Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques et danses dans l’Antiquité

 | 
Marie-Hélène Delavaud-Roux

Deuxième partie. Le texte grec ancien, rythme ou musique ?

Vers une théorie du phrasé : l’expérience de la double direction mélo-rythmique en grec ancien

Emmanuel Lascoux

Résumé

Et si le temps poétique de la langue grecque, loin d’une simple linéarité métrique équipolente, n’était que l’autre dimension d’un espace-temps rythmique, incurvé en paysages mélodiques où se meuvent des personnages rythmiques ? Ritournelle impossible à boucler, livrée aux inflexions innombrables de la variation entre mélos et ruthmos, la cadence grecque inviterait, dès l’hexamètre homérique, (et grâces lui soient toujours rendues pour cela au moins), à remodeler thesis et arsis en fonction de leur matériau phonique certes, mais aussi de leur distribution tonale, accusant parfois l’écart entre temps dit « fort » et temps dit « faible », mais l’annulant plus souvent encore, et forçant la voix à le repenser en actes. Car il semble de plus en plus difficile de continuer à parler de la Vox graeca sans en faire entendre les évidences, et les problèmes.

Why couldn’t we consider greek poetic timing, far from a mere metrical line, as real dimension of rhythmic space-time, modeled on melodic landscapes where rhythmic characters, as Deleuze defines both of them, use to appear? Like an open ritournelle, – or refrain – following infinite variations between melos and rhuthmos, greek scansion would train our feeling of arsis and thesis, since the homeric hexameter (in its main purpose), to be shaped by the phonetic material itself, but also by the melodic pitches, so that voice discover how to make perceptible quite abstracts notions like « heaviness » or « lighteness » of metrical components. In fact, it actually becomes more and more unprofitable to stay on in silent and casual reading, without testing exegetical hypotheses aloud.

Texte intégral

  • 1 Lascoux E., Recherches sur l’intonation homérique, thèse de doctorat de grec, sous la direction de (...)

1Dans mon doctorat sur l’intonation homérique1, je tente de revenir sur les modèles phonologiques les plus pertinents actuellement pour comprendre la nature complexe du rythme du vers épique dans ses rapports génétiques et conflictuels avec le rythme de la langue. La difficulté même à donner à la notion abstraite de quantité une réalité sonore plausible, dans un état donné de la langue grecque, devrait permettre aujourd’hui de s’émanciper de cette notion trop souvent hissée du rang d’outil de mesure à celui de telos métrique absolu. Or chercher les durées, sous la quantité, (durée du phonème, des différentes sortes de syllabes, des kôla, des vers), c’est déjà commencer à chercher les marques du rythme, non seulement sous le mètre, mais d’abord sous les mots dont il est formé. Et comment dès lors éviter les questions du profil accentuel du mot, des courbes intonatives du groupe de mots, du membre syntaxique et rythmique (base du vers, mais aussi, dans des variations et transitions dignes de tâtonnements vocaux et herméneutiques, de la prose) ?

2Mais pour que naisse le rythme (c’est-à-dire, selon la définition la plus générale possible, une organisation vivante d’une structure dotée de périodicité et de mouvement) on est en droit de supposer que les durées et les hauteurs tirent leur énergie d’une distribution des intensités qu’elles produisent. Car le débat n’a plus aujourd’hui lieu d’être entre tenants et adversaires d’un ictus (du vers, de la langue, ou des deux) : musique, phonétique comparée, psycho-acoustique, etc., nous apprennent vite que comme le disaient déjà les Grecs, l’aigu est, à sa manière, plus « fort » et plus « rapide » que le grave, c’est-à-dire que tous les paramètres sont sentis comme liés dans l’émission sonore. Or l’hexamètre homérique, dans l’étui sur mesure de sa langue, donne de bonnes occasions d’observer la relativité des dimensions spatio-temporelles : la hauteur est relative à la durée, mais qu’en est-il de la réciproque ? La durée n’est pas isochrone, comment alors interpréter la hauteur ? Durées et hauteurs sont-elles réalisables sans aucun relief, aucune tension, même graduelle et mouvante ? Ce phrasé dépend-il du profil d’ensemble du kôlon et du vers, des places rythmiques où l’on se trouve ?

3Pour donner corps à ces questions, je propose :

  1. une expérience pratique de cette « relativité restreinte » de l’espace et du temps du vers : la recherche d’un profil mélo-rythmique dans une courte séquence du chant XVIII de l’Iliade. Décomposition laborieuse certes, de chaque étape de l’analyse du même vers, mais qui entend faire sentir le passage du plan métrique au plan rythmique.
  2. D’où je tirerai : une série de conséquences générales, à débattre, sur le dialogue entre métrique et rythmique.
  3. Agrémentées, en annexe, d’un rappel phonologique des principales théorisations actuelles de l’accent grec ancien, car la question de l’inégalité des durées, des intensités, donc d’un rythme du mot et de la langue, y détermine le modèle choisi pour résoudre les anomalies bien connues de l’accentuation.

Recherche d’une tonotopie : l’expérience de la double direction mélo-rythmique dans l’hexamètre dactylique homérique

4Prenons l’exemple d’un passage homérique qui retravaille, à l’issue de la Patroclie, la fameuse épithète d’Achille « aux pieds rapides ». Il s’agit du dialogue préliminaire à l’hoplopoiïa, entre le héros et sa mère Thétis :

  • 2 Toutes les traductions d’Homère sont dues à la seule traduction française analogique de l’hexamètr (...)

95

« ’Ωκύμορος δή μοι, τέκος, ἔσσεαι, οἷ’ ἀγορεύεις
αὐτίκα γάρ τοι ἔπειτα μεθ’ Ἕκτορα πότμος ἑτοῖμος. »
Τὴν δὲ μέγ’ ὀχθήσας προσέϕη πόδας ὠκὺς’ Αχιλλεύς
« Αὐτίκα τεθναίην, ἐπεὶ οὐκ ἄρ’ ἔμελλον ἑταίρῳ
κτεινομένῳ ἐπαμῦναι ὁ μὲν μάλα τηλόθι πάτρης

100

ἔϕθιτ’, ἐμεῖο δὲ δῆσεν ἀρῆς ἀλκτῆρα γενέσθαι.
Νῦν δ’ἐπεὶ οὐ νέομαί γε ϕίλην ἐς πατρίδα γαῖαν,
Οὐδέ τι Πατρόκλῳ γενόμην ϕάος οὐδ’ ἑτάροισι
ἀλλ’ ἧμαι παρὰ νηυσὶν ἐτώσιον ἄχθος ἀρούρης,

105

τοῖος ἐὼν οἷος οὔ τις Αχαιῶν χαλκοχιτώνων
ἐν πολέμῳ ἀγορῇ δέ τ’ ἀμείνονές εἰσι καὶ ἄλλοι. »

95

« Proche est donc ta mort, mon enfant, si j’en crois tes paroles.
Tout de suite après Hector, c’est ta mort qui s’apprête. »
S’irritant, il lui dit, Achille aux pieds rapides :
« Que je meure, moi qui n’ai pu empêcher que succombe
mon compagnon. Voici que, loin de sa terre natale,

100

il a péri. Je n’étais pas là pour contrer sa défaite.
A présent, je ne rentrerai pas au pays de mes pères,
je n’ai pas porté le jour à Patrocle ou aux autres
compagnons, qui sous Hector, innombrables, périrent,
je restais près des barques, vain fardeau de la terre,

105

quand, au combat, aucun Achéen à la cotte de bronze
ne m’égalait : il en est de meilleurs pour parler à la foule. »
Iliade, 18, 98-1062.

5Je me contenterai d’une définition préliminaire de ce que je nomme « tonotopie » : l’interprétation dynamique des positions du ton par rapport à la hiérarchie Thésis/Arsis, en vue d’une recherche du phrasé. Prenons l’exemple type de l’établissement d’une tonotopie du vers 18. 95 :

61. voici son découpage métrique :

72. voici maintenant la durée réelle des syllabes intonées et atones, en position Thesis/Arsis :

83. voici enfin l’identification des types de ton en fonction des durées :

9’Ωκύμορος δή μοι, τέκος, ἔσσεαι, οἷ’ ἀγορεύεις·


δῄ aigu sur longue (mélisme ascendant)
τ aigu sur brève
ἔσ aigu sur brève en syllabe fermée par consonne
οἷ’ aigu sur premier élément de diphtongue (mélisme descendant)
ρευ aigu sur second élément de diphtongue (mélisme ascendant)

104. cherchons les places du ton dans l’alternance Thesis/Arsis afin de proposer une première approche du rythme par la détermination d’un phrasé, en deux étapes :

11A) réintégrons la colométrie interne dans le schéma métrique (diérèses, césures hémimères et trochaïques, coupes syntaxiques fortes) :

’Ωκύμορος δή μοι,

τέκος, ἔσσεαι,

οἷ’ ἀγορεύεις·

12choriambe/+monos.+m./+pyrrhique/+dactyle//m.+péon 3e hémimère 3/hémimère 7//diérèse 3/diérèse 4 bucolique//

13B) recherchons dès lors le profil mélo-rythmique (ou spatio-temporel). Deux cas se présentent toujours :

14a) soit la Thesis est modelée par le ton :

15ἔσσεαι, οἷ’ ἀγορεύεις·

16Id4 (Intensio droite 4 = ton sur brève Thesis 4)

17I5 (Intensio 5 = ton sur longue Thesis 5)

18P 6 (Protensio 6 = ton ascendant sur longue 6)

  • 3 Voir la place d’Achille au vers 1 chant I.

19Nous voyons que seul le second hémistiche de ce vers présente le ton sur Thesis. Et le modelage tonal propose les trois seules figures possibles du ton sur Thesis : oxyton sur voyelle brève en syllabe fermée d’abord (noté Id4), qui resserre le mélos, bref excursus aigu suivi d’un court silence, très staccato. « Tu seras » retentit avec son attaque rude ; puis périspomène, qui dessine le mélisme descendant sur élément vocalique long (noté I5) : « d’après tes paroles, telles que tu les emploies », comme si la qualité du dire d’Achille, chantée sur Thesis 5, avait besoin de ce développement mélodique. La mère écoute et interprète les inflexions de son fils. Enfin, le ton monte sur la dernière Thesis, (notée P6), ascension solennelle, dans cette coda verbale longue, et, au sens propre, « emphatique ». Le dire d’Achille remet Achille à sa place normale en fin de vers3. La descente tonale se fait après la Thesis, sur la catalexe longue, occupée par la désinence de la seconde personne du singulier.

20b) soit il faut chercher la Thesis à laquelle rattacher, dans la ligature du phrasé, le ton :

21’Ωκύμορος δή μοι, τέκος,

22Dans ce dernier cas, une nouvelle alternative se présente, selon qu’on phrase la syllabe intonée par rapport à la Thesis précédente, ou à la suivante, soit ici :

23α) rattacher κύ à Ω : Pl1 (Protensio longue 1 : ton sur première brève suivant la Thesis 1)

24β) rattacher κυ à ρος : Rl2 (Retensio longue 2 : ton deux brèves avant la Thesis 2)

25Le même choix de ligature se présente pour δή :

26α) -ρος δή : Pm2 (Protensio maximale 2 : recul de l’accent sur le second temps de brève après la Thesis 2)

27β) δή μοι : RR3 (Retensio ralentie 3 : accent sur second élément de la longue précédant immédiatement la Thesis 3)

28De même pour τέκος :

29α) μοι τέ- : Pl3 (Protensio longue 3 : ton sur brève suivant immédiatement la Thesis 3)

30β) τέκος, ἔσ- : Rl4 (Retensio longue 4 : ton deux brèves avant Thesis 4)

315) Reprenons maintenant la découpe syntaxique du vers dans notre recherche du phrasé :

32’Ωκύμορος δή μοι, τέκος, ἔσσεαι, οἷ’ ἀγορεύεις·

33Ce vers-phrase attributif est d’un type connu dans l’épopée : l’attribut porteur du sens de toute l’intervention du locuteur est mis en tête du premier vers de l’allocution. La particule explicative postposée δή renforce cette prééminence ; elle est agrémentée, en coda de ce premier kôlon, du pronom enclitique moi. Ce premier bloc homogène de trois mots (en fait deux mots accentuels) est fermé par une césure penthémimère claire. On pourrait donc choisir de phraser son melos en crescendo sur l’appui de la Thesis 2. Dans ce cas, on préfèrera une tonotopie Rl2 de l’attribut ’Ωκύμορος dont les trois voyelles brèves se précipitent vers la Thesis 2, la dernière syllabe ne devant son allongement qu’au frein consonantique. Le vers force son mimophonisme : le ton individualise le premier membre du composé, « rapide », dès qu’apparaît la première voyelle brève.

  • 4 C’est la seule autre occurrence du composé au nominatif.

34Mais la Thesis 1, seule voyelle longue du mot, retient, ou retarde son émission, et rend donc possible un autre phrasé en Protensio longue 1 (Pl1), qui met en valeur le poids du premier terme du composé : car il est frappant que la bipolarisation rythmique de ce terme fasse miroiter l’idée de rapidité dans les deux termes qui le composent. Ici je modulerais en fonction de « rapide ». Or l’autre occurrence du terme, au vers 1, 147, nous renvoie au cœur destinal du débat entre Thétis et Achille4 :

351, 417 νῦν δ’ ἅμα τ’ ὠκύμορος καὶ ὀϊζυρòς περὶ πάντων

36Autre élément rythmique perturbateur, le vocatif très fugace τέκος (mot pyrrhique) peut lui aussi subir soit l’attraction vers l’arrière, en rebond de la Thesis 3 μοι- dans ce cas, on efface légèrement la césure penthémimère, au profit d’une diérèse 3 rarissime – soit, en projection, vers la Thesis 4 ἔσσεαι : dans ce cas, je phraserais tout l’hémistiche en l’orientant vers la diérèse bucolique, d’autant que la tonotopie y est entièrement homodyne (trois tons coïncidant avec les Theseis 4, 5, 6). À l’appui de ce dernier choix, je mettrais à profit la chaîne allitérante en sigma : Thesis 2 + Arsis 3 + Thesis 4 (ρος-ρος- ἔσ). La prophétie de Thétis se réalise dans le futur e [sseai, analysé plus haut. Ce premier hémistiche oppose un consonantisme rude au second, sorte de coda mélique toute en voyelles.

376. Cherchons, dans l’ensemble du chant 18, le paradigme de la cellule mélo-rythmique Dactyle Rl2 (Pl1) + Spondée RR3 (Pm2). On trouve :

occurrences de cette cellule au chant XVIII

Vers

Cellule

95

’Ωκύμορος δή μοι

98

Αὐτίκα τεθναίην

208

Τηλόθεν ἐν νήσ ῳ

283

Οὐδέποτ’ ὐκπέρσει

Soit 0,64 % hémistiches A

Sondage sur quatre chants au hasard (1, 11, 18, 22)

1

3

0,49

11

1

0,11

18

4

0,77

22

4

0,64

12/2591

0,46 moy

  • 5 Je pense aux analyses encore trop peu méditées de Wersinger A.G., « Le poikilon musical. Étude d’u (...)

387. Replaçons le vers 95 dans son contexte, pour étudier l’apparition d’une cellule paradigmatique (ou matrice d’hémistiche) sujette à variation. Ici se constitue ce que certains appelleraient un poikilon mimétique5 :

  • 6 Voir la tabula siglorum en annexe.

39Voici le codage complet de la séquence6 : en gras, les échos tonotopiques.

40Le vers 95 entre donc en résonance tonotopique d’hémistiche avec 98, et 102 (variation), et déjà d’initiale avec 96, à cause du premier αὐτίκα (Pl1) ; il fait jeu de mot avec l’épiclèse formulaire d’Achille qui ferme 97 : πόδας ὠκὺς Ἀχιλλεύς. La vitesse de déplacement spatial d’Achille, attribut « essentiel » intemporel, se voit convertie en vitesse temporelle, attribut de finitude, et par là annulée. Le côlon ’Ωκύμορος δή μοι (da+ sp+ 3, 5 demi-pieds) semble compléter ὠκὺς Ἀχιλλεύς (da+ sp 4 demi-pieds) sur la même mélodie.

41Mais la formule épithète + nom est toujours sur la catalexe. Ici, sa substitution côlon ’Ωκύμορος δή μοι en tête de vers la « renverse », et lui ajoute une Thesis.

42Concernant l’hémistiche mimétique Αὐτίκα τεθναίην : l’accentuation de l’adverbe de temps peut renvoyer à la loi de Wheeler, ou à sa nature originelle de composé. On y sent fortement une accentuation dactylique, d’où le choix d’un profil plutôt protensif. Mais dans l’hémistiche, l’adverbe semble se précipiter sur le verbe, d’autant que la Thesis 2 peut abriter un foyer d’intensification sonore, parce qu’elle contient une voyelle brève en syllabe fermée τεθ-, et bénéficie de l’allitération en t et la rime en θ (d’où le double codage possible, soit Pl1, soit Rl2). Cet hémistiche répond à la fois à 95 et ramasse l’ensemble du vers 96. L’effet mélique de l’adverbe change dans un contexte rythmique différent, en 96, lancé dans le flux prophétique des dactyles, en un vers très intensif (I2, Id4, Id5, I6) ; en 98, spondée 2 et R3 marquée par la césure 5e freinent le débit, sans aucune intensio dans le vers (Pl4 ou Rl5/R5/P6).

43La variation Οὐδέ τι Πατρόκλῳ est codée Pl1(ou Rl2) + Pd2 (ou Rd3). L’Arsis 2 est une syllabe fermée à voyelle brève, donc la figure mélique change (brève intonée, au lieu de mélisme ascendant sur longue). Le ton est récessif, donc dépend de la Thesis 3, mais la première syllabe du nom propre pèse rythmiquement, d’autant qu’elle rappelle fortement l’attaque du verbe τεθναίην : Πατ-τεθ. En nommant l’ami mort par sa faute, Achille varie l’énoncé de sa propre mort.

44On pourrait développer encore l’écoute de la cellule dans la tonotopie générale du passage. On y entendrait peut-être le poème dire, dans la faiblesse de ses temps forts, la force faible d’Achille. Tout dépend toujours du degré d’acuité sensible et intelligible que l’on veut développer dans l’écoute de tel vers ou de tel passage. Et ce n’est là qu’un exemple d’une démarche qui tente de tenir ensemble le mot linguistique et le mot poétique. On voit bien que le second procède du premier ; on mesure aussi le chemin que le premier doit parcourir pour entrer dans le vers ; on mesure peut-être mieux le feuilletage de ses plans dans ce que les Grecs appelaient le mélos logôdes, ou peut-être, plus énigmatiquement encore, la mousikè. Je voudrais seulement apporter d’autres arguments factuels aux recherches sur la mimèsis grecque conçue comme un champ d’articulation non représentatif (au sens idéel du terme), de l’imitation. Mimer engage bien les plans complexes du sens, mais d’abord en produisant la langue comme sumbolon sonore. Or il semble qu’on se placera toujours en deçà ou au-delà de cette dimension mimophonique si l’on ne tente pas, malgré les obscurités entourant la forme sonore de la langue et du vers grecs, de joindre toujours mieux la parole à la graphie, et le geste à la voix.

  • 7 Il faut désormais compter avec les recherches d’A. Lukinovitch sur l’expressivité de l’accent dans (...)

45Voici, pour terminer, une première contribution à une refonte de la métrique grecque qui replacerait le mètre et le chant au cœur du rythme7.

Dix propositions pour une stylistique du rythme en grec ancien

461. la métrique concerne le vers dans son rapport avec la langue.

472. Si la langue est métrique, c’est qu’elle est d’abord rythmique, en tant que l’opposition des quantités n’existe jamais sans une organisation énergétique temporelle, qui seule rend la langue proférable.

483. Les Grecs sont pour nous les premiers à avoir défini le mouvement rythmique comme la courbe ascendante/descendante, tendue/détendue, exprimée par le couple arsis/thesis, définition musicale du rythme encore entièrement opératoire pour le musicien d’aujourd’hui.

494. Toute valeur longue est en soi thétique, toute valeur brève arsique, car les valeurs brèves, instables, tendent vers la stabilité des valeurs longues. Pour le dire avec un compositeur actuel, phénomélogue du rythme musical, « les qualités cinétiques des longues et des brèves correspondent aux deux aspects complémentaires de l’énergie sonore » (Accaoui 2001, p. 137).

505. D’où une définition musicale de la métrique fondée sur l’expérience sonore, loin de sa définition abstraite et canonique encore dominante en poétique de l’antiquité : la métrique est l’étude de l’organisation hiérarchique des quantités concourant à la perception du rythme.

516. Comme dans toute organisation sonore, la double association primaire thesis /valeur longue et arsis /valeur brève peut être renforcée ou contredite par l’organisation mélodique du rythme. Citons encore Accaoui 2001 : « La cinétique produite par le jeu des brèves et des longues est donc affermie ou contrariée par la cinétique et l’énergétique des hauteurs – hauteurs qui régissent la mélodie et l’harmonie et qui sont avec les durées l’ensemble de composants les plus complexes. » (p. 318). Or en grec, l’accent de hauteur, ou tonos, est le paramètre sonore qui crée la composante mélodique du rythme.

527. Dans la langue grecque, la difficulté de produire une représentation globale cohérente des diverses lois de l’accentuation du mot est un bon indice de la tension rythmique à l’œuvre dans le mot.

538. Dans le vers grec récité, toutes ces tensions rythmiques de la langue sont à la fois présentes et transfigurées. Le vers grec, dans son rapport à la prose, incarne deux changements : conçu a minima, il représente une simple variation dans la distribution des quantités et des durées ; mais, a maxima, il est un modèle d’intégration du rythme de la langue dans une unité qualitativement nouvelle qui transfigure ce dernier. Il faut soutenir les deux conceptions, sans sacrifier l’une à l’autre (soit le vers ne serait que de la prose autrement agencée, soit le vers serait tout autre chose que de la prose), si l’on veut sentir et décrire sa plasticité.

549. J’appelle tonotopie l’étude des relations possibles entre accent de hauteur et organisation rythmique du mot, du colon et du vers. L’interprétation de la position du ton dans la hiérarchie arsique/thétique passe par la recherche, pour certaines figures tonales, de la thesis de référence dans le conductus temporel du vers. Cette démarche ne fait que traduire la nature fondamentalement bidirectionnelle du rythme en général, et de la langue et du vers grecs en particulier.

5510. J’appelle étude tonotopique l’ensemble des conséquences stylistiques que l’on peut tirer de l’établissement de la tonotopie proprement dite : tension rythmique dans le profil du mot, recherche de positions équivalentes et exploration des différences à l’intérieur d’une place rythmique identique, dégagement de matrices mélo-rythmiques de côla, d’hémistiches et de vers, étude de séquences couplée à l’étude métrique, toutes approches venant, en dernier ressort, s’intégrer au commentaire général du passage, voire de l’œuvre.

Annexes

Annexes

Annexe 1 : codage tonotopique de l’hexamètre

Codage des vers donnés en référence :

Annexe 2 : l’analyse phonologique du rythme et de l’accentuation des mots, à travers le rappel des théories de Allen 1968, Steriade 1988, Sauzet 1989, Golston 1993, et Devine-Stephens 1994

A] théorie de la « proéminence » de Allen :

1. « la proéminence s’applique à un élément constitué soit par une syllabe longue, soit par deux syllabes brèves. »

2. les mots (ou séquences verbales apparentées) plus longs qu’un élément ont des contrastes internes proéminence/non-proéminence.

3. si la syllabe finale d’un mot est longue, elle est proéminente.

4. si la syllabe finale d’un mot est brève, l’élément précédent immédiatement est proéminent.

5. un élément précédent séparé de l’élément proéminent est aussi (secondairement) proéminent.

Pour Allen, ce qui détermine la proéminence ne pouvait être qu’un dosage de l’intensité (puisque, d’après lui, ce ne pouvait être un allongement complémentaire). On voit qu’Allen construit le mot par alternance, de droite à gauche, d’Arsis/Thesis, dominant à droite, mais il ne va pas, dans ses formalisations, jusqu’à la segmentation en pieds bornés.

B] Steriade : lui adhère à la théorie métrique :

1. toute syllabe finale brève est dite « extramétrique ».

2. il faut poser un pied accentuel (différent donc du pied métrique), consistant dans les deux syllabes finales restantes du mot (hormis l’extramétrique), indépendamment de leur quantité. Le pied, construit de droite à gauche, est cependant dominant à gauche (trochaïque), et l’accent s’aligne sur la Thesis.

3. cette approche écarte l’idée d’une corrélation entre Thesis rythmique et accent.

C] Sauzet : part du constat qu’on doit articuler l’approche métrique et l’approche autosegmentale, qui associe le ton à la syllabe (et non au phonème). Or ce qui fait la difficulté du grec, c’est qu’« il faut accorder aux unités de la mélodie tonale une autonomie aux effets potentiellement indésirables » (p. 2) :

1. on définit trois niveaux de constituants métriques : l’opposition entre pieds bornés/non-bornés ; dominant à droite/à gauche ; construits de droite à gauche/de gauche à droite.

2. chaque pied possède une « tête » (élément fort), ou syllabe proéminente.

3. le ton haut est la tête du mot phonologique, et gouverne un pied métrique.

4. toute syllabe longue est proéminente dans son pied.

5. deux options se présentent linguistiquement : soit le ton est contigu (à gauche ou à droite) et extérieur au pied final, soit il est réalisé sur la séquence proéminente du pied final. En grec ancien, la première option est non-marquée, la seconde en dérive sous certaines conditions.

6. le ton peut être pré-associé à la syllabe finale : il détermine alors la structure métrique.

Devine-Stephens reprochent à cette théorie de devoir parfois opposer à la construction du pied rythmique dominant à droite celle d’un pied accentuel dominant à gauche (comme dans les mots diiambiques, interprétés alors comme des mots trochaïques étendus à gauche et à droite). Ils préfèrent l’hypothèse de Golston.

D] Golston : aménagement de la métrique moraïque :

1. partir de trochées moraïques, pied binaire dominant à gauche (deux brèves ou une longue) avec adjonction possible d’une brève extramétrique à droite, pour le parcours tonal.

2. le ton est assigné immédiatement à gauche du pied.

3. la règle du trochée est traitée séparément.

Pas de corrélation directe avec la structure rythmique, mais (DS 153) « il y a de bonnes raisons pour penser que les pieds rythmiques grecs sont trimorés dans leur structure sous-jacente : c’est la thesis qui est bimorée, et potentiellement aussi l’Arsis, pas le pied ».

Notes

1 Lascoux E., Recherches sur l’intonation homérique, thèse de doctorat de grec, sous la direction de Ph. Brunet, université de Rouen, 2003.

2 Toutes les traductions d’Homère sont dues à la seule traduction française analogique de l’hexamètre grec, avec ses six appuis par vers, celle de Ph. Brunet, L’Iliade, Paris, 2010, p. 389-390.

3 Voir la place d’Achille au vers 1 chant I.

4 C’est la seule autre occurrence du composé au nominatif.

5 Je pense aux analyses encore trop peu méditées de Wersinger A.G., « Le poikilon musical. Étude d’un modèle de la structure au Ve siècle avant J.C. », RPhA, 1, 1993, p. 89-110 et dans Platon et la Dysharmonie, Recherches sur la forme musicale, Paris, 2001. Mes recherches tentent de tirer les conclusions de son approche dans le domaine général du mélos logôdes, donc en dehors du champ limité de la musique antique.

6 Voir la tabula siglorum en annexe.

7 Il faut désormais compter avec les recherches d’A. Lukinovitch sur l’expressivité de l’accent dans le trimètre iambique d’Alexis le Comique. Voir LUKINOVITCH A., L’accent dans le trimètre d’Alexis. Thèse de doctorat, sous la direction de A. Hurst, université de Genève, 2005, parue en 2009 à Grenoble, éd. Jérôme Millon. Le principal apport de cet important travail, le seul à mes yeux à rejoindre ma recherche actuellement, réside sans doute dans la distinction établie entre un accent dit « rythmique » (correspondant à ma catégorie de la retensio simple, qui renforce la perception de l’écoulement temporel de la langue) et un accent « emphatique », correspondant à mes catégories de protensio, d’intensio, et parfois de retensiones lentes, longues, qui viendrait contrecarrer l’écoulement temporel. L’auteur prend soin d’articuler ses remarques accentuelles à la réalité métrique, linguistique, syntaxique, et générique, du trimètre d’Alexis, au point de proposer une typologie mélique de l’ethos tout à fait passionnante. Certains points restent bien sûr à débattre : le statut du baryton (non intégré aux analyses), la question de l’agôgè et donc du phrasé par rapport à la Thesis de rattachement, etc. Voir aussi Steinrück M. & Lukinovitch A., Introduction à l’accentuation grecque ancienne, Georg éd., 2010.

Auteur

Docteur de l’université de Rouen, ERIAC

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540