, dut fuir la cour en 1470 pour aller se réfugier en France, figurent parmi les assassins présumés du comte devenu duc39. La réponse du bâtard, d’ailleurs, ouvre un nouvel espace de calomnie fort prisé pour son efficacité et aux effets particulièrement ravageurs : la sodomie40.

23Pour sa défense, le bâtard explique, en effet, que son départ précipité est lié aux mœurs dépravées de son demi-frère, ne l’oublions pas :

  • 41 BnF, ms. fr. 5041, f° 184, 185, cité par Cauchies, op. cit., p. 263.

« [Charles souhaitait] accomplir sa volunté sur ma personne, aucunes choses que ledit Charles soy disant de Bourgoigne frequente très viles, detestables et deshonnestes contre Dieu nostre Createur, contre nostre roy et tout ordre de nature, qui pour honnesteté sont plus a taire que a dire41. »

  • 42 H. Dubois, Charles le Téméraire, Paris, 2004, p. 256.
  • 43 J. Chiffoleau, « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du XIIe au XVe siècle »,(...)
  • 44 Sur les critères de vérité dans le récit : B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occide (...)
  • 45 A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, 1988, p. 145-150.

24Comme le précise H. Dubois, « le XVe siècle a vécu dans la hantise de la sodomie : c’était la plus sûre accusation que l’on put proférer contre quelqu’un que l’on désirait expédier au bûcher42 ». Certes, personne n’a pu prouver que Charles était homosexuel, et peu nous importe, mais l’accusation est terrible et renvoie à cette catégorie du nefandum étudiée par J. Chiffoleau, elle-même liée au crime de lèse-majesté43. Comme ce dernier l’explique, le XIVe siècle voit se multiplier les accusations de crimes contre nature, dépassant les simples bruits comme ceux qui couraient à propos de Philippe Ier ou de Richard Cœur de Lion, pour alimenter des révélations sur la place publique où l’on dit ou fait dire l’indicible. Ces accusations de crimes innommables mélangent aisément les traces de vérité, qui passent par le révélé, l’authentifié, l’allégué et finalement la garantie par une auctoritas comme ont pu le montrer et le vérifier les études de B. Guenée, de J.-Cl. Schmitt, etc.44. Cette confusion nous fait dire, avec J. Chiffoleau, qu’il est encore difficile, comme le fait A. Boureau, de distinguer « croyance véridictionnelle » et « croyance fantasmatique45 ». La rumeur ne s’oppose pas de front à la déclaration, elle la précède, l’accompagne ou parfois, ce qui peut paraître plus surprenant, la suit. Les gouvernants de cette fin du XVe siècle le savent bien. Accuser un prince de sodomie, quel que soit le démenti porté à cette parole dénonciatrice, c’est nourrir les bruits qui alimenteront désormais l’évocation des mœurs de ce dernier et qui contribueront à fragiliser – à plus ou moins long terme – l’autorité souveraine à l’occasion d’une crise politique ou d’un quelconque conflit, tandis que l’historiographie se chargera de semer le doute à travers les siècles, pour le plus grand plaisir des historiens d’aujourd’hui.

  • 46 Henri de Merica, De Cladibus Leodiensium, Documents relatifs aux troubles du pays de Liége sous le (...)

25Si ce dossier des comportements sexuels peut sembler plus anodin lorsqu’il ne sombre pas dans les travers de la sodomie, il faut reconnaître qu’il ouvre la porte à des rumeurs plus dangereuses concernant la bâtardise et donc la légitimité des souverains. Car les hommes de la rue, à l’instar des Dinantais qui fabriquèrent en 1465 une effigie de Charles le Téméraire pour l’injurier et notamment l’accuser de bâtardise, ne sont pas les seuls à user de ce procédé46. On remarquera que dans la défense de Baudouin de Bourgogne, ce dernier, sous la dictée de Louis XI, d’après Thomas Basin, écrit « Charles soy disant de Bourgoigne », reprenant à son compte cette rumeur qui flotte depuis près de cinq ans selon laquelle Charles serait le fils du prince évêque de Liège et non de Philippe le Bon. Les affaires anglaises se délectent de ce genre d’insinuations et l’exemple entrevu ne constitue qu’un maillon dans une longue chaîne. Depuis Richard II, le sang royal n’est qu’une des conditions, nécessaire mais guère suffisante, à l’exercice de la fonction suprême. Toutefois, la mise en question de la paternité représente une terrible menace, comme l’atteste l’éviction du très éphémère Édouard V, pourtant déjà reconnu, constitutionnellement, roi d’Angleterre.

  • 47 Fine, op. cit., p. 9.
  • 48 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, 1982, p. 105-1 (...)

26L’autre critère essentiel garantissant une qualité d’écoute pour ces voix, ces bruits et ces murmures s’attache à la crédibilité de ces derniers et nous renvoie aux personnes qu’elles qualifient ou qui les portent. En effet, « la crédibilité relève de la manière dont les auditoires évaluent la source du matériel [...]. [Elle] devient le produit de régimes d’interaction et d’une position institutionnelle. En d’autres termes, les locuteurs mettent en scène leur crédibilité, soit grâce à l’impression qu’ils auront su donner, soit grâce aux signes extérieurs liés à leur position sociale47 ». P. Bourdieu ne disait pas autre chose lorsqu’il évoquait le rôle du skeptron dans la Grèce antique et liait l’usage du langage à la position sociale du locuteur48.

  • 49 J. Dabin, « La politique française à Liège au XVe siècle », Bulletin de l’institut archéologique l (...)
  • 50 Thomas Basin, op. cit., livre IV, chap. xiv, p. 222 : « et quod de hoc ipse certior erat factus ».
  • 51 Georges Chastellain, op. cit, t. III, p. 365 sq., dénonce ces pratiques.
  • 52 Pour Thomas Basin, Louis XI ne cesse d’envoyer des lettres pour retourner les Liégeois contre le d (...)
  • 53 Les mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, R. Chalon (éd.), Mon (...)
  • 54 Sur cette question voir É. Lecuppre-Desjardin, « Procession et propagande à Valenciennes en 1472. (...)
  • 55 Guillaume Fillastre reprend cette dénonciation royale dans le préambule de son discours prononcé d (...)
  • 56 Voir Recueil de pièces pour servir à l’histoire de Louis XI, op. cit., p. 360 sq. et Briefwechsel (...)
  • 57 Philippe de Commynes, op. cit., III, 9, p. 215 : « Ledit duc fort désperé de ceste mort et enhorté (...)
  • 58 Voir sur ce point Favier, op. cit., chap. xxxii, qui explique notamment qu’un chroniqueur comme Je (...)
  • 59 Comme le résume Prietzel, « Rumeurs, honneur et politique », op. cit., p. 163, le bâtard lors de s (...)
  • 60 Les protagonistes prétendent s’être rendus en Hollande pour s’emparer du vice-chancelier de Bretag (...)

27Il est difficile pour nous de révéler les ficelles de cette mise en scène, tant la rumeur, on le sait, nous engage vers l’obscur, le secret, les arcanes d’un pouvoir que les sources ont pris soin de dissimuler. J. Dabin écrivait, à propos de la politique française à Liège, « c’est à Mézières ou à Mouzon-sur-Meuse qu’un historien désireux de démêler les intrigues aurait dû se poster durant près de trente ans, afin de pouvoir dévaliser les nombreux courriers et ambassadeurs qui sillonnaient la route de Paris à Liège49 ! » Toutefois, quelques révélations ou la mise en relation d’informations isolées permettent de reconstituer les réseaux de diffusion de ces rumeurs politiques. Ainsi, tandis que les troupes de Louis XI pillent la Picardie et que Charles le Téméraire est à Neuss en mai 1475, le connétable de Saint-Pol, pour éloigner les troupes françaises, fait courir le bruit qu’Édouard IV a débarqué en Normandie pour porter secours à Charles, son beau-frère, et il prend soin de garantir la véracité de son propos en engageant son nom : « lui, comte de Saint Pol, était en mesure de certifier ces nouvelles50. » Le roi le crut et regagna la Normandie avec ses troupes, alors qu’Édouard IV n’arriva sur le continent que le 4 juillet 1475, débarquant non pas en Normandie mais à Calais. Ici, la bonne réputation de l’émetteur, suffit à accorder son crédit à une nouvelle qui, portée par la foule, n’a pas été vérifiée. De même, c’est Olivier de la Marche, conseiller de Charles le Téméraire, qui, d’après les accusations de Louis XI, semble avoir colporté la nouvelle de la tentative d’assassinat à Bruges et dans toutes les villes qu’il traversa pour se rendre auprès du duc Philippe à Hesdin. Même si l’on ignore l’identité exacte des agitateurs français circulant dans le pays liégeois et excitant la population contre le prince de Bourgogne51, certaines pratiques sont démasquées comme l’écriture de lettres scellées du sceau du roi de France afin de garantir la fiabilité de la parole des émissaires. Ces lettres, dont Thomas Basin parle ouvertement, reviennent de façon lancinante dans les discours de l’accusation et de la défense transcrits par les chroniqueurs52. Lorsque Jean de Haynin rapporte les reproches des Parisiens à l’égard de leur roi ayant abandonné ses amis liégeois à la fureur du Téméraire, celui-ci aurait répondu : « Touchant les Liégeois, si je me suis armé contre eus, nus ne s’en doit donner merville, car il ont fet et contrefet fausse lettres et mon sine et mon seel53. » On sait que des lettres de Louis XI circulaient dans le pays liégeois pour garantir la parole de ses agents. Les conseillers princiers nantis de tous les signes attestant leur autorité ne sont pas les seuls à bénéficier d’une aura particulière. Les prédicateurs sont également particulièrement choyés par les princes pour assurer la bonne diffusion de ces intoxications politiques. Il a été démontré récemment combien Charles le Téméraire appréciait l’aide des dominicains et des franciscains dans son œuvre de propagande déployée à l’occasion des grandes processions générales54. De la même manière, il aurait confié à un dominicain le soin de répercuter dans toute la ville de Bruges la tentative d’assassinat dont il aurait été victime en 146455. Rien de surprenant à cela quand on sait que Charles le Téméraire, ayant découvert le complot supposé ourdi par son propre demi-frère en 1470, s’empressa le 13 décembre de la même année de faire publier un manifeste et de le faire déclamer jusqu’en pays de Liège où le prêche de l’évêque fut consacré à cette affaire56. Il fit de même en 1472, à l’annonce de la mort de Charles de Guyenne, profitant de la rumeur d’assassinat par poison pour disqualifier encore une fois Louis XI à travers une campagne de lettres envoyées urbi et orbi57. Ici, la rumeur relayée par la voix du prince se transforme en information pour mieux nourrir les bruits touchant telle ou telle personnalité et conduisant par le biais de la récurrence à une condamnation de la mémoire ou à la constitution, par le filtre de l’historiographie, d’une légende noire58. La fama constitue donc le premier critère conditionnant le potentiel de véracité d’une information, ce qui permet de distinguer l’auctoritas, pour reprendre le vocabulaire utilisé précédemment. Mais cette fama permet aussi de modeler le contenu de la rumeur. Dans l’affaire du bâtard de Rubempré, ce dernier est considéré « comme un mauvais garçon », ayant déjà à son actif l’assassinat d’un noble, caractéristique qu’il partage avec ses compagnons de mauvaises fortunes. Les propos qu’ils tiennent et qui se contredisent ne résistent pas alors à cette mauvaise réputation et les « enfoncent »59, de même que la stupidité du plan qu’ils finissent par dévoiler60.

  • 61 Dominic Mancini, op. cit., p. 116, dilue de manière intéressante la figure du prédicateur en une m (...)
  • 62 The Great Chronicle of London, op. cit., p. 232.
  • 63 Un auteur parle de « quantités effrayantes et inouïes d’hommes en armes venus du Nord, du Pays de (...)

28Pour cristalliser les mauvais bruits et s’en faire des armes explicites, Richard de Gloucester se donne des porte-parole couverts de toutes les onctions, un prédicateur de renom, puis un duc de premier plan, sinon au-dessus de tout soupçon, cousin des rois passés et à venir. Le premier assaut est porté contre le souvenir d’Édouard IV par un théologien fameux, le docteur Ralph Shaw, frère du maire de Londres, que la Grande Chronique de la capitale présente comme célèbre et influent61. L’attentat mémoriel, perçu comme tel par l’immense foule réunie en ce dimanche pour le sermon, échoue lamentablement. Le mardi suivant, il faut toute l’éloquence de Henry Stafford, duc de Buckingham, au Guildhall, pour emporter la conviction des lords en mobilisant un autre faisceau de rumeurs antérieures : Édouard IV redevient le fils de son père, le duc d’York, mais ce sont ses enfants qui perdent toute légitimité, pour avoir été conçus dans la bigamie. Quoique très hostile à Richard, la même Grande Chronique doit concéder que Buckingham a joint à sa prestance une rhétorique fascinante qui a laissé tout un chacun émerveillé62. De sorte que les seigneurs et les communes ont rédigé dans l’enthousiasme du moment une pétition pour appeler Richard sur le trône. Il convient d’ajouter que cette autorité et cette verve ont été puissamment secondées par le souvenir tout frais de l’exécution de William Hastings et par le grand concours d’hommes en armes venus du Nord et apparemment très intimidants63.

29Quoi qu’il en soit, retenons de ces exemples que la bonne réputation cautionne la crédibilité d’une nouvelle, tandis que la mauvaise renforce intrinsèquement les soupçons qui pétrissent la rumeur.

  • 64 Fine, op. cit., p. 3-22.
  • 65 The Great Chronicle of London, op. cit., p. 232: « The which sermon soo dyscontentid the more part (...)

30Néanmoins, toutes ces recettes que l’on retrouve dans les différentes affaires évoquées se doivent de respecter de bonnes proportions. Un ingrédient trop fortement dosé risque de nuire à la réussite de ces campagnes insidieusement calomniatrices. Ici se pose indirectement la question de l’existence d’une sphère publique, d’un espace partagé du discours « où une communauté peut juger collectivement si certaines allégations de vérité doivent être acceptées et faire ainsi l’objet d’une réaction », pour reprendre les mots de G. A. Fine64. Incontestablement, la péroraison du Dr. Shaw s’applique au mauvais objet et vire au désastre devant un auditoire certes prêt à consentir au coup d’État de Richard de Gloucester mais pas à n’importe quel prix. Ce dernier avait disposé du clan des Woodville et assumé la tutelle de ses neveux orphelins avec l’assentiment des élites du royaume et surtout au nom de la continuité avec Édouard, le frère qu’il avait toujours servi fidèlement. Dans ces conditions, il était particulièrement maladroit d’exhumer les vieilles rumeurs qui ternissaient l’image d’un souverain salué de tous. L’accueil est glacial et la réputation du prédicateur ruinée. En un raccourci saisissant, la Grande Chronique de Londres le montre en paria, dénoncé universellement pour ses paroles ignominieuses, rongé par le remords et finalement emporté par la consomption65.

  • 66 Chez Polydore Vergil, op. cit., p. 183, Richard est l’inspirateur direct du discours, quitte à s’e (...)

31Ces exagérations, ces abus de confiance risquent de nuire à l’initiateur de la rumeur, ce qui explique la nécessité d’user d’un certain nombre d’interfaces. Il y a, en effet, une véritable difficulté à mettre en péril la renommée d’un ennemi sans mettre en péril sa propre renommée. La manœuvre politique fondée sur la rumeur exige non seulement une mise à distance du prince pour éviter toute compromission, mais aussi un éloignement du théâtre des événements ; elle impose une véritable stratégie d’écrans. Quoique présent physiquement à St Pauls’ Cross parmi les seigneurs temporels et spirituels, Richard se garde bien de réagir au sermon de Shaw qui, pour l’avoir gauchement appelé au trône, sert de fusible : il est la seule victime de ses sordides allégations66.

  • 67 Guillaume Fillastre, op. cit., p. 32-38. Voir sur ce point Prietzel, « Rumeurs, honneur et politiq (...)
  • 68 Philippe de Commynes, op. cit., I, 1, p. 5. « Et parla ledit Morvilliers fort arrogamment, disant (...)
  • 69 Thomas Basin, op. cit., t. I, chap. xxv, p. 149.

32Même dans le cas d’une rumeur dénoncée sur la place publique, les étapes sont nombreuses avant que le prince ne se découvre, quand il se découvre. Pour l’affaire du bâtard de Rubempré, le discours de Guillaume Fillastre, ambassadeur de Philippe le Bon auprès de Louis XI, prononcé à Tours en janvier 1465, prend soin d’éloigner le plus possible Charles de Charolais des événements. Selon Fillastre, le comte de Charolais n’est intervenu que tardivement, ne prenant la décision d’incarcérer le bâtard et sa bande qu’en dernier recours. L’initiative de l’arrestation et de l’interrogatoire ne lui reviennent pas67. De même, lorsque Morvilliers, ambassadeur royal, arrive à la cour de Philippe le Bon pour se plaindre des calomnies que Charles fait répandre sur son maître, le fils de Philippe le Bon n’intervient pas immédiatement pour avancer ses propres arguments, attendant le lendemain pour formuler une réponse mûrement réfléchie68. Tandis que pour Commynes, c’est Philippe le Bon qui prend la parole pour disculper son fils de tout soupçon et s’engager à faire mener une enquête pour savoir si oui ou non le bâtard était animé de mauvaises intentions à l’égard de son héritier, Thomas Basin va plus loin et prétend que « pour ménager l’honneur du roi, il ne rendit pas publics les aveux des accusés » préférant les dissimuler « sous des bavardages69 ». Toujours est-il que Philippe le Bon, dans sa réponse adressée à l’ambassadeur royal, retient le terme de bruit « comme l’on disoit » et attend vérification des faits. Guillaume Fillastre, en bon diplomate, décide par conséquent d’avancer un discours officiel parfaitement huilé où la procédure écarte toute possibilité de calomnies et n’entame pas la réputation du prince qui ne doit pas céder à la tentation d’écouter les bruits. Seule la rue, et plus particulièrement celle d’Abbeville, est responsable de cette rumeur :

  • 70 Guillaume Fillastre, op. cit., p. 226.

« Et pour y respondre, sire, en tant que touche la rumeur desdites paroles, vous aves oy dont ce procede, qui est de Abbeville et des lieux a mer, ou vous residiés lors. Et se le peuple y a prins quels ymaginacion, il en desplait a mondit seigneur le duc et a mondit seigneur de Charolois son fils et n’est leur fait ne leur coulpe. La rumeur ausy ou renommée s’est de soi mesmes estainte et n’a eu que peu de durée, car, comme dit Marthialis le poète, fauce rumeur se lieve a coup, mais elle dechiet ausy tost70. »

  • 71 Dépêches des ambassadeurs milanais, t. 2, Paris, 1919, p. 353.
  • 72 Philippe de Commynes, op. cit., II, 1, p. 87, résume assez bien la politique du roi de France en c (...)
  • 73 Ibid., II, 7, p. 125.
  • 74 Ibid., II, 7, p. 123.

33La version publique et écrite s’en tient, par conséquent, à l’enquête confiée au conseil de Hollande, tandis que les historiographes de la cour, avec quelques maladresses, tiennent à afficher un esprit de pacification. Pourtant, le rapport de l’ambassadeur milanais, Albéric Malleta, envoyé au duc de Milan, le 23 novembre 1464, affirme que le comte de Charolais prit lui-même la parole pour dénoncer les mauvaises intentions royales à son égard : « E de circha de ziò el conte Chiaroloys si dolse grandemente, in presentia del patre e de loro, che el Rel o havesse voluto faré prendere71. » On a vu que la personnalité du comte l’entraîne à se découvrir assez rapidement. En revanche, Louis XI agit dans l’ombre et s’applique à brouiller les cartes. A. Marchandisse a fait remarquer récemment que les délégations françaises qui se succédaient à Liège étaient rarement composées des mêmes individus. Cette stratégie lui permettait de gagner du temps et de ne pas avoir à rendre de comptes sur les agissements des délégations précédentes. Quelques noms sont connus, comme Louis de Laval ou Antoine de Chabannes, mais de nombreux inconnus circulaient pour répandre des rumeurs. L’emboîtement diplomatique à la manière des poupées russes était privilégié. Les hommes du roi arrivaient en ville, prenaient contact avec des chefs révoltés qui eux-mêmes disséminaient leurs hommes dans les territoires liégeois pour exciter les populations et, entre autres, répandre de fausses nouvelles. Cette conduite est la plus sûre car la rumeur est un matériau explosif dont il vaut mieux se tenir à distance. Louis XI l’apprend à ses dépens lorsqu’il entre en contact avec Charles le Téméraire à Péronne en 1468. Sans rentrer dans les détails, signalons simplement que la situation à Liège est complexe et que la ville fait partie de ses périphéries « gangrénantes » qui entravent le développement de la principauté de Bourgogne. C’est un handicap, un contre-feu que ne cesse d’alimenter Louis XI. La rumeur est dans ce cas une arme utilisée par les envoyés du roi pour attiser ce foyer de séditions et de révoltes72. Toutes les manœuvres du roi tendent à obtenir la neutralité de la Bourgogne dans la lutte qu’il prépare contre l’Angleterre. Le roi fondait alors ses espoirs sur l’indiscipline des Liégeois et sur leur capacité, en marge, à faire diversion si la guerre éclatait entre lui et le Téméraire. Alors que les deux princes sont réunis à Péronne, les nouvelles d’un nouveau soulèvement liégeois parviennent aux oreilles de Charles. Souvenons-nous que des messagers lui annoncent même la mort du seigneur de Humbercourt et de l’évêque, tandis qu’on lui assure avoir vu les ambassadeurs du roi en la compagnie des émeutiers73. C’est en cela que réside la bévue de Louis XI, soulignée par Commynes en personne : « Le Roy venant à Péronne, ne s’estoit point avisé qu’il avoit envoyé deux ambassadeurs au Liege pour les solliciter contre ledict duc74. » La colère de Charles le Téméraire est terrible.

  • 75 Ibid., II, 12, p. 144-149.

34La situation ne s’arrange guère, lorsque le roi finit par accepter d’accompagner Charles à Liège pour châtier les rebelles en guise de sa bonne foi. Résidant dans les faubourgs de la ville, les deux princes sont attaqués, par surprise et en pleine nuit, par un groupe de citadins désespérés qui s’élancent au cri de « Vive le Roy ! » et « Tuez ! ». La menace sur les Français est très forte et le roi peut regretter de s’être rapproché physiquement d’un lieu où s’exerça, par agents interposés, le mécanisme de sa duplicité. Les masques tombent, « Et entra le Roy en grands doubtes ; et en estoit la cause qu’il avoit pour ce que si le dict duc failloit a prendre ceste cité d’assault, que le mal en tumberoit sur luy et qu’il seroit en dangier d’estre arresté ou prins de tous pointz75. »

35La rumeur est un matériau inflammable qu’il vaut mieux manipuler avec la plus grande précaution. Pourtant, le jeu semble en valoir la chandelle et ouvrir de nouvelles perspectives dans les stratégies politiques de cette fin du XVe siècle.

Stratégie politique

  • 76 Fine, op. cit.

36« La rumeur suppose une politique [...]. À chaque fois, la rumeur suggère à qui et à quoi faire confiance, permettant ainsi de formuler des stratégies d’action sociale76. » Ainsi, toute rumeur dit quelque chose sur le passé récent, encore actif (Louis XI a voulu assassiner le comte de Charolais), sur le présent (il est en train de disloquer l’unité bourguignonne) ou sur un avenir proche (il met en péril la prospérité des territoires ducaux). Tandis que G. A. Fine isole chacune de ces rumeurs portant sur différents repères temporels, il nous semble préférable d’associer ces « moments » en un cycle chronologique, pour faire de la rumeur une sorte d’arme à triple détente, convoquant des informations passées soigneusement choisies pour remémorer des situations difficiles, fragilisant le présent et la confiance qu’on lui porte et inquiétant l’avenir.

  • 77 John Benet’s Chronicle for the Years 1400 to 1462, G. L. et M. A. Harriss (éd.), Londres, 1972, p. (...)
  • 78 An English Chronicle of the Reigns of Richard II, Henry IV, Henry V and Henry VI Written before th (...)
  • 79 F. Madden, « Political poems of the reigns of Henry VI and Edward IV », Archaeologia, 29 (1842), p (...)
  • 80 Le rapport d’un observateur milanais tend à souligner la part prise par Clarence dans cette manouv (...)
  • 81 Rotuli Parliamentorum, VI, op. cit., p. 193-194: « [Clarence] published and saide, that the Kyng o (...)
  • 82 Philippe de Commynes, op. cit., p. 278 : « Et en disant ces parolles, pour cuyder complaire au Roy (...)
  • 83 Dominic Mancini, op. cit., p. 74 : « Mater enim in tantam vesaniam prolapsa est, ut in publicam qu (...)
  • 84 Polydore Vergil, op. cit., p. 184-185: « Cecyly king Edwards mother, as ys before sayd, being fals (...)

37Un thème unique peut alimenter des rumeurs indéfiniment. Prenons l’exemple de l’imputation de bâtardise ou de l’absence de sang royal, dont on pourrait dire qu’elle appartient au patrimoine politique ou à l’arsenal de la famille d’York, tout au long de la guerre civile et qu’elle se tourne, selon les besoins, contre l’ennemi Lancastre ou contre les proches parents quand la Rose Rouge a perdu ses épines. Ainsi, le pouvoir récupère-t-il les armes de l’opposition d’autant plus facilement qu’il a lui-même incarné l’opposition. La première cible de ces campagnes infamantes est, à partir de 1456, le prince Édouard, fils du roi Henri VI, né de façon improbable, au terme de huit années d’un mariage infructueux, d’un père fou qui, au sens strict, ne le reconnaît pas. Un certain John Helton subit l’horrible châtiment des traîtres pour avoir répandu des tracts récusant la maternité du prince77. L’épisode nous rappelle au passage que le choix du support écrit pour véhiculer la diffamation expose à la pire des morts. Il est de fait que les chroniques qui décrivent la carrière ultérieure de cette ligne critique ne parlent plus que d’« esclandre verbal » et de « discours étrange des gens du peuple78 ». Les poèmes et ballades yorkistes lancés à cette période chantent a contrario l’excellence des origines du comte de March, le futur Édouard IV79. Il n’en demeure pas moins que celui-ci fait à son tour l’objet d’une semblable attaque en 1469 : le père biologique du roi ne serait pas le duc Richard d’York, de bonne mémoire, mais un archer français – Édouard ayant vu le jour à Rouen en 1442. Une telle fable résulte très probablement de la concertation des cerveaux enfiévrés et inventifs de Louis XI et de ses deux protégés du moment, le comte de Warwick, Faiseur de Rois, et George, duc de Clarence, propre frère d’Édouard se posant de la sorte en candidat de rechange crédible80. La rumeur, répandue par leurs agents sur le sol anglais, est le prélude au renversement effectif du roi. Si celui-ci s’opère au profit du vieux Lancastre Henri VI, Clarence persiste et signe, quelques années plus tard : l’acte du Parlement qui établit sa mort civile, en 1478, lui reproche noir sur blanc d’avoir « publié » cette attaque81. C’est l’une des causes de la mort de cet apprenti-monarque : passer du registre de la rumeur à celui de la dénonciation revient encore une fois à risquer sa vie. Le mal est fait pourtant, et Charles le Téméraire, impatienté par la temporisation du roi d’Angleterre, recourait contre lui, trois ans plus tôt, à une insulte tombée dans le domaine public, à en croire un émissaire de Louis XI qui s’amusait à singer l’ire ducale82. La matière continue d’être exploitée au grand dam de la réputation de la reine-mère, Cécile Neville. Dominic Mancini assure que, dans la rage qu’elle avait éprouvée devant le mariage abject de son fils aîné, elle s’était déclarée prête à jurer que ce rejeton indigne avait été conçu dans l’adultère et ne méritait pas les honneurs du titre royal83. Voilà qui ne cadre pas avec son attitude au lendemain de l’homélie du Dr. Shaw, quand elle se plaint amèrement de Richard, cette fois, qui n’a pas hésité à fouler au pied l’honneur de sa mère pour accéder au trône84. Car tel est le point d’aboutissement de cette généalogie des mauvais bruits : Richard, en position de force, en ressaisit tous les fils et brode sur un thème connu, constamment dangereux. Édouard IV n’est pas la bonne cible ? Qu’à cela ne tienne, si ce n’est lui, ce sont donc ses fils et le ragot se fait motif pour une légitimité nouvelle.

38Plus généralement, les rumeurs s’inscrivent dans des stratégies politiques qui prennent les couleurs d’un nuancier subtil que nous avons déjà ponctuellement feuilleté. Livrons-nous tout simplement à une synthèse.

  • 85 Mathieu d’Escouchy, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, 1863-1864, 3 vol. , t. II, (...)
  • 86 Sur ce goût de l’imposture, voir Lecuppre, L’imposture politique, op. cit. Sur cette rumeur, voir (...)

39La rumeur peut être invoquée comme prétexte à une politique développée dans des territoires qui ne concernent pas directement le prince en question. Elle est ici un outil soumis à un programme d’ingérence. Par exemple, lorsque Philippe le Bon se plaint, le 9 février 1459, à la cour de France, des voyages d’ambassadeurs royaux en terre liégeoise, destinés à affaiblir la position bourguignonne dans ces territoires sous tension, Charles VII fait répondre le 7 mars suivant que, s’il a bien délégué son prévôt des maréchaux à Liège, c’est pour y faire taire les rumeurs qui circulaient sur son compte et qui étaient répandues par un seigneur anglais85. Parce qu’elle crée une réalité politique, la rumeur accélère des engagements qui auraient pu être reportés voire abandonnés. Le 4 août 1465, le roi de France fait basculer la rumeur du côté de l’information en envoyant une lettre aux Liégeois leur confirmant le bruit d’une déroute désastreuse des armées bourguignonnes, alors que le 16 juillet la défaite était de son côté à Montlhéry. Mais comme le précise J. Dabin une défaite prise pour une victoire ne devient-elle pas une victoire ? La rumeur, répétons-le, crée la réalité politique et engage les Liégeois les plus exaltés à réagir et à déclencher un contre-feu, d’autant que fin septembre une nouvelle rumeur prétendit cette fois-ci que le prince-évêque, Louis de Bourbon, était mort, rumeur qui persista même après la réapparition de ce dernier dans lequel ses opposants voulurent reconnaître un imposteur86.

  • 87 Adrien d’Oudenbosch, op. cit., p. 253 et Dabin, op. cit., p. 156-157.

40La rumeur peut, toujours dans le même ordre d’idée, être formulée pour accélérer des prises de position ou au contraire les retarder, comme on l’a vu avec l’attitude dilatoire des princesses de Bourgogne à l’annonce de la mort du Téméraire. En revanche, en 1477, Louis XI veut briser la neutralité liégeoise voulue par Louis de Bourbon – toujours en vie ; il use de plusieurs stratagèmes et décide d’envoyer une ambassade comme en 1461 ou en 1465. Le bruit se répand alors dans la ville comme une traînée de poudre que les Français s’apprêtent à envahir la cité au jour de l’Épiphanie pour venger la mort des conspirateurs de septembre. En fait, Louis XI désirait simplement que les Liégeois prissent parti immédiatement dans la lutte qui l’opposait à Maximilien. Les ambassadeurs de l’évêque rappelèrent au roi que le pays dépendait de l’empereur et qu’il ne pouvait se départir d’une certaine neutralité. Le roi rétorqua que la querelle ne touchait pas l’empire mais la Bourgogne et forçait ainsi, par la rumeur de la menace d’une invasion, le peuple de Liège à trancher87.

41Nous avons vu que de manière générale la rumeur est nourrie pour discréditer un adversaire : Charles le Téméraire est un sodomite, un bâtard, Louis XI un empoisonneur, les rois anglais de la fausse progéniture de rois.

42Ce qui permet à plus ou moins long terme de légitimer un coup de force, une déclaration de guerre, bref une réaction hostile.

  • 88 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du reli (...)

43Enfin, la rumeur est fabriquée ou tout simplement soutenue pour tester l’opinion publique et évaluer les répercussions d’une action à caractère hautement préjudiciable telle que le double infanticide commis dans la Tour de Londres. Toutes ces techniques ne sont pas propres à cette fin du XVe siècle. Comme l’écrit B. Guenée, le succès de Jean sans Peur à Paris en 1411, c’est celui d’un prince moderne qui a compris l’importance de l’opinion publique, qui a su allier rumeurs et propagande, inondant Paris de ces intoxications nuisibles au camp armagnac et de ses milliers de panonceaux sur lesquels figure le rabot bourguignon88.

44Néanmoins, tâchons d’aller plus loin et d’observer ce bouquet de circonstances particulières pour tenter de faire émerger quelques profils de gouvernants, quelques principes d’action, voire les paramètres d’un nouveau discours sur l’action politique bâti aux portes de la Renaissance.

  • 89 D. Iogna-Prat, « Ordre(s) », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff et J.-Cl. Sc (...)

45Il faut bien admettre que les motifs convoqués par la rumeur relèvent du registre traditionnel de la calomnie et de la critique violente. Les accusations de sodomie ont épinglé plus d’un prince, à l’instar de Frédéric II ou Ezzelino da Romano, avant que Charles le Téméraire ne soit à son tour montré du doigt. Et si l’on veut remonter encore plus loin, rappelons-nous les arguments d’Adalbéron de Reims lors de l’assemblée de Senlis en 987 qui, d’après Richer, s’était empressé de souligner la mésalliance du compétiteur d’Hugues Capet, à savoir Charles de Lorraine, époux d’une fille d’un des vassaux du duc robertien. Le couronnement de Charles aurait obligé Hugues à s’incliner devant une reine de rang inférieur : scandale ! Les thèmes sur lesquels s’appuie la rumeur appartiennent donc au registre du désordre, à celui des comportements « hors norme » qui choquent la société médiévale toujours en quête d’équilibre, d’harmonie, de « cet ordre qui s’origine dans le divin » pour reprendre l’expression de D. Iogna-Prat89. Peu importe que Philippe ou Édouard aient multiplié les bâtards, en revanche leur héritier ne peut être soupçonné d’avoir reçu cette macule. Chacun doit respecter les codes inhérents à son rang et c’est bien entendu la déviance soupçonnée qui crée le trouble. Comme souvent au Moyen Âge, ces offensives fondées sur la rumeur s’appuient sur un langage culturel ancien en sollicitant des réactions proches du réflexe, ce qui garantit bien évidemment son efficacité et l’ampleur de son champ de répercussion. La rumeur parle à tous et, par le caractère universel de son contenu, s’inscrit insidieusement dans la mémoire collective.

  • 90 Ces informations se trouvent dans P. Murray Kendall, op. cit., p. 282.
  • 91 Sur ces accidents implicites de l’ordre dynastique, voir G. Lecuppre, « L’oncle usurpateur à la fi (...)
  • 92 Cité dans Q. Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, 2001, p. 350.

46C’est, en revanche, la manipulation de cette rumeur qui nous renseigne sur l’état d’esprit des princes et leur degré de maturité politique. Charles le Téméraire est un prince cultivé qui puise dans ses lectures, notamment des œuvres d’Aristote et de Cicéron, l’inspiration de sa quête de souveraineté. Mais c’est aussi – et on ne le sait que trop bien – un homme exalté que les romans de chevalerie, dévorés avec grand appétit, ont contribué à éloigner de la Realpolitik de la fin du XVe siècle. Ainsi, Charles, en bon Bourguignon, se présente comme un preux chevalier, menant ses hommes à la bataille, ne quittant jamais son armure et se fatiguant sur les champs de guerre pour permettre aux bourgeois de ses villes de prospérer tranquillement. Cette vision paternaliste, diffusée à l’envi par les rhétoriqueurs et les poètes de cour, se décline de la même manière dans son utilisation de la rumeur. Non seulement il sort rapidement de sa réserve pour accuser, rédiger des manifestes et afficher publiquement ses opinions, mais encore le fait-il en se présentant comme un rempart protégeant le peuple contre la tyrannie d’un mauvais roi, un chevalier vengeur et non masqué que le seul désir de justice anime. Dans les lettres qu’il fait envoyer dans toutes les villes depuis son camp militaire de Beauvais, il fait écrire que le duc de Guyenne a été assassiné sur ordre du roi « par poison, maléfices, sorcelleries et invocations diaboliques » et s’engage à être « le vengeur de ce meurtre, dans toute la mesure où Dieu lui en donnera le pouvoir ». Ce crime lui permet par la même occasion de rompre la trêve, le 4 juin 1472, et de rentrer en campagne derrière une bannière violette où étaient écrits les mots « Vengeance ! Vengeance90 ! » Inutile d’en dire davantage sur l’ostentation tapageuse d’un duc de Bourgogne, première victime de ses appréciations dépassées et romanesques. Encore une fois, le contraste est saisissant avec un Louis XI, qui ne cesse de cultiver la discrétion, la manipulation et l’art de la distanciation. Certes, Louis XI utilise également les lettres pour calomnier son « méchant cousin » mais son maniement de la rumeur demeure plus subtil, plus prudent et décomplexé. Richard III n’est pas le premier à laisser la rumeur suggérer qu’un innommable infanticide a été commis, pour s’éviter une annonce publique tout en faisant connaître sa force afin de mieux semer le découragement. Jean sans Terre avait procédé de même, dès le début du XIIIe siècle, disposant de son neveu Arthur dans des conditions similaires91. La différence tient dans la perception du crime et de son halo : à côté de l’effroi et de la condamnation morale, qui n’ont pas disparu, figure désormais la lecture pertinente du silence, livrée par Polydore Vergil, qui reconnaît une intention, un acte profondément politique, derrière une passivité feinte : Richard s’empare de la rumeur – et le dire, c’est lui rendre hommage, de quelque manière. Car, bien évidemment, l’utilisation de ces nouveaux instruments de l’art politique que sont le complot, la duplicité, le mensonge, la rumeur progresse au même rythme que l’idée selon laquelle de justes objectifs peuvent expliquer l’utilisation de mauvais moyens. Louis XI agit de la sorte par prudence, qui compte parmi les plus grandes vertus d’un roi. N’oublions pas que cette prudence, développée dans le Rosier des Guerres, figurera en 1589 dans le premier grand traité consacré à la Raison d’État par Giovanni Botero, pour qui la première maxime de la prudence est la suivante : « il faut tenir pour certain que dans les décisions des princes, l’intérêt prévaudra toujours sur tout autre argument ; et donc celui qui traite avec les princes ne doit placer aucune confiance dans l’amitié, la parenté, les traités, ni aucun autre lien qui ne soit fondé sur l’intérêt92. »

47Faut-il préciser alors que cette différence de traitement quant à la rumeur ne renvoie pas seulement à une différence de caractère ou de culture mais aux préludes d’une fracture éthique qui opposera Machiavel à Erasme et Polydore Vergil à Thomas More ?

48En somme, la maîtrise des gouvernants sur la rumeur progresse. Ils ne se contentent plus de la craindre et d’y répondre. Ils s’essaient, en dépit de son caractère ondoyant et de ses possibles effets collatéraux, à la contrôler. L’expérience de la guerre civile a été précieuse : les improvisations de la guérilla partisane en termes de communication, fort prisées des historiens depuis une vingtaine d’années, sont plus que rodées à la génération suivante. Le prince est en position de définir l’information et d’agir sur elle dans une certaine mesure en autorisant sa circulation, voire en l’initiant. Présentant les allures d’une vérité énoncée par des agents soumis à l’autorité souveraine, dont ils se distinguent néanmoins prudemment, la rumeur agresse et rallie, se fait reconnaître et fédère dans l’ombre. Sans doute les nécessités de la vie politique ont-elles toujours voulu qu’il en soit ainsi mais l’époque, et c’est considérable, commence à se l’avouer.

  • 93 G. Buck, The History of King Richard the Third, A. Kincaid (éd.), Stroud, 1979. L’auteur est fortu (...)

49La portée de ces bruits dépasse de beaucoup les enjeux immédiats ; leur pouvoir de mystification fait longtemps ressentir ses effets. Ainsi, après plus d’un siècle de propagande Tudor et Stuart, l’antiquaire George Buck, redécouvrant l’acte du Parlement qui avait porté Richard III sur le trône, plaide à nouveau le bien-fondé des rumeurs et des allégations qui visaient son prédécesseur. Descendant d’un partisan du tyran tué à Bosworth, Buck fonde un courant révisionniste aux frontières de la folie douce qui reste vigoureux aujourd’hui93. Cet effort de réhabilitation prête d’autant plus à sourire dans notre pays, qui ignore la tradition du « what if ? », cette histoire alternative mieux attestée au Royaume-Uni. Il a cependant le mérite de mettre en lumière ces certitudes qui ont pu ébranler l’opinion publique médiévale : les frasques sexuelles d’Édouard sont une donnée bien établie, qui excède la simple anecdote ; la compromission de ses enfants est dans l’ordre des possibles ; les discours, formels ou non, qui suivent ce schéma sont pratiquement recevables.

50L’historien du politique doit donc toujours garder à l’esprit, à côté de la construction d’une réalité rationnelle, la logique également très opérante de la rumeur, c’est-à-dire celle d’un imaginaire raisonnable.

Notes

1 Guillaume Fillastre, Ausgewählte Werke. Mit einer Edition der Kreuzzugsbulle Pius’ II. « Ezechielis prophete », M. Prietzel (éd.), Stuttgart, 2003, p. 218. Allusion à un exemplum emprunté à Epictète.

2 S. Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) », Le Moyen Âge, 113 (2007), p. 309-334.

3 Une des définitions proposées par les organisatrices de ce colloque.

4 Cl. Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles à la fin du Moyen Âge, Paris, 1994, p. 157-177 ; « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24 (1993), p. 5-13. Citons aussi C. Beaune, « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles, op. cit., p. 191-203.

5 Ch. Ross, « Rumour, propaganda and popular opinion during the war of the Roses », Patronage, the Crown and the Provinces in Later Medieval England, R. A. Griffiths (dir.), Gloucester, 1981, p. 15-32.

6 The Paston Letters. A. D. 1422-1509, J. Gairdner (éd.), vol. V, Londres/Exeter, 1904, p. 35: « And we ne trust that ye shulde be of any suech disposicion toward us, as the rumour here renneth, consederyng the trust and affeccion we bere in yow. »

7 J. Kervyn de Lettenhove, « Une lettre inédite de Marie de Bourgogne et de Marguerite d’York à Louis XI », Bulletin de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, XXI, 1re partie (1854), p. 104-111. Sur l’incertitude qui pèse après Nancy, voir G. Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge. La seconde vie des rois, Paris, 2005, p. 324-326.

8 Voir P. M. Kendall, Louis XI, Paris, 1974, p. 135 et Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et Francesco Sforza, B. de Mandrot (éd.), Paris, 1919, t. II, p. 303-304.

9 Georges Chastellain, Œuvres, J. Kervyn de Lettenhove (éd.), Bruxelles, 1864, t. 5, chap. cvii, p. 90.

10 Ce dossier est largement servi par la plume de Thomas Basin qui dénonce scrupuleusement la scélératesse d’un Louis XI soudoyant les domestiques du duc de Guyenne pour empoisonner jour après jour un adversaire gênant. Il désigne les coupables qui ne seraient autres que le moine Jourdain Faure, abbé de Saint-Jean d’Angély, aumônier du duc et Henri de la Roche, son écuyer de cuisine, alimentant toutes les chroniques rédigées par les adversaires de Louis XI. Thomas Basin, Histoire de Louis XI, Ch. Samaran et M.-C. Garand (éd. et trad.), Paris, 1966, t. II (1470-1477), livre III, chap. xvi, p. 113-119.

11 Sur ce personnage, quelques titres soigneusement sélectionnés dans une bibliographie pléthorique et fort inégale : C. D. Ross, Richard III, Berkeley, 1981 ; R. Horrox, Richard III. A Study of Service, Cambridge, 1989; A. J. Pollard, Richard III and the Princes in the Tower, Gloucester, 1991; Richard III. A Medieval Kingship, J. Gillingham (dir.), New York, 1993.

12 Three Books of Polydore Vergil’s English History, Comprising the Reigns of Henry VI, Edward IV and Richard III, H. Ellis (éd.), Londres, 1844, p. 188-189: « But king Richard, delyveryd by this fact from his care and feare, kept the slaughter not long secret, who, within few days after, permyttyd the rumor of ther death to go abrode, to thintent (as we may well beleve) that after the people understoode no yssue male of king Edward to be now left alyve, they might with better mynde and good will beare and sustayne his government. »

13 La continuation de la Crowland Chronicle met en valeur le plaidoyer des conseillers du roi, Richard Ratcliffe et William Catesby, qui craignent que la mort récente de la reine, Anne Neville, ne soit interprétée comme un assassinat et qui développent l’argument de la dispense pontificale impossible. Le chroniqueur dénonce une attitude intéressée de leur part, eux qui redoutent la vengeance d’Élisabeth après le meurtre de son oncle maternel et de ses frères par ce clan (The Crowland Chronicle Continuations, 1459-1486, N. Pronay et J. Cox (éd.), Londres, 1986, p. 169-177). Vergil fait simplement allusion, de son côté, au rejet horrifié de l’offre par Élisabeth qui, rappelons-le, épousa quelque temps plus tard Henri VII Tudor – la femme de César ne doit même pas être soupçonnée (Vergil, op. cit., p. 212: « The king, thus lowsyd from the bond of matrimony, began to cast an eye upon Elyzabeth his nece, and to desyre hir in maryage; but because both the yowng lady hirself, and all others, did abhorre the wickednes so detestable, he determynyd therfor to do every thing by leysure, for so muche especially as he was overwhelmyd with pinching cares on every hand »).

14 Philippe de Commynes, Mémoires, J. Blanchard (éd.), Genève, 2007, t. I, 1, p. 5-6 : « [...] et que ainsi l’avoit fait publier partout et par especial a Bruges, ou hantent toutes nations estranges, par ung chevalier de Bourgongne appellé messire Olivier de la Marche. Pour lesquelles causes ledict Roy, soy trouvant chargé de ce cas contre vérité, comme il disoit, requeroit audict duc Philippe que ce messire Olivier de la Marche luy feust envoyé prisonnier a Paris, pour en faire la pugnition telle que le cas le requeroit. »

15 Olivier de la Marche, Mémoires, H. Beaune et J. D’Arbaumont (éd.), t. 3, Paris, 1885, p. 3.

16 Louis XI, très au fait des techniques de propagande, avait par exemple usé des services d’un prédicateur à gages en Normandie (Pierre Nicolas) pour inciter le peuple à rester loyal à son roi, il a peut-être ici transposé ses habitudes en territoire bourguignon. J. Favier, Louis XI, Paris, 2001, p. 311.

17 Dépêches des ambassadeurs milanais, op. cit., p. 353 : « Per ben dicesse parole aspere, pur le diceva cum più honestà che poteva. »

18 Pour le détail de ces prises de position, voir l’article de M. Prietzel, « Rumeurs, honneur et politique. L’affaire du bâtard de Rubempré (1464) », Publication du Centre Européen d’Études Bourguignonnes (XIVe-XVIe siècle), 48 (2008), p. 159-176, particulièrement p. 167-169.

19 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, p. 85.

20 Philippe de Commynes, op. cit., V, 13, p. 369.

21 Sur la rumeur de 1470, voir Recueil de pièces pour servir à l’histoire de Louis XI, C. Duclos (éd.), Paris, 1746, p. 360 sq. ; Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477), Inventar, W. Paravicini (éd.), Francfort, 1995, t. 1, p. 495 pour la liste des destinataires des lettres. Sur l’affaire de 1472 : Preuves des mémoires de Philippe de Commines, N. Lenglet du Fresnoy (éd.), Paris, 1747, p. 199-200.

22 Philippe de Commynes, op. cit., II, 7, p. 125.

23 G. A. Fine, « Rumeur, confiance et société civile. Mémoire collective et culture du jugement », Diogène, 213 (janv.-mars 2006), p. 3-22, ici p. 9.

24 Sur les degrés de véracité des bruits qui courent, voir, L. Degh, Legend and Belief ; Dialectics of a Folklore Genre, Bloomington, 2001.

25 Cette politique francophile était défendue à la cour de Bourgogne par les frères Antoine et Jean de Croÿ et leur neveu, Jean de Lannoy. R. Vaughan, Philip the Good, The Apogee of Burgundy, Woodbridge, 2002, p. 336-338.

26 Philippe de Commynes, op. cit., II, 1, p. 88-89.

27 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, p. 83.

28 Philippe de Commynes, op. cit., I, 5, p. 39.

29 Georges Chastellain, op. cit., t. 5, chap. cxii, p. 102.

30 Ibid., « Donc, quand ce vint le samedi à minuit, après que le duc estoit couché en son lit, abandonné de tout le monde, fors de son valet de chambre, Philippe Martin, dit à iceluy : que le matin bien tempre on fist ordonner ses sommiers et des offices touchant luy, de ses chevaux et de tout ce qui appartenoit au partement ; car s’en vouloit aller, et s’en iroit, à l’aide de Dieu, gésir à Saint-Pol. Et cela demoura secret à tout le monde, fors à ce seul Philippe. »

31 Ibid., t. 5, chap. cvii, p. 87.

32 Sur les ressorts de la mémoire collective, voir le commentaire de M. Halbwachs, « Les cadres sociaux de la mémoire », 1994 (1925), p. 141-142, dans J.-C. Marcel et L. Mucchielli, « Un fondement du lien social : la mémoire collective selon Maurice Halbwachs », Technologies. Idéologies. Pratiques. Revue d’anthropologie des connaissances, 13 (2) (1999) p. 63-88. Voir également, É. Lecuppre-Desjardin, « Cultures et idéologie urbaine dans les anciens Pays-Bas bourguignons. Réflexion sur la perception du temps », communication prononcée à l’Institut des Hautes Études de Belgique à Bruxelles, le 3 décembre 2008 (à paraître).

33 Le maire de Montegnée, Jean Dammehoude, et son fils Gilles furent arrêtés et décapités avec d’autres. Le complot échoua mais, en 1482, Louis de Bourbon succomba tout de même, sous l’épée de Guillaume de la Marck, alias le Sanglier des Ardennes, principal interlocuteur du roi de France qui lui accorda le titre de conseiller chambellan. Pour le détail de ce complot à plusieurs détentes, voir A. Marchandisse, « Une tentative d’assassinat du prince-évêque de Liège Louis de Bourbon par le roi de France Louis XI (1477) ? », Publication du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe siècle), 48 (2008), p. 177-193.

34 Pour cerner l’époque et le caractère, voir C. L. Scofield, The Life and Reign of Edward IV, 2 vol. , Londres, 1923, repr. 1967, à compléter par C. Ross, Edward IV, New Haven/Londres, rééd. 1997 et la synthèse très chronologique de H. Kleineke, Edward IV, Londres, 2008.

35 P. Hammond, « The illegitimate children of Edward IV », The Ricardian : Journal of the Richard III Society, 13 (2003), p. 229-233, établit qu’il faut en retenir au moins cinq, plutôt que les deux communément admis.

36 Commynes ignore le nom de la lady, mais pointe du doigt très astucieusement Robert Stillington, évêque de Bath et Wells, comme origine du stratagème (Philippe de Commynes, op. cit., p. 481). Les autres chroniques contemporaines ou légèrement postérieures (Dominic Mancini, la continuation de la Crowland Chronicle et la Great Chronicle of London) ont bien compris la démonstration des putschistes. Vergil est encore le plus complet [Dominic Mancini, The Usurpation of Richard III, C. A. J. Armstrong (éd. et trad.), Stroud, 1989, p. 95-101; The Crowland Chronicle Continuations, op. cit., p. 159-161; The Great Chronicle of London, A. H. Thomas, I. D. Thornley (éd.), réimpr. Gloucester, 1983, p. 231-232; Polydore Vergil, op. cit., p. 183-187]. Thomas More prend, lui, le temps de réfuter l’histoire du mariage secret d’Édouard et de celle qu’il croit s’appeler Élisabeth Lucy [The Complete Works of St. Thomas More, Volume 2: The History of King Richard III, R. Sylvester (éd.), New Haven/Londres, 1963, p. 66-68]. Dans un style grandiloquent, les rôles du Parlement tenu à l’initiative du futur Richard III fustigent la perversion de tout ordre politique depuis que le défunt monarque et son épouse supposée ont vécu dans le péché et l’adultère, Édouard s’étant auparavant engagé auprès d’Eleanor Butler, fille du comte de Shrewsbury [Rotuli Parliamentorum ; ut et Petitiones, et Placita in Parliamento, VI, J. Strachey (éd.), Londres, 1780, p. 240-242]. Sur cette dernière et le contexte sulfureux de la dénonciation, H. A. Kelly, « The case against Edward IV’s marriage and offspring: secrecy, witchcraft; precontract », The Ricardian: Journal of the Richard III Society, 11 (1998), p. 326-335 et J. Ashdown-Hill, « Edward IV’s uncrowned queen: the Lady Eleanor Talbot, Lady Butler », ibid., 11 (1997), p. 166-190.

37 Citation tirée de F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 170.

38 P. Champion, Louis XI, Paris, 1978, p. 90.

39 Sur Jean Coustain, voir R. Vaughan, op. cit., p. 343-344. Sur Baudouin de Bourgogne, voir J.-M. Cauchies, « Baudouin de Bourgogne (v. 1446-1508), bâtard, militaire et diplomate. Une carrière exemplaire ? », Revue du Nord, t. LXXVII (avril-juin 1995), p. 257-281.

40 Sur la réaction face à ce crime contre nature dans les Pays-Bas, voir M. Boone, « “Le tres fort, vilain et détestable criesme et pechié de zodomie” : homosexualité et répression à Bruges pendant la période bourguignonne (fin XIVe-début XVIe siècle) », Beleid en Bestuur in de Oude Nederlanden. Liber Amicorum Prof. Dr. M. Baelde, H. Soly et R. Vermeir (éd.), Gand, 1993, p. 1-17.

41 BnF, ms. fr. 5041, f° 184, 185, cité par Cauchies, op. cit., p. 263.

42 H. Dubois, Charles le Téméraire, Paris, 2004, p. 256.

43 J. Chiffoleau, « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du XIIe au XVe siècle », Annales ESC, 45 (1990), p. 289-324.

44 Sur les critères de vérité dans le récit : B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 129-148. Sur la croyance médiévale : J. Wirth, « La naissance du concept de croyance », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, XLIV(1983), p. 7-58.

45 A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, 1988, p. 145-150.

46 Henri de Merica, De Cladibus Leodiensium, Documents relatifs aux troubles du pays de Liége sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Horne, 1455-1505, P.F.X. de Ram (éd.), Bruxelles, 1844, chap. xi, p. 148-149. Parmi de nombreuses sources, voici le rapport figurant dans les Mémoires de Jacques Du Clercq, Collection des chroniques nationales françaises, J. A. Buchon (éd.), Paris, 1826, t. XV, chap. xlvii, p. 51 : « Voilà le fils de vostre duc, le faux trahistre, le comte de Charollois, lequel le roy de Franche a fait ou fera pendre comme il est là pendu ; il se disoit fils de vostre duc, mais il estoit villain bastard, et fust changié en anfance au fils du seigneur de Renisberghe, nostre evesque : cuidoit-il ruer le roy de Franche ? »

47 Fine, op. cit., p. 9.

48 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, 1982, p. 105-107 : « En fait l’usage du langage, c’est-à-dire aussi bien la manière que la matière du discours, dépend de la position sociale du locuteur qui commande l’accès qu’il peut avoir à la langue de l’institution, à la parole orthodoxe légitime. »

49 J. Dabin, « La politique française à Liège au XVe siècle », Bulletin de l’institut archéologique liégeois, 43 (1913), p. 114-175, particulièrement, p. 104.

50 Thomas Basin, op. cit., livre IV, chap. xiv, p. 222 : « et quod de hoc ipse certior erat factus ».

51 Georges Chastellain, op. cit, t. III, p. 365 sq., dénonce ces pratiques.

52 Pour Thomas Basin, Louis XI ne cesse d’envoyer des lettres pour retourner les Liégeois contre le duc de Bourgogne : « Car le roi avait, par plusieurs envoyés et par ses lettres, travaillé les Liégeois et les avait excités aux armes contre le duc de Bourgogne », Thomas Basin, op. cit., livre II, chap. viii, p. 214.

53 Les mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, R. Chalon (éd.), Mons, 1842, t. II, p. 86-87.

54 Sur cette question voir É. Lecuppre-Desjardin, « Procession et propagande à Valenciennes en 1472. L’intégration des cultes locaux dans la construction de l’image princière. », Revue du Nord (Mélanges Bernard Delmaire), no 356-357, t. 86 (juillet-décembre 2004), p. 757-770.

55 Guillaume Fillastre reprend cette dénonciation royale dans le préambule de son discours prononcé devant Louis XI en janvier 1465 : « Et que plus est, non content ancoyre de ce mondit seigneur de Charolois, il a fait ces paroles et charges preschier en sermon publique au peuple par un prescheur en la ville de Bruges », Guillaume Fillastre, op. cit., p. 208.

56 Voir Recueil de pièces pour servir à l’histoire de Louis XI, op. cit., p. 360 sq. et Briefwechsel Karls des Kühnen, t. 1, p. 495. On y voit la liste de tous les destinataires de ces lettres.

57 Philippe de Commynes, op. cit., III, 9, p. 215 : « Ledit duc fort désperé de ceste mort et enhorté par aulcuns dolens de ceste mort, escripvit lettres a plusieurs villes a la charge du Roy. »

58 Voir sur ce point Favier, op. cit., chap. xxxii, qui explique notamment qu’un chroniqueur comme Jean de Roye, au lendemain de la mort de Louis XI, se fait l’écho des rumeurs de la rue pour dresser un portrait des plus sévères du roi de France.

59 Comme le résume Prietzel, « Rumeurs, honneur et politique », op. cit., p. 163, le bâtard lors de son interrogatoire a affirmé qu’il venait de Montfort en Hollande où il avait rendu visite à sa cousine, tandis que ses deux compagnons ont prétendu qu’ils arrivaient directement de Picardie.

60 Les protagonistes prétendent s’être rendus en Hollande pour s’emparer du vice-chancelier de Bretagne, Jean de Rouville. Sur les détails de ce projet et son absurdité : ibid.

61 Dominic Mancini, op. cit., p. 116, dilue de manière intéressante la figure du prédicateur en une multiplicité d’ecclésiastiques corrompus par le terrible Protecteur, l’anonymat collectif renouant en quelque sorte avec le mécanisme de la rumeur : « Nam predicatores divini verbi ita corrupit, ut in sacris ad populum concionibus dicere non erubescerent contra fas et omnem religionem Eduardi prolem protinus esse extirpandam ; quia nec ille fuisset legitimus rex nec eius proles esset futura. » La Great Chronicle of London, op. cit., p. 231, est la plus diserte, puisque l’homme de l’art est un parent du lord maire, dont le nom préside aux événements de l’année, « doctor RauffShaa brothyr unto this mayer ». Polydore Vergil, op. cit., p. 183, a bien saisi la séquence, comme d’habitude, là où Thomas More, op. cit., p. 66, fusionne les accusations de Shaw et de Buckingham.

62 The Great Chronicle of London, op. cit., p. 232.

63 Un auteur parle de « quantités effrayantes et inouïes d’hommes en armes venus du Nord, du Pays de Galles et d’autres régions » : The Crowland Chronicle Continuations, op. cit., p. 159. Polydore Vergil, op. cit., p. 186, avance le chiffre de 5 000 hommes du Yorkshire.

64 Fine, op. cit., p. 3-22.

65 The Great Chronicle of London, op. cit., p. 232: « The which sermon soo dyscontentid the more party of that audience, that, where the said doctor Shaa before dayes was accomptid moost ffamous & moost allowyed In the comon peplys meyndys, he afftyr this daye was lytill Reputid or Regardyd according to the honour that he In days passid was, and ovyr that he dayly hard of the obprobrious reportys which of hym Ran thorw the land of that sermon making, that he took such a Remors & conceyt Inwardly, that he nevyr prosperid afftyr, But ffyll Into a consumpcion & lastly soo dyed. »

66 Chez Polydore Vergil, op. cit., p. 183, Richard est l’inspirateur direct du discours, quitte à s’en démarquer.

67 Guillaume Fillastre, op. cit., p. 32-38. Voir sur ce point Prietzel, « Rumeurs, honneur et politique », op. cit.

68 Philippe de Commynes, op. cit., I, 1, p. 5. « Et parla ledit Morvilliers fort arrogamment, disant que ledict conte de Charroloys avoit faict prendre, luy estant en Hollande, ung petit navyre de guerre parti de Diepe, auquel estoit ung bastard de Rubempré, et l’avoit faict emprisonner, luy donnât charge qu’il estoit la venu pour le prendre... » Sur l’utilisation réglée de la parole des princes lors de cette ambassade et de manière générale à la fin du Moyen Âge, voir É. Lecuppre-Desjardin, « “Et le prince respondit de par sa bouche”. Princely Speech Habits in Europe at the Time of Charles the Bold », J. Deploige et G. Deneckere (dir.), Mystifying the Monarch. Studies on Discourse, Power and History, Amsterdam, 2006, p. 55-64.

69 Thomas Basin, op. cit., t. I, chap. xxv, p. 149.

70 Guillaume Fillastre, op. cit., p. 226.

71 Dépêches des ambassadeurs milanais, t. 2, Paris, 1919, p. 353.

72 Philippe de Commynes, op. cit., II, 1, p. 87, résume assez bien la politique du roi de France en ces lieux : « Ainsi se passèrent plusieurs années que le duc de Bourgogne avoit guerre chascun an avec les Liégeois. Quant lez roy le veoit empesché, il essaioit à faire quelque nouveaulté contre les Bretons, en faisant quelque peu de confort aux Liégeois. Tantost ledit duc de Bourgogne se tournoit vers luy pour secourir ses aliés ou eulx mesmes faisoient quelque traictié ou quelque treve. »

73 Ibid., II, 7, p. 125.

74 Ibid., II, 7, p. 123.

75 Ibid., II, 12, p. 144-149.

76 Fine, op. cit.

77 John Benet’s Chronicle for the Years 1400 to 1462, G. L. et M. A. Harriss (éd.), Londres, 1972, p. 216: « Et in crastino sancti Mathie apostoli tractus suspensus et quartizatus fuit quidam apprenticius de curia olim de hospicio le Grey qui homo vocabatur Johannes Helton’, qui fecit Billas dicentes quod Edwardus princeps non fuit filius regine set ante mortem suam omnia hec recusavit. »

78 An English Chronicle of the Reigns of Richard II, Henry IV, Henry V and Henry VI Written before the Year 1471, J. S. Davies (éd.), réimpr. New York/Londres, 1968, p. 79: « The quene was defamed and desclaundered, that he that was called Prince, was nat hir sone, but a bastard goten in avoutry »; Robert Bale’s Chronicle, R. Flenley (éd.), Six Town Chronicles of England, Oxford, 1911, p. 141: « Of whoos birth the peple spake strangely. »

79 F. Madden, « Political poems of the reigns of Henry VI and Edward IV », Archaeologia, 29 (1842), p. 318-347, ici p. 332: « M for Marche, trewe in euery tryalle,/Drawen by discrecion that worthy and wise is,/Conseived in wedlok, and comyn of blode ryalle,/Joynyng vnto vertu, excludyng alle vises. »

80 Le rapport d’un observateur milanais tend à souligner la part prise par Clarence dans cette manouvre : « Pare ch’el conte de Verruich, quale e uno possente et gran signore in quello paese, havendo data una sua figliola per moglie al duca di Clarenza, fratello del re de Inghilterra, ha facta una certa inventiva con dire che prefato Re di Inghilterra e bastardo, ne a lui pertiene la corona et la signoria, ma che de directo et debitamente perviene al prefato duca di Clarenza. Et con divulgare et spandere questa fama per el paese, ha facta esso conte de Verruich insieme con prefato duca, suo genero, una gran radunata et grosso exercito, a fine de privare prelibato Re de Inghilterra de la corona et signoria et fare Re et signore esso duca de Clarenza » (lettre de Sforza de Bettini au duc de Milan, envoyée d’Amboise le 8 août 1469, éditée par J. Calmette et G. Périnelle, Louis XI et l’Angleterre : 1461-1483, Paris, 1930, p. 306-307).

81 Rotuli Parliamentorum, VI, op. cit., p. 193-194: « [Clarence] published and saide, that the Kyng oure Sovereigne Lorde was a Bastard, and not begotten to reigne upon us. »

82 Philippe de Commynes, op. cit., p. 278 : « Et en disant ces parolles, pour cuyder complaire au Roy, ledict Loys de Ceville commença à contrefaire le duc de Bourgongne et a frapper du pied contre terre et a jurer Sainct George, et qu’il appelloit le roy d’Angleterre Blaybourgne, filz d’un archier qui portoit son nom, et toutes les mocqueries que en ce monde il estoit possible dire de hommé. » Il demeure impossible de distinguer le Téméraire de son imitateur dans cette parodie qui fit beaucoup rire le roi de France.

83 Dominic Mancini, op. cit., p. 74 : « Mater enim in tantam vesaniam prolapsa est, ut in publicam questionem se offeret, asserertque, Eduardum non ex marito suo duce Eboracensium sibi conceptum sed adulterio quesitum, proptereaque regali culmine minime dignum. »

84 Polydore Vergil, op. cit., p. 184-185: « Cecyly king Edwards mother, as ys before sayd, being falsely accusyd of adultery, complanyd afterward in sundry places to right many noble men, wherof soome yeat lyve, of that great injury which hir soon Richard had doon hir. But Richard, whan his mother was thus openly defamyd as an adultress, and a slander publysshyd upon Edward his brother, was no whit ashamyd, as he owght to have bene, but, rejoysing that a matter was boltyd owt in the face of the world wherby he sought to make aparent to all men that he had good right to the realme, returnyd into the toure with a royal trane, as thowe he had bene of the magistrates proclamyd king. »

85 Mathieu d’Escouchy, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, 1863-1864, 3 vol. , t. II, p. 403-404 : « Et au regard de ce que vous avez parlé touchant l’alée du prévost des maréchaulx au pais de Liege et des alliances que le Roy a contendu y trouver contre mondit Sr. De Bourgogne [...] il ne sera pas trouvé que le dit prévost des maréchaulx eust oncques charge de par le Roy de besongnier avec ceulx dudit pais de Liege pour ladite matière, mais y est allé pour aucunes choses qui touchoient le fait de justice et l’onneur du Roy, à cause de certaines parolles qu’on disoit avoir été dites et semées par le seigneur de Camois, anglois, qui lors estoit oudit pais de Liege [...]. »

86 Sur ce goût de l’imposture, voir Lecuppre, L’imposture politique, op. cit. Sur cette rumeur, voir la Chronique d’Adrien d’Oudenbosch, C. de Borman (éd.), Liège, 1902, p. 126 et 131.

87 Adrien d’Oudenbosch, op. cit., p. 253 et Dabin, op. cit., p. 156-157.

88 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du religieux de Saint-Denis, Paris, 2002, p. 195-196.

89 D. Iogna-Prat, « Ordre(s) », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (éd.), Paris, 1999, p. 845-860.

90 Ces informations se trouvent dans P. Murray Kendall, op. cit., p. 282.

91 Sur ces accidents implicites de l’ordre dynastique, voir G. Lecuppre, « L’oncle usurpateur à la fin du Moyen Âge », M. Aurell (dir.), Déchirures familiales : les conflits intra-familiaux au Moyen Âge (à paraître).

92 Cité dans Q. Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, 2001, p. 350.

93 G. Buck, The History of King Richard the Third, A. Kincaid (éd.), Stroud, 1979. L’auteur est fortuitement mort en pleine démence en 1622 !

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540