Version classiqueVersion mobile

La rumeur au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Deuxième partie. La rumeur dans les pratiques de gouvernement

La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles

Nicole Brocard

Texte intégral

  • 1 Les Chroniques de Besançon calligraphiées par Hugues Deschamps au XVIe siècle seront les principal (...)
  • 2 Le terme de « murmure » est employé en 1451-1454 comme synonyme des « propos » tenus par le peuple (...)
  • 3 Ce constat est également celui de C. Beaune, « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », (...)

1Les témoignages écrits relatifs à la propagation des nouvelles – Chroniques de Besançon1, comptes de messageries, registres de délibérations municipales série BB – mettent en évidence la tenue de propos variant entre le ragot calomnieux et une information orale largement diffusée, souvent affolante et considérée comme vraie. Les « murmures2 » se focalisaient aussi bien sur les épidémies, les séditions que sur les tremblements de terre ou les signes du ciel. Ainsi, la rumeur répondit le plus souvent au besoin d’expliquer l’inexplicable3. Nourrissant les croyances d’un groupe tout en en étant le fruit, elle entrait dans le temps merveilleux de la punition de Dieu pour les péchés des hommes. Susceptible de semer le désordre, elle put être considérée comme un poison infectant un lieu ou déstabilisant une microsociété voire une région entière. Elle accusait et menaçait.

  • 4 Ainsi, à propos des rumeurs lancées contre les Juifs, le châtelain de Chillon s’adressa-t-il au co (...)
  • 5 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, 2006, p. 245.
  • 6 N. Brocard, « De la marginalité à l’exclusion dans les villes du comté de Bourgogne et à Besançon (...)

2Les pouvoirs publics adoptèrent à son égard une position ambiguë. Ils n’hésitèrent pas à la fois à s’en inquiéter, à la relayer, à la diffuser à des fins politiques, tout en voulant contrôler la véracité de l’information qui circulait. Tel fut le cas des rumeurs lancées contre les Juifs en 13484. Il résulta, comme l’écrit J.-P. Leguay, qu’elles furent « un terreau favorable aux « hayneulx »5, terreau qui stigmatisa des groupes sociaux différents, les marginalisa et les exclut6. Elles se développèrent dans un contexte politique et social fragilisé, où les populations vivaient en référence à un passé idéalisé qui contrastait avec un présent diabolisé – pestes, guerres – et un avenir sombre. La rumeur exprima à cet égard les errements, les angoisses diffuses ou les frustrations du groupe qui la propageait.

Vocabulaire de la rumeur et propagation des nouvelles

  • 7 Voir J.-N. Kapferer, Rumeurs, le plus vieux média du monde, chap. 1, Un phénomène fuyant, Paris, 1 (...)
  • 8 . Beaune, op. cit., p. 192.

3Déchiffrer le sens caché de la rumeur par l’analyse du champ lexical des sources permet de mettre au jour quelques caractéristiques du système de croyances dont elle était l’expression7. Jamais, en ce qui concerne Besançon et le comté de Bourgogne, les écrits n’utilisèrent le terme « rumeur ». Ils nous présentent plutôt l’idée d’une propagation rapide et rampante de nouvelles jugées vraies ou crédibles. Ce constat est également celui de C. Beaune dans son étude sur la rumeur dans le journal du Bourgeois de Paris8.

  • 9 . C. Beaune présente la rumeur « comme une parole sans auteur », ibid., p. 192.
  • 10 B.M. Besançon, Registre de délibérations municipales, BB 10 f° 51.
  • 11 Cl. Gauvard, « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles, op. ci (...)
  • 12 B.M. Besançon, BB 2, f° 157, 26 mars 1493.
  • 13 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 77 v°.
  • 14 Arch. dép. Doubs, B 108 ; P. Gresser, Calamités et maux naturels en Franche-Comté aux XIVe et XVe (...)

4Les sources bisontines usent de termes impersonnels et imprécis pour évoquer les bruits qui courent9. L’emploi de pronoms personnels ou indéfinis – « ils » ou « on » – fut privilégié dans les registres de délibérations municipales comme le montre cet exemple concernant un médecin étranger à Besançon. Les co-gouverneurs affirmèrent à son propos : « il s’est entremis a gouverner et mediciner plusieurs malaides [...], tellement que, comme l’on dit, plusieurs en sont mors [...]10. » Ainsi, le monde officiel propagea et utilisa les rumeurs pour gouverner. Cl. Gauvard souligne que des expressions comme « on dit que » et « on rapporte que » sont utilisées dans les prises de décisions des échevins11. L’approximation qui ressort de l’emploi du « on » ou du « il » est renforcée à Besançon par l’usage fréquent de l’expression « on ne scet »12, qui jamais pourtant ne remit en cause la véracité de la nouvelle répandue. En témoignent les Chroniques de Besançon, qui accusèrent les prêtres et les barbiers d’avoir voulu empoisonner la population à une époque incertaine : « Soit noté que du temps d’une grande peste qui fust en la cité de Besancon, il ne scay bonnement si ce fust du temps de celle cy [1348], l’on s’apperceut que les prebstres, les barbiers [...], avoient composé une gresse entre laquelle ilz mettoient de la putrefaction [...]13. » L’imprécision chronologique relevée dans cette mention est renforcée par l’utilisation courante de termes comme « autreffois » sans plus de précision ou d’expressions comme « sont environ x années ». L’emploi des approximations participa à donner une dimension mythique à l’événement raconté. À noter que la rumeur ne traita pas l’espace de la même manière que la durée. Les lieux nommés, identifiables concrètement, donnaient un caractère bien réel à l’information et accentuaient l’angoisse en période de crise ou de grand’peur14.

  • 15 B.M. Besançon, BB 5, 1451-1454, f° 2 r°.
  • 16 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 107 v°, « Afin que vous sachiés tout le mal que ce feug feist [...], i (...)
  • 17 Ibid., f° 109 v°. À propos de la menace turque, le franciscain frère Nicolas Amant « prescha en l’ (...)
  • 18 Ibid., f° 93 v°.
  • 19 Ibid, f° 101 r°.

5Nullement abstraite, la rumeur, dont l’effet sonore apparaît dans les sources, peut se définir encore comme un ensemble de « murmures »15, de « bruits confus de voix » suscitant ou exprimant un mécontentement vif ou/et une peur panique. Les verbes de locution, de connaissance et d’adresse – « dire », « parler », « proférer », « savoir »16, « entendre » et « ouïr » – insistent sur cette idée. La rumeur plongeait également dans l’univers de l’insécurité, de la trahison, de la manipulation et de la désinformation tout en propageant des informations vécues comme vraies. Le vocabulaire de l’injure et du « cri » employé le montre17. La force des propos était accrue par toute une rhétorique d’accumulation et d’amplification avec l’emploi répété, dans les Chroniques de Besançon, d’expressions comme « tellement que », « si grant18 » ou de mots comme « merveilles ». En temps de guerre, les ennemis se démultipliaient, « pour un François, il y avoit deux mille Tursqs19 ».

  • 20 Ibid., f° 100 v°.
  • 21 B.M. Besançon, BB 5 1451-1454 f° 2 r°.
  • 22 É. Clerc, « Une sédition dans la cité impériale de Besançon », Revue franc-comtoise, 1844, p. 6.
  • 23 Arch. dép. Doubs, B 108.
  • 24 Arch. dép. Jura, 128 H 2.
  • 25 Arch. dép. Doubs, B 108. « Si des personnes difformes, anormales, porteuses des symptômes de peste (...)
  • 26 B.M. Besançon, BB 4, f° 97 v° : 15 avril 1448 : condamnation d’Étienne Vincent pour avoir accusé l (...)
  • 27 Arch. dép. Jura, 128 H 2. Il s’agit ici d’une rumeur autour du décès d’une femme, brutalement piét (...)
  • 28 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 123 v°.
  • 29 Ibid., f° 123 v°.

6La rumeur dénonçait l’autre, indistinctement : « le Paien », « l’armee turquoise »20, « le menu peuple »21, des gens « de petit estat et renommee »22, les Juifs23, les marginaux, les pauvres24 ou encore « nulles gens contrefait25 ». Elle se chargeait de fantasmes qui tournaient autour du thème de l’empoisonnement26, de la menace contre la Chrétienté ou de la mort contre nature27. Elle soudait la communauté qui la diffusait ou la recevait. Naissant de l’incompréhensible, elle proposait une vision manichéenne du monde où le Mal était rejeté hors de soi ou hors du groupe. Elle annonçait de nombreux malheurs à venir comme le montre cette ritournelle extraite des Chroniques de Besançon et rapportant ces vers « d’ung tres vieux et tres antique exemplaire28 » : « L’on dict pieça que Langres se arda et que Dijon par Suzon perira/Aussi dict-on que Basle au Rhin cherra/Et Besançon des siens trahi sera./Mauldictz soient ceux par qui il adviendra29. »

7Liée au présent immédiat ou à un passé plus ou moins lointain, la rumeur tentait de prévoir l’avenir et guettait les signes de fin des temps et du Jugement de Dieu. En liaison avec un monde oppressant, elle induisait des narrations sur le mode eschatologique et dénonçait les crimes et les complots.

Rumeurs, poison, complot et séditions

  • 30 F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 173.
  • 31 Cette rumeur prend les caractères établis par Kapferer, op. cit., p. 29 et 35 : elle exprime « un (...)
  • 32 Voir J. Delumeau, La peur en Occident, Paris, 1978.
  • 33 La première mention de Juifs en Savoie date de 1254, ce qui correspond aux persécutions contre les (...)
  • 34 Lons-le-Saunier, Jura.
  • 35 Arch. dép. Doubs, B 108.
  • 36 Arch. dép. Doubs, B 108 ; B121 (Fondremand 1348) ; B 127 (Gray 1348-49) ; B 151 (Vesoul 1348-49). (...)
  • 37 Arch. dép. Doubs, B 151.
  • 38 L’ordre d’empoisonner toute la Chrétienté serait parti de Tolède.
  • 39 Balavigny, après avoir ratifié ses aveux, « dit qu’il devait y avoir du basilic dans ce poison, pa (...)
  • 40 Ibid., « Item, Jocet, juif demeurant à Châtel, ayant été mis un petit moment à la question, confess (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 A. M. Costa de Beauregard, « Notes et documents sur la condition des Juifs de Savoie dans les sièc (...)
  • 43 C. Guinzburg, Le sabbat des sorcières, Paris, 1992, p 77 ; Collard, op. cit., p. 174.
  • 44 N. Brocard, « Exclusion des ladres à Besançon au XVe siècle », L’exclusion au Moyen Âge, N. Gonthi (...)
  • 45 N. Brocard, « De la marginalité à l’exclusion », op. cit., p. 206-242
  • 46 Arch. dép. Jura, 128 H 2. Une autre mention de ce texte fait état d’un témoignage qui repose sur l (...)
  • 47 Clerc, op. cit., p. 6.

8Plus qu’aucun autre événement, l’arrivée de la peste de 1348 occupa une place centrale dans la diffusion de la rumeur de complot. Fondée sur une série de stéréotypes anciens et récurrents qui gravitaient autour de la hantise de l’empoisonnement, elle stigmatisa en 1348 dans le comté de Bourgogne, comme partout dans l’Occident chrétien, la conspiration perpétrée pour le compte des Infidèles par les Juifs et leurs suppôts30. La source des bruits n’est pas mentionnée mais la rapidité de la diffusion et l’appropriation par le groupe des propos diffusés sont visibles31. Les autorités tentèrent de les canaliser en nourrissant au passage leurs écrits des fantasmes colportés32. Dans le comté de Bourgogne, la rumeur d’un complot vénéneux organisé depuis la Savoie proche et, plus précisément, depuis Chambéry se répandit33. Un certain Jean de Chambéry fut arrêté à Arbois, pour avoir « emposenez les poïs de Dole, de la Loie et de la Fertey [...], et disoit que Juys de Laon le Sanier34 avoient bailliez les esposons35 ». Ce même homme de connivence avec des Juifs du comté fut soupçonné d’avoir jeté des poudres dans les puits et fontaines de Poligny. Pour faire face à ce complot et « faire savir ledit emposenement36 », le lieutenant du bailli Renaud de Pupillin expédia plusieurs missives le 30 mai 1348 dans lesquelles, outre les Juifs, les êtres difformes furent dénoncés : « que nulles gens contrefait trespassant passoient par Quingey, que il fussent pris. » La nouvelle ainsi transmise prit l’allure d’une information et d’une révélation qui poussa à l’action : les Juifs de Vesoul, Fondremand et Gray furent emprisonnés, pour « savoir la veritei des poudres que l’on disoit qu’il avoient jetei aux poix et fontainnes37 ». Si l’origine de la nouvelle ne fut pas précisée, elle connut une amplification liée au vaste espace géographique où elle se répandit. Le même type de récit sur les Juifs et leur collusion avec le monde musulman circulait sur les rives du Léman et se diffusait jusqu’aux bords du Rhin et au-delà. Dans une lettre adressée en septembre 1348 par le châtelain de Chillon au conseil de ville de Strasbourg, il fut rapporté qu’un certain Balavigny, chirurgien juif domicilié à Thonon et détenu à Chillon, confessa avoir reçu d’un domestique de son coreligionnaire maître Jacob, dit des Pâques, originaire de Tolède et demeurant à Chambéry38, une poudre corrompante39, avec une lettre lui intimant de la jeter dans la fontaine la plus grande et la plus fréquentée, pour empoisonner l’ensemble de la population. Un autre Juif de Chambéry, le rabbin Rubi Peyret, fut soupçonné d’avoir voulu envenimer la région de Châtel en direction de Vevey40 et même de... Venise41. Les récits répandus provoquèrent un déchaînement de violences contre des victimes boucs émissaires aux allures sacrificielles42. L’hostilité populaire entretenue par la rumeur trouva un accueil favorable auprès des officiers locaux dont la répression, souvent officieuse, reçut à son tour l’aval du pouvoir princier. Les faits décrits ci-dessus rejoignent l’analyse de C. Guinzburg et de F. Collard sur la croyance en une multiplicité des relais susceptibles de participer à la destruction de la Chrétienté43. Les Juifs étaient, selon la rumeur, à la tête d’une effroyable coalition venimeuse qui manifestait la présence du Malin dans le monde et entraînait derrière elle divers agents dont la corruption était apparente : pauvres contrefaits et lépreux. D’ailleurs, le phénomène de délation concernant ces derniers sembla prendre, au XVe siècle, des proportions singulières dans les années de crises et d’épidémies : souvent, la mise en quarantaine des pestiférés s’accompagna d’ordonnances contre les étrangers et de mesures pour l’éviction des ladres ; tel fut le cas à Besançon en 1493, 1494, 1497, 150444. La dénonciation des pauvres, vus comme des semeurs de désordre, brillant par leur impiété lors des aumônes dont ils bénéficiaient, s’accentua à la fin du XVe siècle45. Elle s’appuyait sur des témoignages indirects donnés pour vrais : « Et le dit savoir de son pere qu’il estoit des eschevins [...] qui avoit charge de aydier a donner la donne46. » Les bruits coururent que les pauvres rentraient dans un jeu de transgression sociale (vol-viol-encanaillement). Le doute s’accrut à la fin du Moyen Âge face à « tous gens de petit estat et renommee47 ».

  • 48 B.M. Besançon, BB 10, f° 55.
  • 49 J.-P. Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 245.
  • 50 Collard, op. cit., p. 271.
  • 51 B.M. Besançon, BB 4, f° 97 v°.
  • 52 Ibid., f° 127 v°.
  • 53 « Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque (...)
  • 54 « Chenailles, excommuniés, vous n’estes pas digne qu’on parloit a vous ! », telles sont les injure (...)

9Il est vrai que le menu peuple, vu par les élites comme traître à sa communauté, prononçait fréquemment selon elles des « paroles séditieuses » déstabilisantes pour la société tout entière. C’est pourquoi Jean Primet fut puni, en 1505, pour s’être insurgé contre les ordonnances des co-gouverneurs de Besançon concernant « la mortalité ». « Il disoit qu’il y avoit un droit pour les petiz et ung droit pour les grands48. » De tels « péchés de langue49 » valaient le bannissement pour un crime prenant l’allure de poisons de propagande. Ils infectaient l’opinion, sapaient l’autorité et la fama des notables tout en compromettant l’ordre public50. En 1448, un certain Étienne Vincent proféra l’accusation en plusieurs lieux que les habitants de Besançon voulaient intoxiquer l’archevêque, le doyen du chapitre, Jean Vincent son frère, chanoine de Besançon et conseiller du duc de Bourgogne51. Ces ragots considérés comme calomnieux entraient dans un jeu de règlement de comptes politiques. En 1448, Philibert Chavelot, receveur de la cire de l’archevêque, traita les habitants de Besançon de « chiens excommuniés52 », reprenant ainsi le vocabulaire propre à l’Apocalypse53, pour les assimiler à des traîtres et des menteurs. La même année, Jehan Chaignard fut condamné pour les mêmes paroles criées depuis le pilori54.

  • 55 Clerc, op. cit., p. 3-4.
  • 56 B.M. Besançon, BB 5 f° 2 v°.
  • 57 Ibid., f° 36.
  • 58 Beaune, op. cit., p. 194.
  • 59 B.M. Besançon, BB 5, f° 63 v° et 64 r°.
  • 60 Clerc, op. cit., p. 5-7.
  • 61 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 104 v°.

10Le contexte bisontin était alors troublé. Les co-gouverneurs, en raison de la guerre des écorcheurs qui sévissait dans le Pays de Montbéliard et de la menace qui pesait sur Besançon, firent raser le village, le château et l’église de Bregille, qui appartenaient aux archevêques. Indigné, le prélat Quentin Ménard en appela au pape, à l’empereur, à la cour des ducs de Bourgogne. La ville fut condamnée à relever la forteresse et le village. Une indemnité de 6 000 fr. fut accordée à l’archevêque et les co-gouverneurs furent contraints de jeter une contribution sur la ville55. L’annonce de cette taxe provoqua des réactions de contestation et de rejet. Dès lors « le commun de Besançon commença a tous jours et plus fort murmurer et s’assembloient par ladite ville souventeffois et comme chascun jour par copple, VI, VIII, XII, XX, XXX, aucune foys plus, aucune foys moins, et en leur complaingnant disoient plus communement, qu’ilz n’en paieroient riens dudit impost56 ». Les nouvelles qui enflèrent s’accompagnèrent de rassemblements nocturnes et « grant crierie et grant commotion57 ». Leur propagation par les femmes, peu compétentes en matière politique, qui les recueillaient sur les places publiques, constitua pour un certain nombre de contemporains, la preuve de l’inexactitude des propos colportés et de la bêtise de ceux qui y adhéraient58. Il ne s’agissait plus d’une rumeur qui courait et diffusait une pseudo-vérité mais d’un commérage défini par l’identité des locutrices privées de crédibilité. Un certain Jean Fort de Bras, de Fondremand, barbier à Besançon, témoigna, qu’étant absent de Besançon, « ne savoit rien de ladite commotion, jusqu’à ce que des bonnes femmes venans du marchied dudit Besançon ly dirent qu’il y avoit de bonne nouvelles audit Besançon, car l’on avait osté et mis au neant les gabelles et aydes [...] et dit que bon peuple se commença a assembler et a murmurer contre les anciens gouverneurs [...]59 ». Un certain Jean Boisot, batteur d’or, échauffa la foule par ses discours où il attaqua les riches, les gouverneurs, les notables et incita à placer le gouvernement dans les mains du peuple qui, à la Chandeleur 1451, pénétra à grands cris dans « l’ostel consistorial » et procéda à une nouvelle élection : quatorze co-gouverneurs furent nommés, parmi lesquels Jean Boisot et ses amis, tous gens, rapporta un témoin, « de petit estat et renommee ». Une partie des anciens co-gouverneurs se tint cachée, une autre fuit et ceux qui furent pris furent emprisonnés60. Les maisons des plus fortunés furent livrées au peuple. La révolte, conséquence des rumeurs et des « murmures », proposa un contre-projet face au monde hiérarchique du pouvoir, de ses cérémonies officielles et de sa discipline quotidienne. Mais brisée, elle suggéra au-delà du préjudice matériel, le dommage moral qu’encourut la communauté. La rumeur toucha l’honneur urbain et affecta celui des co-gouverneurs. Les Chroniques de Besançon rédigées au XVIe siècle diffusèrent encore l’idée que cette sédition fut l’œuvre de « pauvres et meschant gens, car celuy qui cryoit le plus fort et le plus hault, ilz disoient que c’estoit bien dict et hardiement parlé [...] toutes gens infames61. »

Rumeur et eschatologie

  • 62 Voir D. Crouzet, « Sur la signification eschatologique des “canards” (France, milieu XVe-milieu XV (...)
  • 63 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 78 r°.

11Expressions des angoisses et des aspirations d’une société bouleversée par la guerre, le désordre, les épidémies et les famines, les rumeurs propagèrent couramment un discours prophétique oscillant entre espoir et désespoir. Si Dieu, pensait-on, dans son courroux infligeait des tourments en raison des fautes humaines62, il pouvait également se montrer miséricordieux en se rangeant du côté des victimes et en ne permettant pas que les ennemis des Chrétiens leur imposassent des souffrances. À Besançon, à l’occasion de la rumeur accusant prêtres et barbiers de mettre « de la putrefaction qu’ilz recueilloient des bosses decoulantes, [et qui] frott[oient] les portes des bonnes maisons », « Dieu permit qu’on s’en apperceut, de maniere qu’ilz furent prins et saisyz puys apres ars et bruslez tous vifz en la place de Sainct Quantin63 ».

  • 64 D. Crouzet, op. cit., p. 29.
  • 65 Luc, 21, 11.
  • 66 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 80 v°. Gresser, op. cit., p. 193. « L’an mil trois cens cinquante six, (...)

12« La nouvelle [...] tend [...] à exister à la croisée du passé, du présent et du futur [...] Elle n’est pas [...] une narration factuelle, elle est aussi un mouvement de l’histoire à venir, une annonce », écrit D. Crouzet64. Conformément aux paroles de saint Luc, les rumeurs informaient des signes de la fin des temps et suscitaient la vigilance du groupe. L’évangéliste prévient : « Il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel65. » En 1356, les secousses telluriques qui touchèrent Besançon lors du tremblement de terre de Bâle, justement le jour de la saint Luc, entraient dans le schéma de cette prédiction. Elles déclenchèrent une peur panique accentuée par une rumeur visible encore dans les Chroniques de Besançon au XVIe siècle. Le tremblement y fut décrit « si fier et si groz » qu’il provoqua fuite et grands cris, « tellement que c’estoit grosse misere66 ». La relation effrayante de cet événement deux siècles plus tard s’accompagne encore de bruits, de clameurs et d’effets sonores qui ajoutent à l’angoisse propagée pour les temps à venir.

  • 67 Crouzet, op. cit., p. 29.
  • 68 Voir P. Rocher, Calcul des circonstances de l’éclipse totale du soleil du 16 mars 1485, Paris, Ins (...)
  • 69 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 117 v°-118 r°. Gresser, op. cit., p. 31.
  • 70 Pierre Despotot fut un co-gouveneur de la ville de Besançon ; il écrivit en 1608 un recueil « sur (...)
  • 71 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 101 v°. Gresser, op. cit., p. 31.
  • 72 Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, op. cit., p. 69.

13Les signes s’accumulèrent. Pensant leur destin scellé et leur fin proche, les Bisontins, d’après les Chroniques d’Hugues Deschamps au XVIe siècle, scrutèrent le ciel, observèrent les éclipses, propagèrent une « culture de la faute humaine67 ». Ainsi, s’appuyant sur un fait réel daté du 16 mars 148568, « envyron vers les quatre heures apres midy, il se feit ung eclypse du soleil qui dura demie heure, de sorte qu’on ne voyoit chose du monde », le chroniqueur Hugues Deschamps transmit encore au siècle suivant la rumeur merveilleuse du phénomène étrange que « les oyseaux volant en l’air tomboient a bas69 ». À ce prodige qu’il gardait en mémoire et qui fut rapporté encore un siècle plus tard par P. Despotot70, s’ajoutait la relation d’une sécheresse et d’une tempête (1385) qui « rua » « trois grandes et grosses colonnes ou jaidis l’on adoroit les ydoles » « en la montaigne de sainct Etienne » « que fust grande merveille tant en la cité que riere le comté de Bourgoingne71 ». Toutes ces catastrophes, comme le signale J.-P. Leguay, « sont évoquées par des critères suggestifs qui insistent sur l’exception, le surnaturel72 ».

  • 73 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 118 r° et 118 v°. « D’ung boutefeug qui fust puny [...] selon la loi e (...)
  • 74 La même année à Besançon, Vuillemin Boban allume des feux d’amour illicite. Il est accusé « de her (...)
  • 75 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 120 v°.
  • 76 Ibid., f° 78 v°.
  • 77 B.M. Besançon, ms. 1020, « Chronique des origines à 1493 », f° 98 ; D. Billamboz, Les chroniques m (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 « Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Ét (...)
  • 80 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 78 v°.
  • 81 Voir J. Viénot, Histoire de la Réforme dans le Pays de Montbéliard depuis son origine jusqu’à la m (...)

14Si le ciel n’était jamais serein et si les éléments se déchaînaient selon la volonté divine, le feu, considéré lui aussi comme un signe, n’épargna pas non plus les hommes. Toutes ses représentations ont, à des degrés divers, partie liée avec les feux de l’enfer. Instrument criminogène, imputable à des malintentionnés73, il entretint les fantasmes et les rumeurs. Ainsi, Henriette de Crans, accusée de sorcellerie en 1434 fut condamnée à être brûlée vive au lieu de Chamars pour avoir fait « rostir » des enfants en « son hostel » et provoqué des corruptions susceptibles de ronger le corps social74. Le feu, d’après les chroniques d’Hugues Deschamps, agissait comme le diable ou comme un animal : « il se lance en la rue », « il saute », « il consomme », « ne se tient pas coy75 ». Il fut évoqué par des critères suggestifs qui insistèrent sur le prodigieux. À la précision de certains détails, se mêla une accumulation de faits totalement imaginaires reçus comme vrais, car entrant en résonance avec les Écritures. Des versions différentes rapportées postérieurement de l’incendie de la mi-carême 1350 témoignent des multiples ragots et des nombreuses rumeurs qui circulèrent et provoquèrent la frayeur. Le responsable fut, selon les sources, tantôt un chanoine76, tantôt une chambrière77, pour laquelle la rumeur fit état d’une possible et incertaine condamnation au bûcher : « [...] et ne fust jamais nouvelles de ladicte servante sinon qu’il fut dict qu’elle avoit esté jettee dedans le feux78. » Besançon, telle Sodome et Gomorrhe79, fut réduite en cendres. L’événement provoquait encore l’effroi aux siècles suivants. La cathédrale Saint-Étienne et le cloître furent « ars », il ne resta rien du clocher et « le metal des cloches couroit tout le contreval de la montaigne ». Les flammes détruisirent « tous les draps et ornemenz d’Eglise80 » et « consumèrent l’église Saint-André et Notre-Dame ». La représentation dramatique de ce malheur qui survint en temps de pénitence était corrélative, sous la plume d’Hugues Deschamps, de la croyance en une corruption grandissante par le péché, alors que les idées de la Réforme se répandaient. En 1525, Érasme écrivit de Rotterdam : « À Montbéliard, Farel a été appelé à prêcher l’Évangile : son succès est merveilleux. » Deux ans plus tard, l’archevêque de Besançon excommunia l’ensemble des habitants de la ville81.

  • 82 Leguay, Vivre en ville, op. cit., p. 245.
  • 83 Crouzet, op. cit., p. 26.
  • 84 B.M. Besançon, BB 2, f° 120 r° : 1479 « Claude James de Montluez en Bresse accusé [...] que enviro (...)
  • 85 Ibid., f° 113 r° : 1479 « Guiot Bobillot de Moncel pres de Montaigu, accusé [...] de [...] orrible (...)
  • 86 Ibid., f° 119 r° 1479 : « Pierre l’Artisien de Cambray accusé [...] au fait [...] que [...], puis (...)
  • 87 Apocalypse de Jean, 6, 4 : « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr (...)
  • 88 B.M. Besançon, BB 9, f° 72, 1493/94.
  • 89 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 103 r° : « Le bruit courut que l’on avoit bruslé ledict frere Vincent. (...)
  • 90 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 103 r°.
  • 91 Cl. Gauvard, « Qu’est ce que l’opinion avant l’invention de l’imprimerie », L’opinion, information (...)
  • 92 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 109 r°.
  • 93 Ibid., f° 110 r°.
  • 94 Le fils de Philippe le Hardi, Jean de Nevers, échappa à la mort, mais ses sujets durent payer une (...)
  • 95 Hugolin Folain, chanoine de Saint-Jean de Besançon, était l’ami de François Condulmer, neveu du pa (...)
  • 96 L’intérêt du duc pour l’Orient, revivifié par son mariage avec Isabelle de Portugal, sœur d’Henri (...)
  • 97 Delobette, op. cit., p. 141.

15La vox populi eut donc besoin d’un contexte structurel pour se développer, « un contexte général favorisant, selon J.-P. Leguay, l’information parallèle ou souterraine82 ». La nouvelle transmise fut un signe mais ce qui importa le plus, ce fut l’explication du signe même83. La dimension panique fut nourrie par les Écritures et particulièrement par les révélations de Jean. Alors que pêle-mêle étaient transmises les nouvelles de bandes incontrôlées ou de brigands qui semaient la terreur et répandaient la désolation84, les accusations d’hérésie85, de crimes sexuels86, la crainte des fins dernières se diffusèrent87. Les rumeurs coururent sur « certains Allemands, compaignons de guerre88 ». Les dangers furent perçus plus vivement au passage des flagellants et des prédicateurs. Les chroniques relatèrent leur arrivée à Besançon, en 1417, à la fin du grand schisme, à la suite « d’ung Jacopin qui se nommoit frere Vincent ». Ce dernier « menoit en sa compagnie soixante deux disciples, tous habillez comme des hermites » ; le bruit courut ensuite que Vincent Ferrier mourut sur le bûcher89. La chronique ajouta : « Ce bruit estoit faux car ce frere Vincent n’estoit autre que sainct Vincent Ferrier, lequel fut bien grand sainct et fut canonisé par la saincte Eglise90. » Les ordres mendiants servirent de relais pour former l’opinion et diffuser les nouvelles91. Les franciscains, frère Nicolas Amant et Pierre de Arnay prêchèrent lors de la chute de Constantinople à Besançon « la descente du Grand Turq qui tiroit avec infinie puissance a l’encontre de la Chrétientée92 ». Ils firent crier « Misericorde », sonner les Ave Maria et la foule assemblée, près de deux mille personnes, d’après la Chronique, « feit si grands cris [...] que l’on l’oyst beaucoup par dela la porte de Charmont93 ». Depuis longtemps déjà, la capitale byzantine paraissait condamnée. La Chronique fit déjà état pour 1387 de la menace qui pesait sur le royaume de Hongrie avec l’arrivée de « six cens mille Turcqz ». Ce péril entra en résonnance avec le sixième fléau de l’Apocalypse et l’annonce de l’extermination du tiers de l’humanité. Le choc de la défaite du duc-comte de Bourgogne à Nicopolis (139694) ajouta à la peur ; la participation à la croisade pontificale du chanoine métropolitain Hugolin Folain, un demi siècle plus tard95, conduisit à penser de façon courante que les Infidèles entraîneraient avec eux tout l’Occident dans la géhenne avec l’aide de suppôts de Satan qu’étaient les pauvres, les sorciers, les Juifs. À Besançon, les chanoines n’ignoraient pas les préparatifs initiés par le duc Philippe le Bon qui faisait figure de champion de l’Occident96. En 1454-55, ils adressaient « au Ciel des supplications publiques pour obtenir la protection de Dieu sur [la croisade] du Prince97 ». Sembla commencer alors l’attente des fins dernières nourrie des rumeurs les plus folles.

  • 98 Crouzet, op. cit., p. 42.

16« À la fin du Xve siècle, écrit D. Crouzet, la nouvelle participe d’une appréhension de l’entrée de l’humanité dans un inconnu de corruptions et de péchés, dans une autre histoire98. »

17Le contexte troublé des XIVe et XVe siècles constitua un terreau fertile pour la naissance de rumeurs basées sur l’incompréhension et la peur ; les pouvoirs publics, tout en les dénonçant, n’hésitèrent pas à les utiliser. Durant les périodes de frayeur exacerbée, comme celle de 1348, elles servirent à prévenir du danger tout en soulignant la marque du complot et l’action funeste de « l’autre » qu’il fallait chasser et exclure. En effet, face à une crise inexplicable, désigner un coupable, c’était trouver la cause du mal, donc faire un pas vers sa résorption. Les coupables potentiels furent toujours les mêmes : les étrangers, les pauvres, les marginaux, les Juifs et les Infidèles. S’appuyant sur des faits réels, les rumeurs puisèrent dans l’Ancien et le Nouveau Testament les clés d’une réponse qui séduisit par la simplification de la compréhension du monde qui était donnée et qui renvoyait à l’annonce de la fin des Temps et à l’idée de chaos. Si elles contribuèrent à entretenir la crainte et à accroître la psychose, elles furent également des véhicules de cohésion sociale, permettant de libérer l’anxiété du groupe qui les propageait. Mais surtout, elles furent récurrentes, s’éteignirent provisoirement et naquirent à nouveau selon un même schéma. On gardait certaines parties d’une histoire, d’une rumeur et on se servait des éléments marquants pour fabriquer une autre histoire qui lui ressemblait en tout. Les accusations portées envers les lépreux en 1321, les Juifs en 1348 et les sorciers autour des années 1434-1438 furent les mêmes. Dans ces trois cas, les rumeurs portèrent sur la trahison et l’idée de poison.

  • 99 M. Bloch, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Mélanges Historiqu (...)

« Une fausse nouvelle, écrivait Marc Bloch, n’est fortuite qu’en apparence, ou plus précisément tout ce qu’il y a de fortuit en elle, c’est l’incident initial, absolument quelconque, qui déclenche le travail des imaginations ; mais cette mise en branle n’a lieu que parce que les imaginations sont déjà préparées et fermentent sourdement99 ».

Notes

1 Les Chroniques de Besançon calligraphiées par Hugues Deschamps au XVIe siècle seront les principales utilisées. B.M. Besançon, ms. 1017.

2 Le terme de « murmure » est employé en 1451-1454 comme synonyme des « propos » tenus par le peuple de Besançon, peu avant la sédition qui toucha la ville. Arch. dép. Doubs, BB 5 1451-1454.

3 Ce constat est également celui de C. Beaune, « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 191-203, ici p. 193.

4 Ainsi, à propos des rumeurs lancées contre les Juifs, le châtelain de Chillon s’adressa-t-il au conseil de Strasbourg, pour « connaître les confessions des Juifs et les preuves » et faire « savoir, par les présentes [...] que les Bernois [reçurent] copie exacte des enquêtes et des confessions des Juifs [...] d’avoir mis du poison dans [les] fontaines et plusieurs autres lieux ». Lettre du châtelain de Chillon adressée au Conseil de la ville de Strasbourg, trad. P. Bridel, « Procès des Juifs à Chillon (1348) », Etrennes helvétiennes, t. XIII, Lausanne, 1831, p 82-88.

5 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, 2006, p. 245.

6 N. Brocard, « De la marginalité à l’exclusion dans les villes du comté de Bourgogne et à Besançon au XVe siècle », La Franche-Comté à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance (1450-1550), P. Delsalle et L. Delobette (dir.), Besançon, 2003, p. 206-242.

7 Voir J.-N. Kapferer, Rumeurs, le plus vieux média du monde, chap. 1, Un phénomène fuyant, Paris, 1990, p. 10-30.

8 . Beaune, op. cit., p. 192.

9 . C. Beaune présente la rumeur « comme une parole sans auteur », ibid., p. 192.

10 B.M. Besançon, Registre de délibérations municipales, BB 10 f° 51.

11 Cl. Gauvard, « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles, op. cit., p. 157-177, ici p. 165.

12 B.M. Besançon, BB 2, f° 157, 26 mars 1493.

13 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 77 v°.

14 Arch. dép. Doubs, B 108 ; P. Gresser, Calamités et maux naturels en Franche-Comté aux XIVe et XVe siècles, Besançon, 2008, p. 193.

15 B.M. Besançon, BB 5, 1451-1454, f° 2 r°.

16 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 107 v°, « Afin que vous sachiés tout le mal que ce feug feist [...], il n’y laissa rien du monde ».

17 Ibid., f° 109 v°. À propos de la menace turque, le franciscain frère Nicolas Amant « prescha en l’hostel de ville ou par quatre fois, il feist crier “Misericorde” et feist le peuple si grands cris ».

18 Ibid., f° 93 v°.

19 Ibid, f° 101 r°.

20 Ibid., f° 100 v°.

21 B.M. Besançon, BB 5 1451-1454 f° 2 r°.

22 É. Clerc, « Une sédition dans la cité impériale de Besançon », Revue franc-comtoise, 1844, p. 6.

23 Arch. dép. Doubs, B 108.

24 Arch. dép. Jura, 128 H 2.

25 Arch. dép. Doubs, B 108. « Si des personnes difformes, anormales, porteuses des symptômes de peste traversent le bourg de Quingey il faut les arrêter. » Gresser, op. cit, p. 195.

26 B.M. Besançon, BB 4, f° 97 v° : 15 avril 1448 : condamnation d’Étienne Vincent pour avoir accusé les habitants de Besançon de vouloir empoisonner l’archevêque, le doyen du chapitre Jean Vincent, son frère, chanoine de Besançon et conseiller du duc de Bourgogne.

27 Arch. dép. Jura, 128 H 2. Il s’agit ici d’une rumeur autour du décès d’une femme, brutalement piétinée par la foule alors qu’elle demandait l’aumône.

28 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 123 v°.

29 Ibid., f° 123 v°.

30 F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 173.

31 Cette rumeur prend les caractères établis par Kapferer, op. cit., p. 29 et 35 : elle exprime « un phénomène [...] défini par son processus de diffusion en chaîne et son contenu ».

32 Voir J. Delumeau, La peur en Occident, Paris, 1978.

33 La première mention de Juifs en Savoie date de 1254, ce qui correspond aux persécutions contre les Juifs du Dauphiné et du royaume de France. Au XIVe siècle, les communautés juives savoyardes continuent à être alimentées par une immigration importante et lointaine (Angleterre, France, Allemagne). T. Bardelle, Juden in einem Transit-und Brückenland. Studien zur Geschichte der Juden in Savoyen-Piémont bis zum Ende der Herrschaft Amedeus VIII., Hanovre, 1998 ; 1 vol. , XII-395 p. 21-66.

34 Lons-le-Saunier, Jura.

35 Arch. dép. Doubs, B 108.

36 Arch. dép. Doubs, B 108 ; B121 (Fondremand 1348) ; B 127 (Gray 1348-49) ; B 151 (Vesoul 1348-49). À Vesoul, mention est faite de la présence de « IIIIxx que Juifs que Juives que petiz ainfans [...] en la prison Monseigneur le Duc ».

37 Arch. dép. Doubs, B 151.

38 L’ordre d’empoisonner toute la Chrétienté serait parti de Tolède.

39 Balavigny, après avoir ratifié ses aveux, « dit qu’il devait y avoir du basilic dans ce poison, parce qu’une telle drogue ne peut se faire sans basilic ; qu’il l’avait entendu dire et qu’il en était certain ». Lettre du châtelain de Chillon adressée au Conseil de la ville de Strasbourg, trad. Bridel, op. cit., p. 82-88.

40 Ibid., « Item, Jocet, juif demeurant à Châtel, ayant été mis un petit moment à la question, confesse en présence de plusieurs gens dignes de foi, qu’il y a environ quatorze semaines, Rubi Peyret, maître des juifs de Chambéry, lui remit près de sa maison du poison, de la grosseur d’un poing, dans un sachet de toile, percé dans quelques endroits, et que lui tira du dit sachet une poudre noire, et qu’après l’avoir renfermée dans un grand cornet de papier, il la déposa près d’une tour dans une fontaine, à moitié chemin de Vevey à Châtel, à laquelle boivent tous les passants ».

41 Ibid.

42 A. M. Costa de Beauregard, « Notes et documents sur la condition des Juifs de Savoie dans les siècles du Moyen Âge », Mémoires de l’Académie royale de Savoie, II (1854), p. 101. R. Girard, La violence et le sacré, Paris, 1972, p. 149.

43 C. Guinzburg, Le sabbat des sorcières, Paris, 1992, p 77 ; Collard, op. cit., p. 174.

44 N. Brocard, « Exclusion des ladres à Besançon au XVe siècle », L’exclusion au Moyen Âge, N. Gonthier (dir.), Cahiers du Centre d’Histoire Médiévale, 4 (2007), p. 79-106.

45 N. Brocard, « De la marginalité à l’exclusion », op. cit., p. 206-242

46 Arch. dép. Jura, 128 H 2. Une autre mention de ce texte fait état d’un témoignage qui repose sur le on-dit : « Il a veu venir grant multitude de gens povres, riches, viez, jeunes, femmes grosses en donnant et distribuant laquelle donne ; et [...] il a eue si grant presse que l’on passoit par dessus lesdites personnes, tellement que [...] disoit l’on iceulx estre mors. »

47 Clerc, op. cit., p. 6.

48 B.M. Besançon, BB 10, f° 55.

49 J.-P. Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 245.

50 Collard, op. cit., p. 271.

51 B.M. Besançon, BB 4, f° 97 v°.

52 Ibid., f° 127 v°.

53 « Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! », Apocalypse 22, 15.

54 « Chenailles, excommuniés, vous n’estes pas digne qu’on parloit a vous ! », telles sont les injures proférées. B.M. Besançon, BB 4 f° 121 v°.

55 Clerc, op. cit., p. 3-4.

56 B.M. Besançon, BB 5 f° 2 v°.

57 Ibid., f° 36.

58 Beaune, op. cit., p. 194.

59 B.M. Besançon, BB 5, f° 63 v° et 64 r°.

60 Clerc, op. cit., p. 5-7.

61 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 104 v°.

62 Voir D. Crouzet, « Sur la signification eschatologique des “canards” (France, milieu XVe-milieu XVIe siècle », Rumeurs et nouvelles au temps de la Renaissance, M.-Th. Jones-Davies (dir.), Paris, 1997, p. 25-45.

63 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 78 r°.

64 D. Crouzet, op. cit., p. 29.

65 Luc, 21, 11.

66 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 80 v°. Gresser, op. cit., p. 193. « L’an mil trois cens cinquante six, il fit groz tremblement de terre à Basle, qu’une rue estant derriere Nostre Dame cheut la plupart dedans le Rhin. Aussi fist-il en Bourgogne de fasson que la plus grosse tour du chastel de Montron cheut bas. Et fust ce le jour de la sainct Luc environ l’heure du disner. Aussi sembloit-il proprement que les aysemens des rateliers se batissent l’ung l’autre ; enfin toutesfois cela s’appaisa, mais sur l’heure de coucher, il recommença pis que devant de maniere que le pauvre peuple comme tout esperdu s’en fuyoit hors des maisons. La tour de Vaitte de Besançon en plusieurs endroictz en fut toute rompue et tempestée », « Aucunes choses memorables, lesquelles se sont passées anciennement riere la cité de Besançon ».

67 Crouzet, op. cit., p. 29.

68 Voir P. Rocher, Calcul des circonstances de l’éclipse totale du soleil du 16 mars 1485, Paris, Institut de mécanique Céleste et de Calculs d’Ephémérides. Observatoire de Paris, Bureau des Longitudes, UNR 8028 du CNRS, 6 février 2006. Cité par Gresser, op. cit., p. 32-33. Le chroniqueur donne la date du 7 mars.

69 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 117 v°-118 r°. Gresser, op. cit., p. 31.

70 Pierre Despotot fut un co-gouveneur de la ville de Besançon ; il écrivit en 1608 un recueil « sur plusieurs choses mémorables appartenant à la cité, selon le temps où elles sont arrivées ».

71 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 101 v°. Gresser, op. cit., p. 31.

72 Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, op. cit., p. 69.

73 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 118 r° et 118 v°. « D’ung boutefeug qui fust puny [...] selon la loi escripte contre les incendiaires. »

74 La même année à Besançon, Vuillemin Boban allume des feux d’amour illicite. Il est accusé « de heresie, sortileges et invocations de dyables ». « Par plusieurs fois [fut], pourtez led. Vuillemin sur l’aigue pour avoir et decepvoir femme tant mariees que non mariees », B.M. Besançon, BB2, f° 112 v.

75 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 120 v°.

76 Ibid., f° 78 v°.

77 B.M. Besançon, ms. 1020, « Chronique des origines à 1493 », f° 98 ; D. Billamboz, Les chroniques médiévales bisontines en langue française, mémoire de maîtrise, Besançon, 1971, p. 96.

78 Ibid.

79 « Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel », Genèse 19 : 24.

80 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 78 v°.

81 Voir J. Viénot, Histoire de la Réforme dans le Pays de Montbéliard depuis son origine jusqu’à la mort de P. Toussain (1524-1573), Montbéliard, 1900.

82 Leguay, Vivre en ville, op. cit., p. 245.

83 Crouzet, op. cit., p. 26.

84 B.M. Besançon, BB 2, f° 120 r° : 1479 « Claude James de Montluez en Bresse accusé [...] que environ Pasques flories darrain passé, iccellui accusé, ensemble certains autres ses complices, satalites comme brigans et larrons, s’estoient transportés es Pays de Savoye et par emprinse de long temps faite entre eux et conspirée, s’estoient tirez [...] par nuyt, a estre heure et tant en traïson comme aussi par force publique, a bastons, armes emolues et arbelestes tendues, comme brigans [...] » et « Guiot Saicleot de Naisey, laboureur, accusé [...] estre explorateur de grans chemins et sur iceulx grans chemins avoir destroussé des marchans et aussi qu’icellui accusé, puis certain temps en ça, avoit commis et perpetré plusieurs divers larrecins et qu’il avoit esté present au faire certain murtre et en avoit eu sa part du butain dudit murtre [...] ».

85 Ibid., f° 113 r° : 1479 « Guiot Bobillot de Moncel pres de Montaigu, accusé [...] de [...] orribles et detestables malvaistiés et crimes de heresie, esquelx il est par pluseurs fois rencheuz » ; f° 110 r° : 1384 « Jehan dit Loys des Marches dever Ainnalx, clers presens en l’aby de hermite a haut, longue barbe, liquelx par ledit inquisiteur fut pris et accuseiz seur les articles de la foy, liquelx de sa voluntey confessit estre et avoir esté de l’ordre des Tullepins de Paris et que il estoit sodomites, heretiques, vadois, ypocrites, destereux de mors pour en composer poure a decevoir les femes et pluseurs autres erreurs, confessa avoir fait et commises la presence de ces que dessus ».

86 Ibid., f° 119 r° 1479 : « Pierre l’Artisien de Cambray accusé [...] au fait [...] que [...], puis certain temps en ça par pluseurs foys et reiterées en ceste cité, avoit commis et perpetré dampnablement le pechié execrable de sodomye. »

87 Apocalypse de Jean, 6, 4 : « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » ; ibid., 6, 12 « je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang [...]. »

88 B.M. Besançon, BB 9, f° 72, 1493/94.

89 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 103 r° : « Le bruit courut que l’on avoit bruslé ledict frere Vincent. »

90 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 103 r°.

91 Cl. Gauvard, « Qu’est ce que l’opinion avant l’invention de l’imprimerie », L’opinion, information, rumeur, propagande, Rendez-vous de l’Histoire, Blois, 2007, p. 34.

92 B.M. Besançon, ms. 1017, f° 109 r°.

93 Ibid., f° 110 r°.

94 Le fils de Philippe le Hardi, Jean de Nevers, échappa à la mort, mais ses sujets durent payer une rançon exorbitante de 200 000 florins. Participait également à cette croisade l’amiral Jean de Vienne.

95 Hugolin Folain, chanoine de Saint-Jean de Besançon, était l’ami de François Condulmer, neveu du pape Eugène IV. A. Castan, « Notice sur Hugolin Folain, doyen du chapitre métropolitain et vice-amiral du pape Calixte III », Besançon, Mémoires de la société d’Émulation du Doubs, t. IX (1864), p. 119 sq.

96 L’intérêt du duc pour l’Orient, revivifié par son mariage avec Isabelle de Portugal, sœur d’Henri le Navigateur, est soutenu à la cour par une littérature chevaleresque et des traités de croisade produits en abondance. L. Delobette, « Ac fuit in cruciata conra Turcos. Besançon, Rome, Constantinople : itinéraire du chanoine Hugolain Folain », La Franche-Comté à la charnière du Moyen âge, op. cit., p. 141.

97 Delobette, op. cit., p. 141.

98 Crouzet, op. cit., p. 42.

99 M. Bloch, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Mélanges Historiques, t. I, Paris, EHESS, 1983, p. 54.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search