Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques et danses dans l’Antiquité

 | 
Marie-Hélène Delavaud-Roux

Troisième partie. Diversité des méthodes d’étude

Rythmes, musiques et danses dans les vers 209 à 220 des Grenouilles d’Aristophane

Marie-Hélène Delavaud-Roux

Résumé

Reconstitution chorégraphique du début de la parodos du chœur des grenouilles, en utilisant les travaux de Cécile Corbel-Morana dans sa thèse de doctorat sur Le bestiaire d’Aristophane (par exemple l’idée que les grenouilles se prennent pour des cygnes), l’enregistrement du texte réalisé par Philippe Brunet (nous avons appris ainsi à bien dire le texte) mais en faisant aussi appel à des hypothèses personnelles : le chœur des grenouilles est à la fois chargé du chant et de la danse, tout en portant un masque en plâtre (réalisé par nos soins) même si la danse ainsi conçue est particulièrement essoufflante ; la chorégraphie utilise la métrique du texte pour la traduire en deux rythmes (2/4 et 6/8) ; elle prend ses distances avec les reconstitutions de Germaine Prudhommeau, trop inspirées par la danse classique et utilise en partie la gestuelle propre au kômos puisque les grenouilles disent aux vers 215-218 chanter un kômos en l’honneur de Dionysos Nyséien.

We reconstruct the beginning of the parodos of froggs, with Cécile Corbel-Morana’s works (Le bestiaire d’Aristophane), Philippe Brunet’s record (we used it to learn how say the text) but with original hypotheses: the choir sings and dances at the same time, with a plaster mask (we made it) even if we run out of breath when we dance; the choreography uses the metric of the text and translate it in two rhythms (2/4 and 6/8); It is different than Germaine Prudhommeau’s reconstruction, too much inspired by ballet, and it uses sometimes the kômos gestures because the froggs say in 215-218 that they sing a kômos for Dionysos Nyseios.

Texte intégral

  • 1 Aristophane, Les Thesmophories. Les Grenouilles. Texte établi par Coulon V. et traduit par Van Dea (...)
  • 2 Marshall C.W., « Amphibian Ambiguities answered », Échos du Monde Classique/Classical Views, 15, 1 (...)

1Notre histoire commence par l’apprentissage d’un marin qui n’est autre que Dionysos, un Dionysos bien particulier car il a revêtu les attributs d’Héraclès (massue et peau de lion) afin d’atteindre les Enfers. Le but de son expédition est de ramener à Athènes un bon poète tragique car il n’y en a plus depuis la mort de Sophocle et d’Euripide. Mais avant de parvenir à l’objet de sa quête, il doit apprendre à ramer, comme tout bon marin athénien et c’est Charon qui s’instaure ici son professeur. Aux vers 203-204, Dionysos demande comment lui, novice en la matière, pourra effectivement pousser la rame, c’est-à-dire de faire avancer le bateau, conçu ici comme un genre de trière. Charon, au vers 206 lui précise qu’il sera aidé dans sa tâche par les chants magnifiques (μέλη κάλιλιστ’) des grenouilles cygnes. Et à partir du vers 209 s’avancent les Grenouilles, au départ invisibles, d’après le commentaire d’H. Van Deale dans la CUF1. Ces grenouilles qui doivent assister Dionysos dans sa tâche, puisqu’elles sont censées marquer la mesure pour l’aider à coordonner ses mouvements, se révèlent bien vite infernales pour notre héros, ce qui permet à Aristophane de mettre en scène une parodie complète de l’apprentissage du métier de rameur. Il reste donc à se demander comment les Grenouilles peuvent effectivement répondre à l’objectif de marquer la mesure tout en assaillant Dionysos et en jouant leur propre rôle d’animal. Pour répondre à ces questions, il convient d’abord de s’interroger sur la nature des grenouilles mises en scène par Aristophane. S’agit-il de grenouilles réalistes ou pas ? Ces premières interrogations nous amèneront, après beaucoup d’autres érudits, à remettre en cause l’invisibilité du chœur des Grenouilles, telle que la conçoit H. Van Deale. Avec C.W. Marshall et C. Corbel-Morana, nous pensons que ces grenouilles peuvent certes être invisibles pour Dionysos mais que le comique de situation réside au contraire dans le fait qu’elles sont visibles pour les spectateurs2. Puis on s’interrogera sur les mouvements effectués par les Grenouilles et nous verrons alors, que le rythme, qui est censé être une aide pour Dionysos, par sa nature changeante et ses combinaisons complexes, peut s’avérer une difficulté pour un marin débutant, mais qu’il permet pour ces mêmes raisons de révéler les qualités de danseurs qui effectuent ici une performance digne de professionnels. Nous serons donc aussi amenés à nous interroger sur les rapports entre les danseurs-chanteurs et l’acteur principal, ce qui est une question aussi très proche des rapports entre l’instrumentiste et le danseur.

La nature des Grenouilles mises en scènes par Aristophane

  • 3 Corbel-Morana C., op. cit., et « Le bestiaire d’Aristophane », L’information littéraire, 2, 2003, (...)
  • 4 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos, Aristophane, Guêpes, 1518-1537 », R (...)

2D’après C. Corbel Morana, Aristophane ne représente pas les animaux de manière très réaliste3. On peut effectivement s’en rendre compte en étudiant par exemple la danse du Karkinos dans les vers 1518-1537 d’Aristophane. Le jeu de mots entre les personnages de l’auteur tragique dénommé Karkinos et de ses trois fils d’une part et leur représentation, en crabes de l’autre, ne donne pas lieu à une représentation très réaliste des mouvements du crabe. Aristophane a certainement observé les mouvements du crabe mais non à la manière d’un Aristote ou d’un Elien4. Qu’en est-il des grenouilles ?

Une représentation comique des grenouilles à partir des sonorités de chants d’accouplement de certaines variétés de grenouilles rencontrées en Grèce

  • 5 Nöllert A. et C., Guide des amphibiens d’Europe. Biologie, identification, répartition, Paris, Del (...)
  • 6 Nöllert A. et C., op. cit., p. 28.
  • 7 Nöllert A. et C., op. cit., p. 256-257 et 260-261.
  • 8 Nöllert A. et C., op. cit., p. 300.
  • 9 Nöllert A. et C., op. cit., p. 306.
  • 10 Nöllert A. et C., op. cit., p. 324.
  • 11 Nöllert A. et C., op. cit., p. 291.
  • 12 Nöllert A. et C., op. cit., p. 281.
  • 13 Lévêque P., op. cit., p. 44. rappelle que P. Chantraine ne reconnaît pas au mot d’étymologie établ (...)
  • 14 Nöllert A. et C., op. cit., p. 329.
  • 15 Nöllert A. et C., op. cit., p. 335.
  • 16 Nöllert A. et C., op. cit., p. 245 : il s’agit de la Rana ribidunda : « 10 notes sont émises par s (...)
  • 17 Allison R.H., « Amphibian ambiguities: Aristophanes and his Frogs », Greece and Rome, 30, 1983, p. (...)
  • 18 Madge S., Guide des canards, des oies, et des cygnes. 500 espèces décrites et illustrées, Paris, D (...)
  • 19 Dover K.J., Frogs, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 219 et Corbel-Morana C., p. 280 n. 1.

3Aristophane a peut-être eu l’occasion d’observer plusieurs types d’animaux de l’ordre des anoures que l’on rencontre encore actuellement en Grèce : le sonneur à ventre de feu, le sonneur à ventre jaune (famille des Discoglossidae, genre des sonneurs), le pélobate syrien (famille des Pelobatidae, genre des Pélobates), le crapaud commun, le crapaud vert (famille des Bufonidae, genre des crapauds), la rainette verte (famille des Hylidae), la grenouille rousse, la grenouille agile, la grenouille grecque, la grenouille et la grenouille rieuse5 (Famille des Ranidae, genre des grenouilles). Parmi ces animaux, la grenouille agile aurait pu intéresser le poète pour ses sauts d’environ 2 m, « soit 25 fois la longueur de son corps6 ». Cependant le texte d’Aristophane ne donne pas assez d’indications techniques ayant trait aux mouvements des grenouilles pour pouvoir nous tourner vers cette variété avec certitude. Le texte d’Aristophane donne en revanche plusieurs renseignements sur le chant des grenouilles. La célèbre onomatopée « βρεκεκὲξ κοὰξ κοάξ » laisse à penser qu’Aristophane a sans doute été inspiré par des variétés d’anoures aux chants d’accouplement émis par les mâles et comportant des sonorités gutturales sourdes puisque la consonne « k » y revient fréquemment. Les sonneurs à ventre de feu et à ventre jaune ne peuvent être concernés puisque leurs chants comportent des sons mélodieux « uuh… uuh, uuh7 », pas plus que les crapauds verts, dont le chant « consiste en une trille mélodieuse de 10 secondes8 de type « urrr… urrr… urrr… », ni les rainettes vertes (« chants constitués d’une série de sons hauts et stridents, presque toujours produits en chœur9 »). La rythmique « epp… epp… epp… » se répète 4 à 6 fois par seconde. Quant aux grenouilles rousses, leurs chants consistent en un ronflement ou un coassement sourd10, difficilement exploitable pour un spectacle théâtral. De même pour les chants des crapauds communs, qui sont composés d’un « lent et métallique “oeck… oeck… oeck…” difficile à entendre11 ». D’autres variétés d’anoures paraissent plus facilement utilisables pour inspirer une prestation théâtrale. Ainsi, les chants des pélobates syriens associent dentales et gutturales et consistent « en une série de “dlock… dlock… dlock” qui rappelle le bruit produit en claquant la langue12 ». Cependant, dans la mesure où Aristophane emploie le mot βάτραχος, qui signifie grenouille13 (et non le mot http://fr.wikipedia.org/​wiki/​%CE%A6ρύνη, « crapaud » ou bien un autre mot évoquant un animal de l’ordre des anoures), c’est vers les variétés de grenouilles qu’il faut nous tourner. La grenouille agile émet des suaves « wog… wog… wog14… ». Les grenouilles grecques émettent deux types de sonorités gutturales : un « geck… geck… geck… » ou bien un « kru… kru… continu et répété15 » mais il s’agit d’un chant relativement sourd. Enfin, dans le chant des grenouilles rieuses, on peut entendre des sonorités « qui sonnent comme ké… ké… ké16 ». Pour l’érudit R. H. Allisson, c’est cette dernière espèce de grenouilles qu’Aristophane a mis en scène17. Il faut aussi se demander si certaines sonorités ne pourraient pas être liées, non aux variétés de grenouilles rencontrées en Grèce, mais aux variétés de cygnes, puisqu’Aristophane au vers 207 évoque les βατράχων κύκνων θαυμαστά, « chants admirables des grenouilles cygnes ». Nos indices dans cette direction restent maigres car la seule variété de cygne qui niche en Grèce, le cygne tuberculé, n’est pas doué d’une voix aussi jolie et puissante que celle de ses congénères, tels les cygnes chanteurs par exemple18. Cependant, les onomatopées d’Aristophane peuvent aussi s’expliquer par les conventions de la langue grecque pour la transcription des sons, tel le ξ final pour les chants d’oiseaux et l’initiale βρ dans des mots grecs évoquant la production de sons19.

4En admettant que les grenouilles d’Aristophane puissent être identifiées à des grenouilles rieuses, on voit que le poète en les mettant en scène de manière visible n’en donne pas une vision réaliste. D’après Allison, la grenouille rieuse vit dans les marais, ne fréquente pas les eaux profondes, et la plupart du temps reste à l’abri des regards. Les mouvements reconstitués par Aristophane (même si le texte ne donne aucune indication technique) ont donc de grandes chances d’être inspirés par l’ensemble des variétés de grenouilles observables en Attique, ce que l’on étudiera dans la deuxième partie de ce travail.

5Il reste à se demander pourquoi Aristophane a-t-il choisi de mettre en scène un chœur de grenouilles face à Dionysos ? Quelle est leur symbolique et comment les Grecs les représentent-ils ?

Symbolique et représentation des grenouilles

  • 20 Lévêque P., op. cit., p. 13-49.
  • 21 Lévêque P., op. cit., p. 41-42.

6D’après Pierre Lévêque, les grenouilles occupaient une place éminente dans la religion grecque20, mais les sources les concernant se rencontrent dans des zones géographiques très circonscrites : Thessalie, Macédoine, Delphes, Péloponnèse, Attique, îles et milieu asiatique21.

  • 22 Lévêque P., op. cit., p. 13. Il s’agit d’une des 14 inscriptions provenant de Palatitsa, sur un au (...)
  • 23 Lévêque P., op. cit., p. 19 ; Plutarque, Banquet des sept sages, 164a et Oracles de la Pythie 399f
  • 24 Deonna W., « Sauriens et batraciens », REG, 32, 1919, p. 132-148, cf. p. 146, n. 2.
  • 25 Lévêque P., op. cit., p. 21 ; Deonna W., « L’ex-voto de Cypselos à Delphes », RHR, 139 et 140, 195 (...)
  • 26 Lévêque P., op. cit., p. 22.
  • 27 Lévêque P., op. cit., p. 22-24.
  • 28 Elien, Histoire des animaux, 9, 13 ; Lévêque P., op. cit., p. 103.

7Les sources écrites donnent des renseignements diversifiés. Des inscriptions macédoniennes attestent la présence dans le panthéon macédonien d’une Artémis Juste et Grenouille22. Dans le trésor offert à Apollon par Cypsélos, le tyran de Corinthe, se trouvait un ex-voto sculpté sur lequel était représenté un palmier en bronze avec, à son pied des grenouilles et des hydres23. Cet exemple de grenouilles dédiées à Apollon n’a rien d’unique et W. Deonna en répertorie un certain nombre24. Il estime que la présence de grenouilles au pied du palmier doit se comprendre comme un symbole de fertilité et de fécondité25. Dans la Batrachomyomachie, pastiche des combats de l’Iliade attribué à Homère, est mise en scène une guerre d’animaux autour d’un marécage. À cette guerre les dieux assistent et prennent parti. Ainsi Athéna refuse d’aider qui que ce soit car les rats dévorent ses vêtements et les grenouilles troublent son sommeil par leurs coassements. En revanche, Zeus soutient les grenouilles en envoyant des crabes, chargés de ronger la queue des rats26. Les fables (Esope, Phèdre et Babrios) évoquent assez souvent des grenouilles27 mais ne leur accordent pas de rôle particulier dans la religion. Elien évoque surtout la sexualité des grenouilles, qui d’après P. Lévêque fait de ces animaux la « métaphore de l’immense impetus qui anime l’univers28 ». En revanche le texte des Grenouilles d’Aristophane révèle bien leur importance dans le panthéon grec :

  • 29 Lévêque P., op. cit., p. 25-28. P. Lévêque compare ensuite le texte des grenouilles, p. 28, à un h (...)

« Les batraciens ne sont pas ici seulement destinés à provoquer Dionysos déguisé en Héraclès pour sa descente aux infernaux palus ; ils révèlent leur nature profonde de démon des eaux. Ces filles des ondes, “enfants lacustres des fontaines” (vers 210) – comme il est dit ailleurs des fleuves – se caractérisent elles-mêmes par l’harmonie de leurs chants et par leurs liens étroits avec de jeunes dieux. (…) Les gutturales, si nombreuses dans leur chant de triomphe, s’effacent dans l’harmonie et elles créent une poésie qui, comme souvent, est la forme la plus sublime de la troisième fonction dumézilienne. (…) Les dieux à qui en appellent nos batraciens sont des professionnels de la musique et c’est en tant que tels qu’est rappelée leur sympathie pour les grenouilles. Mais, chose étonnante, Dionysos – qui se conduit avec elles de manière si ignoble et qui fait honte aux dieux en face de ces animaux inspirés – est prié le premier, bien qu’il ne soit pas spécialement une divinité musicale, et dans une atmosphère cultuelle bien définie, au Limnaion (sanctuaire de Marais) d’Athènes, dans la journée en partie funeste des Marmites Saintes, “quand la foule des hommes s’avance en [leur] pourpris” : vers 219, où il faut noter que le quartier des Marais, dont on connaît les cultes chthoniens et où sont localisées les plus anciennes fêtes de Dionysos (Thucydide, II, 15), est qualifié de sanctuaire des grenouilles (temenos) : χωρεῖ καὶ ἐμòν τέμενος λαῶν ὄχλος. Le chœur des Grenouilles est un document d’une exceptionnelle importance pour la connaissance de ces démons des eaux, si gais, si chaleureux dans leur participation à la vie grouillante des marais et à sa reproduction, et qui incarnent si fortement les puissances de l’élan vital, avec un intérêt pour les morts, comme on le voit bien dans la fête des Marmites dont les résonances funéraires sont claires : dans ce dernier jour de la célébration dionysiaque des Anthestéries, on offrait aux morts des libations d’eau et des graines bouillies déposées dans les marmites, d’où le nom de la festivité29. »

  • 30 Lévêque P., op. cit., p. 29-30, cf. Anthologie palatine, VIII, 460 (Antigone de Carystos) et VI, 4 (...)
  • 31 Lévêque P., op. cit., p. 30, cf. Artémidore, La clef des songes, II, 15, 132.

8Les textes de la poésie hellénistique qui évoquent des grenouilles mettent en valeur le compagnonnage de ces animaux avec les Nymphes30 ou bien leur intervention dans les rêves31.

  • 32 Lévêque P., op. cit. p. 31-34, en donne une liste qu’il estime incomplète : statuettes de grenouil (...)
  • 33 Lévêque P., op. cit., p. 34-35, donne une liste : un timbre amphorique sur une amphore de Corinthe (...)
  • 34 Lévêque P., op. cit., p. 39-41 évoque deux émissions d’époque archaïque : des oboles de pied euboï (...)
  • 35 Lévêque P., op. cit., p. 114-116 ; Gabra S., avec la collab. de Drioton E., Perdrizet P., Wadell W (...)
  • 36 Lévêque P., op. cit., p. 116-117 ; Deonna W., « la femme et la grenouille », Gazette des Beaux-Art (...)

9Parallèlement aux sources littéraires, les grenouilles sont aussi présentes dans les sources archéologiques, essentiellement dans les offrandes (objets votifs en os, ivoire, terre cuite, ou bronze, placés dans les sanctuaires ou dans les tombes)32. On les rencontre aussi dans les décors33 ainsi que sur les monnaies34. Certaines scènes iconographiques mettent bien en évidence le lien qui existe entre la grenouille et la fécondité, telle une peinture d’une maison funéraire d’époque gréco-romaine à Hermoupolis qui figure entre autres motifs « un homme à tête de batracien et à phallus démesuré » qui « s’accouple à une femme nue, accroupie, de face35 » ou encore, hors du monde grec mais non point du monde indo-européen, une terre cuite du IIe siècle après J.-C. provenant de Mathura (Inde) et représentant d’un côté une grenouille et de l’autre une femme nue qui se modèle sur la forme de l’animal36.

  • 37 Lévêque P., op. cit., p. 104.
  • 38 Lévêque P., op. cit., p. 42. Corbel-Morana C., op. cit., p. 282, n. 1, estime au contraire que ce (...)

10L’ensemble des témoignages concernant les grenouilles les associe d’une part aux « Grandes Mères », Léto et Héra (Pérachora, Samos, et peut-être Ithaque), « une déesse fille », Artémis (marais de Thessalie, de Macédoine et de Sparte ; en Etolie, elle paraît même s’identifier avec une Grande Déesse) et les « jeunes dieux des forces vitales », Apollon Malétas (Epidaure), Asclépios (Gortys), Dionysos des Marais (Athènes). Bref, les grenouilles relèvent à la fois de la fertilité et de la fécondité et constituent la « métaphore du sexe », ceci sans doute en raison de leurs sauts prodigieux, de leur inépuisable fécondité et par leurs métamorphoses extraordinaires « d’œuf en têtard et de têtard en quadrupède ressemblant vaguement à l’homme37 ». Mais d’après Pierre Lévêque, les divinités musicales (Apollon, les Muses et Pan) évoquées dans le chœur d’Aristophane « sont plutôt citées comme témoins de la qualification quasi professionnelle des grenouilles dans l’art de la mélodie qu’associées véritablement à elles38 ».

11Le chœur des grenouilles mis en scène par Aristophane est une création véritablement originale, réalisée d’une part à partir des observations qu’il a pu faire à partir des animaux qu’il connaissait, d’autre part à partir de l’imaginaire mythologique et religieux ayant trait à ces mêmes animaux. À la différence de la danse des Karkinites, à la fin des Guêpes, le texte des Grenouilles ne donne aucune indication sur la nature des mouvements effectués, d’où la difficulté de reconstituer une chorégraphie

Les mouvements et le rythme de la danse

  • 39 Beaucoup d’érudits suivent en cela le texte de Lucien, De la danse, 30 : « Autrefois, c’étaient le (...)

12La chorégraphie proposée est donc ici une création de toutes pièces, en mettant en œuvre la contrainte propre à tous les chœurs de théâtre de la Grèce de l’époque classique : le fait de danser en parlant ou chantant, équipé d’un masque39. Cette contrainte n’est cependant pas reconnue par tous les érudits qui ont tenté de faire danser le chœur des Grenouilles.

La chorégraphie réalisée par Germaine Prudhommeau

  • 40 Prudhommeau G., La danse grecque antique, Paris, CNRS, 1965, p. 373, § 1213, p. 316, § 1093, et p. (...)
  • 41 Prudhommeau G., op. cit., p. 540, § 1053.
  • 42 Ibid.
  • 43 Delavaud-Roux M.-H., Les danses pacifiques en Grèce antique, Publications de l’université de Prove (...)
  • 44 Prudhommeau G., op. cit., p. 538, § 1503.
  • 45 Ibid., p. 540, § 1503.
  • 46 Ibid., p. 538, § 1503.
  • 47 Prudhommeau G., op. cit., p. 539, § 1503.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid. p. 540, § 1503 : « Dans les sissonnes coupées assemblées, le temps de flèche enveloppé et le (...)

13Ainsi, dans la tentative de Germaine Prudhommeau réalisée dans le cadre de sa thèse, il n’est pas question de faire parler les danseurs, puisqu’elle interprète elle aussi le texte de Lucien dans le sens de la trop grande difficulté de la simultanéité de la danse et de l’émission de la voix40. Sa reconstitution des costumes des choreutes ne prévoit pas de masque : « bras, jambe et dos vert, ventre et poitrine jeune verdâtre, sur la tête une cagoule verte avec de gros yeux d’or, la figure des danseurs occupant l’emplacement de la bouche aux grosses lèvres largement ouvertes41 ». Les vers 209-220 des grenouilles ont ainsi été dansés par des garçons et des filles âgés de 8 à 10 ans, pour mieux restituer la petite taille et l’allure de ces animaux ; toutefois, G. Prudhommeau reste bien consciente du fait que les choreutes grecs de l’Antiquité étaient des hommes42. G. Prudhommeau a eu le mérite d’utiliser la scansion du texte pour créer cette chorégraphie, mais en utilisant beaucoup trop à notre avis les pas de l’actuelle danse classique43. La base de la chorégraphie est intéressante puisque G. Prudhommeau la conçoit comme « une marche encadrant la barque. Les pas à quatre pattes et les sauts domineront accompagnés de quelques tours44. » En outre, « les gestes de bras sont pratiquement inexistants puisque le danseur est presque toujours à quatre pattes. Quand les mains quittent le sol, elles sont presque toujours prêtes à y revenir45. » Toutefois, parmi les sauts, certains pas que propose G. Prudhommeau paraissent incompatibles avec la gestuelle de la grenouille. Par exemple au vers 212 où elle précise que les choreutes « se remettent sur leur pied pour faire sur le crétique une sissonne coupé assemblé46 » (νῶν βοὰν) ou à la fin du vers 213 un temps de flèche enveloppé47 (γηρυν ἐμὰν). Ces pas nous semblent en effet beaucoup trop dans le style de la danse classique pour s’accorder avec la gestuelle de l’animal. Il en va de même sur le vers 215, où G. Prudhommeau suggère une sissonne coupé assemblé sur le crétique (σήιον), puis sur la fin du vers 216 une sissonne coupée assemblée (νυσον ἐν) et sur l’ensemble du vers 217, deux entrechats 6, trois coups de pied et une sissonne coupé assemblé (ἡνίχ’ ὁκραιπαλόκωμος48). À ces pas, sont aussi associés des mouvements de bras qui relèvent de la danse classique et non de la gestuelle de la grenouille49.

  • 50 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos (…) », op. cit., p. 265.

14Bien sûr, à ces critiques que nous formulons, on peut nous objecter que la représentation de la danse des Karkinites, que nous avons donnée à plusieurs reprises, est fortement influencée par la danse classique, notamment dans la manière d’interpréter l’enchaînement du vers 1530, ῥῖπτε σκέλος οὐρανίον, « jette ta jambe au ciel », avec le vers 1531 βεύβικες ἐνγενέσθων, où nous avons choisi d’effectuer un tour à terre, rapide, sans reposer la jambe à terre (et pour ce faire en tenant le pied dans la main) car l’intervalle entre ουράνιον (mot pendant lequel la jambe ne peut être qu’au ciel, c’est-à-dire levée à au moins 135°) et βέμβικες (mot sur lequel débute le tour) est très court50. Cependant, en proposant cette reconstitution, nous avons suivi de très près les indications textuelles données par Aristophane. En revanche, dans les vers 212 et 213 des Grenouilles, aucune indication technique concernant la danse n’est donnée par le poète puisque le texte signifie « le cri harmonieux de nos hymnes », « faisons entendre le doux son ». Les seules indications techniques données ici sont d’ordre vocal, ce que nous évoquerons plus loin.

15Avant d’évoquer notre propre chorégraphie, il nous faut avant étudier précisément le rythme du chœur des grenouilles.

Le rythme des vers 209-220

  • 51 Delavaud-Roux M.-H., Les danses pacifiques, op. cit., p. 145.
  • 52 Corbel-Morana C., op. cit., p. 274.

16Les vers 209-220 semblent avoir fait l’objet de nombreuses restitutions rythmiques. Une autre critique que l’on pourrait adresser à la restitution chorégraphique de G. Prudhommeau est d’avoir établi des pas différents pour chaque pied de vers, en oubliant la structure générale de chaque vers et aussi de l’ensemble du morceau. C’est en effet, comme Annie Bélis nous l’a suggéré, la rythmique du texte, et non sa scansion qui sert de support aux évolutions des danseurs51. C’est en outre, comme le rappelle C. Corbel-Morana, le chant des grenouilles, qui a pour fonction « de donner la cadence au rameur novice qu’est Dionysos52 ». Il est donc essentiel de connaître les différentes hypothèses ayant trait à ce passage.

  • 53 Lévêque P., op. cit., p. 27, cf. White J.W., The verse of Greek Comedy, Londres, 1912, p. 159.
  • 54 Aristophanes, Frogs edited with translation and notes by Sommerstein A.H., Aris & Phillips LTD, Wa (...)
  • 55 Corbel-Morana C., op. cit., p. 283, n. 1.
  • 56 Pour Dain A., Traité de métrique grecque, Paris, éditions Klincksieck, 1965, p. 44 le lécythion re (...)
  • 57 Parker L.P.E., The Songs of Aristophanes, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 456-457.
  • 58 Daitz S., « Les voix d’animaux chez Aristophane », Aristophane : la langue, la scène, la cité. Act (...)

17Pour P. Lévêque, qui se fonde sur les travaux de J. White, « on est dans un monde à part, ce dont témoigne aussi le schéma métrique, si étrange, si difficile à définir (“so singular a composition”), fondé surtout sur des dimètres trochaïques et iambiques et sur quelques dactyles lyriques53 ». A. H Sommerstein propose de voir dans les vers 211-217 un rythme iambique (fondé sur la séquence – UU– UU– X, les vers 215-216 devenant l’équivalent d’un dimètre iambique), puis dans les vers 218-219 des dactylo-épitrites. Quant aux vers 209-210 et 220 qui constituent le refrain, il faut les replacer dans des contextes iambique et trochaïque54. C’est à cette solution que se rallie C. Corbel-Morana, en précisant que le refrain s’adapte aussi bien aux iambes qu’aux trochées55. L.E.P. Parker considère que l’ensemble se compose de divers cola. Les vers 209-210 et 220 relèvent du lecythion (–U – X – U –) c’est-à-dire une tétrapodie iambique acéphale56, les vers 210-211, 215 et 217 sont composés de mètres iambiques et crétiques, le vers 214 est à la fois fait d’un bacchée et d’une dipodie iambique, le vers 216 est un tellésilien, les vers 217-219 sont des dactylo-épitrites tandis que la fin du vers 219 est soit dactylo-épitrite soit iambique57. Pour S. Daitz, le rythme du passage est pour la plupart iambo-trochaïque58. Quelles que soient les interprétations proposées, nous sommes dirigés avec les vers trochaïques et iambiques vers des rythmes ternaires (sans doute un 6/8) tandis que les vers dactylo-épitrites nous renvoient à un rythme binaire. C’est cette différence rythmique essentielle qui nous paraît devoir ressortir dans notre chorégraphie, en tenant compte du fait, qu’il ne peut pas y avoir toujours de pas différents sur chaque pied du vers, car il faut tenir compte aussi de l’essoufflement du danseur dans son masque.

Coordination entre mouvement et émission de la voix

  • 59 Daitz S., op. cit., p. 312-313.

18En 1994, des travaux ont été effectués par S. Daitz, spécialiste de la prononciation restituée du grec ancien, pour retrouver les sonorités des Grenouilles, mais il s’agissait d’une lecture sans mise en mouvement du corps. S. Daitz a donné à ses grenouilles une voix particulièrement grave et ronde mais n’a pas expliqué sur quelles bases il fondait ses sonorités59. C’est cependant le souvenir impérissable que nous a laissé cette lecture, qui nous a donné douze ans plus tard, l’envie de faire danser des grenouilles coassantes et chantantes.

  • 60 Spectacle du théâtre Démodocos mis en scène par Ph. Brunet au théâtre du Nord-Ouest (Paris) en 200 (...)

19Une dizaine d’années plus tard, Philippe Brunet s’intéresse à son tour à la voix des Grenouilles. Il va au-delà de la simple lecture puisqu’il met en scène l’intégralité de la pièce avec quelques aménagements, et il demande aux acteurs de la troupe de théâtre Démodocos qu’il dirige, d’associer voix et danse dans la mise en scène. Sa mise en scène des vers 209-220 est particulièrement intéressante car elle constitue une véritable recherche vocale (fondée sur le coassement) et corporelle concernant ces animaux. On peut le voir à l’appui fréquent pris par les acteurs sur leurs mains, symbolisant les pattes antérieures des grenouilles. Cependant la gestuelle reconstituée n’est pas tout à fait réaliste car les acteurs en appui sur leurs mains font le poirier. En outre, Philippe Brunet a choisi de moderniser le texte d’Aristophane, en restant le plus proche possible de la métrique originelle. Les fameux brekekeke ; x deviennent ainsi « brekebeckett, brekebeckett », en hommage au dramaturge Samuel βρεκεκεκὲξ60. La structure du texte change donc de sens.

  • 61 Corbel-Morana C., op. cit., p. 277 renvoie aux travaux de Croiset M., Histoire de la littérature g (...)
  • 62 Corbel-Morana C., op. cit., cf. Campbell D.A., « The frogs in the Frogs », JHS, 104, 1984, p. 163- (...)
  • 63 Corbel-Morana C., op. cit., p. 278-282.
  • 64 Defradas J., « le chant des Grenouilles, Aristophane, critique musical », REA, 71, 1969, p. 23-37, (...)
  • 65 Corbel-Morana C., op. cit., p. 282.
  • 66 Corbel-Morana C., op. cit., p. 283; Frogs ed. by Sommerstein A.H., op. cit., p. 176-179.

20Sur quelle base vocale reconstituer ce chœur de grenouilles ? sur les sonorités graves de S. Daitz, sur les coassements des acteurs du théâtre Démodocos, sur les sonorités des variétés de grenouilles que l’on rencontre encore actuellement en Grèce, notamment la fameuse grenouille rieuse ? Il paraît important de distinguer vocalement le refrain constitué par les vers 209-210 et 220 du reste du passage. Le refrain est la transcription de l’onomatopée produit par la grenouille rieuse, et doit donc s’exprimer en coassement. Mais quand est-il des autres vers qui évoquent l’harmonie du chant des grenouilles ? C. Corbel-Morana, qui s’est aussi intéressée à la voix des grenouilles, même si elle n’est pas passée par l’expérience pratique, nous fournit une excellente base de travail. Elle va en effet plus loin que les études déjà réalisées sur ce passage par les spécialistes d’Aristophane, qui mettaient en évidence soit l’harmonie de la poésie lyrique chantée par les Grenouilles61, soit l’association comique « de la poésie lyrique la plus élevée et des coassements criards62 », puisqu’elle considère que le chant des grenouilles-cygnes (cf. Grenouilles, v. 207) est un chœur dithyrambique et constitue ainsi une parodie des poètes du nouveau dithyrambe, notamment Cinésias et Philoxène de Cythère63 : parodie d’un style littéraire mais aussi d’un genre musical64. Quant aux passages harmonieux, ils sont aussi liés aux cygnes pour lesquels les grenouilles se prennent65. Le but du jeu est de montrer que les grenouilles ne peuvent pas donner une cadence correcte à Dionysos car le rythme sur lequel elles chantent ou coassent est trop rapide et trop irrégulier et il faut attendre le vers 250 pour que Dionysos soumette finalement les grenouilles à un rythme plus approprié, à savoir le rythme trochaïque66.

  • 67 Aristophane, Grenouilles, 152-153 ; Oiseaux, 1373-1409 ; fragment 145. Sur Cinesias, voir Ceccarel (...)
  • 68 Delavaud-Roux M.-H., Les danses armées en Grèce antique, Aix-en-Provence, Publications de l’univer (...)

21Si l’on veut mettre en évidence, la parodie évoquée par J. Defradas, A.H. Sommerstein et C. Corbel-Morana, le danseur-acteur doit à la fois rechercher dans sa voix des coassements et des sons plus harmonieux, et dans son corps mettre en évidence toutes les différences et les irrégularités du rythme, tout en essayant de rester proche de la gestuelle de la grenouille. Les coassements ne doivent pas être tous identiques et peuvent emprunter non seulement aux cris de la grenouille rieuse mais aussi à ceux des autres variétés de grenouilles pouvant se trouver en Attique. À partir du vers 215, on peut ajouter dans la gestuelle de la grenouille les mouvements réalisés dans le cadre d’un dithyrambe puisque Dionysos Nyséien est mentionné. On peut imaginer dans ce contexte des mouvements qui tiennent de la gestuelle du kômos. Ceci nous permet alors d’avoir recours à l’iconographie des scènes de kômos, ainsi qu’à l’iconographie des scènes de danse des Satyres. Dans ces mouvements, on privilégiera ceux qui s’effectuent accroupis. Certains de ces mouvements, outre le fait de répondre à un contexte dionysiaque, pourraient constituer aussi la parodie de chorégraphies guerrières puisqu’on sait que le poète Cinésias était aussi un spécialiste de pyrrhique67 : l’accroupissement pourrait se rapporter au mouvement de la pyrrhique dit « ταπείνωσις » (fait de se baisser ou de s’agenouiller) ou bien à certains accroupissements concernant d’autres danses armées, la persique ou l’oklasma68.

Notre chorégraphie des vers 209-220

22Nous proposons donc l’interprétation suivante :

  • vers 209-210 : en position accroupie, jambes écartées et tournées en dehors, pour donner l’image d’une grenouille, exécuter 4 frappés du pied droit sur le sol ; Dans ces mouvements, le danseur reste très proche du sol, ce qui permet de marquer fortement la θέσις, ou « temps baissé ». Puis sur les « κοὰξ κοάξ », en partant à chaque fois de la position accroupie, deux sauts en hauteur en dépliant les jambes, mais en gardant les bras pliés. Ceci met en valeur l’ ἄρσις ou « temps levé », au détriment de la θέσις. Tout en effectuant ces mouvements, le texte est dit par les danseurs en coassements.
  • vers 211 : à partir de la position accroupie plus haut, sauter en avant pour arriver couché sur le ventre, à la manière d’une grenouille, puis sur la deuxième partie du vers prendre appui sur les deux mains pour rétablir la position accroupie initiale. Exécuter ces mouvements en chantant de la voix la plus harmonieuse possible et en faisant bien ressortir les modulations liées aux accents circonflexes.
  • vers 212 et 213 : la même chose, mais avec une variante pour mettre en valeur le choriambe (–UU –) qui est une dipodie iambique scandée à contre temps, puisqu’on frappe sur la première longue puis sur la seconde brève.
  • vers 214 : un saut accroupi sur ἀοιδάν, en gardant une voix harmonieuse et sur les κοάξ κοάξ deux sauts en hauteur en dépliant les jambes, mais en gardant les bras pliés et en retrouvant dans la voix le coassement.
  • vers 215 : en remodulant la voix dans le chant, et en partant de la position accroupie jambes écartées et tournées en dehors, pas à la russe sur le côté, en dépliant puis repliant simultanément chaque jambe, six fois autant que possible pour correspondre au rythme à six temps.
  • vers 216 : conserver le même pas en y associant une gestuelle de kômos, également sur six temps : frapper le ventre avec la main gauche, le genoux droit avec la main droite, le genou gauche avec la main gauche, le postérieur avec la main droite, le genou gauche avec la main gauche, le genou droit avec la main droite.
  • vers 217 : idem.
  • vers 218 : changement de mouvement pour marque le rythme des dactylo-épitrites : bras repliés dans la position de la grenouille, en position accroupie, avec les jambes écartées, frapper trois fois le pied droit sur le sol pendant le premier dactyle (le premier frappé durant deux fois plus de temps que les frappés suivants, afin de marquer la longue suivie de deux brèves), trois fois le pied gauche sur le second dactyle ; puis sur le spondée, avancer de deux pas en position accroupie : premier pas en frappant le ventre avec la main, second pas en frappant le postérieur avec l’autre main. Voix en coassement pour marquer le comique de ce kômos pour Dionysos.
  • vers 219 : même chorégraphie, puis en position accroupie, avec les jambes écartées et les mains passées autour des pieds et touchant le sol, avancer en équilibre sur les mains puis en reposant les mains au sol, sur un rythme à deux temps.
  • vers 220 : rester en équilibre sur les mains et lever les pieds.

23Les travaux de Pierre Lévêque sur la symbolique des grenouilles, ceux de Cécile Corbel-Morana sur la mise en scène, et l’enregistrement du texte réalisé par Philippe Brunet nous ont fourni une excellente base de travail sur laquelle nous avons élaboré nos propres hypothèses : le chœur des grenouilles coasse, chante et danse, en portant un masque en plâtre (réalisé par nos soins) même si la danse ainsi conçue est très essoufflante et nous avons fait l’expérience de redire nous-mêmes les enregistrements de Philippe Brunet ; la chorégraphie traduit la métrique du texte en deux rythmes différents (un 2/4 et un 6/8) ; elle prend ses distances avec les reconstitutions de Germaine Prudhommeau, trop inspirées par la danse classique et utilise en partie la gestuelle propre au kômos puisque les grenouilles disent aux vers 215-218 chanter un kômos en l’honneur de Dionysos Nyséien.

Notes

1 Aristophane, Les Thesmophories. Les Grenouilles. Texte établi par Coulon V. et traduit par Van Deale H., Paris, CUF, 1991, n. 1 p. 96. Cette interprétation s’appuie sur la scholie du vers 209 des Grenouilles.

2 Marshall C.W., « Amphibian Ambiguities answered », Échos du Monde Classique/Classical Views, 15, 1996, p. 251-265, cf. p. 260-261 et p. 263 ; Corbel-Morana C., Le bestiaire d’Aristophane, thèse sous la direction de Casevitz M., université de Paris X, 2002, p. 270 : « Rien n’empêche non plus d’imaginer que le public voit ce que Dionysos ne fait qu’entendre, et de proposer, comme le fait C.W. Marshall, une mise en scène dans laquelle les Grenouilles seraient invisibles à Dionysos, mais pas au public. Le passage serait alors accompagné d’un jeu de scène comique dans lequel Dionysos chercherait en vain du regard les Grenouilles qui, sans cesse en mouvement, se trouveraient toujours derrière Dionysos (comme dans les spectacles de Guignol). Cette mise en scène expliquerait que Dionysos, incapable de voir les grenouilles, se taise sur leur apparence physique. Elle exploiterait également un ressort comique (que n’offrirait pas un chant invisible), la frustration de Dionysos, pour le plus grand plaisir du public qui, lui, verrait les grenouilles danser et chanter en dehors du chant de vision des dieux. » Corbel-Morana C., op. cit., p. 261, n. 261, fait le point sur la bibliographie concernant le débat sur la visibilité du chœur des grenouilles, citant les partisans de l’absence des Grenouilles dans l’orchestra et les partisans de leur présence. Corbel-Morana C., op. cit., p. 261-272, reprend aussi l’ensemble des arguments avancés par les partisans de l’absence des grenouilles, (manque de temps pour changer de costume ; manque d’originalité d’un chœur de grenouilles visibles puisque ce type de chœur a déjà été représenté par les poètes Magnès et Callias ; en raison du contexte économique difficile en 405, impossibilité de payer deux costumes différents pour les grenouilles et pour les initiés ; problème de l’audibilité du chant des grenouilles dans un théâtre en plein air ; le manque d’allusions de la présence des grenouilles dans l’orchestra ; le problème de la représentation réaliste des batraciens). Corbel-Morana C., op. cit., p. 271-272, conclut ainsi : « On fera surtout une objection globale à Allison et aux autres partisans de l’invisibilité des Grenouilles : l’apparition des Grenouilles sur scène, avec leur costume coloré et leur danse mimétique, offre des possibilités comiques qu’Allisson ignore complètement. Leur absence sur scène priverait en effet tout le passage d’une dimension essentielle, celle du spectacle, qui fait de la comédie une merveille à voir aussi bien qu’à entendre. (…). Le poids de la tradition du déguisement animal dans les représentations de chœurs zoomorphiques, associé à celui des attentes du public par rapport à cette tradition (le public venait au spectacle pour être émerveillé par les costumes, et la connaissance du titre de la comédie, surtout si elle était baptisée d’après un chœur animal, créait chez les spectateurs une attente particulière), invite également à imaginer pour le chœur des Grenouilles une mise en scène conforme aux autres spectacles de chœurs zoomorphiques. La présence sur scène de choreutes – grenouilles habillés de vert, s’accroupissant et bondissant dans l’orchestra, présente en outre l’avantage de contrebalancer le sérieux et le caractère relativement terne du chœur principal des Initiés. Enfin, il apparaît improbable qu’Aristophane ait baptisé sa comédie du nom d’un chœur secondaire invisible. La pièce doit son titre, et peut-être également son succès (les Grenouilles obtiennent un premier rang aux Lénéennes de 405), à un chœur fugace mais spectaculaire et capable d’exprimer une image inoubliable dans l’esprit du public. »

3 Corbel-Morana C., op. cit., et « Le bestiaire d’Aristophane », L’information littéraire, 2, 2003, p. 42-45, cf. p. 42-43.

4 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos, Aristophane, Guêpes, 1518-1537 », Ressources et activités maritimes des peuples de l’Antiquité, Actes du Colloque international de Boulogne-sur-mer 12, 13 et 14 mai 2005, organisé par le centre de recherches en Histoire Atlantique et Littorale CRAHEL, Unité de recherche HLLIEA4030, Boulogne-sur-mer, CRAHEL, Dunkerque, université du littoral Côte d’Opale, éd. par J. Napoli, 2008, p. 259-271.

5 Nöllert A. et C., Guide des amphibiens d’Europe. Biologie, identification, répartition, Paris, Delachaux et Niestlé, Paris, 2003, p. 82. Ce guide mentionne aussi la grenouille épirote, que l’on rencontre surtout à l’ouest de la chaîne du Pinde, dans le Nord-Ouest du Péloponnèse, dans les îles de Corfou, Leucade, Céphalonie et Zante, mais jamais en Attique. Nous l’avons donc écarté de notre inventaire. Notons par ailleurs que certaines grenouilles dans l’Antiquité, sont réputées muettes, cf. Lévêque P., Les grenouilles dans l’Antiquité. Culte et mythe des grenouilles en Grèce et ailleurs, Paris, éditions de Fallois, 1999, p. 101, qui renvoie à Pline l’Ancien, 11, 267 à propos des grenouilles macédoniennes et à l’Histoire des animaux d’Elien, 3, 37 au sujet des grenouilles de l’île de Sériphos (mais ces dernières peuvent chanter si on les transfère hors de l’île…)

6 Nöllert A. et C., op. cit., p. 28.

7 Nöllert A. et C., op. cit., p. 256-257 et 260-261.

8 Nöllert A. et C., op. cit., p. 300.

9 Nöllert A. et C., op. cit., p. 306.

10 Nöllert A. et C., op. cit., p. 324.

11 Nöllert A. et C., op. cit., p. 291.

12 Nöllert A. et C., op. cit., p. 281.

13 Lévêque P., op. cit., p. 44. rappelle que P. Chantraine ne reconnaît pas au mot d’étymologie établie. Lévêque p. 44-45 fait la proposition suivante : « Il est tentant de rapprocher le grec βάτραχος d’une famille de mots eux-mêmes grecs, celle de Βαθύς “profond”, βεύτος “profondeur”, surtout la mer. La relation étymologique de ces derniers avec le sanskrit gahate “plonger” ferait de l’animal une plongeuse (avec un jeu de suffixes explicables en grec au plan de la morphologie). Métaphore voisine en germanique, ou allemand Frash, anglais frog viennent de preu, “bondir”. »

14 Nöllert A. et C., op. cit., p. 329.

15 Nöllert A. et C., op. cit., p. 335.

16 Nöllert A. et C., op. cit., p. 245 : il s’agit de la Rana ribidunda : « 10 notes sont émises par secondes. Les chants durent entre 0,5 à 1,17 secondes ». Les enregistrements livrés avec l’ouvrage sont tout à fait convaincants. Une autre espèce de grenouille, la Rana (pelophylax) kurtmuelleri, donne aussi un chant similaire mais avec moins de notes (cf. sonogramme p. 345). Voir aussi Arnold E.N., Burton J.A., Tous les reptiles et amphibiens d’Europe en couleurs, Paris/Bruxelles, Eisevier Seqoia, 1978, p. 85 (sonorité interprétées comme « coax-coax » et « bre-ke-ke-ke-ke-ke-kex » ; Frogs edited with translation and notes by Sommerstein A.H., Warminster (England), Aris & Phillips LTD, 1996, p. 176 ; Corbel-Morana C., Le bestiaire d’Aristophane, op. cit., p. 270, n. 4, qui rappelle que cette espèce de grenouille est la plus grosse et la plus bruyante d’Europe.

17 Allison R.H., « Amphibian ambiguities: Aristophanes and his Frogs », Greece and Rome, 30, 1983, p. 8-20.

18 Madge S., Guide des canards, des oies, et des cygnes. 500 espèces décrites et illustrées, Paris, Delachaux et Niestlé, 2006, p. 157, à propos du cygne tuberculé : « Comme son nom l’indique, le plus silencieux de tous les cygnes (n’est pas muet pour autant) émet de brefs grognements et sifflements et, pendant la nidification, des grognements sonores (en vol, ne lance pas des cris claironnants comme ceux des autres cygnes). » Sur le cygne chanteur, voir p. 153-154 et sur les autres variétés, cf. p. 151-159.

19 Dover K.J., Frogs, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 219 et Corbel-Morana C., p. 280 n. 1.

20 Lévêque P., op. cit., p. 13-49.

21 Lévêque P., op. cit., p. 41-42.

22 Lévêque P., op. cit., p. 13. Il s’agit d’une des 14 inscriptions provenant de Palatitsa, sur un autel consacré à une Artémis Digaia Blaganeitis/Blaganitis, cf. Hatzopoulos M., « Artemis Digaia Blaganitis en Macédoine », BCH, 1987, p. 397ss.

23 Lévêque P., op. cit., p. 19 ; Plutarque, Banquet des sept sages, 164a et Oracles de la Pythie 399f.

24 Deonna W., « Sauriens et batraciens », REG, 32, 1919, p. 132-148, cf. p. 146, n. 2.

25 Lévêque P., op. cit., p. 21 ; Deonna W., « L’ex-voto de Cypselos à Delphes », RHR, 139 et 140, 1951, 1, p. 162 sq. ; 2, p. 5 sq.

26 Lévêque P., op. cit., p. 22.

27 Lévêque P., op. cit., p. 22-24.

28 Elien, Histoire des animaux, 9, 13 ; Lévêque P., op. cit., p. 103.

29 Lévêque P., op. cit., p. 25-28. P. Lévêque compare ensuite le texte des grenouilles, p. 28, à un hymne du Rig Veda (VII, 13) qui célèbre les grenouilles le premier jour de la mousson, « solennel entre tous, dans la mesure où il ranime, en présence des brahmanes, la vie du cosmos dans une liturgie de l’éternel retour ».

30 Lévêque P., op. cit., p. 29-30, cf. Anthologie palatine, VIII, 460 (Antigone de Carystos) et VI, 43.

31 Lévêque P., op. cit., p. 30, cf. Artémidore, La clef des songes, II, 15, 132.

32 Lévêque P., op. cit. p. 31-34, en donne une liste qu’il estime incomplète : statuettes de grenouilles trouvée dans le Limnaion de Sparte consacré à Artémis Orthia ; une petite grenouille en bronze du VIIIe siècle avant J.-C. dans le sanctuaire d’Asklépios à Gortys d’Arcadie (Fasti, 5, 2998) ; une figurine de grenouille en os découverte à Ithaque dans le téménos d’Aetos (dépôt d’évacuation des offrandes féminines, peut-être liées au culte de Déméter ou de Korè ou encore d’Héra) ; statuettes du sanctuaire d’Apollon Malétas à Epidaure ; à Corinthe, un batracien de bronze avec une inscription du Ve siècle avant J.-C. qui est une dédicace à Boâson, déesse grenouille égyptienne mais il s’agit d’un cas isolé ; à Pérachora dans les sanctuaires d’Héra Akraia et Liménia, un sceau votif en ivoire en forme de grenouille et une olpè du VIIe siècle avant J.-C. sur laquelle est représentée une grenouille associée à deux serpents combattants ; un fragment de grenouille sur une plinthe à Delphes dans les ruines du monoptère de Sicyone ; des grenouilles utilisées dans l’Héraion de Samos comme charnière de vases ou comme couronnement de gargouilles ; à Ephèse, dans l’Artémision archaïque, une petite grenouille sur une base (feuille d’or travaillée) ; figurines de grenouilles dans les tombes à Hermionè (Argolide), et Rhitsona (Béotie).

33 Lévêque P., op. cit., p. 34-35, donne une liste : un timbre amphorique sur une amphore de Corinthe, un aryballe corinthien (Musée Campana ; Fasti, 17, no 1662) sur lequel est représenté une scène symbolique de prospérité chthonienne avec une grenouille sur une grenade, deux autres grenades et un serpent ; un manche de miroir en bronze découvert à Chypre sur lequel est figurée une femme équipée de crotales debout sur un siège qui repose sur une grenouille ; une coupe attique à trois pieds (musée de Hambourg, Sotadès, milieu Ve siècle avant J.-C.), dont le pied est en forme de grenouille.

34 Lévêque P., op. cit., p. 39-41 évoque deux émissions d’époque archaïque : des oboles de pied euboïque provenant sans doute de Chalcis et des oboles, des drachmes et des statères d’étalon éginétique, provenant de Sériphos dans le dernier tiers du VIe siècle avant J.-C. D’après P. Lévêque, p. 41, les grenouilles de Sériphos sont « un hommage à la grenouille démon et à la déesse qu’elle représente ».

35 Lévêque P., op. cit., p. 114-116 ; Gabra S., avec la collab. de Drioton E., Perdrizet P., Wadell W.G., Rapport sur les fouilles d’Hemoupolis ouest (Touna el-Gebel), Le Caire, IFAO, 1941, no 20.

36 Lévêque P., op. cit., p. 116-117 ; Deonna W., « la femme et la grenouille », Gazette des Beaux-Arts, 1952, p. 230 sq., cf. p. 238.

37 Lévêque P., op. cit., p. 104.

38 Lévêque P., op. cit., p. 42. Corbel-Morana C., op. cit., p. 282, n. 1, estime au contraire que ce n’est pas la qualité du chant des grenouilles « qui fonde leur prétention » mais plutôt le fait qu’elles vivent parmi les roseaux nécessaires à la confection des instruments divins (syrinx de Pan, lyre des Muses, phorminx d’Apollon).

39 Beaucoup d’érudits suivent en cela le texte de Lucien, De la danse, 30 : « Autrefois, c’étaient les mêmes qui chantaient et dansaient ; puis comme l’essoufflement dû au mouvement les gênait pour danser, on a jugé préférable de les faire accompagner par des chanteurs », trad. Salé M.-J. Cette traduction est liée au commentaire de ce dialogue sur lequel nous travaillons actuellement. Le propos de Lucien a souvent été interprété comme rendant impossible de manière simultanée les activités danse et parole (ou chant) en raison de l’essoufflement du danseur. Mais Lucien écrit au IIe siècle de notre ère et évoque ce qui se passait autrefois par opposition à la situation de son époque. Comment ne pas interpréter la référence à ce passé comme une évocation des conditions des représentations théâtrales de l’époque classique ? Sur les problèmes posés par l’utilisation de la voix dans la danse, cf. Delavaud-Roux M.-H., « More than Movement : the use of the voice in the Ancient Greek Dance », Much More than Movement, 19th World congress of Dance Research, Larnaca, Cyprus, 9-13 november 2005 (Publication sur DVD).

40 Prudhommeau G., La danse grecque antique, Paris, CNRS, 1965, p. 373, § 1213, p. 316, § 1093, et p. 537-540 sur le chœur des grenouilles.

41 Prudhommeau G., op. cit., p. 540, § 1053.

42 Ibid.

43 Delavaud-Roux M.-H., Les danses pacifiques en Grèce antique, Publications de l’université de Provence, Aix-en Provence, 1994, p. 144-145 : les critiques émises sur le travail de G. Prudhommeau ne concernent pas la comédie, mais la tragédie car G. Prudhommeau a aussi réalisé ce type de travail sur des chœurs tragiques. Toutefois, nous pensons qu’elles peuvent être élargies à la comédie et au drame satyrique puisque la méthode utilisée est la même.

44 Prudhommeau G., op. cit., p. 538, § 1503.

45 Ibid., p. 540, § 1503.

46 Ibid., p. 538, § 1503.

47 Prudhommeau G., op. cit., p. 539, § 1503.

48 Ibid.

49 Ibid. p. 540, § 1503 : « Dans les sissonnes coupées assemblées, le temps de flèche enveloppé et le failli grand jeté, les bras ont les positions normales pour ces pas. Avec les entrechats, ils peuvent monter en couronne ou rester bas. »

50 Delavaud-Roux M.-H., « Reconstitution de la danse du karkinos (…) », op. cit., p. 265.

51 Delavaud-Roux M.-H., Les danses pacifiques, op. cit., p. 145.

52 Corbel-Morana C., op. cit., p. 274.

53 Lévêque P., op. cit., p. 27, cf. White J.W., The verse of Greek Comedy, Londres, 1912, p. 159.

54 Aristophanes, Frogs edited with translation and notes by Sommerstein A.H., Aris & Phillips LTD, Warminster (England) (The comedies of Aristopphanes vol. 9), p. 176-177.

55 Corbel-Morana C., op. cit., p. 283, n. 1.

56 Pour Dain A., Traité de métrique grecque, Paris, éditions Klincksieck, 1965, p. 44 le lécythion reste d’interprétation ambiguë : lécythion si on considère cette séquence de longues et de brèves (–U – U – U – U) comme une tétrapodie iambique acéphale, mais euripideion si on fait de cette même séquence une tétrapodie trochaïque catalectique.

57 Parker L.P.E., The Songs of Aristophanes, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 456-457.

58 Daitz S., « Les voix d’animaux chez Aristophane », Aristophane : la langue, la scène, la cité. Actes du colloque de Toulouse, 17-19 mars 1994, ed. par Thiercy P. et Menu M., Bari, Levante editori (« le Rane », Collana di Studi e testi, studi 20), p. 309-316, cf. p. 313.

59 Daitz S., op. cit., p. 312-313.

60 Spectacle du théâtre Démodocos mis en scène par Ph. Brunet au théâtre du Nord-Ouest (Paris) en 2005.

61 Corbel-Morana C., op. cit., p. 277 renvoie aux travaux de Croiset M., Histoire de la littérature grecque, III, Paris, 19133, p. 600, et de Franenkel E., Beobachtungen zu Aristophanes, Rome, 1962, p. 183.

62 Corbel-Morana C., op. cit., cf. Campbell D.A., « The frogs in the Frogs », JHS, 104, 1984, p. 163-165, cf. p. 165.

63 Corbel-Morana C., op. cit., p. 278-282.

64 Defradas J., « le chant des Grenouilles, Aristophane, critique musical », REA, 71, 1969, p. 23-37, cf. p. 26 et 32-33. Corbel-Morana C., op. cit., p. 282 : « En faisant des grenouilles l’image symbolique des poètes dithyrambiques, Aristophane affirme donc non seulement que leur poésie écorche les oreilles, mais qu’elle est vide de sens. On voit également que le chœur des Grenouilles a pour origine une image réalisée : la poésie des auteurs du Nouveau Dithyrambe est aussi cacophonique et dépourvue de sens que le coassement des grenouilles : ces poètes sont donc transformés en batraciens par Aristophane. »

65 Corbel-Morana C., op. cit., p. 282.

66 Corbel-Morana C., op. cit., p. 283; Frogs ed. by Sommerstein A.H., op. cit., p. 176-179.

67 Aristophane, Grenouilles, 152-153 ; Oiseaux, 1373-1409 ; fragment 145. Sur Cinesias, voir Ceccarelli P., La pirrica nell’antichità greco romana. Studi sulla danza armata. Studi sulla danza armata, Pisa-Roma, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 1998, p. 42-43, 87, 124, 202, 213, 221-222.

68 Delavaud-Roux M.-H., Les danses armées en Grèce antique, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1993, p. 53 et 183.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540