Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques et danses dans l’Antiquité

 | 
Marie-Hélène Delavaud-Roux

Troisième partie. Diversité des méthodes d’étude

Quelle contribution l’épigraphie grecque apporte-t-elle à l’étude de la danse antique1 ?

Frederick G. Naerebout

Résumé

La majeure partie des travaux sur la danse grecque antique n’utilise pas ou peu les sources épigraphiques. Ce constat permet à l’auteur, après une étude historiographique du sujet qui montre que les travaux les plus récents s’intéressent à cette question, d’expliquer les apports de l’épigraphie dans l’étude de la danse grecque. Ils permettent essentiellement d’éclairer le contexte religieux de la danse ainsi que son organisation matérielle.

Looking at the study of ancient Greek dance, we find a range of different sources that have been used in building up our image of that particular dance tradition. But pride of place goes to the literary texts (in the widest sense, from tragedians by way of historians to ethnographers) and to the visual arts. Epigraphic sources, however, are neglected. Of course, it would be very nice for those interested in ancient Greek dance to have a corpus of inscriptions relevant to the study of dancing. But bringing together source material should not be a self-sufficient exercise, « l’epigraphie pour l’epigraphie » (in this instance), it should be part of an ongoing effort to understand the place of the dance in ancient society. So we have to ask ourselves: what is it–or what should it be–that we would like to know, and is epigraphical evidence likely to provide answers to those questions?

Texte intégral

  • 1 Je voudrais remercier beaucoup les organisateurs du colloque, surtout Marie-Hélène Delavaud-Roux q (...)
  • 2 Naerebout F.G., Attractive performances. Ancient Greek dance: three preliminary studies, Amsterdam (...)

1Quand on considère l’ensemble des publications dans le domaine de la recherche sur la danse antique, on remarque que peu d’entre elles font appel aux inscriptions. Mes propres recherches sur la religion grecque et la danse grecque antiques m’ont démontré à chaque fois précisément l’importance de l’épigraphie grecque dans ces domaines. L’histoire de la danse grecque ne s’écrit pas sans quelque lumière sur les inscriptions pertinentes. Cependant, ni les historiens de la danse, ni les épigraphistes n’ont saisi cette importance, sauf quelques érudits peu nombreux dont je reparlerai. Déjà, dans mon livre Attractive performances j’ai recommandé d’étudier l’épigraphie de la danse grecque antique, mais personne n’a donné suite à cette recommandation – moi non plus bien entendu –, jusqu’à présent2.

  • 3 Il suffit que je renvoie le lecteur aux nombreuses publications d’Annie Bélis. Cette conscience ép (...)
  • 4 Voir maintenant: Murray P. et Wilson P. (eds), Music and the Muses: the culture of « Mousikè », in(...)

2Certainement, il ne faut pas trop noircir notre situation actuelle. Bien sûr, je parle de l’histoire de la danse, et pas de l’histoire de la musique, où un intérêt épigraphique est beaucoup plus évident3. Mais, dans les publications, on rencontre souvent des barrières entre l’étude de la musique et celle de la danse : les Grecs anciens parlaient de mousikē, musique-danse-poésie (mais il n’y a que peu de publications sur la mousikē4). On espère que des publications comme celle-ci contribueront à abattre ces barrières. Certains auteurs sortent de l’ordinaire par l’intérêt qu’ils portent aux sources épigraphiques. Louis Robert, le grand épigraphiste de renommée mondiale, a consacré plusieurs articles aux pantomimes et mimes, qui constituaient, d’après lui, le music-hall de l’Empire romain. Mais il n’a pas traité plus généralement de l’histoire de la danse dans le monde oriental, que ce soit celui de l’époque hellénistique ou celui de l’Empire romain. Un des plus importants ouvrages qui évoquent systématiquement la danse, est le grand livre de Philippe Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, 1970. Mais l’abondance des sources déliennes est exceptionnelle, et ses efforts restent isolés.

  • 5 Je me rends compte que je simplifie : Kotsidu et Wilson ont, pour la chorégie et les agones, leur (...)
  • 6 Ghiron-Bistagne P., Recherches sur les acteurs dans la Grèce antique, Paris, 1976 ; Ghiron-Bistagn (...)

3Ce n’est que récemment, que plusieurs chercheurs se sont intéressés à l’épigraphie : Haritini Kotsidu dans son livre Die musischen Agone der Panathenäen in archaischer und klassischer Zeit. Eine historisch-archäologische Untersuchung, München, 1991, Paola Ceccarelli dans son La pirrica nell’antichità greco-romana. Studi sulla danza armata, Pise/Rome, 1998, Peter Wilson dans son The Athenian institution of the khoregia. The chorus, the city and the stage, Cambridge, 2000, Brigitte Le Guen dans son Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy, 2001, et Sophia Aneziri dans son Die Vereine der dionysischen Technitai im Kontext der hellenistischen Zeit, Stuttgart, 20035. En outre, nous avons des études sur le théâtre pré-hellénistique : je me contente de renvoyer à l’œuvre de Paulette Ghiron-Bistagne6. Et tout de même, si réjouissante que soit cette belle récolte, parmi ces publications, seul le livre de Paola Ceccarelli traite uniquement de la danse.

7olpè8910111213 De saltationibus Graecorum capita quinque, Les chœurs des jeunes filles,
  • 14 Harmon R., s.v. Tanz, Der Neue Pauly, t. 12/1, Stuttgart, 2002, cols 12-17 ; Thesaurus cultus et r (...)
  • 15 Brulé P. et Vendries C. (eds), Chanter les dieux. Musique et religion dans l’Antiquité grecque et (...)

4Die Neue Pauly est symptomatique de l’état que je viens de décrire : dans cette encyclopédie, l’article sur la danse mentionne rapidement les inscriptions dans une seule ligne avec les autres sources. Espérons que le nouveau Thesaurus cultus et rituum antiquorum, avec son article « Danse » qui contient des dizaines de références épigraphiques, sera représentatif d’une recherche renouvelée et prenant en compte l’épigraphie dans l’étude des sources14 : le ThesCRA est le premier ouvrage de référence avec un tel tableau épigraphique. Citons aussi Angelos Chaniotis, qui dans son « Epigraphic Bulletin for Greek religion » (dans le journal Kernos), se montre conscient de la présence de la danse dans l’épigraphie grecque, et intègre l’histoire de la danse et l’histoire de la religion, comme je cherche aussi à le faire. Là, l’histoire de la musique a une belle avance, comme en témoigne le recueil Chanter les dieux, édité par Pierre Brulé et Christophe Vendries en 200115.

  • 16 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », Samaran C. (ed), L’histoire et (...)
  • 17 Bruneau Ph, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, P (...)

5Il ne faut pas attendre de l’épigraphie qu’elle soit la panacée. L’épigraphie de la danse antique est très abondante, certes, mais beaucoup d’inscriptions n’ont pas de contenu très spécifique. Mais, comme disait Louis Robert : « Aucune des inscriptions ne peut être méprisée ni négligée par l’historien », et il citait l’opinion de l’arabisant Jean Sauvaget, à savoir qu’il n’y a pas d’inscriptions banales, il y a seulement une manière banale de les étudier16. Même les textes anodins offrent parfois une information : une date, un site, données utiles pour la répartition géographique et chronologique de la danse ; ou encore le contexte, certaines particularités des chœurs (nombre et sexe) ; également le type ou le nom d’une danse (qui se rencontrent rarement, bien sûr) ; l’assistance des musiciens et la présence des attributs (comme les torches des Déliades à Délos qui attestent que leurs danses se déroulent la nuit, au crépuscule ou à l’aube)17.

  • 18 LSA 33.

6Ensuite, je veux présenter quelques inscriptions particulièrement intéressantes pour mettre en évidence l’importance de l’épigraphie. Mon premier texte est emprunté des Lois sacrées d’Asie Mineure de Sokolowski : un décret sur le renouvellement du culte d’Artémis Leukophryéné, de Magnesie du Méandre en Asie Mineure, de la première moitié du IIe siècle avant J.-C. Je lis18 :

21. δεδόχθαι τῆι βουλῆι και τῶι δήμωι τòν μὲν νεωκόρον καὶ τὴν ἱέρειαν τῆς
Ἀρτέμιδος τοῦ μηνòς τοῦ Ἀρτεμισιῶνος τῆι ἕκτηι ἱσταμένου συντε-
λέσαι τὴν ἀποκατάστασιν τῆς θεοῦ εἰς τòν Παρθενῶνα μετὰ θυσίας
τῆς ἐπιϕανεστάτης, τὴν δὲ ἡμέραν ἀναδεδεῖχθαι εἰς τόν ἀε[ί]

25. χρόνον ἱερὰν προσαγορευομένην Ἰσιτήρια, καὶ ἔστωσαν ἐν αὐτῆι ἐκε-
χειρίαι πᾶσι πρòς πάντων, γινέσθω δὲ καὶ γυναικῶν ἔξοδος εἰς τò
ἱερòν καὶ παρεδρευέτωσαν ἐν τῶι ἱερῶι τὴν ἐπιβάλλουσαν τιμὴν καὶ
παρεδρείαν ποιούμεναι τῆς θεοῦ συντελείτω δὲ ὁ νεωκόρος καὶ χο-
ροὺς παρθένων ἀιδουσῶν ὕμνους εἰς Ἄρτεμιν λευκοϕρυηνὴν, ...

7Je donne la traduction de Françoise Dunand :

  • 19 Dunand F., « Sens et fonction de la fête dans la Grèce Hellénistique. Les cérémonies en l’honneur (...)

« Décision du Conseil et du peuple : le 6e du mois d’Artémision, le néocore et la prêtresse d’Artémis procéderont à la réinstallation de la déesse dans le Parthénon, avec le sacrifice le plus brillant, et ce jour sera désigné désormais comme jour sacré sous le nom d’Isiteria ; une trêve générale sera instituée ce jour-là ; les femmes iront en cortège vers le sanctuaire et elles feront la parédrie à l’intérieur de celui-ci, rendant les honneurs qui conviennent à la déesse et faisant fonction de parèdres. Le néocore organisera des chœurs de jeunes filles qui chanteront des hymnes en honneur d’Artémis Leucophryéné19… »

8C’est un bel exemple de l’importance qu’une polis attache à la participation des citoyens (dans ce cas par leurs filles) aux danses religieuses.

  • 20 IvO 62. SEG 47.447; 15.259. Zoumbaki S., « Zum sozialen Status der Epispondorchesten von Olympia »,(...)

9Le deuxième texte est tiré des Inschriften von Olympia : il s’agit d’une liste des fonctionnaires du culte à Olympie en Élide, dans le Péloponnèse, parmi lesquels nous trouvons des épispondorchestai ou hupospondorchestai20.

17. ἐπισπονδορχησταί
Ἄρεστος | Μολοσσοῦ Δου
20. Ἀγαθήμερος |’Αρχιάδου Δου
Κάλλων Κλεΐππου Δου
Σωσίνικος Ἡρακλ(ε)ίδου Δου

« Les épispondorchestai : Arestos, esclave de Molossos, Agathèméros, esclave d’Archiados, Kallôn esclave de Kleiptos, Sônilkos, esclave d’Herakeidos. »

10Ces fonctionnaires sont attestés de 36 avant J.-C. jusqu’en 265 après J.-C. D’habitude, ils sont trois (parfois ils sont quatre, comme ici, parfois il n’y en a qu’un), en liaison avec des aulētai et spondaulai. Selon une interprétation récente, l’énigmatique Δου se lit comme Δοῦλος ; alors, ils étaient les esclaves des théokoles ou des spondophores, ou bien esclaves du sanctuaire de Zeus d’Olympie. Cette thèse est soutenue par le fait que les spondophores sont élevés au rang de théokoles. Nous rencontrons ces derniers comme magistrats déliens ; mais ce n’est jamais le cas pour les epi- ou hupospondorchēstai. Donc, nous avons dans ces textes un ensemble de trois hupospondorchēstai qui accompagnent en dansant les sacrifices à Olympie, pas seulement pendant les Jeux Olympiques (car les listes ont une ligne de tête qui dit meta ou pro tēs… Olumpiados), mais pendant les sacrifices mensuels – même si Pausanias ne les mentionne pas.

  • 21 Graf F., « Das Kollegium der Molpoi von Olbia », Museum Helveticum, 31, 1974, p. 209-215.
  • 22 IEph 27= BM Inscr. III. 481, ll. 374-377.
  • 23 IMagn 215. Henrichs A., « Greek maenadism from Olympias to Messalina », HSClPh, 82, 1978, p. 121-16 (...)
  • 24 IG XII. 7.246. La restitution kordakistai est certaine.
  • 25 Knibbe D., Der Staatsmarkt. Die Inschriften des Prytaneions. Die Kureteninschriften und sonstige r (...)
  • 26 Bruneau Ph., Recherches, op. cit., p. 36, p. 94-106.

11Ces epi- ou hupospondorchestai peuvent être comparés avec d’autres ensembles, de datations diverses, comme les molpoi à Milet, et dans les colonies de Milet, Olbia et Aigiale (en Amorgos) : les inscriptions d’Olbia ont été publiées par l’Académie des Sciences de l’URSS en 1968, et revues par Fritz Graf21 ; il s’agit de quatre stèles de marbre, datées de la seconde moitié du Ve siècle avant J.-C, qui proviennent de l’aire sacrée d’Apollon Delphinios, dite Temenos. Dans ces ensembles épigraphiques variés, on peut aussi citer les akrobatai tes Artemidos à Ephèse, d’époque romaine22, le thiasos ton kataibaton de Magnésie, copie d’un texte hellénistique du Ie siècle après J.-C.23, hoi [kordaki]stai ton peri ton Puthion Apollona Kordakon, inscription chorégique du IIIe siècle avant J.-C., trouvée à Minoa, Amorgos24, et hoi kouretes à Éphèse, d’époque impériale25. Évoquons enfin les Déliades de Délos, attestées dans plusieurs inscriptions, selon l’interprétation de Philippe Bruneau26. Les épi- ou hupospondorchestai se distinguent pour former un ensemble d’esclaves. Cela intrigue, ces esclaves de dieux qui s’occupent régulièrement de musique et de danse – mais peut-être est-ce aussi un cas de l’influence romaine qui exclut progressivement les membres des élites de l’Empire des danses religieuses ? Je vous rappelle que nous ne trouvons pas des hupospondorchēstai avant 36 avant J.-C.

  • 27 BE 1988.277 (Sève M.). SEG 36.1235 bis.

12Le troisième texte provient du Bulletin Épigraphique : deux reliefs de pieds, c’est-à-dire des plantes de pieds (deux paires et quatre paires) gravés dans le roc vif, au Kızıldağ, La Montagne Rouge, en Lycaonie, en pleine époque hellénistique. Le rocher en question est un massif, avec un relief hittite qui représente un roi trônant ; une inscription en hiéroglyphes hittites le nomme Hartapus. Le relief des quatre paires est accompagné d’une inscription27 :

Κράτερος Ἑρμοκράτου | ἱερεὺς ἐπήδησε

  • 28 Bittel K., « Hartapus and Kızıldağ », Canby J.V. et al. (éd.), Ancient Anatolia. Aspects of change (...)
  • 29 OGIS II. 589. Clermont-Ganneau Ch., « Une nouvelle dédicace à Baal Marcod », Recueil d’archéologie (...)
  • 30 J’ai traité plus à fond des danses orientales dans l’empire romain : « Das Reich tanzt... Dance in (...)

13Ce qui veut dire : « Krateros fils d’Hermokratos le prêtre bondit. » On n’a pas retrouvé d’autres traces hellénistiques qui en précisent le contexte : « it is therefore not completely impossible that Hartapus’s image received renewed attention centuries after his own time », comme a dit K. Bittel28. Ce prêtre bondissant rappelle les inscriptions de Der al-Qal’a, près de Beyrouth : des dédicaces à Baal Marqod, le dieu sautillant (rqd veut dire « sautiller, bondir29 »), qui en grec est nommé koiranos kōmōn : maître du komos. Tout cela montre que nous ne connaissons pas grand-chose de la danse dans les contextes non-grecs dans les royaumes hellénistiques et l’Empire romain oriental30.

  • 31 SEG 47.1403. Kritzas C.B., « Nouvelle inscription provenant de l’Asclépiéion de Lebena (Crète) », A (...)

14Le quatrième texte est emprunté à l’Annuario della Scuola archeologica di Atene : un texte qui traite d’une piste de danse à l’Asklépieion de Lébena, en Crète31 :

[τα ?,] |
Καρταιδά[μας] | Μοστυλίων[ος]

[[Μα]] νακορήσαν|τες ἔθηκαν τòν χορòν |
ἀπò τῶ ἀδύτω.

15Je traduis : « ... fils d’Antifas et Kartaidamas fils de Mostuliōn, les néocores, ont placé la piste de danse à l’écart de l’adyton »). Alors, il s’agit du déplacement d’une plate-forme destinée à la danse (un sens normal du mot choros), peut-être en conséquence du nombre de visiteurs qui surpeuplent les environs de l’adyton, situé près le portique nord du sanctuaire. Ce texte démontre une fois encore le rôle de la danse dans la vie des sanctuaires.

  • 32 CEG 2.785 (= CEG 322a). SEG 33.716; editio princeps: Cairns F., « A herm from Histiaia », Phoenix, (...)

16Le cinquième texte est tiré de Carmen Epigraphica Graeca. Il s’agit d’un hermès de Histiaia, en Eubée, avec une épigramme en deux couplets. Je présente le texte revu par Hansen (à partir de Joachim Ebert32) :

οΐδαι Κεϕάλον Ἡγέμονος ὑιòς
ἔσ[τη]σεν τεμένεος ποσσικρότου ϕύλακα
λισσ[ό]ενος δὲ θεῶι νίκης ἁβρòν ἥρετο κῦδος
ρ[χων εὐ]στε[ϕ]άνοι κλικίθον [χο]ρῶι.

17On peut dater ce texte du Ve siècle avant J.-C. Il pourrait être rendu en français ainsi : « Kefalon fils de Hegemôn a posé cet hermès en honneur d’Apollon ( = fils de Léto) comme gardien de son sanctuaire battu par les pieds dansants. Il a prié le dieu et il [Apollon] lui a donné la gloire délicate de la victoire quand il conduisait le chœur avec ses belles couronnes et ses beaux vêtements. » Ici nous avons un texte qui apporte des données sur un culte jusque-là inconnu, sa danse et sa piste de danse et un agôn avec son chorège.

  • 33 Kleiner G., Hommel P. et Müller-Wiener W., Panionion und Melie, Berlin, 1967, p. 49. J’ai omis la (...)

18Le sixième texte provient d’une monographie sur le Panionion, le sanctuaire de tous les Ioniens, sur le sol de Priène, en Asie Mineure. Nous avons ici un décret de la deuxième moitié du IVe siècle avant J.-C. concernant le renouvellement du sanctuaire du Panionion33 :


τοῦ Πανι]ωνου, ἧι τὰ ἱερεῖα [ροσάγεται, κοσμεῖσθαι
ὑπò τῶν ο’]ϕειλόντων. ἢν δε μ[ὴ δύνωνται τὰς θυσί-
ας ἐν τοῖς] ἐπιοῦσι Πανιωνίο[ις ποιήσασθαι. θύ-
10. ειν δὲ ] τωῖ Διὶ τῶι βουλα[ίωιˉˉˉ

ˉˉˉ] ἐν χορῶι. θύειν δεῖ [ˉˉˉ

19Voici ma tentative de traduction :

« L’autel du Panionion, auquel on mène les victimes, sera préservé par ceux qui y sont tenus. Quand ils ne peuvent pas le faire, les sacrifices seront ajournés jusqu’aux prochains Panionia. Il faut sacrifier à Zeus Boulaios… avec la danse, et sacrifier à… »

20L’éditeur du texte, Hommel, fait tout son possible pour rendre plausible qu’il ne s’agit pas d’un chœur, choros, mais d’un pays, chōros, et il lit : chōrōi : « dans ce pays » (sacrifier au Zeus et aux autres dieux de ce pays) ; mais ce n’est pas convaincant, dans un texte si mutilé. À mon avis, il s’agit bien d’un chœur, groupe de danse.

  • 34 Chaniotis A., Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Stuttgart, 1996 (...)

21Le septième texte est emprunté aux Inscriptiones Creticae. Il s’agit d’un traité d’isopolitie entre Hierapytna et Praisos, du début du IIIe siècle avant J.-C.34 :

<α>τέροις τοò|[ῖ]ςτε
῾Ιεραπυ|τνίοις ἐμ Π|ραισῶι καὶ τ|οῖς Πραισίο[ι|ς] ἐν᾽ Iερα[πυ|τ]ναι.

« La danse et la course communes pour les deux, les Hiérapytniens à Praisos et les Prasiens à Hiérapytna. »

22Chaniotis, qui a réédité ce texte, traduit : « Und es soll gemeinsame Tänze und Laufwettkämpfe geben für beide, sowohl für die Hierapytnier in Praisos als auch für die Praisier in Hierapytna » « et il doit y avoir des danses et des compétitions de course communes aux deux, pour les Hiérapytniens à Praisos, aussi bien que pour les Praisiens à Hierapytna. » Les deux groupes de poliastes doivent avoir en commun les danses et les courses à pied. Selon d’autres, il s’agit des lieux communs (cf. mon texte numéro 6) ; mais la discussion détaillée de ce texte par Chaniotis rend son interprétation solide. Ce traité illustre l’importance des danses dans l’établissement de l’identité d’une communauté grecque.

  • 35 Del Verme L. et Sacco G., « Cuma : frammenti ceramici iscritti dagli scavi dell’Orientale », Annal (...)

23Le huitième texte, je l’ai trouvé dans le fichier du Supplementum Epigraphicum Graecum35 :

[ˉˉˉ.

24Ce texte se trouve sur un fragment d’un cratère attique découvert à Cumes ; on peut dater ce graffito du IIIe siècle avant J.-C. ou d’avant. C’est la première attestation épigraphique du substantif choroitupia, l’adjectif choroitupos ou le verbe choroitupeō, connus seulement par des textes poétiques de la tradition littéraire.

25Ces huit inscriptions, bien que très différentes, peuvent être mises en regard : elles proviennent certes de multiples parties du monde grec (Asie Mineure, Crète, Péloponnèse, Eubée et Italie) et sont de dates diverses (du Ve siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque romaine), mais elles témoignent cependant d’une réalité commune, celle du monde grec (puis gréco-romain) durant les périodes classique et hellénistique (avec des prolongements pendant l’Empire romain), qui n’est pas seulement celle d’Athènes, comme on le verra plus loin. Elles n’évoquent pas tellement l’aspect technique de la danse, mis à part l’inscription no 3 (le prêtre qui bondit) mais plutôt le cadre religieux et civique dans lequel s’effectuent ces danses : d’une part, l’organisation des cultes d’Artémis Leukophryénée (inscription no 1), de Zeus Olympien (inscription no 2), de Zeus Boulaios (inscription no 6), d’Apollon (inscription no 5), ainsi que de cultes dont la divinité est inconnue (inscriptions no 3 et 8) ; d’autre part l’organisation civique, comme le déplacement d’une piste de danse (inscription no 4), ou la gestion de concours de danse et de course (inscription no 7). À noter que l’organisation des concours, peu représentée ici (inscription no 7), occupe la majeure part de l’épigraphie ayant trait à la danse. Un terrain abondant reste à défricher, malgré des études fondamentales comme celle de B. Le Guen, déjà citée, sur les Technites dionysiaques à l’époque hellénistique. Les 8 inscriptions citées ici permettent aussi de mettre en lumière l’aspect matériel de la danse, avec la mention des magistrats chargés d’organiser les cultes ou les danses (inscriptions no 1, 2, 4), ou de réglementations (inscription no 6) ou d’actes émanant de simples particuliers. La danse est donc aussi un des aspects non négligeables de la vie religieuse. Dans ce domaine, d’autres inscriptions sont encore plus riches, telles celles de Délos, qui mentionnent le coût des accessoires ou du personnel de la danse, ce qui permet alors d’inscrire aussi le sujet de la danse dans une perspective économique et matérielle

  • 36 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », op. cit., p. 473.
  • 37 C’est paradoxal : les mentions épigraphiques de danse réelle sont pour la plus grande partie aspéc (...)

26Voici mes exemples. Je ne pouvais qu’effleurer le sujet ici. Ma position est qu’aucun de ces textes n’a contribué à la recherche en danse. Ils me semblent de haute importance, mais on ne les a pas utilisés. Il est évident que j’ai choisi quelques textes un peu séduisants. Mais je suis conscient du fait qu’ainsi nous courons le risque d’oublier le grand objectif. Il y a deux dangers qui guettent l’historien devant les inscriptions : ne pas les utiliser ou le faire mal. Il faut mettre les inscriptions en série ; comme l’a dit Eduard Gerhard : « Qui a vu un monument n’en a vu aucun ; qui en a vu mille en a vu un36. » L’objectif de l’épigraphie n’est pas de chercher un trésor, cette panacée citée ci-dessus, c’est de mettre l’ordinaire en série. Autrement dit, il ne faut pas se noyer dans les détails : l’épigraphie est méticuleuse, mais l’épigraphie n’est pas comme disent les Anglais antiquarianism (bien entendu, la philologie échappe à la réprobation d’excès de détail, comme démontre l’inscription précitée avec son attestation du mot choroitup […] : un détail, mais pour le philologue un détail précieux). Nous devons utiliser les inscriptions pour écrire une histoire qui dépasse la danse unique, le geste particulier, le sanctuaire spécifique37. Ceci est encore une autre manière de mettre nos huit inscriptions en regard. Elles ne peuvent pas à elles seules constituer une synthèse totale de toutes les informations qui existent sur la danse, mais elles permettent cependant de dépasser le stade d’une histoire qui ne serait que purement locale et d’aborder de larges thèmes de l’histoire grecque : histoire des mentalités, histoire religieuse, histoire sociale, histoire économique, histoire de la vie matérielle.

  • 38 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », L’histoire et ses méthodes, Par (...)
  • 39 Attractive performances, op. cit., p. 207-208.
  • 40 Parker R., Polytheism and society at Athens, Oxford, 2005, p. 181-183.
  • 41 Parker R., op. cit., p. 183, n. 24, cite la suggestion de Michael Jameson, à savoir que des chœurs (...)
  • 42 Cf. Calame C., Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, t. 1, Rome, op. cit., 1977, p. 62-6 (...)

27Il y a en effet une autre histoire de la danse qui s’écrit seulement à l’aide de l’épigraphie : une histoire sociale de la danse grecque, ou bien de mousikē. Comme disait Louis Robert : « Cependant c’est l’histoire sociale, au sens le plus large du mot, qui profite le plus des inscriptions, et qui, souvent, n’existe que par elles38. » Je l’ai exprimé ainsi: « epigraphic material will not so much revolutionize our views of this particular subject, as help us move away from antiquarian debate to a historical investigation of dance on the ground. Every inscription containing a mere mention of some dance or chorus, and the scores of choregic inscriptions will help to draw a map of ancient dancing… one might at least be able to give some clues about regional and temporal patterns39 ». Par exemple, les inscriptions peuvent ici nous aider à nous écarter d’une position athénocentrique. Robert Parker, traitant d’Athènes, a récemment observé que nous connaissons fort peu de chœurs en dehors d’un contexte agonistique, et point du tout de chœurs féminins40. Mais à Athènes, les chœurs féminins peuvent être sous-représentés41. À mon avis, une sous-représentation des chœurs féminins est parfaitement plausible. Nous avons les images et les textes poétiques, où prédominent des chœurs féminins42. Les textes épigraphiques déliens montrent que des chœurs féminins sont certainement une possibilité à envisager, et que ces images et cette poésie peuvent très bien refléter des chœurs réels. C’est l’épigraphie, dans l’ensemble, qui montre que Délos n’est pas exceptionnelle à cet égard.

  • 43 Serre J.-C., « Les études et la recherche en danse à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) », (...)

28Moi, je suis historien de la religion antique, je ne suis pas historien de la danse. C’est Jean-Claude Serre qui avec grande perspicacité, a discerné la « recherche sur la danse » de la « recherche en danse43 ». On peut écrire l’histoire de la danse, ou l’histoire relativement à la danse. Je pense que seulement cette dernière peut être accomplie dans le cadre de l’histoire ancienne. Ou bien, la première est possible tout de même, mais condamnée à tourner en rond dans une démarche infertile. Il suffit de citer Proust :

  • 44 Proust M., Du côté de chez Swann = À la recherche du temps perdu, t. 1, Paris, Gallimard, 1954, p. (...)

« Il [Swann] avait l’air de ne pas oser avoir une opinion et de n’être tranquille que quand il pouvait donner méticuleusement des renseignements précis. Mais il ne se rendait donc pas compte que c’était professer l’opinion, postuler que l’exactitude de ces détails avait de l’importance44. »

  • 45 Orchestra, sive de saltationibus veterum, liber singularis, Leiden, 1618. Naerebout F.G. et Raftis (...)
  • 46 MacMullen R., Paganism in the Roman Empire, New Haven, 1981; idem (cf. avant), Christianizing the (...)

29Et maintenant nous attendons une synthèse innovante – peut-être pourrait-elle paraître en 2018, quatre cents ans après que Johannes Meursius ait publié à Leyde la première étude monographique sur la danse antique45. Pour cela, nous avons besoin d’une certaine audace, pour prendre du recul face à cette profusion d’inscriptions, afin de voir, de visualiser, non pas les singularités, mais les structures, comme Ramsay MacMullen l’a fait pour l’époque impériale. MacMullen est certainement un exemple que je préconise de suivre. Aucun historien ne prend la danse ou la musique au sérieux comme le fait MacMullen, qui les a intégrées dans son récit du paganisme du Haut et Bas-Empire46. C’est un élément fondamental d’une grande entreprise : collectionner des sources, les écrits ainsi que l’imaginaire, pour mieux comprendre la communication antique par la mousikē – le plus souvent, en tout cas dans nos sources, dans un contexte religieux.

  • 47 Discuté en détail dans Attractive performances, op. cit. (voir la table alphabétique s.v. reconstr (...)

30C’est une chose tout autre que l’entreprise de la reconstitution de la danse antique, ou bien à un autre niveau, les tentatives pour confronter les textes et les images. À mon avis ces deux démarches sont également impossibles47. Quoi qu’il en soit, dans ce domaine, l’épigraphie n’a vraiment rien à offrir. En revanche, pour l’histoire sociale du monde antique et la place importante qu’occupait là-dedans la danse, l’épigraphie apporte une contribution indispensable. L’histoire est « le plus dangereux produit que la chimie de l’intellect ait pu élaborer », comme a dit Paul Valéry, mais c’est un produit qui mérite de braver le danger.

Notes

1 Je voudrais remercier beaucoup les organisateurs du colloque, surtout Marie-Hélène Delavaud-Roux qui m’a invité. À plusieurs reprises j’ai fait la critique de sa recherche, et rejeté l’idée de la reconstitution chorégraphique de la danse antique qui lui est chère. Je pense que d’être invité par elle à ce colloque témoigne de son vrai esprit scientifique. Mon texte français a été revu par ma femme, Anna Beerens, et par Marie-Hélène Delavaud-Roux : je les remercie chaleureusement – naturellement, je porte la responsabilité de toutes les imprécisions qui restent.

2 Naerebout F.G., Attractive performances. Ancient Greek dance: three preliminary studies, Amsterdam, 1997, p. 207-208. Tout récemment Amerso Psarrou de l’université d’Athènes a commencé à répertorier et à analyser les sources épigraphiques pour sa thèse intitulée Ancient Hellenic dance : the epigraphical evidence, dirigée par Stelios Psaroudakes, Sofia Aneziri et l’auteur.

3 Il suffit que je renvoie le lecteur aux nombreuses publications d’Annie Bélis. Cette conscience épigraphique ne s’explique pas seulement parce que nous possédons des notations de musique sur la pierre et le papyrus.

4 Voir maintenant: Murray P. et Wilson P. (eds), Music and the Muses: the culture of « Mousikè », in the classical Athenian city, Oxford, 2004.

5 Je me rends compte que je simplifie : Kotsidu et Wilson ont, pour la chorégie et les agones, leur précurseur en la personne de Adolfus Brinck, Inscriptiones graecae ad choregiam pertinentes, Halle, 1886 ; Le Guen et Aneziri se basent sur la prosopographie de L. Stephanis, Dionusiakoi technitai, Heraklion, 1987 ; etc.

6 Ghiron-Bistagne P., Recherches sur les acteurs dans la Grèce antique, Paris, 1976 ; Ghiron-Bistagne P., (ed), Realia. Mélanges sur les réalités du théâtre antique. Archéologie, épigraphie, anthropologie, littérature, Montpellier, 1991.

7 Wachter R., Non-attic Greek vase inscriptions, Oxford, 2001, COR 17, p. 44-47. Roebuck M.C. et Roebuck C.A., « A prize aryballos », Hesperia 24, 1955, p. 158-163; Lorber F., Inschriften auf korintischen Vasen. Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur korinthischen Vasenmalerei im 7. und 6. Jht v. Chr., Berlin 1979, no 39; Amyx D.A., Corinthian vase-painting of the archaic period, Berkeley, 1988, p. 560-561; SEG 30.346; 14.303.

8 IGXII. 3.536, 540, 543, 546. SEG 55.1105-1113 ; 45.2355 ; 39.1764. Pour des arguments en faveur de ma thèse, à savoir que ces textes, souvent pris au sens exclusivement sexuel, se rapportent aux danseurs non seulement au sens figuré mais aussi au sens propre, voir mon Attractive performances, p. 181-182, no 391.

9 ICret III. II. 2. Bibliographie récente: Perlman P.J., « Invocatio et imprecatio: the hymn to the greatest kouros from Palaikastro and the oath in ancient Crete », JHS, 115, 1995, p. 161-167.

10 IG II3025. SEG 30.104/126/128 (et cf. SEG 45.1125). Wilson P., The Athenian institution of the khoregia. The chorus, the city and the stage, Cambridge, 2000, p. 39-40.

11 Jeffery L.H., The local scripts of archaic Greece, Oxford, 1990, p. 68, p. 76 no 1. IG I919. SEG 48.89; 44.1678; 43.10. Bibliographie: Naerebout F.G., Attractive performances, op. cit., p. 119.

12 Inni di Epidauro, edité par Wagman R., Pise, 1995.

13 Emmanuel M., La danse grecque antique d’après les monuments figurés, Paris, 1896 (même sa thèse méconnue De saltationis disciplina apud Graecos, Paris, 1895, qui traite des textes, ne se réfère à aucune inscription) ; Séchan L., s.v. Saltatio, in Dictionnaire des antiquités grecques et romaines t. 4, Paris, 1909, p. 1025-1054 ; idem, La danse grecque antique, Paris, 1930 ; Lawler L.B., The dance in ancient Greece, Londres, 1964 ; Lawler L.B., The dance of the ancient Greek theatre, Iowa City, 1964 ; Prudhommeau G., La danse grecque antique, Paris, 1965 ; Webster T.B. L., The Greek chorus, Londres, 1970 ; Lonsdale S.H., Dance and ritual play in Greek religion, Baltimore, 1993.

14 Harmon R., s.v. Tanz, Der Neue Pauly, t. 12/1, Stuttgart, 2002, cols 12-17 ; Thesaurus cultus et rituum antiquorum, t. 2, Los Angeles, 2004, p. 300-343.

15 Brulé P. et Vendries C. (eds), Chanter les dieux. Musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine, Rennes, 2001.

16 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », Samaran C. (ed), L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961, p. 453-497, cf. p. 471.

17 Bruneau Ph, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, 1970, p. 36-37, p. 69.

18 LSA 33.

19 Dunand F., « Sens et fonction de la fête dans la Grèce Hellénistique. Les cérémonies en l’honneur d’Artemis Leucophryéné », Dialogues d’histoire ancienne, 4, 1978, p. 201-215.

20 IvO 62. SEG 47.447; 15.259. Zoumbaki S., « Zum sozialen Status der Epispondorchesten von Olympia », Tyche, 12, 1997, p. 237-244.

21 Graf F., « Das Kollegium der Molpoi von Olbia », Museum Helveticum, 31, 1974, p. 209-215.

22 IEph 27= BM Inscr. III. 481, ll. 374-377.

23 IMagn 215. Henrichs A., « Greek maenadism from Olympias to Messalina », HSClPh, 82, 1978, p. 121-160.

24 IG XII. 7.246. La restitution kordakistai est certaine.

25 Knibbe D., Der Staatsmarkt. Die Inschriften des Prytaneions. Die Kureteninschriften und sonstige religiöse Texte, Vienne, 1981.

26 Bruneau Ph., Recherches, op. cit., p. 36, p. 94-106.

27 BE 1988.277 (Sève M.). SEG 36.1235 bis.

28 Bittel K., « Hartapus and Kızıldağ », Canby J.V. et al. (éd.), Ancient Anatolia. Aspects of change and cultural development. Essays in honor of Machteld J. Mellink, Madison, 1986, p. 103-111.

29 OGIS II. 589. Clermont-Ganneau Ch., « Une nouvelle dédicace à Baal Marcod », Recueil d’archéologie orientale, 1, 1888, p. 94-96.

30 J’ai traité plus à fond des danses orientales dans l’empire romain : « Das Reich tanzt... Dance in the Roman Empire and its discontents », in Hekster O., Schmidt-Hofner S. & Witschel C. (éd.) Ritual dynamics and religious change in the Roman Empire, Impact of Empire vol. 9, Leiden, 2009, p. 143-158.

31 SEG 47.1403. Kritzas C.B., « Nouvelle inscription provenant de l’Asclépiéion de Lebena (Crète) », ASAA, 70/71, 1992/1993 [1998], p. 275-290.

32 CEG 2.785 (= CEG 322a). SEG 33.716; editio princeps: Cairns F., « A herm from Histiaia », Phoenix, 37, 1983, p. 16-37.

33 Kleiner G., Hommel P. et Müller-Wiener W., Panionion und Melie, Berlin, 1967, p. 49. J’ai omis la restitution de Hommel aux lignes 10 et 11 : [...τοῖς τε ἄλλοις θε|οῖς. οἷς] ἐν χόρωι θύειν δεῖ [—.

34 Chaniotis A., Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Stuttgart, 1996, no 5. ICret III. IV. 1.

35 Del Verme L. et Sacco G., « Cuma : frammenti ceramici iscritti dagli scavi dell’Orientale », Annali di archeologia e storia antica, 9/10, 2002/2003, p. 251-270, no 9. Je remercie Rolf Tybout qui m’a donné cette référence et le manuscrit de l’entrée qui vient d’être publié dans SEG 53 (Leiden 2007) 1074.

36 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », op. cit., p. 473.

37 C’est paradoxal : les mentions épigraphiques de danse réelle sont pour la plus grande partie aspécifiques (il n’y a presque pas des noms de danses, sauf le pyrrhique) ; mais l’information spécifique qu’offrent les textes litéraires est en fait composée des abstractions, détachées de tout contexte.

38 Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961, p. 466.

39 Attractive performances, op. cit., p. 207-208.

40 Parker R., Polytheism and society at Athens, Oxford, 2005, p. 181-183.

41 Parker R., op. cit., p. 183, n. 24, cite la suggestion de Michael Jameson, à savoir que des chœurs féminins et leur entraînement étaient « invisibles » ; cependant, Parker pense que selon toute probabilité ils n’existaient pas.

42 Cf. Calame C., Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, t. 1, Rome, op. cit., 1977, p. 62-63 : « L’exécution chorale semble être associée essentiellement à la féminité » : c’est certainement erroné, la danse de la Grèce antique à sa composante masculine importante, voir Brinkmann A., « Altgriechische Mädchenreigen », BJ, 130, 1925, p. 118-146. Pour l’idée de la complémentarité des chœurs masculins et féminins, voir dernièrement F. Colas, « Chœurs de danse sur des fragments de statuettes de style dédalique », RBPh, 80, 2002, p. 221-238.

43 Serre J.-C., « Les études et la recherche en danse à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) », La Recherche en Danse, 1, 1982, p. 5-20.

44 Proust M., Du côté de chez Swann = À la recherche du temps perdu, t. 1, Paris, Gallimard, 1954, p. 98. Cf. Robert L., « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961, p. 462-463 : « L’épigraphie apporte à l’histoire ancienne une fraîcheur toujours renouvelée ; elle lutte contre la sécheresse des discussions sans fin sur des textes malaxés depuis quatre siècles. Elle tranche de vieilles controverses. Elle est l’eau de Jouvence de nos études. » Exagéré ? Pas vraiment.

45 Orchestra, sive de saltationibus veterum, liber singularis, Leiden, 1618. Naerebout F.G. et Raftis A. (éd.), Joannes Meursius and his « Orchestra, sive de saltationibus veterum » of 1618. The first monograph on ancient Greek dance since Antiquity, Athènes, 2003 (avec un fac-similé d’Orchestra, comme éditée dans Meursius, Opera Omnia, t. 5, Florence, 1745).

46 MacMullen R., Paganism in the Roman Empire, New Haven, 1981; idem (cf. avant), Christianizing the Roman Empire (AD 100-400), New Haven, 1984; idem, Christianity and paganism in the fourth to eighth centuries, New Haven, 1997.

47 Discuté en détail dans Attractive performances, op. cit. (voir la table alphabétique s.v. reconstructionism). Le dernier résumé de mes arguments : Naerebout F.G., « Moving events. Dance at public events in the ancient Greek world: thinking through its implications », Stavrianopoulou E. (ed), Ritual and communication in the Graeco-Roman world, Liège, 2006, p. 37-67, particulièrement, p. 45-46. Cf. aussi p. 59, où je soutiens la thèse qu’il n’y a point de danse à connaître (« there is no dance to know »), parce que les danses changent et s’adaptent continuellement : une seule danse distincte, saisissable et reconstituable, devra rester une chimère.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540