Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe en conflits

 | 
Wolfgang Kaiser

Glossaire1

Texte intégral

  • 1 Ce glossaire ne vise pas l’exhaustivité, ne sont intégrés que les religions, confessions, groupes, (...)

1Alumbrado (lit. Illuminé) : le terme désigne des individus qui se prétendent éclairés par l’Esprit (la lumbre est la lumière). L’illuminisme est un mouvement mystique ignorant la transcendance dont les membres cherchent à établir le contact direct et personnel avec la divinité. Apparus au début du XVIe siècle, organisés en petits groupes ils subirent les foudres de l’inquisition à partir de 1525, à Tolède, puis en Extrémadure après 1570, en Haute-Andalousie en 1575 et 1590 et encore en Basse-Andalousie dans les années 1620.

2Anabaptistes (lit. Rebaptiseurs) : ils refusent de baptiser les enfants et se font baptiser à l’âge adulte. Le terme a été inventé vers 1526 par ceux, catholiques et protestants, qui dénonçaient ces dissidences apparues vers 1525 dans l’ouest du Saint-Empire. À partir du milieu du XVIe siècle se forment des églises que l’on peut classer dans trois catégories : les mennonites, les houttériens et et les frères suisses. À cette époque ils se trouvent dans les couloirs rhénans et danubiens (jusqu’à Vienne), en Haute Allemagne, en Thuringe, dans le Tyrol et en Moravie. Les mouvements perdurent pendant toute l’époque moderne, principalement aux Pays-Bas. L’anabaptisme est considéré comme une hérésie et est qualifié de crime, mais en réalité une certaine tolérance est souvent de mise, en particulier aux Provinces-Unies.

3Angéliques : congrégation religieuses de femmes fondée vers 1530 par Antoine Marie Zaccaria, fondateur des barnabites et par Luisa Torelli, comtesse de Guastalla. Au début, les membres de la congrégation ne sont pas soumis à la clôture, mais en 1557 elles obtiennent du Saint-Siège la possibilité de se consacrer aux travaux manuels et l’éducation des jeunes filles dans des monastères de stricte clôture.

4Anglicans : membres de l’Église anglicane (Angleterre), une des quatre Églises confessionnelles (avec les Églises luthérienne, réformée [calviniste] et catholique).

5Antinomianisme : réfutation des lois de l’Ancien Testament.

6Ariens : voir Frères polonais.

7Arminiens (ou Remontrants) : disciples de Jacobus Arminius (1560-1609), professeur de théologie à Leyde. La doctrine d’Arminius laisse un degré de libre arbitre au chrétien, qui peut refuser ou perdre la grâce divine. Dès 1603, il entre en conflit avec son collègue Franciscus Gomarus (1563-1641) et ses disciples qui défendent la conception d’une prédestination invariable pour le salut ou la damnation, fixée avant même le péché originel. Dès juin 1610, arminiens et gomaristes en appellent à une clarification dogmatique, au moyen respectivement d’une « remontrance », et d’une « contre-remontrance » adressées aux États Généraux des Provinces-Unies. Le différend religieux, doublé d’un conflit politique entre les partisans d’une souveraineté provinciale et les orangistes favorables à un Stathoudérat fort, est tranché en faveur des gomaristes ou contre-remontrants par le Synode de Dordrecht de 1618-1619. Après une période d’exil, les arminiens se constituent en Fratrie Remontrante, dont le culte est toléré dans les Provinces-Unies à partir de 1629.

8Ashkénazes : au Moyen Âge, le terme Ashkenaz, d’origine biblique, désigne l’espace franco-rhénan et ses communautés juives. Par la suite, il désigne les juifs de l’espace germanique, d’Europe centrale et orientale, dont la plupart parlent le yiddish ; ils se distinguent également des séfarades par des usages et une liturgie sensiblement différents.

9Baptistes : courants anabaptistes en Angleterre, par exemple celui fondé au XVIIe siècle par le pasteur anglais John Smyth (environ 1554-1612) qui se baptise lui-même. Appelés aussi Pauliciens par référence à un groupe anabaptiste arménien dans l’empire byzantin qui refusait l’Ancien Testament et vénérait particulièrement les lettres de saint Paul.

10Barnabites : clercs réguliers de la Congrégation de Saint-Paul, fondés à Milan en 1530 par Antoine-Marie Zaccaria, caractéristiques des nouveaux clercs. Ils ont reçu le nom de Barnabites à cause de leur installation dans l’ancien couvent de Saint-Barnabé à Milan. Leurs constitutions, établies sous la direction de Charles Borromée, furent approuvées en 1579. Ils se vouent essentiellement à la prédication, à l’enseignement du catéchisme et à la desserte des paroisses.

11Basiliens : sous ce nom, l’Église romaine prit l’habitude de désigner l’ensemble des moines du christianisme oriental, qui sans appartenir à un ordre particulier s’inspirent de la tradition ascétique laissée par Basile le Grand, évêque de Césarée (370-379), dont la Règle a été reconnue en Occident comme l’une de quatre Règles de base au Concile de Latran IV (1215). Le terme renvoie également aux membres de la Congrégation uniate des basiliens réformés, établie par le métropolite Rutski en 1617.

12Bektachisme : confrérie sunnite et soufie dominante en Europe, originaire d’Anatolie, le bektachisme s’est développé dans les Balkans avec la conquête ottomane, et notamment dans l’entourage de Gül Baba, qui fonde un monastère de derviches à Buda en 1541, où il est enterré, et qui devient à sa mort un lieu de pèlerinage important pour les sunnites.

13Bénédictines de Chełmno : congrégation féminine réformée de l’ordre bénédictin. Elle fut fondée par la supérieure du couvent de Chełmno Magdalena Mortenska (ou Mortęska) (1554-1631) influencée par la spiritualité jésuite. L’une des missions des sœurs était de se consacrer à l’éduction des jeunes filles issues de la noblesse. Dans la première moitié du XVIIe siècle plusieurs filiales furent crées dans les différentes villes de la Confédération comme Poznań, Jarosław ou Sandomierz.

14Bogomilisme : une forme de manichéisme né au Xe siècle au sein de l’Eglise orthodoxe byzantine, qui le qualifie rapidement d’hérésie en raison de son rejet de l’Ancien Testament et de sa condamnation de la Terre comme œuvre de Satan. À partir du XIIe siècle, il s’implante principalement en Bosnie où il s’apparente à un syncrétisme entre le catholicisme et l’orthodoxie. En Bosnie, comme en Bulgarie, il est particulièrement présent au sein de l’élite militaire et foncière, qu’il a contribué à préparer à la conversion à l’islam au moment de la conquête ottomane.

15Calvinistes : protestants suivant la doctrine de Jean Calvin. L’Institution de la religion chrétienne paraît en français en 1541 et la même année, Calvin réorganise l’Église genevoise. Se différencient des autres protestants essentiellement par la prédestination et par leur doctrine sacramentaire.

16Capucins : une des trois branches de l’ordre franciscain de l’Observance appelée à l’origine « ordre des frères de la vie érémitique », fondée par un frère mineur de l’Observance, Matteo Da Bascio. Les capucins à la fois ermites et prédicateurs populaires, sont reconnus comme branche autonome en 1528, leur nom leur vient du capuchon long et pointu distinctif de leur habit. Ils sont très actifs dans les missions, intérieures et extérieures.

17Carmes déchaux : branche masculine réformée (et indépendante depuis 1593) de l’ordre des Carmes. Elle est créée par le mystique espagnol Jean de la Croix (1542-1591) qui prit la relève de la réforme féminine du Carmel menée par Thérèse d’Avila (1515-1582). L’ordre se distingue par l’importance accordée à la méditation, au jeûne et à la contemplation mais aussi à la prédication de l’Évangile. Au XVIIe siècle, les frères menèrent de nombreuses missions dans le Proche-Orient et auprès des orthodoxes.

18Contre-remontrants : voir Gomaristes.

19Conventiculaires : voir Sacramentaires.

20Conventicule : aux Provinces-Unies, le terme désigne des communautés ou sociétés, de type piétiste, qui s’organisent en marge de l’Église publique. Le XVIIe siècle voit la multiplication des conventicules plus ou moins éphémères.

21Converso (lit. converti) : est ainsi appelé en Espagne le juif ou le musulman qui s’est converti de gré ou de force au christianisme. Les documents emploient les expressions de nuevo convertido de judio et de nuevo convertido de moro pour signifier la religion d’origine. Mais populairement on a réservé le terme aux convertis d’origine juive et à leurs descendants quel que fut leur degré d’adhésion à leur nouvelle religion.

22Dévotion moderne (en latin devotio moderna) : ensemble des courants de rénovation religieuse représenté aux Pays-Bas par Gérard Groote (1340-1384). Rejetant la piété médiévale des réguliers, jugée ostentatoire, la dévotion moderne prône un retour au premier christianisme. La rénovation du culte monastique s’inspire d’une forme de piété typique des Pays-Bas, le béguinage. Des dizaines de communautés, tantôt laïques, tantôt conventuelles, de Frères et Sœurs de la Vie Commune sont créées aux XIVe et XVe siècles.

23Diggers : groupe de non-conformistes, fondé par Gerrard Winstanley en 1649 qui prit la suite des Levellers ; leur pamphlet et manifeste le plus célèbre fut The True Levellers Standard Advanced (avril 1649). Le nom diggers dérive de leur croyance dans un régime agraire égalitaire (dig the earth : piocher). Ils créèrent une série de communautés agraires dont la dernière fut dissoute en 1651.

24Dissenters : non-conformistes qui se séparent de l’Église anglicane en Angleterre, voir sous les différents groupes.

25Divaguants : voir Ranters.

26Dominicains (ou Frères Prêcheurs) : ordre mendiant fondé en 1215 par Dominique de Guzman. Dès sa création l’ordre, fondé pour lutter contre l’hérésie, a été sollicité par les papes pour participer à l’inquisition mais ils n’ont pas le monopole. Les dominicains remplissent également un rôle missionnaire important et développent de nouvelles spiritualités comme le Rosaire.

27Église arménienne : la communauté arménienne fait partie des Églises chrétiennes qui refusèrent les décisions du concile de Chalcédoine (451) sur la double nature du Christ avant d’être reconnus par le concile de Florence (1439). Ils formèrent ainsi l’une des plus anciennes Églises nationales avec une hiérarchie, une langue liturgique et un calendrier propres. L’autorité spirituelle sur le clergé et les fidèles est détenue par un catholicos qui siège à Etchmiadzin.

28Église dissimulée : la tolérance religieuse aux Provinces-Unies s’accompagne de la création de lieux de cultes banalisés ou dissimulés, la publicité du culte étant réservée à l’Église Réformée. En ville, les églises, temples, et synagogues dissimulés prennent la forme d’un simple bâtiment civil ; à la campagne, il s’agit souvent de granges aménagées. Pour ne pas troubler l’ordre public, les croyants sont priés d’arriver deux par deux, et non en groupe.

29Église publique : le gouvernement des Provinces-Unies accorde à l’Église Réformée le statut d’Église publique, c’est-à-dire que le seul culte calviniste est autorisé publiquement. L’État assume l’autorité temporelle ; l’Église Réformée demeure souveraine en matière ecclésiastique. Les autres confessions protestantes sont traitées selon une hiérarchie religieuse, allant des Églises calvinistes (wallonne, anglaise, écossaise) protégées aux dissidences (remontrante, luthérienne, mennonite) tolérées.

30Église wallonne : la première structure ecclésiastique calviniste aux Pays-Bas est celle de l’Église wallonne. Avant l’iconoclasme de 1566, des paroisses wallonnes sont fondées à Tournai (1556), Anvers (1557), Lille, Valenciennes, Tourcoing et Armentières (1563). Avec le rétablissement de l’orthodoxie catholique dans le Sud des Pays-Bas, les calvinistes francophones fondent une quarantaine de paroisses wallonnes dans le Nord. Aux Provinces-Unies, l’Église wallonne maintient une organisation synodale indépendante de l’Église Réformée, et bénéficie du statut d’Église protégée.

31Enthousiastes : voir Spiritualistes.

32Érasmisme : mouvement religieux influencé par la pensée d’Erasme et fondé sur le christianisme intérieur. Les érasmistes critiquent la religion formaliste et mettent en question la vie conventuelle. Très présents à la Cour ou à l’université d’Alcalá de Henares dans les années 1520, ils sont ensuite poursuivis par l’inquisition.

33Erastiens : partisans de Thomas Lüber (Erastus) (1524-1583), théologien réformé, et médecin personnel du prince palatin Ottoheinrich, professeur de médecine à Heidelberg, puis à Bâle. Partisan de la position zwinglienne concernant l’eucharistie, adversaire du calvinisme et de la constitution presbytériale, soupçonné d’unitarisme (fréquente à Heidelberg le cercle dont fait partie Adam Neuser). La publication posthume de l’Explicatio gravissiamae quaestionis, utrum excommunicatio mandato nitatur divino an excogitata sit ab hominibus eut un retentissement dans les îles Britanniques, à cause de son plaidoyer pour la soumission de l’Eglise au pouvoir temporel (Erastianisme).

34Évangéliques : terme désignant d’une manière générale les partisans de la Réforme avant la formation d’Églises confessionnelles, aspirant à une rénovation de la vie religieuse, plus ou moins séparément de l’Église catholique, dans la première phase du protestantisme aux contours encore assez flous, en particulier durant la première moitié du XVIe siècle où tous les mouvements se sont réclamés de l’évangile et parfois nommés eux-mêmes évangéliques.

35Familistes (Maison ou Famille de l’Amour, en latin Familia Caritatis) : cercle œcuménique, de type spiritualiste, fondé à Amsterdam en 1540 par Hendrik Niclaes (1502-env. 1580). Prônant la fidélité formelle à l’Église catholique, Niclaes prêche une doctrine de salut personnel. Christophe Plantin (env. 1520-1589) et Juste Lipse (1547-1606) comptent parmi ses membres les plus illustres. Des Pays-Bas, le mouvement passe en Angleterre, où il subsiste jusqu’au XVIIe siècle.

36Fifth Monarchy Men : voir Quintomonarchistes.

37Franciscains : famille religieuse puis ordre mendiant constitué par François d’Assise à partir de 1209. Les frères sont aussi dits « cordeliers à cause de la ceinture de corde qu’ils portent sur leur robe brune. La controverse sur la pauvreté au sein de l’ordre a entraîné la naissance de deux courants : les conventuels qui ont accepté les adoucissements à la règle de saint François proposés par le pape et les observants dont le but est de revenir à l’observance primitive de la règle.

38Frankistes : mouvement d’obédience sabbataïste de Jacob Frank (1726-1791) dans la Pologne du XVIIIe siècle, qui adopte le christianisme tout en continuant à pratiquer secrètement le judaïsme.

39Fratrie Remontrante : voir Arminiens.

40Frères Bohêmes (ou Frères tchèques) : héritiers de l’Église hussite, expulsés de Bohême par les Habsbourg en 1548. Il s’agissait majoritairement d’artisans qui s’établirent dans les villes de la Pologne occidentale. Progressivement ils se rapprochèrent des protestants et participèrent au Consensus de Sandomierz de 1570. L’un de leurs principaux centres fut la ville de Leszno, propriété des Leszczynski. La communauté augmenta avec l’arrivée d’une deuxième vague de réfugiés tchèques dans les années 1620, à la suite de la défaite de la Montagne Blanche.

41Frères moraves : membre d’une communauté du royaume de Bohême issue de la prédication de Petr Chelčicky, lequel réclame la dissolution de l’Eglise romaine, prône l’égalité sociale et le retour à l’Eglise des origines. Pacifistes, les frères moraves regroupent dans une forme de réclusion spirituelle une partie des hussites les plus radicaux qui ont refusé les compactata de 1436. Ils se voient confisquer leurs biens par l’Édit de recatholicisation de 1621.

42Frères polonais (appelés également « ariens » ou « sociniens ») : disciples d’une branche radicale du protestantisme qui rejetait le dogme de la Trinité. Condamnés par les calvinistes polonais à partir de 1558, ils fondèrent la « Petite Église polonaise ». Dès son origine, le courant subit l’influence des antitrinitaires italiens comme Giorgio Biandrata (1515-1588) puis Fausto Sozzini (1539-1604) qui donna son nom au mouvement. Les frères se recrutaient essentiellement parmi la bourgeoisie et la noblesse, en Lituanie et en Petite-Pologne. Leur doctrine reprenait de nombreux points de l’anabaptisme (refus de baptiser les enfants et de porter les armes, pauvreté volontaire) et énonçait une vision politique (séparation de l’Église et des pouvoirs laïcs) et sociale (égalité fraternelle entre les membres de la communauté) originale. La Diète polono-lituanienne décida leur expulsion en 1658.

43Gnésio luthériens : appellation pour les luthériens orthodoxes, opposés dans le conflit (après la mort de Luther en 1546) aux philippistes, luthériens modérés, partisans de Philip Melanchthon.

44Gomaristes (ou Contre-remontrants) : disciples de Franciscus Gomarus (1563-1641) qui défendent la double prédestination, prévue de toute éternité, contre les adeptes de Jacobus Arminius. Voir Arminiens.

45Hussites (ou utraquistes) : mouvement d’abord considéré comme hérétique issu en Bohême de la prédication de Jean Hus. En 1436, les compactata de Jihlava reconnaissent aux hussites le droit de communier sous les deux espèces (sub utraque specie). Cependant, si par ce biais, les modérés sont réintégrés à l’Eglise catholique, les plus radicaux refusent le compromis et persistent dans leur volonté de réformer l’Eglise et de supprimer son pouvoir séculier.

46Indépendants : groupes plaidant pour la conservation stricte de l’héritage de Jean Calvin et pour l’autonomie des églises dressées, pour certains au sein de l’Eglise d’Etat, d’autres visant la séparation totale de celle-ci (séparatistes). Leur leader était John Owen, nommé en 1652 par Oliver Cromwell vice-chancelier de l’université de Cambridge.

47Indifférents : aux Provinces-Unies, le terme désigne ceux dont l’appartenance confessionnelle est incertaine. Les motivations du refus d’un choix confessionnel sont multiples, allant de la préférence d’une spiritualité personnelle (sacramentaires, conventicules) aux considérations pragmatiques (catholiques délaissés, sensibilité dissidente). Dans la première moitié du XVIIe siècle, les indéterminés religieux sont légion ; faisant l’objet de l’œuvre missionnaire des différentes Églises, leur nombre diminue au cours du siècle.

48Islam : religion issue de la prédication de Mahomet à La Mecque au VIIe siècle. Il repose sur la reconnaissance d’un dieu unique et de son prophète, sur un livre sacré le Coran – et dans une certaine mesure sur la sunna (coutume) – et sur la communauté des croyants (Umma). Ses piliers sont : la profession de foi, la prière, le jeûne, l’aumône et le pèlerinage. L’islam est présent en Europe dès le VIIIe siècle, en Espagne et en Sicile essentiellement, puis aussi en Lituanie, et s’implante en Europe du Sud-est à partir du XIIIe siècle, où il devient majoritaire en Bosnie ou en Albanie au XVIe et XVIIe siècle.

49Jésuites : ordre de clercs réguliers, la Compagnie de Jésus a été fondée par Ignace de Loyola en 1540, approuvée la même année par le pape. L’ordre est fortement hiérarchisé et centralisé : le supérieur général, dit « préposé général » est élu à vie. Il nomme les supérieurs provinciaux qui peuvent être déposés ou déplacés à tout moment. Les futurs jésuites doivent accomplir deux années de noviciat, suivies de six années d’études et d’une année de probation. Les jésuites sont soumis à l’obéissance absolue aux ordres et aux jugements de la Compagnie. Parmi eux, les profès, prononcent des vœux solennels et un vœu spécial d’obéissance au pape. Les jésuites ne sont astreints à aucun office chanté en commun. A la mort d’Ignace de Loyola, en 1556, la Compagnie compte déjà mille membres et cent cinquante fondations. Les jésuites se consacrent essentiellement à l’activité missionnaire et à l’enseignement.

50Judaïsants de Novgorod (appelés également « secte de Skharija ») : Disciples d’une secte apparue à Novgorod à la fin du XVe siècle et héritiers probables des Strigolniki. Leur fondateur serait un juif karaïte de Kiev, Skharija (Zacharia), venu à Novgorod vers 1471. Il y aurait converti de nombreux prêtres qui diffusèrent son enseignement dans leur cité et à Moscou. Les judaïsants dénonçaient la divinité du Christ, l’autorité du clergé, le rôle des icônes et des reliques ainsi que la croyance en la vie éternelle. En outre ils demandaient aux monastères de renoncer à leurs propriétés foncières issues des donations qui connurent une forte croissance au cours du XVe siècle. Protégés pendant un temps par le souverain moscovite, ils furent combattus par une partie des évêques orthodoxes qui obtinrent leur condamnation en 1490 puis, de manière définitive, en 1504. Leur enseignement fut en partie repris par les hérétiques russes, comme Feodosij Kosoj, qui trouvèrent refuge sur le territoire polono-lituanien dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

51Judaïsme : religion monothéiste révélée, reposant sur la loi écrite, la Torah, et la loi orale, compilée et commentée dans le Talmud. Les deux principaux groupes, ashkénazes et séfarades, se distinguent par des différences d’usage et de liturgie. Au XVIe siècle, la rédaction du Shoulhan Aroukh, code majeur de lois composé par un juif séfarade de Safed, Joseph Caro, et adopté par le monde ashkénaze moyennant quelques adaptations, est un facteur d’unification du monde juif. Avant tout urbaines, sauf dans l’Empire et en Europe orientale, les sociétés juives ont des conditions d’existence très inégales, entre tolérance et persécution. Au XVIe siècle, le judaïsme est l’objet d’une vive curiosité, voire d’une fascination ésotérique, chez plusieurs humanistes chrétiens, tels Johann Reuchlin ou Guillaume Postel.

52Kabbale : désigne l’ensemble des doctrines ésotériques et mystiques juives qui se développent à partir du XIIe siècle. L’ouvrage majeur de la Kabbale, le Zohar, est composé dans l’Espagne du XIIIe siècle. L’expulsion des juifs d’Espagne fait surgir au XVIe siècle d’autres foyers kabbalistiques majeurs, comme Safed. La Kabbale de Safed, en particulier l’enseignement du kabbaliste Isaac Louria, est diffusée en Europe par l’Italie à la fin du XVIe siècle. La Kabbale lourianique propose du mysticisme juif une lecture messianique qui donne à l’action humaine et à la vie religieuse le pouvoir de corriger l’imperfection du monde divin et de hâter la rédemption. Elle joue un rôle majeur dans l’émergence du sabbataïsme en 1665-1666.

53Karaïtes : adeptes d’un courant du judaïsme né vers le VIIIe siècle dans la région de Bagdad. Ils n’acceptent que la Bible hébraïque et refusent le Talmud et la tradition orale rabbinique. Les communautés lituaniennes, installées par le prince Vitold à la fin du xive siècle dans la région de Trakai, seraient les descendants des Khazars convertis à la religion juive au cours du IXe siècle.

54Laudiens : partisans, en Angleterre, de William Laud, 1633 nommé archevêque de Canterbury. Les réformes qu’il prônait visaient le renforcement de la hiérarchie, du rôle et du statut des évêques dans l’Eglise anglicane et l’éviction des puritains. Ses réformes liturgiques étaient perçues comme un roll-back anti-calviniste.

55Lazaristes (ou « société des prêtres de la Mission ») : congrégation fondée par Vincent de Paul en 1625, le nom de « lazaristes » vient du prieuré de Saint-Lazare dans lequel ils sont établis à Paris. Ils se consacrent aux missions en milieu rural et à la formation des prêtres.

56Levellers (en français niveleurs) : mouvement religieux et politique en Angleterre dans les années 1640 issu du séparatisme religieux. Ils revendiquaient la liberté de conscience religieuse, une réforme profonde de la justice et des réformes politiques et sociales. Leurs revendications furent résumées dans l’Agreement of the People (plusieurs versions de 1647 à 1649) adressé au Parlement, et exposées dans les célèbres Putney Debates (église de Putney près de Londres) en 1647 avec les chefs de la New Model Army. Le parlement croupion fait arrêter les porte-paroles du groupe dont l’influence s’affaiblit mais survit chez les Ranters ou True Levellers.

57Luthériens : adeptes de Martin Luther et de ses partisans, dont les positions sont énoncées à partir de 1517, positions qui aboutissent à la rupture avec Rome en 1521 (Diète de Worms). La justification par la foi est une justification passive qui ne peut être obtenue que par la grâce gratuite de Dieu. Luther prône le retour aux seules Ecritures, et ne conserve que deux sacrements (baptême et Sainte Cène). La doctrine est jalonnée par la Confession d’Augsbourg (1530) par la Formule de Concorde (1580). Dans la première phase de la Réforme, sont souvent qualifiés de « luthériens » les adeptes des idées réformatrices rassemblées sous le nom de Luther ; voir aussi Évangéliques.

58Maison de l’Amour : voir Familistes.

59Marranes (en espagnom marranos) : le terme d’origine arabe veut dire interdit en se référant au porc. Il a été appliqué de manière péjorative aux conversos qui secrètement professaient le judaïsme.

60Melanchthoniens : voir Philippistes.

61Melchiorites : disciples de Melchior Hofmann (env. 1495-1543), prédicateur itinérant qui a introduit l’anabaptisme dans le Cercle de Bourgogne. Le mouvement se propage depuis Emden (1530) en Frise, en Hollande, puis en Flandre (jusqu’en 1533). L’anabaptisme des melchiorites est pacifique, à la différence de l’anabaptisme insurrectionnel prôné par certains de ses disciples, comme Bernard Rothmann (1495-1535).

62Mennonites : disciples de Menno Simonsz (1496-1561), qui jette avec son Livre des fondements (Fundamentboek, 1539) les bases d’un anabaptisme pacifique aux Pays-Bas, prônant la soumission aux autorités, et un comportement pacifique. À partir du XVIe siècle, le mouvement tend à se diviser en fonction de l’orthodoxie (Waterlanders, Frisons, Flamands). Aux Provinces-Unies, les plus importantes communautés mennonites se développent en Frise et en Hollande septentrionale. Au XVIIe siècle, le mouvement mennonite passe en Angleterre et dans ses colonies d’Amérique.

63Minimes : ordre mendiant fondé à la fin du XVe siècle à Cosenza, sous le nom d’« ermites de Saint-François » par François de Paule. Le texte définitif de leur règle est approuvé par Jules II en 1506 et l’ordre est reconnu comme ordre mendiant par Pie V en 1567.

64Morisques : nom donné dans la péninsule Ibérique aux musulmans ou descendants de musulmans convertis au christianisme. Le mot s’est progressivement imposé à celui de cristiano nuevo (de moro) employé parfois dans les textes officiels.

65Mudejar : musulman qui réside dans des territoires soumis à l’autorité d’un prince chrétien.

66Muggletonians : secte millénariste apparu en 1652 sur la base de visions et « commissions divines » du tailleur d’habit John Reeve et de son cousin Lodowicke Muggleton. Ces derniers furent considérés par leurs adeptes comme les deux témoins dont parle le livre de l’Apocalypse 11, 3. Leurs positions étaient proches des antitrinitaires et des Quakers (refus de toute cérémonie religieuse extérieure), et la secte fut aussi un refuge pour des Ranters.

67Niveleurs : voir Levellers.

68Non-conformistes : voir dissenters.

69Nouveaux-chrétiens : désigne les néophytes juifs espagnols et portugais et leurs descendants. Une partie a conservé, plus ou moins vivaces, les traditions juives et judaïse clandestinement. Les tribunaux d’Inquisition exercent sur ce groupe une surveillance et une suspicion constante. Les statuts de pureté de sang, nés dans l’Espagne du XVe siècle, les excluent de nombreux emplois et secteurs des sociétés ibériques. Nombre d’entre eux émigrent, souvent pour rejoindre des communautés juives normatives de la diaspora séfarade.

70Observance franciscaine : voir Franciscains.

71Oratoire : congrégation de prêtres séculiers qui ne prononcent pas de vœux, fondée à Rome par Philippe Neri. A l’origine, l’Oratoire romain se distingue par son atmosphère de liberté et l’importance accordée à l’élan affectif, à la lecture et au chant. Des constitutions adoptées provisoirement en 1583, ne sont reconnues par le pape qu’en 1612.

72Orthodoxes : fidèles des différentes Églises chrétiennes orientales qui acceptent les décisions des sept premiers conciles œcuméniques (jusqu’à celui de Nicée II en 787). L’autorité est exercée de manière collégiale par les patriarches, avec une prééminence honorifique réservée à celui de Constantinople. Au XVIe siècle, l’Église orthodoxe était divisée en quatre anciens patriarcats (Constantinople, Alexandrie, Antioche, Jérusalem) auxquels vint s’ajouter celui de Moscou créé en 1589. La séparation officielle entre orthodoxes et catholiques date du schisme de 1054. Les divergences avec les Latins sont à la fois doctrinaires (refus du Filioque et de la primauté pontificale) et rituelles (liturgie, communion des fidèles sous les deux espèces, mariage des prêtres, usage du calendrier julien).

73Pauvres de Lyon : voir Vaudois.

74Philippistes (ou Melanchthoniens) : théologiens luthériens, disciples de Philippe Melanchthon rejetés par les « orthodoxes » (plus tard gnésio luthériens) à partir de 1546 (mort de Luther) pour leur position modérée à l’égard du catholicisme et du calvinisme. La querelle s’achève en 1580 avec la Formule de Concorde.

75Piaristes : congrégation de clercs réguliers, fondée en Italie en 1597 par le prêtre espagnol Joseph Calasanz (1556-1648) et organisée en 1617 par Paul V. Sa principale mission réside dans l’éducation des enfants pauvres dans ses institutions appelées « écoles pies ». Supprimée en 1646, la congrégation est rétablie en 1656. Les piaristes se répandirent à travers toute l’Europe, avec une présence particulièrement importante en Espagne, en Hongrie et en Pologne.

76Piétisme : mouvement du luthéranisme né au XVIIe siècle qui plaçait la piété personnelle avant le respect des dogmes, fondé par Philip Jacob Spener (†1705). C’est surtout une sensibilité, qui a eu une grande influence sur le renouveau spirituel de nombreux groupes et Églises en Europe.

77Presbytériens : adeptes d’une organisation ecclésiastique qui privilégie les Anciens, en particulier en Écosse (John Knox [1506-1575]) : le pasteur est élu par la congrégation, il dirige la communauté avec les anciens (elders).

78Puritains : terme générique discuté, car vague et péjoratif, pour désigner ceux qui, en Angleterre, plaident pour une véritable purification des rites, cérémonies et croyances de l’Église anglicane.

79Quaker (en anglais Society of friends) : mouvement fondé en Angleterre par George Fox, un puritain à la recherche d’une expérience spirituelle personnelle, il la vit dans l’apparition d’une « lumière intérieure », le Saint Esprit qui devient pour les Quakers plus importante que la révélation par les Saintes Ecritures (voir Spiritualistes). La diffusion de ce mouvement tient beaucoup à une activité incessante de prédication de George Fox, une « mission » qui commence en 1652. Leur croissance rapide suscite la peur dans les élites d’une désagrégation de la société, une peur des « sectes ».

80Quintomonarchistes (en anglais Fifth Monarchy Men) : groupe dissident non-conformiste en Angleterre, actif surtout dans la New Model Army (Oliver Cromwell fut un temps influencé par ce groupe), pendant l’Interrègne (1649-1661). Ils croyaient à la seconde venue du Messie pour instaurer, après les quatre empires (Daniel 2,44) le cinquième royaume sur terre, en attendant le Dernier Jugement. Mouvement important dans le sud de l’Angleterre, luttant pour un régime élitiste des pieux.

81Ranters (en français divaguants) : secte radicale en Angleterre dont les membres venaient du petit peuple ; sur fondement panthéiste, ils réfutent l’autorité de l’Eglise et de l’Ecriture, rejettent le clergé et le service divin. Accusés d’antinomianisme parce qu’ils croyaient que le croyant justifié par sa foi était libre de tout péché. Contacts et rivalité avec les Quakers ; ils les rejoignent à la Restauration, après avoir trouvé refuge chez les Muggletonians. Certains historiens pensent que ce groupe n’aurait jamais existé et qu’il aurait été inventé par les conservateurs adversaires des sectes.

82Recusants : protestants et catholiques qui refusent de se conformer aux Acts of Settlement des affaires religieuses, en particulier en Irlande.

83Remontrants : voir Arminiens.

84Réveil : mouvement spirituel dans lequel les prières collectives et les prédications visent à provoquer l’émotion et le réveil d’une foi trop terne. Il concerne des groupes de protestants à partir du XVIIIe siècle dans toute l’Europe.

85Romaniotes : membres d’une communauté juive d’Europe du Sud-est (essentiellement en Grèce, hellénophones), d’origine byzantine, et présente encore à l’époque ottomane.

86Sabbataïstes : adeptes de Sabbataï Tsevi (1626-1676), natif de Smyrne, qui proclame ses prétentions messianiques dans les années 1650 et déclenche un important mouvement messianique en Europe et dans le Proche-Orient. Se convertit en 1666 à l’islam.

87Sabbatariens : antitrinitaires judaïsants en Transylvanie. Observent les rites (prescriptions alimentaire, Sabbat) des juifs et ne se distinguent d’eux que par la reconnaissance de Jésus comme messie.

88Sacramentaires (en latin sacramentarii) : terme générique, d’origine péjorative, qui désigne chez les catholiques ceux qui réfutent la transsubstantiation, et chez Luther ceux qui rejettent la consubstantiation. En général, ils considéraient l’observation du rituel de la Cène comme commémorative, voire purement spirituelle. Aux Pays-Bas, les sacramentaires, essentiellement des intellectuels, sont au XVIe siècle les précurseurs de la Réforme. Au cours du siècle, certains mouvements sacramentaires rejoignent l’anabaptisme ou le calvinisme, d’autres subsistent comme conventicules. Ces conventiculaires sont appelés sacramentistes ou en néerlandais sacramentariërs, en anglais (ce qui prête à confusion) aussi sacramentarians.

89Schwenckfeldiens (all. Schwenckfeldianer) : adeptes des positions de Caspar Schwenckfeld von Ossig (1489-1561), spiritualiste qui propose une troisième « voie royale » entre l’Église papiste et l’Église luthérienne (neque com Papistis, neque com Lutheranis sentire). Des groupes survivent dans la clandestinité, et la Schwenckfelder Church aux Etats-Unis se réclame de ces positions.

90Sectes conniventes : propre aux Provinces-Unies, le terme désigne les dissidences protestantes (notamment arminienne, luthérienne et mennonite) dont le culte privé est toléré dans la pratique.

91Secte de Skharija : voir Judaïsants de Novgorod.

92Séparatistes : groupes dans les îles Britanniques qui se séparent de l’Église anglicane. Voir Indépendants, Quintomonarchistes, etc. A la restauration, le premier Parlement élu en 1661 promulgue des lois (Acte of Uniformity, 1662 ; Corporation Act, 1664) excluant les séparatistes de tous les offices dans l’État et l’Église, comme non-conformistes ou dissenters.

93Sépharades (Séfarades) : au Moyen Âge le terme Sefarad, d’origine biblique, désigne la péninsule ibérique et ses communautés juives. A l’époque moderne il désigne les juifs expulsés de péninsule Ibérique et leurs descendants établis sur le pourtour de la Méditerranée, dans l’Empire ottoman ou dans l’Europe du nord-ouest. Les séfarades de l’Empire ottoman parlent en général le judéo-espagnol, ceux d’Europe occidentale le portugais ou l’espagnol.

94Society of friends: voir Quakers.

95Sociniens : voir Frères polonais.

96Somasques : congrégation de clercs réguliers fondée à Somasca près de Bergame par Jérôme Emiliani ou Miani (1481-1537), approuvée par le pape en 1540. Proches des théatins, ils se consacrent essentiellement à des œuvres de charité et se nomment d’ailleurs la « compagnie des serviteurs des pauvres ».

97Soufisme : mouvement spirituel, contemplatif et ascétique de l’islam. Il ne met pas en cause les rites officiels du sunnisme, mais prône rigueur morale et méditation afin de dépasser le Coran et d’accéder à la Vérité et donc à Allah lui-même. En ce sens, le soufisme est aussi un mouvement ésotérique, qui envisage l’accès au sens caché des choses et du monde après une purification de l’âme et du corps du croyant. Le soufisme peut parfois entrer en conflit avec la doctrine sunnite et influencer le chiisme.

98Spirituali : voir Valdesiens.

99Spiritualistes : terme générique, associé à celui de « enthousiaste » (en latin fanatici, en allemand Schwärmer), de « sacramentaire » et d’« anabaptiste » (sacramentarii et anabaptistae), avec lequel Luther désigne ses adversaires. Contrairement à Luther qui pense la Parole (verbum vocale et externum) et l’Esprit comme intimement liés, les enthousiastes ou spiritualistes revendiquent d’avoir reçu l’Esprit avant et sans la Parole (ante verbum et sine verbo) et réclament d’interpréter la Parole selon l’Esprit et non pas l’inverse (d’où la désignation comme pneumatici). Il s’en suit le refus de toute Église institutionnelle, de l’« Église de murs » (Mauerkirche). Le terme est appliqué à la fois à des solitaires comme Sébastien Franck (« la lettre tue, l’esprit donne la vie », citant 2 Cor. 3,6, Sébastien Franck, Paradoxa) et des groupes comme les Schwenckfeldiens (voir sous ce nom).

100Strigolniki : Disciples d’un courant religieux né à Pskov vers le milieu du XIVe siècle puis étendu à Novgorod et à Tver’. Les fondateurs du mouvement semblent être les diacres de Pskov Karp et Nikita. Les adeptes se recrutaient parmi la population urbaine mais aussi au sein du bas clergé orthodoxe. Ils rejetaient à la fois la hiérarchie ecclésiastique et les sacrements chrétiens, présentés comme une simple marque de simonie. Leur doctrine mêlait donc étroitement les questions religieuses et les revendications sociales. Poursuivie par l’épiscopat orthodoxe la secte disparut au cours de la première moitié du XVe siècle.

101Sunnisme : courant majoritaire d’islam et la religion d’Etat de l’Empire ottoman. Les sunnites pensent l’islam non seulement à partir du Coran, mais aussi de la sunna (coutume), laquelle repose sur les actes du Prophète Mahomet. En 1517, en tant que calife, le Sultan ottoman devient le chef spirituel de la communauté sunnite.

102Talmud : Compilation de la loi orale qui comprend deux parties, la Mishna, code de lois rédigé en hébreu (IIe siècle) et la Guemara, en araméen (Ve siècle). Depuis l’édition du Talmud de Babylone par Daniel Bomberg (Venise 1520-1523), la présentation de la page de Talmud obéit aux mêmes règles, avec au centre les textes de la Mishna et de la Guemara, lesquels relatent les discussions et opinions, souvent contradictoires, des sages des académies de Palestine et de Babylone, et tout autour les commentaires de Rachi (XIe siècle) et autres commentateurs ou annotateurs ultérieurs qui élucident les difficultés et allusions du texte talmudique.

103Tatares lituaniens : communauté musulmane de langue turque, établie par le prince Vitold sur le territoire lituanien. Elle se composait de réfugiés et de prisonniers de guerre originaires du khanat de Crimée. À l’origine, une partie d’entre eux servait comme gardes personnels du prince lituanien. Ils disposaient de la liberté du culte ainsi que du droit de noblesse à partir du XVIe siècle.

104Théatins : clercs réguliers (prêtres vivant sous une règle, mais sans être soumis aux contraintes monastiques traditionnelles). Congrégation fondée en 1524 par Gaétan de Thiene et Gian Pietro Carafa (le futur Paul IV), évêque de Chieti (Theatinus en latin, d’où le nom de théatins). La congrégation, observant à l’origine une pauvreté des plus rigoureuses, est à la base d’un renouveau liturgique et de l’érudition ecclésiastique.

105Uniates : fidèles des différentes Églises chrétiennes orientales, entrées en communion avec le Saint-Siège. Ils reconnaissent l’autorité pontificale tout en conservant des pratiques liturgiques et des structures hiérarchiques particulières, différentes du rite romain. Le concile de Ferrare-Florence (1438-1445) servit de précédent et de modèle aux Unions conclues au cours des XVIe-XVIIIe siècles.

106Ursulines : famille religieuse fondée par Angèle Mérici (1674-1540) et placée sous le patronage de sainte Ursule. Il s’agit à l’origine d’un institut groupant dont les membres s’engagent à la chasteté et au service du prochain (service des malades et enseignement) tout en continuant à vivre au sein de leur famille. Mais à la suite de leur installation à Milan à partir de 1568, à l’instigation de l’archevêque Charles Borromée, les ursulines sont poussées à se « congréger », c’est à dire à se réunir en communautés, avec un habit distinctif. En Italie, les ursulines séculières (sur le modèle de la compagnie de Brescia) demeurent plus nombreuses que les congrégations ou ursulines congrégées.

107Utraquistes : voir Hussites.

108Valdesiens (en italien Valdesiani) : disciples de Juan de Valdés, « hérétique » espagnol d’orientation spiritualiste ; le cercle de ses fidèles à Naples fut fréquenté par des hauts prélats, des intellectuels et des femmes de la noblesse. Ses adeptes furent appelés spirituali : le principal protagoniste de ce groupe était Reginald Pole, évêque de Viterbe et fondateur de l’ecclesia Viterbiensis (d’orientation valdesienne). D’autres membres étaient Giovanni Morone, Vittoria Colonna, Giulia Gonzaga, Gaspare Contarini, Pietro Bembo, etc. Ils furent dispersés par le Saint-Office en 1559.

109Vaudois : disciples de Pierre Valdès ou Vaudès (1140-1206), riche marchand de Lyon inspirateur d’un mouvement de réforme qui aboutit à la fondation de la « fraternité des Pauvres de Lyon » (vers 1173) condamné comme hérétique par le IIIe concile du Latran en 1179. Partant du principe du sacerdoce universel et de la lecture de l’Évangile en langue vernaculaire (traduction financée par Pierre Valdès), adoptant la pauvreté comme aune de la vie du chrétien, ces communautés vivront, malgré la condamnation par le concile de Latran IV (1215). Les vaudois s’installèrent dans les hautes vallées du Piémont, dans le Luberon (Provence), dans les Pouilles et en Sicile mais aussi en Allemagne du Nord. Après des pourparlers entre autres avec Bucer, les Vaudois adhèrent au courant réformé en 1532. Ils subsistent. Comme sensibilité, courant ou groupe autonome en Piémont (Valli Valdesi) et en Sicile. Ne pas confondre les Vaudois (ital. Valdesi) avec les Valdesiens (ital. Valdesiani).

110Zwingliens : partisans de la doctrine de Ulrich Zwingli (†1531), théologien et conseiller du Conseil municipal de Zurich. Outre l’autorité de la Bible seule, Zwingli insiste sur un culte très dépouillé, favorise de retrait des images, et considère l’Eucharistie comme un symbole. Ces idées sont majoritaires en Haute-Allemagne et en Suisse au début du XVIe siècle, en particulier en milieu urbain, par opposition aux positions de Luther. Le compromis trouvé entre Martin Bucer (Strasbourg) et Luther (1536), d’une part, et l’orientation des zwingliens vers les idées calviniennes, d’autre part, deviennent un élément de la dissociation entre le monde urbain de la Haute-Allemagne et celui de l’espace helvétique.

Notes

1 Ce glossaire ne vise pas l’exhaustivité, ne sont intégrés que les religions, confessions, groupes, courants, sectes, etc., évoqués dans les contributions de cet ouvrage, pour aider le lecteur à s’orienter dans cet univers riche et varié. Le glossaire a été établi par Isabelle Brian, Mathilde Monge, Evelyne Oliel-Grausz, David Do Paço, Wolfgang Kaiser, Andreas Nijenhuis, Laurent Tatarenko et Bernard Vincent. Pour pénétrer davantage dans les subtilités théologiques qui distinguent les groupes dissidents chrétiens, voir par exemple George Hunston Williams, The Radical Reformation, 3e édition, Kirksville (MO), Truman State University Press, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540