Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques et danses dans l’Antiquité

 | 
Marie-Hélène Delavaud-Roux

Résumés classés par auteur et par ordre alphabétique

Texte intégral

Annie Bélis – Les mouvements des musiciens dans l’Antiquité

1Les musiciens professionnels, en récital ou en concours, cédaient-ils à leur seule impulsion en se laissant entraîner au mouvement par les airs qu’ils étaient eux-mêmes en train de jouer ? L’esthétique musicale de l’Antiquité n’était-elle qu’auditive, ou bien comportait-elle aussi une part de spectacle visuel ? Si oui, sous quelles formes et dans quelles limites ? L’excellence des prestations se jugeait non seulement par la beauté de la musique vocale ou instrumentale, mais aussi par l’élégance et le raffinement de la gestuelle, dans laquelle toute la parure ordonnée des musiciens, leur κόσμος, était impliquée. Telle était la κίνησις propre aux musiciens, pendant leurs déplacements, en montant sur leur estrade, et pendant qu’ils y officiaient. Torse, pieds, jambes, poignets, visage et nuque, chaque partie du corps est mise en mouvement au moment approprié, de façon appropriée, et avec l’ampleur appropriée. Cependant ces mouvements ne pouvaient jamais aller jusqu’à la danse en raison de l’étroitesse du bèma sur lequel s’installait l’instrumentiste.

Marie-Hélène Delavaud-Roux – Rythmes, musiques et danses dans les vers 209 à 220 des Grenouilles d’Aristophane

2Reconstitution chorégraphique du début de la parodos du chœur des grenouilles, en utilisant les travaux de Cécile Corbel-Morana dans sa thèse de doctorat sur Le bestiaire d’Aristophane (par exemple l’idée que les grenouilles se prennent pour des cygnes), l’enregistrement du texte réalisé par Philippe Brunet (nous avons appris ainsi à bien dire le texte) mais en faisant aussi appel à des hypothèses personnelles : le chœur des grenouilles est à la fois chargé du chant et de la danse, tout en portant un masque en plâtre (réalisé par nos soins) même si la danse ainsi conçue est particulièrement essoufflante ; la chorégraphie utilise la métrique du texte pour la traduire en deux rythmes (2/4 et 6/8) ; elle prend ses distances avec les reconstitutions de Germaine Prudhommeau, trop inspirées par la danse classique et utilise en partie la gestuelle propre au kômos puisque les grenouilles disent aux vers 215-218 chanter un kômos en l’honneur de Dionysos Nyséien.

Sibylle Emerit – Un métier polyvalent de l’Égypte ancienne : le danseur instrumentiste

3Dans l’Égypte ancienne, le musicien est souvent un artiste polyvalent capable à la fois de chanter, jouer d’un instrument et même de danser. L’étude du vocabulaire de la musique et de la danse révèle en effet que les cloisons entre ces deux formes artistiques sont rarement étanches dans cette civilisation, ce que vient également confirmer l’analyse de l’iconographie.

Bertrand Lançon – Le chant, arme défensive et offensive des chrétiens de l’Antiquité tardive

4Les sources grecques et latines des premiers siècles de notre ère indiquent que les chrétiens, d’abord rétifs à la musique, adoptèrent progressivement le chant. Ils en firent une expression privilégiée de la prière, mais aussi du dogme et de la force collective. Hérétique ou antihérétique, le chant se fait polémique. Il est en outre une défense contre toute forme d’adversité. Son rôle devient considérable dans la christianisation, à partir du IVe siècle. On y décèle aussi un rôle éminent de l’unisson, dont l’interprétation est riche d’enseignements sur la culture chrétienne occidentale dans l’Antiquité tardive.

Emmanuel Lascoux – Vers une théorie du phrasé : l’expérience de la double direction mélo-rythmique en grec ancien

5Et si le temps poétique de la langue grecque, loin d’une simple linéarité métrique équipolente, n’était que l’autre dimension d’un espace-temps rythmique, incurvé en paysages mélodiques où se meuvent des personnages rythmiques ? Ritournelle impossible à boucler, livrée aux inflexions innombrables de la variation entre mélos et ruthmos, la cadence grecque inviterait, dès l’hexamètre homérique, (et grâces lui soient toujours rendues pour cela au moins), à remodeler thesis et arsis en fonction de leur matériau phonique certes, mais aussi de leur distribution tonale, accusant parfois l’écart entre temps dit « fort » et temps dit « faible », mais l’annulant plus souvent encore, et forçant la voix à le repenser en actes. Car il semble de plus en plus difficile de continuer à parler de la Vox graeca sans en faire entendre les évidences, et les problèmes.

Anna Lazou – Le caractère diachronique du dionysiaque

6Recherches des traces philosophiques, esthétiques et thérapeutiques de la culture dionysiaque dans le monde contemporain pour la mise en scène de spectacles, tel Nekyia, the Primordial (Archetypal) Journey, qui utilise plusieurs éléments de l’Odyssée. La mise en scène intègre des éléments de danses traditionnelles mais aussi de danse et de théâtre grec antique, en combinaison avec des techniques contemporaines de théâtre corporel, en utilisant les travaux des spécialistes de ces questions.

Audren Le Coz – Danse et factions dans l’Empire chrétien : les danseurs ejmmavloi dans la Chronographie de Malalas

7L’intervention pourrait tourner autour de l’évocation par Malalas des danseurs emmaloi offerts par le consul Longin aux quatre factions de Constantinople sous le règne de Zénon (474-491) : leur rôle dans les jeux du cirque, qui sont-ils (on trouve mention d’un des quatre danseurs, Caramallos, Sidoine Apollinaire) ? Bénéficient-ils d’une reconnaissance particulière ? Etc. Je tâcherai de trouver dans la chronique d’autres endroits (s’il en existe) où les danseurs sont évoqués, afin de voir quel traitement Malalas, auteur chrétien, leur accorde. Cela permettrait d’évoquer un peu la place de la danse dans un empire christianisé et donc plutôt hostile à des pratiques héritées du paganisme, dans le cadre des jeux du cirque, puisque c’est là que les danseurs se produisent.

Frederick G. Naerebout – Quelle contribution l’épigraphie grecque apporte-t-elle à l’étude de la danse antique ?

8La majeure partie des travaux sur la danse grecque antique n’utilise pas ou peu les sources épigraphiques. Ce constat permet à l’auteur, après une étude historiographique du sujet qui montre que les travaux les plus récents s’intéressent à cette question, d’expliquer les apports de l’épigraphie dans l’étude de la danse grecque. Ils permettent essentiellement d’éclairer le contexte religieux de la danse ainsi que son organisation matérielle.

Paloma Otaola – L’ethos des rythmes dans la théorie musicale grecque

9Les Grecs, notamment les Pythagoriciens, se sont intéressés aux multiples vertus de la musique pour agir sur les émotions et sur l’âme humaine. Cette capacité qui se dégage de la musique en fonction des gammes mélodiques ou harmoniai, mais aussi en fonction des rythmes constitue l’ethos de chaque musique. Les philosophes ont établi différentes classifications des mélodies selon leur ethos. Beaucoup plus connu que celui des rythmes, l’ethos des formules mélodiques a marqué la pensée musicale occidentale depuis l’antiquité jusqu’à la Renaissance. Chez Platon et chez Aristote, on trouve de nombreuses allusions aux effets qui découlent du rythme, mais sans les classer selon leur ethos. Aristide Quintilien, en revanche, est l’auteur qui donne le plus d’informations sur la valeur éthique des rythmes. L’objectif de cette communication est donc de présenter la théorie de l’ethos attribué aux rythmes d’après les textes des philosophes et des théoriciens grecs.

Janika Päll – Les odes monostrophiques de Pindare ont-elles été dansées ?

10D’une part l’analyse de l’autoréférence dans les odes pindariques nous montre que, selon ce critère, les odes monostrophiques (attribuées le plus souvent à un kômos) ne sont pas clairement distinguées des odes triadiques. Par conséquent nous ne pouvons pas exclure la possibilité de l’exécution danse dans ce type d’odes. D’autre part, l’analyse de la métrique (et du rythme) et de la colométrie nous montre que certaines odes monostrophiques ont plus en commun avec les odes monostrophiques d’autres auteurs (ainsi Bacchylide, Sappho, Alcée) qu’avec la plupart des odes triadiques de Pindare lui-même. On peut en conclure que pour certaines odes l’exécution du chant avec l’accompagnement de la danse est plus vraisemblable que dans les autres cas.

Brigitte Sabattini – Les pratiques musicales en Arcadie : réflexions de Polybe sur les causes de la sauvagerie des Kynaithéens

11Dans une digression du livre IV (20-21) consacrée aux causes de la stasis qui est à l’origine de la destruction de la cité arcadienne de Kynaitha, Polybe nous décrit la place que conserve à son époque la musique aussi bien dans l’éducation que dans la vie quotidienne des citoyens arcadiens. Tout autant qu’une apologie du caractère humain et hospitalier de ce peuple, acquis grâce au développement institutionnel des pratiques musicales, ce passage se veut une réflexion plus générale sur le rôle incontournable qu’elle joue dans le maintien de la concorde politique et un vibrant plaidoyer en faveur de la conservation et de la transmission de ce que nous appellerions aujourd’hui un patrimoine immatériel.

Eléonore Salm – Rhétorique et musique dans l’œuvre de Denys d’Halicarnasse

12Denys d’Halicarnasse évoque la musique à de nombreuses reprises, dans les Opuscules rhétoriques essentiellement. En effet, son intérêt grandissant pour la réception phonique des œuvres littéraires l’amène à proposer une théorie des harmonies du discours. Dans ce cadre, Denys développe une comparaison sans précédent entre rhétorique et musique, s’efforçant de prendre en compte l’ensemble du domaine musical, chant, musique instrumentale et danse. Nous étudierons les réalités musicales évoquées par Denys, les éléments musicaux du discours selon notre auteur, et enfin les limites que Denys pose à la musicalité du discours.

Martin Steinrück – Antistrophe et mélodie : le critère des accents

13Si la communis opinio soutient que les strophes et les antistrophes de l’époque classique étaient chantées selon une mélodie commune qui ne suivait pas les accents, un article récent de Ruijgh a rouvert la discussion. Sur la base de la conception de l’accent musical comme contour, nous pourrons montrer quelques interactions accentuelles entre strophe et antistrophe qui s’expliquent mieux avec la pratique qu’on observe aussi dans d’autres cultures à accent dit musical, la mélodie libre qui suit l’accentuation de très près. Au moins jusqu’à Euripide, la strophe ne partagerait donc pas la mélodie de l’antistrophe sauf pour quelques endroits rythmiquement importants.

Ilias Tsimbidaros – L’harmonie « austère » chez Platon selon Pseudo-Plutarque et Aristide Quintilien

14Remarques musicographiques sur l’origine des « modes éthiques » et considérations philosophiques sur les harmonies. Une interprétation de l’esthétique musicale antique.

Anne Gabrièle Wersinger – La danse et la pudeur (Platon, Lois, VI, 771e 5-772a 4)

15Un passage des Lois consacré à la danse matrimoniale, négligé par les commentateurs, permet d’étudier l’impact de la musique et de la danse sur le corps et l’âme. Y figurent, en effet, deux maîtres mots de la paideia traditionnelle des Grecs, l’aidôs et la sophrosunè. Nous mettons en évidence comment dans ce que Platon appelle la choreia, certains mouvements du corps dansant et de la voix qui chante, sont conçus pour exprimer l’aidôs dont nous dégageons le sens et la finalité dans la théorie platonicienne des vertus. En déchiffrant la formule rythmique de l’aidôs, nous nous donnons les moyens de saisir comment s’articulent la sensibilité morale et la rationalité éthique dans la philosophie de Platon.

Nektarios P. Yioutsos – « Χοροί Νυμϕών ᾿Εγκύκλιοι »

16Étude des danses des Nymphes et des manifestations rituelles en leur honneur, dans le cadre d’un culte qui se rattache principalement aux dieux Pan (souvent musicien), Hermès, et Apollon, en utilisant les sources textuelles (surtout Hymnes homériques, Pindare, Euripide) et iconographiques. Il s’agit de danses féminines et circulaires, où les exécutantes se tiennent par le poignet. On peut les classer en quatre catégories, fondées sur la disposition des danseuses, en cercle fermé ou ouvert, ou encore par couple avec Pan et les Satyres. Les instruments favoris de ces danses sont surtout la syrinx et plus rarement les crotales.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540